Vous êtes sur la page 1sur 27

COURS

D’INGENIERIE DU
PETROLE

1
PROGRAMME
Chapitre 1 : Généralité sur l’ingénierie du pétrole
Introduction
I/ Historique de l’ingénierie Pétrolière
II/ Genèse du pétrole

Chapitre 2 : Domaine d’application de l’ingénierie


Introduction
I/ Domaines aéronautique et aérospatiale
II/ Domaines géologiques miniers et pétroliers
III/ Domaines logistiques
IV/ Domaines maritimes
V/ Domaines nucléaires

Chapitre 3 : Secteurs et profil de carrière de l’ingénieur pétrole


A- Secteurs de l’ingénierie du pétrole
I/ Ingénierie du forage
II/ Analyse des échantillons
III/ Ingénierie de production
IV/ Ingénierie pétro-physique
B- profil de carrière de l’ingénieur pétrole

2
CHAPITRE 1 : Généralité sur l’ingénierie du pétrole
Introduction
L’ingénierie c’est le domaine dans lequel la connaissance des sciences et techniques
est appliqué de façon à utiliser correctement les matériaux et les forces de la nature.

Le thème ingénieur désigne à proprement parler une personne qui possède les
connaissances scientifiques vaste et précise et un savoir-faire en science pure appliqué,
sanctionnée par des diplômes universitaires et de grandes écoles ;

Aux côtés des ingénieurs ont trouvent également des personnes ayant la qualification
de technicien, d’inspecteur, et de dessinateur, qui applique les compétences
scientifique d’ingénierie pour résoudre des problèmes techniques.

I/ Historique de l’ingénierie Pétrolière


Les bases de l’ingénierie pétrolière ont été établies dans les années 1980 en Californie,
à cette époque les géologues étudiaient les voies de communication entre les zones de
production pétrolières et les nappes phréatiques puis en comparants les données d’un
puits à un autre, pour éviter que l’eau ne pénètre sur les zones de productions.

Cela a permis de montrer à quel point il est important d’appliquer les innovations
techniques au développement des gisements pétroliers.

En 1914, la société MME a fondé un comité technique spécifique pour intégrer les
ingénieurs pétrole, cela a donc modifié le nom de cette société d’où American
Metallurigical and Petroleum Ingineer (AMPI).

Des cours sur la technologie pétrolière ont été introduits à l’université de


PENNSYLVANIE en 1910. Ils intégraient une formation sur la législation relative au
pétrole et au gaz naturel et sur les pratiques.

En 1910, l’université attribuât le 1er diplôme d’ingénieur pétrole, c’est également en


1910 que le 1er cours en Ingénierie pétrolière ont été dispensé à l’université de
BERKELEY.

3
En 1915, un circuit de 4 ans fut créé dans ce domaine. L’ingénierie du pétrole s’est
concentrée sur les problèmes liés au forage comme l’établissement des points de
tubages (canalisation utilisé pour le transport de pétrole) pour éviter l’entrée de l’eau et
les fuites des produits pétroliers, l’ingénierie a permis de mettre en place des colonnes
de tubages et l’amélioration des opérations mécaniques de forage et de pompage des
puits.

Dans les années 1920, les ingénieurs de l’industrie pétrolière ont cherché à améliorer
la pratique de forage, et la conception des puits, en utilisant des tailles de colonnes de
produits adaptées, ils ont conçu de nouvelles méthodes d’extraction artificielle
principalement grâce à des pompes auxiliaires et par injection de fluides. On peut aller
jusqu’à 40 % voire 50 % de récupérations avec ces nouvelles techniques. Ils ont étudié
la façon dont les méthodes de productions influaient sur les proportions de gaz de
pétrole récupérés, la technologie des fluides de forage était née, et le forage dirigé, ou
dévié ou incliné devient une pratique rependue dans l’industrie pétrolière.

Dans les années 1930, la crise économique qui a résulté des avancées technologique
notamment dans les grands champs pétroliers (TEXAS) à obliger l’ingénierie
pétrolière à se concentrer sur l’ensemble du système pétrole eau et gaz. L’étude de
l’espacement max des puits dans un champ pétrolier a conduit au concept de
l’ingénierie du réservoir. Au cours de cette période les mécanismes de forage et de
productions ont été perfectionnés. Le taux de pénétration du forage, vitesse de forage à
augmenter d’environ 100 % de 1932 à 1937.

