Vous êtes sur la page 1sur 9

L'art

 
L'art culinaire est un ensemble des techniques de préparation des aliments appliqués dans le domaine de
la cuisine. Cette forme artistique regroupe aussi le placement et le style des couverts. L'art culinaire est
associé à une identité d'un pays
 
L'artisan est un ouvrier qui travaille dans les arts mécaniques, son métier implique la répétition d'un geste,
une routine qui ne suppose pas la créativité, contrairement à l'artiste qui après maintes réflexions va
produire une œuvre unique ou originale.
 
Les arts appliqués sont des arts profondément avec la production de masse, en effet, le design de
vêtement, de tapis ou de chaise va être un facteur important dans l'achat de ses produits. Les Beaux-arts se
rapproche plus d'une pratique réalisation d'œuvre unique (peinture, cinéma, sculpture, photo). Cependant
les œuvres d'Andy Warhol remettent en question cette vision de l'art unique, la pop culture vise à faire de
l'art pour tous, sur échelle presque industrielle.
 
Une œuvre d'art est une création unique, entre matérielle et spirituelle
 
Pourquoi l'art intéresse-t-il le philosophe ? :
 il est proprement humain et révèle la fonction humaine
 Se représenter qqch, intervention de la conscience et de l'imagination
 s'inspire du réel mais s'en éloigne, un savoir faire
 Œuvre d'art se différencie de l'utilitaire mais reste de la technique dans l'œuvre d'art,
artisanat
 Illusion ou rapprochement authentique de la réalité
 L'art vise un certain idéal, comment définir la beauté vu qu'elle est subjective en fonction
des gouts de chacun. Est-ce relatif ?
 Une œuvre est artistique ou belle ? Comment juger ?
 
I Qu'est-ce qui différencie une œuvre d'art d'un objet utilitaire ?
 
A. Artiste et artisan
C'est au XIXè siècle, que l'on commence a opposé artisan et artiste. Art devient synonyme de beaux-arts :
désigne la prod de beau, dénué de tout aspect utilitaire
Avant art et technique étaient confondus, métier de peintre ou sculpteur, comparable à celui de menuisier
ou tisserand.
Progressivement art se distingue de la technique
Artiste maudit, artiste méconnu => axe central du romantisme.
Conception du personnage de l'artiste ajd => une construction historique :
Doc 1 : XVIIIe siècle Encyclopédie de Diderot et d'Alembert :
-Artisan : "désigne les ouvriers qui ceux d'entre les arts mécaniques, qui supposent le
moins d'intelligence"
Artiste : "nom que l'on donne aux ouvriers qui excellent dans ceux d'entre les arts
mécaniques" éloge dans le premier cas (créateur, intelligent), dans second cas un reproche
de ne posséder que "la partie subalterne de sa profession".
Doc 2 : schéma "DES PRODUCTIONS DE LA NATURE À LA CRÉATION D’ŒUVRE D’ART" :
Production de l'homme > création de soi (praxis) > objets symboliques > art > Beaux-arts
 
Œuvre d'art et objet utilitaire tous deux des objets de perception, par le sens > œuvre perçue par le
spectateur > certaine forme, résulte d'un savoir-faire > mise en forme d'une idée dans la matière
Objet utilitaire : sa forme est adaptée à sa fonction (vase chinois utilitaire)
 
Malraux propose une définition de l'art en lien avec la religion : l'art est né qd le christianisme comme
"formes nées au service d'autres dieux ses moyens d'expression privilégiés". "La métamorphose la plus
profonde commença quand l'art n'eut plus d'autre fin que lui-même". L'art est devenu à lui-même son
propre objet de culte.
Kant : distingue beauté adhérente (collé à une certaine fonction > sa puissance, sa voilure…) et beauté libre
(artiste plus libre dans sa création)
Que dire de la reproduction d'une œuvre, l'œuvre perd-elle tout son sens et son originalité quand elle est
reproduite (penser à la photo, le nombre tirage, valeur de la photo ou Andy Warhol et Marilyn).
Une œuvre d'art qui décore un salon..?
 
