Vous êtes sur la page 1sur 22

Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.

ca pour une installation RÉSEAU unique et


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation

plasticité
l’aide du pénétromètre à cône et de la limite de
Sols – Détermination de la limite de liquidité à
NORME NATIONALE DU CANADA
CAN/BNQ 2501-092/2006
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

© BNQ, 2006

NORME NATIONALE DU CANADA


CAN/BNQ 2501-092/2006
Sols – Détermination de la limite de liquidité à
l’aide du pénétromètre à cône et de la limite de
plasticité

Soils – Determination of Liquid Limit by the Fall Cone


Penetrometer and Determination of Plastic Limit

ICS : 13.080.05; 13.080.20; 19.060


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS ET D’ACHAT

Toute demande de renseignements ou d’achat concernant le présent document peut être adressée au
Bureau de normalisation du Québec (BNQ), à l’adresse suivante : 333, rue Franquet, Québec
(Québec) G1P 4C7
[téléphone : 418 652-2238, poste 2437, ou 1 800 386-5114; télécopieur : 418 652-2292;
courriel : bnqinfo@bnq.qc.ca; site Web : www.bnq.qc.ca].

RÉVISION DES DOCUMENTS DU BNQ

La collaboration des utilisateurs et des utilisatrices des documents du BNQ est essentielle à la mise à
jour de ceux-ci. Aussi, toute suggestion visant à améliorer leur contenu sera reçue avec intérêt par le
BNQ. Nous vous prions de nous faire parvenir vos suggestions ou vos commentaires en utilisant le
formulaire que vous trouverez à la fin du présent document.

TROISIÈME ÉDITION DE LA NORME NATIONALE DU CANADA — 2006-09-18

Cette nouvelle édition remplace celle du 15 juillet 1986.

Le présent exemplaire électronique est destiné à être installé sur un réseau interne et l’accès simultané au
document est limité à 5 postes de travail. Des copies de sécurité sont permises selon les procédures
internes de sécurité de l’acheteur. Des copies de travail personnelles peuvent être imprimées par les
lecteurs-utilisateurs du document. Toute autre utilisation, notamment l’enregistrement (sauvegarde),
l’envoi ou la distribution du document électronique à des tiers, à des partenaires ou à des clients, est
interdite, à moins qu’une entente particulière n’ait été conclue entre un acheteur enregistré et le BNQ.
Seul un acheteur dument enregistré auprès du service à la clientèle du BNQ reçoit les mises à jour du
document. Les notifications et le catalogue peuvent être consultés en tout temps dans le site Web du
BNQ [www.bnq.qc.ca] pour vérifier l’existence d’une édition plus récente d’un document ou la
publication de modificatifs ou d’erratas.
S’il désire continuer de recevoir les mises à jour, un acheteur enregistré doit informer, dans les meilleurs
délais, le service à la clientèle du BNQ de tout changement d’adresse.

© BNQ, 2006

Tous droits réservés. Sauf prescription différente, aucune partie du présent document ne peut être reproduite ni
utilisée sous quelque forme que ce soit et par aucun procédé, électronique ou mécanique, y compris la photocopie et
le microfilmage, sans l’accord écrit du BNQ.

ISBN-13 : 978-2-551-22944-4 (version imprimée) Dépôt légal — Bibliothèque et Archives


ISBN-10 : 2-551-22944-8 (version imprimée) nationales du Québec, 2006
ISBN-13 : 978-2-551-22945-1 (PDF)
ISBN-10 : 2-551-22945-6 (PDF)
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation

NORME NATIONALE DU CANADA

Préparée par

Approuvée par

Le Conseil canadien des normes


Le Bureau de normalisation du Québec
ET DE LA LIMITE DE PLASTICITÉ
À L’AIDE DU PÉNÉTROMÈTRE À CÔNE
SOLS — DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE LIQUIDITÉ
CAN/BNQ 2501-092/2006
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

