Vous êtes sur la page 1sur 12

béton

Les bétons projetés : définition,


techniques de projection,
formulation, utilisations,
avantages et inconvénients P. 2
Asquapro : qualité, formation
et certification P. 4
Mise en œuvre des bétons projetés P. 6
Mieux connaître les bétons
projetés pour mieux les prescrire P. 8
Spécificités des essais sur
les bétons projetés P. 9
Les bétons projetés fibrés P. 10
Les innovations en matière
de béton projeté P. 11

a
Le béton projeté :
un matériau technique,
performant et innovant
Le béton projeté est une solution incontournable pour le confortement des terrains, lors de la réali-

sation de tunnels notamment, grâce à la possibilité de bétonner en s’affranchissant des opérations de

coffrage. Le béton projeté est également une solution idéale pour la réparation ou le renforcement

d’ouvrages compte tenu de son adhérence au support. Le béton projeté ne se limite pas à ces deux

utilisations. Focus sur une technique performante en constant développement !


Textes, photos et conception des schémas : Sylvie Gérômey (EDF) avec la participation de Florian Bernard (Saint-Gobain) – Patrick Blondelle (Demathieu Bard) – Sébastien
Bouteille (CETU) – David Chamoley (CETU) – Gilles Exel (Bekaert) – Laurent Fauquignon (UGC-Consulting) – Patrick Guiraud (Cimbéton) – Catherine Larive (CETU) – Abdel
Mestari (ABCCR) – André Regnard (ASQUAPRO) – Damien Rogat (Vicat). Réalisation des schémas : Laurent Stefano.

SB 2019 – 2 Solutions béton – 1


Les bétons projetés : définition,
techniques de projection, formulation,
utilisations, avantages et inconvénients
Définition – la projection par voie mouillée à flux dense, La projection par voie mouillée :
Le béton projeté est un béton formulé à partir – la projection par voie mouillée à flux dilué, cette ■ soutènements en souterrain (fort débit, peu de

de ses constituants habituels, transporté dans un méthode est rarement utilisée de nos jours. poussière, résistance exigée moindre) ;
tuyau, accéléré par un jet d’air comprimé et mis Dans le cas de la projection par voie sèche, le ■ protection des berges (fort débit, aucune adhé-

en œuvre par projection sur un support auquel mélange sec ou légèrement humide et de consis- rence nécessaire) ;
il adhère. L’énergie cinétique conférée par l’air tance pulvérulente est introduit dans la machine ■ projection verticale vers le bas (pas de pié-

comprimé compacte le mélange qui devient ainsi de malaxage. Le transfert du mélange de la geage des pertes) ;
dense et homogène. Dans certains cas, cette machine jusqu’à la lance est assuré par un flux ■ projection sur support fragile (faible force

force de compaction est complétée par l’impact d’air comprimé (transfert à grande vitesse). L’eau d’impact) ;
des gravillons les plus gros qui viennent percuter est ajoutée à la lance. Dans le cas de la projec- ■ rejointoiement de maçonnerie à joints étroits.

le matelas de béton déjà mis en œuvre et accen- tion par voie mouillée, le mélange, de consistance
tuent le compactage du béton projeté. plastique, contient déjà toute l’eau nécessaire. Le Principaux avantages
Le mélange à projeter est composé de ciment, transfert est mécanique : le béton est pompé, de la projection de béton
de sable, de graviers ou de gravillons et éven- éventuellement additionné d’air comprimé pour Le béton projeté adhère au support par collage
tuellement d’eau, d’adjuvant (selon la technique en faciliter le transit (on parle alors de flux dilué). de la pâte cimentaire, mais également, dans le
de projection) et de fibres. La projection est assurée par ajout d’air comprimé cas de la voie sèche, par accrochage mécanique.
Cette technique de mise en œuvre s’affranchit à la lance. La consistance des deux mélanges n’est En effet, la force de projection incruste les élé-
donc des sujétions de coffrage, ce qui prédis- donc pas comparable. Elle induit des différences ments les plus fins, donc la pâte de ciment, dans
pose le béton projeté pour des utilisations spé- en termes de comportement lors de la projec-
cifiques comme le soutènement de tunnels, le tion, de compactage du béton, de production de
confortement de talus ou la réparation d’ou- pertes et de poussière, et de rendement.
vrages en béton ou en maçonnerie.
Principaux domaines
deux techniques de d’utilisation
projection : la voie sèche (VS) Les qualités des bétons projetés prédisposent
et la voie mouillée (VM) l’emploi de l’une ou l’autre technique à :
Il existe deux techniques de projection qui se La projection par voie sèche :
différencient, entre autres, par le lieu d’introduc- ■ travaux de réparation et de renforcement (forte

tion de l’air comprimé et de l’eau, ce qui induit résistance, grande adhérence et retrait réduit) ;
des comportements très différents selon la tech- ■ rejointoiement des murs en maçonnerie à joint

nique. On distingue : large (faible débit et grande adhérence) ;


■ la projection par voie sèche, avec ou sans pré- ■ projection sur falaise et talus (forte résistance et

mouillage ou préhumidification ; grande adhérence) ;


■ la projection par voie mouillée, qui elle-même ■ béton réfractaire (forte résistance et grande

se divise en deux méthodes : adhérence). q Opérateur de projection en voie mouillée.

Projection par voie mouillée Projection par voie sèche


Mélange à projeter Issu d’une centrale BPE Produit industriel
(consistance béton Issu d’une centrale de chantier Mélange à projeter
Fabriqué en centrale
pompable) Malaxé sur chantier à partir (consistance pulvérulente) BPE ou sur site
d’un produit industriel
Alimentation en eau
Alimentation en air
(surpresseur)
(compresseur)

Lance Lance
Pompe à béton Distance de transfert de projection Machine à projeter Distance de transfert de projection
simple ou de
Alimentation en activateur (liquide) dont le débit est asservi Alimentation en air comprimé prémouillage
en fonction du débit du béton (pompe doseuse d’activateur) (compresseur)

2 – Solutions béton
les pores du support et génère après hydratation En plus des rebonds et des pertes, la projection ■ forte influence de la compétence du porte-

une liaison mécanique qui augmente la résis- est génératrice d’aérosols, sous forme de pous- lance (position de la lance et réglage de la teneur
tance de l’interface béton-support. Les granulats sière humide (dans le cas de la voie sèche) ou en eau), ce qui nécessite qualification/formation/
arrivant sur le support rebondissent, d’abord en d’eau, éventuellement chargée en accélérateur certification du personnel de chantier.
compactant la couche de pâte cimentaire puis de prise (dans le cas de la voie mouillée). L’en-
la couche de béton en cours de constitution, semble de ces éléments constitue un risque à Bétons projetés par voie mouillée
et tombent au sol. Les pertes ainsi générées prendre en compte, pour les personnes ou objets Avantages :
permettent d’améliorer la compacité du béton présents à proximité de la zone de projection. ■ formulation similaire à un béton coulé en place ;

en place. Ces spécificités prédisposent donc le La démarche de formulation des bétons projetés ■ pas de modification de la composition du

béton projeté par voie sèche à la reconstitution n’est pas facile. mélange avant et après projection ;
du monolithisme de la section de béton comme Pour la voie sèche en particulier, ce mode de ■ dosage en ciment et en eau maîtrisable ;

cela est nécessaire en réparation structurelle ou mise en œuvre influence la composition du ■ pertes limitées ;

en renforcement (norme dédiée : NF EN 95-102, béton projeté par rapport au mélange initial, ■ respect des supports fragiles.

