Vous êtes sur la page 1sur 9

POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE

Notes de Jules OUEDRAOGO


Enseignement du Pasteur
Robert MENPIOT
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

Principe de séparation dans le mariage

Si on ne vit pas selon la même foi, si on a pas exercé la même foi à l'origine de sa conversion
et si l'on n’est pas capable de vivre l'un et l'autre dans la même foi, il ne peut pas y avoir
compréhension partagée à l'égard de la vie commune et nécessairement il y aura division.

Une division qu'on ne pourra pas toujours évaluée mais une division qui produira ses mauvais
fruits çà et là dans tout le cheminement de ce foyer.

Vous rencontrez des personnes qui n’exercent pas la foi, des personnes qui sont dans la
liberté, dans l’indifférence, même si elles ont une appartenance religieuse, ce qui ne signifie
rien du tout. Alors vous rencontrez ces personnes, vous leur parlez de l’Evangile, ça les
intéresse un petit peu, ou ça ne les intéresse pas du tout, ou alors ça les rebute. Ça arrive que
lorsque vous parlez de l’Evangile à quelqu’un c’est comme si vous racontez la pire des
choses, vous lui diriez des choses injurieuses que certaines personnes ne seraient pas plus
mécontentes. Ou bien vous avez des personnes avec une petite teinte religieuse, qui se
permettre de plaisanter à tout bout de champ, en tout cas on sent qu’elles n’ont rien dans le
cœur.

Avec une personne comme ça, vous le savez, vous n’avez pas de partage ! vous n’avez pas de
communication ! vous pouvez, et bien sûr c’est ce que Dieu veut, dans le sens de la
miséricorde Il veut que vous paissiez avec patience, par votre témoignage, par votre vie et par
vos paroles sages et inspirées par la foi. Oui mais vous n’avez pas de communication et vous
ne pouvez pas vous comprendre sur tous les hauts sujets de la foi, à plus forte raison dans le
mariage ! il n’y aura pas de partage, il y aura division entre l’esprit de l’un et l’esprit de
l’autre.

Le croyant lui son esprit est éveillé et a une communication avec Dieu, tandis que l’autre, son
esprit est éteint et il ne lui reste plus que l’âme.

Hors le mariage est une union plénière, esprit âme et corps. Mat 19 : 4+.

Le Seigneur veut dire que les deux personnes s’adaptent, se complètent au point de se
comporter comme un seul être, une seule chair ; ayant :

Les mêmes intentions ;


Les mêmes pensées ;

Page 1
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

Les mêmes inspirations ;


La même foi ;

Elles sont unies par l’esprit, l’âme et le corps et se complètent pour se comporter comme une
seule chair, comme un seul être.

Mais rien n’est plus triste qu’une union apparente alors que règne la division des cœurs.

Les affections, mêmes fortes et sincères de l’un envers l’autre ne sont pas suffisantes pour
bâtir un foyer chrétien !!! Et c’est une union égoïste, toute union chrétienne de ce genre ; c.-à-
d. s’appuyant sur les sentiments humains et sincères !

Ep. 5 :32 ce mystère est grand, je dis cela par rapport à christ et à l’Eglise ! l’amour entre
les époux doit être saint et empreint de dévouement. Le rapprochement de l’amour entre les
époux à celui entre Christ et l’Eglise a beaucoup de conséquences. Et les foyers devraient
relire ce passage de Ep.5 :22-33.

Il est nécessaire que l’affection naturelle qui n’a pas encore le caractère de l’amour véritable
soit pénétrée d’un élément divin et surnaturel. Il faut que ce l’affection elle-même qui unit les
deux époux qui soit sanctifiée.

Les époux sont sanctifiés bien entendus et continuent leur sanctification mais il faut que leur
amour, leur affection soit sanctifiée.

Cette élément divin et surnaturel est le dévouement qu’inspire la foi et qui chasse tout
égoïsme. Christ s’est donné pour l’Eglise  tout égoïsme sera exclue. L’ardeur et le charme
qu’on rencontre généralement chez des époux qui se disent s’aimer, cette affection qui a son
charme, et qui peut être fort et même violent dissimule souvent un fond d’égoïsme. Ces
affections immodérées, ces passions, sont des affections égoïstes.

L’affection chrétienne, elle a ceci : elle est magnifique, elle est forte, elle est inépuisable car
elle a pris la forme et la force de l’amour de Dieu. Elle a emprunté à l’amour de Dieu sa forme
et sa force.