Bureau de normalisation du Québec Conseil canadien des normes

Le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) est un Le Conseil canadien des normes est l’organisme de coor-
organisme québécois de normalisation qui fait partie du dination du Système national de normes, une fédération
Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ). Le d’organismes indépendants et autonomes qui travaillent au
Bureau de normalisation du Québec a été créé en 1961. développement et à l’amélioration de la normalisation vo-
Il est l’un des quatre organismes d’élaboration de lontaire dans l’intérêt national.
normes accrédités par le Conseil canadien des normes
et, par conséquent, fait partie du Système national de Les principaux buts du Conseil sont d’encourager et de
normes. promouvoir la normalisation volontaire comme moyen
d’améliorer l’économie nationale, d’améliorer la santé, la
Le Bureau de normalisation du Québec consacre sécurité et le bien-être du public, d’aider et de protéger le
d’abord ses activités à la production de normes répon- consommateur, de faciliter le commerce national et
dant aux besoins de l’industrie, des organismes publics international et de favoriser la coopération internationale
et parapublics et des groupes concernés; il s’occupe dans le domaine de la normalisation.
également de la certification des produits, des processus
et des services à partir des normes qu’il a élaborées, en Une Norme nationale du Canada est une norme, ap-
apposant, lorsqu’il y a lieu de le faire, sa propre marque prouvée par le Conseil canadien des normes, qui reflète
de conformité. Enfin, le Bureau de normalisation du une entente raisonnable parmi les points de vue d’un
Québec offre un service d’information, en ce qui a trait certain nombre de personnes compétentes dont les intérêts
aux normes tant québécoises que nationales et interna- réunis forment, au degré le plus élevé possible, une repré-
tionales, aux industriels désireux de se conformer aux sentation équilibrée des producteurs, utilisateurs, consom-
normes dans l’optique de la fabrication et l’exportation mateurs et autres personnes intéressées, selon le domaine
de produits divers et de la prestation de services. envisagé. Il s’agit généralement d’une norme qui peut ap-
porter une contribution appréciable, en temps opportun, à
Les demandes de renseignements concernant le présent l’intérêt national.
document peuvent être acheminées au :
L’approbation d’une norme en tant que Norme nationale
Bureau de normalisation du Québec du Canada indique qu’elle est conforme aux méthodes et
333, rue Franquet critères établis par le Conseil canadien des normes. L’ap-
Québec (Québec) G1P 4C7 probation ne porte pas sur l’aspect technique de la norme;
cet aspect demeure la responsabilité de l’organisme rédac-
Téléphone : 418 652-2238
teur de normes accrédité.
Télécopieur : 418 652-2292
Courriel : bnqinfo@bnq.qc.ca
Il est recommandé aux personnes qui ont besoin de
Site Web : www.bnq.qc.ca
normes de se servir des Normes nationales du Canada
lorsque la chose est possible. Ces normes font l’objet
d’examens périodiques; c’est pourquoi il est recommandé
aux utilisateurs de se procurer l’édition la plus récente de
la norme auprès de l’organisme qui l’a préparée.

La responsabilité d’approuver les Normes nationales du


Canada incombe au :

270, rue Albert, bureau 200


Ottawa (Ontario) K1P 6N7
Téléphone : 613 238-3222
Télécopieur : 613 569-7808
Courriel : info@scc.ca
Site Web : www.ccn.ca

THIS NATIONAL STANDARD OF CANADA IS AVAILABLE IN BOTH FRENCH AND ENGLISH

2006-01-16
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

AVIS

INTERPRÉTATION

Dans le présent document, l’utilisation des expressions et des formes verbales présentées
ci-dessous, des notes et des annexes informatives doit être interprétée par le lecteur ou la lectrice de
la façon suivante.

Les formes verbales conjuguées doit et doivent sont utilisées pour exprimer une exigence qui doit
être respectée pour se conformer au présent document.

Les expressions équivalentes il convient et il est recommandé sont utilisées pour exprimer une
suggestion ou un conseil utiles mais non obligatoires ou la possibilité jugée la plus appropriée pour
se conformer au présent document.

À l’exception des notes mentionnées notes normatives qui contiennent des exigences, présentées
uniquement dans le bas des figures et des tableaux, toutes les autres notes du document mentionnées
notes sont informatives et servent à fournir des éléments utiles à la compréhension d’une exigence
ou de son intention, des clarifications ou des précisions.

Les annexes informatives fournissent des renseignements supplémentaires destinés à faciliter la


compréhension ou l’utilisation de certains éléments du présent document ou à en clarifier l’applica-
tion, mais ne contiennent aucune exigence à respecter.