B. Fonction et utilité de l'œuvre d'art
L'art est-il inutile ? :
 Art a de multiples fonctions : expression, la catharsis (se purifier de ses passions),
l'art-thérapie ou l'art brut, l'art engagé (Dernier jour d'un condamné Hugo ou "Imagine"
de Lennon).
 Pour Bergson > art est révélateur : " dans la nature et dans l’esprit, hors de nous et
en nous, des choses qui ne frappaient pas explicitement nos sens et notre conscience ?".
 L'art n'est cependant pas prisonnière d'une fonction > peut la trouver belle,
attirante, intéressante en connaitre les intentions et les motivations de l'artiste (pas
évidentes à trouver). Ex : œuvre de Picasso, Guernica, on peut la trouver belle sans en
connaitre le sens, le contexte la raison de son existence (manifeste contre bombardement
Alle 2nd GM).
 Pour Kant : "l'art a une finalité sans fin" > là pour qqch mais on ne peut se limiter à
une fonction précise
 
C. L'œuvre d'art est ce qui échappe à son créateur
1. La sublimation
Le spectateur peut très bien percevoir une fonction à laquelle n'a pas pensé l'artiste.
Freud une manifestation de l'inconscient de l'artiste : désirs refoulés > art permet de réaliser l'imaginaire
de l'artiste > déguiser pulsion sexuelle en symboles cachés
 
Sublimation : processus psychique inconscient, qui rend compte, pour Freud, de l'aptitude de la pulsion
sexuelle à remplacer un objet sexuel par un objet non sexuel et à échanger son but sexuel initial, contre un
autre but, non sexuel, sans perdre notamment en intensité. Activités scientifiques, intellectuelles,
artistiques.
 
Ex : le philosophe Bernard Stiegler, chien pulsion sexuelle renifler femelle, l'homme bourgeois achète un
tableau
 
Freud art et magie :
 Seul domaine où la puissance des idées est maintenues
 Homme tourmenté par ses désirs, à la recherche de satisfaction, satisfaire ses désirs,
l'artiste est-il libre.
 Illusion artistique, l'impression d'une vérité
 L'artiste est comparable au magicien
 Concept récent de "l'art pour l'art"
 
Selon Freud, certaines œuvres de Léonard Vinci révèleraient l'homosexualité refoulée de son auteur (lis les
carnets de l'auteur, narration d'un souvenir qu'il associe à son intérêt pour les oiseaux)
 
« Il semble qu'il m'était déjà assigné auparavant de m'intéresser aussi fondamentalement au vautour, car il
me vient à l'esprit comme tout premier souvenir qu'étant encore au berceau, un vautour est descendu
jusqu'à moi, m'a ouvert la bouche de sa queue et, à plusieurs reprises, a heurté mes lèvres de cette même
queue. »
 
Selon Freud, souvenir de fellation exprimé par Vinci > « un type particulier d'homosexualité où le sujet
s'identifie à sa mère pour s'aimer lui-même dans les jeunes gens, objet de son choix homosexuel ». Selon,
Jacques Lacan l'art constitue un sinthome (ancienne graphie du mot symptôme), une suppléance, et permet
à l'artiste de ne pas sombrer dans la folie.
Mais de cette fonction de l'art, dont il tire toute sa puissance créatrice, l'artiste n'est pas conscient.
 
2. L'interprétation
Fonction de l’œuvre est aussi affaire d'interprétation, et cette dernière n'est pas maitrisée par l'artiste,
parfois elle lui échappe car elle acquiert une forme d'indépendance, une existence propre.
"Un beau vers n'est pas d'abord en projet, et ensuite fait : mais il se montre beau au poète." (Alain).
 
