Vous êtes sur la page 1sur 303

N° 74 Dimanche 15 Dhou El Kaada 1428

46ème ANNEE Correspondant au 25 novembre 2007

JOURNAL OFFICIEL
DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS
ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES
(TRADUCTION FRANÇAISE)
DIRECTION ET REDACTION
Algérie ETRANGER
Tunisie SECRETARIAT GENERAL
(Pays autres DU GOUVERNEMENT
ABONNEMENT Maroc que le Maghreb)
ANNUEL Libye WWW.JORADP.DZ
Mauritanie Abonnement et publicité :
IMPRIMERIE OFFICIELLE
1 An 1 An Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376
ALGER-GARE
Tél : 021.54.35.06 à 09
Edition originale.................................. 1070,00 D.A 2675,00 D.A 021.65.64.63
Fax : 021.54.35.12
Edition originale et sa traduction....... 2140,00 D.A 5350,00 D.A C.C.P. 3200-50 ALGER
(Frais d'expédition en sus) TELEX : 65 180 IMPOF DZ
BADR: 060.300.0007 68/KG
ETRANGER: (Compte devises)
BADR: 060.320.0600 12

Edition originale, le numéro : 13,50 dinars. Edition originale et sa traduction, le numéro : 27,00 dinars.
Numéros des années antérieures : suivant barème. Les tables sont fournies gratuitement aux abonnés.
Prière de joindre la dernière bande pour renouvellement, réclamation, et changement d'adresse.
Tarif des insertions : 60,00 dinars la ligne
2 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

SOMMAIRE

LOIS

Loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant système comptable financier...................... 3

DECRETS

Décret présidentiel n° 07-359 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant transfert de crédits au
budget de fonctionnement de la Présidence de la République.................................................................................................. 7

Décret présidentiel n° 07-360 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant transfert de crédits au
budget de fonctionnement des services du Chef du Gouvernement.......................................................................................... 7

Décret présidentiel n° 07-361 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant transfert de crédits au
budget de fonctionnement du ministère de la justice................................................................................................................ 8

Décret présidentiel n° 07-362 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant création d’un chapitre et
transfert de crédits au budget de fonctionnement du ministère de l’aménagement du territoire, de l’environnement et
du tourisme................................................................................................................................................................................ 10

Décret exécutif n° 07-354 du 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 21 novembre 2007 modifiant la répartition par secteur
des dépenses d’équipement de l’Etat pour 2007....................................................................................................................... 11

Décret exécutif n° 07-355 du 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 21 novembre 2007 portant création d’un chapitre et
virement de crédits au sein du budget de fonctionnement des services du Chef du Gouvernement......................................... 11

Décret exécutif n° 07-356 du 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 21 novembre 2007 portant virement de crédits au sein
du budget de fonctionnement du ministère des moudjahidine.................................................................................................. 12

Décret exécutif n° 07-357 du 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 21 novembre 2007 portant virement de crédits au sein
du budget de fonctionnement de la petite et moyenne entreprise et de l’artisanat.................................................................... 12

Décret exécutif n° 07-358 du 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 21 novembre 2007 portant virement de crédits au sein
du budget de fonctionnement du ministère de la formation et de l’enseignement professionnels............................................ 13

DECISIONS INDIVIDUELLES

Décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007 mettant fin aux fonctions du secrétaire
exécutif du comité interministériel de suivi de la mise en œuvre de la convention sur l’interdiction de l’emploi, du
stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction....................................................... 14

Décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007 portant nomination d’une chargée d’études
et de synthèse à la Présidence de la République........................................................................................................................ 14

Décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007 portant nomination du secrétaire exécutif
du comité interministériel de suivi de la mise en œuvre de la convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la
production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction............................................................................... 14

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE

Arrêté interministériel du 9 Chaoual 1428 correspondant au 21 octobre 2007 portant nomination de juges assesseurs près les
juridictions militaires................................................................................................................................................................. 15
15 Dhou El Kaada 1428 3
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

LOIS

Loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant Les personnes morales soumises aux règles de la
au 25 novembre 2007 portant système comptable comptabilité publique sont exclues du champ d'application
financier. de la présente loi.
————
Le Président de la République, Art. 3. — La comptabilité financière est un système
d'organisation de l'information financière permettant de
Vu la Constitution, notamment ses articles 119, 120, saisir, classer, évaluer, enregistrer des données de base
122-9, 126 et 127 ; chiffrées, et présenter des états reflétant une image fidèle
Vu l'ordonnance n° 66-154 du 8 juin 1966, modifiée et de la situation financière et patrimoniale, de la
complétée, portant code de procédure civile ; performance et de la trésorerie de l'entité, à la fin de
l'exercice.
Vu l'ordonnance n° 66-155 du 8 juin 1966, modifiée et
complétée, portant code de procédure pénale ;
Art. 4. — Sont astreintes à la tenue d'une comptabilité
Vu l'ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966, modifiée et financière les entités suivantes :
complétée, portant code pénal ;
— les sociétés soumises aux dispositions du code de
Vu l'ordonnance n° 75-35 du 29 avril 1975 portant plan
commerce,
comptable national ;
Vu l'ordonnance n° 75-58 du 26 septembre 1975, — les coopératives,
modifiée et complétée, portant code civil ;
— les personnes physiques ou morales produisant des
Vu l'ordonnance n° 75-59 du 26 septembre 1975,
biens ou des services marchands ou non marchands dans
modifiée et complétée, portant code de commerce ;
la mesure où elles exercent des activités économiques qui
Vu la loi n° 91-08 du 27 avril 1991 relative à la se fondent sur des actes répétitifs,
profession d'expert-comptable, de commissaire aux
comptes et de comptable agréé ; — et toutes autres personnes physiques ou morales qui
y sont assujetties par voie légale ou réglementaire.
Vu l'ordonnance n° 03-11 du 27 Joumada Ethania 1424
correspondant au 26 août 2003 relative à la monnaie et au
crédit ; Art. 5. — Les petites entités dont le chiffre d'affaires,
l'effectif et l'activité ne dépassent pas des seuils
Vu la loi n° 04-08 du 27 Joumada Ethania 1425 déterminés peuvent tenir une comptabilité financière
correspondant au 14 août 2004 relative aux conditions simplifiée.
d'exercice des activités commerciales ;
Les conditions et modalités d'application du présent
Après avis du Conseil d'Etat,
article sont fixées par voie réglementaire.
Après adoption par le Parlement,

Promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE II


DU CADRE CONCEPTUEL, DES PRINCIPES
Article 1er. — La présente loi a pour objet de fixer le
COMPTABLES ET DES NORMES COMPTABLES
système comptable financier appelé ci-après comptabilité
financière ainsi que les conditions et les modalités de son
application. Art. 6. — Le système comptable financier comporte un
cadre conceptuel de la comptabilité financière, des normes
CHAPITRE I comptables et une nomenclature des comptes permettant
DEFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION l'établissement des états financiers sur la base des
principes comptables généralement reconnus et
Art. 2. — Les dispositions de la présente loi notamment :
s'appliquent à toute personne physique ou morale astreinte
par voie légale ou réglementaire à la mise en place d'une — comptabilité d'engagement,
comptabilité financière sous réserve des dispositions qui
lui sont spécifiques. — continuité d'exploitation,
4 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

— intelligibilité, Art. 11 — L'entité détermine sous sa responsabilité les


procédures nécessaires à la mise en place d'une
— pertinence, organisation comptable permettant un contrôle à la fois
interne et externe.
— fiabilité,
Art. 12. — La comptabilité est tenue en monnaie
— comparabilité, nationale.

— coût historique, Art. 13. — Les opérations libellées en monnaies


étrangères sont traduites en monnaie nationale selon les
— prééminence de la réalité économique sur conditions et modalités qui sont définies dans les normes
l'apparence juridique. comptables.

Art. 7. — Le carde conceptuel de la comptabilité Art. 14. — Les actifs et les passifs des entités soumises
financière constitue un guide pour l'élaboration des à la présente loi doivent faire l'objet, au moins une fois par
normes comptables, leur interprétation et la sélection de la an, d'inventaires en quantité et en valeur sur la base
méthode comptable appropriée lorsque certaines d'examens physiques et de recensements de documents
transactions et autres évènements ne sont pas traités par justificatifs.
une norme ou une interprétation. Ces inventaires doivent refléter la situation réelle de ces
actifs et passifs.
Le cadre conceptuel définit :
Art. 15. — Aucune compensation n'est possible entre un
— le champ d'application, élément d'actif et un élément de passif, ni entre un élément
de charge et un élément de produit, sauf si cette
— les principes et conventions comptables, compensation est effectuée sur des bases légales ou
contractuelles, ou si, dès l'origine, il est prévu de réaliser
— les actifs, les passifs, les capitaux propres, les ces éléments d'actif et de passif de charge et de produit
produits et les charges. simultanément ou sur une base nette.

Art. 16. — Les écritures comptables sont passées selon


Le cadre conceptuel de la comptabilité financière est le principe dit « à partie double » : chaque écriture affecte
défini par voie réglementaire. au moins deux comptes, l'un étant débité et l'autre crédité,
dans le respect de l'enregistrement chronologique des
Art. 8. — Les normes comptables fixent : opérations. Le montant du débit doit être égal au montant
du crédit.
— les règles d'évaluation et de comptabilisation des
actifs, des passifs, des charges et des produits, Art. 17. — Tout enregistrement comptable précise
l'origine, le contenu et l'imputation de chaque donnée,
— le contenu et le mode de présentation des états ainsi que la référence de la pièce justificative qui
financiers. l'appuie.

Art. 18. — Chaque écriture comptable s'appuie sur une


Les normes comptables sont définies par voie
pièce justificative datée, établie sur papier ou sur un
réglementaire.
support assurant la fiabilité, la conservation et la
restitution sur papier de son contenu.
Art. 9. — Les opérations résultant des activités de
l'entité sont enregistrées dans des comptes dont la Les opérations de même nature, réalisées en un même
nomenclature, le contenu et les règles de fonctionnement lieu et au cours d'une même journée, peuvent être
sont définis par voie réglementaire. récapitulées sur une pièce comptable unique.

Art. 19. — Une procédure de clôture destinée à


CHAPITRE III
figer la chronologie et à garantir l'intangibilité des
DE L'ORGANISATION DE LA COMPTABILITE enregistrements doit être mise en œuvre.

Art. 20. — Les entités soumises à la présente loi


Art. 10. — La comptabilité doit satisfaire aux tiennent des livres comptables qui comprennent un livre
obligations de régularité, de sincérité et de transparence journal, un grand livre et un livre d'inventaire, sous
inhérentes à la tenue, au contrôle, à la présentation et à la réserve des dispositions spécifiques concernant les petites
communication des informations qu'elle traite. entités.
15 Dhou El Kaada 1428 5
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

Le livre journal et le grand livre sont subdivisés en Les états financiers des entités autres que les petites
autant de journaux auxiliaires et de livres auxiliaires que entités comprennent :
les besoins de l'entité l'exigent.
— un bilan ;
Le livre journal enregistre les mouvements affectant les
actifs, passifs, capitaux propres, charges et produits de — un compte de résultats ;
l'entité. En cas d'utilisation de journaux auxilaires, le livre
journal ne comprend que la centralisation mensuelle des — un tableau de flux de trésorerie ;
écritures portées sur les journaux auxiliaires (totaux
— un tableau de variation des capitaux propres ;
généraux mensuels de chaque journal auxiliaire).
— une annexe précisant les règles et méthodes
Le grand livre comprend l'ensemble des comptes comptables utilisées et fournissant des compléments
mouvementés au cours de la période. d'information au bilan et au compte de résultats.

Le livre d'inventaire reprend le bilan et le compte de Le contenu et les méthodes d'élaboration des états
résultats de l'entité. financiers sont définis par voie réglementaire.

Les livres comptables ou les supports qui en tiennent Art. 26. — Les états financiers doivent présenter de
lieu ainsi que les pièces justificatives sont conservés manière fidèle la situation financière de l'entité, ses
pendant dix (10) ans à compter de la date de clôture de performances et tout changement de sa situation
chaque exercice comptable. financière, et doivent refléter l'ensemble des opérations et
évènements découlant des transactions de l'entité et des
Art. 21. — Le livre journal et le livre d'inventaire sont effets des évènements liés à son activité.
cotés et paraphés par le président du tribunal du siège de
l'entité. Art. 27. — Les états financiers sont arrêtés sous la
responsabilité des dirigeants sociaux. Ils sont établis
Art. 22. — Les entités soumises à une comptabilité dans un délai maximum de quatre (4) mois suivant la
financière simplifiée tiennent des journaux de recettes et date de clôture de l'exercice et doivent être distingués
de dépenses et doivent conserver les pièces justificatives des autres informations éventuellement publiées par
pendant dix (10) ans à compter de la date de clôture de l'entité.
chaque exercice comptable.
Art. 28. — Les états financiers sont obligatoirement
Les modalités de tenue des journaux de recettes et de présentés en monnaie nationale.
dépenses des entités susvisées sont fixées par voie
réglementaire. Art. 29. — Les états financiers fournissent des
informations permettant d'effectuer des comparaisons
Art. 23. — Les livres comptables cotés et paraphés sont avec l'exercice précédent.
tenus sans blanc ni altération d'aucune sorte, ni transport
en marge. Chacun des postes de bilan, compte de résultats et
tableau des flux de trésorerie comporte l'indication du
Art. 24. — La comptabilité est tenue manuellement ou montant relatif au poste correspondant de l'exercice
au moyen de systèmes informatiques. précédent.

Toute comptabilité informatisée doit satisfaire aux L'annexe comporte des informations comparatives sous
exigences de conservation, d'identification, de sécurité, de forme narrative descriptive et chiffrée.
fiabilité et de restitution des données.
Lorsque, par suite d'un changement de méthode
Les conditions et modalités de tenue de la comptabilité d'évaluation ou de présentation, un des postes chiffrés d'un
au moyen de systèmes informatiques sont définies par état financier n'est pas comparable à celui de l'exercice
voie réglementairre. précédent, il est nécessaire d'adapter les montants de
l'exercice précédent afin de rendre la comparaison
CHAPITRE IV possible.

DES ETATS FINANCIERS L'absence de comparabilité, du fait d'une durée


d'exercice différente ou pour toute autre raison, le
Art. 25. — Les entités entrant dans le champ reclassement ou les modifications apportées aux
d'application de la présente loi établissent au moins informations chiffrées de l'exercice précédent pour les
annuellement des états financiers. rendre comparables, sont expliqués dans l'annexe.
6 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

Art. 30. — Un exercice comptable a une durée de douze CHAPITRE VI


(12) mois couvrant l'année civile.
DES CHANGEMENTS D'ESTIMATIONS
ET DE METHODES COMPTABLES
Une entité peut toutefois être autorisée à avoir un
exercice se clôturant à une autre date que le 31 décembre
dans la mesure où son activité est liée à un cycle Art. 37. — Une entité peut procéder à des changements
d'exploitation incompatible avec l'année civile. d'estimations comptables ou de méthodes comptables
lorsque ceux-ci ont pour but une amélioration qualitative
des états financiers.
Dans les cas exceptionnels où l'exercice est inférieur ou
supérieur à douze (12) mois et, notamment, en cas de
création ou de cessation de l'entité ou en cas de Art. 38. — Les changements d'estimations
modification de la date de clôture, la durée retenue doit comptables sont fondés sur les changements des
être précisée et justifiée. circonstances sur lesquelles une estimation est effectuée,
une meilleure expérience ou de nouvelles informations et
permettent d'obtenir et de fournir une information plus
Les modalités d'application de cet article sont précisées
fiable.
par voie réglementaire.

Art. 39. — Les changements de méthodes comptables


CHAPITRE V concernent les modifications de principes, bases,
conventions, règles et pratiques spécifiques appliqués
DE LA CONSOLIDATION par une entité pour établir et présenter ses états
ET DES COMPTES COMBINES financiers.

Art. 31. — Toute entité qui a son siège ou son activité Un changement de méthode comptable n'est
principale sur le territoire national et qui contrôle une ou effectué que s'il est imposé dans le cadre d'une
plusieurs autres entités établit et publie chaque année les nouvelle réglementation ou s'il permet une amélioration
états financiers consolidés de l'ensemble constitué par dans la présentation des états financiers de l'entité
toutes ces entités. concernée.

Art. 32. — Outre les dispositions prévues aux articles Art. 40. — Les modalités de prise en compte dans
des chapitres précédents, la consolidation des comptes les états financiers des changements d'estimations et
vise à présenter la situation financière et le résultat d'un des méthodes comptables sont fixées par voie
groupe d'entités comme s'il s'agissait d'une entité unique. réglementaire.

Art. 33. — L'établissement et la publication des états


consolidés sont à la charge des organes sociaux de l'entité CHAPITRE VII
dominante de l'ensemble consolidé, dite entité
consolidante. DISPOSITIONS FINALES

Art. 34. — Les entités présentes sur le territoire national


qui forment un ensemble économique soumis à une même Art. 41. — Le système comptable financier défini par la
autorité de décision située ou non sur le territoire national, présente loi entre en vigueur à compter du 1er janvier
sans qu'existent entre elles de liens juridiques de 2009.
domination, établissent et publient des comptes
dénommés comptes combinés, comme s'il s'agissait d'une Art. 42. — Sont abrogées, à compter de la date d'entrée
seule entité. en vigueur de la présente loi, toutes dispositions contraires
et notamment l'ordonnance n° 75-35 du 29 avril 1975
Art. 35. — L'établissement et la publication des portant plan comptable national.
comptes combinés obéissent aux règles prévues en
matière de comptes consolidés, sous réserve des Art. 43. — La présente loi sera publiée au Journal
dispositions résultant de la spécificité des comptes officiel de la République algérienne démocratique et
combinés liée à l'absence de liens de participation en populaire.
capital.

Art. 36. — Les conditions, modalités, méthodes et Fait à Alger, le 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
procédures d'établissement et de publication des comptes 25 novembre 2007.
consolidés et des comptes combinés sont fixées par voie
réglementaire. Abdelaziz BOUTEFLIKA.
15 Dhou El Kaada 1428 7
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

DECRETS

Décret présidentiel n° 07-359 du 15 Dhou El Kaada Décret présidentiel n° 07-360 du 15 Dhou El Kaada
1428 correspondant au 25 novembre 2007 1428 correspondant au 25 novembre 2007
portant transfert de crédits au budget de portant transfert de crédits au budget de
fonctionnement de la Présidence de la fonctionnement des services du Chef du
République. Gouvernement.
———— ————

Le Président de la République, Le Président de la République,


Sur le rapport du ministre des finances, Sur le rapport du ministre des finances,
Vu la Constitution, notamment ses articles 77-6° et 125 Vu la Constitution, notamment ses articles 77-6° et 125
(alinéa 1er) ; (alinéa 1er) ;
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et
complétée, relative aux lois de finances ; complétée, relative aux lois de finances ;
Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428 Vu la loi n° 06-24 du 6 Dhou El Hidja 1427
correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances correspondant au 26 décembre 2006 portant loi de
complémentaire pour 2007 ; finances pour 2007 ;
Vu le décret présidentiel du 21 Rajab 1428 Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428
correspondant au 5 août 2007 portant répartition des correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par complémentaire pour 2007 ;
la loi de finances complémentaire pour 2007, au budget
des charges communes ; Vu le décret présidentiel du 21 Rajab 1428
correspondant au 5 août 2007 portant répartition des
Vu le décret présidentiel n° 07-234 du 21 Rajab 1428 crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par
correspondant au 5 août 2007 portant répartition des la loi de finances complémentaire pour 2007, au budget
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par des charges communes ;
la loi de finances complémentaire pour 2007, à la
Présidence de la Républqiue ; Vu le décret exécutif n° 07-26 du 11 Moharram 1428
correspondant au 30 janvier 2007 portant répartition des
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par
Décrète : la loi de finances pour 2007, au Chef du Gouvernement ;

Article 1er. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de Décrète :


quatre cent cinquante-sept millions huit cent mille dinars
(457.800.000 DA) applicable au budget des charges
communes et au chapitre n° 37-91 “ Dépenses Article 1er. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de deux
éventuelles – Provision groupée”. cent millions de dinars (200.000.000 DA) applicable au
budget des charges communes et au chapitre n° 37-91
“Dépenses éventuelles — Provision groupée”.
Art. 2. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit
de quatre cent cinquante sept millions huit cent mille
Art. 2. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit de deux cent
dinars (457.800.000 DA) applicable au budget de
millions de dinars (200.000.000 DA) applicable au budget
fonctionnement de la Présidence de la République et aux
de fonctionnement des services du Chef du Gouvernement
chapitres énumérés à l’état annexé à l’original du présent
et au chapitre n° 42-03 “Participation de l’Algérie à
décret.
l’exposition universelle de Saragosse 2008”.
Art. 3. — Le présent décret sera publié au Journal Art. 3. — Le présent décret sera publié au Journal
officiel de la République algérienne démocratique et officiel de la République algérienne démocratique et
populaire. populaire.

Fait à Alger, le 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant Fait à Alger, le 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
au 25 novembre 2007. au 25 novembre 2007.

Abdelaziz BOUTEFLIKA. Abdelaziz BOUTEFLIKA.


8 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

Décret présidentiel n° 07-361 du 15 Dhou El Kaada Vu le décret exécutif n° 07-28 du 11 Moharram 1428
1428 correspondant au 25 novembre 2007 correspondant au 30 janvier 2007 portant répartition des
portant transfert de crédits au budget de crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par
fonctionnement du ministère de la justice. la loi de finances pour 2007, au ministre de la justice,
———— garde des sceaux ;

Le Président de la République, Décrète :

Sur le rapport du ministre des finances, Article 1er. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de
quatre-cent quatre-vingt et un millions de dinars
Vu la Constitution, notamment ses articles 77-6° et 125 (481.000.000 DA), applicable au budget des charges
(alinéa 1er) ; communes et au chapitre n° 37-91 « Dépenses
éventuelles — Provision groupée ».
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et
Art. 2. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit
complétée, relative aux lois de finances ;
de quatre cent quatre-vingt et un millions de
dinars (481.000.000 DA), applicable au budget de
Vu la loi n° 06-24 du 6 Dhou El Hidja 1427 fonctionnement du ministère de la justice et aux chapitres
correspondant au 26 décembre 2006 portant loi de énumérés à l’état annexé au présent décret.
finances pour 2007 ;
Art. 3. — Le ministre des finances et le ministre de la
Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428 justice, garde des sceaux, sont chargés, chacun en ce qui
correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances le concerne, de l’exécution du présent décret qui sera
complémentaire pour 2007 ; publié au Journal officiel de la République algérienne
démocratique et populaire.
Vu le décret présidentiel du 21 Rajab 1428
correspondant au 5 août 2007 portant répartition des Fait à Alger, le 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par au 25 novembre 2007.
la loi de finances pour 2007, au budget des charges
communes ; Abdelaziz BOUTEFLIKA.
————————
ETAT ANNEXE

Nos DES L I B E L L E S CREDITS OUVERTS


CHAPITRES EN DA

MINISTERE DE LA JUSTICE

SECTION I
DIRECTION DE L’ADMINISTRATION GENERALE

SOUS-SECTION I
SERVICES CENTRAUX

TITRE III
MOYENS DES SERVICES

4ème Partie

Matériel et fonctionnement des services

34-90 Administration centrale — Parc automobile........................................................... 6.000.000

Total de la 4ème partie........................................................................... 6.000.000

Total du titre III...................................................................................... 6.000.000

Total de la sous-section I........................................................................ 6.000.000


15 Dhou El Kaada 1428 9
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

ETAT ANNEXE (Suite)

Nos DES CREDITS OUVERTS


CHAPITRES L I B E L L E S EN DA

SOUS-SECTION II
SERVICES JUDICIAIRES

TITRE III
MOYENS DES SERVICES

4ème Partie
Matériel et fonctionnement des services

34-14 Services judiciaires — Charges annexes................................................................. 120.000.000


34-80 Services judiciaires — Parc automobile.................................................................. 18.200.000
Total de la 4ème partie........................................................................... 138.200.000

5ème Partie
Travaux d’entretien

35-11 Services judiciaires — Entretien des immeubles.................................................... 33.000.000


Total de la 5ème partie........................................................................... 33.000.000

7ème Partie
Dépenses diverses

37-11 Services judiciaires — Frais de justice criminelle.................................................. 25.400.000


Total de la 7ème partie........................................................................... 25.400.000
Total du titre III...................................................................................... 196.600.000
Total de la sous-section II....................................................................... 196.600.000
Total de la section I................................................................................ 202.600.000

SECTION II
DIRECTION GENERALE DE L’ADMINISTRATION
PENITENTIAIRE ET DE LA REINSERTION

SOUS-SECTION II

ETABLISSEMENTS PENITENTIAIRES

TITRE III
MOYENS DES SERVICES

4ème Partie
Matériel et fonctionnement des services

34-34 Etablissements pénitentiaires — Charges annexes.................................................. 65.400.000


34-36 Etablissements pénitentiaires — Alimentation....................................................... 213.000.000
Total de la 4ème partie........................................................................... 278.400.000
Total du titre III...................................................................................... 278.400.000
Total de la sous-section II....................................................................... 278.400.000
Total de la section II............................................................................... 278.400.000
Total des crédits ouverts...................................................................... 481.000.000
10 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

Décret présidentiel n° 07-362 du 15 Dhou El Kaada Décrète :


1428 correspondant au 25 novembre 2007
Article 1er. — Il est créé, au sein de la nomenclature du
portant création d’un chapitre et transfert de
budget de fonctionnement du ministère de l’aménagement
crédits au budget de fonctionnement du du territoire, de l’environnement et du tourisme,
ministère de l’aménagement du territoire, de Section I — Aménagement du territoire et environnement,
l’environnement et du tourisme. un chapitre n° 37-07, intitulé “Administration centrale —
————
Frais de fonctionnement de l’autorité nationale désignée”.
Le Président de la République,
Art. 2. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de cent
Sur le rapport du ministre des finances,
vingt- huit millions six cent soixante-quatre mille dinars
Vu la Constitution, notamment ses articles 77-6° et 125 (128.664.000 DA) applicable au budget des charges
(alinéa 1er) ; communes et au chapitre n° 37-91 “Dépenses
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et éventuelles — Provision groupée”.
complétée, relative aux lois de finances ; Art. 3. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit de
Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428 cent vingt-huit millions six cent soixante-quatre mille
correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances dinars (128.664.000 DA) applicable au budget de
complémentaire pour 2007 ; fonctionnement du ministère de l’aménagement du
territoire, de l’environnement et du tourisme et aux
Vu le décret présidentiel du 21 Rajab 1428 chapitres énumérés à l’état annexé au présent décret.
correspondant au 5 août 2007 portant répartition des
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par Art. 4. — Le ministre des finances et le ministre de
la loi de finances complémentaire pour 2007, au budget l’aménagement du territoire, de l’environnement et du
des charges communes ; tourisme sont chargés, chacun en ce qui le concerne de
l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal
Vu le décret exécutif n° 07-240 du 21 Rajab 1428 officiel de la République algérienne démocratique et
correspondant au 5 août 2007 portant répartition des populaire.
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par
la loi de finances complémentaire pour 2007, au ministre Fait à Alger, le 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
de l’aménagement du territoire, de l’environnement et du au 25 novembre 2007.
tourisme ; Abdelaziz BOUTEFLIKA.
————————
ETAT ANNEXE

Nos DES L I B E L L E S CREDITS OUVERTS


CHAPITRES EN DA
MINISTERE DE L’AMENAGENEMENT DU TERRITOIRE,
DE L’ENVIRONNEMENT ET DU TOURISME
SECTION I
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET ENVIRONNEMENT
SOUS-SECTION I
SERVICES CENTRAUX
TITRE III
MOYENS DES SERVICES
4ème Partie
Matériel et fonctionnement des services
34-01 Administration centrale — Remboursement de frais........................................... 26.759.000
34-02 Administration centrale — Matériel et mobilier.................................................. 1.500.000
34-03 Administration centrale — Fournitures................................................................ 2.281.000
34-04 Administration centrale — Charges annexes....................................................... 91.995.000
Total de la 4ème partie............................................................ 122.535.000
7ème Partie
Dépenses diverses
37-04 Administration centrale — Action de sensibilisation.......................................... 3.129.000
37-07 Administration centrale — Frais de fonctionnement de l’autorité nationale
désignée............................................................................................................. 3.000.000
Total de la 7ème partie............................................................. 6.129.000
Total du titre III........................................................................ 128.664.000
Total de la sous-section I......................................................... 128.664.000
Total de la section I.................................................................. 128.664.000
Total des crédits ouverts....................................................... 128.664.000
15 Dhou El Kaada 1428 11
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

