Vous êtes sur la page 1sur 100

1

50 événements de Khajwa Moinuddin Chisti French edition

Tombeau de Khajwa Moinuddin Chisti

Traduit par
FATIMA ATHER
2

Publié par

© FATIMA ATHER

Première publication 1442/2021

Tous les droits sont réservés. Aucune partie de cette


publication ne peut être reproduite ou stockée dans un
système de récupération, ou transmise sous quelque forme ou
par quelque moyen que ce soit, électronique ou autre, sans
l'autorisation écrite de l'éditeur.
3

A la louange du noble prophète Mohammed (que la paix soit


sur lui)

A Médine est la tombe du prophète, qui a visité par les anges


C'est tellement grave, il y a de l'excellence dans l'empyrée et
dans le ciel
4

Le tombeau du saint prophète à Médine

Y a-t-il une relation entre le désert de Médine et les jardins ?


Alors avec le bel air de Médine, on envie le jardin du paradis

Si la ville de Médine est en sécurité alors tout est en sécurité


Alors Allah la garde comme cause de la bénédiction

Madina est une telle cité-jardin qui est le décor de tous les
jardins
Les saisons des jardins du paradis sont dues à la Médina
5

En quittant Médine, donc pas besoin de visiter le jardin du


paradis
Comme c'est mieux que le paradis et c'est un paradis vivant sur
la terre

Pas nous mais Allah aimons aussi la ville du prophète Médine

L'amour de la ville de Médine est comme l'amour du prophète


et l'amour d'Allah

Le mendiant de cette porte est le roi du destin et des mondes


Le mendiant de cet endroit fait l'envie des rois

Celui qui est devenu riche là-bas donc son sort ne pouvait pas
savoir
Dans le prophète du jour de la résurrection, Ibrahim y trouvera
de l'aide

Oh, qu'Allah nous aide à atteindre la ville de Médine pour voir


comment c'est là-bas ?
6

Où est la miséricorde et il y a une bénédiction disponible


partout ?

Si l'on quitte Médine alors il ne trouvera pas la station du


paradis
S'il y a un amour de Médine alors il est garanti du ciel

Sur terre, il s'appelle Mohammed et Ahmed dans les cieux


Sa louange est dans le monde et aussi sa louange se trouve
dans les cieux

Il y a sa grande règle à Médine aussi il est un souverain des


cieux
Madina est la capitale et il est le grand souverain des deux
mondes

Quelle erreur avez-vous fait visiteur en quittant la ville de


Médine ?
Comme il est si paradisiaque et apprécié par les angles de
l'empyrée

Pourquoi ira-t-on au paradis en quittant la ville de Médine ?


7

Qu'est-ce que le paradis tel qu'il est gracieusement pour le bien


de la ville de Médine ?
8

À la louange de Hazrat Shaikh Abdul Quader

Tombe de Hazrat Shaikh Abdul Quader

Pour m'appeler à ta gentille porte oh Shah Ghouse Azam


Montrez-moi votre bon regard oh Shah Ghouse Azam
9

Pour améliorer ma condition bientôt oh Shah Ghouse Azam


Pour venir dans un rêve du serviteur oh Ghouse Azam

Pour le bien des âmes des martyrs oh Shah Ghouse Azam


Et montre ton visage de la sagesse oh Shah Ghouse Azam
Pour montrer ton visage alors que mon état est bas pour cette
chose
Dire cela avec beaucoup d'affection et dans un état
d'impuissance
Peeran Peer, Peeran et le Sultan et Dastagir du temps
Oh shah enlève ma difficulté dès que je m'inquiète beaucoup
Toutes les personnes pieuses mises à nu devant toi
Tout est dit dans l'état d'impuissance oh Shah Ghouse Azam
Avec ta grâce d'alléger nos poitrines et nos cœurs
Oh grand professeur de religion oh Shah Ghouse Azam
Le bateau dans la mer du chagrin tu es le seul épargnant pour
nous
Venez aider le bateau à atteindre le but oh Shah Ghouse Azam
Les vagues de la tempête du chagrin sont là de partout
Pour nous sauver bientôt de tels ennuis oh Shah Ghouse Azam
Il y a le souhait de Fatima de voir ta tombe à Bagdad
10

Pour appeler votre plus bas serviteur à Bagdad oh Ghouse


Azam

Le miracle de Hadrat Cheikh Abdul Quader Jilani (R.A.)

Mausolée de Hazrat Shaikh Abdul Quader Jilani R.A.


11

Hadrat Sheikh Abdul Quader Jilani (R.A.), est le chef de toutes


les personnes saintes comme le prophète Mohammed (que la
paix soit sur lui.) qui

est le chef du groupe de tous les prophètes d'Allah qui ont été
envoyés sur le monde. Ainsi, pour cette raison, il est appelé et il
est célèbre comme chef de tous les saints. Ses avantages
spirituels et les faveurs de ses miracles étaient disponibles dans
toute la période et même aujourd'hui se poursuivent et
jusqu'au jour du jugement, ces faveurs et avantages seront
disponibles pour l'humanité dans le monde. Parce que la faveur
et les avantages des personnes saintes sont disponibles
pendant la période de vie et qui seront également disponibles
dans le monde après leur disparition du monde. Allah le Très
Miséricordieux et le Tout Miséricordieux a gardé les personnes
saintes à chaque période de temps afin qu'il y ait des faveurs de
miracles et des avantages pour l'humanité.
Les personnes saintes en raison de la proximité d'Allah et de la
perfection dans l'obéissance du prophète d'Allah, elles étaient
loin des péchés. Allah leur a donné le statut le plus excellent
des personnes saintes de la nation du prophète Mohammed (la
paix soit sur lui) et la puissance divine d'Allah étant manifestée
par les personnes saintes
12

Donc pour obtenir la faveur et les avantages des personnes


saintesest en fait d'obtenir des faveurs et des avantages d'Allah
parce que leur dire, les actions sont selon les commandements
d'Allah et selon la pratique du dernier prophète d'Allah.
Hadrat Sheikh Abdul Quader Jilani (R.A.), et qui était le Qutub
(le plus haut cadre du pivot spirituel) de tous les temps en
faveur du miracle spirituel est disponible dans son dicton qui
est mentionné comme suit.

"Si la cachette de mon disciple sera ouverte et s'il sera là à l'Est,


et si je suis à l'Ouest, alors je la couvrirai."
De cette façon, ses disciples et dévots ont pu obtenir sa faveur
des miracles et des bienfaits des pouvoirs spirituels à tout
moment et à toujours. Et ils le considèrent comme un
manifeste de l'aide d'Allah et ainsi, pour cette raison, ils voient
sa faveur des miracles et des avantages de lui. Il y a une parole
du prophète, qui est la suivante.
« Si votre animal s'enfuit de vous, alors vous devriez appeler
comme oh peuple d'Allah aidez-moi.

Pour la renaissance de la religion de l'Islam, Hadrat Sheikh


Abdul Quader Jilani (RA), est une personnalité si énorme et un
grand leader et en raison de la bénédiction de sa main tout en
trouvant la religion de l'Islam en tant que patient dans la forme
exemplaire et donnée une nouvelle vie à elle et alors il devenait
célèbre et bien connu sous le titre de Mohiuddin.
13

1.Les onze principes de la chaîne soufie Naqshabandia


14

Mausolée de Hadrat Khaja Bahuddin Naqshaband

Les huit premiers principes sont de 'Abd ul-Khaliq Ghujduwani


(d. 1220). Les trois derniers principes ont été ajoutés par Baha
ad-din Naqshband (m. 1389).
1. Conscience dans la respiration/Conscience dans l'instant
(Hush dar dam)
15

"Chaque souffle qui est expiré de l'intérieur doit être expiré


avec conscience et présence d'esprit et afin que l'esprit ne
s'égare pas dans l'oubli."
Baha ad-din Naqshband a dit : « Le fondement de notre travail
est dans la respiration. Plus on est capable d'être conscient de
sa respiration, plus forte est sa vie intérieure. moment de son
inspiration et de son expiration et, en outre, de sauvegarder
son souffle dans l'intervalle entre l'inspiration et l'expiration. »
Au fur et à mesure que le chercheur s'occupe de l'exercice du
moment (c'est-à-dire se souvenir du souffle), il détourne son
attention du souvenir du passé et de la pensée du futur, et se
concentre sur chaque souffle jusqu'à ce qu'il soit expiré.
Sa'd ud-din Kashghari a ajouté: "Hush dar dam se déplace de
souffle en souffle donc il n'y a pas d'insouciance mais plutôt il y
a une présence, et à chaque respiration que nous prenons
devrait être le souvenir du Réel."
Cheikh Abdul Janab Najmuddin al-Kubra a dit dans son livre,
Fawatih al-Jamal : « Le dhikr (le souvenir de Dieu dans le
souffle) coule dans le corps de chaque créature vivante par la
nécessité de son souffle - même sans volonté - comme un signe
d'obéissance, qui fait partie de leur création. Par leur
respiration, le son de la lettre « Ha » du Nom Divin Allah est
émis à chaque expiration et inspiration et c'est un signe de
l'Essence Invisible servant à souligner l'Unicité de Dieu, il faut
donc être présent avec cette respiration,
16

afin de réaliser l'Essence du Créateur."


Le nom Allah, qui englobe les quatre-vingt-dix-neuf noms et
attributs, se compose de quatre lettres, Alif, Lam, Lam et Hah
(ALLAH). Les gens du soufisme disent que l'essence invisible
absolue d'Allah Exalté et Tout-Puissant est exprimée par la
dernière lettre voyellée par l'Alif, "Hah". Il représente le « He-
ness » Absolument Invisible du Dieu Exalté (Ghayb al-Huwiyya
al-Mutlaqa lillah 'azza wa jall) dans lequel le mystique perd son
identité séparée avec chaque « hah » dans son souffle.

Le premier Lam sert à l'identification (tacrif) et le second Lam


sert à l'accent (mubalagha).
On a longtemps pensé que l'âme était dans le souffle. "Pour les
premiers penseurs, l'âme était visualisée sensuellement comme
un corps-souffle." La conscience de la respiration nous rend
conscients de l'âme et du corps intérieur, du moi intérieur, qui
appartiennent à l'instant.
Sur le chemin du Khwajagan, la conscience dans la respiration
est un très grand principe. Ceux qui sont dans ce chemin
considèrent comme une grande transgression de devenir
inconscient du souffle.

2. Surveillez votre pas ! (Nazar bar qadam)


Dirigez-vous constamment vers le but.
17

Sa'd ud-din Kashghari a ajouté: "Regarder les marches signifie


que le chercheur qui va et vient regarde le dessus de ses pieds
et ainsi son attention n'est pas dispersée en regardant ce qu'il
ne devrait pas regarder." Lorsque l'attention du débutant est
attirée par des formes et des couleurs extérieures à lui-même,
son état de mémoire le quitte et est ruiné, et il est éloigné de
son objectif. C'est parce que le chercheur débutant n'a pas le
pouvoir du "souvenir du cœur", donc quand sa vue tombe sur
les choses, son cœur perd sa concentration et son esprit se
disperse.
Surveiller vos pas peut également faire référence à
l'observation des circonstances, sentir le b. Certains ont

dit que Nazar bar qadam est une expression qui fait référence à
la sagesse inhérente à sa disposition naturelle.
Fakhr ud-Din Kashifi a ajouté : « Nazar bar qadam fait peut-être
allusion aux chercheurs traversant les étapes de la rupture de
l'existence et de l'abandon de l'amour-propre.
De ces trois interprétations, la première se réfère à l'utilisation
par les débutants de cet aphorisme, la seconde se réfère à ceux
qui sont à mi-chemin sur la Voie, et la troisième aux Atteneurs.

3. Le voyage de retour (Safar dar watan)


Votre voyage est vers votre patrie. Rappelez-vous que vous
voyagez d'un monde d'illusion à un monde de réalité. Le
18

voyageur voyage du monde de la création au monde du


Créateur.
Le voyage de retour est la transformation qui fait sortir
l'homme de son état de rêve subjectif, afin qu'il puisse
accomplir sa destinée divine.
Extrait du Rashahat-i 'ayn al-hayat : « [Le voyage de retour se
réfère à] ce voyage que le chercheur effectue dans sa nature
humaine. En d'autres termes, voyager des qualités de
l'humanité vers les qualités angéliques, passer des qualités
louables." Cheikh Ahmad Sirhindi (d. 1624) a dit : « Cette
expression bénie [voyager dans la patrie] signifie voyager à
l'intérieur de soi. et bien que ce voyage [intérieur] puisse
également être trouvé dans d'autres tariqas [écoles de
soufisme], [dans celles-ci] il ne se trouve finalement qu'après le
« voyage à l'horizon » [se référant au Coran verset
(41 :53) : « Nous leur montrerons Nos signes sur les horizons et
en eux-mêmes jusqu'à ce qu'ils sachent qu'Il est le Réel »].
"Voyager sur les horizons", c'est voyager d'un endroit à l'autre.
Au début du voyage, cela peut signifier quitter la maison pour
trouver un guide ou un enseignant. Il arrivait aussi dans les
générations précédentes que lorsque le voyageur s'était établi
dans un lieu, s'y était habitué et s'était familiarisé avec son
peuple, il prenait
19

à voyager pour rompre avec les habitudes et le confort et se


couper de la renommée. Ils choisiraient le voyage pour vivre
une vidange complète.
C'est voyager à l'intérieur de soi, se regarder, s'examiner,
s'interroger sur ses réactions et comment elles agissent sur soi.
Cela reflète l'accent que le chemin Naqshbandi met sur les
états intérieurs, les étapes, les processus.
Soyez un résident extérieur et laissez votre cœur voyager.
Voyager sans jambes est le meilleur type de voyage.