DÉGAGEMENT DE RESPONSABILITÉ

Le présent document a été élaboré comme document de référence à des fins d’utilisation volon-
taire. C’est la responsabilité des utilisateurs de vérifier si des lois ou des règlements rendent obli-
gatoire l’utilisation du présent document ou si des règles dans l’industrie ou des conditions du
marché l’exigent, par exemple, des règlements techniques, des plans d’inspection émanant d’au-
torités règlementaires, des programmes de certification.

C’est aussi la responsabilité des utilisateurs de tenir compte des limites et des restrictions formu-
lées notamment dans l’objet ou dans le domaine d’application, ou dans les deux.

© BNQ, 2006
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

AVANT-PROPOS

Le présent document a été approuvé par un comité de normalisation formé des membres suivants :

CHAPUIS, Robert-P. École Polytechnique

D’ASTOUS, Jacques Ministère de l’Environnement du Québec —


Centre d’expertise hydrique du Québec

GERVAIS, Mario Golder Associés Ltée

GRONDIN, Gilles Ministère des Transports du Québec

MADJAR, Henri Terratech/SNC-Lavalin

PERRET, Didier Ministère des Ressources naturelles Canada —


Commission géologique du Canada

ROBERT, Claude Ministère des Transports du Québec

TOURNIER, Jean-Pierre Hydro-Québec

TREMBLAY, Martin Ville de Montréal — Laboratoire

GARDON, Paul (coordonnateur) Bureau de normalisation du Québec (BNQ)

La participation de M. Jean-François Beaulieu est également à souligner.

© BNQ, 2006
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

SOMMAIRE

Page

1 OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION 1

2 RÉFÉRENCES NORMATIVES 1

3 DÉFINITIONS 2

4 APPAREILLAGE 2

4.1 TAMIS 2
4.2 PALETTE EN CAOUTCHOUC 2
4.3 MORTIER ET PILON 2
4.4 BOL 2
4.5 SPATULE 3
4.6 PÉNÉTROMÈTRE À CÔNE 3
4.7 CÔNE 3
4.8 RÉCIPIENT INOXYDABLE 3
4.9 SURFACE DE ROULEMENT 3
4.10 AUTRES APPAREILS 3

5 PRÉPARATION DE L’ÉCHANTILLON 3

5.1 PRÉPARATION DE SOLS COHÉRENTS NE CONTENANT VISUEL-


LEMENT AUCUNE PARTICULE SUPÉRIEURE À 400 µm 4
5.2 PRÉPARATION DE SOLS COHÉRENTS CONTENANT DES PARTI-
CULES DE DIMENSION SUPÉRIEURE À 400 µm 4
5.3 PRÉPARATION DE SOLS PULVÉRULENTS 4

6 MODES OPÉRATOIRES 5

6.1 DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à plu-


sieurs points) 5
6.2 DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à point
unique) 6
6.3 DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE PLASTICITÉ 6

© BNQ, 2006
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

7 CALCUL ET EXPRESSION DES RÉSULTATS 7

7.1 LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à plusieurs points) 7


7.2 LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à point unique) 7
7.3 LIMITE DE PLASTICITÉ 8
7.4 INDICE DE PLASTICITÉ 8

8 RAPPORT D’ESSAI 8

FIGURE 1 — CÔNE DE 60 g ET DE 60° 10

ANNEXE A — RÉFÉRENCE INFORMATIVE 11

© BNQ, 2006
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

SOLS — DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE LIQUIDITÉ


À L’AIDE DU PÉNÉTROMÈTRE À CÔNE
ET DE LA LIMITE DE PLASTICITÉ

1 OBJET ET DOMAINE D’APPLICATION

La présente norme spécifie une méthode d’essai qui permet de déterminer la limite de liquidité à
l’aide du pénétromètre à cône et la limite de plasticité des sols, à partir desquelles l’indice de plasti-
cité est calculé.

