Vous êtes sur la page 1sur 49

MASTER STAPS

ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE POUR LA SANTE

ANNÉE UNIVERSITAIRE 2020-2021

MEMOIRE

TITRE : IMPACT D’UN PROGRAMME MULTIVARIÉ SUR LA CONDITION


PHYSIQUE ET L’AUTONOMIE DE LA PERSONNE ÂGÉE SUITE À LA PANDÉMIE
DE COVID-19.

PRÉSENTE PAR : LOIRE MAXENCE

SOUS LA DIRECTION DE : MUCCI PATRICK

SOUTENU LE 21 / 06 / 2021

DEVANT LE JURY :
MUCCI PATRICK

A.P.A.S. ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE POUR LA SANTE APAS 2021

1
Sommaire
1. Introduction....................................................................................................................................6
2. Revue de littérature........................................................................................................................8
2.1. Les effets du vieillissement sur la santé..................................................................................8
2.2. La Covid-19 et ses effets sur la personne âgée.....................................................................12
2.3. Effets d’un entraînement sur les différentes fonctions de la CP...........................................14
2.3.1. Effets bénéfiques de l’AP sur la fonction locomotrice..................................................14
2.3.2. Effets de l’AP sur les fonctions cognitives.....................................................................15
2.3.3. Effets de l’AP sur l’aptitude aérobie..............................................................................16
2.3.4. Effets de l’AP sur les capacités d’équilibration..............................................................17
2.4. Problématique et objectif du travail de stage.......................................................................18
3. Intervention en tant que cadre.....................................................................................................19
3.1. Présentation de la structure.................................................................................................19
3.2. Recommandations de la littérature scientifique...................................................................20
3.3. Recommandations de l’OMS................................................................................................21
3.4. Le cycle d’APA mis en place à l’EHPAD Delaby.....................................................................21
3.5. Autres apports et innovations dans la structure...................................................................23
3.6. Projet à court-terme.............................................................................................................25
3.7. Projet à moyen terme...........................................................................................................26
3.8. Projet à long terme...............................................................................................................26
4. Matériels et méthodes.................................................................................................................26
4.1. Population............................................................................................................................26
4.2. Les évaluations.....................................................................................................................27
4.2.1. Le test de 5 mètres marche..........................................................................................28
4.2.2. Le test assis/debout ou 30-s Chair-Stand Test..............................................................29
4.2.3. Le test de flexion de bras ou Arm-Curl test...................................................................29
4.2.4. Mesure de la force de préhension des mains...............................................................30
4.2.5. Le Timed up and go test ou TUG...................................................................................31
4.2.6. Flexibilité du tronc ou Chair sit-and-reach....................................................................32
4.2.7. Mini-Mental State Examination ou MMSE....................................................................32
4.3. Statistiques utilisées.............................................................................................................33
5. Résultats.......................................................................................................................................33
5.1. Evaluation du test fonctionnel 5 mètres marche..................................................................33
5.2. Evaluation du 30-s Chair Stand test......................................................................................34
5.3. Evaluation du Arm-curl test..................................................................................................35
5.4. Evaluation de la force de préhension...................................................................................35

2
5.5. Evaluation de l’équilibre.......................................................................................................36
5.6. Evaluation de la flexibilité.....................................................................................................36
5.7. Evaluation de la mémoire.....................................................................................................37
6. Discussion.....................................................................................................................................37
7. Limites du protocole.....................................................................................................................40
8. Conclusion....................................................................................................................................41
Références bibliographiques................................................................................................................42
Résumé.................................................................................................................................................48

3
Remerciements
Je tiens à remercier toute l’équipe pédagogique de la Faculté des Sciences du Sport et de
l’Education Physique de l’Université de Lille de la formation du Master Activités physique
Adaptée et santé pour les enseignements dispensés au cours de cette année.

Je remercie particulièrement les personnes suivantes pour les connaissances et conseils


qu’elles m’ont apporté :

Monsieur Mucci Patrick pour la direction de ce mémoire, pour le temps qu’il m’a accordé et
ses précieux conseils durant la réalisation de ce travail.

Mademoiselle Wilkowski Florine, enseignante en APA au sein du centre de rééducation les


Hautois de Oignies, ma tutrice de stage pour sa disponibilité, son écoute, pour avoir su
répondre à mes interrogations et me donner des informations nécessaires à l’élaboration de
ce mémoire.

Je tiens également à remercier Madame Griboval Gaelle, directrice de l’EHPAD Denise


Delaby à Liévin pour m’avoir laisser mettre en place mon projet d’étude au sein de sa
structure ainsi que de son écoute tout au long de cette expérience.

Je voudrais terminer par l’ensemble de l’équipe travaillant à l’EHPAD Denise Delaby pour son
accueil, sa disponibilité, son écoute et son aide.

Toutes ces personnes ont contribué, par leur disponibilité et leur patience et leurs conseils à
rendre la rédaction de ce mémoire enrichissante.

4
Lexique
AHNAC : Association Hospitalière Nord Artois Clinique
AP : Activité physique
APA : Activité Physique Adaptée
ARS : Agence Régionale de la Santé
CP : Condition Physique
EHPAD : Etablissement d’Hébergement pour Personne Agée Dépendante
EMS : Etablissement Médico-Social
FC : Fréquence Cardiaque
INSEE : Institut Nationale de la Statistique et des Etudes Economiques
MMSE : Mini-Mental State Examination
O2 : Oxygène
OMS : Organisation Mondiale de la santé
PaO2 : Pression Partielle en Oxygène
QC : Débit Cardiaque
SFT : Senior Fitness Test
SN : Système Nerveux
SNA : Système Nerveux Autonome
UFOLEP : Union Française des Œuvres Laïques d’Education Physique
UVA : Unité de Vie Alzheimer
TUG : Timed Up & Go test
VO2 : Consommation d’Oxygène
VES : Volume d’Ejection Systolique

5
1. Introduction
Le vieillissement de la population s’accentue d’année en année et la France n’échappe pas à
ce phénomène. Selon les prédictions de l’Institut National de la Statistique et des Etudes
Economiques (INSEE), en 2070, la France dénombrera 76,4 millions d’habitants. Toujours
selon l’INSEE, les personnes âgées d’au moins 65 ans représentent 20,5 % de la population
française. Ce vieillissement de la population s’accentue depuis 2011 et continuera à
s’accentuer, avec notamment l’arrivée des générations nées après-guerre mais aussi celles
issues du baby-boom avec l’augmentation de l’espérance de vie.

Figure 1 : Pyramide des âges de la population française en 2070 (INSEE)

Ainsi, la part de personnes âgées dans la population augmentera indubitablement. Une


population que l’on sait fragile, avec des comorbidités éventuelles et peu armée face aux
enjeux épidémiologiques de la deuxième moitié du XXIème siècle. Ces derniers sont
déterminants pour nos sociétés actuelles, qui font face à la pandémie de Covid-19. Cette

6
crise sanitaire mondiale touche toutes les tranches d’âges de la population et notamment les
personnes âgées avec des complications plus ou moins graves.

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement, plus de 142,1 millions de personnes
ont été infectées par la Covid-19, dont 5,3 millions en France pour 101 180 décès. Plus de 24
480 décès ont été recensés dans les Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées
Dépendantes (EHPAD) et Etablissement Médico-Social (EMS). En effet, 92% des décès
concernent les personnes de plus de 65 ans. La pandémie de Covid-19 met à mal nos
sociétés, et des mesures ont dû être mises en place. C'est ainsi que la France a déjà connu
trois confinements dont les impacts et effets sur la population ne sont pas encore
totalement connus.

Face à cette pandémie, le gouvernement a alors pris la décision d’instaurer un confinement


généralisé et un isolement des personnes contaminées ayant des répercussions sur la santé
physique et mentale des individus. En plus de ces problèmes psychologiques et sociaux, les
opportunités de pratiquer une activité physique se réduisent et représentent une contrainte
supplémentaire pour la santé sur le long terme.

L’efficacité de programmes d’activités physiques adaptées (APA) est bien établie. Une
participation collective a été associée à une meilleure qualité de vie, davantage de masse
musculaire, d’équilibre, de cognition ainsi qu’une diminution des comorbidités et
d’incapacités. L’activité physique a un impact positif sur la santé et la qualité de vie des
personnes âgées. Elle permet également une réduction des déficiences fonctionnelles et
cognitives, des chutes et des risques de fracture, de dépression, d’invalidité, des risques de
syndromes gériatriques, du taux d’hospitalisation et finalement de mortalité [43]. Plusieurs
études ont démontré les bénéfices d’un exercice physique en réduisant le risque de
nombreux effets indésirables comme la fragilité [5], le nombre de chutes [7], la diminution
de la santé mentale [18], la baisse de la fonction cardiaque et pulmonaire mais également la
baisse de la fonction physique comme l’équilibre, la marche, la mobilité, la faible puissance
musculaire et les capacités fonctionnelles [7]. Ces éléments montrent qu’une approche
multidimensionnelle de l’activité physique est entièrement recommandée à la fois chez les
personnes âgées en bonne santé et chez les personnes âgées atteintes de maladies
chroniques ou de handicaps [22].

7
Ces recherches laissent donc à penser qu’un entraînement combinant plusieurs paramètres
de la condition physique permettrait une amélioration de celle-ci tout en maintenant une
certaine autonomie chez la personne âgée. Les effets de ces entraînements ont été
démontré par la littérature scientifique [16]. De plus, la pandémie de Covid-19 a eu des
effets néfastes sur la santé physique et mentale des personnes âgées. C’est pourquoi,
j’aimerai mettre en place un protocole combinant aérobie, renforcement musculaire, travail
de l’équilibre et de la mémoire tout en créant du lien social par des activités individuelles et
collectives.

2. Revue de littérature
2.1. Les effets du vieillissement sur la santé
Le vieillissement est défini par l’ensemble des processus physiologiques et psychologiques
qui modifient après la phase de maturité, la structure et les fonctions de l’organisme d’un
être vivant sous l’action du temps [15]. Le vieillissement est la résultante de facteurs
génétiques (intrinsèques) et de facteurs environnementaux (extrinsèques), auxquels
peuvent s’additionner différentes pathologies.

Ce processus est caractérisé pour être progressif, universel et classiquement inéluctable et


irréversible. Cependant, il faut nuancer ces deux derniers points. Pour certains aspects du
vieillissement, cela est modulable notamment avec la longévité de la pratique d’une activité
physique. Celle-ci peut permettre de maintenir voire d’améliorer certaines fonctions comme
par exemple, la composante cardiorespiratoire ou la composante musculaire [7].