Cette affection des époux et les élans auxquels elle donne droit obéissent le plus souvent à
l’entrainement de la nature et il ne faut pas que dans le foyer chrétien cela subsiste. S’il en est
ainsi, ce sera une affection fondée sur la chair. Ce serait une exaltation de sensibilité sans
profondeur et sans constance.

Page 2
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

Il y a donc une grande différence entre une telle affection dans le foyer et l’amour de Jésus
pour son Eglise et il faut que cette différence disparaisse

Jésus n’a en vue que le salut éternel de l’Eglise, et la promotion de cette Eglise à la sainteté. Il
l’a aimée jusqu’à sacrifier sa vie pour elle. C’est dans cet amour désintéressé que les époux
doivent s’aimer. Dans les moments difficiles, ils lutteront ensemble se donnant des avis, des
conseils, ils lèveront ensemble les yeux vers le ciel d’où leur amour est venu. Ce sont les
intérêts éternels de l’âme qui doit être en vue. L’union d’un chrétien et d’une chrétienne doit
être un grand moyen de sanctification et de service de Dieu.

Rapports entre parent – enfants.

Les liens naturels qui unissent parents et enfants ont pour origine, Dieu Lui-même, puis que
Dieu a voulu fonder la famille comme cellule de base nécessaire de la société humaine.

Mais ces liens naturels tels qu’ils apparaissent parmi les hommes nés de chair ont toutes les
déformations que le péché leur inflige principalement l’orgueil et l’égoïsme, qui agissent pour
corrompre ce qui, à l’origine venait de Dieu.

Il y a bien dans toute affection une velléité au dévouement, mais cette velléité ne sait pas
s’exercer pour le seul bien de l’être aimé, aussi bien du côté parent qu’enfants. Et ce
dévouement subit encore la contradiction de l’égoïsme. Dans le monde, tout est
contradiction !

Tous ces liens et le dévouement qui les accompagnent doivent être sanctifiés dans la famille.
C’est dans la famille que cette sanctification doit se faire. Si non où se ferait – elle ?

Exemple ;
Les mères non chrétiennes – parents – prennent soin de leurs enfants, sacrifient tout ou
presque, et quand l’adolescence arrive, ils sont poussés à tout connaitre, tout essayer et cela
leur cause de la souffrance et même le malheur.

Des mères se sont dépensées dans des soins magnifiques peut-on dire pour protéger leurs
enfants. L’enfant petit, l’enfant devenu grand, on le lie par une sorte d’amour, parce que ces
mères diront bien que ce qui les pousse à ces choses, c’est l’amour, l’amour maternel et cet
amour maternel va les pousser vers le mal. On voit même parfois que si jamais le témoignage
de l’évangile se présente, certaines mères farouchement vont empêcher leurs enfants
d’entendre la Bonne Nouvelle, d’aller à quelques réunions, de lire la Bible, tout cela pour

Page 3
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

mieux les livrer au monde. Parce que pour ces mères, leur progéniture doit paraitre dans le
monde, dans la lutte du coude-à-coude dans le monde et gagner des parties. Qu’ils fassent des
places dans le monde, que leur personnalité s’affirme, et ainsi l’amour maternel pour ainsi
l’appeler va livrer les enfants au monde, à la mort.

Nous n’acceptons pas que nos enfants dorment sans connaitre leurs leçons scolaires alors
que nous acceptons et encourageons même nos enfants à se coucher et à se lever sans avoir
parlé à Dieu !

Quels sont les pères et mères qui pensent du bien de leurs enfants selon l’Evangile ? très
souvent les parents pensent aux études à la situation, on les pousse vers les positions,
l’élévation et les gains. Ou alors usent avec eux d’une telle faiblesse, d’un tel désir de les
gâter en tout qu’ils les éloignent de la voie du salut, de la voie du bien, de la voie de la vie.
Voilà quelque chose d’infiniment grave.

L’affection des parents pour les enfants aussi vive soit-elle, pourra donc entraver la bonne et
véritable éducation des enfants selon Dieu ; à moins que cette éducation ne soit transformée et
éclairée par la foi des parents.

Le but de l’éducation c’est le royaume de Dieu, la vie éternelle. Et pour bien éduquer les
enfants il faut que les parents eux-mêmes aient reçu l’éducation de Dieu. Il faut avoir appris à
obéir à Dieu. L’amour des parents pour leurs enfants dans les foyers chrétiens doit être éclairé
par la foi et la connaissance des voies de Dieu. Cet amour aura pour tâche de préparer le règne
de Dieu dans le cœur des enfants et il aura pour conséquence d’engendrer l’Amour de Dieu en
tout premier lieu. « Tu aimeras ton Dieu de tout ton cœur … » premier commandement.