Décret exécutif n° 07-354 du 11 Dhou El Kaada 1428 Tableau «B» — Concours définitifs
correspondant au 21 novembre 2007 modifiant la (En milliers de DA)
répartition par secteur des dépenses
d’équipement de l’Etat pour 2007.
———— MONTANTS OUVERTS
SECTEURS
Le Chef du Gouvernement, C.P. A.P.
Sur le rapport du ministre des finances, Industrie 4.000 4.000
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125
Agriculture hydraulique 3.650.000 3.650.000
(alinéa 2) ;
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et Infrastructures économiques 2.877.000 9.377.000
complétée, relative aux lois de finances ; et administratives
Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428 Education — Formation 540.492 540.492
correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances Infrastructures socio-culturelles 511.200 511.200
complémentaire pour 2007 ; Soutien à l’activité économique 24.193.000 —
Vu le décret exécutif n° 98-227 du 19 Rabie El Aouel
1419 correspondant au 13 juillet 1998, modifié et TOTAL 31.775.692 14.082.692
complété, relatif aux dépenses d’équipement de l’Etat ;
Décret exécutif n° 07-355 du 11 Dhou El Kaada 1428
Décrète : correspondant au 21 novembre 2007 portant
création d’un chapitre et virement de crédits au
Article 1er. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de sein du budget de fonctionnement des services du
paiement de trente et un milliards sept cent Chef du Gouvernement.
soixante-quinze millions six cent quatre-vingt-douze mille ————
dinars (31.775.692.000 DA) et une autorisation de Le Chef du Gouvernement,
programme de quatorze milliards quatre-vingt deux
millions six cent quatre-vingt-douze mille dinars Sur le rapport du ministre des finances,
(14.082.692.000 DA), applicables aux dépenses à Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125
caractère définitif (prévus par l’ordonnance n° 07-03 (alinéa 2) ;
du 9 Rajab 1428 correspondant au 24 juillet 2007 portant Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et
loi de finances complémentaire pour 2007) conformément complétée, relative aux lois de finances ;
au tableau «A» annexé au présent décret. Vu la loi n° 06-24 du 6 Dhou El Hidja 1427
Art. 2. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit de paiement correspondant au 26 décembre 2006 portant loi de
finances pour 2007 ;
de trente et un milliards sept cent soixante quinze
millions-six cent quatre-vingt-douze mille dinars Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428
(31.775.692.000 DA) et une autorisation de programme de correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances
quatorze milliards quatre-vingt-deux millions six cent complémentaire pour 2007 ;
quatre-vingt-douze mille dinars (14.082.692.000 DA), Vu le décret exécutif n° 07-26 du 11 Moharram 1428
applicables aux dépenses à caractère définitif (prévus par correspondant au 30 janvier 2007 portant répartition des
l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428 correspondant au crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par
24 juillet 2007 portant loi de finances complémentaire la loi de finances pour 2007, au Chef du Gouvernement ;
pour 2007) conformément au tableau «B» annexé au
présent décret. Décrète :
Art. 3. — Le présent décret sera publié au Journal Article 1er. — Il est créé, au sein de la nomenclature du
officiel de la République algérienne démocratique et budget de fonctionnement des services du Chef du
populaire. Gouvernement, section I – Chef du Gouvernement, un
chapitre n° 37-13 intitulé “Dépenses liées à la préparation
Fait à Alger, le 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant et à l’organisation des élections locales du 29 novembre
au 21 novembre 2007. 2007”.
Abdelaziz BELKHADEM. Art. 2. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de dix-sept
———————— millions vingt-cinq mille dinars (17.025.000 DA)
ANNEXE applicable au budget de fonctionnement des services du
Tableau «A» — Concours définitifs Chef du Gouvernement et au chapitre n° 37-12 “Dépenses
liées à la préparation et à l’organisation des élections
(En milliers de DA) législatives du 17 mai 2007”.
Art. 3. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit de dix-sept
MONTANTS ANNULES millions vingt-cinq mille dinars (17.025.000 DA)
SECTEURS
C.P. A.P. applicable au budget de fonctionnement des services du
Chef du Gouvernement et au chapitre n° 37-13 “Dépenses
Agriculture hydraulique 17.000.000 - liées à la préparation et à l’organisation des élections
locales du 29 novembre 2007”.
Programme complémentaire 9.569.692 2.376.692 Art. 4. — Le présent décret sera publié au Journal
au profit des wilayas officiel de la République algérienne démocratique et
Provision pour dépenses 5.206.000 11.706.000 populaire.
imprévues Fait à Alger, le 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant
au 21 novembre 2007.
TOTAL 31.775.692 14.082.692 Abdelaziz BELKHADEM.
12 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

Décret exécutif n° 07-356 du 11 Dhou El Kaada 1428 Décret exécutif n° 07-357 du 11 Dhou El Kaada 1428
correspondant au 21 novembre 2007 portant correspondant au 21 novembre 2007 portant
virement de crédits au sein du budget de virement de crédits au sein du budget de
fonctionnement du ministère des moudjahidine. fonctionnement de la petite et moyenne
———— entreprise et de l’artisanat.
————
Le Chef du Gouvernement,
Le Chef du Gouvernement,
Sur le rapport du ministre des finances,
Sur le rapport du ministre des finances,
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125
(alinéa 2) ; Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125
(alinéa 2) ;
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et
complétée, relative aux lois de finances ; Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et
complétée, relative aux lois de finances ;
Vu la loi n° 06-24 du 6 Dhou El Hidja 1427
correspondant au 26 décembre 2006 portant loi de Vu la loi n° 06-24 du 6 Dhou El Hidja 1427
finances pour 2007 ; correspondant au 26 décembre 2006 portant loi de
finances pour 2007 ;
Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428
correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428
complémentaire pour 2007 ; correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances
complémentaire pour 2007 ;
Vu le décret exécutif n° 07-35 du 11 Moharram 1428
correspondant au 30 janvier 2007 portant répartition des Vu le décret exécutif n° 07-44 du 11 Moharram 1428
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement par correspondant au 30 janvier 2007 portant répartition des
la loi de finances pour 2007, au ministre des crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par
moudjahidine ; la loi de finances pour 2007, au ministre de la petite et
moyenne entreprise et de l’artisanat ;

Décrète :
Décrète :

Article 1er. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de


Article 1er. — Il est annulé, sur 2007, un crédit de seize quinze millions de dinars (15.000.000 DA), applicable
millions de dinars (16.000.000 DA), applicable au budget au budget de fonctionnement du ministère de la petite
de fonctionnement du ministère des moudjahidine et au et moyenne entreprise et de l’artisanat et au
chapitre n° 37-09 intitulé “Dépenses relatives à la chapitre n° 31-11 “Services déconcentrés de l’Etat –
préparation et à l’organisation du 45ème anniversaire de Rémunérations principales”.
l’indépendance”.
Art. 2. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit de quinze
Art. 2. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit de seize millions de dinars (15.000.000 DA), applicable au budget
millions de dinars (16.000.000 DA), applicable au budget de fonctionnement du ministère de la petite et moyenne
de fonctionnement du ministère des moudjahidine et au entreprise et de l’artisanat et au chapitre n° 31-13
chapitre n° 34-90 intitulé “Administration centrale – Parc “Services déconcentrés de l’Etat – Personnel vacataire et
automobile”. journalier – Salaires et accessoires de salaires”.

Art. 3. — Le ministre des finances et le ministre des Art. 3. — Le ministre des finances et le ministre de la
moudjahidine sont chargés, chacun en ce qui le concerne, petite et moyenne entreprise et de l’artisanat sont chargés,
de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent
officiel de la République algérienne démocratique et décret qui sera publié au Journal officiel de la République
populaire. algérienne démocratique et populaire.

Fait à Alger, le 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant Fait à Alger, le 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant
au 21 novembre 2007. au 21 novembre 2007.

Abdelaziz BELKHADEM. Abdelaziz BELKHADEM.


15 Dhou El Kaada 1428 13
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

Décret exécutif n° 07-358 du 11 Dhou El Kaada 1428 Décrète :


correspondant au 21 novembre 2007 portant
virement de crédits au sein du budget de
fonctionnement du ministère de la formation et Article 1er. — Il est annulé, sur 2007, un
de l’enseignement professionnels. crédit de quarante-cinq millions sept cent mille dinars
(45.700.000 DA), applicable au budget de fonctionnement
————
du ministère de la formation et de l’enseignement
Le Chef du Gouvernement, professionnels et aux chapitres énumérés à l’état “A”
Sur le rapport du ministre des finances, annexé au présent décret.

Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125 Art. 2. — Il est ouvert, sur 2007, un crédit de quarante-
(alinéa 2) ; cinq millions sept cent mille dinars (45.700.000 DA)
applicable au budget de fonctionnement du ministère
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et
complétée, relative aux lois de finances ; de la formation et de l’enseignement professionnels et
aux chapitres énumérés à l’état “B” annexé au présent
Vu la loi n° 06-24 du 6 Dhou El Hidja 1427 décret.
correspondant au 26 décembre 2006 portant loi de
finances pour 2007 ; Art. 3. — Le ministre des finances et le ministre de la
formation et de l’enseignement professionnels sont
Vu l’ordonnance n° 07-03 du 9 Rajab 1428
chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du
correspondant au 24 juillet 2007 portant loi de finances
présent décret qui sera publié au Journal officiel de la
complémentaire pour 2007 ; République algérienne démocratique et populaire.
Vu le décret exécutif n° 07-48 du 11 Moharram 1428
correspondant au 30 janvier 2007 portant répartition des Fait à Alger, le 11 Dhou El Kaada 1428 correspondant
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement par au 21 novembre 2007.
la loi de finances pour 2007, au ministre de la formation
et de l’enseignement professionnels ; Abdelaziz BELKHADEM.
————————
ETAT “A”

Nos DES L I B E L L E S CREDITS ANNULES


CHAPITRES EN DA

MINISTERE DE LA FORMATION
ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS

SECTION I
SECTION UNIQUE

SOUS-SECTION I
SERVICES CENTRAUX

TITRE III
MOYENS DES SERVICES

6ème Partie
Subventions de fonctionnement
36-01 Subvention à l’institut national de formation professionnelle (I.N.F.P).............. 2.704.000
36-05 Subventions aux instituts nationaux spécialisés de formation professionnelle
(I.N.S.F.P)......................................................................................................... 32.996.000
36-06 Subvention à l’établissement national des équipements techniques et
pédagogiques de la formation professionnelle.................................................. 10.000.000
Total de la 6ème partie............................................................. 45.700.000
Total du titre III....................................................................... 45.700.000
Total de la sous-section I......................................................... 45.700.000
Total de la section I.................................................................. 45.700.000
Total des crédits annulés....................................................... 45.700.000
14 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

ETAT “B”

Nos DES CREDITS OUVERTS


L I B E L L E S EN DA
CHAPITRES
MINISTERE DE LA FORMATION
ET DE L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS
SECTION I
SECTION UNIQUE
SOUS-SECTION II
SERVICES DECONCENTRES DE L’ETAT
TITRE III
MOYENS DES SERVICES
4ème Partie
Matériel et fonctionnement de services
34-14 Services déconcentrés de l’Etat — Charges annexes........................................... 42.300.000
34-91 Services déconcentrés de l’Etat — Parc automobile............................................ 3.400.000
Total de la 4ème partie............................................................. 45.700.000
Total du titre III........................................................................ 45.700.000
Total de la sous-section II........................................................ 45.700.000
Total de la section I.................................................................. 45.700.000
Total des crédits ouverts........................................................ 45.700.000

DECISIONS INDIVIDUELLES

Décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007 mettant fin aux fonctions du
secrétaire exécutif du comité interministériel de suivi de la mise en œuvre de la convention sur l’interdiction de
l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction.
————

Par décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007, il est mis fin, à compter du 30
novembre 2006, aux fonctions de secrétaire exécutif du comité interministériel de suivi de la mise en œuvre de la
convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur
leur destruction, exercées par M. Mohamed Messaoud Adimi, sur sa demande.
————★————

Décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007 portant nomination d’une
chargée d’études et de synthèse à la Présidence de la République.
————
Par décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007, Mlle. Assia Temimi est nommée
chargée d’études et de synthèse à la Présidence de la République.
————★————

Décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007 portant nomination du
secrétaire exécutif du comité interministériel de suivi de la mise en œuvre de la convention sur l’interdiction de
l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction.
————
Par décret présidentiel du 10 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 20 novembre 2007, le colonel Ahcène Gharabi est
nommé, à compter du 1er décembre 2006, secrétaire exécutif du comité interministériel de suivi de la mise en œuvre de la
convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur
leur destruction.
15 Dhou El Kaada 1428 15
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE

Arrêté interministériel du 9 Chaoual 1428 correspondant au 21 octobre 2007 portant nomination de juges assesseurs
près les juridictions militaires.
————
Par arrêté interministériel du 9 Chaoual 1428 correspondant au 21 octobre 2007, les militaires d’active de l’Armée
nationale populaire dont les noms suivent sont nommés en qualité de juges assesseurs près les tribunaux militaires pour
l’année judiciaire 2007-2008 :
1. Guelmami Mohamed 35. Aïdoud Yacine 69. Foura Ali
2. Selidj Ammar 36. Mekhdoul Hadj Baghdad 70. Zioui Mohamed
3. Rebih Seghir 37. Bouguestour El Hadi 71. Bali Abdelouahab
4. Nahal Laïd 38. Abdou Abdelazziz 72. Remouche Abdeslam
5. Mesbahi El Hadi 39. Alim Ali 73. Mansouri Abdelmalek
6. Djelti Abdelkrim 40. Belayadhi Messaoud 74. Ben Hadna Nacer Eddine
7. Mouali Slimane 41. Ben Khadir Salah 75. Ben Fadhel Hocine
8. Hallab Ahmed Mustapha 42. Tatar Lakhdar 76. Bouterh Abdallah
9. Mahdaoui Abdelkader 43. Hassen Khodja Hamoud Rédha 77. Amari Abderrahim
10. Sari Salah 44. Idjenadène Amar 78. Boualtout Rabah
11. Ben Zeroual Tahar 45. Ben haddad Bouhnifïa 79. Selatnia Abdallah
12. Ammour Ali 46. Adnane Cherif 80. Ben Habilis Chokr El Abidine
13. Bouzahzah Mezhoud 47. Rahmane Hazrouchi 81. Selama Abdelkader
14. Kouidret Abderahmane 48. Ben Mansour Noureddine 82. Belghiat Mohamed
15. Daabouz Abdelkrim 49. Meziani El Tidjani 83. Fertassi Ahmed
16. Keddache El Yamine 50. Boutheldja Aziz 84. Ben Amar Rached
17. El Bahi Saâd Eddine 51. Belkacemi Azzedine 85. Djebaïria Menouar
18. Boudchiche Mohamed 52. Ferouani Boumediène 86. Melhag Lounès
19. Ben Amara Ahmed 53. Omar Mohamed 87. Merakchi Mohamed
20. Ghoubali Tahar 54. Mezhoudi Hamma Salah 88. Ben Senadj Hocine
21. Djillali Rih 55. Ben Youb Saïd 89. Serdou Brahim
22. Hadj Saddok Abdallah 56. Boudjelab Ahmed Kheir Eddine 90. Khenfri Abdelbaki
23. Djaoud Mohamed 57. Bouchoucha Larbi 91. Akermi Kaddour
24. Hamoumi Mohamed 58. Bellounis Ferhat 92. Bagria Salah
25. Ghadjani Mohamed Rédha 59. Hachmaoui Sadek 93. Ismaïl Kamel Eddine
26. Athmani Abdelmadjid 60. Chalabi Ahmed 94. Beloul Bouterfaïa
27. Hamdani Mohamed 61. Lazaar Saïd 95. Brichni Noureddine
28. Kibou Meliani 62. Hani Messaoud 96. Ghali Ben Abdallah
29. Souadkia Ahcène 63. Boughazi Abdelaziz 97. Bekhouche Abdelahafidh
30. Touil Djamel 64. El Hadj Saddok Madani 98. Si Hadj Mohand Ali
31. Selatnia Layache 65. Djerboua Zaïdi 99. Moussaoui Rachid
32. El Achebi Ramdane 66. Ben Salah Larbi 100. Guelil Ahmed
33. Ben Moussa Kada 67. Messane Sadek 101. Guemidi Mohamed
34. Litim Abed 68. Saïdia Abdelaziz 102. Belghali Abdelkader
16 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

103. Aichouni Mohamed 149. Teraâ Brahim 195. Boucherka Azzedine


104. Bouhadjar Mohamed 150. Aïssani Aïssa 196. Badrina Belkacem
105. Belatrache Benattia 151. Zerouali Bouaziz 197. Saâdi Abdelkader
106. Berrahal Houari 152. Betatache Redha 198. Batache Yacine
107. Benhaddou Abdelkader 153. Sabri Abdelaâli 199. Houili Mahieddine
108. Ben della Noureddine 154. Amara Belkacem 200. Tidafi Mouloud
109. Belkacem Mohamed 155. Touati Salah Eddine 201. Bahi Tayeb
110. Bouzouani Kamel 156. Allaoui Mebrouk 202. Melouah Abdelhamid
111. Badj Nadir 157. Hadji Kamel 203. Tahraoui Messaoud
112. Dahmani Kouider 158. Assal Mohamed 204. Mastour Sofiane
113. Berahma El Hadj 159. Gued El Oud Ezzine 205. Attab Hacène
114. Bencheikh Amar 160. Belkadhi Maâmar 206. Boukara El Hachemi
115. Aboula Abdelouahab 161. Zehari Boudjemaâ 207. Saighi Fouad
116. Ben Chaâbane Essebti 162. Hafiane Abdelouahab 208. Chiboub Mohamed Tarek
117. Mekaoui Ahmed 163. Tahar Abdelkader 209. Frioua Toufik
118. Ouarghi Messaoud 164. Rahab Bachir 210. Kerouadi Abdallah
119. Bounegta Slimane 165. Ben gana Mohamed Saïd 211. Djenane Bachir
120. Menidjel Rabah 166. Guemidi Hacène 212. Baghdad Ben Ayad Kaddour
121. Benabdallah Mohamed 167. Miles Mohamed 213. Bedrani Abdelkader
122. Benou Djaâfar Slimane 168. Bouzaaroura Rabah 214. Rezaïguia Badreddine
123. Debka Mohamed 169. Ben mares Messaoud 215. Saâdi Noufel
124. Boudiaf Abdeslam 170. Benkhelil Ismaïl 216. Ben El Hadj Djelloul Lakhdar
125. Yesaâd Hocine 171. Chouini Hamid 217. Chetti Ammar
126. Djouadi Ali 172. Ben Sebti Noureddine 218. Hemiham Mohamed
127. Betaïmi Abdelhakim 173. Berkani Cherif 219. Semoud Abdenour
128. Bouaïs Seghir 174. Abdelaziz Abdelkhalek 220. Chibani Abdallah
129. Meftah Ahmed 175. Besahraoui Mohamed 221. Debbiche Abdeladhim
130. El Adjmi Saïd 176. Lounissa Hassen 222. Tobal Djamel
131. Mebkhouti Abdallah 177. Belhenini Rachid 223. Haddou Akacha
132. Chibane Saïd 178. Aissa Abdelkader 224. El Alouani Saïd
133. Bouras Toufik 179. Khouider Mohamed 225. Mehnaoui Mohamed
134. Chelaghmia Noureddine 180. Amatous Lamine 226. Boutaleb Brahim
135. Tizi Abdelkader 181. Boulouha Saïd 227. Chebli Noureddine
136. Talbi Abdelhalim 182. Serai Ammar 228. Redouani Fouad
137. Eddouh Ali 183. Merabti Abdelouahed 229. Daoudi Abdelatif
138. Hamchaoui Boualem 184. Ghrissi Mamoune 230. Abouchoucha Merzak
139. Berrahal Hacène 185. Akad Smaïl 231. Kebrine Azzedine
140. Flissi Abdelakder 186. Ben Azzouz Mohamed 232. Layoune Lakhdar
141. Bensaber Djamel 187. Bouchetta Mohamed 233. Kouriche Ahmed
142. Laâraba Abdelhamid 188. Ben Ayad Noureddine 234. Kebir Abdelhakim
143. Belghit Mohamed Rebaï 189. Ouadi Akli 235. Dadi Kadda
144. Aouadi Badreddine 190. Hamadou Ahmed 236. Saïd Badreddine
145. Bendrihem Lazhar 191. Yahiaoui Salah 237. Adjel Ahmed
146. Guerni Salim 192. Bouguessa Kamal 238. Ben Saber Slimane Hafidh
147. Bellounis Mustapha 193. Djillali Miloud 239. Hannachi Mohamed-larbi
148. Boudiar Djamel 194. Ferrahi Faouzi 240. Boutebba Faouzi
15 Dhou El Kaada 1428 17
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

241. Lasaâd Rabah 287. Khelaifia Abdelaziz 333. Djebbari Abdelbaki


242. Ben Laâlam Samir 288. Khelaifia Mokdad 334. Benamar Samir
243. Daâs Mohamed 289. Rachid Abdelmadjid 335. Benbelghit Maâmar
244. Chorfi Arezki 290. Boutagouine Noureddine 336. Laouar Abdelhamid
245. Maâti Mohamed 291. Amieur Youcef 337. Bouguessa Omar
246. Chachou Salim 292. Aouiche Hacene 338. El khedim Abdelkader
247. Achour Boudjemaâ 293. Charef Omar 339. Maatouk Youcef
248. Bouzidi Hocine 294. Saadaoui Nacer 340. Saadoune Bachir
249. Sid Abderahmane 295. Benkaddour Mohamed Rédha 341. Taamallah Rachid
250. Djouzi Ahmed 296. Khebaouet Brahim 342. Saïdi Salih
251. Aouari Belaid 297. Achi Lekhmissi 343. Ziane Aïssa
252. Bouzid Abdelkader Abdelhakim 298. Benokba Moussa 344. Hammami Smail
253. Lahlou Ali 299. Ben Maâmar Messaoud 345. Bentahar El Houari
254. Ghardine Mohamed 300. Hadhoud Yahia 346. Bensalah Medjdoub
255. Bakhti Djillali 301. Larbi Mohand Ouidir 347. Benlamnouar Mohamed Bachir
256. Belabbes Ahmed 302. Mechri Mohamed Rédha 348. Dhif Cherif
257. Ben Ramdane Maamar 303. Rabiai Ferhat 349. Hachichi Rédha
258. Brak Mahfoud Mourad 304. Atti Ammar 350. Chakroun Messaoud
259. Medjroud Abdeslam 305. Merzkani Chawki 351. Youcefi Salim
260. Brahmia Abdelouahab 306. Kermiche Omar 352. Boucif Ahmed Chaib
261. Berouag Abdelkader 307. Chaib Salah 353. Beztout Djamel
262. Louchouache Mohamed 308. Chetti Mostefa 354. Boulgheb Noureddine
263. Oulhassi Samir 309. Ould Aroussi Rachid 355. Boulala Ahmed Zoubir
264. Bounahar Mohamed 310. Mansouri Khemis 356. Fantazi Hamoudi
265. Hamdane Abid 311. Laaouar Noureddine 357. Lamouri Ali
266. Agoud Moussa 312. Kemkem Houari 358. Benyahia Zohir
267. Gasmi Mohcène 313. Khalfoun Kouider 359. Zerguine Abdelmadjid
268. Boumedienne Mustapha 314. Benmahdi Rezgui 360. Houma Azziz
269. Belkadi Tahar 315. Boukelouha Rachid 361. Yadjane Hacene
270. Benamar Lazgham 316. Boukhamla Mahfoud 362. Bakhta Fouzi
271. Hadj Abderahmane Noureddine 317. Messaoudi Abderrahim 363. Belhadj Mohamed
272. Cherchab Ahmed 318. Fedel Mustapha Hacène 364. Korzit Mustapha
273. Khadraoui Mourad 319. Heddouf Salah Eddine 365. Dakhane Rabah
274. Touati Tazaghat 320. Selaihi Ahmed 366. Tag Abdelghafour
275. Salah Ayache Rezki 321. Fenghour Dhif 367. Djaziri Ramdane
276. Tidjani Brahim 322. Adjroud Boucherit 368. Guehaïria Yassine
277. Madani Ahmed 323. Meghazi Abderrahmane 369. Saâdi Souhil
278. Zouaoui Rabah Mohamed 324. Benmechiche Belkacem 370. Cheriet Abdelghani
279. Naib Abdelkader 325. Rechache Aïssa 371. Chalbi Achour
280. Nacer Bey Amar 326. Kerakbi Mostefa 372. Aouf Karim
281. Bouchaïb Abdelhakim 327. Bekadour Benaouda 373. Saâdi Mohamed Lamine
282. Bakriche Boudjemaâ 328. Fekir Mohamed 374. Hadroug Djamel
283. Naghib Tayeb 329. Belaribi Mohamed 375. Hadef Kamel
284. Ben Khedidja Mohamed 330. Haouari Amor 376. Zaïdi Belkacem
285. Charit Abdelatif 331. Youcef Lokmane 377. Guettaf Youcef
286. Ferchiche Lahcène 332. Krama Lazhar 378. Allam Rachid
18 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

379. Lacheheb Ammar 425. Zouaoui Abbou 471. Bachir-cherif El Hadj


380. Bouati Rachid 426. Belaouira Boukhemiss 472. Boukaria Lakhdar
381. Laabidi Bachir 427. Gridi Mohamed 473. Naceri Abdelkrim
382. Gasmi Nacereddine 428. Louam Djihad 474. Khenfar Ahmed
383. Bouklioua Khalil 429. Yaiche Zoubir 475. Chaabane Abdelbasset
384. Azoui Younès 430. Ferahi Karim 476. Mazouzi Djamel
385. Bouchouareb Abdelkrim 431. Lakbal Rafik 477. Chemam Ammour
386. Aouissi Messaoud 432. Azlani Samir 478. Belakhal Noureddine
387. Harkat Mohamed 433. Belarbi Mohamed 479. Chekioua Fateh
388. Bouteba Boudjemaa 434. Eulmi Oualid 480. Afaifia Smail
389. Arab Tarek 435. Agoune Yasser 481. Bouhali Salim
390. Laabadlia Ali 436. Chelghoum Azeddine 482. Bendjamaa Djamel
391. Brinat Noureddine 437. Rahal Abdallah 483. Boumaaza Mohamed
392. Bouafia Farid 438. Zenini Azzedine 484. Sahbi Riadh
393. Temim Skander 439. Difli Said 485. Metatla Abdelouahab
394. Abid Farid 440. Aliouane El Hadj 486. Fortas Ali
395. Terraia Ezzine 441. Ben zid Kouider 487. Hamoudi Oussama
396. Seyad Djallal 442. Aris Abdelhamid 488. Chemseddine Lakhdar
397. Arar Hatem 443. Bouguetaya Sadek 489. Glida Nadir
398. Bouizar Abdelkader 444. Beldjelti Hacene 490. Souiher Nouari
399. Amimeur Ben youcef 445. Chahmi Abdelghani 491. Semmar Ramdane Adel
400. Morsli Abdallah 446. Bahou Redha 492. Belaghmas Smaïl
401. Bouhraoua Rachid 447. Hanifia Mohamed-lamine 493. Haffaf Hichem
402. Boudjemaa Abdelatif 448. Gharzi Hakim 494. Boukhezna Mohamed Saïd
403. Abidi Boualem 449. El mir Mustapha 495. Harkat Adel
404. Belkacem Sid Ali 450. Doukani Hanifi 496. Kya Mourad
405. Akab Salouh 451. Fellah Mohamed 497. Menineche Ali
406. Senani Brahim 452. Cherfaoui Mohamed Houari 498. Bouchahed Abdelkader
407. Sahraoui Mohamed Lamnaouar 453. Ben Mira Saïd 499. Aber El Ghodbane
408. Nasri Yahia 454. Hamdaoui Djelloul 500. Djemmal Maarouf
409. Naceri Ben Omar 455. Kahal Mohamed Rédha 501. Sassi Ali
410. Zelagui Rachid 456. Boughagha Fateh 502. Bahou Mohamed-salah
411. Chara Mohamed 457. Belhadji Amine 503. Guetmi Adel
412. Ghazal Yahia Chawki 458. Belarbi Abdenour 504. Kafi Nedjm-eddine
413. Rachdi Mohamed 459. Saddok Abdelkader 505. Sahnoune Khelifa
414. Mimen Daoud 460. Tekouk Youcef 506. Belhouchat Sebti
415. Maghsel Sadek 461. Sedjal Omar 507. Nouioua Mohamed Rédha
416. Daghboudj Amar 462. Hamoudi Seddik 508. Dinar Abdelkader
417. Zidane Ahmed 463. Ben Djebbar Badr ezamane 509. Berkane Bouzid
418. Fassi Ahmed-Lakhdar 464. Mahdaoui Mohamed 510. Sedira Messaoud
419. Nemouchi Khaled 465. Ouanas Miloud 511. Guenab Yacine
420. Maache Adel 466. Nahal Merzouk 512. Dahchar Boukhemis
421. Boudraa Rabah 467. Kahla Abdelhakim 513. Diani Rachid
422. Raighi Kamel 468. Hassini Sofiane 514. Guergah Salim
423. Hadda Abdelkader 469. Nedjadi Miloud 515. Boukabous Mohamed Fouzi
424. Ben hafsa El hadi 470. Manzer Abdellalli 516. Belghoul Karim
15 Dhou El Kaada 1428 19
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

517. Djaakor Sofiane 563. Sikaâ Omar 609. Belghiat Hamza


518. Belabbes Bekheda 564. Bouradhi Messaoud 610. Ferdj-allah Abdelalli
519. Laalaouna Abdelwahab 565. Barkat Abdelhak 611. Moussaoui Rabie chemss eddine
520. Benkassis Ouahid 566. Hafar Abderahmane 612. Zahil Mohamed
521. Hamel Brahim 567. Boukerouma Mabrouk 613. Khelaifia Abdelatif
522. Zeraib Noureddine 568. Hachani Rachid 614. Terfaoui Mohamed
523. Cheurfa Nouri 569. Seradj Rabah 615. Benaouda Rachid
524. Houara Samir 570. Nacer Tahar 616. Haddad Faouzi
525. Ghenimi Hakim 571. Maouche Khoudir 617. Missoum Rachid
526. Mazaâche Fateh 572. Zahaf Mohamed 618. Achi Tahar
527. Baouia Lahcene 573. Chouadli Abdelkader 619. Keddache Redouane
528. Obeidallah Zakari 574. Abboub Aissa 620. Seridi Hacene
529. Nettar Mohamed 575. Meliani Maâmar 621. Tsileb Mohamed
530. Boussouira Zoheir 576. Chatti Lyes 622. Nouri Adel
531. Benbelaabes Ahmed 577. Laalaimia Hallal 623. Bakhat Abderrahmane
532. Aggoune Nabil 578. Yaghni Ahmed 624. Hafsi Nabil
533. Kaddari Mohamed 579. Naceri Arezki 625. Arar Mohamed Rafik
534. Laalaouna Mounir 580. Selmani Anis 626. Allik Dalil
535. Madghoul Abdelghani 581. Aldj Samir 627. Saidi Chems-eddine
536. Henni-chebra Mohamed 582. Yahi Lyès 628. Saadaoui Houari
537. Laidi Abdelkader 583. Lounassi Yazid 629. Djemai Zoubir
538. Temmouri Mohamed-Rafik 584. Koudi Hamza 630. Belarbi Haddou
539. Boussaâ Mohamed 585. Hamami Mustapha-Kamel 631. Roubaine Abdelkader
540. Boussaha Samir 586. Djouak Toumi 632. Lounès Boualem
541. Tir Noureddine 587. Regaïa Omar 633. Aggou Abdelazziz
542. Zerrouk Fayçal 588. Messas-Rachid Abdelghani 634. Zaida Noureddine
543. Djedadoua Abdelkader 589. Kerrouche Abdellali 635. Zaoui Salah
544. Maaroufi Benabdallah 590. Zaâboub Bouzid 636. Medjioua Abdelfatah
545. Djellai Kamel 591. Amri Mahmoud 637. Bourouis Hamza
546. Bab-el-ayat Abdelhamid 592. Dahdouh Mohamed 638. Lekache Abderrahmane
547. Moul-el-oued Abderrahim 593. Sellam Hakim 639. Arab Ahcene
548. Mektoub Hicham-boudjemaa 594. Cheikh-ben hadjar Djillali 640. Haroune Mohamed
549. Amara Lyes 595. Boumedienne Moussa 641. Kalalib Billal
550. Bencheikh Abdelfettah 596. Mekfas Miloud 642. Hadjed Boumediene
551. Deghbadj Messaoud 597. Dehindi Mohamed 643. Trad Abdelouahab
552. Touioui Salim 598. Kouarta Salah-Eddine 644. Kebbas Noureddine
553. Remmache Kamel 599. El mekerfi Mohamed 645. Derrar Adda
554. Torche Moussa 600. Belmerabet Abdelghani 646. Roudane Abdelkader
555. Marza Hacene 601. Reguiag Said 647. Yekhlef Rachedi
556. Laaouassa Abdelkrim 602. Hannachi Raouf 648. Bounab Abdelhafidh
557. Bouzida Abdelouahab 603. Sehailia Faouzi 649. Sahtout Chawki
558. Tebbi-anani Mohamed-rafik 604. Chahra Sofiane 650. Hassane Abdelazziz
559. Maouchi Smail 605. Madjdoub Salim 651. Sedrati Abdelmalek
560. Bouazziz Abdelfatah 606. Bouhembel Hannachi 652. Belafkas Abderaouf
561. Touahria Kamal 607. Kerfaoui Ali 653. Haddad Ahmed
562. Ferhati Rachid 608. Hanine Brahim 654. Lakhmi Mohamed
20 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

