Vous êtes sur la page 1sur 10

Le financement de l’économie par les marches des capitaux

Nous allons essayer de voir en premier lieu le marché monétaire, les


compartiments qui le composent ainsi que les acteurs, les produits et les
échéances que l’on peut trouver dans chaque compartiment.

Section 1 : Le Marché Monétaire


Comme nous l’avons déjà signalé, le marché monétaire peut être
considéré comme le marché de la dette du court terme. Là où divers acteurs
qu’ils soient des agents financiers et non financiers qui sont des banques
commerciales, la banque centrale, le trésor public, les sociétés non financières,
les sociétés de financement vont prêter et emprunter les uns des autres dans le
cadre de ce marché pour des échéances de court terme.

Au départ, le marché monétaire avait pour principal fonction de


permettre aux banques commerciales de se financer entre elles. Durant cette
période le marché monétaire était réservé aux banques commerciales, il était
tout simplement assimilé au marché interbancaire. C’est dans le cadre de ce
marché que les banques se prêtaient entre elles.

Dans une seconde phase et progressivement, il est devenu le lieu


privilégié de l’action de la Banque centrale dans lequel elle va appliquer la
politique monétaire. Donc, le marché monétaire était réservé aux banques
commerciales puis il va être élargi à l’intervention de la Banque centrale, qui
va appliquer sa politique monétaire comme les deux techniques de l’open
market et des pensions qu’on a vu dans le premier semestre. Et enfin, il s’est
ouvert aux agents non financiers d’abord au trésor public puis aux entreprises
en recherche de financement dans le cadre du marché des titres de créances
négociables.

Finalement, le marché monétaire est devenu ouvert à tous les acteurs


économiques qu’ils soient des agents financiers ou non financiers.
Maintenant, la question qui va se poser c’est :

Prof: F.HAMDI 1
Puisque le marché monétaire est devenu ouvert aux agents non
financiers, est-ce qu’il est devenu ouvert même aux particuliers ?

Pour répondre à cette question, légalement oui car rien n’empêche les
particuliers d’acheter des titres du marché monétaire notamment dans le cadre
du marché des titres des créances négociables. Mais concrètement, c’est peu
probable par ce que le prix des titres dans le cadre de ce marché est très élevé
comme on va le voir (le prix total minimum de l’émission est de 100 000
MAD, selon l'arrêté du Ministère des Finances du 10 juillet 200).

Maintenant quelles sont les opérations que l’on peut trouver dans le cadre
du marché monétaire.

En fait, il y a trois types d’opérations qui peuvent se développer dans le


cadre du marché monétaire.

 L’opération n°1 : un agent financier prêtant ou empruntant des fonds


auprès d’un autre agent financier. Par exemple une banque commerciale
prêtant ou empruntant à une autre banque commerciale.

 L’opération n°2 : la Banque centrale offrant ou demandant des


liquidités en échange de titres auprès des agents financiers. On peut
donner l’exemple de cette opération la banque centrale échangeant des
titres en contre partie de la liquidité ou bien, la liquidité contre les titres
avec les banques commerciales.

 La troisième opération que l’on peut trouver dans le cadre du marché


monétaire c’est celle d’un agent non financier prêtant ou empruntant
auprès d’un agent financier ou d’un agent non financier. C’est l’exemple
que l’on va trouver dans le cadre du marché des titres des créances
négociables celui d’une entreprise qui émet un titre pour collecter des
fonds auprès d’une autre entreprise ou d’une banque commerciale.

Prof: F.HAMDI 2
La première chose que l’on peut dire à propos du marché monétaire est
qu’il n’a pas de lieu physique, ce n’est pas comme la bourse des valeurs.
Maintenant, le marché monétaire est composé de plusieurs compartiments :

 le marché interbancaire,

 le marché des titres de créances négociables,

 le marché de l’adjudication des bons de trésor,

 et le marché hypothécaire (titrisation).

Toutefois, nous allons nous limiter dans le cadre de ce cours aux deux
premiers.