2 RÉFÉRENCES NORMATIVES

Aux fins du présent document, les ouvrages de référence suivants contiennent des exigences dont il
faut tenir compte et sont cités aux endroits appropriés dans le texte :

BNQ (Bureau de normalisation du Québec) [http://www.bnq.qc.ca]

CAN/BNQ 2501-090/2005 Sols – Détermination de la limite de liquidité à


l’aide de l’appareil de Casagrande et de la limite
de plasticité.
(Soils — Determination of Liquid Limit by the Casagrande
Apparatus and Determination of Plastic Limit.)

CAN/BNQ 2501-170/2006 Sols — Détermination de la teneur en eau.


(Soils — Determination of Water Content.)

ISO (Organisation internationale de normalisation) [http://www.iso.ch/]

ISO 3310-1 : 2000 Tamis de contrôle — Exigences techniques et vé-


rifications — Partie 1 : Tamis de contrôle en tis-
sus métalliques.
(Test sieves — Technical requirements and testing — Part 1:
Test sieves of metal wire cloth.)

© BNQ, 2006 page 1


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

3 DÉFINITIONS

Aux fins du présent document, les termes suivants sont ainsi définis :

indice de plasticité (IPC), n. m. Différence entre les limites de plasticité et de liquidité d’un échan-
tillon de sol. Anglais : plasticity index; I PC .

limite de liquidité (wLC), n. f. Teneur en eau correspondant à la limite arbitraire entre l’état liquide
et l’état plastique d’un sol et déterminée à l’aide du pénétromètre à cône. Anglais : liquid limit; wLC.

NOTE — La limite de liquidité (wLC) de la présente norme est basée sur des corrélations avec la limite
de liquidité (wL) dont traite la norme CAN/BNQ 2501-090. Les corrélations sont basées sur des mesures
effectuées sur les argiles marines déposées par la mer de Champlain (référence : Garneau et LeBihan [voir
annexe A].)

limite de plasticité (wP), n. f. Teneur en eau correspondant à la limite arbitraire entre l’état plastique
et l’état semi-solide d’un sol. Anglais : plastic limit; w P .

NOTE — Cet état est atteint lorsqu’un fil d’un diamètre de 3 mm constitué de ce sol commence à se bri-
ser au moment où il est roulé avec la paume de la main.

teneur en eau (w), n. f. Rapport en pourcentage de la masse d’eau dans un échantillon de sol à la
masse des particules solides. Anglais : water content; w.

NOTE — Ce rapport est celui qu’établit la norme CAN/BNQ 2501-170.

4 APPAREILLAGE

4.1 TAMIS

Un tamis ayant une dimension d’ouverture de 400 µm, conforme à la norme ISO 3310-1, doit être
utilisé.

NOTE — Il est recommandé d’utiliser un tamis fabriqué en acier inoxydable.

4.2 PALETTE EN CAOUTCHOUC

Une palette en caoutchouc de dureté moyenne doit être utilisée.

4.3 MORTIER ET PILON

Un mortier et un pilon servant à briser les agglomérations de particules de sol doivent être utilisés.

4.4 BOL

Un bol en porcelaine ou en un matériau rigide et non absorbant, d’un diamètre d’environ 125 mm,
doit être utilisé.

page 2 © BNQ, 2006


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

4.5 SPATULE

Une spatule droite ayant une lame rigide inoxydable doit être utilisée.

4.6 PÉNÉTROMÈTRE À CÔNE

On doit utiliser un pénétromètre à cône garantissant une chute parfaitement libre d’un cône et pos-
sédant un dispositif de mesure de la pénétration du cône, dont l’échelle de mesure est graduée à
0,5 mm.

4.7 CÔNE

Le cône doit être conforme aux spécifications indiquées dans la figure 1. La pointe du cône doit être
en parfait état et exempte de rayures et elle ne doit présenter aucun émoussement perceptible à l’œil.
Le cône doit être en acier inoxydable et sa surface ne doit pas avoir une rugosité dépassant 0,8 µm.
La distance entre la pointe théorique du cône et sa pointe réelle ne doit pas dépasser 0,10 mm pour
un cône neuf et 0,35 mm pour un cône usagé.

4.8 RÉCIPIENT INOXYDABLE

Un récipient inoxydable, d’un diamètre minimal de 50 mm et d’une profondeur minimale de


25 mm, doit être utilisé.

4.9 SURFACE DE ROULEMENT

Une plaque à surface lisse, non absorbante et non contaminante (exemples : verre dépoli, céra-
mique) doit être utilisée en guise de surface de roulement.

