Vous êtes sur la page 1sur 110

Ministère de l’enseignement supérieur

Et de la recherche scientifique
Institut supérieure des études technologiques de Kairouan
Département génie électrique

Support de Cours : Niveau1, Semestre1

Schémas, Normes
ET
Installations domestiques

Préparé par : Timoumi Mehdi

Année universitaire : 2017 - 2018

P 1 sur 110
SCHEMAS NORMES ET INSTALLATION DOMESTIQUE

P 2 sur 110
Avant- propos

Ce support de cours s’adresse aux étudiants des ISET, première niveau du


département génie électrique, dont :

OBJECTIFS DE L’ENSEIGNEMENT :

 Connaissance des symboles et des normes


 Connaissance des éléments de base d’une installation électrique
 Etude de Quelques Schémas et installations électriques de base
 Techniques d’éclairagisme
Contenu théorique :

 Normes et symbolisation.
 éléments de base d’une installation électrique
 différentes sources et différents récepteurs
 équipements nécessaires et appareillage.
 montages d’éclairage domestiques
 Notion de photométrie
 Différents types de lampes à usage domestique
 dimensionnement d’une installation domestique.
 Etude du projet d’éclairage

Pour ce faire j’ai réparti ce travail sur trois chapitres :

 Chapitre1: constitution et normalisation d’une installation


domestique
 Chapitre 2: Techniques d’éclairagisme domestique
 Chapitre 3 : Etude et dimensionnement d’un projet d’éclairage domestique.

P 3 sur 110
Table des matières

Liste des figures .................................................................................................................................... 7


Liste des tableaux ................................................................................................................................. 8
CHAPITRE N°1 :CONSTITUTION ET NORMALISATION D’UNE INSTALLATION
DOMESTIQUE ........................................................................................................................ 9
I-INTRODUCTION ........................................................................................................................... 10
II-STRUCTURES ET CARACTERISTIQUES D’UNE INSTALLATION ............................. 12
1-Caractéristiques des alimentations ................................................................................................ 12
2-Symboles Normalisées ................................................................................................................... 13
3-Matériels d’installations ................................................................................................................. 14
4-Calcul des sections des conducteurs : ........................................................................................... 17
5-Dénomination symbolique des câbles .......................................................................................... 24
6-Les conduits ..................................................................................................................................... 26
7-Synoptique général de la mise à la terre ...................................................................................... 27
III-APPAREILS DE PROTECTIONS ............................................................................................ 29
1-Appareils de protections des circuits ............................................................................................ 29
2-Appareils de protections des personnes ...................................................................................... 29
3-L’interrupteur et le disjoncteur différentiel ................................................................................. 30
4-Le disjoncteur de branchement ..................................................................................................... 31
5-Appareils de protection contre la foudre : ................................................................................... 32
7-Le tableau de répartition................................................................................................................. 32
7-La gaine technique de logement .................................................................................................... 33
8-Règles générales pour la division d’une installation .................................................................. 34
IV-LES SCHEMAS D’ECLAIRAGES DOMESTIQUES .......................................................... 35
1-Le montage simple allumage ......................................................................................................... 35
2-Le montage double allumage avec le commutateur N°5 ........................................................... 36
3. Montage double allumage avec le commutateur N°6 ................................................................ 38
4-Le montage d’allumage va et vient ............................................................................................... 39
5-Le montage d’allumage avec Télé rupteur .................................................................................. 39
6-Le montage d’allumage avec minuterie ....................................................................................... 41

P 4 sur 110
7-Les schémas des prises de courants .............................................................................................. 44
8-Les schémas de signalisations ....................................................................................................... 45
CHAPITRE N°2 : TECHNIQUES D’ECLAIRAGISME DOMESTIQUE ...................... 47
I-NOTIONS DE PHOTOMÉTRIE .................................................................................................. 48
1-Le flux lumineux ............................................................................................................................. 48
2-L’éclairement ................................................................................................................................... 48
3-L’intensité lumineuse ..................................................................................................................... 49
4-La luminance ................................................................................................................................... 49
5-L’éclairage naturel .......................................................................................................................... 50
6-L’éclairage artificiel ........................................................................................................................ 51
III-COMPOSITION D’UN APPAREIL D’ÉCLAIRAGE ........................................................... 51
1-La source lumineuse ....................................................................................................................... 51
2-Les auxiliaires .................................................................................................................................. 52
3-L e corps du luminaire .................................................................................................................... 52
III-QUELLES SONT LES LAMPES ET LUMINAIRES DISPONIBLES ? ............................ 53
1-Caractéristiques des lampes ........................................................................................................... 53
2-Le rendement lumineux .................................................................................................................. 53
3-L’intensité lumineuse ..................................................................................................................... 55
4-La température de couleur ............................................................................................................. 56
5-L’indice de rendu des couleurs...................................................................................................... 57
6. La durée de vie................................................................................................................................ 57
IV-DESCRIPTION DES DIFFÉRENTS TYPES DE LAMPES À USAGE DOMESTIQUE 58
1. L’incandescence ............................................................................................................................. 58
2-La décharge dans un gaz ................................................................................................................ 62
3-L’électroluminescence .................................................................................................................... 66
4-Caractéristiques des luminaires ..................................................................................................... 69
5-Types d’éclairages .......................................................................................................................... 70
6-Les différents types de luminaires ................................................................................................ 73
CHAPITRE N°3 :ETUDE ET DIMENSIONNEMENT D’UN PROJET D’ECLAIRAGE
DOMESTIQUE. ..................................................................................................................... 75
I-CALCUL DE PUISSANCE D’UNE INSTALLATION............................................................ 76
1-Puissance installée (KW) : ............................................................................................................. 76
2-Puissance absorbée Pa(KVA) ........................................................................................................ 77

P 5 sur 110
3-Puissance d’utilisation Pu(KW) .................................................................................................... 77
II-PROJET D’ECLAIRAGE ............................................................................................................. 79
1-Méthodologie ................................................................................................................................... 79
2-Niveau d’éclairement ...................................................................................................................... 80
3-Facteur de dépréciation .................................................................................................................. 80
4-Calcul de l’indice du local K et du facteur de suspension J ...................................................... 81
5-Détermination du facteur de réflexion.......................................................................................... 82
6-Classe photométrique et catégorie de la lumière ........................................................................ 82
7-Facteur d’utilance U ....................................................................................................................... 82
8-Calcul du flux total.......................................................................................................................... 83
9-Emplacement des luminaires ......................................................................................................... 83
Travaux dirigés N°1 ........................................................................................................................... 86
Travaux dirigés N°2 ........................................................................................................................... 88
Travaux dirigés N°3 ........................................................................................................................... 90
Travaux dirigés N°4 ........................................................................................................................... 93
Travaux dirigés N°5 ........................................................................................................................... 95
Travaux dirigés N°6 ........................................................................................................................... 97
BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................... 110

P 6 sur 110
Liste des figures
Figure 1 : disjoncteur divisionnaire .......................................................................................... 29
Figure 2: Cartouche fusible ...................................................................................................... 29
Figure 3: interrupteur différentiel ............................................................................................. 30
Figure 4: disjoncteur différentiel .............................................................................................. 30
Figure 5: disjoncteur de branchement ...................................................................................... 31
Figure 6: parafoudre ................................................................................................................. 32
Figure 7: tableau de répartition ................................................................................................ 33
Figure 8: gaine technique de logement .................................................................................... 34
Figure 9: Schéma développé d’un simple allumage................................................................. 35
Figure 10: Flux lumineux d’une source ................................................................................... 48
Figure 11: éclairement d’une surface ....................................................................................... 49
Figure 12: intensité lumineuse d’une source ............................................................................ 49
Figure 13: luminance d’une surface éclairée par une source ................................................... 50
Figure 14: Classe d’efficacité énergétique des lampes en fonction de leur puissance et de leur
efficacité lumineuse.................................................................................................................. 55
Figure 15 : Plage de température de couleur ............................................................................ 56
Figure 16 : Tubes de couleur différente : chaud à gauche, neutre au centre et froid à droite .. 56
Figure 17. Lampe incandescente à globe ................................................................................ 58
Figure 18. Lampe incandescente en forme de flamme............................................................. 58
Figure 19. Lampe incandescente de type spot. ......................................................................... 59
Figure 20 : Spot halogène......................................................................................................... 60
Figure 21 : Lampe halogène de type capsule. .......................................................................... 60
Figure 22 : Mini tube halogène à deux culots. ......................................................................... 60
Figure 23.Lampes fluo compactes à ballast intégré (de gauche à droite : tube nu, à globe,
spot). ......................................................................................................................................... 64
Figure 24 : Lampes fluo compactes à ballast externe (de gauche à droite : tube nu à simple
broche, tube nu à double broche). ............................................................................................ 65
Figure 25 : Diodes électroluminescentes (DEL). ..................................................................... 67
Figure 26 : Distribution extensive ............................................................................................ 70
Figure 27 : Distribution intensive............................................................................................ 70
Figure 28 : Distribution asymétrique ....................................................................................... 70
Figure 29: Eclairage indirect .................................................................................................... 71
Figure 30: Eclairage indirect .................................................................................................... 71
Figure 31: Eclairage mixte ....................................................................................................... 72
Figure 32 : Eclairage à deux composantes ............................................................................... 72
Figure 33: Exemples de plafonniers ......................................................................................... 73
Figure 34: luminaires suspendus .............................................................................................. 73
Figure 35: Appliques murales .................................................................................................. 74
Figure 36: Le spot et Le downlights......................................................................................... 74

P 7 sur 110
Liste des tableaux

Tableau 1 : Tableau : Couleur d’émission de la lumière par une LED en fonction de la


composition de sa jonction ...................................................................................................... 68
Tableau 2: facteur d’utilance U pour la classe F, et pour J= 0 ................................................. 83

P 8 sur 110
CHAPITRE N°1 :
CONSTITUTION ET NORMALISATION
D’UNE INSTALLATION DOMESTIQUE

P 9 sur 110
I-INTRODUCTION

Les installations domestiques sont conformes à la norme française NFC15-100, qui


impose des sections pour les conducteurs selon le courant supporté (à partir de la puissance
consommée) ainsi que les calibres des appareils de protection. Un conducteur de terre est
nécessaire pour chaque installation électrique pour assurer une protection du local. Les
installations électriques
Dans les locaux à caractère domestique sont généralement des montages d’éclairages,
des prises de courant et des éléments chauffants.
Une norme ( Exp : NFC15-100 ) désigne un ensemble de spécifications décrivant un objet,
un être ou une manière d’opérer dans des conditions de sécurité optimale , Il est un principe
servant de règle et de référence technique, son adhésion est un acte volontaire. Certaines sont
rendues obligatoires par un texte réglementaire ou décret de loi. Les normes sont élaborées
par des organismes dont les plus connus sont :

Au niveau international

Normes Désignations
ISO International Organisation pour Standardisation 1947
CEI Commission Électrotechnique Internationale
CEN Comité Européen de Normalisation
CENELEC Comité Européen de Normalisation pour l'Électrotechnique

Au niveau national

L’INNORPI : est un établissement public tunisien à caractère non administratif, doté de la


personnalité civile et de l’autonomie financière. Créé en 1982 il est placé sous la tutelle du
Ministère chargé de l’Industrie, de l’Energie et des Mines. Il est géré par un Conseil
d’entreprise représentant les différents ministères concernés, il à pour mission d’entreprendre
toutes actions concernant la normalisation, la qualité des produits et services et la protection
de la propriété industrielle. Dans ce cadre, l’Institut :

 Centralise et coordonne tous les travaux, études et enquêtes dans ces divers domaines ;
Il joue un rôle d’information et de formation
 crée les commissions techniques de normalisation et organise leurs travaux en son
sein ; il constitue le point d’information national sur les normes.

P 10 sur 110
 Certifie la conformité aux normes des produits, des services et des systèmes de
managements et gère les marques nationales de conformité aux normes
 Délivre les brevets d’invention et enregistre les marques de fabrique, de commerce, de
services, des dessins et modèles industriels
 Reçoit et enregistre tous les actes affectant les droits de propriété industrielle
 Tient le registre central du commerce
 Représente la Tunisie auprès de l’Organisation internationale de normalisation ISO,
la Commission Electrotechnique Internationale CEI et l’Organisation Mondiale de la
Propriété Intellectuelle, OMPI

Consultez le site de l’INNORPI


http://www.inorpi.ind.tn

P 11 sur 110
II-STRUCTURES ET CARACTERISTIQUES D’UNE INSTALLATION

1-Caractéristiques des alimentations

 Nature de la tension
 La tension fournie peut être de 2 types :
La tension continue, fournie par les piles, les batteries, les alimentations continues.
Symbole : DC

 la tension alternative de fréquence 50 Hz, en Tunisie, en Europe et 60 Hz en


Grande-Bretagne et aux USA.
Symbole : AC

 Types de réseaux
Un réseau électrique est caractérisé par le nombre de conducteurs actifs (phase). On
distingue le monophasé (une phase + un neutre) et le triphasé (trois phases + un neutre).
Le réseau de distribution EDF possède un neutre relié à la terre dans les postes de distribution.
 Tensions
Sur le réseau EDF, 230/400 V, on dispose des tensions : 230 V est La tension entre
une phase et le neutre et 400V est la tension entre 2 phases.
 Architecture des réseaux

Tension Domaine De
Appellation Courante Valeur Usuelle
Alternative Tension
≤ 50V TBT
≤ 500V BTA
BT (Basse Tension) 220-380-400V
≤1000V BTB
5 ,5-6,6-10-15-20-
1≤U≤50KV HTA MT (Moyenne Tension)
36KV
HT (Haute Tension) 63-90-150KV
U ≥ 50KV HTB
THT (Très Haute Tension) 225-400KV

P 12 sur 110
2-Symboles Normalisées

Symboles Désignations Abréviations Type de montage


Point d’éclairage Circuits éclairage
central
Point d’éclairage en Circuits éclairage
applique
Eclairage fluorescent Circuits éclairage
Interrupteur simple SA Simple allumage, prise
commandée
Interrupteur double DA Double allumage, ou prise
commandée
Interrupteur va et VV Montage va-et-vient
vient
Interrupteur simple SA Simple allumage
avec voyant lumineux
Bouton-poussoir BP Télé rupteur, minuterie

Bouton-poussoir BP Circuits prises de courant,


lumineux prise commandée
Prise rasoir avec Circuits prises de courant,
transformateur de prise commandée
sécurité intégré
Prise de courant avec PC : 2P+T Circuits prises de courant,
terre et obturateurs prise commandée
TP=téléphone,
TV=télévision
télé rupteur Montage Télé rupteur
Minuterie Montage minuterie
Machine Lave-linge L-L Circuit spécialisé L-L

Machine Lave- L-V Circuit spécialisé L-C


vaisselle
Sèche linge S-L Circuit spécialisé S-L

réfrigérateur Circuit prises de courant

congélateur Circuit spécialisé

Plaque de cuisson P-C Circuit spécialisé cuisson

Hotte aspirante S-L Circuit spécialisé hotte

Cumulus/chauffe eau Circuit spécialisé

Appareil de chauffage Circuit de chauffage

P 13 sur 110
3-Matériels d’installations

 Les conducteurs

Le conducteur isolé :

Le câble unipolaire

Le câble

 Caractéristiques :
 Parties conductrices :
Elles concernent l'âme du conducteur ou du câble. Cette âme doit être très bonne
conductrice de l'électricité pour limiter au maximum les pertes par effet Joule lors du transport
de l'énergie, d'ou l'utilisation du cuivre, ou de l'aluminium qui ont une résistivité très faible.

