Vous êtes sur la page 1sur 52

c  


  




  
  
  

       

 


      
!!
"#$%&

'     ()



 *
 
        )  
  +
,   -   (   .    *     / 


 +

ÿ  
no. 2237. 29 août²4 septembre 1976. p. 8-43

V? a arté révo tionnaire et réa ité de a contradiction


V? 4a Sitation Partic ière d Fota
V? aroiser e fer avec es racistes
V? Sppression des borses d'enseignement spérier por
es étdiants Pe s
V? 4ibérer e Fota
V? 4'endogamie des Pe s
V? a arifier es rapports extériers

4 Comité C tral a provoqué la prés t coér c pour


p rm ttr aux r sposabl s t militats du Parti-Etat d r c voir l s
iormatios sas l squ ll s ils  saurai t appréci r obj ctiv m t
la situatio actu ll du pays.
  *

       
 
 

4a Révolutio ous s ig qu la lutt d s cotrair s a toujours


été l mot ur d l'actio d s P upl s, l mot ur d l'histoir d s
sociétés. 4a lutt d s cotrair s doit doc êtr aalysé à chaqu
phas d l'évolutio historiqu du pays. 4 s rapports d orc s
doiv t êtr égal m t appréciés.

Nous parlos d Révolutio t ous aisos la Révolutio. Mais il


aut adm ttr t compr dr qu tous l s homm s t tout s l s
 mm s, habitat u pays  costitu t pas orcém t l P upl d
c pays. C ux qui ot parti du P upl sot c ux qui sot port urs
d s aspiratios légitim s d s larg s mass s populair s gagé s
das l combat d l'histoir , c sot c ux qui traduis t l urs
s tim ts, l urs it tios  act s positis, das l but d
sauv gard r l s acquis d la société, t d réalis r pl i m t l s
aspiratios d s us t d s autr , t c , das l cadr d'u justic
social parait .

4 P upl guié , mobilisé, toujours éduqué t résolum t gagé


das so combat pour s'édii r u Natio ort , a créé u réalité
multidim sio ll , qui ait qu'aujourd'hui, l'o  saurait parl r d
la Guié sas parl r d la Révolutio guié  . C' st qu la
Révolutio, cosci c  mouv m t t mouv m t cosci t d'u
P upl orgaisé, st toujours la résultat d la pris d cosci c
t du combat courag ux qu mè t l s mass s labori us s pour u
boh ur démocratiqu t social.

C' st vrai qu la réalité domiat d otr pays, c' st la Révolutio,


u Révolutio global t multiorm , u Révolutio qui va du
gééral au particuli r das la déiitio d so programm
d'émacipatio, u Révolutio qui va égal m t du particuli r au
gééral das la déiitio d la tactiqu s toujours adapté à la
spéciicité t aux coditios xact s du mom t t du li u.
C' st dir qu'aucu div rg c  saurait xist r das l'ori tatio
d s couch s populair s d Guié . U s ul obj cti , l programm
d la Révolutio à réalis r ; u s ul méthod , c ll démocratiqu ,
p rm ttat l'associatio d s activités d s us t d s autr s activités
toujours cov rg t s parc qu s' xprimat das u uité d'optio
clair t coduisat, o pas au succès d'u homm ou d'u group
d'homm s, mais au succès t à la victoir du P upl  lutt cotr
la atur t cotr tous l s phéomè s sociaux d dégradatio ou
d'aliéatio.

C' st doc la Révolutio qu ous vivos, t ous somm s i rs d


la vivr pour la Guié t l'Ariqu .
C tt Révolutio st otr su ur à tous, otr sag à tous, otr
raiso d'êtr . Nous somm s égal m t i rs d'avoir été, d'êtr td
d m ur r toujours la cibl d s orc s réactioair s, car la
Révolutio ous s ig qu' tr c ll s-là t ous, il 'y a pas d
compromis possibl . Il s'agit d'u lutt qui doit doc êtr m é sur
la bas d la clarté. Et c' st pourquoi, la Révolutio guié  a
toujours u u positio clair t précis cotr l coloialism ,
l'impérialism , l éodalism t cotr tous c ux qui, à l' xtéri ur
comm à l'itéri ur du pays, voudrai t cor r tard r la
promotio gééral t démocratiqu du P upl Guié .

Nous vivos doc la Révolutio : Révolutio du P upl par l


P upl t pour l P upl ! Révolutio pour la Justic social !
Révolutio pour la Démocrati ! Révolutio pour l progrès d tous
t d chacu das l cadr d c tt justic social !
E Guié , la réalité domiat c' st la Révolutio: Mais qu ll qu
soit la orc domiat , qu ll qu soit la puissac d'attractio du
mouv m t révolutioair , ous  d vos pas oubli r qu si c
mouv m t xist , c' st parc qu' xist aussi so cotrair , car s'il
'y a plus d raiso d lutt r, alors la lutt c ss aussitôt. Et tat
qu'o a d s raisos d lutt r, la lutt st possibl , t c tt lutt
d vi t xig c .

C' st pourquoi la dial ctiqu d l'actio révolutioair ous


appr d qu la lutt d s cotrair s, la lutt d s class s, xig qu'o
 s'arrêt jamais à l'appréciatio du s ul act ur domiat; mais
égal m t, après u parait coaissac d s s dim sios, qu'o
appréci l act ur domié

Quad ous costatos qu ous somm s das la Révolutio t qu


ous aisos la Révolutio, ous costatos  mêm t mps qu
d'autr s sot das la cotr -révolutio t viv t das la cotr -
révolutio. Voilà la réalité d la cotradictio qui caractéris la vi
d chaqu société.

Mais sach  qu la cotr -révolutio,  luttat cotr la


Révolutio, lutt sas l savoir, pour la Révolutio. Car l
m sog ' xist qu pour qu l s homm s d bi  puiss t l
distigu r d la vérité. 4 mal st là pour qu'o  s tromp jamais
 choisissat l bi . 4a cotr -révolutio st doc éc ssair ,
voir idisp sabl au progrès révolutioair car si ll  s
mai stait pas, très tôt, d s révolutioair s s rai t t tés d
dépos r l s arm s d lutt , satisaits qu'ils s rai t d  plus avoir
d travail à air alors qu l'histoir st xig c p rma t dé lutt
parc qu jour, chaqu mois, chaqu aé vi t av c s s propr s
xig c s d'obstacl s à bris r ou à surmot r, d'oppositios à
vaicr , d moy s à coquérir pour qu l P upl soit t d m ur
 coormité absolu av c s s aspiratios au boh ur t à la
démocrati .

4a cotr -révolutio st doc éc ssair , ll st éc ssair quad la


Révolutio st véritabl . Mais quad ll ' st pas véritabl , c' st-à-
dir quad ll ' st pas odé sur l P upl , sur la voloté libr du
P upl , sur la combativité d s mass s populair s, sur l s prood s
aspiratios au progrès xprimé s par l P upl , quad la Révolutio
' st pas  ctiv , c' st-à-dir pas ré ll , quad ll ' st pas
populair , alors la cotr -révolutio l'abat à 'import qu l carr our
où ll s mai st . Mais quad la Révolutio st ré ll t prood
t ll qu c ll décl ché par l Parti Démocratiqu d Guié ,
c ll qu ous vivos, alors la cotr -révolutio d vi t u sèv d
justiicatio d la  rm té x mplair qu' xig d ous la
Révolutio das sa lig t das s s méthod s d lutt .

Nous avos su très tôt, l s arm s qu'allait utilis r cotr ous la


cotr -révolutio. Dés l début, l PDG a mis l'acc t sur sa lig
politiqu , sur s s pricip s révolutioair s t sur s s méthod s
d'actio. 4 PDG a éduqué l s mass s populair s pour l s arm r t
l s dr ss r cotr l'hypocrisi , la ourb ri , l m sog d s
 mis d class t cotr l régioalism t l racism covaicu
qu'il était qu tous c ux-ci  vis t qu'à poigard r, das l dos, l
P upl t à l'assuj ttir à d s itérêts illégitim s t illégaux.
4a pr mièr loi, très tôt proclamé par l P upl souv rai d
Guié , a été c ll codamat comm crim , tout mai statio à
caractèr racist t régioalist . C ci soulig l caractèr
proodém t ati-racist d l'ori tatio doé très tôt à l'actio
d la Révolutio ai qu'à la plac du t rritoir coloial désorgaisé,
déséquilibré qu'était la Guié sous domiatio raais , puiss
s'édii r das u rayo m t toujours plus poussé, u ouv ll
tité répodat aux véritabl s critèr s d Natio : commuauté
géographiqu , commuauté écoomiqu , commuauté social ,
commuauté idéologiqu , commuauté d' spérac , commuauté
politiqu , grâc à la usio d tous l s élém ts positis qu r cèl la
Guié ; commuauté dyamiqu , dispoibl au progrès,
harmoi us m t iséré das la vi du coti t aricai t das la
lutt qu mè t l s P upl s d par l mod .

C tt ori tatio a été suivi par l Parti Démocratiqu d Guié t


c' st pourquoi, ot échoué tour à tour, l s machiatios l s plus
machiavéliqu s d l'impérialism t d s s ag ts d la 5 colo
camoulés das otr pays.
'   * (
0 
     
    
 

4 s ordr s qu la Révolutio do à s s militats sot d'abord


dét rmiés par l cri d gu rr du P upl qui v ut cotiu r sa lutt ,
prés rv r s s rich ss s ; l s ordr s d la Révolutio sot aussi
dét rmiés par l s cris d gu rr d l'  mi d class , il aut qu
partout où c lui-ci r mu la têt ou la qu u , partout où il prés t
l   ou l s or ill s, l'arm d la Révolutio soit là prêt à lui
coup r la têt , l s bras, l s jamb s, la qu u ,  u mot à l
dématibul r complèt m t.
Camarad s,
Nous avos écouté att tiv m t l s dépositios d 7 m mbr s d la
5è colo : 6 ouv aux qui s'adr ssat à otr P upl , t u
7è, T lli Diallo, qui s'était déjà adr ssé à otr P upl das u
pr mièr dépositio.

Comm ous l'avios dit tout réc mm t, il aut jug r l'homm o
pas tat par c qu'il dit, mais par c qu'il ait. Car, c qu'il ait traduit
toujours t mi ux, la atur d sa p sé itim , quad bi  mêm
c ll -ci 'aurait pas été xprimé clair m t où aurait été
volotair m t trav sti das l but d tromp r.

Aisi ous l s avos écoutés, c s trist s idividus sas cosci c


i oi, élém ts tarés t irrécupérabl s. Ils ous istruits d c rtai s
d l urs activités, d c rtais mobil s particuli rs qui justii rai t
c s activités. Nous avos tous aussi compris qu mêm au bord d
l'abîm qu'ils s sot ux-mêm s cr usé, ils cotiu t à air d la
propagad . Nous s ros, quat à ous, obj ctis comm ous
l'avos toujours été. Et c' st pourquoi, tout c qu'ils voudrot dir
s ra t du dir ct m t par otr P upl . Notr p upl st
cosci t, car il coaît so passé, il appréci so prés t t p roit
l'av ir qui découl ra d l'actio courag us qu'il t d m  r. Il
st l m ill ur jug ; il st mêm l s ul jug autorisé, car c' st lui
qui ait la Révolutio t c' st lui, égal m t, la cibl d la cotr -
Révolutio.

Nous avos déjà t du Hadja Diéabou Diallo ous dir av c


courag , t ici, ous lui r dos hommag , quad ll airm
qu' ll 'a jamais acc pté l régim d démocrati populair . C' st
précis, t c' st courag ux d l dir . E c la, ll assum  tout
lucidité u positio d class .