4.10 AUTRES APPAREILS

L’appareillage nécessaire à la détermination de la teneur en eau du sol, comme le spécifie la norme


CAN/BNQ 2501-170, doit être utilisé.

5 PRÉPARATION DE L’ÉCHANTILLON

La préparation de l’échantillon doit être faite conformément à l’une des trois méthodes décrites
ci-après, selon la nature du sol.

Dans le cas de sols cohérents ne contenant visuellement aucune particule de dimension supérieure à
400 µm, la préparation doit être faite selon la méthode décrite dans l’article 5.1.

NOTE — Dans certains cas, comme celui de sols cohérents prélevés en milieu marin ou salin, la prépara-
tion de l’échantillon faite avec une eau de salinité différente de celle de l’eau interstitielle dans le sol préle-
vé peut affecter la valeur de la limite de liquidité.

Dans le cas de sols pulvérulents contenant des particules de dimension inférieure à 400 µm, sur les-
quels les valeurs des limites de liquidité et de plasticité sont exigées, la préparation doit être faite
selon la méthode décrite dans l’article 5.3.

© BNQ, 2006 page 3


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

5.1 PRÉPARATION DE SOLS COHÉRENTS NE CONTENANT VISUELLE-


MENT AUCUNE PARTICULE SUPÉRIEURE À 400 µm

5.1.1 Prélever un échantillon d’environ 300 g représentatif du sol à analyser, à sa teneur en


eau naturelle, n’ayant subi aucun séchage préalable.

NOTE — Cette quantité de sol est suffisante pour faire les essais de limite de liquidité, de limite de plas-
ticité, de sédimentométrie et, éventuellement, de validation.

5.1.2 Triturer vigoureusement le sol dans le bol, à l’aide de la spatule, jusqu’à l’obtention
d’un remaniement complet, c’est-à-dire d’un mélange homogène et de consistance stable.

5.1.3 Procéder immédiatement à la détermination de la limite de liquidité, conformément à


l’article 6.1.

5.2 PRÉPARATION DE SOLS COHÉRENTS CONTENANT DES PARTICULES


DE DIMENSION SUPÉRIEURE À 400 µm

5.2.1 Prélever un échantillon représentatif du sol à analyser, de manière à obtenir environ


300 g de matériau après tamisage au tamis de 400 µm, selon la méthode décrite ci-dessous.

5.2.2 Tamiser le sol au tamis de 400 µm. L’application d’une pression avec les doigts ou à
l’aide de la palette en caoutchouc peut se révéler nécessaire.

NOTE — Si le sol est difficile à triturer à sa teneur en eau naturelle, on peut l’humecter au préalable avec
de l’eau distillée ou déminéralisée.

5.2.3 Triturer vigoureusement le sol tamisé dans le bol, à l’aide de la spatule, jusqu’à l’obten-
tion d’un mélange homogène.

5.2.4 Procéder immédiatement à la détermination de la limite de liquidité, conformément à


l’article 6.2.

5.3 PRÉPARATION DE SOLS PULVÉRULENTS

5.3.1 Prélever un échantillon représentatif du tamisat de 5 mm, de manière à obtenir environ


300 g de matériau passant le tamis de 400 µm, selon la méthode décrite ci-dessous.

5.3.2 L’échantillon obtenu peut être séché à l’air ou à l’étuve à une température inférieure à
60 °C, de manière que les agglomérations de sol puissent se désagréger.

5.3.3 Broyer légèrement le matériau sans briser les particules et passer au tamis de 400 µm.
Répéter ces opérations jusqu’à l’élimination de toutes les agglomérations de particules supérieures à
400 µm.

5.3.4 Laver le refus du tamis à l’eau distillée ou déminéralisée afin de récupérer les particules
de dimension inférieure à 400 µm.

5.3.5 Ajouter l’eau de lavage au tamisat obtenu dans l’article 5.3.3 et homogénéiser le tout.

page 4 © BNQ, 2006


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

5.3.6 Ajouter de l’eau distillée ou déminéralisée ou assécher l’échantillon pour l’amener à


une consistance permettant d’obtenir une pénétration d’environ 7 mm dans l’essai de limite de liqui-
dité décrit dans l’article 6.1. Laisser reposer l’échantillon dans un récipient étanche pendant une pé-
riode minimale de 16 heures avant de faire l’essai de limite de liquidité.