en révision en 2019). avec notamment un gradient du dosage en


ciment dans l’épaisseur de la couche projetée. Inconvénients :
Pour la voie sèche comme pour la voie mouil- ■ double adjuvantation nécessaire ;
Schéma de l’accrochage mécanique
du béton projeté par voie sèche lée, l’épreuve d’étude en laboratoire diffère des ■ activateur générant d’éventuelles difficultés à
sur le support démarches habituelles de formulation des bétons remplir les zones derrière les armatures ou les
coulés et c’est seulement lors de l’épreuve de treillis ;
Support de Béton projeté
convenance que l’aptitude à la projection de la ■ longueur de transfert réduite du fait des frotte-
projection
formule est vraiment vérifiée. ments (100 m) ;
Dans ce domaine, une bonne expérience est ■ projection manuelle difficile au-delà d’un débit de

nécessaire. Par ailleurs, il existe également des projection de 6 m³/h (ou tuyauterie de diamètre
produits industriels « prêts-à-l’emploi » dont supérieur à 60 mm) ;
la « projetabilité » a été vérifiée lors d’essais ■ pertes contenant du ciment qui nécessite un

préalables (ou démontrée sur des chantiers nettoyage ;


antérieurs). ■ nettoyage du matériel et du chantier en fin de

journée ou lors de longs arrêts.


Incrustation de la couche d’accueil avantages et inconvénients
du béton projeté dans les pores du support de chaque technique Démarche de formulation
de projection des bétons projetés
L’adhérence du béton projeté sur son sup- La démarche de formulation d’un béton pour
port permet de s’affranchir d’un coffrage. Cette Bétons projetés par voie sèche une mise en œuvre par projection doit à la fois
absence de coffrage se traduit par un gain de Avantages : prendre en compte les caractéristiques atten-
temps, une réduction de la main-d’œuvre, qui ■ tuyauterie/lance plus légère ; dues du béton projeté en place, la technique de
représentent un réel avantage économique. ■ grande distance de transfert possible (1 200 m) ; projection retenue (voie sèche ou voie mouillée),
Éventuellement, un coffrage localisé peut être mis ■ nettoyage simplifié (mélange pas ou peu la « projetabilité » du mélange et, également,
en place, en rive, pour la délimitation d’arêtes. humide) ; sa faculté d’être transporté depuis la machine
La technique de béton projeté réduit les délais ■ fort compactage (résistance élevée et retrait jusqu’à la lance.
de mise en œuvre du béton et augmente la réduit) ; Dans le cas de la projection par voie mouillée,
cadence du chantier. Cette technique est donc ■ bon enrobage des armatures ; la formulation vise avant tout à la pompabilité
tout à fait pertinente, notamment pour la mise en ■ forte adhérence mécanique (pénétration des du mélange et la résistance en compression
sécurité rapide lors du creusement de tunnels. fines du mélange dans le support) ; attendue, l’activateur assurant sa tenue sur le
La projection de béton a permis de réduire de ■ optimisation du rapport E/C (besoin en eau uni- support.
50 % le délai de réalisation des ouvrages sou- quement pour l’hydratation du ciment) ; La pompabilité résulte de paramètres liés à la
terrains, par rapport aux méthodes anciennes de ■ enrichissement en ciment favorisant le collage ; formulation (composition, teneur en fines, type
confortement. Le support du béton projeté peut ■ parement « fermé » par une couche de laitance. de granulats, teneur et type de fibres, type
être une surface en béton ou en maçonnerie, le d’adjuvants), au transport (longueur d’achemi-
terrain, naturel ou une structure métallique ou en Inconvénients : nement, diamètre, type de tuyaux et tracé) et
bois. L’adhérence du béton projeté nécessite un ■ production de pertes et de poussière ; au chantier (environnement, température lors
support peu friable et stable lors de la projection. ■ respect des conditions d’hygrométrie pour de la mise en œuvre). Les paramètres de for-
les granulats dans le cas de la confection des mulation favorisant la pompabilité sont égale-
Quelques inconvénients mélanges in situ et en centrale BPE ; ment basés sur une optimisation du squelette
La projection de béton sur un support génère ■ coût élevé du matériel (compresseur de forte granulaire.
des rebonds et des retombées qui, même si puissance, abrasion des tuyaux et de la machine) ; Dans le cas de la projection par voie sèche, la
les premiers participent à la qualité du béton ■ rapport E/C en place non contrôlable et dépen- formulation est guidée par une optimisation du
en place, représentent un surcoût en termes de dant de l’expérience du porte-lance donc pas squelette granulaire, pour favoriser le transfert
consommation de matériaux et de gestion de parfaitement maîtrisable, risque d’hétérogénéité dans les tuyaux, la projection sur le support et
l’évacuation des pertes. du mouillage à la lance ; l’optimisation de la quantité de pertes. ■

Solutions béton – 3
ASQUAPRO : qualité, formation
et certification
Amélioration de la qualité ■ technique de projection (pied droit, voûte, pré- l’air, de l’eau, de l’orientation de la lance et de la
de la projection et de sence d’armatures). distance lance-support et enfin sécurité (protec-
la compétence des opérateurs Le savoir-faire des porte-lances (voie sèche) et tions individuelles selon l’environnement) avec
Le choix de projeter le béton s’impose pour des des opérateurs de projection (voie mouillée) est les risques liés à la projection.
ouvrages, des configurations, des types d’in- indispensable et doit être validé par le biais des ■ Une partie pratique : réception du matériel

tervention et des fonctionnalités spécifiques, formations et de la certification. (machine, compresseur, surpresseur, tuyaux d’air
lorsque la mise en œuvre classique par coulage et d’eau, lance) et des matériaux, installation du
se révèle impossible, inadaptée ou délicate à compétence des opérateurs poste béton projeté et projection sous différentes
réaliser. Les formations relatives au béton projeté existent configurations (sur paroi ou en plafond).
Le béton projeté, plus encore que le béton coulé, depuis plus de 20 ans. Elles couvrent la voie Les compétences développées concernent
est très dépendant du savoir-faire des personnels sèche, la voie mouillée, le pilotage de robot et la notamment les points suivants :
de mise en œuvre. Ses performances, voire l’adé- projection mécanisée. ■ Choix du matériel de projection : machine,

quation de la formulation, ne sont contrôlables Elles permettent de s’assurer des acquis des tuyau, lance, surpresseur et compresseur, condi-
qu’après mise en œuvre. Du fait de cette singu- opérateurs de projection et de transmettre aux tions de stockage.
larité, le rôle du personnel qui gère la machine à nouveaux opérateurs les bonnes bases pour ■ Installation et organisation du poste de pro-

projeter et tient la lance est déterminant : projeter selon les règles de l’art. Elles enseignent jection : mise en place de l’équipement et pré-
■ vérification du matériel, gestion des pièces aux porte-lances et aux pilotes de robot à la fois paration du mélange ou vérification de sa bonne
d’usure, détection des anomalies ; les gestes avec lesquels on obtient un béton de disposition pour que le travail s’effectue dans des
■ réglage de l’alimentation de la machine, de sa qualité, mais aussi les gestes à éviter. conditions optimales.
vitesse, de son débit, des pressions ; Ces formations comportent à la fois : ■ Réglage de la machine de projection : débit