4a suppr ssio d la ch  ri l'aurait ébralé . 4a suppr ssio du


comm rc l'aurait brisé das so mod d' xist c t das s s
it tios à cotiu r d' xploit r l P upl

Aussi combat- ll arouch m t la Révolutio. Mais av c qu ll


arm ? Av c l'arm du m sog t d la diamatio ; av c l'arm
du racism av ugl ; av c l'arm du vil traic d'ilu c . Si ous
r dos hommag à so courag pour ous avoir déii, av c clarté
t  tt té, so hostilité à la démocrati , ous avos c p dat l
d voir d répodr à c rtai s isiuatios malhoêt s qui 
saurai t résist r à la vérité. qu ous coaissos tous.

Ell dit qu l Parti a supprimé la ch  ri ; mais qu'  ait, l s


mass s sour t, aujourd'hui plus qu'hi r ; qu tout c qu l s
paysas récolt t st ralé par l s cadr s du Parti au détrim t d s
product urs ; qu'à 4abé, o abat actu ll m t l s bo us pour 
gard r s ul m t au proit d s populatios d 4abé qu la p au, l s
têt s, l s patt s, alors qu tout la viad st d stié aux s uls
cadr s d Coakry. C' st bi  c qu ous ayos appris c la d' ll ,
car ll a dû dir pir das l s mili ux populair s d 4abé pour
cotami r t itoxiqu r l s militats du Parti. C' st bi  qu' ll
ous do l'occasio d lui dir qu' ll s' st lourd m t trompé .

Et d'abord, d la suppr ssio d l'istitutio éodalo-coloialist dit


« la ch  ri coutumièr ». Mais il aut êtr t rribl m t
caparaoé cotr la ausé pour dé dr la ch  ri dit
traditio ll ( t qui 'a ri  d traditio l), u régim igobl qui,
à l'ombr d s orc s d'occupatio coloial s, pouvait p rm ttr au
ch  d cato d air am  r d orc l paysa, abus r d s s
ill s, xpuls r d s s cas s, attribu r s s  mm s, s s bœus, s s
champs à qui l'o v ut t utilis r l s plus b ll s d s s ill s pour
r dr hommag au commadat d c rcl qu'o véérait comm l
tout-puissat. Y a-t-il ré ll m t li u d répodr à u p rso
qui, aujourd'hui r gr tt u t l régim ? Mais puisqu' ll do d s
précisios, rapp los qu'au mom t d la suppr ssio d la ch  ri
coutumièr l'impôt d 4abé était au taux d 700 rs. Mais l poul t
coûtait alors 50 rs ; il allait, doc v dr 14 poul ts pour pouvoir
pay r so impôt p rso l. Aujourd'hui à 4abé du Pouvoir
populair , la tax régioal t la cart du Parti icorporé sot au
taux d 350 sylis, alors qu l 2 poul ts s ul m t suis t au
cotribuabl pour s libér r d la tax régioal .

Egal m t à 4abé,  1957, u bœu s v dait tr 1200 t 1 500


rs. E v dat à l'époqu d ux bœus au taux l plus él vé, u pèr
d amill pouvait s libér r d l'impôt d 4 à 5 m mbr s au plus d
sa amill . Aujourd'hui, l bo u à 4abé st v du au miimum à 2
500 sylis. Nous  doos pas l prix du traic qu ous xcluos.
Or, av c 2500 sylis, prix d'u bo u, o pay aujourd'hui la tax
régioal pour 8 p rso s. Voilà la réalité quat à l'augm tatio
du pouvoir d'achat d s produits aimaux t agricol s dot dispos t
l s paysas pour s'assur r d s r ssourc s iacièr s.

4 oio qui s produit égal m t  Moy  -Guié , s v dait


 1957 à 5 rs l kg ; il allait alors 140 kg d oio  t à u paysa
pour s libér r d so impôt. Aujourd'hui, il suit d qu lqu s 40 kg
du mêm oio.
Mais au-d là d c s comparaisos qui  suis t pas, par ll s-
mêm s, à situ r la atur du régim , aut-il air compr dr aux
égarés qu'avat otr idép dac , aucu impôt payé das u
c rcl 'y était utilisé, qu'il allait. au budg t local dot l
Gouv r ur coloial, s ul, disposait pour sa politiqu coloial ,
alors qu'aujourd'hui, tout tax régioal payé st mis à la
dispositio d s citoy s d chaqu régio qui au s i d l'ass mblé
régioal t à trav rs l s députés régioaux, délibèr t pour
dét rmi r,  tout souv rai té l'utilisatio d c tt somm .
Aujourd'hui doc, qu'il soit payé mêm u milliard d sylis par
citoy , c lui-ci  p rd pas so arg t qui st immédiat m t
utilisé, mis au s rvic du dév lopp m t écoomiqu t social d
so P.R.4., d so arrodiss m t t d sa régio !

Hadja Bobo ous dit comm pr uv d la dégradatio d la situatio


 Guié , qu l s g s quitt t l Foutah pour s' xpatri r. C' st u
ait ré l qu ous avos ous-mêm s déocé : l'émigratio ! Mais
s s complic s ajout t bi  qu c' st la mêm Hadja, Diéabou
Bobo Dialloqui m ait u it s propagad au s i d s mili ux
juvéil s pour xhort r l s j u s g s t l s j u s  mm s à
l' xod rural, à la débauch t à la p rditio v rs Coakry ou v rs
l' xtéri ur.

Hadja Bobo Diéabou Diallo ous racot suit qu l'o tu à


4abé d s c tai s d bo us dot o  laiss à la régio d 4abé
qu l s r st s pour xpédi r à Coakry tout la viad pour lès
cadr s ! Mais y a-t-il d s éormités trop éorm s pour Hadja Bobo ?
4a vérité, comm chacu sait, st qu'il st orgaisé pour chaqu
c tr urbai d s abattoirs xclusiv m t gérés, par la Régio t qu
pour ravitaill r l s travaill urs d s o s idustri ll s t du grad
c tr urbai d Coakry, l s él v urs du Fouta, comm c ux d s
autr s régios d'él vag doiv t v dr au pouvoir c tral u quota
d l ur ch pt l : l dixièm .
C' st c qu déplor Hadja Bobo. Ell r gr tt , ll trouv aormal
qu l Fouta, comm l s autr s régios, it rvi  das l
ravitaill m t  viad d os travaill urs d Coakry t d s
c tr s idustri ls. Mais trouv -t- ll ormal qu la Forêt xport
so caé t so palmist , la Guié maritim s s poissos, s s
aaas t s s baa s pour p rm ttr l'importatio d s marchadis s
qu l'o voi à 4abé ? Trouv -t- ll ormal qu l s autr s régios
produis t l ri av c l qu l o ravitaill 4abé ? S s propos
costitu t u ijur o à tout la Natio, mais à la populatio
labori us d 4abé.

Hadja Bobo démotr doc qu c qui st vrai das so attitud , sa


p rso t sa m talité, c' st l'hostilité à la Révolutio, à la
démocrati t au pouvoir du P upl . C' st st c qui l'amè à
r courir à tous l s moy s idélicats, illégitim s, au m sog t au
racism das l but d cré r la cousio t d pouvoir r crut r d s
ad pt s qui, comm ll , au s i d la 5è colo impérialist ,
pourrai t agir pour démolir la Révolutio guié  .

B aucoup d militats,  écoutat Diéabou Bobo Diallo t s s


compèr s, s rai t pétriiés, déus, total m t déus d costat r à
qu l d gré s situ l iv au d l'igratitud dot ot motr c s
 mis du régim guié . C' st grâc aux bi aits du régim qu
c tt créatur igrat a pu s bâtir u d mi-douai d villas
mod r s, dispos r d ciq camios, d 3 voitur s, s r dr à 4a
M cqu  pèl riag t siég r, comm député d 4abé au s i d
l'Ass mblé Natioal d so pays idép dat t souv rai. Plus
tard, après la proclamatio d la 4oi-Cadr du 8 ov mbr 1964,
it rdisat, tr autr s, l cumul d s octios politiqu s
dirig at s av c. l' x rcic d s activités comm rcial s, d vat doc
l'icompatibilité légal tr so madat d député t s s activités
comm rcial s, ll r oa à so madat politiqu Qu l s
Camarad  décourag t doc poit. E itroduisat tout à l'h ur
l s ag ts d la 5èm Colo , ous avos dit qu l m sog
' xist qu pour s rvir la vérité ; si l m sog ' xistait pas,
p rso  pourrait coaîtr la vérité. 4a réactio xist pour
istill r l' sprit progr ssist à tous. Et c s ag ts d la 5è colo ,
sas l savoir, courag t l P upl à cotiu r sa lutt quad bi 
mêm ux p s rai t l décourag r das la poursuit d so
combat libérat ur. 4a déc ptio qui st u élém t égati doit êtr
r cov rti  sourc d'é rgi ouv ll t d victoir s ouv ll s,
car la Révolutio v ut d c lui qui la pratiqu , comm xig c
p rma t , l'absolu coiac  l'homm , l'absolu coiac 
l P upl . Et chaqu ois qu d s homm s trahirot c tt coiac ,
il audra cor augm t r la dos d coiac  l'homm t l
P upl .

T l st l postulat d la Révolutio !
'      (
 

Nous d mados à tous d r lir l t xt d os it rv tios à


4abé  avril t mai d ri rs. Qu' st-c qui a été dit  substac :
« Das c tt sall , disios-ous, il y a d s ag ts d la 5èm colo
; d'autr s ous att d t à Coakry ; tous sot décidés à r v rs r l
régim . Ils ot coiac  l ur pouvoir d d structio, miimis t
l s capacités d la Révolutio t utilis t l racism pour iduir 
rr ur l s populatios d la Moy  -Guié . Nous t os à l s
prév ir, car il st cor t mps ; ous t os à l s prév ir qu'ils
vot échou r das l urs t tativ s. Mais l s cos ils qu ous l ur
doos aujourd'hui  s rot pas compris par ux parc qu l ur
cosci c st bouché . Ils pass rot doc à l'actio; mais qu'ils
ous p rm tt t d'airm r à l'avac qu'ils s rot pris ; t ous vous
l'airmos, populatio d 4abé, qu vous l s t dr  cor !
Qu'avat c la mêm , dès qu ous auros quitté 4abé, ils vous
dirot qu ous somm s v us vous isult r » !

E ctiv m t, à p i trois s mai s plus tard, l proc ssus d l ur


actio d d structio s mai stait, t, l s aits s succédat, l
P upl , r sté vigilat, a compris qu l'h ur était v u d pass r à
l'iv stigatio prood t à la lutt  rm cotr l s  mis d
class .

Aisi, l P upl , comm toujours, st victori ux t s s  mis sot


arrêtés.

Aisi, après 4abé, souv  -vous du 14 mai, dat aiv rsair d la


aissac du Parti.

Nous avos u à r c voir l Corps diplomatiqu v u prés t r au


gouv r m t d la Républiqu s s vœux ard ts d boh ur pour
otr P upl t lui airm r l souti , la solidarité t l'amitié d s
Gouv r m ts t d s P upl s r prés tés par l s diplomat s
accrédités auprès d ous. Nous avos pris act d s s tim ts
xprimés par l Corps diplomatiqu , t ous l'  avos r m rcié.
Nous avos proité d l'occasio pour réairm r l s bas s
itagibl s d la Révolutio guié  , l s obj ctis d boh ur
uiv rs l t l'attitud d courag civiqu moral t politiqu dot
 rot toujours pr uv l s militats t r sposabl s du P.D.G. das
la traductio du programm d'émacipatio établi par l Parti
Démocratiqu d Guié au proit d la Guié , d l'Ariqu t du
mod . Nous l ur avos dit.