 L’âme et dite massive lorsqu’elle est constituée d’un conducteur (fil) unique. Utilisé
pour l’installation fixe.
 L’âme est dite multi brin lorsqu’elle est formée de plusieurs brins assemblés en
torons.il est utilisé pour les parties mobiles des installations fixes. (Machine à laver,
radio, chantier…).
Resistance du fil : R = ρ ×l /S

 pour le cuivre : ρ = 1,724 .10-8 mΩ à 20 °C


 pour l'aluminium : ρ = 2,86 .10-8 mΩ à 20 °C
 Parties isolantes :
P 14 sur 110
Elles doivent protéger les conducteurs contre la présence d’eau, de poussières, les chocs
mécaniques et la chaleur. Elles doivent avoir une résistivité très grande (isolant), on emploie :
 Le PVC (polychlorure de vinyle) ou le polyéthylène
 Le caoutchouc butyle vulcanisé (PRC)
Les isolants utilisés sont caractérisés par leur tension nominale d'isolement. La tension
Nominale du câble doit être au moins égale a la tension nominale de l'installation.
En basse tension on distingue différentes tensions nominales de câbles : 250V, 500V, 750V
Ou 1000V.
 Enveloppe ou Gaine isolante :
Les caractéristiques mécaniques de l'enveloppe isolante ne sont pas toujours suffisantes
pour protéger le câble des influences externes. On est conduit à recouvrir l'enveloppe isolante
par une gaine de protection qui doit présenter des caractéristiques :
 Mécaniques (résistance à la traction, à la torsion, à la flexion et aux chocs)
 Physiques (résistance à la chaleur, au froid, à l'humidité, au feu)
 Chimiques (résistance à la corrosion et au vieillissement).
On emploie des enveloppes en matériaux synthétiques (PVC) ou métalliques (feuillard d'acier,
D’aluminium ou plomb).
La température maximale de fonctionnement pour les isolants est donnée par les normes
 Polychlorure de vinyle : 70 °C
 Polyéthylène réticulé : 90 °C
 Identification et repérage
Le repérage des conducteurs par leur couleur est impératif pour l’installateur électricien, il
peut ainsi vérifier la polarité des conducteurs avant toute intervention.
 Bleu pour le conducteur neutre (dans le cas d’une alimentation triphasés)
 Vert / Jaune pour le conducteur de protection PE
 Les conducteurs de phase peuvent être repérés par n'importe quelle couleur sauf
Vert, Jaune, Bleu

Remarques
 L'identification des conducteurs par leur couleur ne doit être considérée que comme
une présomption. Il est toujours nécessaire de vérifier la polarité des conducteurs
avant toute Intervention.
 La couleur bleue peut être utilisée pour un conducteur de phase si le neutre n'est pas
Distribué.

P 15 sur 110
 le fil bleu : signifie le neutre
 les fils rouge, noire, marron, violet ... : signifie la phase
 le fil vert / jaune : toujours fil de terre
 Section des conducteurs
Elle exprime la section droite du conducteur, en général, les conducteurs sont cylindriques :
 pour les circuits d’éclairage : 1,5 mm2 (ф = 1,382 mm2).
 pour les circuits de prises de courant : 2,5 mm2 (ф = 1,784 mm2).
 pour les circuits mixtes (éclairage + prises) : 2,5 mm2 (ф = 1,784 mm2).
 Sections standardisées
0,5 – 0,7 – 1 – 1,5 – 2,5 – 4 – 6 – 10 – 16 – 25 – 35 …

 Indication du nombre de conducteurs sur les câbles.


Sur la plupart des câbles, on signale la présence d’un conducteur de terre par la lettre G.
Ex : H 07 V - U 3G2, 5mm2 = 3 conducteurs au total de 2,5mm2 de section, dont un des
Conducteurs est réservé exclusivement a la mise a la terre. (jaune/vert).
On signale aussi le conducteur de protection en ajoutant la section de celui-ci au nombre de
Conducteurs d’énergie.
Ex : H 03 RT - F 2x2, 5 + 2,5mm2 = 2 conducteurs d’énergie (actifs) + 1 conducteur de
protection, Les 3 conducteurs n’ont pas la même section
 Intensité admissible par les câbles
Les fabricants de câble donnent les intensités que peuvent transporter les câbles qu'ils
fabriquent tout en conservant un échauffement normal du câble. Ainsi, ils donnent les sections
à utiliser en fonction des longueurs, des tensions, et des intensités à transporter pour une chute
de tension de 3 % (monophasé) et 5 % (triphasé).

P 16 sur 110
4-Calcul des sections des conducteurs :

Pour faire le bon choix de section du conducteur, plusieurs facteurs autre que le courant
admissible sont prises en comptes, on évaluera à la suite ces différents facteurs.

 Courant d’emploi IB :

Le courant IB correspond au courant que transporte le circuit pour le service nominal.

Il est donné en courant alternatif par les formules suivantes :


𝑃
En monophasé : 𝐼𝐵 = 𝑉.𝑐𝑜𝑠𝜑 P : puissance nominal des récepteurs

U : tension entre phase.


𝑃
En triphasé : 𝐼𝐵 = V : Tension entre phase et neutre.
3.𝑈.𝑐𝑜𝑠𝜑
Exemple :

Soit un radiateur qui consomme en monophasé 5KW, déterminer IB.

IB =5000/240 = 20,83 A
 Sélection de la protection :

A partir du courant d’emploi on peut déterminer le calibre du dispositif de protection.

On prendra toujours un courant (Iz) supérieur ou égale aux courants de protection.

6 10 16 20 25 32 40 50 63 80 100 125

Pour un récepteur utilisant un courant de 22A, quel courant faut choisir ?

 25A.
 Intensité fictive I’z :

Le mode de pose du câble, la température ambiante et d’autres facteurs interviennent et


influent le courant admissible dans le câble, c'est-à-dire la diminution de la valeur du courant
admissible dans le câble.

Il faudra donc utiliser un câble plus grand pour supporter le courant admissible Iz divisé
par le facteur de correction K, ce courant est l’intensité fictive I’z= Iz /K

Exemple :

On prend K=0,48 I’z=25/0,48= 52,1 A

P 17 sur 110
Détermination de la section minimale d'une canalisation non enterrée

Dans ce cas, Le facteur de correction K est le produit d’un ensemble de facteur tel que:
K=K1 x K2 x K3 x Kn

 Méthode du calcul de K
Kn est le facteur de correction du neutre chargé, Kn=0,84, si non Kn=1
 Choix de la lettre de sélection :
Selon la manière par laquelle le câble est posé, on associe une lettre, la désignation
est faite à l’aide du tableau suivant :

Type de conducteurs Mode de pose lettre


sous conduit, profilé ou goulotte, en apparent ou
encastré
B
conducteurs et câbles sous vide de construction, faux plafond
multiconducteurs sous caniveau, moulures, plinthes, chambranles
en apparent contre mur ou plafond
C
sur chemin de câbles ou tablettes non perforées
sur échelles, corbeaux, chemin de câbles perforé
câbles multiconducteurs fixés en apparent, espacés de la paroi E
câbles suspendus
sur échelles, corbeaux, chemin de câbles perforé
fixés en apparent, espacés de la paroi
câbles mono-conducteurs F
câbles suspendus

Facteurs de correction K1
Le facteur de correction K1 tient compte le mode de pose

lettre cas d'installation K1

câbles dans profilés encastrés directement dans matériaux thermiquement isolants 0,70

conduit encastrés dans des matériaux thermiquement isolants 0,77


B,C
câbles multiconducteurs 0,90

vides de construction et caniveaux 0,95

C pose sous plafond 0,95

B, C, E, F autres cas 1,00

P 18 sur 110
Facteurs de correction K2
Le facteur de correction K2 prend en compte l’influence mutuelle des circuits placés côté à
côté
Nombre de circuits ou de câbles multiconducteurs
lettre Disposition des câbles jointifs
1 2 3 4 5 6 7 8 9 12 16 20

B, C encastrés ou noyés dans parois 1 0,8 0,7 0,65 0,6 0,57 0,54 0,52 0,5 0,45 0,41 0,38

simple couche sur murs ou


planchers ou tablettes non 1 0,85 0,79 0,75 0,73 0,72 0,72 0,71 0,7 0,7
C perforées

simple couche au plafond 0,95 0,81 0,72 0,68 0,66 0,64 0,63 0,62 0,61 0,61

simple couche sur tablettes


horizontales perforées ou tablettes 1 0,88 0,82 0,77 0,75 0,73 0,73 0,72 0,72 0,72
verticales
E,F
simple couche sur échelles ou
1 0,87 0,82 0,8 0,8 0,79 0,79 0,78 0,78 0,78
corbeaux

Facteurs de correction K3
Le facteur de correction K3 prend en compte la température ambiante et la nature d’isolant
Isolation
température polyéthylène réticulé (PR)
élastomère polychlorure de vinyle
ambiante(°C) butyle,éthylène, propylène
(caoutchouc) (PVC)
(EPR)
10 1,29 1,22 1,15
15 1,22 1,17 1,12
20 1,15 1,12 1,08
25 1,07 1,07 1,04
30 1,00 1,00 1,00
35 0,93 0,93 0,96
40 0,82 0,87 0,91
45 0,71 0,79 0,87
50 0,58 0,71 0,82
55 0,61 0,76
60 0,50 0,71

Détermination de la section minimale d'une canalisation enterrée

Dans ce cas, la valeur de K sera estimée par la formule K=K4 x K5 x K6 x K7

P 19 sur 110
Facteurs de correction K4 (influence du mode de pose)

cas d'installation K4

pose sous fourreaux, conduits ou profilés 0,8

autres cas 1,0

Facteurs de correction K5 (influence mutuelle des circuits)

nombre de circuits 1 2 3 4 5 6 7 8 9 12 16 20

K5 1,00 0,80 0,70 0,65 0,60 0,57 0,54 0,52 0,50 0,45 0,41 0,38

Facteurs de correction K6 (influence de la nature du sol)

nature du sol K6

très humide 1,21

humide 1,13

normal 1,05

sec 1,00

très sec 0,86

Facteurs de correction K7 (influence de la température)

Isolation
température du sol
polyéthylène réticulé (PR)
(°C) polychlorure de vinyle (PVC)
éthylène propylène (EPR)
10 1,10 1,07
15 1,05 1,04
20 1,00 1,00
25 0,95 0,96
30 0,89 0,93
35 0,84 0,89
40 0,77 0,85
45 0,71 0,80
50 0,63 0,76
55 0,55 0,71
60 0,45 0,65

P 20 sur 110
Choix de la section pour un câble non enterré
Après avoir estimé la valeur de Iz', on se place dans la colonne de l’isolant associé a la
lettre de sélection, la section sera choisie en cuivre ou en aluminium.

isolant et nombre de conducteurs chargés (3 ou 2)


Iz'
caoutchouc ou PVC butyle ou PR ou éthylène PR
B PVC3 PVC2 PR3 PR2
lettre C PVC3 PVC2 PR3 PR2
de
sélection E PVC3 PVC2 PR3 PR2
F PVC3 PVC2 PR3 PR2
1,5 15,5 17,5 18,5 19,5 22 23 24 26
2,5 21 24 25 27 30 31 33 36
4 28 32 34 36 40 42 45 49
6 36 41 43 48 51 54 58 63
10 50 57 60 63 70 75 80 86
16 68 76 80 85 94 100 107 115
25 89 96 101 112 119 127 138 149 161
35 110 119 126 138 147 158 169 185 200
50 134 144 153 168 179 192 207 225 242
Section cuivre (mm²) 70 171 184 196 213 229 246 268 289 310
95 207 223 238 258 278 298 328 352 377
120 239 259 276 299 322 346 382 410 437
150 299 319 344 371 395 441 473 504
185 341 364 392 424 450 506 542 575
240 403 430 461 500 538 599 641 679
300 464 497 530 576 621 693 741 783
400 656 754 825 940
500 749 868 946 1083
630 855 1005 1088 1254
2,5 16,5 18,5 19,5 21 23 25 26 28
4 22 25 26 28 31 33 35 38
6 28 32 33 36 39 43 45 49
10 39 44 46 49 54 59 62 67
16 53 59 61 66 73 79 84 91
25 70 73 78 83 90 98 101 108 121
35 86 90 96 103 112 122 126 135 150
50 104 110 117 125 136 149 154 164 184
70 133 140 150 160 174 192 198 211 237
Section aluminium (mm²)
95 161 170 183 195 211 235 241 257 289
120 186 197 212 226 245 273 280 300 337
150 227 245 261 283 316 324 346 389
185 259 280 298 323 363 371 397 447
240 305 330 352 382 430 439 470 530
300 351 381 406 440 497 508 543 613
400 526 600 663 740
500 610 694 770 856
630 711 808 899 996

P 21 sur 110
Choix de la section pour un câble enterré
Ce tableau donne la valeur de la section du câble en cuivre et en aluminium

Iz' Isolant et nombre de conducteurs chargés


Caoutchouc ou PVC Butyle ou PR ou éthylène PR
3 2 3 2
conducteurs conducteurs conducteurs conducteurs
SECTION CUIVRE(mm²) 1,5 26 32 31 37
2,5 34 42 41 48
4 44 54 53 63
6 56 67 66 80
10 74 90 87 104
16 96 116 113 136
25 123 148 144 173
35 147 178 174 208
50 174 211 206 247
70 216 261 254 304
95 256 308 301 360
120 290 351 343 410
150 328 397 387 463
185 367 445 434 518
240 424 514 501 598
300 480 581 565 677
SECTION 10 57 68 67 80
ALUMINIUM(mm²) 16 74 88 87 104
25 94 114 111 133
35 114 137 134 160
50 134 161 160 188
70 167 200 197 233
95 197 237 234 275
120 224 270 266 314
150 254 304 300 359
185 285 343 337 398
240 328 396 388 458
300 371 447 440 520

P 22 sur 110
Application :

Soit un câble polyéthylène réticulé (PR) triphasé + neutre (4eme circuit dans le
schéma), ce câble est tiré sur un chemin de câble perforé jointivement avec 3 circuits
constitué de :

 Un câble triphasé (circuit 1)


 Trois câbles unipolaires (circuit 2)
 Six câbles unipolaires (circuit 3).

Ce câble exposé à une température de 40°C et véhicule un courant de 58A.

Calculer K.

Correction :

La lettre de sélection est (E), les facteurs de correction k1=1, K2=0,77 K3=0,91.

K=K1 x K2 x K3 x Kn= 1x0, 77x0, 91x0, 84=0, 59

Détermination de la section :

En suivant l’exemple précédent, on choisie un courant normalisé le plus prêt de 58A, soit
63A.

I’z=63/0,59= 106,8 A

En se place sur la colonne du lettre E et le PR3, on choisie le courant admissible le plus


proche de la valeur 106,8 soit 127A, la section correspondante en cuivre est 25mm2.

En aluminium la valeur du courant le plus proche est 122A, la section correspondante est
35mm2.

P 23 sur 110
5-Dénomination symbolique des câbles

Les conducteurs et câbles définis par une norme UTE sont désignés à l’aide d’un
système harmonisé ou bien à l’aide du système UTE traditionnel selon qu’il s’agit de modèles
concernés ou non par l’harmonisation en vigueur dans le cadre du CENELEC.
Ces deux systèmes de désignation sont repris par la norme NF C 30-202 et HD 361 et
comprennent une suite de symboles disposés de gauche à droite, dans l’ordre, dont un extrait
est donné ci-dessous.

P 24 sur 110
EXEMPLES :
 H 07 V- R : conducteur
 H : série harmonisée
 07 : tension nominale 450/750V
 V : enveloppe isolante PVC
 R : âme rigide ou câble ronde pour grosse section
 H 05 V-K : conducteur
 H : série harmonisée
 05 : tension nominale 300/500V
 V : enveloppe isolante PVC
 K : installation fixe
 H 07 RN-F 2G25 : câble rond
 H : série harmonisée
 07 : tension nominale 450/750V
 R : isolant caoutchouc PRC
 N : gaine en polychloropéne
 F : âme souple classe 5
 2 : 2 conducteurs
 G : dont 1 vert/jaune
 25 : section de conducteur 25 mm2
 H 05 VV –F2 *2,5
 H : série harmonisée
 05 : tension nominale 300/500V
 V : enveloppe isolante PVC
 V : gaine PVC
 F : âme souple classe 5
 2 : 2 conducteurs
 2,5 : section de conducteur 2,5 mm2
 U 1000 R02V 3*2,5 : câble de 3 conducteurs
 U : norme UTE
 1000 : tension nominale 1000v
 R : enveloppe isolante en polyéthylène réticulé
 0 : aucun bourrage
 2 : gaine de protection en PVC
 V : gaine de protection en PVC
 3*2,5 : 3 conducteurs de section 2,5 mm2

P 25 sur 110
6-Les conduits

Un conduit a pour rôle essentiel d’assurer une protection continue des conducteurs
contre les chocs mécaniques, l’eau, les risques d’incendies. Les conduits doivent en outre
pouvoir être Facilement mis en forme, être encastres dans les murs ou enterrés dans le sol.