■ réglage de l’hydratation ou de l’ajout éventuel ■ Une partie théorique : présentation des dif- d’air et de matériau, alimentation en eau (en voie
d’adjuvant à la lance ; férentes méthodes de projection, des consti- sèche uniquement), anticipation d’éventuels pro-
■ exécution du bon geste de projection (orien- tuants du béton et des adjuvants, des différentes blèmes.
tation du jet, mouvement elliptique, mouvement machines, des impacts des pertes, de la résis- ■ Recherche d’adhérence : préparation du

d’avancement) ; tance et de la compacité du béton, influence de support, orientation de la lance et conduite de


la projection.
■ Enrobage des armatures (le cas échéant) :

gestuelle adaptée pour permettre la projection


Association ASQUAPRO
de béton derrière et autour des armatures.
Créée en 1987 par Claude Resse, unanimement reconnu pour sa passion et sa maîtrise L’objectif est de s’assurer que les opérateurs
du béton projeté, l’ASQUAPRO (ASsociation pour la QUalité de la PROjection des bétons) détiennent les bases d’un savoir-faire (connais-
est une association qui promeut la qualité des bétons projetés. Son objectif est double : sance du matériel, du matériau, de la projection
■ élargir et diffuser les connaissances sur les bétons projetés afin d’en optimiser et bien sûr de leur utilisation en toute sécurité)
l’utilisation ; qui seront nécessaires pour un chantier maîtrisé
■ améliorer la qualité des travaux de projection pour pérenniser l’emploi de ce mode de en termes de qualité et de sécurité.
mise en œuvre des bétons. À l’issue de la formation, ASQUAPRO propose
À ce titre, elle rédige et diffuse des fascicules de recommandations sur la pratique de une certification (sur 2 jours) afin de valider les
la projection. Elle fédère des groupes de travail dont l’objectif est d’aider à la rédaction acquis théoriques et pratiques des opérateurs
de CCTP, afin de favoriser la réussite des chantiers de projection. Elle a mis en place selon l’expérience et les notes théoriques et
une certification des projecteurs, désormais complétée par une certification des enca- pratiques obtenues lors des tests. Les acteurs
drants de chantier. Elle mène des essais visant à améliorer l’état des connaissances de cette certification sont un examinateur et le
des performances du béton projeté, pour permettre notamment une utilisation des certificateur de l’ASQUAPRO. ■
bétons projetés pour des ouvrages structurants dimensionnés en conformité avec le
Model Code 2010.
L’ASQUAPRO regroupe différents acteurs concer- un peu court, photo ?
nés par les travaux de projection du béton : maîtres
si oui quoi ?
d’ouvrage, maîtres d’œuvre, fabricants ou loueurs
de matériels, fournisseurs de matériaux, experts
indépendants, responsables de bureau d’ingénierie,
de laboratoire d’essais, d’entreprise et d’organisme
public.
q Confortement de talus par voie sèche.

4 – Solutions béton
Certification ASQUAPRO
Dans le cadre de sa démarche pour améliorer la qualité des bétons avec vérification par l’examinateur de l’installation du poste, du
projetés et développer cette technique, la certification française démarrage du poste, des réglages de l’air, de l’eau et enfin de la
des opérateurs de projection, initiée par Claude Resse, membre projection).
fondateur de l’ASQUAPRO, a été créée en 1988. D’abord appelé Ce certificat, délivré par l’ASQUAPRO, est nominatif et est valable
Certificat Abrotec puis Certificat CRC, il se nomme désormais Cer- 5 ans, renouvelable sous conditions (détaillées sur le site de
tificat ASQUAPRO. l’Asquapro).
La certification, délivrée par l’ASQUAPRO, repose sur des référen- Actuellement, la profession compte près de 500 personnes certi-
tiels spécifiques qui sont utilisés par l’examinateur et le certificateur fiées en activité réparties comme suit :
ASQUAPRO, tous les deux membres de l’ASQUAPRO.
Ces référentiels concernent : ■ 380 PL (VS) ■ 20 PR (VM)
■ la certification des Porte-Lances (PL) béton par Voie Sèche (VS) ; dont 60 aspirants ■ 10 PM (VS)
■ la certification des Opérateurs de Projection (OP) par Voie Mouil- ■ 30 OP (VM) ■ 50 ACTx

lée (VM) ;
■ la certification des Pilotes de Robot (PR) pour la projection par Aujourd’hui, exiger une certification est dans l’intérêt de tous
Voie Mouillée (VM) ; les acteurs de la filière de projection : maître d’ouvrage, maître
■ la certification des Projeteurs Mécanisés (PM) par Voie Sèche (VS) ; d’œuvre, responsable d’entreprise et personnel de projection. C’est
■ l’aptitude à la Conduite des Travaux de projection pour les enca- aussi un geste environnemental dans la mesure où il permet, en
drants de chantier (ACTx). optimisant les pertes, d’économiser des matériaux.
Ces certifications se déclinent en quatre niveaux : aspirant, stan- Pour le porte-lance, il s’agit d’une reconnaissance de son savoir-
dard, confirmé et hautement qualifié. Elles reposent à la fois sur faire, qui met en valeur ses capacités et son expertise. Il pourra
des compétences théoriques (contrôle des connaissances sur le ainsi attester de son expérience, de la qualité de son travail. Il y
béton, la projection, les règles d’hygiène et de sécurité) et sur des trouve donc un intérêt tant personnel que professionnel.
compétences pratiques (mise en situation sur site avec installation Pour les entreprises, la certification permet de prouver l’aptitude
du poste et projection dans des caisses spécifiques). de leurs opérateurs à effectuer correctement des travaux de béton
Un référentiel à l’aptitude au contrôle interne des travaux de pro- projeté.
jection pour les chefs de chantier est à l’étude. Cette certification Pour la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre, cette certifica-
repose à la fois sur des compétences théoriques (le contrôle des tion les assure des compétences des opérateurs qui réaliseront le
connaissances théoriques sur les différentes méthodes de projec- chantier et de la bonne qualité finale du travail. Elles sont en droit
tion et l’hygiène et la sécurité) et sur des compétences pratiques d’exiger une certification lors de tous travaux mettant en œuvre du
(test pratique sur site en projetant sur des dalles tests ferraillées béton projeté.

