Vous êtes sur la page 1sur 7

Formulaire à utiliser

Escalier

1. Dimensionnements de l’escalier :
1.1. Marches et contre marches :
Le nombre et les dimensions g et h des marches et contre marches, est déterminer en utilisant la formule de
BLONDEL :
59 𝑐𝑚 ≤ 𝑔 + 2ℎ ≤ 66 𝑐𝑚
𝑥𝑛2 − (𝑥 + 2𝐻 + 𝐿)𝑛 + 2𝐻 = 0 avec 𝑥 = 𝑔 + 2ℎ
Où :
𝑔 : la largeur de la marche (30 𝑐𝑚),
ℎ : la hauteur du contre marche (17 𝑐𝑚),
𝐻 : la hauteur de la volée,
𝐿 : La longueur de la paillasse,
𝑛 : Le nombre de contre marche.
𝐻
1.2. L’inclinaison de l’escalier : 𝛼 = tan−1
𝐿

1.3. Epaisseur de l’escalier (𝒆𝒑 ) :


L’épaisseur 𝑒 peut déterminer en utilisant les formules de prédimensionnement des dalles :
𝑙 𝑙
• ≤ 𝑒𝑝 ≤ ……………………………….. pour une dalle portant sur deux côtés
35 30
𝑙 𝑙
• ≤ 𝑒𝑝 ≤ 40 ……………………………….. pour une dalle portant sur quatre côtés
45

Où : 𝑙 : La longueur de l’escalier : 𝑙 = 𝐿𝑝𝑎𝑖𝑙𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 + 𝐿𝑝𝑎𝑙𝑖𝑒𝑟


2. Ferraillage de l’escalier :
La dalle en béton armé constituée de la paillasse et des paliers travaille en flexion simple.
2.1. Détermination des efforts à l’ELU et à l’ELS :
Détermination des efforts (Calcul RDM) : ∑ 𝐹 = 0 et ∑ 𝑀 = 0
Moment en travée : 𝑀𝑡 = 0.85𝑀𝑚𝑎𝑥
Moment en appui : 𝑀𝑎 = 0.5𝑀𝑚𝑎𝑥

2.2. Calcul de ferraillage à l’ELU (Flexion simple) :


Résistances et caractéristiques : 𝐹𝑐28 ; 𝐹𝑒 ; 𝛾𝑏 ; 𝛾𝑠
Situation durable : 𝛾𝑏 = 1.5 et 𝛾𝑠 = 1.15 ; Situation accidentelle : 𝛾𝑏 = 1.15 et 𝛾𝑠 = 1
Armature principale :
0.85×𝑓𝑐28
La contrainte de compression du béton : 𝜎𝑏 = 𝛾𝑏
𝑓
La contrainte de traction des aciers : 𝜎𝑠 = 𝛾𝑒
𝑠
𝑀
Valeur du moment ultime réduit 𝜇 : 𝜇 = 𝑏×𝑑2𝑢×𝜎
𝑏

Tableau 1. Valeur de 1000𝜀𝑙 ; 𝛼𝑙 ; 𝜇𝑙 et 𝛽𝑙


Acier Nuance 𝑓𝑒 (𝑀𝑃𝑎) 1000𝜀𝑙 𝛼𝑙 𝜇𝑙 𝛽𝑙
𝐹𝑒𝐸400 400 1.739 0.668 0.392 0.733
Haute Adhérence
𝐹𝑒𝐸500 500 2.174 0.617 0.372 0.753
1/7 Dr. Nadhir Toubal Seghir
Tableau 2. Armatures tendues et Armatures comprimées
Armatures tendues Armatures comprimées
𝑀 + 0.8𝜎𝑏 × 𝑏 × 𝑦𝑙 × (0.4𝑦𝑙 − 𝑐 ′ )
Si : 𝝁 > 𝝁𝒍 𝐴 = 𝐀𝐯𝐞𝐜 : 𝑦𝑙 = 𝛼𝑙 × 𝑑 𝐴′ = 𝐴 × 𝜎𝑠 − 0.8𝜎𝑏 × 𝑏 × 𝑦𝑙
(𝑑 − 𝑐′) × 𝜎𝑠 𝜎𝑠
𝑀𝑢 1 − √1 − 2𝜇
Si : 𝝁 ≤ 𝝁𝒍 𝐴 = 𝐀𝐯𝐞𝐜 : 𝛽 = 1 − 0.4𝛼 et 𝛼 = 𝐴′ = 0
𝛽 × 𝑑 × 𝜎𝑠 0.8