5.3.7 Dans le cas où l’échantillon doit être asséché, le séchage peut être fait à l’air ou en utili-
sant une surface absorbante.

6 MODES OPÉRATOIRES

La limite de liquidité peut être obtenue soit par la méthode à plusieurs points, soit par la méthode à
point unique. La méthode à point unique peut être utilisée pour des essais de routine sur des sols
non organiques possédant une limite de liquidité (wLC) inférieure à 80, alors que la méthode à plu-
sieurs points est recommandée pour des déterminations plus précises indépendamment du type de
sol.

6.1 DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à plusieurs


points)

6.1.1 Effectuer la détermination de la limite de liquidité du sol après sa préparation faite


selon les exigences d’un des articles 5.1, 5.2 ou 5.3.

6.1.2 Placer le sol fraichement trituré dans le récipient inoxydable, à l’aide de la spatule, en
trois couches successives et en éliminant au maximum les bulles d’air. Une fois le récipient rempli,
araser la surface à l’aide du côté rectiligne de la spatule. Procéder immédiatement à l’essai de péné-
tration.

6.1.3 Pour faire l’essai de pénétration, placer le récipient rempli de sol sur la base du pénétro-
mètre. Mettre le cône retenu au pénétromètre en contact avec la surface du sol en abaissant la partie
mobile du pénétromètre, la pointe du cône ne devant qu’effleurer la surface de l’échantillon; le
contact avec la surface peut être vérifié avec une loupe.

Faire une lecture initiale et ensuite relâcher le cône. Faire une lecture finale après environ cinq se-
condes. Ces lectures doivent être faites en évaluant la mesure au dixième de millimètre (0,1 mm).
La pénétration est obtenue par la différence des deux lectures. Nettoyer et essuyer le cône. Répéter
la pénétration en ne s’approchant pas à moins de 15 mm des bords du récipient ou d’un point de
pénétration précédent. Araser, au besoin, la surface. La pénétration moyenne de ces essais est rete-
nue et notée lorsque l’écart entre deux valeurs consécutives est inférieur à 0,3 mm.

6.1.4 Si la valeur de pénétration moyenne obtenue dans l’article 6.1.3 se situe entre 7 mm et
15 mm, triturer le sol de nouveau et répéter les opérations décrites dans les articles 6.1.2 et 6.1.3. Si
les valeurs des deux essais de pénétration séparés par une nouvelle trituration diffèrent par moins de
0,3 mm, la valeur moyenne doit être retenue. Prélever, à l’aide de la spatule, la portion centrale du
sol contenu dans le récipient. La masse prélevée doit être d’environ 20 g. Déterminer la teneur en
eau du sol ainsi récupéré conformément à la norme CAN/BNQ 2501-170.

© BNQ, 2006 page 5


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

6.1.5 Transférer dans le bol le sol restant dans le récipient. Laver le récipient en utilisant de
l’eau à la température ambiante et essuyer en vue du prochain essai.

6.1.6 Si la valeur de pénétration moyenne obtenue dans l’article 6.1.3 est inférieure à 7 mm,
augmenter la teneur en eau du sol en ajoutant de 1 ml à 3 ml d’eau distillée ou déminéralisée et
répéter les opérations à partir de l’article 6.1.2 (voir article 6.1.8).

6.1.7 Si la valeur de pénétration moyenne obtenue dans l’article 6.1.3 est supérieure à
15 mm, abaisser la teneur en eau du sol par trituration ou par épandage sur une surface absorbante
non contaminante à la température ambiante et répéter les opérations à partir de l’article 6.1.2 (voir
article 6.1.8).

6.1.8 Si la pénétration se situe entre 7 mm et 15 mm, les opérations décrites dans l’article
6.1.2 jusqu’à l’article 6.1.5 doivent être répétées de façon à obtenir de 3 teneurs à 4 teneurs en eau
correspondant à des pénétrations se situant entre 7 mm et 15 mm réparties de part et d’autre d’une
pénétration de 10 mm (voir note).

