Vous êtes sur la page 1sur 13

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE

U.F.R. SEGMI Année universitaire 2018 – 2019


Licence d’économie Cours de M. Desgraupes

MATHÉMATIQUES DES SYSTÈMES DYNAMIQUES

Corrigé du TD “Équations de récurrence”

Corrigé ex. 20: Équations de récurrence du premier ordre

• Équation ut − 4ut−1 = 3

Solution particulière :
vt = −1
Solution de l’équation homogène :

wt = C 4t

Solution de l’équation générale :

ut = vt + wt = C 4t − 1

Solution de l’équation générale avec u0 = 0 :

ut = 4t − 1

Solution de l’équation générale avec u0 = −1 :

ut = −1

 t
3
• Équation 4ut − 3ut−1 = 12
4

Solution particulière :
 t
3
vt = 3t
4
Solution de l’équation homogène :
 t
3
wt = C
4

Solution de l’équation générale :


 t
3
ut = vt + wt = (3t + C)
4

Solution de l’équation générale avec u0 = 1 :


 t
3
ut = (3t + 1)
4

1
 t
1
• Équation 3ut + 2ut−1 = 10 + 14
2

Solution particulière :
 t
1
vt = 2 + 2
2
Solution de l’équation homogène :
 t
−2
wt = C
3

Solution de l’équation générale :


 t  t
1 −2
ut = vt + wt = 2 + 2 +C
2 3

Solution de l’équation générale avec u0 = 2 :


 t  t
1 −2
ut = 2 + 2 −2
2 3

• Équation ut − ut−1 = 4t + 3

Solution particulière :
vt = t (2 t + 5)
Solution de l’équation homogène :

wt = C

Solution de l’équation générale :

ut = vt + wt = t (2 t + 5) + C

Solution de l’équation générale avec u0 = 1 :

ut = t (2 t + 5) + 1

2
• Équation 5ut+1 + m ut =
5t
On commence par étudier l’équation pour m 6= −1.
Solution particulière :
2
vt =
(m + 1)5t
Solution de l’équation homogène :
 t
−m
wt = C
5

Solution de l’équation générale :


 t
2 −m
ut = vt + wt = +C
(m + 1)5t 5

2
Solution de l’équation générale avec u0 = 12 :
 t
2 12m + 10 −m
ut = +
(m + 1)5t m+1 5

On étudie ensuite le cas particulier où m = −1. Il faut trouver une solution parti-
culière de la forme kt/5t . On trouve :
2t
vt =
5t
On a d’autre part
C
wt =
5t
La solution de l’équation générale est donc
2t + C
ut = vt + wt =
5t
D’où la solution de l’équation générale avec u0 = 12 :
2t + 12
ut =
5t

Corrigé ex. 21: Équations de récurrence homogènes du second ordre

• Équation ut+2 − 5 ut+1 + 6 ut = 0

Solution générale :
ut = λ 3t + µ 2t
Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 1, u1 = 1 :

ut = 2t+1 − 3t

Comportement asymptotique :

lim ut = −∞
t→+∞

• Équation 4ut+2 − ut = 0

Solution générale :
 t
−1 µ
ut = λ +
2t 2t
Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 3, u1 = 1/2 :
 t
−1 2
ut = +
2 2t

Comportement asymptotique :

lim ut = 0
t→+∞

3
• Équation ut+2 − 2 ut+1 + ut = 0

Solution générale :
ut = µ t + λ
Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 1, u1 = 3 :

ut = 2 t + 1

Comportement asymptotique :

lim ut = +∞
t→+∞

• Équation 9ut+2 + 6 ut+1 + ut = 0

Solution générale :
 t
−1
ut = (µ t + λ)
3
Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 3, u1 = −1 :
 t
−1
ut = 3
3

