Vous êtes sur la page 1sur 2

DESIGN, DESIGNERS …

Design Industriel

Le design industriel, selon la définition du Conseil international des sociétés de design industriel (International Council of Societies of Industrial Design, ICSID), est « une activité de création qui vise à déterminer les propriétés formelles d'objets produits industriellement. Cela comprend les caractéristiques extérieures, mais principalement les relations structurelles et fonctionnelles qui donnent à un objet une unité cohérente, tant du point du vue du fabricant que de l'utilisateur. Le design industriel englobe tous les aspects de l'environnement humain qui sont soumis à la production industrielle ». Bien qu'on l'associe à l'ARCHITECTURE et à l'INGÉNIERIE, le design industriel a une histoire plus courte et n'est apparu qu'au milieu du XIX e siècle. Avant cela, la fabrication d'objets usuels était surtout le résultat d'un effort manuel individuel dans une économie basée sur l'artisanat. C'est la révolution industrielle qui rend possible la production en série de ces mêmes objets. À partir de ce moment, les artistes et les artisans sont exclus des procédés industriels de manufacture. Toutefois, certains expriment rapidement la nécessité d'instaurer un équilibre entre l'art et l'industrie, qui aboutit à ce qu'on appelle maintenant le design industriel.

à ce qu'on appelle maintenant le design industriel . Histoire Le design industriel fait ses premiers

Histoire

Le design industriel fait ses premiers pas en Angleterre et en Europe continentale, plus particulièrement en Allemagne et en Scandinavie. En Angleterre, William Morris fonde

une école de métiers d'arts en design et en « production » qui se veut anti-industrielle, tandis que Henry Cole prône l'introduction de l'art dans l'industrie. En 1837 est fondée une

école normale de design, qui s'appellera ensuite le Royal College of Art. En 1849 paraît pour la

première fois le Journal of Design. En 1851, la

Grande exposition ouvre ses portes à Londres. En Allemagne, le cheminement est presque semblable. En 1907, des industriels, des hommes d'affaires, des artistes et des

architectes se regroupent et forment le Deutscher Werkbund. Leur manifeste proteste contre la laideur de l'architecture actuelle et exige la renaissance d'une éthique artistique,

morale et sociale dans l'industrie. Leur philosophie sera éventuellement à l'origine du Bauhaus, école de design qui influencera le développement du design industriel

contemporain en Europe et ailleurs. En Scandinavie, particulièrement au Danemark et en Suède, le design industriel adopte une attitude très culturelle et démocratique, en

prônant l'utilisation de matériaux naturels et de formes organiques, principalement dans l'ameublement et les articles ménagers. Tous ces objets ont un style homogène, qui prendra

le nom de « modernisme scandinave ».

Aux États-Unis, la profession de designer industriel ne suit pas le même chemin que celui

de son équivalent européen. Au départ, il s'agissait d'une technique de promotion des ventes, qui ne touche que la présentation du produit et son emballage. À l'origine un

phénomène associé à la fin de la Crise des années 30, cette approche est utilisée par des designers américains comme Norman Bel Geddes, Henry Dreyfuss, Raymond Loewy et

Walter Dorwin Teague dans la conception d'objets manufacturés, allant des appareils ménagers aux locomotives

Designer industriel

Son art, faire «chanter» par une note esthétique les objets courants de votre quotidien.Et les rendre plus fonctionnels.

faire «chanter» par une note esthétique les objets courants de votre quotidien.   Et les rendre
faire «chanter» par une note esthétique les objets courants de votre quotidien.   Et les rendre

Vous avez craqué sur le dernier Nokia ou la

planche de snow tout-terrain de O’Sin! C’est tout l’art du designer: rendre esthétiques et fonctionnels les objets de votre vie quotidienne (stylo, scooter, assiette, boîte de cornflakes,

lunettes Le designer conçoit l’apparence extérieure des objets industriels fabriqués en série: voiture, robot ménager, lampadaire de rue ou pâtes

alimentaires. Il s’est creusé la tête pour leur mitonner une forme parfaite: belle, économique et ergonomique. Pour autant, l’innovation ne doit pas effacer la

technique. Car votre voi ture doit rouler. Et sa créativité dé - bridée ne peut pas faire abstraction de la banale réalité. Surtout, le designer ne fait pas un chef-d’œuvre pour sa

propre gloire. Quand il conçoit un nouveau robot ménager, si vous, vous ne le trouvez pas pratique, il a raté son coup.

Profil des consommateurs, conditions

d’utilisation, état du marché

son client ne sont ja - mais très loin. Le concept optimal d’un objet et sa faisabilité prennent

alors la forme d’un prototype sur l’ordinateur de ce pro des logiciels. À lui aussi d’imaginer les techniques de fabrication adéquates et de proposer des

matériaux nouveaux. Un travail qui exige de se tenir en permanence au courant de l’évolution des modes, des concepts, des technologies, des matériaux.

Le métier fait rêver plus d’un étudiant. Il faut s’armer de courage. Pour leur premier emploi, plus de 60% des designers sont intégrés dans des agences, des grandes entreprises ou

d’autres structures. Le tiers restant entre dans la vie professionnelle avec le statut de designer indépendant.

Formations

Plusieurs parcours sont possibles. Un designer peut aussi bien se former dans une école de design, une école d’art, une école d’ingénieurs,

une école d’architecture (design d’environnement) ou même une école de commerce.

les attentes de

Au niveau bac+ 2 ou 3, le BTS assistant en création industrielle et le DNAT (diplôme national d’arts et techniques) forment des assistants.

Au niveau bac + 4 et 5, on trouve, au choix, les diplômes des écoles publiques et ceux des

écoles privées. Ces dernières proposent des

cursus qui recrutent directement après le bac, pour un cursus de 5 ans.

Les écoles des beaux-arts

La cinquantaine d’écoles d’arts municipales, régionales et nationales relèvent du ministère de la Culture. Elles proposent un cycle court de trois ans, sanctionné par le Dnat (Diplôme national d’arts et tech niques). Il existe également un cycle long de cinq ans sanctionné par le DNSEP (ou Diplôme national supérieur d’ex pression plastique).

Les écoles nationales supérieures d’art

C’est le «must» dans le domaine des arts. Mais la sélection est impitoyable: une préparation d’un ou deux ans en école des beaux-arts ou en atelier privé est indispensable. Et un excel lent niveau de culture générale. L’ENSCI (dite Les Ateliers) est LA spécialiste du design industriel. L’Ensad (dite les Arts Déco) délivre également des cours sur le design in dustriel.

Certaines écoles d’ingénieurs pro posent un module Design: École centrale des arts et manu factures, UTC de Compiègne, Esim de Mar seille, Insa de Lyon, École nationale supérieure des mines de Paris, École nationale supérieure de chimie de Lille

Mar seille, Insa de Lyon, École nationale supérieure des mines de Paris, École nationale supérieure de