La petro-physique (détermination des paramètres physiques des fluides et des roches)


à commencer à être utilise dans les années 1930.

Vers 1940, le carottage électrique a été développé pour effectuer les estimations de
saturation du pétrole et en eau dans les roches réservoirs.
Après 1945, les ingénieurs pétrole ont continué à affiner leurs techniques d’analyse de
réservoirs et de pétro-physique.
Dans les années 1950, jusqu’à nos jours, l’évènement marquant a été : Le
développement de l’industrie pétrolière en mer (off-shore).

4
Cette industrie à donner naissance à une nouvelle technologie avec l’utilisation de
plateforme pétrolière fixe ou mobile.
Des océanographes et des ingénieurs en construction naval se sont associés aux
ingénieurs pétroliers pour instaurer des formes de productions des hydrocarbures.

A ce titre des plateformes pétrolières se sont diversifiées on a ainsi construits des


plateformes mobiles (autoélévatrices : self elevating), fixes (FPSO), des bateaux de
forages semi-submersibles et submersible.

II/ Genèse du pétrole


Le pétrole est l’une des rares matières premières connues depuis l’antiquité. Déjà en
500 ans av-J-C l’on utilisait le pétrole comme combustible à Babylone et en Egypte.
Dans de nombreuses civilisations le pétrole a été considéré comme une huile
miraculeuse qui servait à des besoins thérapeutique et mystique ainsi l’origine du
pétrole qui remonte à des centaines d’années est restée un mystère pour les
scientifiques. Pour certains le pétrole était une sorte de rosée et pour d’autres l’urine et
le sang des baleines mortes dans les océans. Ce pendant au cours des âges, deux
hypothèses s’affrontent pour tenter d’expliquer l’origine du pétrole.

III / Origine du pétrole 


1- L’origine minérale

Cette hypothèse s’appuie sur, les expériences du laboratoire d’obtention du pétrole par
réaction de carbure de fer avec l’eau. Il s’agit des expériences du scientifique Russe
MENDELIEV qui selon l’équation :

5
2FeC + 3H2O C2 H6 + Fe2O3

Carbure de fer + eau = éthane + trioxyde de fer

MENDELIEV pensait que sous l’action de l’eau pénétrant par les fissures dans les
profondeurs de la terre, et entrant en réaction avec les carbures de métaux en fusion, il
se formerait des hydrocarbures gazeux (Ethane) qui remonterait vers le haut (60 à
100°C).

Il pensait que la formation du pétrole et des gaz combustibles sont des processus long
et continu qui se réalise jusqu’à nos jours.

La théorie de l’origine minérale du pétrole a soulevé de long critique et beaucoup de


contradiction, cela a donc entrainé le rejet de cette hypothèse dans le monde des
scientifiques.

Quelques critiques :

Tous les gisements hydrocarbures se rencontrent dans les roches sédimentaires sauf
dans les cas d’exception très rare ou les hydrocarbures sont rencontrés dans les roches
cristallines (granites, basaltes.)

Les réactions thermodynamiques des carbures de fer nécessites une température élevée
pour tant aucun gisement hydrocarbures n’est rencontré dans les roches volcaniques ou
métamorphique. La majeure partie des hydrocarbures se trouve dans les roches
sédimentaires ou les températures sont toujours basses.

La présence de chlorophylles, de matière organique dans le pétrole brut prouvent que


les hydrocarbures sont d’origine organique. C’est ainsi que toutes ces critiques ont
amené les scientifiques a adopté l’hypothèse de la matière organique.

1- Définition d’un bassin sédimentaire

Un bassin sédimentaire est une dépression ovale ou circulaire, à fond plat ou concave
et à flancs en pente douce, de dimension très variable (plusieurs dizaines de km²) qui a
été ou qui est le lieu d’une sédimentation, se trouvant sur un continent ou à sa bordure.
Les bassins sédimentaires sont les milieux d’occurrence du pétrole c'est-à-dire les
milieux de génération et d’accumulation de pétrole.