1. Le Marché Interbancaire

Il faut dire qu’il y a un marché interbancaire au sens étroit et un marché


interbancaire au sens large. Le premier réunit seulement les banques
commerciales entre elles, alors que le second connait en plus l’intervention de
la Banque centrale.

Le marché interbancaire au sens étroit est un marché qui réunit seulement


les banques commerciales entre elles. Il a pour principal fonction de permettre
aux banques commerciales d’équilibrer leur trésorerie, celles qui sont en
excédent de liquidité et celles qui sont en besoin de financement. Ainsi, ce
marché permet aux banques en excédent de liquidité de placer cet excédent en
prêtant aux banques en besoin de liquidité. Alors que les banques en besoin
peuvent avoir la possibilité de combler leur déficit en liquidité en empruntant
auprès des banques en excédent. Maintenant, nous pouvons donner cet
exemple d’une banque en excédent de liquidité.

Soit, une banque commerciale qui a dans son passif 10 000 dhs dépôt à
vue de A et 10 000 dhs dépôt à vue de B, alors que dans son compte courant

Prof: F.HAMDI 3
à la banque centrale elle a 8000 dhs. Sachant que le taux de réserve obligatoire
est de 10% et le pourcentage de retrait quotidien de la clientèle est de 20 %.
Donc cette banque commerciale est-elle en besoin ou en excèdent de
liquidité ?

On va voir, que cette banque à 8000 dhs dans son compte courant à la
banque centrale. Puisque le taux de réserve obligatoire est de 10 % le montant
qu’elle doit bloquer dans le cadre de la réserve obligatoire est de 2000, 4000
vont correspondre aux retraits de la clientèle puisque le pourcentage de retrait
quotidien est de 20 %.

Et puisque, le taux de retrait de la clientèle est de 20% la réserve


obligatoire c’est 10 % de 20 000, c’est 2000, le retrait estimé des clients 20 %
de 20 000 c’est 4000.

Donc elle a besoin de 6000 et puisqu’elle a besoin de 8 000, donc les


2000 restants c’est un excédent et elle peut le prêter à une banque en besoin
même pour 24 h afin de le rentabiliser.

C’est pour cette raison que le marché interbancaire au sens étroit peut
être considéré comme un marché de rentabilisation de liquidités pour les
banques en excédent et de recherche de financement pour les banques en
déficit. C’est un marché qui permet aux banques commerciales d’équilibrer
leur trésorerie.

Quant au marché interbancaire au sens large, il connait l’intervention de


la Banque centrale qui par sa qualité de préteur en dernier ressort, permet aux
banques commerciales de trouver un financement dans le cas où elles ne
parviennent pas à se financer entre elles.

Le marché interbancaire au sens large est le lieu privilégié de


l’intervention de la Banque centrale. Cette intervention permet à la Banque

Prof: F.HAMDI 4
centrale de combler les besoins de financement des banques commerciales,
mais elle constitue aussi un moyen de contrôle de la liquidité bancaire et de la
masse monétaire. Il s’agit donc d’un instrument important de la politique
monétaire.

Les moyens d’intervention de la banque centrale sur le marché


interbancaire sont l’open market et les pensions (7 jours, 5 jours ou 24 heures).

Par la technique de l’open market, la Banque centrale intervient sur le


marché interbancaire en vendant et en achetant des titres (en particulier des
titres publics, bons de trésor). Donc soit la banque centrale échange des titres
contre de la liquidité ou l’inverse elle échange de la liquidité contre des titres.

Ainsi, si la banque centrale souhaite retirer des liquidités, elle va mettre


sur le marché interbancaire une quantité importante de bons de trésor. Donc,
leur prix va baisser et va attirer les banques commerciales qui vont dépenser
leurs liquidités en les achetant. Donc si la banque centrale souhaite décourager
les banques accordé des crédits, elle va mettre offrir des titres pour retirer la
liquidité du marché interbancaire.