4. Solitude dans la foule (Khalwat dar anjuman)


Il existe deux sortes de retraite. L'un est le genre extérieur dans
lequel le chercheur, loin des gens, s'assoit seul dans sa cellule
jusqu'à ce qu'il entre en contact avec le monde spirituel. Ce
résultat se produit parce que les sens externes se retirent et les
sens internes s'étendent aux signes du monde spirituel.
Le deuxième type de retraite est la retraite cachée, où le
chercheur est témoin intérieurement des secrets du Réel alors
qu'il est extérieurement entouré de gens. Khalwat dar anjuman
appartient à ce deuxième type de retraite : être extérieurement
avec les gens, intérieurement être avec Dieu.
Dans toutes vos activités extérieures, restez intérieurement
libre. Apprenez à ne pas vous identifier à quoi que ce soit.
20

Khwaja Awliya Kabir, l'un des députés de 'Abd ul-Khaliq


Ghujduwani, a expliqué le khalwat dar anjuman comme suit : la
place du marché sans entendre un mot.'"
Ils sont avec leur Seigneur et en même temps ils sont avec le
peuple. Comme le Prophète a dit : « J'ai deux côtés : l'un fait
face à mon Créateur et l'autre fait face à la création.
'Abd ul-Khaliq Ghujduwani lui-même était connu pour dire : «
Fermez la porte de la formalité du cheikh, ouvrez la porte de
l'amitié. Fermez la porte du khalwat (retraite solitaire) et

ouvre la porte du suhbat (la compagnie). » Baha ad-din


Naqshband dit à ce propos : « Notre chemin est la compagnie.
Dans la retraite [physique] vient la renommée et avec la
renommée vient la calamité. Notre bien-être réside dans
l'assemblée et sa compagnie, à condition que [l'auto-] négation
se trouve dans l'autre."
Lorsque Baha ad-din atteignit Hérat lors de son voyage vers la
Mecque, l'émir Hussein organisa une réunion en son honneur.
Lors de l'assemblée, l'émir lui a demandé : « Puisqu'avec votre
Présence il n'y a ni dhikr audible, ni voyage, ni audition de
musique et de poésie spéciales, quel est votre chemin ? Il
répondit : "Les paroles pures de la tribu de 'Abd ul-Khaliq
Ghujduwani, qui sont 'retraite dans la foule', et nous suivons
leur Voie." « Qu'est-ce que la retraite dans la foule ? demanda
l'émir. « Être extérieurement avec les gens tout en étant
intérieurement avec Dieu », a déclaré Naqshband.
21

L'émir a exprimé sa surprise et a demandé si cela était


réellement possible. Baha ad-din a répondu que si cela n'avait
pas été possible, Dieu le Très-Haut ne l'aurait pas indiqué dans
un verset coranique qui décrit ceux qui ne sont pas distraits du
souvenir de Dieu même lorsqu'ils sont sur la place du marché :
"Les hommes quion moment pour l'action, le bon moment pour
l'inaction et le bon moment pour la pauseni les affaires ni le
profit ne détournent le souvenir d'Allah" [24:37]. C'est la voie
de l'Ordre Naqshbandi.
Ahmad Faruqi Sirhindî, Mujaddid-i-alf-i-thani (le Rénovateur du
deuxième millénaire), a déclaré : « La retraite au sein de la
foule est dérivée du voyage dans la patrie car si voyager dans la
patrie est correctement accompli, alors retirez-vous dans la
foule se produira correctement. Le chercheur dans la diversité
de la foule voyage dans sa propre terre, et la diversité des
horizons ne trouve aucun chemin dans la cellule de méditation
de son moi intérieur. Ce trésor se manifestera avec difficulté au
début et sans difficulté à la fin. Et dans cette tariqa, c'est la
partie du début tandis que dans d'autres chemins c'est à la fin.
C'est parce que le trésor est dérivé du voyage à l'intérieur de
soi (avec la présence dans l'instant), qui est à la début de ce
chemin, tandis que le voyage sur les horizons a lieu
simultanément. C'est le contraire des autres chemins qui font
du voyage sur les horizons le début et le voyage à l'intérieur de
soi la fin.
22

Selon les mots d'al-Kharraz : « La perfection n'est pas dans les


démonstrations de pouvoirs miraculeux, mais la perfection
consiste à s'asseoir parmi les gens, vendre et acheter, se marier
et avoir des enfants ; et pourtant ne jamais quitter la présence
d'Allah, même un seul instant. »

Ceux doués d'une telle beauté sont rares en effet



dans ce monde.
5. Souvenir (Yad kard)
Concentration sur la Présence Divine.
Car le souvenir de Naqshbandiyya est pratiqué dans le silence
dhikr.Gardez Dieu, le Bien-Aimé, toujours dans votre cœur. Que
ta prière,
dhikr, sois la prière de ton cœur.

Selon Khwaja Ubaydullah Ahrar, "le vrai sens du dhikr est la


conscience intérieure de Dieu. Le but du dhikr est d'atteindre
cette conscience." Le but du dhikr est de garder son cœur et
son attention entièrement concentrés sur l'Aimé dans l'amour
et la dévotion.
23

Le dhikr n'est pas seulement répété sous forme de mots, mais


est dans le cœur.
Le souvenir de la langue devient le souvenir du cœur. Abdu'l-
Qadir al-Gilani a dit : « Au premier stade, on récite le nom de
Dieu avec sa langue ; ensuite, lorsque le cœur devient vivant,
on récite intérieurement. Au début, on doit déclarer avec des
mots ce dont on se souvient. étape, le souvenir se répand dans
tout l'être, descendant jusqu'au cœur puis s'élevant jusqu'à
l'âme ; puis encore plus loin, il atteint le royaume des secrets ;
plus loin vers le caché ; jusqu'au plus caché des cachés. »
6. Retour (de distraction), Retour (Baz gasht)
Voyage à sens unique. Le retour à Dieu. Poursuite résolue de la
vérité divine.

Cela signifie bannir et dissiper toute pensée, bonne ou


mauvaise, qui vient involontairement à l'esprit pendant le
dhikr. Lors de l'exécution du souvenir, le cœur est requis pour
atteindre le contentement calme de : « Oh Allah, mon but est
vous et votre bon plaisir ; ce n'est rien d'autre ! Tant qu'il reste
de la place dans le cœur pour d'autres intérêts, un tel
contentement calme ne peut prendre forme et le souvenir ne
peut pas être authentique. Même si cela

la tranquillité ne peut être atteinte au départ, il ne faut pas


abandonner le souvenir, et il faut persister dans son exécution
jusqu'à ce que ce sentiment soit acquis.
24

La signification de baz gasht est le retour à Allah Exalté et Tout-


Puissant en montrant une soumission et une soumission
complètes à Sa Volonté, et une humilité complète en Lui
donnant toutes les louanges qui lui sont dues. La raison,
mentionnée par le Saint Prophète dans son invocation, ma
dhakarnaka haqqa dhikrika ya Madhkar (« Nous ne nous
sommes pas souvenus de toi comme tu mérites qu'on se
souvienne de toi, ô Allah »), est que le chercheur ne peut pas
venir en présence d'Allah dans son dhikr, et ne peut pas
manifester les secrets et les attributs d'Allah dans son dhikr, s'il
ne fait pas de dhikr avec le soutien d'Allah et avec le souvenir
d'Allah de lui. Comme Bayazid Bistami (d. 874) l'a dit : « Quand
j'ai atteint

Lui, j'ai vu que son souvenir de moi précédait mon souvenir de


lui. Le chercheur ne peut pas faire le dhikr par lui-même.
Il doit reconnaître qu'Allah est celui qui fait le dhikr à travers
Lui.

« Bien-aimé, vous et votre approbation êtes mon but et mon


désir. » Cette attitude débarrassera l'un des pensées impures et
des distractions. Il se rapporte à la voie d'absorption. Un soufi
craignait de ne pas être sincère et avait honte. Alors son cheikh
l'a emmené chez un soufi qui était sur le chemin de
l'absorption, et ce cheikh lui a dit que l'absorption, pas le fait de
25

couper les cheveux en quatre, le libérerait de son problème. Le


voyageur s'est rendu compte que dans son souci de sa
malhonnêteté et de sa honte, de ses désirs et de ses besoins, il
s'était concentré sur lui-même, se séparant de son Bien-Aimé.

Selon Khwaja Ahrar, le dicton « retour » signifie que nous avons


en nous le but de nos efforts. Les graines de la transformation
sont semées en nous d'en haut et nous devons les chérir au-
dessus de toutes nos possessions.
7. L'attention (Nigah dasht)
Luttez contre toutes les pensées extraterrestres. Soyez toujours
attentif à ce que vous pensez et faites, afin de pouvoir mettre
l'empreinte de votre immortalité sur chaque incident et chaque
instance de votre vie quotidienne.
Soyez vigilant. Être conscientde ce qui attire votre attention.
Apprenez à détourner votre attention des objets indésirables.
C'est aussi

exprimé comme "être vigilant dans la pensée et se souvenir de


vous-même."
Nigah signifie vue. Cela signifie que le chercheur doit surveiller
son cœur et le protéger en empêchant les mauvaises pensées
d'entrer. Les mauvais penchants empêchent le cœur de se
joindre au Divin.
26

Il est reconnu dans la Naqshbandiyya que pour un chercheur,


protéger son cœur des mauvais penchants pendant quinze
minutes est une grande réussite. Pour cela, il serait considéré
comme un vrai soufi. Le soufisme est le pouvoir de protéger le
cœur des mauvaises pensées et de le protéger des faibles
inclinations. Celui qui accomplit ces deux buts connaîtra son
cœur, et celui qui connaît son cœur connaîtra son Seigneur. Le
Saint Prophète a dit : « Quiconque se connaît connaît son
Seigneur.

Sa'd ud-Din Kashgari a déclaré : « Le chercheur doit, pendant


une heure ou deux ou tout ce dont il est capable, s'accrocher à
son esprit et empêcher les pensées d'autre [que Dieu] d'entrer.
Une autre description du Munahej ul-Sair dit que : « [Nigah
dasht est la] garde de la conscience et de la présence spéciales
qui ont résulté du noble dhikr, de sorte que le souvenir de quoi
que ce soit d'autre que le Réel ne trouve son chemin dans le
pensée du coeur."
D'autres encore ont écrit que nigah dasht s'applique également
au temps du dhikr lui-même : "Nigah dasht est quand le
chercheur au moment du dhikr tient son cœur/esprit sur la
signification de LA ILAHA ILLA 'LLAH afin que les pensées ne
trouvent pas l'entrée dans son cœur, car si les pensées sont
dans l'esprit, alors le résultat du dhikr, signifiant la présence du
cœur/de l'esprit, ne se manifestera pas." Il a également été dit :
"Nigah dasht est une expression signifiant la prévention de
27

l'apparition de la pensée au moment où l'on est occupé à


[répéter] la phrase parfumée [de LA ILAHA ILLA 'LLAH]."
Abdul Majid Il Khani a dit que le sens de préserver le
cœur/l'esprit des pensées entrantes est qu'ils perdent leur
emprise sur l'esprit. A ce propos, Khwaja Ubaydullah Ahrar a dit
: "Le sens de la préservation de l'esprit [des pensées] n'est pas
que le chercheur puisse éviter les pensées au début [de ses
tentatives], mais plutôt que les pensées ne perturbent pas
l'assistance et la présence [requise pour le dhikr]. [Les pensées]
peuvent être comparées à de la paille qui est tombée sur l'eau
en mouvement et pourtant l'eau n'est pas empêchée de suivre
son cours. 'Abd ul-Khaliq Ghujduwani a dit : l'esprit, mais plutôt

que parfois ils le font et parfois ils ne le font pas. » Sa


déclaration semble être soutenue par Khwaja 'Ala al-Din
al-'Attar qui a rapporté : « Réussir avec des pensées est difficile,
voire impossible. J'ai préservé mon cœur pendant vingt ans des
pensées, après quoi elles apparaissaient encore mais elles n'y
trouvaient alors aucune prise."

8. Souvenir continu / Invocation perpétuelle (Yad dasht)


Conscience constante de la présence de Dieu. "L'expérience
complète de la contemplation divine, réalisée par l'action de
l'amour objectif."
28

Ceux sur le chemin soutiennent que lorsque l'amour intérieur


est toujours présent dans nos relations avec le monde, alors on
a atteint cette pleine conscience.
C'est la dernière étape avant la fin de la transformation. Le
chercheur prend conscience que sa perte de « soi » sera
compensée par l'amour objectif. L'humiliation (l'abnégation de
soi) qui conduit à cette étape cesse de toucher le chercheur car
il découvre la joie illimitée que la Vérité apportera.
Yad dasht fait référence à la pérennité de la conscience du Réel
dans la voie du « goûter » (vivre dans la multiplicité de
l'illusion). Dans le Rashahat-i 'ain al-Hayyat, il est dit : « Certains
ont dit que c'est une perception/témoignage qui est la
domination du témoignage du Réel dans le cœur par l'amour
essentiel.
Ubaydullah Ahrar a déclaré : « Yad dasht est une expression
signifiant la durabilité de la conscience du Glorieux Réel. Il a
ajouté : « Cela signifie la présence [avec Dieu] sans
disparition ».
Concernant l'utilisation du terme pour la période du dhikr lui-
même, il a été dit : « Yad dasht est ce que le dhakir (personne
pratiquant le dhikr) pendant le dhikr maintient [pleinement le
sens de] la négation et l'affirmation dans son cœur en présence
des Nommés."
Khwaja Ubaydullah Ahrar a décrit les principes cinq à huit
comme se suivant de cette manière : « Yad kard (Souvenir) se
29

réfère au travail d'invocation/souvenir. la phrase parfumée du


dhikr le

chercheur suit cela dans son cœur avec "Dieu, tu es mon


véritable objectif!" et nigah dasht (Attention) est le maintien de
ce tournant [vers le Réel] sans paroles. Yad dasht (Souvenir)
signifie constance/fermeté dans [la tenue de] nigah dasht
(Attention)."

9. Conscience de son état d'esprit/temps (Wuquf-i-zamani)


Baha ad-din Naqshband a dit que cette conscience est le
créateur et le guide du disciple. C'est être attentif à son état
d'esprit à un instant donné et savoir s'il est une causee pour
avoir rendu grâce ou pour s'être repenti.

Cela signifie : Tenir compte de ses états temporels. Pour


distinguer la présence, huzur, de l'absence, ghaflat. Baha ad-din
a qualifié cela de « possession de soi » ou de « pleine
conscience ». Il a ajouté qu'il faut toujours être reconnaissant
quand on revient à un état de présence.
Dans wuquf-i-zaman, le chercheur reste constamment
conscient de ses états changeants. Baha ad-din Naqshband a
expliqué : « Wuquf-izamani est l'œuvre du voyageur sur le
Chemin : être attentif à son état, et savoir si c'est une cause de
30

remerciement ou de repentir, rendre grâce en se sentant


exaltation spirituelle, et de se repentir pendant la sécheresse
ou la contraction spirituelle."
Il a également déclaré: "Le fondement du travail du chercheur a
été établi dans la conscience du temps [exercice] comme
voyant à chaque instant si le percevant des respirations
[respire] avec présence ou avec oubli."
Maulana Yaqub Charkhi, dans son Explication des noms d'Allah,
a déclaré : « Khwaja [Naqshband] a indiqué que dans l'état de
qabz (contraction) on devrait demander le pardon de Dieu,
alors que dans l'état de liber (expansion) on devrait remercier.
Une observation attentive de ces deux états constitue wuquf-i-
zamani." Wuquf-izamani de la voie Naqshbandi est équivalent
au terme « mohasseba » (compte tenu de/observation
rapprochée) utilisé par d'autres soufis.
Jami, dans le Resalah-i-nuria, a dit : « Wuquf-i-zamani est un
terme signifiant la comptabilisation des fois où l'on passe dans
[un état de] dispersion (tafriqah) ou de rassemblement
(jam'iyyat).

10. Conscience du nombre (Wuquf-i-adadi)


Une expression signifiant l'observation du nombre de
répétitions individuelles du dhikr. Jami a déclaré: "Wuquf-i-
adadi est l'observation du nombre de dhikrs et de savoir si cette
[observation] donne des résultats ou non." Selon Baha ad-din
Naqshband, "L'observation du nombre de répétitions du dhikr
31

du cœur sert à rassembler les pensées/activité mentale qui


sont dispersées."
Selon Khwaja 'Ala al-Din al-'Attar, "L'important n'est pas le
nombre de répétitions mais plutôt le sang-froid et la conscience
avec lesquels on les fait."