6
2- Origine Et Formation Des Gisements d’hydrocarbures

Aujourd’hui l’origine organique du pétrole est admise par tous les scientifiques sur la
base des observations et du faites par les géologues et les géochimistes. Car elle est
basée sur la constitution chimique du pétrole brut et du gaz naturel. En effet, les
isotopes du carbone dans le pétrole sont analogues à ceux des matières organiques par
la présentation des traces de chlorophylles et de matière organique dans le pétrole brut.

a- Origine de la matière organique

Le pétrole résulte de la décomposition de la matière organique (m.o) issue des débris


végétaux (phytoplancton) et animaux (zooplancton) apporté des continents, contenus
dans les sédiments déposés et accumulés par couches successives depuis les temps
géologiques. Ces sédiments se sont compactées (expulsion de l’eau) et enfoncées
(subsidence) donnant lieu sous l’effet de fortes températures à des transformations
chimiques qui vont aboutir aux hydrocarbures liquides et gazeux. La matière
organique est donc la matière première des hydrocarbures et elle est constituée de
débris de microorganismes d’origine végétale (phytoplancton) et d’origine animale
(zooplancton).

b- Milieu de dépôt de la matière organique

Toutefois, pour que la matière organique soit préservée et transformée en


hydrocarbures, elle doit se déposer dans les environnements où des conditions
minimales doivent régner. Ces conditions sont :

- milieu pauvre en oxygène (milieu anaérobie) : milieu fermé et réducteur, donc


protégé de l’action des bactéries aérobies ;qu’entendez-vous par bactéries anaérobies

- milieu calme : très peu remanié de sorte à préserver la matière organique et les
sédiments qui se déposent.

En général, il s’agit des milieux aquatiques (fonds des mers, lacs, etc …)

c- L’action des batteries

Une partie de la matière organique lorsqu’elle se dépose est détruite par l’action des
bactéries aérobies existantes dans le milieu. La partie de la matière organique qui

7
subsiste subi l’action de bactéries anaérobies et est transformée en kérogène qui sous
l’action de la température, et ceci durant des temps très longs va donner des
hydrocarbures.

Nous distinguons trois principaux types de kérogène selon leur origine :

 Le kérogène de type I : ces kérogènes dérives d’algues et de bactéries et ont


une origine lacustre. Le rapport H/C est de l’ordre de (1,5) et le rapport O/C (0,1). Ils
contiennent principalement des chaines hydrocarbonées et peu de structures cycliques
et aromatiques.
 Le kérogène de type II : l’origine de ces kérogènes est la biomasse
planctonique marine. Le rapport H/C est de l’ordre de 1,3 et le rapport O/C (0,15). Les
chaines alkyles linéaires sont moins longues et la présence de structures cycliques et
aromatiques est plus importante que dans le type I. il y a un sous type appelé type II-S
qui a la particularité d’avoir une teneur élevée en soufre (8-14%). ces kérogènes sont à
l’origine des pétroles bruts riches en soufre.
 Le kérogène de type III : ces kérogènes ont une origine végétale terrestre. Le
rapport H/C est de l’ordre de (0,7-0,9%) et O/C est de l’ordre de (0,3-0,4%). Ils
contiennent des structures aromatiques et des fonctions oxygénées. Ils sont moins
favorables à la génération de pétrole, mais ils donnent du gaz à grande profondeur.

Ces transformations se déroulent suivant 3 phases : la diagenèse, la catagenèse et la


métagenèse.

1. la diagenèse : c’est la 1ère phase de l’évolution de la m.o à la fin de laquelle le


kérogène est généré. La m.o subi une dégradation biochimique (action des bactéries
anaérobies), et des réactions d’hydrolyse et de condensation se produisent. Il y a
formation de méthane CH4 et réduction de l’oxygène. Le gaz formé à cette phase est
dit immature (méthane uniquement).
2. La catagenèse : à cette phase des réactions, principalement des réactions de
craquages thermiques ont lieu ; des HC liquides sont générés en grande partie, du gaz
humide ou condensât est également formé. Cette phase est dite mature ; c’est la fenêtre
de génération de l’huile (températures entre 65 ºC et 150 ºC).

8
3. La métagenèse : La température augmentant avec la profondeur, des réactions
hydrothermales se poursuivent (craquage, polymérisation, condensation, …). Du gaz
sec (méthane) est formé de façon abondante. C’est la phase sur-mature de la
transformation (températures au-dessus de 150 ºC).
A des températures très élevées, le kérogène produit un résidu carboné et ne peut plus
donner des HC.

Evolution de la matière organique

Les hydrocarbures sont générés dans des roches sédimentaires appelées roches mères
ou roches sources. Ce sont en général des argiles (kaolinite, litite, montmoriollite,
glauconite), des marnes (argile et calcaires) ou des calcaires (dolomite, sidérite).

