Vous êtes sur la page 1sur 83

COURS DROIT

BANCAIRE

1
INTRODUCTION ......................................................................................................................................................................... 3

CHAPITRE I : LE CADRE INSTITUTIONNEL BANCAIRE MAROCAIN ............................................................................ 5

SECTION I : LA BANQUE ET L'ACTIVITE BANCAIRE ...................................................................................................... 8

PARAGRAPHE I : LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT: .................................................................................................................. 9


PARAGRAPHE II : LES ACTIVITES BANCAIRES. ......................................................................................................................... 13
A- LES ACTIVITES PRINCIPALES : ......................................................................................................................................... 13
1-LA RECEPTION DE FONDS DU PUBLIC : ........................................................................................................................... 13
2. LES OPERATIONS DE CREDIT : ............................................................................................................................................ 16
3-LA GESTION DES MOYENS DE PAIEMENT :........................................................................................................................... 21
B- LES ACTIVITES ACCESSOIRES/ CONNEXES :‫ عمليات مرتبطة بخدمات‬........................................................................................... 23

SECTION II. LES ACTEURS DU CADRE INSTITUTIONNEL ............................................................................................................. 28

A. LES AUTORITES MONETAIRES .................................................................................................................................................... 28


B. LES INSTANCES COLLEGIALES ..................................................................................................................................................... 30
L’ORGANIGRAMME DU SYSTEME BANCAIRE MAROCAIN. ........................................................................................... 30
1-Le Conseil national du Crédit et de l'épargne (CNCE) ..................................................................................................................... 31
2-Le Comité des établissements de crédit (CEC) ............................................................................................................................... 31
3-La Commission de discipline des établissements de crédit (CDEC) .................................................................................................. 32
4-La Commission de Coordination des Organes de Supervision du Secteur Financier ......................................................................... 33
C. LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES ........................................................................................................................................ 34

SECTION III. L'ACCES A LA PROFESSION BANCAIRE ET SON CONTROLE .................................................................................... 35

A-LES CONDITIONS D'OCTROI DE L'AGREMENT .................................................................................................................................. 35


B. LE CONTROLE PRUDENTIEL ....................................................................................................................................................... 39

SECTION IV. L'HISTORIQUE DE LA REFORME DE LOI BANCAIRE ................................................................................................ 43

A-L'ARRETE DU 31 MARS 1943.................................................................................................................................................... 44


B. LE DECRET ROYAL DU 21 AVRIL 1967 ......................................................................................................................................... 46
C. LE DAHIR DU 6 JUILLET 1993 .................................................................................................................................................... 48
D. LA LOI BANCAIRE (LOI N° 34-03) .............................................................................................................................................. 52
CONCLUSION ........................................................................................................................................................................... 64
ANNEXE I SOMMAIRE CODE DE COMMERCE .......................................................................................................................... 65
ANNEXE 2 LISTE DES ETABLISSEMENT DE CREDITS EDITE E PAR BANK AL MAGHRIB .............................................................. 66
I - ETABLISSEMENTS DE CREDIT AGREES EN QUALITE DE BANQUES : ................................................................................... 67
II - ETABLISSEMENTS DE CREDIT AGREES EN QUALITE DE SOCIETES DE FINANCEMENT ................................................................................... 70
A - SOCIETES DE CREDIT A LA CONSOMMATION ................................................................................................................ 70
B - SOCIETES DE CREDIT-BAIL ............................................................................................................................................ 72
C - SOCIETES DE CREDIT IMMOBILIER ................................................................................................................................ 73
D - Sociétés d’affacturage ................................................................................................................................................. 73
E- SOCIETES DE GESTION DE MOYENS DE PAIEMENT ......................................................................................................... 74
F - Sociétés de cautionnement ........................................................................................................................................... 74
J – Autres sociétés de financement .................................................................................................................................... 75
III - Banques off shore ....................................................................................................................................................... 76
IV - SOCIETES INTERMEDIAIRES EN MATIERE DE TRANSFERT DE FONDS ..................................................................................................... 78
V - ASSOCIATIONS DE MICRO-CREDIT.............................................................................................................................................. 79

EXEMPLE D’EXAMENS DES ANNEES PRECEDENTES .................................................................................................................. 80

2
INTRODUCTION

Le droit bancaire peut se définir par son objet et son domaine.

C’est l’ensemble des règles concernant les opérations de banque ou


« établissement financier » et ceux qui les accomplissent à titre professionnel
(commerçants). C’est un droit professionnel des plus anciens.
C’est aussi une branche du droit commercial (art 6 CC1) « article relatif à la
qualité de commerçant ». Il est à la fois le droit des opérations de banque et
celui des professionnels de banques.
Le droit bancaire peut être aussi considéré dans une autre formulation
comme l’ensemble des règles qui s’appliquent aux opérations de banque et
aux professionnels de la banque. C’est à la fois un droit des actes pratiqués
dans le secteur bancaire et un droit des acteurs du système bancaire. Cette
définition se rapproche de celle du droit du commerce, droit des actes de
commerce comme des commerçants.

1
Titre II : l’acquisition de la qualité de commerçant extrait de l’article 6 du code commerce
Article 6 : Sous réserve des dispositions du chapitre II du titre IV ci-après, relatif à la publicité au registre du
commerce, la qualité de commerçant s'acquiert par l' exercice habituel ou professionnel des activités suivantes:
1) l’achat de meubles corporels ou incorporels en vue de les revendre soit en nature soit après les avoir travaillés
et mis en œuvre ou en vue de les louer;
2) la location de meubles corporels ou incorporels en vue de leur sous-location;
3) l' achat d' immeubles en vue de les revendre en l' état ou après transformation;
4) la recherche et l' exploitation des mines et carrières;
5) l' activité industrielle ou artisanale;
6) le transport;
7) la banque, le crédit et les transactions financières;
8) les opérations d’assurances à primes fixes;
9) le courtage, la commission et toutes autres opérations d’entremise;

3
Le droit bancaire est une matière venue du droit commercial 2 , c’est une
branche du droit privé. D’ailleurs, le code de commerce français ou Marocain
qualifie les opérations de banque d’actes de commerce (L110-13). Mais c’est un
droit qui se « publicise4 », un certain nombre de règles issues du droit public
viennent réglementer cette matière. Le droit bancaire est donc une branche du
droit commercial influencée par le droit public.

2
Plusieurs articles abordent certaines règles du droit bancaire
Exemple : Article 18 : Tout commerçant, pour les besoins de son commerce, a l’obligation d’ouvrir un compte
dans un établissement bancaire ou dans un centre de chèques postaux.
Autre exemple Article 306 du code de ommerce : Entre commerçants et pour faits de commerce, tout paiement d’une
valeur supérieure à dix mille dirhams doit avoir lieu par chèque barré ou par virement. Toute inobservation des
dispositions de l' alinéa précédent est passible d' une amende dont le montant ne peut être inférieur à six pour
cent de la valeur payée.
Le créancier et le débiteur sont solidairement responsables du paiement de cette amende.
3
Article L110-1 modifié par LOI n°2013-100 du 28 janvier 2013 - art. 22 La loi répute actes de commerce :
1° Tout achat de biens meubles pour les revendre, soit en nature, soit après les avoir travaillés et mis en oeuvre
2° Tout achat de biens immeubles aux fins de les revendre, à moins que l'acquéreur n'ait agi en vue d'édifier un ou
plusieurs bâtiments et de les vendre en bloc ou par locaux ;
3° Toutes opérations d'intermédiaire pour l'achat, la souscription ou la vente d'immeubles, de fonds de commerce,
d'actions ou parts de sociétés immobilières ;
4° Toute entreprise de location de meubles ;
5° Toute entreprise de manufactures, de commission, de transport par terre ou par eau ;
6° Toute entreprise de fournitures, d'agence, bureaux d'affaires, établissements de ventes à l'encan, de spectacles
publics ;
7° Toute opération de change, banque, courtage, activité d'émission et de gestion de monnaie électronique et tout
service de paiement ;
8° Toutes les opérations de banques publiques ;
9° Toutes obligations entre négociants, marchands et banquiers ;
10° Entre toutes personnes, les lettres de change.
4
On le trouve en effet tantôt avec le sens de « rendre public une entreprise, un secteur économique », ce que le
français peut exprimer avec des verbes comme étatiser ou nationaliser, tantôt avec le sens de « rendre public », mais
c’est oublier que publier signifie, entre autres, « rendre public et notoire ; faire connaître officiellement »,

4
CHAPITRE I : LE CADRE INSTITUTIONNEL
BANCAIRE MAROCAIN

5
Le droit bancaire a connu une nette évolution au Maroc depuis le début des
années 90 « à partir des années 90 il y a un renforcement de législation au Maroc
», suite à la mise à niveau des textes régissant le marché de capitaux en général.
Outre la loi bancaire et les textes réglementaires y afférents, les textes traitant
du droit bancaire se trouvent éparpillés notamment entre le code de commerce5,
le DOC 6 , les règles et usances uniformes de la Chambre de Commerce
Internationale (CCI) 7 , etc. La loi bancaire 8 régit les banques et les activités
bancaires ainsi que leur contrôle.
L'activité bancaire a été régie pour la première fois au Maroc par une législation
qui remonte au 31 mars 1943.
Ce texte a été revu par la suite en 1967, en 1993 et pour la dernière fois en 2006
en vue de l'adapter à l'évolution du monde des affaires et aux besoins de la
société. Cependant la révision de 1993 (la loi bancaire du 6 juillet 1993) a
marqué la reconfiguration la plus importante du paysage bancaire. Celle de 2006
a essentiellement renforcé l'autonomie de la banque centrale.

5
Bulletin officiel n° 4418 du 19 Joumada I 1417 (3 octobre 1996) Dahir n° 1-96-83 du 15 Rabii 1417 (1er août
1996) portant promulgation de la loi n° 15-95 formant code de commerce.
6 Dahir formant Code des Obligations et Contrats.
7
Les Règles et Usances Uniformes (RUU) sont un ensemble de règles utilisées notamment pour les lettres de crédit
de la Chambre de commerce internationale (CCI/ICC).
Les RUU sont utilisées par les banques et commerçants dans plus de 175 pays. La lettre de crédit (aussi appelée
accréditif, L/C, CREDIT DOCUMENTAIRE ou « crédoc ») est un document prouvant un engagement de
paiement souscrit par la banque d'un acheteur vis-à-vis du vendeur. La banque s'engage par ce document à payer le
vendeur, pour le compte de l'acheteur, si le vendeur fournit les documents (document de transport, la facture, le
document d'assurance, la liste de colisage "packing list", les signatures, la lettre de change si besoin, le délai de
présentation du dossier), conformément aux conditions énoncées dans le crédit documentaire. Ces documents sont
censés attester de la bonne exécution de ses obligations par le vendeur.
8
La dernière loi bancaire date Dahir n° 1-14-193 du 1 Rabii I 1436 (24 décembre 2014) portant promulgation de la
loi n° 103-12 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés.

6
Et puis la loi 103-12 du 24 décembre 2014 avec l’arrivée de nouvel
établissement et l’arrivée des finances participatives
 31 mars 1943 après la suite en 1967
Grande mutation du droit

 Dahir portant loi n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6


juillet 1993) relatif à l’exercice de l’activité des établissements de
crédit et de leur contrôle.

 La loi n°34-03 relative aux établissements de crédit et

organismes assimilés promulguée par le dahir n° 1-05-178 du 15


Moharrem 1427 (14 février 2006),
 Dahir n° 1-14-193 du 1 rabii 1436 (24 décembre2014)

portant promulgation de la loi n° 103-12 relative


aux établissements de crédit et organismes assimilés.

7
SECTION I : LA BANQUE ET L'ACTIVITE BANCAIRE

La loi bancaire a réuni sous le vocable de « ETABLISSEMENT DE CREDIT9 »


toutes les entreprises qui concourent au commerce de l'argent.

Ce concept englobe aussi bien les établissements bancaires que les sociétés de
financement.
Dans son acception générale, la loi bancaire régit les banques et les activités
bancaires mais aussi les autres établissements de crédits, généralement des
établissements de financement on verra la distinction.

9
La loi du 6 juillet 1993 va définir la notion d’établissement de crédit tandis que la loi

8
PARAGRAPHE I : LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT:

L'article 1er 10 de la loi n° 34-03 11 relative aux établissements de crédit et


organismes assimilés définit un établissement de crédit comme étant «toute
personne morale12 qui effectue, à titre de profession habituelle, l'une
des opérations suivantes :
1. la réception de fonds du public ;
2. les opérations de crédit ;
3. la mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de
paiement ou leur gestion».
10
Une reprise de l art de la abrogée du 6 juillet 1993
11
Promulguée par le dahir n° 1-05-178 du 15 Moharrem 1427 (14 février 2006).
12
En droit, une personne morale est une entité juridique abstraite, généralement un groupement, dotée de la
personnalité juridique, à l’instar d’une personne physique (un être humain).
La diversité des situations rend difficile l'élaboration d'une définition générale, mais on peut définir une personne
morale comme quelque chose qui peut être titulaire de droits et d'obligations. Une personne morale est
généralement constituée par un regroupement de personnes physiques ou morales qui souhaitent accomplir
quelque chose en commun, mais il peut aussi s'agir d'un regroupement de biens ou d'une personne morale
constituée par la volonté d'une seule personne. À la différence des personnes physiques, il existe plusieurs
catégories nommées de personnes morales, de forme et de capacité juridique variables. De nombreux systèmes
juridiques reconnaissent l'existence des personnes morales mais les règles les concernant varient beaucoup de l'un à
l'autre.
La personnalité morale confère à la personne morale nombre d'attributs reconnus aux personnes physiques, comme
le nom, un patrimoine ou un domicile. La personnalité morale permet notamment :
1. d'ester (agir) en justice,
2. d'acquérir des biens meubles ou immeubles.
La capacité juridique des personnes morales peut être plus ou moins étendue.

Personne morale de droit public


Les personnes morales soumises au droit public sont investies d'une mission d’intérêt général et titulaire de
prérogatives privées. Elles comprennent l'État, les collectivités territoriales (communes, départements, régions,
collectivités d'outre mer) et les établissements publics (établissements d'assistance — hôpitaux, centres communaux
d'aide sociale —, établissements culturels — universités—, certains établissements corporatifs — chambres de
commerce et d'industrie, de métiers et de l'artisanat, ou d'agriculture).
Personne morale de droit privé (société civile, société commerciale ou société agricole) et l'association, d'autres
relèvent principalement, pour s'en tenir aux plus usuelles, du droit civil (fondations, syndicats de propriétaires), du
droit commercial (groupements d'intérêt économique) ou du droit social (syndicats professionnels, comités
d'entreprise et d'établissement et comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail).

9
Il ressort de ces dispositions qu'il n'est pas nécessaire que soient effectués
simultanément les trois types d'opérations mentionnées dans ce texte
pour avoir la qualité d'établissement de crédit.
Ainsi, une entreprise se bornant à distribuer des crédits sans collecter les
dépôts et sans gérer les moyens de paiement serait considérée comme un
établissement de crédit.

C'est le cas notamment des sociétés de financement. Seules les banques


agréées en tant que telles peuvent effectuer, sans limitation, toutes les
opérations de banque, la réception des fonds du public étant une
prérogative qui relève exclusivement du monopole bancaire 13 . Les
rédacteurs de la loi ont été animés par le double souci de distinguer les
établissements qui collectent des dépôts (les banques) et ceux qui n'en
collectent pas (les sociétés de financement), et de maintenir la spécificité
et l'identité propre à certains établissements, tels que les anciens
organismes financiers spécialisés (les fameux OFS). Mais les uns et les
autres demeurent soumis au statut professionnel d'établissement de
crédit.

13
Juste à titre indicatif l’opération réception de fonds du public illustre ce cas de Monopole bancaire sachant qu’il
existe aussi un monopole d’appellation.

10
Cette approche unificatrice14 de la loi, semblable à celle adoptée en France et
dans la plupart des pays européens, est fondée sur le principe de l'universalité.

