Vous êtes sur la page 1sur 14

UNIVERSITE MOULAY ISMAIL Module P124

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES


DEPARTEMENT DE PHYSIQUE ERRACHIDIA Pr. BENAMI

Correction TD d’électricité
Série n°1
Exercice n°1

La dérivée partielle d’une fonction f par rapport à la variable x est notée :

𝜕𝜕𝜕𝜕
𝑓𝑓𝑥𝑥′ = ∂ : d rond
𝜕𝜕𝜕𝜕
Si f est une fonction de x, y et z. Alors les dérivées partielles premières sont :

𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕


𝑓𝑓𝑥𝑥′ = 𝑓𝑓𝑦𝑦′ = et 𝑓𝑓𝑧𝑧′ =
𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕

B
Les dérivées du second ordre :

𝑓𝑓𝑥𝑥′′ =
𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕
� �= 2
𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕
𝜕𝜕 2 𝑓𝑓
𝜕𝜕𝑥𝑥 EN ;
𝑓𝑓𝑦𝑦′′
𝜕𝜕 2 𝑓𝑓
= 2
𝜕𝜕𝑦𝑦
et 𝑓𝑓𝑧𝑧′′
𝜕𝜕 2 𝑓𝑓
= 2
𝜕𝜕𝑧𝑧

A
Les dérivées mixtes :
M
′′
𝑓𝑓𝑥𝑥𝑥𝑥 =
𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕
� �=
𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕
𝜕𝜕 2 𝑓𝑓
𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕
′′
; 𝑓𝑓𝑥𝑥𝑥𝑥 =
𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕
� �=
𝜕𝜕 2 𝑓𝑓
IF ; ′′
𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦 =
𝜕𝜕 2 𝑓𝑓

ST
𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕

𝜕𝜕 2 𝑓𝑓 𝜕𝜕 2 𝑓𝑓

E
′′
𝑓𝑓𝑧𝑧𝑧𝑧 = ; ′′
𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦 = ; ′′
𝜕𝜕 2 𝑓𝑓
𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕 𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕 𝑓𝑓𝑧𝑧𝑧𝑧 =
𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕𝜕
a)

𝑓𝑓𝑥𝑥′ = cos(𝑥𝑥 + 𝑦𝑦) ; 𝑓𝑓𝑦𝑦′ = cos(𝑥𝑥 + 𝑦𝑦)

𝑓𝑓𝑥𝑥′′ = 𝑓𝑓𝑦𝑦′′ = 𝑓𝑓𝑥𝑥𝑥𝑥


′′ ′′
= 𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦 = − sin(𝑥𝑥 + 𝑦𝑦)

b)

𝑓𝑓𝑥𝑥′ = 3𝑥𝑥 2 y ; 𝑓𝑓𝑦𝑦′ = 𝑥𝑥 3

1
𝑓𝑓𝑥𝑥′′ = 6𝑥𝑥𝑥𝑥 ; 𝑓𝑓𝑦𝑦′′ = 0 ; 𝑓𝑓𝑥𝑥𝑥𝑥
′′
= 3𝑥𝑥 2 ; 𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦
′′
= 3𝑥𝑥 2

c)
𝑥𝑥 3
𝑓𝑓𝑥𝑥′ = 3𝑥𝑥 2 log 𝑦𝑦 sin2 𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑦𝑦′ = sin2 𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑧𝑧′ = 2𝑥𝑥 3 log 𝑦𝑦 cos 𝑧𝑧 sin 𝑧𝑧 = 𝑥𝑥 3 log 𝑦𝑦 sin 2𝑧𝑧
𝑦𝑦

𝑥𝑥 3
𝑓𝑓𝑥𝑥′′ = 6𝑥𝑥 log 𝑦𝑦 sin2 𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑦𝑦′′ = − sin2 𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑧𝑧′′ = 2𝑥𝑥 3 log 𝑦𝑦 cos 2𝑧𝑧
𝑦𝑦 2

′′ 3𝑥𝑥 2 3𝑥𝑥 2 𝑥𝑥 3
𝑓𝑓𝑥𝑥𝑥𝑥 = sin2 𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑥𝑥𝑥𝑥
′′
= 3𝑥𝑥 2 log 𝑦𝑦 sin 2𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦
′′
= sin2 𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑦𝑦𝑦𝑦
′′
= sin 2𝑧𝑧
𝑦𝑦 𝑦𝑦 𝑦𝑦