L'œuvre d'art et l'objet utilitaire ont des points communs : produits de l'habileté et perceptibles, ayant une
finalité mais l’œuvre est bien spécifique parce qu’elle transcende toute fonction :
 ne vise pas l'efficacité
 ouvre sur différentes interprétations.
Marcel Duchamp avec l'urinoir : Il s'agit de remettre en cause l'idée que l'œuvre d'art doit être belle et noble
et de réfléchir à sa nature. Entre un urinoir utilisé comme tel et cette "fontaine", quel changement s'est
opéré ? Quelle transfiguration, ce que le philosophe et critique d'art Arthur Danto a appelé "transfiguration
du banal" ?
 
Duchamp remarque en réalité que l'œuvre d'art est de moins en moins définie par des propriétés formelles
ou matérielles, mais constituée comme œuvre par le spectateur, l'institution et la renommée.
 
L'imaginaire de l'artiste semble plus débridé que celui de l'artisan, quel est donc alors le rapport de l'art au
réel ?

II L’œuvre d'art n'est-elle qu'une copie de la réalité ?

L'artiste : conscience ouverte sur le monde, est-ce qqun qui a plus "d'ouverture d'esprit" que les autres ? Ce
qui lui permettrait de voir des choses que les autres ne voit pas. Source d'inspiration : ses observations.
L'artiste crée à partir d'un sujet précis, d'une base, même l'art abstrait a un sujet => pas forcément la réalité
sensible.

A. L'artiste, un faussaire ?
L'artiste un simple imitateur de la réalité ? Selon Platon ce qui a de plus réel ce sont les idées (pas soumises
aux changements, dégradent, vieillissent pas, ne peuvent être détruit.
- Mais pour Platon l'artiste est prisonnier des apparences (pourtant l'artiste n'est-il pas le seul capable
de sortir de cette cage des apparences, des illusions de la réalité ?).
- Ex : peintre peint un lit, reproduit simplement ce qu'il voit or ce qu'il y a de plus réel c'est le concept
du lit (ni matière, ni couleur) mais certaines œuvres d'art ne sont-elles pas des concept tellement
qu'elles sont abstraites ?
- Pour Platon les artistes sont des charlatans qui devraient être exclu de la société.
- Rapport à la réalité, artiste une création aux 3eme degré.
- Illusoire, superficiel, qqch de presque factice.
Qu'est ce qui est réel : ce que l'homme conçoit (idée), ce qu'il fabrique (chose), ou ce qu'il représente (art) ?

L'idée est selon Platon la plus proche de la réalité, l'artiste n'est qu'un imitateur de la semblance, de
l'apparence d'un lit qui est à son tour déjà une apparence de l'idée.
- Ainsi, l'art pour Platon s'éloignerait le plus de la réalité. Même si le peintre prend un angle différent
pour regarder et représenter les choses, il se base toujours sur une apparence qui ne diffère pas.
Ainsi l'artiste ne peut pas se rapprocher du monde des idées pour Platon.
- Réalité naturelle et réalité vu par l'artiste

1er degré, la connaissance de l'essence (idée)


2eme degré, la connaissance de l'idée générale pour produire (choses)
3eme degré, simple imitation des apparences (art)

Définitions :
Le concept est une représentation intellectuelle qui regroupe les caractères nécessaires pour comprendre la
nature de ce qui est pensé.
Par exemple, l’homme est un animal raisonnable ; le triangle est la figure formée par l’intersection de trois
droites.

L’image est la représentation des qualités sensibles d’une chose ; elle peut être mentale ou matérielle (il
s’agit alors d’une image fabriquée ou produite par la nature).
Par exemple, l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci est l’image que l’on peut donner de l’homme. Une
image peut être à la fois mentale et matérielle. Ainsi, le triangle imaginé à l’esprit est une image mentale,
celui que trace le professeur au tableau est une image matérielle.

La métaphore est la représentation que l’homme peut se faire d’une réalité en lui prêtant, par analogie, les
qualités d’une autre réalité. Elle est à prendre au sens figuré.