Selon Baha ad-din Naqshband, cette prise de conscience est la


première étape d'entrée dans le monde spirituel.
Cela pourrait également signifier que pour les débutants, lire
sur les réalisations et les états de conscience démontrés par
ceux qui sont avancés dans cette pratique serait utile, car en
lisant sur l'état de proximité d'un autre, on acquiert une
certaine qualité d'inspiration intérieure.
Pour les disciples avancés, cette technique, qui facilite les
premières étapes d'acquisition de l'intuition intérieure et de
l'inspiration, apporte une conscience de l'unité de la diversité :

Cette diversité et cette prolifération sont tout sauf un spectacle,


l'Un se manifeste dans le tout.
La diversité, si vous regardez les yeux ouverts, n'est rien d'autre
que l'unité. Aucun doute pour nous, bien qu'il puisse y en avoir
dans certains esprits. Bien que l'apparence soit en nombre, la
substance n'en est qu'une.
(Il convient de noter que l'inspiration intérieure, cette
compréhension qui rapproche le pratiquant et les gens sur le
32

chemin des enseignements supérieurs, vient par la grâce divine


et n'est pas due aux découvertes de l'esprit. "La connaissance
vient de la grâce. La différence entre l'inspiration divine et
l'inspiration divine la connaissance est que la connaissance
divine vient en intériorisant la lumière de l'Essence et des
attributs divins, tandis que l'inspiration divine est acquise par la
réceptivité aux significations intérieures et aux types
d'instructions qui se manifestent chez le pratiquant.")

11. Conscience du cœur (Wuquf-i-qalbi)


Le cœur prend conscience de Dieu. Ceci marque l'éveil de
l'amour divin. L'individu prend conscience que son existence est
un obstacle à sa transformation finale et il ne craint plus de la
sacrifier car il voit par lui-même qu'il gagnera infiniment plus
qu'il ne perd.
Wuquf-i-qalbi a été décrit comme ayant deux significations.
L'une est que le cœur du chercheur au milieu du dhikr est
conscient et conscient du Réel. Sur ce point Khwaja Ubaydullah
Ahrar a dit : « Wuquf-i-qalbi est une expression signifiant un

la conscience et la présence du cœur envers le Très Haut Réel


sont ressenties de telle manière que le cœur n'a besoin de rien
d'autre que du Réel." Cette signification est similaire à celle de
yad dasht.
33

La conscience du cœur signifie le repos du cœur avec le Bien-


aimé, comme si rien ni personne d'autre n'existait.
L'autre sens est qu'il y a conscience du cœur lui-même. En
d'autres termes, le chercheur pendant le temps du dhikr est
attentif au cœur en forme de cône qui est le « siège de la
subtilité », et l'empêche de devenir inconscient pendant la
prononciation du dhikr.
Baha ad-din Naqshband ne considérait pas nécessaire de
retenir sa respiration pendant le dhikr comme cela se fait dans
certaines tariqas, même s'il considérait que cette pratique avait
ses avantages ; il ne considérait pas non plus comme essentiel
le wuquf-i-zamani et le wuquf-i-adadi (conscience du temps et
conscience du nombre). Mais selon la Qodsîyyah il considérait «
l'observance du wuquf-i-qalbi la plus importante et la
plusnécessaire car c'est le résumé et l'essence de l'intention du
dhikr."
Comme une future maman-oiseau, asseyez-vous avec attention
sur l'œuf de votre cœur, Car de cet œuf résulteront votre
ivresse, votre fou rire abandonné et votre union définitive.

Cette description des onze principes est compilée à partir d'un


certain nombre de sources, notamment :
· Introduction à la Qodsîyyah (Saintes paroles de Baha ad-din
34

Naqshband), édité et annoté par Ahmad


Tâhirî 'Irâqî. Téhéran, 1975.
· Molana Fakhreddin Vaaez Kashefi. Rashahat-i 'ayn al-hayat
(Ruines de la source de vie), Volume I, Nuryani Charitable
Foundation, Téhéran 1977.
· Hassan Shushud. Maîtres de Sagesse d'Asie Centrale,.
Moorcote, Yorkshire : Coombe Springs Press,
1983.
· J.G. Bennett. Les Maîtres de la Sagesse, Santa Fe, Nouveau-
Mexique : Bennett Books, 1995.

Quand Hazrat Shah Naqshband était un jeune homme, il est allé


à Makkahtul Mukarrama pour effectuer son pèlerinage
obligatoire. À son arrivée, il a été accueilli par Hazrat Khizr
(qu'Allah l'agrée), qui l'a béni avec ses enseignements et lui a
offert une nouvelle canne en cadeau. À Boukhara, cette canne
est devenue un bel arbre qui a ombragé la zone autour de la
tombe de Shah Naqshband pendant des centaines d'années.
35

50 événements de Hazrt Khaja Moinuddin Chisti


36

Tombe de Hazrat Khaja Moinuddin Chisti

Traduit par
FATIMA ATHE

Publié par
37

© FATIMA ATHER

Première publication 1441/2019

Tous les droits sont réservés. Aucune partie de cette


publication ne peut être reproduite ou stockée dans un
système de récupération, ou transmise sous quelque forme ou
par quelque moyen que ce soit, électronique ou autre, sans
l'autorisation écrite de l'éditeur.
38

Le verset Fateha (L'ouverture)

C'est difficile ta louange et caché tes vertus


Tu es visible là-bas et tu es en tout
Chaque particule, vous avez créé du début à la fin
Tu es Sustainer de ce mot et dans un autre monde
Tu es Seigneur des mondes et pardonneur des mondes
Vous êtes gentil et votre faveur est là pour toutes les personnes
Pour les personnes pieuses, tu es bon et miséricordieux envers
tous
Votre faveur et votre gentillesse sont là pour chacun d'eux
Vous êtes le propriétaire qui règle les actes en cas de décès
39

Dans tes bonnes mains, la peine et le prix sont là


Toute notre adoration est pour Toi. Oh Seigneur des deux
mondes
Tous les esclaves petits ou grands t'appartiennent depuis
l'origine
Pour nos besoins, votre personnalité est et doit pour nous
Tu donnes à tous ceux qui t'appellent car tu es une aide
Guide-nous droit chemin sur quel chemin qui s'en est allé

Avec tes grâces et je suis parti sur un tel chemin en effet


Mais il n'y aura pas de tel moyen, qui est ignoré par vous
Qui égare les personnes de telle manière à cause de votre
colère
Ceci est la prière de votre esclave et vous acceptez gentiment
la prière de l'appelant car vous êtes le propriétaire des 2
mondes

Eloge de Hazrat Khaja Moinuddin Chisti


40

Tombe de Hazrat Hazrat Khaja Moinuddin Chisti

Eloge de Hazrat Khaja Moinuddin Chisti

Oh Shah ta louange est très difficile et c'est une tâche difficile


Il ne peut donc pas être écrit car vos efforts sont très

Fatima a commencé le premier livre sur vos tâches et travaux


41

Et il est donné le titre comme les 50 événements de votre vie


sainte

Oh Shah grâce à ton aide et ta miséricorde rends-le célèbre


Pas dans le sous-continent mais dans tous les coins du monde

Fatima est ta vieille servante alors ne la rends pas vide


De la cour de justice et fais des faveurs ne l'ignore pas

Grâce à vos œuvres, vous êtes comme une étoile brillante dans
le ciel
Votre position est élevée et personne ne pouvait la trouver
avant

Enfin, Fatima demande la permission de quitter votre cour


Veuillez répondre à tous ses souhaits et à son grand livre sur
vous
FATIMA ATH

Préface
42

Dans ce livre, la traduction d'épisodes de l'édition ourdou du


livre "100 Waqat of Hazrat Moinuddin Chisti est ajoutée par
moi lors de sa traduction dans l'édition anglaise et ce livre est
bien connu et c'est un livre célèbre qui est écrit par
Mohammed Masood Quaderi et qui a écrit ce livre en langue
ourdou et qui est traduit par moi en anglais pour la première
fois. Et étant donné son titre de « 50 événements de Hazrat
Khaja Moinuddin Chisti ».
Ces épisodes ont été traduits par moi en anglais à partir de
l'ancien livre ci-dessus de la langue ourdou et dans lequel il
existe de grandes réalisations, ainsi que ses commandes et son
enseignement des étudiants de la voie mystique par
Hazrat Khaja Moinuddin Chisti dans la région de l'Ajamre et qui
ne sont pas encore connus des personnes générales et
spéciales sont ajoutés dans ce livre et qui sont disponibles dans
un style très intéressant donc, pour cette raison, les lecteurs
trouveront un grand intérêt et une grande attention dans cette
affaire.
En raison des faits et des détails ci-dessus, si les lecteurs
commencent à parcourir sa première page du livre et n'arrêtent
pas de lire jusqu'à ce qu'ils atteignent la dernière page de ce
livre comme certains événements intéressants et ainsi que
d'autres grands miracles et efforts du saint saint du monde
Hazrat Khaja Moinuddin Chisti » est ajouté dans ce livre et ce
saint saint est décédé du monde il y a plusieurs siècles et
années.
43

Même s'il s'agit d'un petit livre, mais en raison de son


importance, il est si grand en raison de la couverture de
nombreux événements intéressants et d'informations positives.
de grands efforts et de nombreuses tâches difficiles pour
l'enseignement et la propagation de la religion islamique et le
travail de l'Islam et il a été fait dans la région de Bagdad, donc
ce livre est génial et il présentera l'océan de connaissances pour
guider les gens vers le bon chemin de l'Islam.

Ecrire sur ce grand Saint et le grand maître spirituel n'est pas


seulement difficile et c'est une tâche très difficile car Hazrat
Junaid de Bagdad n'était pas seulement une grande
personnalité pieuse de son temps dans la région de Bagdadad
mais il était aussi un grand et célèbre maître spirituel donc, en
bref, il était une grande personne sainte d'Allah de son temps
dans la région d'Ajmer et dans d'autres parties de l'Inde.
Pendant longtemps, il était engagé dans des discours
religieux, des sermons et la formation spirituelle du peuple et il
a également fait de nombreux efforts pour le travail de
prédication et de propagation de l'Islam à Bagdad et dans cette
région, et il n'y avait pas non plus de telle personnalité pendant
son temps dans le monde.
.
44

Contenu
i.Préface……………………………………………….….………………..………....08
ii.Les onze principes de la voie soufie Naqshabandia……………..14
1.La relation avec Hazrat cheikh Abdul Quader Jilani ………………
13
2. La bénédiction des deux mondes……………………………….……..13
3. Récit du credo islamique dans le ventre de sa mère ……..….14
4. Allah lui a donné la richesse des deux mondes………….………14
5. L'effet de la formation des parents……..……………………….……14
45

introduction

Louange à Dieu qui a fait de l'amour la fondation du monde ;


Dieu Lui-même était le premier amant car Il aimait le Prophète
Muhammad. Louange au Prophète que Dieu a élevé de la
poussière de la terre à une grande dignité.

Le prophète de l'Islam a expliqué les ordres et les problèmes


de la religion islamique à ses compagnons et à partir d'eux, les
ordres et les problèmes de la religion islamique ont été
transmis à Taibin (Ceux qui l'ont vu mais n'ont pas cru en lui
jusqu'à son décès ne sont pas considérés ṣahābah mais
tābi'ūn.). Et de cet ordre et de ces problèmes ont été appris par
Tabih Taibin (successeurs du compagnon du saint prophète)
Lorsque la religion islamique est sortie des frontières de la
péninsule arabique, les efforts des prédicateurs de la religion
islamique ont été couronnés de succès. Après Tabiun, Taba
Tabiun a bien rempli ses fonctions dans cette affaire. Après
cela, ce devoir incombe aux savants islamiques, aux juristes,
aux imams (dirigeants) et aux exégèses du Coran. Les
personnes saintes d'Allah ainsi que les personnes pieuses. Et ils
n'ont fait preuve d'aucune négligence dans leurs devoirs. Et ils
ont montré le droit chemin à la nation musulmane.
46

Hazrat Khaja Moinuddin Chisti » fait également partie de ces


personnes érudites et saintes de génie et il a bien rempli ses
devoirs envers la nation musulmane. Et en vivant en sa
compagnie, plusieurs milliers d'étudiants de la réalité ont pu
atteindre leur destination.
Hazrat Khaja Moinuddin Chisti » est aussi le disciple d'une
chaîne spirituelle de Chistia. Et il était une personnalité bien
connue et célèbre pour son culte et son exercice mystique. Il a
une connaissance complète du manifeste au service de son
maître spirituel Hazrat Khaja Usman Haruni. Et quand il a
terminé la connaissance du manifeste, alors il est devenu son
disciple et ensuite il a commencé les étapes du mysticisme et il
a obtenu de lui la robe d'honneur et le califat. T
Hazrat Khaja Moinuddin Chisti a obtenu la faveur de ses
grandes et saintes personnes d'Allah Hazrat Khaja Usman
Haruni. Et à propos de ses disciples et disciples, ils étaient
plusieurs milliers et qui ont atteint le statut supérieur de la
sainteté.
Il y a beaucoup d'excellence et de qualité de Hazrat Khaja
Moinuddin Chisti et le but de compiler un livre de 50
événements de Khawja Nizamuddin Aulia » est celui de
connaître ses différents aspects de la biographie et d'agir sur
eux. Dans le dernier, il y a prier dans la cour d'Allah est
d'accepter les efforts de cette personne la plus basse. Qu'Allah
nous donne l'instruction divine pour devenir des musulmans
vrais et sincères. (Amen) FATIMA ATHER
47

1.La relation avec Hazrat cheikh Abdul Quader Jilani

En lisant le livre Sair Alaqtab, on sait que Hazrat Shaikh Abdul


Quader Jilani était le petit-fils de Hazrat Abdulla Hanbali et la
mère de Hazrat Khwaja Moinuddin Chisti Bibi Mahnoor qui était
la petite-fille de Hazrat Abdulla Hanbali. Le père de Hazrat
Shaikh Abdul Quader et le grand-père de Hazrat Khwaja
Moinuddin Chisti, cela signifie que le père de Bibi Mahnoor
était tous les deux de vrais frères. Et de cette relation mère de
Hazrat Khwaja Moinuddin Chisti qui était la sœur cousine de
Shaikh Abdul Quader Jilani. Et à partir de ce lien, Hazrat Khwaja
Moinuddin Chisti était le neveu de Shaikh Abdul Quader Jilani.
Mais cette tradition sauf dans le livre Sair Alaqtab dans d'autres
livres n'est pas trouvée.

