Vous êtes sur la page 1sur 35

Master 2 : GOUVERNANCE PUBLIQUE ET AUDIT DE 2014–

DEVELOPPEMENT HUMAIN 2015

LA PROBLEMATIQUE
DE LA COLLECTE DS
DECHETS AU
MAROC

Réalisé: Soumis à l’appréciation:


Adja Aminata MBENGUE Pr. BOUGHARI
Kenza ELAIDI
Sofia SAJID
Hamza TASSI
PLAN:
 Introduction
 Chapitre préliminaire : Définition et classification de
déchets
 Partie 1 : Situation actuelle de la gestion Des

déchets ménagers et assimilés au Maroc


Section 1: Le cadre juridique relatif à la gestion des
déchets
Section 2 : Réformes visant le secteur de la gestion des
déchets au Maroc
 Partie 2 : Stratégies, Plans d’action et initiatives

Section 1: Incidences socio-économiques et


environnementales
Section 2: Co-Traitement des déchets ménagers 2
 Recommandations

 Conclusion
INTRODUCTION

 Le concept de développement durable et de


protection de l’environnement est devenu un
thème incontournable de tout débat politique,
économique et social.
 Définition de base présentée dans le rapport
Bruntland en 1987 : le développement durable
est « un développement qui répond aux besoins du
présent sans compromettre la capacité des
générations futures de répondre aux leurs ».
 Les trois piliers du développement durable sont la
protection de l’environnement, la croissance
économique et l’équité sociale. 3
 L’environnement au Maroc est en dégradation
constante et les ressources naturelles s’amenuisent
régulièrement .
 Effectivement, durant les cinq dernières années,

l’économie marocaine a été portée par une croissance


moyenne annuelle de 5%.
 Développement du pays forte industrialisation,
croissance démographique élevée, exode rural et
intensification de la population citadine
Augmentation quantitative et
qualitative des déchets ménagers.

 La gestion des déchets constitue une 4

préoccupation environnementale majeure.


PROBLEMATIQUE

Dans un souci de protection de


l’environnement et dans l’optique
d’un développement durable, quelles
sont les mesures prises par les
autorités publiques pour la gestion
des déchets au Maroc et quels
enseignements peut-on en tirer ?
CHAPITRE PRELIMINAIRE
 Définition :
 Selon la loi n° 28-00 relative à la gestion des déchets et
leur élimination :
 Déchets : tous résidus résultant d’un processus
d’extraction, exploitation, production, transformation,
consommation, utilisation, contrôle ou filtration, et d’une
manière générale, tout objet ou matière abandonnés ou
que le détenteur doit éliminer pour ne pas porté atteinte
a la santé, à la salubrité publique et à l’environnement.
 Gestion de déchets: toute opération de pré-collecte, de

collecte, de stockage, de tri, de transport, de mise en


décharge, de traitement, de valorisation, de recyclage et
d’élimination des déchets, y compris le contrôle de ces
6
opération ainsi que la surveillance des sites de décharge
pendant la période d’exploitation ou après leur fermeture.
CHAPITRE PRELIMINAIRE (SUITE)

 Classification des déchets:


Assimilés au
Médicaux,
Biodégradables
pharmaceutiques
ménagers

7
 Déchets ménagers : tout déchet issu des activités des ménages ;
 Déchets assimilés aux déchets ménagers : tout déchet

provenant des activités économiques, commerciales ou artisanales


et qui par leur nature, leur composition et leurs caractéristiques,
sont similaires aux déchets ménagers ;
 Déchets industriels : tout déchet résultant d’une activité

industrielle, agroindustrielle, artisanale ou d’une activité similaire


;
 Déchets médicaux et pharmaceutiques : tout déchet issu des

activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, palliatif


ou curatif dans les domaines de la médecine humaine ou
vétérinaire et tous les déchets résultant des activités des hôpitaux
publics, des cliniques, des établissements de la recherche
scientifique, des laboratoires d’analyses opérant dans ces domaines
et de tous établissements similaires ;
 Déchets dangereux : toutes formes de déchets qui, par leur

nature dangereuse, toxique, réactive, explosive, inflammable,


8
biologique ou bactérienne, constituent un danger pour l'équilibre
écologique tel que fixé par les normes internationales dans ce
domaine ou contenu dans des annexes complémentaires ;
 Déchets inertes : tout déchet qui ne produit pas de réaction
physique ou chimique tels les déchets provenant de
l’exploitation des carrières, des mines, des travaux de
démolition, de construction ou de rénovation et qui ne sont
pas constitués ou contaminés par des substances
dangereuses ou par d’autres éléments générateurs de
nuisances ;
 Déchets agricoles : tout déchet organique généré
directement par des activités agricoles ou par des activités
d’élevage ou de jardinage ;
 Déchets ultimes : tout résidu résultant de déchets traités ou
ceux qui ne sont pas traités selon les conditions techniques et
économiques actuelles ;
 Déchets biodégradables : tout déchet pouvant subir une