Le vieillissement rapide de la population, en particulier dans les pays développés et


l’accroissement de l’espérance de vie ont entraîné une prise de conscience de l’importance
de ce phénomène. La nécessité de mieux appréhender les mécanismes du vieillissement est
devenue une urgence de santé publique. Le fait de « vieillir » est encore mal perçu dans nos
sociétés actuelles. Pour la plupart de la population, de nombreuses fausses idées persistent
sur les conséquences du vieillissement sur le corps humain. Les manifestations de certaines
maladies fréquentes chez les personnes âgées sont souvent confondues avec les effets du
vieillissement, alors qu’elles ne sont qu’ajoutées aux facteurs génétiques et
environnementaux. Plusieurs trajectoires peuvent être prises et amènent à des différences
importantes chez les personnes âgées. En effet, les travaux de Rowe et Kahn en 1997 ont
8
permis de mieux différencier les effets du vieillissement physiologique des effets des
maladies fréquentes chez les individus âgés. Ils ont mis en évidence trois types de
vieillissement [47] :

 Le vieillissement dit « pathologique », marqué par de nombreux facteurs de risque et


des pathologies et/ou des incapacités développées très tôt. On retrouve notamment
des affections cardiovasculaires, démences, dépression, troubles de la marche,
troubles sensoriels… Une dénutrition est fréquemment associée à ces facteurs
expliquant le phénomène de polypathologie chez la personne âgée.
 Le vieillissement usuel et habituel dit « normal », c’est-à-dire sans pathologie mais
avec le risque d’en développer notamment avec des atteintes définies comme
physiologiques, liées à l’âge et de certaines fonctions ou organes.
 Le vieillissement dit « réussi », avec maintien des capacités fonctionnelles ou atteinte
très modérée de celles-ci et une absence de pathologie. Cette catégorie concernerait
12 à 58 % de la population âgée [37].

Les conséquences du vieillissement peuvent être très importantes chez certains individus
âgés et être absentes voire minimes chez d’autres individus du même âge. L’altération d’une
fonction ou d’un organe, varie d’un individu à l’autre (vieillissement inter-individuel). La
population âgée est par conséquente, caractérisée par une grande hétérogénéité.

Le vieillissement s’accompagne également d’une diminution des capacités fonctionnelles de


l’organisme. Cette diminution jouant un rôle sur la condition physique (CP) et l’autonomie de
la personne vieillissante. La condition physique est la capacité à accomplir une AP, et fait
référence à des qualités physiologiques et psychologiques. Elle peut être considérée comme
une mesure intégrée de la plupart des fonctions de l’organisme, impliqués dans la réalisation
d’une activité physique ou sportive. C’est un ensemble d’attributs qui ont la capacité de
répondre favorablement à un effort. Ces attributs sont liés à la santé (composition
corporelle, endurance cardiorespiratoire, force…) ou aux aptitudes (puissance, agilité,
équilibre…) [9]. La CP est considérée à ce jour comme l’un des marqueurs de santé
important. Cette dernière a été défini lors d’une constitution de l’OMS qui s’est déroulée en
1946. Elle est définie comme un état complet de bien-être physique, mental et social, et ne
consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.

9
Ainsi, évaluer la condition physique des personnes âgées permet de vérifier l’état
fonctionnel des systèmes impliqués, et qui en parallèle, sont impactés par le processus de
vieillissement.

 Effet du vieillissement sur le système nerveux (SN)

De nombreuses modifications neuropathologiques et neurobiologiques du SN ont été citées


au cours du processus de vieillissement, notamment la diminution de neurones corticaux,
une substance blanche qui se fait plus rare et une diminution de certains
neurotransmetteurs intracérébraux. Il est également caractérisé par une augmentation des
temps de réaction et par une diminution modérée des performances lors d’apprentissage
d’informations nouvelles. En revanche, les fonctions motrices et sensitives centrales sont
peu modifiées par le vieillissement [28].

L’augmentation des temps de conduction des nerfs périphériques est la conséquence d’une
diminution de fibres fonctionnelles conduisant à une diminution de la sensibilité
proprioceptive et favorisant l’instabilité posturale.

Le vieillissement du système nerveux autonome (SNA) se caractérise par une augmentation


des catécholamines associée à une réduction des réponses sympathiques en raison d’une
diminution de sensibilité des récepteurs aux catécholamines. Par exemple, la tachycardie
induite par l’effort est moins marquée chez le sujet âgé que chez un sujet plus jeune.

 Effets sur les systèmes cardiovasculaire et respiratoire

Les altérations du système cardiocirculatoire jouent un rôle déterminant dans la baisse des
capacités fonctionnelles des personnes âgées. Lors de l’avancée en âge, une diminution de la
fréquence cardiaque maximale (FCmax) et du volume d’éjection systolique (VESmax) est
constatée. La baisse de la FCmax est expliquée par une désensibilisation du myocarde aux
catécholamines alors que la réduction du VESmax est liée quant à elle à un muscle cardiaque
moins puissant. Ces modifications ont donc pour conséquence une diminution du débit
cardiaque maximal (Qcmax) avec une augmentation de la résistance vasculaire périphérique et
la pression artérielle systolique (PAS) de repos. La modification de la composition corporelle
liée au vieillissement impacte également cette décroissance de la capacité aérobie par une
baisse de l’extraction de l’oxygène [31]. Les capacités oxydatives musculaires diminuent en
raison d’une baisse du volume et du nombre de mitochondries au niveau des muscles
10
squelettiques. En effet, la perte de masse musculaire ainsi que du tissu musculaire défavorise
cette captation de l’oxygène [31]. L’altération du réseau capillaire musculaire provoque une
réduction de la différence artério-veineuse [41].

Le système respiratoire est également touché par le vieillissement. La diminution de la


compliance pulmonaire, de la compliance thoracique et la diminution de volume des
muscles respiratoires témoignent de la réduction de la capacité ventilatoire chez la personne
âgée. Ceci est expliquée par une augmentation du volume résiduel et une réduction du
calibre des bronches distales diminuant les débits expiratoires. Par ailleurs, la capacité de
diffusion de l’oxygène et la pression partielle en oxygène du sang artériel (PaO 2) diminue
progressivement avec l’âge.

 Effet du vieillissement sur l’appareil locomoteur

Le phénomène de sarcopénie est observé au cours du vieillissement. Un groupe de travail


européen a travaillé sur une définition consensuelle de la sarcopénie. Pour eux, elle se
définit par diminution de la masse et de la force musculaire, associées à une baisse des
performances physiques [13]. Elle serait la conséquence d’une diminution du nombre et de
la taille de fibres principalement de type II (10 % à partir de 50 ans). Par décennie, la force
musculaire décline de 10 à 15 % jusqu’à 80 ans puis de 30 % par la suite. Selon Angulo et al.
2016, plusieurs facteurs sont impliqués dans cette perte de masse musculaire, notamment
l’absence d’activité physique et la sédentarité [2]. Selon le ministère de la solidarité et de la
santé, l’inactivité physique est définie comme un niveau insuffisant d’AP d’intensité modérée
à élevée, c’est-à-dire à un niveau inférieur à un seuil d’activité recommandé. La sédentarité
quant à elle, est définie comme un état d’éveil caractérisée par un faible dépense
énergétique en position assise ou allongée. Ces facteurs aggravent le phénomène de
sarcopénie lié au vieillissement.

L’avancée en âge constitue aussi un des principaux facteurs de risque de l’arthrose. En effet,
on observe une atteinte au niveau du cartilage, caractérisée essentiellement par une
diminution de son contenu en eau, une réduction du nombre de chondrocytes (cellules
formant le cartilage). Ces modifications génèrent un amincissement du cartilage ainsi qu’une
altération de ses propriétés mécaniques provoquant une fragilité de celui-ci, par l’existence
d’excroissances osseuses ou ostéophytes [15].

11
Les os sont également impactés par le vieillissement. Notamment par une diminution de la
résistance mécanique ainsi que par l’ostéopénie. Cette dernière est caractérisée par une
diminution de la densité minérale osseuse et est précurseur de l’ostéoporose. L’HAS a défini
l’ostéoporose comme étant une maladie diffuse du squelette caractérisée par une faible
masse osseuse et une détérioration de la micro-architecture du tissu osseux, responsables
d’une fragilité osseuse.

 Effet du vieillissement sur les organes des sens et la fonction d’équilibration

Le processus de vieillissement impacte également les organes des sens et par conséquence
la fonction d’équilibration.

Le vieillissement oculaire débute dès l’enfance mais les répercussions fonctionnelles


apparaissent plus tard, notamment avec une réduction de l’accommodation (presbytie)
gênant la lecture de près. L’opacification du cristallin est aussi une cause du vieillissement
oculaire, retentissant sur la vision (cataracte).

La perte progressive de l’audition portant principalement sur les sons aigus est
généralement constatée dans le vieillissement de l’appareil cochléo-vestibulaire.

La sensibilité proprioceptive qui intervient dans la perception consciente du mouvement et


l’appréciation des positions relatives du corps subit également les assauts du temps. En
effet, on constate que le tact plantaire et l’ajustement approprié des muscles posturaux est
moins efficace expliqué par une déficience des capteurs somesthésiques et par les
pathologies que rencontrent les personnes âgées [15].

Les effets du vieillissement sur l’organisme et les capacités fonctionnelles sont nombreux et
multifactoriels. Les conséquences de ces dégradations peuvent être graves, pouvant
entraîner l’individu âgé dans une spirale de déconditionnement et d’isolement social. Ce
phénomène étant intensifié par le contexte sanitaire mondiale avec la pandémie de Covid-19
qui sévit actuellement.

12
2.2. La Covid-19 et ses effets sur la personne âgée
La Covid-19 est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des
coronavirus, identifiée sous l’appellation SARS Cov-2. Elle survient chez des personnes de
tout âge. Les premiers cas ont été déclarés en Chine dans la province de Wuhan en
décembre 2019. Au cours des derniers mois, le SARS Cov-2 s’est propagé dans le monde
entier évoluant vers une pandémie atteignant ainsi la France [34]. L’infection causée par la
Covid-19 peut aller de légers symptômes à de graves complications entraînant la mort.
L’essoufflement et l’atteinte pulmonaire sont rapportés chez 14 % des patients dont 5 %
d’entre eux développent une maladie grave associée. La fatalité des cas dépend de la
démographie du pays ou de la région, de l’âge, de la maladie et des comorbidités [56]. Les
personnes âgées sont plus susceptibles de développer une maladie grave
proportionnellement avec l’avancée en âge.

Ces dernières semblent présenter des formes particulières de Covid-19 indépendamment


des signes respiratoires classiques. On peut observer des signes digestifs avec notamment la
présence de diarrhée, une forte fièvre accompagnée de maux de têtes, un état confusionnel
avec des risque de chutes ou encore des variations de pression artérielle.

Pour faire face à cette situation sanitaire, le gouvernement français a pris de nombreuses
mesures dont certaines ont nui aux personnes âgées. En effet, l’isolement social provoqué
par les confinements successifs est un grave problème de santé publique en raison des
risques d’affections cardiovasculaires, auto-immunes, neurocognitives et mentales [21].
Santini et al. (2020) ont récemment démontré que la déconnexion sociale expose les
personnes âgées à un risque accru de dépression et d’anxiété [49]. De plus, l’isolement social
et la solitude ont été associés à une prévalence accrue de maladies cardiovasculaires,
neurologiques et d’une mortalité prématurée [23]. L’exclusion sociale est également
corrélée de manière significative à des risques plus élevés de troubles cognitifs, ce qui
augmente le risque de démence avec notamment la maladie d’Alzheimer et accélère sa
progression [20]. La détresse émotionnelle provoquée par ces confinements est un autre
facteur de risque de décès prématuré, car l’anxiété est connue pour être un facteur majeur
causant des décès et est particulièrement préjudiciable chez les personnes âgées de 75 ans
et plus [42].

13
L’activité physique a donc un rôle primordial à jouer chez la personne âgée et encore plus
durant cette période de crise sanitaire. L’AP n’apporte pas que des bienfaits physiques. Elle
joue également un rôle sur le mental en améliorant le bien-être émotionnel, l’estime de soi
et la qualité de vie. La pratique d’une activité en groupe ou dans un club permet de lutter
contre l’isolement social. Ce rôle social de l’AP est non négligeable. Une activité collective
permet de créer un lien social et diminue le risque de dépression. Cette stimulation sociale a
aussi des effets réels sur la mémoire et la cognition.