9
CHAPITRE 2 : DOMAINE D’APPLICATION DE L’INGENIERIE
Introduction
Par définition l’ingénierie est le domaine dans lequel la connaissance des sciences et
techniques est appliquée de façon à utiliser efficacement les matériaux et les forces de
la natures.
Avant le milieu du XIX siècle les grands travaux de constructions était généralement
confiés à des ingénieurs militaires. A la fin du XVIII siècle le génie civil à commencer
à s’intéresser aux domaines d’ingénierie dans la construction d’ouvrage d’art au
bénéfice de la collectivité au XIX siècle, la branche scientifique de l’ingénierie et
particulièrement le génie minier et pétrolier fut reconnu comme une branche de
l’ingénierie à part entière.
Les progrès techniques et technologiques du XIX siècle on élargie le domaine de
l’ingénierie à de grandes spécialités. L’ingénieur qui travaille dans l’un de ces
domaines doit posséder des connaissances larges et spécifiques, ainsi que l’ingénieur
chimiste qui conçoit les unités de forage doit également tenir compte de la conception
des structures. Il existe plusieurs domaines de l’ingénierie.
I/ Domaines aéronautique et aérospatiale
Le génie concerne la fabrication, l’entretient la conception les essais et l’utilisation des
aéronefs principalement et les hélicoptères pour les besoins tant civile que militaires. Il
exige une connaissance approfondi de l’aérodynamique des matériaux et de leurs
caractères, de la conception des structures des propulseurs (carbures réacteurs), de la
navigation. Les communications et d’autres domaines connexes au génie civil.
Le génie aérospatial est étroitement lié à l’aéronautique, mais concerne le vol des
engins dans l’espace au-delà de l’atmosphère terrestre.
Il étudie également les moteurs des fusées, les satellites artificiels et les navettes pour
l’espace.
II/ Domaines géologiques miniers et pétroliers

10
Cette branche de l’ingénierie comprend les activités de découvertes des gisements de
minerais et de pétrole, elle s’occupe de la récupération du traitement de la purification
et de la commercialisation des minéraux.

L’ingénieur des mines et du pétrole est formé en géologie, en minéralogie, en


paléontologie, en géophysique et en (EPH) exploration et production des
hydrocarbures. Il a pour tâche de localiser et de déterminer les modalités d’exploitation
des gisements de minerais de gaz naturels et de pétrole brut piégés dans le sous-sol.

Le tracé des cartes géologiques et des cartes iso-teneur constituant une partie
importante du travail de l’ingénieur mines et géologie. Ce dernier est également
compétent pour déterminer les structures géologiques qui se prêtent à l’implantation de
grands édifices tels que les barrages les ponts, les tunnels, les immeubles, les forages
pétroliers, et les rigs.

Aujourd’hui on nomme ingénieur de l’environnement les spécialistes attaché à la


détermination d’implantation de structures ou de site il étudie l’impact de ces
structures sur l’environnement.

III/ Domaines logistiques


Ce domaine s’attache à l’optimisation du transport du ravitaillement du stockage de la
distribution, de l’approvisionnement et de l’organisation du travail et de la production.

C’est un domaine particulièrement important par son incidence sur les couts et l’aspect
économique de la production. La sécurité de la main d’œuvre et l’optimisation des
processus de fabrication et de distribution.

IV/ Domaines maritimes


Les ingénieurs de construction naval on la responsabilité d’être en collaboration avec
les architectes et de la direction des chantiers de participer à la construction des
tankers. L’ingénieur de construction naval doit être familiant avec les multitudes
techniques de la construction navale moderne et avoir d’excellente base en science
appliquée.

- La mécanique des fluides

11
- Les maths de l’ingénieur
- Les physiques appliquées
- L’information

Qui ont une incidence directe sur son environnement. Le génie maritime est une
branche spécialisée du génie mécanique centré sur la conception et l’exploitation des
systèmes tant électrique que mécanique nécessaire à la construction, à la flottaison et à
la propulsion des navires.

Le génie maritime concerne donc la conception la fabrication et la mise au point des


groupes moteurs tels que les moteurs diesels et les turbines à gaz capable de fournir la
puissance nécessaire pour propulser un navire à la vitesse souhaitée. Lors de son étude
l’ingénieur en construction naval doit tenir compte de la masse de l’encombrement du
moteur et des réservoirs du carburant, ainsi que les couts prévisionnels du carburant et
du moteur.