NOTE — Si la pénétration initiale se situe entre 10 mm et 11 mm, il est recommandé de continuer les
essais par assèchement uniquement.

Après chaque addition d’eau ou chaque séchage, l’échantillon doit être trituré vigoureusement pen-
dant une minute afin d’obtenir un matériau homogène.

La détermination de la limite de liquidité est faite soit par addition successive d’eau, soit par assè-
chement successif. Aucune combinaison des deux méthodes n’est acceptée.

6.2 DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à point unique)

Effectuer les opérations décrites dans l’article 6.1 jusqu’à l’obtention d’une pénétration se situant
entre 8 mm et 12 mm (au lieu de 7 mm et 15 mm) et déterminer la teneur en eau correspondante.

6.3 DÉTERMINATION DE LA LIMITE DE PLASTICITÉ

6.3.1 Prélever environ 30 g du sol préparé pour l’essai de la limite de liquidité. L’échantillon
doit être ensuite asséché jusqu’à ce qu’on puisse en former une petite boule qui ne colle pas aux
doigts lorsqu’on la presse.

6.3.2 Rouler l’échantillon de manière à obtenir un rouleau régulier d’un diamètre d’environ
1 cm et diviser le rouleau en deux parties approximativement égales.

6.3.3 Pétrir une des deux parties obtenues et lui donner la forme ellipsoïdale.

6.3.4 Rouler l’échantillon entre la paume de la main et la surface de roulement en appliquant


une pression à peine suffisante pour obtenir un rouleau d’un diamètre uniforme de 3 mm sur toute
sa longueur. Le rythme de ce roulement doit être de 80 à 90 mouvements* par minute.

* Un mouvement équivaut au geste aller et retour de la main sur l’échantillon.

page 6 © BNQ, 2006


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

6.3.5 Lorsque le diamètre du rouleau atteint 3 mm sans se briser, redonner à l’échantillon une
forme ellipsoïdale.

6.3.6 Répéter les opérations décrites dans les articles 6.3.4 et 6.3.5 jusqu’à ce que le rouleau
se brise en morceaux d’une longueur de 3 mm à 10 mm lorsqu’il a atteint un diamètre de 3 mm.

Si le bris du rouleau survient avant que celui-ci ait atteint un diamètre de 3 mm, cet essai doit être
considéré comme le dernier, à condition seulement que l’échantillon ait été roulé en un rouleau d’un
diamètre de 3 mm au moins une fois auparavant.

NOTE — Certaines argiles nécessitent une grande pression des doigts avant qu’on puisse arriver à leur
donner la forme d’un rouleau d’un diamètre de 3 mm, surtout près de leur limite de plasticité. Pour les sols
peu plastiques, il est permis de façonner la masse ellipsoïdale initiale à un diamètre d’environ 3 mm.

La personne qui fait l’essai ne doit jamais tenter de provoquer délibérément l’effritement de l’é-
chantillon lorsqu’il atteint exactement un diamètre de 3 mm en poursuivant le pétrissage.

6.3.7 Une fois que l’échantillon a atteint la condition décrite dans l’article 6.3.6, rassembler
les portions effritées et les placer dans un récipient, comme le spécifie la norme CAN/BNQ
2501-170. Déterminer la teneur en eau conformément à la norme CAN/BNQ 2501-170.

6.3.8 Répéter les mêmes opérations sur la seconde partie de l’échantillon.

7 CALCUL ET EXPRESSION DES RÉSULTATS

7.1 LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à plusieurs points)

Présenter, sur un graphique à échelle arithmétique, la teneur en eau du sol en ordonnée et la pénétra-
tion correspondante en abscisse. Tracer une droite approchant le plus possible les points expérimen-
taux.

La limite de liquidité (wLC) est la valeur de la teneur en eau sur cette droite correspondant à une
pénétration de 10 mm. Cette valeur sera arrondie au nombre entier le plus près.

7.2 LIMITE DE LIQUIDITÉ (méthode à point unique)

La limite de liquidité (wLC) doit être calculée à partir de l’équation suivante et sera arrondie au
nombre entier le plus près :

20 (w − 15)
wLC = + 15
P60 + 10

où wLC : limite de liquidité, en pourcentage;

w : teneur en eau, en pourcentage, correspondant à la pénétration P60;

© BNQ, 2006 page 7


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

P60 : pénétration du cône de 60 g et de 60° qui se situe entre 8 mm et 12 mm, en


millimètres.