Tableau 3. Section des barres indépendantes


Diamètre ∅ (𝑚𝑚) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
6 0.28 0.57 0.85 1.13 1.41 1.70 1.98 2.26 2.54 2.82
8 0.50 1.01 1.51 2.01 2.51 3.02 3.52 4.02 4.52 5.02
10 0.79 1.57 2.36 3.14 3.93 4.71 5.50 6.28 7.07 7.90
12 1.13 2.26 3.39 4.52 5.65 6.79 7.92 9.05 10.18 11.31
14 1.54 3.08 4.62 6.16 7.70 9.24 10.78 12.32 13.85 15.40
16 2.01 4.02 6.03 8.04 10.05 12.06 14.07 16.08 18.10 20.10
20 3.14 6.28 9.42 12.57 15.71 18.85 21.99 25.13 28.27 31.41
25 4.91 9.82 14.73 19.63 24.54 29.45 34.36 39.27 44.18 49.10
𝐵
Section minimale des armatures : 𝐴 ≥ 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 1000
𝐴
Armatures de répartitions : 𝐴𝑟 = 4

2.3. Les vérifications :


a. Vérification de l’espacement :
En travée : 𝑆𝑡 ≤ 𝑆𝑚𝑖𝑛 = 𝑚𝑖𝑛 [3ℎ; 33𝑐𝑚]
Aux appuis : 𝑆𝑎 ≤ 𝑆𝑚𝑖𝑛 = 𝑚𝑖𝑛 [4ℎ; 45𝑐𝑚]

b. Vérification de la contrainte de cisaillement du béton 𝝉𝒖 ≤ 𝝉̅𝒖 :


𝑓𝑐28
𝑀𝑖𝑛 [0.2 ; 5 𝑀𝑃𝑎] 𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑒𝑢 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒
𝑉𝑢 𝛾𝑏
𝜏𝑢 = 𝑏𝑑 ≤ 𝜏̅𝑢 = { 𝑓𝑐28
𝑀𝑖𝑛 [0.15 ; 4 𝑀𝑃𝑎] 𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑜𝑢 𝑡𝑟è𝑠 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒
𝛾𝑏
𝑉 𝑓𝑐28
Cas des dalles : 𝜏𝑢 = 𝑏𝑑𝑢 ≤ 0.07 𝛾𝑏

c. Vérification des contraintes à l'ELS :


Détermination des efforts (Calcul RDM) : ∑ 𝐹 = 0 et ∑ 𝑀 = 0
𝑀𝑠𝑒𝑟
Vérification de la contrainte du béton comprimé 𝝈𝒃 ≤ ̅𝝈̅̅𝒃̅ : 𝜎𝑏 = 𝑦1 ≤ ̅̅̅
𝜎𝑏 = 0.6𝑓𝑐28
𝐼
Où :
𝑦1 : La position de l’axe neutre : 𝑏𝑦1 2 + 30(𝐴′ + 𝐴)𝑦1 − 30(𝐴′ 𝑐 ′ + 𝐴𝑑) = 0
𝑏
𝐼 : le moment d’inertie : 𝐼 = 3 𝑦1 3 + 15𝐴′(𝑦1 − 𝑐′)2 + 15𝐴(𝑑 − 𝑦1 )2

Vérification de la contrainte d’acier 𝝈𝒔 ≤ ̅̅̅


𝝈𝒔 :

𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑒𝑢 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ pas de vérification


2
𝑀𝑠𝑒𝑟 𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ 𝑀𝑖𝑛 [ 𝑓 ; 110√𝜂𝑓𝑡28 ]
𝜎𝑠 = 15 × (𝑑 − 𝑦1 ) ≤ 𝜎̅𝑠 = 3 𝑒
𝐼
1
𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑟è𝑠 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ 𝑀𝑖𝑛 [ 𝑓 ; 90√𝜂𝑓𝑡28 ]
{ 2 𝑒
Avec : 𝑓𝑡28 = 0.6 + 0.06𝑓𝑐28

2/7 Dr. Nadhir Toubal Seghir


Acrotère : (Flexion composée)
1. Détermination des sollicitations à l’ELU et à l’ELS : N ; M ; T
2. Calcul de l’excentricité :
L’excentricité total : 𝑒 = 𝑒1 + 𝑒2 + 𝑒𝑎
𝑀𝑢
L’excentricité de 1er ordre : 𝑒1 = = 𝑒0
𝑁𝑢