655. Rabhi Abdallah 701. Bakkar Kadda 747. Merdji Lakhdar


656. Maghzili Adel 702. Benhabria Fouad 748. Messai Aoun Lazhari
657. Benafia Ahmed Mohamed Amine 703. Mennane Samir 749. Chetbi Brahim
658. Belfrag Benyakoub 704. Moussaoui Omar 750. Cheriet Azzedine
659. Brahimi Redouane 705. Moudir Zakaria 751. Gasmi Oualid
660. Ouadha El houari 706. Benseghir Kaddour 752. Adnane Kheireddine
661. Daoui Idriss 707. Sahli Mahfoud 753. Bouhricha Mohamed
662. Belhadj Nabil 708. Sansar Brahim 754. Zerga Kamel
663. Menad Sofiane 709. Benkhaled Mohamed 755. Nourine Khellouf
664. Kara Omar 710. Kessab Mansour 756. Sebaa Hamou
665. Mokhtari Zouaoui Kamel 711. Ametif Ramdane 757. Melizi Faouzi
666. Daoudi Abbès 712. Senni Abdelkader 758. Ben abbou Mohamed Baroudi
667. Tounsi Redouane 713. Mehallel Salim 759. Djamai Fethi
668. Zouad Youcef 714. Chilali Abderezzak 760. Benzayed Ahcene Kamal
669. Athamene Riadh 715. Tighriane Lotfi 761. Si mohammedi Mustapha
670. Bouiche Hocine 716. Zidi Ali 762. Zahi Abdelfatah
671. Soualem Abdelhamid 717. Daoud Mohamed Fadel 763. Hamissi Ahmed Halim
672. Dahmani Abderaouf 718. Miloudi Ahmed 764. Boughrab Kamel
673. Lebghil El houari 719. El Bey Hamid 765. Bouguessa Saber
674. Belhouas Antar 720. Naili Hakim 766. Ben ouahlima Mohamed
675. Boucheloukh Abdelghani 721. Belloula Samir 767. Maansri Adel
676. Chikhi Toufik 722. Mostefaoui Lakhdar 768. Bahlouli Noureddine
677. Benmaaza Abdelkader 723. Adrouche Mourad 769. Belahoual Ghorab
678. Saidi Abderahmane 724. Yousfi Merouane 770. Chettouh Zoheir
679. Zorfa Tarek 725. Bouderbala Layachi 771. Rahmani Hocine
680. Boudjellal Hocine 726. Himeur Hamid 772. Nouaouria Mustapha
681. Hamza Malik 727. Menai Malek 773. Messaoudi Ali
682. Maafi Ahmed 728. Azzouz Abdelkader 774. Benouda Rachid
683. Bouzina Omar 729. Bourara Mourad 775. Saadi Abdallah
684. Dagha Rafik 730. Zinai Abderahim 776. Dehachemi Skander
685. Yesla Amar 731. Guitarni Mohamed-lamine 777. Ghrib Abdelhamid
686. Aouina Ali 732. Zahaf Mahmoud 778. Belili Samir
687. Nemouchi Samir 733. Hassissene Mohamed 779. Setaâli Mohamed Hichem
688. Demri Abdelkader 734. Babouche Adel 780. Tamagoult Tarek
689. Brioua Abdelkrim 735. Tahni Lamraoui 781. Baaloudj Rabie
690. Gueroui Yacine 736. Gasmi Redouane 782. Seghir Moussa
691. Belaloui Mahmoud 737. Gahmous Abdelkrim 783. Belgat Nabil
692. Mehdane Sbaa 738. Belhadj-larbi Mustapha 784. Boukhari Ammar
693. Darghoum Kaddour 739. Hachemi Mansour 785. Dechache Redouane
694. Charef Fayçal 740. Benidir Issam 786. Izrarene Hakim
695. Nourine Azziz 741. Bayoudh Mohamed 787. El fati Rabah
696. Melhani Sid-ali 742. Khetib Omar 788. Sahraoui Hichem
697. Tesnia Sofiane 743. Labhour Nabil 789. Lakhdari Zouaoui
698. Dahdouh Nabil 744. Benaïssa Mokhtar 790. Messaâdi Samir
699. Touhami Yacine 745. Hamdaoui El Hadi 791. Meharzi Sarhane
700. Farsaoui Bouziane 746. Zitouni Hocine 792. Chetouane Mokhtar
15 Dhou El Kaada 1428 21
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

793. Abdoune Mustapha 839. Mekharbeche Mohamed Laïd 885. Betiche Abdelmalek
794. Bouhebel Abdelghafour 840. Guettar Mohamed Tahar 886. Ghanem Lazhar
795. Dine Laid 841. Fougaa Abdelkader 887. Dib Toufik
796. Hadour Fatah 842. Hadj Saddok Khaled 888. Bouhraoua Mohamed
797. Ikharbene Rabah 843. Ourloum El Houas 889. Hassini Maaradj
798. Benchikh Ahmed 844. Boukhchem Mohamed 890. Irou Abdelkader
799. Cherifi Hamid 845. Hamla Lazhar 891. Merzoug Amar
800. Mosbahi Redha 846. Mokhnache Nemour 892. Saadallah Abderezzak
801. Aklouche Abdallah 847. Dib Noureddine 893. Kermiche Tahar
802. Zerouali Belahcene 848. Oufa Mohamed 894. Maâmria Mabrouk
803. Benzina Badreddine 849. Tahri Mohamed 895. Chahna Slimane
804. Saheb Khemissi 850. Mehrez Mohamed 896. Sihamdi Kamel
805. Kedaya Mohamed 851. Bounaga Mohamed 897. Djoudi Ahmed
806. Rafai Hichem 852. Mekhlouf Abbes 898. Rezagui Belkacem
807. Debailia Fathi 853. Lazrag Mohamed 899. Bouhafs Lyamine
808. Beghil Mabrouk 854. Ben Bouda Maâmar 900. Demar Djamel
809. Tebbib Abdennacer 855. Tazi Amirouche 901. Boulabda Nacer
810. Sameur Cherif 856. Belghazi Miloud 902. Benaziza Abdelmalek
811. Laassis Fawzi 857. Toumi Abdallah 903. Eulmi Nacereddine Rabah
812. Hadjab Samir 858. Sebbah Mohamed 904. Gherzoul Mosbah
813. Boukhalfa Samir 859. Maatallah Miloud 905. Felfoula Abdallah
814. Chaâbane Djaber 860. Aouadi Mokhtar 906. Louafi Amara
815. Kilani Redha 861. Achour Abderrahmane 907. Maalem Rachid
816. Toukal Abdeslem 862. Roubaine Mahfoud 908. Chenche Messaoud
817. Grid Nabil 863. Touati Ben abed 909. Benkadhi Abdellatif
818. Benai Salah 864. Lakhal Mustapha 910. Ben cheikh Abdelmadjid
819. Lebane Mohamed 865. El hadj Betayeb 911. Droudj Abdallah
820. Zouaoui Rabah 866. Belhadj Mohamed 912. Abdelli Kheireddine
821. Aissou Mohamed 867. Amiri Abdelkader 913. Laghzal Ouanas
822. Mouila El eulmi 868. Mamnia Abdelhamid 914. Boudlioua Djamel
823. Boudouani Salah 869. Bessaklia Ayad 915. Zouaïnia Kamel
824. Zouani Salah 870. Rouag Mourad 916. Terrai Seddik
825. Amiri Hocine 871. Djadoun Belkheir 917. Bouacida Rachid
826. Lakhal Mabrouk 872. Rezini Amirouche 918. Boufouara El hadi
827. Mohamdia Tahar 873. Thelaidjit Ramdane 919. Maamria Saïd
828. Tifoura Mohamed 874. Khelfa Abderahmane 920. Ali-guechi Habib
829. Boualem Lazrag 875. Djidjeli Malek 921. Namis Kamel
830. Sekkal Mohamed 876. Djerdjour Cheikh 922. Boumaaza Mohamed Lamine
831. Djedai Larbi 877. Messerhed Ali 923. Ezzahi Makhlouf
832. Boussaha Larbi 878. Benferhat Sadek 924. Bouazziz Lakhdar
833. Ameur Ahmed 879. Ait seddik Said 925. Brahimi Abbas
834. Dhif-allah Hacène 880. Hedjazi Azedine 926. Boudelaa Mourad
835. Bouzidi Ali 881. Bedda Amar 927. Amrane Bouguerra
836. Mini Mohamed 882. Guersas Mohamed 928. Laarafa Toufik
837. Houti Ali 883. Gacem Mokdad 929. Nemouchi Moussa
838. Bli Hocine 884. Boukhroufa Ali 930. Benghagha Mohamed Salah
22 15 Dhou El Kaada 1428
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74 25 novembre 2007

931. Lebouahla Hocine 977. Djillali Dahmani 1023. Saada Mohamed


932. Lahmari Lazhar 978. Bousekine Bouabdallah 1024. Djebaïli Abdelkrim
933. Allal Djamel 979. Boucherit Mohamed 1025. Boussouf Abdelhak
934. Guelati Mohamed 980. Talbi Mohamed 1026. Saïdi Ammar
935. Tiar Tahar 981. Adda Berkane Kadda 1027. Bouchoucha Charaf-Eddine
936. Lahmar Mohamed 982. Boucetta Djamel 1028. Benouidjem Nadji
937. Gouasmia Abdallah 983. Laâdjroud Habib 1029. Rechrache Ali
938. Torche Abdelkader 984. Ben El Hadj Djelloul Ghouati 1030. Larbi Slimane
939. Bachkit Abdelkader 985. Bennacer Mounir 1031. Messaoudi Djemai
940. Grouni Abdeslam 986. Hassaine Khalil 1032. Ourtsi Mohamed Salah
941. Lounici Mohamed El Kamal 987. Belkhir Kamel 1033. Meraissia Fethi
942. Manaâ Youcef 988. Aous Tayeb 1034. Zerkout Nabil
943. Djeghloul Boubekeur 989. Aouameur Abdelkader 1035. Obeidi Abdelbasset
944. Chelouli Mahdjoub 990. Ahnou Abdelkader 1036. Lebair Salah
945. Kerrouche Hocine 991. Behilil Abderrahmane 1037. Keraimia Mourad
946. Kemoum Fateh 992. Bouras Raghouat 1038. Bouteraa Abdelhamid
947. Djellab Hamid 993. Madji Abderrahmane 1039. Ghoul Djamel
948. Bouderoua Ahmed 994. Hanifi Bachir 1040. Adjeroudi Mahieddine
949. Khelaf Smail 995. Houari Bahri 1041. Fares Nabil
950. Chimbou Ali 996. Benhadouche Fadhel 1042. Belkamel Ammar
951. Boudjefna Said 997. Farès Mokhtar 1043. Derghal Belgacem
952. Kelaia Ezzine 998. Rahlaoui Kamel 1044. Lahchibi Mohamed Fayçal
953. Boudali Lakhdar 999. Addou Menouar 1045. Madni Ahmed
954. Abdelmadjid Azzedine 1000. Nedjadi Bouzid 1046. Agagnia Abdelkrim
955. Aouamria Lyes 1001. Saadouni Mohamed 1047. Amamra Abdelouahab
956. Badji Djillali 1002. Hanifi M'hamed 1048. Hamdi Haider
957. Amrani Madani 1003. Boudali Abdelkader 1049. Moussaoui Saâd
958. Gacem Benyoucef 1004. Maamar Belkerchi 1050. Laib Hassen
959. Sellaoui Azzedine 1005. Marouf Oualid 1051. Chahat Abdelhak
960. Abidat Mechri 1006. Azza Abdelkader 1052. Achour Miloud
961. Rebhi Abdelkader 1007. Aouchiche Boualem 1053. Annab Abdelhamid
962. Abaidia Hamouda 1008. Bendhaoui Kamel 1054. Merabet Sebti
963. Guelmani Nouri 1009. Boulechfar Mustapha 1055. Serdouk Salim
964. Abdi Youcef 1010. Boudalia Maamar 1056. Kebaili Bachir
965. Yousfi Abderrahmane 1011. Belfar Mohamed 1057. Ameziane Miloud
966. Belhaoues Rachid 1012. Sehili Abdelouahab 1058. Salah Salah Salim
967. Ghazi Tayeb 1013. Bouchakour Mohamed 1059. Hafid Youcef
968. Tadres Benyoucef 1014. Aderghal Hamoudi 1060. Bechani Amar
969. Hebba Menouar 1015. Aichoune Rabah 1061. Hou Salah
970. Farhi Ali 1016. Djebnoun Mesbah 1062. Berrais Boubekeur
971. Mamou Ahmed 1017. Dahache Farid 1063. Brinis Lakhdar
972. Abdi Djelloul 1018. Fekrache Abdelkader 1064. Grid Salah
973. Nacer Abderrahim 1019. Boukelkoul Ennoui 1065. Messaoudi Mourad
974. Saâdoudi Moussa 1020. El Berka Salem 1066. Setitra Ahmed
975. H'mida Ahmed 1021. Belabbassi Sohbi 1067. Amroune Salim
976. Bouazza Djamel 1022. Fatmi Mohamed 1068. Moudjadj Rédha
15 Dhou El Kaada 1428 23
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 74
25 novembre 2007

1069. El Atrache Rachid 1112. Mediouni Mohamed 1155. El Aggoune Fayçal


1070. Daas Rabah 1113. Rachid Abderahmane 1156. Hafsi Rafik
1071. Goucham El Hachemi 1114. Telailia Toufik 1157. Derraz Ahmed
1072. Maâroufi Mokhtar 1115. Rebahi Mohamed 1158. Farah Hocine
1073. Manaa Mourad 1116. Megnane Abdelkader 1159. Hazil Mohamed
1074. Boutebba Messaoud 1117. Hamrouche Fodhil 1160. Benhadouche Chaâbane
1075. Djeddou Mesbah 1118. Bouchiba Zoheir
1161. Ouaâr Lakhdar
1076. Ben Aksa Brahim 1119. Hind Mohamed
1162. Karrai Nabil
1077. Zouad Mohamed 1120. Rafik Ben sakhri
1163. Bentit Noureddine
1078. Baouche Mohamed 1121. Bouzid Mebarek
1164. Djaouchi Attef
1079. Dali Noureddine 1122. Amir Abdelkader
1165. Bensaid Boudjemaâ
1080. Khelfi Noureddine 1123. Bengri Nabil
1166. Ghomri Abdelbasset
1081. Boukebal Salah 1124. Mellak Ahmed
1167. Amrane Fateh
1082. Mebarki Benyoub 1125. Routi Abdelkader
1168. Khalfa Abdallah
1083. Bettahar Abdallah 1126. Ben Sbaâ Mohamed-Tahar
1084. Belahcene Noureddine 1127. Chikhi Mohamed 1169. Benhadria Mohamed

1085. Boutedjouidja Fouad 1128. Billel Mohamed 1170. Sigaâ Abdelali

1086. Keramsi Nacer 1129. Fellah El Houari 1171. Neghra Tahar


1087. Kouadria Ahmed 1130. Naftia Noureddine 1172. Manzer Khellaf
1088. Khetal Smail 1131. Souab Abdelouahab 1173. Bedaïria Mokdad
1089. Belhouari Abbas 1132. Dendane Barek 1174. Bakli Larbi
1090. Hamidi Larbi 1133. Hemmal Abdenacer 1175. Iouaz Abdelkader
1091. Benyahia Adel 1134. Bouzghoub Riadh 1176. Boudouda Ahcène
1092. Gouasmia Khelifa 1135. Bouhadef Noureddine 1177. Nouri Zouhir
1093. Seddouki Aissa 1136. Betil Aissa 1178. Khanfaf Kamel
1094. Zedame Khalil 1137. Khellaf Youcef 1179. Fraga Hocine
1095. Yahiaoui Rachid 1138. Benguessoum Tarek 1180. Bouacida Moussa
1096. Righi Khaled 1139. Zerdoumi Abdelazziz 1181. Bounouar Abdelazziz
1097. Mokhtari Ahmed 1140. Mosbahi Abdelmotaleb
1182. Boutelba Abdelhakim
1098. Bouabdallah Abdou 1141. Mansouri Toufik
1183. Kadri Omar
1099. Bouzidi Ahmed Alaâ 1142. Daoudi Yacine
1184. Boufateh Ennaoui
1100. Oualid Hamzaoui 1143. Boussekine Abdelbaki
1185. Chekhar Kaddour
1101. Ben Mira Boutouchent 1144. Soualah Amara
1186. Guellati Abdelkrim
1102. Henni Karim 1145. Rouam Laribi
1187. Gouasmia Redouane
1103. Ben Ali Ahmed 1146. Boukhezna Abderahmane
1188. Zemoura Adlane
1104. Belaidi Farid 1147. Saidi Farouk
1189. Nacer El Bahi
1105. Besbas Bouabdallah 1148. Rezig Nadir
1106. Ben yettou Madjid 1149. Haddad Mohamed 1190. Bourzouk Hakim

1107. Ahmanache Ali 1150. Merir Larbi 1191. Kelaïa Attef

1108. Gareh M'hamed 1151. Bouthlidja Younes 1192. Yassou Boubekeur


1109. Megueni Mohamed 1152. Azzouz Mahdi 1193. Belaïdi Mourad
1110. Ain kouir Mohamed 1153. Ghai Cherif 1194. Bediar Hocine
1111. Bouhamline Djamel 1154. Merah Nabil 1195. Hablal Abdelkader

Imprimerie officielle - Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376 - ALGER-GARE


N° 27 Mercredi 22 Joumada El Oula 1429

47ème ANNEE Correspondant au 28 mai 2008

JOURNAL OFFICIEL
DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS
ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES
(TRADUCTION FRANÇAISE)
DIRECTION ET REDACTION
Algérie ETRANGER
SECRETARIAT GENERAL
Tunisie
(Pays autres DU GOUVERNEMENT
ABONNEMENT Maroc que le Maghreb)
ANNUEL Libye WWW. JORADP. DZ
Mauritanie Abonnement et publicité:
IMPRIMERIE OFFICIELLE
1 An 1 An Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376
ALGER-GARE
Tél : 021.54.35..06 à 09
Edition originale….........….........…… 1070,00 D.A 2675,00 D.A 021.65.64.63
Fax : 021.54.35.12
Edition originale et sa traduction....... 2140,00 D.A 5350,00 D.A C.C.P. 3200-50 ALGER
(Frais d'expédition en TELEX : 65 180 IMPOF DZ
BADR: 060.300.0007 68/KG
sus)
ETRANGER: (Compte devises)
BADR: 060.320.0600 12

Edition originale, le numéro : 13,50 dinars. Edition originale et sa traduction, le numéro : 27,00 dinars.
Numéros des années antérieures : suivant barème. Les tables sont fournies gratuitement aux abonnés.
Prière de joindre la dernière bande pour renouvellement, réclamation, et changement d'adresse.
Tarif des insertions : 60,00 dinars la ligne
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
2 28 mai 2008

SOMMAIRE

LOIS
Loi n° 08-10 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant approbation de l’ordonnance n° 08-01 du 21
Safar 1429 correspondant au 28 février 2008 complétant l’ordonnance n° 01-04 du Aouel Joumada Ethania 1422
correspondant au 20 août 2001 relative à l’organisation, la gestion et la privatisation des entreprises publiques
économiques.............................................................................................................................................................................. 3

DECRETS
Décret présidentiel n° 08-151 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant création de l'école de police
judiciaire de la gendarmerie nationale....................................................................................................................................... 3
Décret présidentiel n° 08-152 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant transfert de crédits au budget
de fonctionnement du ministère des transports......................................................................................................................... 6
Décret présidentiel n° 08-153 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant transfert de crédits au budget
de fonctionnement du ministère de la pêche et des ressources halieutiques............................................................................. 6
Décret exécutif n° 08-154 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant missions, organisation et
fonctionnement de l'inspection des services du budget............................................................................................................. 7
Décret exécutif n° 08-155 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant revalorisation du montant des
pensions des moudjahidine et ayants droit de chouhada et de moudjahidine, des victimes civiles et des victimes d’engins
explosifs ainsi que leurs ayants droit......................................................................................................................................... 8
Décret exécutif n° 08-156 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant application des dispositions de la
loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant système comptable financier............. 9

DECISIONS INDIVIDUELLES
Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 correspondant au 7 mai 2008 mettant fin aux fonctions de walis.................. 13
Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 correspondant au 7 mai 2008 mettant fin aux fonctions du wali délégué de
Zéralda....................................................................................................................................................................................... 13
Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 correspondant au 7 mai 2008 mettant fin aux fonctions du
secrétaires généraux de wilayas................................................................................................................................................. 13
Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 correspondant au 7 mai 2008 portant nomination de walis........................... 13
Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 correspondant au 7 mai 2008 portant nomination du wali délégué de
Zéralda....................................................................................................................................................................................... 13

ARRETES, DECISIONS ET AVIS


MINISTERE DES FINANCES

Arrêté du 3 Rabie El Aouel 1429 correspondant au 11 mars 2008 portant nomination des membres du conseil d’administration
de la caisse de garantie des marchés publics - CGMP-............................................................................................................. 14

MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU

Arrêté interministériel du 16 Safar 1429 correspondant au 23 février 2008 modifiant l’arrêté interministériel du 22 Dhou El
Hidja 1426 correspondant au 22 janvier 2006 fixant les proportions d’éléments contenus dans les eaux minérales
naturelles et les eaux de source ainsi que les conditions de leur traitement ou les adjonctions autorisées............................... 14
MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DU TOURISME

Arrêté du 11 Rabie El Aouel 1429 correspondant au 18 mars 2008 définissant les modèles-types de l’agrément de guide de
tourisme ainsi que de la carte de guide de tourisme.................................................................................................................. 14

MINISTERE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE L’ARTISANAT

Arrêté interministériel du 24 Rabie Ethani 1429 correspondant au 30 avril 2008 modifiant et complétant l’arrêté interministériel
du 19 Moharram 1428 correspondant au 7 février 2007 fixant les modalités de suivi et d’évaluation du compte
d’affectation spéciale n° 302-124 intitulé “Fonds national de mise à niveau des PME”....................................................... 19
MINISTERE DE LA SOLIDARITE NATIONALE

Arrêté interministériel du 8 Rabie Ethani 1429 correspondant au 14 avril 2008 fixant la nomenclature des recettes et des
dépenses du compte d’affectation spéciale n° 302-069 intitulé « Fonds spécial de solidarité nationale »............................... 20
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 3

LOIS

Loi n° 08-10 du 20 Joumada El Oula 1429 Promulgue la loi dont la teneur suit :
correspondant au 26 mai 2008 portant
approbation de l’ordonnance n° 08-01 du 21
Safar 1429 correspondant au 28 février 2008 Article 1er. — Est approuvée l’ordonnance n° 08-01 du
complétant l’ordonnance n° 01-04 du Aouel 21 Safar 1429 correspondant au 28 février 2008
Joumada Ethania 1422 correspondant au 20 août complétant l’ordonnance n° 01-04 du Aouel Joumada
2001 relative à l’organisation, la gestion et la Ethania 1422 correspondant au 20 août 2001 relative à
privatisation des entreprises publiques l’organisation, la gestion et la privatisation des entreprises
économiques. publiques économiques.
————
Le Président de la République, Art. 2. — La présente loi sera publiée au Journal
Vu la Constitution, notamment ses articles 8, 17, 18, officiel de la République algérienne démocratique et
122, 124 et 126 ; populaire.
Vu l’ordonnance n° 08-01 du 21 Safar 1429
correspondant au 28 février 2008 complétant l’ordonnance Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1429 correspondant
n° 01-04 du Aouel Joumada Ethania 1422 correspondant au 26 mai 2008.
au 20 août 2001 relative à l’organisation, la gestion et la
privatisation des entreprises publiques économiques ;
Après approbation par le Parlement ; Abdelaziz BOUTEFLIKA.

DECRETS

Décret présidentiel n° 08-151 du 20 Joumada El Oula Vu le décret exécutif n° 98-412 du 18 Chaâbane 1419
1429 correspondant au 26 mai 2008 portant correspondant au 7 décembre 1998 fixant les modalités
création de l'école de police judiciaire de la d’affectation des revenus provenant des travaux et
gendarmerie nationale. prestations effectués par les établissements publics en sus
———— de leur mission principale ;
Le Président de la République, Décrète :
Vu la Constitution, notamment ses articles 77 (1, 2 et 6)
et 125 (alinéa 1er) ; CHAPITRE I
Vu l’ordonnance n° 62-019 du 23 août 1962 portant DISPOSITIONS GENERALES
création d’une gendarmerie nationale algérienne ;
Vu l’ordonnance n° 66-155 du 8 juin 1966, modifiée et Article 1er. — Il est créé un établissement de formation
complétée, portant code de procédure pénale ; spécialisée dénommé “école de police judiciaire de la
Vu l’ordonnance n° 71-28 du 22 avril 1971, modifiée et gendarmerie nationale”, par abréviation « EPJ/GN »,
complétée, portant code de justice militaire ; ci-après désignée « l’école ».
Vu la loi n° 90- 21 du 15 août 1990, modifiée, relative à Art. 2. — L’école est un établissement public à
la comptabilité publique ; caractère administratif, doté de la personnalité morale et
Vu l’ordonnance n° 06-02 du 29 Moharram 1427 de l’autonomie financière.
correspondant au 28 février 2006 portant statut général
des personnels militaires ; Elle est placée sous la tutelle du ministre de la défense
nationale.
Vu le décret n° 66-167 du 8 juin 1966 fixant la
composition et le fonctionnement de la commission Les pouvoirs de tutelle sont exercés, par délégation, par
chargée de l’examen des candidatures aux fonctions le commandant de la gendarmerie nationale.
d’officier de police judiciaire ;
Vu le décret n° 86-61 du 25 mars 1986 fixant les A ce titre, l’école est assujettie à toutes les dispositions
conditions d’admission d’études et de prise en charge des législatives et réglementaires applicables aux
étudiants et stagiaires étrangers ; établissements militaires.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
4 28 mai 2008

Art. 3. — Le siège de l’école est fixé à Alger. Il peut Section 1


être transféré en tout autre lieu du territoire national par Le commandement de l’école
arrêté du ministre de la défense nationale.
Art. 10. — Le commandement de l’école est placé sous
CHAPITRE II l’autorité d’un officier supérieur du commandement de la
MISSIONS ET ORGANISATION gendarmerie nationale portant le titre de commandant de
l’école. Il est assisté d’un commandant adjoint désigné
Art. 4. — L’école a pour missions : parmi les officiers dudit commandement.

— d’assurer la formation spécialisée au profit des Le commandant de l’école est nommé par décret
sous-officiers de la gendarmerie nationale ou relevant présidentiel, sur proposition du ministre de la défense
d’autres structures du ministère de la défense nationale, nationale. Il est mis fin à ses fonctions dans les mêmes
candidats à l’obtention de la qualité d’officier de police formes.
judiciaire ;
Art. 11. — Le commandant de l’école est responsable
— d’assurer une formation continue et spécialisée dans du fonctionnement de l’école. Il est investi du pouvoir
le domaine de police judiciaire aux officiers et hiérarchique et disciplinaire sur l’ensemble des
sous-officiers de la gendarmerie nationale et, le cas personnels.
échéant, à d’autres personnels concernés relevant du
ministère de la défense nationale ; A ce titre, il est chargé :
— d’assurer les formations de qualification destinées — de représenter l’école dans tous les actes de la vie
aux personnels officiers et sous- officiers appelés à assurer civile ;
le commandement d’unités et de structures chargées d’une — de passer tout marché, convention, contrat et accord
mission de police judiciaire ; dans le cadre de la réglementation en vigueur ;
— de concourir, dans le cadre de la politique de — de veiller, dans la limite du tableau des effectifs, à la
formation du ministère de la défense nationale, lorsque les satisfaction des besoins de l’école ;
capacités d’accueil le permettent, à la formation des
— d’élaborer les prévisions budgétaires et de procéder à
cadres relevant des autres départements ministériels ou
leur actualisation éventuelle ;
des stagiaires étrangers dans le cadre de la coopération ;
— d’engager et de mandater les dépenses dans la limite
— de participer à l’élaboration d’études et de des crédits ouverts ;
recherches sur l’activité de police judiciaire.
— d’élaborer le projet de règlement intérieur de
Art. 5. — Pour l’exécution de ses missions, l’école l’école ;
établit des relations professionnelles avec les services — de préparer les réunions du conseil d’orientation.
concernés du ministère de la justice et les autres
institutions nationales spécialisées. Section 2

Art. 6. — Les programmes d’enseignement et les règles Le conseil d’orientation


d’évaluation et de sanction des études sont fixés par arrêté
Art. 12. — Le conseil d’orientation détermine les
du ministre de la défense nationale conformément à la
programmes d’actions de l’école, se prononce sur les
réglementation en vigueur.
conditions de son fonctionnement général et en évalue
périodiquement les principaux résultats.
Art. 7. — Les personnels d’encadrement et de
formation de l’école sont constitués d’enseignants A ce titre, il délibère sur :
militaires et civils relevant du ministère de la défense
nationale et d’enseignants détachés et/ou associés relevant — les projets d’organisation et de fonctionnement de
d’autres départements ministériels et organismes l’école ;
nationaux. — les programmes annuels et pluriannuels d’activités ;

Les droits et obligations des enseignants détachés et — les perspectives de développement ;


associés sont ceux prévus par la réglementation en — les conventions et accords de coopération ;
vigueur.
— le projet de budget annuel ;
Art. 8. — L’école dispose : — les comptes financiers ;
— d’un (1) commandement ; — l’acceptation des dons et legs ;

— d’un (1) conseil d’orientation ; — le règlement intérieur.