Léonard de Vinci :
- Artiste doit imiter la nature au plus près, sa peinture doit être le miroir de la réalité
- "On doit prendre le miroir pour maître"
- Mais si tout existe déjà dans la réalité, quel est la finalité de l'art, quel est sa fonction, est-ce juste un
reflet de la nature, de ce qu'on voit et perçoit.
Hegel :
- Justifie la création artistique par le plaisir et fierté que ressens l'artiste devant sa capacité et son talent
à imiter la nature.
- Ce plaisir peut pourtant être illusoire, et de courte durée devant une quête dépourvue de sens
- L'artiste ne crée pas vraiment, il imite alors la joie ne peut naitre de cette fidélité à l'imitation
- Artisan, exprime son habilité par objet originale qui nait de son esprit rendu réelle par ses mains
- La nature est dégradé, la beauté de la nature n'est que belle pour l'œil humain

B. L'art : une appropriation du réel


Van Gogh :
- "La chambre de Vincent à Arles", critique la théorie de Platon, ce n'est pas qu'une seule
représentation de la chambre, c'est bien plus qu'une copie.
- Tab exprime sobriété et intimité du peintre (choix des couleurs chaudes, accentuation de la
perspective)
- Représentation de soulier de paysan, une œuvre qui possède un véritable sens, qui dépasse la notion
de simple imitation ou copie :
- Souliers, deux chaussures gauches, ce n'est pas une paire ? On dirait deux frères, ou un couple selon
Jacques Derrida.
- Souliers de paysanne, ou soulier de femme et d'homme, un description qui ne s'applique pas plutôt à
des sabots ? Selon Heidegger.
- Van Gogh souhaite tendre un piège en faisant croire que c'est un pair. L'art a une dimension
paradoxale, utilise qqch d'illusoire (une apparence qui n'existe pas forcément) pour créer une
illusion. Nous pouvons penser aux œuvres de Dali
Kant :
- « l'art n'est pas la représentation d'une belle chose mais la belle représentation d'une chose »
- Qqch devient beau l'artiste s'approprie le réel, l'art s'affranchit totalement de l'imitation depuis le
XXe s.
- L'artiste parvient à donner sa propre vision du monde, une qui se détache de la réalité
- Une vision dans laquelle le lecteur, ou le spectateur peut s'identifier, se retrouver

L'art s'inspire donc nécessairement du réel mais l'artiste sait donner une vision subjective et une
interprétation de sa réalité.
Arrive à transmettre une vision authentique, bien que l'artiste peut être pris dans des clichés
L'artiste peut parfois s'approprier le réel dans le vrai sens du terme
Définitions :

Il s’agit de deux niveaux différents dans la considération de la réalité.


Abstrait : Ce qui est abstrait relève d’une séparation opérée par l’intelligence des qualités des êtres,
considérées pour elles-mêmes, universellement et hors de tout objet singulier, comme la grandeur, la
liberté ou la couleur jaune.

Concret : Ce qui est concret est ce dont l’existence est constatable et connaissable par l’expérience sensible.
Cela concerne donc les objets singuliers, tels qu’un homme, une action ou un paysage.
Vérité dans l'art qui n'est pas la vérité scientifique (elle-même une reconstruction du réel mais qui se
prétend objective / l'art affirme sa subjectivité)
- Céline parle du style en prenant l'exemple du bâton qu'il faut choisir tordu pour que, plongé dans
l'eau, il paraisse droit. Aussi faut-il tordre la langue pour qu'elle parvienne à donner l'illusion du
réel. Donner l'illusion du réel, ainsi, l'art est toujours entre illusion, abstrait et réalité (ou du moins la
représentation qu'on se fait de la réalité.)
- Dix artistes produiront dix versions d'un même modèle sans que l'une soit nécessairement plus vraie
que l'autre. Tout dépend et change selon leur point de vue.

Qu'est-ce que la beauté, comment pouvons-nous juger ? Est-ce qqch qui se rapproche le plus de la réalité

III Le problème du goût (le jugement esthétique peut-il être universel ?)