2.3. Effets d’un entraînement sur les différentes fonctions de la CP

2.3.1. Effets bénéfiques de l’AP sur la fonction locomotrice


L’inactivité physique et la sédentarité jouent un rôle essentiel dans la perte de masse et
force musculaire lors du vieillissement. Cette diminution de la fonction musculaire
s’accompagne d’un risque élevé d’invalidité fonctionnelle, d’une diminution de la qualité de
vie, responsables d’un nombre de décès accru.

Plusieurs études rapportent un effet bénéfique sur la masse musculaire associée ou non à
une amélioration de la fonction musculaire. Kemmler et al. 2013, ont étudié l’effet d’une
combinaison d’exercices d’endurance, de coordination, de résistance et de souplesse. Ils ont
rapporté qu’un entraînement d’une fréquence équivalente à 2 fois par semaine pour une
durée de 60 minutes sur une année, provoquait une prise de masse musculaire et une
augmentation de la densité osseuse [30].

Carabello et al (2010) ont démontré une amélioration de la puissance musculaire


indépendante de la masse musculaire et ce peu importe le type d’entraînement en
résistance à raison de 3 fois par semaine pendant 12 semaines [8]. Chez des sujets âgés
sédentaires en bonne santé, ce type d’entraînement permettrait une augmentation des
performances dans des tâches fonctionnelles importantes des activités de la vie quotidienne
[8]. De plus, ce même type d’entraînement améliorerait la taille des fibres musculaires, la
force et la masse musculaire des membres inférieurs [4].

Un programme ciblé sur la force musculaire sur une période de 3 à 4 mois permettrait une
amélioration du recrutement musculaire ainsi qu’une hypertrophie. L’accroissement initial
serait du aux modifications nerveuses et à une meilleure qualité de recrutement musculaire.

14
L’hypertrophie qui apparaît dans un second temps, serait liée à une augmentation de la taille
et du nombre de fibres de type II [4].

Le vieillissement est également associé à la diminution de la teneur en minéraux des os. Ils
deviennent moins denses et plus fragiles. L’AP est recommandée dans le maintien de la
densité osseuse et de nombreuses études ont montré les bénéfices d’un entraînement sur le
maintien ou le ralentissement de la perte osseuse à la fois chez l’homme et chez la femme
[5 ; 10].

Ainsi, l’AP sous forme de programme associant plusieurs types d’exercice ou en résistance
seule, pourrait prévenir ou du moins limiter ce phénomène de sarcopénie au sein de la
population âgée en participant au maintien de la fonction musculaire et de la mobilité.

2.3.2. Effets de l’AP sur les fonctions cognitives


Certaines fonctions cognitives telles que l’attention, mémoire, encodage ou encore la
concentration déclinent avec l’âge [28]. Chez les personnes âgées, la démence est l’une des
causes principales de handicap et dépendance. Elle a pour particularité d’être éprouvante
que ce soit pour les malades, le personnel soignant et les familles (OMS 2012).

Une activité physique pratiquée 3 fois par semaine avec au minimum une intensité supérieur
à la marche serait corrélée à une diminution de 42 % du risque de déclin des fonctions
cognitives, de 50 % d’apparition de la maladie d’Alzheimer et de 37 % d’autres types de
démences chez des personnes âgées en bonne santé [32]. Une méta-analyse a montré une
protection significative dans le déclin cognitif chez des personnes âgées non démentes et ce
peu importe le niveau d’activité physique, qu’elle soit faible, modérée ou intense [51].
Cependant, cette étude n’a pas différencié le type d’activité, ni le niveau d’activité.

D’autres études ont également montré les bénéfices de l’AP chez des personnes âgées
souffrant de démence. Winchester et al. 2013, se sont intéressés à la relation entre la
pratique d’un exercice physique régulier et le déclin cognitif chez des patients au stade
précoce de la maladie d’Alzheimer. Ils ont mis en évidence que la pratique de moins d’une
heure de marche hebdomadaire sur une année était corrélée à un déclin des fonctions
cognitives, une perte de vigueur, une augmentation de la colère, de la confusion, de la
dépression et de la fatigue [55]. Quant à la pratique d’une heure ou plus de marche, elle
15
permettrait de diminuer ce déclin cognitif voire même une amélioration des capacités
cognitives chez certains individus.

La pratique d’une activité physique peut permettre de diminuer le risque d’apparition de


démence chez les personnes âgées en bonne santé mais également d’atténuer le déclin des
fonctions cognitives et améliorer les performances physiques chez des personnes présentant
des démences.

2.3.3. Effets de l’AP sur l’aptitude aérobie


L’augmentation de l’aptitude aérobie est attribuable à une combinaison d’adaptations
centrales (cardiaques) et périphériques (musculaires). La VO 2max est un marqueur qui reflète
bien cette aptitude. Elle est la capacité de l’organisme à utiliser l’oxygène (O 2). Fick a résumé
les déterminants de cette consommation dans son équation :

- VO2 = Qc x D (a-v) où Qc est le débit cardiaque et D (a-v) la différence


artérioveineuse en oxygène.

Les valeurs normales de VO2max dépendent de l’âge, du sexe et sont influencées par le niveau
d’AP et la génétique. Cette consommation maximale d’oxygène baisse d’environ 10 % par
décennie. Cette baisse peut s’expliquer chez la personne âgée par une baisse d’activité, une
augmentation de la rigidité du cœur, une baisse du débit cardiaque due à une diminution de
la fréquence cardiaque maximale et une baisse de l’élasticité artérielle engendrant une
augmentation de la pression artérielle [12]. Un exercice régulier va permettre d’augmenter
ou limiter la consommation d’oxygène. En effet, l’AP va impacter les performances
cardiaques en améliorant les propriétés contractiles et mécaniques du myocarde, ce qui va
contribuer à l’augmentation de la force et de l’endurance du cœur. Un exercice physique va
permettre une amélioration de la circulation sanguine avec une meilleure vascularisation des
tissus. L’augmentation de l’apport capillaire et des enzymes oxydatives au niveau musculaire
favorisent un meilleur apport sanguin ainsi qu’une capacité d’extraction de l’oxygène plus
efficace [1]. L’AP va permettre également de diminuer la fréquence cardiaque à l’exercice
ainsi qu’une baisse de la pression artérielle induite par une vasodilatation périphérique.
Enfin, un entraînement peut influencer favorablement le taux de cholestérol sanguin ainsi
que la tension artérielle qui sont des facteurs majeurs de risque [53].

16
L’AP aurait donc un rôle protecteur en augmentant la capacité cardiovasculaire tout en
diminuant le risque d’apparition d’affections vasculaires et coronariennes.

2.3.4. Effets de l’AP sur les capacités d’équilibration


Chaque déplacement perturbe l’équilibre. L’âge est associé au déclin des fonctions
sensorielles et de la force musculaire des membres inférieurs. Le schéma de marche est
modifié avec l’âge et peut être corrélé à l’instabilité posturale et aux chutes [52]. Plusieurs
auteurs ont démontré que certains changements du pattern de marche peuvent être un
facteur annonciateur de chutes chez les personnes âgées. La vitesse de marche est un critère
valide de la stabilité posturale, et ces mêmes chercheurs ont montré qu’elle est
significativement différente entre des personnes âgées chutant régulièrement et d’autres
qui ne chutent pas. Ils démontrent également que la diminution de la vitesse de marche est
associée à une augmentation du temps de cycle de marche contribuant à l’augmentation du
nombre de chutes [38].

De nombreuses études ont également permis de prouver que des programmes d’activités
physiques visant à améliorer l’équilibre et la stabilité, constituaient un bon moyen de
prévention. Cependant, les résultats concernant les effets varient en fonction des
programmes proposés et des tests mis en place. Dans la littérature scientifique, deux types
de programmes sont relatés : des programmes exclusivement basés sur des exercices
d’équilibre et des programmes multivariés combinant aérobie, résistance, souplesse et
équilibre.

 Les programmes spécifiques

Nitz et Choy en 2004 ont voulu montrer qu’un programme spécifiquement axé sur l’équilibre
était plus efficace qu’un programme multivarié pour prévenir les chutes chez les personnes
âgées. Ainsi, 73 personnes avec une moyenne d’âge de 76 ans ont été réparties en deux
groupes : l’un participant à l’entraînement de l’équilibre uniquement et l’autre à celui
multivarié. Le programme a duré 10 semaines à raison d’une heure hebdomadaire d’AP. Les
résultats n’ont pas montré de différences entre ces deux programmes. Les deux groupes ont
amélioré leurs performances par rapport aux tests effectués au départ de l’étude.

17
Cependant, qu’il soit spécifiquement axé sur l’équilibre ou non, un programme d’activité
physique reste bénéfique pour le maintien postural des sujets âgés [40].

Les études ne proposant que des exercices d’équilibre restent assez rares dans la littérature
scientifique bien que la capacité d’équilibration chez le sujet âgé soit un facteur important lié
à la perte musculaire. Ainsi, la plupart des études proposent des programmes multivariés.

 Les programmes multivariés

Brown et al. (2000) ont montré qu’un programme de trois mois alliant travail aérobie,
souplesse, équilibre et travail en résistance améliorait de façon notable l’équilibre statique
(temps de maintien de l’équilibre unipodal à + 85 % par rapport aux tests initiaux) ainsi
qu’une amélioration de l’équilibre dynamique (temps diminué sur un parcours moteur de –
10 %) [6].

L’étude de Binder et al. de 2002 va un peu plus loin en comparant un programme peu varié
d’exercices (essentiellement de souplesse), réalisé à domicile en autonomie à faible intensité
et un programme multivarié (souplesse, résistance, équilibre, aérobie) intensif et réalisé en
salle de sport. Les deux groupes ont amélioré leurs performances fonctionnelles.
Néanmoins, les résultats du groupe en salle sont significativement meilleurs. Cette même
étude a montré que les bénéfices pour le groupe en salle ont perduré par rapport au groupe
à domicile [5].

2.4. Problématique et objectif du travail de stage


Les effets du vieillissement sur l’organisme sont nombreux et multifactoriels. Ainsi l’aptitude
aérobie, la fonction locomotrice, la fonction d’équilibration les fonctions cognitives sont
généralement touchées. Ces modifications entraînent une réduction des capacités
fonctionnelles des personnes âgées en réduisant la capacité à se déplacer et à réaliser les
gestes de la vie quotidienne. Les études concernant les bénéfices de l’activité physique chez
les personnes âgées sont nombreuses et ne sont plus à démontrer. Cependant, une période
d’isolement de plusieurs semaines peut avoir de lourdes répercussions que ce soit sur le plan
mental ou sur le plan physique d’un individu et plus encore chez la personne âgée. Lors du
premier confinement, les résidents de l’EHPAD Denise Delaby n’avaient pas le droit de sortir
de leur chambre ni de voir leur proche. Cette restriction mise en place avait pour but de

18
limiter la propagation du virus. Néanmoins, aux levées des restrictions, les résidents ont
continué à rester en chambre. Il s’agirait de voir quelles différentes améliorations
pourraient apporter un programme d’activité physique adaptée combinant aérobie,
renforcement musculaire, travail de l’équilibre et travail de la mémoire sur la condition
physique et l’autonomie de la personne âgée liée à la pandémie de Covid-19.