3𝑙𝑓 2 (2+𝛼×∅)
L’excentricité de 2ème ordre : 𝑒2 = 104 ×ℎ

Où :
𝑙𝑓 = 2𝑙0 : la longueur du flambement
ℎ : hauteur totale de la section dans la direction du flambement ;
𝑑é𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑û𝑒 𝑎𝑢 𝑓𝑙𝑢𝑎𝑔𝑒
∅= : en général pour le béton ∅ = 2 ;
𝑑é𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 instantanée du béton
𝑀𝐺
𝛼=𝑀
𝐺 +𝑀𝑄

0 𝑙
L’excentricité additionnelle : 𝑒𝑎 = 𝑀𝑎𝑥[250 𝑒𝑡 2 𝑐𝑚]

3. Détermination du type de déformation et la section des armatures :


Section entièrement
Section Section partiellement comprimée Section entièrement comprimée
tendue
Effort Effort de traction Effort de traction ou de compression Effort de compression
ℎ ℎ ℎ
Vérification 𝑒0 ≤ −𝑐 𝑒0 > −𝑐 𝑒0 > −𝑐
2 2 2
Le centre de pression se trouve à l'extérieur
du segment limité par l’armature quel que
soit la nature de l’effort normale Le centre de pression se trouve entre les
Le centre de armatures, et la condition suivante est
Centre de Le centre de pression se trouve à l’intérieur vérifiées :
pression se trouve
pression du segment limité par les armatures, N est
entre les armatures
un effort de compression et la condition 𝑐′
𝑁(𝑑 − 𝑐 − 𝑀 > (0.337 − 0.81 )𝑏ℎ2 𝜎𝑏
′)
suivante est vérifiées : ℎ
𝑐′
𝑁(𝑑 − 𝑐 − 𝑀 ≤ (0.337 − 0.81 )𝑏ℎ2 𝜎𝑏
′)

𝑁 𝑒 𝑁 𝑁 − 𝑏ℎ𝜎𝑠
𝐴 = (1 − ′
) 𝐴 = 𝐴1 ± 𝐴= − 𝐴′
Section 𝜎𝑠 𝑑−𝑐 𝜎𝑠 𝜎2
d’armature 𝑁. 𝑒 𝑀 − (𝑑 − 0.5ℎ)𝑏ℎ𝜎𝑠
𝐴′ = 𝐴′ = 𝐴1 ′ 𝐴′ =
𝜎𝑠 (𝑑 − 𝑐 ′ ) 𝜎2 (𝑑 − 𝑐 ′ )

4. Calcul du ferraillage de la section partiellement comprimée à l’ELU :


Dans le cas où la section est partiellement comprimée, les armatures d’une section soumise à la flexion
composée sont déterminées par la formule suivante :
𝑁
𝐴 = 𝐴1 ± 𝜎 et 𝐴′ = 𝐴1 ′
𝑠

Où : 𝐴1 et 𝐴1 : sont des armatures d’une section soumise à la flexion simple
Donc afin de déterminer les sections d’armature à la flexion composée on doit d’abord déterminer les sections
d’armature à la flexion simple.
5. Sections d’armature à la flexion simple :
Calcul du moment de flexion : 𝑀𝑢 = 𝑁𝑢 × 𝑒
𝒉
Où : 𝑒 = 𝑒0 + 𝟐 – 𝑐 : la distance entre le point d’application de 𝑁 et le centre des armatures tendues.

3/7 Dr. Nadhir Toubal Seghir


Résistances et caractéristiques : 𝐹𝑐28 ; 𝐹𝑒 ; 𝛾𝑏 ; 𝛾𝑠
Situation durable : 𝛾𝑏 = 1.5 et 𝛾𝑠 = 1.15 ; Situation accidentelle : 𝛾𝑏 = 1.15 et 𝛾𝑠 = 1

Calcul des armatures verticales : Le calcul se fait en flexion simple avec 𝑀𝑢 .


