Vous êtes sur la page 1sur 37

Table des matières

1 Les Capteurs en Instrumentation Industrielle 3


1.1 La chaine de mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Qu’est ce qu’un capteur ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.1 Le capteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.2 Types de capteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.3 Qualité d’un capteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2.4 Facteurs d’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2.5 Classification capteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3 Exemples de capteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.1 Type de mesurande : grandeur mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.2 Type de mesurande : grandeur thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.3 Type de mesurande : grandeur électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.4 Type de mesurande : grandeur de rayonnement . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3.5 Type de mesurande : grandeur chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

2 Les Détecteurs 11
2.1 Les Détecteurs Mécaniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.1 Type fin de course . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.2 Les détecteurs inductifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.1.3 Avantages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.1.4 Les détecteurs capacitifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 Les détecteurs photoélectriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2.1 Système barrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2.2 Système reflex . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.2.3 Système de proximité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.2.4 Choix des détecteurs photoélectriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.3 Choix des détecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.3.1 Raccordements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

1
2 TABLE DES MATIÈRES

2.3.2 Symbolisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

3 Détecteurs laser 25

4 Détecteurs magnétiques 27

5 Détecteurs à ultrasons 29

6 Pressostats et vacuostats 31

7 Codeurs rotatifs : présentation 33

8 Sondes de température : présentation 35

9 Actions de maintenance associées aux capteurs 37


Chapitre 1

Les Capteurs en Instrumentation


Industrielle

1.1 La chaine de mesure

La chaı̂ne de mesure électronique se compose d’un ensemble de dispositifs comprenant,


entre autres, le capteur et les circuits permettant le conditionnement du signal mesuré pour
une gamme de mesure définie. Nous pouvons considérer deux méthodes de traitement du signal
pour une exploitation satisfaisante de la mesure : la chaı̂ne de mesure analogique et la chaı̂ne
de mesure numérique.

Figure 1.1 – La chaine de mesure

3
4 CHAPITRE 1. LES CAPTEURS EN INSTRUMENTATION INDUSTRIELLE

1.2 Qu’est ce qu’un capteur ?

1.2.1 Le capteur
Élément sensible, souvent nommé élément primaire de la mesure, délivre une variation
électrique obtenue directement (capteur actif) ou indirectement (capteur passif) et est modifié
par la grandeur physique à mesurer.

Figure 1.2 – Capteur et transducteur

La variation des caractéristiques électriques peut être de différents types :


1. résistivité ;
2. électrostatique (constante diélectrique, effet capacitif) ;
3. magnétique (perméabilité magnétique, effet inductif) ;
4. voltaı̈que (tension) ;
5. ampèremétrique (charge ou courant).

Les effets utilisés par un capteur actif, c’est-à-dire un dispositif dont le signal électrique est
obtenu directement lorsque la variation de la grandeur engendre une grandeur électrique, sont :
1. la thermoélectricité, pour la mesure de température, engendre une tension ;
2. la pyroélectricité, pour la mesure de rayonnement optique, engendre un courant ;
3. la photoémission, pour la mesure de rayonnement optique, engendre un courant ;
4. l’effet photovoltaı̈que, pour la mesure de rayonnement optique, engendre une tension ;
5. l’effet photoélectromagnétique, pour la mesure de rayonnement optique, engendre une ten-
sion ;
6. l’effet piézo-électrique, pour la mesure de force, de pression et d’accélération, engendre un
courant ;
7. l’effet d’induction électromagnétique, pour la mesure de vitesse, engendre une tension ;
8. et l’effet Hall, pour la mesure de la position par induction magnétique, engendre une tension ;
1.2. QU’EST CE QU’UN CAPTEUR ? 5

Figure 1.3 – Capteurs actifs

Le transducteur : Ensemble d’éléments incluant un capteur passif qui permet d’obtenir


un signal électrique modifié par la grandeur physique à mesurer. Dans certains cas, ce signal
doit être rendu linéaire et/ou compensé en température. Généralement, pour une variation de
la résistivité du capteur, nous utiliserons un circuit de résistances en pont ; pour les variations
du type magnétique ou capacitif, nous utiliserons un pont d’impédances ou un oscillateur.