Spécificités des épreuves de convenance


L’épreuve de convenance doit permettre de tester toute la chaîne Les essais réalisés lors de l’épreuve de convenance portent donc
de mise en œuvre du béton projeté : depuis la fabrication (produit sur le mélange à projeter avant projection ainsi que sur le béton
industriel ou mélange issu d’une centrale BPE ou mélange confec- projeté dans des caisses ou éventuellement sur un support.
tionné sur place) jusqu’à la projection en passant par le transport Par ailleurs, les épreuves de convenance et les essais réalisés
dans les tuyaux. Cette épreuve doit donc être réalisée dans les doivent permettre, du fait de la spécificité des bétons projetés,
conditions réelles de déroulement du chantier avec le même per- d’ajuster les points suivants :
sonnel, les mêmes matériaux, les mêmes supports, les mêmes ■ les paramètres de fonctionnement des installations de projection ;
équipements et la même méthode de projection que ceux qui ■ l’étalonnage de la pompe d’introduction de l’activateur (le cas
seront utilisés durant la phase de production sur le chantier. Cette échéant) et son système d’asservissement ;
étape permet également de s’assurer de l’aptitude du mélange à ■ la pression d’eau et d’air comprimé à la lance de projection.
être projeté. Les épreuves de convenance doivent également inclure :
Il est admis que les ajustements suivants soient confirmés à l’issue ■ la vérification de la technicité des opérateurs ;
des épreuves de convenance : ■ le contrôle qualitatif de la mise en œuvre du béton projeté (pré-
■ ajustement de la formule nominale (adjuvant, activateur, eau) ; paration de surface, état de surface, régularisation du relief du sup-
■ dosage et choix des fibres. port (le cas échéant), homogénéité du béton, etc.).
Les épreuves de convenance doivent également faire le lien entre Les résultats des essais réalisés lors des épreuves de convenance
les caractéristiques du mélange à projeter visées par l’épreuve doivent satisfaire les exigences prescrites.
d’étude et les caractéristiques réelles du béton projeté.

Solutions béton – 5
Mise en œuvre des bétons projetés
Préparation du support
La préparation du support est importante notam-
ment pour favoriser l’adhérence du béton pro-
jeté et dépend du type de travaux à réaliser. Elle
consiste à purger les éléments non adhérants au
support, nettoyer et humidifier à refus le support,
et, le cas échéant, dégager les armatures en
place. La projection de béton par voie sèche, du
fait des fluides sous pression, est moins adaptée
aux supports fragiles et friables. Pour ces sup-
ports, on privilégiera la projection par voie mouil-
lée ou on prendra des précautions particulières
pour le démarrage de la couche.
Quelle que soit la technique de projection, il est
nécessaire d’humidifier le support (aspect mat,
mais pas ruisselant) avant projection afin d’éviter
un gradient hydrique au sein de la couche de q Réparation structurelle par projection de béton par voie sèche dans un environnement exigu et encombré.
béton projeté, ce qui entraînerait inévitablement
sa fissuration.
A contrario, les venues d’eau à travers le support à l’autre. Dans le cas de la projection par voie de béton projeté par voie sèche s’appuie juste-
doivent être colmatées afin d’éviter le délavage et mouillée, cela s’apparente à des « masselottes » ment sur les granulats qui vont frapper la couche
les chutes du béton fraîchement projeté. de béton qui se collent les unes aux autres sur le déjà en place. Ils vont la compacter, rebondir et
support pour former une couche de béton. tomber au sol, soit parce qu’il n’y a pas assez
Réalisation de la couche Dans le cas de la projection par voie sèche, l’air de matière déjà en place pour qu’ils s’incrus-
de béton projeté selon comprimé sert à véhiculer les granulats enrobés tent dans la couche de béton, soit parce qu’ils
la technique de projection de matrice cimentaire. En début de projection, frappent un autre gravillon.
Le mode de confection de la couche de béton les granulats rebondissent sur le support après S’ajoutent à ces granulats et augmentent les
projeté diffère d’une technique de projection avoir plaqué la matrice cimentaire contre celui-ci, pertes, les matériaux qui n’ont pas assez d’éner-
formant ainsi un « matelas » de pâte sur le sup- gie pour arriver jusqu’au support ou s’y incruster.
Constitution de la couche de béton projeté port. Ensuite, ce matelas accueille les granulats Les pertes sont essentiellement constituées de
par voie mouillée qui continuent d’affluer, formant ainsi la couche granulats, ce qui génère un enrichissement en
de béton. Tout au long de la projection, le martè- ciment, surtout dans les premiers millimètres de
Masselottes de béton lement des granulats compacte le béton. la couche de béton projeté. On comprend donc
qu’une réduction trop importante des pertes en
Pertes de béton et nettoyage projection par voie sèche ne saurait être un gage
du chantier de qualité.
En béton projeté par voie sèche, on parle non Plusieurs facteurs influent sur la quantité de pertes :
pas de réduction des pertes mais d’optimisation. la formulation (matelas de pâte cimentaire), les
En effet, le process de réalisation de la couche granulats (nature et forme), le sable (quantité de
fines), les réglages de projection (débit d’air et
Constitution de la couche de béton projeté par voie sèche pression, distance lance-paroi, orientation de la
projection), les contraintes du chantier (support,
armatures, épaisseur des couches de béton pro-
Incorporation
jeté, position du support) et, de manière prépon-
Incorporation Incorporation dérante, l’expérience de l’opérateur de projection.
Rebond La production de pertes (rebonds et retombées)
Support

Support

impose un poste de nettoyage du chantier plus


Incorporation Rebond efficient que pour les chantiers de bétonnage
traditionnel.
Rebond Dans le cas de la projection par voie sèche, ces
pertes (majoritairement des rebonds) sont quasi
Retombée dénuées de pâte de ciment et donc assimi-
(vitesse trop
faible) lables en fin de journée à un stock de granulats
assez aisément évacuable voire valorisable. En
Début de projection Épaississement de la couche projetée
revanche, en voie mouillée, ces pertes sont des

6 – Solutions béton
petites « masselottes » de béton qui font prise et
s’agglomèrent. Il est donc important de les éva-
cuer à l’avancement. Leur gestion est une sujé-
tion supplémentaire.
La quantité de pertes doit également être prise
en compte pour ne pas excéder la capacité por-
tante des échafaudages. Les pertes doivent être
régulièrement évacuées de ces équipements (a
minima à chaque changement de poste).