« Parmi ous, il y a c ux qui sot hoêt s av c l P upl , t il y a


c ux qui trich t av c l P upl . Nous qui vous parlos au om du
p upl d Guié , ous  coaissos pas tous c ux qui sot
malhoêt s, tous c ux qui trich t av c la Révolutio, car, ils  s
prés t t à ous qu sous l mat au d la Révolutio. Mais vous,
Ambassad urs, vous l s coaiss  parait m t, car ils sot 
rapport dir ct av c vous pour calomi r otr P upl , s rvir
d' spios  vu d pratiqu r ici u politiqu ati-atioal . »

Et ous avos ajouté, d vat l Corps diplomatiqu :

« C qu ous vous d mados, c ' st pas qu vous ous


approuvi  ou qu vous ous aidi , mais qu vous ous
compr i  ! C' st tout c qu ous vous d mados t la m ill ur
aid qu vous puissi  ous accord r s rait d ous p rm ttr
d'écoomis r os cadr s ».

Pourquoi rapp los-ous c s aits : Parc qu la Révolutio ous


s ig qu c' st la pratiqu qui actualis la théori . Si c s vu s
théoriqu ot été éocé s pour traduir , par aticipatio, l s
mai statio att du s d la lutt d class s, au s i d otr
P upl , voilà qu la pratiqu s' st imposé t l s chos s s sot
coirmé s ; c qui v ut dir qu ous s ros à mêm d dé dr
l s itérêts supéri urs d la Natio.

Nous rapp los, otamm t à l'it tio d s P upl s rèr s du


mod , qu l s ag ts d la 5èm colo , pour la plupart, ot
déposé l urs rapports mauscrits, par ux-mêm s, t sigés d l ur
mai à chaqu pag . Si l urs épous s, ats, amis  Guié ou
aill urs v ul t vérii r l'auth ticité d s dépositios, ous somm s
à l ur dispositio pour l ur  do r l s pr uv s matéri ll s. C ci
état, il aut compr dr qu la situatio créé st cor à
l'avatag d la Révolutio. O compr d qu l racism , érigé 
systèm , a ssayé d'ébral r l s bas s d l'édiic atioal t chacu
saisit mi ux aujourd'hui c tt vérité révolutioair qui éoc qu
l'istructio t la cosci c sot d ux chos s total m t
diér t s. C qui valoris l'homm , c' st la cosci c t o
l'istructio, car c ux qui vi  t d parl r idiqu t bi  au
mod c qu'ils sot, à savoir, d s hypocrit s, d s malhoêt s, d s
m t urs, d s opportuist s vivat du salair d l'igomii .

Quad ous avos dit das l m ssag du Nouv l A d 1976 : «


P upl d Guié , « Ch yta 75 » st mort, laissat  vi «
Ch yta 76 » qui s mai st ra au cours d l'aé , mais qui,
comm « Ch yta 75 » s ra battu par la Révolutio, l s aits
actualis t la théori . 4 « Ch yta 76 » s' st mai sté comm
ous l'avios prévu t tout réc mm t, ous r pr ios c la à
Forécariah. 4 t xt d la Coér c d Forécariah st publié das
l uméro d Horoya d'aujourd'hui 22 août 1976 à la pag 50. Nous
disios otamm t : « o a b au êtr grad, c' st grâc au P upl ;
o a b au êtr it llig t, c' st grâc au P upl , o a b au êtr
istruit, capabl , grad cultivat ur, grad m uisi r, grad-
coduct ur, grad orat ur, grad écrivai, c' st toujours grâc à la
Société qu'o appr d tout ; c tt société, grâc à laqu ll o vit.
Mais l s homm s ot u l' sprit vicié, détouré par « Ch yta ».
Qu l st l vrai om d « Ch yta » ? C' st l'igratitud , l'oubli du
bi . C' st pourquoi, oubliat l s aits d l'histoir , l s vérités
vécu s, t piétiat l s acquis du P upl , méprisat l s p rsp ctiv s
déii s, c s igrats, c ux-là qui oubli t l ur origi , oubli t aussi
la caus d s bi s dot ils s vat t t  p s t qu'à ux s uls.
Pour ux qu périss t l P upl , t la Natio, pourvu qu l
boh ur particuli r qu'ils visag t à l ur s ul proit soit réalisé.
C' st l mot d'ordr xprimé par ux  raais, t  p ulh
lorsqu'ils décriv t c qu'ils app ll t la « i   
 
 ».
Nous  parl ros plus d c mot d'ordr car l s dirig ats
révolutioair s du Parti Démocratiqu d Guié , origiair s
du Fouta, ot u, d puis hi r, par la voi d s od s, à idiqu r c
qu sigii précisém t c tt xpr ssio : «    
 
 », c' st-à-dir l'igratitud , la trahiso, la v ul ri d
c rtais it ll ctu ls P ulhs pour la moral , l'ho ur t la
Révolutio, d c s it ll ctu ls qui 'ot ri  compris à l'histoir du
pays t ri  compris aux pricip s du Parti Démocratiqu d Guié
t à sa philosophi .
'  
   1
 
E  t, l'o sait qu'à la aissac du Parti Démocratiqu d
Guié , l Fouta était m acé, tragiqu m t m acé d ombr ux
trav rs sociaux. Nous avios visité c tt provic guié  d log
 larg t ous ous étios ap ru qu l'alcoolism m aait,
ré ll m t la populatio du Fouta, y compris l s marabouts qui
r mplissai t l urs bouilloir s d bièr ou d vi. N parlos pas
d s j u s t cor mois d s it ll ctu ls: cosomm r l'alcool
était d v u alors, l critèr d l'évolutio à l'époqu . C' st l Parti
Démocratiqu d Guié qui a mis i à c mal, qui l'a déocé sas
pitié. C' st égal m t l Parti Démocratiqu d Guié qui, sas
arriv r à la détruir , a b aucoup attéué, la débauch das l Fouta.
C' st l Parti Démocratiqu d Guié qui a déocé l vol d v u
alors chos courat .

A Coakry, à c tt époqu , lorsqu  vol urs s trouvai t d vat


u commissair ou d vat l tribual, l'o comptait  i
 ii iii d la Moy  -Guié . C' st u ait vécu t vous
pouv  cosult r la statistiqu d s codamés pour vol. C' st l
Parti Démocratiqu d Guié , qui aim so P upl , qui  s livr
pas à la démagogi , t qui  parl pas pour plair , mais pour s rvir,
qui a déocé t combattu l vol. 4 , c tt orm d' xod
rural, a toujours été combattu par Parti Démocratiqu d Guié ;
mais sur c poit, il aut l'avou r, l Parti Démocratiqu Guié a
échoué. E  t, la pr mièr t tativ d m ttr déiitiv m t i
au avétaat avait, cosisté, dès l s pr mièr s h ur s d
l'idép dac , à débloqu r u somm d c t millios d racs
pour, istall r, alors das la o d Youkoukou, Saréboïdo t
Koudara, dix mill travaill urs P ulhs. Nous avios alors mis à
l ur dispositio d s vêt m ts; d s outils, d s d ré s alim tair s
t l s s m c s pour tout la périod agricol  l ur disat : « Au
li u d'all r au Séégal humili r la Natio, voilà c qu l P upl d
Guié m t gratuit m t à votr dispositio pour valoris r votr sol
». Malgré c la, l avétaat 'a pour autat c ssé t d'aucus, bi 
au cotrair , disai t : « 4aiss  c s g s, c sot d s maudits ! »
Nous avios alors répodu : « No ! O  aît pas maudit ! Aucu
homm ' st maudi a sa aissac . Il aut cotiu r la lutt ,
coaîtr l s caus s dét rmiat s d'u t ll attitud illogiqu t
am  r l'homm à u rél x corr spodat à sa digité, à so
progrès t au boh ur d so P upl . C tt lutt , l Parti
Démocratiqu d Guié t d la m  r jusqu'à la victoir total !
Il aut sauv r l vol ur, la prostitué , l'alcooliqu , l avéta : c' st
u d v ir qui s ra assumé ».

4a « Situatio Particulièr du Fouta » pos doc d s d voirs à la


Révolutio. Et c s d voirs, ous d vos  êtr cosci ts. Mais
qu' st-c qui a d ss rvi la pris d cosci c gééral d s
populatios d la Moy  -Guié ? C' st l'attitud opportuist d
la plupart d s s cadr s it ll ctu ls ! C' st u ait r gr ttabl , mais
aussi u ait obj cti ! Du t mps d la coloisatio, ils avai t
démissioé du camp d la lutt ; car ils s comptai t au bout d s
doigts, l s P ulhs, j u s ou vi ux it ll ctu ls, qui militai t
ard mm t das l s rags du Parti Démocratiqu d Guié . Et très
souv t, c ux qui v ai t au Parti étai t bais d l ur amill ,
isolés d l urs collègu s origiair s duFouta parc qu cosidérés
comm état à la r morqu d s « étrag rs. » 4'étrag r, c'était l
Soussou, l Maliké, l For sti r, l s camarad s d s autr s régios
d la Guié , c p dat qu l'o aisait très bo méag av c l
coloisat ur ; l'o s'acoquiait av c l colo blac t l'o s
prostituait av c lui. 4'o a iculqué au P ulh l'idé qu'il ' st pas
Noir t c rtais vot jusqu'à la r ch rch d l ur origi  Somali ,
 Ethiopi , ou aill urs t r us t d vivr l ur t mps, l ur spac
t d compr dr l ur P upl . C t sprit a u u ilu c éast
sur b aucoup d'it ll ctu ls ! Mais qu ll  était la réalité ? C' st
qu , it ll ctu ls qu'ils étai t, ils 'étai t pas av c l s mass s
populair s, l squ ll s étai t abadoé s à ll s-mêm s. Ils
ch rchai t plutôt, d maièr opportuist , à vivr  bos t rm s
av c l s ch s d villag t d cato, av c l régim coloial t
c rtais d' tr ux 'ot obt u d grads diplôm s qu'au prix d
l ur obséquiosité.

E 1958, après qu l P.D.G. ait supprimé déiitiv m t la


ch  ri traditio ll das l s istitutios admiistrativ s du pays
tout s l s orgaisatios ot proodém t d c t act d porté
social combi  salutair pour os populatios ; ' st-c pas qu
s uls l s étudiats guié s d'origi p ulh dirig at à l'époqu la
FEANF (Fédératio d s Etudiats d'Ariqu Noir  Frac ),
s'él vèr t cotr la décisio du Parti Démocratiqu d Guié t
d madèr t par u motio au gouv r m t coloial raais, l
rétabliss m t d l'istitutio abrogé ? C s it ll ctu ls tarés
proclamai t hot us m t das l ur motio qu : « la ch  ri
coutumièr était u bas ss ti ll d l'équilibr d la société
aricai , t r vêtait d c ait u val ur i stimabl pour la
pér ité d la prés c raais  Ariqu ? Voilà cor u act
d trahiso igobl , u oraitur à l'égard du ch mi du progrès
choisi par l P upl guié   vu d la maîtris par lui d
l'histoir !

Il st vrai, t ous l aisos r marqu r qu la plupart d s étudiats


P ulhs d'alors étai t issus d s s ul s amill s appart at à la
éodalité t à la bourg oisi aristocratiqu du Fouta, c qui xpliqu
l mépris aiché qu c s prét dus it ll ctu ls, ot toujours ourri
à l' droit d s mass s populair s t d s droits politiqu s t sociaux
qu' ll s ambitioai t d coquérir pour vivr désormais libr s,
r sposabl s t dig s.