0.85×𝑓𝑐28
La contrainte de compression du béton : 𝜎𝑏 = 𝛾𝑏
𝑓
La contrainte de traction des aciers : 𝜎𝑠 = 𝛾𝑒
𝑠
𝑀
Valeur du moment ultime réduit 𝜇 : 𝜇 = 𝑏×𝑑2𝑢×𝜎
𝑏

𝐵
Section minimale des armatures : 𝐴 ≥ 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 1000

𝐴 𝐴
Calcul des armatures de répartition : 4 ≤ A𝑟 ≤ 2

6. Les vérifications :
a. Vérification de l’espacement :
Armatures verticales : 𝑆𝑣 ≤ 𝑆𝑚𝑖𝑛 = 𝑚𝑖𝑛 [3ℎ; 33𝑐𝑚]
Armatures de répartition : 𝑆𝑟 ≤ 𝑆𝑚𝑖𝑛 = 𝑚𝑖𝑛 [4ℎ; 45𝑐𝑚]

b. Vérification de l’excentricité (le cas d’une section partiellement comprimée :


ℎ 𝐼
𝑒0 > 2 − 𝑐 et 𝑒0 > 𝐵 𝐺𝜗
0 2

Où :
𝐵0 = 𝑏. ℎ + 15 (𝐴 + 𝐴′) ;
1 𝑏ℎ2
𝜐1 = 𝐵 [ + 15 (𝐴′ 𝑐 + 𝐴𝑑)] ;
0 2

𝜐2 = ℎ − 𝜐1 ;
b
𝐼𝐺 = (𝜐1 3 + 𝜐2 3 ) + 15 A (𝜐2 − c) 2 + A′(𝜐1 − c′) 2 ] .
3
c. Vérification des contraintes à l'ELS :
Vérification de la contrainte du béton comprimé 𝝈𝒃 ≤ ̅𝝈̅̅𝒃̅ :
𝑁𝑠𝑒𝑟
𝜎𝑏 = 𝑦 ≤ ̅̅̅
𝜎𝑏 = 0.6𝑓𝑐28
𝑆𝐺 ′ 1
Où :
𝑏
𝑆𝐺 ′ : Le moment statique : 𝑆𝐺′ = 2 𝑦1 2 + 15𝐴′ (𝑦1 − 𝑐 ′ ) − 15𝐴(𝑑 − 𝑦1 )
𝑦1 : La distance entre la fibre comprimée de béton la plus éloignée et l'axe neutre, pour la déterminer il faut
résoudre l'équation :
𝒚𝟐 𝟑 + 𝒑𝒚𝟐 + 𝒒 = 𝟎 . . . . . . . . . . . . " ∗ "
𝐴′ 𝐴 𝐴′ 𝐴
Avec : 𝑝 = −3 𝐶 2 − 90 (𝐶 − 𝑐′) + 90 𝑏 (𝑑 − 𝑐) et 𝑞 = −2𝐶 3 − 90 (𝐶 − 𝑐′) − 90 𝑏 (𝑑 − 𝑐)2
𝑏 𝑏

Où, 𝐶 : La distance entre la fibre la plus comprimée du béton et le point "c" et puisque et le centre de pression

se trouve à l’intérieur du segment limité par les armatures et "N" est un effort de compression : 𝐶 = 2 – 𝑒
Méthode pour résoudre l’équation du 3ème degré :
On calcule le déterminant :
4𝑝3
Δ = q2 +
27

4/7 Dr. Nadhir Toubal Seghir


Si 𝚫 < 𝟎 → Trois solutions réelles :
𝛼
𝑎 𝑐𝑜𝑠 ()
3
𝛼
𝑦2 = 𝑎 𝑐𝑜𝑠 ( + 120)
3
𝛼
{𝑎 𝑐𝑜𝑠 ( 3 + 240)
3𝑞 −3
𝐶𝑜𝑠 𝛼 = √𝑝
2𝑝
Avec :
−𝑝
a = 2√ 3
{
Si 𝚫 ≥ 𝟎 → une solution réelle et deux imaginaires :
1/3
𝑝 √Δ−𝑞
La solution réelle est : 𝑦2 = 𝑧 − 3𝑧 avec 𝑧 = ( )
2

Il faut que : −𝐶 ≤ 𝑦2 ≤ (ℎ − 𝑐), tout en respectant la condition : 0 < 𝑦1 = 𝑦2 + 𝐶 ≤ 𝑑

Vérification de la contrainte d’acier 𝝈𝒔 ≤ ̅̅̅


𝝈𝒔 :

𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑒𝑢 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ pas de vérification