Le transmetteur : Un ensemble d’éléments électroniques qui conditionne, amplifie et trans-


met un signal électrique normalisé en fonction de la variation que subit le capteur. En principe,
le signal de sortie est transmis sur une boucle de courant normalisée 4-20mA correspondant
linéairement à la gamme de mesure reproduite.

Le convertisseur courant/pression : Ensemble hybride (électrique et mécanique) qui


permet de relier (interface) un signal électrique 4-20mA à un système pneumatique 3-15psi
(20-100kPa ou 0.2 à 1 bar).

Figure 1.4 – Capteurs passifs

1.2.2 Types de capteurs

On peut distinguer trois types de capteurs :


6 CHAPITRE 1. LES CAPTEURS EN INSTRUMENTATION INDUSTRIELLE

Logique

Le signal émis est un signal tout ou rien TOR, et on le désigne comme un détecteur

Figure 1.5 – Signal TOR

Analogique

Le signal émis est un signal analogique, et on le désigne comme un capteur

Figure 1.6 – Signal Analogique

Numérique

Le signal émis est un signal numérique,incrémental /absolu, et on le désigne comme un


codeur

Figure 1.7 – Signal Numérique

Dans l’exemple ci-dessous,lorsque la vitesse de rotation augmente, la fréquence du signal de


sortie augmente et on obtient que T2 > T1.
1.2. QU’EST CE QU’UN CAPTEUR ? 7

1.2.3 Qualité d’un capteur


Un capteur possède un élément de mesure qui doit posséder les qualités suivantes : - Sensibi-
lité, c’est que peut détecter un capteur. - Fidélité, c’est de donner toujours les mêmes résultats,
pour les mêmes détections - Linéarité, surtout en analogique, les valeurs de sortie sont toujours
proportionnelles aux valeurs d’entrée dans toute l’étendue de la mesure. - L’étendue de mesure,
elle est définie par les valeurs minimale et maximale que peut détecter un capteur.

1.2.4 Facteurs d’environnement


Un capteur subit des influences externes auxquelles il doit résister. Les principaux agents
extérieurs sont : les poussières, l’eau, les chocs, la température ambiante. L’encombrement des
capteurs ainsi que la fixation, font partie des caractéristiques mécaniques des capteurs.

1.2.5 Classification capteurs


Les grandeurs physiques les plus couramment utilisées dans les systèmes techniques sont
classées dans le tableau ci-dessous :

Figure 1.8 – Quelques types de capteurs


8 CHAPITRE 1. LES CAPTEURS EN INSTRUMENTATION INDUSTRIELLE

1.3 Exemples de capteurs

1.3.1 Type de mesurande : grandeur mécanique

Capteur de position

Figure 1.9 – Capteur de position

Figure 1.10 – Capteur de pression


1.3. EXEMPLES DE CAPTEURS 9

1.3.2 Type de mesurande : grandeur thermique


Capteur de température

Figure 1.11 – Capteurs de température

1.3.3 Type de mesurande : grandeur électrique


Mesure de tension / courant

Figure 1.12 – Mesure de tension /courant


10 CHAPITRE 1. LES CAPTEURS EN INSTRUMENTATION INDUSTRIELLE

1.3.4 Type de mesurande : grandeur de rayonnement


Capteurs de radiations

Figure 1.13 – Capteurs de radiations

1.3.5 Type de mesurande : grandeur chimique


Capteurs de gaz

Figure 1.14 – Capteurs de gaz


Chapitre 2

Les Détecteurs

2.1 Les Détecteurs Mécaniques

Pour assurer sa fonction la partie commande doit être renseignée sur l’état de la partie
opérative. Le détecteur est le moyen technologique qui permet d’acquérir l’état du système
dans lequel il est installé.