Aisi, ous d vos adm ttr qu'it ll ctu ls qu'ils puiss t êtr , ils
 l sot t  l d m ur rot qu pour, l ur class , préoccupés
qu'ils r st rot du maiti  d s privilèg s illégitim s qui l s ot
distigués du commu d la coll ctivité p ulh .

Aisi, l racism l s am ait à u it rprétatio toujours subj ctiv


d s aits d l'histoir . U prov rb aricai xpliqu qu l crapaud
 r gard qu l sol, mais jamais l sol il, t cos ill à c ux qui
voudrai t am  r l crapaud à r gard r l sol il d  poit p rdr
l ur t mps. E  t m tt  u crapaud à u mètr , sur l troc d'u
arbr , pour qu'il puiss y mot r ; il r tomb !
M tt -l à d ux mètr s, dès qu vous l lâch , il r tomb d
ouv au ; m tt -l à 3 mètr s dès qu la mai l'abado , il
r tomb toujours. Dit s-vous aussi qu c' st l racism qui ait
tomb r l'homm , qu ll qu soit sa situatio, qu lqu soit l iv au
d sa ortu , qu l qu soit l d gré d so istructio.
Par cotr , m tt  s ul m t l margouillat sur l troc t l st m t
vous l v rr  rachir tout l' spac t att idr la cim d l'arbr .
Eh bi , c la c' st l' sprit progr ssist ; il aut l'avoir pour s'assur r
u promotio costat .

Mais parl r d la rac , c' st s codam r soi-mêm . Car, quicoqu


codam so origi , sa sourc , la sourc t l'origi d tout s
val urs qu'il pourrait acquérir das la vi , s' st déjà isolé du progrès
il s' st codamé das l' xist c . C' st d l'igratitud . ! C' st
pourquoi, ous d vos savoir qu l'hypocrisi  pai pas ! 4a
ourb ri  pai pas ! 4 racism  pai pas ! 4 racism dégrad
t avilit l'homm .

Soumis qu'ils étai t à la orc éodal t au pouvoir coloial, c s


attardés  voulai t cor aux Soussous, aux Djalokés, aux
Séégalais, Mali s, Ivoiri s s trouvat alors  Guié t qui
avai t créé t aimé das l s C rcl s Admiistratis du Fouta l s
s ctios du Parti Démocratiqu d Guié  vu d'assur r la
dé s d s itérêts d s mass s populair s. Au Fouta, la éodalité
ous a été mois hostil qu l s it ll ctu ls du Fouta, car aucu
ch   ous a isultés publiqu m t, qu'il ous soit p rmis d l
dir , mais l s it ll ctu ls ous isultai t à logu ur d jouré
pour plair aux ch s t aux commadats blacs. C tt attitud t
c comport m t idiquai t simpl m t qu'ils étai t aliéés t
dép rsoalisés au maximum.

Aisi, r v os, à l'époqu , à 4abé, t r c sos l s s uls dirig ats


t militats otoir s d la Révolutio D'abord d 1947 jusqu'  1961
ous pouvos cit r qu lqu s oms :
égion de 4abé
Nom Métier
M'Bemba Diakhabi Maître ovrier
Dodo Fa Gérant S.a.O.A.
Magette Dione Maître ovrier
Mamado Tonkara aommis PT.T.
Mamady aamara aommis expéditionnaire
Séko ahérif aommis expéditionnaire
Aho ans André aommis. P.T.T. (Béninois)
Ba a Keïta Srvei ant T.P.
Fa i o Dia o Institter
Mama ahérif Dio a
Hadja Damba Koyaté Ménagère
Pivi Siba Srvei ant T.P.
Mamado 4abico Dia o P.T.T
Karamoko Samaké Menisier
Mory Diakhabi Secrétaire
So eymane Sano Météo
Karamoko Fofana Agent de commerce
Sa io Koyaté aommis ax écritres
Bonama Sakho Mécanicien
Samba aissoko ahaffer
Mme. Mama Yimbé Ménagère
Thierno Omar Dia o
Samba Somaré
Mme Djénabo Damba Ménagère
Thierno Sakoba Sow aommerçant
Jean-Marie Kombassa
NDa Eho é Médecin (Ivoirien)
Tata Domboya Institter
Ibrahima Sow Institter
Mamady aamara Financier

A Togé jsq'en 1961


Nom Métier
Mamado Bady Ba dé aommis expéditionnaire
Moctar Ba dé T.P.
Ismai a Barry aommis expéditionnaire
Soriba aamara Médecin
A pha 4y aommis ax écritres
Amado Sow Institter
Moctar Ba dé Infirmier vétérinaire
Doba Mara Maître maçon
Daoda Bah Bocher
Sa io Dia o Infirmier
Farba Mamado Dieng Gérant commerce
Amar Ba dé Directer SMD
Koyaté Dié i Mamadi a tivater
Tonkara Mamado aommis SAFa
M'Bemba Diarra Assistant Po ice
aapitaine Dio dé Barry Officier retraité
E Hadj Moctar Toré
Mme Pétè Ba dé

A Pita jsq'en 1961


Nom Métier
Sory Kéita aommerçant
4éon Maka Institter
Mamado 4amarana Barry Infirmier
Modi Mamado Bah aommis ax écritres
Abdo aye Dia o Infirmier
Fodé Momo Bangora aommerçant
Djiba aamara Institter
Siradio Ba dé ahef de circonscription
Sa imadi Fofona Bocher
Nanamodo Diakité Médecin
Mme. Diakité Sage-Femme
N'aissé Ménagère
Mme Bobo Barry Ménagère
Mme Hadiato Fofana Ménagère
Go y aamara
Séko Toré
Difory aamara
Mme Marie aondé Ménagère
Mossa Domboya Institter

A Da aba jsq'en 1961


Nom Métier
Abdo aye Toré Menisier
Samba 4amine Traoré Institter
A mamy Koita Infirmier vétérinaire
Mamado Tahiré Infirmier
Karim Bangora Menisier
Makoto aamara Ménagère
Hawa aamara Ménagère
Pierre
Seydoba aonté Scier de ong
Ban NDiaye Menisier
4amine aamara Menisier
Mostapha aamara Menisier
Amado Koïta Apprenti chaffer
A bert Diakité aommerçant
Baba Ga é aamara
Ahmado Diabi Sow
Omar Ba dé
ahérif Dia o

A Mamo jsq'en 1961


Nom Métier
Abobacar Dokoré Institter
Bokar Biro Barry Institter
Be a Domboya aomptab e Trésor
P éah Koniba Médecin
Damomo aamara Agent de commerce
Fodé Bramaya
Mme Bobo
Toro Sy a Ménagère
Mamado Diop T.P.
aombassa David Agent de commerce
Omo aissé Ménagère
Aissata Konatè Ménagère
Hadja Adoba Ménagère
Mme Mama Traoré
Mor aye aamara
O aré Ansomane
Ba a aamara Inspecter de po ice
Mohamed 4amine Toré
Djé i Banga y
A pha Omar Barry
Mody Noho Barry
A pha Bakar Barry
Mme Katty
Biro Dia o
Daoda Bangora

A Dingiraye vers 1966


Nom Métier
A pha Kabiné Keïta aommis expéditionnaire
Omar aondé aommis ax écritres
Baba Traoré a tivater
Bobacar O aré Infirmier
Moriba Mono aé Infirmier
Omar Goressi Ta
Montaga Ta
aymond aamara Infirmier
Madina Ba

A Ma i jsq'en 1961
Nom Métier
4amine Bangora institter
Bamba aonté Infirmier
Soriba Bangora Menisier
A mamy aamara ahaffer
Victor Damba Menisier
Seydoba Sy a Menisier
Amado Fofana a tivater
Amado Macina Forgeron
Néné Foné Tonkara Ménagère
So eymane Sow
Amara Fofana
Mohamed Baï o Ba dé
Mme NSira Sy a
Omar 4obo Dia o
Thierno Omar Dia o
Nétà Kante

A Te imé é vers 1981


Famba Koroma
A Yokonkon
A fadio Toré
Kémo Kéita
Ta ibë Dia o
Ansomane Magassoba
Koramadi Fofana
F orentin Agbo iagbo
Omar Be a Bah
Mamady Koroma
Banga y Keita A Gaoa
Foto Gobayé
Abdo aye Diabi Mamady aondé
Mme Hawa Somano
Moctar Ba dé Bonka Mané
NDongo Fofana
Yaya Dia o Agibo Dia o
Noho Boiro
Diohé Dia o
Thia a Gobayé
Binta Dia o
Sara Djoma Dia o
Ibrahima Sambo
Mostapha Diabo a
Mamado Thierno
Missa Koroma
Sa ifo aamara
Samba Koroma

Quad o cosult , d 1947 à 1959, l s list s d s Dir ctios d s


Comités, Sous-S ctios t S ctios du P.D.G., l'o  r cotr qu
d s oms d Soussous, d Malikés, d For sti rs, ou d'Aricais
o origiair s d Guié . C la idiqu bi  qu'il y ut u
démissio gééral d s cadr s P ulhs, t c ux qui prir t positio
dès l début, t ls qu l camarad Saïoulay Diallo t
d'autr s, ur t absolum t isolés du mili u. Y avait-il u baptêm ,
u mariag , d s évé m ts amiliaux ch  ux, aucu P ulh, s
disat auth tiqu ,  pouvait v ir y particip r car la amill
idéologiqu , l ur amill idéologiqu à bas racist , s ul comptait
pour ux,  oppositio à la amill idéologiqu du P.D.G.

Aisi, l s chos s, dès l début, ur t clair s. C' st l P.D.G. qui 'a
pas voulu l ur do r l prix qu'ils méritai t. Puisqu'ils avai t
p ur du coloialism , du pouvoir coloial, du pouvoir éodal, ils
prouv t par là d puis toujours qu'ils 'aim t qu la soumissio t
qu'il aut l s y mait ir. E  t, u prov rb aricai dit : «
Quad vous sav  qu qu lqu'u 'a pas hot , t  p ut qu'avoir
p ur, alors impos -lui la p ur pour qu'il vous r sp ct ; puisqu'il 'a
pas hot ». E ctiv m t, d t ls homm s là 'ot vraim t pas
hot . Nous allos vous  do r qu lqu s aits.

` i 
`      ii   
 , qui a-t-il désigé comm pr mi r gouv r ur aricai d
4abé ? Nous avios iv sti so adv rsair uméro 1 d
l'époqu , Thi ro Mamadou Bah. U p u partout, ous avos doé
l s m ill ur s plac s à c ux-là, p sat qu'ils ous pr ai t comm
ux, t qu'  l ur prouvat l cotrair ,  l ur prouvat qu s uls
compt t pour ous la Guié , so uité t so d v ir, ils
r joidrai t p ut-êtr alors l s rags du P.D.G. av c sicérité. T l
ut otr calcul. Mais hélas ! Nous ous somm s trompés, car c lui
qui v ut d l'  r 'ira jamais s prom  r au paradis !

Aisi,  parlat d racism , ils ' xami t pas la situatio ré ll ,


c ll qu ous avos aalysé au cours du m tig l 9 août 1976, à
savoir qu l'imm s majorité d s citoy s du Fouta-Djallo r lèv
d s coll ctivités Diallokés, Sarakolés, Toucoul urs, Bassaris,
Koiaguis, Diakakés d Touba. Das l' s mbl du Fouta, l s
Souaré, Toukara, Diaby, Touré, Sow, Doumbouya t Kéita sot
l s. plus ombr ux ; l s Diallo, Barry t Bah costituat u  tt
miorité. Nous l proclamos ici parc qu c' st la réalité social du
Fouta.