3. Intervention en tant que cadre


3.1. Présentation de la structure
J’ai réalisé mon stage de deuxième année de master au sein de l’EHPAD Denise Delaby à
Liévin. Cet EHPAD est géré par le groupe Association Hospitalière Nord Artois Clinique
(AHNAC), association régie par la loi de 1901. C’est un établissement privé de santé d’intérêt
collectif.

L’EHPAD Denise Delaby accueille des personnes âgées dépendantes d’au moins 60 ans, sauf
dérogation, et présentant des pathologies variées accompagnées d’une perte d’autonomie,
incompatibles avec le maintien à domicile. Il a une capacité d’accueil de 60 lits avec 4
chambres doubles et une unité Alzheimer de 9 lits. L’établissement comporte une grande
majorité de femmes. La capacité d’hébergement de l’établissement permet d’offrir intimité,
chaleur et convivialité grâce à des lieux de vie spacieux permettant une évolution des
résidents dans un cadre agréable. Les 60 lits sont situés sur 3 étages en deux unités de 18
lits, une unité de 11 lits et une unité de vie Alzheimer (UVA) de 9 lits.

Au sein de la structure, les résidents sont encadrés par une équipe pluridisciplinaire
composée d’un médecin coordinateur, d’une infirmière coordinatrice, d’infirmiers, d’aides-
soignants, d’agents de service hôtelier, d’une diététicienne, d’une psychologue,
d’animateurs. Les prestataires extérieurs comme les kinésithérapeutes interviennent dans
l’établissement deux à trois fois par semaine.

L’EHPAD Denise Delaby ne compte donc pas de professeur d’activité physique adaptée à
plein temps ou temps partiel dans son équipe pluridisciplinaire. Cependant, elle bénéficie
d’une intervention APA de l’Union Française des Œuvres Laïques et d’Education Physique
(UFOLEP) par semaine, réalisée le jeudi après-midi de 15h30 à 16h30, essentiellement
autour d’une gymnastique douce.

19
Etant le seul professeur d’APA dans la structure, j’ai dû concevoir, organiser, programmer et
animer un cycle de prise en charge cohérent d’APA en lien avec la thématique de mon
stage. Cette programmation s’est basée sur les résultats de recherches scientifiques où les
bénéfices de programmes d’activités physiques multivariés sont reconnus ainsi que sur les
préconisations données par l’OMS.

3.2. Recommandations de la littérature scientifique


De nombreuses études ont montré les effets bénéfiques que peut avoir l’AP sur la qualité de
vie et l’autonomie des personnes âgées à travers l’amélioration des capacités fonctionnelles.
Pour obtenir des effets sur l’ensemble de ces paramètres, la combinaison de plusieurs types
d’exercices semble judicieuse. En effet, des programmes d’APA alliant le travail aérobie, le
travail en résistance, l’équilibre et la souplesse amélioreraient de façon significative les
capacités fonctionnelles des personnes âgées [7]. Néanmoins, toutes les études ne
permettent pas d’affirmer une amélioration de l’ensemble des paramètres étudiés. Ils
restent cependant fréquemment utilisés dans de nombreuses études et semblent efficaces
quant à la proposition d’un programme d’entraînement optimal en vue d’améliorer les
capacités fonctionnelles et la qualité de vie du sujet âgé.

Une méta-analyse reposant sur l’étude des effets de programmes d’activités physiques
combinant aérobie, force, équilibre et mobilité chez les personnes âgées a été menée [16].
Les chercheurs se sont intéressés de manière approfondie à la documentation existante sur
le sujet en consultant des bases de données scientifiques datant de 2005 à 2015 (PubMed,
Web of Science ou encore le Cochrane Registre Central).

Tous les articles inclus comprenaient un échantillon de 1067 personnes avec un âge moyen
de 82,5 ± 4,3 ans (dont 824 vivaient en institution et 243 étaient recrutés suite à une
réadaptation). Six études sur neuf incluaient un programme multivarié (aérobie, force,
équilibre et mobilité). Les trois études restantes ont utilisé des programmes basés sur la
force et la mobilité.

La fréquence d’entraînement variait de deux à trois séances par semaine (8 études) et trois à
cinq séance (1 étude). La durée des séances variait également passant de 30 minutes à 90
minutes. La durée des programmes d’intervention s’étendait de 10 semaines pour la plus

20
courte à 1 an pour la plus longue. Sur les 9 études rapportées, peu importe le mode
d’entraînement, la fréquence ou la durée, toutes ont démontré des résultats significatifs.

Les études proposant un programme d’entraînement alliant plusieurs paramètres sont


nombreuses et les critères d’évaluation utilisés le sont tout autant.

3.3. Recommandations de l’OMS


Pour améliorer l’endurance cardiorespiratoire, l’état musculaire et osseux, et réduire le
risque de maladies non transmissibles, de dépression et de détérioration de la fonction
cognitive, plusieurs actions sont recommandées par l’OMS en 2007 :

- Une pratique d’activité physique au cours de la semaine, dont au moins 150 minutes
d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’intensité
soutenue, ou une combinaison équivalente entre une activité modérée et soutenue.
- L’activité en endurance doit être pratiquée sur une période de 10 minutes minimum.
- Pour tirer profit des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, elle préconise
une augmentation de la durée de l’activité en endurance d’intensité modérée, de
façon à atteindre 300 minutes par semaine ou 150 minutes d’intensité soutenue ou
une combinaison équivalente d’activité modérée et soutenue.
- Les personnes âgées dont la mobilité est réduite devraient pratiquer une activité
physique visant à améliorer l’équilibre et à prévenir les chutes au moins 3 jours par
semaine.
- Des exercices de renforcement musculaire faisant intervenir les grands groupes
musculaires sont aussi préconisés à raison d’au moins 2 jours par semaine.
- Enfin, lorsque les personnes âgées ne peuvent pratiquer la quantité recommandée
en termes d’activité physique en raison notamment de leur état de santé, elles
devraient être aussi actives physiquement que leur état de santé et leurs capacités le
permettent.

21
3.4. Le cycle d’APA mis en place à l’EHPAD Delaby
Pour concevoir mon projet d’activité physique adaptée au sein de ma structure d’accueil, je
me suis appuyé également sur le projet Vivifrail [26]. C’est un programme de promotion de
l’activité physique qui est une référence internationale pour l’intervention à domicile et en
institution en termes de prévention et de chutes chez les personnes âgées de 70 ans et plus.
Actuellement, il est utilisé par plus de 5 000 professionnels de santé avec un impact sur
environ 15 000 personnes.

L’ensemble de ce guide est basé sur l’idée que la santé des personnes âgées doit être
appréhendée en matière de capacité fonctionnelle et non de maladie. L’objectif de ce projet
est de maintenir voire d’améliorer cette capacité fonctionnelle pour parvenir au plus haut
niveau d’autonomie et de qualité de vie possible, et propre à chacun.

Ce guide regroupe un ensemble d’exercices, qui en fonction du niveau d’aptitude


fonctionnelle du sujet âgé (incapacité sévère, incapacité modérée et légère incapacité)
permettent de travailler sur :

- La force et la puissance musculaire des membres inférieurs et supérieurs


- L’équilibre et la marche afin de prévenir et éviter les chutes
- La souplesse
- L’endurance à travers des exercices cardiovasculaires

Tous les exercices prescrits dans ce guide décrivent la trame à suivre, la fréquence et les
progrès réalisés.

Ce programme propose donc un panel d’exercices variés permettant de travailler sur les
capacités fonctionnelles et l’autonomie. De nombreuses études ont montré les bénéfices de
tels programmes sur la santé des personnes âgées. Les critères d’évaluation, la taille des
échantillons, les durées et fréquences d’entraînements sont cependant très différents selon
les recherches.

Ces recherches m’ont permis de concevoir un cycle d’APA alliant aérobie, force musculaire,
équilibre et souplesse tout en travaillant la mémoire. Ceci étant en lien avec les données de
la littérature scientifique et les organismes de santé.

22
A la base, aucune programmation en APA n’était mise en place dans la structure. J’ai élaboré
et développé un programme cohérent au cours de mon stage afin de prouver l’intérêt de
l’activité physique chez les personnes âgées. Suite à mes recherches, j’ai décidé de mettre en
place des séances de 30 à 40 minutes. Celles-ci pouvant varier en raison des capacités
d’attentions et de fatigue chez les résidents. Au départ, j’étais parti dans l’idée d’avoir 4 à 5
séances hebdomadaires pour constater le plus d’effets possibles. Cependant, j’ai rapidement
vu que les résidents n’arriveraient pas à réaliser le nombre de séances escomptées. J’ai
ajusté ma prise en charge pour qu’ils suivent 2 à 3 séances hebdomadaires. Les exercices
étaient généralement réalisés à faible intensité en raison de la population grabataire. J’ai
remarqué que je ne pouvais pas placer les séances comme je le voulais en raison de
l’organisation et de l’emploi des résidents et de l’équipe soignante. Je me suis adapté en
programmant les séances en fin de matinée de 11h à 12h et dans l’après-midi entre 14h et
17h. Cette programmation a pu être réalisable grâce à ma mise en place tout en respectant
le bon fonctionnement de la structure.

Dans le but d’atteindre ces objectifs, mon programme d’activités physiques comprenait :

- Des séances de renforcement musculaire axées sur la force et l’endurance musculaire


des membres inférieurs et supérieurs.
- Des séances de type aérobie essentiellement réalisées avec un pédalier destiné aussi
bien pour les jambes que pour les bras.
- Des séances basées sur l’équilibre et la marche avec la réalisation de parcours
moteurs en simple ou double tâche permettant de travailler la mémoire.
- Des séances sur la prévention des chutes.
- Des exercices de souplesse et d’étirements afin de favoriser un retour au calme et
une bonne récupération.

Les séances débutaient par un réveil musculaire afin d’éveiller le système cardiorespiratoire
et de déverrouiller les articulations dans le but de préparer le corps à l’effort. Lors de la
plupart des séances, je combinais deux à trois paramètres. La manière de respirer pour les
résidents étaient problématiques. En effet, beaucoup d’entre eux, bloquaient leur
respiration provoquant un essoufflement précoce et la nécessité de faire des pauses. Je
rappelais notamment avant et pendant chaque situation de ne pas bloquer sa respiration
puis d’expirer lors d’un effort et inspirer lors du relâchement.

23
3.5. Autres apports et innovations dans la structure
Concernant cette partie, l’approche de l’activité physique en plus des activités de l’équipe
d’animation s’est montrée très complémentaire et très appréciée par les résidents de
l’EHPAD.

Au cours de cette étude, j’ai réalisé un livret de réveil musculaire qui a pu être mis à
disposition des résidents. Ce livret reprend l’échauffement mis en place à chaque début de
séance d’APA et pouvant être réalisé le matin afin de bien se réveiller, à la suite d’une sieste
ou encore avant de se coucher. De plus, avec l’intervenante de l’Union Française des Œuvres
laïques d’Education Physique (UFOLEP), également professeure d’APA, un projet de réveil
musculaire réalisé en vidéo est en pourparlers. Cette vidéo serait diffusée sur les téléviseurs
présents dans les lieux de vie des 3 étages de l’EHPAD afin d’avoir le plus grand nombre de
résidents et de participants.

La réalisation des séances d’APA multivariées a permis d’apporter une certaine innovation à
la structure qui n’en bénéficiait pas. La population présente à l’EHPAD était pour la plupart
sédentaire et inactive physiquement. La motivation est souvent fluctuante et difficile à
trouver, le fait de faire des exercices ou mouvements répétitifs ne donne pas envie de
poursuivre une séance ou un programme. J’ai insisté sur l’aspect ludique de la pratique, un
des enjeux fondamentaux pour faire adhérer le plus de résidents. L’effet de groupe était
aussi à prendre en compte au niveau de la participation.