— d’un (1) conseil scientifique et pédagogique. Il délibère, en outre, sur toute question soumise par le
commandant de l’école et propose toute mesure propre à
Art. 9. — L’organisation interne de l’école est fixée par améliorer le fonctionnement de l’école et à favoriser la
arrêté du ministre de la défense nationale. réalisation de ses objectifs.
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 5

Art. 13. — Le conseil d’orientation de l’école est présidé Art. 16. — Le conseil d’orientation ne délibère
par le ministre de la défense nationale ou son représentant. valablement que si la moitié au moins de ses membres est
réunie.
Il comprend les membres suivants :
— deux (2) représentants du commandement de la Si ce quorum n’est pas atteint, le conseil d’orientation
gendarmerie nationale ; se réunit valablement après une deuxième convocation et
délibère quel que soit le nombre des membres présents.
— un (1) représentant du ministère chargé de
l’intérieur ; Les délibérations du conseil d’orientation sont prises à
— un (1) représentant du ministère de la justice ; la majorité simple des voix des membres présents. En cas
de partage égal des voix, celle du président est
— un (1) représentant du ministère chargé des
finances ; prépondérante.
— un (1) représentant du ministère chargé de Art. 17. — Les délibérations du conseil d’orientation
l’enseignement supérieur ; sont consignées sur des procès-verbaux signés par le
— un (1) représentant de la direction de la justice président du conseil et le commandant de l’école et
militaire ; inscrites sur un registre spécial, coté et paraphé.
— un (1) représentant du service central de police
judiciaire des services militaires de sécurité du ministère Les procès-verbaux des réunions sont adressés au
de la défense nationale ; ministre de la défense nationale dans les quinze (15) jours
suivant la réunion, pour approbation.
— le directeur général de l’institut national de
criminalistique et de criminologie de la gendarmerie Art. 18. — Les délibérations du conseil d’orientation
nationale ; sont exécutoires trente (30) jours après la transmission des
— le président du conseil scientifique et pédagogique procès-verbaux au ministre de la défense nationale, sauf
de l’école ; opposition expresse signifiée dans les délais.
— un (1) représentant des enseignants de l’école.
Les délibérations du conseil d’orientation portant sur le
Le commandant de l’école assiste aux réunions du budget, les comptes, les acquisitions et l’acceptation de
conseil avec voix consultative. dons et legs ne deviennent exécutoires qu’après
Le secrétariat du conseil d’orientation est assuré par le approbation expresse du ministre de la défense nationale.
commandant adjoint.
Section 3
Le conseil d’orientation peut faire appel, pour
Le conseil scientifique et pédagogique
consultation, à toute personne qu’il juge compétente pour
les questions inscrites à l’ordre du jour.
Art. 19. — Le conseil scientifique et pédagogique
Art. 14. — La liste nominative des membres du conseil assiste le commandant de l’école dans la définition et
d’orientation est fixée par arrêté du ministre de la défense l’évaluation des activités scientifiques, techniques et des
nationale pour une période de trois (3) années programmes de formation et dans la mise au point des
renouvelable, sur proposition de l’autorité dont ils méthodes pédagogiques.
relèvent.
A ce titre :
En cas d’interruption du mandat de l’un des membres
du conseil d’orientation, il est procédé à son — il émet un avis sur le contenu des programmes de
remplacement dans les mêmes formes. Le membre formation ;
nouvellement désigné lui succède jusqu'à expiration du — il évalue les publications de l’école et se prononce
mandat en cours. sur l’organisation des manifestations scientifiques ou
pédagogiques ;
Art. 15. — Le conseil d’orientation se réunit en session
ordinaire deux (2) fois par an, sur convocation de son — il émet un avis sur les conventions liées à la
président. formation avec les institutions tierces ;
Il peut se réunir en session extraordinaire autant de fois — il émet un avis sur l’acquisition de la documentation,
que nécessaire, sur convocation de son président, à la des équipements scientifiques et des moyens
demande des deux tiers (2/3) de ses membres ou du pédagogiques ;
commandant de l’école. — il élabore périodiquement un rapport d’évaluation
Des convocations individuelles, précisant l’ordre du scientifique et pédagogique.
jour, sont adressées par le président aux membres du
conseil d’orientation, quinze (15) jours au moins avant la Il peut être consulté, en outre, sur toutes les questions
date de réunion. entrant dans le cadre des missions de l’école.
Ce délai peut être réduit pour les sessions Art. 20. — La composition et le fonctionnement du
extraordinaires, sans pour autant être inférieur à cinq (5) conseil scientifique et pédagogique de l’école sont fixés
jours. par arrêté du ministre de la défense nationale.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
6 28 mai 2008

CHAPITRE III
Décrète :
DISPOSITIONS FINANCIERES
Article 1er. — Il est annulé, sur 2008, un crédit de
Art. 21. — Le budget de l’école comprend un titre de cinquante-cinq millions de dinars (55.000.000 DA),
rcettes et un titre de dépenses : applicable au budget des charges communes et au chapitre
n° 37-91 “Dépenses éventuelles – Provision groupée”.
* Au titre des recettes :
— les subventions allouées par l’Etat ; Art. 2. — Il est ouvert, sur 2008, un crédit de cinquante-
cinq millions de dinars (55.000.000 DA), applicable au
— les produits de toutes activités liées à son objet ; budget de fonctionnement du ministère des transports et
au chapitre n° 37-04 “Administration centrale – Frais
— les dons et legs.
d’organisation de la 1ère session de la conférence des
ministres africains des transports”.
* Au titre des dépenses :
— les dépenses de fonctionnement ; Art. 3. — Le ministre des finances et le ministre des
transports sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de
— les dépenses d’équipement. l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal
officiel de la République algérienne démocratique et
Art. 22. — La comptabilité de l’école est tenue selon les populaire.
règles de la comptabilité publique.
Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1429 correspondant
Art. 23. — L’école est soumise aux différents contrôles au 26 mai 2008.
prévus par la législation et la réglementation en vigueur.
Abdelaziz BOUTEFLIKA.
Art. 24. — Le présent décret sera publié au Journal ————★————
officiel de la République algérienne démocratique et
populaire. Décret présidentiel n° 08-153 du 20 Joumada El Oula
1429 correspondant au 26 mai 2008 portant
Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1429 correspondant transfert de crédits au budget de fonctionnement
au 26 mai 2008. du ministère de la pêche et des ressources
halieutiques.
Abdelaziz BOUTEFLIKA. ————
————★————
Le Président de la République,
Décret présidentiel n° 08-152 du 20 Joumada El Oula Sur le rapport du ministre des finances,
1429 correspondant au 26 mai 2008 portant
transfert de crédits au budget de fonctionnement Vu la Constitution, notamment ses articles 77-6° et 125
du ministère des transports. (alinéa 1er) ;
———— Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et
complétée, relative aux lois de finances ;
Le Président de la République,
Vu la loi n° 07-12 du 21 Dhou El Hidja 1428
Sur le rapport du ministre des finances, correspondant au 30 décembre 2007 portant loi de
finances pour 2008 ;
Vu la Constitution, notamment ses articles 77-6° et 125
(alinéa 1er) ; Vu le décret présidentiel du 26 Moharram 1429
correspondant au 3 février 2008 portant répartition des
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement par
complétée, relative aux lois de finances ; la loi de finances pour 2008, au budget des charges
Vu la loi n° 07-12 du 21 Dhou El Hidja 1428 communes ;
correspondant au 30 décembre 2007 portant loi de Vu le décret exécutif n° 08-41 du 26 Moharram 1429
finances pour 2008 ; correspondant au 3 février 2008 portant répartition des
Vu le décret présidentiel du 26 Moharram 1429 crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement par
correspondant au 3 février 2008 portant répartition des la loi de finances pour 2008, au ministre de la pêche et des
ressources halieutiques ;
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par
la loi de finances pour 2008, au budget des charges
communes ; Décrète :

Vu le décret exécutif n° 08-26 du 26 Moharram 1429 Article 1er. — Il est annulé, sur 2008, un crédit de six
correspondant au 3 février 2008 portant répartition des millions de dinars (6.000.000 DA), applicable au budget
crédits ouverts, au titre du budget de fonctionnement, par des charges communes et au chapitre n° 37-91 « Dépenses
la loi de finances pour 2008, au ministre des transports ; éventuelles — Provision groupée ».
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 7

Art. 2. — Il est ouvert, sur 2008, un crédit de six Vu le décret exécutif n° 07-364 du 18 Dhou El Kaada
millions de dinars (6.000.000 DA), applicable au budget 1428 correspondant au 28 novembre 2007 portant
de fonctionnement du ministère de la pêche et des organisation centrale du ministère des finances,
ressources halieutiques et au chapitre n° 34-90 notamment son article 3 ;
«Administration centrale — Parc automobile».
Décrète :
Art. 3. — Le ministre des finances et le ministre de la
pêche et des ressources halieutiques sont chargés, chacun Article 1er. — En application des dispositions de
en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret qui l'article 3 du décret exécutif n° 07-364 du 18 Dhou
sera publié au Journal officiel de la République algérienne El Kaada 1428 correspondant au 28 novembre 2007,
démocratique et populaire. susvisé, le présent décret a pour objet de fixer les
missions, l'organisation et le fonctionnement de
Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1429 correspondant l'inspection des services de l'administration centrale du
au 26 mai 2008. budget désignée, ci-après, "l'inspection".

Art. 2. — Sans préjudice des attributions conférées par


Abdelaziz BOUTEFLIKA. les lois et règlements en vigueur aux autres institutions et
————★———— organes de contrôle, l'inspection est chargée, sous
l'autorité directe du directeur général du budget,
Décret exécutif n° 08-154 du 20 Joumada El Oula 1429 d'effectuer des missions de contrôle, d'inspection et
correspondant au 26 mai 2008 portant missions, d'évaluation portant notamment sur :
organisation et fonctionnement de l'inspection
des services du budget. — l'application de la législation et de la réglementation
———— en vigueur ainsi que des normes techniques des finances
publiques et de la réglementation du budget pour
Le Chef du Gouvernement, améliorer l'efficacité de la dépense publique ;
Sur le rapport du ministre des finances, — la mise en œuvre, le suivi et l'exécution du budget
selon les objectifs fixés ;
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125
(alinéa 2) ; — l'utilisation rationnelle et optimale des moyens et des
ressources mis à la disposition des structures qui
Vu le décret présidentiel n° 99-240 du 17 Rajab 1420 dépendent de la direction générale du budget ;
correspondant au 27 octobre 1999 relatif à la nomination — la participation, en collaboration avec les structures
aux emplois civils et militaires de l'Etat ; centrales concernées, aux actions de formation et de
Vu le décret présidentiel n° 07-172 du 18 Joumada perfectionnement portant sur les finances publiques et les
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant techniques du contrôle financier ;
nomination du Chef du Gouvernement ; — la mise en œuvre des décisions et orientations qui
sont données par la hiérarchie ;
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant — le fonctionnement normal et régulier de
nomination des membres du Gouvernement ; l'administration centrale du budget, des structures et
services déconcentrés en dépendant ;
Vu le décret exécutif n° 90-188 du 23 juin 1990
déterminant les structures et les organes de — la concrétisation de l'impératif de rigueur dans
l'administration centrale des ministères, notamment son l'organisation du travail, dans le respect des lois et
article 17 ; règlements en vigueur.

Vu le décret exécutif n° 90-227 du 25 juillet 1990, L'inspection peut être, en outre, appelée à effectuer des
modifié et complété, fixant la liste des fonctions travaux d'étude et de réflexion entrant dans son domaine
supérieures de l'Etat au titre de l’administration, des de compétence, et toute mission ponctuelle de contrôle sur
institutions et organismes publics ; des dossiers précis, des situations particulières ou des
requêtes en rapport avec les attributions de la direction
Vu le décret exécutif n° 90-228 du 25 juillet 1990, générale du budget.
modifié et complété, fixant le mode de rémunération L'inspection doit également proposer, à l'issue de ces
applicable aux fonctionnaires et agents publics exerçant missions, des recommandations ou toutes mesures
des fonctions supérieures de l'Etat ; susceptibles de contribuer à l'amélioration et au
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415 renforcement de l'action et de l’organisation des structures
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du et services inspectés.
ministre des finances ; Art. 3. — L'inspection intervient sur la base d'un
programme annuel d'inspection.
Vu le décret exécutif n° 98-40 du 4 Chaoual 1418
correspondant au 1er février 1998, modifié et complété, Elle peut également intervenir, de manière inopinée, à
relatif au transfert des attributions, fonctions et de la la demande du directeur général du budget, pour effectuer
gestion des structures, moyens et personnels se rapportant toute mission d'enquête rendue nécessaire par des
à la gestion du budget d'équipement de l'Etat ; circonstances particulières.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
8 28 mai 2008

A cet effet, elle peut demander à être accompagnée par Vu l'ordonnance n° 95-27 du 8 Chaâbane 1416
les responsables compétents les ordonnateurs susceptibles correspondant au 30 décembre 1995 portant loi de
d'être concernés et les représentants des secteurs de finances pour 1996, notamment ses articles 156 et 157 ;
l'administration centrale du budget lorsque les
circonstances le justifient. Vu la loi n° 99-07 du 19 Dhou El Hidja 1419
Elle est tenue de préserver la confidentialité des correspondant au 5 avril 1999 relative au moudjahid et au
informations et documents auxquels elle accède et dont chahid, notamment ses articles 29, 30, 32 et 35 ;
elle a la gestion.
Vu la loi n° 06-24 du 6 Dhou El Hidja 1427
Art. 4. — Nonobstant les missions ponctuelles et les correspondant au 26 décembre 2006 portant loi de
visites inopinées, chaque mission d'inspection et de finances pour 2007 ;
contrôle doit être entamée conformément au programme
annuel et clôturée par un rapport circonstancié que Vu le décret présidentiel n° 06-395 du 20 Chaoual 1427
l'inspecteur général établit. correspondant au 12 novembre 2006 fixant le salaire
national minimum garanti ;
L'inspecteur général établit un rapport annuel d'activités
de sa structure dans lequel il formule ses observations et Vu le décret présidentiel n° 07-172 du 18 Joumada
propositions portant sur l'évaluation du fonctionnement El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant
des structures centrales et services déconcentrés ainsi que nomination du Chef du Gouvernement ;
de leurs travaux.
Un règlement intérieur de l'inspection précisera, en tant Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada
que de besoin, les autres procédures de son El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant
fonctionnement. nomination des membres du Gouvernement ;

Art. 5. — L'inspection est dirigée par un inspecteur Vu le décret exécutif n° 91-295 du 24 août l991,
général assisté de huit (8) inspecteurs. modifié et complété, fixant les attributions du ministre des
moudjahidine ;
Art. 6. — L'inspecteur général et les inspecteurs sont
nommés par décret présidentiel conformément à la Vu le décret exécutif n° 01-146 du 14 Rabie El Aouel
réglementation en vigueur. 1422 correspondant au 6 juin 2001, modifié et complété,
Il est mis fin à leurs fonctions dans les mêmes formes. portant revalorisation du montant des pensions des
moudjahidine et ayants droit de chouhada et de
Les fonctions d'inspecteur général et d'inspecteur sont moudjahidine, des victimes civiles et des victimes
respectivement classées et rémunérées par référence à la d'engins explosifs ainsi que leurs ayants droit ;
fonction d'inspecteur général de ministère et de directeur
d'administration centrale de ministère, conformément à la Vu le décret exécutif n° 04-10 du 21 Dhou El Kaada
réglementation en vigueur. 1424 correspondant au 14 janvier 2004, modifié et
complété, portant revalorisation du montant des pensions
Art. 7. — Toutes dispositions contraires au présent
décret sont abrogées, notamment celles de l'article 3, des moudjahidine et ayants droit de chouhada et de
alinéa 2, point 6 du décret exécutif n° 98-40 du 4 Chaoual moudjahidine, des victimes civiles et des victimes
1418 correspondant au 1er février 1998, modifié et d'engins explosifs ainsi que leurs ayants droit ;
complété, susvisé.
Art. 8. — Le présent décret sera publié au Journal Décrète :
officiel de la République algérienne démocratique et
populaire. Article 1er. — Le présent décret a pour objet de
revaloriser le montant des pensions des moudjahidine et
Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1429 correspondant ayants droit de chouhada et de moudjahidine, des victimes
au 26 mai 2008. civiles et des victimes d'engins explosifs ainsi que leurs
Abdelaziz BELKHADEM. ayants droit.
————★————
Art. 2. — Les montants des pensions sont fixés
Décret exécutif n° 08-155 du 20 Joumada El Oula 1429
correspondant au 26 mai 2008 portant conformément au tableau annexé à l'original du présent
revalorisation du montant des pensions des décret.
moudjahidine et ayants droit de chouhada et de
moudjahidine, des victimes civiles et des victimes Art. 3. — Le présent décret sera publié au Journal
d’engins explosifs ainsi que leurs ayants droit. officiel de la République algérienne démocratique et
———— populaire.
Le Chef du Gouvernement,
Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1429 correspondant
Sur le rapport du ministre des moudjahidine, au 26 mai 2008.
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125
(alinéa 2) ; Abdelaziz BELKHADEM.
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 9

Décret exécutif n° 08-156 du 20 Joumada El Oula 1429 La comptabilité doit permettre d’effectuer des
correspondant au 26 mai 2008 portant comparaisons périodiques et d’apprécier l’évolution de
application des dispositions de la loi n° 07-11 du l’entité dans une perspective de continuité d’activité.
15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au
Les modalités d’application de cet article sont fixées par
25 novembre 2007 portant système comptable
arrêté du ministre chargé des finances.
financier.
———— Art. 5. — Les méthodes comptables sont les principes,
Le Chef du Gouvernement, conventions, règles et pratiques spécifiques définis aux
Sur le rapport du ministre des finances, articles ci-dessous qui doivent être appliqués par une
entité de façon permanente d’un exercice à un autre pour
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4° et 125 établir et présenter ses états financiers.
(alinéa 2) ;
Vu la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 Art. 6. — Les effets des transactions et autres
correspondant au 25 novembre 2007 portant système évènements sont comptabilisés sur la base d’une
comptable financier ; comptabilité d’engagement, au moment de la survenance
de ces transactions ou évènements.
Vu le décret présidentiel n° 07-172 du 18 Joumada
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant Ils sont présentés dans les états financiers des exercices
nomination du Chef du Gouvernement ; auxquels ils se rattachent.
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada Art. 7. — Les états financiers sont établis sur une base
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant de continuité d’exploitation, en présumant que l’entité
nomination des membres du Gouvernement ; poursuivra ses activités dans un avenir prévisible, à moins
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415 que des évènements ou des décisions survenus avant la
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du date de publication des comptes rendent probable, dans un
ministre des finances ; avenir proche, la liquidation ou la cessation d’activité.
Lorsque les états financiers ne sont pas établis sur cette
Décrète : base, les incertitudes quant à la continuité d’exploitation
Article 1er. — Le présent décret a pour objet de fixer sont indiquées et justifiées, et la base sur laquelle ils ont
les modalités d’application des articles 5, 7, 8, 9, 22, 25, été arrêtés est précisée en annexe.
30, 36 et 40 de la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428
correspondant au 25 novembre 2007 portant système Art. 8. — L’information fournie dans les états
comptable financier. financiers doit revêtir les caractéristiques qualitatives de
pertinence, de fiabilité, de comparabilité et
Art. 2. — Le cadre conceptuel de la comptabilité d’intelligibilité.
financière prévu à l’article 7 de la loi n° 07-11 du
15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre Art. 9. — L’entité doit être considérée comme étant une
2007, susvisée : unité comptable autonome et distincte de ses propriétaires.
— définit les concepts qui sont à la base de la La comptabilité financière est fondée sur la séparation
préparation et de la présentation des états financiers tels entre les actifs, passifs, charges et produits de l’entité et
les conventions et principes comptables à respecter et les ceux des participants à ses capitaux propres ou de ses
caractéristiques qualitatives de l’information financière ; actionnaires.
— constitue une référence pour l’établissement de Les états financiers de l’entité ne doivent prendre en
nouvelles normes ; compte que les transactions de l’entité, et non celles des
propriétaires.
— facilite l’interprétation des normes comptables et
l’appréhension d’opérations ou d’évènements non Art. 10. — Chaque entité doit respecter la convention
explicitement prévus par la réglementation comptable. de l’unité monétaire.
Art. 3. — Le cadre conceptuel de la comptabilité L’unité de mesure unique pour enregistrer les
financière a pour objectif d’aider : transactions d’une entité est le dinar algérien.
— au développement des normes ; Le dinar algérien est l’unité de mesure de l’information
— à la préparation des états financiers ; véhiculée par les états financiers.
— à l’interprétation par les utilisateurs de l’information Seuls les transactions et évènements susceptibles d’être
contenue dans les états financiers préparés en conformité quantifiés monétairement sont comptabilisés. Cependant
avec les normes comptables ; les informations non quantifiables mais pouvant avoir une
— à la formulation d’une opinion sur la conformité des incidence financière sont mentionnées dans l’annexe aux
états financiers avec les normes. états financiers.
Art. 4. — La comptabilité de chaque entité doit : Art. 11. — En vertu du principe d’importance relative :
— respecter la terminologie et les principes directeurs — les états financiers doivent mettre en évidence toute
fixés par le système comptable financier ; information significative, pouvant avoir une influence sur
— mettre en œuvre des conventions, des méthodes et le jugement que les utilisateurs de l’information peuvent
des procédures normalisées ; porter sur l’entité ;
— s’appuyer sur une organisation répondant aux — les montants non significatifs peuvent être regroupés
exigences de tenue, de contrôle, de collecte et de avec des montants correspondant à des éléments de nature
communication des informations à traiter. ou de fonction similaires ;
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
10 28 mai 2008

— l’image fidèle des états financiers doit traduire la Art. 18. — Les opérations sont enregistrées en
connaissance que les dirigeants ont de la réalité et de comptabilité et présentées dans les états financiers
l’importance relative des évènements enregistrés ; conformément à leur nature et à leur réalité financière et
économique, sans s’en tenir uniquement à leur apparence
— les normes comptables peuvent ne pas s’appliquer
juridique.
aux éléments sans importance significative.
Les modalités d’application du présent article sont
Art. 12. — Le résultat de chaque exercice est précisées par arrêté du ministre chargé des finances.
indépendant de celui qui le précède et de celui qui le suit.
Art. 19. — Les états financiers doivent, par leur nature
Pour sa détermination, seuls lui sont imputés les
et leur qualité et dans le respect des principes et des règles
opérations et évènements qui lui sont propres.
comptables, satisfaire à l’objectif d’image fidèle en
donnant des informations pertinentes sur la situation
Art. 13. — Tout évènement ayant un lien direct et financière, la performance et la variation de la situation
prépondérant avec une situation existant à la date de financière de l’entité.
clôture des comptes d’un exercice et connu entre cette
date et celle de l’approbation des comptes dudit exercice, Dans le cas où l’application d’une règle comptable se
doit être rattaché à l’exercice clos. révèle impropre à donner une image fidèle de l’entité, les
motifs doivent être mentionnés dans l’annexe aux états
Si un évènement se produit après la date de clôture de financiers.
l’exercice et n’affecte pas la situation de l’actif ou du
passif de la période précédant l’approbation des comptes, Aucun traitement comptable inapproprié ne peut être
aucun ajustement n’est à effectuer. Cet évènement doit corrigé par une indication des méthodes comptables
faire l’objet d’une information dans l’annexe aux états utilisées, par des informations en annexe ou d’autres états
financiers s’il est d’une importance telle qu’il pourrait explicatifs.
affecter les décisions des utilisateurs des états financiers. Art. 20. — Les actifs sont constitués des ressources
contrôlées par l’entité du fait d’évènements passés et
Art. 14. — La comptabilité doit satisfaire au principe de destinées à procurer à l’entité des avantages économiques
prudence impliquant l’appréciation raisonnable des faits futurs.
dans des conditions d’incertitude afin d’éviter le risque de Le contrôle d’un actif correspond au pouvoir d’obtenir
transfert, sur l’avenir, d’incertitudes présentes susceptibles les avantages économiques futurs procurés par cet actif.
de grever le patrimoine ou le résultat de l’entité.
Art. 21. — Les éléments d’actif destinés à servir de
Les actifs et les produits ne doivent pas être surévalués, façon durable à l’activité de l’entité constituent l’actif non
et les passifs et les charges ne doivent pas être courant. Ceux qui, en raison de leur destination ou de leur
sous-évalués. nature, n’ont pas cette vocation constituent l’actif courant.
L’application de ce principe de prudence ne doit pas L’actif courant comprend :
conduire à la création de réserves occultes ou de
provisions excessives. — les actifs que l’entité s’attend à pouvoir réaliser,
vendre ou consommer, dans le cadre du cycle
Art. 15. — La cohérence et la comparabilité des d’exploitation normal représentant une période s’écoulant
informations comptables au cours des périodes entre l’acquisition des matières premières ou des
successives impliquent une permanence dans l’application marchandises entrant dans l’exploitation, et leur
des règles et méthodes relatives à l’évaluation des réalisation sous forme de flux de trésorerie ;
éléments et à la présentation des informations. — les actifs détenus essentiellement à des fins de
transactions ou pour une durée courte que l’entité s’attend
Toute exception au principe de permanence des à réaliser dans les douze mois ;
méthodes ne peut être justifiée que par la recherche d’une
meilleure information ou par un changement de la — les liquidités ou quasi-liquidités dont l’utilisation
réglementation. n’est pas soumise à des restrictions.
L’actif non courant comprend :
Art. 16. — Les éléments d’actifs, de passifs, de produits
— les actifs qui sont destinés à être utilisés d’une
et de charges sont enregistrés en comptabilité et présentés
manière continue pour les besoins des activités de l’entité
dans les états financiers au coût historique, sur la base de telles que les immobilisations corporelles ou
leur valeur à la date de leur constatation, sans tenir compte incorporelles ;
des effets de variations de prix ou d’évolution du pouvoir
d’achat de la monnaie. — les actifs détenus à des fins de placement à long
terme ou qui ne sont pas destinés à être réalisés dans les
Cependant des actifs et passifs particuliers tels que les douze mois à compter de la date de clôture.
actifs biologiques et les instruments financiers sont
valorisés à leur juste valeur. Art. 22. — Les passifs sont constitués des obligations
actuelles de l’entité résultant d’évènements passés et dont
Les modalités d’application des dispositions du présent l’extinction devrait se traduire pour l’entité par une sortie
article sont précisées par arrêté du ministre chargé des de ressources représentatives d’avantages économiques.
finances. Un passif est classé comme passif courant lorsque :
Art. 17. — Le bilan d’ouverture d’un exercice doit — il est attendu qu’il soit réglé dans le cadre du cycle
correspondre au bilan de clôture de l’exercice précédent. normal d’exploitation ;
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 11

— ou il doit être payé dans les douze mois qui suivent Art. 30. — Les normes relatives à l’actif concernent
la date de clôture. notamment :
Tous les autres passifs sont classés en tant que passifs — les immobilisations corporelles et incorporelles ;
non courants. — les immobilisations financières ;
Art. 23. — Les passifs à long terme portant intérêts sont — les stocks et les encours.
classés en passifs non courants, même si leur règlement
doit intervenir dans les douze mois suivant la date de Les normes relatives au passif concernent notamment :
clôture de l’exercice si : — les capitaux propres ;
— leur échéance initiale était fixée à plus de douze — les subventions ;
mois ; — les provisions pour risques ;
— l’entité a l’intention de refinancer l’obligation sur le — les emprunts et autres passifs financiers.
long terme ;
Les normes relatives aux règles d’évaluation et de
— cette intention est confirmée par un accord de comptabilisation :
refinancement ou de rééchelonnement des paiements,
finalisé avant la date de clôture des comptes. — des charges ;
— des produits.
Art. 24. — Les capitaux propres ou fonds propres ou
capital financier correspondent à l’excédent des actifs de Les normes particulières concernent notamment :
l’entité sur ses passifs courants et non courants, tels que — l’évaluation des charges et des produits financiers ;
définis aux articles précédents.
— les instruments financiers ;
Art. 25. — Les produits d’un exercice correspondent — les contrats d’assurances ;
aux accroissements d’avantages économiques survenus au
— les opérations faites en commun ou pour le compte
cours de l’exercice, sous forme d’entrées ou
de tiers ;
d’augmentations d’actifs ou de diminutions de passifs. Les
produits comprennent également les reprises sur pertes de — les contrats à long terme ;
valeur et sur provisions définies par arrêté du ministre — les impôts différés ;
chargé des finances. — les contrats de location - financement ;
Art. 26. — Les charges d’un exercice correspondent — les avantages au personnel ;
aux diminutions d’avantages économiques survenues au — les opérations effectuées en monnaie étrangère.
cours de l’exercice, sous forme de sortie ou de diminution
d’actifs ou d’apparition de passifs. Les charges Les modalités d’application du présent article sont
comprennent les dotations aux amortissements ou fixées par arrêté du ministre chargé des finances.
provisions et les pertes de valeur définies par arrêté du
ministre chargé des finances. Art. 31. — Conformément à l’article 9 de la
loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au
Art. 27. — Le chiffre d’affaires correspond aux ventes 25 novembre 2007, susvisée, la nomenclature des comptes
de marchandises et productions vendues de biens et est un ensemble de comptes regroupés en catégories
services, évaluées sur la base du prix de vente hors taxes homogènes appelées classes.
et réalisées par l’entité avec les clients dans le cadre de
son activité normale et ordinaire. La nomenclature des comptes, leur contenu et les règles
de leur fonctionnement sont définis par arrêté du ministre
Le chiffre d’affaires des entités non assujetties à la taxe chargé des finances.
sur la valeur ajoutée ou soumises sur une base forfaitaire
est évalué sur la base du prix de vente toutes taxes Art. 32. — Conformément à l’article 25 de la loi
comprises. n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
Art. 28. — Le résultat net de l’exercice est égal à la au 25 novembre 2007, susvisée, les états financiers
différence entre le total des produits et le total des charges comprennent :
de cet exercice. Il correspond à la variation des capitaux — le bilan ;
propres entre le début et la fin de l’exercice, hors
opérations affectant directement le montant des capitaux — le compte de résultats ;
propres sans affecter les charges ou les produits. — le tableau de flux de trésorerie ;
Le résultat net correspond à un bénéfice en cas — le tableau de variations des capitaux propres ;
d’excédent des produits sur les charges et à un déficit dans — l’annexe.
le cas contraire.
Art. 33. — Le bilan décrit séparément les éléments de
Art. 29. — Les normes comptables prévues à l’article 8 l’actif et les éléments du passif.
de la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428
La présentation des actifs et des passifs dans le corps du
correspondant au 25 novembre 2007, susvisée, constituent
bilan fait ressortir la distinction entre les éléments
des dispositifs techniques découlant du cadre conceptuel
courants et les éléments non courants.
et définissant les méthodes d’évaluation et de
comptabilisation des éléments des états financiers et sont Le contenu, le modèle et la présentation du bilan sont
précisées à l’article 30 ci-dessous. fixés par arrêté du ministre chargé des finances.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
12 28 mai 2008