Dans le cas inverse lorsque la banque centrale fait part de sa demande


d’achat des bons de trésor dans le marché interbancaire, cela agira
positivement sur les prix de ces titres et poussera les banques commerciales à
les vendre. Donc, si la banque centrale veut encourager les banques
commerciales à accorder des crédits elle va acheter des titres auprès des
banques commerciales afin d’injecter la liquidité dans le marché
interbancaire.

La deuxième technique qu’utilise la banque centrale pour intervenir dans


le cadre du marché interbancaire au sens large, il y la technique des pensions
qui signifie que la banque centrale prête aux banques commerciales de la
liquidité en contrepartie de garantie qu’elle va recevoir sous forme de titres.

Prof: F.HAMDI 5
Il y a trois types de pensions :

 les pensions à 7 jours ;

 à 5 jours ;

 et à 24h.

Les pensions à 7 jours consistent en l’achat temporaire par la banque


centrale des titres publics ou privés détenus par les banques commerciales.

Dans ce cas, la banque centrale demande aux banques commerciales de


lui communiquer leurs besoins en liquidités ainsi que le taux d’intérêt avec
lequel elles souhaitent emprunter. Après avoir reçu les réponses, la banque
centrale fait savoir le taux avec lequel elle va prêter et les demandes seront
ainsi satisfaites soit totalement ou partiellement. Il faut dire que les pensions
à 7 jours sont régulières à 1’initiaive de la banque centrale qui chaque semaine
offre ses pensions à 7 jours.

Le deuxième type de pension, ce sont les pensions à 5 jours. Elles sont


irrégulières et à l’initiative des banques commerciales et leur taux d’intérêt est
supérieur aux taux des pensions à 7.

Alors que, pour les pensions à 24 h elles peuvent être à la fois à l’initiative
des banques commerciales et de la banque centrale à chaque fois que le
compte courant d’une banque commerciale présente un déficit.

2. Le marché des titres de créances négociables


Ce compartiment du marché monétaire s’est développé au Maroc depuis
le milieu des années 90. Il a permis ainsi au marché monétaire de s’ouvrir aux
agents non financiers principalement les entreprises (le trésor public est
présent dans ce marché dès les années 80). La création de ce marché avait
pour objectif de diversifier les possibilités de placement et de financement de

Prof: F.HAMDI 6
court terme à la fois pour les prêteurs et pour les emprunteurs. Il permet aussi
aux prêteurs de négocier les titres qu’ils ont déjà acquis dans le cadre d’un
marché secondaire. Ainsi, la caractéristique principale du marché des titres
des créances négociables est le fait que les titres de créance peuvent se vendre
et s’acheter. C’est-à-dire qu’il y a un émetteur qui va émettre un titre de
créance, un souscripteur va acheter ce même titre, puis ce titre va être négocié,
acheté et vendu.

Concernant les échéances des titres des créances négociables ce sont des
échéances généralement de court terme, mais pour certains titres ça peut
atteindre le moyen ou même le long terme. Ainsi, au Maroc les échéances des
titres de créance négociables peuvent aller de quelques jours jusqu’à 7 ans ou
même pour les bons du trésor 20 ou 30 ans, alors que le montant unitaire a été
fixé à 100 000 dhs pour toutes les catégories de titres de créance négociables.

Quels sont alors les produits financiers qui peuvent être considérés
comme de titres de créances négociables au Maroc ?

Nous allons présenter ici quatre produits qui sont les suivants :

 les certificats de dépôts « CDN » ;

 les billets de trésorerie ;

 les bons de société de financement « BSF » ;

 et les bons de trésor négociables « BTN ».

2.1 Les certificats de dépôt

La première des choses que l’on peut dire à propos des certificats de
dépôts sont des titres émis exclusivement par les banques commerciales. Ces
titres permettent aux banques commerciales d’accéder à un type de
financement de court terme autre que celui du marché interbancaire au sens

Prof: F.HAMDI 7
étroit et au sens large. Ces titres doivent avoir une échéance qui varie entre 10
jours et 7 ans, évidement la majorité des échéances des certificats de dépôts
sont de court terme (moins d’un an) mais leurs échéances peuvent dépasser
parfois 1 an et peuvent aller jusqu’à 7 ans.