Ce principe contraste singulièrement avec la législation antérieure à 1993 qui


imposait des restrictions d'activité à chaque catégorie d'établissement, favorisant
les cloisonnements15, les monopoles16 et les rentes de situation17.

Il en découle aussi que, depuis la réforme de 1993, l'on ne distingue plus entre
les établissements à caractère public et ceux à caractère privé.
Les banques étatiques sont soumises aux mêmes règles que les autres
établissements bancaires. Ceci étant, les banques et les sociétés de financement
peuvent être classées par Bank Al-Maghrib en sous-catégories, en fonction
notamment des opérations qu’elles sont autorisées à effectuer et de leur taille
(art. 10).

Par rapport à la notion d’établissement de crédit plusieurs établissements seront sous cet égide.
14

15Séparation, division existant entre certaines activités, certains services isolés les uns des autres : Le cloisonnement
des services dans une entreprise.
16 Lorsque cette situation d'exclusivité dans une activité est établie au profit de la puissance publique, on parle de «
monopole d'État » ou de « monopole public ».
17 On peut parler dans ce cas de concurrence imparfaite. Dans le cas de monopole, on parle de « rente de
monopole »

11
Article 10 :
Les établissements de crédit18 comprennent deux catégories,
1. les banques
2. les sociétés de financement.
Les banques et les sociétés de financement peuvent être classées par Bank Al-
Maghrib en sous-catégories, en fonction notamment des opérations qu'elles sont
autorisées à effectuer et de leur taille.
Les modalités d'application des dispositions de la présente loi peuvent être fixées
pour chaque catégorie ou sous-catégorie d'établissements de crédit.

18
Voir listes des établissements selon l’édition et l’agrément de Bank Al Maghreb les établissements de crédit restent
une appellation qui englobe plusieurs formes d’établissement.

12
PARAGRAPHE II : LES ACTIVITES BANCAIRES.

Il convient de distinguer les activités bancaires principales de celles accessoires.

A- LES ACTIVITES PRINCIPALES :


Elles comprennent ce qui suit:

1-LA RECEPTION DE FONDS DU PUBLIC :

Aux termes de l'article 2 de la loi bancaire, sont considérés comme fonds19


reçus du public les fonds qu’une personne recueille des tiers sous forme de
dépôt ou autrement, avec le droit d’en disposer pour son propre compte, à
charge pour elle de les restituer.
En outre, certains fonds sont assimilés aux fonds reçus du public, en
l'occurrence :
 les fonds déposés en compte à vue20, avec ou sans préavis, même si le
solde du compte peut devenir débiteur ;

19
Selon le code de commerce Article 509 : Le contrat de dépôt de fonds est le contrat par lequel une personne
dépose des fonds auprès d’un établissement bancaire quel que soit le procédé de dépôt et lui confère le droit d’en
disposer pour son propre compte à charge de les restituer dans les conditions prévues au contrat.
20
Compte à vue ou compte courant :
 Le compte à vue fait référence aux expressions retrait à vue, et mandat payable à vue. Le guichetier ou le
facteur connaissait le bénéficiaire, et le payait en le voyant.
 Le compte à vue concerne la plupart des comptes ouverts par les particuliers. Le titulaire se présente au
guichet, y dépose ses chèques et espèces, ou en retire des espèces ou chèques.
 Le compte à vue est donc un compte bancaire ordinaire. Ses conditions d'utilisation sont prévues par une
convention, signée par le client et le représentant de la banque « c’est le contrat bancaire qui est signé à
l’ouverture du compte , c’est l’une des illustrations du contrat d’adhésion », lors de l'ouverture. En plus d'un
chéquier, la banque propose souvent une carte bancaire, pour les paiements et les retraits d'espèces dans les
distributeurs.

13
 les fonds déposés avec un terme 21 ou devant être restitués après un
préavis ;
 les fonds versés par un déposant avec stipulation d’une affectation
spéciale22, si l’entreprise qui a reçu le dépôt ne le conserve pas en l’état, à
l’exception des fonds versés auprès des sociétés légalement habilitées à
constituer et gérer un portefeuille de valeurs mobilières ;
 les fonds dont la réception donne lieu à la délivrance, par le
dépositaire, d’un bon de caisse ou de tout billet portant intérêt ou non.

‫ األموال التي يترتب على تلقيها تسليم المودع لديه أذينة صندوق أو أي سند تستحق أو ال‬-
.‫تستحق عليه فائدة‬

Sont, en revanche, exclus de la catégorie de fonds reçus du public : les


sommes laissées en compte, dans une société, par les associés en nom, les
commanditaires et les commandités, les associés, les gérants, les
administrateurs, les membres du directoire ou du conseil de surveillance et les
actionnaires, détenant 5 % au moins du capital social ; les dépôts du personnel
d’une entreprise lorsqu’ils ne dépassent pas 10 % de ses capitaux propres ; les
fonds provenant de concours d’établissements de crédit et des organismes
assimilés visés aux paragraphes 3, 4 et 5 de l’article 107.

2 ‫المادة‬

21
Un compte à terme (CAT), ou dépôt à terme (DAT), en anglais certificate of deposit (CD) est un dépôt bancaire
qui ne peut être retiré qu'à l'échéance d'un certain terme ou d'une certaine période. En contrepartie, le taux d'intérêt
associé est généralement plus élevé que pour un dépôt à vue où la somme peut être retirée à n'importe quel moment.
22
Un fond destiné à un caractère donné, opération donné « constitution de capital pour la création d’une société »

14
‫تعتبر أمواال متلقاة من الجمهور األموال التي يتسلمها شخص من الغير على سبيل‬ ‫‪-‬‬
‫الوديعة أو غير ذلك ويحق له أن يتصرف فيها لحسابه الخاص على أساس االلتزام‬
‫بإرجاعها ألصحابها‪.‬‬
‫تعتبر في حكم األموال المتلقاة من الجمهور‪:‬‬ ‫‪-‬‬
‫األموال المودعة في حساب لسحبها عند الطلب سواء أكان ذلك بإعالم سابق أو بدونه‬ ‫‪-‬‬
‫ولو كان من الممكن أن يصير الحساب مدينا؛‬
‫األموال المودعة ألجل أو الواجب إرجاعها بعد إعالم سابق؛‬ ‫‪-‬‬
‫األموال التي يدفعها مودع مع التنصيص على تخصيصها لغرض خاص إذا لم تحتفظ‬ ‫‪-‬‬
‫المؤسسة بالوديعة التي تلقتها على حالها‪ ،‬باستثناء األموال المودعة لدى الشركات‬
‫المرخص لها قانونا بتكوين وتدبير محفظة القيم المنقولة؛‬
‫األموال التي يترتب على تلقيها تسليم المودع لديه أذينة صندوق أو أي سند تستحق أو ال‬ ‫‪-‬‬
‫تستحق عليه فائدة‪.‬‬
‫غير أنه‪ ،‬ال تعتبر أمواال متلقاة من الجمهور‪:‬‬ ‫‪-‬‬
‫المبالغ المقيدة في حساب شركة باسم الشركاء فيها على وجه التضامن والشركاء‬ ‫‪-‬‬
‫الموصين في شركات التوصية والشركاء المتضامنين والشركاء والمديرين وأعضاء‬
‫مجلس اإلدارة وأعضاء مجلس اإلدارة الجماعية أو مجلس الرقابة والمساهمين الذين‬
‫يملكون ما ال يقل عن ‪ %5‬من رأس مال الشركة؛‬
‫ودائع مستخدمي المنشأة إذا كانت ال تزيد على ‪ %01‬من رأس مالها الذاتي؛‬ ‫‪-‬‬
‫األموال المتأتية من المساعدات التي تقدمها مؤسسات االئتمان والهيئات المعتبرة في‬ ‫‪-‬‬
‫حكمها المشار إليها في المادة ‪ 00‬أدناه؛األموال المسجلة في حسابات األداء المنصوص‬
‫عليها في المادة ‪ 01‬أدناه‪.‬‬

‫‪15‬‬
Article 107 cité dans le but d’illustrer les exceptions voir page16.
La garantie du fonds couvre tous les dépôts et autres fonds remboursables
collectés par l’établissement de crédit à l’exclusion de ceux reçus de la part :
- des autres établissements de crédit ;
- de ses filiales, de ses membres des organes d’administration, de
surveillance et de direction, de ses actionnaires disposant d’au moins 5% des
droits de vote ;
- des organismes qui fournissent les services financiers visés à l’article 7 ci-
dessus ;

2. LES OPERATIONS DE CREDIT :

Constitue une opération de crédit tout acte, à titre onéreux, par lequel une
personne (A):
1. met ou s’oblige à mettre des fonds à la disposition d’une autre
personne(B), à charge pour celle-ci de les rembourser ; ou prend, dans
l’intérêt d’une autre personne, un engagement par signature sous forme
d’aval, de cautionnement ou de toute autre garantie.

16
‫‪La loi assimile aussi à des opérations de crédit :‬‬

‫المادة ‪3‬‬
‫‪ -‬يعتبر عملية ائتمان كل تصرف‪ ،‬بعوض‪ ،‬يقوم بمقتضاه شخص من األشخاص‪:‬‬
‫‪ -‬بوضع أموال أو االلتزام بوضعها رهن تصرف شخص آخر يكون ملزما بإرجاعها؛‬
‫‪ -‬أو االلتزام لمصلحة شخص آخر‪ ،‬عن طريق التوقيع‪ ،‬في شكل ضمان احتياطي أو كفالة‬
‫أو أي ضمان آخر‪.‬‬
‫‪ -‬تعتبر في حكم عمليات االئتمان‪:‬‬
‫‪ -‬العمليات المتعلقة باالئ تمان اإليجاري وباإليجار التي يكون فيها للمستأجر خيار شراء‬
‫العين المؤجرة والعمليات المعتبرة في حكمها؛‬

‫‪17‬‬
‫ عمليات شراء الفاتورات؛‬-
‫ عمليات البيع االستردادي لألوراق والقيم المنقولة وعمليات االستحفاظ كما هو‬-
.‫منصوص عليها في التشريع الجاري به العمل‬

2. Les opérations de crédit-bail 23 et de location avec option d’achat et


assimilées: Ces opérations concernent:
 les opérations de location de biens meubles qui, quelle que soit leur
qualification, donnent au locataire la possibilité d’acquérir à une date
fixée avec le propriétaire, tout ou partie des biens pris en location,
moyennant un prix convenu tenant compte, au moins pour partie, des
versements effectués à titre de loyers ;

3. les opérations par lesquelles une entreprise donne en location des biens
immeubles, achetés par elle ou construits pour son compte, lorsque ces
opérations, quelle que soit leur qualification, permettent au locataire de
devenir propriétaire de tout ou partie des biens pris en location, au plus
tard à l’expiration du bail ;
4. les opérations de location de fonds de commerce ou de l’un de ses
éléments incorporels qui, quelle que soit leur qualification, donnent au
locataire la possibilité d’acquérir, à une date fixée avec le propriétaire, le
fonds de commerce ou l’un de ses éléments incorporels, moyennant un prix
convenu tenant compte, au moins pour partie, des versements effectués à

23
Dans le cadre d'un crédit-bail, une société financière (le crédit-bailleur) met un bien d'équipement à la disposition
exemple d'une entreprise pour une période déterminée, contre paiement d'une redevance périodique. Au terme du
contrat, l'entreprise ou autre bénéficiaire a généralement le choix entre plusieurs options : soit restituer le bien, soit
l'acquérir pour un montant défini lors de la conclusion du contrat, soit le renouveler à des conditions le plus souvent
moins coûteuses.

18
titre de loyers, à l’exclusion de toute opération de cession bail 24 , à
l’ancien propriétaire, du dit fonds ou de l’un de ses éléments.

5. Les opérations d’affacturage : Il s'agit de conventions par lesquelles un

établissement de crédit s’engage à recouvrer et à mobiliser des

créances commerciales, soit en acquérant les dites créances25, soit en se


portant mandataire du créancier avec, dans ce dernier cas, une garantie de
bonne fin.

6. Les opérations de vente à réméré26 d’effets et de valeurs mobilières et les


opérations de pension 27 de ses filiales, de ses membres des organes

24
La cession-bail est l’opération par laquelle une entreprise propriétaire d’un bien immobilier professionnel le vend à
une société de crédit-bail immobilier (le crédit-bailleur) et simultanément le prend en crédit-bail immobilier et
devient locataire (le crédit- preneur)
25
La créance est le droit qu'a le créancier d'exiger l'exécution de la prestation due par le débiteur. C'est la face «
active » de l'obligation par rapport à la dette qui est le devoir d'exécuter la prestation.
26
La vente à réméré, appelée également « vente avec faculté de rachat », fait sans doute partie des actes de vente les
moins connus. Le terme « réméré » vient du latin « redimere » qui signifie « racheter ». Son fonctionnement résulte
de l'article 1659 et suivants du Code civil, qui dispose que « la faculté de rachat est un pacte par lequel le vendeur se
réserve de reprendre la chose vendue, moyennant la restitution du prix principal et le remboursement [de frais]. »
Voir aussi le D.O.C
Section I : De la vente à réméré.
Article 585 : La vente avec faculté de rachat, ou vente à réméré, est celle par laquelle l'acheteur s'oblige, après la
vente parfaite, à restituer la chose au vendeur contre remboursement du prix. La vente à réméré peut avoir pour objet
des choses mobilières ou des choses immobilières.
Article 586 : La faculté de rachat ne peut être stipulée pour un terme excédant trois ans ; si elle a été stipulée pour un
délai plus long, elle est réduite à ce terme.
Article 587 : Le terme fixé est de rigueur et ne peut être prolongé par le juge alors même que le vendeur n'aurait pu
faire usage de la faculté de rachat pour une cause indépendante de sa volonté. Cependant, lorsque c'est par la faute de
l'acheteur que le vendeur n'a pu exercer la faculté de rachat, l'expiration du délai fixé ne l'empêche pas d'exercer son
droit.
Article 588 : Pendant la durée du délai stipulé, l'acheteur à pacte de rachat peut jouir de la chose vendue à titre de
propriétaire, sous réserve de ce qui est établi à l'article 595 ; il en perçoit les fruits, et il exerce toutes les actions
relatives à la chose, pourvu que ce soit sans fraude.
Il a qualité pour procéder aux formalités établies afin de purger l'immeuble des hypothèques qui le grèvent.
Article 589 : Faute par le vendeur d'exercer son droit de rachat dans le terme établi par les parties, le vendeur perd
son droit de rachat.

19
d’administration, de surveillance et de direction, de ses actionnaires
disposant d’au moins 5% des droits de vote ;

-des organismes qui fournissent les services financiers visés à l’article 7 ci-
dessus ;

- des entités visées aux 1ers, 2e et 4e tirets de l’article 13 ci-dessus ;

-des organismes visés aux 1), 2), 3), 5), et 6) de l’article 16 ci-dessus.

Si, au contraire, le vendeur exerce son droit de rachat, la chose vendue est censée n'avoir jamais cessé
de lui appartenir.
.‫وعمليات االستحفاظ كما هو منصوص عليها في التشريع الجاري به العمل‬ -

27
La pension est l'opération par laquelle une personne morale, un fonds commun de placement ou un fonds commun
de créances cède en pleine propriété à une autre personne morale, à un fonds commun de placement ou à un fonds
commun de créances, moyennant un prix convenu, des valeurs, titres ou effets définis ci-après et par laquelle le
cédant et le cessionnaire s'engagent respectivement et irrévocablement, le premier à reprendre les valeurs, titres ou
effets, le second à les rétrocéder pour un prix et à une date convenue. Les valeurs, titres ou effets mentionnés ci-
dessus peuvent être des instruments financiers ou des effets publics ou privés, telles que prévues par la législation en
vigueur.