′′ 𝑥𝑥 3
𝑓𝑓𝑧𝑧𝑧𝑧 = 3𝑥𝑥 2 log 𝑦𝑦 sin 2𝑧𝑧 ; 𝑓𝑓𝑧𝑧𝑧𝑧
′′
= sin 2𝑧𝑧
𝑦𝑦

B
Exercice n°2
EN
A
a) Intégrale simple

M
Changement de variable

IF
𝑏𝑏 𝑥𝑥
On pose cos 𝜃𝜃 = donc sin 𝜃𝜃 =
√𝑏𝑏2 +𝑥𝑥 2 √𝑏𝑏2 +𝑥𝑥 2

ST
sin 𝜃𝜃 𝑥𝑥 𝑏𝑏 sin 𝜃𝜃 𝑏𝑏
On trouve que
cos 𝜃𝜃
=
𝑏𝑏
⇨ 𝑥𝑥 = cos 𝜃𝜃
et 𝑑𝑑𝑑𝑑 =
𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 2 𝜃𝜃
𝑑𝑑𝑑𝑑

E
L’intégrale devient

𝑏𝑏 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 3 𝜃𝜃 1 sin 𝜃𝜃 𝑥𝑥
∫ 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐2𝜃𝜃 𝑑𝑑𝑑𝑑 = ∫ cos 𝜃𝜃𝜃𝜃𝜃𝜃 = + 𝐶𝐶 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 = 𝐶𝐶 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠
𝑏𝑏2 𝑏𝑏 𝑏𝑏 𝑏𝑏√𝑏𝑏2 +𝑥𝑥 2

b) Intégrale double
On a : 1 ≤ 𝑥𝑥 ≤ 𝑛𝑛 et 0 ≤ 𝑦𝑦 ≤ 𝑥𝑥 2 (théorème de Fubini)
2
𝑥𝑥 2 2
𝑛𝑛
1 𝑛𝑛 𝑥𝑥
1 𝑛𝑛
1 𝑥𝑥
� � 2
𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑𝑑 = � �� 2
𝑑𝑑𝑑𝑑� 𝑑𝑑𝑑𝑑 = � �− � 𝑑𝑑𝑑𝑑
1 0 (𝑥𝑥 + 𝑦𝑦) 1 0 (𝑥𝑥 + 𝑦𝑦) 1 𝑥𝑥 + 𝑦𝑦 0

𝑛𝑛 𝑥𝑥 𝑛𝑛 1
Ce qui donne : ∫1 𝑑𝑑𝑑𝑑 = ∫1 𝑑𝑑𝑑𝑑 = [𝐿𝐿𝐿𝐿(1 + 𝑥𝑥)]1𝑛𝑛 = 𝐿𝐿𝐿𝐿(1 + 𝑛𝑛) − 𝐿𝐿𝐿𝐿2
𝑥𝑥 2 +𝑥𝑥 1+𝑥𝑥

c) Intégrale Triple
2
𝜋𝜋 𝜋𝜋
On a : 0 ≤ 𝑟𝑟 ≤ 𝑅𝑅 ; 0 ≤ 𝜃𝜃 ≤ 2𝜋𝜋 et − 2 ≤ 𝜑𝜑 ≤ 2

𝑅𝑅 2𝜋𝜋 𝜋𝜋�
2
2 4 3
� 𝑟𝑟 𝑑𝑑𝑑𝑑 � 𝑑𝑑𝑑𝑑 � cos 𝜑𝜑 𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝜋𝜋𝑅𝑅
0 0 −𝜋𝜋�2 3

Exercice n°3

1)

Soit �𝑭𝑭⃗𝑨𝑨 la force


qui s’exerce sur q A due à q B et q C .

B
�𝑭𝑭⃗𝑩𝑩 la force qui s’exerce sur q B due à q A et q C .

EN
�𝑭𝑭⃗𝑪𝑪 la force qui s’exerce sur q C due à q B et q A .

A
M
IF
D’après la loi de Coulomb et le principe de superposition on a :

𝒆𝒆 𝒆𝒆 𝟑𝟑
�𝑭𝑭⃗𝑨𝑨 = 𝑭𝑭
�⃗𝑩𝑩 + �𝑭𝑭⃗𝑪𝑪 = 𝒌𝒌𝒌𝒌 �

ST
� � ⃗
𝒊𝒊 − ⃗
𝒊𝒊 � = 𝒌𝒌𝒆𝒆𝟐𝟐 𝒊𝒊⃗
𝑨𝑨 𝑨𝑨 𝒂𝒂𝟐𝟐 (𝟐𝟐𝒂𝒂)𝟐𝟐 𝟒𝟒𝒂𝒂𝟐𝟐

E
�⃗𝑨𝑨 � = 𝟏𝟏, 𝟕𝟕𝟕𝟕𝟕𝟕 ∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏−𝟖𝟖 𝑵𝑵
Sa norme ou module est �𝑭𝑭

�⃗ , en raison de la symétrie par rapport au point O.