 Caractéristiques :
Les conduits sont fabriqués en différents matériaux qui garantissent des qualités de :
 Resistance mécanique (chocs, écrasements)
 Etanchéité (à l'eau, aux poussières)
 Non propagation de la flamme.
De plus, ils doivent être facilement encastrés dans les murs,Ou enterrés dans le sol.
 Section utile des conduits :
Pour que les conducteurs ou câbles puissent être tirés ou retirés facilement, on applique la
Règle du tiers de section.

 Règle :
La somme des sections totales des conducteurs, isolants compris, est égale au tiers de la
Section intérieure du conduit.

P 26 sur 110
7-Synoptique général de la mise à la terre

Il existe deux façons pour réaliser la prise de terre:

 La méthode à fond de fouille, ou les conducteurs sont enfouis horizontalement

 La méthode du piquet de terre, qui consiste à planter un ou plusieurs piquets


verticaux dans la terre et à raccorder au conducteur de terre (vis à vis de la norme NF
C 15-100)

 Le conducteur de terre

Le conducteur de terre relie la prise de terre à la barrette de coupure. Il peut être constitué
de différentes manières:

 En cuivre isolé (fil électrique avec isolant vers jaune), avec une section minimale de
16mm²

P 27 sur 110
 En cuivre nu (sans isolant ressemblant à une tresse de cuivre) avec une section
minimale de 25mm²: C’est le conducteur de terre le plus souvent utilisé.
 En acier galvanisé nu, avec une section minimale de 50mm²

 Barrette de mesure / Barrette de coupure de terre

La barrette de mesure de terre peut être aussi appelée borne principale de mise à la terre.
Elle joue deux rôles dans la mise à la terre: elle assure la connexion entre le conducteur de
terre et le conducteur principal de protection. Comme son nom l’indique, elle permet
également de fait la mesure de la résistance de terre mais aussi de déconnecter la prise de terre
de l’ensemble de l’installation électrique.

 Le conducteur principal de protection

C’est le conducteur qui relie la barrette de coupure au répartiteur de terre du tableau de


répartition électrique, La section dépend de la section du câble d’alimentation générale. Pour
faire simple et être sûr vous devez utiliser un fil en cuivre isolé de section 16mm² pour le
conducteur principal de protection.

 Les liaisons équipotentielles et la mise à la terre

Les liaisons potentielles protègent les personnes contre les différences de potentiels qui
peuvent apparaitre en cas de problèmes sur les éléments conducteurs de l’installation
électrique (canalisations métalliques….) Les liaisons équipotentielles sont reliées
au répartiteur de terre du tableau électrique (plus rarement à la barrette de coupure de terre).

 Valeur de la prise de terre:

La prise de terre doit avoir une valeur maximale de 100 Ohms pour un disjoncteur de
branchement avec protection différentielle 500mA.

 Les conducteurs de protection des circuits

Ces conducteurs sont les fils électriques qui correspondent aux différents circuits de
l’installation électrique. Ils sont reliés au répartiteur de terre du tableau électrique. Il faut

P 28 sur 110
simplement que le conducteur de protection d’un circuit électrique soit au minimum de même
section que les conducteurs d’alimentation électrique: Si les fils de phase et de neutre sont de
section 2,5mm², le fil électrique de terre doit être de 2,5mm².

III-APPAREILS DE PROTECTIONS

1-Appareils de protections des circuits

Un circuit doit comporter, à son origine, sur la phase, un dispositif de protection contre
les surintensités. On emploie, pour cela, soit un disjoncteur divisionnaire, soit une cartouche
fusible.
Le courant assigné maximal, ou calibre, du fusible, ou du disjoncteur doit figurer sur
l’appareil, ou la cartouche. Ce dispositif a pour rôle de couper l'alimentation en cas de court-
circuit ou de Surconsommation sur le circuit qu'il alimente. Il permet de couper la phase et le
neutre. Ces appareils doivent comporter le sectionnement du neutre, et l’identification ou le
repérage du circuit qu’il alimente.

Figure 1 : disjoncteur divisionnaire


Figure 2: Cartouche fusible

2-Appareils de protections des personnes

En plus de la protection contre les surcharges et les courts-circuits, on doit protéger les
personnes contre les risques de contacts indirects, à l’aide de dispositifs différentiels à haute
sensibilité 30mA (ou DRHS : Différentiel Résiduel Haute Sensibilité). En association avec le
conducteur de protection connecté à la terre, ce dispositif est en mesure de couper

P 29 sur 110
l'alimentation secteur en cas de détection d'un courant de fuite de 30mA. On distingue trois
types de disjoncteurs résiduels hauts sensibilité :
 type AC : ce sont des disjoncteurs différentiels qui détectent uniquement les courants
alternatifs de défaut. Ce sont les plus courants
 type A : ce type de disjoncteurs différentiels détecte à la fois les courants alternatifs de
défaut (comme les types AC) et également des courants de défauts comportant une
composante continue. La composante continue peut être produite par les plaques de
cuisson à induction, les variateurs de vitesse, les laves linges, les lampes à économie
d’énergie, ...
 type HI : ce sont des différentiels à haute immunité, permettant d’assurer le non
déclenchement du différentiel en cas de courant parasite produit lors de la mise en
marche de certains récepteurs. Ils sont utilisés pour l’alimentation des congélateurs et
du matériel informatique.

Figure 3: interrupteur différentiel


Figure 4: disjoncteur différentiel

3-L’interrupteur et le disjoncteur différentiel

L’interrupteur différentiel remplit deux fonctions :


 une fonction manuelle de commande (mise en ou hors service de la partie
D’installation où il est placé) ;

P 30 sur 110
 une fonction automatique de protection des personnes.
Le disjoncteur différentiel remplit trois fonctions :
 une fonction manuelle de commande (mise en ou hors service de la partie
d’installation Où il est Placé)
 une fonction automatique de protection des personnes.
 une protection des canalisations contre les surcharges et les courts circuits.
Cet élément se nomme également Disjoncteur Différentiel de détection de courant
Résiduel (DDR).

Remarque
Le courant assigné d’un dispositif différentiel doit être au moins égal au courant
d’emploi du circuit.
4-Le disjoncteur de branchement
Un disjoncteur général assure la commande et la protection générale de toute
l’installation. Le disjoncteur d'abonné (ou de branchement), placé en tête d'installation, il
coupe le courant dans le cas d'une consommation supérieure à celle souscrite dans
l'abonnement (15, 30, 45, 60 ou 90 A). Il est différentiel (500mA) afin de protéger également
les personnes contre les contacts indirects et prévient des risques d'incendie en surveillant les
défauts d'isolement.
De type S il permet d’assurer une sélectivité totale avec les interrupteurs différentiels
installés en aval, afin que seul le départ ayant le défaut d'isolement soit mis hors tension. C'est
aussi un interrupteur général qui permet une coupure manuelle d'urgence en cas de problème.
Le disjoncteur d'abonné doit être installé par un professionnel, et doit être plombé par le
fournisseur d'électricité après réglage du calibre limitant la puissance au contrat souscrit

Figure 5: disjoncteur de branchement

P 31 sur 110
5-Appareils de protection contre la foudre :

Le parafoudre secteur et le parafoudre téléphonique protègent les équipements contre


les effets de la foudre. Ils sont requis par la norme dans les régions à forte densité de
foudroiement et dans tous les bâtiments équipés d’un paratonnerre.

Figure 6: parafoudre

7-Le tableau de répartition

Le tableau électrique de distribution terminale ou de répartition est situé juste en dessous


du disjoncteur général, il assure :
 la séparation des différents circuits
 la protection de chaque circuit contre les surintensités et courts-circuits (Coupe circuit
fusible – Disjoncteur divisionnaire)
 la protection des personnes (Dispositif différentiel)
 la protection contre les surtensions (Parafoudre secteur)
 des fonctions annexes de commande et de régulation
 Constitution d’un tableau de répartition
Le tableau de répartition doit être conforme à la norme (NF C 61-910). Il comporte :
 un répartiteur de phase
 un répartiteur de neutre
 les interrupteurs ou disjoncteurs différentiels haute sensibilité (30 mA)
 des barres de pontage (peigne isolé) de phase et de neutre
 les dispositifs de protection contre les surintensités des circuits (disjoncteurs
divisionnaires ou cartouches à fusibles)
 les dispositifs de protection contre les surtensions (parafoudre)

P 32 sur 110
 un répartiteur de terre
 des appareils modulaires tels que télé rupteurs, contacteurs, relais heures creuses pour
Chauffe-eau à accumulation, délester, transformateur de sonnerie, programmateur,
gestionnaire...

Figure 7: tableau de répartition

7-La gaine technique de logement

Dans une construction neuve, le tableau électrique doit être installé dans la " Gaine
Technique de Logement ". Il s'agit d'un volume de 0,45 ou 0,60 m x 0,20m, du sol au plafond,
strictement réservé aux courants électriques (tableau d'abonné, téléphone, alarmes,
communications, TV...) à l'intérieur du logement ou dans un local annexe directement
accessible (garage communicant directement avec la maison par exemple). En rénovation,
lorsque la règle ci-dessus est irréalisable, il faut toutefois éviter d'installer le tableau dans un
endroit humide ou à proximité de tuyaux d'eau et de gaz. En plus du tableau électrique, depuis
le 1er janvier 2008, dans les installations neuves, il est obligatoire d'installer un coffret
communiquant ou coffret V.D.I. (Voie Données Images).

P 33 sur 110
Ce coffret, installé à proximité de l'armoire électrique, doit permettre la distribution
des signaux tels que la télévision, le téléphone, les données informatiques, l'ensemble pouvant
être connecté en réseau par l'intermédiaire de ce tableau.
L'ensemble des prises d'antenne (VHF/UHF et satellite), RJ45 et RJ11 doivent donc être
reliées à ce tableau V.D.I. (tout comme les prises électriques le sont au tableau électrique).

Figure 8: gaine technique de logement

8-Règles générales pour la division d’une installation

La subdivision des installations en plusieurs circuits permet de limiter les conséquences


d’un défaut en ne coupant que le circuit défectueux. Cette façon d’opérer facilite aussi les
vérifications et les recherches de défauts.
 L’éclairage est réparti de préférence entre plusieurs circuits, de même pour les prises
de courant.
 Les circuits sont spécialisés en fonction des appareils qu’ils desservent et ces circuits
ont chacun une protection distincte. (Exemples : prise de courant, chauffe-eau,
machine à laver)
 Le nombre de points lumineux ou de socles de prises de courant 16 A sur un même
circuit ne doit pas dépasser 8 (ou 5 pour Promotélec).
 Les circuits de prise de courant, ainsi que le circuit d’alimentation d’éclairage de la
salle de bain doivent être protégés au départ par un dispositif différentiel haute-
sensibilité (30 mA).

P 34 sur 110
IV-LES SCHEMAS D’ECLAIRAGES DOMESTIQUES

1-Le montage simple allumage

a. Définition

On veut commander un circuit d’éclairage d’un seul endroit

b. Schéma développé

Figure 9: Schéma développé d’un simple allumage

Légende :

L1-N : alimentation monophasée


F1 : fusible de protection
Q1 : interrupteur unipolaire
E1, E2 : lampes d’éclairages
c. Schéma architectural

P 35 sur 110
d. Schéma multifilaire

e. Schéma unifilaire

2-Le montage double allumage avec le commutateur N°5

a. Définition

On veut commander deux circuits d’éclairages différents d’un seul endroit

P 36 sur 110
b. Schéma développé

Légende :

L1-N : alimentation monophasé

F1 : fusible de protection

Q1 : commutateur N°5

E1, E2, E3 : lampes d’éclairages

c. Schéma architectural

d. Schéma multifilaire

P 37 sur 110
e. Schéma unifilaire

3. Montage double allumage avec le commutateur N°6

a. Schéma développé

Remarque

Ce montage permet de commander d’un seul endroit un circuit parmi deux.

b. Schéma architectural

P 38 sur 110
4-Le montage d’allumage va et vient

Ce montage permet de commander un circuit d’éclairage de deux endroits différents

a. Schéma développé

Légende :

Ph-N : alimentation monophasé

Q1,Q2 : commutateur N°4

F1 : fusible de protection

E1, E2 : lampes d’éclairages

b. Schéma architectural

5-Le montage d’allumage avec Télé rupteur

a. définition

Ce montage permet de commander un circuit d’éclairage de plusieurs endroits


différents, électriquement, une télé rupteur est constituée d’une bobine et d’un contact

P 39 sur 110
d’accrochage mécanique, lorsque la bobine est excitée par action d’un bouton poussoir, le
contact se ferme et les lampes s’allument.

Une deuxième action sur un bouton poussoir excite la bobine de nouveau qui va ouvrir
le contact d’accrochage, les lampes s’éteignent. On dit que les boutons poussoirs commandent
la bobine et le contact d’accrochage commande les lampes

b. Schéma développé

Légende
L1-N : alimentation monophasé
F1 : fusible de protection
S1,S2 ,S3,S4 : boutons poussoirs
K : bobine du télé rupteur
K1: contact d’accrochage
E1, E2 : lampes d’éclairages
c. Schéma architectural

P 40 sur 110
d. Schéma multifilaire

e. Schéma unifilaire

6-Le montage d’allumage avec minuterie

Ce montage permet de commander un circuit d’éclairage de plusieurs endroits


différents, la mise en service est manuelle (par action sur un bouton poussoir) et la mise hors

P 41 sur 110
service est automatique (après un temps préréglé).Le minuterie est constitué par une bobine et
par un contact à accrochage temporisé : il ya deux montages possibles

a. Montage avec effet(ou à 4fils) 9++

b. Montage avec effet(ou à 3fils)

Légende

L1-N : alimentation monophasé


F1 : fusible de protection
S1,S2,S3,S4 : boutons poussoirs
K : bobine du minuterie
K1 : contact à accrochage
E1,E2 : lampes d’éclairages

P 42 sur 110
a. Schéma architectural

b. Schéma multifilaire

c. Schéma unifilaire

P 43 sur 110
7-Les schémas des prises de courants

Les prises de courant sont des appareils de raccordement qui servent de liaison entre une
canalisation fixe et un récepteur mobile .Du point de vue électrique, elles sont caractérisées
par :

 Une tension nominale (250V en monophasé ,380V en triphasé)


 Un courant maximal (10A, 16A, 20A, 32A)
 Un nombre de broche, P : pole actifs (phase ou neutre) , T : conducteur de protection
 EXP : 2P : monophasé, 2P+T : monophasé avec terre, 3P+T : triphasé plus terre

4P+T : 3Phases plus neutre plus terre

a. Schéma développé

Un circuit de 3 prises de courant monophasé de type 2P+T Sous la protection du disjoncteur

b.Schéma architectural

P 44 sur 110
c. Schéma multifilaire

d. Schéma unifilaire

8-Les schémas de signalisations

 Signalisation sonore

La signalisation électrique (lumineuse ou sonore) est utilisée dans un local à habitation,


elle permet essentiellement d’attirer l’attention des personnes et indique, en générale, la
présence d’une personne qui désire annoncer son arrivée

P 45 sur 110
a. Schéma développé

Légende :

PH-N : alimentation monophasé


F1 : fusible de protection
S1 : bouton poussoir
H1 : sonnerie
 Gâche électrique
C’est la commande à distance d’une porte par une gâche électrique : l’action
sur un bouton poussoir ou sur un contact par une clé provoque l’alimentation d’une
gâche et le déverrouillage de la porte
a. Schéma développé

Légende :
PH-N : alimentation monophasé
F1 : fusible de protection
S1 : bouton poussoir
S2 : contact actionné par clé
Y1 : gâche électrique

P 46 sur 110
CHAPITRE N°2
TECHNIQUES D’ECLAIRAGISME
DOMESTIQUE

P 47 sur 110
I-NOTIONS DE PHOTOMÉTRIE

Pour comprendre Les différents moyens permettant d’assurer un éclairage efficace dans
les logements, on donne quelques principes théoriques de base relatifs à la lumière et des
notions fondamentales de photométries nécessaires à l’éclairagisme.