Le détecteur détecte la grandeur d’entrée à l’aide d’un élément sensible puis convertit l’in-
formation d’entrée en une grandeur de sortie directement traitable par la partie commande

Figure 2.1 – Fonction d’un détecteur

2.1.1 Type fin de course

Les détecteurs mécaniques de position, appelés aussi interrupteurs de position, sont surtout
employés dans les systèmes automatisés pour assurer la fonction détecter les positions. On parle
aussi de détecteurs de présence.

Ils sont réalisés à base de microcontacts placés dans un corps de protection et muni d’un
système de commande ou tête de commande.

11
12 CHAPITRE 2. LES DÉTECTEURS

Figure 2.2 – Exemple de capteur fin de course

Principe de fonctionnement

C’est un commutateur, commandé par le déplacement d’un organe de commande (corps


d’épreuve).
Lorsque le corps d’épreuve est actionné, il ouvre ou ferme un contact électrique.
De nombreux modèles peuvent être associés au corps : tête à mouvement rectiligne, angulaire
ou multidirection associée à différents dispositifs d’attaque (à poussoir, à levier, à tige).

Choix

Le choix de la tête de commande et du dispositif d’attaque peuvent être associés au corps :


tête à mouvement rectiligne, angulaire ou multi direction associée à différents dispositifs d’at-
taque (à poussoir, à levier, à tige, etc.). La tête de commande et le dispositif d’attaque sont
déterminés à partir de :
– forme de l’objet : face plane, forme quelconque, etc.
– la trajectoire de l’objet : frontale, latérale, multidirectionnelle, etc.
– la précision de guidage

Avantages

– sécurité de fonctionnement élevée : fiabilité des contacts et manœuvre positive d’ouverture


– bonne aptitude à commuter les courants faibles, combinée à une grande endurance électrique
– tension d’emploi élevée
– mise en œuvre simple, fonctionnement visualisé
– grande résistance aux ambiances industrielles
– détection de tout objet solide
– facilité d’installation

Inconvénient

– En contact avec le produit à détecter


2.1. LES DÉTECTEURS MÉCANIQUES 13

2.1.2 Les détecteurs inductifs

Les détecteurs de proximité inductifs permettent de détecter sans contact des objets métalliques
à une distance de 0 à 60 mm.
Ils se retrouvent dans des applications très variées telles que la détection de position des
pièces de machines, le comptage de présence d’objets métalliques, ...

Principe de fonctionnement

Un détecteur inductif détecte exclusivement les objets métalliques. Il est essentiellement


composé d’un oscillateur dont les bobinages constituent la face sensible.
Les capteurs inductifs produisent à l’extrémité de leur tête de détection un champ magnétique
oscillant. Ce champ est généré par une inductance et un condensateur montés en parallèle.
Lorsqu’un corps conducteur métallique est placé dans ce champ, des courants de Foucault
prennent naissance dans la masse du métal ; il y a perturbation de ce champ qui entraı̂ne une
réduction de l’amplitude des oscillations au fur et à mesure de l’approche de l’objet métallique,
jusqu’à blocage complet.
Cette variation est exploitée par un amplificateur qui délivre un signal de sortie, le capteur
commute.

2.1.3 Avantages
– pas de contact physique avec l’objet détecté : possibilité de détecter des objets fragiles,
fraı̂chement peints
– pas d’usure, durée de vie indépendante du nombre de manœuvres
– détecteur statique, pas de pièces en mouvement
– produit entièrement encapsulé dans la résine (étanche)
– très bonne tenue à l’environnement industriel (atmosphère polluante)

2.1.4 Les détecteurs capacitifs

Cette technologie permet la détection de tous les types de matériaux conducteurs et isolants
tels que verre, huile, bois, plastique, etc.

Principe de fonctionnement

Les détecteurs de proximité capacitifs sont conçus pour fonctionner par création d’un champ
électrostatique et par détection des modifications de ce champ créées par une cible approchant
de la face de détection.
14 CHAPITRE 2. LES DÉTECTEURS

Ce type de détecteur est recommandé quand :


– Les distances de détection sont relativement faibles.
– On doit effectuer la détection d’un matériau non conducteur à travers une paroi elle-même
non conductrice (exemple : détection de verre à travers un emballage en carton).