V/ Domaines nucléaires
Cette branche de l’ingénierie concerne la conception et la construction des réacteurs
nucléaires et d’autres installations des centrales nucléaires. La production de
combustible ainsi que la fusion nucléaire, le traitement et le stockage radioactif
(uranium, thorium, strontium).

Le génie nucléaire concerne également la production commerciale d’électricité à partir


de l’énergie nucléaire. La mise en œuvre des radiations nucléaires pour générer des
changements chimiques et biologiques. Les ingénieurs nucléaires développent
également des méthodes afin de protéger les individus contre les radiations nocives et
la sécurisation des installations.

12
CHAPITRE 3 : SECTEUR ET PROFIL DE CARRIERE DE L’INGENIERIE
PETROLIERE
Introduction
Au cours de l’évolution de l’industrie pétrolière, divers domaines de spécialisation se
sont développés lié principalement au forage, à la production des hydrocarbures, à
l’étude des réservoirs et à la pétro-physique.

Dans chacun de ces domaines, les ingénieurs d’autres disciplines tels que la
mécanique, le génie civil, l’électricité, la géologie, la chimie sont intervenues et
apporte une contribution significative à l’évolution du secteur.

I) Les secteurs de l’ingénierie du pétrole


Les principaux secteurs de l’ingénierie du pétrole sont les suivants :

- Ingénierie de forage
- Ingénierie de la production
- Ingénierie d’évaluation et de simulation des réservoirs
- Ingénierie pétro-physique (géophysique pétrolière)
- Analyse des échantillons étude de laboratoire
- Procédé de raffinage transport stockage et distribution
1- Ingénierie du forage
Introduction
L’ingénierie du forage a été l’une des applications de la technologie au pratique des
gisements pétroliers. L’ingénieur de forage est responsable de la conception des
techniques de pénétration du sol, de la sélection des tubages (casing, tubing, liner,
packer) et des équipements de sécurité. Ces fonctions requières la connaissance de la
nature de la roches et des techniques disponibles pour forer et de contrôler les
réservoirs étant donné que le forage moderne requière l’organisation de tout un
ensemble de machine et de matériel, des investissements financier liés à la sécurité et

13
au bien-être des populations. L’ingénieur doit développer des qualités de supervisions
de gestions et de négociations.
Les puits hydrocarbures sont des ouvrages destinés l’exploitation de Bassin
sédimentaire. Ces puits peuvent être utilisés pour évaluer les hydrocarbures, ils
peuvent atteindre des dizaines de milliers de km de profondeur.
Il existe plusieurs types de forage pétroliers :
- Puits verticaux : essentiellement consacre à la production et à la recherche
- Puits inclinés (dirigé ou déviés) : consacré à la production
- Puits horizontaux : pour accroitre la productivité
Tous les puits sont équipés de tube en acier de façon classique et standard, le
programme de tubage est le suivant :
Programme de casing : 36 *26*17 1/2 *
Programme des outils :
Programme de tubings :
A- Objectif de la conception d’un puits
La plupart du temps, il est difficile d’atteindre les objectifs à cause des contraintes
géologiques économiques et technologiques :
- La sécurité du personnel
La sécurité des personnes et de l’environnement doit être la plus grande priorité dans
la conception d’un puits et prévaloir sur tous les autres aspects. Le 1er objectif est donc
de faire le puits dans les meilleures conditions de sécurité et dans les meilleurs délais.
- Le cout minimal
Le cout du puits doit être le plus bas possible mais non au détriment de la sécurité.
- Ouvrage utilisable
Le forage n’en serait pas un s’il ne peut remplir satisfaction c’est-à-dire extraire ou
produire des hydrocarbures sans endommager le réservoir et l’environnement, en
tenant compte de la sécurité du personnel, du cout minimal, l’ingénieur doit réaliser un
ouvrage capable de récupérer le max d’hydrocarbure du réservoir.
B- Catégories de puits
- Puits d’exploitation