1-Le flux lumineux

Le flux lumineux (F) est la quantité de lumière rayonnée par une source dans toutes les
directions de l’espace. Il s’exprime en lumens (symbole : lm). C’est d’une certaine
manière la puissance lumineuse qu’une source émet; c’est donc sur cette base que les sources
lumineuses peuvent être en partie comparées. Deux sources émettant le même flux lumineux
donneront, a priori, la même quantité de lumière dans la pièce.

Figure 10: Flux lumineux d’une source

2-L’éclairement

L’éclairement est la quantité de flux lumineux (de lumière) reçue par une surface. Il
est exprimé en lux (ou lm/m²; symbole : lx) : 1 lx = 1 lm/m².

EXEMPLES

• Sol extérieur par nuit de pleine lune : 0,2 lx


• Surface de travail dans un bureau : de 300 à 1000 lx
• Sol extérieur par ciel couvert : de 5000 à 20.000 lx
• Sol extérieur par ciel clair : de 7000 à 24.000 lx
• Surface perpendiculaire au soleil d’été : 100.000 lx

P 48 sur 110
Figure 11: éclairement d’une surface

3-L’intensité lumineuse

La notion d’intensité lumineuse prend en compte l’aspect directionnel de la lumière.


Elle correspond au flux lumineux émis par unité d’angle solide dans une direction donnée et
s’exprime en candelas (lumens par stéradian; symbole : cd).

Figure 12: intensité lumineuse d’une source

4-La luminance

La luminance est la seule grandeur réellement perçue par l’œil humain. Elle est
directement liée à l’éclairement rétinien et correspond à la sensation visuelle de luminosité
créée par une source ou par une surface éclairée. Elle représente le rapport entre l’intensité de
la source dans une direction donnée et la surface apparente de cette source. Elle s’exprime en
candelas par mètre carré (symbole : cd/m²).L’œil humain perçoit des valeurs de luminance
allant d’un millième de cd/m² à 100.000 cd/m².

P 49 sur 110
EXEMPLES

• Paysage nocturne : 10-3 cd/m²


• Paysage par pleine lune : 10-2 à 10-1 cd/m²
• Paysage par ciel couvert : 300 à 5000 cd/m²
• Lune : 2500 cd/m²
• Papier blanc au soleil : environ 25.000 cd/m²
• Soleil : 1,5 x 109 cd/m²

Figure 13: luminance d’une surface éclairée par une source

5-L’éclairage naturel

Il faut différencier deux types de sources de lumière naturelle : la lumière naturelle


directe et la lumière naturelle diffuse. Ainsi, le soleil fournit un éclairage direct, puissant et
changeant, alors que le ciel est une source de lumière plutôt diffuse et stable.

L’utilisation de l’éclairage naturel apporte de nombreux avantages tant physiologiques que


psychologiques :
• la lumière fournie par le soleil et le ciel est rayonnée sur tout le spectre, ce qui rend la
couleur des objets ‘réelle’
• la lumière naturelle ne consomme pas d’énergie. La quantité de lumière disponible varie
en fonction du jour de l’année, de l’heure et des conditions climatiques; dans un certain
nombre de cas, la lumière naturelle peut être suffisante pour éclairer convenablement nos
intérieurs

P 50 sur 110
• les ouvertures créées dans les bâtiments pour laisser entrer la lumière naturelle sont aussi
des sources de vision vers l’extérieur, permettant le contact visuel et reliant les occupants
intérieurs au monde extérieur.
La lumière naturelle n’est cependant pas parfaite elle change constamment d’intensité
et de couleur. Il peut donc être difficile d’éclairer un local uniquement à l’aide de la lumière
naturelle de manière stable, elle peut atteindre de très fortes valeurs de luminance (entraîner
une surchauffe) et créer un certain éblouissement (par exemple, si les rayons directs du soleil
pénètrent dans un local). Il pourra donc être nécessaire de prévoir des moyens de protection
vis-à-vis de cette source. C’est la raison pour laquelle un système de protection solaire peut
être nécessaire dans certains cas.

6-L’éclairage artificiel

Depuis l’invention de l’ampoule à incandescence par Thomas Edison, l’éclairage


artificiel s’est développé dans tous les secteurs : éclairage routier, éclairage des logements et
des bureaux, éclairage décoratif, etc.
L’éclairage artificiel présente l’avantage d’être continuellement disponible, à la condition
d’être alimenté en énergie. Quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, il est possible de
s’éclairer.
Mais l’éclairage artificiel a également ses limites car, ayant besoin d’énergie pour
fonctionner, il entraîne nuisances, pollution et épuisement des ressources naturelles. De plus,
s’il est mal utilisé (trop de lumière, flux mal dirigé), il sera source de pollution lumineuse,
empêchant ainsi l’observation et dérégulant l’écosystème

III-COMPOSITION D’UN APPAREIL D’ÉCLAIRAGE

Un appareil d’éclairage se compose de plusieurs éléments : d’une part, la source


lumineuse (la lampe) ainsi que ses éventuels auxiliaires et, d’autre part, le corps du luminaire.

1-La source lumineuse

La source lumineuse (la lampe) est l’élément de base de l’appareil d’éclairage. Sans
elle, l’appareil ne peut fournir la lumière nécessaire pour éclairer. Les sources de lumière
artificielle peuvent être classées en trois catégories selon la technologie utilisée pour produire
la lumière : l’incandescence, la décharge dans un gaz et l’électroluminescence. Nous
reviendrons plus tard en détail sur ces technologies.

P 51 sur 110
2-Les auxiliaires

Certaines lampes requièrent l’usage d’auxiliaires afin de fonctionner correctement. Ces


auxiliaires s’organisent en deux catégories principales : les transformateurs et les ballasts.
 Le transformateur est généralement utilisé en combinaison avec des lampes halogènes
à très basse tension (TBT). Il peut être de deux types : ferromagnétique ou
électronique. Le rôle du transformateur est de fournir à la lampe une tension plus
faible (généralement 12 V pour l’halogène) à partir de la tension du réseau. Un des
avantages de l’utilisation de lampes TBT réside dans le faible risque d’électrocution
(du moins, en ce qui concerne les éléments situés du côté TBT du transformateur).
Notons que les diodes électroluminescentes (DEL; en anglais : LED) fonctionnent
également en TBT, mais en plus de nécessiter un transformateur, elles doivent être
munies d’un redresseur car elles fonctionnent en courant continu.
 Le starter et le ballast sont utilisés en combinaison avec les lampes à décharge. Il
existe des ballasts ferromagnétiques qui doivent être accompagnés d’un starter, et des
ballasts électroniques avec starter intégré. Les deux rôles fondamentaux de ce couple
sont d’assurer l’allumage de la lampe et de limiter le courant dans le tube durant son
utilisation afin d’empêcher sa destruction.

3-L e corps du luminaire

Le troisième élément d’un appareil d’éclairage est le corps du luminaire. Il contient la


source lumineuse ainsi que les éventuels auxiliaires. Son rôle est triple :
• il dirige, au moyen de l’optique, la lumière fournie par la source lumineuse vers l’espace à
éclairer
• il protège la lampe et les éventuels auxiliaires contre les influences externes (coups, eau,
poussières, etc.)
• il joue un rôle esthétique particulièrement important dans les applications résidentielles de
par sa forme, ses couleurs et ses matériaux.
Dans certains cas, il peut arriver qu’aucun corps de luminaire ne soit présent. C’est le cas
typique de l’ampoule nue fixée sur un culot simple.

P 52 sur 110
III-QUELLES SONT LES LAMPES ET LUMINAIRES DISPONIBLES ?

Dans les applications résidentielles, le choix d’un système d’éclairage est


principalement basé sur des critères esthétiques subjectifs, alors que, dans le secteur tertiaire,
les critères de choix principaux sont fonctionnels, économiques et environnementaux. Les
luminaires et lampes utilisés diffèrent donc d’un cas à l’autre. Cette partie présente les
différents types de lampes et de luminaires que l’on peut retrouver dans le secteur résidentiel,
et précis les avantages et inconvénients de chacun d’eux.

1-Caractéristiques des lampes

Avant d’entamer l’analyse détaillée des lampes utilisées dans le logement, il est bon
d’expliquer les différents paramètres qui permettent de juger la qualité d’une lampe. Il s’agit
du rendement lumineux, de l’efficacité lumineuse, de la température de couleur, de l’indice de
rendu des couleurs et de la durée de vie.

2-Le rendement lumineux

Il est possible de déduire l’efficacité lumineuse d’une lampe (h), ou rendement


lumineux, en divisant son flux lumineux F, exprimé en lumens, par sa puissance P, exprimée
en watts. L’unité du rendement lumineux est le lm/W. Soit : h = F/P [lm/W].
EXEMPLES

• Une ampoule incandescente standard de 60 W présentant un flux lumineux de 700 lm à


une efficacité lumineuse de 11,7 lm/W.

• A flux lumineux équivalent, une lampe fluo compacte à globe possède une puissance de
15 W. Cette lampe fournit la même quantité de lumière (700 lm), alors que sa puissance
est quatre fois moindre. Son efficacité lumineuse est donc quatre fois plus élevée (46,7
lm/W).

P 53 sur 110
Depuis 1999, une directive européenne impose une labellisation énergétique des
lampes à usage domestique. Cette labellisation se présente sous une forme comparable à celle
des appareils électroménagers (lave-linge, frigo, etc.), à savoir une étiquette mentionnant
l’efficacité de la lampe par un code couleur et une lettre, ‘A’ étant le plus efficace et ‘G’ le
moins efficace.
Cette étiquette doit en principe également indiquer le flux lumineux et la puissance de
la lampe. La durée de vie peut aussi être stipulée à titre informatif. Cette labellisation est
fonction de l’efficacité lumineuse et de la puissance de la lampe comme le montre la figure 5
Ce graphique fait apparaître que le domaine de classification B est très large. En effet, pour
une même puissance, l’efficacité de la lampe peut varier pratiquement du simple au triple,
tout en restant dans la catégorie B.

EXEMPLE

• Une ampoule halogène d’une puissance de 30 W munie d’un revêtement infrarouge


(IRC) possède un flux lumineux de 620 lm. Elle a une efficacité lumineuse de 21 lm/W
et appartient donc à la classe B.

• Pour un flux lumineux du même ordre de grandeur (610 lm), une lampe fluo compacte
à globe présente une puissance de 12 W. Elle possède ainsi une efficacité lumineuse de
51 lm/W et se retrouve, elle aussi, dans la classe B.

Cet exemple montre que, pour une même labellisation énergétique, on peut trouver des
lampes beaucoup plus efficaces que d’autres. Il est donc plus précis de se baser sur l’efficacité
lumineuse d’une lampe plutôt que sur sa classe.

P 54 sur 110
Figure 14: Classe d’efficacité énergétique des lampes en fonction de leur puissance et de leur
efficacité lumineuse

Toutes les lampes ne sont toutefois pas concernées par la directive de labellisation.
Sont exclues de la labellisation et ne doivent donc pas arborer le label de classe énergétique :
• les lampes d’une puissance inférieure à 4 W (la plupart des LED)
• les lampes d’un flux lumineux supérieur à 6500 lm
• les lampes directionnelles (spots)
• les autres lampes plus spécifiques (ampoules de lampes de poche, de fours, etc.).

3-L’intensité lumineuse

La notion d’intensité lumineuse prend tout son sens lorsqu’on parle de spots. En effet,
comme l’intensité lumineuse est le flux émis par unité d’angle solide dans une direction
donnée, elle est très représentative du caractère directionnel du spot. Toutefois, lorsqu’on
parle d’intensité lumineuse, il faut impérativement prendre en compte l’angle d’ouverture de
la lampe.

P 55 sur 110
De manière générale, les fabricants ne mentionnent pas le flux lumineux des lampes de type
spot; il peut donc être utile de connaître l’angle d’ouverture de la lampe et son intensité
lumineuse car ces valeurs indiquent la manière dont la lumière sera émise.
A puissance égale, plus l’angle d’ouverture est grand, plus l’intensité dans l’axe principal
diminue et meilleur est le rendement.
4-La température de couleur
La température de couleur d’une source lumineuse caractérise principalement la
couleur de la lumière émise et donc l’ambiance lumineuse créée. Elle s’exprime en kelvins
(K) et correspond à la température à laquelle on devrait porter un corps noir pour qu’il émette
une couleur identique à celle émise par la source.
On parle de couleurs froides (tirant vers le bleu) lorsque la température de couleur est
élevée (supérieure à 5000 K) et de couleurs chaudes (tirant vers le rouge orange) lorsque cette
température est inférieure à 3300 K.

EXEMPLES DE TEMPÉRATURES DE COULEUR


• Ampoule incandescente classique : 2700 K
• Lampe halogène : 3000 K
• Lampe fluorescente : de 2700 à 6000 K
• Lumière naturelle : de 2000 à plus de 10.000 K

Figure 15 : Plage de température de couleur

Figure 16 : Tubes de couleur différente : chaud à gauche, neutre au centre et froid à droite

P 56 sur 110
5-L’indice de rendu des couleurs

L’indice de rendu des couleurs (Ra) reflète la manière dont une source restitue les
différentes longueurs d’onde du spectre visible, c’est-à-dire la précision avec laquelle les
couleurs d’un objet seront ‘rendues’ en comparaison avec ses couleurs sous lumière
naturelle. L’indice de rendu des couleurs s’établit sur une échelle de 0 (médiocre) à 100
(parfait). Une source caractérisée par un bon indice de rendu des couleurs émet une lumière
contenant toutes les couleurs (toutes les longueurs d’onde) du spectre visible, restituant ainsi
la couleur réelle des objets. Au contraire, une source monochromatique n’émettra une
lumière ne contenant qu’une seule couleur (une seule longueur d’onde).

EXEMPLES DE RENDU DES COULEURS (Ra)

• Lumière du jour : 100


• Lampes incandescentes (classiques et halogènes) : 100
• Lampes fluorescentes (en général) : de 60 à 95
• Lampes au sodium haute pression (éclairage routier à tendance monochromatique,
exemple même de source lumineuse à mauvais indice de rendu des couleurs) : < 25

6. La durée de vie

Il existe plusieurs définitions de la durée de vie d’une lampe. Généralement, on parle


de la durée de vie moyenne d’un lot de lampes comme étant le nombre d’heures de
fonctionnement de ces lampes avant que 50 % d’entres elles ne soient hors service. La notion
de ‘hors service’ peut différer d’une région du monde à l’autre. En Europe, une lampe est
considérée comme étant hors service lorsqu’elle n’émet plus que 70 % de son flux lumineux
initial (85 % pour les lampes incandescentes). Aux Etats- Unis, une lampe est considérée
comme hors service lorsqu’elle ne fonctionne plus, ce qui change fondamentalement la
perception de cette notion.

EXEMPLES DE DURÉE DE VIE TYPE

• Lampe incandescente classique : 1000 h


• Spot halogène à basse tension : 2000 à 4000 h
• Lampe fluo compacte : 6000 à 12.000 h
• Tube fluorescent : 16.000 à 20.000 h

P 57 sur 110
IV-DESCRIPTION DES DIFFÉRENTS TYPES DE LAMPES À USAGE
DOMESTIQUE

Les lampes sont le premier élément déterminant d’une installation d’éclairage. Celle-ci
atteindra une bonne efficacité ou non en fonction de la lampe et donc de la technologie
utilisée. Le présent paragraphe décrit les différents types de lampes utilisées dans les
applications domestiques et leurs caractéristiques générales. Cette liste n’est pas exhaustive
car il existe des lampes particulières destinées à des usages spécifiques (lampes pour
aquariums, par exemple).