A) Le goût est-il relatif ?


Qu'est-ce que le goût esthétique (étymologie : lat aesthetica « science du beau », « qui a la faculté de sentir;
sensible, perceptible »?
- Goût : aptitude à percevoir la beauté, ce qui sous-entend une beauté universelle
- « à chacun son goût » ce qui revient à dire que « tous les goûts sont dans la nature », ainsi un goût
unique ou universelle ne peut s'imposer
- Frontière entre art et non-art, floue
- Beauté dépend de la mode de la culture, enraciné dans un contexte très concret,
- Chaque société défini le bon goût, Bourdieu parle de "capital symbolique"

B) Une beauté universelle et atemporelle


Reconnaissance de l'art africain (prob des régions, territoires, l'art transcendes les frontières) :
- Gilles Cloquet, Chris Marker et Alain Resnais réalisent un film controversé, "Les statues meurent
aussi"
- Docu qui interroge sur la classification des œuvres (époque précoloniale)
- L'art africain est considéré comme une autre forme d'art (docu ethnographique) exposé au musée
de l'homme
- Contrairement à l'art Antique exposé au Louvres
Ethnographie : Étude descriptive et analytique, sur le terrain, des mœurs, des coutumes de populations
déterminées, particulièrement des populations « primitives »

Transcendes le temps :
- On ne peint plus comme de Vinci, mais ses œuvres sont considérés comme des chefs d'œuvres
- Kant distingue goût sensuel (goût alimentaire, couleur, parfums), goût artistique, « le beau c'est ce
qui plaît universellement sans concept »
- Sans pouvoir définir le beau => on peut tous prétendre a avoir une vision du beau
- Le beau est totalement subjectif ? Pourtant il est influencé par son entourage, le contexte ? Le beau
est-ce exclusivement une vision personnelle ?

Kant "Le jugement esthétique a une portée":


- Beau : "l’objet d’une satisfaction dégagée de tout intérêt"
- Le beau n'est pas une qualité de l'objet lui-même, on ne peut imposer sa satisfaction ou sa vision
du beau
- On ne peut dire chacun son goût, différencié ce qu'on apprécie de façon personnelle
- Le beau / l'agréable
- "Tel aime le son des instruments à vent, tel autre celui celui des instruments à cordes."
- Paradoxe antre jugement subjectif et jugement universel

C) L'art est ce qui définit les critères du beau


VéBeauté artistique qui répond à des critères:
- Artiste invente ces critères, le génie selon Kant donne et impose ses propres règles
- Urinoir de Duchamp, invente un critère de beauté ? A être sensible aux objets du quotidien
- Le beau n'est donc pas tout ce qui sort de l'utilitaire
Art contemporain se passe de plus en plus de la notion de beau, évolue vers un art conceptuel :
- Artiste chinois Zhang Huan
- Yue Minjun avec ses fameux "rires"
Le goût se cultive :
- En le cultivant on est plus apte à comprendre, à savourer,
partager avec les autres
- Si on ne connait par l'art abstrait ni contemporain, on aura
tendance à le rejeter
- En se sensibilisant aux différentes formes on se met à
disposition à comprendre, cerner le beau
Goût esthétique ne peut être uniforme et n'est pas entièrement
arbitraire sinon rien ne pourrait être vu et dit comme artistique :
- Expliquer ses goûts sans les imposer à autrui
- Sensibilité ne dépend pas et ne relève pas de la raison
- Une œuvre peut être considérée comme belle mais on peut
ne pas l'apprécier
L'art une façon pour nous de percevoir le réel et le restituer pour proposer son regard et non pas l'imposer
- Pas d'authenticité fixe et véritable dans l'art
- « nous avons l'art pour ne pas mourir de la vérité » selon Nietzsche
- Ainsi les artistes rendraient le monde plus vivable, plus appréciable (dépeignent même les aspects
les plus sombres)
- On atteint en fin de compte une certaine universalité à travers la subjectivité de l'artiste à condition
de s'ouvrir à toutes les cultures, ouverture d'esprit