Comportement asymptotique :

lim ut = 0
t→+∞


• Équation ut+2 − 2 3 ut+1 + 4 ut = 0

Le polynôme caractéristique est



P (r) = r2 − 2 3r + 4 = 0

Il a deux racines complexes conjuguées r = 3 ± i dont on cherche le module et
l’argument : ρ = 2 et θ = ±π/6.
Solution générale :
 
tπ tπ
ut = 2t λ cos( ) + µ sin( )
6 6
Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 0, u1 = 1 :


ut = 2t sin( )
6

Comportement asymptotique : l’amplitude des oscillations est égale à 2t et tend


donc vers l’infini. On dit qu’on a des oscillations explosives.
• Équation 2ut+2 − 2 ut+1 + ut = 0

Le polynôme caractéristique est

P (r) = 2 r2 − 2 r + 1 = 0

4
1±i
Il a deux racines complexes conjuguées r = dont on cherche le module et
√ 2
l’argument : ρ = 2/2 et θ = ±π/4.
Solution générale :
√ t  tπ tπ

ut = 2/2 λ cos( ) + µ sin( )
4 4

Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 1, u1 = 1 :


√ t  tπ tπ

ut = 2/2 cos( ) + sin( )
4 4

Comportement asymptotique :

lim |ut | = 0
t→+∞

Corrigé ex. 22: Équations de récurrence du second ordre avec second


membre

• Équation 6 ut+2 − 5 ut+1 + ut = −2t − 3

Solution particulière :
vt = −t + 2
Solution de l’équation homogène :

λ µ
wt = + t
3t 2
Solution de l’équation générale :

λ µ
ut = vt + wt = + t −t+2
3t 2
Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 0, u1 = −1 :

8 6
ut = − t
+ t −t+2
2 3

• Équation 4 ut+2 − 12 ut+1 + 9 ut = 2t

Solution particulière :
vt = 2t
Solution de l’équation homogène :
 t
3
wt = (µ t + λ)
2

Solution de l’équation générale :


 t
3
ut = vt + wt = (µ t + λ) + 2t
2

5
Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 0, u1 = 1 :
   t
t 3
ut = −1 + 2t
3 2

• Équation ut+2 − 1/2 ut+1 + 1/4ut = 3t2 + 9t + 17

Solution particulière :
vt = 4 t2 − 4 t + 12
Le polynôme caractéristique est
1 1
P (r) = r2 − r+ =0
2 4

1±i 3
Il a deux racines complexes conjuguées r = dont on cherche le module
4
et l’argument : ρ = 1/2 et θ = ±π/3.
Solution de l’équation homogène :
 t  
1 tπ tπ
wt = λ cos( ) + µ sin( )
2 3 3

Solution de l’équation générale :


 t  
1 tπ tπ
ut = vt + wt = λ cos( ) + µ sin( ) + 4 t2 − 4 t + 12
2 3 3

Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = 16, u1 = 13 :


 t
1 tπ
ut = 4 cos( ) + 4 t2 − 4 t + 12
2 3

• Équation 4ut+2 − 9ut = 36 × 3t

Solution particulière :
vt = 4 × 3t−1
Solution de l’équation homogène :
 t  t
3 −3
wt = λ +µ
2 2

Solution de l’équation générale :


 t  t
3 −3
ut = vt + wt = λ +µ + 4 × 3t−1
2 2

Solution de l’équation avec conditions initiales u0 = −1, u1 = 1 :


 t−1  t−1
13 3 1 3
ut = − + − + 4 × 3t−1
4 2 4 2

6
Corrigé ex. 23: Équation vérifiée par une suite
Il faut déterminer, pour chacune des suites ci-dessous, une équation de récurrence
homogène du second ordre dont elle soit solution.
 t
1
• Suite ut = λ + µ 2t
2

1
Un polynôme de racines et 2 est :
2
1 5
P (λ) = (λ − )(λ − 2) = λ2 − λ + 1
2 2
La suite vérifie donc l’équation de récurrence suivante :

5
ut+2 − ut+1 + ut = 0
2

• Suite ut = (λ + µ t) 2t

Un polynôme de racine double 2 est :

P (λ) = (λ − 2)2 = λ2 − 4λ + 4

La suite vérifie donc l’équation de récurrence suivante :

ut+2 − 4ut+1 + 4ut = 0

• Suite ut = λ + µ (−3)t

Un polynôme de racines 1 et -3 est :