�⃗𝑩𝑩 = �𝑭𝑭⃗𝑨𝑨 + �𝑭𝑭⃗𝑪𝑪 = 𝟎𝟎
𝑭𝑭 �
𝑩𝑩 � 𝑩𝑩

�⃗𝑨𝑨 = − 𝟑𝟑 𝟐𝟐 𝒌𝒌𝒆𝒆𝟐𝟐 𝒊𝒊⃗


Et �𝑭𝑭⃗𝑪𝑪 = �𝑭𝑭⃗𝑩𝑩� + �𝑭𝑭⃗𝑨𝑨� = −𝑭𝑭
𝑪𝑪 𝑪𝑪 𝟒𝟒𝒂𝒂

�⃗𝑪𝑪 � = 𝟏𝟏, 𝟕𝟕𝟕𝟕 ∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏−𝟖𝟖 𝑵𝑵


Sa norme est �𝑭𝑭

2)
Les charges étant ponctuelles, alors leurs potentiels sont :

3
𝒆𝒆 𝒆𝒆 𝒌𝒌𝒌𝒌
𝑽𝑽𝑨𝑨 = 𝒌𝒌 �− + �=−
𝒂𝒂 𝟐𝟐𝟐𝟐 𝟐𝟐𝟐𝟐
𝒆𝒆 𝒆𝒆 𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐
𝑽𝑽𝑩𝑩 = 𝒌𝒌 � + � =
𝒂𝒂 𝒂𝒂 𝒂𝒂
𝒆𝒆 𝒆𝒆 𝒌𝒌𝒌𝒌
𝑽𝑽𝑪𝑪 = 𝒌𝒌 � − � = −
𝟐𝟐𝟐𝟐 𝒂𝒂 𝟐𝟐𝟐𝟐
𝟏𝟏
Donc l’énergie potentielle de système 𝑼𝑼 = ∑𝒊𝒊 𝒒𝒒𝒊𝒊 𝑽𝑽𝒊𝒊
𝟐𝟐

𝟏𝟏 𝟑𝟑
𝑼𝑼 = [𝒒𝒒𝑨𝑨 𝑽𝑽𝑨𝑨 + 𝒒𝒒𝑩𝑩 𝑽𝑽𝑩𝑩 + 𝒒𝒒𝑪𝑪 𝑽𝑽𝑪𝑪 ] = − 𝒌𝒌𝒆𝒆𝟐𝟐
𝟐𝟐 𝟐𝟐𝟐𝟐
𝑼𝑼 = −𝟑𝟑, 𝟒𝟒𝟒𝟒 ∗ 𝟏𝟏𝟏𝟏−𝟏𝟏𝟏𝟏 𝑱𝑱 ou bien 𝑼𝑼 = −𝟐𝟐𝟐𝟐. 𝟔𝟔 𝒆𝒆𝒆𝒆

B
EN
A
M
Exercice n°4 IF
ST
E 𝒋𝒋⃗
𝒅𝒅𝒅𝒅

𝜽𝜽 �⃗
𝒖𝒖
𝒊𝒊⃗
�⃗
𝒅𝒅𝑬𝑬
Le champ électrostatique créé par la charge dq est :
𝑑𝑑𝑑𝑑 1
𝑑𝑑𝐸𝐸�⃗ = 𝑘𝑘 𝑟𝑟 2 𝑢𝑢
�⃗ or 𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆 et 𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅𝑅 ; avec r=R ; 𝑘𝑘 = 4𝜋𝜋𝜀𝜀
0

Donc

𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆 𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆
𝑑𝑑𝐸𝐸�⃗ = 𝑘𝑘 𝑢𝑢
�⃗ = 𝑘𝑘 (−𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝚤𝚤⃗ − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝚥𝚥⃗)
𝑅𝑅 2 𝑅𝑅

4
Le champ total
𝜋𝜋�
𝑘𝑘𝑘𝑘 2 𝜆𝜆
𝐸𝐸�⃗ = � 𝑑𝑑𝐸𝐸�⃗ = � (−𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝚤𝚤⃗ − 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝚥𝚥⃗) 𝑑𝑑𝑑𝑑 = − (𝚤𝚤⃗ + 𝚥𝚥⃗)
𝑅𝑅 0 4𝜋𝜋𝜀𝜀0 𝑅𝑅

Le champ en fonction de la charge totale Q


𝜋𝜋⁄2 𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆 2𝑄𝑄
On a: 𝑄𝑄 = ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑 = ∫0 𝜆𝜆𝜆𝜆 𝑑𝑑𝑑𝑑 = →𝜆𝜆 = 𝜋𝜋𝜋𝜋
2

𝑄𝑄
⇒ 𝐸𝐸�⃗ = − (𝚤𝚤⃗ + 𝚥𝚥⃗)
2𝜋𝜋 2 𝜀𝜀0 𝑅𝑅2
Exercice n°5

On fait coïncider l’axe Oz avec le segment et on se place en coordonnées


cylindriques (r, θ, z) pour M.