J’ai participé à une réunion concernant la prévention des chutes au sein de l’EHPAD. De ce
fait, j’ai réalisé une intervention PowerPoint devant l’association ESPrèvE. Cette dernière est
une équipe spécialisée de prévention inter-EHPAD. Il existe 8 équipes qui ont été créées par
l’Agence Régionale de la Santé (ARS) des Hauts-de-France. L’équipe pluridisciplinaire
composée de diététiciens, ergothérapeutes et enseignants en activité physique adaptée
vient en appui des professionnels afin d’amplifier les pratiques de prévention de chutes et
de promotion de la santé. Par ma présentation, j’ai réalisé un bilan des facteurs de risques,
les conséquences possibles des chutes, les statistiques de l’EHPAD sur l’année en cours, le
repérage des personnes âgées qui chutent mais aussi les possibles stratégies d’intervention.
Au cours de cette entrevue, nous avons pu également voir les tests possibles à effectuer lors
de l’entrée des résidents en institution mais également les moyens de contention mis en
œuvre lorsqu’une chute se produit. Une deuxième réunion courant juin est programmée

24
pour continuer la mise en œuvre de cette prévention. A la suite de cette réunion, avec
l’équipe d’animation, j’ai décidé de replacer des séances de prévention de chutes qui me
semblaient primordiales. Séances recommandées deux à trois fois par semaine par l’OMS.
Lors de ces séances, nous avons créé des groupes de travail afin d’aborder différentes
thématiques.

J’ai également contribué à un projet mis en place par le groupe AHNAC en réalisant des
chorégraphies reprenant des gestes de la vie quotidienne, mobilisant les membres
supérieurs. Il était essentiel de mon point de vue d’y faire intervenir les membres inférieurs.
L’entretien de l’appareil locomoteur est primordial pour les personnes âgées en institution.

A la suite de cela, j’ai décidé de réaliser une chorégraphie réunissant soignants et résidents.
Je me suis rendu compte que la relation soignant-soigné était totalement différente entre les
résidents et l’équipe soignante et la relation que j’entretenais avec les résidents. Le fait de
ne pas porter une tenue blanche et d’être en tenue de sport était un sujet de ma réflexion.
J’ai donc décidé d’unifier soignant et résidents lors d’une activité autour de la création d’une
chorégraphie.

Pour finir, l’intégralité de mes séances mises en œuvre au cours du stage étaient
retranscrites sur un logiciel permettant de voir les transmissions de l’équipe soignante. Cela
permettait d’abord à l’équipe soignante de savoir ce que je faisais avec les résidents mais
aussi d’avoir leurs ressentis chaque jour aux transmissions entre le matin et l’après-midi. La
pratique d’APA était une plus-value pour la structure et faisait énormément de bien aux
résidents selon l’avis des soignants, médecin coordinateur et infirmière coordinatrice.

Pour une meilleure prise en charge des résidents, un espace dédié à la pratique d’APA aurait
pu permettre un travail plus optimal notamment lors des séances et des tests réalisés. Une
augmentation du nombre de séances et un plus grand nombre de participants à mon étude
auraient pu montrer davantage de bénéfices sur la santé des résidents. Evaluer les résidents
rejoignant les séances d’APA au fur-et-à mesure est souhaitable pour avoir plus de données
sur l’efficacité du programme afin d’avoir un échantillon plus important et d’observer
potentiellement des résultats significatifs.

25
3.6. Projet à court-terme
A la suite de l’obtention de mon master, je voulais intégrer un centre de rééducation
fonctionnelle. Cependant, mon stage s’étant très bien déroulé, la direction du groupe
AHNAC a décidé de me proposer un contrat à durée indéterminée (CDI) afin d’intervenir sur
plusieurs établissements du groupe. J’ai donc accepté cette offre qui ne se refusait pas.

3.7. Projet à moyen terme


A moyen terme, j’aimerais travailler dans plusieurs secteurs proposant de l’APA. Par
exemple, en centre de rééducation, en service de soin de suite et de réadaptation, en
entreprise en tant qu’auto-entrepreneur. Mon but est de toucher à plusieurs domaines
proposant de l’APA afin de pouvoir découvrir toutes les facettes de ce métier.

3.8. Projet à long terme


Après avoir découvert les facettes du métier de professeur d’APA dans différents domaines,
j’aimerais pouvoir encadrer et gérer une équipe afin de faire valoir toutes les compétences
acquises au cours de ma formation.

4. Matériels et méthodes
4.1. Population
5 femmes dont l’âge moyen était de 87 ans ± 6,8 ont participé à l’étude mise en place.
Toutes résidaient au sein de l’EHPAD Denise Delaby de Liévin. Le recrutement des patientes
a été effectué au préalable avec l’avis du médecin coordinateur et de l’équipe soignante.

Un entretien a été réalisé avec les résidentes afin d’expliquer le projet de recherche.
Cependant, mon faible échantillon ne m’a pas permis de réaliser de groupes. Donc, j’ai
préféré prendre en compte l’adhésion de nouveaux résidents aux séances d’APA.

Les résidentes ont suivi un programme d’APA de 8 semaines, fondé sur un entraînement
fonctionnel englobant les capacités physiques, motrices et cognitives : l’endurance, la force,
l’équilibre, la souplesse et la mémoire. Le programme comprenait 3 à 5 séances par
semaine. Chaque séance durait entre 25 et 30 minutes avec un temps d’échauffement et un
temps de récupération. Dans ma prise en charge, les résidentes ont bénéficié principalement
de séances collectives, ponctuées de séances individuelles spécifiques afin de travailler

26
certains paramètres. Les séances respectaient les gestes barrières, la distanciation sociale
ainsi que le nettoyage du matériel utilisé.

Enfin pour concevoir mes séances, il a fallu prendre en compte les antécédents médicaux
des patients qui étaient :

- Hypertension artérielle (HTA)


- Prothèse de coude
- Fracture du poignet
- Fracture de l’épaule
- Cholécystectomie
- Appendicectomie
- Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA)
- Cancer du sein traité par hormonothérapie

Les critères d’inclusion étaient d’être âgé d’au moins 60 ans et de résider de façon définitive
à l’EHPAD. Les sujets étaient exclus de l’étude s’ils présentaient la moindre contre-indication
à la pratique d’une activité physique et s’ils avaient des problèmes pour assister aux séances
régulières de l’expérience.

4.2. Les évaluations


Le choix des tests s’est appuyé sur l’adaptation de la batterie américaine de tests de
condition physique (Senior Fitness Test ou SFT) [45 ; 46]. Le SFT a pour objectif d’évaluer la
condition physique des personnes âgées de 60 ans et plus. Il est composé de 6 tests
permettant d’apprécier et quantifier les capacités fonctionnelles (aérobie, force et
endurance musculaire, flexibilité, équilibre renvoyant aux gestes de la vie quotidienne [45 ;
46]. Cependant j’ai adapté cette batterie de test à ma population. L’EHPAD Denise Delaby
étant un établissement hébergeant des personnes grabataires, il m’était impossible de
réaliser les tests préconisés par le SFT. L’évaluation des fonctions cognitives s’est faite avec
la psychologue et le Mini-Mental State Examination (MMSE).

Les évaluations ont été effectuées au début et à la fin du programme. Avant de commencer
mes tests, j’ai pris le temps d’apprendre à connaître les résidents afin qu’ils s’habituent à ma
présence et savoir pourquoi j’intervenais dans la structure.

27
4.2.1. Le test de 5 mètres marche

Figure 2 : Matérialisation du test 5 mètres marche

Le 5 mètres marche est un test fonctionnel qui consiste à mesurer le temps requis pour
marcher 5 mètres à une vitesse confortable [48]. Sur ce parcours 2 mètres ne sont pas
comptabilisés au début. Les 5 mètres restant sont ceux permettant d’établir la performance
locomotrice (durée et vitesse de marche). Enfin un dernier plot est placé à 2 mètres de la fin
du parcours afin d’éviter que le sujet décélère pendant les 5 mètres de marche (Figure 2).

Pour mettre en place ce test, il est nécessaire d’avoir un chronomètre, un parcours balisé de
9 mètres avec 4 mètres non comptabilisés et des plots. Il faut donc pour le sujet parcourir ce
trajet à sa vitesse de marche optimale. L’évaluateur ne doit pas encourager pendant le
test et doit noter si le sujet utilise une aide technique. Ce test mesure le temps requis pour
réaliser le parcours afin de déduire la vitesse de marche du sujet.

Le test prend fin si le sujet rencontre une quelconque douleur, un inconfort respiratoire ou
une fatigue dans les membres inférieurs.

28
4.2.2. Le test assis/debout ou 30-s Chair-Stand Test

Figure 3 : Illustration du Chair-


Stand Test

Ce test sert à évaluer la force et l’endurance au


niveau des membres inférieurs [14]. Le sujet est assis au milieu de la chaise avec le dos droit,
décollé du dossier, les pieds bien posés au sol à la largeur des épaules et légèrement derrière
les genoux. Les bras sont croisés aux poignets et posés sur le thorax. La chaise doit être
appuyée contre un mur pour augmenter la stabilité. Le sujet doit réaliser le plus de
répétitions en 30 secondes. Pour comptabiliser le nombre de relevé, le sujet doit être bien
droit une fois debout et s’asseoir complétement avant de se relever (Figure 3).

La mise en place de ce test nécessite une chaise avec ou sans appui-bras et un chronomètre.
L’examinateur doit encourager le sujet à réaliser le plus de répétitions possibles.

4.2.3. Le test de flexion de bras ou Arm-Curl test

Figure 4 : Illustration du test


de flexion de bras

29
Ce test sert à évaluer la force et l’endurance des membres supérieurs [27]. Le sujet est assis
au milieu de la chaise avec le dos droit, décollé du dossier, les pieds bien posés au sol à la
largeur des épaules. La chaise doit être appuyée contre un mur pour augmenter la stabilité.
Le sujet doit effectuer le plus grand nombre de flexions de bras avec un haltère du
quadriceps jusqu’aux épaules. La paume des mains est orientée vers le ciel. Pour
comptabiliser les répétitions, le sujet doit réaliser le mouvement jusqu’aux épaules et
revenir aux quadriceps (Figure 4).

La mise en place de ce test nécessite une chaise avec ou sans appui-bras, un haltère de 2kg
pour les femmes et de 3 kg pour les hommes et un chronomètre.

4.2.4. Mesure de la force de préhension des mains

Figure 5 : Passation du test avec un


dynamomètre manuel

Le but de ce test est de mesurer la force isométrique maximale des muscles de la main et de
l’avant-bras [25]. Le test peut se faire en position assise ou debout. Le sujet tient le
dynamomètre dans la main qui travaille. Le bras soumis au test est plié pour former un angle
de 90 °. Le socle du dynamomètre repose dans la paume de la main et les doigts sont posés
sur la poignée pour exercer la pression. Lorsqu’il est prêt, le sujet serre aussi fort que
possible le dynamomètre pendant 5 secondes. Ce mouvement doit être répété trois fois
entrecoupé d’une minute de pause entre chaque tentative puis le sujet change de main.
L’examinateur réalise la moyenne des trois résultats (Figure 5).