1. L’incandescence

Le principe d’émission de lumière par incandescence consiste en l’échauffement d’un


filament par le passage d’un courant. Deux types d’incandescence sont à distinguer :
l’incandescence classique et l’incandescence halogène.

a. Les lampes incandescentes classiques


Ces lampes sont parmi les plus utilisées dans les applications résidentielles. Elles existent
sous des formes et des tailles diverses (figures 17, 18 et 19).

Figure 17. Lampe incandescente à globe

Figure 18. Lampe incandescente en forme de flamme.

P 58 sur 110
Figure 19. Lampe incandescente de type spot.

 Principe de fonctionnement
Un filament de tungstène est chauffé par le passage d’un courant et émet ainsi de la
lumière. Ce filament est enfermé dans un globe en verre sous vide ou sous une atmosphère
contenant un gaz spécial.

 Puissances et flux lumineux


Les lampes incandescentes classiques existent en différentes gammes de puissances allant de
25 à plus de 100 W. Leur flux lumineux peut varier de 200 à plus de 1900 lm.
 efficacité lumineuse et classification énergétique
L’efficacité des lampes incandescentes est très faible. Elle varie entre 5 et 19 lm/W.
Leur classification énergétique se situe entre E et G.

 Température de couleur et rendu des couleurs


Les lampes incandescentes émettent une lumière de couleur d’un blanc chaud (2700 K). Elles
ont, de plus, un excellent rendu des couleurs (Ra = 100).
 d urée de vie
La durée de vie des lampes incandescentes est relativement courte (1000 h) et dépend
fortement de la tension d’alimentation.
 avantages et inconvénients
Les lampes incandescentes présentent un très bon indice de rendu des couleurs et existent en
un nombre de formes et de tailles très diverses. Elles ont également l’avantage de pouvoir être
aisément employées avec un variateur.
Leur rendement énergétique est toutefois très faible : près de 95 % de l’énergie qu’elles

Consomment sont transformés en chaleur, alors que seulement 5 % sont émis sous forme de
lumière. Il faut en outre souligner que ces lampes présentent une faible durée de vie.

P 59 sur 110
b. Les lampes incandescentes halogènes
Depuis plusieurs années, l’utilisation de lampes halogènes est en nette augmentation dans le
Logement. Ces lampes se répartissent en trois catégories distinctes :
• les spots (230 V ou 12 V), très appréciés de par leur faible taille et leur facilité
d’encastrement.
• les lampes ‘capsules’, de plus en plus utilisées car leur très petite taille permet de
nombreuses applications.
• les mini tubes à deux culots, disponibles en fortes puissances et principalement utilisés pour
les luminaires extérieurs de type spots et pour les luminaires intérieurs indirects sur pied

Figure 20 : Spot halogène.

Figure 21 : Lampe halogène de type capsule.

Figure 22 : Mini tube halogène à deux culots.

P 60 sur 110
 Principe de fonctionnement
Le principe de fonctionnement des lampes halogènes est pratiquement identique à celui
des lampes incandescentes classiques. La différence majeure réside dans l’ajout d’un gaz
halogène dans le bulbe de la lampe. Ce gaz a pour effet de redéposer le tungstène du filament
(qui s’évapore sous l’effet de la chaleur) sur le filament lui-même, augmentant ainsi la durée
de vie et empêchant le noircissement de l’ampoule et donc la perte de flux lumineux.
Des lampes halogènes à revêtement infrarouge (IRC – infrared coating) sont apparues depuis
plusieurs années sur le marché. Ces lampes intègrent un recouvrement spécifique du bulbe qui
redirige le rayonnement infrarouge (chaleur) sur le filament de manière à le chauffer en
utilisant moins d’énergie. Le rendement de ces halogènes est donc nettement supérieur à celui
d’un halogène classique (de 20 à 30 %).

 Puissances et flux lumineux


La puissance des lampes halogènes varie de 5 à 500 W (tube miniature), le flux
lumineux étant, quant à lui, compris entre 50 et plus de 10.000 lm.
 efficacité lumineuse et classification énergétique
L’efficacité des lampes halogènes est supérieure à celle des lampes incandescentes
classiques, bien que, comme elles, la majeure partie de l’énergie utilisée soit dissipée sous
forme de chaleur. Elle varie de 10 à 12 lm/W pour une lampe standard à pratiquement 30
lm/W pour les lampes IRC.
Leur label énergétique varie entre G et B.

 Température de couleur et rendu des couleurs


La couleur des lampes halogènes est de l’ordre de 3000 K, soit un blanc neutre, et leur rendu
des couleurs est excellent (Ra = 100).

 Durée de vie
La durée de vie des lampes halogènes est variable d’un type à l’autre et est comprise
entre 2000 et 5000 h. D’une manière générale, les lampes halogènes à très basse tension de 12
V présentent une durée de vie supérieure à leurs homologues fonctionnant en 230 V.

 Avantages et inconvénients
Comme les lampes incandescentes, les lampes halogènes possèdent de très bons indices de
rendu des couleurs et peuvent être facilement employées avec un variateur. Leur disponibilité
sous forme de capsule les rend très intéressantes lorsqu’on souhaite utiliser des sources

P 61 sur 110
lumineuses de petite taille. Les spots halogènes sont également très appréciés pour leur aspect
directionnel lorsque des objets ou des espaces particuliers doivent être mis en évidence.
Toutefois, comme pour les lampes incandescentes, les lampes halogènes présentent une faible
efficacité lumineuse et possèdent une durée de vie assez courte (sauf exceptions).

2-La décharge dans un gaz

La décharge dans un gaz est une autre technique permettant l’émission de lumière. Les
tubes fluorescents et les lampes fluo compactes sont des lampes d’éclairage intérieur qui
utilisent le principe de la décharge pour produire leur lumière.

a. Les tubes fluorescents


Le tube fluorescent est utilisé depuis le début du xxe siècle dans les applications
industrielles et résidentielles. Si, par le passé, ils étaient utilisés à l’état brut (à nu) et
n’émettaient qu’une lumière peu confortable d’un ton verdâtre, les tubes fluorescents ainsi
que leurs auxiliaires ont fortement évolué; la majorité de leurs inconvénients ont été éliminés
et la gamme de luminaires pour le marché résidentiel s’est étoffée.

 Principe de fonctionnement
Le principe de fonctionnement des tubes fluorescents repose sur l’amorçage d’une
décharge électrique dans un tube contenant un gaz (vapeur de mercure sous basse pression)
par l’application d’une tension entre les deux électrodes situées de part et d’autre du tube.
Ceci entraîne une Ionisation du mercure ainsi que des collisions entre les électrons émis de la
cathode vers l’anode et les ions du gaz. L’énergie dégagée par cette collision est transformée
en lumière visible par la poudre fluorescente qui recouvre l’intérieur du tube.
Pour faire fonctionner un tube à décharge, il est nécessaire d’utiliser des auxiliaires qui ont
pour rôle d’initier la décharge, mais aussi de la limiter et de la contrôler. Ces auxiliaires se
composent, pour la plus ancienne technologie, d’un ballast ferromagnétique composé
principalement d’un bobinage autour d’un noyau ferreux, et d’un starter qui va initier la
décharge. La fonction de ce couple ballast-starter peut aussi être assurée par un ballast
électronique (technologie plus récente), qui est plus avantageux car :

• il induit une meilleure efficacité lumineuse du tube


• son mode de fonctionnement à fréquence plus élevée élimine tout phénomène de
scintillement tel qu’observé avec les ballasts ferromagnétiques

P 62 sur 110
• sa forme spécifique compatible avec un variateur offre la possibilité de choisir
précisément la quantité de lumière émise par le tube.
Trois grandes classes de tubes fluorescents existent :
• les tubes linéaires T8 (d’un diamètre de 26 mm)
• les tubes linéaires T5 (d’un diamètre de 16 mm), qui doivent être obligatoirement utilisés
en combinaison avec un ballast électronique
• les tubes circulaires (généralement d’un diamètre de 16 mm ).
Certaines installations anciennes sont équipées de tubes linéaires T12 (d’un diamètre
de 37,5 mm) d’une efficacité lumineuse plus faible et d’un moins bon rendu des couleurs que
les tubes T8. Ces produits ne peuvent plus être mis en œuvre et devraient idéalement faire
l’objet d’un remplacement systématique.

 Puissances et flux lumineux


La puissance de la majorité des tubes à décharge présents sur le marché domestique est
comprise entre 14 et 58 W, leur longueur variant en fonction de leur puissance et leur flux
lumineux étant compris entre 1300 et 5000 lm.

 efficacité lumineuse et classification énergétique


Les tubes fluorescents présentent une très bonne efficacité lumineuse variant de 60 à
105 lm/W; leur label énergétique est généralement de classe A.
 Température de couleur et rendu des couleurs
La température de couleur des tubes à décharge est fonction de la poudre utilisée. Pour
les usages domestiques, elle peut varier du blanc chaud (2700 K) au blanc froid (6700 K).
Le spectre de la lumière émise par les lampes à décharge étant de type discontinu, la couleur
de la lumière émise est déterminée par les rais d’énergie les plus importants. Du fait des
propriétés de la décharge et de la poudre, il n’est actuellement pas possible de produire un
spectre de couleurs totalement continu. L’indice de rendu des couleurs n’est donc pas parfait,
mais reste néanmoins assez bon (généralement de 80 à 95). A noter qu’il existe aussi des tubes
présentant un rendu des couleurs plus faible (de 60 à 70, souvent appelé ‘blanc industriel’)
qu’il convient d’éviter pour l’éclairage résidentiel.

 Durée de vie
La durée de vie d’un tube fluorescent dépend en partie du type de ballast et du type
d’allumage. Les tubes équipés d’un ballast ferromagnétique ou électronique à allumage à
froid présentent une durée de vie oscillant entre 8000 et 12.000 heures en fonction du nombre

P 63 sur 110
de cycles d’allumage et d’extinction. La durée de vie des tubes utilisés en combinaison avec
un ballast électronique à préchauffage est plus importante. Elle peut s’élever à près de 20.000
heures car les électrodes sont chauffées avant d’amorcer la décharge, ce qui limite fortement
leur dégradation.
 avantages et inconvénients
Les principales qualités des tubes fluorescents résident dans leur efficacité énergétique et leur
flux lumineux élevé. Leur grande taille est le principal frein à leur généralisation dans le
logement, où les tubes à décharge circulaires, plus compacts, rencontrent généralement plus
de succès.
b. Les lampes économiques ou lampes fluo compactes (CFL)
Le second type de lampes à décharge destinées à un usage intérieur est celui des lampes fluo
compactes, qui sont en réalité des tubes fluorescents miniaturisés et recourbés. Ces lampes
sont principalement utilisées comme solution de substitution aux lampes incandescentes.

 Principe de fonctionnement
Deux grandes familles de lampes fluo compactes sont disponibles sur le marché :
• les lampes à ballast intégré, qui ont un culot identique à celui des lampes incandescentes,
de manière à permettre un remplacement aisé de celles-ci
• les lampes fluo compactes à ballast externe, qui possèdent un culot bien spécifique et
nécessite un ballast externe pour fonctionner

Figure 23.Lampes fluo compactes à ballast intégré (de gauche à droite : tube nu, à globe,
spot).

P 64 sur 110
Figure 24 : Lampes fluo compactes à ballast externe (de gauche à droite : tube nu à simple
broche, tube nu à double broche).

 Puissances disponibles et flux lumineux


La gamme des puissances disponibles est très large et s’étend de 3 à 23 W pour les lampes à
ballast intégré et de 5 à plus de 80 W pour les lampes à ballast externe, les flux lumineux
variant de 100 lm à plus de 6000 lm.
 efficacité lumineuse et classification énergétique
Les lampes fluo compactes présentent une bonne efficacité lumineuse allant de 35 à 80 lm/W;
leur label énergétique est généralement de classe A.
 Température de couleur et rendu des couleurs
Comme pour les tubes fluorescents, la couleur des lampes fluo compactes peut varier du blanc
chaud (2700 K) au blanc froid (6500 K). Leur indice de rendu des couleurs est élevé et est
généralement compris entre 80 et 90.
 Durée de vie
La durée de vie des lampes fluo compactes à ballast intégré est environ huit fois plus
élevée que celle des lampes incandescentes (de 6000 à 10.000 heures contre 1000 heures pour
ces dernières). Les lampes fluo compactes à ballast externe ont une durée de vie encore
supérieure (de 8000 à 16.000 heures). Comme pour les tubes fluorescents de type TL, la durée
de vie de certaines lampes est fortement influencée par le nombre de cycles d’allumages et
d’extinctions. Il existe cependant des lampes spécifiques qui ne sont pas ou peu sensibles à ce
paramètre, ce qui permet, par exemple, de les commander au moyen d’un détecteur de
présence ou d’un autre système et de les utiliser dans des situations induisant des allumages et
extinctions fréquents.
 Avantages et inconvénients
Les trois principaux avantages des lampes fluo compactes résident dans leur bonne
efficacité lumineuse, leur compacité et l’importante variété de leurs formes qui permettent de
les substituer aisément aux lampes à incandescence.

P 65 sur 110
Leurs principaux inconvénients sont, pour certaines, le temps nécessaire à la mise en régime
(avant qu’elles ne fournissent leur plein flux) et la variation de couleur (colorshift) à
l’allumage. Les lampes fluo compactes sont souvent décriées en raison de leur rayonnement
électromagnétique trop important pour l’être humain. Différentes études ont cependant
montré qu’il n’y avait aucune crainte à avoir face à une exposition continue aux lampes à
décharge tant que la distance à la lampe restait supérieure à 30 centimètres
3-L’électroluminescence
L’électroluminescence est un procédé de production de la lumière qui existe depuis de
nombreuses années déjà. Tout le monde connaît les diodes lumineuses vertes ou rouges de
contrôle des Appareils électriques. C’est le développement de la LED (light emitting diode,
diode électroluminescente ou DEL) bleue – qui génère une lumière blanche –, qui a permis la
généralisation des LED pour l’éclairage intérieur et extérieur.
 Principe de fonctionnement
La LED est un semi-conducteur associant deux matériaux dont l’un présente un excès
d’électrons et l’autre un manque d’électrons. Lorsque cette jonction est soumise à une
différence de tension, les électrons en excès passent dans la zone en manque pour s’y
recombiner. Cette recombinaison génère un rayonnement dont la couleur dépend des éléments
des matériaux de jonction
La lumière blanche est émise par combinaison des couleurs rouge, verte et bleue ou
par conversion grâce à une poudre phosphorescente selon un principe semblable à celui mis
en œuvre dans les tubes fluorescents. Dans ce dernier cas, la lumière blanche est créée à partir
d’une LED bleue dont on convertit une partie du rayonnement en jaune, l’autre partie n’étant
pas modifiée. La combinaison du jaune et du bleu donne la lumière blanche. Il est à noter que
les LED fonctionnent en courant continu et nécessitent donc d’être connectées à un
transformateur-redresseur qui peut leur être intégré ou non.
 Puissances disponibles et flux lumineux
Les LED sont en constante évolution depuis leur apparition sur le marché de
l’éclairage. A ce jour, les puissances disponibles vont de 0,007 à 15 W, leur flux lumineux
étant situé entre 1,5 et 400 lm. Il faut noter que le flux lumineux des LEDs varie fortement
avec la température : plus celle-ci est élevée, plus faible sera le flux lumineux (et, en
conséquence, le rendement).

P 66 sur 110
Figure 25 : Diodes électroluminescentes (DEL).

L’efficacité lumineuse des LED varie grandement d’un produit à l’autre. Elle est
toutefois en continue augmentation. A l’heure actuelle, il est possible de se procurer des LED
émettant une lumière blanche et présentant une efficacité de 20 à 30 lm/W. De par leur faible
puissance, les LED tombent généralement hors de la catégorie de classification des sources
lumineuses mais, le cas échéant, seraient reprises dans les classes B à D.