D) Pas de côté : la question du génie


Note sur la vidéo "Faut-il croire au génie ? Amadeus":
 Mozart un exemple d'inégalités à la naissance ? Aidé par une grâce divine selon Salieri
 Depuis l'Antiquité on pense à un génie dont ses talents découleraient de Dieu, Platon, Poète inspiré
par les Dieux, puissance divine
 Nietzsche démystifie cette idée que le génie serait inné parfois incontrôlé par l'artiste :
o Origine réelle du génie, un génie se différencie-t-il du savant ou de l'ingénieur ? Selon
Nietzsche, le génie ne serait pas doté d'un talent divin.
o Serait plutôt un processus de travail, de concentration totale dans un seul domaine. (ex :
Mozart a dédié sa vie à la musique et n'a fait que ça)
 D'où vient cette idée de diviniser la figure du génie :
o On ne veut pas éprouver une envie, envier qqun que l'on pense supérieur à nous
o On ne veut pas éprouver une rivalité, une confrontation
o On n'éprouve pas de l'admiration, mais de la jalousie
 Œuvre parfaite :
o On considère souvent un génie comme qqun capable de produire spontanément sans
vraiment réfléchir et poussé par une inspiration inexplicable.
o Comment dire que l'œuvre n'est pas parfaite, on ne voit pas son processus de fabrication ce
qui mystifie encore plus la figure du génie ou du domaine de la création
o Les artistes veulent qu'on croit à leur prétendue inspiration => image de génie
 Toute production se fait avec beaucoup d'effort, laborieux
 Les œuvres géniales sont donc le produit d'un effort de travail important
 "Le supposé génie des autres ne peut jamais être une excuse pour notre propre paresse" Nietzsche.
Kant Nietzsche Duchamp

Thèse : le génie s'inspire Thèse : le génie n'est pas Thèse : le génie serait inspiré et
exclusivement de la nature où "génial", il ne possède pas de animé d'une force inconsciente, une
l'homme est presque considéré talents innés, mais il le devient force qu'il ne ni peut expliquer ni en
comme un simple outil utilisé par une recherche de la estimer le résultat.
qu'utilisa la nature. (nous perfection, du geste juste.  
pouvons penser au film   L'artiste est conscient de l'œuvre
Amadeus, où Mozart est Pour Nietzsche, quelqu'un qu'il réalise physiquement mais ne
considéré par Salieri comme une qui a du génie, c'est quelqu'un peut dire d'où vient son inspiration.
marionnette, un porte-parole de qui sait parfaire ses faiblesses Un artiste génial montre qu'il est
la musique/voix divine.) avant d'entamer un projet plus conscient et maître de ce qu'il
  grand. C'est quelqu'un qui sait produit mais selon Duchamp, au
Le génie s'inspire et n'est prendre conscience de ce qu'il contraire, il ne sait pourquoi, ni
contraint par aucune règle ce qui sait faire et de ce qu'il voudrait comment.
en fait toute son originalité. réaliser. Duchamp soulève un point
De son originalité inspiré Un génie est une personne important de l'art. L'artiste apporte
d'une nature illimité, il devient qui aurais compris qu'il faut son point de vue à travers sa toile,
un modèle à suivre, exemplaire. travailler pour soi et non pas cependant le tableau peut être
Le génie ne peut expliquer créer pour les autres. Ainsi, compris d'une autre manière par les
d'où lui vient son inspiration, et Nietzsche revient sur son idée, "regardeurs". Cette inspiration pour
d'ailleurs ne peut produire de surhomme toujours en quête un tableau, ne vient-elle pas aussi du
quelque chose par le simple le du dépassement de soi. regard d'un spectateur ? Où est-ce
souhait de sa volonté. Un génie seront donc que le tableau puise son sens ?
Ainsi le génie est-il esclave de quelqu'un capable de dépasser Enfin, une œuvre dont
son inspiration, esclave de cette le stade du "je n'ai pas assez de l'inspiration de l'artiste est
nature inspiratrice ? Est-ce un talent", de croire en ses rêves et inexplicable traverse le temps, par sa
talent inné empoisonné ? d'avoir la volonté de les rareté et sa valeur inestimable. "Les
réaliser. modes passent, le style est éternel.
La mode est futile, le style pas." Yves
Saint Laurent.