Art. 34. — Le compte de résultats est un état — pouvoir sur plus de 50 % des droits de vote obtenu
récapitulatif des charges et des produits réalisés par dans le cadre d’un accord avec les autres associés ou
l’entité au cours de l’exercice. Il ne tient pas compte de la actionnaires ;
date d’encaissement ou de décaissement et fait apparaître,
par différence, le résultat net de l’exercice. — pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des
Le contenu, le modèle et la présentation du compte de dirigeants d’une autre entité ;
résultats sont fixés par arrêté du ministre chargé des
— pouvoir de fixer les politiques financières et
finances.
opérationnelles de l’entité ;
Art. 35. — Le tableau des flux de trésorerie a pour objet
d’apporter aux utilisateurs des états financiers une base — pouvoir de réunir la majorité des droits de vote dans
d’évaluation de la capacité de l’entité à générer des flux les réunions des organes de gestion d’une entité.
de trésorerie et des équivalents de trésorerie, ainsi que des
informations sur l’utilisation de ces flux de trésorerie. Art. 41. — Les entités prévues aux articles 31 et 34 de
Le détail des rubriques, le modèle et la présentation du la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
tableau de flux de trésorerie sont fixés par arrêté du au 25 novembre 2007, susvisée, établissent des comptes
ministre chargé des finances. consolidés ou des comptes combinés suivant la méthode
de l’intégration globale et la méthode de la mise en
Art. 36. — Le tableau de variation des capitaux propres équivalence.
constitue une analyse des mouvements ayant affecté
chacune des rubriques constituant les capitaux propres de Les modalités d’établissement, de présentation et de
l’entité au cours de l’exercice.
publication des comptes consolidés et des comptes
Le détail des rubriques, le modèle et la présentation du combinés sont fixées par arrêté du ministre chargé des
tableau de variation des capitaux propres sont fixés par finances.
arrêté du ministre chargé des finances.
Art. 37. — L’annexe aux états financiers comporte des Art. 42. — En application de l’article 40 de la loi
informations qui présentent un caractère significatif ou qui n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
sont utiles pour la compréhension des opérations figurant au 25 novembre 2007, susvisée, les changements
sur ces états financiers. d’estimations et des méthodes comptables sont pris en
compte dans les états financiers.
Les notes annexes aux états financiers font l’objet d’une
présentation organisée. Chacun des postes de bilan, du Les procédures comptables de prise en charge de
compte de résultats du tableau des flux de trésorerie et du l’impact des changements suscités sur les états financiers
tableau de variation des capitaux propres renvoie à
sont fixées par arrêté du ministre chargé des finances.
l’information correspondante dans les notes annexes.
Le modèle et le contenu de l’annexe et des notes Art. 43. — Conformément aux articles 5 et 22 de la loi
annexes sont fixés par arrêté du ministre chargé des n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
finances. au 25 novembre 2007, susvisée, les petites entités qui
Art. 38. — Conformément à l’article 30 de la loi remplissent les conditions d’activité, de chiffre d’affaires
n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au et d’effectifs sont assujetties à une comptabilité simplifiée
25 novembre 2007, susvisée, une entité peut être autorisée dite de trésorerie, sauf option contraire de leur part et à
à avoir un exercice se clôturant à une autre date que l’établissement d’états financiers spécifiques constitués :
le 31 décembre.
— d’une situation en fin d’exercice ;
Les modalités et conditions d’application du présent
article sont définies par arrêté du ministre chargé des — d’un compte de résultats de l’exercice ;
finances.
— d’un état de variation de la trésorerie au cours de
Art. 39. — En application de l’article 36 de la loi
l’exercice.
n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant
au 25 novembre 2007, susvisée, les comptes consolidés
sont établis par toute entité qui contrôle une ou plusieurs Les modalités d’application du présent article sont
entités. fixées par arrêté du ministre chargé des finances.
Le contrôle est défini comme le pouvoir de diriger les
politiques financières et opérationnelles d’une entité afin Art. 44. — Le présent décret sera publié au Journal
de tirer des avantages de ces activités. officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.
Art. 40. — Une entité est considérée contrôlant une
autre entité dans les cas suivants : Fait à Alger, le 20 Joumada El Oula 1429 correspondant
— détention directe, ou indirecte, par l’intermédiaire de au 26 mai 2008.
filiales, de la majorité des droits de vote dans une autre
entité ; Abdelaziz BELKHADEM.
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 13

DECISIONS INDIVIDUELLES

Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 — Abdelhakim Chater, à la wilaya de Chlef ;
correspondant au 7 mai 2008 mettant fin aux
fonctions de walis. — Mohamed Hamidou, à la wilaya d’Oum El Bouaghi ;
———— — Mahmoud Djamaa, à la wilaya d’Alger ;

Par décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 — Ali Bouguerra, à la wilaya de Sétif ;
correspondant au 7 mai 2008, il est mis fin aux
— Hacène Kanoun, à la wilaya de Sidi Bel Abbès ;
fonctions de walis exercées par MM. :
— Fatma-Zohra Raïs, à la wilaya d’El Tarf ;
— Mohamed El Ghazi, à la wilaya de Chlef ;
appelés à exercer d’autres fonctions.
— Rachid Fatmi, à la wilaya de Béjaïa ;
————★————
— Abdelkader Farsi, à la wilaya de Bouira ;

— Brahim Merad, à la wilaya de Tiaret ; Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429
correspondant au 7 mai 2008 portant nomination
— Brahim Bengayou, à la wilaya de Annaba ; de walis.
————
— Ali Bedrici, à la wilaya de Boumerdès ;

— Mohamed Bousmaha, à la wilaya de Tindouf ; Par décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429
correspondant au 7 mai 2008, sont nommés walis aux
— Miloud Tahri, à la wilaya de Souk Ahras ; wilayas suivantes MM. :

— Abdelkebir Matali, à la wilaya de Naâma ; — Mahmoud Djamaa, à la wilaya de Chlef ;

appelés à exercer d’autres fonctions. — Ali Bedrici, à la wilaya de Béjaïa ;


————★————
— Ali Bouguerra, à la wilaya de Bouira ;

Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 — Mohamed Bousmaha, à la wilaya de Tiaret ;
correspondant au 7 mai 2008 mettant fin aux
fonctions du wali délégué de Zéralda. — Mohamed El Ghazi, à la wilaya de Annaba ;
———— — Brahim Merad, à la wilaya de Boumerdès ;

Par décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429 — Hacène Kanoun, à la wilaya d’El Taref ;
correspondant au 7 mai 2008, il est mis fin aux
fonctions de wali délégué de Zéralda exercées par — Abdelhakim Chater, à la wilaya de Tindouf ;
M. Abdellah Redjimi, appelé à exercer une autre — Rachid Fatmi, à la wilaya de Souk Ahras ;
fonction.
————★———— — Mohamed Hamidou, à la wilaya de Naâma ;
————★————
Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429
correspondant au 7 mai 2008 mettant fin
aux fonctions de secrétaires généraux de Décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429
wilayas. correspondant au 7 mai 2008 portant nomination
———— du wali délégué de Zéralda.
————
Par décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429
correspondant au 7 mai 2008, il est mis fin aux Par décret présidentiel du Aouel Joumada El Oula 1429
fonctions de secrétaires généraux de wilayas exercées par correspondant au 7 mai 2008, Mme Fatma-Zohra Raïs
Mmes et MM. : est nommée wali délégué de Zéralda.
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
14 28 mai 2008

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

Vu le décret exécutif n° 04-196 du 27 Joumada El Oula


MINISTERE DES FINANCES 1425 correspondant au 15 juillet 2004 relatif à
l’exploitation et la protection des eaux minérales
Arrêté du 3 Rabie El Aouel 1429 correspondant au 11 naturelles et des eaux de source ;
mars 2008 portant nomination des membres du Vu l’arrêté interministériel du 22 Dhou El Hidja 1426
conseil d’administration de la caisse de garantie correspondant au 22 janvier 2006 fixant les proportions
des marchés publics - CGMP-. d’éléments contenus dans les eaux minérales naturelles et
———— les eaux de source ainsi que les conditions de leur
Par arrêté du 3 Rabie El Aouel 1429 correspondant au traitement ou les adjonctions autorisées ;
11 mars 2008 sont nommés, en application des
dispositions de l’article 10 du décret exécutif n° 98-67 du Arrêtent :
24 Chaoual 1418 correspondant au 21 février 1998, Article 1er. — Les dispositions de l’alinéa 3 de l’article
modifié, portant création, organisation et fonctionnement 10 de l’arrêté du 22 Dhou El Hidja 1426 correspondant au
de la caisse de garantie des marchés publics - CGMP en 22 janvier 2006 fixant les proportions d’éléments
qualité de membres du conseil d’administration de la contenus dans les eaux minérales naturelles et les eaux de
caisse de garantie des marchés publics pour une durée de source ainsi que les conditions de leur traitement ou les
3 années : adjonctions autorisées, sont modifiées et rédigées comme
M. Hadji Babaammi, directeur général du Trésor au suit :
ministère des finances, président ; “Art. 10. — .................... – Si le produit contient plus de
M. Farid Baka, directeur général du budget au ministère 1,5 mg/l de fluorure, il doit mentionner “ce produit
des finances ; contient plus de 1,5 mg/l de fluor, il ne convient pas à
M. Naoui Kharchi, représentant le ministre de l’alimentation des bébés et des jeunes enfants pour une
l’intérieur et des collectivités locales ; consommation régulière”.
M. Abdelazziz Dali, représentant le ministre chargé des Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal
travaux publics ; officiel de la République algérienne démocratique et
M. Ali Meddane, représentant le ministre chargé de populaire.
l’habitat ; Fait à Alger, le 16 Safar 1429 correspondant au 23
Mlle. Ghenima Brahimi, représentant le ministre chargé février 2008.
de l’industrie ;
M. Bachir Belgherbi, représentant l’association Le ministre Le ministre de la santé,
professionnelle des banques et des établissements des ressources en eau de la population
et de la réforme hospitalière
financiers (ABEF) ;
Abdelmalek SELLAL Amar TOU
M. Larbi Souici, représentant les professionnels auprès
de la chambre algérienne de commerce et d’industrie - Le ministre du commerce Le ministre de l’industrie
CACI. et de la promotion
Lachemi DJAABOUBE des investissements
MINISTERE DES RESSOURCES EN EAU Hamid TEMMAR

Arrêté interministériel du 16 Safar 1429 MINISTERE DE L’AMENAGEMENT


correspondant au 23 février 2008 modifiant DU TERRITOIRE, DE L’ENVIRONNEMENT
l’arrêté interministériel du 22 Dhou El Hidja ET DU TOURISME
1426 correspondant au 22 janvier 2006 fixant les
proportions d’éléments contenus dans les eaux Arrêté du 11 Rabie El Aouel 1429 correspondant au
minérales naturelles et les eaux de source ainsi 18 mars 2008 définissant les modèles-types de
que les conditions de leur traitement ou les l’agrément de guide de tourisme ainsi que de la
adjonctions autorisées. carte de guide de tourisme.
———— ————
Le ministre des ressources en eau, Le ministre de l’aménagement du territoire, de
Le ministre de la santé, de la population et de la réforme l’environnement et du tourisme,
hospitalière,
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada
Le ministre du commerce, El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant
Le ministre de l’industrie et de la promotion des nomination des membres du Gouvernement ;
investissements, Vu le décret exécutif n° 06-224 du 25 Joumada El Oula
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 1427 correspondant au 21 juin 2006 fixant les conditions
Joumada El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 et les modalités d’exercice de l’activité de guide de
portant nomination des membres du Gouvernement ; tourisme ;
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 15

Arrête : La carte de guide de tourisme est confectionnée à


partir d’un papier cartonné, en deux (2) volets de format
Article 1er. — En application des dispositions de 12 cm x 8 cm pour chaque volet, de couleur blanche pour
l’article 16 du décret exécutif n° 06-224 du le « guide de tourisme national » et de couleur jaune pour
25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006, le « guide de tourisme local ».
susvisé, le présent arrêté a pour objet de définir les
modèles-types de l’agrément de guide de tourisme ainsi Art. 3. — Le présent arrêté sera publié au Journal
que de la carte de guide de tourisme, tels qu’annexés au officiel de la République algérienne démocratique et
présent arrêté. populaire.

Fait à Alger, le 11 Rabie El Aouel 1429


Art. 2. — L’agrément de guide de tourisme est correspondant au 18 mars 2008.
confectionné à partir d’un papier cartonné de couleur
blanche. Chérif RAHMANI.
————————
ANNEXE
1- Modèle-type de l’agrément de guide de tourisme national :

République algérienne démocratique et populaire ‫ﻘﺮاﻃﻴﺔ اﻟﺸﻌﺒﻴﺔ‬+‫اﳉﻤﻬﻮرﻳﺔ اﳉﺰاﺋﺮﻳﺔ اﻟﺪ‬


‫وزارة اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ واﻟﺒﻴﺌﺔ واﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬
Ministère de l’aménagement du territoire,
de l’environnement et du tourisme ‫ﻳﺘﻀﻤﻦ اﻋﺘﻤﺎد اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﻟﻮﻃﻨﻲ‬........ ‫خ ﻓﻲ‬
‫ﻣﺆرّخ‬
‫ﻣﻘﺮر ﻣﺆر‬

Décision du ............ ............... portant agrément d’un guide de J‫إن وزﻳﺮ اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ واﻟﺒﻴﺌﺔ واﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬
tourisme national
Le ministre de l’aménagement du territoire, de l’environnement ‫ﻮاﻓﻖ‬N‫ ا‬...... ‫ﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬... ‫ـﺮﺳﻮم اﻟﺮﺋـﺎﺳﻲ رﻗﻢ‬N‫ـﻘﺘﻀﻰ ا‬U -
et du tourisme, J‫ أﻋﻀﺎء اﳊﻜﻮﻣﺔ‬Z‫ﺘﻀﻤﻦ ﺗﻌﻴ‬N‫ وا‬......

Vu le décret présidentiel n° ..... du ....................... 25 ‫ﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬224 - 06 ‫ـﺮﺳﻮم اﻟـﺘـﻨﻔـﻴﺬي رﻗﻢ‬N‫ـﻘـﺘﻀﻰ ا‬U ‫ و‬-
correspondant au .................. portant nomination des membres ‫ اﻟـﺬي‬2006 ‫ ﻳــﻮﻧ ـﻴــﻮ ﺳ ـﻨــﺔ‬21 ‫ ــﻮاﻓﻖ‬N‫ ا‬1427 ‫ﺟ ـﻤــﺎدى اﻷوﻟـﻰ ﻋـﺎم‬
du Gouvernement ; ‫ـﺎرﺳــﺔ ﻧـﺸــﺎط اﻟـﺪﻟــﻴﻞ ﻓﻲ اﻟـﺴ ـﻴـﺎﺣــﺔ و ﻛـﻴ ـﻔـﻴـﺎت‬e ‫ﻳـﺤ ـﺪّد ﺷـﺮوط‬
J‫ذﻟﻚ‬
Vu le décret exécutif n° 06-224 du 25 Joumada El-Oula 1427
correspondant au 21 juin 2006 fixant les conditions et les
: ‫ﻳﻘﺮر ﻣﺎ ﻳﺄﺗﻲ‬
modalités d’exercice de l’activité de guide de tourisme ;

Décide : ‫ــﺮﺳــﻮم اﻟ ـﺘ ـﻨ ـﻔ ـﻴـﺬي‬N‫ ﻣﻦ ا‬5 ‫ـﺎدة‬N‫ ﻃـﺒ ـﻘــﺎ ﻷﺣ ـﻜــﺎم ا‬:‫ـﺎدة اﻷوﻟﻰ‬N‫ا‬
J‫ــﺬﻛـﻮر أﻋﻼه‬N‫ وا‬2006 ‫ ﻳـﻮﻧ ـﻴـﻮ ﺳ ـﻨـﺔ‬21 ‫ـﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬224 - 06 ‫رﻗﻢ‬
Article 1er : Conformément aux dispositions de l’article 5 du : ‫ﻳُﻤﻨﺢ اﻋﺘﻤﺎد اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﻟﻮﻃﻨﻲ إﻟﻰ‬
décret exécutif n° 06-224 du 21 juin 2006, susvisé, un agrément
.............................. : ‫ اﻻﺳﻢ‬.............................. : ‫اﻟﻠﻘﺐ‬
de guide de tourisme national est attribué à :
.................................................................... : ‫اﻟﻌﻨﻮان‬
Nom : ......................... Prénom : ..............................................
Adresse : ....................................................................................
‫ﻤﺎرﺳﺔ ﻧﺸﺎﻃﺎﺗﻪ ﻓﻲ ﻛﺎﻣﻞ‬U ‫ ﻳﺮﺧﺺ ﻟﻠﻤﺴـﻤﻰ أﻋﻼه‬: 2 ‫ﺎدة‬N‫ا‬
Article 2 : Le susnommé est autorisé à exercer ses activités sur .‫اﻟﺘﺮاب اﻟﻮﻃﻨﻲ‬
l’ensemble du territoire national.
‫ ﻳـﻜﻮن اﻋـﺘﻤـﺎد اﻟـﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟـﺴﻴـﺎﺣـﺔ ﺷﺨـﺼﻴـﺎ و ﻗﺎﺑﻼ‬: 3 ‫ﺎدة‬N‫ا‬
Article 3 : L’agrément de guide de tourisme est personnel et
révocable. Il est incessible et ne peut faire l’objet d’aucune ‫ ـﻜـﻦ أن ﻳ ـﻜ ــﻮن ﻣــﻮﺿــﻮع‬+ ‫ ـﻜـﻦ اﻟ ـﺘـ ـﻨــﺎزل ﻋ ــﻨﻪ و ﻻ‬+ ‫ و ﻻ‬.‫ﻟﻺﻟ ـﻐ ــﺎء‬
forme de location. .‫إﻳﺠﺎر أﻳﺎ ﻛﺎن ﺷﻜﻠﻪ‬

Article 4 : L’agrément de guide de tourisme est accordé pour .‫ﺪة ﻏﻴﺮ ﻣﺤﺪّدة‬N ‫ﻨﺢ اﻋﺘﻤﺎد اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬+ : 4 ‫ﺎدة‬N‫ا‬
une durée indéterminée.
Article 5 : Le guide de tourisme est tenu d’exercer ses ‫ـﺎرﺳـﺔ ﻧﺸـﺎﻃﺎﺗﻪ‬e ‫ ﻳـﻨﺒـﻐﻲ ﻋـﻠﻰ اﻟﺪﻟـﻴﻞ ﻓﻲ اﻟـﺴﻴـﺎﺣﺔ‬: 5 ‫ﺎدة‬N‫ا‬
activités dans le strict respect des dispositions légales et ‫ﻓﻲ إﻃـﺎر اﻻﺣـﺘـﺮام اﻟـﺼــﺎرم ﻟﻸﺣـﻜـﺎم اﻟـﻘـﺎﻧـﻮﻧـﻴــﺔ و اﻟـﺘـﻨـﻈـﻴـﻤـﻴـﺔ‬
réglementaires en vigueur, notamment les dispositions des ‫ ﻣﻦ‬33 ‫ إﻟﻰ‬25 ‫ و‬3 ‫ ــﻮاد‬N‫ ﻻﺳ ـ ـﻴـ ـﻤ ــﺎ أﺣ ـ ـﻜ ــﺎم ا‬J‫ ـ ـﻔـ ـﻌ ــﻮل‬N‫اﻟ ـ ـﺴ ــﺎرﻳ ــﺔ ا‬
articles 3, 25 à 33 du décret exécutif n° 06-224 du 21 juin 2006, ‫ ﻳــﻮﻧ ـﻴــﻮ ﺳ ـﻨـﺔ‬21 ‫ـﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬224 - 06 ‫ــﺮﺳــﻮم اﻟـﺘ ـﻨ ـﻔ ـﻴـﺬي رﻗﻢ‬N‫ا‬
susvisé. .‫ﺬﻛﻮر أﻋﻼه‬N‫ وا‬2006
Fait à Alger, le ...........................................................................
......................................................... ‫ﺣُﺮر ﺑﺎﳉﺰاﺋﺮ ﻓﻲ‬
Le ministre de l’aménagement du territoire,
de l’environnement et du tourisme ‫وزﻳﺮ اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ واﻟﺒﻴﺌﺔ واﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
16 28 mai 2008

2- Modèle-type de l’agrément de guide de tourisme local :

République algérienne démocratique et populaire ‫ﻘﺮاﻃﻴﺔ اﻟﺸﻌﺒﻴﺔ‬+‫اﳉﻤﻬﻮرﻳﺔ اﳉﺰاﺋﺮﻳﺔ اﻟﺪ‬

Ministère de l’aménagement du territoire, ‫وزارة اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ واﻟﺒﻴﺌﺔ واﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬


de l’environnement et du tourisme

‫ ﻳﺘﻀﻤﻦ اﻋﺘﻤﺎد اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﶈﻠﻲ‬......... ‫خ ﻓﻲ‬


‫ﻣﺆرّخ‬
‫ﻣﻘﺮر ﻣﺆر‬
Décision du .............................. portant agrément d’un guide
de tourisme local J‫إن وزﻳﺮ اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ واﻟﺒﻴﺌﺔ واﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬

Le ministre de l’aménagement du territoire, de


‫ﻮاﻓﻖ‬N‫ ا‬...... ‫ﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬... ‫ـﺮﺳﻮم اﻟﺮﺋـﺎﺳﻲ رﻗﻢ‬N‫ـﻘﺘﻀﻰ ا‬U -
l’environnement et du tourisme,
J‫ أﻋﻀﺎء اﳊﻜﻮﻣﺔ‬Z‫ﺘﻀﻤﻦ ﺗﻌﻴ‬N‫ وا‬......

Vu le décret présidentiel n° … du ……… correspondant au


……… portant nomination des membres du Gouvernement ; 25 ‫ـﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬224-06 ‫ـﺮﺳــﻮم اﻟـﺘ ـﻨـﻔ ـﻴـﺬي رﻗﻢ‬N‫ ـﻘـﺘــﻀﻰ ا‬U ‫ و‬-
‫ اﻟـﺬي‬2006 ‫ ﻳــﻮﻧ ـﻴــﻮ ﺳ ـﻨــﺔ‬21 ‫ ــﻮاﻓﻖ‬N‫ ا‬1427 ‫ﺟ ـﻤــﺎدى اﻷوﻟـﻰ ﻋـﺎم‬
Vu le décret exécutif n° 06-224 du 25 Joumada El-Oula 1427 ‫ـﺎرﺳــﺔ ﻧـﺸــﺎط اﻟـﺪﻟــﻴﻞ ﻓﻲ اﻟـﺴ ـﻴـﺎﺣــﺔ و ﻛـﻴ ـﻔـﻴـﺎت‬e ‫ﻳـﺤ ـﺪّد ﺷـﺮوط‬
correspondant au 21 juin 2006 fixant les conditions et les J‫ذﻟﻚ‬
modalités d’exercice de l’activité de guide de tourisme ;

: ‫ﻳﻘﺮر ﻣﺎ ﻳﺄﺗﻲ‬
Décide :

Article 1er : Conformément aux dispositions de l’article 5 du ‫ــﺮﺳــﻮم اﻟ ـﺘ ـﻨ ـﻔ ـﻴـﺬي‬N‫ ﻣﻦ ا‬5 ‫ـﺎدة‬N‫ ﻃـﺒ ـﻘــﺎ ﻷﺣ ـﻜــﺎم ا‬:‫ـﺎدة اﻷوﻟﻰ‬N‫ا‬
décret exécutif n° 06-224 du 21 juin 2006, susvisé, un agrément J‫ـﺬﻛﻮر أﻋﻼه‬N‫ وا‬2006 ‫ ﻳـﻮﻧـﻴـﻮ ﺳـﻨﺔ‬21 ‫ـﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬224 - 06 ‫رﻗﻢ‬
de guide de tourisme local est attribué à : : ‫ﻳُﻤﻨﺢ اﻋﺘﻤﺎد اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﶈﻠﻲ إﻟﻰ‬

Nom : .................................. Prénom : ...................................... .............................. : ‫ اﻻﺳﻢ‬.............................. : ‫اﻟﻠﻘﺐ‬

Adresse : .................................................................................... .................................................................... : ‫اﻟﻌﻨﻮان‬

Article 2 : Le susnommé est autorisé à exercer ses activités sur ‫ـ ـﻤــﺎرﺳ ــﺔ ﻧـ ـﺸــﺎﻃ ــﺎﺗﻪ ﻓﻲ‬U ‫ ﻳــﺮﺧـﺺ ﻟ ـﻠـ ـﻤـ ـﺴ ـﻤـﻰ أﻋﻼه‬: 2 ‫ ــﺎدة‬N‫ا‬
le territoire de la (des deux) wilaya(s) : ......................................... ..................................................... : (‫إﻗﻠﻴﻢ وﻻﻳﺔ )وﻻﻳﺘﻲ‬

Article 3 : L’agrément de guide de tourisme est personnel et ‫ ﻳﻜـﻮن اﻋﺘـﻤﺎد اﻟـﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟـﺴﻴـﺎﺣﺔ ﺷـﺨﺼـﻴﺎ و ﻗﺎﺑﻼ‬: 3 ‫ﺎدة‬N‫ا‬
révocable. Il est incessible et ne peut faire l’objet d’aucune ‫ ـﻜـﻦ أن ﻳ ـﻜ ــﻮن ﻣــﻮﺿــﻮع‬+ ‫ ـﻜـﻦ اﻟ ـﺘـ ـﻨــﺎزل ﻋ ــﻨﻪ و ﻻ‬+ ‫ و ﻻ‬.‫ﻟﻺﻟ ـﻐ ــﺎء‬
forme de location. .‫إﻳﺠﺎر أﻳﺎ ﻛﺎن ﺷﻜﻠﻪ‬

Article 4 : L’agrément de guide de tourisme est délivré pour .‫ﺪة ﻏﻴﺮ ﻣﺤﺪّدة‬N ‫ﻨﺢ اﻋﺘﻤﺎد اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬+ : 4 ‫ﺎدة‬N‫ا‬
une durée indéterminée.
‫ـﺎرﺳـﺔ ﻧﺸـﺎﻃﺎﺗﻪ‬e ‫ ﻳـﻨﺒـﻐﻲ ﻋـﻠﻰ اﻟﺪﻟـﻴﻞ ﻓﻲ اﻟـﺴﻴـﺎﺣﺔ‬: 5 ‫ﺎدة‬N‫ا‬
Article 5 : Le guide de tourisme est tenu d’exercer ses ‫ﻓﻲ إﻃـﺎر اﻻﺣـﺘـﺮام اﻟـﺼــﺎرم ﻟﻸﺣـﻜـﺎم اﻟـﻘـﺎﻧـﻮﻧـﻴــﺔ و اﻟـﺘـﻨـﻈـﻴـﻤـﻴـﺔ‬
activités dans le strict respect des dispositions légales et ‫ ﻣﻦ‬33 ‫ إﻟﻰ‬25 ‫ و‬3 ‫ ــﻮاد‬N‫ ﻻﺳ ـ ـﻴـ ـﻤ ــﺎ أﺣ ـ ـﻜ ــﺎم ا‬J‫ ـ ـﻔـ ـﻌ ــﻮل‬N‫اﻟ ـ ـﺴ ــﺎرﻳ ــﺔ ا‬
réglementaires en vigueur, notamment les dispositions des ‫ ﻳــﻮﻧ ـﻴــﻮ ﺳ ـﻨـﺔ‬21 ‫ـﺆرّخ ﻓﻲ‬N‫ ا‬224 - 06 ‫ــﺮﺳــﻮم اﻟـﺘ ـﻨ ـﻔ ـﻴـﺬي رﻗﻢ‬N‫ا‬
articles 3, 25 à 33 du décret exécutif n° 06-224 du 21 juin 2006, .‫ﺬﻛﻮر أﻋﻼه‬N‫ وا‬2006
susvisé.
......................................................... ‫ﺣُﺮر ﺑﺎﳉﺰاﺋﺮ ﻓﻲ‬
Fait à Alger, le ...........................................................................