20
3-LA GESTION DES MOYENS DE PAIEMENT :

Sont considérés comme moyens de paiement tous les instruments qui, quel
que soit le support ou le procédé technique utilisé, permettent à toute personne
de transférer des fonds.
Elle couvre l'ensemble des techniques traditionnelles et modernes susceptibles
de faire circuler la monnaie28 scripturale29.
Ainsi, la loi bancaire pose-t-elle une définition moderne et élargie des
opérations de banque, tenant compte de toutes les innovations financières et
technologiques.

L'insertion de la gestion des moyens de paiement parmi les activités bancaires


permet aux autorités de contrôler l'utilisation des nouveaux moyens 30 de
paiement, aussi bien en matière de cartes bancaires qu'au niveau des transferts

28
La monnaie est définie par Aristote par trois fonctions : unité de compte, réserve de valeur et intermédiaire
des échanges. À la période contemporaine, cette définition ancienne persiste mais doit être amendée, entre autres par
la suppression de toute référence à des matières précieuses avec la dématérialisation progressive des supports
monétaires, et les aspects légaux de l'usage de la monnaie.
29
L'argent en chiffre enregistré dans les banques dans les comptes courants forme ce qu'on appelle la monnaie
scripturale. La possession de monnaie par un titulaire de compte est matérialisée par une écriture en compte. Ces
écritures longtemps tenues dans des registres sont maintenant gérées par informatique. Ils forment l'essentiel de la
masse monétaire, très loin devant les billets et les pièces (environ 90 % de la masse monétaire).
La monnaie scripturale est créée par les banques commerciales (« les crédits font les dépôts ») ; contrairement aux
pièces et billets créés par la banque centrale. Cette monnaie scripturale circule entre les agents économiques sous
forme de virement d'un compte à un autre grâce à des moyens de paiement, comme les cartes de paiement, les
virements ou les chèques.
30
Exemple de contrôle : l’Office national des changes a annoncé l’interdiction des transactions en monnaie virtuelle
(BITCOIN) au Maroc. Cette décision est justifiée, selon l’institution, par le fait que les monnaies virtuelles ne
s’appuient sur la signature d’aucun État ou institution et ne sont régies par aucune banque centrale, ce qui fait courir «
d’importants risques à leurs utilisateurs ». Pour le Maroc, ce système de paiement, qualifié d’« alternatif » par ses
défenseurs, est un « système occulte » permettant de contourner la législation nationale, très rigide quant aux
transactions financières avec l’étranger. Ces dernières ne peuvent être effectuées que via les intermédiaires agréés par
les autorités.

21
électroniques qui connaissent une forte progression dans les transactions
financières sur les plans national et international.
C'est dire l'importance de maîtriser et contrôler parfaitement cette activité qui
occupe plus que la moitié de l'effectif bancaire eu égard notamment aux
risques que cela peut faire courir à la clientèle et à leur incidence sur la conduite
de la politique monétaire.

22
B- LES ACTIVITES ACCESSOIRES/ CONNEXES31 :‫عمليات مرتبطة بخدمات‬

En plus des opérations de banque citées précédemment, il n'est pas interdit


aux établissements de crédit d'accomplir, à titre complémentaire, d'autres actes
considérés comme l'accessoire de leur activité spécifique, tels qu'ils ont été
énumérés dans les articles 732 et suivant de la loi bancaire 34-03 :
Les opérations de change ; les opérations sur or33, métaux précieux et pièces de
monnaie ; le placement34 , la souscription35 , l’achat, la gestion, la garde et la

31
Nous faisons remarquer que le mot connexe disparait dans le nouveau texte de loi 103-12 sachant qu’il a bien
existé dans l’article 7 loi 34.03.
32
Article 7
Les établissements de crédit peuvent également effectuer, sous réserve du respect des dispositions législatives
et réglementaires applicables en la matière, les opérations- «ci-après :
1) les services d’investissement visés à l’article 8 ci-après ;
2) les opérations de change ;
3) les opérations sur or, métaux précieux et pièces de monnaie ;
4) la présentation au public des opérations d'assurance de personnes, d’assistance, d’assurance-crédit et toute autre
opération d’assurance, conformément à la législation en vigueur;
5) les opérations de location de biens mobiliers ou immobiliers, pour les établissements qui effectuent, à titre
habituel, des opérations de crédit-bail.
33
Acheter de l'or et des métaux précieux
Il est possible d'acheter de l'or et des métaux précieux sous forme de lingots ou de pièces de monnaies. Il s'agit ici
de métaux précieux sous leur forme "physique", à distinguer des métaux précieux "papier". L'or "papier", par
exemple, peut prendre la forme de Trackers « ou de titres indexés sur l'or.
Les lingots doivent être numérotés. Un certificat doit attester de leur poids en or et indiquer le fondeur.
Concernant les pièces de monnaies, la plupart s'apparentent à des objets de collection. Leur valeur ne dépend donc
pas entièrement de leur teneur en or ou en métal précieux, mais aussi de l'état dans lequel elles se trouvent.
Il est possible d'acheter de l'or et des métaux précieux auprès de certaines sociétés spécialisées dans ces transactions
ou, plus conventionnellement, auprès des banques.
Chaque opération d'achat ou de vente entraîne le paiement d'une commission fixée librement par l'intermédiaire.
Trackers : Les trackers sont des OPCVM (organismes de placements collectifs en valeurs mobilières, comme les
Sicav ou Fonds communs de placement) cotés en Bourse, comme les actions. La plupart des trackers suivent "à la
trace" la performance d'un indice représentatif d'un ensemble d'actions cotées. Ils sont composés des mêmes titres que
l'indice qu'ils suivent (par exemple, le CAC 40, l'Euro Stoxx 50 ou le Dow Jones), ce qui leur permet d'avoir des
résultats identiques.
D'autres trackers retracent les performances d'un secteur économique (secteurs pharmaceutique, pétrolier, bancaire...),
d'une zone géographique (l'Europe, les pays émergents comme la Chine ou le Brésil...) ou de matières premières
(métaux précieux, cacao..).
Les trackers permettent de miser sur la performance globale d'un panier de titres ou d'un secteur économique, à la
différence d'un investissement sur une action qui ne vise que la performance individuelle d'une entreprise.

23
vente de valeurs mobilières 36 , de titres de créances négociables ou de tout
produit financier ;
la présentation au public des opérations d’assurance de personnes,
d’assistance et d’assurance crédit ;
L’intermédiation en matière de transfert de fonds ;
le conseil et l’assistance en matière de gestion de patrimoine37 ;
le conseil et l’assistance en matière de gestion financière38,

OPCVM : Un organisme de placements collectif en valeurs mobilières (OPCVM) est un portefeuille dont les
fonds investis sont placés en valeurs mobilières ou autres instruments financiers.

34 Un placement, est le fait de bloquer pendant une certaine durée un certain montant d'épargne dans une
opération financière pouvant apporter un gain.
Au niveau de la finance des particuliers (épargnants), le terme est parfois utilisé plutôt que celui d'« investissement ».
35 La souscription est l'engagement pris par un particulier de fournir à une date convenue une somme d'argent
pour le financement d'une œuvre, d'un emprunt, d'une assurance ou d'une entreprise en cours de préparation.
36
Une valeur mobilière est une catégorie de titres financiers, qui peut être soit un titre de propriété (action), soit un
titre de créance (obligation), et qui confère des droits standardisés.
37 La gestion de patrimoine est un processus permettant que les biens d’une entreprise ou d’une personne soient
évalués afin d’optimiser leur usage.
38
La finance d'entreprise ou gestion financière, est le champ de la finance relatif aux décisions financières des
entreprises. Son objet essentiel est l’analyse et la « maximisation de la valeur de la firme pour ses actionnaires
envisagée sur une longue période » . En termes plus précis, l'enjeu consiste à optimiser la valeur de la séquence des
profits monétaires futurs (relativement à un horizon de référence) sous la contrainte de la limitation des risques
courus. Elle est, aux côtés de la finance publique et de la finance privée, l’un des trois grands domaines de la finance.
Historiquement sa pratique est étroitement associée au recours au financement bancaire et de plus en plus à celui du
financement de marché.
La pratique de la finance d’entreprise relève donc à la fois d'une vision externe à la firme (celles des prêteurs, des
investisseurs ou des intermédiaires comme les banques d’investissement) et d'une vision interne à la firme (celle des
dirigeants dont les décisions de gestion interne conditionnent sa valeur financière).

Les principales problématiques traitées dans le cadre de la finance d’entreprise sont :

 la décision d'investissement, et particulièrement la façon d'évaluer la pertinence et le rendement


prévisibles des décisions d’investissement ;
 la décision de financement, c'est-à-dire l'optimisation de la structure financière des firmes et les voies
d'amélioration des conditions de leur financement ;
 la politique de rémunération des apporteurs de capitaux, soit concrètement et le plus souvent la conduite
à tenir en matière de distribution des dividendes « Un dividende est un versement d'une entreprise à ses
actionnaires. Ceux-ci le reçoivent sans contrepartie et demeurent propriétaires de leurs actions. Ce
sont les actionnaires eux-mêmes, réunis en assemblée générale qui peuvent décider de se l'attribuer,
par exemple s'ils jugent que l'entreprise qu'ils possèdent a de quoi leur céder de la trésorerie sans
entacher son fonctionnement. ».

24
L’ingénierie financière et, d’une manière générale, tous les services destinés à
faciliter la création et le développement des entreprises;
les opérations de location simple de biens mobiliers ou immobiliers, pour les
établissements qui effectuent, à titre habituel, des opérations de crédit-bail.

Cette énumération n'est pas exhaustive mais illustrative, le législateur visant


la diversification du métier de banquier. A ce titre, les établissements de crédit
peuvent prendre des participations dans des entreprises existantes ou en création,
sous réserve du respect des limites fixées, par rapport à leurs fonds propres et au
capital social ou aux droits de votes de la société émettrice, par circulaire du
gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des établissements de
crédit (art. 8).

Article 8 loi 103-12

l) Sont considérés comme services d’investissement :


-la gestion d’instruments financiers ;
-la négociation pour compte propre ou pour compte de tiers d’instruments
financiers ;
- la réception et la transmission d’ordres pour le compte de tiers ;
- le conseil et l’assistance en matière de gestion de patrimoine ;
- le conseil et l’assistance en matière de gestion financière ;
- l’ingénierie financière ;
- le placement sous toutes ses formes ;

25
- le service de notation de crédit.
2) Sont considérées comme opérations connexes aux services d’investissement
énumérés ci-dessus :
-les opérations d’octroi de crédits à un investisseur pour lui permettre
d'effectuer une transaction qui porte sur des instruments financiers tels que
définis par la législation en vigueur;
-le conseil et la fourniture de services aux entreprises notamment, en matière
de structure de capital, de stratégie, de fusions et de rachat d`entreprises.
La définition des services d`investissement et les modalités de leur fourniture
sont fixées par circulaire du wali de Bank Al-Maghrib, après avis du comité
des établissements de crédit visé à l’article 25 ci-dessous.

26
En outre, les établissements de crédit peuvent être autorisés à effectuer des
opérations dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé des finances après
avis du Comité des établissements de crédit.
Néanmoins, ne peuvent être autorisées dans ce cadre que les opérations qui sont
effectuées habituellement par les établissements de crédit sur les places
financières internationales et dont l’exercice n’est pas de nature à empêcher,
restreindre ou fausser le jeu de la concurrence au détriment des entreprises qui
les effectuent à titre principal.
De même, ces opérations doivent demeurer d’une importance limitée par
rapport aux opérations visées à l’article premier ci-dessus. Pour l’exercice de ces
opérations, les établissements de crédit sont soumis aux dispositions
législatives et réglementaires particulières applicables aux activités
concernées.

27
SECTION II. LES ACTEURS DU CADRE INSTITUTIONNEL

Etant une activité particulièrement sensible pour une économie et pour la


société, de multiples dispositions de la loi ont pour objet de cadrer l'activité
bancaire à travers des règles préventives destinées à sauvegarder les intérêts
de la clientèle et à préserver le renom de la profession39 et de la place et la
confiance de la clientèle envers la profession. Ces règles prudentielles40 sont
regroupées sous l'appellation de contrôle des établissements de crédit assuré en
grande partie par les autorités de tutelle et de supervision appelées
communément « autorités monétaires ». Outre les autorités monétaires, les
intervenants dans le paysage bancaire comprennent quatre instances collégiales
et deux associations professionnelles.

A. Les autorités monétaires

Elles sont constituées par deux entités : 1-le ministère de l'économie et des
finances et Bank AI-Maghrib.
1. Le ministère de l'économie et des finances : Ce ministère exerce une
influence déterminante sur la profession. C'est à lui qu'incombe en définitive la
responsabilité de définir les grandes orientations de la politique monétaire 41
et financière du pays. C'est le ministre lui-même qui préside le Conseil national
du Crédit et de l'épargne et se fait représenter au sein de toutes les autres

39
La Réputattion.
40
Règle de vigilances
41
L’un des exemples les plus connus et d’actualité le débat sur la notion de monnaie flottante par rapport à la parité
du DH face à l’euro et au dollar.

28
instances collégiales. Cependant, la nouvelle loi bancaire « c’est la loi « 34-03
qui est évoquée » a renforcé l'autonomie et les pouvoirs de Bank Al Maghreb au
détriment de ceux du ministère.

2-Bank AI-Maghrib Créée par le dahir n° 1-59-233 du 23 hija 1378 (30 juin
1959), Bank Al-Maghrib est une personne morale publique dotée de
l’autonomie financière.

Ses fonctions 42 , activités, ainsi que les modalités de son administration,


direction et contrôle sont arrêtées par la loi n° 76-0343 portant statut de Bank Al-
Maghrib et les textes pris pour son application.

La Banque est réputée commerçante44 dans ses relations avec les tiers45. Son
capital est fixé à 500.000.000 de dirhams. Il est entièrement détenu par l’Etat. Il
peut être augmenté, sous réserve d’approbation par voie réglementaire, sur
décision du Conseil de la Banque, le commissaire du gouvernement entendu.
L'institut d'émission occupe une place tout à fait particulière dans le système
bancaire marocain. Il est en effet présent dans les instances collégiales à travers
son gouverneur qui est vice-président du Conseil national de la monnaie et de
l'épargne, et président du Comité des établissements de crédit.
Il assure le secrétariat de l'ensemble des organes de consultation et de contrôle
créés par la loi bancaire.

42
Voir section I et section II CHAPITRE II de la loi 76-03
43
Promulguée par Dahir n°1-05-38 du 20 chaoual 1426 (23 Novembre 2005).
44
Déjà vu au niveau de la qualité du commerçant art 6 CODE DE COMMERCE .
45
les clients et autres …. Relativement aux dispositions d'une convention, le mot "tiers" désigne toute personne qui
n'y a pas été partie, ou qui n'y a pas été représentée.

29
Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi bancaire, la marge de manœuvre et
l'autonomie d'action de la banque centrale ont été particulièrement renforcées,
notamment en matière de la conduite de la politique monétaire, de l'octroi des
agréments et des sanctions susceptibles d'être prononcées à l'encontre des
établissements de crédit.

B. Les instances collégiales

L’ORGANIGRAMME46 DU SYSTEME BANCAIRE MAROCAIN.

46
C N C E = Conseil national de crédit et de l’épargne.
C.E.C = Comité des établissements de crédit.
C D E C = Comité de discipline d’établissement de crédit.
G P B M = Groupement professionnel des banques du Maroc.
A P S F = Association professionnel des sociétés de Financement.

30
En créant des instances collégiales, les rédacteurs de la loi entendent organiser
une séparation entre trois grandes fonctions d'orientation et de tutelle du système
bancaire.