décomposition biologique naturelle, anaérobique ou


aérobique, comme les déchets alimentaires, les déchets de 9

jardins, de papiers et de cartons ainsi que les cadavres


d’animaux ;
Partie 1 : Situation
actuelle de la gestion Des
déchets ménagers et
assimilés au Maroc

10
 Depuis quelques décennies, le Maroc connaît une
forte croissance de la population urbaine et une
prolifération des quartiers périphériques avec une
augmentation conséquente des besoins d’accès aux
services de base. Cette situation a rendu plus
ardues la collecte, l’évacuation et l’élimination des
déchets ménagers et assimilés. Ces déchets sont très
souvent éliminés dans des décharges sauvages ou
encore dans des points noirs et dans les cours d’eau
sans aucun traitement ni contrôle, ce qui engendre
de graves conséquences aussi bien pour la santé
publique et l’environnement que pour l’avenir des
activités socio-économiques dans notre pays.
11
SECTION 1: LE CADRE JURIDIQUE
RELATIF À LA GESTION DES
DÉCHETS

 L’arsenal juridique relatif à la gestion des


déchets solides s’est renforcé en 2006 par
l’adoption de la loi n° 28-00 relative à la gestion
des déchets et à leur élimination.
Cette loi arrête les règles et les principes
fondamentaux qui se rapportent à la gestion des
déchets et à leur élimination. Les apports les plus
importants de  ce texte se déclinent comme suit:

12
 Il définit les règles d’organisation des décharges
existantes et appelle à leur remplacement par des
décharges contrôlées en classant ces dernières en
trois catégories distinctes en fonction des types
de déchets qu’elles sont autorisées à recevoir. 
 Il incite à la planification de la gestion des
déchets en prévoyant l’établissement de plans
directeurs adaptés au niveau territorial et au
plan des catégories de déchets.
 Il confirme la responsabilité de la commune en
matière de gestion des déchets ménagers et
assimilés. 13
 Il met en place un système de responsabilisation
des générateurs des déchets (principe du pollueur
- payeur).
  Il instaure le principe d’une redevance
d’enlèvement et d’élimination des déchets
ménagers et assimilés. Le conseil communal
concerné fixe le taux de  cette redevance dans les
formes et conditions prévues par la loi.
  Il prévoit la possibilité de commercialisation et
de réutilisation par les communes des produits
des déchets valorisés.

14
 Il fixe par voie réglementaire les délais de mise
en place des installations de tri, de traitement,
d’élimination ou de valorisation des déchets.
  Il fixe par voie réglementaire les prescriptions
techniques concernant le tri, l’emballage, la
collecte, le transport, le stockage, le traitement et
l’élimination des déchets ainsi que leur
classification.

15
SECTION 2: RÉFORMES VISANT LE SECTEUR
DE LA GESTION DES DÉCHETS AU MAROC

 Pour faire face aux défis posés par la gestion


des déchets ménagers et des déchets assimilés,
les Ministères de l’Intérieur, des Finances et
de l’Environnement ont développé
conjointement le Programme National Des
Déchets Ménagers.
 Objectif : améliorer la gestion des déchets
solides municipaux d’ici 2022 à travers la
collecte et le nettoiement des déchets
ménagers.
16
OBJECTIFS DU PNDM:
 Professionnaliser les services de gestion des DMA
 Assurer la collecte et le nettoyage des déchets ménagers pour

atteindre un taux de collecte de 85% en 2016, 90% en 2020 et 100%


en 2030
 Réaliser des décharges contrôlées des déchets ménagers et

assimilés au profit de tous les centres urbains d’ici 2020


 Réhabiliter ou fermer les sites de stockage existants (100%) d’ici

2022
 Moderniser le secteur des déchets en augmentant le
professionnalisme ;
 Généraliser les Plans Directeurs sur toutes les provinces et

préfectures du Royaume.
 Développer la filière de « tri-recyclage-valorisation » pour atteindre

un taux de 20 % du recyclage en 2020


 Former et sensibiliser tous les acteurs concernés sur la
17
problématique de gestion des DMA.
 Coût estimé : 40 milliards de DH
DÉFINITION DES PRINCIPAUX
GROUPES CIBLÉS

 A partir de l’analyse du cadre légal et


institutionnel, quatre principaux groupes cibles
ont été identifiés :
  Les décideurs

 Les communes et délégataires


 Les relais d’opinions
 Les producteurs de déchets.