2. La bénédiction des deux mondes

Hazrat Bibi Mahnoor, la mère de Hazrat Khwaja Moinuddin, a


déclaré que lorsque Moinuddin a été transféré dans mon
ventre de l'épine dorsale de son père, alors Allah Tout-Puissant
a ouvert la porte de la bénédiction et de la félicité et avec le
plaisir des deux mondes, ma maison étaitplein pour cette
raison. Et les ennemis sont devenus des amis. Jour après jour, le
respect et l'honneur ont commencé à augmenter de plus en
plus. Toutes les peines et les difficultés étaient terminées.
48

3. Récit du credo islamique dans le ventre de sa mère

Hazrat Bibi Mahnoor, la mère de Hazrat Khwaja Moinuddin, a


déclaré qu'« à l'époque où il y avait une âme dans le corps de
son fils, à partir de ce moment-là, il récitait le credo islamique
de minuit jusqu'au lever du soleil et elle avait l'habitude
d'entendre par elle. oreilles.

4. Il a reçu d'Allah la richesse des deux mondes

Hazrat Bibi Mahnoor, la mère de Hazrat Khwaja Moinuddin, a


déclaré que «quand il est né, ma maison était pleine de lumière
et on voyait dans chaque région proche et lointaine le groupe
d'anges. Après un certain temps, lorsque cette vue était loin de
ma vue, la terreur s'était imposée à moi. Et pendant ce temps, il
a été entendu un appel invisible dans lequel il était dit : « Bibi,
pourquoi vous inquiétez-vous dans cette affaire. C'était ma
lumière et dont j'étais comblé dans le cœur de ton fils. Et à lui,
j'ai reçu la richesse des deux mondes.

5. L'effet de la formation des parents


49

Lorsque Hazrat Khwaja Moinuddin a grandi à l'âge de 4-5 ans


qu'à l'époque à l'ombre de ses parents, il a commencé
l'éducation et la formation. Même si l'auteur d'une biographie
n'a pas écrit que les parents lui ont donné une éducation
primaire et l'ont formé. Mais il est connu par la sagesse que
comme son père qui était une personne savante célèbre et une
personne parfaite et bien connue. Ainsi, de la dignité d'une
personne aussi sainte, c'est loin de cette affaire que son fils sera
tenu à l'écart de son éducation et de sa formation primaires.
Les parents lui ont donné l'enseignement du Coran et des
bonnes manières au moins dans cette affaire. Il est manifeste
que l'ombre d'un si grand parent était là et qu'on lui donnera
une éducation et une formation, alors ce garçon aura de tels
progrès à l'avenir qui ne peuvent être décrits. Et grâce au
résultat d'une telle formation, il est devenu une personne
pieuse parfaite en peu de temps.

6. A la recherche de la paix et du confort


Quand Hazrat Moinuddin est venu au monde, à ce moment-
là, des scènes de drame sanglant étaient montrées sur l'écran
du monde. Au moment de sa naissance, la famille Saljuqi
régnait sur la région de Khurasan. Il y eut de nouvelles
difficultés sur le Sistan et ses environs en connaissant la
faiblesse du gouvernement et comme des groupes de criquets,
les troupes turques furent attaquées. Dans cette bataille, le
50

sultan de cet endroit a été tué. Dans la longueur et la largeur du


pays, il y avait la révolte, l'agitation et le désordre. Aux mains
des dacoits et des pillards, il n'y avait pas de richesses et de vies
sûres ainsi que le respect et l'honneur. En raison des
bouleversements, des problèmes et des difficultés de la
journée, Khaja Ghiasuddin a emballé ses biens et ses biens pour
son voyage ultérieur avec les membres de sa famille à la
recherche de paix et de confort vers Khorasan. La capitale du
Khurasan était Neshapur à cette époque. Hazrat Ghiasuddin
s'est installé dans cette région et pour la source légale de
revenus, il a acheté des jardins et un moulin à eau. Pour qu'il
puisse passer sa vie restante dans la paix et le confort. A cette
époque, l'âge de Hazrat était de sept ans.

7.La mort subite des parents

Après avoir atteint Neshapur Hazrat Ghiasuddin après une


période de quelques jours, il mourut à cet endroit. Hazrat
Khwaja Moinuddin est devenu orphelin plus jeune. Le linceul de
Hazrat Ghiasuddin n'est toujours pas devenu impur alors à ce
moment-là, la mère de Hazrat Moinuddin Bibi Maha Noor est
également décédée. Et de cette façon, il était loin de l'ombre de
l'amour de son père et aussi bien d'un amour de sa mère.

8. Regarder le jardin
51

Hazrat Syeda Bibi Noor a réparti les biens de son mari entre
ses fils. Hazrat Moinuddin a eu dans sa part une vigne et un
moulin à eau.
Hazrat Moinuddin a commencé à passer sa vie par la source de
revenus de la vigne et du moulin à eau. Après la révolution dans
le pays et à la mort des parents. Alors son cœur est devenu
bouleversé par le monde. Il passait la plupart du temps dans
son jardin. Il avait l'habitude de faire du jardinage, de nettoyer
et de s'occuper du travail des plantes. En outre, il avait
l'habitude de s'engager dans les travaux de coupe et de
plantation dans le jardin. Bref, de toutes les manières possibles,
il surveillait sa vigne et effectuait des travaux de préoccupation
dans le jardin. C'était son passe-temps favori dans le jardin. Et
quelle était sa source de revenus. Avec les revenus de ce jardin,
il passait sa vie. En tant que tel que son âge est devenu 15 ans.

9. Se noyer dans la mer des pensées


Khaja Moinuddin a mis son pas dans la période de la jeunesse
et là a commencé le mas sur ses lèvres. Il y avait donc des
signes prédominants de sa croissance sur son visage. En raison
des effets des événements, des conditions et des expériences
de l'enfance, il est devenu sérieux et sévère. Après le travail de
jardinage et de prière, quel que soit le temps qu'il aura passé
en se noyant dans la mer deles pensées. A cette époque, son
cœur s'est bouleversé du monde. Ses yeux de la réalité
52

cherchaient un chemin qui devrait l'atteindre à Allah. Il a


commencé à penser et à repenser ce qui le bouleversera et
s'inquiétera à ce sujet. Comme un voyageur perdu, il sera loin
de sa destination. Enfin, il a commencé à briller de l'étoile de sa
chance. Et Allah l'a aidé sous la forme de Majzub (un perdu
dans une condition divine).

10. Arrivée de Cheikh Ibrahim Qanduzi

Un jour, Hazrat Moinuddin Chisti arrosait ses plantes et ses


arbres dans son jardin selon sa pratique quotidienne. A cette
époque Cheikh Ibrahim Qanduze en errant ici et là, il était entré
dans le jardin. Il résidait dans la même habitation dans laquelle
se trouvait un jardin de Hazrat Moinuddin. Il s'est noyé dans
une telle condition de l'amour d'Allah et en raison de l'amour
de la réalité sur lui, il y aura une condition d'oubli. Les gens et
les garçons du village l'appelaient Majzub (un perdu dans la
méditation divine) et lui accordaient beaucoup de respect et
d'honneur. Quand il a été regardé Cheikh Ibrahim Qanduzi, il a
laissé tous ses travaux là-bas et il a été attentif à lui. Et il
s'avance vers lui, l'accueille et lui baise la main. Et avec
beaucoup de respect et d'honneur, il a été emmené à l'ombre
d'un arbre. A cette époque, il y avait une saison des raisins. Il a
été cueilli quelques grappes de raisins de lianes et a été
présenté à son service. Et lui-même était assis avec beaucoup
de respect et d'honneur devant lui sur ses deux jambes.
53

11.La connaissance de la coupe de vin des jeunes d'Allah

Cheikh Ibrahim Qandozi a aimé le style d'un hôte de Hazrat


Moinuddin et il a aussi beaucoup aimé ses manières. Hazrat
Shaikh Ibrahim Qanduzi est capable de savoir que ce garçon est
prometteur et qu'il cherche le chemin de la réalité.
Cheikh Ibrahim Qanduzi a sorti un morceau de tourteau et
mâché par les dents qu'il a mis dans sa bouche. Et ce morceau
de tourteau qui était comme la connaissance de la coupe de vin
de la jeunesse d'Allah. Et en le buvant, il régnait un état de
conscience de soi et tous les voiles ne restaient plus de sa vue.
Et il n'a été trouvé que la lumière dans ses yeux. Et le voile
n'était plus déployé et la passion de la surprise régnait sur son
cœur. Et les yeux se sont ouverts pour cette raison.
On ne peut pas dire pendant combien de temps il était dans
un tel état de surprise et il est devenu un miroir de surprise
dans cette affaire. Lorsqu'il revint dans un état normal alors
l'échanson du vin de la connaissance intime de Dieu était déjà
laissé de là au lieu de rencontre. Et le cœur était devenu
incontrôlable. En forçant l'habitude et en tenant le bord de la
chemise de la patience il était assis là.
Dans l'amour, la patience est une chose très difficile donc
pour cette raison et il n'y avait pas de paix et de confort
54

disponibles pour Hazrat Moinuddin. La vue qui lui a été


montrée par Cheikh Ibrahim Qandozi et pour avoir vu une telle
manifestation là l'a emporté sur la condition de folie pour cette
raison. Et pour lui le monde, richesse du monde, qui lui
semblait sans valeur et sans valeur. Dans son cœur, il y avait
une passion d'amour Allah qui s'est déchaînée et tout son cœur
s'est éclairci par la saleté du monde et il s'est libéré du monde.

12.Il a quitté son pays natal

En contournant le temps, sa folie et son inquiétude


augmentaient beaucoup avec lui. Après avoir bu du vin de la
connaissance intime de Dieu et après ses trois jours, il a été
vendu toutes ses propriétés et dépensé tout l'argent sur le
chemin d'Allah. Et en emportant avec lui un peu d'argent pour
ses frais de voyage et il a laissé l'amour de son pays natal, de
ses parents et amis.

13.La méthode de la quête de l'objet

Il y avait une méthode pour les vrais amoureux d'Allah et


d'abord ils franchissent les étapes de la voie manifeste. Puis en
contournant les dures actions des destinations, ils apprennent
55

alors la connaissance de l'intime. Ensuite, ils peuvent voir la vue


de la bien-aimée. Hazrat Khwaja Moinuddin Chishti a
également adopté cette méthode de la quête de l'objet.

14.Il a obtenu des connaissances dans les écoles de Boukhara

À cette époque, à la frontière du Turkestan à Samarqand et à


Boukhara, il y avait des écoles de renommée mondiale, et les
étudiants de l'est et de l'ouest en grand nombre venaient y être
admis et obtiendraient une éducation et une formation riches.
Hazrat Moinuddin s'est également rendu à Boukhara et à
Samarqand pour son éducation. En arrivant à Boukhara, il
commença à y acquérir des connaissances.
Même si aucun auteur n'a bougé sa plume sur l'éducation
précoce de Hazrat Moinuddin Chisti. Que ses parents lui ont
donné une éducation précoce à la maison. Mais Hazrat
Moinuddin qui appartient à la puissante famille du Khorasan et
grandit dans les genoux de la famille des parfaits saints et des
parents d'excellence de la personne comment Hazrat
Moinuddin restera sans éducation.? Après avoir étudié
attentivement dans le contexte des événements et conditions
de son temps on peut dire que si Khaja Sahib n'a pas pu obtenir
beaucoup de connaissances mais il a obtenu au moins une
connaissance minimale du Coran et de l'enseignement primaire
de l'époque. Ce n'est pas en pensant qu'il a mémorisé certaines
56

parties du saint Coran. Bref, avant d'arriver à Boukhara, Khaja


Sahib était connu pour lire et écrire.

15.Obtention d'excellence du turban par Moulana Husam


Uddin

Hazrat Moinuddin a rejoint les cercles de l'éducation des


personnes instruites et excellentes à Boukhara. En étudiant les
biographies du livre et Tadhkira (Tadhkirah, arabe pour «
mémorandum » ou « admonition », est fréquemment utilisé
comme partie du titre d'œuvres littéraires de la nature de
recueils ou de résumés faisant autorité. ) on sait que les détails
de ses centres d'études . Mais parmi son professeur Hazrat
Husam Uddin Bukhari qui est une personnalité très connue et
très importante de son temps. Et depuis son école, Khaja Sahib
a achevé la connaissance du manifeste.
À l'âge de 23 à 24 ans, après avoir achevé la connaissance du
manifeste, il a obtenu les choses nécessaires pour la
purification du cœur et la purification de l'esprit. Mais il n'y
avait pas une telle paix et un tel confort du cœur qu'il était
recherché et qu'il ne pouvait pas trouver par lui. Et il était un
désir dans son cœur et pour lequel il avait l'air si aimé par sa
pleine vue qui était encore loin de lui.
57

16. Il a rendu visite à Hazrat Najamuddin Kurbra

On dit que l'amour et le musc ne sont pas cachés. Le feu de


l'amour qui brûlait dans le corps et le cœur de Hazrat
Moinuddin et les vagues d'éducation qui ont augmenté ce feu
et il y avait une affection accrue de l'amour. Il y avait une
passion accrue pour l'amour dans cette affaire. Quand le
malaise a été atteint au niveau de la folie alors à ce moment-là
il allait en Irak. Et il a rencontré Hazrat Najam Uddin Kubra en
atteignant le village de Sanjan. Et il est resté avec lui pendant
une période de 15 jours là-bas.

17.La première rencontre avec Hazrat Shaikh Abdul Quader


Jilani

En partant de Sanjan Hazrat Moinuddin a été atteint à


Bagdad. À cette époque, Hazrat Shaikh, Abdul Quader Jilani
était disponible dans le village de prison. Et ce village était au
bord de la montagne Judi. A cet endroit, le navire du prophète
Noé (AS) après le déluge y fut arrêté. Il a été béni par la visite et
la compagnie de Hazrat Shaikh Abdul Quader Jilani. A cette
époque, son état était au niveau primaire. Et Hazrat Shaikh
Abdul Quader Jilani a été prié en sa faveur. Et il lui a été donné
la bonne nouvelle qu'il deviendra le leader du monde pendant
son temps. Et un grand nombre de personnes bénéficieront de
58

sa faveur. Il est resté avec lui pendant un certain temps puis il


revient du village de prison.

18. La compagnie de Hazrat Harun Usmani

Hazrat Moinuddin Chisti a commencé à chercher un maître


spirituel parfait dans les déserts, les montagnes, les collines et
les jungles, les villes et les villages jusqu'à ce qu'il soit atteint
dans le village de Harun.
Harun était un petit village et dans lequel Hazrat Husman
Harun y vivait. Et grâce à sa bénédiction, tout le village était
plein de félicité et de bénédiction et à cette époque, le village
Harun devint le centre des lumières du spiritisme. Il y avait un
ressort de la faveur de la connaissance intime de Dieu partout
dans le monde. Et Hazrat Moinuddin a vu dans les vagues pures
du printemps la même lumière qu'il a vue dans les miracles de
Hazrat Ibrahim Kunduz. D'un autre côté, en voyant les yeux de
Hazrat Moinuddin Chisti Shaikh du monde, Hazrat Usman
Haruni a vérifié les désirs et les souhaits de Hazrat Moinuddin
Chisti.