1-Le Conseil national du Crédit et de l'épargne (CNCE)


Présidé par le ministre47 de l'économie et des finances ou en son absence
par le gouverneur de Bank AI-Maghrib, le CNCE débat de toute question
intéressant le développement de l’épargne ainsi que de l’évolution de
l’activité des établissements de crédit. Il formule des propositions au
gouvernement dans les domaines qui entrent dans sa compétence. Ce conseil
est composé de membres représentants: l'Etat dont principalement les
autorités monétaires ; les établissements de crédit ; les milieux économiques,
sociaux et financiers ; et les collectivités locales. A ces membres peuvent
s'ajouter des personnalités dont la collaboration est jugée utile par le ministre
de l'économie et des finances.
2-Le Comité des établissements de crédit (CEC)
Le CEC est un organe à caractère technique chargé de statuer sur des
décisions se rapportant à l'exercice de l'activité bancaire. Présidé par le
gouverneur de Bank AI-Maghrib, ce comité comprend: un représentant de
Bank Al-Maghrib, vice-président ; deux représentants du ministère chargé
des finances, dont le directeur de la direction du Trésor et des finances

47
M. Mohamed BENCHAABOUN que SM le Roi Mohammed VI a nommé, lundi 20 Août 2018, Ministre de
l'Economie et des Finances, est âgé de 56 ans.
M. BENCHAABOUN est Lauréat de l'Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris.
En Août 1996, il est nommé Directeur à l’Administration des Douanes et Impôts Indirects, chargé de coordonner des
projets transversaux pour le compte du Ministère de l’Économie et des Finances.
Trois ans après, M. BENCHAABOUN a rejoint la Banque Centrale Populaire (BCP) en tant que Directeur Général
Adjoint, chargé des services communs puis du Pôle développement.

31
extérieures ; deux représentants du Groupement professionnel des banques
du Maroc, dont le président ; deux représentants de l’Association
professionnelle des sociétés de financement, dont le président. Lorsqu’il est
saisi de questions à caractère individuel, sa composition est restreinte aux
seuls représentants de Bank Al-Maghrib et du ministère chargé des finances.
48
Il s'agit de : l’octroi d’agréments pour l’exercice de l’activité
d’établissement de crédit ; la fusion de deux ou de plusieurs établissements
de crédit ; l’absorption d’un ou plusieurs établissements de crédit par un autre
établissement de crédit ; la création de filiales ou l’ouverture de succursales,
ou de bureaux de représentation à l’étranger, par les établissements de crédit
ayant leur siège social au Maroc ; les changements qui affectent la
nationalité, le contrôle d’un établissement de crédit ou la nature des
opérations qu’il effectue à titre de profession habituelle. Les modalités de
fonctionnement du Comité des établissements de crédit sont fixées par
décret. Le secrétariat du Comité est assuré par Bank Al-Maghrib.

3-La Commission de discipline des établissements de crédit (CDEC)


La fonction de contrôle et de sanction est confiée à la Commission de
discipline des établissements de crédit (CDEC). Présidée par le vice-
gouverneur ou le directeur général de Bank AI-Maghirb, cette
Commission a pour vocation d’instruire les dossiers disciplinaires et de
proposer, au gouverneur de Bank Al-Maghrib, les sanctions disciplinaires à
prononcer. Elle comprend un représentant de l'Institut d'émission, deux
48
L'agrément est la reconnaissance officielle qui émane d'une autorité reconnue, qu'une personne possède la
formation et les qualités nécessaires pour recevoir un titre professionnel et qu’elle rencontre les critères spécifiques
de compétences associés à la pratique dans son domaine d'expertise.

32
représentants du ministère de l'économie et des finances et deux magistrats
nommés par le ministre de l'économie et des Finances, sur proposition du
ministre de la justice. Cette organisation tripartite de l'appareil bancaire
semble traduire la volonté des rédacteurs de la loi de "démocratiser" le cadre
institutionnel de la profession en opérant une stricte séparation des pouvoirs
entre le "législatif" (CNCE49), "l'exécutif" (CEC) et le "judiciaire" (CDEC).
C'est cette démarche qui a été adoptée par la loi bancaire française de 1984.
4-La Commission de Coordination des Organes de Supervision du Secteur
Financier
Cette commission est composée de Bank AI-Maghrib, de représentants de
l'Administration chargée du contrôle des entreprises d'assurance et de
réassurance et du Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières, ainsi que
de toute autre autorité de contrôle de l'un des compartiments du secteur
financier. Elle est chargée, aux termes de l'article 81 de la loi bancaire,
notamment de coordonner les actions des instances précitées en matière de
supervision des établissements soumis à leurs contrôles respectifs. Les
membres de cette commission peuvent procéder, entre eux, à tout échange de
renseignements sur leurs activités de supervision ainsi que sur les
établissements soumis à leur contrôle. La commission peut, en outre, être
saisie par le ministre chargé des finances de toute question d’intérêt commun.
Quant à la composition et aux modalités de fonctionnement de la dite
commission, elles sont fixées par décret.

49
Le CNCE est un organisme paritaire institué par décret d’application de la loi 13-89 relative au commerce
extérieur. Il a pour mission d’éclairer les acteurs publics et privés sur les enjeux du commerce extérieur et de
formuler des recommandations à même d’améliorer la compétitivité des entreprises.

33
C. Les associations professionnelles

La loi bancaire fait obligation à tout établissement de crédit d'adhérer à une


association professionnelle. Les banques doivent adhérer au Groupement
professionnel des banques du Maroc (GPBM)50 et les sociétés de financement
à l'Association professionnelle des sociétés de financement (APSF). Les statuts
de ces associations doivent être approuvés par le ministère de l'économie et des
finances après avis conforme du Comité des établissements de crédit.

Ces associations professionnelles ont quatre missions essentielles :

1. La défense des intérêts de la profession.


2. La représentation de la profession auprès des pouvoirs publics ou tout
organisme national ou international.
3. L'observation des dispositions de la loi bancaire et les textes pris pour son
application.
4. L'étude des questions intéressant l'amélioration de l'exercice de la
profession.
En outre, les associations professionnelles peuvent être consultées par les
autorités monétaires sur toute question relative au fonctionnement de leur
activité.

50
une grande influence sur le secteur .un alignement en matière salariale et autres ….les banques se ressemblent et se
protègent ainsi.une forme de normalisation des conditions de travail et des avantages s’est instaurée

34
SECTION III. L'ACCES A LA PROFESSION BANCAIRE ET SON CONTROLE

Tout établissement de crédit doit, avant d'accéder à la profession, avoir été


préalablement agréé, soit en qualité de banque, soit en qualité de société de
financement.

A-Les conditions d'octroi de l'agrément

Selon l'article 27 de la loi, avant d’exercer son activité au Maroc, tout


établissement de crédit doit avoir été préalablement agréée par le gouverneur de
Bank Al-Maghrib après avis du Comité des établissements de crédit, soit en
qualité de banque soit en qualité de société de financement. Véritable
autorisation administrative pour exercer la profession, cet agrément n'est accordé
que si l'entreprise requérante remplit certaines conditions juridiques et
financières et offre des garanties suffisantes en matière de compétence et
d'honorabilité de ses dirigeants.

35
1. Les conditions juridiques Les établissements de crédit ne peuvent être
constituées que sous la forme de société anonyme à capital fixe, à l'exception des
organismes que la loi a dotés d'un statut particulier. La loi a donc écarté des
formules juridiques telles que les sociétés de personne ou les sociétés à
responsabilité limitée qui paraissent mal adaptées aux exigences de sécurité. En
outre, la dénomination sociale doit être approuvée par le Comité des
établissements de crédit. Elle ne doit pas porter tort aux intérêts d'un

36
établissement déjà existant, ni risquer d'induire le public en erreur par une
appellation trop générale et insuffisamment distinctive. Selon l'usage, le mot
banque doit figurer explicitement dans toute nouvelle dénomination.

2. Les conditions financières Tout établissement de crédit doit justifier à son


bilan d'un capital minimum effectivement libéré ou lorsqu'il s'agit d'un
établissement public, d'une dotation minimum totalement versée dont le montant
est fixé par arrêté du ministre de l'économie et des finances, après avis conforme
du Comité des établissements de crédit. Fixant les modalités d’application des
dispositions de l’article 30 de la loi bancaire, la Circulaire du Gouverneur de
Bank Al-Maghrib n°20/G/2006 du 30 novembre 2006 relative au capital
minimum ou la dotation minimum des établissements de crédit dispose que:
Tout établissement de crédit agréé en qualité de banque est tenu de justifier à son
bilan d’un capital intégralement libéré ou d’une dotation totalement versée, dont
le montant doit être égal au moins à deux cents millions de dirhams. Toutefois,
lorsque l’établissement de crédit agréé en qualité de banque ne recueille pas de
fonds du public, le capital minimum exigible est de cent millions de dirhams. En
outre, selon la même circulaire, tout établissement de crédit agréé en qualité de
société de financement doit justifier à son bilan d'un capital effectivement libéré
ou d'une dotation totalement versée d'un montant minimum de : 50 millions de
dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer les opérations de crédit
immobilier ou les opérations de crédit-bail ou les opérations de crédit autres que
celles visées par le présent article ; quarante millions de dirhams pour les
sociétés de financement agréées en vue d'effectuer les opérations de
cautionnement autres que le cautionnement mutuel ; trente millions de dirhams

37
pour les sociétés de financement agréées en vue d'effectuer les opérations
d’affacturage ; vingt millions de dirhams pour les sociétés de financement
agréées en vue d'effectuer les opérations de crédit à la consommation ; dix
millions de dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer les opérations de
mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de paiement et leur gestion ;
un million de dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer les opérations
de cautionnement mutuel. Dans le même sens, l’actif de tout établissement de
crédit doit, à tout moment, excéder effectivement, d’un montant au moins égal
au capital minimum ou la dotation minimum, le passif exigible. Par ailleurs,
l'entreprise bancaire doit pouvoir réaliser ses objectifs de développement dans
des conditions compatibles avec le bon fonctionnement de la profession et qui
assurent à la clientèle une sécurité suffisante. Aussi, l'adéquation de son
programme d'activités avec les moyens techniques et financiers mis en œuvre
sont un critère important d'appréciation.

3. Les conditions tenant aux dirigeants Des conditions assez rigoureuses portent
sur la qualité et l'honorabilité des dirigeants. L'agrément peut tout simplement
être refusé si les dirigeants ne possèdent pas la moralité nécessaire et
l'expérience adéquate à l'exercice de l'activité bancaire. En outre, toute personne
ayant encouru une condamnation pénale pour les délits prévus à l'article 31 de la
loi bancaire ne peut être ni fondateur ou membre du conseil d'administration d'un
établissement de crédit, directement ou par personne interposée, ni contrôler,
administrer, diriger, gérer, représenter ou disposer du pouvoir de signature pour
le compte d'un tel établissement.

38
B. Le contrôle prudentiel

Exercé essentiellement par Bank AI-Maghrib, ce contrôle se fixe comme


principal objectif d'assurer la solvabilité et la liquidité du système bancaire. Ce
contrôle vise également la protection de la clientèle et le respect de l'orthodoxie
financière conformément aux standards internationaux.

1. Les ratios La loi bancaire a prévu divers ratios établissant un rapport


quantitatif entre certains éléments de l'actif et certains éléments du passif
du bilan. Ces ratios qui font partie des règles prudentielles sont au nombre
de quatre. a. Ratio de solvabilité Il s'agit d'un ratio pondéré établissant une
relation entre les fonds propres de la banque et ses engagements. Les
concours sont retenus pour une quotité variable selon la nature du risque,
la qualité du bénéficiaire, la durée du crédit et la valeur des garanties dont
ils sont assortis. Les caractéristiques et les modalités de calcul de ce ratio
sont précisées par décision réglementaire de Bank AI-Maghrib. Ce ratio
est actuellement de 8% minimum. b. Ratio de liquidité Ce ratio astreint les
banques à respecter un rapport minimal entre les éléments de leur actif
considérés comme « liquides » et les éléments de leur passif considérés
comrne « exigibles ». Fixé actuellement à 60 %, ce ratio traduit la capacité
d'une banque à rembourser ses engagements à court terme grâce à des
actifs liquides.

Ratio de division des risques Il s'agit d'un rapport maximum, fixé


actuellement à 10 %, que les banques sont tenues de respecter entre le total

39
des crédits consentis à un même bénéficiaire et leurs fonds propres. Ce
ratio ne s'appliquant pas aux concours accordés à l'Etat et aux autres
établissements bancaires. Les risques encourus sont pris en considération
avec des quotités variables selon la nature des crédits et les garanties dont
ils sont assortis. d. Ratio de liquidité en devises Les banques sont tenues de
respecter de manière permanente : - un coefficient maximum de 10 %
entre la position de change longue ou courte6 et les fonds propres nets ; -
un coefficient maximum de 20 % entre le total des positions de change
longues ou courtes et les fonds propres nets.

2. Les emplois obligatoires Les emplois obligatoires ont pour objet


d'affecter une partie des crédits bancaires à des secteurs jugés
économiquement prioritaires (agriculture, logement, investissement...).
Depuis la levée de l'encadrement et la suppression du contrôle quantitatif
et sélectif des crédits bancaires, les emplois obligatoires ont connu une
forte diminution, et certains ont même disparu complètement. Seule la
réserve monétaire demeure un instrument efficace entre les mains de Bank
AI-Maghrib pour réguler une position de change est la différence entre la
somme des avoirs et la somme des engagements libellés dans une même
devise. Elle est dite « longue » lorsque les avoirs excédent les
engagements et « courte » dans le cas inverse.

40
Les liquidités bancaires.

a. La réserve monétaire Institué au Maroc en 1966, ce système consiste à


imposer aux banques de maintenir, sous forme de fonds non rémunérés ou très
faiblement rémunérés auprès de Bank AI-Maghrib, une fraction de leurs
exigibilités (dépôts à vue de la clientèle). Fixé par arrêté du ministère de
l'économie et des finances, le taux de la réserve monétaire, actuellement de 10
%, varie en fonction des impératifs de la politique monétaire.

b. Le plancher d'effets publics Institué en 1967, le plancher d'effets publics est


le portefeuille minimum que chaque banque doit détenir en bons de trésor. II est
fixé actuellement à 15 % des exigibilités de chaque établissement bancaire, à
l'exclusion des bons de caisse, comptes à terme, dépôts en dirhams convertibles,
certificats de dépôts dont la durée initiale est supérieure ou égale à 3 mois. Les
bons de trésor souscrits dans ce cadre sont rémunérés à taux défini par BAM.

c. Les autres emplois obligatoires II s'agit essentiellement du portefeuille


minimum des crédits à moyen termes comptable institué en 1972, du portefeuille
des bons CNCA institué en 1981 et du portefeuille d'emploi en crédits
immobiliers créé en 1982. Comme cela a été évoqué précédemment, ces emplois
ont connu progressivement une forte diminution pour disparaître complètement.
3. Les règles comptables L'information comptable est à la base du contrôle
qu'effectue Bank AI-Maghrib sur le système bancaire. La comptabilité bancaire
est tenu selon un système propre à la profession basé sur le plan comptable

41
bancaire. Cette comptabilité permet aux autorités de tutelle de contrôler la
qualité de l'information sur les opérations de banque et d'assurer le suivi des
instruments de la politique monétaire. Le cadre comptable et le modèle des états
de synthèse qui comprennent le bilan, le compte des résultats, l'état des soldes de
gestion, le tableau de financement et l'état des informations complémentaires
(ETIC) sont fixés par arrêté du ministre de l'économie et des finances, sur
proposition de Bank AI-Maghrib. Par ailleurs, il convient de souligner que la loi
bancaire de 1993 a apporté dans ce sens trois innovations majeures :

1. Les comptes annuels et semestriels des établissements de crédit doivent être


certifiés conformes aux écritures par deux commissaires aux comptes choisis sur
la liste des experts comptables et non par un seul, comme ce fut le cas
précédemment.

2. La comptabilité des banques doit obligatoirement faire l'objet d'un audit par
des auditeurs externes dûment agréés par le gouverneur de Bank AI-Maghrib.
Enfin, les comptes annuels et semestriels des établissements de crédit sont
dorénavant publiables, mais sous le contrôle de Bank AI-Maghrib.

Le taux de rémunération des réserves monétaires est de 0.75% annuelle.