P (λ) = (λ − 1)(λ + 3) = λ2 + 2λ − 3

La suite vérifie donc l’équation de récurrence suivante :

ut+2 + 2ut+1 − 3ut = 0

h π   π i
• Suite ut = 2t λ cos t + µ sin t
4 4
π √
Les nombres complexes z√= 2e±i 4 s’écrivent
√ algébriquement z = 2(1 ± i).
Un polynôme de racines 2(1 − i) et 2(1 + i) est :
 √  √  √
P (λ) = λ − 2(1 − i) λ − 2(1 + i) = λ2 − 2 2λ + 4

On peut le voir aussi en vérifiant que la somme des racines est 2 2 et que le produit
des racines est 4.
La suite vérifie donc l’équation de récurrence suivante :

ut+2 − 2 2ut+1 + 4ut = 0

7
Corrigé ex. 24: Fortune de Fibonacci

24-1 ) La valeur Fn de la fortune à la fin du mois n égale à la somme des valeurs


des deux mois qui précèdent, autrement dit :

Fn = Fn−1 + Fn−2 (1)

Elle vaut initialement 1, ce qui correspond aux valeurs initiales F0 = 0 et F1 = 1.

24-2 ) On note le taux d’accroissement Tn+1 = Fn+1 /Fn . En divisant par Fn−1
dans l’équation (1), on obtient la relation :
Fn Fn−2
=1+
Fn−1 Fn−1

Si la suite Tn a une limite r lorsque n tend vers l’infini, par passage à la limite dans la
relation précédente, on obtient :
1
r =1+
r
et, par conséquent :
r2 − r − 1 = 0

√ caractéristique de la suite Fn . La solution positive de


Ce n’est autre que le polynôme
1+ 5
cette équation est r = .
2
Attention : ceci ne prouve pas que la limite de Tn est r mais simplement que, si elle
existe, elle vaut r.
Pour montrer que c’est effectivement la limite, on peut simplement résoudre l’équa-
tion de récurrence (1). On vérifie facilement que les racines du polynôme caractéris-
tique sont r et −1/r et que, compte-tenu des conditions initiales :
  n 
1 n 1
Fn = √ r − −
5 r

rn
Puisque |1/r| < 1, Fn est équivalente, lorsque n tend vers l’infini, à √ . Par
5
conséquent √
rn+1 / 5
Tn ∼ √ =r
rn / 5

1+ 5
Remarque : la quantité r = est le nombre d’or, souvent noté ϕ.
2
24-3 ) On remarque que le taux d’accroissement sur deux mois peut s’écrire
Fn+2 Fn+2 Fn+1
= × = Tn+2 × Tn+1
Fn Fn+1 Fn

On a donc :
Fn+2
lim = lim Tn+2 × Tn+1 = r × r = r2 .
n−→∞ Fn n−→∞

C’est le carré du nombre d’or.

8
Corrigé ex. 25: Résolution en fonction d’un paramètre
On considère l’équation de récurrence suivante

(m + 1)ut+2 + 2(2m − 3)ut+1 + (m + 1)ut = (3m − 2)(t + 3)

25-1 ) Étudier le cas où m = −1.


L’équation de récurrence devient
1
−10 ut+1 = −5 (t + 3) ⇐⇒ ut+1 = (t + 3)
2
1
On en déduit que ut = (t + 2) pour t ≥ 1 et u0 quelconque.
2
25-2 ) Désormais m 6= −1.
On cherche une solution particulière de l’équation de récurrence sous la forme
2
vt = at + b et on trouve, lorsque m 6= :
3
t
vt = +1
2

Cette solution est indépendante de m. Dans le cas particulier où m = 2/3, l’équation


devient homogène et par conséquent vt = 0.

25-3 ) On obtient une solution oscillatoire lorsque le discriminant du polynôme


caractéristique est négatif.