2
𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ 𝑀𝑖𝑛 [ 𝑓𝑒 ; 110√𝜂𝑓𝑡28 ]
𝜎𝑠 = 15 𝑘 (𝑑 − 𝑦1 ) ≤ 𝜎̅𝑠 = 3
1
𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑟è𝑠 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ 𝑀𝑖𝑛 [ 𝑓 ; 90√𝜂𝑓𝑡28 ]
{ 2 𝑒
Avec : 𝑓𝑡28 = 0.6 + 0.06𝑓𝑐28

c. Vérification de l’effort tranchant :


La section d'armature tendue doit être capable d'équilibrer l'effort de traction "T" qui est égale à :
𝑢 𝑀
𝑇 = 𝑉𝑢 − 0.9𝑑 avec (𝑉𝑢 = 𝑃𝑢 × 𝑙 = 1.5𝑄 × 1)
Si 𝑇 ≤ 0 → pas de vérification à faire
𝛾 𝑀
Si 𝑇 > 0 → il faut vérifier que : 𝐴𝑙 ≥ 𝑓𝑠 (𝑉𝑢 − 0.9𝑑
𝑢
)
𝑒

d. Vérification de la contrainte de cisaillement du béton 𝝉𝒖 ≤ 𝝉̅𝒖 :


𝑓𝑐28
𝑀𝑖𝑛 [0.2 ; 5 𝑀𝑃𝑎] 𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑒𝑢 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒
𝑉𝑢 𝛾𝑏
𝜏𝑢 = 𝑏𝑑 ≤ 𝜏̅𝑢 = { 𝑓𝑐28
𝑀𝑖𝑛 [0.15 ; 4 𝑀𝑃𝑎] 𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑜𝑢 𝑡𝑟è𝑠 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒
𝛾𝑏

e. Vérification de l’acrotère au séisme : selon RPA99 version2003 :


L’acrotère doit être calculé sous l’action des forces horizontales par la formule suivante :
𝐹𝑝 = 4. 𝐴. 𝐶𝑝 . 𝑊𝑝 < 1.5𝑄
Où :
𝐴 : coefficient d’accélération de zone pour la zone et le groupe d’usage appropriés.
𝐶𝑝 : facteur de force horizontale variant entre 0.3 et 0.8.
𝑊𝑝 : Poids de l’élément considéré (poids de l’acrotère pour une bande de 1 m de largeur).

5/7 Dr. Nadhir Toubal Seghir


Semelle sur deux pieux soumis à un effort normal centré
1. Dimensionnement :
Enrobage 𝑒 : le sol ne peut donner qu’une fissuration préjudiciable ou très préjudiciable, pour cela, l’enrobage
ne peut être inférieure à 3 cm : 𝑒 ≥ 3 𝑐𝑚 ;
La distance entre axe des pieux : 𝑏’ ≥ 2.5 𝑎𝑝 à 3 𝑎𝑝 , la semelle doit déborder largement du nu extérieur des
pieux ;
𝑏 𝑏
La hauteur utile 𝑑 : 0.5 (𝑏’ − 2) ≤ 𝑑 ≤ 0.7 (𝑏’ − 2) ;

2𝑑
L’inclinaison de l’axe des bielles : 45° ≤ 𝛼 = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 ( 𝑏 ) ≤ 55° ;
𝑏′ −
2

𝑎𝑝
La longueur totale de la semelle : 𝐿𝑡 = 𝑏 ′ + 2 ( 2 ) + 2𝑆 où S en pratique égale 20 𝑐𝑚 ;
𝑃
La largeur de la semelle : 𝑏𝑠 ≥ 0.2d𝑓𝑢 .
𝑐28

La semelle doit par ailleurs être légèrement plus large que les pieux : 𝑏𝑠 ≥ 𝑎𝑝 + 6 à10 𝑐𝑚 (débords).
2. Ferraillage de la semelle :

Résistances et caractéristiques : 𝐹𝑐28 ; 𝐹𝑒 ; 𝛾𝑏 ; 𝛾𝑠


Situation durable : 𝛾𝑏 = 1.5 et 𝛾𝑠 = 1.15 ; Situation accidentelle : 𝛾𝑏 = 1.15 et 𝛾𝑠 = 1

Calcul de ferraillage :
𝑃𝑢
Si 𝑃𝑢 est la charge transmise aux pieux à l’ELU, la réaction d’un pieu se décompose en :
2