 Température de couleur et rendu des couleurs


Les LED actuellement disponibles présentent des températures de couleur variant du
chaud (2700 K) au froid (6500 K), leur rendement étant meilleur dans les couleurs froides et
leur rendu des couleurs variant de 50 à 80.

 Durée de vie
La durée de vie des LED est très variable en fonction de la température ambiante et de la
tension appliquée. Elle peut ainsi varier de 5000 heures à plus de 100.000 heures. Notons
qu’un de leurs avantages principaux est leur faible sensibilité aux chocs.
Des points de collecte spécifiques des lampes usagées existent dans les parcs à conteneurs. Le
système Recupel-LightRec étant d’application, les commerçants sont dans l’obligation de
reprendre les LED usagées lors de tout achat de nouvelles lampes

P 67 sur 110
Tableau 1 : Tableau : Couleur d’émission de la lumière par une LED en fonction de la
composition de sa jonction

 Avantages et inconvénients

Outre leur très longue durée de vie et leur résistance aux chocs, les LED, étant très
petites, sont facilement combinables avec une optique et s’intègrent aisément dans diverses
applications. Elles peuvent générer une gamme impressionnante de couleurs saturées et, de
par leur contrôle Électronique, offrent la possibilité de créer un éclairage dynamique aux
couleurs changeantes.
L’application généralisée des LED est toutefois encore limitée de par leur faible flux
lumineux absolu, qui rend leur utilisation fonctionnelle en éclairage intérieur difficile. Malgré
un prix élevé, les LED trouvent tout leur intérêt dans des applications spécifiques telles que la
signalisation, l’éclairage extérieur et l’éclairage architectural.

Leur développement s’avérant toutefois particulièrement rapide, de nouvelles sources


lumineuses apparaissent constamment sur le marché.
Notons aussi qu’il n’existe actuellement aucune véritable norme de mesure ni données
précises relatives aux LED. Cette situation induit quelques confusions :
• la durée de vie des LED n’est pas toujours clairement explicitée et il est nécessaire de se
Renseigner sur leur flux lumineux en fin de vie
• il n’est pas rare non plus de voir, dans les gammes de fabricants peu scrupuleux, des
variations de près de 20 % du flux lumineux sur un même lot, aucune norme ne spécifiant
les conditions de mesures photométriques des LED
• certains fabricants spécifient non pas le flux lumineux en régime, mais le flux lumineux
initial de leur produit. Or, ce flux diminue de 5 à 10 % dans les premières secondes qui
suivent l’allumage. La valeur mentionnée n’est donc pas correcte et ne peut être comparée
avec celle des autres lampes

P 68 sur 110
CONCLUSION
De ce descriptif, il ressort que les lampes à décharge fluorescentes à ballast
électronique séparé doivent être privilégiées pour réaliser un éclairage efficace (tubes
linéaires, circulaires ou lampes fluo compactes). Les lampes à décharge fluo compactes à
ballast interne seront retenues dans un second temps (lors d’un remplacement dans un
luminaire existant,). Les lampes incandescentes et halogènes sont, quant à elles, déconseillées
en raison de leur faible efficacité lumineuse. Dans l’éventualité où le recours aux halogènes
est réellement indispensable, on veillera à choisir des lampes à recouvrement infrarouge (IRC)
présentant un rendement supérieur aux sources halogènes classiques et à incandescence. Les
LED sont, à l’heure actuelle, principalement utilisées pour le balisage, la décoration et
l’éclairage extérieur. Leur application à l’intérieur commence à se développer. Elles
devraient, dans un futur plus ou moins proche, s’intégrer dans le logement à titre d’éclairage
principal.

4-Caractéristiques des luminaires

Avant toute description de luminaires destinés à l’éclairage résidentiel, il est


nécessaire de rappeler la définition de quelques-unes de leurs caractéristiques.
a. Rendement du luminaire
Même si la fonction principale du luminaire est de répartir au mieux la lumière dans le local,
il constitue lui-même un frein à la diffusion lumineuse. En effet, tout luminaire absorbe une
partie plus ou moins importante du rayonnement lumineux de la source qu’il contient. C’est la
qualité des éléments de l’optique qui détermine la quantité de lumière absorbée et donc
perdue. Pour cette raison, la caractéristique optique principale d’un luminaire est son
rendement lumineux (LOR – light output ratio). Celui-ci est défini comme étant le rapport du
flux lumineux émis par le luminaire au flux lumineux émis par ses lampes, soit :
∅𝑙𝑢
.𝜇 = ∅𝑙𝑎 =LOR

Une distinction supplémentaire tient à la direction de la lumière émise par le


luminaire. En effet, certains luminaires émettent une partie (ou la totalité) de la lumière vers le
haut. On considère donc séparément le rendement inférieur et le rendement supérieur d’un
luminaire. Ceux-ci sont définis comme étant le rapport entre le flux lumineux inférieur,
respectivement, supérieur émis par le luminaire et le flux lumineux total de la ou des sources
lumineuses

P 69 sur 110
 Distribution lumineuse du luminaire
Un des rôles des luminaires étant de distribuer dans l’espace la lumière émise par la source, il
est nécessaire de décrire comment cette distribution s’opère. Pour les gammes
professionnelles de luminaires, la distribution lumineuse est spécifiée, dans les catalogues
techniques, au moyen d’un diagramme polaire reprenant les distributions perpendiculaire et
parallèle à l’axe principal du luminaire.
Trois types de distribution sont identifiés :
• la distribution extensive, où le faisceau lumineux est large, donnant un éclairement
relativement uniforme
• la distribution intensive avec un faisceau lumineux étroit, donnant un éclairage
d’accentuation
• la distribution asymétrique, qui est utilisée pour éclairer des surfaces verticales comme des
murs ou des tableaux.
La description de la distribution spatiale du flux lumineux d’un luminaire est, pour les
gammes professionnelles, souvent disponible sous format électronique (fichiers
photométriques) permettant ainsi la modélisation d’une installation d’éclairage à l’aide de
logiciels spécifiques. Ces fichiers photométriques ne concernent cependant pratiquement que
les luminaires utilisés dans le secteur tertiaire.

Figure 26 : Distribution extensive


Figure 27 : Distribution intensive
Figure 28 : Distribution asymétrique

5-Types d’éclairages

On distingue différents types d’éclairage en fonction des luminaires utilisés et de leur


placement.
a) Eclairage direct
Dans le principe de l’éclairage direct, la lumière est projetée directement sur l’élément
à éclairer. De ce fait, les puissances installées nécessaires au confort visuel sont généralement
faibles. Toutefois, en fonction de la position relative des luminaires, les risques

P 70 sur 110
d’éblouissement peuvent être importants et la répartition de la lumière dans le local peut être
assez irrégulière

Figure 29: Eclairage indirect

b) Eclairage indirect
L’éclairage indirect consiste à utiliser une surface (le plus souvent le plafond) vers
laquelle la lumière est envoyée et qui va réfléchir cette dernière dans le local. Ce principe a
l’avantage d’offrir un éclairage assez uniforme qui limite les risques d’éblouissement et
génère ainsi un confort visuel élevé. La quantité d’éclairement obtenue dans le local est
toutefois fortement dépendante du coefficient de réflexion des parois utilisées comme surfaces
de réflexion.
Les puissances nécessaires varieront ainsi fortement d’un cas à l’autre et pourront, à
éclairement équivalent, atteindre des valeurs nettement supérieures à celles utilisées avec des
installations de type direct. Il faut noter que ce mode d’éclairage peut ne générer aucune
ombre ni contraste, ce qui a pour effet de rendre l’espace monotone et d’induire une
perception tridimensionnelle des objets plus difficile. Enfin, il faut ajouter que les luminaires
à éclairage indirect sont, de par leur géométrie, très sensibles au dépôt de poussières et autres
salissures, ce qui entraîne une réduction rapide de leur efficacité au cours de leur vie.

Figure 30: Eclairage indirect

P 71 sur 110
c) Eclairage mixte
L’éclairage mixte réunit les deux types d’éclairages précédents. L’éclairage direct
assure l’éclairement de base, génère le contraste et crée le relief dans le local. L’éclairage
indirect améliore l’uniformité de l’éclairement. Si cette combinaison n’élimine pas les limites
propres à chacun des types d’éclairage (risque d’éblouissement direct, forte dépendance vis-à-
vis du coefficient de réflexion des parois, etc.), elle les atténue néanmoins fortement.

Figure 31: Eclairage mixte

d) Eclairage à deux composants


Dans le cas de l’éclairage à deux composantes, on utilise deux groupes de luminaires
différents, l’un pour réaliser l’éclairage général du local et le second pour fournir un éclairage
d’appoint là où la tâche nécessitant une acuité visuelle doit être exécuté. L’avantage de ce
type d’éclairage est qu’il permet, outre une utilisation différenciée des luminaires, une
réduction de la puissance installée. Sa limitation tient au fait qu’il peut générer des contrastes
et des ombres importantes si l’éclairage d’appoint n’est pas suffisant ni uniforme

Figure 32 : Eclairage à deux composantes

P 72 sur 110
6-Les différents types de luminaires

Différents types de luminaires peuvent être mis en œuvre dans le logement :


plafonniers, lustres ou luminaires suspendus, appliques murales, spots et downlights, réglettes
linéaires, luminaires sur pied, luminaires d’appoint et lampes décoratives. Etudions en détail
chacun de ces types de luminaires.

 Le plafonnier

Figure 33: Exemples de plafonniers

Le plafonnier est un des luminaires le plus couramment utilisés pour l’éclairage des
habitations. Sa ou ses lampes sont en général masquées par un verre diffusant qui répartit
assez largement la lumière dans le local. Il est principalement utilisé pour l’éclairage général
et dans tous types de locaux.

 Le lustre ou le luminaire suspendu

Figure 34: luminaires suspendus

Les lustres et luminaires suspendus sont largement utilisés dans le logement. Ils jouent
souvent un rôle prépondérant dans la décoration du local qu’ils éclairent et sont souvent
placés au-dessus d’une table. Si, habituellement, les luminaires suspendus assurent un
éclairage général, ils peuvent, dans certains cas, fournir un éclairage très localisé et focalisé.

P 73 sur 110
 L’APPLIQUE MURALE

Figure 35: Appliques murales

L’applique murale fait, elle aussi, partie intégrante du décor du local et participe en général à
la création d’une ambiance feutrée. Elle constitue rarement l’éclairage principal. L’applique
murale est souvent utilisée pour l’éclairage d’éléments tels que des miroirs.

 Le spot et le downlights

Figure 36: Le spot et Le downlights

Les spots et les downlights (littéralement luminaires éclairant vers le bas ou spots de plafond)
sont généralement encastrés dans le plafond et peuvent, de par la distribution de leur flux
lumineux, assurer un éclairage général du local. Les spots peuvent également être montés sur
rail.

P 74 sur 110
CHAPITRE N°3
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT
D’UN PROJET D’ECLAIRAGE
DOMESTIQUE.

P 75 sur 110
I-CALCUL DE PUISSANCE D’UNE INSTALLATION

Afin de concevoir une installation, il est nécessaire d’estimer le plus justement


possible la puissance maximale (puissance d’utilisation) que devra fournir le distributeur
d’énergie.

L’objet de ce chapitre est donc de fournir une méthodologie pour l’estimation de la


puissance d’utilisation Baser simplement sur le calcul de la somme arithmétique des
puissances de tous les récepteurs installés existants conduirait à des résultats économiquement
évalués,. Il est nécessaire, pour cette estimation, d’évaluer quelques facteurs prenant en
compte :

 La diversité(le non fonctionnement simultané de tous les récepteurs pour un groupe


donné)
 Le niveau d’utilisation réel des récepteurs installés (par exemple un moteur électrique
n’est généralement pas utilisé à sa pleine capacité de charge, etc.)
 Le niveau d’utilisation prévisionnel des récepteurs installés et des extensions de
charges possibles.

La méthodologie proposée permet, à partir de ces calculs de base, de fournir une valeur
globale pour la puissance d’utilisation de l’installation, sur la quelle peut être spécifié le
cahier des charges du système de fourniture en énergie (réseaux de distribution,
transformateur MT/BT, ou groupe électrogène)

1-Puissance installée (KW) :

La puissance installée (KW) est la somme des puissances nominales de tous les récepteurs
de l’installation. L’indication de la puissance nominale (Pn) est marquée sur la plupart des
appareils et équipements électriques. En pratique, la puissance nominale n’est pas toujours la
puissance réellement consommée par le récepteur. Par exemple, dans le cas :

 D’un moteur électrique, la puissance nominale correspond à la puissance de sortie sur


son arbre. La puissance d’entrée consommée est évidemment plus importante,
 De lampes fluorescentes et de lampes à décharge, qui ont un ballast stabilisateur, la
puissance nominale indiquée sur la lampe (qui est celle consommée par la lampe
seule) est inférieure à la puissance consommée par la lampe et son ballast.

P 76 sur 110
2-Puissance absorbée Pa(KVA)

La puissance (apparente) absorbée Pa par une charge (qui peut être un simple appareil) est
obtenue à partir de sa puissance nominale:

Pa=Pn/(ŋ ͯ cosφ)

ŋ= rendement unitaire

cosφ = facteur de puissance

De cette valeur se déduit-le courant pleine charge absorbé Ia :

Pour une charge monophasée connectée entre phase et neutre

Pa × 103
𝐼𝑎 =
V

Pour une charge triphasée

Pa Х 103
𝐼𝑎 =
3 ×U

, V=tension phase-neutre (volts),

U=tension phase-phase (volts)

La puissance apparente absorbée est souvent supposée la somme arithmétique des


puissances apparente de chaque récepteur.
𝑛

PaT = Pai
𝑖=0

3-Puissance d’utilisation Pu(KW)

Du fait que les récepteurs ne fonctionnent pas tous ni au même temps ni à pleine charge

La puissance d’utilisation Pu est la somme arithmétique de ces puissances.


𝑛

PUT = K S pUi
𝑖=0

𝑃𝑈𝑖 =𝑘𝑢 ∗ 𝑃𝑛𝑖

 𝑃𝑛𝑖 est la puissance nominale de l’appareil numéro i dans l’installation

P 77 sur 110
 PuT est La puissance d’utilisation totale de l’installation qui représente la donnée
significative pour la souscription d’un courant d’emploi en énergie électrique a
partir d’un réseau publique BT ou MT.

a) Facteur d’utilisation maximal Ku

Le régime de fonctionnement normale d’un récepteur peut être tel que sa puissance est
inférieure a sa puissance nominale installé d’où la notion de facteur d’utilisation

Le facteur d’utilisation s’applique individuellement a chaque récepteur ceci se vérifie pour


des équipements comportent des moteurs.

Dans une installation industrielle, ce facteur peut être estimé en moyenne à 0.75, pour le
chauffage et l’éclairage il sera toujours égal à 1.

TYPE DE RECEPTEUR Ku
Chauffage ou éclairage 1
Prises de courant (hors indication particulière) 1
Moteurs électriques 0.75

b) Facteur de simultanéité KS

Tous les récepteurs installés ne fonctionnent pas simultanément, C’est pourquoi il est
permis d’appliquer aux différents ensembles de récepteurs(ou de circuit) un facteur de
simultanéité. Le facteur de simultanéité s’applique à chaque regroupement de récepteurs

La détermination de ces facteurs de simultanéité implique la connaissance détaillée de


l’installation et de ses conditions d’exploitation.

Cas général

Utilisation Ks
• Eclairage 1
• Chauffage et conditionnement d’air 1
• Prise de courant ( n nbre de prises) 0.1 + (0.9 / n)
• Moteurs Moteur le plus puissant 1
Moteur suivant 0.75
Autres moteurs 0.60

P 78 sur 110
Cas des armoires de distribution

Nombre de circuits Ks
• 2à3 0.9
• 4à5 0.8
• 6à9 0.7
• 10 et plus 0.6

Cas d’un immeuble d’habitation

Dans le cas d’un immeuble d’habitation, Ks se détermine par rapport au nombre


d’abonnés desservis par un même circuit (souvent un circuit = un étage).