P (r) = (m + 1) r2 + 2 (2 m − 3) r + (m + 1)

On calcule
∆0 = (2 m − 3)2 − (m + 1)2 = (m − 4)(3m − 2)
On a donc des oscillations lorsque m ∈ ]2/3, 4[.
Comportement asymptotique : le carré du module des racines est égal au produit de
ces deux racines (qui sont conjuguées l’une de l’autre). On obtient :
m+1
|r|2 = =1
m+1
On a donc des oscillations entretenues.

25-4 ) Résolution de l’équation lorsque m = 1 avec u0 = 0 et u1 = 2. On est dans


le cas complexe.
L’équation s’écrit :

2 ut+2 − 2 ut+1 + 2 ut = t + 3

Le polynôme caractéristique est

r2 − r + 1 = 0

1±i 3
Il a deux racines complexes conjuguées r = dont on cherche le module
2
et l’argument : ρ = 1 et θ = ±π/3.
La solution de l’équation homogène est :
 
tπ tπ
wt = λ cos( ) + µ sin( )
3 3

9
La solution générale est :
tπ tπ t
ut = λ cos( ) + µ sin( ) + + 1
3 3 2
Compte-tenu des conditions initiales, on obtient finalement :

tπ 2 tπ t
ut = − cos( ) + √ sin( ) + + 1
3 3 3 2

25-5 ) Résolution de l’équation lorsque m = 0 avec u0 = 3 et u1 = 15/2.


L’équation devient :

ut+2 − 6 ut+1 + ut = −2 (t + 3)

La solution de l’équation homogène est :


 √ t  √ t
wt = λ 2 2 + 3 + µ 3 − 2 2

La solution générale est :


 √ t  √ t t
ut = λ 2 2 + 3 + µ 3 − 2 2 + + 1
2
Compte-tenu des conditions initiales, on obtient finalement :
 √ t  √ t t
ut = 2 2 + 3 + 3 − 2 2 + + 1
2

Corrigé ex. 26: Discussion de la nature des solutions

2 ut+2 − 2 α ut+1 + α ut = 0
Le polynôme caractéristique est
1
P (λ) = r2 − α r + α
2

26-1 ) Pour que les solutions tendent vers 0 lorsque t → +∞, il faut et il suffit que
les conditions de stabilité soient remplies :
1 1


 P (1) = 1 − α + α = 1 − α > 0



 2 2
1 3

P (−1) = 1 + α + α = 1 + α > 0


 2 2

 1
 α<1

2

2
La condition est donc − <α<2.
3

26-2 ) Pour que les solutions de base présentent des oscillations trigonométriques,
il faut et il suffit que le discriminant de P soit strictement négatif :
1
∆ = α2 − 4 × α = α(α − 2) < 0.
2

10
La condition est 0 < α < 2 .

26-3 ) Pour que les solutions de base soient bornées lorsque t → +∞, il faut et il
suffit que les racines soient inférieures ou égales à 1 en valeur absolue.
1
Dans le cas complexe, c’est toujours réalisé car le carré du module vaut α et que
2
justement dans ce cas on a 0 < α < 2.
Dans le cas réel (c’est-à-dire lorsque α ≤ 0 ou α ≥ 2), les racines sont inférieures
ou égales à 1 en valeur absolue si et seulement si on a stabilité. En combinant avec
l’intervalle trouvé à la première question, on aboutit finalement à −2/3 ≤ α ≤ 0 .

26-4 ) Pour que les solutions de base gardent un signe constant lorsque t → +∞,
il faut et il suffit que les racines soient réelles (c’est-à-dire α ≤ 0 ou α ≥ 2) et que leur
somme et leur produit soient positifs. La somme des racines est égale à α et le produit
à α/2 : cela élimine le cas où α ≤ 0 et par conséquent la condition est finalement
α≥2.

Corrigé ex. 27: Équilibre paramétrique


Soit m un paramètre réel non nul et l’équation de récurrence :

3 ut+2 − (3 m + 1) ut+1 + m ut = 5 × 2t

27-1 ) Le polynôme caractéristique est

P (λ) = 3 r2 + (3 m + 1) r + m

dont le discriminant vaut

∆ = (3 m + 1)2 − 12m = 9m2 + 6m + 1 − 12m = 9m2 − 6m + 1 = (3 m − 1)2


1
Les racines sont donc toujours réelles : on trouve r1 = et r2 = m.
3
La solution générale de l’équation homogène est donc :
 t
1
wt = λ + µmt
3

27-2 ) La solution d’équilibre est une solution particulière de l’équation de départ.