Avantages

– pas de contact physique avec l’objet détecté : possibilité de détecter des objets fragiles,
fraı̂chement peints
– pas d’usure, durée de vie indépendante du nombre de manœuvres
– détecteur statique, pas de pièces en mouvement
– produit entièrement encapsulé dans la résine (étanche)
– très bonne tenue à l’environnement industriel (atmosphère polluante)

2.2 Les détecteurs photoélectriques


Ces détecteurs utilisent un faisceau de lumière pour détecter les objets. Ils sont constitués
d’un émetteur (E) de lumière infrarouge (IR) et d’un récepteur (R) sensible à la lumière IR
Avantages
– pas de contact physique avec l’objet détecté
– détection d’objets de toutes formes et de matériaux de toutes natures
– détection à très grande distance
– Détections tout objet dépend de l’opacité et de la réflection de l’objet
– Portée de détection jusqu’à plusieurs mètres
– dépend du système employé

2.2.1 Système barrage

L’émetteur et le récepteur sont séparés et alignés. L’objet qui coupe le faisceau est détecté.
C’est le système qui autorise les plus longues portées, jusqu’à 30 m pour certains modèles. Le
faisceau est émis en infrarouge.

A l’exception des objets transparents qui ne bloquent pas le faisceau lumineux, il peut
détecter des objets de toutes natures (opaques, réfléchissants ...).
Ils sont de ce fait particulièrement bien adaptés aux environnements pollués (fumées, poussières,
emplacements soumis aux intempéries, etc.). L’alignement entre émetteur et récepteur doit être
réalisé avec soin.
2.2. LES DÉTECTEURS PHOTOÉLECTRIQUES 15

Figure 2.3 – Système barrage

2.2.2 Système reflex

L’émetteur et le récepteur sont dans le même boı̂tier, le faisceau est réfléchi par un réflecteur.
L’objet qui coupe le faisceau est détecté
En l’absence de cible, le faisceau émis en infrarouge par l’émetteur est renvoyé sur le
récepteur par un réflecteur. Celui-ci est constitué d’une multitude de trièdres tri-rectangles
à réflexion totale et dont la propriété est de renvoyer tout rayon lumineux incident dans la
même direction. La détection est réalisée lorsque la cible bloque le faisceau entre l’émetteur et
le réflecteur.
La portée nominale d’un détecteur photoélectrique reflex est de l’ordre de deux à trois fois
inférieure à celle d’un système barrage.

Figure 2.4 – Système reflex

Remarque : C’est un système qui n’est pas adapté pour la détection d’objets réfléchissants
qui pourraient renvoyer une quantité plus ou moins importante de la lumière sur le récepteur.

2.2.3 Système de proximité

Comme pour le système reflex, émetteur et récepteur sont regroupés dans un même boı̂tier.
Le faisceau lumineux, émis en infrarouge, est renvoyé vers le récepteur par tout objet suffisam-
ment réfléchissant qui pénètre dans la zone de détection. La portée d’un système proximité est
inférieure à celle d’un système reflex. Pour cette raison, son utilisation en environnement pollué
est déconseillée.
Cette portée dépend :
- de la couleur de la cible et de son pouvoir réfléchissant (un objet de couleur claire est
détecté à une distance plus grande qu’un objet de couleur sombre),
- des dimensions de la cible (la portée diminue avec les dimensions).
16 CHAPITRE 2. LES DÉTECTEURS

Les portées nominales annoncées sont définies à l’aide d’un écran blanc de dimensions 20 x
20 cm.
Remarque : Les détecteurs proximité sont souvent équipés d’un potentiomètre de réglage
de la sensibilité. Pour une distance donnée cible/émetteur, la détection d’une cible moins
réfléchissante nécessite d’augmenter la sensibilité.
Ceci peut entraı̂ner une détection de l’arrière-plan si celui-ci est plus réfléchissant que la
cible.
L’emploi d’un système proximité avec effacement de l’arrière-plan assure dans ce cas la
détection de la cible seule.