Nous disos bi  qu Koubia, Koudara, Gaoual, t Tougué 


compt t d P uls qu das la proportio d 30 à 40 %, c' st la
réalité. Qu Mamou t Télimélé '  compt t qu das la
proportio d 55 à 70 % c' st égal m t la réalité. C' st aussi
lorsqu après avoir costruit so barrag  vu d l'adductio d' au
d 4abé, la Fédératio d c tt Régio avait voulu do r au
barrag l om d otr épous , ous avos répodu : « m rci d c t
ho ur, mais otr camarad Adré vous propos d baptis r c
barrag du om d c lui qu ous  d vos pas oubli r, l
odat ur d 4abé : Maga 4abé ». C'était pour rapp l r cor à
os rèr s P uls qu c' st u Djalloké qui a odé 4abé ! N
l'oubli  pas !

Et ous d vos cor rapp l r, comm ous l'avos déjà souligé,


qu b aucoup d p rso s du om d Diallo, Barry, Baldé ou Sow
'ot été d s Diallo, Barry, ou Sow qu d puis s ul m t 50 à 60
as. E voici u x mpl : vous vous souv   d  i

i
 - qu so âm r pos  paix car ous avos tous d
l'admiratio pour lui - qu ut Thi ro Aliou Bhoubha N'Diya,
r sp cté das l mod ti r pour sa grad cultur t sa sag ss ,
l squ ll s lui ot doé u véritabl rayo m t. Qu'il ous soit
p rmis d l réhabilit r ! S s ats, s s p tits- ats viv t t l'u
d' ux st Dir ct ur Adjoit d l'OBK, l camarad Moutaga Baldé.
Eh bi , sach  qu otr coér c d'octobr 1975 à 4abé
préparait la compréh sio d s évé m ts d 1976. Mais c ux qui
'ot pas d visio historiqu  pouvai t pas ous compr dr .
Nous d mados mait at aux it ll ctu ls P ulhs d r voir t d
r lir l uméro d Horoya qui a publié otr it rv tio à la
coér c d'octobr 1975 à 4abé traitat d l'homm , d la atur
physiqu , d la cosci c t d l'histoir . Nous avos bi  ait d
pr dr comm c tr d démostratio d s thèm s d l'histoir à
l'époqu , u d os camarad s l camarad Thi ro
Abdourahama , qui st u grad militat du P.D.G. d sc dat
[ils] d c mêm Thi ro Aliou Bhoubha-N'Diya t qui a
cotribué activ m t au progrès du P.D.G.  Moy  -Guié .

4 s militats étai t étoés sas dout qu'à l'époqu , ous l'ayos


choisi comm commadat d'arrodiss m t, bi  qu'il  ût pas
bi  l ttré  raais, t qu ous l'ayos mêm toujours chargé d
missio à l' xtéri ur. C' st parc qu'il icar d s val urs positiv s.
Au cours d c tt coér c , ous l'avos pris comm suj t d
otr thèm t avos dit c ci :

« r gard  otr rèr , c' st la cosci c qui p rm t à, l'homm d


r prés t r l t mps das so uité, hi r, aujourd'hui, t d mai.
C' st la mêm chos  r gardat l'homm , vous pouv  tout voir.
E l r gardat cor , vous l v rr  das l d v ir. 4 p tit qui
pass , vous l v rr  pèr , grad-pèr ; t ous avos déclaré qu
c' st u trait d la cultur humai . Mais l'homm ch rch à mi ux
compr dr , la atur qu'à s compr dr soi-mêm . E r gardat
c camarad , ous voyos qu das sa amill il y a d tout s l s
rac s. Il st Bah, mais compr d aussi l s Doukouré, d s Diallo, d s
Touré, d s Souaré, tc... »

Et  coclusio, o létrissait l racism . Or, c grad savat dot


st ièr la Guié t dot s réclam , sur l pla spiritu l, l s
musulmas d la Moy  -Guié , Thi ro Aliou Bhoubha
N'Diya, dot l s d sc dats sot égal m t légitim m t très
i rs du rayo m t spiritu l, était u Sarakholé. E  t, l pèr
d Thi ro Aliou uu a Ndiya arrivé à 4abé, ut logé à Do-ou-
Soarès, l quarti r rés rvé aux étrag rs. Présidat l s prièr s, il
arriva à s'impos r par so savoir, sa sag ss , so hoêt té t d vit
u otabilité très ilu t t r sp cté . Il créa u villag déommé
« uu a-Ndiya » c qui sigii  p ulh au raîch où aquit
so ils Aliou dot l om ut Thi ro uu a-NDiya, l qu l à so
tour, créa u villag qui porta l om « Mada-Sarakollé » d v u
par la suit « Mada-Sara » où ur t r groupés l s Sarakholé t
s s Talibés. Nous précisos cor qu Thi ro Aliou uu a-
NDiya était u Doukouré d la rac sarakhollé ; u grad savat d
l'Islam  Ariqu t  Guié .
C' st qu'à l'époqu où l s P ulhs établissai t l ur pouvoir das
l Fouta, tous c ux qui appart ai t à l'élit it ll ctu ll à l'élit
militair , à l'élit das qu lqu domai qu c soit, ou à tous c ux
qui étai t stimés comm t ll par la éodalité, d vai t êtr
oblis  chag at l urs oms cotr d s oms auth tiqu m t
p ulhs. Vous v rr  cor aujourd'hui das u mêm amill l s
ats d mêm pèr t d mêm mèr s'app l r l s us Bah, l s
autr s Baldé ! Mais o vous dira qu c' st la mêm chos ! C' st
aisi qu vous v rr  plus tard l s ils d c ux-là qui ot chagé d
om, qui étai t d s Malikés, d s Maarkas, d s Toucoul urs, d s
Djallokés, Sarakholés, Diakakés, isult r l ur propr origi
parc qu l'igorat, parois, mais toujours baigat das u
atmosphèr racist tr t u  Moy  -Guié d'u ao
p rma t .

    *     

Pour ous, l om  ait pas l'homm . Et ous airmos qu' st


bi  p tit d' sprit c lui qui v ut qu l s val urs d so pèr , d so
grad-pèr lui soi t r cou s. 4'homm it llig t st c lui qui
sait qu'il 'y a d val ur, d ré ll val ur qu c ll g dré par l
mérité d l'homm . C' st pourquoi ous d vos cotiu r la tâch
d'éducatio pour am  r tous l s citoy s à it rprét r
obj ctiv m t l s aits d l'histoir  av ur du P upl qui, s ul
d m ur , t à abado r l particularism . Car, ous voulos êtr
u atio ort , u atio homogè . Nous voulos prépar r
l'av ir d os ats t d os p tits- ats t ous d vos savoir
dépos r à c tt gar tout c qui st d v u caduc t mprut r
d'autr s moy s dyamiqu s t icac s pouvat s rvir à la
cosolidatio d la Natio.

Quad u homm , comm l aisait l racist it ll ctu l p ulh s


vatait d'êtr it llig t, c' st qui st tout simpl m t bêt . Quad
u homm s vat d'êtr u cadr , c' st qu'il 'a jamais été u
véritabl cadr . Quad u homm s vat du grad ombr d sa
amill ou d so thi , c' st qu'il maqu alors la vrai qualité à c
group là. Car   t, l ombr , pour avoir qu lqu val ur, doit
êtr à la dim sio d la val ur social . Mais ici, o v ut mêm
troqu r l'histoir  doat d s chir s qui 'ot jamais xisté.

Il aut lir c qu c s idividus écriv t ou clam t cyiqu m t 


Europ , c s is sé p rdus pour l'Ariqu t la Guié !

Nous disos doc qu tout s l s Régios d la Moy  -Guié


doiv t vivr désormais l'atmosphèr d la Révolutio populair t
démocratiqu . E plus d la orc d os argum ts qu partag t
l s it ll ctu ls militats hoêt s d la Moy  -Guié , ous
utilis ros la orc brutal cotr c ux qui ot d s y ux pour  pas
voir t d s or ill s pour  pas t dr . Ils 'saurot qu'o 'a jamais
u p ur d' ux, qu'o l s r sp ctait, mais qu , comm ils 'aim t pas
l r sp ct, ous l ur prés t ros c qu'ils aim t, la orc brutal !

Puisqu c' st l racism qui st utilisé pour m ttr l pays à la


dispositio d l'impérialism éo-coloialist , ous d vos tout
air pour la déraci r. Nous  prios plus p rso , ous ous
imposos ; c la st clair ! C ux -qui croi t qu l s r sposabl s du
P.D.G. ot p ur, 'ot ri  compris à l'histoir . 4a p ur ré ll qui
ous étr it, la p ur qu ous avos partout, c' st la p ur d'avoir
p ur ! Et c' st pourquoi, l'adv rsité d s racist s, ous la r ch rchos
désormais ! Nous voulos, partout, crois r l  r av c ux !

Chaqu ois, ous l ur parlios pour l ur dir c qui arriv , pour l s


istruir , l s éduqu r, pour l ur évit r la hot du l d mai ; mais
ils 'écout t pas ! Aujourd'hui, au li u d l s prév ir qu d mai
l ur do ra tort, ous l ur idiquos qu'aujourd'hui mêm , ils ot
tort ! Et c' st pourquoi, l racism doit s'arrêt r, ous l'avos dit t
ous l répétos !

4 P upl suit l'attitud racist d c rtais cadr s qui, u ois à la


têt d'u société, d'u tr pris , d'u s rvic ,  r crut t qu l s
s uls P ulhs. S'agit-il d'avac m t ou d mutatio, c' st la mêm
coul ur racist qui dét rmi l s attitud s. Quad il s'agit d m ttr
à la r trait , il suit d'obs rv r, o tri séri us m t pour qu c ux
cosidérés comm par ts puiss t cor r st r  s rvic ; alors,
o alig ra l om d s autr s qui doiv t êtr mis à la r trait . Et
quad l s cadr s P ulhs sot ombr ux das u s rvic , c' st tout d
suit , la paralysi total . Nous l disos  vous doat u
x mpl qu vous coaiss  bi  parc qu vous l viv . Si ous
ous vatos d'avoir ormé b aucoup d'igéi urs d s TP, pr   la
list t vous v rr  qu c sot os rèr s P ulhs qui sot l s plus
ombr ux. Mais r gard  à Coakry mêm qu l st l'état d s rout s
! 4 s chos s sot clair s ! U tactiqu était adopté par la plupart
d' tr ux : sur l pla v rbal il aut êtr révolutioair , au
maximum ; il aut air l s plus logs rapports, air usag d s
propos l s plus latt urs, mais das l'actio cocrèt , l'o r st assis
t l'o sabot tout ! O st allé, das c t sprit d désorgaisatio,
d démolitio, d d structio, t d hai à l'égard d s autr s
thi s, jusqu'à itroduir l'ijustic das l s mili ux d s j u s.

C rtais pro ss urs P ulhs, à l'h ur d la Révolutio cultur ll


socialist r gard t l om d l'élèv avat d d do r la ot qu
mérit sa rac . Nous ous xcusos auprès d s P ulhs hoêt s qui
pourrai t p s r à u xagératio. Mais tout c qu ous disos,
ous  avos l s pr uv s. Et si vous l s voul  ous vous l s
ouriros à tout mom t. Nous  ous livros jamais à la
démagogi , au m sog , car si l'homm  p ut pas pay r, Di u lui
pai ra, si ous  disos pas la vérité ! C rtais otai t  octio
d la rac ; t mêm l s cours sot saboté, p dat c t mps, l'o dit
à s s par ts : « v   à maiso » ! t là o l ur do u
complém t d ormatio. C rtais pro ss urs allai t jusqu'à
r us r à d s étudiats o P ulhs, l prêt d livr s préci ux pour l s
rés rv r aux s uls étudiats d l ur rac . C s pratiqu s sot cou s
t ot cours mêm à l'Istitut polyt chiqu ; d s étudiats sot
v us ous  do r d s pr uv s irréutabl s ; ous parlos 
coaissac d caus . Ecor , u ois, ous avos ass  du
racism , ous  avos par d ssus la têt !