Nbre d’abonnés situés en aval Ks


2à4 1
5à9 0.78
10 à 14 0.63
15 à 19 0.53
20 à 24 0.49
25 à 29 0.46
30 à 34 0.44
35 à 39 0.42
40 à 49 0.41
50 et au-dessus 0.40

II-PROJET D’ECLAIRAGE

1-Méthodologie

La méthodologie pour un projet d’éclairage comporte les étapes suivantes :


 Détermination du niveau d’éclairement nécessaire pour le local étudié
 Calcul de l’indice du local K
 Calcul du facteur de suspension J
 Détermination du facteur de réflexion
 Détermination du facteur de dépréciation
 Recherche de la courbe photométrique du constructeur pour déterminer la classe
photométrique

P 79 sur 110
 Relevé du facteur d’utilance
 Calcul du flux total ϕ tot
 Détermination du nombre de luminaires N
 Emplacement des luminaires

2-Niveau d’éclairement

Le niveau d’éclairement d’un local est déterminé en se référant à un tableau recommandé


par l’Association Française de l’Eclairage (AFE), on donne, à titre d’exemple :

 Garage du Stockage : 150Lx


 Machines - outil : 300Lx
 Salle de classe : 500Lx
 Travail de petites pièces : 750Lx

3-Facteur de dépréciation

a) Méthode classique
Le niveau d’éclairement dans un local n’est pas constant dans le temps Il diminue
progressivement en raison de différents phénomènes

𝟏 𝟏 𝟏
𝐃= ∗ ∗
𝐅𝐞 𝐅𝐥 𝐅𝐚
Facteur Faible Moyen Fort
d’empoussièrement Fe 0.95 0.85 0.75
Facteur de vieillissement Incandescence Halogène Fluorescence Décharge
des lampes Fl 0.9 0.95 0.85 0.9
Facteur d’altération du Luminaire courant Luminaire spécial
luminaire Fa 0.85 0.95

b) Méthode simplifiée
Il peut être simplifié en prenant en compte un 1er coefficient de dépréciation D1 lié à
l’empoussièrement et d’un 2ème coefficient D2 lié à la diminution du flux lumineux en
fonction du temps : D= D1*D2
Facteur de dépréciation D1
 Faible : 1,1

P 80 sur 110
 Moyen : 1,25
 Fort : 1,4

Facteur de dépréciation D2
Incandescence courante 1,1
Incandescence aux halogènes 1
Tube fluorescent 1,2
Vapeur de mercure ballon 1,2
fluorescent
Halogènes métalliques 1,35
Vapeur de sodium 1,1

4-Calcul de l’indice du local K et du facteur de suspension J

Sauf cas particuliers, le travail ne s'effectue pas au sol mais à une certaine hauteur au-
dessus de celui-ci.
On appelle plan utile un plan fictif couvrant toute la surface de la pièce est situé par
convention à 0,85 m du sol (sauf indications différentes)

𝑳∗𝒍
Indice du local : 𝐊 =
𝑳+𝒍 ∗𝒉
𝒉𝒍
Indice de suspension 𝐉 =
𝒉+𝒉𝒍

P 81 sur 110
L : longueur du local (en m)
l : largeur du local (en m)
ht : hauteur totale du local (en m)
h1 : hauteur de suspension du luminaire (en m)
h2 : hauteur du plan utile (en m _ très souvent pris à 0.85m)
h : hauteur du luminaire par rapport au plan utile (en m)
Nb :
 Il faut arrondir l’indice du local K aux nombres 0.6, 0.8, 1 ,1.25, 1.5 ,2 ,2.5, 3,4, 5
 J est très souvent pris à 0 ou à 1/3

5-Détermination du facteur de réflexion

On a caractérisé en pourcentage les facteurs de réflexion du plafond, des murs et du


plan utile. Pour éviter une surcharge des tableaux, ces facteurs ne sont pas donnés en
pourcentage, mais en fonction du chiffre des dizaines de ces valeurs
Le tableau ci-dessous nous donne le coefficient à appliquer

Très clair moyen sombre Nul


clair
Plafond 8 7 5 3 0
Murs 7 5 3 1 0
Plan 3 3 1 1 0
utile

6-Classe photométrique et catégorie de la lumière

Classe photométrique Catégorie de la lumière


A, B, C, D, E Direct intensif
F, G, H, I, J Direct extensif
K, L, M, N Semi-direct
O, P, Q, R, S Mixte
T Indirect

7-Facteur d’utilance U

Ces tableaux sont issus de la norme NF C 71-120 et 7-121 et sont fonction de :


 Facteur de suspension J
 Indice du local K
 Classe photométrique
 Facteur de réflexion

P 82 sur 110
Tableau 2: facteur d’utilance U pour la classe F, et pour J= 0
Remarque

Le facteur d’utilance U est donné en %

8-Calcul du flux total

E×S×D
Φt =
η×U
E : niveau d’éclairement en lux
S : surface du local à éclairer en m2
D : facteur de dépréciation total
U : facteur d’utilance

9-Emplacement des luminaires

L’uniformité de l’éclairement dépend de la répartition des luminaires, ainsi que de la diffusion


de la lumière par les parois et le plafond.
Selon la classe des luminaires, on doit respecter une valeur de rapport entre la distance des
luminaires et la hauteur entre luminaire et plan de travail.

Tableau des coefficients d’inter- distance des luminaires

Classe des Distance maximale


luminaires entre deux luminaires
A DM 1 H3
B DM 1,1 H3

P 83 sur 110
C DM 1,3 H3
D DM 1,6 H3
E DM 1,9 H3
F DM 2 H3
G DM 2 H3
H DM 1,9 H3
I DM 2 H3
J DM 2,3 H3

On calcule ensuite le nombre de luminaires dans la longueur et dans la largeur :


 Nombre de luminaire dans la longueur :

NL = L / DM

 Nombre de luminaire dans la largeur :


Nl = l / DM

P 84 sur 110
Application

On souhaite réaliser l’éclairage d’une salle et on donne :

 Eclairement : E= 500Lx
 Longueur : L= 8,5 m
 Largeur : l= 6,6m
 Hauteur total : Ht = 3m
 Hauteur du plan utile : Hu = 0,7m
 On utilise des plafonniers : Hp = 0m
 Plafond crème clair
 Murs jaune clair
 Tables acajou

Les luminaires choisis sont des plafonniers recevant chacun 2 tubes fluoresçant SF36 Solara :
2300lm

Mener une conduite d’un projet d’éclairage ?

Correction

 Indice du local

8,5×6,6
𝑘 = (8,5+6,6)×2,3 = 1,61 On prend 𝑘 = 2

 Indice de suspension

𝐽 = 0 ; Le système est encastré

 Facteurs de réflexions

D’après le tableau on détermine : 771

 Facteur de dépréciation

On calcule ; d=1,25

 Classe D : direct intensif


 Facteur d’utilance
D’après le tableau U=0 ,9

P 85 sur 110
Travaux dirigés N°1

EXERCICE N ° 1
1) Définir les termes suivants :
a- Matériaux semi conducteur.
b- Matériaux magnétique.
2) On dispose d’un fil conducteur en cuivre de : section S= 0,7mm2 ,logeur l=5m et une
résistivité ρ=1,75 10-6 Ω.cm.
Calculez la résistance de ce conducteur.
3) Un fil conducteur en aluminium de longueur l=5 m, a une résistance de 1.25Ω et de
résistivité égale 3.8 10-6 Ω.cm.
Calculer la section de ce conducteur.
3-Comparer les deux résistances et les deux sections et interpréter.
EXERCICE N ° 2
- Un conducteur électrique est constitué de deux éléments principaux, Quels sont ?
1) Décrire la dénomination des câbles suivants on se basant sur les deux normes :
 U 1000 C O V F
 U 250 S R C P
 A 05 N R A K 5 G 6
 H 07 V H2 R 2G2,5

P 86 sur 110
Exercice N° 3

On dispose d’un câble (C1) triphasé en polychlorure de vinyle (PV), fixé sur échelle jointivement
avec deux autres circuits, ce câble est exposé à une température ambiante de 30°C et véhicule un
courant de 46A.

Un deuxième câble (C2) mono conducteur en polyéthylène réticulé (PR) véhicule une intensité
I=26A, ce câble est placé sous caniveaux avec un câble multiconducteur et exposé à une
température de 15°C.

A l’aide de l’annexe 1, trouvez la section convenable en cuivre et en aluminium pour les deux
câbles.

P 87 sur 110
Travaux dirigés N°2

Exercice n° 1
On donne le schéma architectural d’une maison de type S+2

1. Compléter le tableau suivant

Pièces Type de Nombre de points Nombre de prises de


commande lumineux courants
Salon
SDB
WC
Chambre1
Chambre2
bureau Simple allumage
couloir
cuisine
total

P 88 sur 110
2. Donner le nombre de départs à constituer pour les circuits d’éclairage, de prise de courants et
circuits spécialisés : chauffe eau ; Lave linge ; plaque de cuisson
 Pour les circuits de prises de courants :……………………………………………….……
 Pour les circuits d’éclairages :………………………………………………………………
 Pour les circuits spécialisés:……………..…………………………………………..………
3. compléter le tableau suivant :

Fonction Calibre du disjoncteur


Eclairage
Prise de courant
Plaque de cuisson
Chauffe eau

4. Remplir le tableau de répartition


Exercice n° 2
On donne le schéma développé d’un montage d’éclairage

1. donner le nom du montage et la légende correspondante


2. définir le rôle de ce montage
3. donner les schémas architectural ; multifilaire et unifilaire

P 89 sur 110
Travaux dirigés N°3

Exercice :1

Le plan unifilaire de l’armoire électrique d’un atelier est le suivant :

B C

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

 La puissance électrique installée, le coefficient d’utilisation et le facteur de puissance de


chaque départ sont donnés par le tableau 1.
 Les facteurs de simultanéité sont donnés par le tableau 2.
Départ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Pi(KW) 5 6 15 2.5 22 3 18 11 2 4
Ku 0.8 0.8 0.75 0.9 0.8 1 0.9 0.9 1 1
cosφ 0.8 0.9 0.89 0.89 0.8 0.9 0.9 0.8 0.89 0.89
Tableau 1

Nombre de circuits Ks
2 et 3 0.9
4 et 5 0.8
6 et 9 0.7
10 et plus 0.6
Tableau 2

1. Calculer la puissance totale installée (en KW).


2. Calculer les puissances d’utilisation aux points B, C.
3. Déterminer la puissance totale d’utilisation de l’armoire.
4. Déduire le coefficient d’utilisation globale Kug.

P 90 sur 110
5. Calculer le courant IA sachant que l’armoire est alimentée par une tension
monophasé 230 V.
Exercice 2 :
On désire évaluer les différentes puissances d’utilisation d’un immeuble ayant 4 étages +
RDC.
4er étage
3er étage
2er étage
1er étage
RDC
Câble sous terrain

-Figure 1-

Le tableau 1 résume le nombre d’abonnés et la puissance installée par étage.

Etage R.D.C 1 2 3 4
Pi(KVA) 24 36 30 24 36
Nb d’abonnés 4 6 5 4 6
-Tableau 1 –

Le tableau 2 donne le facteur de simultanéité Ks pour un immeuble à usage d’habitation.

Nb 2à4 5à9 10 à 15 à 20 à 25 à 30 à 35 à 40 à ≥50


d’abonnés 14 19 24 29 34 39 49
Ks 1 0.78 0.63 0.53 0.49 0.46 0.44 0.42 0.41 0.4
Ku 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
-Tableau 2 –

1. Calculer la puissance totale installée Pit.


2. Calculer la puissance totale d’utilisation Put.
3. Calculer la puissance d’utilisation à chaque étage.
4. Calculer les courants à chaque étage sachant que l’immeuble est alimenté par une tension
triphasée 380V -3Ω.

Exercice 3 :

Le plan unifilaire de l’armoire électrique d’un atelier de mécanique générale est le suivant :

P 91 sur 110
B

C E
D

1 2 3 4 5 6 7

Nombre 2à3 4à5 6 à9 >9


de circuits
Ks 0.9 0.8 0.7 0.6

La puissance électrique installée, le coefficient d’utilisation et le facteur de puissance moyen de


chaque circuit sont donnés dans le tableau 3 :

Circuit 1 2 3 4 5 6 7

Pi(KVA) 10 15 20 24 30 35 40
Ku 0.982 0.8
cosφ 0.892
moyen
-Tableau 3-

1) calculer la puissance totale installée.


2) Quelle est la signification de Ks.
3) Calculer la puissance d’utilisation pour chaque tronçon de ce circuit.
4) Déterminer la puissance totale d’utilisation de l’armoire.
5) Calculer le coefficient d’utilisation global Kug.

P 92 sur 110
Travaux dirigés N°4
Un homme d’affaires vous propose l’étude de l’éclairage de son supermarché ayant les dimensions
suivantes : longueur=40m ; largeur=25m ; hauteur=6m

Il désire une lumière du jour de luxe assurée par des tubes fluorescents à allumage par starter :
65W-220V-cosᵠ=0.5.

Ces tubes sont placés dans des luminaires de façon à assurer un éclairage direct. Ces luminaires
sont suspendus à 0.5m du plafond et confondus avec le faux plafond du supermarché.

On donne d=1.3 ; P=0.5 ; M=0.5.

0,5m L = 40m

6m L = 25 m
0,85m
ha = 6m

Comme l’éclairement E dans le supermarché ne reste pas constant au fur et au mesure de


l’exploitation du local ; on admet que sur une période de 10 ans l’éclairement moyen subit un
décroissement et garde une valeur acceptable si E2≤E≤E1.

Avec E1=750lx représente la valeur de l’éclairement de la mise en service du local ;

E2=700 lx représente la valeur de l’éclairement à la fin de la période de 10 ans préalablement


fixée.

1) Justifier la diminution de cet éclairement.


2) Calculer le flux lumineux total crée par les luminaires.
3) Calculer le nombre de luminaires dans le supermarché et étudier leur implantation. En
déduire le flux émis par chaque luminaire.
4) Déterminer le nombre de tubes contenus dans chaque luminaire et représente le schéma de
branchement d’un luminaire (équilibrer les phases)
5) En vue d’uniformiser au mieux l’éclairement sur le plan utile, on multiplie davantage les
points lumineux en adoptant pour chacun un luminaire équipé d’un montage DUO
Etudier alors une autre implantation des luminaires de façon à satisfaire les conditions
initiales du problème

P 93 sur 110
6) On tient compte maintenant de la consommation en énergie électrique des auxiliaires
d’amorçage et de stabilisation d’une réglette (tube, self, starter), on introduit alors un
coefficient K telle que :
𝑃1 puissance absorbée par une reglette
=
𝑃2 puissance absorbée par le tube
Dans notre cas, on donne K=1,25
a) Calculer la puissance absorbée par les luminaires
b) En déduire le courant absorbé par toute l’installation

7) Le supermarché est alimenté à partir d’un poste de transformation éloigné de 200m du


magasin. Un câble électrique non armé de la série U 1000 AR 02V, ayant cinq conducteurs
assure cette liaison.
Déterminer la section S de ce câble si la chute de tension admise dans le câble n’excède
pas 11V.
8) En déduire la chute de tension ∆Urélle du câble.

P 94 sur 110
Travaux dirigés N°5
Un industriel en textiles a élargi ses diverses activités de production et a fait subir à son usine une
extension.

Dans ce qui suit on vous demande de faire l’étude de l’éclairage électrique d’un nouvel atelier
ayant les caractéristiques suivantes :

 Nature du travail à réaliser dans ce local : tissage fin avec possibilité d’avoir des pièces en
rotation.
 Dimension de l’atelier : Longueur : 18.5 m ; largeur : 12 .5m ; hauteur : 5.41m
 Plan utile : il est situé à 0.85m
 Eclairement : répartition homogène sur le plan utile.
 Choix du système d’éclairage : système semi direct.
 Source de lumière : à choisir parmi les sources proposées par les tableaux ci-joint

Les sources sont caractérisées par la relation e≤1.2h où h représente la distance qui sépare le plan
utile et la source de lumière ; e étant l’écartement qui existe entre deux sources consécutives. La
nature du réseau d’alimentation est du type B2.