Figure 2.5 – Système de proximité

2.2.4 Choix des détecteurs photoélectriques


Le principaux critères de choix :
– Le type de détection
– La portée
– la tension d’alimentation
– la forme du boı̂tier
– la charge à commander
– le raccordement (de 2 à 5 fils)
2.2. LES DÉTECTEURS PHOTOÉLECTRIQUES 17

les fonctions complémentaires (fonction claire ou sombre,temporisation, sortie d’alarme, ...)

Figure 2.6 – Choix des détecteurs photoélectrique


18 CHAPITRE 2. LES DÉTECTEURS

2.3 Choix des détecteurs


On détermine la référence d’un détecteur en tenant compte généralement de :
– les conditions d’exploitation, caractérisées par la fréquence de manœuvres, la nature, la
masse et la vitesse du mobile à contrôler, la précision et la fidélité exigées,
– ou encore l’effort nécessaire pour actionner le contact
– la nature de l’ambiance, humide, poussiéreuse, corrosive, ainsi que la température
– le niveau de protection recherché contre les chocs, les projections de liquides
– le nombre de cycles de manœuvres
– la nature du circuit électrique
– le nombre et la nature des contacts
– la place disponible pour loger, fixer et régler l’appareil

Figure 2.7 – Choix d’un détecteur

Déterminer la famille de détecteur adaptée à l’application (en s’aidant d’un organigramme


de choix) Trouver la référence du détecteur qui convient dans la famille choisie précédemment
en tenant compte de :
– les conditions d’exploitation, caractérisées par la fréquence de manœuvres, la nature, la
masse et la vitesse du mobile à contrôler, la précision et la fidélité exigées,
– ou encore l’effort nécessaire pour actionner le contact
– la nature de l’ambiance, humide, poussiéreuse, corrosive, ainsi que la température
2.3. CHOIX DES DÉTECTEURS 19

– le niveau de protection recherché contre les chocs, les projections de liquides


– le nombre de cycles de manœuvres
– la nature du circuit électrique
– le nombre et la nature des contacts
– la place disponible pour loger, fixer et régler l’appareil

2.3.1 Raccordements

Raccordement d’un contact sec (2 fils)

Ce type de détecteur comporte généralement 2 contacts électriques (un Normalement Ou-


vert (NO) et un Normalement Fermé (NF)). Ils peuvent être utilisés sous différentes tensions
(inférieure à la tension maximum admissible) et ne sont pas polarisés.

Figure 2.8 – Raccordement d’un contact sec (2 fils)

Il est souple d’utilisation mais subit l’usure des contacts électriques.

Raccordement d’un détecteur 2 fils (électronique)

Ce type de détecteur comporte un circuit électronique qui commande une ou plusieurs sorties
statiques. Il existe des détecteurs pour tension continue, d’autres pour tension alternative mais
on rencontre aussi des détecteurs qui se branchent indifféremment sur une tension alternative ou
continue. Malgré la nécessité d’alimenter en énergie le circuit électronique, ce type de détecteur
ne comporte que deux fils. Il est souple d’utilisation puisqu’il se connecte comme un détecteur
à contacts secs. Il est pratiquement inusable car il ne comporte pas de contacts électriques
mobiles. Il est utilisé lorsqu’il n’y a pas nécessité d’une grande fréquence de commutation.
Dans le cas contraire, on préférera un détecteur 3 fils.