Deut.4 :9  Seulement, prends garde à toi et veille attentivement sur ton âme, tous les jours
de ta vie, de peur que tu n’oublies les événements que tes yeux ont vus, et qu’ils ne
s’éloignent de ton cœur ; fais-les connaître à tes fils et aux fils de tes fils.

Le Saint Esprit commence par te mettre en garde à toi-même d’abord : prends garde… de
peur que tu n’oublies … si ces choses sortent de ton cœur, comment pourras-tu les enseigner ?
les parents doivent donc exercer une vigilance à laquelle Dieu nous convie. Les parents auront
donc à veiller sur les enfants avec beaucoup d’attention car toute inconséquence, toute attitude
ou parole condamnable qui serait de leur fait auront de graves répercussions sur les enfants.
Comme le Christ, les parents auront à se sanctifier pour les enfants.

Page 4
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

Quand Jésus dit qu’il se sanctifie Lui-même pour ses disciples, il ne s’agit pas là d’une simple
parole ou d’un simple fait isolé. Tout au long de sa vie terrestre Christ a veillé à sanctifier sa
nature terrestre pour nous afin que par voie de communication nous puissions recueillir le
fruit de cette sanctification pour nos enfants.

Voilà le mode opératoire de Dieu :

Un homme en lequel Dieu était  Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-
même, sans tenir compte aux hommes de leurs fautes, et il a mis en nous la parole de la
réconciliation. Un homme dans une chair comme la nôtre exceptée la marque du péché, où le
péché n’a jamais pu prendre place, où le péché n’a jamais pu percer. Mais dans cette chair il y
avait toutes les velléités du péché, puisqu’il y avait la mort. Il y avait tout ce qui est provenu
de la chute. Et dans cette nature que le Seigneur Jésus a tout réformé, il a rétabli l’obéissance
à Dieu par une lutte ardue. Jésus a dressé, rééduqué la nature humaine, puisque la nature de
l’homme est tellement loin de ce qu’elle était pour pouvoir entrer dans le royaume de Dieu.

Les parents doivent avoir le modèle de Jésus pour visée : se sanctifier pour leurs enfants et
s’ils le font leurs enfants seront sauvés  c’est une réelle assurance.

Ps. 103 :17  Mais la bienveillance de l’Éternel (dure) d’éternité en éternité pour ceux
qui le craignent, Et sa justice pour les fils de leurs fils.

Proverbes. 20 :7

Proverbes 22 :6

Les parents chrétiens doivent engendrer leurs enfants une seconde fois à la vie nouvelle, et
cela se prépare dès leurs premiers instants de vie. Dieu étant le Grand éducateur des hommes
de foi, soyons donc des imitateurs de Dieu comme le dit Ep. 5 :1.

Le monde

Le monde est fait toujours de choses mauvaises, de choses abominables qui déforment ce que
Dieu a fait. C’est pourquoi il faut faire attention et se laisser guider par la Parole. En effet le
monde sépare l’éducation religieuse de toute autre.

Page 5
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

L’éducation est la préparation du cœur à l’éveil au sens du beau et du bien. C’est une chose
très difficile aujourd’hui et quand elle existe elle est corrompue : musique, esthétique, etc.
l’homme est corrompu.

Le rôle des parents est donc l’éveil au sens du beau et du bien. L’éducation est enfin
l’apprentissage d’un mode de vie répondant aux principes élevés et spirituels de
l’Evangile. Vouloir extraire l’élément spirituel de cette éducation n’aboutira qu’à
paganiser tout simplement et la ravaler au gout de ce monde déchu.

Les parents ont un héritage à transmettre à leurs enfants :

Ou bien ils vont transmettre l’héritage d’Adam la vaine manière de vivre, qui est
devenue de plus en plus vaine avec le modernisme ;
Ou bien ils vont transmettre l’héritage du second Adam  Jésus Christ.

Les parents peuvent transmettre le péché, la perdition très facilement ou bien ils peuvent
transmettre le fruit de la foi victorieuse en Jésus Christ.

Ils ont donné la naissance de chair à leurs enfants ; ils se doivent de les conduire à la
naissance par l’esprit. Ils s’y emploieront par

Leur exemple de chaque instant ;


Leurs prières ;
La réalité de leur crainte à Dieu ;
La réalité de l’exercice soutenu de leur foi.