Conseils et bonnes pratiques


pour des bétons projetés
de qualité
Il est primordial que le béton projeté soit maîtrisé
tant au niveau de l’opérateur (reconnaissance
d’un travail bien exécuté) que de l’encadrement
(choix des matériels, des matériaux, estimation
des pertes et du rendement) et de la maîtrise
d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage afin de mini-
miser les risques sur chantier.
Il est nécessaire, avant tout, de déterminer les
besoins et de spécifier les exigences dans les
pièces techniques des marchés :
q Réparation d’un parement par projection par voie sèche.
■ projection d’un béton défini et validé ;

■ respect des épaisseurs ;

■ obtention de l’adhérence à l’interface (entre le escient (trop d’air génère beaucoup plus de ■ dans les deux cas (VM ou VS), régler la dis-

béton fraîchement projeté et le support et entre poussière et allonge la distance lance-paroi, tance lance-paroi (une distance trop importante
deux couches de béton le cas échéant) ; générant plus de pertes par retombées) ; implique une augmentation des pertes et des
■ respect des performances mécaniques ; ■ pour la voie sèche (VS), régler l’eau (l’excès vides mais permet une meilleure maîtrise de
■ réduction des émissions de poussière ; d’eau implique une moins bonne compacité, l’épaisseur et de la planéité ; une distance trop
■ respect des rendements du chantier (en tenant une chute de résistance et parfois des chutes faible rendra difficile la maîtrise de l’épaisseur et
compte du volume des pertes) ; de béton ; le manque d’eau génère beaucoup de la planéité mais permettra une réduction des
■ protection des opérateurs (protections indivi- de poussière et une augmentation considérable pertes).
duelles notamment) et de l’ensemble des per- des pertes) ; Par ailleurs, la projection se fera toujours par
sonnels en coactivité (à limiter). ■ pour la machine, régler le débit de béton (un une action circulaire au niveau de la lance afin
Afin de répondre à l’ensemble de ces exigences, flux trop important de béton va nécessiter des d’homogénéiser le mélange sur le support et de
il est vivement recommandé que le choix du déplacements plus rapides des opérateurs et maîtriser l’épaisseur.
matériel et des matériaux soit défini par un enca- une émission de poussière plus importante ; un Le choix du matériel est primordial et est la base
drant de chantier compétent en projection. trop faible débit de béton va impliquer des dis- d’une projection de qualité, d’où l’importance
Avant le début de la projection, tous les équipe- continuités de flux et un rapport E/C très hété- d’avoir sur un chantier un ou des opérateurs for-
ments disponibles doivent être contrôlés, leur rogène) ; més, certifiés et expérimentés. ■
état de fonctionnement doit être vérifié et la com-
patibilité des matériels les uns avec les autres doit
être validée (à titre d’exemple, le branchement du
Gestuelle de projection : mouvement circulaire
groupe électrogène avec la machine à projeter
afin qu’elle tourne dans le bon sens, le type de
lance afin d’éviter les bouchons ou les coups de
0,45 à 0,6 m
canon, la vérification de la pression de bridage
du compresseur…).
En cours de projection, l’opérateur doit effectuer
des réglages d’air et d’eau, adapter la distance
0,15 à 0,25 m

lance-paroi en fonction du type de béton. Il doit


obtenir l’épaisseur à réaliser, le bon compactage
du béton, l’enrobage des éventuelles armatures
0,6
et la résistance du béton escomptée, tout en limi- à1
,2
m
tant l’émission de poussière.
Il est indispensable que les opérateurs fassent 0,05 à 0,10 m
leur réglage en fonction des besoins :
■ pour la voie mouillée (VM), régler l’air à bon

Solutions béton – 7
Mieux connaître les bétons projetés
pour mieux les prescrire
Les bétons projetés suivent la plupart des règles de spécifications techniques des bétons coulés en place. Du fait de
l’influence majeure de la mise en œuvre, la prescription intègre l’ensemble de la chaîne de production, de la formation
à la mise en œuvre et aux contrôles de chantier.
guides de rédaction
des CCTP Bibliographie
L’AFTES (L’Association Française des Tunnels et Le béton projeté est un matériau complexe qui est la résultante, encore plus que pour les
de l’Espace Souterrain) et l’ASQUAPRO colla- autres bétons, de la bonne adéquation entre la prescription, la formulation, la caractérisa-
borent pour mettre à jour des recommandations tion et la mise en œuvre. C’est en ce sens que des guides et fascicules ont été élaborés
de l’AFTES relatives au béton projeté et complé- pour accompagner les différentes étapes de réalisation d’un ouvrage en béton projeté.
ter les fascicules techniques ASQUAPRO. Le
parti a été pris d’orienter ces documents sous Fascicules ASQUAPRO : téléchargeables gratuitement sur www.asquapro.com
forme de Guide de rédaction des CCTP afin d’ac- ■ Santé, sécurité.

compagner les maîtres d’œuvre dans la rédaction ■ Mise en œuvre des bétons projetés.

des pièces techniques et contractuelles. ■ Formulation des bétons projetés.

Un premier document sur ■ Qualité des bétons projetés : contrôles.

les bétons projetés par voie ■ État des connaissances sur le dimensionnement du béton projeté.

mouillée utilisés pour le ■ Utilisation des fibres pour le renforcement des bétons projetés pour le soutènement

soutènement « provisoire » provisoire de tunnels.


a été initié par le CETU ■ Utilisation des bétons projetés fibrés pour la réparation et le renforcement des

en collaboration avec le structures.


CEREMA. Des documents
Recommandations de l’AFTES : téléchargeables gratuitement sur www.aftes.asso.fr
analogues sont en cours
■ La conception et le dimensionnement du béton projeté utilisé en travaux souterrains
de rédaction pour :
(GT20R1F1).
■ les bétons définitifs projetés par voie mouillée
■ La technologie et la mise en œuvre du béton projeté renforcé de fibres (GT6R3F1).
pour des travaux souterrains ;
■ La méthode de construction des tunnels avec soutènement immédiat par béton projeté
■ les bétons projetés par voie sèche.
et boulonnage (GT6R2F1).
Problèmes régulièrement Guides du STRRES : téléchargeables gratuitement sur www.strres.org
rencontrés sur les chantiers ■ Guide FABEM 5 – Béton Projeté.
de projection de béton ■ Recos-STRRES n° 11 – Réparation et renforcement par béton projeté par voie sèche.
Le béton projeté est un matériau dont la parti- ■ Recos-STRRES n° 18 – Réparation et renforcement par béton projeté par voie mouillée.
cularité peut générer des problèmes potentiels
lorsque : Normes spécifiques aux bétons projetés : téléchargeables
■ la prescription ne tient pas compte de la bonne sous condition sur www.afnor.org
pratique des bétons projetés : ■ NF EN 934-5 – Adjuvants pour bétons projetés.

– nature du ciment non adaptée ; ■ NF EN 14487-1 – Béton projeté – Partie 1 : définitions, spécifications et conformité.

– dosage en ciment trop faible (dosage minimal ■ NF EN 14487-2 – Béton projeté – Partie 2 : exécution.

recommandé : 400 kg/m3) ; ■ NF EN 14488-1 – Essais pour béton projeté – Échantillonnage.

– diamètre maximal des granulats trop élevé (gra- ■ NF EN 14488-2 – Essais pour béton projeté – Résistance à la compression au jeune

nulométrie maximale recommandée : 12 mm) ; âge.


■ les délais sont trop courts pour la validation des ■ NF EN 14488-3 – Essais pour béton projeté – Résistance à la flexion d’éprouvettes

convenances, voire des épreuves d’étude : parallélépipédiques en béton renforcé par des fibres.
– l’épreuve d’étude étant menée sur un béton ■ NF EN 14488-4+A1 – Essais pour béton projeté – Adhérence en traction directe sur

non projeté, l’aptitude à la projection et les perfor- carottes.


mances in situ du béton projeté ne sont vérifiées ■ NF EN 14488-5 – Essais pour béton projeté – Détermination de la capacité d’absorption

qu’au moment de l’épreuve de convenance, qui de l’énergie d’une dalle-éprouvette renforcée par des fibres.
doit donc être suffisamment anticipée ; ■ NF EN 14488-6 – Essais pour béton projeté – Épaisseur du béton sur un support.