30
Ce test nécessite en matériel un dynamomètre manuel et une chaise pour les personnes ne
pouvant rester debout.

4.2.5. Le Timed up and go test ou TUG

Figure 6 : Matérialisation du Timed Up and Go


test

C’est un test clinique validé de locomotion et d’équilibre [44]. Il consiste à mesurer le


transfert assis/debout, la marche sur 3 mètres et les changements de direction. Le sujet est
assis, le dos appuyé contre le dossier de la chaise, les bras reposent sur les appui-bras et s’il
y a besoin d’une aide technique, celle-ci se trouve à proximité. La chaise doit être appuyée
contre un mur pour augmenter la stabilité. Au top, le sujet doit se lever, marcher à une
vitesse confortable, faire demi-tour et revenir s’asseoir. L’examinateur décompte le temps
mis par le sujet (Figure 6).

Un chronomètre, une chaise avec appui-bras, un trajet de 3 mètres balisé et un plot pour
matérialiser là où le sujet doit faire demi-tour sont nécessaires.

4.2.6. Flexibilité du tronc ou Chair sit-and-reach

31
Le « Chair sit-and-reach » test est une mesure de la souplesse du bas du corps
(principalement des ischios-jambiers) [29]. Le sujet est assis au bord d’une chaise et étend
une jambe vers l’avant. Le pied est fléchi et le talon repose sur le sol, l’autre jambe est pliée
à 90 °. Le but est de descendre le plus bas possible vers les orteils. L’examinateur mesure à
l’aide d’une règle la distance entre les doigts et le milieu des orteils (Figure 7).

4.2.7. Mini-Mental State Examination ou MMSE


L’évaluation des capacités cognitives des résidents a été menée à l’aide du MMSE en
collaboration avec la psychologue intervenant dans l’EHPAD. Ce test a été développé par
Folstein et al. en 1975 pour dépister les personnes souffrant d’une atteinte neurocognitive
majeure [19]. Il a été traduit dans de nombreuses langues. Le MMSE est un questionnaire à
réponses courtes. Les personnes évaluées doivent accomplir certaines tâches. Les éléments
sont regroupés en six sous-parties : orientation, enregistrement, attention et calcul,
rétention mnésique, langage et praxie de construction. En milieu clinique, un score seuil de
24/30 est retenu. Pour une personne obtenant un score inférieur à 24, l’hypothèse d’une
atteinte cognitive sera soulevée. A l’inverse, pour un score supérieur à 24, cette hypothèse
ne sera pas retenue.

4.3. Statistiques utilisées


Les données comparent les évaluations d’avant programme à celles effectuées après. La
vérification de la normalité des données se fait à l’aide du test de Shapiro-Wilk et la
vérification de l’homogénéité des variances se fait à l’aide du test de Levene. Si la normalité

32
et l’homogénéité sont vérifiées, la comparaison se réalise à l’aide du test paramétrique t de
Student pour échantillons appariés. Si elles ne sont pas vérifiées, la comparaison s’effectue à
l’aide d’un test non paramétrique de Wilcoxon.

Les résultats se présentent en valeur moyenne ± écart-type. Les différences sont


significatives pour un p < 0,05.

5. Résultats
5.1. Evaluation du test fonctionnel 5 mètres marche
Les résultats moyens obtenus lors du test fonctionnel de 5 mètres marche sont présentés sur
les figures 8 et 9.

Comparaison des temps moyens mis pour réaliser


le test 5 m marche
30

25
Avant
20
Temps (s)

Après
15

10

Figure 8 : Evolution du temps moyen mis pour réaliser 5 mètres en


marchant

Ce graphique présente le temps moyen mis par les résidentes pour réaliser le test (figure 8).
Suite à la prise en charge, nous obtenons une baisse significative du temps mis pour
effectuer 5 mètres en marchant. Le programme multivarié mis en place a permis une
amélioration de ce paramètre avec notamment une diminution de la valeur moyenne de 16
%.
Comparaison des vitesses moyennes pour réaliser
le test 5 m marche
0.60

0.55

0.50 Avant
Vitesse (m/s)

Après
0.45

0.40
33
0.35

0.30

0.25
Figure 9 : Evolution de la vitesse de marche sur 5 mètres

La moyenne des vitesses lors de ce test fonctionnel est présentée dans la figure 9. Nous
semblons constater une amélioration de la vitesse moyenne chez toutes les participantes de
l’étude. Cependant, le test ANOVA T de Student pour échantillons appariés ne met pas en
avant une amélioration significative de la vitesse de marche.

5.2. Evaluation du 30-s Chair Stand test

Comparaison des scores moyens pour le test de


relevé de chaise
20
Nombre de relevés de chaise

18
16
14 Avant
12 Après
10
8
6
4
2
0

Figure 10 : Evolution des résultats moyens lors du test de relevé de chaise

La figure
10 présente les résultats du nombre de relevé de chaise avant versus après la prise en
charge. Cette dernière semblerait une amélioration de la force et de l’endurance des
membres inférieurs avec notamment une augmentation de l’ordre de 19 % des scores
moyens.
Comparaison des résultats moyens au test de
flexion de bras 5.3. Evaluation du Arm-
20 curl test
Nombre de flexions de bras

18
16 Avant
14
Après
12
10
8 34
6
4
2
0
Figure 11 : Evolution des scores au arm curl test

De plus, on constate que le cycle d’APA aurait permis une amélioration des scores lors du
test de flexion de bras (figure 11). En comparant les scores entre le début et la fin du
programme, une augmentation de 19,5 % est notable.

5.4. Evaluation
Comparaison des résultats moyens au test de de la force de
préhension préhension
20
Force de préhension (kg)

15

10

Avant (main droite) Après (main droite)


Avant (main gauche) Après (main gauche)

Figure 12 : Evolution des scores de force de préhension

La moyenne des résultats au test de force de préhension est présentée dans la figure 12. Le
programme semblerait montré une amélioration de cette composante que ce soit au niveau
de la main droite et de la main gauche. Les valeurs moyennes ont augmenté respectivement
pour la main droite de 9 % et pour la main gauche de 12 % après la prise en charge mais ne
sont pas significatives.

35
5.5. Evaluation de l’équilibre

Comparaison des temps moyens mis pour réaliser le


Timed Up & Go test
50
45
40 Avant
35
Temps (s)
Après
30
25
20
15
10
5
0

Figure 13 : Evolution du temps mis pour réaliser le TUG

Ce graphique présente le temps mis pour réaliser le Timed Up & Go test (figure 13). Le test
Anova T de Student pour échantillons appariés met en avant une baisse significative du
temps moyen (p < 0,05). Le programme d’APA a permis une diminution de 12 % du temps
lors de la passation de ce test.

5.6. Evaluation
Comparaison des résultats moyens au Chair sit-and- de la flexibilité
reach test
5
4.5
4
Distance (cm)

3.5
3
2.5
2
1.5
1
0.5
0

Avant (jambe droite) Après (jambe droite)


Avant (jambe gauche) Après (jambe gauche)

Figure 14 : Evolution de la flexibilité du tronc et des ischios-jambiers

La moyenne des scores au chair sit-and-reach test est présentée dans la figure 14. Le cycle
d’APA montrerait une amélioration au niveau de la flexibilité des résidents. Les valeurs

36
moyennes ont diminué d’1,5 % pour la jambe droite et de 3,4 % pour la jambe gauche.
Cependant, ces diminutions ne sont pas significatives.

5.7. Evaluation de la mémoire

Moyenne des résultats au Mini Mental


State Examination
30
Score au MMSE (pts)

25 Avant
20 Après
15
10
5
0

Figure 15 : Evolution des scores au MMSE

Enfin, les
résultats du Mini Mental State Examination sont représentés dans la figure 14. Celle-ci
metterait en avant une diminution des scores moyens des participantes de 1,9 %.
Cependant, 3 des 5 participantes ont amélioré leur score.

6. Discussion
Cette étude a démontré qu’un programme d’APA combinant aérobie, renforcement
musculaire, travail de l’équilibre, de la flexibilité et de la mémoire, améliore la condition
physique et permet un maintien de l’autonomie chez des personnes âgées.

Premièrement, concernant le test d'équilibre TUG, l'expérimentation montre qu’à la suite


d’un entraînement physique, une amélioration significative de l'équilibre a été observé. Le
temps mis pour réaliser ce test a diminué de 12 %. Ce résultat va dans le même sens que
ceux de la littérature [36]. Nous pouvons émettre l’hypothèse que l’amélioration de
l’équilibre pourrait être due à un meilleur fonctionnement du système vestibulaire et
somesthésique. En effet, selon la même étude, l'utilisation de bandes élastiques en guise de
renforcement pourrait augmenter la force musculaire, permettant ainsi à ces systèmes de
mieux réguler l'équilibre et la stabilité posturale [36]. Des tests spécifiques comme le Tinetti
sont très performants et seraient très pertinents pour confirmer l'amélioration. Cependant,
sa passation est relativement longue et fastidieuse pour les personnes âgées [33]. Le Get Up

37
& Go est une solution alternative pour évaluer la marche et l’équilibre, mais a comme
inconvénient d’être construit principalement sur la recherche d’un déficit ou d’un risque de
chute [43].

Dans un second temps, suite à la participation au programme d’APA, on remarque que la


force de préhension a été augmenté. Ce résultat concorde avec ce qu’on peut lire dans la
littérature (Wang). Les améliorations constatées lors de cette étude sont de 9 % pour la main
droite et 12 % pour la main gauche. Cette augmentation de force de préhension est très
intéressante pour la population ciblée par l'étude. En effet, elle peut améliorer
significativement la qualité de vie de ces personnes en facilitant leurs gestes de la vie
quotidienne. Il faut noter que les améliorations sont supérieures aux valeurs normalement
observées mais ceci est en adéquation avec la littérature puisque la moyenne des valeurs de
références de la population observée fut de seulement 12.18kg, ce qui est considéré comme
"Faible" laissant ainsi une bonne marge de progression (Wang et Chen 2010). Selon Wang et
Chen et al. 2010, la force de préhension est représentative de la condition physique. Ainsi,
on peut émettre l’hypothèse que notre groupe de test se trouvait dans une condition
physique non optimale, ce qui peut être le cas dans un EHPAD.

Ensuite, l'étude a utilisé l'Arm Curl test conjointement avec le 30-s Chair Stand test pour
évaluer la force et l'endurance musculaire globale. Concernant le premier test, il
démontrerait une amélioration dans la force et l'endurance musculaire du haut du corps de
19,5 %, mais de manière non-significative. Cependant, il est à noter que la population de
l'étude rencontrait des difficultés au niveau du haut du corps (douleurs lombaires, arthrose
au niveau des épaules...). Une modification des paramètres du test adaptée à la population
aurait pu corriger ce problème. En effet, en n'utilisant aucun poids, on aurait quand même
pu évaluer l'endurance au détriment d'une évaluation de la force musculaire. Les
participants ont quand même perçu une amélioration dans leur fonctionnement physique
global avec une amélioration de la force et de l'endurance ressentie. De plus dans la
littérature, Ihàsz et al. 2020 ont démontré qu'une amélioration au test Arm Curl entraînait
une amélioration modérée mais significative dans l'amélioration de la qualité de vie de
femmes âgées, sans compter les bénéfices sociaux de l'effet de groupe, ce qui correspond
parfaitement à notre population rencontrée. Concernant les résultats du deuxième test, ils
montreraient aussi une amélioration dans la force et l'endurance musculaire de l’ordre de 19

38
%. Nous ne nous attendions pas à un résultat significatif, puisque l'Arm Curl test fut non
significatif, une solution aurait peut-être été d'augmenter le nombre de séances par
semaine. Dans une étude similaire, Baumann et al. (2013) ont obtenus une amélioration
significative au 30-s Chair Stand test suite à un programme d'entraînement en APA dans une
population d'un service d'EPHAD montrant ainsi l'intérêt du programme. Ils supposent
d'ailleurs que l'amélioration au test provient de changements d'origine centrale comme la
VO2max, de meilleurs échanges alvéolo-capillaires ou encore un meilleur débit cardiaque
mais aussi périphérique comme une augmentation du flux sanguin musculaire.