42
SECTION IV. L'HISTORIQUE DE LA REFORME DE LOI BANCAIRE

L'ouverture des premiers guichets bancaires au Maroc date de la deuxième


moitié du 19ème siècle. Depuis, la profession bancaire est le produit d'un long
cheminement qui s'est édifié progressivement dans le temps. Quatre textes de
base ont marqué l'évolution de la profession. L'Acte d'Algésiras, signé en 1906
par les délégués de douze pays européens, des Etats-Unis d'Amérique et du
Maroc, a institué la Banque d'Etat du Maroc qui sera effectivement créée, à
Tanger, en 1907 sous forme de société anonyme, dont le capital était réparti
entre les pays signataires, à l'exception des Etats-Unis. Outre les opérations à
caractère commercial, la Banque d'Etat du Maroc disposait du privilège de
l'émission de la monnaie fiduciaire sur tout le territoire du Royaume et assumait
le rôle d'agent financier du gouvernement marocain. Avec l'avènement du
protectorat français en 1912, de nombreuses filiales de grandes banques
commerciales européennes, notamment françaises, de banques d'affaires et de
groupes financiers étrangers se sont installées au Maroc. De même, des
institutions financières marocaines remplissant des fonctions spécifiques et
intervenant dans des domaines particuliers ont vu le jour. Il s'agit notamment de
la Caisse des Prêts Immobiliers du Maroc, de certaines caisses spécialisées dans
le financement de l'agriculture, de la Caisse Centrale de Garantie, de la Caisse
Marocaine des Marchés et du Crédit Populaire.

43
A-L'arrêté du 31 mars 1943

L'exercice de l'activité bancaire, qui n'était régi par aucun texte particulier, a été
organisé pour la première fois en 1943, suite à la promulgation du dahir du 31
mars relatif à la réglementation et à l'organisation de la profession bancaire. Les
modalités d'application de ce dahir ont été fixées par l'arrêté du Directeur des
Finances de la même date, puis modifiées et complétées par les arrêtés du 15
janvier 1954, du 17 janvier et du 16 avril 1955. Au-delà des impératifs politiques
et économiques qui ont guidé son élaboration, le texte de 1943 a le mérite de
poser les premiers jalons de l'organisation bancaire dans notre pays, notamment:
l'inscription obligatoire des banques sur une liste officielle, la création de normes
de gestion applicables à l'ensemble de la profession, l'institution d'un contrôle
quantitatif et qualitatif en matière de distribution de crédits, et la mise en place
d'une instance de tutelle et de concertation "le comité des banques" et d'un
organe associatif « l'Organisation des banques du Maroc », ancêtre du GPBM
actuel. Ainsi, s'inspirant de la loi bancaire française du 13 juin 1941, ce
dispositif a notamment dévolu au Directeur des Finances une compétence
générale en matière de contrôle et de réglementation des conditions d'exercice de
l'activité bancaire, ainsi que le pouvoir de sanction des manquements constatés.
Pour l'accomplissement de sa mission, le Directeur des finances était assisté par
le "Comité des banques", instance consultative chargée d'émettre des avis ou des
propositions sur toutes questions intéressant la profession et appelant des
mesures à caractère individuel ou général. Ce dispositif institutionnel fut

44
complété, par la mise en place du "Comité du Crédit et du Marché Financier",
organe consultatif habilité à donner son avis au Directeur des finances, en
particulier en ce qui concerne la politique générale de crédit et le marché
financier.
Le champ d'application des textes susvisés qui ne concernait, que la zone
territoriale sous protectorat français, a été étendu, par les arrêtés du 14 août 1958
et du 31 mars 1960, respectivement à la zone sous occupation espagnole, puis à
la province de Tanger qui disposait d'un statut particulier. Au lendemain de
l'indépendance du Maroc en 1956, les bases d'un système bancaire national ont
été mises en place.

Ainsi, la Banque du Maroc a été instituée par le dahir n° 1-59-233 du 30 juin


1959 pour se substituer à la Banque d'Etat du Maroc et assurer la fonction de
Banque Centrale. Créée sous forme d'établissement public doté de la
personnalité civile et de l'autonomie financière, cette institution s'est vue confier
le privilège de l'émission de la monnaie fiduciaire, ainsi que la mission de veiller
à la stabilité de la monnaie et de s'assurer du bon fonctionnement du système
bancaire. A partir de mars 1987, La dénomination de " Bank Al-Maghrib " a été
substituée à celle de " Banque du Maroc ". D'autre part et afin de répondre aux
objectifs de développement et aux besoins de financement spécifiques à des
secteurs économiques jugés prioritaires, l'Etat a procédé à la création
d'organismes financiers spécialisés et à la restructuration de certaines institutions
existantes. Ainsi furent créés, en 1959, la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG),
le Fonds d'Equipement Communal (FEC), la Caisse d'Epargne Nationale (CEN),
la Banque Nationale pour le Développement Economique (BNDE) et la Banque

45
Marocaine du Commerce Extérieur (BMCE). L'année 1961 a vu la
restructuration du Crédit Agricole et du Crédit Populaire. Enfin, le Crédit
Immobilier et Hôtelier, qui a succédé en 1967 à la Caisse de Prêts Immobiliers
du Maroc, a été réorganisé conformément aux dispositions du décret royal
portant loi du 17 décembre 1968. Cette période s'est caractérisée également par
la réduction du nombre des banques qui a été ramené de 69 à 26 entre 1954 et
1961, sous l'effet conjugué de la fusion et de la disparition de certains
établissements.

B. Le décret royal du 21 avril 1967


La seconde étape importante de la mise en place et de la consolidation du
système bancaire marocain a débuté avec la promulgation du décret royal n° 1-
67-66 du 21 avril 1967 portant loi relatif à la profession bancaire et au crédit,
dont les principaux apports consistent en: une définition plus précise de l'activité
des banques; la délimitation des attributions des autorités de tutelle et de
surveillance, et l'institution d'une réglementation plus appropriée. Première loi
bancaire après l'indépendance, ce texte devait permettre à l'Etat non seulement
de reprendre le contrôle de son système financier mais de redéfinir les règles du
jeu pour l'ensemble de la profession. Outre la création d'organes importants tels
que le Comité du crédit et du marché financier et le Groupement Professionnel
des Banques au Maroc, la loi bancaire de 1967 a renforcé sensiblement le
dispositif de contrôle dévolu aux autorités monétaires. Pour reconstruire son
économie et faire face à ses énormes besoins d'investissement, l'Etat devait
intervenir massivement et directement sur les emplois et les ressources
bancaires. Outre la création d'un certain nombre de banques étatiques

46
spécialisées dans le financement de secteurs sensibles jugés prioritaires (voir
supra), l'Etat a mis en place un système sélectif d'octroi de crédits, fondé sur le
refinancement auprès de l'Institut d'émission et sur la bonification des taux
d'intérêt. Les dispositions du décret susvisé furent étendues au Crédit Populaire
en 1970. En 1986, les prescriptions du titre III du décret portant loi susvisé,
relatives au contrôle du crédit et des banques, ont été étendues à la Banque
Nationale pour le Développement Economique et au Crédit Immobilier et
Hôtelier qui ont été, par ailleurs, autorisés à recueillir des dépôts auprès du
public. La Caisse Nationale du Crédit Agricole, quant à elle, a été habilitée, en
1987, à financer d'autres secteurs d'activité liés notamment au milieu rural. Enfin
et en vue de promouvoir notamment les projets d'investissement initiés par les
marocains résidant à l'étranger, il a été procédé, en 1989, à la création de Bank
Al-Amal, chargée en particulier d'octroyer des prêts participatifs ou
subordonnés, et de Dar Addamane qui a pour objet de garantir, entre autres, les
prêts consentis par la première entité. Pendant cette période, l'ensemble du
secteur bancaire évoluait dans un contexte fortement administré, marqué par
l'encadrement du crédit, le cloisonnement des circuits financiers, la
réglementation des changes et la tarification uniforme des prestations bancaires.

Ce système qui a «fait son temps » et qui a produit des effets heureux sur le tissu
industriel marocain, s'est avéré, au fil des ans, en inadéquation avec les
évolutions récentes ayant affecté la profession, plus particulièrement, au milieu
des années quatre-vingts, après l'adoption du programme d'ajustement structurel.

47
C. Le dahir du 6 juillet 1993

La refonte de la législation antérieure visait l'adaptation du paysage bancaire à la


nouvelle donne de l'économie de la fin du siècle : mondialisation,
déréglementation, désintermédiation, décloisonnement, progrès technologique,
émergence des marchés, ouverture de l'économie marocaine sur l'extérieur, etc.
Ayant intégré judicieusement les changements successifs intervenus dans les
différents métiers de banque, les rédacteurs de la loi de 1993 se sont fixés
comme principal objectif de renforcer la concurrence et la compétitivité des
banques en favorisant progressivement la modernisation du cadre juridique de la
profession. Les principes directeurs qui ont présidé à l'élaboration de la loi du 6
juillet 1993 sont au nombre de trois.
1. L'unification du cadre juridique La loi vise à soumettre à un cadre juridique
commun l'ensemble des entreprises qui se livrent au "commerce de l'argent".
Elle a utilisé, à cet effet, le concept très large d'établissement de crédit, défini
comme étant toute personne morale qui effectue, à titre de profession habituelle,
l'une des trois opérations mentionnées dans la section I. Cette démarche
unificatrice de la loi contraste singulièrement avec la législation antérieure,
caractérisée par la coexistence de statuts juridiques distincts s'appliquant à un
ensemble d'établissements dont certains échappaient au contrôle des autorités
monétaires comme les organismes financiers spécialisés et les sociétés de
financement. En effet, les banques de dépôts dites « banques inscrites » étaient,
seules, éligibles à la loi bancaire. Cependant, l'unicité du cadre juridique ne doit
pas être entendue comme l'uniformité de tous les établissements de crédit.

48
La loi, elle-même, en a distingué deux grandes catégories: les banques qui
peuvent recevoir du public des fonds à vue ou d'un terme inférieur ou égal à un
an (deux ans auparavant), et les sociétés de financement qui n'ont pas cette
possibilité. En outre, les anciens organismes financiers spécialisés auxquels
l'Etat a confié une mission permanente d'intérêt public conservent leur
particularité institutionnelle, leur spécificité et leur vocation propre. Enfin, la loi
a exclu de son champ d'application un certain nombre de services publics et
d'administrations qui, malgré leur activité bancaire, ne sont pas considérés
comme établissements de crédit. C'est le cas notamment de Bank AI-Maghrib
qui ne peut être juge et partie, des services financiers de la poste et de la
trésorerie générale du Royaume qui ne peuvent entrer dans le cadre de la loi du
seul fait de leur absence de personnalité juridique. C'est également le cas de la
Caisse de Dépôt et de Gestion, de la Caisse Centrale de Garantie et des banques
"offshore" qui sont soumises à une législation spécifique, à savoir le dahir du 26
février 1992.

2. Le renforcement de la concertation A travers le renforcement de la


concertation entre les autorités monétaires et les représentants du secteur
bancaire, les rédacteurs de la loi ont voulu démocratiser le cadre institutionnel
dans lequel s'exerce la profession. Outre les prérogatives de contrôle revenant au
ministère de l'économie et des finances et à Bank AI-Maghrib, les autres
fonctions de la tutelle ont été clairement identifiées et réparties entre trois
instances créées par la loi à cet effet, à savoir :

49
1. Le Conseil National du Crédit et de l'Epargne (CNCE) auquel reviennent la
fonction de consultation sur la politique monétaire et financière du
Gouvernement, et l'exercice de la concertation avec l'ensemble des forces
représentatives des activités économiques.

2. Le Comité des Etablissements de Crédit (CEC) qui exerce la fonction


réglementaire. Le CEC étant un organe à caractère technique habilité à statuer
sur le fonctionnement quotidien des banques et des sociétés de financement.
3. La Commission de Discipline des Etablissements de Crédit (CDEC) qui
exerce la fonction de contrôle et de sanction. Elle est ainsi chargée d'instruire des
dossiers disciplinaires et de proposer des sanctions susceptibles d'être
prononcées à l'encontre des établissements de crédit. Enfin, le texte de loi oblige
tout établissement de crédit à adhérer selon la nature de son activité : soit au
Groupement professionnel des banques du Maroc, soit à l'Association
professionnelle des sociétés de financement. Ces organes associatifs constituent
un forum pour développer la concertation et défendre les intérêts de la
profession auprès des autorités de tutelle.

4. La protection des déposants et des emprunteurs L'amélioration des relations


des banques avec leur clientèle est un axe fort de la réforme de la loi bancaire en
1993. II s'agit non seulement de renforcer les droits des particuliers et de faciliter
le développement des entreprises (accès plus flexible au financement), mais
aussi et surtout d'assurer la crédibilité et la solidité de l'ensemble de la
profession. La loi bancaire contient à cet effet toute une série de dispositions
significatives, dont : 4.L'institution d'un droit au compte donnant la possibilité à

50
toute personne qui se voit refuser l'ouverture d'un compte de recourir à Bank AI-
Maghrib pour lui désigner une banque qui se doit de lui en ouvrir un. Signalons
toutefois que ce droit au compte ne signifie ni le droit à un chéquier, ni le droit à
un crédit.

5. L'institution d'un préavis obligatoire en cas de dénonciation ou de réduction


par une banque d'un crédit à court terme sans limitation de durée à une
entreprise.
6. L'obligation pour une banque de porter à la connaissance de sa clientèle les
conditions qu'elle applique à ses opérations, notamment en matière de taux
d'intérêt, de commissions et du régime des dates de valeur.

7. La création d'un fonds collectif de garantie destiné d'une part, à secourir les
établissements de crédit en difficulté, et d'autre part à indemniser les déposants
des banques mises en liquidation, dans la limite d'un plafond de 50.000 Dh par
déposant, personne physique ou morale.

8. Le renforcement du dispositif prudentiel à travers le respect par les banques


des obligations comptables et des différents ratios.

9. L'obligation pour les dirigeants et employés des établissements de crédit de


respecter le secret professionnel, sous peine de sanctions pénales. Le secret
bancaire ne pouvant être opposable ni à Bank AI-Maghrib ni à l'autorité
judiciaire agissant dans le cadre d'une procédure pénale.

51
D. La loi bancaire (loi n° 34-03)

Tout en maintenant les principes de base qui ont présidé à l'élaboration de la loi
bancaire de 1993, les rédacteurs de la loi 34-03 ont apportés une innovation
majeure : celle de conférer à Bank AL Maghrib plus d'autonomie et de pouvoirs
afin de lui permettre d'exercer efficacement son contrôle sur les établissements
de crédit. En effet, non seulement gouverneur de la Banque Centrale récupère la
quasi-totalité des attributions qui relevaient du ministre chargé des finances,
mais il se trouve investi de nouvelles fonctions qui lui permettent d'avoir un
droit de regard sur: la gestion quotidienne d'une banque, sur la qualité de ses
dirigeants, leur honorabilité et leur compétence professionnelle, sur le contrôle
de son capital par de nouveaux actionnaires, sur les méthodes de gestion et de
contrôle interne, sur ses performances et sa rentabilité, et même sur l'opportunité
de distribuer les dividendes. Aussi, la nouvelle loi a-t-elle axé sa réforme sur
trois points fondamentaux :

1. Le renforcement du contrôle de Bank AI-Maghrib.


2. Le renforcement des normes de gestion et de contrôle interne au sein du
système bancaire.
3. Le renforcement du cadre institutionnel.
4. Le renforcement du contrôle exercé par Bank AI-Maghrib

Loi n° 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés,


promulguée par le dahir n° 1-05-178 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006).