– en cas de non-conformité, la modification ■ NF EN 14488-7 – Essais pour béton projeté – Teneur en fibres du béton renforcé par

nécessaire du dosage en fibres peut remettre en des fibres.


cause l’épreuve d’étude initiale ; ■ NF P 95-102 – Réparation et renforcement d’ouvrages en béton et en maçonnerie –

■ le personnel manque de compétence ; Béton projeté.


■ les matériels sont défaillants ou inadaptés. ■

8 – Solutions béton
Spécificités des essais
sur les bétons projetés
Les spécifications et la conformité doivent porter La conformité des performances mécaniques les éprouvettes cylindriques impose une épais-
et être vérifiées sur le béton livré (avant projec- du béton projeté est traditionnellement statuée seur minimale de béton projeté. Ces caisses
tion) et sur le béton mis en œuvre (après pro- sur la base d’essais à 28 jours. Néanmoins, pour sont ajourées pour éviter de piéger des pertes
jection). ne pas retarder l’avancement du chantier, il peut et rebonds. La surface des caisses réalisées pour
être intéressant de prévoir, dans les marchés, les l’essai de capacité d’absorption de l’énergie est
Spécificités des essais conditions à remplir pour pouvoir statuer plus tirée à la règle juste après projection (dérogation
sur béton projeté rapidement. L’ASQUAPRO propose une métho- par rapport aux normes).
La spécificité du béton projeté est liée à son dologie permettant de se baser sur les résultats
mode de mise en œuvre. En effet, une fois pro- des essais à 7 jours. Épreuve d’étude et essais
jeté, le béton a une composition et des perfor- Par ailleurs, pour le contrôle de conformité du béton sur mélanges à projeter
mances différentes de celles du mélange intro- projeté sur chantier, la norme NF EN 14487-1 Les caractéristiques du béton projeté ne sont
duit initialement dans la machine (enrichissement définit des catégories d’inspection traduisant les mesurables qu’après l’action de projection. Il
cimentaire, effet de l’activateur le cas échéant). exigences de durabilité de l’ouvrage, les risques est admis de ne pas projeter le béton lors de
Pour réaliser les essais sur béton projeté durci, potentiels et indique la périodicité des contrôles l’épreuve d’étude, cependant l’effet de la projec-
il est donc nécessaire de prélever des corps à réaliser suivant les cas. tion (serrage, rebond, modification de la com-
d’épreuve soit directement in situ, soit dans des position) et l’effet de l’activateur (le cas échéant)
dalles d’essai confectionnées par projection (et Spécificités des corps doivent être pris en compte au stade de l’étude.
non par coulage). Les caractéristiques à spécifier d’épreuve en béton projeté L’épreuve d’étude du béton projeté ne concerne
pour les bétons ou mortiers projetés sont défi- Les corps d’épreuve pour caractériser le béton donc que les caractéristiques du mélange à pro-
nies dans la norme NF EN 14487-1 complétée : frais ou durci doivent à la fois rendre compte des jeter. Les essais sont réalisés sur des éprouvettes
■ pour les bétons réalisés en centrale à béton caractéristiques du mélange avant projection constituées de ces mélanges mis en œuvre par
BPE : par la norme NF EN 206/CN (durée d’uti- (voie mouillée) et du béton projeté. Des prélève- coulage dans des moules. Les valeurs obtenues
lisation : 50 ans) ou par le fascicule 65 du CCTG ments sont donc réalisés dans le mélange avant dans ce cadre ne sont donc pas comparables
(durée d’utilisation : 100 ans) ; projection et dans le béton projeté. Le prélève- aux valeurs que l’on est en droit d’attendre sur les
■ pour les produits industriels : par la norme ment sur le support est une pratique difficile pour bétons qui seront mis en œuvre par projection
NF EN 1504-3. les bétons accélérés ou activés. L’obtention de dans le cadre du chantier.
Pour le mélange frais destiné à la projection par corps d’épreuve cylindriques ou prismatiques se Dans le cas des bétons projetés par voie sèche,
voie mouillée, les essais classiques (affaissement, traduit par des prélèvements de béton projeté l’étude doit tenir compte du pourcentage de
masse volumique et teneur en air) sont réalisés dans des caisses définies dans la norme NF EN pertes par rebonds, majoritairement parmi les
sur le mélange avant projection. 14488‑1. Le respect d’un élancement de 2 pour gros éléments, et de l’ajout d’eau au moment de
la projection.
Principaux essais de performance réalisés sur béton projeté durci L’épreuve d’étude n’apporte donc aucune garan-
tie quant à la « projetabilité » du mélange et le
CARACTÉRISTIQUE MÉTHODE D’ESSAI ASSOCIÉE respect des spécifications requises. Cette spé-
Résistance en compression NF EN 12504-1 et NF EN 12390-3 cificité justifie, encore plus que pour les bétons
Adhérence NF EN 14488-4+A1 traditionnels, l’anticipation de la réalisation des
NF EN 1542 (si épaisseur < 50 mm) épreuves de convenance pour valider la formule
Développement de la résistance au jeune âge NF EN 14488-2 du béton. ■

Résistance à la pénétration d’eau sous pression NF EN 12390-8


Résistance au gel/dégel NF P 18-424 (gel sévère et forte
saturation en eau)
NF P 18-425 (dans les autres cas)
XP 14-420 (essai d’écaillage)
Épaisseur du béton projeté NF EN 14488-6
Résistance à la traction par flexion de béton renforcé NF EN 14488-3
de fibres (ou NF EN 14651+A1 en cas d’application
du Model Code 2010)
Capacité d’absorption de l’énergie de béton NF EN 14488-5
renforcé de fibres
Teneur en fibres du béton projeté fibré NF EN 14488-7 (dérogation sur le poids de
l’échantillon prélevé : minimum 2,5 kg
soit 1 l de béton minimum)
q Projection dans des caisses ajourées pour éviter de
piéger des pertes.