Le ministre de l’aménagement du territoire, ‫وزﻳﺮ اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ واﻟﺒﻴﺌﺔ واﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬


de l’environnement et du tourisme
‫‪22 Joumada El Oula 1429‬‬ ‫‪JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27‬‬
‫‪28 mai 2008‬‬ ‫‪17‬‬

‫‪3- Modèle-type de la carte de guide de tourisme national :‬‬

‫‪a- Recto :‬‬

‫اﳉﻤﻬﻮرﻳﺔ اﳉﺰاﺋﺮﻳﺔ اﻟﺪ‪+‬ﻘﺮاﻃﻴﺔ اﻟﺸﻌﺒﻴﺔ‬


‫‪People’s democratic republic of algeria‬‬

‫وزارة اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ و اﻟﺒﻴﺌﺔ و اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬


‫‪Ministry of Land Planning, Environment and Tourism‬‬

‫ﺑﻄﺎﻗﺔ اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﻟﻮﻃﻨﻲ‬


‫‪National tourist guide card’s‬‬

‫إﻗﻠﻴﻢ ‪e‬ﺎرﺳﺔ اﻟﻨﺸﺎط ‪ :‬ﻛﺎﻣﻞ اﻟﺘﺮاب اﻟﻮﻃﻨﻲ‬


‫‪Territory of practise : National territory‬‬

‫اﻟﺮﻗﻢ اﻟﺘﺴﻠﺴﻠﻲ ‪......... :‬‬


‫‪Card’s number : ..................‬‬

‫‪b - Verso :‬‬

‫اﻟﻠﻘﺐ ‪...................................................................:‬‬

‫‪Name :.................................................................................‬‬
‫اﻟﺼﻮرة‬
‫اﻻﺳﻢ ‪...................................................................:‬‬

‫‪Given name :.......................................................................‬‬

‫ﺗﺎرﻳﺦ اﻻزدﻳﺎد ‪Date of birth..................................... :‬‬

‫اﻟﻌﻨﻮان ‪................................................................:‬‬

‫‪.............................................................................‬‬

‫‪Address :.................................................................‬‬

‫‪.............................................................................‬‬

‫إﻣﻀﺎء‬ ‫ﺗﺎرﻳﺦ اﻹﺻﺪار‪Issued on : ................................................. :‬‬


‫‪Signature‬‬
‫‪For minister of land‬‬ ‫ﻋﻦ وزﻳﺮ اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ‬
‫" ﻳـﻜﻮن دﺧـﻮل ﺣﺎﻣﻞ ﻫـﺬه اﻟﺒـﻄـﺎﻗﺔ‪ J‬أﺛـﻨﺎء ‪e‬ـﺎرﺳﺔ أﻋـﻤﺎﻟﻪ‪J‬‬
‫‪planning, environment‬‬ ‫اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ و اﻟﺒﻴﺌﺔ‬
‫ـﻨـ ــﺼﺐ اﻟ ـ ـﺘـ ــﺬﻛـ ــﺎرﻳـ ــﺔ وا‪N‬ـ ــﻮاﻗﻊ‬
‫ـﺎﻧـ ــﺎ إﻟﻰ ا‪ N‬ـ ـﺘـ ــﺎﺣﻒ واﻟ ـ ـﻨّ‬
‫ـﺠـ ــﺎﻧً‬
‫ﻣ ـ ـﺠّ‬
‫‪and tourism‬‬ ‫و اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬
‫واﳊﻈﺎﺋﺮ اﻟﻮاﻗﻌﺔ ﻓﻲ ﻣﻨﻄﻘﺔ ﻧﺸﺎﻃﺎﺗﻪ "‪.‬‬
‫‪JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27‬‬ ‫‪22 Joumada El Oula 1429‬‬
‫‪18‬‬ ‫‪28 mai 2008‬‬

‫‪4- Modèle-type de la carte de guide de tourisme local :‬‬


‫‪a- Recto :‬‬

‫اﳉﻤﻬﻮرﻳﺔ اﳉﺰاﺋﺮﻳﺔ اﻟﺪ‪+‬ﻘﺮاﻃﻴﺔ اﻟﺸﻌﺒﻴﺔ‬


‫‪People’s democratic republic of Algeria‬‬

‫وزارة اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ و اﻟﺒﻴﺌﺔ و اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬


‫‪Ministry of land planning, environment and tourism‬‬

‫ﺑﻄﺎﻗﺔ اﻟﺪﻟﻴﻞ ﻓﻲ اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ اﶈﻠﻲ‬


‫‪Local tourist guide card’s‬‬

‫وﻻﻳﺔ )وﻻﻳﺘﻲ( ‪e‬ﺎرﺳﺔ اﻟﻨﺸﺎط ‪............... :‬‬


‫‪,.‬وﻻﻳﺔ‬
‫………‪Department(s) of practise : …......................‬‬

‫اﻟﺮﻗﻢ اﻟﺘﺴﻠﺴﻠﻲ ‪......... :‬‬


‫………… ‪Card’s number :‬‬

‫‪b - Verso :‬‬

‫اﻟﻠﻘﺐ ‪...................................................................:‬‬

‫‪Name :.................................................................................‬‬
‫اﻟﺼﻮرة‬
‫اﻻﺳﻢ ‪...................................................................:‬‬

‫‪Given name :.......................................................................‬‬

‫ﺗﺎرﻳﺦ اﻻزدﻳﺎد ‪Date of birth..................................... :‬‬

‫اﻟﻌﻨﻮان ‪................................................................:‬‬

‫‪.............................................................................‬‬

‫‪Address :.................................................................‬‬

‫‪.............................................................................‬‬

‫إﻣﻀﺎء‬ ‫ﺗﺎرﻳﺦ اﻹﺻﺪار‪Issued on : ................................................. :‬‬


‫‪Signature‬‬
‫‪For minister of land‬‬ ‫ﻋﻦ وزﻳﺮ اﻟﺘﻬﻴﺌﺔ‬
‫" ﻳـﻜﻮن دﺧـﻮل ﺣﺎﻣﻞ ﻫـﺬه اﻟﺒـﻄـﺎﻗﺔ‪ J‬أﺛـﻨﺎء ‪e‬ـﺎرﺳﺔ أﻋـﻤﺎﻟﻪ‪J‬‬
‫‪planning, environment‬‬ ‫اﻟﻌﻤﺮاﻧﻴﺔ و اﻟﺒﻴﺌﺔ‬
‫ـﻨـ ــﺼﺐ اﻟ ـ ـﺘـ ــﺬﻛـ ــﺎرﻳـ ــﺔ وا‪N‬ـ ــﻮاﻗﻊ‬
‫ـﺎﻧـ ــﺎ إﻟﻰ ا‪ N‬ـ ـﺘـ ــﺎﺣﻒ واﻟ ـ ـﻨّ‬
‫ـﺠـ ــﺎﻧً‬
‫ﻣ ـ ـﺠّ‬
‫‪and tourism‬‬ ‫و اﻟﺴﻴﺎﺣﺔ‬
‫واﳊﻈﺎﺋﺮ اﻟﻮاﻗﻌﺔ ﻓﻲ ﻣﻨﻄﻘﺔ ﻧﺸﺎﻃﺎﺗﻪ "‪.‬‬
22 Joumada El Oula 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27
28 mai 2008 19

Arrêtent :
MINISTERE DE LA PETITE ET MOYENNE
ENTREPRISE ET DE L’ARTISANAT Article 1er. — Le présent arrêté a pour objet de
modifier et de compléter les dispositions de l’arrêté
Arrêté interministériel du 24 Rabie Ethani 1429 interministériel du 19 Moharram 1428 correspondant au 7
correspondant au 30 avril 2008 modifiant et février 2007 fixant les modalités de suivi et d’évaluation
complétant l’arrêté interministériel du 19
du compte d’affectation spéciale n° 302-124 intitulé
Moharram 1428 correspondant au 7 février 2007
“Fonds national de mise à niveau des PME”.
fixant les modalités de suivi et d’évaluation du
compte d’affectation spéciale n° 302-124 intitulé
“Fonds national de mise à niveau des PME”. Art. 2. — L’article 2 de l’arrêté interministériel du 19
———— Moharram 1428 correspondant au 7 février 2007, susvisé,
est modifié et complété comme suit :
Le ministre de la petite et moyenne entreprise et de
l’artisanat, “Art 2. — Le fonds finance sous forme d’aides et de
prise en charge des actions liées à la réalisation du
Le ministre des finances,
programme national de mise à niveau des PME,
Vu la loi n° 84-17 du 7 juillet 1984, modifiée et conformément aux dispositions de l’arrêté interministériel
complétée, relative aux lois de finances ; du 19 Moharram 1428 correspondant au 7 février 2007
Vu la loi n° 05-16 du 29 Dhou El Kaada 1426 fixant la nomenclature des recettes et des dépenses du
correspondant au 31 décembre 2005 portant loi de compte d’affectation spécial n° 302-124 intitulé “Fonds
finances pour 2006, notamment son article 71 ; national de mise à niveau des PME”.
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada
Art. 3. — L’article 8 de l’arrêté interministériel du 19
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant
Moharram 1428 correspondant au 7 février 2007, susvisé,
nomination des membres du Gouvernement ;
est modifié et complété comme suit :
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du “Art. 8. — Le ministre chargé de la petite et moyenne
ministre des finances ; entreprise élabore un programme annuel prévisionnel des
Vu le décret exécutif n° 03-81 du 25 Dhou El Hidja actions à financer précisant les objectifs, les échéances de
1423 correspondant au 26 février 2003 fixant les réalisation ainsi que les montants alloués.
attributions du ministre de la petite et moyenne entreprise
et de l’artisanat ; Ce programme d’actions est actualisé à la fin de chaque
exercice budgétaire”.
Vu le décret exécutif n° 03-374 du 4 Ramadhan 1424
correspondant au 30 octobre 2003 relatif à la déclaration
d’identification des petites et moyennes entreprises Art. 4. — L’article 10 de l’arrêté interministériel du 19
(PME) ; Moharram 1428 correspondant au 7 février 2007, susvisé,
est modifié et complété comme suit :
Vu le décret exécutif n° 05-165 du 24 Rabie El Aouel
1426 correspondant au 3 mai 2005 portant création,
“Art. 10. — Les aides accordées et les dépenses
organisation et fonctionnement de l’agence nationale de
réalisées dans le cadre du compte d’affectation spéciale
développement de la petite et moyenne entreprise ;
n° 302-124 intitulé “Fonds national de mise à niveau des
Vu le décret exécutif n° 06-240 du 8 Joumada Ethania PME” sont soumises aux organes de contrôle de l’Etat,
1427 correspondant au 4 juillet 2006, modifié et complété, conformément aux procédures législatives et
fixant les modalités de fonctionnement du compte réglementaires en vigueur”.
d’affectation spéciale n° 302-124 intitulé “Fonds
national de mise à niveau des PME” ;
Art. 5. — Le présent arrêté sera publié au Journal
Vu l’arrêté interministériel du 19 Moharram 1428 officiel de la République algérienne démocratique et
correspondant au 7 février 2007 fixant la nomenclature populaire.
des recettes et des dépenses du compte d’affectation
spéciale n° 302-124 intitulé “Fonds national de mise à Fait à Alger, le 24 Rabie Ethani 1429 correspondant
niveau des PME” ; au 30 avril 2008.
Vu l’arrêté interministériel du 19 Moharram 1428 Le ministre de la petite Le ministre des finances
correspondant au 7 février 2007 fixant les modalités de et moyenne entreprise
suivi et d’évaluation du compte d’affectation spéciale et de l’artisanat Karim DJOUDI
n° 302-124 intitulé “Fonds national de mise à niveau des
PME” ; Mustapha BENBADA
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 27 22 Joumada El Oula 1429
20 28 mai 2008

En dépenses :
MINISTERE DE LA SOLIDARITE NATIONALE
— L’aide financière de l’Etat au titre de la solidarité
nationnale, notamment :
Arrêté interministériel du 8 Rabie Ethani 1429
* les secours financiers exceptionnels au profit de
correspondant au 14 avril 2008 fixant la
catégories de personnes démunies ou en difficulté ;
nomenclature des recettes et des dépenses du
compte d’affectation spéciale n° 302-069 intitulé * l’octroi de secours aux familles sinistrées ;
« Fonds spécial de solidarité nationale ».
———— * l’achat de vêtements à l’occasion des fêtes de l’Aïd au
profit des catégories démunies ;
Le ministre des finances,
* le financement partiel des restaurants populaires à
Le ministre de la solidarité nationale, l’occasion du mois de Ramadhan ;
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada * l’achat de fournitures scolaires et aides au profit des
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007 portant enfants handicapés et enfants nécessiteux ;
nomination des membres du Gouvernement ;
Vu le décret exécutif n° 94-310 du 3 Joumada El Oula * l’acquisition des fauteuils roulants et des voitures à
1415 correspondant au 8 octobre 1994, modifié et moteurs, (tricycles et/ou véhicules aménagés) pour les
complété, relatif aux modalités de fonctionnement du personnes handicapées et de lunettes pour les enfants mal
compte d’affectation spéciale n° 302-069 intitulé « Fonds voyants ;
spécial de solidarité nationale » ; * l’achat de médicaments au profit de malades
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415 chroniques démunis non assurés sociaux ;
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du * la contribution éventuelle au financement de projets
ministre des finances ; visant à combattre la pauvreté et l’exclusion au profit des
Vu le décret exécutif n° 07-383 du 25 Dhou El Kaada catégories démunies ;
1428 correspondant au 5 décembre 2007 fixant les
attributions du ministre de la solidarité nationale ; * la prise en charge des vacances des enfants démunis ;
* le financement partiel des actions spécifiques,
Arrêtent : notamment les restaurants pour personnes sans domicile
fixe et SAMU social ;
Article 1er. — En application des dispositions de
l’article 3 du décret exécutif n° 94-310 du 3 Joumada * l’acquisition de bus scolaires, climatiseurs et
El Oula 1415 correspondant au 8 octobre 1994, susvisé, le chauffages au profit des établissements scolaires ou
présent arrêté a pour objet de fixer la nomenclature des spécialisés situés dans les zones enclavées et/ou
recettes et des dépenses du compte d’affectation spéciale déshéritées ;
n° 302-069 intitulé « Fonds spécial de solidarité
nationale ». * la prise en charge du prix du billet d’avion du malade
démuni ainsi que de son accompagnateur, résidant dans
Art. 2. — Le compte d’affectation spéciale n° 302-069 l’une des wilayas du Sud, et nécessitant un transfert vers
enregistre : une structure de santé du Nord du pays ;
En recettes : — L’aide de l’Etat à travers les associations de
bienfaisance et sociales.
— 50% du produit du droit de timbre gradué sur les
attestations d’assurance automobile ;
Art. 3. — Le présent arrêté sera publié au Journal
— 800 DA des montants des droits de timbre pour les officiel de la République algérienne démocratique et
passeports ; populaire.
— le produit des taxes de solidarité instituées par les
lois de finances ; Fait à Alger, le 8 Rabie Ethani 1429 correspondant au
— les contributions volontaires de toute personne 14 avril 2008.
physique ou morale ;
Le ministre des finances Le ministre de la solidarité
— le produit des recettes provenant de la révision des nationale
opérations de cession des biens immeubles publics Karim DJOUDI
effectuées en dépassement des normes admissibles. Djamel OULD ABBES

Imprimerie officielle - Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376 - ALGER-GARE


N° 19 Mercredi 28 Rabie El Aouel 1430

48ème ANNEE Correspondant au 25 mars 2009

JOURNAL OFFICIEL
DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS
ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES
(TRADUCTION FRANÇAISE)
DIRECTION ET REDACTION
Algérie ETRANGER
SECRETARIAT GENERAL
Tunisie
(Pays autres DU GOUVERNEMENT
ABONNEMENT Maroc que le Maghreb)
ANNUEL Libye WWW. JORADP. DZ
Mauritanie Abonnement et publicité:
IMPRIMERIE OFFICIELLE
1 An 1 An Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376
ALGER-GARE
Tél : 021.54.35..06 à 09
Edition originale….........….........…… 1070,00 D.A 2675,00 D.A 021.65.64.63
Fax : 021.54.35.12
Edition originale et sa traduction....... 2140,00 D.A 5350,00 D.A C.C.P. 3200-50 ALGER
(Frais d'expédition en TELEX : 65 180 IMPOF DZ
BADR: 060.300.0007 68/KG
sus)
ETRANGER: (Compte devises)
BADR: 060.320.0600 12

Edition originale, le numéro : 13,50 dinars. Edition originale et sa traduction, le numéro : 27,00 dinars.
Numéros des années antérieures : suivant barème. Les tables sont fournies gratuitement aux abonnés.
Prière de joindre la dernière bande pour renouvellement, réclamation, et changement d'adresse.
Tarif des insertions : 60,00 dinars la ligne
2 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

SOMMAIRE

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

MINISTERE DES FINANCES

Arrêté du 23 Rajab 1429 correspondant au 26 juillet 2008 fixant les règles d’évaluation et de comptabilisation, le contenu et la
présentation des états financiers ainsi que la nomenclature et les règles de fonctionnement des comptes.............................. 3

Arrêté du 23 Rajab 1429 correspondant au 26 juillet 2008 fixant les seuils de chiffre d’affaires, d’effectif et l’activité
applicables aux petites entités pour la tenue d’une comptabilité financière simplifiée............................................................ 76

Arrêté du 5 Safar 1430 correspondant au 1er février 2009 portant agrément de la mutuelle d’assurance algérienne des
travailleurs de l’éducation et de la culture “MAATEC”........................................................................................................... 77

MINISTERE DU COMMERCE

Arrêté du 3 Rabie El Aouel 1430 correspondant au 28 février 2009 portant dispense de l’indication du numéro de lot sur
l’étiquetage de certaines denrées alimentaires.......................................................................................................................... 77

MINISTERE DE L’AMENAGEMENT
DU TERRITOIRE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DU TOURISME

Arrêté du 15 Moharram 1430 correspondant au 12 janvier 2009 portant désignation des membres du comité technique du
thermalisme............................................................................................................................................................................... 77

MINISTERE DE LA CULTURE

Arrêté du 25 Safar 1430 correspondant au 21 février 2009 fixant les modalités de désignation et de fonctionnement du comité
artistique des théâtres régionaux............................................................................................................................................... 78

MINISTERE DE LA POSTE
ET DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

Arrêté du 20 Moharram 1430 correspondant au 17 janvier 2009 portant désignation des membres de la commission de
recours compétente à l’égard des corps des fonctionnaires du ministère de la poste et des technologies de l’information et
de la communication................................................................................................................................................................. 78

Arrêté du 13 Safar 1430 correspondant au 9 février 2009 fixant la liste nominative des membres du conseil d’administration de
l’agence nationale des fréquences............................................................................................................................................. 79

MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME

Arrêté interministériel du 13 Dhou El Kaada 1429 correspondant au 11 novembre 2008 portant approbation du plan directeur
d’aménagement et d’urbanisme intercommunal de Annaba, El Bouni, El Hadjar et Sidi Ammar de la wilaya de Annaba.... 79

Arrêté interministériel du 7 Safar 1430 correspondant au 3 février 2009 portant approbation du plan directeur d’aménagement et
d’urbanisme intercommunal de Sidi Bel Abbès, Sidi Lahcène, Sidi Brahim, El Amarna, Tilmouni et Zerouala de la wilaya
de Sidi Bel Abbès...................................................................................................................................................................... 79

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA SECURITE SOCIALE

Arrêté du 21 Dhou El Kaada 1429 correspondant au 19 novembre 2008 modifiant et complétant l’arrêté du 26 Rabie El Aouel
1426 correspondant au 5 mai 2005 portant nomination des membres du conseil d’administration de la caisse nationale de
sécurité sociale des non-salariés............................................................................................................................................... 80
28 Rabie El Aouel 1430 3
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

MINISTERE DES FINANCES

Arrêté du 23 Rajab 1429 correspondant au 26 juillet 2008 fixant les règles d’évaluation et de comptabilisation,
le contenu et la présentation des états financiers ainsi que la nomenclature et les règles de fonctionnement
des comptes.
————

Le ministre des finances,

Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007, modifié, portant
nomination des membres du Gouvernement ;

Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415 correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
ministre des finances ;

Vu le décret exécutif n° 08-156 du 20 Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant application des
dispositions de la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant système
comptable financier ;

Arrête :

Article 1er. — Le présent arrêté a pour objet de fixer les modalités d’application des dispositions des articles 4, 16,
18, 25, 26, 30, 31, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 41, 42 et 43 du décret exécutif n° 08-156 du 20 Joumada El Oula 1429
correspondant au 26 mai 2008 portant application des dispositions de la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428
correspondant au 25 novembre 2007 portant système comptable financier.

Art. 2. — Les règles d’évaluation et de comptabilisation des actifs, des passifs, des charges et des produits, le contenu
et le mode de présentation des états financiers ainsi que la nomenclature et les règles de fonctionnement des comptes,
sont fixés en annexe 1 du présent arrêté.

Art. 3 . — Le système de comptabilité financière simplifiée applicable aux petites entités est fixé en
annexe 2 du présent arrêté.

Art. 4. — Un glossaire précisant les définitions des termes techniques comptables est fixé en
annexe 3 du présent arrêté.

Art. 5. — Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.

Fait à Alger, le 23 Rajab 1429 correspondant au 26 juillet 2008.

Karim DJOUDI.
4 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

ANNEXES

SYSTEME COMPTABLE FINANCIER

SOMMAIRE

TITRE I - REGLES D’EVALUATION ET DE COMPTABILISATION DES ACTIFS, DES PASSIFS,


DES CHARGES ET DES PRODUITS ............................................................................................................. 6

CHAPITRE I - Principes généraux ……………........................………………………....................……….. 6

Section 1 - Comptabilisation des actifs, des passifs, des charges et des produits ……………..........………….. 6

Section 2 - Règles générales d’évaluation ………………………………………………………….......………. 6

CHAPITRE II - Règles spécifiques d’évaluation et de comptabilisation ………………………........... …. 7

Section 1 - Immobilisations corporelles et incorporelles ………………………………………………….. ...... 7


Cas particulier des immeubles de placement ……………………………………………………………... ... 9
Cas particulier d’un actif biologique …………………………………………………………………........ .... 9
Evaluation des immobilisations : autre traitement autorisé ……………………………………………….. ... 9

Section 2 - Actifs financiers non courants (Immobilisations financières) : titres et créances …………….......... 10

Section 3 - Stocks et encours ………………………………………………………………………………........ 11


Cas particulier des produits agricoles ……………………………………………………………………....... 12
Section 4 - Subventions ……………………………………………………………………………………........ 12
Section 5 - Provisions pour risques et charges ……………………………………………………………......... 12
Section 6 - Emprunts et autres passifs financiers …………………………………………………………......... 12
Section 7 - Evaluation des charges et produits financiers …………………………………………………........ 13
CHAPITRE III - Modalités particulières d’évaluation et de comptabilisation …………………….......... 13
Section 1 - Opérations faites en commun ou pour le compte de tiers …………………………………….......... 13
Sociétés en participation………………………………………….............................................................…… 13
Concessions de services publics………………………...………………………………....................……….. 13
Opérations faites pour le compte de tiers ………………………………………………………….......……… 13
Section 2 - Consolidations – Regroupement d’entités – Comptes consolidés …………….…………………… 14
Consolidation des filiales ………………………………………………………………………….......……… 14
Consolidation des entités associées …………..………………………………………….…….…..........……. 15
Ecart de première consolidation ………………………………………………………………….......….….... 15
Comptes combinés .….……………………………………………………………………….......……….…. 15
Section 3 - Contrats à long terme …………………………………………………………………….............…. 16
Section 4 - Impôts différés .………………………………………………………………………..................…. 16
Section 5 - Contrats de location - financement ………………………………………………….............….…. 16

Section 6 - Avantages octroyés au personnel ……………………………….…………………….............….… 17

Section 7 - Opérations effectuées en monnaies étrangères …………………….……………………...........…… 18

Section 8 - Changement d’estimations ou de méthodes comptables, corrections d’erreurs ou d’omissions........ 18

Section 9 - Cas particulier des petites entités ..............……………………………………………….………… 19


28 Rabie El Aouel 1430 5
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

TITRE II - PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS………….…………...............………............ 19


CHAPITRE I - Définition des états financiers …………………………………………………….............. 19
CHAPITRE II - Le bilan …………………………………………………………………………….............. 20
CHAPITRE III - Le compte de résultat …………………………………………………………….........… 21
CHAPITRE IV - Le tableau de flux de trésorerie (méthode directe et indirecte ) ……………….............… 22
CHAPITRE V - L’état de variation des capitaux propres ……………………………………........……… 22
CHAPITRE VI - L’annexe aux états financiers ……………………....……………….........……………… 23
CHAPITRE VII - Modèles d’ états financiers ………………………………………….…….......………… 23
CHAPITRE VIII - Contenu de l’annexe aux états financiers........................................................................ 34
Règles et méthodes comptables adoptées pour la tenue de la comptabilité et l’établissement des états
financiers .......................................................................................................................................................... 34
Compléments d’information nécessaires à une bonne compréhension du bilan, du compte de résultat, du
tableau des flux de trésorerie et de l’état de variation des capitaux propres ……………………………..…. 34
Informations concernant les entités associées et les transactions ayant eu lieu avec ces entités ou leurs
dirigeants .......................................................................................................................................................... 35
Informations à caractère général ou concernant certaines opérations particulières …………………..…….. 36
Modèles de tableaux pouvant figurer dans l’annexe ....................................................................................... 37

TITRE III - NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES ........................................ 39


CHAPITRE I - Nomenclature des comptes .................................................................................................... 39
Section 1 - Principes du plan de comptes ........................................................................................................... 39
.
Section 2 - Cadre comptable obligatoire............................................................................................................. 39

CHAPITRE II - Fonctionnement des comptes............................................................................................... 45


Classe 1 - Comptes de capitaux ....................................................................................................................... 45
Classe 2 - Comptes d’immobilisations............................................................................................................ 49
Classe 3 - Comptes de stocks et encours.......................................................................................................... 53
Classe 4 - Comptes de tiers.............................................................................................................................. 55
Classe 5 - Comptes financiers.......................................................................................................................... 60
Classe 6 - Comptes de charges ....................................................................................................................... 62
Classe 7 - Comptes de produits ....................................................................................................................... 64

TITRE IV - COMPTABILITE SIMPLIFIEE APPLICABLE AUX PETITES ENTITES ....................... 65


Suivi des opérations en cours d’exercice ........................................................................................................ 65
Principes des corrections de fin d’exercice ..................................................................................................... 66
Etats financiers annuels ................................................................................................................................... 66
Glossaire ............................................................................................................................................................ 68
6 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

SYSTEME COMPTABLE FINANCIER Les produits provenant de l’utilisation par des tiers
d’actifs de l’entité correspondent :

ANNEXE 1 — à des intérêts, comptabilisés en fonction du temps


écoulé et du rendement effectif de l’actif utilisé ;

TITRE I — à des loyers et redevances comptabilisés au fur et à


mesure de leur acquisition en fonction des accords
REGLES D’EVALUATION
conclus ;
ET DE COMPTABILISATION DES ACTIFS,
DES PASSIFS, DES CHARGES ET DES PRODUITS — à des dividendes, comptabilisés lorsque le droit des
actionnaires sur ces dividendes est établi.
CHAPITRE I
PRINCIPES GENERAUX 111.4. Les charges nettement précisées quant à leur
objet, que des évènements survenus ou en cours rendent
Section 1 probables, entraînent la constitution de provisions.
Comptabilisation des actifs, des passifs, des charges
et des produits. Les provisions sont rapportées aux résultats quand les
raisons qui les ont motivées ont cessé d’exister.
111-1. Un élément d’actif, de passif, de produit, de
charge est comptabilisé dès lors que : 111.5. Dans l’hypothèse où un événement, ayant un
lien de causalité direct et prépondérant avec une situation
— il est probable que tout avantage économique futur existant à la date de clôture des comptes d’un exercice, est
qui lui est lié ira à l’entité ou en proviendra ; connu entre cette date et celle d’approbation des comptes
dudit exercice, il convient de rattacher les charges ou
— l’élément a un coût ou une valeur qui peut être
produits liés à cet événement à l’exercice clos.
évalué de façon fiable.