Note sur la vidéo "Faut-il croire au génie ? Amadeus":


 Mozart un exemple d'inégalités à la naissance ? Aidé par une grâce divine selon Salieri
 Depuis l'Antiquité on pense à un génie dont ses talents découleraient de Dieu, Platon, Poète inspiré
par les Dieux, puissance divine
 Nietzsche démystifie cette idée que le génie serait inné parfois incontrôlé par l'artiste :
o Origine réelle du génie, un génie se différencie-t-il du savant ou de l'ingénieur ? Selon
Nietzsche, le génie ne serait pas doté d'un talent divin.
o Serait plutôt un processus de travail, de concentration totale dans un seul domaine. (ex :
Mozart a dédié sa vie à la musique et n'a fait que ça)
 D'où vient cette idée de diviniser la figure du génie :
o On ne veut pas éprouver une envie, envier qqun que l'on pense supérieur à nous
o On ne veut pas éprouver une rivalité, une confrontation
o On n'éprouve pas de l'admiration, mais de la jalousie
 Œuvre parfaite :
o On considère souvent un génie comme qqun capable de produire spontanément sans
vraiment réfléchir et poussé par une inspiration inexplicable.
o Comment dire que l'œuvre n'est pas parfaite, on ne voit pas son processus de fabrication ce
qui mystifie encore plus la figure du génie ou du domaine de la création
o Les artistes veulent qu'on croit à leur prétendue inspiration => image de génie
 Toute production se fait avec beaucoup d'effort, laborieux
 Les œuvres géniales sont donc le produit d'un effort de travail important
 "Le supposé génie des autres ne peut jamais être une excuse pour notre propre paresse" Nietzsche.

La nature
c’est ce qui définit les propriétés spé d’une chose, sa nature. C’est ce qui en elle ne change pas, c’est son
essence, (sens ontologique, discours sur l’être)
 Paradoxe : etymo « natura » lat, fait de naitre de donner naissance. Phisis ce qui croît
 Désigne ce qui nait, ce qui vit, ce qui meurt, jamais le même. Ce qui croît en vertu de son propre
principe (évolution).
 Est nat ce qui dépend du temps, ex : un triangle ne change pas
 Est nat ce qu’il est, par essence et non par accident… eau (inscrit dans ce qu’il est)
 Nature sens anthropo : tout ce que l’homme n’a pas fait, ou que l’act de l’homme n’a pas transformé
(naturel s’oppose à la culture humaine)
Aristote : explique la dif entre nat et artifice, objet produit peut être en dif matière, mur en pierre ou en
argile

Essentiel : qui est considéré comme formant le fond de l’être, par opposition au modif qui ne l’atteigne que
superficiellement et temporairement. Par extension qui se dit important, indispensable
Accidentel : ce qui peut avoir lieu ou disparaitre sans destruction du sujet

Sauvage et bestial. La nat s’oppose à ce qui est la civilité, de la culture. L’homme est capable d’une action
morale. Langage, gazouillis des oiseaux, barbare parle pas la langue des Grecs (logos)
 Ce qui s’éloigne des normes de la nat, contre nat, dénaturé, dégénéré. Homo sort de la nat, présenté
comme condamnable.
 Nat prend le sens de originel
 Produit d’une culture dif nat/cult. Nous pouvons nous demander ce qui en l’homme est nat