L’éducation qui vient des parents s’exercera par une série d’actions, de paroles, d’exemples ;
mais devront – ils employer la contrainte ? certainement pas. La correction et l’exhortation
sont nécessaire mais pas la contrainte. Il faut châtier, punir avec la mesure nécessaire mais
certainement pas la contrainte.

Les contraintes consistent à obliger les enfants à prendre des attitudes qu’on juge nécessaire,
qu’on juge comme étant celles de la foi. Et les enfants, par crainte d’une punition ou cédant à
l’autorité des parents adopteront ces attitudes et deviendront de parfait hypocrites.

Non, il faudrait au contraire, qu’en usant de leur propre liberté, pour accomplir la volonté
divine, les parents entrainent leurs enfants à faire de même il faut qu’ils leurs apprennent à
eux aussi à user de leur propre volonté. Les parents se serviront des principes de l’Evangile,
c’est-à-dire les principes qui reposent sur la grâce divine. Il faut l’exemple des parents aient

Page 6
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

une influence sur les enfants. Et cette influence sera certaine si la prière est employée. Et il est
certain que la bénédiction sera là et qu’elle agira elle aussi.

Il s’établira entre les enfants et les parents, une relation spirituelle alliée à la relation du cœur
et, la tendresse des uns pour les autres prendra une force incomparable.

Il y a quelque chose de très grave.

Prenons l’exemple d parents qui n’auraient pas pu donner le bon exemple et auraient laissé
aller leurs à la perdition ! peut-être même auraient – ils travaillé à la perte de ces enfants alors
que s’ils avaient vécu la nouvelle avec persévérance ils verront leurs enfants eux aussi
persévérer par la foi.

Ephésiens 6 :1 - 4 Enfants, obéissez à vos parents [selon le Seigneur], car cela est
juste. « Honore ton père et ta mère — c’est le premier commandement accompagné d’une
promesse. Afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. »  Et vous, pères,
n’irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les avertissant selon le
Seigneur.

Il est certain que l’éducation des enfants comportera une juste sévérité à l’égard de tout ce qui
pourrait infléchir les jeunes cœurs en hors de la voie droite. En cela encore les parents seront
les imitateurs de Dieu.

Toute faiblesse à l’égard des écarts vers le péché serait une terrible cruauté. Exemple
==>Moïse qui reprend Aaron pour avoir été faible devant le peuple d’Israël et faire un veau
d’or.  La mort de 3 000 hommes…

Des parents qui ont la faiblesse d’Aaron, laissant le peuple faire le veau d’or. Des parents
complaisants sont des parents cruels. Ils livrent leurs enfants à leurs mauvais penchants et les
y engagent même quelques fois en fermant les yeux, en voulant ignorer, ou pire, en estimant
que là l’expérience nécessaire de la liberté.

Il arrive aussi que des parents trouvent bon de pousser les enfants à l’orgueil. Heureux de les
voir affirmer leur personnalité, fiers de leurs audaces ; il fait des sottises, il vomit la
méchanceté et on l’admire. Cette orgueil, un jour se retournera contre les parents.

L’éducation chrétienne consistera au contraire à leur apprendre toujours l’humilité et la


modestie. La grande difficulté pour les parents est d’apprendre eux-mêmes la discipline dont

Page 7
POUR UNE FAMILLE CHRETIENNE – DE ROBERT MENPIOT

ils auront à user à l’égard de ces enfants. Il ne faut pas que les parents s’accordent ce qu’ils
refusent aux enfants.

Le temps de l’enfance est celui de l’autorité, de la loi, mais il ne faut pas se passer de la grâce.
Le jeune arbre a juste besoin d’un tuteur qui le maintienne droit dans la bonne direction sans
le blesser. Le tuteur ici est l’action éducative et non le parent. En utilisant la loi l est bon
d’introduire progressivement la grâce. A la base de cette discipline il faudra donc placer la
crainte de Dieu et l’obéissance par l’amour. L’enfant apprendra qu’il n’est pas son maitre, que
sa volonté ne lui sera utile que s’il la soumet à celle de Dieu.

Que l’enfant soit nourri de vérité dans le foyer où il vit et qu’autour de lui le Seigneur soit
obéi avec amour et cet enfant grandira comme Jean Baptiste, comme a grandi le Seigneur
Jésus.

La prospérité familiale

Ps.118 :25  O Éternel, accorde le salut ! O Éternel, donne la prospérité !

Esaïe 45 :7  Je forme la lumière, et je crée les ténèbres, Je donne la prospérité, et je crée
l’adversité ; Moi, l’Éternel, je fais toutes ces choses.

Le mot prospérité

Page 8

Vous aimerez peut-être aussi