52
Les pouvoirs du Gouverneur de la Banque Centrale ont été nettement renforcés.
Ainsi, il intervient dans toutes les phases de la vie d'un établissement bancaire,
depuis l'autorisation administrative d'exercer, jusqu'à la désignation d'un
administrateur provisoire, d'un liquidateur et le retrait de l'agrément, en passant
par la fixation du capital minimum, le choix des dirigeants, l'amélioration des
méthodes de gestion, le renforcement de la situation financière, la confection et
la publication des documents comptables, la distribution des dividendes, les
sanctions disciplinaires, etc. L'objectif de cette "emprise" est de permettre au
Gouverneur de BAM de s'impliquer davantage dans le fonctionnement quotidien
des établissements de crédit. En outre, les circulaires dudit gouverneur sont
dorénavant publiés au Bulletin officiel après leur approbation par arrêté du
ministre chargé des finances.

a. L'agrément Toute entreprise considérée comme établissement de crédit, doit


avant d'exercer son activité au Maroc, avoir été préalablement agréée par le
gouverneur de Bank AI-Maghrib, soit en qualité de banque soit en qualité de
société de financement. Ce dernier prend en considération les moyens humains
et financiers de l'entreprise «compte tenu de l'implantation projetée et de
l'activité qu'elle envisage d'exercer ainsi que de l'honorabilité et de l'expérience
professionnelle des fondateurs, des apporteurs du capital, des membres du
conseil d'administration ou de surveillance et des membres de la direction
générale ou du directoire ». La décision portant agrément ou, le cas échéant,
refus dûment motivé, est notifiée par le gouverneur à l'entreprise requérante,
dans un délai maximum de 3 mois à compter de la date de réception de
l'ensemble des documents et renseignements requis. La décision portant

53
agrément est publiée au Bulletin officiel. Par ailleurs, la fusion de deux ou de
plusieurs établissements de crédit, ainsi que l'absorption d'un ou plusieurs
établissements de crédit par un autre établissement sont subordonnées à l'octroi
d'un nouvel agrément délivré par le gouverneur de la Banque Centrale. Enfin, le
retrait d'agrément est également prononcé par le gouverneur et il est notifié et
publié dans les mêmes conditions que l'octroi de l'agrément.

b. Le contrôle de l'actionnariat des banques Les prises de contrôle d'une banque


par des actionnaires marocains ou étrangers sont désormais soumises à l'accord
préalable de Bank AI-Maghrib. Les changements qui affectent la nationalité, le
contrôle d'un établissement ou la nature des opérations qu'il effectue
habituellement sont subordonnés à l'octroi d'un nouvel agrément. Selon l'article
36 de loi bancaire, le contrôle d’un établissement de crédit résulte: de la
détention, directe ou indirecte, d’une fraction du capital conférant la majorité des
droits de vote dans les assemblées générales ; ou du pouvoir de disposer de la
majorité des droits de vote en vertu d’un accord conclu avec d’autres associés ou
actionnaires ; ou de l’exercice, conjointement avec un nombre limité d’associés
ou d’actionnaires, du pouvoir d’administration, de direction ou de surveillance ;
ou de l’exercice en vertu de dispositions législatives, statutaires ou contractuelles
du pouvoir d’administration, de direction ou de surveillance ; ou du pouvoir de
déterminer en fait, par les droits de vote, les décisions dans les assemblées
générales.

Par ailleurs, toute personne détenant une participation égale ou supérieure à 5 %


du capital social ou des droits de vote d'un établissement de crédit doit déclarer à

54
Bank AI-Maghrib la part du capital qu'elle détient, et ce, dans un délai de 30
jours qui suivent la date à laquelle ce niveau de participation est atteint (art. 66).
Enfin, l'accord de Bank AI-Maghrib est également requis lorsqu'une personne
physique ou morale envisage de détenir ou de céder, directement ou
indirectement, une participation dans le capital d'un établissement de crédit
conférant au moins 10 %, 20 % ou 30 % du capital social ou des droits de vote
dans les assemblées générales (art. 67).

c. Les dispositions comptables et prudentielles En sus des obligations


comptables et du dispositif prudentiel déjà existants (voir la section III), la loi
introduit d'autres dispositions préventives, notamment : La présentation de
comptes consolidés L'article 54 de la nouvelle loi dispose que : «les entreprises
ayant leur siège social au Maroc, autres que les établissements de crédit et les
compagnies financières, qui contrôlent un établissement de crédit, sont tenues de
communiquer à Bank Al Maghrib, selon les modalités fixées par circulaire du
gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des établissements de
crédit, leurs états de synthèse établis sur base individuelle, consolidée ou sous-
consolidée accompagnés du rapport de leurs commissaires aux comptes ». Cette
nouvelle disposition permet d'assurer une plus grande transparence dans la
comptabilité bancaire en permettant à Bank AI-Maghrib d'avoir une idée réelle
sur la santé financière du groupe. Indépendance des commissaires aux comptes
Les commissaires aux comptes doivent présenter toutes les garanties
d’indépendance à l’égard de l’établissement contrôlé". En outre, lorsqu’il y a
désignation de deux commissaires aux comptes, ceux-ci ne peuvent représenter
ou appartenir à des cabinets ayant entre eux des liens de nature juridique ou de

55
capital (Art. 74). Les commissaires aux comptes doivent établir un rapport qui
sera communiqué à Bank AIMaghrib et aux membres du conseil
d'administration de la banque (art. 75). Bank AI-Maghrib peut leur demander de
lui fournir tous éclaircissements et explications à propos des conclusions
exprimées dans ce rapport, et le cas échéant, de mettre à sa disposition les
documents de travail sur la base desquels ils ont formulé ces conclusions (art.
77). Par ailleurs, aux termes de l'article 76 de la même loi, ils sont tenus de
signaler immédiatement à Bank AI-Maghrib, tout fait ou décision, dont ils ont
connaissance au cours de l’exercice de leur mission auprès d’un établissement de
crédit, qui constituent une violation des dispositions législatives ou
réglementaires qui leur sont applicables et qui sont de nature notamment à:
affecter la situation financière de l’établissement contrôlé ; mettre en danger la
continuité de l’exploitation ; entraîner l’émission de réserves ou le refus de
certification des comptes.

Enfin, Bank AI-Maghrib peut s'opposer, par décision dûment motivée à la


nomination d'un commissaire aux comptes auprès d'un établissement de crédit.

2. Les normes de gestion et de contrôle interne du système bancaire.

Il s'agit de la principale innovation de la nouvelle loi. Pour la première fois, un


texte de loi permet au Gouverneur de Bank AI-Maghrib d'intervenir directement
dans la gestion interne des établissements de crédit. Cette intervention de la
Banque Centrale porte aussi bien sur le choix des dirigeants des banques, les
méthodes de gestion et de contrôle interne, la distribution des dividendes que sur

56
le redressement et les mesures de sauvegarde en cas de dérapage ou de
liquidation. Dans le même ses, la loi 34-03 accorde au gouverneur de Bank AI-
Maghrib un puissant pouvoir pour prononcer directement les sanctions qui
s'imposent à l'encontre des banques qui ne respectent pas les usages de la
profession. a. La qualité des dirigeants Dans son article 65, la loi prévoit que «
BankAl-Maghrib peut, par décision dûment motivée, s’opposer à la nomination
d’une personne au sein des organes d’administration, de direction ou de gestion
d’un établissement de crédit, notamment lorsqu’elle estime que cette personne
ne possède pas l’honorabilité et l’expérience nécessaire pour l’exercice de ses
fonctions ». A cet effet, les établissements de crédit sont tenus de soumettre à
Bank Al-Maghrib tout changement affectant la composition des instances
susvisées b. Le contrôle interne II s'agit d'un point fort de la nouvelle loi. Les
établissements de crédit sont tenus de se doter d'un système de contrôle interne
approprié visant à identifier, mesurer et surveiller l'ensemble des risques qu'ils
encourent et de mettre en place les dispositifs qui leur permettent de mesurer la
rentabilité de leurs opérations. Les modalités pratiques d'application de ce
contrôle interne sont fixées par circulaire du gouverneur de Bank AI-Maghrib.
Celle-ci est chargée de contrôler le respect de ces dispositions. Aux termes de
l'article 53 de la loi bancaire, BAM "vérifie l'adéquation de l'organisation
administrative et comptable et du système de contrôle interne des établissements
de crédit et veille à la qualité de leur situation financière". Dans ce cadre, elle est
habilitée à effectuer, par ses agents ou par toute autre personne commissionnée à
cet effet par le Gouverneur, les contrôles sur place et sur documents des
établissements susvisés ». En outre, le gouverneur de Bank AI-Maghrib peut
exiger des établissements de crédit présentant un profil de risque particulier de

57
respecter des règles prudentielles plus contraignantes que celles applicables par
la profession. Lorsque la gestion ou la situation financière d'une banque n'offre
pas de garanties suffisantes sur le plan de la solvabilité, de la liquidité ou de la
rentabilité ou que son système de contrôle interne présente des lacunes graves,
Bank AI-Maghrib lui adresse une injonction à l'effet d'y remédier dans un délai
qu'elle fixe. BAM a également toute latitude à exiger communication d'un plan
de redressement appuyé, le cas échéant, par un rapport établi par un auditeur
externe, précisant notamment les dispositions prises, les mesures envisagées
ainsi que le calendrier de sa mise en œuvre (Art. 59, 2ème al.). Au cas où les
moyens de financement prévus dans le plan de redressement seraient
insuffisants, le gouverneur peut demander aux actionnaires détenant une
participation égale ou supérieure à 5 % du capital et faisant partie du conseil
d'administration de la banque en cause, d'apporter à celle-ci le soutien financier
qui lui est nécessaire.

Enfin, Bank AI-Maghrib peut adresser un avertissement aux dirigeants de


l'établissement concerné en leur demandant d'améliorer leurs méthodes de
gestion ou de renforcer la situation financière de leur établissement ou redresser
les anomalies constatées au niveau du système de contrôle interne. c. Les
mesures de sauvegarde Lorsqu'un établissement de crédit a manqué aux usages
de la profession, Bank AI-Maghrib, après avoir mis ses dirigeants en demeure de
présenter des explications, peut leur adresser une mise en garde. Elle peut leur
adresser un avertissement à l'effet de se conformer, dans un délai qu'elle
détermine, aux prescriptions de la loi bancaire et des textes pris pour leur
application. Elle peut même interdire ou limiter la distribution, par un

58
établissement de crédit, de dividendes aux actionnaires ou la rémunération des
parts sociales aux sociétaires. Cette mesure est d'autant plus judicieuse qu'elle
permet d'éviter le sous-provisionnement et la distribution « fictive » de
dividendes, en incitant les banques à se conformer scrupuleusement aux normes
édictées par la Banque Centrale en la matière. Par ailleurs, aux termes de l'article
133 de la loi, lorsque la mise en garde ou l'avertissement demeurent sans effet, le
Gouverneur de Bank AI-Maghrib peut, après avis de la commission de discipline
:
1. suspendre un ou plusieurs dirigeants ;
2. interdire ou restreindre l'exercice de certaines opérations par
l'établissement de crédit;
3. décider de la nomination d'un administrateur provisoire ;
4. prononcer le retrait d'agrément.

Enfin, Bank Al-Maghrib peut publier, par tous moyens qu’elle juge
appropriés, les sanctions disciplinaires prononcées à l’encontre des
établissements de crédit (art. 134).

Le renforcement du dispositif institutionnel Afin de renforcer davantage la


place éminente qu'occupe Bank AI-Maghrib dans le dispositif
institutionnel, les rédacteurs de la nouvelle loi ont apporté d'importantes
dispositions visant à consolider la protection de la clientèle, à favoriser la
concentration et la coordination des organes de supervision du secteur

59
financier et à consolider le cadre juridique dans lequel s'exerce la
profession.

a. Consolidation du cadre juridique La nouvelle loi fait soumettre les


banques off-shores au contrôle de Bank AI-Maghrib, plus particulièrement
au niveau du contrôle interne et des obligations comptables et
prudentielles. Faut-il rappeler que les banques off-shores ne sont pas régis
par la loi bancaire, mais par une loi spécifique, en l'occurrence la loi n° 58-
90 relative aux places financières off-shore, promulguée par le dahir n° 1-
91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) dont les dispositions des
articles 3, 22 et 25 sont abrogés par la nouvelle loi bancaire. Aux termes de
l'article 14 de la loi bancaire, seules «les dispositions des articles 47, 49,
50, 51, 53, 55 et 57 ainsi que celles du chapitre II du titre IV de la présente
loi sont, dans les conditions fixées par circulaire du gouverneur de Bank
Al-Maghrib, après avis du Comité des établissements de crédit, applicables
aux compagnies financières».

Il s'agit des sociétés qui ont pour activité principale, au Maroc, de prendre et
gérer des participations financières et qui, soit directement soit par
l’intermédiaire de sociétés ayant le même objet, contrôlent plusieurs

En revanche, la loi bancaire élargit la liste des organismes qui ne sont pas
soumis à la loi bancaire. L'article 14 en dresse la liste comme suit : Bank Al-
Maghrib; la Trésorerie générale ; les entreprises d’assurances et de réassurance
régies par la loi n° 17-99 portant code des assurances et les organismes de

60
prévoyance et de retraite ; les organismes à but non lucratif qui, dans le cadre de
leur mission et pour des raisons d’ordre social, accordent sur leurs ressources
propres des prêts à des conditions préférentielles aux personnes qui peuvent en
bénéficier en vertu des statuts de ces organismes ; le Fonds Hassan II pour le
développement économique et social régi par la loi n° 36-01; les institutions
financières internationales et les organismes publics de coopération étrangers
autorisés par une convention conclue avec le gouvernement du Royaume du
Maroc à exercer une ou plusieurs opérations visées à l’article premier ci-dessus.

b. La coordination des organes de supervision du secteur financier Outre les 3


instances collégiales créées par la loi bancaire de 1993 et dont la composition et
les fonctions ont été élargies et consolidées, à savoir le Conseil National de la
Monnaie et de l'Epargne, le Comité des Etablissements de Crédit et la
Commission de Discipline, la nouvelle loi a prévu la création de la Commission
de coordination des organes de supervision du secteur financier (voir détails à la
section II).

c. La protection de la clientèle En sus des acquis prévus par la loi bancaire de


1993 comme le droit au compte et le préavis en cas de suspension de crédit, la
nouvelle loi bancaire prévoit d'autres dispositions destinées à sauvegarder les
intérêts de la clientèle. Elles sont au nombre de quatre. Convention d'ouverture
de compte L'article 113 de la loi prévoit que «Toute ouverture d’un compte à
vue ou à terme ou d’un compte titres doit faire l’objet d’une convention écrite
entre le client et son établissement de crédit. Cette convention, dont copie est
remise au client, doit notamment préciser les conditions de fonctionnement et de

61
clôture dudit compte». Signalons que certaines banques appliquaient déjà ce
principe (soi l'empire de la réforme de 1993). Mais ce n'est pas systématique.
Avec les nouvelles dispositions, la convention écrite devient obligatoire. Le
recours à Bank AI-Maghrib Toute personne s'estimant lésée, du fait d'un
manquement par un établissement de crédit à la présente loi et les textes pris
pour son application, peut saisir Bank Al-Maghrib, qui réservera à la requête la
suite qu'elle juge appropriée. A cette fin, Bank Al-Maghrib peut procéder à des
investigations sur place ou demander à l'établissement concerné de lui fournir,
dans les délais fixés par ses soins, tous les documents et renseignements qu'elle
estime nécessaires pour l'instruction des requêtes (Art. 119 de la loi bancaire).
L'indemnisation des déposants établissements effectuant des opérations à
caractère financier dont un, au moins, est un établissement de crédit.

Le fonds collectif de garantie des dépôts institué par la loi bancaire de 1993
prévoit d'indemniser les déposants en cas de faillite d'une banque à concurrence
de 50 000 Dh. Ce montant a été augmenté à 70 000 Dh par déposant, personne
physique ou morale, et dans la limite des disponibilités du Fonds. La gestion du
Fonds est assurée par Bank AI-Maghrib. Celle-ci établit et publie chaque année
une situation comptable retraçant l'ensemble des opérations du Fonds. Ce Fonds
est alimenté par les cotisations annuelles des banques, dont le taux ne peut
dépasser 0,2% de leurs dépôts. La gestion centralisée par Bank AI-Maghrib des
services d'intérêt commun Outre les deux services de centralisation des risques
et des incidents de paiement déjà existants, la nouvelle loi prévoit la création de
deux autres services d'intérêt commun : la centrale des bilans et le service de
centralisation des créances impayées et en souffrance. Ces services peuvent être

62
d'une grande utilité pratique aussi bien pour la profession que pour la clientèle
elle-même. Selon l'article 120 de la loi, c'est le gouverneur de Bank Al-Maghrib
qui détermine, par voie de circulaire, après avis du Comité des établissements de
crédit, les conditions et modalités d’accès aux informations détenues par les
services d’intérêt commun.