Solutions béton – 9
Les bétons projetés fibrés
fibres dosage en fibres Il a également été démontré que la résistance
Les fibres couramment utilisées dans les bétons dans les bétons projetés mécanique du BPRFM ne dépend pas directe-
projetés sont : Les dosages en fibres couramment utilisés : ment du dosage en fibres dans le béton, mais
■ des fibres métalliques conformes à la norme ■ pour les fibres métalliques : entre 20 et du « kilométrage » de fil correspondant, qui peut
NF EN 14889-1 (fibres d’acier ou fibres métal- 50 kg/m³ selon le type de fibres et le type de aller de 6 à 950 km/m³ en fonction du type de
liques amorphes) ; travaux à réaliser ; fibres et de leur dosage. En effet, les fibres cou-
■ des fibres polymères conformes à la norme ■ pour les fibres polymères : entre 5 et 8, voire turent les fissures dans toute l’épaisseur du béton
NF EN 14889-2. 9 kg/m³. y compris au niveau du parement.
En fonction de leur nature, de leur forme, de leur Pour les dosages en fibres métalliques inférieurs Enfin, l’absence de treillis soudé assure une
géométrie et de leur dosage, les fibres confèrent à 30 kg/m³, le béton étudié lors des épreuves adhérence optimisée du BPRFM sur la paroi, évi-
au mélange à projeter et au béton projeté en d’étude en laboratoire est un béton « blanc », tant tout risque de « vide » qui pourrait apparaître
place des propriétés physiques et mécaniques c’est-à-dire sans fibre. Le dosage choisi doit être lorsque le béton s’agglutine contre les armatures.
spécifiques : justifié, notamment dans le cas des bétons proje-
■ augmentation de la cohésion du mélange frais tés renforcés de fibres métalliques dimensionnés essais de fluage pilotés
(pour un mélange à projeter par voie mouillée) ; pour du renforcement structurel. par le CETU et l’ASQUAPRO
■ amélioration de la cohésion du béton projeté Le dosage en fibres est définitivement validé Lorsque le béton projeté fibré est utilisé comme
frais sur le support ; lors de l’épreuve de convenance au regard des soutènement définitif, outre les performances à
■ augmentation de la résistance au cisaillement essais réalisés et des résultats obtenus. 28 jours, il y a une interrogation sur sa capacité à
du béton projeté frais permettant une augmenta- long terme à reprendre les poussées induites par
tion de l’épaisseur projetée ; les convergences du terrain, notamment après
■ limitation de la fissuration du béton projeté durci l’apparition des premières fissures dans le béton.
grâce à la répartition des contraintes de traction ; Le rôle des fibres est de conférer au béton une
■ ductilité du béton projeté durci ; résistance en traction après l’apparition de la fis-
■ renforcement structurel du béton projeté durci suration. Cependant sur le long terme, comment
par substitution des armatures par des fibres se comportent-elles ? La structure possède-t-elle
métalliques ; toujours suffisamment de performance pour
■ amélioration de la résistance à l’écaillage en maintenir son intégrité ?
cas d’incendie (microfibres polymères). q Prélèvement de béton projeté fibré pour l’évaluation C’est pour tenter de répondre à ces questions
Les fibres métalliques sont utilisées pour aug- de la teneur en fibres sur le support. qu’un essai de fluage en « poinçonnement-
menter la ductilité du béton projeté ou pour rem- flexion » sur béton projeté fibré a été déve-
placer, partiellement ou totalement, les armatures Béton Projeté Renforcé loppé conjointement entre les membres de l’AS-
du béton armé. de Fibres Métalliques (BPRFM) QUAPRO, du CETU, de la SNCF et du laboratoire
Elles peuvent être prises en compte dans le Historiquement, les fibres métalliques ont été SIGMA BETON. Cet essai, d’une durée de 1 an,
dimensionnement des ouvrages en béton pro- introduites dans la composition du béton projeté a fait l’objet d’une campagne à grande échelle
jeté et ont été introduites dans le Model Code comme alternative au renforcement du béton à en 2014 et de communications scientifiques. Un
2010. l’aide d’un treillis soudé. protocole complet a été mis au point, depuis la
En projection, des macrofibres synthétiques (de Les études menées sur des bétons projetés ren- projection des corps d’épreuve en passant par
longueur supérieure à 30 mm) peuvent être utili- forcés par des fibres métalliques ont montré une leur préfissuration, le développement du bâti
sées, notamment pour augmenter la ductilité du répartition homogène des fibres dans la matrice d’essais du système de mesure associé et l’ana-
béton. Elles ne rentrent actuellement pas dans cimentaire, une orientation de ces fibres dans un lyse des résultats. De nouveaux tests pour affiner
le champ d’application du Model Code 2010, plan parallèle au support de projection et une fini- les protocoles et obtenir des données statistiques
même si leur rôle est structurel. tion acceptable, malgré la rugosité du parement sont en cours de réalisation. ■
Les microfibres synthétiques utilisées pour dimi- final liée à la présence de fibres. Cette répartition
nuer la fissuration de retrait au jeune âge ou pour optimise l’efficacité des fibres pour la résistance
limiter le risque d’écaillage des bétons soumis à la flexion. Le dimensionnement de ces bétons
à un incendie sont rarement utilisées dans les a été introduit dans le Model Code 2010, qui est
bétons projetés. Elles peuvent l’être dans des en cours d’intégration dans les normes Eurocode.
cas très spécifiques, sous réserve de vérifier leur Les fibres métalliques ont également un avan-
efficacité par rapport à l’objectif visé lors d’une tage mécanique sur les treillis et les armatures :
épreuve de convenance. elles présentent un module de Young élevé
La longueur courante des fibres structurelles doit (200 GPa) ainsi qu’une résistance en traction éle-
être supérieure ou égale à 30 mm et à 2 fois le vée (entre 1 300 et 2 300 MPa) pour les plus
diamètre maximum des granulats. résistantes alors que les armatures sont limitées
La longueur des fibres métalliques doit être infé- à 500 MPa. De plus, les fibres métalliques contri- q Essais de fluage par poinçonnement-flexion en
rieure à 2/3 du diamètre du tuyau de projection. buent à limiter le fluage du béton. cours sur les bâtis.