Les transactions concernant des actifs, des passifs, des 111.6. Une charge est comptabilisée dans le compte de
capitaux propres, des produits et des charges, tels que résultat dès qu’une dépense ne produit aucun avantage
définis dans le présent règlement, doivent être enregistrées économique futur ou bien lorsque les avantages
en comptabilité, une absence de comptabilisation ne peut économiques futurs ne remplissent pas ou cessent de
être justifiée ou corrigée par une information narrative ou remplir les conditions de comptabilisation au bilan en tant
chiffrée d’une autre nature, telle qu’une mention en qu’actif.
annexe.
Section 2
111-2. Les produits des activités ordinaires provenant
de la vente de biens doivent être comptabilisés lorsque les Règles générales d’évaluation
conditions suivantes sont satisfaites :
112-1. La méthode d’évaluation des éléments inscrits
— l'entité a transféré à l'acheteur les risques et en comptabilité est fondée en règle générale sur la
avantages importants inhérents à la propriété des convention des coûts historiques. Cependant il est procédé
biens ; dans certaines conditions fixées par le présent règlement
et pour certains éléments à une révision de cette
— l'entité ne continue ni à être impliquée dans la évaluation sur la base :
gestion, telle qu'elle incombe normalement au
propriétaire, ni dans le contrôle effectif des biens cédés ; — de la juste valeur (ou coût actuel) ;

— le montant des produits des activités ordinaires peut — de la valeur de réalisation ;


être évalué de façon fiable ; — de la valeur actualisée (ou valeur d’utilité).
— il est probable que des avantages économiques
associés à la transaction iront à l'entité ; 112-2. Le coût historique des biens et marchandises
inscrits à l’actif du bilan lors de leur comptabilisation est
— les coûts encourus ou à encourir concernant la constitué, après déduction des taxes récupérables et des
transaction peuvent être évalués de façon fiable. remises commerciales, rabais et autres éléments
similaires :
Les ventes à l’étranger ne présentent pas de
particularités notables par rapport aux ventes sur le — pour les biens acquis à titre onéreux, par le coût
territoire national. d’acquisition ;
— pour les biens reçus à titre d’apport en nature, par la
111-3. Les produits provenant de ventes ou de valeur d’apport ;
prestations de service et autres activités ordinaires sont
évalués à la juste valeur de la contrepartie reçue ou à — pour les biens acquis à titre gratuit, par la juste
recevoir à la date de la transaction. valeur à la date d’entrée.
28 Rabie El Aouel 1430 7
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

— pour les biens acquis par voie d’échange, les actifs Dans les cas où un actif ne génère pas directement de
dissemblables sont enregistrés à la juste valeur des actifs flux de trésorerie, sa valeur recouvrable est déterminée
reçus, et les actifs similaires sont enregistrés à la valeur pour l’unité génératrice de trésorerie à laquelle il
comptable des actifs donnés en échange ; appartient.
— pour les biens ou services produits par l’entité, par Une unité génératrice de trésorerie (UGT) est le plus
les coûts de production. petit groupe identifiable d’actifs qui génère des entrées
de trésorerie largement indépendantes des entrées de
112-3. Le coût d’acquisition d’un actif est égal au prix trésorerie générées par d’autres actifs ou groupes d’actifs.
d’achat résultant de l’accord des parties à la date de
l’opération déduction faite des rabais et remises Des estimations, des moyennes et des calculs simplifiés
commerciaux, majoré des droits de douanes et autres peuvent fournir une approximation raisonnable des
taxes fiscales non récupérables par l’entité auprès de calculs détaillés nécessaires pour déterminer la valeur
l’administration fiscale ainsi que des frais directement d’utilité ou le prix de vente net d’un actif tel que prévu
attribuables pour obtenir le contrôle de l’actif et sa mise dans le présent point.
en état d’utilisation.
112-7. Lorsque la valeur recouvrable d’un actif
Les frais de livraison et de manutention initiaux, les est inférieure à sa valeur comptable nette
frais d’installation, les honoraires de professionnels tels d’amortissement, cette dernière doit être ramenée à sa
qu’architectes et ingénieurs constituent des frais valeur recouvrable. Le montant de l’excédent de la valeur
directement attribuables. comptable sur la valeur recouvrable constitue une perte de
valeur.
Sont exclus du coût d'acquisition les frais généraux
administratifs et les frais engagés à l’occasion de la mise 112-8. La perte de valeur d’un actif est constatée par la
en exploitation d’un bien immobilisé pendant la période diminution dudit actif et par la comptabilisation d’une
intérimaire entre la fin de son installation (date d’arrêt du charge.
cumul des coûts d’entrée) et son utilisation à capacité
normale. 112-9. A chaque arrêté des comptes, l’entité apprécie
s’il existe un indice montrant qu’une perte de valeur
112-4. Le coût de production d’un bien ou d’un service comptabilisée pour un actif au cours d’exercices
est égal au coût d’acquisition des matières consommées et antérieurs n’existe plus ou a diminué. Si un tel indice
services utilisés pour cette production augmenté des autres existe, l’entité estime la valeur recouvrable de l’actif.
coûts engagés au cours des opérations de production,
c’est-à-dire des charges directes et des charges indirectes 112-10. La perte de valeur constatée sur un actif au
qui peuvent être raisonnablement rattachées à la cours d’exercices antérieurs est reprise en produit dans le
production du bien ou du service. compte de résultat lorsque la valeur recouvrable de cet
actif redevient supérieure à sa valeur comptable.
Les charges liées à une utilisation non optimale des
capacités de production (sous-activité) sont exclues lors La valeur comptable de l’actif est alors augmentée à
de la détermination du coût de production d’un actif. hauteur de sa valeur recouvrable, sans toutefois pouvoir
dépasser la valeur comptable nette qui aurait été
112-5. Une entité apprécie à chaque date de clôture déterminée si aucune perte de valeur n’avait été
s’il existe un quelconque indice montrant qu’un actif a pu comptabilisée pour cet actif au cours des exercices
perdre de la valeur. S’il existe un tel indice, l’entité estime antérieurs.
la valeur recouvrable de l’actif.
112-11. Après sa comptabilisation initiale en tant
112-6. La valeur recouvrable d’un actif est évaluée à la qu’actif, et sous réserve des dispositions prévues aux
valeur la plus élevée entre son prix de vente net et sa points 121-20 à 121-27 concernant les réévaluations, une
valeur d’utilité. immobilisation corporelle ou incorporelle est
comptabilisée à son coût diminué du cumul
Le prix de vente net d’un actif est le montant qui peut d’amortissements et du cumul des pertes de valeurs.
être obtenu de la vente d’un actif lors d’une transaction
dans des conditions de concurrence normale entre des CHAPITRE II
parties bien informées et consentantes, diminué des coûts REGLES SPECIFIQUES D’EVALUATION
de sortie. ET DE COMPTABILISATION

La valeur d’utilité d’un actif est la valeur actualisée de Section 1


l’estimation des flux de trésorerie futurs attendus de Immobilisations corporelles et incorporelles
l’utilisation continue de l’actif et de sa cession à la fin de
sa durée d’utilité. 121-1. Une immobilisation corporelle est un actif
corporel détenu par une entité pour la production, la
Dans les cas où il n’est pas possible de déterminer le fourniture de services, la location, l’utilisation à des fins
prix de vente net d’un actif, sa valeur recouvrable sera administratives et dont la durée d’utilisation est censée se
considérée comme égale à sa valeur d’utilité. prolonger au-delà de la durée d’un exercice.
8 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

121-2. Une immobilisation incorporelle est un actif Si elles augmentent la valeur comptable de ces actifs,
identifiable, non monétaire et immatériel, contrôlé et c’est-à-dire quand il est probable que des avantages
utilisé par l’entité dans le cadre de ses activités ordinaires. économiques futurs, supérieurs au niveau original de
Il s’agit par exemple de fonds commerciaux acquis, de performance, iront à l’entité, elles sont comptabilisées en
marques, de logiciels informatiques ou autres licences immobilisations et ajoutées à la valeur comptable de
d’exploitation, de franchises, de frais de développement l’actif.
d’un gisement minier destiné à une exploitation
commerciale. Les améliorations qui aboutissent à une augmentation
des avantages futurs sont par exemple :
121-3. Conformément à la règle générale d’évaluation — la modification d’une unité de production permettant
des actifs, une immobilisation corporelle ou incorporelle d’allonger sa durée d’utilité ou d’augmenter sa capacité,
est comptabilisée en actif :
— l’amélioration de pièces machines permettant
— s’il est probable que des avantages économiques d’obtenir une amélioration substantielle de la qualité de la
futurs associés à cet actif iront à l’entité ; production ou de la productivité de l’unité,
— si le coût de l’actif peut être évalué de façon fiable. — l’adoption de nouveaux processus de production
permettant une réduction substantielle des coûts
121-4. Les principes suivants sont applicables pour opérationnels antérieurement constatés.
regrouper ou séparer les actifs corporels :
121-7. L’amortissement correspond à la consommation
— les éléments de faible valeur peuvent être considérés
des avantages économiques liés à un actif corporel ou
comme entièrement consommés dans l’exercice de leur
incorporel et est comptabilisé en charge à moins qu’il ne
mise en service et par conséquent ne pas être soit incorporé dans la valeur comptable d’un actif produit
comptabilisés en immobilisations ; par l’entité pour elle-même.
— les pièces de rechange et matériels d’entretien
spécifiques sont comptabilisés en immobilisations Les principes suivants sont appliqués :
corporelles lorsque leur utilisation est liée à certaines * Le montant amortissable est réparti de façon
immobilisations et si l’entité compte les utiliser sur plus systématique sur la durée d’utilité de l’actif, en tenant
d’un exercice ; compte de la valeur résiduelle probable de cet actif à
— les composants d’un actif sont traités comme des l’issue de sa période d’utilité pour l’entité et dans la
éléments séparés s’ils ont des durées d’utilité différentes mesure où cette valeur résiduelle peut être déterminée de
ou procurent des avantages économiques selon un rythme façon fiable. La valeur résiduelle est le montant net
différent ; qu’une entité s’attend à obtenir pour un actif à la fin de sa
durée d’utilité après déduction des coûts de sortie
— les actifs liés à l’environnement et à la sécurité sont attendus. Cette valeur est le plus souvent insignifiante,
considérés comme des immobilisations corporelles s’ils sauf dans le cadre de certaines opérations particulières
permettent à l’entité d’augmenter les avantages telles que par exemple les concessions ou les projets à
économiques futurs d’autres actifs par rapport à ceux durée déterminée.
qu’elle aurait pu obtenir s’ils n’avaient pas été acquis.
* Le mode d'amortissement d’un actif est le reflet de
121-5. Les immobilisations sont comptabilisées à leur l’évolution de la consommation par l’entité des avantages
coût directement attribuable, incluant l’ensemble des économiques de cet actif, mode linéaire, mode dégressif
coûts d’acquisition et de mise en place, les taxes payées, ou mode des unités de production. Si cette évolution ne
peut être déterminée de façon fiable, la méthode linéaire
et autres charges directes. Les frais généraux, les frais
est adoptée.
administratifs et les frais de démarrage ne sont pas
inclus dans ces coûts. — l’amortissement linéaire conduit à une charge
constante sur la durée d’utilité de l’actif ;
Le coût d’une immobilisation produite par l’entité pour — le mode dégressif conduit à une charge décroissante
elle-même inclut le coût des matériaux, la main d’œuvre, sur la durée d’utilité de l’actif ;
et les autres charges de production.
— le mode des unités de production donne lieu à une
Le coût de démantèlement d’une installation à la fin de charge basée sur l’utilisation ou la production prévue de
sa durée d’utilité ou le coût de rénovation d’un site est à l’actif ;
ajouter au coût de production ou d’acquisition de — le mode progressif qui conduit à une charge
l’immobilisation concernée si ce démantèlement ou cette croissante sur la durée d'utilité de l'actif.
rénovation constitue une obligation pour l’entité.
121-8. Le mode d’amortissement, la durée d’utilité et la
121-6. Les dépenses ultérieures relatives à des valeur résiduelle à l’issue de la durée d’utilité appliqués
immobilisations corporelles ou incorporelles déjà aux immobilisations corporelles doivent être réexaminés
comptabilisées en immobilisation sont comptabilisées en périodiquement en cas de modification importante du
charge de l’exercice au cours duquel elles sont rythme attendu d’avantages économiques découlant de
encourues si elles restaurent le niveau de performance de ces actifs, les prévisions et estimations antérieures sont
l’actif. modifiées pour refléter ce changement de rythme.
28 Rabie El Aouel 1430 9
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Lorsqu’un tel changement s’avère nécessaire, il est Il n’est donc pas destiné :
comptabilisé comme un changement d’estimation
comptable et la dotation aux amortissements de l’exercice — à être utilisé dans la production ou la fourniture de
et des exercices futurs est ajustée. biens ou de services ou à des fins administratives ;
— ou à être vendu dans le cadre de l’activité ordinaire.
121-9. Les terrains et les constructions constituent
des actifs distincts et sont traités distinctement en 121-17. Après sa comptabilisation initiale en tant
comptabilité même s’ils sont acquis ensemble, les qu’immobilisation corporelle, les immeubles de
constructions sont des actifs amortissables, alors que les placement peuvent être évalués :
terrains sont généralement des actifs non amortissables.
— soit au coût diminué du cumul d’amortissements et
121-10. Si la valeur recouvrable d’une immobilisation du cumul des pertes de valeurs selon la méthode utilisée
devient inférieure à sa valeur nette comptable après dans le cadre général des immobilisations corporelles
amortissements, celle-ci est ramenée à la valeur (méthode du coût) ;
recouvrable par la constatation d’une perte de valeur.
— soit sur la base de la juste valeur (méthode de la
juste valeur).
121-11. Une immobilisation corporelle ou incorporelle
est éliminée du bilan lors de sa sortie de l’entité ou
lorsque l’actif est hors d’usage de façon permanente et La méthode choisie est appliquée à tous les immeubles
que l’entité n’attend plus aucun avantage économique de placement jusqu’à leur sortie des immobilisations ou
futur ni de son utilisation ni de sa sortie ultérieure. jusqu’à leur changement d’affectation (dans le cas d’un
changement d’utilisation d’un immeuble de placement).
121-12. Les profits et les pertes provenant de la mise
hors service ou de la sortie d’une immobilisation Dans le cas où la juste valeur d’un immeuble de
corporelle ou incorporelle sont déterminés par différence placement détenu par une entité ayant opté pour la
entre les produits de sortie nets estimés et la valeur méthode de la juste valeur ne pourrait pas être déterminée
comptable de l’actif et sont comptabilisés en produits ou de façon fiable, cet immeuble sera comptabilisé selon la
en charges opérationnelles dans le compte de résultat. méthode du coût et des informations seront
communiquées dans l’annexe concernant la description de
Les mêmes règles sont applicables dans le cadre d’un l’immeuble, les raisons pour lesquelles la méthode de la
abandon d’activités par l’entité. juste valeur n’a pas été appliquée, et si possible un
intervalle d’estimation de cette juste valeur.
121-13. La durée d’utilité d’une immobilisation
incorporelle est présumée ne pas dépasser 20 ans. Dans le 121-18. La perte ou le profit résultant d’une variation
cas d’un amortissement sur une durée plus longue ou de la juste valeur d’un immeuble de placement est
d’une absence d’amortissement des informations comptabilisé dans le résultat net de l’exercice au cours
spécifiques sont fournies dans l’annexe aux états duquel il se produit.
financiers.
La juste valeur doit refléter l’état réel du marché à la
121-14. Des dépenses de développement ou des date de clôture de l’exercice.
dépenses résultant de la phase de développement d’un
projet interne constituent une immobilisation incorporelle Cas particulier d’un actif biologique
uniquement si :
— ces dépenses se rapportent à des opérations 121-19. Un actif biologique est évalué lors de sa
spécifiques à venir ayant de sérieuses chances de comptabilisation initiale et à chaque date de clôture à sa
rentabilité globale ; juste valeur diminuée des frais estimés de l’article de
vente, sauf lorsque sa juste valeur ne peut pas être évaluée
— l’entité a l’intention et la capacité technique, de manière fiable. Dans un tel cas, cet actif biologique
financière et autre d’achever les opérations liées à ces doit être évalué à son coût diminué du cumul des
dépenses de développement et de les utiliser ou de les amortissements et du cumul des pertes de valeur.
vendre ;
— ces dépenses peuvent être évaluées de façon fiable. Une perte ou un profit provenant d’une variation de la
juste valeur diminuée des frais estimatifs des points de
121.15. Des dépenses de recherche ou des dépenses vente est constaté dans le résultat net de l’exercice au
résultant de la phase de recherche d’un projet interne cours duquel il se produit.
constituent des charges à comptabiliser lorsqu’elles sont
encourues. Elles ne peuvent être immobilisées. Evaluation des immobilisations : autre traitement
autorisé
Cas particulier des immeubles de placement
121-20. Selon le traitement de référence prévu au
121.16. Un immeuble de placement est un bien point 121-5, une immobilisation corporelle après sa
immobilier (terrain, bâtiment ou partie d’un bâtiment) comptabilisation initiale en tant qu’actif est comptabilisée
détenu pour en retirer des loyers et/ ou pour valoriser le à son coût diminué du cumul d’amortissement et du
capital. cumul des pertes de valeur.
10 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Cependant, une entité est autorisée à comptabiliser sur 121-27. Une immobilisation incorporelle ayant fait
la base de leur montant réévalué les immobilisations l’objet d’une comptabilisation initiale sur la base de son
corporelles appartenant à une ou plusieurs catégories coût peut également être comptabilisée postérieurement à
d’immobilisations qu’elle aura préalablement définies. sa comptabilisation initiale sur la base de son montant
réévalué, aux mêmes conditions que les immobilisations
121-21. Dans le cadre de cet autre traitement autorisé, corporelles. Cependant, ce traitement n’est autorisé que si
chaque immobilisation concernée, après sa la juste valeur de l’immobilisation incorporelle peut être
comptabilisation initiale en tant qu’actif, est comptabilisée déterminée par référence à un marché actif.
à son montant réévalué, c'est-à-dire à sa juste valeur à la
date de réévaluation, diminué du cumul des Section 2
amortissements ultérieurs et du cumul des pertes de valeur
ultérieures. Actifs financiers non courants
(immobilisations financières) : titres et créances
Les réévaluations sont effectuées avec une régularité
suffisante pour que la valeur comptable des 122-1. Les actifs financiers détenus par une entité,
immobilisations concernées ne diffère pas de façon autres que les valeurs mobilières de placement et autres
significative de celle qui aurait été déterminée en utilisant actifs financiers figurant en actif courant, font l’objet d’un
la juste valeur à la date de clôture. enregistrement en comptabilité en fonction de leur utilité
La juste valeur des terrains et constructions est et des motifs qui ont prévalu lors de leur acquisition ou
habituellement leur valeur de marché. lors d’un changement de leur destination, dans l’une des
quatre catégories suivantes :
Cette valeur est déterminée sur la base d’une estimation
effectuée par des évaluateurs professionnels qualifiés. * titres de participation et créances rattachées, dont la
possession durable est estimée utile à l’activité de l’entité,
La juste valeur des installations de production est notamment parce qu’elle permet d’exercer une influence
également leur valeur de marché. En l’absence sur la société émettrice des titres ou d’en avoir le
d’indications sur leur valeur de marché (installation contrôle : participations dans les filiales, les entités
spécialisée), elles sont évaluées à leur coût de associées ou les co-entreprises ;
remplacement net d’amortissement.
* titres immobilisés de l’activité de portefeuille,
Après réévaluation, les montants amortissables sont
destinés à procurer à l’entité à plus ou moins longue
déterminés sur la base des montants réévalués.
échéance une rentabilité satisfaisante, mais sans
intervention dans la gestion des entités dont les titres sont
121-22. Lorsqu’une immobilisation corporelle est
réévaluée par application d’un indice déterminé par détenus ;
rapport à son coût de remplacement net d’amortissement * autres titres immobilisés, représentatifs de parts de
ou par référence à la valeur du marché, le cumul des capital ou de placements à long terme, que l’entité a la
amortissements à la date de réévaluation est ajusté possibilité, ainsi que l’intention ou l’obligation de
proportionnellement à la valeur brute comptable de l’actif, conserver jusqu’à leur échéance ;
de sorte que la valeur comptable de cet actif à l’issue de la
réévaluation soit égale au montant réévalué. * prêts et créances émis par l’entité et que l’entité n’a
pas l’intention ou pas la possibilité de vendre à court
121-23. Lorsque la valeur comptable d’un actif terme : créances clients et autres créances d’exploitation à
augmente à la suite d’une réévaluation, l’augmentation est plus de douze (12) mois, prêts à plus de douze (12) mois
créditée directement en capitaux propres sous le libellé consentis à des tiers.
écart de réévaluation. Toutefois une réévaluation positive
est comptabilisée en produit dans la mesure où elle Ces quatre catégories d’actifs financiers constituent des
compense une réévaluation négative du même actif, immobilisations financières figurant en actifs non
antérieurement comptabilisée en charge. courants (toutefois, dans le cadre de l’élaboration des
états financiers consolidés, les titres de participations et
121-24. Lorsque la réévaluation d’un actif fait créances rattachées font l’objet de retraitements
apparaître une perte de valeur (réévaluation négative), conformément aux règles de la consolidation).
cette perte de valeur est imputée en priorité sur l’écart de
réévaluation antérieurement comptabilisé en capitaux Certaines entités, telles que celles qui opèrent dans le
propres au titre de ce même actif. Le solde éventuel secteur financier ou dans le secteur des assurances,
(écart de réévaluation net négatif) est constaté en charge. peuvent effectuer des distinctions différentes de celles
proposées. Des informations sur les distinctions
121-25. Toute perte de valeur d’un actif réévalué est effectuées figurent alors dans l’annexe.
traitée comme une réévaluation négative et vient donc en
diminution de la réserve de réévaluation à concurrence de
122-2. A la date d’entrée dans les actifs de l’entité, les
cette dernière.
actifs financiers sont comptabilisés à leur coût, qui est la
121-26. Toute reprise de perte de valeur d’un actif juste valeur de la contrepartie donnée, y compris les frais
réévalué est enregistrée comme une réévaluation lorsque de courtage, les taxes non récupérables et les frais de
la constatation de la perte de valeur a été antérieurement banque, mais non compris les dividendes et intérêts à
enregistrée comme une réévaluation négative. recevoir non payés et courus avant l’acquisition.
28 Rabie El Aouel 1430 11
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

122.3. Dans les états financiers individuels les 122-8. En cas de cession partielle d’une partie d’un
participations dans les filiales, les co-entreprises ou les placement particulier, la valeur d’entrée de la fraction
entités associées qui ne sont pas détenues dans l’unique conservée est estimée au coût d’achat moyen pondéré.
perspective d’une cession dans un avenir proche, et les
créances rattachées à ces participations sont 122-9. Des informations concernant la méthode de
comptabilisées au coût amorti. Elles sont soumises à la détermination de la valeur comptable des titres ainsi que
clôture de chaque exercice à un test de dépréciation afin la méthode de traitement des changements de valeur de
de constater une éventuelle perte de valeur, conformément marché pour les placements comptabilisés à la valeur de
aux règles générales d’évaluation des actifs. marché figurent dans l’annexe.
122-4. Le coût amorti correspond au montant auquel Section 3
l’actif financier (ou le passif financier) a été évalué lors de
sa comptabilisation initiale, diminué des remboursements Stocks et encours
en principal, majoré ou diminué de l’amortissement 123-1. Les stocks correspondent à des actifs :
cumulé de toute différence entre ce montant initial et le
* détenus par l’entité et destinés à être vendus dans le
montant à l’échéance, et diminué de toute réduction pour
cadre de l’exploitation courante ;
perte de valeur ou non recouvrabilité.
* en cours de production en vue d’une telle vente ;
122-5. Les participations et créances rattachées
détenues dans l’unique perspective de leur cession correspondant à des matières premières ou fournitures
ultérieure ainsi que les titres immobilisés de l’activité de devant être consommées au cours du processus de
portefeuille sont considérés comme des instruments production ou de prestation de services ;
financiers disponibles à la vente et sont évalués, après leur * dans le cadre d’une opération de prestation de service,
comptabilisation initiale, à leur juste valeur qui les stocks correspondent au coût des services pour lequel
correspond notamment : l’entité n’a pas encore comptabilisé les produits
correspondants.
* pour les titres cotés, au cours moyen du dernier mois
de l’exercice ; Le classement d’un actif en stocks (actifs courants) ou
en immobilisations (actifs non courants) s’effectue non
* pour les titres non cotés, à leur valeur probable de
pas sur la base de la nature de l’actif mais en fonction de
négociation, cette valeur pouvant être déterminée à partir
sa destination ou de son usage dans le cadre de l’activité
de modèles et techniques d’évaluation généralement
de l’entité.
admis.
Les écarts d’évaluation dégagés lors de cette évaluation 123-2. Le coût des stocks comprend tous les coûts
à la juste valeur sont comptabilisés directement en encourus pour amener les stocks à l’endroit et dans l’état
diminution ou en augmentation des capitaux propres. où ils se trouvent :
Les montants ainsi constatés en capitaux propres sont * coûts d’acquisition (achats, matières consommables,
repris en résultat net de l’exercice : frais liés aux achats…) ;
— lorsque l’actif financier est vendu, recouvré ou * coûts de transformation (frais de personnel et autres
transféré ; charges variables ou fixes à l’exception des charges qui
— ou s’il apparaît une indication objective de pourraient être imputables à une utilisation non optimale
dépréciation de l’actif (dans ce cas, la perte nette cumulée de la capacité de production de l’entité) ;
comptabilisée directement en capitaux propres doit être * frais généraux, frais financiers (conformément aux
sortie des capitaux propres et enregistrée dans le résultat dispositions du point 126-3 et frais administratifs
net de l’exercice, en tant que perte de valeur). directement imputables aux stocks.
Lors de la sortie d’un instrument financier disponible à Ces coûts sont calculés soit sur la base des coûts réels,
la vente, les écarts constatés par rapport à la soit sur la base de coûts prédéterminés (coûts standards)
comptabilisation initiale sont portés en résultat, sans régulièrement révisés en fonction des coûts réels.
compensation entre les charges et les produits relatifs à
des actifs différents, sauf dans le cas d’instruments 123-3. Lorsqu’il n’est pas possible de déterminer le
financiers de couverture. coût d’acquisition ou de production par application des
règles générales d’évaluation, les stocks sont évalués au
122-6. Les placements détenus jusqu’à leur échéance
coût d’acquisition ou de production des actifs équivalents
ainsi que les prêts et créances émis par l’entité et non
constaté ou estimé à la date la plus proche de l’acquisition
détenus à des fins de transaction sont évalués au coût
ou de la production desdits actifs.
amorti. Ils sont également soumis à la clôture de chaque
exercice à un test de dépréciation afin de constater une
123-4. Dans les cas où une évaluation sur la base des
éventuelle perte de valeur, conformément aux règles
générales d’évaluation des actifs. coûts entraîne des contraintes excessives ou n’est pas
réalisable, les actifs en stock (autres que les
122-7. Les plus ou moins-values dégagées lors d’une approvisionnements) sont évalués en pratiquant sur leur
cession d’immobilisations financières sont comptabilisées prix de vente à la date de clôture de l’exercice un
à la date de cession, en produits ou en charges abattement correspondant à la marge pratiquée par l’entité
opérationnelles. sur chaque catégorie d’actifs.
12 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

123-5. Conformément au principe de prudence, les 124-5. Les subventions publiques, y compris les
stocks sont évalués au plus faible de leur coût et de leur subventions non monétaires évaluées à leur juste valeur
valeur nette de réalisation. La valeur nette de réalisation ne sont comptabilisées en compte de résultat ou en actif
correspondant au prix de vente estimé après déduction des que lorsqu’il existe une assurance raisonnable :
coûts d’achèvement et de commercialisation.
* que l’entité se conforme aux conditions attachées aux
Une perte de valeur sur stocks est comptabilisée en subventions ;
charge dans le compte de résultat lorsque le coût d’un * et que les subventions seront reçues.
stock est supérieur à la valeur nette de réalisation de ce
stock. 124-6. Dans le cas exceptionnel où l’entité est amenée à
Les pertes de valeur sur stocks sont déterminées article rembourser une subvention, ce remboursement est
par article, ou, dans le cas d’actifs fongibles, catégorie par comptabilisé en tant que changement d’estimation
catégorie. comptable :
* le remboursement est en premier lieu imputé à tout
123-6. A leur sortie du magasin ou à l’inventaire, les produit différé non amorti lié à la subvention ;
biens interchangeables (fongibles) sont évalués, soit en
* l’excédent est comptabilisé en charges.
considérant que le premier bien entré est le premier bien
sorti (PEPS ou FIFO), soit à leur coût moyen pondéré
Section 5
d’acquisition ou de production.
Provisions pour risques et charges
La méthode utilisée pour l’évaluation et le suivi des
125-1. Une provision pour charges est un passif dont
stocks est indiquée dans l’annexe.
l’échéance ou le montant est incertain. Elle est
comptabilisée lorsque :
Cas particulier des produits agricoles
* une entité a une obligation actuelle (juridique ou
123-7. Les produits agricoles sont évalués lors de leur implicite) résultant d’un événement passé ;
comptabilisation initiale et à chaque date de clôture à leur * il est probable qu’une sortie de ressources sera
juste valeur diminuée des coûts estimés du point de vente. nécessaire pour éteindre cette obligation ;
Une perte ou un profit provenant d’une variation de la * une estimation fiable du montant de cette obligation
juste valeur diminuée des coûts estimatifs des points de peut être faite.
vente est constaté dans le résultat net de l’exercice au
cours duquel il se produit. 125-2. Les pertes opérationnelles futures ne font pas
l’objet d’une provision pour charges.
Section 4
125-3. Le montant comptabilisé en provision pour
Subventions charges en fin d’exercice correspond à la meilleure
124-1. Les subventions publiques correspondent à des estimation des dépenses à supporter jusqu’à l’extinction
transferts de ressources publiques destinés à compenser de l’obligation concernée. Les provisions font l’objet
des coûts supportés ou à supporter par le bénéficiaire de la d’une nouvelle estimation à la clôture de chaque exercice.
subvention du fait qu’il s’est conformé ou qu’il se
125-4. Une provision pour charges ne peut être utilisée
conformera à certaines conditions liées à ses activités.
que pour les dépenses pour lesquelles elle a été
comptabilisée à l’origine.
124-2. Les subventions sont comptabilisées en
produits dans le compte de résultat sur un ou plusieurs
Section 6
exercices au même rythme que les coûts auxquels elles
sont rattachées et qu’elles sont censées compenser. Pour Emprunts et autres passifs financiers
les immobilisations amortissables, le coût correspond à 126-1. Les emprunts et autres passifs financiers sont
l’amortissement. Ainsi les subventions liées à des actifs évalués initialement au coût, qui est la juste valeur de la
amortissables sont comptabilisées en produits dans les contrepartie nette reçue après déduction des coûts
proportions de l'amortissement comptabilisé. Dans la accessoires encourus lors de leur mise en place.
présentation du bilan, les subventions liées à des actifs
constituent des produits différés. Après acquisition, les passifs financiers autres que ceux
détenus à des fins de transaction sont évalués au coût
124-3. Une subvention destinée à couvrir des charges amorti, à l’exception des passifs détenus à des fins de
et pertes déjà encourues ou correspondant à un soutien transaction dont l’évaluation est effectuée à la juste
financier immédiat à l’entité sans rattachement à des coûts valeur.
futurs est comptabilisée en produits à la date à laquelle Le coût amorti d’un passif financier est le montant
elle est acquise. auquel le passif financier a été évalué lors de sa
comptabilisation initiale :
124-4. La reprise d’une subvention finançant une
immobilisation non amortissable est étalée sur la durée — diminué des remboursements en principal ;
pendant laquelle l’immobilisation est inaliénable. A défaut — majoré (ou diminué) de l’amortissement cumulé de
de clause d’inaliénabilité, la subvention est reprise en toute différence entre ce montant initial et le montant à
résultat sur dix (10) ans selon un mode linéaire. l’échéance.
28 Rabie El Aouel 1430 13
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

126-2. Les coûts accessoires encourus pour la mise en CHAPITRE III


place d’un emprunt et les primes de remboursement ou MODALITES PARTICULIERES
d’émission d’emprunt sont étalés de manière actuarielle D’EVALUATION ET DE COMPTABILISATION
sur la durée de l’emprunt.
Section 1
Les coûts d’emprunt incluent :
Opérations faites en commun
— les intérêts sur découverts bancaires et emprunts ; ou pour le compte de tiers
— l’amortissement des primes d’émission ou de Sous-section 1
remboursement relatives aux emprunts ainsi que
l’amortissement des coûts accessoires encourus pour la Sociétés en participation
mise en place des emprunts ; 131-1. Les opérations faites en commun ou les
communautés d’intérêt correspondent à un accord
— les charges financières correspondant à des
contractuel par lequel deux parties ou plus conviennent
opérations de location-financement ;
d’exercer une activité économique sous contrôle conjoint.
— les différences de change résultant des emprunts en L’enregistrement de ces opérations chez chacun des
monnaies étrangères, dans la mesure où elles sont coparticipants dépend des clauses contractuelles et de
assimilées à un ajustement des coûts d’intérêt. l’organisation comptable prévue par les coparticipants.