Pour le test fonctionnel de 5 mètres marche, l’échantillon testé a amélioré le temps mis pour
réaliser le test de manière significative de 16 %. Ce résultat concorde avec ce que l’on trouve
dans la littérature scientifique (De Matos et al. 2017). Cependant, la vitesse de marche n’a
pas montré d’augmentation significative, ce qui est en contradiction avec la logique même
du test. En effet, une diminution du temps de réalisation au 5 mètres marche devrait être
corrélée à une amélioration significative de la vitesse de marche. Selon (De matos et al.
2017), il serait nécessaire d’effectuer au minimum 20 séances d’entraînement avant de voir
une évolution significative de la vitesse. De plus, un protocole basé sur des exercices de
pilates et de yoga à raison d’une heure 2 fois par semaine améliorerait la vitesse de marche
ainsi que l’autonomie fonctionnelle chez des femmes âgées, ce qui aurait pu être une piste
d’amélioration pour notre protocole afin de constater l’évolution significative de la vitesse
(Siqueira Rodrigues et al. 2010).

Concernant le test de flexibilité, les évaluations ont montré une amélioration moyenne de
l’ordre de 2,82 %. Dans la littérature, Milanovic et al. (2013) ont montré qu’une réduction du
temps d’AP liée à l’âge engendrait une diminution de la souplesse et de la flexibilité chez les
personnes âgées. De plus, cette diminution serait due à une baisse de la force musculaire
des membres supérieurs et inférieurs. Cette réduction serait également due à un
changement du pourcentage de masse grasse chez les seniors.

Enfin au sujet de l'aspect mental, le MMSE a démontré une baisse de 1.9% ce qui est
totalement en contradiction avec la littérature scientifique. Nous nous attendions à une
augmentation légère mais l’occurrence annuelle du test pour une personne à faussé

39
l'ensemble des résultats de la cohorte qui était de faible taille. De plus, une méta-analyse de
Cieselka et al. (2016) prouve que l'utilisation du test MMSE n'est pas le meilleur test quand il
s'applique à une population de plus de 65 ans. Ainsi, il est recommandé d'utiliser le Montreal
Cognitive Assesment (MoCA) qui est plus sensible (+14,14%) et plus spécifique (+8,25%).
Dans la littérature, Ting Liu et al. (2020) ont démontré dans une récente étude qu'un
programme d'entraînement aérobie sur seulement 4 semaines dans une population âgée
améliorait le score du MMSE, ce à quoi on aurait pu s'attendre dans notre étude.

7. Limites du protocole
Cette étude présente certaines limites. La première concerne la qualité de l’échantillon
étudiée. En effet, seulement cinq résidentes ont participé à l’étude. Il est difficile d’avoir des
résultats significatifs avec un si faible effectif. Avec une plus grande cohorte et une certaine
mixité, les résultats auraient été certainement différents et plus significatifs. Surtout que ce
type de population est sensible à l’abandon ou l’arrêt d’une étude en raison de facteurs
limitants comme l’apparition de pathologies, blessures... Ce cas s’est malheureusement
produit lors de mon étude, une résidente souffrant de douleurs lombaires n’a pas pu réaliser
certaines évaluations finales. Par nécessité de garder une cohérence dans les résultats, j’ai
choisi de retirer cette patiente afin de limiter les biais.

D’autre part, le temps de prise en charge est relativement court. Pour que l’utilisation de
programmes d’activités physiques combinant aérobie, force, équilibre et mobilité soit
efficace et améliore significativement les paramètres étudiés. Il faudrait augmenter les
fréquences d’entraînement en passant de 3 à 5 séances par semaine d’une durée comprise
entre 45 et 60 minutes. Le tout en prolongeant ce programme d’intervention sur 10
semaines minimum.

De plus, certains tests utilisés auraient pu être mieux adaptées à la population étudiée.
Notamment, pour le test de flexion de bras où des charges à poids de corps auraient été
suffisantes. A propos du TUG, il aurait été judicieux de réaliser le test sans le chronométrer.
Pour finir, le test des fonctions cognitives est réalisé en temps normal annuellement par la
psychologue intervenant dans l’EHPAD. Cependant, une des participantes de l’étude est

40
arrivée peu avant mon intervention. Le résultat à son MMSE a pu être faussé en raison d’un
effet apprentissage, il aurait été plus intéressant d’utiliser le test MoCA.

8. Conclusion
Cette étude a permis une amélioration des capacités fonctionnelles des personnes âgées
tout en maintenant voire en améliorant leur autonomie. De plus, l’effet groupe en séance
collective a permis de créer du lien social et de limiter le phénomène d’isolement induit par
la pandémie de la Covid-19. Une étude supplémentaire et approfondie pourrait être
envisagée afin d’obtenir des résultats plus probants. Afin de faire perdurer les effets positifs
entrevus lors de notre étude, la mise en poste d’un professeur APA à long terme ne pourra
qu’être positif pour l’ensemble des résidents de cet EHPAD.

41
Références bibliographiques
[1] Ades PA, Waldmann ML, Meyer WL, Brown KA, Pochlman ET, Pendlebury WW, Leslie KO,
Gray PR, Lew RR, LeWinter MM, (1996). Skeletal muscle and cardiovascular adaptations to
exercise conditioning in older coronary patients. Circulation, 94, 323-330.

[2] Angulo J, El Assar M, Rodriguez-Mañas L, (2016). Frailty and sarcopenia as the basis for
the phenotypic manifestation of chronic diseases in older adults. Molecular Aspects of
Medicine, 50, 1-32.

[3] Baumann A, Paizis C, Mourey F, (2013). Etude comparative de deux modes


d’entraînements physiques en EHPAD. Kinésithérapie, la revue, 13 (139), 30-35.

[4] Bickel CS, Cross JM, Bamman MM, (2011). Exercise dosing to retain resistance training
adaptations in young and older adults. Medicine and Science in Sports and Exercise, 43 (7),
1177-87.

[5] Binder EF, Schechtman KB, Ehsani AA, Steger-May K, Brown M, Sinacore DR, Yarasheski
KE, Holloszy JO, (2002). Effects of Exercise Training on Frailty in Community-Dwelling Older
Adults : Results of a Randomized, Controlled Trial. Journal of the American Geriatrics Society,
50 (12), 1921-28.

[6] Brown M, Sinacore DR, Ehsani AA, Binder EF, Holloszy JO, Kohrt WM, (2000). Low-
intensity exercise as a modifier of physical frailty in older adults. Archives of Physical
Medicine and Rehabilitation, 81 (7), 960-5.

[7] Cadore EL, Casas-Herrero A, Zambom-Ferraresi F, Idoate F, Millor N, Gomez M, Rodriguez


Mañas L, Izquierdo M, (2014). Multicomponent exercises including muscle power training
enhance muscle mass, power output, and functional outcomes in institutionalized frail
nonagenarians. Age (Dordrecht Netherlands) ,36 (2) ,773–85.

[8] Carabello RJ, Reid KF, Clark DJ, Phillips EM, Fielding RA, (2010). Lower extremity strength
and power asymmetry assessment in healthy and mobility-limited populations : reliability
and association with physical functionning. Aging Clinical and experimental research, 22 (4),
324-9.

42
[9] Caspersen C J, Powell KE, Christenson GM, (1985). Physical activity, exercise, and physical
fitness : definitions and distinctions for health-related research. Public Health Reports, 100
(2), 126-31.

[10] Chodzko-Zajko WJ, Proctor DN, Fiatarone S, Minson CT, Nigg CR, Salem GJ, Skinner JS,
(2009). Exercise and physical activity for older adults. Medicine and Science in Sports and
exercise, 41 (7), 1510-30.

[11] Ciesielka N, Sokolowski R, Mazur E, Podhorecka M, Polak-Szabela A, Kedziora-


Kornatowska K, (2016). Is the Montreal Cognitive Assessment (MoCA)test better suited than
the Mini-Mental State Examination (MMSE) in mild cognitive impairment (MCI) detection
among people aged over 60 ? Meta-analysis. Psychiatria Polska, 50(5), 1039-1052.

[12] Convertino VA, (1997). Cardiovascular consequences of bed rest : effect on maximal
oxygen uptake. Medicine and Science in Sports Exercice, 29, 191–6.

[13] Cruz-Jentoft AJ, Baeyens JP, Bauer JM, Boirie Y, Cederholm T, Landi F, Martin FC, Michel
JP, Rolland Y, Schneider SM, Topinkovà E, Vandewoude M, Zamboni M, European Working
Group on Sarcopenia in Older People, (2010). Sarcopenia : European consensus on definition
and diagnosis : Report of the European Working group on Sarcopenia in Older People. Age
and Ageing, 39 (4), 412-23.

[14] Csuka M, McCarty DJ, (1985). Simple method for measurement of lower extremity
muscle strength. The American Journal of Medicine, 78, 77-81.

[15] De Jaeger C, Cherin P, (2011). Les théories du vieillissement. Médecine et Longévité, 3


(4), 155-174.

[16] De Labra C, Guimaraes-Pinheiro C, Maseda A, Lorenzo T, Millan-Calenti JC, (2015).


Effects of physical interventions frail older adults : a systematic review of randomized
controlled trials. BMC Geriatrics, 15-154.

[17] De Matos DG, Mazini Filho ML, Moreira OC, De Oliveira CEP, De Oliveira Venturini GR,
Da Silva-Grigoletto ME, Aidar FJ, (2017). Effects of eight weeks of functional training in the
functional autonomy of elderly women : a pilot study. The Journal of Sports Medicine and
Physical Fitness, 57 (3), 272-7.

43
[18] Dionigi R, (2007). Resistance training and older adults beliefs about psychological
benefits : The importance of self-efficacy and social interaction. Journal of Sport & Exercise
Psychology, 29 (6), 723–46.

[19] Folstein MF, Folstein S, McHugh PR, (1975). Mini-Mental State : a practical method of
grading the cognitive state of patients for the clinician. Journal of Psychiatric Research, 12,
189-198.

[20] Friedler B, Crapser J, & McCullough L, (2015). One is the deadliest number : The
detrimental effects of social isolation on cerebrovascular diseases and cognition. Acta
Neuropathologica, 129 (4), 493–509.

[21] Gerst-Emerson K, Jayawardhana J, (2015). Loneliness as a public health issue : the


impact of loneliness on health care utilization among older adults. American Journal of
Public Health, 105, 1013–19.

[22] Hiroyuki S, Uchiyama Y, Kakurai S, (2003). Specific effects of balance and gait exercises
on physical function among the frail elderly. Clinical Rehabililitation, 17(15), 472–9.

[23] Holt-Lunstad J, Smith TB, Baker M, Harris T, Stephenson D, (2015). Loneliness and social
isolation as risk factors for mortality : A meta-analytic review. Perspectives on Psychological
Science, 10 (2), 227–237.