14
Ce réalise le plus souvent dans une zone géologiquement inconnue ou connu. Le site
du puits est choisi sur la base des études géophysiques dans ce cas il n’existe pas de
forage dans le prospect d’identifier.
- Puits de délimitation
Ils servent à délimiter les frontières des réservoirs pétroliers.
- Puits de productions
Ils servent à extraire les hydrocarbures du gisement.
- Puits de régénération
Ils servent à approfondir un puits déjà foré ou à le dévier ce type de puits permet de
nettoyer un puits en production.
C- Les étapes de la conception d’un puits
- Plan de développement
- Documentation (PETROCI)
- L’analyse des pressions (à partir des gradients géothermique et des fracturations)
- Le choix des sabots (casings)
- On établit la géométrie du puits
- La conception de la complétion (définir la qualité des tubes utilisés)
- La conception de la cimentation (ciment de type G)
- La conception des outils de forages
- La conception de la courbe d’avancement du forage

temps en jour
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
0 500 1000 1500 2000 2500 3000

15
2- Ingénierie de production
Introduction
Le travail de l’ingénieur produit commence dès la phase de complétion lorsqu’il s’agit
de décider des intervalles de production et de conclure des accords pour divers
accessoires (outils équipements) son travail consiste à contrôler et à mesurer les fluides
produits pétrole brut gaz et eau, il consiste à installer un système de réseau collecteur
et le stockage des produits bruts.

Il livre le pétrole brut et les gaz aux entreprises d’exploitation par des oléoducs et des
gazoducs.

L’ingénieur de production est chargé également de la prévention de la corrosion des


équipements du puits et du traitement des formations pour stimuler les productions.

Comme dans tous secteurs de l’industrie pétrolières, l’ingénieur production ne peut pas
s’isoler des problèmes de traitement qui peuvent survenir des profondeurs ou en
surface.

Process de production

Le procède de traitement est le système mis en place pour le traitement des


hydrocarbures en vue de les mettre en conformité avec les spécifications définit dans le
contrat de ventes.

La conception d’un Process de production fait appel à un ensemble de connaissance


plurie-disciplinaire ; tel que la chimie la mécanique, l’énergétique, l’informatique, etc.

Huile

Gaz

16
CHAPITRE V : LE PROFIL DE CARRIERE DE L’INGENIEUR PETROLE

Introduction

Quel est le point commun entre le rouge à lèvres, le goudron, un boîtier de CD, des
Médicaments, le carburant pour nos voitures, des couches culottes ou du chewing-
gum… ?
Le pétrole ! Le pétrole est non seulement notre principale source d’énergie, mais il a
révolutionné l’industrie, les transports et le confort domestique. Trente ans après le
premier choc pétrolier, la consommation énergétique mondiale est immense et ne
semble pas devoir diminuer. Aujourd’hui, près de la moitié des besoins mondiaux en
énergie sont couverts par le pétrole et le gaz. Mais, pour cela, il faut le débusquer et
l’extraire du sous-sol où il s’est formé.
Les cinq premières compagnies pétrolières mondiales sont : EXXON MOBIL, BP,
SHELL, TOTAL, CHEVRON.

I / LES ACTEURS DU SECTEUR PETROLIERS

Les compagnies pétrolières sont des multinationales. De nombreuses entreprises


gravitent autour de ces grands groupes. Elles réalisent des travaux d’étude et de
construction nécessaires à l’exploitation des gisements : recherche, ingénierie,
construction de plates-formes… Parmi les plus connues, on peut citer :
Schlumberger, Technip, Saipem,

Citons aussi les instituts de recherche qui sont souvent des centres de formation. Le
plus connu en France est l’IFP (Institut français du pétrole). Il existe aussi des petites
compagnies pétrolières indépendantes. Sans oublier l’OPEP (Organisation des pays
exportateurs de pétrole), acteur majeur du monde du pétrole, ou l’AIE (Agence
internationale de l’énergie).

II / LES ACTIVITES DU SECTEUR PETROLIER

17
A- Exploration et Production

Tous le long de son voyage depuis la roche mère (exploration- production) jusqu’
aux produits les plus élaborés (raffinage distribution et pétrochimie), le pétrole est
suivi et contrôlé par différents métiers.

1- Les activités
De la recherche à la production les différentes activités majeures sont :
a) La recherche

Pour savoir où se nichent les réservoirs de pétrole, il faut explorer le sous-sol.