• Une force de compression 𝐹𝑐 dans la bielle de béton :


𝑃𝑢 𝑃𝑢
= 𝐹𝑐 𝑠𝑖𝑛𝛼 soit 𝐹𝑐 = 2𝑠𝑖𝑛𝛼
2

• Une force de traction 𝐹𝑡 qui doit être équilibrée par les armatures :
𝑃𝑢 𝑃 𝑏
= 𝐹𝑡 𝑡𝑎𝑛𝑔𝛼 soit 𝐹𝑡 = 4d𝑢 (𝑏’ − 2)
2

On devrait donc avoir pour la section des :

Armatures inférieures 𝑨𝒊 :
𝑓
La contrainte de traction des aciers : 𝜎𝑠 = 𝛾𝑒
𝑠
𝑏
1.1𝐹𝑡 1.1𝑃𝑢 (𝑏’− )
La section d’armature : 𝐴𝑖 = = 2
𝜎𝑠 4𝑑𝜎𝑠

Armatures supérieures 𝑨𝒔 :
𝐴
𝐴𝑠 = 10𝑖 (𝐴𝑖 choisir)

Cadres verticaux et des cadres horizontaux :


Les cadre de faible diamètre, et espacés de 15 à 20 cm. À titre indicatif, on pourra prendre pour les barres à
haute adhérence :
𝐴𝑣 𝐴ℎ 2
= ≥
𝑏𝑠 𝑆𝑣 𝑏𝑠 𝑆ℎ 1000
Où :
𝐴𝑣 : section des armatures verticales ;

6/7 Dr. Nadhir Toubal Seghir


𝐴ℎ : section des armatures horizontales ;
𝑆𝑣 : espacement entre les armatures verticales ;
𝑆ℎ : espacement entre les armatures horizontales.

Epingles : reliant les armatures des deux faces.

3. Vérifications :
Il existe deux vérifications :

a. Contrainte de compression du béton dans les bielles :


La contrainte de compression du béton dans la section supérieure 𝜎𝑏𝑐 𝑠 et inférieure 𝜎𝑏𝑐 𝑖 vaut respectivement :
𝑃𝑢
𝐹𝑐𝑠 2𝑠𝑖𝑛𝛼 𝑃𝑢
𝜎𝑏𝑐 = = =
𝑆𝑠 𝐵 𝑠𝑖𝑛𝛼 B𝑠𝑖𝑛2 𝛼
2
𝑃𝑢
𝑖
𝐹𝑐 2𝑠𝑖𝑛𝛼 𝑃𝑢
𝜎𝑏𝑐 = = =
𝑆𝑖 𝐵𝑝 𝑠𝑖𝑛𝛼 2𝐵𝑝 𝑠𝑖𝑛2 𝛼
Où :
𝑆𝑠 : la section droite d’une bielle à la partie supérieure ;
𝑆𝑖 : la section droite d’une bielle à la partie inférieure.
On admet que l’on doit avoir, pour l’ELU :
𝑃
Pour le poteau : 𝜎𝑏𝑐 𝑠 ≤ 0.9 𝑓𝑐28 → B𝑠𝑖𝑛𝑢2 𝛼 ≤ 0.9 𝑓𝑐28 ;
𝑃𝑢
Pour le pieu : 𝜎𝑏𝑐 𝑖 ≤ 0.9 𝑓𝑐28 → 2𝐵 2𝛼 ≤ 0.9 𝑓𝑐28 .
𝑝 𝑠𝑖𝑛

D’où :
𝑃𝑢
𝑃𝑢 ≤ 0.9 𝑓𝑐28 𝑠𝑖𝑛2 𝛼 × 𝑀𝑖𝑛{𝐵; 2𝐵𝑝 } ou 𝐵 𝑒𝑡 2𝐵𝑝 ≥ 0.9 𝑓 2𝛼
𝑐28 𝑠𝑖𝑛

b. Contrainte de cisaillement :
On doit avoir pour l’ELU :
𝑉𝑢
𝜏= ≤ 𝜏̅ = 0.1𝑓𝑐28
𝑏𝑠 𝑑
Avec :
𝑃𝑢
𝑉𝑢 =
2
Remarque :
Si : 𝜏 > 𝜏̅ on doit augmenter la hauteur utile "𝑑".

7/7 Dr. Nadhir Toubal Seghir

Vous aimerez peut-être aussi