63
Conclusion

En guise de conclusion à ce chapitre, le cadre juridique régissant l'activité


bancaire a mis en place un certain nombre de règles, de mécanismes et d'organes
en mesure de permettre un fonctionnement optimal et sécurisé des
établissements de crédit et une répartition équilibrée et efficace des pouvoirs
entre les différents intervenants. Cependant, force est de constater que le
consommateur des prestations bancaires reste le parent pauvre du système, en
termes de représentativité et de pouvoir de pression, en l'absence d'associations
spécialisées, gérées de manière professionnelle, dynamiques et capables
d'exercer le lobbying nécessaire pour défendre les intérêts du consommateur.

64
ANNEXE I SOMMAIRE CODE DE COMMERCE
Loi n° 15-95 formant code de commerce
REFERENCE

Livre premier : Le commerçant


Titre Premier : Dispositions générales

Titre II : l’acquisition de la qualité de commerçant


Titre lll : La capacité commerciale

Titre IV : les obligations du commerçant

Livre II: le fonds de commerce


Titre premier : Les éléments du fonds de commerce

Titre II : Les contrats portant sur le fonds de commerce

Livre III : Les effets de commerce


Titre premier : la lettre de change
Titre II : le billet à ordre
Titre III : le chèque
Titre IV : Autres moyens de paiement
Livre IV : Les contrats commerciaux, dispositions générales
Titre premier : le nantissement

Titre II : l’agence commerciale

Titre III : Le courtage

Titre IV : la commission

Titre V : Le crédit-bail

Titre VI : le transport

Titre VII : les contrats bancaires

Livre V : Les difficultés de l’entreprise


Titre premier : les procédures de prévention des difficultés

Titre II : Les procédures de traitement des difficultés de l' entreprise

Sous-titre premier : conditions d’ouverture

Sous-Titre II : Le redressement judiciaire

Titre III : La liquidation judiciaire

65
ANNEXE 2 LISTE DES ETABLISSEMENT DE CREDITS EDITE E PAR BANK AL
MAGHRIB

66
Liste des établissements de crédit, des banques off shore, des sociétés
intermédiaires en matière de transfert de fonds et des associations de micro-crédit

I- ETABLISSEMENTS DE CREDIT AGREES EN QUALITE DE BANQUES :

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

AL BARID BANK Décision du gouverneur de Bank 798, Angle Boulevard Ghandi et


Al- Maghrib n°22 du 20 chaoual Boulevard Brahim Roudani -
1430 (10 juillet 2009) Casablanca

ARAB BANK PLC Arrêté n°551-98 du 7 174, Boulevard Mohamed V -


moharrem 1419 (4 mai 1998) Casablanca

ATTIJARIWAFA BANK Arrêté n°2269-03 du 27 chaoual 2, Boulevard Moulay Youssef -


1424 (22 décembre 2003) Casablanca

BANCO SABADELL Décision du gouverneur de Bank Twin Center, Tour Ouest, 12éme
Al- Maghrib n°17 du 20 chaoual étage - Casablanca
1429 (20 octobre 2008)

BANK AL-AMAL Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 1415 288, Boulevard Mohamed


(23 août 1994) modifié et complété Zerktouni - Casablanca
par Décision du Gouverneur de Bank
Al-Maghrib n°26 du 05 avril 2010
BANQUE CENTRALE Arrêté n° 2348-94 du 14 rabii I 1415 101, Boulevard Mohamed
POPULAIRE « B.C.P » (23 août 1994), modifié et complété Zerktouni – Casablanca
par Arrêté n° 680-02 du 20 safar

1423 (16 avril 2002) modifié et

complété par Décision du


Gouverneur de Bank Al-Maghrib n°
BANQUE MAROCAINE DU 28 du 26n°2348-94
Arrêté octobre 2010
du 14 rabii I 140, Avenue Hassan II - (20000)
1415 (23 août 1994) Casablanca
COMMERCE EXTERIEUR « BMCE
BANK »
BANQUE MAROCAINE POUR LE Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 1415 26, Place des Nations Unies -
(23 août 1994) modifié et complété Casablanca
COMMERCE ET L’INDUSTRIE par Arrêté n°1558-01 du 26 joumada
I 1422 (16 août 2001)
« B.M.C.I »
BANQUE POPULAIRE DU CENTRE Arrêté n°1481-99 du 24 joumada II Avenue Hassan II - (80000)
SUD 1420 (05 octobre 1999) Agadir

67
DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL
AGREMENT

Arrêté n°1232-03 du 23 rabii II 1424 Boulevard Jamia Al Arabia -


BANQUE POPULAIRE D’EL
(24 juin 2003) El Jadida
JADIDA-SAFI
Angle Rue Allal Loudyi et Rue
Arrêté n° 1234-03 du 23 rabii II Abdelali Benchekroun - F è s
BANQUE POPULAIRE DE FES-
1424 (24 juin 2003)
TAZA

BANQUE POPULAIRE DE Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 1415 9, Boulevard Mohamed V -


LAAYOUNE Laâyoune
(23 août 1994)
BANQUE POPULAIRE DE Arrêté n°1233-03 du 23 rabii II 1424 Avenue Abdelkrim Khattabi -
MARRAKECH - BENI MELLAL Marrakech
(24 juin 2003)

Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 4, Rue d’Alexandrie - Meknès


BANQUE POPULAIRE DE MEKNES
1415 (23 août 1994)

Arrêté n°2321-03 du 1 er Kaada 1424 113, Boulevard Al Massira - Nador


BANQUE POPULAIRE DE NADOR-
Al HOCEIMA (25 décembre 2003)

Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I Boulevard Derfoufi - Oujda


BANQUE POPULAIRE D’OUJDA
1415 (23 août 1994)

Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 3, Avenue de Tripoli -Rabat


BANQUE POPULAIRE DE RABAT-
1415 (23 août 1994)
KENITRA

Arrêté n°457-99 du 18 hijja 1419 76, Avenue Mohamed V - Tanger


BANQUE POPULAIRE DE
(05 avril 1999)
TANGER-TETOUAN
Décision du gouverneur de Bank
Al- Maghrib n°16 du 20 chaoual 179, Boulevard Zerktouni, 3éme
CAJA DE AHORROS Y
1429 (20 octobre 2008) étage n°35 - Casablanca
PENSIONES DE BARCELONA
« LA CAIXA »

Arrêté n°284-06 du 11 moharrem Place Moulay El Hassan - Immeuble


CDG CAPITAL
1427 (10 février 2006) Mamounia. - Rabat

Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 2, Avenue d’Alger - Rabat


CREDIT AGRICOLE DU
1415 (23 août 1994)
MAROC « CAM »

Arrêté n°1391-98 du 14 safar 5-7, Rue Ibnou Toufail -


CASABLANCA FINANCE
1419 (9 juin 1998) Casablanca
MARKETS
Lotissement Attaoufik- Imm. 1 –
Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I Ensemble immobilier Zénith Millinium
CITIBANK MAGHREB
1415 (23 août 1994) Sidi Maärouf Casablanca

68
DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL
AGREMENT

CREDIT IMMOBILIER ET Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 1415 187, Avenue Hassan II -


HOTELIER « C.I.H » (23 août 1994), modifié et complété Casablanca
par l'arrêté n°2467-05 du 03 kaâda
1426 (5 décembre 2005), modifié et
complété par l'arrêté n°773-06 du 11
moharrem 1427 (10 février 2006)

Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 48-58, Boulevard Mohamed V -


CREDIT DU MAROC
1415 (23 août 1994) Casablanca

FONDS D’EQUIPEMENT Arrêté n°2549-96 du 14 chaâbane Angle Avenue Ben Barka et


COMMUNAL « F.E.C » 1417 (25 décembre 1996) Avenue Annakhil – Hay Ryad
Rabat

Arrêté n°1972-95 du 21 safar 3, Rue Bab Mansour- Espace Porte


MEDIAFINANCE
1416(20 juillet 1995) modifié et d’Anfa.
complété 1972-95 du 21 safar
1416 (20 juillet 1995) Casablanca

SOCIETE GENERALE MAROCAINE Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 1415 55, Boulevard Abdelmoumen -
DE BANQUES « S.G.M.B » (23 août 1994) modifié et complété Casablanca
par l'Arrêté n° 1060-00 du 16
joumada I 1421 (17 août 2000)

UNION MAROCAINE DE Arrêté n°2348-94 du 14 rabii I 36, Rue Tahar Sebti -


BANQUES « U.M.B » 1415 (23 août 1994) Casablanca

69
II - Etablissements de crédit agréés en qualité de sociétés de financement
A - SOCIETES DE CREDIT A LA CONSOMMATION

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

ASSALAF AL-AKHDAR Arrêté n°2134-95 du 10 rabii I 1 416 1, Place Bandoeng -


(8 août 1995) Casablanca

ASSALAF CHAABI (*) VIVALIS Arrêté n° 1298-96 du 14 safar 1417 3, Rue d'Avignon -
(1er juillet 1996) modifié et complété Casablanca
par l'arrêté n°594-97 du 25 kaâda
1417 (4 avril 1997) modifié et
complété par l'arrêté n°1727-05 du
16 rejeb 1426 (22 août 2005)

BMCI CREDIT CONSO Décision du Gouverneur de Bank 30, Av. des FAR
Al-Maghrib n°02.06 du 17 rabii II Casablanca
1427 (15 mai 2006).

Arrêté n°1731-96 du 2 joumada I 30, Avenue des Forces Armées


CETELEM (*)
1417 (16 septembre 1996), modifié et Royales Casablanca
complété par l’Arrêté n°2307-96 du 7
rejeb 1417 (19 novembre 1996),
modifié et complété par l’Arrêté n°
1397-04 du 11 joumada 1425 II (29
juillet 2004), modifié et complété par
l’Arrêté n°1726-05 du 16 rejeb 1426
(22 août 2005), modifié et complété
par Décision du Gouverneur n°32 du
30 juin 2011

DAR SALAF S.A Arrêté n°1409-98 du 15 safar 207, Boulevard Zerktouni -


1419 (10 juin 1998) Casablanca
DIAC SALAF (*) Arrêté n° 1302-96 du 14 safar 1417 32, Boulevard de la Résistance -
(1er juillet 1996) Casablanca

OMNIUM FINANCIER POUR Arrêté n°1094-96 du 12 moharrem 18, Rue de Rocroy, Belvédère -
L’ACHAT A CREDIT « FINACRED » 1417 (30 mai 1996) Casablanca

RCI FINANCE MAROC S.A Décision du gouverneur de Bank Place Bandoeng BP 13700
Al- Maghrib n°7 du 29 ramadan Casablanca
1428 (12 octobre 2007)

SALAFIN (*) Arrêté n°855-97 du 2 Zenith Millenium, Immeuble 8, Sidi


moharrem 1418 (9 mai 1997) Maarouf-Casablanca

SALAF AL MOUSTAKBAL S.A. Arrêté n° 1295-96 du 14 sa far 20, Boulevard de La Mecque -


1417 (1er juillet 1996) Laâyoune

70
DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL
AGREMENT
SOCIETE DE CREDIT A LA Arrêté n° 994-96 du 27 hija 1416 (16 29, Boulevard Moulay youssef -
CONSOMMATION « TASLIF » (*) Casablanca
mai 1996), modifié et complété par
l’arrêté n° 549-97 du 18 kaâda 1417

(28 mars 1997), par Décision du


Gouverneur de Bank Al Maghrib n°

12 du (16 juillet 2008) et par


Décision du Gouverneur de Bank Al
SOCIETE DE FINANCEMENT Arrêté
Maghrib n°1398-96
n° 24 du
du29(09
safar 1417
décembre 161, Avenue Hassan II -
D’ACHATS A CREDIT « SOFAC- 2009) Casablanca
CREDIT » (*) (16 juillet 1996), modifié et complété

par l’arrêté n°547-97 du 18 kaâda


1417 (28 mars 1997) et par Décision
du Gouverneur de Bank Al Maghrib
SOCIETE DE FINANCEMENT n°5 du 03/08/2007
Arrêté n° 1373-96 du 24 safar Sahat Rabia Al Adaouia, Résidence
NOUVEAU A CREDIT « FNAC » (*) 1417 (11 juillet 1996) Kays Agdal -

Rabat
SOCIETE D’EQUIPEMENT Arrêté n°2459-96 du 28 rejeb 1417 127, Angle Bd Zerktouni et rue
DOMESTIQUE ET MENAGER (10 décembre 1996), modifié et Ibnou Bouraîd -
« CREDIT-EQDOM » (*) complété par l’arrêté nô78-02 du
28 moharrem 1423 (12 avril 2002) 20100 Casablanca

SOCIETE NORDAFRICAINE DE Arrêté n°1544-96 du 15 rabii I 1417 29, Boulevard Mohamed V -


CREDIT « SONAC » (*) (1er août 1996) modifié et complété Fès
par l’arrêté n°551-97 du 18 kaâda
1417 (28 mars 1997)

SOCIETE POUR LE Arrêté n°1209-96 du 1 er safar 79, Avenue Moulay Hassan 1er -
1417 (18 juin 1996) Casablanca
DEVELOPPEMENT DES ACHATS A
CREDIT « ACRED » (*)
SOCIETE REGIONALE DE Arrêté n°1833-96 du 9 joumada I 256, Bd Zerktouni -
CREDIT A LA CONSOMMATION « 1417 (23 septembre 1996) modifié
SOREC- CREDIT » (*) et complété par l’arrêté n°424-97 Casablanca
du 7 kaâda 1417 (17 mars 1997)

Arrêté n°33-04 du 15 kaada 1424 (8 127, Boulevard Zerktouni -


SOGEFINANCEMENT janvier 2004)
Casablanca

Arrêté n° 1211-96 du 1er safar Angle rue Jenner et Boulevard


WAFASALAF (*)
1417 (18 juin 1996) modifié et Abdelmoumen Casablanca
complété par l’arrêté n°1324-00 du
21 joumada II 1421 (20 septembre
2000)

(*) Sociétés de financement habilitées à recevoir des fonds du public, d’un terme supérieur à deux ans.

71
B - SOCIETES DE CREDIT-BAIL

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

Arrêté n°1296-96 du 14 safar 1417 Angle Rue Normandie et Rue Ibnou


BMCI- LEASING (*)
(1er juillet 1996) Fariss -

Casablanca
COMPAGNIE MAROCAINE DE Arrêté n° 1219-96 du 2 safar 1417 57, Angle Rue Pinel et Boulevard
LOCATION D’EQUIPEMENTS (19 juin 1996), complété et modifié Abdelmoumen
« MAROC- LEASING » (*) par Décision du Gouverneur de Bank
Al-Maghrib n°23 du 07 octobre 2009 Casablanca

Arrêté n°2209-96 du 23 joumada 201, Bd Zerktouni –


CREDIT DU MAROC
II1417 (5 novembre 1996) modifié Casablanca
LEASING « CDML » (*)
et complété par l’Arrêté n°1210-97
du 5 joumada II 1418 (8octobre
1997) modifié et complété par
l’Arrêté n° 1599-01 du 4 joumada II
1422 (24 août 2001)

SOCIETE GENERALE DE Arrêté n°1299-96 du 14 safar 1417 55, Boulevard Abdelmoumen -


LEASING DU MAROC « (1er juillet 1996) Casablanca
SOGELEASE MAROC » (*)

SOCIETE MAGHREBINE DE Arrêté n°1210-96 du 1er safar 1417 45, Boulevard Moulay Youssef-
Casablanca
CREDIT -BAIL (LEASING) (18 juin 1996) modifié et complété
par l’Arrêté n°550-97 du 18 kaada
« MAGHREBAIL » (*) 1417 (28 mars 1997) modifié et
complété par l’Arrêté n°954-00 du
24 rabii II 1421 (27 juillet 2000)
Arrêté n°1220-96 du 2 safar 1417 1, Avenue Hassan II -
WAFABAIL (*)
Casablanca
(19 juin 1996) modifié et complété
par l’Arrêté n°4-04 du 7 kaada
1424 (31 décembre 2003)
(*) Sociétés de financement habilitées à recevoir des fonds du public, d’un terme supérieur à deux ans.