On trouve
2t
vt = −
m−2
La solution générale est finalement :

2t 1
ut = − + λ t + µ mt
m−2 3
L’équilibre est stable si et seulement si la solution homogène wt tend vers 0 : cela
se produit lorsque −1 < m < 1 .

11
Corrigé ex. 28: Équation paramétrique
 t
1
2ut+2 + m ut+1 + ut =
2

28-1 ) On trouve comme solution particulière de l’équation :


 t
2 1
vt =
m+3 2

lorsque m 6= −3. Dans le cas particulier où m = −3, on trouve :


 t
1
vt = −2t
2

28-2 ) Comportement asymptotique des solutions.


Le polynôme caractéristique est

P (λ) = 2r2 + m r + 1

Les conditions de stabilité s’écrivent donc :





 P (1) = 2 + m + 1 = m + 3 > 0



P (−1) = 2 − m + 1 = −m + 3 > 0


1 < 1



2

Finalement, l’équilibre autour de la solution particulière sera stable lorsque −3 < m < 3 .

Complément : lorsque m 6= −3, la solution générale s’écrit :


√ t √ t  t
m2 − 8 − m − m2 − 8 − m 2 1
ut = λ +µ +
4t 4t m+3 2

Dans le cas particulier où m = −3, on obtient :


 t  t  t
1 1 1
ut = λ + µ − 2t = λ + (µ − 2t)
2 2 2

Corrigé ex. 29: Équations de récurrence d’ordre 3


Le rincipe de résolution des équations de récurrence d’ordre 3 est le même qu’à
l’ordre 2. En particulier, pour résoudre l’équation homogène associée, il faut trouver les
racines du polynôme caractéristique. Celui-ci est de degré 3 et aura donc trois racines
r1 , r2 et r3 , distinctes ou confondues.
• Suite ut+3 − ut+2 + ut+1 − ut = 2

Le second membre est constant et on trouve facilement la solution particulière

vt = t + 1

12
Le polynôme caractéristique s’écrit :
P (r) = r3 − r2 + r − 1 = (r − 1)(r2 + 1)
Ses racines sont donc r1 = 1, r2 = i et r3 = −i.
La solution de l’équation homogène s’écrit donc :
   
tπ tπ
wt = λ + µ cos + ν sin
2 2
On détermine λ, µ et ν au moyen des conditions initiales. Tout calcul fait, on trouve
λ=1 µ=1 ν=1
La solution est finalement :
   
tπ tπ
ut = 1 + cos + sin +t+1
2 2

• Suite 8ut+3 − 12ut+2 + 6ut+1 − ut = 1

On procède comme dans l’exemple précédent. On trouvera comme solution particulière


vt = 1.
Polynôme caractéristique :
P (r) = 8r3 − 12r2 + 6r − 1 = (2r − 1)3
La racine r = 1/2 est une racine triple. Par conséquent :
 t
1
λ + µt + νt2

wt =
2
Compte-tenu des conditions initiales dans ut = vt + wt , on obtient :
λ=µ=ν=4
et finalement :
 t
1
1 + t + t2 + 1

ut = 4
2

• Suite 8ut+3 − 8ut+2 + 4ut+1 − ut = 3t + 9

On trouvera comme solution particulière vt = t − 1.


Polynôme caractéristique :
P (r) = 8r3 − 8r2 + 4r − 1 = (2r − 1)(4r2 − 2r + 1)

1 1±i 3 1
Les racines sont et = e±iπ/3 . Par conséquent :
2 4 2
 t     
1 tπ tπ
wt = λ + µ cos + ν sin
2 3 3
Compte-tenu des conditions initiales dans ut = vt + wt , on obtient :
λ=µ=4 ν=0
et finalement :
 t   
1 tπ
ut = 4 1 + cos +t−1
2 3

13