[24] Ihasz F, Schulteisz N, Finn KJ, Szabo K, Gangl J, Nagy D, Acs P, Olah A, (2020).
Associations between fitness levels and self-perceived health-related quality of life in
community-dwelling for a group of older females. BMC Public Health, 20 (1), 1057.

[25] Innes E, (1999). Handgrip strength testing : A review of the literature. Australian
Occupational Therapy Journal, 46, 120-140.

[26] Izquierdo M, (2019). Multicomponent physical exercise program : Vivifrail. Nutricion


Hospitalaria, 36 (2), 50-56.

[27] James T, Rikli RE, Jones CJ, (1998). The reliability and validity of a 30-second arm curl as
a measure of upper body strength in older adults. Paper presented at the Southwest
American College of Sports Medicine Conference, Las Vegas.

44
[28] Jernigan TL, Archibald SL, Fennema-Notestine C, Gamst AC, Stout JC, Bonner J, Hesselink
JR, (2001). Effects of age on tissues and regions of the cerebrum and cerebellum.
Neurobiology of Aging, 22 (4), 581-594.

[29] Jones CJ, Rikli RE, MaxJ, Guillermo G, (1998). The reliability and validity of a chair sit-
and-reach test as a measure of hamstring flexibility in older adults. Research Quaterly for
Exercise and Sport, 69, 338-343.

[30] Kemmler W, Von Stengel S, (2013) ; Exercise frequency, health risk factors, and diseases
of the elderly. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 94 (11), 2046-2053.

[31] Konopka AR, Trappe TA, Jemiolo B, Trappe SW, Harber MP, (2011). Myosin heavy chain
plasticity in aging skeletal muscle with aerobic exercise training. The journals of gerontology.
Series A, Biological sciences and medical sciences, 66 (8), 835-41.

[32] Laurin D, Verreault R, Lindsay J, Macpherson K, Rockwood K, (2001). Physical activity


and risk of cognitive impairment and dementia in elderly persons. Archives of Neurology, 58
(3), 498-504.

[33] Lepine N, Bailly M, (2006). Mesure de la capacité de marche des résidents  : le test des
cinq mètres. Neurologie – Psychiatrie – Gériatrie, 6.

[34] Li Q, Guan X, Wu P, Wang X, Zhou L, Tong Y, Ren R, Leung KSM, Lau EHY, Wong JY, Xing
X, Xiang N, Wu Y, Li C, Chen Q, Li D, Liu T, Zhao J, Liu M, Wenxiao T, Chen C, Jin L, Yang R,
Wang Q, Zhou S, Wang R, Liu H, Luo Y, Liu Y, Shao G, Li H, Tao Z, Yang Y, Deng Z, Liu B, Ma Z,
Zhang Y, Shi G, Lam TTY, Wu JT, Gao GF, Cowling BJ, Yang B, Leung GM, Feng Z, (2020). Early
transmission dynamics in Wuhan, China, of novel coronavirus-infected pneumonia. The New
England Journal of Medicine, 382, 1199–1207.

[35] Liu IT, Lee WJ, Lin SH, Chang ST, Kao CL, Cheng YY, (2020). Therapeutic effects of
exercise training on elderly patients with dementia : a randomized controlled trial. Archives
of Physical Medicine and Rehabilitation, 101 (5), 762-769.

[36] Lord SR, Ward JA, Williams P, Strudwick M, (1995). The effects of a12-month exercise
trial on balance, strength, and falls in older women : a randomized controlled trial. Journal of
the American Geriatrics Society, 43, 1198-206.

45
[37] Lupien SJ, Wan N, (2004). Successful aging : from cell to self. Philosophical Transactions
of the Royal Society B : Biological Sciences, 359, 1413-26.

[38] Maki BE, (1997). Gait changes in older adults : predictors of falls or indicators of fear.
Journal of the American Geriatrics Society, 45, 313-20.

[39] Milanovic Z, Pantelic S, Trajkovic N, Sporis G, Kostic R, James N, (2013). Age-related


decrease in physical activity and functional fitness among elderly men and women. Clinical
Interventions in Aging, 8, 549-56.

[40] Nitz JC, Choy NL, (2004). The efficacy of a specific balance-strategy training programme
for preventing falls among older people : a pilot randomised controlled trial. Age and Ageing,
33 (1), 52-58.

[41] Ogawa T, Spina RJ, Martin 3rd WH, Kohrt WM, Schechtman KB, Holloszy JO, Ehsani AA,
(1992). Effects of aging, sex, and physical training on cardiovascular responses to exercise.
Circulation, 86 (2), 494-503.

[42] Ostir GV, Goodwin JS, (2006). High anxiety is associated with an increased risk of death
in an older tri-ethnic population. Journal of Clinical Epidemiology, 59 (5), 534-540.

[43] Ozemek C, Lavie CJ, Rognmo Ø, (2019). Global physical activity levels - Need for
intervention. Progress in Cardiovascular Diseases, 62 (2), 102-107.

[44] Podsiadlo D, Richardson S, (1991). The Timed « Up & Go » : a test of basic functional
mobility for frail elderly persons. Journal of the American Geriatrics Society, 39, 142-8.

[45] Rikli RE, Jones CJ, (1999). Development and Validation of a Functional Fitness Test for
Community-Residing Older Adults. Journal of Aging and Physical Activity, 7, 129-161.

[46] Rikli RE, Jones CJ, (2012). Development and Validation of Criterion-Referenced Clinically
Relevant Fitness Standards for Maintaining Physical Independence in Later Years. The
Gerontologist, 53 (2), 255,267.

[47] Rowe JW, Kahn RL, (1998). Successful aging. Aging, 10, 142-4.

[48] Salbach M, Mayo NE, Higgins J, Ahmed S, Finch LE, Richards CL, (2001). Responsiveness
and predictability of gait speed and other disability measures in acute stroke. Archives of
Physical Medicine and Rehabilitation, 82, 1204-12.

46
[49] Santini ZI, Jose PE, Cornwell EY, Koyanagi A, Nielsen L, Hinrichsen C, Meilstrup C,
Madsen KR, Koushede V, (2020). Social disconnectedness, perceived isolation, and
symptoms of depression and anxiety among older Americans (NSHAP) : a longitudinal
mediation analysis. The Lancet Public Health, 5 (1), e62–70.

[50] Siqueira Rodrigues BG, Ali Cader S, Bento Torres NV, Oliveira EM, Martin Dantas EH,
(2010). Pilates method in personal autonomy, static balance, and quality of life of elderly
females. Journal ofBodywork and Movement Therapies, 14, 195-202.

[51] Sodi F, Valecchi D, Bacci D, Abbate R, Gensini GF, Casini A, Macchi C, (2010). Physical
activity and risk of cognitive decline : a meta-analysis of prospective studies. Journal of
Internal Medicine, 269 (1), 107-117.

[52] Sudarsky L, (1990). Geriatrics : gait disorders in the elderly. The New England Journal of
Medicine, 322, 1441-6.

[53] Vuillemin A, (2012). Bénéfices de l’activité physique sur la santé des personnes âgées.
Sciences et Sports, 27 (4), 249-253.

[54] Wang CH, Chen LY, (2010). Grip strength in older adults : test-retest reliability and cutoff
for subjective weakness of using the hands in heavy tasks. Archives of Physical Medicine and
Rehabilitation, 91 (11), 1747-51.

[55] Winchester J, Dick MB, Gillen D, Reed B, Miller B, Tinklenberg J, Mungas D, Chui H,
Galasko D, Hewett L, Cotman CW, (2013). Walking stabilizes cognitive functioning in
Alzheimer’s disease (AD) across one year. Archives of Gerontology and Geriatrics, 56 (1), 96-
103.

[56] Wu Z, McGoogan JM, (2020). Characteristics of and important lessons from the
Coronavirus disease 2019 (COVID-19) outbreak in china : summary of a report of 72,314
cases from the chinese center for disease control and prevention. JAMA 323, 1239–1242.

47
Résumé
Objectif : L’objectif de cette étude était d’analyser les effets d’un programme d’activité
physique multivarié sur la condition physique et l’autonomie de la personne âgée lié à la
pandémie de Covid-19.
Sujets : Cinq sujets âgés en moyenne de 87 ans ± 6,8 ont participé à cette étude.
Protocole : Elles ont suivi une prise en charge de 8 semaines à raison de 2 à 3 séances par
semaine de l’ordre de 30 minutes. Les évaluations suivantes ont été réalisées avant et après
la prise en charge : un test fonctionnel par le 5 mètres marche, le relevé de chaise et la
flexion de bras pour l’endurance et la force musculaire, la force de préhension avec un
dynamomètre, l’équilibre avec le Timed-Up & Go (TUG), la flexibilité avec le chair sit-and-
reach test et la mémoire avec le Mini-Mental State Examination (MMSE).
Résultats : Au test d’équilibre et de 5 mètres marche, les sujets ont diminué
significativement (p < 0,05) le temps mis pour réaliser les évaluations. Cette diminution est
associée à une augmentation de la vitesse de marche. Grâce à l’entraînement, il semblerait
que les sujets aient amélioré leur endurance et leur force musculaire respectivement de 19
% pour les membres inférieurs et de 19,5 % pour les membres supérieurs ainsi que leur force
de préhension de 9 % et de 12 %. La prise en charge aurait également permis une
amélioration de la flexibilité de 1,5 % et 3,4 %. Cependant, il semblerait que les
performances cognitives aient diminué de 1,9 % alors que 3 sujets sur 5 ont augmenté leur
score.
Conclusion : L’entraînement a permis l’amélioration de la condition physique des sujets
corrélée positivement à un maintien voire à une amélioration de leur autonomie suite à la
pandémie et l’isolement lié à la Covid-19. Ainsi, il pourrait être intéressant d’utiliser plus
souvent ce type de prise en charge dans les établissements d’hébergements pour personnes
âgées.
Mots clés : Seniors, Covid-19, entraînement, condition physique, autonomie.

Abstract
Objective : The objective of this study was to analyze the effects of a multivariate physical
activity program on the physical condition and autonomy of the person related to the Covid-
19 pandemic.
Subjects : Five subjects with an average age of 87 ± 6,8 participated in this study.
Protocol : They underwent a treatment during 8 weeks at the rate of 2 to 3 sessions per
week at about 30 minutes. The following evaluations were carried out before and the
treatment : a functional test by the 5 meters walk, 30-s Chair-Stand test and Arm-curl test
for endurance and muscle strength, grip strength with a dynamometer, balance with the
Timed-Up & Go (TUG), flexibility with the sit-and-reach test and memory with the Mini-
Mental State Exmination (MMSE).
Results : On the balance and 5-meter walk test, the subjects significantly (p < 0,05) reduced
the time taken to complete the assessments. This decrease is associated with an increase in
walking speed. Thanks to training, it would seems that the subjects respectively improved
their endurance and muscle strength by 19 % for the lower limbs and 19,5 % for the upper
limbs, as well as their grip strength by 9 % and 12 %. The treatment would also have allowed
an improvement in flexibility of 1,5 % and 3,4 %. However, it would seems that the cognitive
performance decreased by 1, 9% while 3 subjects out of 5 increased their score.

48
Conclusion : The training enabled the improvement of the physical condition of the subjects,
which was positively correlated with an upkeep, even an improvement of their autonomy
following the pandemic and the isolation linked with Covid-19. Thus, it could be interesting
to use this type of care more often in residential care home for the elderly.
Keywords : Seniors, Covid-19, training, physical condition, autonomy.

49

Vous aimerez peut-être aussi