Camarad s,
Comm ous l'avos dit, 
 i i 
  
i 
   i  
  i
   ii i
 i   i 
   Nous trouvios c la
ormal, p sat qu c'étai t, malgré tout, d s j u s du pays, qu
uss t-ils d la mêm amill , à l'h ur d la Révolutio, aurai t
s rvi l P upl av c dévou m t. Mais ous costatos aujourd'hui
l cotrair
Notr r gr t st d'avoir tat laissé air . Et ous savos aussi qu
360 aci s étudiats guié s d v us méd cis, pharmaci s,
pro ss urs, comptabl s, él ctroici s, admiistrat urs, igéi urs,
écoomist s, pilot s, tc. ot r usé d r joidr la patri . Ils sot 
Frac , aux Etats-Uis,  All mag Fédéral ,  Suiss , au
Séégal,  Côt d'Ivoir , au Gabo, au Zaïr ; t  c ss t d bav r
à logu ur d jouré sur l P upl d Guié qui a iacé l urs
étud s. Ils tour t l régim d hai , t mépris t l P upl d
Guié . Ils l calomi t à logu ur d jouré . Et quad bi 
mêm l Fraais, l'Américai, l'All mad, l'Ivoiri , l Zaïrois. l
Séégalais ou d s. citoy s d'autr s pays ssai t d dir la vérité
sur la Guié , ils l s trait t d propagadist s d Mosi ur S ku
Tur , alléguat qu' ux s uls dis t la vérité t c ux-là sot das
l' rr ur ! 4is  das l joural « J u Ariqu » l s articl s sous
l ur plum t vous v rr  qu tous l s jours. d s m sog s
igomii ux sot diusés. Aussi, ous vous posos la qu stio :

Puisqu das plusi urs amill s p ulh s, l pays a attribué d s


bours s à 1, 2, 3, voir 4 d l urs ats qui, au t rm d s étud s,
ot trahi la Natio pour s réugi r aill urs t combattr l régim
guié . D vos-ous cotiu r à l ur accord r d s bours s ?

Répos uaim d l'assistac : NON !

Alors, ous proclamos sas détour : racism = RACISME, t pour


l'illustr r, ous vous rapp los c prov rb aricai qui dit : «
lorsqu vous das  av c u av ugl , d t mps  t mps, piéti -l
pour qu'il sach qu'il pas s ul » !

Aisi ous réairmos otr positio qu'  Guié , t, jusqu'à la i


d l'uiv rsité, tous l s camarad s sot à égalité : P ulhs, Soussous,
Malikés, Gu rés, Kissi s, Tomas, Bassaris, Koiaguis, tc...
c p dat, pour l' xtéri ur,
 i 
i  i i
 
iii 
 i   ii
  
i  
 
(Applaudiss m ts thousiast s t prologés d l'assistac )

Camarad s, ous vous r m rcios d c tt approbatio thousiast


t uaim qui traduit«la pris d cosci c d otr P upl ac à
c ux qui v ul t détruir so régim . E  t, ous 'allos pas
cotiu r à multipli r l s moy s tr l s mais d l'  mi d la
Guié .

C sot c s traîtr s qui iduis t toujours  rr ur l s autr s


P upl s, l s P upl s d'Ariqu , l s P upl s uropé s, l s P upl s
américais quad il s'agit d'appréci r la situatio guié  . Ils ot
plus d mal à la Guié qu l'impérialism t l éocoloialism ,
parc qu s réclamat d la Guié , ils do t u s mblat
d'auth ticité à l urs m sog s lagrats. C sot d s traîtr s à l ur
Patri , ri  d'autr .

Or, it ll ctu ls P ulhs, r lis  la coér c d'octobr 1975 à 4abé


! D' tré d j u, ous avos déclaré qu la trahiso  pai pas, t
avos ajouté : « Pr os  témoigag l s vi ill s géératios d
4abé t du Fouta.

Tous c ux qui coaiss t véritabl m t l'histoir d otr vill d


4abé s rapp ll rot aussitôt la i tragiqu qui a été c ll d m

ii ` 

, c t homm hoêt , istruit, d'attitud obl ,.


hot us m t trahi » ! Nous avos cor pris 4abé  témoigag
pour ivit r s s habitats à air l'iv tair d s amill s, d tout s
vi ill s amill s d 4abé qui avai t tr mpé das c tt trahiso. Ils
costat rot qu' ll s sot tout s  trai d s'ét idr , car Di u pai
toujours l s traîtr s av c c qu'ils mérit t. Ecor u ois, la
trahiso  pai pas, t tous c ux qui ot trahi m
ii 
` 

 l'ot payé à trav rs l t mps.

Et mait at, ous posos la qu stio d savoir qui était l grad


résistat dot o a jamais ass  parlé, qui appart ait à la amill la
plus r prés tativ du patriotism guié  t p ulh, l'icaratio d
la arouch voloté d lib rté, d digité t d progrès ? Eh bi 
c'était l'Almamy Bokar Biro Barry d Timbo (Mamou) qui ut roi du
Fouta. 4 s amill s Sorya t Alphaya s'alt rai t chaqu 2 as au
trô du Fouta. 4 ! Bokar Biro Barry appart ait au cla Soriya
t résidait à Timbo, capital d la Fédératio du Fouta. C'était lors
d la grad bataill , désormais historiqu d Porédaka (villag
atal d T lly Diallo) qu l'Almamy Bokar Biro ut victim d la
dé ctio traîtr ss d la provic d 4abé d'u part t d l'actio
désorgaisatric d'u 5è colo itéri ur costitué par d s
rivaux d'autr part. C ut c tt 5èm colo itéri ur qui orgaisa
la d structio d la poudrièr d Porédaka. C'était u rèr  mi
du cla Soriya du om d Yilili qui ut l'âm d c tt trahiso.
Aisi, l'Almamy Bokar Biro Barry avait été trahi, igobl m t trahi.
Et trahi cor au Fouta, par l s P ulhs, alors qu s s alliac s av c
l s Soussous, l s Malikés, l s Djallokés avait été r sp cté s par
c s thi s. 4 s amill p ulh s avai t trahi l'Almamy du Fouta t
l'avai t livré à l'  mi commu d l'Ariqu , l coloialism
raais ! 4a trahiso cor u ois,  pai pas. Et c ux qui
avai t trahi Alpha Yaya, ii ` 

, c ux qui avai t trahi


 p uv t pas avoir d s ats ayat u coduit d digité, si
c ux-ci  s coi t pas au P.D.G., l'orgaisatio révolutioair
capabl d' xtirp r d l ur êtr , jusqu'à la raci , la éloi d l urs
pèr s, car, il y a u cotiuité historiqu qui marqu d'u tar t
d'u sc au idélébil s la p rso t la vi d s idividus. C tt
cotiuité st marqué d la atur d l'éducatio qui r lèv d
l'it rprétatio d s aits d l'histoir . C s chos s s' xpliqu t. Pour
qu'il y ait u chag m t prood, il aut l choix d'u éducatio
révolutioair haut m t humai , odé sur la vérité t l
progrès. C ux qui avai t trahi Bokar Biro Barry ot aussi trahi
Alpha Yaya, t par trois ois vous l sav  vous-mêm s. 4 roi du
Wassoulou, l roi d Boké, l roi d Mac ta, ux, 'ot pas été
trahi par l s l urs. Pour l s vaicr , ux, il y a u s ul m t la
supériorité d s arm s d d structio par l s colos. Mais au Fouta,
tout s l s déait s d l' mpir du Fouta r l vèr t d la trahiso d s
P ulhs, à l' droit d l ur propr Etat. C' st pourquoi, aujourd'hui,
ous aurios été à l'ais si ous ous app lios Amadou Sékou
Barry ou Amadou Sékou Diallo pour dir tout la vérité t ous
air compr dr par os rèr s P ulhs. Mais disos-ous la vérité.
Il aut qu la trahiso soit xtirpé t bai déiitiv m t du
comport m t du P ulh. Il aut i sauv r c tt parti d la
Guié , car il s'agit d'u problèm d od.

4 mal qu ot c s traîtr s-là st prood.     



    i      
"#      



 ii
  
       
$m i 
i   i 
i% 1 Mais soy  sûrs qu lorsqu l
P ulh ivoiri , l P ulh séégalais accèd rot à la lib rté, ils
écras rot t coduirot à l urs tomb aux tous l s cadr s racist s
P ulhs qui habit t Abidja ou Dakar ! Soy   sûrs !
C sot ux égal m t qui iduis t toujours  rr ur l s
gouv r m ts raais, américai, all mad. Tous l s
gouv r m ts désir ux d trait r av c là Guié sot itoxiqués
par l urs iormatios m sogèr s débité s à logu ur d jouré ,
à la s ul i d décourag r c s pays das l urs it tios louabl s
vis-à-vis du P upl guié .

Ils sot sas Patri , c s racist s P ulhs orc és, parc qu'ils s
dis t  pas êtr d s Noirs. Ils sot cor t toujours à la
r ch rch d l ur Patri . Ils  p uv t pas avoir d Patri , parc
qu'ils 'ot pas u lig d coduit xig at l'accompliss m t d
d voirs sacrés. Aliéés qu'ils sot, ils  p s t qu'à l'arg t, t
pour ux. C' st pourquoi, ous d vos êtr d'accord d  plus
accord r d pitié aux traîtr s. Plus d pitié pour l s racist s, plus d
pitié pour l s sabot urs !
'  1
 

E  t, la périod pré-coloial a r gistré d ombr us s


trahisos succ ssiv s qui ot ait la hot du Fouta. Par la suit ,
tout la périod d lutt d libératio atioal , ati-coloialist a
aussi r gistré la démissio sio d la totalité d s it ll ctu ls
P ulhs, du mois d la plupart. Qu c ux qui sot r stés toujours
idèl s au régim v uill t ous xcus r, mais puisqu'il s'agit d
parl r d'u coll ctivité, ous déploros qu pour l cas précis
l'élém t domiat soit costitué d racist s.

Aussi, aut-il soulig r qu'au réér dum du 28 s pt mbr 1958,


quad tout la Guié bradissait l bull ti « NON » pour
l'idép dac t la digité, c'était cor l Fouta qui bradissait l
« OUI » pour sigii r hot us m t : « ous voulos r st r soumis
au coloialism ». ! Ils  voulai t pas d l'idép dac , c s
P ulhs t ils ot humilié otr P upl av c u vot massi d « OUI
».

Au li u d'  avoir hot , ils v ul t cor détruir otr


idép dac . C la  s  ra plus jamais, t s'il aut qu tout la
Guié s m tt cor d bout, cout aux, mart aux t usils 
mais pour l s supprim r, l s am  r au tomb au t l s s v lir, la
Guié assum ra s s r sposabilités ! C' st la déclaratio d gu rr
! Ils v ul t d'u gu rr racial ? Eh bi  ous ous somm s prêts ;
quat à ous, ous somm s d'accord, t ous l s aéatiros
immédiat m t, o par u gu rr racial , mais par u gu rr
révolutioair radical .