B
EN
Soit O le milieu du segment, on a OM=r. soit

A
P un point du segment avec sa cote z telle
que −𝑎𝑎 ≤ 𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑧𝑧 ≤ 𝑎𝑎

M
On considère un élément de longueur dl
centré en P et portant la charge dq=λdl. Il IF
créé en M le champ élémentaire :

1 𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆
ST
E
𝑑𝑑𝐸𝐸�⃗𝑝𝑝 (𝑀𝑀) = 𝑢𝑢
�⃗
4𝜋𝜋𝜀𝜀0 𝑃𝑃𝑃𝑃2 𝑃𝑃𝑃𝑃

Donc le champ total créé par la distribution s’écrit :

1 𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆𝜆
𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) = � 𝑑𝑑𝐸𝐸�⃗𝑝𝑝 (𝑀𝑀) = � 𝑢𝑢
�⃗
𝑃𝑃∈𝐿𝐿 4𝜋𝜋𝜀𝜀0 𝑃𝑃∈𝐿𝐿 𝑃𝑃𝑃𝑃2 𝑃𝑃𝑃𝑃

Ici �����⃗
𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑧𝑧 𝑒𝑒⃗𝑧𝑧 , 𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝑑𝑑𝑑𝑑 et ������⃗
𝑂𝑂𝑂𝑂 = 𝑟𝑟 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 d’où

������⃗ �����⃗ + ������⃗


𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑂𝑂𝑂𝑂 = −𝑧𝑧𝑒𝑒⃗𝑧𝑧 + 𝑟𝑟 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟
������⃗
𝑃𝑃𝑃𝑃 𝑟𝑟 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 −𝑧𝑧𝑒𝑒⃗𝑧𝑧
Soit 𝑃𝑃𝑃𝑃2 = 𝑧𝑧 2 + 𝑟𝑟 2 → 𝑃𝑃𝑃𝑃 = √𝑧𝑧 2 + 𝑟𝑟 2 or 𝑢𝑢
�⃗𝑃𝑃𝑃𝑃 = 𝑃𝑃𝑃𝑃 = √𝑧𝑧 2 +𝑟𝑟 2

Finalement :

5
𝑎𝑎
𝜆𝜆 𝑟𝑟 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 − 𝑧𝑧𝑒𝑒⃗𝑧𝑧
𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) = � 𝑑𝑑𝑑𝑑
4𝜋𝜋𝜀𝜀0 −𝑎𝑎 (𝑧𝑧 2 + 𝑟𝑟 2 )3�2

Or
𝑎𝑎 𝑎𝑎
𝑧𝑧 −1
� 3 𝑑𝑑𝑑𝑑 = � =0
−𝑎𝑎 √𝑧𝑧 2 + 𝑟𝑟 2 √𝑧𝑧 2 + 𝑟𝑟 2 −𝑎𝑎

et
Voir ex 2
𝑎𝑎 𝑎𝑎
𝑟𝑟 1 𝑧𝑧 2𝑎𝑎
� 3 𝑑𝑑𝑑𝑑 = � =
2
−𝑎𝑎 √𝑧𝑧 + 𝑟𝑟
2 𝑟𝑟 √𝑧𝑧 2 + 𝑟𝑟 2 −𝑎𝑎 𝑟𝑟√𝑎𝑎2 + 𝑟𝑟 2

On en déduit :

𝜆𝜆𝜆𝜆 1
𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) = 𝑒𝑒⃗
2𝜋𝜋𝜋𝜋𝜀𝜀0 √𝑎𝑎2 + 𝑟𝑟 2 𝑟𝑟

B
EN
A
2)
Dans le cas d’un fil infini càd a tend vers l’infini (a→∞)
M
La valeur du champ est :
IF
ST
𝜆𝜆𝜆𝜆 1 𝜆𝜆
𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) = lim 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 = 𝑒𝑒⃗
𝑎𝑎→∞ 2𝜋𝜋𝜋𝜋𝜀𝜀0 √𝑎𝑎 2 + 𝑟𝑟 2 2𝜋𝜋𝜋𝜋𝜀𝜀0 𝑟𝑟

Théorème de Gauss E
Exercice n°6

1)

Dans la base cylindrique le vecteur 𝐸𝐸�⃗ (M) se décompose en :

𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) = 𝐸𝐸�⃗ (𝑟𝑟, 𝜃𝜃, 𝑧𝑧) = 𝐸𝐸𝑟𝑟 (𝑟𝑟, 𝜃𝜃, 𝑧𝑧)𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 + 𝐸𝐸𝜃𝜃 (𝑟𝑟, 𝜃𝜃, 𝑧𝑧)𝑒𝑒⃗𝜃𝜃 + 𝐸𝐸𝑧𝑧 (𝑟𝑟, 𝜃𝜃, 𝑧𝑧)𝑒𝑒⃗𝑧𝑧

6
Invariances :

La distribution de charge est invariante par translation selon l’axe (Oz) et par rotation d’un
angle θ autour de ce même axe, le champ est donc indépendant de coordonnées θ et Z.

𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) = 𝐸𝐸�⃗ (𝑟𝑟, 𝜃𝜃, 𝑧𝑧) = 𝐸𝐸�⃗ (𝑟𝑟)

Le plan 𝜋𝜋1 = (𝑀𝑀, 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 , 𝑒𝑒⃗𝑧𝑧 ) passant par M et OZ est un plan de symétrie donc 𝐸𝐸�⃗ (M) est dans

B
ce plan soit (E θ =0).

EN
Le plan 𝜋𝜋2 = (𝑀𝑀, 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 , 𝑒𝑒⃗𝜃𝜃 ) passant par M et perpendiculaire à OZ est un plan de symétrie
donc 𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) ∈ 𝜋𝜋2 est dans ce plan soit (E z =0).

Ainsi le champ électrostatique est donc contenu dans


A
M
l’intersection de ces deux plan 𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) ∈ 𝜋𝜋1 ∩ 𝜋𝜋2

Finalement le champ est radial (porté par 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 ) 𝐸𝐸�⃗ (𝑀𝑀) =


𝐸𝐸𝑟𝑟 (𝑟𝑟)𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 IF
(Pour une densité volumique présentant une symétrie
cylindrique on aura : (ρ (r, θ, z) = ρ(r))) ST
2)
1
E
Flux de champ électrostatique à travers une surface fermée est égale à 𝜀𝜀 fois la charge à
0
l’intérieur de la surface.

𝒒𝒒𝒊𝒊𝒊𝒊 𝑄𝑄
𝜱𝜱𝑬𝑬�⃗� = � ��⃗ ����⃗ =
𝑬𝑬 𝒅𝒅𝒅𝒅 =
𝒔𝒔 𝒔𝒔 𝜺𝜺𝟎𝟎 𝜀𝜀0

3)

7
La symétrie est cylindrique. Alors la surface fermée de Gauss sera un cylindre passant par
M de rayon r et de hauteur arbitraire h, refermé par deux disques perpendiculaires à (OZ).

𝑺𝑺𝑮𝑮 = 𝑺𝑺𝒃𝒃𝟏𝟏 + 𝑺𝑺𝒃𝒃𝟐𝟐 + 𝑺𝑺𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳

Le flux du champ à travers la surface de Gauss


𝑛𝑛𝐿𝐿 ⫽ 𝐸𝐸�⃗

𝜱𝜱𝑬𝑬�⃗ 𝑬𝑬 ���������⃗
= � ��⃗ ��⃗ ���������⃗
𝒅𝒅𝑺𝑺𝒃𝒃𝟏𝟏 + � 𝑬𝑬 𝑬𝑬 �����������⃗
𝒅𝒅𝑺𝑺𝒃𝒃𝟐𝟐 + � ��⃗ 𝒅𝒅𝑺𝑺𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳
�𝑺𝑺
𝑮𝑮

𝑛𝑛1 ⊥ 𝐸𝐸�⃗ 𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟, 0 ≤ 𝜃𝜃 ≤ 2𝜋𝜋


𝑛𝑛2 ⊥ 𝐸𝐸�⃗
0 ≤ 𝑧𝑧 ≤ ℎ

𝜱𝜱𝑬𝑬�⃗ 𝑬𝑬 �����������⃗
= � ��⃗ 𝒅𝒅𝑺𝑺𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳 = � 𝑬𝑬 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝒄𝒄𝒄𝒄𝒄𝒄(𝟎𝟎) = 𝑬𝑬𝑬𝑬 = 𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬
�𝑺𝑺

B
𝑮𝑮

EN
Car E est radial ne dépend que de r

* Pour r < R

A
M
IF
ST
La charge intérieure à la surface de Gauss est :

𝑸𝑸𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊
𝒓𝒓
𝒓𝒓𝟐𝟐 𝟐𝟐𝟐𝟐
= � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = � 𝝆𝝆 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝝆𝝆 � 𝒓𝒓𝒓𝒓𝒓𝒓 � 𝒅𝒅𝒅𝒅 � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝝆𝝆 𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐 = 𝝆𝝆𝒓𝒓𝟐𝟐 𝝅𝝅𝝅𝝅
𝒉𝒉 E
𝟎𝟎 𝟎𝟎 𝟎𝟎 𝟐𝟐
L’application de Th de Gauss conduit à :