Quant au taux d’intérêt, il reste fixe pour une échéance qui ne dépasse
pas à un an et lorsque l’échéance dépasse un an il devient révisable. Révisable
signifie que si l’échéance dépasse l’an qu’elle 2 ans par exemple, à la fin de
la première année il va être révisé à la hausse ou à la baisse ou rester fixe.
Quant aux acquéreurs des certificats de dépôt, ils peuvent être des personnes
physiques ou bien des personnes morales.

2.2 Les billets de trésorerie

Si le certificat de dépôt est un titre émis exclusivement par les banques


commerciales, le billet de trésorerie émis exclusivement par les entreprises.
Ce titre financier permet aux entreprises d’accéder au financement du marché
monétaire en émettant des titres et sans avoir à passer par les intermédiaires
financiers. C’est-à-dire que le billet de trésorerie permet aux entreprises
d’emprunter auprès d’agents financiers ou non financiers ce qui va lui
permettre de diversifier les possibilités de financement et surtout d’éviter
de passer un emprunt bancaire qui n’est pas toujours facile.

Pour ce qui est des conditions que doit avoir une entreprise pour émettre
un billet de trésorerie, elle doit être résidente, existante depuis deux ans, et
ayant certifié deux bilans. L’échéance du billet de trésorerie varie entre 10
jours et 2 ans, et elle peut aller parfois jusqu’à 7 ans.

Quant au taux d’intérêt, il est librement négocie au moment de l’émission


du titre, mais il est généralement supérieur au taux offert par les banques pour
des échéances équivalentes. Donc généralement, les taux d’intérêt des billets
de trésorière sont supérieurs aux taux d’intérêt des certificats de dépôts.

Prof: F.HAMDI 8
L’avantage principal du billet de trésorerie, est qu’il favorise la
désintermédiation financière, dans la mesure où il permet à une entreprise qui
a besoin d’un financement pour le court terme de faire appel à une autre
entreprise qui veut placer son excédent de trésorerie dans le court terme.

2.3 Les bons de société de financement

Les bons de société de financement sont des titres émis


exclusivement par des sociétés de financement .

Qu’est-ce qu’on entend par les sociétés de financement ? En fait, les


sociétés de financement sont des institutions financières qui accordent
des crédits et qui reçoivent des dépôts de deux ans et plus. Donc à la
différence des banques commerciales, les sociétés de financement ne gèrent
pas de dépôts à vue et ne créent pas de la monnaie. Nous pouvons donner
l’exemple de sociétés de financements au Maroc les sociétés de crédit à la
consommation, les sociétés de crédit immobilier etc.

Ces sociétés de financement peuvent émettre des bons des sociétés de


financement une durée allant de 2 ans à 7 ans et rapportant un intérêt
déterminé pouvant être fixe ou révisable. Le montant unitaire de ces bons est
fixé à 100 000 dhs.

2.4 Les bons de trésor négociables

Il s’agit des bons qui ont déjà été émis par le trésor public dans le cadre
du marché des adjudications des bons de trésor. D’abord, les bons de trésor
sont les titres de créance émis par l’Etat représenté par le trésor public. Alors
que le marché de l’adjudication des bons de trésor, c’est un compartiment du
marché monétaire dans lequel i l y a une vente aux enchères des bons de trésor.
Les détenteurs de ces titres peuvent les présenter à la vente dans le cadre du
marché secondaire. C’est pour cette raison que l’on parle des bons de trésor

Prof: F.HAMDI 9
négociables. Leur échéance varie d’une semaine à 30 ans.

Quant aux taux d’intérêt, ils peuvent être payés annuellement ou à la fin
de l’échéance. L’avantage de ces titres est lié à la qualité de l’émetteur (l’Etat)
et leur liquidité. Toutefois, leurs taux sont généralement moins élevés par
rapport aux TCN.

Prof: F.HAMDI 10

Vous aimerez peut-être aussi