Camarad s,
Nous allos doc pass r à l'o siv t utilis r l'arm d la  rm té
révolutioair t ous somm s covaicus qu l s cadr s P ulhs
révolutioair s, l s cadr s P ulhs militats sicèr s, assum rot,
au s i du Parti, l urs r sposabilités pour détruir tous l s P ulhs
racist s ai qu la Guié viv i das la paix. C' st pourquoi,
chaqu cadr doit s déiir, o pas par rapport à tous l s militats,
mais par rapport à la coll ctivité p uhl qui a été iduit  rr ur,
ou alors s dém ttr t démissio r du Parti-Etat. Chaqu cadr du
Parti-Etat doit s' gag r à détruir l racism ou alors qu'il s
dévoil comm u parait racist ,  mi du progrès guié .

Nous  voulos plus d cousio. Nous d vos bris r


déiitiv m t la ourb ri , car c ' st pas u s ul ch v u qui
pourra r couvrir tout la têt d l'homm .
Nous disos doc qu c s racist s ot prés té l s traits d «
Ch yta » av c la trahiso, l m sog , la divisio t puisqu l
combat st gagé cotr « Ch yta », qu ous voulos à tout
prix t rr r, ous sauros t rr r c qui r st d racist s au Fouta.
Nous somm s dét rmiés à libér r l Fouta. Nous répétos qu si l
Fouta a pas été libéré l 28 S pt mbr 1958, désormais il s ra
libéré par la Révolutio.
Et l P upl d Guié prouv ra à tous l s P upl s d'Ariqu , à tous
l s P upl s du Mod , qu'il a toujours été u P upl cosci t t
résolu qui 'a jamais hésité à s' gag r das la voi d la Révolutio
t c ux qui l'ot diamé  r prés t t aucu orc ac à sa
Révolutio qui saura écras r tous l s trich urs, tous l s m t urs,
tous l s traîtr s, aussi bi  c ux d l'itéri ur qu c ux qui s
trouv t à l' xtéri ur. Pour c ux qui sot à l' xtéri ur, ous 'avios
pas voulu jusqu'ici l s liquid r, mais ous allos l air désormais
pour qu otr P upl viv  paix t poursuiv sa Révolutio.

Camarad s, il aut doc êtr vigilat : Au iv au d s P.R.4.,


surv ill  tous l s comport m ts. Das l s s rvic s, sociétés,
tr pris s, r st  att tis 1. Tout l pouvoir st au P upl , Nous l
répétos cor u ois.
Quicoqu viol ra désormais l s cosig s d l'hoêt té social ,
d la justic social  s livrat à d s mai statios racist s, vous
av  l pouvoir, Camarad s militats, d l'égorg r sur plac t ous
 assumos la r sposabilité d vat l P upl d Guié .
Das l s P.R.4., c' st souv t à l'occasio d s baptêm s, d s
mariag s, d s cérémoi s coutumièr s qu'ils s r group t pour s
pass r l s mots d'ordr d la d structio d la Révolutio.
Désormais, aucu mai statio d c g r  doit s air , das
u P.R.4., qu sous la présid c du Mair , ou d'u M mbr du
Bur au du P.R.4.

( &  i ' (i   t qui st à l'ho ur d


la  mm P ulh , c' st qu' ll épous ra voloti rs l Soussou, l
Maliké, l For sti r, mais par cotr rar m t l'homm P ulh
épous ra u Soussou, u Maliké, u or stièr ! Est-c vrai ou
aux ?
(Répos uaim d l'assistac : c' st vrai !)
C tt attitud costitu -t- ll du racism oui ou o ?
² (Répos uaim : oui c' st du racism !)
² Alors, Camarad s, ait s coiac à la Révolutio qui écras ra
tous l s racist s !

Premier rang: Bobacar 4ombona Dia o, A afè Koroma, Mama Tonkara,

Senainon Behanzin, non-identifié, Ismae Toré

Dexième rang: Abraham Kabasan Keita, Governer aamara


Camarad s, ous vous ivitos à êtr , lors d la prochai
ass mblé gééral d s P.R.4., l s it rprèt s idèl s t
itrasig ats d la lig aisi déii t à m ttr l s militats 
gard . Quicoqu  ra du racism sur l sol béi d Guié aura lui-
mêm sigé so act dé départ déiiti.

A chaqu réuio, qu'il s'agiss du P.R.4, d l'orgaisatio


sydical , d l'orgaisatio d s  mm s, d s J u s, d l'armé ,
partout où u réuio s ti t av c d s citoy s guié s,
comm c  par létrir la trahiso, l racism , t airm  la vigu ur
av c laqu ll vous voul   iir av c c s mai statio hot us s.

Aussi, ous ajoutos qu v dr di prochai, das l s mosqué s d


chaqu P.R.4. la « Fatiha » s ra récité coll ctiv m t pour maudir
l s racist s t l s coduir à l'éch c r t tissat, pour maudir c ux
qui l s souti  t  Côt d'Ivoir , au Séégal t das l mod ,
ai qu'ils ai t toujours hot t qu la Révolutio Guié  , au
s i d la commuauté progr ssist  coaiss qu l triomph t
la victoir .
     
     

Camarad s,

Pour coclur , ous d vos abordé d s implicatios xtéri ur s d s


décisios marquat l dyamism d la politiqu itéri ur t visat
à la radicalisatio d la Révolutio. C' st pourquoi, comm ous
ivit ros ous orgaism s d la Révolutio à étudi r,  tat
qu'orgaism s dirig ats, l s dispositios ouv ll s d vat traduir
la voloté d la Révolutio Guié  ac à tous l s pays aricais
t étrag rs qui accord t crédit t appui aux ati-Guié s.

E  t, il aut qu ous ayos u attitud coorm aux obj ctis


d'idép dac , d digité qu ous avos à sauv gard r. Il st vrai
qu l s ag ts d la 5èm colo impérialist , s s tat p rdus
parc qu découv rts das l ur trahiso par l P upl militat d
Guié , p uv t s livr r à d s m sog s, à d s xtravagac s, à
l' droit d citoy s ou d pays ti rs, das l s ul but d' ssay r d
comprom ttr l s r latios xtéri ur s d la Guié . C la st
possibl , car mêm sur l pla atioal l s justiicatios allaci us s
qu'ils do t à l urs dépositios idiqu t qu'ils ot cor d la
propagad , pour pouvoir cré r d ouv ll s caus d t sio t
cousios. C p dat il y a tout d mêm d s chos s clair s qu
ous d vos appréci r.

S'agissat du Séégal t d Côt d'Ivoir , c' st vrai t


rigour us m t vrai, qu tout c qu'ils dirot d S ghor t d
Houphouët, l'Ariqu tièr l'approuv ra. Pourquoi ? Parc qu l
Séégal, à trav rs S ghor, t la Côt d'Ivoir , à trav rs Houphouët,
ot prééré l s ati-Guié s au P upl d Guié . Ils ot doé
asil aux ati-Guié s t l s ot iacés. C la st cou d tous t
si l s ag ts d la 5è colo déclar t qu'ils sot au s rvic d c s
d ux atoch s aricais, il 'y a pas là d cousio possibl ; ous
accordos u total crédit à l urs dépositios. Et pour qu la Côt
d'Ivoir t l Séégal puiss t s révél r o plus hostil s à la
Guié t v uill t au cotrair d'u coopératio sicèr t
durabl , il aut alors qu'immédiat m t, ils m tt t à la dispositio
d otr pays c ux-là mêm s qui sot codamés par l P upl d
Guié t qui l s aurai t ux-mêm s accusé à tort. S'ils  l ot
pas, c' st qu c ux-ci sot à l ur s rvic , t sot l urs istrum ts.
Das c cas, tat qu S ghor t Houphouët mè rot u t ll
politiqu , il 'y aura pas d bas s possibl s d coopératio tr la
digité qu r prés t la Guié t la éloi qu r prés t t
S ghor t Houphouët.

S ghor a détruit l'Orgaisatio d s Etats Riv rais du Séégal


(OERS) parc qu'il p sait pouvoir détruir l régim Guié  t
avoir d s atoch s à la têt d la Guié . Mais il s r d compt
aujourd'hui qu « l'Orgaisatio d s Etats riv rais du Séégal »,
bi  qu'ayat d s pot tialités d'aid ,  pourrait quad mêm pas
êtr viabl tat qu la Guié , qui déti t la sourc atur ll d s
cours d' au costituat l l uv Séégal, 'aura pas approuvé l
programm d dév lopp m t visagé. Et au li u d'avoir l
courag civiqu t moral d dir au P upl d Guié :
² « J'ai ait u rr ur, pardo -moi, r gardos l'av ir ;
costruisos c t av ir s mbl »
o, il cotiu à p rsist r das l' rr ur  p sat qu d Dakar, d
Paris, d'Abidja, il pourra détruir la Révolutio Guié  . Nous
l v rros à trav rs l t mps, car vous vous rapp ll r  qu ous
avos déjà aocé, qu' st arrivé l'h ur d la démystiicatio.

4 s ag ts d l'impérialism ot parlé d la Frac . Nous allos


vous istruir sur c poit. E 1958, après l vot historiqu d
S pt mbr , l Gouv r m t guié  s' st adr ssé à tous l s
Guié s résidat à l' xtéri ur du pays otamm t à tous, l s
militair s guié s s rvat das l s rags d l'armé coloial pour
l s ivit r à r joidr la Patri . Sur l s 20 000 militair s guié s
s rvat alors das l'armé coloial , 18 000 avai t répodu à
l'app l d la Patri t 2 000 ot r usé, alléguat qu'ils sot d s
citoy s raais, t qu'ils  croi t pas  la capacité du P upl d
Guié d vivr idép dat t sas la Frac . Ils ot doc opté
av c clarté, t sot r stés das l'armé coloial , spérat tous l s
jours la chut du régim populair guié  ai d v ir
triomphal m t s réistall r  Guié . Mais ils att d t t voi t
l t mps s'écoul r. Ils voi t l urs ch v ux blachir, u a, 5, 10,
15, 18 as t l'att t r st sas i. Ils s r tour t alors cotr
c ux qui l s avai t iduits  rr ur pour xig r la i d c régim
Guié  ai qu'ils  m ur t pas à l' xtéri ur ! Voilà la rés rv
qu'utilis la cotr -révolutio. E Frac , c s militair s guié s
avai t ait d s mai statios d'hostilité cotr l régim raais,
déclarat qu'o l s avait trompés t ial m t ils ot été voyés au
Séégal t  Côt d'Ivoir pour qu'au mois ils puiss t voir
qu lqu s Guié s d passag . Ils sot là-bas ostalgiqu s, das
l'att t . Au li u d'écrir courag us m t à otr Gouv r m t,
comm c rtais l'ot ait, pour s r p tir t dir : « Nous avos
commis u rr ur, pardo -ous, r c v -ous pour qu ous
puissios cotribu r, pour l r st d otr vi , à la mis  val ur
d s r ssourc s d otr pays », au li u d r courir à c tt vérité à
laqu ll c rtais ot r couru t sot actu ll m t das l pays,
x rat mêm das c rtais P.R.4., l rôl d' cadr urs d la
Milic , la plupart d' tr ux sot das l'obscurité d la cousio,
spérat toujours qu l régim tomb rait ; 4 s voilà traîat à
Dakar,  Côt d'Ivoir ! C sot c ux-là sur l squ ls S ghor t
Houphouët compt t. Mais S ghor t Houphouët tomb rot av c
ux t l régim révolutioair d Guié cotiu ra à s
cosolid r t à édii r u Natio socialist .

Qu aut-il r proch r à la Frac ? E att dat qu vous ay 


répodu à la qu stio odam tal , après laqu ll , s ul m t, ous
ix ros la positio du Parti, qu d vos-ous dir dès mait at ?

