Vous êtes sur la page 1sur 2

THEME 1

OBJET DE TRAVAIL CONCLUSIF = CHAPITRE 3 L'Union européenne et la démocratie

I Le fonctionnement de l'Union Européenne : la démocratie représentative et la démocratie déléguée

https://www.lumni.fr/video/c-est-quoi-l-union-europeenne

En effet, la démocratie est un élément fondamental de l'identité européenne

Ainsi l'Europe s'est bâtie sur l'ambition de développer sur le continent la démocratie libérale et l'Etat
de droit : éviter de nouvelles guerres sur le continent et assurer la sécurité collective au niveau
militaire, économique, politique et sociale. Plus de 50% des citoyens européens estiment que la
démocratie est un élément fondamental de l'identité européenne. Ainsi, dés sa création l'UE est
fondée sur les valeurs communes auxquelles les pays candidats doivent adhérer comme le stipule la
charte de droits fondamentaux de 2000. L'UE « est fondée sur les valeurs de respect de la dignité
humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'Etat de droit, ainsi que le respect des droits de
l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont
communes aux Etats membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-
discrimination, la tolérence, la justice, la solidatité et l'égalité entre les femmes et les hommes »

Les différents traités européens (notamment celui de Lisbonne en 2017rappelle que l'UE fonctionne
sur la base de la démocratie représentative) ont permis un approfondissement des institutions et la
mise en place d'instruments de nature fédéral : monnaie commune (l'Euro), Banque centrale (BCE),
budget européen, Parlement européen...Le traité de Maastricht au delà de règles économiques
strictes avait instauré en 1992 la citoyenneté européenne et un médiateur européen.C'est donc une
union d'états sans véritable gouvernement autonome ; c'est plutôt « une gouvernance
européenne » qui désigne l'ensemble des mécanismes par les quels les institutions de l'UE régule
l'espace politique européen. Le triangle institutionnel formé par le Parlement européen, le Conseil
de l'UE et la Commission européenne suppose des échanges réguliers mais il n'existe pas réellement
de séparation des pouvoirs même si les 3 pouvoirs sont clairement distingués Voir schéma manuel
p 76.
Par ailleurs, cette gouvernance européenne repose sur plusieurs niveaux et échelles fonctionnant
selon le principe de subsidiarité : les instances européennes ne doivent pas agir en dehors de leurs
compétences exclusives que dans le cas où l'échelon européen est le plus judicieux et efficace pour
prendre une décision et mener une politique.
https://www.youtube.com/watch?v=1eNY4WCNm0s

Tout ceci permet une démocratie représentative dans la mesure où les citoyens de chaque état
membre peuvent élire au SU et pour 5 ans les 705 députés aux élections européennes . Mais on a
aussi une démocratie déléguée par la présence des chefs d'états au Conseil européen et des
ministres au Conseil de l'UE. Enfin, une démocratie participative est largement encouragée avec
par exemple le droit de pétition (1000 environ/an adressées au Parlement européen) ou depuis 2011
l'introduction d'un droit « d'Initiative Citoyenne Européenne » qui permet aux citoyens européens
de présenter un projet de directives au Parlement, par le biais de la Commission, européenne, si 1
million de citoyens domiciliés dans au moins 7 états membres différents signent une pétition
Exemple :https://www.youtube.com/watch?v=Ow5dqfHIIi8 + https://www.vie-publique.fr/en-
bref/24043-initiative-citoyenne-europeenne-sauvons-les-abeilles-1re-etape-franchie
II L'Union européenne face aux citoyens et aux Etats : les remises en question depuis 1992

Avec 500 millions de citoyens, l'UE est un défi démocratique majeur

Ainsi l'UE traverse une grave crise de légitimité avec moins d'un 1/3 des européens qui déclarent lui
faire confiance. Une large partie des citoyens considère qu'elle souffre d'un déficit démocratique et
juge le fonctionnement des institutions complexe et ces institutions trop éloignées de leurs
préoccupations quotidiennes. Ceci se traduit par de faibles taux de participation aux élections
européennes mais celle de 2019 semble renverser la tendance
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/05/27/europeennes-2019-une-participation-en-
rebond-dans-toute-l-europe_5468098_4355770.html

Cette crise de légitimité est très largement alimentée par les difficultés de l'UE pour faire face à de
multiples problèmes.

https://www.lumni.fr/video/l-union-europeenne-une-puissance-strategique

Mais bien avant la vague d'attentats (dés 2004 à Madrid) dans les différents pays de l'UE, la crise
des subprimes de 2008 qui s'est accompagnée de politiques économiques d'austérité (hausse de la
fiscalité et maîtrise des dépenses publiques) parfois draconiennes dans des pays comme la Grèce , le
Portugal ou l'Espagne a conduit à un désenchantement. Les technocrates de Bruxelles ont
largement été critiqués et ont suscité une grande méfiance. Critiques d'autant plus acerbes que de
puissants lobbies très actifs se rajoutent aux sentiments d'éloignement des institutions européennes,
complexes et opaques , partagés par un grand nombre d'eurosceptiques.
https://www.dailymotion.com/video/x781ro7
Cet euroscepticisme se traduit également par des mouvements d'opposition extrémistes (néo-nazi
en Allemagne) et un renouveau des nationalismes populistes (Pologne, Hongrie qui affichent des
« démocraties illibérales » c.a.d aux valeurs bien éloignées de celles de l'UE notamment en
matière de Droits de l'Homme)).
Par ailleurs,une « Europe à deux vitesses » s'est progressivement mise en place, suite à
l'élargissement de l'UE et a nécessité des politiques à géométrie variable mais aussi aux
divergences dans la gestion des réfugiés. Cette crise migratoire (dés 2016) a mise en évidence les
fractures entre des pays du Nord et ceux du Sud, pas confrontés aux mêmes problématiques en la
matière.
Parallèlement le Brexit (2016) a largement mis en évidence les divergences dans le domaine
économique et financier.
https://www.lumni.fr/video/le-brexit

Enfin actuellement, la crise sanitaire du Covid 19 avec les crise économique et sociale qui s'en
suivent ont obligé les pays de l'UE à une entente sous formes de Plans de relance où les enjeux sont
énormes.https://www.lesechos.fr/monde/europe/plan-de-relance-europeen-les-six-points-clefs-de-
laccord-1225193