I) L’homme dans la nature

A) La nature est-elle aveugle ou bienveillante


Vision matérialiste (épicuriens)
Vision cosmologique (stoïciens)
La nécessité des lois nat combinés au hasard, suffit-elle à expliquer la nat, ou bien faut-il supposer
l’existence d’un principe sup, qui donnerait sens et cohérence au monde

1. L’homme perdu dans une nat amorale


Immoral, quand on va à l’encontre de la moral
Amoral , où moral n’existe pas
Lucrèce « crainte de la mort qui est à l’origine de toutes les passions »
 Epicure propose un discours théoric sur la physique, sur la nat d’une manière générale. Supprimer
la craintes des Dieux et de la mort
 Dieux n’ont pas créé l’univers, l’univers est éternel, l’être ne peut venir du non être. Puisqu’il est
éternel, les Dieux ne l’ont pas créé. Epicurien connaissent atome (corps insécable), les corps naissent
et se désagrègent par le mouvement des atomes
 Existe une infinité de monde, qui apparaisse et disparaisse, notre univers n’est que l’un d’eux. La
déviation des corps perme la création des corps, liberté et possibilité de liberté (découler l’éthique
de la physique).

2. Une nat providentiel


Providentiel : puissance sup divine, qui gouverne le monde, qui veille sur le destin des individus.
Physique des stoïciens, n’est pas dév pour elle-même, a aussi une finalité moral, apprend aux hommes qu’il
y a des choses en son pouv et d’autres qui s’enchaîne de manière nécessaire et rationnel.
 Volonté de cohérence avec soi-même, volonté matériel comme une loi fondamentale. Le vivant est
accordé à lui-même, et tant à se conserver lui-même, et à aimer sa propre existence
 Le monde est un seul être vivant, le monde un ensemble, tout à rapport avec tout, tout est dans tout,
tout à besoin de tout.
 Choix de vie stoïciens postule que l’univers est rationnel, raison humaine doit se fonder dans cette
raison du tout. Vivre conformément à la raison, c vivre conformément à la nat
 Qd l’univers est considéré comme fini, est soumis à une finalité divine ou nat, une vision
théologique, on parle de cosmos

La physis (ang), le concept originaire désigne, tout ce qui est et advient, la nature :
1. Vision des Stoïciens sur la nature, une nat providentielle
2. Vision des Epicuriens sur la nat, hasard prévoit à ce qui existe, la nat est amorale
Concept de la nat si différents, comment accorder une valeur à ce qui est nat ?

B) La valeur du naturel
1) Nature et culture
L’homme est puni d’être allé à l’encontre la nat ?
CCL : Diogène
 Cynisme considère que l’état de nature phusis, enfant ou animaux est sup au nomos (convention de
la civilisation)
 Cependant, la discipline cynique, cherchant à se conformer au mode de vie animal est le fruit d’une
volonté bien humaine et peut être même contre nature (paradoxe)
 Forcé de constaté que si la nature et le naturel suscite un engouement nostalgique, souvent teinté de
romantisme. L’homme qui serait trop du coté de la nat, attire souvent mépris, condescendance et
suspicion
 Pour Lévi-Strauss, renvoyé un homme à la nature, c’est de le rejeté de la soc, manière de le
déshumanisé
 L’homme à l’état de nature, pour Rousseau, ni bon ni mauvais. L’homme à l’état de nature ne fait
que le bien, deux sentiments :
o Amour de soi
o Pitié projette sur lui l’amour de soi qui prend la forme de pitié
 Pour Rousseau, la société corrompt l’homme. Un passé hypothétique, c’est une création théorique

2) Nature et artifice
Selon Hegel ce qui est artificiel est spontanément dévalorisé par rapport à ce qui est nat, on identifie
communément l’artifice (factice, faux, illusoire), le vrai serai qd à lui du cote de la nature
 Culture égyptienne valorise les animaux
 Culture grec valorise l’homme
 Ovide : Lycaon devient un loup car il était trop sanguinaire (punition)

Vous aimerez peut-être aussi