𝝆𝝆𝒓𝒓𝟐𝟐 𝝅𝝅𝝅𝝅
𝜱𝜱𝑬𝑬�⃗ = 𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬 =
�𝑺𝑺
𝑮𝑮
𝜺𝜺𝟎𝟎
𝝆𝝆𝝆𝝆
Soit : 𝑬𝑬(𝒓𝒓) =
𝟐𝟐𝟐𝟐𝟎𝟎

8
* Pour r > R

B
EN
𝑹𝑹 𝟐𝟐𝟐𝟐 𝒉𝒉
𝑸𝑸𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊 = � 𝝆𝝆 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝝆𝝆 � 𝒓𝒓𝒓𝒓𝒓𝒓 � 𝒅𝒅𝒅𝒅 � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝝆𝝆𝑹𝑹𝟐𝟐 𝝅𝝅𝝅𝝅
𝟎𝟎 𝟎𝟎 𝟎𝟎

Donc d’après le TH de Gauss :


A
M 𝝆𝝆𝑹𝑹𝟐𝟐 𝝅𝝅𝝅𝝅

IF
𝜱𝜱�𝑬𝑬⃗ = 𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬 =
�𝑺𝑺
𝑮𝑮
𝜺𝜺𝟎𝟎

ST
𝝆𝝆𝑹𝑹𝟐𝟐
Soit 𝑬𝑬(𝒓𝒓) =
𝟐𝟐𝟐𝟐𝜺𝜺𝟎𝟎

E
𝝆𝝆𝝆𝝆
⎧ 𝟐𝟐𝟐𝟐 𝒆𝒆�⃗𝒓𝒓 𝒔𝒔𝒔𝒔 𝒓𝒓 < 𝑹𝑹
𝟎𝟎
��⃗
𝑬𝑬(𝒓𝒓) = 𝟐𝟐
⎨ 𝝆𝝆𝑹𝑹 �⃗ 𝒆𝒆 𝒔𝒔𝒔𝒔 𝒓𝒓 > 𝑹𝑹
⎩𝟐𝟐𝟐𝟐𝜺𝜺𝟎𝟎 𝒓𝒓
On constate que le champ électrostatique est continu en r=R.

4)
𝑑𝑑𝑑𝑑
����������⃗ 𝑉𝑉 or 𝐸𝐸�⃗ = 𝐸𝐸𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 ⇒
Le potentiel : la relation entre le champ et le potentiel 𝐸𝐸�⃗ = −𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔 𝑒𝑒⃗
𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑟𝑟

9
𝑑𝑑𝑑𝑑
Soit 𝐸𝐸 = − 𝑑𝑑𝑑𝑑 ⇒ 𝑉𝑉 = − ∫ 𝐸𝐸 𝑑𝑑𝑑𝑑

* Pour r < R

𝝆𝝆𝝆𝝆 𝝆𝝆𝒓𝒓𝟐𝟐
𝑽𝑽(𝒓𝒓) = − � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = − + 𝑪𝑪𝟏𝟏
𝟐𝟐𝟐𝟐𝟎𝟎 𝟒𝟒𝜺𝜺𝟎𝟎
* Pour r > R

𝝆𝝆𝑹𝑹𝟐𝟐
𝑽𝑽(𝒓𝒓) = − 𝒍𝒍𝒍𝒍𝒍𝒍 + 𝑪𝑪𝟐𝟐
𝟐𝟐𝜺𝜺𝟎𝟎
La référence de potentiel ne peut pas être prise à l’infini, puisqu’il y existe des charges. On
choisit V(r=R)=0

𝝆𝝆𝑹𝑹𝟐𝟐 𝝆𝝆𝑹𝑹𝟐𝟐
Donc 𝑪𝑪𝟏𝟏 = et 𝑪𝑪𝟐𝟐 = 𝒍𝒍𝒍𝒍𝒍𝒍

B
𝟒𝟒𝜺𝜺𝟎𝟎 𝟐𝟐𝜺𝜺𝟎𝟎

EN
𝝆𝝆 𝟐𝟐 𝟐𝟐
⎧𝟒𝟒𝜺𝜺 (𝑹𝑹 − 𝒓𝒓 )𝒔𝒔𝒔𝒔 𝒓𝒓 < 𝑹𝑹
𝟎𝟎
𝑽𝑽(𝒓𝒓) =

A
𝟐𝟐
⎨ − 𝝆𝝆𝑹𝑹 𝒍𝒍𝒍𝒍 𝒓𝒓 𝒔𝒔𝒔𝒔 𝒓𝒓 > 𝑹𝑹
�𝑹𝑹

M
⎩ 𝟐𝟐𝜺𝜺𝟎𝟎

IF
5)
Courbe E=f(r) et V=f(r)

ST
E
4

10
Exercice n°7

-
1)

- La distribution de charges est invariante par


translation selon Oz.