10 – Solutions béton
Les innovations en matière
de béton projeté
Parmi les prospections diverses dans le domaine Le simulateur restitue une image en 3D très réa- gain de temps, protection à long terme de la
des bétons projetés, voici cinq sujets qui repré- liste par rapport au terrain et utilise exactement buse. La justification de cette coque mince a
sentent des innovations favorisant le développe- les mêmes interfaces que les véritables robots. pu être réalisée à l’aide des normes dédiées au
ment de la technique. Ces innovations sont soit Il analyse le mouvement, les réglages et le débit BFUP coulé (NF P18-470 et NF P18-710) après
en cours de développement, soit déjà utilisées de la lance et délivre une indication très fiable sur validation d’utilisation de ces dernières.
et éprouvées. les épaisseurs de béton mises en place et sur les
taux de pertes.
formation des pilotes Il est reconnu par la profession et est déjà utilisé,
de robot sur simulateur à l’étranger, en amont de nombreux chantiers
Malgré l’usage croissant des robots de projec- pour la formation des pilotes dans les mines et
tion et des bras manipulateurs (qui facilitent la les tunnels. Les coûts de formation peuvent être
manipulation de la lance ou prennent en charge rapidement compensés par la diminution des
une partie des mouvements), l’influence des opé- pertes et des surépaisseurs. Compte tenu des
rateurs de projection (appelés aussi « pilotes de volumes à projeter et des enjeux liés aux grands
robot ») sur la qualité des bétons projetés reste chantiers en cours ou en préparation, l’intérêt
primordiale. Les conséquences potentielles du simulateur de projection est particulièrement
des mauvaises performances d’un pilote sont pertinent.
multiples :
■ risques de chute de béton frais ; projection de BFUP
■ non-respect des épaisseurs exigées ; La problématique de la réfection des buses
■ mauvaise qualité du béton en place ; métalliques a fait l’objet d’un concours d’idée
■ pertes anormalement élevées, notamment en auprès du « Comité Innovation Routes et Rues ».
fibres ; Le lauréat de la campagne 2016 est le groupe-
■ pannes de matériel ; ment Ductal®-Freyssinet qui a proposé un ren-
■ diminution des cadences de projection, ce qui forcement de ces passages inférieurs au moyen
impacte le planning du projet. d’un BFUP (Béton Fibré à Ultra hautes Perfor-
L’exigence de certification des opérateurs de pro- mances) projeté sur une épaisseur minimale de
jection, de plus en plus souvent imposée dans 3 cm au sommet des ondes.
les marchés de travaux, va dans le sens d’une Cette solution présente des avantages multiples :
meilleure qualité. La certification permet de vali- réparation, conservation du gabarit de passage, q Projection de BFUP au cours du chantier expérimental.
der les acquis des pilotes de robot in situ. Elle
s’adresse aux pilotes qui ont déjà une bonne maî-
trise de la projection.
Pour les débutants, acquérir de l’expérience
n’est pas simple car les enjeux des chantiers
permettent difficilement de les mettre dans de
bonnes conditions d’apprentissage ; de plus, les
risques sont élevés en cas de mauvaise manipu-
lation, allant de la mise en danger des person-
nels au bris de matériels coûteux, sans parler
des taux de pertes anormalement élevés ou du
non-respect des épaisseurs contractuelles (sur
ou sous-épaisseurs).
Pour pallier ces difficultés, un simulateur de pro-
jection par voie mouillée est proposé depuis
2013 par une société suédoise. Il permet, quel
que soit le niveau initial des opérateurs, de prati-
quer en toute sécurité, de progresser sans nuire
à la qualité de leurs premiers chantiers, de vérifier
objectivement la qualité de la projection, même
pour les pilotes les plus expérimentés, ou de se
former sur un nouveau matériel. q Chargement transversal d’une buse témoin renforcée par projection de BFUP.

Solutions béton – 11
Un essai (échelle 1) a finalisé la vérification des mis en œuvre pour étancher les ouvrages sou- Une étude, réalisée entre 2013 et 2017, a permis
méthodes de calcul, du comportement du maté- terrains. Une solution intéressante pour remé- de valider une méthode de dimensionnement
riau et de la structure sous chargement. dier à cette problématique est proposée par les et une loi de comportement représentative d’un
Le chantier expérimental de réparation d’une Systèmes d’Étanchéité Projetée Confinée (SEPC) mortier renforcé de fibres métalliques amorphes
buse métallique sur le réseau routier a permis les notamment dans le cas des tunnels revêtus en projeté par voie mouillée avec des épaisseurs
adaptations nécessaires à la mise au point de son béton projeté définitif quelle que soit la technique inférieures.
exécution et de cibler les problématiques à inves- de projection retenue. La section (conduit et chemisage) peut ainsi être
tiguer en vue d’autres opérations de réparation. Ces systèmes, à base d’EVA ou d’acrylate, sont vérifiée aux états limites (ELS et ELU), en tenant
La projection du BFUP offre des perspectives couverts par un avis d’expert AFTES pour les compte de la contribution des fibres métalliques
prometteuses pour le renfort d’ouvrages sur un ouvrages annexes à géométrie complexe ainsi amorphes à la résistance de la section après
plan structurel, mais également pour ceux néces- que la rénovation-réparation d’ouvrages existants. fissuration. Cette technique permet, selon une
sitant une couche protectrice appliquée en pare- Le SEPC peut être projeté sur le béton projeté note de calcul à établir par un bureau d’études
ment : protection contre la pénétration d’agents de soutènement, qu’il soit fibré ou non, ou direc- compétent pour chaque chantier, de réaliser des
agressifs ou protection contre l’abrasion. tement sur le support qui doit offrir une adhé- opérations de « chemisage structurant » avec des
rence suffisante. Un traitement des venues d’eau gains en épaisseur (épaisseur de 3 cm au lieu de
Système d’Étanchéité au préalable est nécessaire (drainage, injection, 6 à 8 cm), en délais de réalisation et en pénibilité
Projetée Confinée (SEPC) imperméabilisation) ainsi qu’une préparation de (suppression de la pose du treillis soudé).
La projection de béton est incompatible avec les surface du support. On obtient ainsi une optimisation du coût glo-
revêtements d’étanchéité traditionnels de type Ce produit n’est plus à proprement parler une bal du chantier et une restitution plus rapide de
DEG (Dispositif d’Étanchéité par Géomembrane) innovation puisque la RATP, la SNCF, le Grand l’ouvrage à l’exploitation. La très grande résis-
Paris Express (GPE) ainsi que d’autres donneurs tance à la corrosion des fibres métalliques
d’ordres l’ont déjà utilisé pour réaliser l’étanchéité amorphes ainsi que leurs retours d’expérience
de leurs ouvrages. d’utilisation permettent, en outre, de présuppo-
ser une meilleure durabilité des réhabilitations
renforcement des réseaux ainsi réalisées.
hydrauliques visitables
par coques minces en mortier utilisation des laitiers de Haut-
projeté renforcé de fibres Fourneau pour la projection
métalliques amorphes par voie mouillée
par voie mouillée La projection de béton par voie mouillée néces-
Les réseaux hydrauliques souterrains visitables site dans la majorité des cas l’ajout d’un activa-
sont usuellement renforcés par projection par teur (ou raidisseur ou accélérateur de prise) à
voie mouillée d’une épaisseur de 6 à 8 cm de la lance afin de garantir la tenue du béton sur
mortier en plusieurs couches, associée à une le support. Ces adjuvants liquides relèvent de la
q Éprouvette de béton intégrant la membrane SEPC. armature en treillis soudé galvanisé. norme NF EN 934-5.
Actuellement, la composition de ces produits est
telle que leur combinaison avec des laitiers de
haut-fourneau (ciments au laitier ou additions au
laitier) génère un dégagement de sulfure d’hydro-
gène, un gaz très toxique. À ce jour, les prescrip-
tions interdisent donc l’emploi de laitier dans les
bétons projetés par voie mouillée.
Cependant, les « ciments au laitier » offrent de
multiples avantages techniques en termes de
durabilité et de performances mécaniques
notamment dans des environnements agressifs.
Le fournisseur de laitier (Ecocem) a donc trouvé
une combinaison laitier moulu/activateur ne
présentant pas cette incompatibilité. La solution
se présente sous forme d’un accélérateur en
poudre de nouvelle génération ajouté à la lance
de projection. Les premiers essais de projection
d’un béton substitué semblent encourageants
notamment en termes de montée en résistance
au jeune âge.
Lorsque l’activateur sera conforme à la norme
NF EN 934-5, il offrira la possibilité de réaliser
des travaux dans des environnements agressifs
q Projection de mortier renforcé de fibres métalliques amorphes pour le renforcement de réseaux hydrauliques. avec des liants appropriés. ■

12 – Solutions béton