19. La félicité du gage


59

Dès que le désir de Hazrat Moinuddin est venu sur sa langue,


Hazrat Usman Haruni lui a donné une coupe de vin plein de
connaissance de Dieu. Et en le buvant, la couleur du miroir
rouillé du cœur a changé. Et il peut permettre de voir la
grandeur du voile mais par un verre de ce vin mais il n'y avait
pas de satisfaction à sa disposition.

Le gentil échanson du vin lui a également donné une


deuxième coupe de vin, puis tous les voiles d'aucune des
régions ne lui ont été retirés. En buvant cette coupe de vin
encore, sa soif était lui. Ensuite, l'échanson du magasin de vin
lui a donné une troisième coupe de vin. Et puis maintenant
pour lui, 18 000 mondes ont été éclairés pour lui et le parfait
cheikh du temps en raison de son action chimique a pu savoir
qu'il est un étudiant talentueux en tant que tel et qu'il peut,
grâce à son attention, devenir le soleil brillant de le monde.
C'est donc pour cette raison qu'il l'a ajouté au cercle de sa
dévotion.
20. "Moinuddin ton travail est terminé."

Khaja Moinuddin a raconté son événement de devenir un


disciple de Hazrat Khwaja Usman Haruni que « Par la grâce
d'Allah qui est le Seigneur de toutes les créations et ce Fakir
(Darwesh) des humbles
et position très humble et bienveillant Moinuddin Hasan Sanjari
a pu obtenir la richesse des baisers
60

du grand Cheikh Khaja Usman Haruni dans la mosquée de


Hadrat Junaid de Bagdad et àà cette époque, des machaiq
(savants) respectables y étaient présents au service du cheikh.
Quand j'ai posé ma tête sur la terre, Cheikh m'a dit de prier
deux Rakats (un Rakat = un ensemble de position debout,
génuflexion et prosternation dans la prière) de remerciement,
donc j'ai fait la prière. Puis Cheikh m'a demandé de m'asseoir
dans la direction de la Qibla (la direction dans laquelle les
musulmans se tournent dans la prière). Je me suis donc assis
selon les instructions du Cheikh. Puis Cheikh m'a demandé de
réciter le verset al-Baqra alors je l'ai récité. Le Cheikh m'a
demandé de réciter vingt et une fois « Subhan Allah. » Alors je
l'ai récité. Sur ce Cheikh s'est levé et a regardé le ciel et a dit en
me tenant la main qui est la suivante. Je l'ai emmené vers Allah
». Et après cela, il a été pris des ciseaux dans
la main et coupé quelques cheveux de ma tête et mis sur ma
tête les quatre extrémités du bonnet de dinde et m'a décerné
le
robe spéciale de chiffon à ce fidèle dévot du cheikh et le cheikh
m'a demandé de m'asseoir là alors je me suis assis là et il a dit "
Dans notre système de lignée, il y a la pratique de huit parties
d'effort est là donc vous devriez vous occuper ce soir et
aujourd'hui dans l'effort. Ainsi, selon les instructions de Sheikh,
j'ai passé une nuit et un jour dans cette entreprise et le
lendemain, j'ai rendu visite à Khaja Saheb et il m'a demandé de
m'asseoir là, alors je me suis assis là. Le cheikh m'a demandé de
réciter 1 000 fois la sourate (verset) Iqlas alors je l'ai récitée. On
61

a demandé au Cheikh de voir dans le ciel alors j'ai regardé le


ciel. On a donc demandé à Cheikh ce que j'avais été observé là-
bas. Alors je lui ai répondu que "Jusqu'au grand Arsh
(empyrean) tout est vu par moi." Ensuite, le cheikh m'a dit de
regarder la terre alors j'ai regardé la terre, puis on m'a
demandé "Ce que j'ai vu là-bas." Alors j'ai répondu: "Je pouvais
voir jusqu'au voile de la grandeur." On a demandé au Cheikh de
fermer mes yeux alors j'ai fermé les yeux, puis on m'a demandé
d'ouvrir les yeux. Quand j'ai ouvert les yeux, Cheikh m'a montré
deux doigts et m'a demandé ce que j'y voyais, puis je lui ai
répondu que "je pouvais y voir 18 000 sortes de créations
(Maqluq)". Quand j'ai répondu ceci, Cheikh m'a dit "Allez, votre
travail est orné". Il y avait une brique qui gisait là, alors il m'a
demandé de la renverser, alors j'ai fait de même et j'ai
découvert qu'il y avait un poing de dinars en or disponibles là-
bas, alors il m'a demandé de prendre la même et de la
distribuer aux pauvres en guise de charité. Quand j'ai distribué
les Dinars aux pauvres et que Cheikh m'a demandé d'y rester
quelques jours. Alors j'ai dit au Cheikh que « je suis un esclave
sincère et prêt à obéir à son ordre. "
21. Oh Allah pour accepter Moinuddin

Hazrat Khwaja Moinuddin Chisti a déclaré : « Il a vécu un


certain temps en compagnie de son maître spirituel. Ensuite, il
se rendait à La Mecque pour le pèlerinage du Hajj avec lui là-
bas. Quand il a été atteint au saint Harem alors il a attrapé le
couvercle de la Sainte Kaaba et il a été prié comme suit.
62

Kiswah (arabe, kiswat al-ka'bah) est le tissu qui recouvre la


Kaaba à La Mecque.

Le kiswa de 1910 couvrant la Kaaba à La Mecque

"Oh Allah d'accepter Moinuddin." Hazrat Khwaja


Moinuddin a déclaré qu'au même moment, il avait entendu un
appel invisible dans lequel il était dit que "Nous l'avons
accepté".
63

22. « Walaikum salam oh Qutub des personnes Mashaiq. »

Hazrat Khwaja Moinuddin a déclaré : « Après la félicité


d'avoir accompli le pèlerinage du Hajj avec mon maître
spirituel, j'étais présent dans le mausolée du saint prophète à
Médine. Et il m'a dit de présenter mon salam. Hazrat Khaja
Moinuddin a dit que lorsqu'il a présenté son salam au mausolée
du saint prophète, il y a eu une réponse qui est la suivante.
"Walaikum salam oh Qutub (Dans le soufisme, un Qutb est
l'être humain parfait, al-Insān al-Kāmil ('L'homme universel'),
qui dirige la hiérarchie sainte. Le Qutb est le chef spirituel soufi
qui a un lien divin avec Dieu et transmet des connaissances qui
le placent au centre ou dans l'axe du soufisme) des personnes
Mashaiq (savants).

23.Il a vu le prophète dans son rêve

Lorsque Hazrat Moinuddin a visité le mausolée du prophète


à Médine puis dans la même nuit il l'a vu dans le rêve et qui a
donné la sainteté de l'Inde et lui a donné l'ordre d'aller en Inde
pour l'enseignement et la prédication de la mission islamique .
64

24.Il a reçu la bénédiction de la chaîne soufie de Chistia

De cette façon, j'étais en voyage pendant une période de dix


ans avec Khaja Saheb. Après cela, Khaja Saheb est revenu à
Bagdad de son long voyage et il s'y est installé dans la solitude.
Après cela, j'ai commencé mon voyage de dix ans en prenant
une cruche à bec et en dormant, un chiffon sur la tête et à la fin
de la période ci-dessus du voyage, je suis revenu à Bagdad et je
m'y suis installé dans la solitude et j'y ai rencontré Khaja Saheb.
À ce moment-là, Cheikh m'a informé qu'il vivrait dans la
solitude et qu'il ne sortirait pas de sa ning) afin qu'il lui donne
des instructions sur le Faqar (l'indigence) afin qu'avec l'aide de
ses instructions il puisse adopter l'indigence. De plus, ces
instructions et conseils aideront ses disciples et ses disciples
après lui et avec ces paroles, on se souviendra toujours de lui.
Le sympathisant a suivi les instructions du cheikh à ce sujet et il
avait l'habitude de rendre visite au cheikh quotidiennement et
il avait l'habitude d'entendre tout ce que le cheikh lui disait et
de cette manière, tous ses propos et conseils étaient
enregistrés par moi. J'étais assis à Itikaf (Itikaf signifie être isolé
dans une mosquée ou à la maison avec l'intention de consacrer
uniquement votre temps à l'adoration d'Allah (SWT).) pendant
une période de 28 jours. Pendant cette période il m'a donné
l'enseignement de l'indigence et il m'a parlé des secrets et des
65

conseils mystiques. Puis il m'a donné sa robe spéciale de


sainteté. tapis de prière, sandales en bois et son bâton. Et
toutes ces choses sont mémorables pour vos pairs de la voie
mystique. Alors pour garder toutes ces choses avec beaucoup
de respect. Et après avoir donné toutes ces choses à toute
autre personne que vous jugez admissible. Ensuite, il m'a dit au
revoir et à ce moment-là, j'avais 52 ans.

25. Son service au maître spirituel

Hazrat Moinuddin Chisti a beaucoup d'amour pour son


maître spirituel, il sera donc attaché à lui comme son ombre.
Partout où il ira en prenant une cruche à bec et en dormant,
des vêtements et d'autres choses nécessaires comme une
bouteille d'eau et un tiffin sur ma tête. Partout où le maître
spirituel mettra son pied, j'y mettrai les yeux ouverts. Une
période de 20 années complètes que j'ai passées à son service
et à son obéissance. Et pendant cette période de temps, il a
appris Marafat (connaissance de Dieu) et la réalité. Et a pu
connaître les secrets cachés de Fakirs.
Hazrat Moinuddin a été au service de son maître spirituel
jour et nuit sans aucun repos ni arrêt. Et son but était le seul
service du maître spirituel et pour ce service et cette
obéissance, Hazrat Khaja Haruni lui a donné une telle grâce qui
ne peut être imaginable.
66

26. Hazrat Khaja Haruni lui a donné une telle grâce qui n'a pas
de limites

Hazrat Moinuddin Chisti a dit : « Il a vécu au service de son


maître spirituel pendant 20 ans et pendant cette période, je n'ai
pas donné de repos à l'âme même une seconde et j'ai pensé le
jour comme le jour et je ne pensais pas la nuit comme nuit mais
s'engager à son service. Partout où il ira en prenant une cruche
à bec et en dormant, des vêtements et d'autres choses
nécessaires comme une bouteille d'eau et un tiffin sur ma tête.
Partout où le maître spirituel mettra son pied, j'y mettrai les
yeux ouverts. Une période de 20 années complètes que j'ai
passées à son service et à son obéissance. Et pendant cette
période, il a appris Marafat et la réalité. Et a pu connaître les
secrets cachés de Fakirs.
Hazrat Moinuddin a été au service de son maître spirituel
jour et nuit sans aucun repos ni arrêt. Et son but était le seul
service du maître spirituel. Et pour ce service et cette
obéissance, Hazrat Khaja Haruni lui a donné une telle grâce qui
n'a pas de limites.
67

27. Rencontre avec Hazrat Saderuddin Sewastani

Après cela, il a dit « Une fois qu'il voyageait à Sewastan le long


de Khaja Haruni et trouva dans une hutte un Darwesh Sheikh
Saderuddin Mohammed Ahmed Sewastani et il était très
engagé dans l'adoration d'Allah et il était la personnalité pieuse
bien connue de l'époque là-bas. . J'étais en compagnie de la
personne pieuse pendant quelques jours. Chaque personne qui
visite la cabane ne partira pas sans rien. Il avait l'habitude de
donner aux personnes quelque chose de la source invisible et il
avait l'habitude de lui dire « Se souvenir du Darwesh et prier
pour sa foi (Iman). Si j'irai dans la tombe avec la sécurité de la
foi, alors ce sera la chose la plus importante pour moi. »
Ainsi, la personne pieuse lorsqu'elle entendra parler de
gravité et d'horreur de la tombe, alors elle frissonnera comme
une canne et il y aura un écoulement de sang de ses yeux
comme un jet d'eau. Après cela, il pleura pendant sept jours et
sept nuits en se tenant là et en regardant le ciel. En regardant
ses pleurs et en raison de l'effet de cette condition, nous avons
également commencé à pleurer là-bas. Après avoir fini de
pleurer, il était assis là et il s'est adressé à nous et il a dit " Oh:
chers, ceux qui vont affronter la mort et l'ennemi, cela signifie
que l'ange de la mort le poursuit et le jour du jugement arrive
pour lui que pour sa fantaisie et le rire et la gaieté ne sont pas
68

utiles pour lui et pour s'engager dans d'autres travaux et ainsi


cela ne lui conviendra pas mieux. "
Puis il a de nouveau dit : « Oh ! Mon Dieu, si vous savez un
peu de la condition de la personne décédée qui est sous la
garde de serpents et de fourmis et qui est dans la prison de la
terre, alors vous serez fini à cause de cette horreur et tu seras
fondu comme de l'eau en position debout.

Là-dessus, il a dit "Oh: chères personnes, il a vu une personne


pieuse à Bassora qui était très brésidence pendant un certain
temps, il devrait donc lui rendre visite au moment de la
chasteté (mi-morusier dans l'adoration d'Allah. Avec cette
personne, il est allé au cimetière là-bas. C'était un homme de
révélation. Nous nous sommes assis près d'une tombe là-bas.
Les anges infligeaient une punition sévère dans la tombe à la
personne. Lorsque la personne pieuse a vu cette punition, alors
il a fait un slogan et il a perdu connaissance et est tombé par
terre. Quand j'ai été approché près de lui et j'ai découvert qu'il
était mort là-bas et après un certain temps, il est devenu de
l'eau salée et il a disparu de là. L'état de peur qui prévalait sur
cette personne pieuse était si grand avec plein d'horreur et
donc je ne pouvais pas voir et trouver une telle peur et horreur.
Il a dit: «Il était absorbé dans un tel état en lui-même qu'il se
fondait en lui-même et après 30 ans, il parlait avec lui. Alors ma
chère personne, comme vous vous engagez beaucoup avec
l'humanité, alors pourquoi vous n'êtes pas engagé dans l'œuvre
de la sincérité d'Allah. Parce que pendant une telle période
69

d'engagement avec l'humanité, alors il sera éloigné de leur


travail d'obéissance à Allah car selon leur engagement, ils
seront éloignés d'Allah. Alors va et commence à te préparer aux
bonnes actions pour le voyage de l'autre monde. Comme un
jour il arrivera que nous devions quitter ce monde. Il est
possible que nous quittions ce monde. Là-dessus, il m'a donné
deux rendez-vous, puis il s'est mis activement à pleurer et puis
il s'est engagé dans le monde de la surprise.

28. La traversée de la rivière en récitant le verset


Fateha

Hazrat Moinuddin a dit qu'au cours du voyage avec le saint


maître spirituel, il a été atteint au bord de l'Euphrate et qu'il y a
eu une tempête dans la rivière. Je pensais comment traverser la
rivière.? Soudain, Hazrat Khaja Haruni a déclaré que
«Moinuddin a fermé les yeux. Et après un certain temps, le
maître spirituel m'a dit d'ouvrir les yeux. Quand j'ai ouvert les
yeux et que l'on a vu que nous avons traversé la rivière. Je lui ai
dit que "Votre honneur comment cela a été possible.?" Puis il a
dit qu'« il a été récité cinq fois le verset Fateha et est entré
dans la rivière en te prenant. »

29. La démonstration des miracles


70

Hazrat Khwaja Moinuddin a déclaré : « Pendant le voyage,


nous étions en compagnie de personnes darwesh. Il a été
convenu entre nous que tous les darwesh devraient divulguer
leurs miracles dans le lieu de réunion.