1.? a'est qe ces anciens combattants bénéficient d'ne


pension de retraite a tax p ein. En effet, es pensions de
retraire françaises ont été va orisées dex o trois fois
depis 1958, et e fax a presqe dob é o trip é en 1976
par rapport à ce q'i était en 1956. aependant, s'agissant
de a Ginée, on contine à payer e tax de 1958, ce qi
est contraire à a égis ation française. Et nos posons a
qestion de savoir où va a différence ? 4a qestion reste
posée a Governement Français. Est-ce por financer a
contre-évo tion Ginéenne ? Nos vo ons bien e
savoir !
2.?4es anciens combattants qi sont en Ginée même avaient,
drant tot e temps de a rptre, rencontré de sérieses
diffic tés. Mais, heresement e Governement Ginéen
a assmé ses responsabi ités por qe ces anciens
combattants ne soient pas des victimes. Ainsi, e trésor
ginéen avait tot e temps, continé à payer es pensions
des ax ns et ax atres. Mais ma gré tot, on exerçait
sr es mi itaires et anciens combattants ne intense
propagande. On er disait :
« Voyez-vos, a ie de rester en Ginée, porqoi ne pas
a er vos insta er en ate d'Ivoire, o a Sénéga , car à-
bas, non se ement vos obtiendrez a rég arité d
paiement de vos pensions et ce en franc aFA mais vos
arez droit à n tax p s é evé ! aette propagande est
rée e. Et nos avons même dit à certains des mi itants
sincères qi ne vo aient pas trahir : « A ez a Sénéga ,
présentez-vos en traîtres, a ez nos ins ter en ate
d'Ivoire, a ez faire a po itiqe de Senghor et de
Hophoët verba ement, on verra si e tax de votre
pension ne sera pas modifié. » Et effectivement, e tax a
été modifié et nos avons compris. ae a, vos devez e
savoir assi.

Il s p ut qu la 5è colo impérialist racot aujourd'hui


qu lqu s m sog s sur l compt d la Frac pour ous égar r.
Nous  r ti dros pas l s m sog s, mais l s aits obj ctis qu
ous coaissos idiqu t qu tat qu la Frac p rsist ra das
c tt voi , ous sauros alors qu la récociliatio ' st pas sicèr .
Et si ll ' st pas sicèr , ll  p ut êtr durabl .

Avat d commuiqu r au Mod , l 14 Juill t 1975, la voloté du


Parti-Etat d Guié d r pr dr l s r latios diplomatiqu s av c la
Républiqu raais , ous avos bi  aalysé la situatio, tr l s
d ux pays. Nous savos bi  qu' tr l régim capitalist
impérialist raais t l régim Populair t Démocratiqu
guié , il y a u cotradictio odam tal , u oppositio
ss ti ll , surtout qu l régim capitalist raais 'oubli pas
qu'il avait coloisé la Guié , qu'il l'a p rdu t qu la Guié
r  rm , d'imm s s rich ss s atur ll s. Mais ous p sios qu
l s autorités raais s, pr at act du ait qu' ll s  p uv t i
r colois r i éo-colois r la Guié , r oc rai t au souti 
qu' ll s do t aux traîtr s guié s, pour choisir d coopér r
hoêt m t av c otr Gouv r m t. Ell s doiv t aujourd'hui
ous démotr r, par l s aits, qu ous avos u raiso d l ur avoir
ait coiac , aut d quoi otr attitud à l'égard d la Frac
s rait radical m t r cosidéré .

Au suj t d la Républiqu Fédéral All mad , ous avios


b aucoup apprécié l'attitud d c pays qui, av c courag , avait été
l pr mi r à prés t r d s xcus s au P upl d Guié , bi  qu
tout l mod r coaiss c qu'o app ll la i rté all mad . Mais
l Gouv r m t d la Républiqu Fédéral All mad a u l
courag moral d prés t r au P upl d Guié d s xcus s t c' st
pourquoi ous 'avos jamais xploité l'accord. 4a déclaratio,
commu sigé tr l s d ux parti s, 'a jamais ait l'obj t
d' xploitatio i à l'itéri ur, i à l' xtéri ur, parc qu ous
r sp ctos c ux qui s r sp ct t t ous r sp ct t. Et ous savos
égal m t qu si l'All mag Fédéral , qui était  très bos t rm s
av c ous, ut am é à êtr activ das l complot jusqu'à la
préparatio d l' xécutio d l'agr ssio d 1970, c' st parc qu
d puis 1965, il y avait u la ruptur d r latios tr la Frac t la
Guié . 4a Frac alors allié d l'All mag Fédéral , s s rait
coié à c ll -ci pour soi-disat prés rv r s s itérêts  Guié .

Aisi, l'All mag Fédéral ,  tat qu'ag t it rmédiair .


assumait  ait d s r sposabilités qui  l' gag ai t pas s ul .
Nous avos compris. Mais s'agissat d s oms d'istruct urs
all mads cités à Niokolokoba, ous att dos qu l'All mag
Fédéral coirm ou iirm la ouv ll . Si c la st vrai, ll aura
violé la prom ss ait s lo laqu ll tout citoy  all mad qui
r idrait la lig d la récociliatio sicèr av c la Guié s rait
rappé par l Gouv r m t all mad. S'il st vrai qu'à
Niokolokoba, d s oici rs All mads ot s rvi à l' traî m t d s
ati-Guié s, ous d mados au Gouv r m t all mad d
r sp ct r l protocol d récociliatio libr m t sigé par lui, t d
rapp l r immédiat m t c s idividus pour l s puir.

Au suj t d s Etats-Uis d'Amériqu , il aut dir qu c' st l pays


auqu l ous ous étios adr ssé,  tout pr mi r li u dès
l'idép dac d la Guié . C p dat, malgré tout s l s
démarch s d otr rèr t ami,  u Présid t William Tubma, l
Gouv r m t américai 'avait pas répodu rapid m t à l'app l
d la Guié . Pourquoi ? ous l'avos su à l'époqu , u ort
pr ssio d l'Europ occid tal s' x rait sur l'Amériqu ai
d'obt ir t d r orc r l'isol m t total d otr j u Républiqu .
4 s commad s guié  s ait s av c pai m t au comptat, qu
ous avios lacé s par l' tr mis du 4ibéria au Gouv r m t d s
Etats-Uis, avai t été r usé s, c qui était cotrair aux habitud s
d'u régim capitalist . Nous étios prêts à pay r au comptat c
qu ous voulios, mais ous avos r cotré u r us !

C p dat, v rs 1959, u a après, l'Amériqu s mai st . T  -


vous bi , car ous avos tu volotair m t c tt aair , mais il st
t mps d la r dr publiqu . 4'Amériqu s' st doc mai sté , t a
voyé comm aidé à la Républiqu d Guié , 5000 to s d ri,
das d s sacs portat l'iscriptio: « do du P upl américai aux
populatios du Fouta ». Nous avios b soi du ri, mais  votr
om ous avios été obligés d dir aux Américais : c ri, c' st du
sabl icosommabl par la Guié , r voy -l ch  vous t
sach  qu'il y a l P upl Guié , mais qu'il 'y a pas d P upl
Foula ici !

Mais, aalys ait , ous avos compris qu l s Américais avai t


été iduits  rr ur par T lli Diallo ! C'était   t T lli qui était
l'ambassad ur d Guié aux Etats-Uis. Alors, d vat la réactio
obl t é rgiqu du Gouv r m t Guié , l s Américais ux-
mêm s ot ii par r ctii r l' rr ur, t tout l'aid ultéri ur
accordé à la Guié s plaait désormais das l cadr d la digité
déii par la Guié . 4à égal m t, voy  t jug  l rôl d la
trahiso, l rôl du racism joué à l' xtéri ur par c rtais ats du
pays.

Nous disos doc qu ous d vos, das la déiitio d otr


attitud ac à tous l s pays qui ot été cités par l s ag ts d la 5è
colo , xig r comm pr uv d la compréh sio, d l'amitié, d
la loyauté t du r sp ct dû au P upl d Guié , qu l régim
guié  soit choisi sas équivoqu cotr s s  mis ou alors qu
c s pays choisiss t égal m t sas équivoqu l s ati-guié s
cotr l régim guié . Mais ous déclaros qu tout pays qui
abrit ra c s traîtr s qui ot été codamés par l tribual
Révolutioair d Guié pour l ur oraitur commis  1970 à
trav rs l'agr ssio dot ous avos été victim s, tout pays qui
do ra u droit d'asil à d s crimi ls qui aurot été codamés,
aura aisi démotré, par so attitud , qu'il  v ut plus d
coopératio av c ous t ous rompos l s r latios diplomatiqu s
av c c pays qui aura choisi l s ati-guié s cotr la Républiqu
d Guié .
Notr positio à c suj t st clair . Nous 'acc pt ros plus la
cousio. Ou l'o r st av c l régim , l P upl , la Natio
guié  t o  p ut plus adm ttr d s ati-guié s sur so sol,
la parutio sur so d'articl s orduri rs cotr la Guié , ou alors l'o
st av c l'ati-guié  t la Guié saura adopt r  Ariqu t das
l mod l s positios éc ssair s o pas pour s v g r, mais
pour idiqu r qu l choix ait cotr la Guié ' st pas u choix
s sé.

Nous d vos ous dé dr , t l Mod coaîtra, la vérité qu


ous dé dos.

Aisi chaqu orgaisatio doit idiqu r sa positio d  rm té,


positio d idélité à la caus d la Révolutio.

4a lutt s situ sur u tripl pla.

1.? 4a tte sr e p an extérier doit avoir comme objectif de


c arifier es rapports extériers de a Ginée. O 'on est
avec a Ginée, o 'on est c airement contre a Ginée. 4a
Ginée, qant à e e, ne demande qe a coopération
sincère, drab e avec tos es pays mais à condition qe
son indépendance, ses intérêts soient respectés. Et nos
vodrions éga ement connaître et combattre cex qi ne
ve ent pas respecter 'Indépendance Ginéenne et qi
norrissent es mêmes desseins crimine s qe es anti-
ginéens.
2.?Sr, e p an Africain, nos ne vo ons p s q'i y ait de
confsion. 4es Etats africains qi ont jgé de rester dans
'hosti ité vis-à-vis d régime ginéen, nos vo ons es
connaître, mais nos sommes assrés d sotien de ers
Pep es. aar nos affirmons qe a Ginée n'a jamais été
iso ée ; e e a tojors été 'amie de tos es Pep es
d'Afriqe. 4a Ginée sara assi aigiser son arme de
combat por débarrasser 'Afriqe des traîtres et de tos
cex qi font honte à nos Pep es et qi ont accepté d'être
des fantoches de 'impéria isme.
3.?Sr e p an intérier, es choses doivent être c aires.
4'année derrière, c'était a gerre de c asses por enterrer
« aheytane 75 ». aette année, c'est a gerre de c asser
por enterrer définitivement e racisme pe h.
etenez- e bien : 4e racisme pe h, nos devons i donner
n enterrement de première c asse, n enterrement
définitif.

Prêt pour la Révolutio !

Note
1. Voir ma réftation d ivre de Sidiki Kobé é Keita.
2. Sr e thème de a vigi ance po icière, ire e discors de 1959

±? ????
??  ??  ????  ?? ??

 ?  !" #?


" $?%? ?& $?"'  ?(?)**+,-.).?'  ?' 

?/?0 ? #?
#?'? 
?
12#?
3 ,  
? #? 4 ?32  ?'
#? ?$??
  #?  
 ?
  ?
 ?'

 #?