Raccordement d’un détecteur 3 fils

Ce type de détecteur comporte un circuit électronique qui commande une ou plusieurs


sorties statiques. S’il ne comporte qu’une seule sortie statique, c’est un détecteur 3 fils sinon ça
sera un 4 ou 5 fils (2 sorties statiques). Il fonctionne uniquement en tension continue. Il peut
être de polarité PNP ou NPN. Il est pratiquement inusable car il ne comporte pas de contacts
20 CHAPITRE 2. LES DÉTECTEURS

Figure 2.9 – Raccordement d’un détecteur 2 fils (électronique)

électriques mobiles. Il est utilisé lorsqu’il y a nécessité d’une grande fréquence de commutation.
L’entrée automate et le détecteur doivent être du même type PNP ou NPN.

Figure 2.10 – Raccordement d’un détecteur 3 fils

Sortie PNP / Sortie NPN

Les détecteurs ou capteurs peuvent être équipés de sorties type PNP et NPN, technique 3
fils, alimentation 30VDC : type PNP : commutation sur la charge du potentiel positif,
type NPN : commutation sur la charge du potentiel négatif. Ces sorties sont typiques des
détecteurs photo électriques ou inductifs.

Sortie PNP

La charge (bobine de relais, entrée de contacteur auxiliaire, entrée automate) est à installer
entre le - et le point milieu.
Sortie NPN
La charge est à installer entre le + et le point milieu.
2.3. CHOIX DES DÉTECTEURS 21

Figure 2.11 – Sortie PNP

Figure 2.12 – Sortie NPN

Exemple de raccordement

Pour comprendre le branchement, on comparera le détecteur à un contact électrique

Figure 2.13 – Exemple de raccordement

Comment choisir une technologie

Figure 2.14 – Choix d’une technologie - Exercice


22 CHAPITRE 2. LES DÉTECTEURS

Figure 2.15 – Choix d’une technologie - Solution

2.3.2 Symbolisation
La norme NF E 04-203 définit la représentation symbolique des régulations, mesures et
automatisme des processus industriels. Les instruments utilisés sont représentés par des cercles
entourant des lettres définissant la grandeur physique réglée et leur (s) fonction (s). La première
lettre définie la grandeur physique réglée, les suivantes la fonction des instruments (tab. 5 et
fig. 15). Un exemple de schéma complet est fourni sur la figure 16.

Grandeur réglée Lettre Fonction Lettre


Pression P Indicateur I
Température T Transmetteur T
Niveau L Enregistreur R
Débit F Régulateur C
Analyse A Capteur E

Figure 2.16 – Schéma TI - Représentation de l’instrumentation


2.3. CHOIX DES DÉTECTEURS 23

Figure 2.17 – Régulation de niveau dans le ballon avec correction de tendance


24 CHAPITRE 2. LES DÉTECTEURS
Chapitre 3

Détecteurs laser

Émission de lumière, Laser à diodes, Risques liés aux lasers, Détecteur laser et reflex, laser
barrage laser proximité

25
26 CHAPITRE 3. DÉTECTEURS LASER
Chapitre 4

Détecteurs magnétiques

Interrupteur à lame souple, Détecteur magnéto-inductif

27
28 CHAPITRE 4. DÉTECTEURS MAGNÉTIQUES
Chapitre 5

Détecteurs à ultrasons

Propriétés du son, Systèmes de base, Mise en œuvre et réglage

29
30 CHAPITRE 5. DÉTECTEURS À ULTRASONS
Chapitre 6

Pressostats et vacuostats

Mesure de pression, fonctions, Fonctionnement, réglage de seuils

31
32 CHAPITRE 6. PRESSOSTATS ET VACUOSTATS
Chapitre 7

Codeurs rotatifs : présentation

Codeur incrémental, Codeur absolu, Accouplement mécanique

33
34 CHAPITRE 7. CODEURS ROTATIFS : PRÉSENTATION
Chapitre 8

Sondes de température : présentation

Échelles de température, Thermométrie à résistance, Implantation mécanique, Raccorde-


ment électrique, Thermocouples

35
36 CHAPITRE 8. SONDES DE TEMPÉRATURE : PRÉSENTATION
Chapitre 9

Actions de maintenance associées aux


capteurs

Maintenance préventive systématique, Maintenance corrective, Exploitation des signaux

37

Vous aimerez peut-être aussi