- La distribution de charges est invariante par


rotation autour de Oz

- Le plan 𝜋𝜋1 contenant le fil est plan de symétrie

- Le plan 𝜋𝜋2 perpendiculaire au fil est plan de


symétrie

2)

B
La symétrie est cylindrique. On choisit comme surface de Gauss S G un cylindre de rayon r

EN
de hauteur h et qui a pour axe le fil infini.

A
M
IF
ST
Le théorème de Gauss stipule que :
𝑺𝑺𝑮𝑮 = 𝑺𝑺𝟏𝟏 + 𝑺𝑺𝟐𝟐 + 𝑺𝑺𝑳𝑳
E
𝒒𝒒𝒊𝒊𝒊𝒊
�⃗ ����⃗
𝜱𝜱�𝑬𝑬⃗� = � 𝑬𝑬 𝒅𝒅𝒅𝒅 =
𝒔𝒔 𝒔𝒔 𝜺𝜺𝟎𝟎

𝜱𝜱𝑬𝑬�⃗ 𝑬𝑬 �������⃗
= � ��⃗ 𝑬𝑬 �������⃗
𝒅𝒅𝑺𝑺𝟏𝟏 + � ��⃗ 𝑬𝑬 �������⃗
𝒅𝒅𝑺𝑺𝟐𝟐 + � ��⃗ 𝒅𝒅𝑺𝑺𝑳𝑳
�𝑺𝑺
𝑮𝑮

𝜱𝜱𝑬𝑬�⃗ 𝑬𝑬 �����������⃗
= � ��⃗ 𝒅𝒅𝑺𝑺𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳𝑳 = 𝑬𝑬𝑬𝑬 = 𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬
�𝑺𝑺
𝑮𝑮

11
Car E est radial ne dépend que de r et comme tout les points M de la surface latérale sont
séparés de r du fil ⇒ E=Cste

La charge à l’intérieur de la surface de Gauss :


𝒉𝒉

𝑸𝑸𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊𝒊 = � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝝀𝝀 � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝝀𝝀𝝀𝝀


𝟎𝟎

Th de Gauss implique

𝝀𝝀𝝀𝝀
𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬𝑬 =
𝜺𝜺𝟎𝟎

Donc

𝝀𝝀

B
𝑬𝑬 =
𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐𝜺𝜺𝟎𝟎
3)
EN
A
Le potentiel

M
����������⃗ 𝑉𝑉 or 𝐸𝐸�⃗ = 𝐸𝐸𝑒𝑒⃗𝑟𝑟 ⇒ 𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑒𝑒⃗𝑟𝑟
𝐸𝐸�⃗ = −𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔 𝑑𝑑𝑑𝑑

𝑑𝑑𝑑𝑑 𝜆𝜆 𝑑𝑑𝑑𝑑
Soit 𝐸𝐸 = − 𝑑𝑑𝑑𝑑 ⇒ 𝑉𝑉 = − ∫ 𝐸𝐸 𝑑𝑑𝑑𝑑 = − 2𝜋𝜋𝜀𝜀 ∫ 𝑟𝑟 = − 2𝜋𝜋𝜀𝜀 𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙 + 𝐶𝐶
0 0
𝜆𝜆
IF 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠

ST
E
Exercice n°8

1- Tout plan passant par O est plan de symétrie de la distribution de charge

Comme le champ 𝐸𝐸�⃗ appartient à l’intersection de deux


plans de symétrie, on en déduit que le champ est radial :
𝐸𝐸�⃗ (r)= E (r, θ, φ) 𝑒𝑒⃗ rR

La symétrie de la distribution est sphérique, alors 𝐸𝐸�⃗ ne


dépend pas de θ et φ. 𝐸𝐸�⃗ (r)= E (r) 𝑒𝑒⃗ r R

2- Champ en tout point de l’espace


Prenons pour la surface fermée de Gauss (S) la sphère de
centre O et de rayon r passant par le point M.