C'était l'assemblée des saints. Chacun d'eux a accepté de


montrer ses miracles. Ainsi Khwaja Usman Harooni (R.A) a
retourné son Musallah et a sorti quelques pièces d'or et les a
donnés à un Durvesh et lui a demandé d'apporter des bonbons
pour tous les présents. Shaikh Ohuddin Kirmani (R.A) a touché
un morceau de bois et il s'est transformé en or.
Lorsque Khwaja Usman Harooni (R.A) a insisté, Khwaja Gharib
Nawaz (R.A) a su par inspiration divine qu'une des personnes de
la présente assemblée a faim mais ne pouvait pas le dire aux
autres par modestie. Ainsi Khwaja Sahib (R.A) a sorti quatre
morceaux de pain d'orge et les a mis devant la personne.

30.Tout ce que vous obtiendrez, dépensez-le sur le


chemin d'Allah

Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a déclaré qu'il était en


voyage avec son maître spirituel. Il y avait un darwesh avec
nous pendant la période du voyage. En marchant, nous avons
atteint la place Oushi. Et nous avons rencontré Hazrat Shaikh
Bahauddin Oushi. Et il était une grande personne sainte et il
71

était parmi une personne réalisée d'Allah. Il y avait la pratique


habituelle dans le sanctuaire selon laquelle quiconque y vient
n'en sortira pas privé et vide. S'il n'y a pas de vêtements avec la
personne, alors il lui donnera des vêtements. Ensuite, à ce
moment-là, les vêtements lui viendront par le chemin invisible
dans le sanctuaire.
Nous sommes restés quelques jours avec lui. Un jour, alors
qu'il nous conseillait, il a dit que « Oh darwesh tout ce que vous
obtiendrez et il devrait être dépensé sur le chemin d'Allah. Et
n'accumulez pas de richesses. Et donnez de la nourriture aux
personnes d'Allah Tout-Puissant. Pour qu'il devienne parmi les
amis d'Allah.

31. La comptabilité du riche au jour du jugement


Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a dit que le cheikh
Alauddin Kirmani et moi étions en voyage à Médine avec notre
maître spirituel Hazrat Khaja Haruni et que nous devons
descendre à Damas. Il y a 12000 tombes des prophètes devant
la mosquée centrale de Damas. Ici, toutes les prières
demandées seront acceptées par Allah. Et les souhaits seront
exaucés.
Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a dit qu'ici nous avons
visité les tombes des prophètes et nous avons rencontré des
personnes. Un jour, nous sommes assis dans la mosquée
centrale. Il y avait des darwesh assis près de nous. Hazrat
72

Mohammed Arif a déclaré que « Le jour du jugement, il y aura


un compte rendu des personnes riches mais il n'y aura pas de
compte pour les personnes darwesh.
Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a déclaré qu'une seule
personne n'aimait pas cette affaire et qu'il était contrarié par
cette conversation. Et a commencé à discuter de cette
question. Et il a dit que " Dans quel livre est-il écrit. "
Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a dit que « Hazrat
Mohammed a oublié le nom de ce livre alors il faisait de la
méditation pendant un certain temps. puis il a été donné
l'ordre aux anges de montrer le livre dans lequel il a été écrit à
cette personne. Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a déclaré
que Hazrat Mohammed Arif a mis ce livre devant cette
personne. En voyant le livre cette personne a honte et a posé sa
tête sur les pieds de Mohammed Arif. Et lui a demandé
d'oublier son erreur dans cette affaire.

32.Vivre en compagnie de Cheikh Nasir Uddin

Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a déclaré qu'après avoir


obtenu la permission de son maître spirituel, il s'est rendu à
Bagdad. Et sur le chemin du village Qarqan, il a visité la tombe
de Hazrat Shaikh de Shaikhs Abul Hasan Qarqani. Puis de
Qarqan, il a été atteint Esterabad. A cette époque vivait une
personne sainte du temps et la personne d'Arif cheikh Nasir
Uddin. Et il était lié par des chaînes à Hazrat Bayazid Bustami. Il
73

a vécu longtemps en sa compagnie. Et a obtenu de lui la


lumière de la connaissance de Dieu. Et en marchant
d'Estarabad, il a été atteint à Ispahan. A cette époque, Ispahan
était la ville propre et belle de l'époque. Ici, il y avait le
sanctuaire disponible de Shaikh Ali Bin Ismail calife de Khaja
Junaid Baghdadi. Les gens avaient l'habitude de donner
beaucoup de respect et d'honneur au sanctuaire. Et les gens
avaient l'habitude de venir visiter le sanctuaire d'endroits
lointains. En arrivant à Esphan, il a été rendu visite à Hazrat
Shaikh Mahmood Esfahani.

33. Le premier disciple

Lorsque Hazrat Moinuddin était à Ispahan, à l'époque Hazrat


Bakhtiar Kaki était à Ispahan à la recherche du maître spirituel
parfait. Et il étudiait la révélation et les miracles de Hazrat
Shaikh Mahmood Esfahani et il pensait devenir son disciple.
Lorsque son regard tomba sur le cheikh de l'époque Hazrat
Moinuddin Chisti, il se fâcha et enfin, en s'engageant sur sa
main, il fut ajouté à son cercle de dévotion.

34.Séjour dans la ville de Hamdan et Tabriz


74

Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti lorsqu'il a quitté son


maître spirituel et est parti en voyage en Inde et en chemin, il
est resté à Ispahan. Puis d'Ispahan, il se rendit à Hamdan. Et où
il a rencontré Hazrat Yousuf Hamdani. Et il a obtenu la faveur
de lui et il a été atteint à Tabriz. Et il passa quelques jours en
compagnie de Cheikh Abu Saeed de Tabriz et y développa son
intérêt et son affection.

35. Iktefaf sur la tombe de Hazrat Abdul Quader Jilani

Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti est de nouveau arrivé à


Bagdad depuis Tabriz. Et à ce moment-là vivront des personnes
saintes célèbres et bien connues. À cette époque, Hazrat Abdul
Quader Jilani était exclu du monde. Hazrat Moinuddin a visité
sa tombe et il était à Itekaf (retraite à la mosquée pour la prière
continue) sur son mausolée et a obtenu une faveur et des
avantages spirituels.
Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti a rendu visite au cheikh
Karmani à Bagdad et avec le cheikh des cheikhs, Hazrat
Shahabuddin Umar Suharwardi, il a été rencontré et a eu de
nombreuses discussions sur des entretiens secrets.
75

36. chasser au moment de la famine

Hazrat Khawaja Moinuddin Chishti est allé à Balakh depuis


Bagdad, Badakhshan, Heerat et Sabazwar. À Balakh, il est resté
dans le sanctuaire de Hazrat Ahmed Khizervia.
C'était son habitude qu'il avait avec son arc et ses flèches, sa
bouteille de sel et ses plateaux. Quand il aura faim alors qu'il
chassait n'importe quel oiseau et manger sa chair et de cette
façon, il remplira son estomac.
A cette époque, il avait faim et quand la faim augmentait, il
sortait pour chasser. Puis il a obtenu un héron qu'il a chassé. Et
il l'a sacrifié et a été donné à son serviteur et il a été engagé
dans la prière.

37.Le premier miracle

Et de là, Khwaja Sahib est allé à Balq et où il y avait un Hakim


(philosophe) Ziauddin qui a un mauvais pressentiment avec la
connaissance du soufisme et il avait l'habitude de dire que la
connaissance du soufisme est comme haziyan et sa signification
est de souligner la qualité mauvaise ou extrême de celui-ci. Et
qui devrait être sur la langue des personnes folles et
insensibles. Le serviteur de Khwaja Sahib avait l'habitude de
transporter avec son arc, des flèches, des pierres produisant du
feu en frottant ensemble et une bouteille de sel pendant la
période de voyage. Et quand ils passeront dans la zone hors de
76

l'habitation et dans les zones de la jungle. Puis à ce moment-là,


ils se lancent dans la chasse des animaux pour obtenir la chair
des animaux pour obtenir de l'énergie, et avec cela et il avait
l'habitude de rompre le jeûne avec. Et un jour, on lui a chassé
un animal pour lui dans la jungle. Quand ils sont entrés dans la
ville à la place de Hakim Ziauddin où il donnait des leçons à ses
élèves. Et il fut atteint là et s'assit à l'ombre de l'arbre. A cet
endroit, le serviteur préparait le kebab (mot kabāb, signifiant
viande rôtie) et le cheikh de l'époque qui était toujours occupé
à l'adoration d'Allah. Le philosophe (hakim) l'a vu et veut aller
s'asseoir près de Khwaja Sahib et avoir sa part en mangeant le
kabab. En raison de l'apparence de la Khwaja Sahib, il a été
trouvé un greà effet sur Hakim. Et quand Khwaja Sahib a
terminé la prière, Hakim lui dit Salam. Le serviteur a présent
kabab en présence de Khwaja Sahib. Et qui a pu connaître le
désir du Hakim dans cette affaire et en disant dit ‫هللا الرحمن الرحيم‬
et il lui a donné un morceau de kabab à Hakim. Ensuite, Khwaja
Sahib a commencé à manger du kabab là-bas et il était occupé à
le faire. En mangeant le kabab, l'obscurité de la philosophie a
été immédiatement enlevée de la poitrine. Et là trouva la
lumière de la connaissance d'Allah dans son cœur. Et l'état
d'inconscience l'a emporté. Et dans cet état, Khwaja Sahib a
touché de la viande du kabab avec sa langue et l'a mis dans la
bouche du philosophe. Puis il revenait dans un état normal.
Bref, il a mis tous ses livres de philosophie dans l'eau et il s'est
repenti avec tous ses disciples à ce moment-là. Et il devenait un
disciple du cheikh du temps.
77

L'événement ci-dessus est également ajouté ici avec d'autres


informations comme suit.
Dans la tradition, il est mentionné que là où Hazrat Moinuddin
séjournait et qu'il était occupé à la prière et que son serviteur
faisait rôtir de la viande de héron. Et dans les environs, il y avait
la résidence d'un Hakim (philosophe) célèbre et bien connu. Et
il a une école dans laquelle les étudiants viendront étudier de
loin et de près. Le nom de ce philosophe était Ziauddin. Lorsque
Khaja Sahib était occupé à la prière et que le serviteur de Khaja
Sahib était occupé à rôtir la viande du héron animal là-bas.
Hakim Ziauddin est passé de là et il a été arrêté à cet endroit en
voyant Khaja Sahib dans la prière. Et il a demandé au serviteur à
qui tu prépares le kabab (viande rôtie).?
Le serviteur, lorsqu'il a entendu la question de cette personne,
lui a dit : « Il est Shaikh Moinuddin Chisti. » Ziauddin n'a pas
accepté la piété et les miracles des personnes saintes à la
lumière des dictons philosophiques. Et il avait l'habitude de dire
de mauvaises paroles sur les personnes saintes et d'en abuser
et qui créent un mauvais effet sur les personnes.
À la fin de la prière, le seul regard de Hazrat Moinuddin était
tombé sur lui et il était tombé sur la terre dans un état de
malaise et après un certain temps il était tombé dans un état
silencieux. Et ses yeux étaient ouverts là. Les yeux de Ziauddin
étaient ouverts et il était dans un état inconscient. En voyant
son état, il a mis sa main sur sa poitrine. Et il l'a touché alors il
78

est revenu dans un état conscient et ensuite il a mis sa tête


dans ses pieds.
Hazrat Moinuddin a été interrogé sur son état de santé. Et
pendant ce temps le serviteur fit rôtir le héron et le présenta en
sa présence. Khaja Sahib en récitant Bis Milla il a donné un
morceau de jambe à Ziauddin. Et en enlevant la viande d'une
autre jambe, il fut mangé par lui-même et la viande restante fut
donnée à son serviteur.
En contournant le seul morceau de viande dans la bouche de
Ziauddin, le miroir de la vérité et du mysticisme se présenta
devant lui. Toutes les pensées de sagesse et de philosophie
étaient pleines dans son esprit qui ont été enlevées de sa tête
en même temps. Il regrettait ses pensées passées. Il s'est
repenti dans cette affaire et lui a demandé de pardonner son
erreur. Et après cela, Ziauddin et tous ses étudiants furent
entrés dans le cercle de la dévotion de Hazrat Moinuddin Chisti.
Lorsque cette affaire fut connue de tous les citadins, tous
les gens en groupes se mirent au service du cheikh du temps. La
condition de Ziauddin a été complètement changée. Et il a
commencé tout son temps dans l'adoration et les efforts. Il a
une conversation secrète avec lui et il était
lui a donné l'enseignement des voies manifestes et les plus
intimes, puis il a reçu l'habit saint et l'a nommé comme son
successeur pour la direction de l'humanité.

38. La sainte Kaaba devant la vue


79

Khaja Moinuddin Chisti après avoir vécu quelques jours à


Samarqand et il est allé à Balaqh. Et il y avait une mosquée en
construction près de la maison de Hazrat Abu Lais Samaqandi.
Là, une personne était engagée dans la dispute sur la direction
de la Qibla vers La Mecque. Et il n'était en aucun cas d'accord
sur le fait que la direction de la Qibla de Makah soit correcte.
On lui a expliqué à plusieurs reprises mais il n'était pas d'accord
sur ce point. Il a tourné son visage en direction de la Qibla à La
Mecque et lui a demandé « Voyez devant vous ce qu'on y
voit ». et cette personne a vu avant lui et il a dit : « Je regarde la
sainte Kaaba.

39. La rencontre d'une personne sainte au Badakhshan

Hazrat Moinuddin a été atteint Badakhshan de Balkh. Il y


avait une personne sainte parmi les fils de Hazrat Junaid de
Bagdad et son âge était de 140 ans et sa jambe a été coupée de
son corps. Il l'a rencontré. A sa demande, il lui dit que « Je suis
allé à Itikaf dans cet ermitage à cet endroit dans des efforts
d'âme. Un jour il m'est venu à l'esprit de sortir de l'ermitage
pour l'exigence du mondain. Et quand j'ai retiré ma jambe de
l'ermitage alorsJ'ai entendu un appel invisible dans lequel il a
80

été entendu que « Oh demandeur, vous avez ignoré l'accord


que vous avez conclu avec nous ».
En entendant cet appel, je commençais à me sentir mal à
l'aise. Et prends un couteau et coupe-moi une jambe pour cette
raison. Et à partir de ce jour là est venue la pensée dans mon
cœur que le jour du jugement comment il ira là-bas en prenant
son visage noir.? Et Hazrat Moinuddin est devenu triste en
entendant l'événement malheureux de ce darwesh et puis il est
parti de là.

40. La faveur des habitants de Heerat

Hazrat Moinuddin a quitté Badkhan et a été atteint à Heerat.