7.3 LIMITE DE PLASTICITÉ

La limite de plasticité (wp) doit être exprimée en pourcentage. Elle correspond à la moyenne arith-
métique des deux valeurs de teneur en eau obtenues dans l’article 6.3. Cette valeur sera arrondie au
nombre entier le plus près.

L’écart entre les deux teneurs en eau obtenues dans l’article 6.3 doit être inférieur à 5 % de la valeur
moyenne.

7.4 INDICE DE PLASTICITÉ

L’indice de plasticité ( I PC ) doit être calculé à l’aide de la formule suivante :

I PC = wLC − wP

où wLC : limite de liquidité;


wp : limite de plasticité.

NOTE — Noter l’indice de plasticité d’un échantillon donné par le symbole NP (non plastique) si :

a) les limites de liquidité ou de plasticité ne peuvent être déterminées;

b) la limite de plasticité est égale ou supérieure à la limite de liquidité.

8 RAPPORT D’ESSAI

Le rapport d’essai doit comporter les renseignements suivants :

a) l’emplacement et la provenance de l’échantillon;

b) les dates (dans l’ordre année [quatre chiffres]-mois [deux chiffres]-jour [deux chiffres])
du prélèvement et de l’essai;

c) la valeur de la limite de liquidité (wLC);

d) la valeur de la limite de plasticité (wP);

e) la valeur de l’indice de plasticité (IPC);

f) la méthode de préparation de l’échantillon (voir articles 5.1, 5.2 et 5.3);

g) les modes opératoires suivis pour la réalisation de l’essai (assèchement ou addi-


tion d’eau, méthode à plusieurs points ou méthode à point unique);

page 8 © BNQ, 2006


Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation

© BNQ, 2006
i)
h)
Celsius;

le numéro de la présente norme.

page 9
-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-
la température de séchage pour la préparation des sols pulvérulents, en degrés
CAN/BNQ 2501-092/2006
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation

60° ± 0,2°

FIGURE 1 —

page 10
Cône de 60 g ± 0,6 g

CÔNE DE 60 g ET DE 60°
20 mm min.

© BNQ, 2006
CAN/BNQ 2501-092/2006
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

CAN/BNQ 2501-092/2006

ANNEXE A
(informative)

RÉFÉRENCE INFORMATIVE

GARNEAU, R., et J.-P. LeBIHAN. « Estimation of some properties of Champlain clays with the
Swedish fall cone », Revue canadienne de géothechnique/Canadian Geotechnical Journal, Ottawa,
vol. 14, nº 4, 1977, p. 571-581 (réimpression).

© BNQ, 2006 page 11


limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et

FORMULAIRE POUR COMMENTAIRES

Dans le but d’améliorer les documents publiés par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) et
d’en faciliter la mise à jour, nous vous invitons à nous faire parvenir vos suggestions et commen-
taires relatifs au présent document en remplissant le présent formulaire.

CAN/BNQ 2501-092 Sols — Détermination de la limite de liquidité à l’aide du


pénétromètre à cône et de la limite de plasticité.

JE DÉSIRE : ‰ signaler une erreur dans ce document

‰ suggérer une modification à ce document

‰ faire part d’un besoin ou d’un intérêt pour créer un nouveau document

‰ proposer une autre intervention

SUGGESTIONS ET COMMENTAIRES :

Expéditeur ou expéditrice :

(nom) (organisme)

(adresse)
Tél. :
(code postal)
Signature : Date :

RETOURNER AU : Bureau de normalisation du Québec


333, rue Franquet
Québec (Québec) G1P 4C7
Téléphone : 418 652-2238
Télécopieur : 418 652-2292
Courriel : bnqinfo@bnq.qc.ca
Site Web : www.bnq.qc.ca

2006-01-16
Exemplaire électronique fourni à Cégep André-Laurendeau marco.caron@claurendeau.qc.ca pour une installation RÉSEAU unique et
limitée à 5 postes simultanés. Toute autre sauvegarde, impression, reproduction et distribution est interdite sans autorisation

Vous aimerez peut-être aussi