12
Le flux de 𝐸𝐸�⃗ à travers la surface fermée (S) est : 𝛷𝛷𝐸𝐸�⃗� = ∯𝑆𝑆 𝐸𝐸�⃗ ����⃗
𝑑𝑑𝑑𝑑 puisque 𝐸𝐸�⃗ ne dépend que
𝑆𝑆
de r donc le flux 𝛷𝛷𝐸𝐸�⃗� = 𝐸𝐸 ∬ 𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝐸𝐸𝐸𝐸 = 𝐸𝐸4𝜋𝜋𝑟𝑟 2 Sphère de
𝑆𝑆
Gauss
R
Deux cas se présentent suivant la distance r.
r
1er cas à l’intérieur de la sphère : r <R �⃗(𝑴𝑴)
𝑬𝑬
O
M

𝑄𝑄𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖
𝛷𝛷𝐸𝐸�⃗� = avec 𝑄𝑄𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 = ∫ 𝑑𝑑𝑑𝑑 et 𝑑𝑑𝑑𝑑 = 𝜌𝜌𝜌𝜌𝜌𝜌 ⇒ 𝑄𝑄𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 = ∭𝑣𝑣 𝜌𝜌𝜌𝜌𝜌𝜌
𝑆𝑆 𝜺𝜺𝟎𝟎

4 4 𝜋𝜋𝑟𝑟 3
Soit 𝑄𝑄𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 = 𝜌𝜌 3 𝜋𝜋𝑟𝑟 3 donc 𝛷𝛷𝐸𝐸�⃗� = 𝐸𝐸4𝜋𝜋𝑟𝑟 2 = 𝜌𝜌 3
𝑆𝑆 𝜺𝜺𝟎𝟎

𝜌𝜌𝜌𝜌
⇒ 𝐸𝐸(𝑟𝑟) = 3𝜺𝜺 Sphère de
𝟎𝟎

B
Gauss
2eme cas à l’extérieur de la sphère : r > R r

EN
𝑄𝑄𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 R
𝛷𝛷𝐸𝐸�⃗� = 𝐸𝐸4𝜋𝜋𝑟𝑟 2 = �⃗(𝑴𝑴)
𝑬𝑬
𝑆𝑆 𝜺𝜺𝟎𝟎
O

A
M
Avec

M4

IF
𝑄𝑄𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 = � 𝜌𝜌𝜌𝜌𝜌𝜌 = 𝜌𝜌 𝜋𝜋𝑅𝑅 3
3
𝑣𝑣

ST
2 4 𝜋𝜋𝑅𝑅 3 𝜌𝜌𝑅𝑅 3
Donc 𝐸𝐸4𝜋𝜋𝑟𝑟 = 𝜌𝜌 3 ⇒ 𝐸𝐸(𝑟𝑟) = 3𝜺𝜺 𝟐𝟐
𝜺𝜺𝟎𝟎 𝟎𝟎 𝒓𝒓

E
𝜌𝜌𝜌𝜌
(Si r=R, 𝐸𝐸(𝑟𝑟) = 3𝜺𝜺 on trouve que le champ est continue pour une distribution volumique.)
𝟎𝟎

3- Calcul du potentiel
����������⃗ 𝑉𝑉 ⇒ 𝐸𝐸 = − 𝑑𝑑𝑑𝑑 car E ne dépend que de r.
On sait que 𝐸𝐸�⃗ = −𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔𝑔 𝑑𝑑𝑑𝑑

⇒𝑉𝑉 = − ∫ 𝐸𝐸 𝑑𝑑𝑑𝑑 + 𝐶𝐶 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠

Pour r<R
𝜌𝜌 𝜌𝜌 2
𝑉𝑉𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 = − � 𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟𝑟 + 𝐶𝐶1 = − 𝑟𝑟 + 𝐶𝐶1
3𝜺𝜺𝟎𝟎 6𝜺𝜺𝟎𝟎

Pour r>R

13
𝜌𝜌𝑅𝑅 3 𝑑𝑑𝑑𝑑 𝜌𝜌𝑅𝑅 3
𝑉𝑉𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒 = − � 2 + 𝐶𝐶2 = + 𝐶𝐶2
3𝜺𝜺𝟎𝟎 𝑟𝑟 3𝑟𝑟𝜺𝜺𝟎𝟎

Si on prend 𝑉𝑉(∞) = 0
𝜌𝜌𝑅𝑅 3
𝑉𝑉𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒 (∞) = 0 ⇒𝐶𝐶2 = 0 alors 𝑉𝑉𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒 (𝑟𝑟) = 3𝑟𝑟𝜺𝜺
𝟎𝟎

𝜌𝜌𝑅𝑅 2 𝜌𝜌 𝑅𝑅 2 𝑟𝑟 2
𝑉𝑉𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 (𝑅𝑅) = 𝑉𝑉𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒 (𝑅𝑅) = ⇒𝑉𝑉𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖𝑖 (𝑟𝑟) = 𝜺𝜺 ( 2 − )
3𝜺𝜺𝟎𝟎 𝟎𝟎 6

4- Courbe E=f(r) et V=f(r)


B
EN
A
M
IF
ST
E

14