Et visité la tombe de Hazrat Abdulla Ansari. Et il était engagé
tout au long du culte nocturne et des exercices mystiques. Et il
y avait une horreur d'Allah qui tombait sur le mausolée donc
pour cette raison, il prenait tellement de respect. Il a fait des
exercices mystiques pendant une longue période.
Après quelques jours, lorsque les habitants de Heerat ont pu
le connaître, ils sont venus en sa présence en grand nombre.

41.Le repentir de Cheikh Mohamed Yadgar

Hazrat Moinuddin est allé à Sabzwar de Heerat. Et à cette


époque, Cheikh Mohammed Yadgar était le souverain de
81

Sabzwar. Il a la haine avec lui des noms des califes du prophète


Hazrat Abu Baker Siddiq (RA), Hazrat Umar Faruq (RA) et Hazrat
Usman (RA). Donc, s'il trouve le nom de quelqu'un avec une
partie quelconque de les noms ci-dessus, il punira les personnes
pour cette raison. Il y avait un jardin de Cheikh Mohammed
Yadgar en dehors de la ville dans lequel près du réservoir d'eau
il y avait une place assise où il s'asseyait et aurait une vie de
plaisir et de plaisir.
Par hasard, lorsque Hazrat Moinuddin a été atteint à Sabzwar,
il était alors très fatigué. Pour cette raison, il est entré dans le
jardin de Cheikh Mohammed Yadgar et a pris un bain près du
réservoir d'eau et a effectué deux prières Rakats et après la
prière, il a été engagé dans la récitation du Saint Coran là-bas.
Et pendant ce temps, on savait que le souverain de la ville,
Cheikh Mohammed Yadgar, venait au jardin pour visiter,
s'amuser et mener une vie de plaisir. Le jardinier et les
domestiques ont commencé à nettoyer et à décorer le jardin.
Quand ils sont venus près du réservoir d'eau du jardin pour
placer des tapis et on l'a vu assis à cet endroit.
Les serviteurs veulent l'enlever de là mais en voyant son
visage de lumière ils n'ont pas pu avoir de courage avec eux. Ils
ont placé de beaux tapis de dessins et de belles couleurs près
de Khaja Sahib à la place du réservoir d'eau. Et ils y ont aussi
placé des choses de jouissance et de plaisir. Après un certain
temps, le transport de Cheikh, Mohammed Yadgar est venu et
tous les serviteurs ont été placés dans un état de respect et
d'attention.
82

Les serviteurs pouvaient savoir que le souverain appartenait à


la personne de mauvaise foi. Et il ne pouvait pas avoir une
bonne croyance avec les personnes saintes d'Allah. Et il est
possible qu'il puisse nuire à Hazrat Moinuddin. Un serviteur
avec beaucoup de respect a dit en sa présence que "Votre
honneur s'il n'y a pas de dérangement alors vous allez à un
autre endroit." Et Khaja Sahib lui dit : « Ne vous inquiétez pas
dans cette affaire et voyez le jeu de la puissance d'Allah dans
cette affaire »,
Le serviteur sortit de cet endroit et se tint sur le côté de l'arbre
et commença à attendre ce qui se passerait du voile de
l'invisible. Après un certain temps, le souverain est venu là-bas
et il s'est mis en colère en voyant Hazrat Moinuddin assis là et il
a dit à ses serviteurs « Pourquoi ils n'ont pas enlevé ce fakir de
cet endroit ».
Les serviteurs en entendant cela ont commencé à trembler de
peur et aucun mot n'a été prononcé par leur langue. Quand il y
eut un regard de Hazrat Moinuddin tomba sur lui, puis il
commença à trembler et tomba sur la terre et dans un état de
malaise comme un coq blessé. Le lieu de rencontre de la
jouissance et du plaisir s'est transformé en une rencontre du
deuil et les serviteurs le regardaient. Ensuite, des serviteurs
avec beaucoup de respect ont dit à Hazrat Moinuddin qu'« il
n'est pas conscient de votre respect et de votre position. Donc,
de sa part, cet abus a été commis par lui, alors pardonne-lui.
83

Hazrat Moinuddin veut le corriger alors il dit aux serviteurs «


En récitant Bis Milla mettez de l'eau sur son visage. Le serviteur
a été fait selon les instructions de Hazrat Moinuddin et Shaikh
Mohamed Yadgar est revenu dans l'état de conscience. Et
maintenant, son état a changé. Il était hors de la dignité de la
règle et du pouvoir. Le cheikh Mohammed Yadgar a mis sa tête
dans les pieds du cheikh du temps et a déclaré que "Hazrat, je
suis loin des interdictions, alors pardonne mes erreurs".
Hazrat Moinuddin a levé sa main d'affection et il a dit les
qualités de la grande personne sainte dans un style tel qu'il y
avait de la tendresse sur toutes les personnes dans le lieu de
rencontre. Après cela, Cheikh Mohamed Yadgar a fait ses
ablutions et a effectué deux prières de remerciement Rakats. Et
il s'engagea sur sa main et devint son disciple. Et on lui a
présenté toutes ses richesses et propriétés en sa présence puis
il lui a dit que " Pour revenir en arrièrela richesse aux personnes
dont vous devez l'obtenir par la force. De sorte qu'au jour du
jugement personne n'y a tenu la main.
Cheikh Mohammed Yadgar, sur ordre de Hazrat Moinuddin, a
remis toutes ses richesses et son argent aux véritables
propriétaires et tout ce qui restait a été distribué aux pauvres
et aux nécessiteux. Et a fait la jouissance et le plaisir et repose
sur lui illégalement et a divorcé de sa femme. Et après cela, il a
commencé à vivre toujours en compagnie de Cheikh du temps.
Et il devint tellement de son amant qu'il lui était difficile de
quitter sa compagnie.
84

Hazrat Moinuddin lorsqu'il est parti de Sabzwar, puis Cheikh


Mohamed Yagdar veulent l'accompagner, mais comme il était
une personne âgée, il ne l'a pas emmené avec lui dans son
voyage. Quand il a commencé son voyage vers l'Inde, il a été
emmené avec lui. Shaikh Mohammed a vécu comme un
serviteur du Shaikh pendant une longue période. Et à sa mort, il
passa sa vie comme serviteur de son mausolée. Et à sa mort, il a
été enterré du côté est de son mausolée. Et où sera célébré son
anniversaire de décès annuel le 25 Rajab chaque année à un
niveau supérieur.

42. La dévotion avec Hazrat Data Ganj Baksh

Il est dit que Hazrat Sultan ul Hind Khwaja Moinul Haq Wal
Deen Ajmeri a rendu visite au Mazar de Hazrat Data Sahib et
est resté dans une Hujra (petite pièce isolée destinée au culte)
pendant quarante jours pour terminer sa Muraqabah
(Méditation). Au cours de cette période, Hazrat Khwaja Ajmeri
a reçu une illumination spirituelle magnanime et des
bénédictions d'éveil de l'âme accordées spirituellement par
Hazrat Data Sahib à une mesure si énorme que seul Hazrat
Khwaja peut décrire. Il est dit que lorsqu'après la fin des
quarante jours Chillah Hazrat Khwaja Moinuddin avait
l'intention de quitter la Hujra et de rendre hommage au célèbre
couplet poétique suivant, le célèbre couplet poétique vint à ses
85

lèvres et le Khwaja Sahib dans une transe extatique les passants


et se sont approchés de leur langue et de leurs lèvres et sont
devenus une monnaie instantanée et verbale au loin comme
par le charme divin !

Cette nuit-là, Hazrat Moinuddin a vu Data Ganj Baskh dans


son rêve et il a apposé son sceau sur sa lettre d'autorisation de
la sainteté de l'Inde. Et il lui a été donné le titre de Sultan Hind.
Et on lui a donné l'ordre d'aller à Ajmer. Le distique ci-dessus de
Hazrat Moinuddin est toujours continué sur la langue des
personnes par sincérité. Et à partir de cette position de couplet
et du statut de Hazrat Data, Ganj Baksh est bien connu et
célèbre.
Le contenu littéral du couplet est reproduit ci-dessous pour
être mémorisé avec des mots exacts, ce qui est sûr d'être une
source de bénédiction spirituelle (ainsi que mondaine). Le
couplet est : -
Ganj Bakhsh-e faiz-e aalam, mazhar-e nur-i Khuda Naqisaan ra
pir-e kaamil, kaamilaan ra rahnuma

Traduction:
Ganj Bakhsh est une manifestation de la Lumière de Dieu
pour tous. Un guide parfait pour les imparfaits et un guide pour
les parfaits.
86

Une tentative de traduction de ce couplet inspirant peut être


présentée ainsi :
« Le dispensateur du trésor de la bénédiction universelle, la
manifestation de la lumière divine.
L'inspirateur spirituel parfait pour les bruts (et les non-initiés)
et un guide pour ceux qui sont sur le Chemin de la Perfection.
Les paroles ainsi répétées par le Grand Khwaja Ajmeri sont
rapidement devenues un slogan spirituel pour tous ceux qui
sont toujours prêts à se souvenir et à rendre hommage.

43. Prédiction de la mère de Raja Prithvi Raj

A cette époque, il y avait un souverain à Ajmare et dont le


nom était Rai Pathura. Et sa mère a beaucoup de connaissances
en astrologie avec elle. Et elle lui a parlé de l'arrivée du Sahib de
Khwaja à Ajmare avant 12 ans qu'en raison de la présence de
l'arrivée de Khwaja, son royaume et sa richesse seraient
détruits. Et pour cette raison, Rai Pathura était dans un état de
tristesse et de chagrin. La mère de Rai Pathura lui a donné les
traits de Khawaja Sahib. Rai Pathura a envoyé la photo de
Khwaja Sahib à tous les endroits avec l'ordre de trouver telle ou
telle personne fakir et de l'arrêter et de le tuer immédiatement
s'ils le trouvent.
87

44.La direction de la cour du prophète

On dit que lorsqu'il est arrivé dans le village de Samana à


Patiala en provenance de Lahore, à ce moment-là, les policiers
de Pathura ont reconnu Khwaja Sahib et ont été informés du
souverain. Alors ils ont appliqué l'astuce pour le tromper et
alors ils lui ont dit par fausse humilité et respect qu'ils ont
choisi pour lui un endroit convenable pour son séjour pendant
sa période de voyage. Pour qu'il puisse rester sur place. ainsi,
pour cette raison, Khwaja Sahib a fait la méditation et la
révélation dans cette affaire. Puis il a vu le prophète d'Allah
dans son rêve et qui lui a dit que ce groupe de personnes veut
lui faire du mal alors ne les croyez pas. Donc pour cette raison
par alerte due à sa révélation, il s'est vu refuser le service
d'accueil du groupe dans le village de Samana. Et il a informé à
ce sujet le groupe de personnes et c'est ainsi qu'il a été décidé
et s'est mis en route pour Ajmer.
En raison des attaques of Sultan Mahmood Ghazni, il y a eu des
vagues de haine en Inde contre les musulmans. En raison de la
défaite du sultan Mohammed Ghouri, le courage s'est accru
dans cette affaire. Il y a eu une telle haine accrue que s'ils
trouvent un musulman en Inde, ils le tueront et le découperont
en plusieurs morceaux. Hazrat Moinuddin a atteint Delhi
directement et il a campé entre le temple royal et le palais
royal et en le voyant, lui et ses amis, il y a eu une vague de
colère et de fureur dans la ville de Delhi.
88

Pendant ce temps Delhi était connu du groupe de Lal Kot et


fort du Raja Prithvi Raj. Et Delhi s'est établie à l'heure actuelle
exactement à l'endroit de beaucoup de Hazrat Bakhtiar Kaki. A
cette époque, la forteresse du fort de Delhi était de quatre
miles et la hauteur du mur était de 60 pieds de haut depuis les
tranchées et de 30 pieds de large. En arrivant à Delhi, Hazrat
Moinuddin campait entre le temple royal et le palais royal. En
raison de la majesté spirituelle et de l'horreur, aucune
personne infidèle n'ose lui faire du mal. Mais les personnes
respectables de Delhi ont rendu visite au souverain de Delhi
Khande Rao et ont déposé une plainte en sa présence. Et ils lui
dirent que « A cause de la présence de la personne fakir les
idoles étaient en colère et s'il n'est pas envoyé hors de la ville le
plus tôt possible alors il y aura une possible colère des idoles
qui causera la cause de la destruction du royaume . " Khande
Rao a donné l'ordre en même temps d'éloigner ce fakir de la
ville de Delhi.

45. Plusieurs milliers de Rajputs sont devenus


musulmans
89

Conformément à l'ordre du souverain de Delhi Khande Rao, un


groupe de policiers est venu et lui a parlé. Et lui ont demandé
des précisions à ce sujet. L'officier de police et ses policiers ont
été très affectés par ses manières et son discours qui sur-le-
champ étaient devenus musulmans. Et étaient devenus son
fidèle et prêt à donner sa vie. En devenant musulmans, il y avait
alors un penchant pour d'autres infidèles et en quelques jours,
progressivement, plusieurs milliers de Rajputs ont accepté la
religion de l'Islam.
En entendant la piété et les miracles de Hazrat Moinuddin, il y
avait une continuation de la venue des personnes nécessiteuses
en sa présence pour son aide et sa faveur. Et la lampe de l'Islam
a été allumée dans la ville de Delhi. Et il y a eu une ruée des
papillons de nuit là-bas pour cette raison. Et en quelques jours,
un grand nombre d'hindous sont devenus musulmans. Et il a
laissé son grand calife Hazrat Bakhtiar Kaki à Delhi pour
enseigner et prêcher l'œuvre missionnaire islamique. Et lui-
même est allé vers la ville d'Ajmer.

46. Va-t'en, ton chameau était debout


90

Hazrat Khwaja Moinuddin est entré dans la ville d'Ajamare en


l'an 561 de l'hégire. Lorsqu'il a été atteint à Ajmare et qu'il a
voulu rester sous un arbre, quelqu'un l'a informé qu'il ne
devrait pas rester ici car les chameaux de Raja sont assis sous
cet arbre et qu'à cette fin, il peut rester à un autre endroit. Il a
dit oui, nous irons dans un autre endroit pour y rester. Par la
suite, Khwaja Sahib s'est rendu au bord du réservoir d'eau
d'Anasagar près des montagnes. Les chameaux du Raja qui ont
été attachés à l'endroit où la première fois Khwaja Sahib s'est
assis sous l'arbre et qui n'ont pas été détachés de l'endroit
malgré les efforts et les efforts des chameliers là-bas. En
entendant cela, le Raja devenait très triste. Et après avoir
réfléchi pendant un certain temps, il a dit à ses serviteurs qu'"il
n'y a pas de solution à ce problème autre que celle de mettre
votre tête sur les pieds de ce darwesh et de soumettre votre
demande en sa présence avec beaucoup d'humilité."
Alors les serviteurs sont allés en sa présence et ont demandé
avec humilité à ce sujet. Raja Prithvi Raj avait déjà peur de la
prédiction de sa mère. Et à l'arrivée de Hazrat Moinuddin, il a
pu bien le savoir et il croyait que se battre avec Darwesh n'était
pas possible pour lui. Après arrangement aux frontières et dans
le pays atteignant le Fakir à Ajmare dans des conditions de
sécurité ce qui était un message pour sa mort dans cette
affaire. Mais il était roi des Indes. C'était aussi un grand roi de
l'Inde. Et avec lui, il y avait la règle, la richesse et le pouvoir.
Donc accepter sa défaite sans aucune raison était contraire à sa
91

dignité. Mais il a accepté et confirmé son impuissance ainsi que


la réalité dans ses paroles à voix basse. Mais il n'a pas hésité à
dire à ses serviteurs qu'il n'est pas facile de se battre avec les
fakirs. La solution du nouveau problème était celle de poser la
tête sur les pieds du fakir avec humilité et d'avoir son but en la
matière et ainsi il sera hors de l'obscurité.