18
19
RÉALISATIONS DU
PROGRAMME PNDM
 Augmentation du taux de collecte professionnalisée à 80% contre 44%
avant 2008.
 Augmentation du taux des déchets ménagers mis en décharges

contrôlées à 32% soit 1.690.000 T/an, contre 10% avant 2008. Ce taux
sera de 61 % après l’achèvement des décharges contrôlées en cours de
réalisation soit 1.554.250 T/an de plus.
 La mise en place et l’achèvement de 14 décharges contrôlées : à Fès,

Rabat, Oujda, Berkane, Al Hoceima, El Jadida, Essaouira, Agadir,


Guelmim, Figuig, laayoune, Mohamedia-Benslimane, Nador et Dakhla.
 La réalisation en cours de 6 décharges contrôlées à Khouribga, Ifrane,

Tata, Safi , Casablanca et Ouarzazate.


 Réhabilitation de 24 décharges non contrôlées.

 84 décharges non contrôlées en cours de réhabilitation.

 Elaboration de 6 plans directeurs de gestion des déchets pour les

provinces de Tétouan, Dakhla, Es-Smara, Boujdour, Beni Mellal et


Tiznit.
20
 63 plans directeurs de gestion des déchets en cours d’élaboration et

seront achevés avant fin 2014.


Partie 2 : Incidences
socio-économiques et
environnementales

21
SECTION 1 : INCIDENCES SOCIO-
ÉCONOMIQUES ET ENVIRONNEMENTALES
INCIDENCES ENVIRONNEMENTALES:

 L’élimination inconsidérée des déchets a pour


conséquence la contamination de l’air, de l’eau et du sol.
 Les stratégies de gestion des déchets, y compris

l’incinération et les décharges, peuvent émettre des gaz à


effet de serre et des produits chimiques toxiques qui sont
relâchés dans l’atmosphère, le sol et les cours d’eau.
 D’autres types de déchets peuvent prendre des années à

se décomposer et viennent s’ajouter à l’accumulation des


matières et produits chimiques non naturels dans
l’environnement. Les déchets organiques et d’origine
animale qui ne sont pas éliminés de façon judicieuse
peuvent polluer les cours d’eau résultant dans la
contamination de l’eau potable, la prolifération algale et
causant des dégâts à la flore et à la vie animale.
22
Incidences socio-économiques :
 Sociale:
Les conditions écologiques qui se détériorent sont une
des causes principales des problèmes de santé et de
mauvaise qualité de vie des gens. Les déchets organiques
jetés par terre et laissés à pourrir dans les rues sont une
sérieuse menace à la santé car ils attirent les rats et autres
porteurs de maladies. Des cours d’eau pollués rendent les
communautés vulnérables aux maladies hydriques. La
contamination des sols peut réduire leur viabilité pour les
besoins de la production alimentaire. Les substances
toxiques rejetées dans l’atmosphère contribuent à la
pollution de l’air et à l’incidence accrue des maladies
respiratoires chez les gens, en particulier dans les zones
urbaines. De plus, les objets tel que le verre peuvent
présenter un danger à la sécurité tout autant des gens que 23
des animaux.
 Economiques:
De mauvaises conditions écologiques peuvent
affecter l’économie de plusieurs façons, y compris
une diminution de la production alimentaire, une
mauvaise santé humaine et animale et la
réduction du potentiel touristique. L’utilisation
incompétente des ressources affecte l’efficacité
économique et la capacité de produire les denrées
alimentaires et de consommation courante
nécessaires aux besoins des populations
croissantes.

24
SECTION 2:  CO-TRAITEMENT DES
DÉCHETS MÉNAGERS
 Qu’est ce que le recyclage ?
Le recyclage est une méthode intelligente pour
se débarrasser des déchets afin qu'ils ne
deviennent pas des ordures inutiles. Cette
méthode permet donc de réduire les quantités de
déchets et les pollutions qu’ils engendrent. D'une
façon plus simple, on peut dire que le recyclage,
c'est la récupération de matériaux utiles pour
qu'ils puissent être réutilisés. Les matières
recyclables sont les suivantes : le verre, le papier
et carton, certains plastiques ainsi que
l’ensemble des déchets organiques. 25
La gestion des déchets solides au Maroc:
Ces différents problèmes ont des
Au Maroc, la gestion des déchets
effets sur :
ménagers peut poser de réels
• La pollution : des sols, de l’eau, de
problèmes :
l’air.
• Saturation des décharges.
• La santé : propagation de germes
• Nombreux points noirs (dépôts
pathogènes.
anarchiques d’ordures). • Taux de
• L’économie : coût des soins de
collecte faibles.
santé, baisse du tourisme, coût de
• Augmentation des emballages
réhabilitation des sites pollués, coût
donc de la quantité de déchets
de collecte de la quantité
ménagers
grandissante de déchets