En vue d’assurer au local un éclairement convenable imposé par la nature de la tache à réaliser, la
source choisie doit satisfaire les deux conditions suivantes :

 Fournir le maximum de flux lumineux


 Consommer une puissance électrique minimale.

Les sources de lumières sont suspendues à 0.30m du plafond. En cas où la source serait choisie
parmi les lampes fluorescentes, elle donnerait une lumière du type blanc brillant de luxe.

 Facteur de réflexion et de dépréciation : on donne P=50% ; M=30% ; d=1.25.

Remarque on ne travaille pas à proximité des murs.

Travail à faire :

1. Déterminer l’éclairement moyen du nouvel atelier.


2. Calculer le nombre de points lumineux à installer dans l’atelier et étudier leur implantation.
3. Calculer le flux lumineux total crée par les points lumineux. En déduire le flux émis par
chaque point.

P 95 sur 110
4. Sur quelle source de lumière a porté votre choix, et justifier cette préférence. donner les
caractéristiques de cette source lumineuse (tension V ; puissance P ; flux F).
5. Déterminer le nombre de sources de lumière contenues dans chaque point.

L’éclairage électrique est alimenté par un réseau triphasé ; établir le schéma de branchement
général de cet atelier(ou s’attachera à équilibrer les phases du réseau).

6. Déterminer l’éclairement réel moyen de l’atelier.


7. Etablir le schéma de branchement interne d’un point lumineux.
8. Calculer la puissance électrique totale de l’éclairage (il s’agit bien de la puissance
minimale).

P 96 sur 110
Travaux dirigés N°6

Exercice 1 :
Le plan unifilaire de l’armoire électrique d’un atelier est le suivant :

D1

i
A
B C
D D8 D9 D10 D11

D2 D3 D4 D5 D6 D7

7 8 9 10
1 2 3 4 5 6

- La puissance électrique installée, le coefficient d’utilisation et le facteur de puissance de chaque


départ sont donnés par le tableau 1.

- Les facteurs de simultanéité sont donnés par le tableau 2.

Départ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Pi(kW) 5 6 15 2.5 22 3 18 11 2 4

Ku 0.8 0.8 0.75 0.9 0.8 1 0.9 0.9 1 1

cosφ 0.8 0.9 0.89 0.89 0.8 0.9 0.9 0.8 0.89 0.89

Tableau 1

Nombre de circuits Ks

2 et 3 0.9

4 et 5 0.8

6 et 9 0.7

10 et plus 0.6

Tableau 2

P 97 sur 110
1.1. Calculer la puissance totale installée (en kVA).
1.2. Calculer les puissances d’utilisation aux points B, C et D.
1.3. Déterminer la puissance totale d’utilisation de l’armoire.
1.4. Déduire le coefficient d’utilisation globale Kug.
1.5. Calculer le courant i sachant que l’armoire est alimentée par une tension triphasée 400 V.
Exercice 2 :
On souhaite réaliser l’éclairage d’une salle de classe ayant le plan utile à 0.85 du sol. On donne :

* Longueur= 12.5m, Largeur= 10m, Hauteur totale=3m.

* Eclairement moyen : E=300 lx.

* Les facteurs de réflexion : plafond : 70%, mur : 50%, plan utile : 10%.

* Les luminaires choisis sont des plafonniers encastrés: classe D et rendement : 0.65.

* Les lampes sont des tubes fluorescents.

* facteur de dépréciation : d=1.3.

2.1. Calculer le flux lumineux total à fournir.

2.2. Déterminer le nombre total de luminaires à installer en respectant les inter-distances : e=1.2h.

2.3. Calculer le flux lumineux émis par chaque luminaire. Sachant que le luminaire choisi
comporte deux tubes fluorescents, déduire le flux lumineux émis par chaque tube.

2.4. Les tubes utilisées sont des tubes «Blanc Brillant 34 » ayant un Fl =2100 lm et une puissance
absorbée P= 40 W.

2.4.1. Donner la valeur de l’éclairement réel.

2.4.2. Calculer la puissance totale absorbée.

2.5. Les luminaires choisis peuvent être installées en suspension. Pour une suspension à 15cm du
plafond :

2.5.1. En respectant les inter-distances : e=1.2h, déterminer le nombre total des luminaires à
installer.

2.5.2. Calculer le flux lumineux émis par chaque tube.

P 98 sur 110
2.5.3. Les tubes utilisées sont des tubes «Blanc Brillant 34» ayant un Fl =1450lm et une
puissance absorbée P= 18 W, donner la valeur de l’éclairement réel ainsi que la puissance
total absorbée.

2.6. Conclure sur le choix de l’installation (luminaires encastrés ou en suspension)

P 99 sur 110
Problème

Le plan unifilaire de deux armoires électriques A et B situées dans une institution industrielle sont
données ci-dessous

Armoire A Armoire B

D1
D1
K

D2 D3
D2 D3 D4

C H J
A1 A2 A3

D4 D5 D6 D7 D8 D9 D10

B1 B2 B3 B4 B5 B6 B7

La puissance électrique installée, le coefficient d’utilisation et le facteur de puissance moyen pour


chaque départ sont donnés par le tableau suivant :

Départs A1 A2 A3 B1 B2 B3 B4 B5 B6 B7
Pi(KVA) 50 25 60 20 25 30 35 40 45 50
Ku 0.7 0.8 1 0.7 0.7 1 1 0.8 0.9 0.9
cos 𝜑 0.8 0.6 1 0.866

P 100 sur 110


On donne ci-dessous la valeur de Ks :

Nb.de circuit 2à3 4à5 6à9 ≥10


Ks 0.9 0.8 0.7 0.6

Déterminer :

La puissance totale installée, la puissance utilisée pour chaque tronçon, la puissance totale
d’utilisation et le coefficient globale d’utilisation Kug.

1er partie (Question de cours)


a) Quelle est la marche à suivre pour établir le projet d’éclairage électrique d’un local
b) Citer les avantages et les inconvénients des deux sources de lumière suivantes :
 Lampe à incandescence
 Lampe fluorescente

2er partie : Problème


Le plan unifilaire de l’armoire électrique d’un atelier de mécanique générale est donné ci-dessous :

Réseau 3*400V

C
D E

1 2 3 4 5 6 7

P 101 sur 110


La puissance électrique installée, le coefficient d’utilisation et le facteur de puissance de chaque
départ sont donnés par le tableau suivant :

départs 1 2 3 4 5 6 7
Pi(KVA) 10 15 20 24 30 35 40
Ku 0.982 0 ,8
cos 𝜑 0,832 0 ,452

Le tableau ci-dessous donne Ks

Nb.de circuit 2à3 4à5 6à9 ≥10


Ks 0.9 0.8 0.7 0.6

Cette armoire est distante du poste de transformation (PT) de 150 m et elle est alimentée
par un câble HFG 1000 à 4 conducteurs placé dans un caniveau sablé à proximité de deux autres
câbles.

La température ambiante du câble set estimé a 35°C. La résistivité thermique du sol est
évaluée à 100°C cm/w

La chute de la tension du câble ne doit pas excédé 5%.

1. Calculer la puissance totale installée


2. Déterminer la puissance totale d’utilisation de l’armoire, son coefficient global kug et le
facteur de puissance de l’armoire
3. Déterminer la section technique du câble HFG 1000 qui assure la liaison électrique entre
le poste de transformation et l’armoire

Projet d’éclairage électrique :

Le départ 4 de l’armoire alimente l’installation électrique d’éclairage du bureau des méthodes dans
lequel sont étudiées des pièces petites et moyennes.

Dimensions du local :

L= 38m ; l=17,53 ; h=3,8m

Plan utile : il est situe a 0,80m du sol.

Eclairement : sa répartition est homogène sur le plant utile.

P 102 sur 110


On donne : d=1,3 ; P=70% ; M=50%

Choix du système d’éclairage : directe assuré par des tubes fluorescents, à allumage instantané,
fines au plafond et munis de leur réflecteur industriel en tôle laquée.

Par point lumineux ou installe un montage DUO.

Caractéristiques d’un tube : 105W-220V donnant une lumière du type blanc brillant de luxe-
50Hz

a) Etablir l’avant projet complet de l’éclairage


𝑃
On donne le facteur de consommation des tubes : K=𝑃1 = 1,3
2

𝑃1 puissance absorbée par une reglette


=
𝑃2 puissance absorbée par le tube
b) Représenter le plan d’implantation des points lumineux de ce local et préciser les différents
écartements si l’on ne travaille pas à proximité des murs
c) Représenter le schéma électrique global des points lumineux
d) En déduire l’éclairement réel moyen sur le plan utile

P 103 sur 110


Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Kairouan
Département Génie électrique

Devoir de synthèse
Matière : Schémas normes et sécurité Année universitaire : 2017/2018

Classe : GE 11, 12 ,13 Durée : 1h :30

Exercice 1 :
Le plan unifilaire de l’armoire électrique d’un atelier est le suivant :

D1

i
A
B C
D D8 D9 D10 D11

D2 D3 D4 D5 D6 D7

7 8 9 10
1 2 3 4 5 6

- La puissance électrique installée, le coefficient d’utilisation et le facteur de puissance de chaque départ


sont donnés par le tableau 1.

- Les facteurs de simultanéité sont donnés par le tableau 2.

Départ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Pi(kW) 5 6 15 2.5 22 3 18 11 2 4

Ku 0.8 0.8 0.75 0.9 0.8 1 0.9 0.9 1 1

cosφ 0.8 0.9 0.89 0.89 0.8 0.9 0.9 0.8 0.89 0.89

P 104 sur 110


Tableau 1

Nombre de circuits Ks

2 et 3 0.9

4 et 5 0.8

6 et 9 0.7

10 et plus 0.6

Tableau 2

1.6. Calculer la puissance totale installée (en kVA).


1.7. Calculer les puissances d’utilisation aux points B, C et D.
1.8. Déterminer la puissance totale d’utilisation de l’armoire.
1.9. Déduire le coefficient d’utilisation globale Kug.
1.10. Calculer le courant i sachant que l’armoire est alimentée par une tension triphasée 400 V.
Exercice 2 :
On souhaite réaliser l’éclairage d’une salle de classe ayant le plan utile à 0.85m du sol. On donne :

* Longueur= 12.5m, Largeur= 10m, Hauteur total=3m.

* Eclairement moyen : E=300 lx.

* Les facteurs de réflexion : plafond : 70%, mur : 50%, plan utile : 10%.

* Les luminaires choisis sont des plafonniers encastrés: classe D et de rendement : 0.65

* Les lampes sont des tubes fluorescents.

* facteur de dépréciation : d=1.3

2.1. Calculer le flux lumineux total à fournir.

2.2. Déterminer le nombre total de luminaires à installer en respectant les interdistances : e=1.2h.

2.3. Calculer le flux lumineux émis par chaque luminaire. Sachant que le luminaire choisi comporte deux
tubes fluorescents, déduire le flux lumineux émis par chaque tube.

2.4. Les tubes utilisées sont des tubes «Blanc Brillant 34 » ayant un flux Fl =2100 lm et une puissance
absorbée P= 40 W.

2.4.1. Donner la valeur de l’éclairement réel.

P 105 sur 110


2.4.2. Calculer la puissance totale absorbée.

2.5. Les luminaires choisis peuvent être installées en suspension. Pour une suspension à 15cm du
plafond :

2.5.1. En respectant l’inter distance : e=1.2h, déterminer le nombre total des luminaires à installer.

2.5.2. Calculer le flux lumineux émis par chaque tube.

2.5.3. Les tubes utilisées sont des tubes «Blanc Brillant 34» ayant un Fl =1450lm et une puissance
absorbée P= 18 W, donner la valeur de l’éclairement réel ainsi que la puissance total absorbée.

2.6. Conclure sur le choix de l’installation (luminaires encastrés ou en suspension)

P 106 sur 110


Audit énergétique appliqué à ISET Kairouan

1. Etude des lampes d’éclairage existantes

 48 Lampes incandescences 75W

 310 Lampes CFL 3U 08 W

 65 Lampes CFL 3U 15 W

 4 Projecteurs halogènes 500 w

 1460 tubes néons de puissance 36W

 310 tubes néons de puissance 18W


2. Calcul de la puissance totale
 Pour tubes néons 1.20m :

1464 tubes néons * 36 w = 52704w = 52.7 kW

 Pour tubes néons 0.6 m :

312 tubes néons * 18 w = 5616 w = 5.61 KW

P 107 sur 110


 Lampes incandescences 75W :

48 lampes * 75 w = 1005 w = 3600 W = 3.6 kw

 Lampes CFL 3U 11W :

320 lampes * 11W = 3520 W = 3.52KW

 Lampes CFL 3U 15W :

67 lampes *15w = 1005 w = 1.005KW

 Projecteurs halogènes 500 w :

4*500w = 2000 w = 2 kw

Donc :PT = 53kw + 5.61 kw + 3.6 kw + 3.52 kw + 1.005 kw + 2 kw = 68.73 kw

3. Paiement du STEG
 Paiement mensuel du STEG

On pose que :

 Pris d’un kilowattheure : 0 ,167D


 Temps d’éclairage par jour : 7h
 Nombre de jours par mois :24jours
AN : Sm=68.73*0.167*7heures* 24 jours = 1.928.288 DT /mois
 Paiement annuelle du STEG :
AN : SA =1.928.288 DT *12 = 23.139.466 DT /ans
4. Solution proposée : Nouvelle technologie LED
 On remplace les tubes néons classiques 1.20m (36W) par des Tubes néons LED

1.20m (20w)

1464 tubes néons * 20 w = 29280w = 29.28 kW

 On remplace les tubes néons 0.6m (20W) par des Tubes néons LED 0.6m (10W)

312 tubes néons * 10w = 3120 w = 3.12 KW

 On remplace les lampes 11W ,15W et 33 Lampes de75W par des lampes LED de 6W:

420 lampes * 6 w = 2520 w = 2.52 kw

P 108 sur 110


 On remplace 15 lampes 75W Par des lampes LED 15W :

15 W* 15 =225w = 0.225 kw

 On remplace les Projecteurs halogènes 500 w par des projecteurs LED 150W :

4*150w = 600 w = 0.6 kw

Donc : PT = 29.28 kw + 3.12 kw + 2.52 kw + 0.225 kw + 0.6 kw = 35.745 kw

Paiement steg mensuel avec la nouvelle technologie LED :

35.745 KW *0.167 * 7heures * 24 jours = 1.002.861 DT / mois

* Paiement steg annuelle avec la nouvelle technologie LED :

1.002.861 dinars * 12 = 12.034.340 DT/ans

5. Calcul du gain :

23.139.466 DT – 12.034.340 DT = 11.105.126 DT / ans

6. Investissement :
 Tube néons 1.20m LED :

10.005 DT * 1464 = 14.647.320 DT /HT

 Tubes néons 0.6 m LED :

7.970 DT * 312 = 2.486.640 DT /HT

 Ampoules A60 6w :

5.000 DT * 420 = 2.100.000 DT /HT

 Ampoules LED downlight 15 W :

18.983 DT * 15 = 284.745 DT /HT

 projecteurs LED 150 W :

687.010 DT * 4 = 2.748.040 DT / HT

7. Récupération :

20.329.675 DT / 11.105.126 DT = vous récupérer la somme d’investissement dans 20 mo

P 109 sur 110


BIBLIOGRAPHIE

 GUIDE PRATIQUE ET TECHNIQUE DE L’ÉCLAIRAGE RÉSIDENTIEL


 Guide de conception des réseaux industriels « Schneider »
 Schéma d’installation électrique
 App. Techno. P 41
 08-09_ATI1_CE_TP_Choix_de_cable_DR_B222
 Guide NFC-15-100
 Méthode Projet d'éclairage
 NF_C15-100_Aspects_de_la_norme_2
 le_projet_d_eclairage

P 110 sur 110

Vous aimerez peut-être aussi