Les serviteurs ont mis la tête aux pieds de Hazrat Moinuddin et


l'ont regretté à ce sujet. Et il leur dit : « Allez, vos chameaux
étaient debout. » Et les serviteurs sont allés voir les chameaux
qu'ils se tenaient là et les serviteurs ont informé les détails de
Raja Prithvi Raj alors il a été surpris.

47. Le laitier hindou est devenu musulman

Un jour, Khwaja Sahib (R.A) était assis près d'Anna Sager, un


berger avec quelques calves passèrent, il dit au berger : « Cher,
donne-moi du lait. « Le berger a pris cela pour une blague et a
dit : « Baba, ce sont des veaux et ils ne donnent pas de lait. »
Khwaja Sahib (R.A) a souri et a pointé vers un veau femelle et a
dit: "Frère, je vais prendre son lait." Lorsque le berger a ri,
Khwaja Sahib (R.A) a insisté : « Regardez juste ». Le berger fut
très surpris quand il vit que ses mamelles étaient devenues
grosses et pleines de lait. Il traita donc le veau ce qui suffisait
pour 40 personnes. En le voyant, le Berger tomba aux pieds de
Khwaja Sahib (R.A) et devint son disciple
92

48. Les personnes ennemies sont devenues


inconscientes

Il a écrit que sur la rive de l'Anasagr où Khaja Sahib a


séjourné, il y avait un grand nombre de temples et dans ces
temples il y avait mille idoles et pour ces temples, il y avait 300
prêtres et dans ces temples, l'éclairage a été fait par Raja
Prithvi Raj et aussi pour lequel il y avait beaucoup de dépenses
de 3,5 maunds de pétrole là-bas. Et parmi ces temples, il y avait
un temple spécial pour le Raja Prithvi Raj, et pour les dépenses
de ce temple, Prithvi Raj a donné de nombreux villages pour sa
dotation. Et son nom était le temple Raj dans lequel les Raja
étaient autorisés et les hindous riches et nobles et les
personnes en général n'étaient pas autorisés à entrer à
l'intérieur du temple.
L'eau disparaît à Ana Sagar : Le Grand Hazrat Khwaja
Moinuddin Chisti (R.A.) est resté installé avec ses quelques
disciples sur la rive du lac Ana Sagar. Les adeptes du Saint Saint
y puisaient de l'eau et parfois ils attrapaient du poisson de l'Ana
Sagar et des vaches rarement abattues. Ces activités
répugnaient aux sentiments et aux sentiments religieux du
Raja. Autour d'Ana Sagar, il y avait de nombreux temples. Les
93

prêtres brahmanes de ces temples se sont plaints de ces


activités anti-hindoues auprès du Raja. Le Raja a
immédiatement ordonné le retrait de tous ces derviches
musulmans et de ses compagnons d'Ana Sagar Hill.
Les serviteurs de Prithvi Raj Chauhan ont non seulement exigé
le retrait de Hazrat Khwaja Moinuddin Chisti (R.A) et de ses
partisans, mais ont également insisté avec arrogance pour qu'ils
quittent le sol d'Ajmer. Cet avis de départ d'Ajmer a été fait sur
un ton très indécent et inconvenant. En aucun cas le Grand
Hazrat Khwaja Moinuddin Chisti (R.A) n'a pu accepter le retrait
d'Ajmer avec ses compagnons car il était là sous les instructions
et le commandement du Saint Prophète et par la volonté
d'Allah Tout-Puissant. Lorsque tous ces prêtres brahmanes du
temple ont assailli et attaqué le Grand Khwaja Moinuddin Chisti
(RA) dans le but ultime de l'assassiner, Hazrat Khwaja
Moinuddin Chisti (RA) a pris de la poussière dans ses propres
mains et l'a jetée en récitant le verset Ayatul Kursi sur ces
cruels Les brahmanes qui les ont fait battre en retraite et
certains d'entre eux ont perdu la raison et certains d'entre eux
ont perdu la vue et certains d'entre eux se sont même enfuis
terrorisés.
Dans le livre Sair Al-Aqtab, cet événement est mentionné
comme suit.
« Les gens de Raja et de Brahman qui ont emporté avec eux des
armes, des bâtons et des catapultes et ont fait le siège de
Hazrat Moinuddin Chisti. Le but de la foule était de lui causer
des ennuis.
94

Le sens de la phrase ci-dessus est le suivant.


"L'intention des infidèles d'Ajmare n'était pas seulement de
faire sortir Hazrat Moinuddin d'Ajmare, mais ils veulent non
seulement tuer Khwaja Sahib mais ils veulent aussi tuer ses
compagnons."

Lorsque le Raja remarqua cela, il devint très perturbé et


découragé. Certaines personnes se sont cachées dans les
temples pour s'y sauver.

49. Ram Dev est devenu musulman

Dans l'événement précédent, on connaissait la condition


d'impuissance et d'humilité des infidèles. Ils savaient qu'il leur
était difficile de se battre avec Hazrat Moinuddin Chisti. Alors ils
ont quitté la bataille et ont été adoptés d'une autre manière et
ils sont allés voir un grand prêtre du temple Ram Dev. Et ils lui
ont donné tous les détails et demandé son aide. Ram Dev après
avoir entendu toute l'histoire et après un certain temps, il a dit
que "Ce Faqir est une personne sainte pieuse et parfaite et je
ne pouvais pas le combattre."
95

Ram Dev était un professeur de magie et de sorcellerie, puis il


a dit qu'« il est possible de se battre avec Faqir avec la magie et
la sorcellerie ».
Ainsi, Ram Dev apprit toute la sorcellerie magique aux prêtres
des temples. Et il leur a dit que contre ces charmes, Faqir ne
pouvait pas rester devant eux.

Après l'enseignement de la magie et de la sorcellerie, Ram


Dev se rendit sur la rive du réservoir d'eau d'Anasagar avec ses
disciples. Et il était en avance sur tous et ses disciples et prêtres
étaient derrière lui. Lorsque Ram Dev et ses disciples ont
commencé à réciter des charmes, à ce moment-là, l'un des
serviteurs de Khaja Sahib lui a dit tous les détails. Khaja Sahib a
déclaré que "La magie ne réussira pas et Ram Dev viendra sur la
bonne voie."

En disant cela, Khaja Sahib était engagé dans la prière. Après


un certain temps, Ram Dev et son disciple arrivèrent près de
Khaja Sahib. Quand Khaja Sahib a regardé la foule alors pour ce
raison tous ont été arrêtés à leur place. Et leur pouvoir de
marcher et de parler leur a été arraché.
En voyant Khaja Sahib, Ram Dev a commencé à trembler
comme une canne et il veut dire par sa langue Ram, Ram mais
par sa langue a été dit Rahim, Rahim. En voyant son état, les
prêtres lui ont dit de le conseiller. Mais sa condition était
devenue telle que tout ce qu'il en tirait, il le prenait en main
96

comme du bâton, de la pierre et du bois et attaquait les


prêtres. Et les têtes, les mains et les pieds des nombreux
prêtres furent brisés. Et après cela, les prêtres sont partis de là.

Hazrat Moinuddin a envoyé une tasse d'eau à Ram Dev par


l'un de ses serviteurs et qu'il boit avec beaucoup d'affection.
Après avoir bu de l'eau, l'obscurité de l'infidélité avait disparu
de sa poitrine. Et il tomba aux pieds de Khwaja Sahib et se
repentit et devint musulman. En devenant de son musulman
Khaja Sahib devenait heureux et il reçut son nom de Shadi Dev.

50. Jaipal Jogi

Un magicien hindou vénéré par Rai Pathura et son père et


toutes les autres personnes hindoues à Ajmare et ils pensent
tous que leur prospérité et leur richesse ne lui sont dues qu'à
lui. Et certains villages lui ont été donnés pour faire face à ses
dépenses dans cette affaire. Et cette personne qui est tombée
sur les pieds de Khwaja Sahib en frissonnant et en tremblant. Et
il devenait musulman aux mains de Khwaja Sahib. Et Khwaja
Sahib a reçu son nom de Shadi à ce magicien lorsqu'il est
devenu musulman.
Lorsque cette nouvelle a été transmise à Rai Pathura, il a
pensé qu'il ne s'agissait pas d'un groupe de personnes Faqir,
97

mais d'un groupe de magiciens parfaits. Puis sa mère lui a dit : «


C'est la même personne à son sujet, je vous ai déjà donné mes
informations sur cette affaire. » Rai Pathura a envoyé un de ses
messagers en présence de Jaipal Jogi et qui était un grand
magicien et qui vivait à Ajmare à cette époque et personne
n'était aussi puissant que lui dans tout le pays de Rai Pathura.
Et qui a envoyé une réponse à Raja qu'il ne devrait pas
s'inquiéter à ce sujet et que tout cela est magique et qu'il le
combattra bien. Rai Pathura a envoyé son message à Jaipal qu'il
sortait donc il devrait bientôt rendre visite à Ajmare avec tous
ses arrangements à ce sujet. Pendant cette période, Raja
d'Ajamre a l'intention de faire du mal à Khwaja Sahib. Et chaque
fois qu'il y aura l'intention de l'inimitié de Khwaja Sahib par Raja
d'Ajmare alors il devenait un aveugle. Et chaque fois qu'il n'y
aura pas une telle intention avec lui, l'aveuglement de Raja sera
terminé pour cette raison. Un tel incident s'est produit pour
Raja 7 fois puis il est devenu aveugle et après cela, il a été remis
de sa cécité, donc pour cette raison, il a été tenu à l'écart de sa
mauvaise intention de nuire à Khwaja Sahib dans cette affaire.
Puis il est venu en présence de Khwaja Sahib et avec lui, le
magicien de Jaipal est également venu là-bas, et il y avait aussi
1500 magiciens mortels. Et parmi eux, 70 disciples étaient de
parfaits magiciens et d'autres étaient également parfaits dans
leur travail et leurs efforts et maîtrisaient leurs compétences et
leur art. Et aussi ses disciples étaient des magiciens bien
connus.
98

Jaipal était un enseignant de la famille du Prithvi Raj et pour


cette raison, dans l'apparence de Prithvi Raj, Jaipla a beaucoup
de respect. Et il lui accordait beaucoup d'estime. Jaipal était un
maître dans la connaissance de l'astrologie et un expert dans la
connaissance de la divination.
Raja s'appelait Jaipal dans sa cour royale et il lui raconta tous
les détails. Et a demandé son aide dans cette affaire. Jaipal a
pleinement confiance en ses connaissances et sa perfection,
alors il a dit à Raja Prithvi Raj que « Vous êtes assuré que je
retirerai Faqir de la ville d'Ajmare ». Comme cette affaire est
traitée par la coopération du public et du Raja et pour cette
raison, Brahman et les prêtres étaient très heureux et ils
pensaient à la façon dont le Faqir ferait face au travail magique
du magicien de Jaipal.? Et il sortira de l'Ajmer dans un état
d'impuissance.
Jaipal a été appelé tous ses disciples et a reçu des choses
magiques. Puis il est allé se battre avec Hazrat Moinuddin
Chisti. De l'autre côté, une personne a informé le cheikh du
moment où Jaipal viendra se battre avec vous.
Ils ont fait différents types d'efforts et d'efforts de charmes
de la magie sur Khwaja Sahib et ses compagnons, mais il n'y a
eu aucun effet sur Khwaja Sahib et ses disciples. Puis il a
commencé à envoyer des roues de la magie dans l'air et a
commencé à envoyer du côté de Khwaja Sahib mais toutes les
roues magiques qui lui ont été renvoyées et ont commencé à
tomber sur ses magiciens et pour cette raison, ils se sont cassé
les mains et les pieds pour cette raison et aussi les blesser dans
99

cette affaire. Ces serpents qui courront vers Khwaja Sahib


étaient descendus dans la terre. Il est mentionné que lorsque
Jaipal se battait avec l'ennemi, si quelqu'un voulait son aide
pour combattre la grande armée de l'ennemi, Jailpal envoyait
des roues magiques sur de plus longues distances et qui
tomberaient sur les ennemis et leur couperaient la tête pour
cela. raison. Bref quand Jailpal devenait impuissant dans tous
ses efforts et efforts puis il a été jeté la peau du cerf en l'air et
ensuite il a été arrêté en l'air. Il a arrêté son souffle et a fait le
saut et il s'est assis sur la peau. Et immédiatement au même
moment, il a commencé à voler vers le ciel sur la peau du cerf.
Et pour cette raison, les gens ont commencé à rire de cette
affaire. Après quelques Hazrat Khwaja Moinuddin qui est un
chef de personnes saintes qui a levé la tête de la médiation et il
a demandé à ses compagnons jusqu'où Jaipal a atteint dans le
ciel. Les compagnons lui ont dit que maintenant il ressemble à
un oiseau dans le ciel. Au bout d'une minute, il a maintenant
demandé où il était allé et les compagnons lui ont dit que
maintenant il avait disparu. Il a donné un signal à ses dormeurs
en bois donc, pour cette raison, ils ont commencé en l'air et ont
été atteints sur la tête et ont commencé à lui frapper la tête et
à cause des coups continus des sandales en bois, le public a été
entendu pleurer et gémir de Jaipal dans les airs. Bref, les
sandales de bois qui l'amenaient à terre depuis les airs en le
frappant sur la tête. Jaipal est tombé sur les pieds de Khwaja
Sahib avec regret et désolé et il lui a demandé la paix. Pour
cette raison, Khwaja Sahib a fait signe aux sandales d'arrêter de
battre. Lorsque Rai Pathura et Jaipal ont vu une telle situation,
100

ils ont commencé à pleurer et à gémir, pour cette raison. Et ils


ont demandé l'eau d'Ansgar et des chameaux. Alors Khwaja
Sahib a demandé à Jaipal de se lever et d'apporter une
bouteille d'eau. Il a essayé dans cette affaire mais il n'a pas pu
se tenir debout. Donc, pour cette raison, Khwaja Sahib a
demandé à Shadi d'apporter une bouteille d'eau et qui est allé
apporter de l'eau en présence de Khwaja Sahib. Et Khwaja
Sahib a été pris de l'eau de sa bouteille d'eau et a été jeté de
l'eau vers Anasagar.

La fin.

Vous aimerez peut-être aussi