En mer, on utilise des bateaux sismiques.
Sur terre, des camions vibrateurs permettent de réaliser ‘’une échographie’’ du sous-
sol.
b) Le forage

Il existe différents types d’appareils de forage. En mer, chacun est adapté à une
profondeur d’eau (qui peut aller jusqu’à plus de 3500 mètres). Les plates-formes sont
utilisées aussi bien pour le forage que pour la production des hydrocarbures et la
séparation du pétrole, du gaz et de l’eau.
c) Le transport

De nombreux kilomètres séparent l’endroit où sont produits ces hydrocarbures de leur


site de consommation. Le pétrole et le gaz peuvent être transportés dans les pipelines
terrestres ou sous-marins (gazoducs ou oléoducs) mais aussi dans des navires citernes.
La capacité d’un navire pétrolier, par exemple, peut atteindre 400 000 tonnes.

18
Fig. 1 : activités de l’exploration à la production

2- Les métiers de l’exploration à la production


a) Géologue

Les géologues déterminent où pourraient se situer des gisements de pétrole et de


gaz, se sont :
- Les géologues d’exploration : doivent chercher de nouveaux sites de forage.
- Les géologues d’opération : travaillent directement sur les forages géologiques
d’exploration, ils prélèvent des roches et des fluides, participent au suivi et à
l’identification des réservoirs d’hydrocarbures.
- Les géologues de gisement : prennent en compte les données enregistrées ou
analysées par leurs collègues sur les champs découverts pour établir des modèles
géologiques et décrire les caractéristiques du réservoir pétrolier.

Quelle que soit la spécialité, l’informatique est un outil incontournable de la


géologie et les géologues transcrivent leurs observations de terrain sur des
logiciels spécifiques du métier.

b) Géophysicien

Le géophysicien poursuit le travail du géologue : à l’aide d’ondes sismiques, il


réalise une échographie du sous-sol. Le géophysicien peut travailler sur le terrain, c’est
le cas des géophysiciens d’exploration qui recueillent les données ou du
géophysicien «interprétateur» lorsqu’il interprète ces résultats. Il peut aussi travailler
dans un bureau avec des logiciels, c’est le cas du géophysicien de traitement.

c) Ingénieur forage

Cet ingénieur prépare les programmes de forage et suit les opérations de réalisation
des puits en contrôlant les coûts, tout en respectant strictement les normes de
sécurité et l’environnement.

d) Ingénieur réservoir

19
Un gisement de pétrole vient d’être découvert. C’est au tour de l’ingénieur réservoir
d’intervenir. Il doit en quelque sorte « évaluer » ce qui se passe au fond.
Quels sont les réserves et les potentiels de production de ce gisement ?
Quels moyens techniques sont à déployer pour récupérer le maximum de pétrole ?
Telles sont les questions auxquelles doit répondre cet ingénieur

e) Ingénieur installations pétrolières

Cet ingénieur conçoit les installations qui vont permettre de traiter et de transporter
le pétrole et le gaz.
Le pétrole qui remonte du puits de forage n’est pas pur, c’est un mélange d’huile, de
gaz et d’eau. Le rôle de l’ingénieur installations pétrolières est de concevoir des
installations de surface qui vont permettre de séparer ces trois corps avant d’acheminer
l’huile pure vers un tanker ou une raffinerie.

f) Ingénieur énergies renouvelables

Études, dossiers de demandes d’autorisations, aspects commerciaux, communication


un ingénieur énergies renouvelables coordonne la préparation de toutes les étapes
préalables à la réalisation d’un projet.

B- Raffinage et distribution

L’essence et le gazole qu’on met dans le réservoir de la voiture, cela vient du


pétrole. Mais on n’utilise jamais du pétrole brut directement. Il doit être purifié et
transformé dans des raffineries que des ingénieurs et des opérateurs font fonctionner
24 h sur 24.

1- Les activités
a) Stockage

Le gaz naturel liquide (GNL) est stocké dans des réservoirs, prêt à être injecté par
pompage dans le réseau de gazoducs pour un usage industriel ou domestique. Le
pétrole brut, avant d’être raffiné, est d’abord stocké dans des réservoirs de grande
capacité.

20
b) Raffinage

Le pétrole brut n’est pas utilisable en l’état, il doit être raffiné pour donner ensuite
naissance à des carburants pour automobiles ou pour avions. Et aussi des fiouls,
bitumes, lubrifiants ou encore des produits pour la pétrochimie.

c) Transformation

Issu du raffinage, le naphta, permet, grâce à la pétrochimie, de fabriquer des produits


aussi différents que du rouge à lèvres, des chewing-gums, des couches culottes, des
cédéroms, des plastiques...