Certains de ces problèmes peuvent être surmontés par le


recyclage. En effet, le recyclage des matériaux collectés par les
récupérateurs permet de :
• Réduire les volumes de déchets mis en décharge d’où une
plus longue exploitation de ces sites.
• Récupérer des déchets non biodégradables qui restent 26
longtemps là où on les a jetés.
• Créer des emplois
CAS PRATIQUE

27
 Tout d’abord il faut noter que les déchets
appartiennent à 4 types de structures:
 Centres de dépôts des déchets ménagers;
 Décharges publiques;
 Usines de compostage;
 Unités d’incinération.

28
 Centres de dépôts des déchets ménagers:

Ils sont situés en des points précis de la ville,


correspondant souvent aux dépôts des services
techniques. Ce sont essentiellement des points de
transfert pour les déchets ménagers amenés par
charretons ou dumpers, et pour les déchets de
nettoiement.

 Décharges publiques :
Installées généralement sur des terrains communaux
et caractérisées par l’absence de clôture, de voies de
circulation, de gardiennage, etc. Les sites sont trop
souvent choisis au hasard des terrains disponibles, 29
sans études d’impact sur l’environnement.
 Usines de compostage:
Seul six villes marocaines ont été dotées d’usines de
traitement des ordures ménagères par compostage.
La majorité de ces usines ne fonctionnent pas:
Tétouan, Meknès, Casablanca et Marrakech. Celle
de Rabat est la seule encore en fonctionnement, mais
elle se heurte à beaucoup de problèmes : mauvaise
qualité et donc mévente du compost, difficultés
d’élimination des refus. L’unité située à Agadir a été
mise en service à titre de pilote.
 Unités d’incinération:

Ces unités, en très faible nombre, traitent


essentiellement des déchets médicaux et rarement
des déchets industriels. Aucune norme
environnementale n’est respectée par ces unités dont
la plupart sont classées comme étant des brûleurs 30

plutôt que des incinérateurs.


ASSOCIATION RADIJA
 Association Radija:

 L’association RADIJA est une association créée


le 13 Juin 2001.
 Des missions sont effectuées à raison de 3 à 4
missions par an par des bénévoles .
 L’association a mené en 2006 un projet sur la
« Sensibilisation de la population et évaluation
de la gestion des déchets dans quatre villages
du Haut Atlas marocain : Agoutim, Amezraï,
Tirannimine et Taghia. »
31
 La vallée de l’Alhansal est particulièrement
enclavée. Ce qui rend difficile la mise en place d’une
collecte des déchets.
  De plus, aucun moyen de stockage n’est a
disposition de la population. La majorité des déchets
se trouve à même le sol, d’où une pollution directe
avec des risques accrus pour la santé de la
population, les piles constituant un des types de
déchet le plus important.
 Ainsi, pour mener à bien son action, l’association a
d’abord procéder à une campagne de sensibilisation,
la population ayant une méconnaissance de l’impact
du déchet notamment son potentiel toxique, sa
dégradation. 32
 C’est pourquoi, avec l’aide d’adultes jouant le rôle
de « médiateurs culturels », elle a organisé avec
une partie des enfants du village la collecte, le tri
et l’incinération d’une partie des déchets, à
savoir :

 stockage des matières non combustibles ou


toxiques (boites de conserves, piles, plastique);

 incinération des matières organiques ou non


polluantes (bois, tissus…) .

33
CONCLUSION:
L’objectif global assigné à cette étude était
d'étudier les problèmes majeurs liés à la gestion
des ordures ménagères en vue de proposer des
stratégies pour une gestion rationnelle des
ordures ménagères. Ceci dit, il est évident que
malgré les efforts réalisés par le Maroc pour
remédier à la problématique de la gestion des
déchets, d'avantages d’efforts restent à déployer
en vue d’optimiser cette gestion et orienter cette
même gestion de sorte a ce qu’elle contribue au
développement durable.
34
BIBLIOGRAPHIE

35

Vous aimerez peut-être aussi