72
C - SOCIETES DE CREDIT IMMOBILIER

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

ATTIJARI IMMOBILIER (*) Arrêté n° 1732-96 du 2 joum ada I 2, Boulevard Moulay Youssef -
1417 (16 septembre 1996) modifié et Casablanca
complété par l’arrêté n°1390-98 du
14 safar 1419 (9 juin 1998) modifié
et complété par l’arrêté n°2364-03
du 21 joumada II 1421 (30 décembre
2003)
WAFA IMMOBILIER (*) Arrêté n°1097-96 du 12 moharr em 140, Boulevard Zerktouni -
1417 (30 mai 1996) modifié et Casablanca
complété par l’arrêté n°2488-96 du
1er chaâbane 1417 (12 décembre
1996) et par l’arrêté n°710-02 du 9
safar 1423 (23 avril 2002)

D - Sociétés d’affacturage

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

ATTIJARI FACTORING Arrêté n°2962-94 du 18 joumada I 2, Boulevard Moulay Youssef -


1415 (24 octobre 1994) Casablanca

MAROC FACTORING (*) Arrêté n° 1096-96 du 12 moharre 243, Boulevard Mohamed V -


m 1417 (30 mai 1996) modifié et Casablanca
complété par l’arrêté n°2397-96 du
16 rejeb 1417 (28 novembre 1996)

73
E- SOCIETES DE GESTION DE MOYENS DE PAIEMENT

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

CENTRE MONETIQUE Arrêté n°732-02 du 11 safar Espace porte d’Anfa, 8, Angle Bd


INTERBANCAIRE 1423 (25 avril 2002) d’Anfa et Avenue Moulay Rachid -

20050 Casablanca

WAFA CASH (**) Arrêté n°2961-94 du 18 joumada I 15, Rue Driss Lahrizi -
1415 (24 octobre 1994 Casablanca
Décision du gouverneur de Bank Al-
Maghrib n°10 du 14 safar 1429 (22
février 2008)

(*) Sociétés de financement habilitées à recevoir des fonds du public, d’un terme supérieur à deux ans.
(**) Société agréée également en qualité d’intermédiaire en matière de transfert de fonds.

F - Sociétés de cautionnement

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

CAISSE MAROCAINE DES Arrêté n°1300-96 du 14 safar 1417 12, Place des Alaouites -
MARCHES « CMM » (*) (1er juillet 1996) Rabat
DAR AD-DAMANE Arrêté n°2958-94 du 18 joumada I 288, Boulevard Zerktouni -
1415 (24 octobre 1994) Casablanca

(*) Société de financement habilitée à recevoir des fonds du public, d’un terme supérieur à deux ans.

74
J – Autres sociétés de financement

DENOMINATION SOCIALE ARRETE OU DECISION PORTANT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL


AGREMENT

JAIDA Décision du gouverneur de Bank Al- Place Moulay Hassan, Imm. Dalil ;
Maghrib n°03 du 20 rabii I 1428 (09 Rabat
avril 2007)
SOCIETE DE FINANCEMENT Décision du gouverneur de Bank Al- 28, Rue Abou Faris Al Marini,
POUR LE DEVELOPPEMENT Maghrib n° 19 du 05 rabii I 1430 (04 BP 49 - Rabat
AGRICOLE « S.F.D.A » mars 2009)
DAR ASSAFAA LITAMWIL Décision du gouverneur de Bank Al- 4, Rue Sanaa - Casablanca
Maghrib n°27 du 28 joumada I 1431
(13 mai 2010)

75
III - Banques off shore51

DENOMINATION SOCIALE ARRETE PORTANT AGREMENT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL

ATTIJARI INTERNATIONAL BANK Arrêté n°2028-94 du 18 safar 58, Boulevard Pasteur -


(ATTIJARI I.B B.O.S) 1415 (28 juillet 1994) Tanger

Arrêté n°1121-92 du 15 moharrem Angle Avenue Mohamed V et Rue


BANQUE INTERNATIONALE DE
1413 (16 juillet 1992) Moussa Bnou Noussair -
TANGER – BANQUE OFFSHORE
(B.I.T B.O.S) Tanger
Boulevard Youssef Ben Tachfine et
BMCI - BANQUE OFFSHORE- Arrêté n°230-93 du 19 rajeb 1413
GROUPE BNP (BMCI B.O.S) (31 janvier 1993) Angle Boulevard Madrid -

Tanger
CHAABI INTERNATIONAL BANK Arrêté n°1751-03 du 19 r ajeb 1424 Rue Cellini – Sidi Boukhari
(16 septembre 2003) Tanger

51
Sont régies par une loi spécifique, c’est la loi 58-90 relative au place financière off-shore. Ces banques peuvent
notamment collecter toute forme de ressource en monnaie étrangère convertible appartenant à des non résidents
effectués pour leur propre compte ou pour leur clientèle non résidents,
-toute opération de placement financier, d’arbitrage, de couverture et de transfert en devise ou en or.
-accorder tout concourt financier aux non résidents
-participer au capital d’entreprise non résidente et souscrire aux emprunts émis par ces dernières
-émettre des emprunts obligatoires en monnaie étrangère convertible
-délivrer toute forme d’aval ou de caution notamment de caution de soumission, de garantie de bonne fin aux
entreprises non résidents.
-les banques off-shore peuvent bien entendu à l’instar des banques étrangères réaliser avec les résidents toute
opération autorisée par l’office des changes.
Ces Etats doivent obtenir un agrément auprès de banque Al Maghreb, régler un droit de licence et s’inscrire au
registre de commerce au place financière off-shore qui sont également soumis au contrôle de banque AL maghreb.

Les banques off-shore bénéficient de régime douanier fiscal et de change de faveur. Installé à Tanger, les banques
off-shore sont aujourd’hui à trois,
-ATTIJARI INTERNATIONAL BANQUE
-BANQUE INTERNATIONALE DE TANGER
-BANQUE NATIONALE DE PARIS

76
Arrêté n°495-01 du 16 hijja 58, Boulevard Mohamed V -
SOCIETE GENERALE TANGER
1421 (12 mars 2001) Tanger
OFFSHORE (S.G.T O.S)
er
SUCCURSALE OFFSHORE DE LA Arrêté n°853-01 du 1 safar I 1422 Zone Franche, Port de Tanger,
BMCE (SUCCURSALE O.S BMCE) (25 avril 2001) BP 513 -

Tanger

77
IV - Sociétés intermédiaires en matière de transfert de fonds

DENOMINATION SOCIALE DECISION PORTANT AGREMENT ADRESSE DU SIEGE SOCIAL

Décision du gouverneur de Bank Al- Mabrouka, Avenue 10 mars 82, n°


CASH ONE
Maghrib n°09 du 22 hijja 1428 (2 345, Casablanca
janvier 2008)

Décision du gouverneur de Bank Al- Résidence Ahssan Dar, Appart 3


EUROSOL MAROC
Maghrib n° 11 du 01 joumada I 1429 et 4 ; Av Hassan II Rabat
(07 mai 2008)

Décision du gouverneur de Bank Al- 212, Avenue Mohamed V –


DAMANE CASH
Maghrib n°14 du 12 rejeb 1429 (16 Résidence Elite. Bureau 211
juillet 2008) – Guéliz - Marrakech

Décision du gouverneur de Bank Al- 16/18 Lot.Attaoufik Espace Jet


QUICK MONEY
Maghrib n°15 du 12 rejeb 1429 (16 Business Class – Sidi Maarouf -
juillet 2008) Casablanca

Décision du gouverneur de Bank Résidence Hadi n°27, Rue


MEA FINANCES
Al- Maghrib n° 18 du 29 chaoual Salim Cherkaoui. 6éme étage -
1429 (29 octobre 2008) Casablanca

Décision du gouverneur de Bank Al- 1, Rue des Pléiades – Quartier des


RAMAPAR
Maghrib n°20 du 18 joumada II 1430
(12 juin 2009) Hôpitaux –

Décision du gouverneur de Bank Al- Casablanca


282, Boulevard de la Résistance
TRANSFERT EXPRESS
Maghrib n°21 du 18 joumada II 1430 et Angle Rue de Strasbourg
(12 juin 2009) Casablanca

Décision du gouverneur de Bank 52, Boulevard Zerktouni Espace


MONEYON MAROC
Al- Maghrib n°25 du rabii II 1431(09 Erreada - Casablanca
avril 2010)

Décision du gouverneur de Bank Al- 3, Rue Bab Mansour, Espace porte


UAE EXCHANGE MOROCCO
Maghrib n°29 du 09 rabii II 1432 (14 d’Anfa - Casablanca
mars 2011)

Décision du gouverneur de Bank Al- Technopark, route de Nouaceur, BP


MAROC TRAITEMENT DE
Maghrib n°31 du 25 rabii II 1432 (30 16430 - Casablanca
TRANSACTIONS « M2T »
mars 2011)

78
V - Associations de micro-crédit

Dénomination sociale Adresse du siège social

Association AL Amana pour la promotion de


la micro-entreprise (AL AMANA) 40,Rue Al Fadila, quartier industriel, Q.Y.M, RABAT 10 000

Association Al Karama pour le micro-


crédit (AL KARAMA) 38 Br Abdelmounen Appt 23 4ème étage Hassan
RABAT
Association Ismailia pour le Micro-Crédit (AIMC)
115,Boulevard Lahboul-BP 2070 MEKNES

Association Marocaine de Solidarité 1,Rue Abi Dar El Ghoufari-Quartier Prince Héritier-1er


Sans Frontières (AMSSF) étage FES
Association de Micro-Finance Oued-
Srou (AMOS) Rue oued Sbou, Hay Ettakadoum-El Kbab KHENIFRA

Association Tétouanaise des Initiatives Sociaux-


Avenue Hassan II N°70-Résidence Paloma Blanca-1er Etage
Professionnelles (ATIL) N°1 TETOUAN
Fondation Banque Populaire pour le Micro-
Crédit (FBPMC) 3,Rue Docteur Veyre-Résidence Patio CASABLANCA

Fondation Ardi pour le micro crédit (Fondation


ARDI) 137, Avenue Allal Ben Abdellah - Rabat 10 000

Fondation Micro Crédits du Nord


N°6, Rue Rachid Réda, Résidence Hayat 2 entresol, appa. N°
34 TANGER
Fondation pour le Développement Local et
le Partenariat (FONDEP) Im. Saraya angle Br Riad et AV Alarz Hay Riad RABAT 10100

Association TAWADA pour le micro-crédit


(TAWADA) N° 119, avenue de la Résistance, appartement 27 RA BAT

Institution Marocaine d’Appui à la Micro-


entreprise (INMAA) 9,Rue Kser Essok, App.n°6 Quartier Hassan-3ème Etag
e RABAT

Association Bab Rizq Jameel (BRJ) 196, Bd Moulay Ismaîl Roches noires Casablanca
EXEMPLE D’EXAMENS DES ANNEES PRECEDENTES

80
UNIVERSITE SULTAN MOULAY SLIMANE
FACULTE POLYDISCIPLINAIRE BENI MELLAL
DROIT PRIVE EN LANGUE FRANÇAISE

Lundi 25 juin 2018


EXAMEN DROIT BANCAIRE session ordinaire «S6 »
Durée/1H30min.
Question 1 : «8 points » ------- « 2-2-2-2 »

Selon la banque islamique Noor (Noor Islamic Bank – NIB), Dubaï envisage de créer la plus
grande banque islamique du monde dans les cinq ans, en consacrant un budget de 1 milliard
de dollars pour des acquisitions dans des pays aussi éloignés les uns des autres que
l’Indonésie, l’Egypte et la Grande-Bretagne. «Nous visons à être la plus grande banque
islamique dans les cinq ans», dit Qemzi DG dans son bureau à Dubaï, deux jours après que
la banque ait officiellement débuté ses opérations.

Donnez les informations relatives au Droit bancaire Marocain « origine de ce droit, textes
de lois célèbres, et éléments essentiels à retenir, le Maroc peut il prétendre à des banques
islamiques ?

Question 2 : «6points »

Au cours des sept dernières décennies, le taux d'inflation en Argentine n'a été que 14 ans en
dessous de 10%. Qu'est-ce qui caractérise l'inflation au quotidien? Rencontre avec une
famille de la classe moyenne à Buenos Aires. 2014 a été une année difficile. Pour la première
fois, le budget familial de Myriam Simone s'est révélé insuffisant. Elle a bien dû reconnaître
que 19 ans d'expérience professionnelle dans la banque ne suffisaient pas pour calculer le
coût de la vie à Buenos Aires.

Ils avaient calculé leurs charges dans des tableaux Excel: alimentation, frais de scolarité,
voiture, vacances. Ils avaient aussi intégré une augmentation des prix de 25%. C'était du
solide. Mais un an plus tard, le taux d'inflation était déjà de 40%, voire plus pour
l'alimentation et le carburant. «Nous avons atteint le plafond de notre carte de crédit, déplore
Leandro. Une fois de plus, on constate que l'Argentine est imprévisible!» ; Nous rappelle un
peu le Maroc mais sur un échelon beaucoup plus élevé.

Qui met en place la politique monétaire au Maroc ainsi qui joue ce rôle de contrôle dans
notre pays. Donnez plus d’explication dans ce sens « attributions, missions, selon texte
de loi? »

81
Question 3 : «6points »------- « 4-2 »

ARAB BANK ; ATTIJARIWAFA BANK ; BANQUE POPULAIRE ; ; EQDOM ;


SOFAC ;CETELEM ;CAPITAL TRUST CDG CAPITAL.

Pouvez- vous mettre en évidence les différences et la distinction qui existe entre une
banque et un établissement financier ? Quel type d’établissement financier pouvez-vous
citer ?

82
UNIVERSITE SULTAN MOULAY SLIMANE
FACULTE POLYDISCIPLINAIRE BENI MELLAL
DROIT PRIVE EN LANGUE FRANÇAISE

Lundi 10 juillet 2017

EXAMEN DROIT BANCAIRE session rattrapage «S6 » D/2Heures

Question 1 : «5points »

Au sens du droit positif, une banque est l'une des catégories légales d'établissement de
crédit. Ces établissements de crédit détiennent le monopole de l'octroi des opérations de
banque. En revanche, ils ne disposent pas du monopole de la distribution bancaire, qui
représente la fonction de commercialisation. Cette fonction de distribution bancaire est
partagée avec d'autres acteurs bancaires, les intermédiaires qui ne sont pas des banques. La
plus grande banque au monde, par le total des actifs, est la banque chinoise Industrial &
Commercial Bank of China, devant la britannique HSBC1. Une banque est donc, à la fois, une
entreprise qui produit des services bancaires ; en fait le commerce ; fait commerce d'autres
services financiers ou connexes. Donnez les informations relatives au Droit bancaire « origine
de ce droit, textes de lois célèbres, et éléments essentiels à retenir ?

Question 2 : «5points »

Qui met en place la politique monétaire ainsi ce rôle de gendarme dans ce monde de finance
au Maroc donnez plus d’explication dans ce sens ?

Question 3 : «5points »

Banques ; établissement de crédit bail et établissement d’affacturage quel distinction ?

Question 4 : «5points »

Les opérations connexes quel est l’intérêt ?

83

Vous aimerez peut-être aussi