Fig. 2 : Les activités du raffinage à la distribution

2- Les métiers du raffinage à la distribution


a) Opérateur extérieur

Au sein d’une raffinerie, l’opérateur extérieur fait fonctionner et surveille une unité
de production. Son lieu de travail ? La raffinerie. Sa mission ? Faire fonctionner une
unité de production et en assurer la surveillance afin que tout se passe bien.

b) Ingénieur process aval

Il assure le suivi technique de plusieurs unités de raffinerie et participe au


développement de nouveaux projets. L’ingénieur procédé a en charge plusieurs unités
de raffinerie dont il assure le suivi technique. Il travaille pour cela en collaboration
avec les exploitants des raffineries.

c) Gérant de station-service

21
Le gérant de station-service ne vend pas que du carburant, c’est un véritable
chef d’entreprise qui doit offrir de nombreux services.

d) Chef de secteur (maintenance/réseau)

Le chef de secteur a la responsabilité de plusieurs stations-service sur une zone


géographique donnée. Certains sont spécialisés dans les problèmes techniques
(chef de secteur maintenance), d’autres sont des commerciaux (chef de secteur
réseau).

Le chef de secteur maintenance assure la maintenance et la sécurité des stations-


service dont il a la charge.

Le chef de secteur réseau suit et soutient les gérants des stations-service dans toutes
leurs activités.

e) Ingénieur technico-commercial

Un grand groupe pétrolier propose un éventail de plusieurs milliers de


produits pétroliers et dérivés : des essences, des cires, des paraffines, des
lubrifiants, des solvants, du fioul, du bitume, etc.

Le rôle de l’ingénieur technico-commercial est de conseiller les clients et de leur


assurer un appui technique afin de vendre les produits.

f) Avitailleur

On l’appelle parfois le pompiste du ciel l’avitailleur réceptionne le carburant, le


distribue aux avions lors de leur escale et s’occupe du contrôle qualité. Il se rend
ensuite sur la piste avec son camion avitailleur pour réapprovisionner l’appareil en
kérosène par le biais d’un camion « oléo serveur ».

g) Ingénieur process usine

Cet ingénieur doit optimiser et améliorer le travail d’une usine afin de fabriquer
de meilleurs produits dans le respect des règles de l’environnement. Il cherche à
optimiser les procédés de fabrication, à réduire les coûts, à faire évoluer les produits et
à accroître les performances industrielles. Dans le secteur de la pétrochimie, par

22
exemple, cet ingénieur participe au développement de nouveaux produits, comme les
produits en polypropylène (plastique).

h) Ingénieur de recherche

Sa mission : optimiser l’activité mais aussi concevoir et développer de nouveaux


produits ou procédés.

i) Ingénieur assistance technique et développement

Développer de nouvelles molécules pour créer des produits nouveaux et assurer


l’assistance technique des usines sont les deux pôles d’activités de cet ingénieur.

Le métier d’ingénieur assistance technique et développement comprend deux pôles


distincts : en amont, cet ingénieur travaille en collaboration avec les chercheurs qui
développent de nouvelles molécules qui vont donner naissance à de nouveaux produits
de base. En aval, il assure une assistance technique aux clients qui consistent
principalement à accompagner l’introduction de ces nouveaux produits et les
problèmes qui peuvent survenir lors de leur première utilisation.

23
Conclusion

Les métiers au sein d’une compagnie pétrolière sont variés. Il y en a plus de 500.
Certains métiers sont techniques: géologues, ingénieurs forage, ingénieurs raffinage,
avitailleurs, logisticiens, des métiers commerciaux: traders, délégués commerciaux,
gérant de station-service, chef de produit. Mais d’autres sont des métiers supports:
financiers, informaticiens, ressources humaines, assistants, chargés de communication.

À l’exception d’une école spécialisée pour ce secteur, l’École nationale supérieure du


pétrole et des moteurs, il n’existe pas de diplôme spécifique au secteur pétrolier.
En revanche, de nombreuses disciplines et spécialités peuvent déboucher sur un
emploi dans ce secteur, du bac + 2 au diplôme d’ingénieur.

24
25
ANNEXE

EXPLORATION -PRODUCTION RAFFINAGE-DISTRIBUTION-PETROCHIMIE

Fig. 3 : L’ENSEMBLE DES ACTIVITES DU SECTEUR PETROLIER

26
27

Vous aimerez peut-être aussi