Les coûts d’emprunt sont comptabilisés en charges 131-2. Lorsque la comptabilité des opérations faites
financières de l’exercice au cours duquel ils sont en commun est tenue par un gérant, seul juridiquement
encourus, sauf à ce qu’ils soient incorporés dans le coût connu des tiers, les charges et les produits des opérations
d’un actif conformément au point suivant. faites en commun sont compris dans les charges et
produits de ce gérant.
126-3. Autre traitement comptable autorisé : Chacun des autres coparticipants enregistre en produits
ou en charges uniquement la quote-part de résultat lui
Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à revenant.
l’acquisition, la construction ou la production d’un actif
exigeant une longue période de préparation (plus de 12 131-3. Lorsque les opérations faites en commun
mois) avant d’être utilisé ou vendu, sont incorporés dans impliquent le contrôle conjoint et la copropriété d’un ou
le coût de cet actif (investissement immobilier, stock plusieurs actifs, chaque coparticipant comptabilise en plus
vinicole). de sa quote-part des produits et charges, une quote-part
des actifs et passifs.
L’incorporation des coûts d’emprunt est suspendue en
cas d’interruption de l’activité productive, et elle cesse 131-4. Lorsque les opérations en commun sont
lorsque les activités indispensables à la préparation de effectuées dans le cadre d’une entité séparée dans laquelle
l’actif préalablement à son utilisation ou à sa vente sont chaque coparticipant détient une participation, les
pratiquement toutes terminées. coparticipants comptabilisent chacun la quote-part leur
revenant dans les actifs, les passifs, le résultat, les
Le montant incorporable dans le coût d’un actif charges, les produits et les flux de trésorerie de l’entité
correspond aux coûts d’emprunt qui auraient été évités si commune.
la dépense relative à l’actif concerné n’avait pas eu lieu.
Sous-section 2
Section 7 Concessions de service public
Evaluation des charges et produits financiers 131-5. Dans le cadre d’une concession de service
public, les actifs mis dans la concession par le concédant
127-1. Les charges et produits financiers sont pris en ou par le concessionnaire sont inscrits à l’actif du bilan de
compte en fonction de l’écoulement du temps et rattachés l’entité concessionnaire.
à l’exercice pendant lequel les intérêts ont couru.
131.6. Le niveau exigé par le service public du
potentiel productif des installations concédées est assuré
Les opérations pour lesquelles un différé de paiement
par le jeu des amortissements ou, éventuellement, par des
est obtenu ou accordé à des conditions inférieures aux
provisions adéquates et en particulier par des provisions
conditions du marché sont comptabilisées à leur juste pour renouvellement.
valeur, après déduction du produit financier ou du coût
financier lié à ce différé. Sous-section 3
L’écart entre la valeur nominale de la contrepartie et la Opérations faites pour le compte de tiers
juste valeur de l’opération, correspondant au coût 131.7. Les opérations traitées par l’entité pour le
estimatif du crédit obtenu ou accordé, est alors compte de tiers en qualité de mandataire sont
comptabilisé en charges financières dans les comptes de comptabilisées dans un compte de tiers. Le mandataire
l’acquéreur et en produits financiers dans les comptes du enregistre en compte de résultat uniquement la
vendeur. rémunération qu’il perçoit au titre de son mandat.
14 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

131-8. Les opérations traitées par l’entité pour le Consolidation des filiales
compte de tiers au nom de l’entité sont inscrites selon
leur nature dans les charges et les produits de l’entité. 132-7. Dans le cadre de l’établissement de comptes
consolidés, les entités contrôlées sont consolidées suivant
Section 2 la méthode de l’intégration globale.
Consolidation - Regroupement d’entités
Comptes consolidés Cette méthode consiste :

132-1. Les comptes consolidés visent à présenter le — au bilan, à reprendre les éléments du patrimoine de
patrimoine, la situation financière et le résultat d’un l'entité consolidante, à l'exception des titres des entités
groupe d’entités comme s’il s’agissait d’une entité unique. consolidées, et de substituer à la valeur comptable de ces
titres non repris, l'ensemble des éléments actifs et passifs
132-2. Toute entité, qui a son siège social ou son constitutifs des capitaux propres de ces entités déterminés
activité principale sur le territoire national et qui d'après les règles de consolidation ;
contrôle une ou plusieurs autres entités, établit et publie
— au compte de résultat, à substituer aux opérations de
chaque année les états financiers consolidés de l’ensemble
la société consolidante, celles réalisées par l'ensemble
constitué par toutes ces entités.
consolidé, en excluant les opérations traitées entre elles
par les entités faisant partie de cet ensemble.
132-3. L'établissement et la publication des états
consolidés sont à la charge des organes d'administration,
de direction ou de surveillance de l'entité dominante de Les états financiers consolidés prennent en compte les
l'ensemble consolidé, dite entité consolidante (ou société intérêts des tiers (intérêts minoritaires) ces intérêts des
mère). minoritaires figurent sous une rubrique spécifique dans
les capitaux propres et dans les résultats nets de
132-4. Une entité dominante est dispensée d’établir des l’ensemble consolidé.
états financiers consolidés si elle est détenue
quasi-totalement par une autre entité et si elle a obtenu 132-8. La conversion en monnaie nationale des états
l’accord des détenteurs des intérêts minoritaires. La financiers des entités étrangères est effectuée selon la
détention quasi-totale signifie que la société dominante méthode suivante :
détient au moins 90% des droits de vote.
* les actifs et passifs sont convertis sur la base du cours
132-5. Le contrôle est défini comme le pouvoir de de clôture ;
diriger les politiques financière et opérationnelle d’une * les produits et les charges sont convertis au cours de
entité afin de tirer des avantages de ses activités. change à la date des transactions, toutefois pour des
Le contrôle est présumé exister dans les cas suivants : raisons pratiques, l’utilisation d’un cours de change
moyen ou approchant est autorisé.
* détention directe ou indirecte (par l’intermédiaire de
filiales) de la majorité des droits de vote dans une autre
Les écarts de change qui résultent de ces traitements
entité ;
sont inscrits dans les capitaux propres consolidés jusqu’à
* pouvoir sur plus de 50% des droits de vote obtenu la sortie de l’investissement net.
dans le cadre d’un accord avec les autres associés ou
actionnaires ; 132-9. Si la date de clôture de l'exercice d'une entité
* pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des comprise dans la consolidation est antérieure de plus de
dirigeants d’une autre entité ; trois (3) mois à la date de clôture de l'exercice de
consolidation, les états financiers consolidés sont établis
* pouvoir de fixer les politiques financière et sur la base de comptes intérimaires établis à la date de la
opérationnelle de l’entité en vertu des statuts ou d’un consolidation et contrôlés par le commissaire aux comptes
contrat ; de l’entité consolidée ou à défaut par un professionnel
* pouvoir de réunir la majorité des droits de vote dans chargé du contrôle des comptes.
les réunions des organes de gestion d’une entité.
132-10. L’annexe des états financiers consolidés
132-6. Sont laissées en dehors du champ d'application comporte toutes les informations à caractère significatif
de la consolidation les entités pour lesquelles des permettant d'apprécier correctement le périmètre, le
restrictions sévères et durables remettent en cause patrimoine, la situation financière et le résultat de
substantiellement le contrôle ou l'influence exercée sur l'ensemble constitué par les entités incluses dans la
elles par l'entité consolidante. consolidation.
Il en est de même pour les entités dont les actions ou
parts ne sont détenues qu'en vue de leur cession ultérieure Il inclut notamment un tableau de variation du
dans un avenir proche. périmètre de consolidation précisant toutes les
modifications ayant affecté ce périmètre, du fait de la
Toute exclusion de la consolidation d'entités entrant variation du pourcentage de contrôle des entités déjà
dans les catégories visées dans ce point est justifiée dans consolidées, comme du fait des acquisitions et cessions de
l'annexe des comptes consolidés. titres.
28 Rabie El Aouel 1430 15
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Consolidation des entités associées * un écart d’acquisition, ou goodwill, qui correspond à


l’excédent de l’écart de consolidation qui n’a pas pu être
132-11. Une entité associée est une entité dans laquelle affecté à des éléments identifiables de l’actif, et qui est
l’entité consolidante exerce une influence notable et qui inscrit à un poste particulier d’actif.
n’est ni une filiale, ni une entité constituée dans le cadre
d’opérations faites en commun. Lorsque l’écart de première consolidation ne peut être
réparti entre ses différents composants, il est admis, par
L’influence notable est présumée exister dans les cas mesure de simplification, qu’il soit porté pour la totalité
suivants : de son montant au poste « écart d’acquisition ».
* détention (directe ou indirecte) de 20% ou plus des
132-15. Dans le cadre d’une consolidation :
droits de vote ;
* les écarts d’évaluation sont imputés aux éléments
* représentation dans les organes dirigeants ;
identifiables des actifs concernés, jusqu’à ramener ces
* participation au processus d’élaboration des politiques actifs à leur juste valeur déterminée à la date
stratégiques ; d’acquisition ;
* transactions d’importance significative, échange * l’écart d’acquisition est inscrit à l’actif non courant du
d’informations techniques essentielles ou échange de bilan sous une rubrique distincte, en augmentation de
cadres et de dirigeants. l’actif si l’écart est positif, en diminution de l’actif si
l’écart est négatif.
132-12. Dans le cadre de l’établissement de comptes
consolidés, les participations dans les entités associées 132-16. A chaque inventaire, le montant de l’écart
sont comptabilisées selon la méthode de mise en d’acquisition positif est comparé à la valeur économique
équivalence qui consiste : (ou valeur d’utilité) des éléments immatériels constitués
par cet écart ; une perte de valeur de l’écart d’acquisition
— Au niveau de l’actif du bilan consolidé ; est éventuellement constatée pour ramener le montant de
cet écart à sa valeur économique. Cette perte de valeur est
* à substituer à la valeur comptable des titres la part
irréversible.
qu’ils représentent dans les capitaux propres et le résultat
de l’entité associée ; 132-17. Un écart d’acquisition négatif (ou goodwill
* à imputer l’écart ainsi dégagé aux réserves négatif) est comptabilisé en produit en fonction de son
consolidées et au résultat consolidé. origine :

— Au niveau du compte de résultat consolidé : * lorsqu’il correspond à des dépenses futures attendues,
il est comptabilisé en produit à la date de survenance de
* à présenter sous une rubrique particulière la part du ces pertes ou dépenses ;
groupe dans le résultat de l’entité associée ;
* lorsqu’il correspond à un écart entre la juste valeur
* à prendre en compte dans le calcul du résultat des actifs non monétaires acquis et leur valeur
consolidé cette part du groupe dans le résultat de l’entité d’acquisition, il est comptabilisé en produit sur la durée
associée. d’utilité restante de ces actifs ;
* lorsqu’il ne peut être rattaché ni à des charges futures,
Ecart de première consolidation ni à des actifs non monétaires, il est immédiatement
comptabilisé en produit.
132-13. L'écart de première consolidation constaté lors
de l’entrée d’une entité dans le périmètre de consolidation 132-18. Toutes explications sur le traitement de l'écart
est déterminé par différence entre : susvisé doivent être données dans l'annexe des comptes
* le coût d'acquisition des titres de l’entité concerné tel consolidés.
qu’il figure à l’actif de la société détentrice de ces titres ;
Comptes combinés
* et la part non réévaluée des capitaux propres de cette
entité revenant à la société détentrice, y compris la part de 132-19. Les entités qui forment un ensemble
résultat de l'exercice acquis à la date d'entrée de l’entité économique soumis à un même centre stratégique de
dans le périmètre de consolidation. décisions situé ou non sur le territoire national, sans
qu’existent entre elles de liens juridiques de domination,
132-14. L’écart de première consolidation positif se établissent et présentent des comptes, obligatoirement
compose généralement de deux éléments qui font l’objet dénommés « comptes combinés », comme s’il s’agissait
de traitement comptable différent dans le cadre de d’une seule entité.
l’établissement de comptes consolidés :
132-20. L’établissement et la présentation des comptes
* un écart d’évaluation qui correspond à la différence combinés obéissent aux règles prévues en matière de
entre la valeur comptable de certains éléments comptes consolidés, sous réserve des dispositions
identifiables de l’actif, et la juste valeur de ces mêmes résultant de la spécificité des comptes combinés liée à
éléments à la date de l’acquisition des titres ; l’absence de liens de participation en capital.
16 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

132-21. Les critères d’unicité et de cohésion justifiant Section 4


l’établissement et la présentation de comptes combinés
sont notamment considérés comme remplis dans les Impôts différés
situations suivantes :
134-1. L’imposition différée est une méthode
* entités dirigées par une même personne morale ou par comptable qui consiste à comptabiliser en charges la
un même groupe de personnes ayant des intérêts charge d’impôt sur le résultat imputable aux seules
communs ; opérations de l’exercice.
* entités appartenant aux secteurs coopératif ou
134-2. Un impôt différé correspond à un montant
mutualiste et constituant un ensemble homogène à
d’impôt sur les bénéfices payable (impôt différé passif) ou
stratégie et direction communes ;
recouvrable (impôt différé actif) au cours d’exercices
* entités faisant partie d’un même ensemble, non futurs.
rattachées juridiquement à la société holding (ou
sous-holding), mais ayant la même activité et étant Sont enregistrées au bilan et au compte de résultat les
placées sous la même autorité : impositions différées résultant :
* entités ayant entre elles des structures communes ou * du décalage temporaire entre la constatation
des relations contractuelles suffisamment étendues pour comptable d’un produit ou d’une charge et sa prise en
engendrer un comportement économique coordonné dans compte dans le résultat fiscal d’un exercice ultérieur dans
le temps ; un avenir prévisible ;
* entités liées entre elles par un accord de partage de * de déficits fiscaux ou de crédits d’impôt reportables
résultat (ou toute autre convention) suffisamment dans la mesure où leur imputation sur des bénéfices
contraignant et exhaustif pour que la combinaison de leurs fiscaux ou des impôts futurs est probable dans un avenir
comptes soit plus représentative de leurs activités et de prévisible ;
leurs opérations que les comptes personnels de chacune
d’elles. * des aménagements, éliminations et retraitements
effectués dans le cadre de l’élaboration d’états financiers
Section 3 consolidés.
Contrats à long terme
A la clôture de l’exercice, un actif ou un passif d’impôt
133-1. Un contrat à long terme porte sur la réalisation différé est comptabilisé pour toutes les différences
d’un bien, d’un service, ou d’un ensemble de biens ou temporelles dans la mesure où ces différences temporelles
services dont les dates de démarrage et d’achèvement se donneront probablement lieu ultérieurement à une charge
situent dans des exercices différents. Il peut s’agir : ou à un produit d’impôts.
* de contrats de construction ; Au niveau de la présentation des comptes, les impôts
* de contrats de remise en état d’actifs ou de différés actif sont distingués des créances d'impôt
l’environnement ; courantes. Les impôts différés passif sont distingués des
dettes d'impôt courantes.
* de contrats de prestations de services.
134-3. Les impôts différés sont déterminés ou revus à
133-2. Les charges et les produits concernant une chaque clôture d’exercice sur la base de la réglementation
opération effectuée dans le cadre d’un contrat à long fiscale en vigueur à la date de clôture ou attendue sur
terme sont comptabilisés au rythme de l’avancement de l’exercice au cours duquel l’actif sera réalisé ou le passif
l’opération de façon à dégager un résultat comptable au réglé, sans calcul d’actualisation.
fur et à mesure de la réalisation de l’opération
(comptabilisation selon la méthode à l’avancement). Des informations concernant ces impôts différés
figurent dans l’annexe (origine, montant, date
133-3. Si le système de traitement de l’entité ou la d’expiration, méthode de calcul, enregistrement en
nature du contrat ne permet pas d’appliquer la méthode comptabilité).
de comptabilisation à l’avancement, ou si le résultat final
du contrat ne peut pas être estimé de façon fiable, il est Section 5
admis, à titre de simplification, de n’enregistrer en
produits qu’un montant équivalent à celui des charges Contrats de location - financement
constatées dont le recouvrement est probable
(comptabilisation selon la méthode à l’achèvement). 135-1. Un contrat de location est un accord par lequel
un bailleur cède au preneur pour une période déterminée
133-4. Lorsqu’à la date d’inventaire, et du fait le droit d’utilisation d’un actif en échange d’un paiement
d’évènements survenus ou connus à cette date, il apparaît ou d’une série de paiements.
probable que le total des coûts du contrat sera supérieur au
total des produits du contrat (pertes prévisibles à La location - financement est un contrat de location
l’achèvement), une provision est constituée à hauteur de la ayant pour effet de transférer au preneur la quasi-totalité
perte totale du contrat non encore mise en évidence par les des risques et avantages inhérents à la propriété d’un actif
enregistrements comptables. avec ou sans transfert de propriété en fin de contrat.
28 Rabie El Aouel 1430 17
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Un contrat de location simple désigne tout contrat de * chez le bailleur fabricant ou distributeur du bien loué,
location autre qu’un contrat de location-financement. la créance est comptabilisée pour un montant égal à la
juste valeur du bien conformément aux principes retenus
La classification d’un contrat de location en contrat de par l’entité pour ses ventes fermes (constatation
location-financement ou en contrat de location simple simultanée de la créance et de la vente). Les pertes ou
dépend de la réalité de la transaction plutôt que de la profits sur ventes sont donc comptabilisés dans le résultat
forme du contrat. Les exemples de situations qui de l’exercice.
conduisent normalement à classer un contrat de location
en contrat de location-financement sont les suivants : Toutefois si les taux d’intérêt du contrat de location
sont artificiellement bas, le profit sur la vente doit être
— la propriété de l’actif est transférée au preneur au limité à ce qu’il aurait été si la location avait été conclue
terme de la durée de location ; sur la base du taux d’intérêt du marché.

— le contrat de location donne au preneur l’option Les frais initiaux directs engagés par le bailleur pour la
d’acheter l’actif à un prix suffisamment inférieur à sa juste négociation et la mise en place du contrat sont constatés
valeur à la date à laquelle l’option peut être levée pour en charge à la date de conclusion du contrat.
que, dès le commencement du contrat de location, il existe
une certitude raisonnable que l’option sera levée ; 135-3. Au cours du contrat, les loyers sont
comptabilisés chez le bailleur comme chez le locataire en
— la durée de location couvre la majeure partie de la distinguant :
durée de vie économique de l’actif même s’il n’y a pas
transfert de propriété ; * les intérêts financiers déterminés sur la base d’une
formule traduisant un taux de rentabilité périodique
— au commencement du contrat de location, la valeur constant de l’investissement net ;
actualisée des paiements minimaux au titre de la location
* le remboursement en principal.
s’élève au moins à la quasi-totalité de la juste valeur de
l’actif loué ; L’actif loué fait l’objet d’un amortissement dans la
— les actifs loués sont d’une nature spécifique et comptabilité du locataire selon les règles générales
seul le preneur peut les utiliser sans leur apporter de concernant les immobilisations. S’il n’existe pas une
modifications majeures. certitude raisonnable que le preneur devienne propriétaire
de l’actif à la fin du contrat de location, l’actif doit être
totalement amorti sur la plus courte de la durée du contrat
Les taux de location de terrains qui ne prévoient
de location et de sa durée d’utilité.
pas le transfert de la propriété au preneur à l’issue
de la durée de location ne peuvent pas constituer des 135-4. Un contrat de cession associé à un contrat de
contrats de location-financement. Les versements initiaux location - financement est comptabilisé comme s’il ne
éventuellement effectués au titre de ces contrats s’agissait que d’une seule transaction : tout excédent de
représentent des pré-loyers (charges comptabilisées produits de cession par rapport à la valeur comptable chez
d’avance) qui sont amortis sur la durée de contrat de le preneur n’est pas enregistré en produit à la date des
location conformément aux avantages procurés. contrats mais est réparti sur la durée du contrat de
location.
135-2. Tout actif faisant l’objet d’un contrat de
location - financement est comptabilisé à la date d’entrée Section 6
en vigueur du contrat en respectant le principe de la Avantages octroyés au personnel
prééminence de la réalité économique sur l’apparence :
136-1. Les avantages accordés par une entité à son
* chez le preneur : personnel en activité ou non actif sont comptabilisés en
charges dès que le personnel a effectué le travail prévu en
— le bien loué est comptabilisé à l’actif du bilan à sa contrepartie de ces avantages, ou dès que les conditions
juste valeur, ou à la valeur actualisée des paiements auxquelles étaient soumises les obligations contractées
minimaux au titre de la location, si cette dernière est par l’entité vis-à-vis de son personnel sont remplies.
inférieure ;
— l’obligation de payer les loyers futurs est 136-2. A chaque clôture d’exercice, le montant des
comptabilisée pour le même montant au passif du bilan. engagements de l’entité en matière de pension, de
compléments de retraite, d’indemnités et d’allocations en
raison du départ à la retraite ou d’avantages similaires des
* chez le bailleur non-fabricant ou non-distributeur du
membres de son personnel et de ses associés et
bien loué, la créance constituée par l’investissement net mandataires sociaux est constaté sous forme de
correspondant au bien loué est enregistrée à l’actif au provisions.
compte 274 Prêts et créances sur contrats de
location-financement, en contrepartie des dettes résultant Ces provisions sont déterminées sur la base de la valeur
de l’acquisition de ce bien (coût d’acquisition incluant les actualisée de l’ensemble des obligations de l’entité
frais initiaux directs liés à la négociation et à la mise en vis-à-vis de son personnel, en utilisant des hypothèses de
place du contrat) ; calcul et des méthodes actuarielles adaptées.
18 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Section 7 Toutefois si cette créance ou dette est libellée dans une


Opérations effectuées en monnaies étrangères monnaie étrangère différente de la monnaie de
fonctionnement de chacune des deux entités concernées,
137-1. Les actifs acquis en devises sont convertis en
les différences sont inscrites en résultat comme indiqué au
monnaie nationale par conversion de leur coût en devises
point 137-4.
sur la base du cours de change du jour de la transaction.
Cette valeur est maintenue au bilan jusqu’à la date de 137-7. Les écarts de conversion correspondant aux
consommation, de cession ou de disparition des actifs. variations du cours de change sur l'investissement net
d'une entité dans un de ses établissements situé à
137-2. Les créances et les dettes libellées en monnaies l'étranger et autonome en matière de gestion financière et
étrangères sont converties en monnaie nationale sur la d'exploitation sont enregistrés directement dans les
base du cours de change à la date de l’accord des parties capitaux propres sous une rubrique "écart de conversion"
sur l’opération quand il s’agit de transactions sans être portés au compte de résultat.
commerciales, ou à la date de mise à disposition des
monnaies étrangères, quand il s’agit d’opérations
financières. Section 8
Changements d’estimations ou de méthodes
137-3. Lorsque la naissance et le règlement des comptables, corrections d’erreurs ou d’omissions
créances ou des dettes s’effectuent dans le même exercice,
les écarts constatés par rapport aux valeurs d’entrée, en
raison de la variation des cours de change, constituent des 138-1. Les impacts des changements d’estimations
pertes ou des gains de change à inscrire respectivement comptables fondés sur de nouvelles informations ou sur
dans les charges financières ou les produits financiers de une meilleure expérience et qui permettent d’obtenir une
l’exercice. meilleure information sont inclus dans le résultat net de
l’exercice en cours ou des exercices futurs si ces
137-4. Lorsque les éléments monétaires (trésorerie et changements les affectent également.
éléments d’actif et de passif devant être reçus ou payés
pour des montants de liquidités fixes ou déterminables) 138.2. Les changements de méthodes comptables
libellés en monnaies étrangères subsistent au bilan à la concernent les modifications de principes, bases,
date de clôture de l’exercice, leur enregistrement initial est conventions, règles et pratiques spécifiques appliquées
corrigé sur la base du dernier cours de change à cette date. par une entité pour établir et présenter ses états
financiers.
Les différences entre les valeurs initialement inscrites
dans les comptes (coûts historiques) et celles résultant de 138.3. Un changement de méthode comptable n’est
la conversion à la date d’inventaire augmentent ou effectué que s’il est imposé dans le cadre d’une nouvelle
diminuent les montants initiaux. réglementation ou s’il permet une amélioration dans
la présentation des états financiers de l’entité
Ces différences constituent des charges financières ou
concernée.
des produits financiers de l’exercice, sous réserve des
limites éventuelles prévues au point suivant.
138-4. L’impact sur les résultats des exercices
137-5. Lorsque l’opération traitée en devises est assortie antérieurs d’un changement de méthode comptable ou
par l’entité d’une opération symétrique destinée à couvrir d’une correction d’erreur fondamentale, doit être présenté,
les conséquences de la fluctuation du change, appelée après approbation par les organes de gestion habilités,
couverture de change, les profits et pertes de change ne comme un ajustement du solde à l’ouverture des
sont comptabilisés en compte de résultat qu’à concurrence résultats non distribués (imputation sur le montant du
du risque non couvert. Lorsque les circonstances poste « report à nouveau » de l’exercice en cours, ou à
suppriment en tout ou partie le risque de perte de change, défaut sur un compte de réserve correspondant à des
les comptes de bilan concernés sont ajustés en résultats non distribués).
conséquence.
Les informations de l’exercice précédent sont alors
137.6. Les écarts de change relatifs à un élément adaptées afin d’assurer au niveau des états financiers la
monétaire qui, en substance, fait partie intégrante de comparabilité entre les deux périodes.
l’investissement net d’une entité dans une entité étrangère,
sont inscrits dans les capitaux propres des états financiers Lorsque cet ajustement du solde d’ouverture ou cette
de l’entité jusqu’à la sortie de cet investissement net, date adaptation des informations de l’exercice précédent ne
à laquelle ils sont comptabilisés en produits ou en charges.
peuvent pas être effectués de façon satisfaisante, des
explications sur cette absence d’adaptation ou
Un élément monétaire tel qu’une créance ou une dette
vis-à-vis d’une entité étrangère, autre qu’une créance d’ajustement sont données dans l’annexe.
client ou une dette fournisseur, constitue en substance un
investissement net de l’entité dans cette entité étrangère 138.5. L’incidence des changements d’options fiscales
lorsque le règlement de cette créance ou dette n’est ni correspondant à l’exercice en cours est constatée dans le
planifié, ni probable dans un avenir prévisible. résultat de l’exercice.
28 Rabie El Aouel 1430 19
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Section 9 Les états financiers sont l’aboutissement d’un processus


Cas particulier des petites entités de traitement de nombreuses informations et requièrent
des travaux de simplification, de synthèse et de
139-1. Les petites entités qui remplissent certaines structuration.
conditions de chiffre d’affaires, d’effectif et d’activité Ces informations sont collectées, analysées,
fixées par le ministère des finances sont assujetties, sauf
interprétées, résumées et structurées au travers d’une
option contraire de leur part, à une comptabilité dite
agrégation présentée dans les états financiers sous forme
“de trésorerie”.
de rubriques et de totaux. L’étendue du principe
Cette comptabilité de trésorerie repose sur d’importance significative détermine l’étendue de cette
l’établissement d’un livre de trésorerie dégageant le flux agrégation, ainsi que l’équilibre entre :
net de trésorerie (recette ou perte nette).
* les avantages procurés aux utilisateurs par la diffusion
139-2. Les entités assujetties à une comptabilité de d’une information détaillée ;
trésorerie tiennent compte dans le calcul de leur résultat et * les coûts supportés aussi bien pour élaborer et
dans l’établissement de leur situation financière des divulguer cette information que pour l’utiliser.
variations des actifs, créances et dettes inventoriées
constatées entre le début et la fin d’exercice, uniquement 210-3. Les états financiers sont arrêtés sous la
dans la mesure où ces éléments présentent un caractère responsabilité des dirigeants de l’entité. Ils sont émis dans
significatif compte tenu de leur importance relative ou de un délai maximum de six (6) mois suivant la date de
leur nature. clôture de l’exercice. Ils doivent être distingués des autres
informations éventuellement publiées par l’entité.
139-3. Dans le cadre d’une comptabilité de trésorerie, le
fait générateur de l’enregistrement comptable est Chacun des composants des états financiers est
l’encaissement (recette) ou le décaissement (dépense). clairement identifié et les informations suivantes sont
mentionnées de façon précise :
139-4. La valeur probante d’une comptabilité de * dénomination sociale, nom commercial, numéro de
trésorerie suppose que les conditions suivantes sont registre de commerce de l’entité présentant les états
remplies :
financiers ;
* tenue régulière de livres de trésorerie (livre de
* nature des états financiers (comptes individuels,
recettes, avec éventuellement un regroupement des
comptes consolidés ou comptes combinés) ;
recettes journalières de faible montant, livre de dépenses)
enregistrant les opérations dans l’ordre chronologique ; * date de clôture ;
* conservation des principales pièces justificatives * monnaie de présentation et niveau d’arrondi.
(factures reçues ou émises, bandes de caisse, relevés de
banque, copies de lettres…). Ces pièces justificatives, D’autres informations permettant d’identifier l’entité
internes ou externes à l’entité, sont datées, classées et sont également mentionnées :
numérotées.
* adresse du siège social, forme juridique, lieu
TITRE II d’activité et pays d’immatriculation ;
PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS * principales activités et nature des opérations
effectuées ;
CHAPITRE I
DEFINITION DES ETATS FINANCIERS * nom de la société mère et éventuellement
dénomination du groupe auquel est rattachée l’entité ;
210-1. Toute entité entrant dans le champ d’application * nombre moyen d’employés au cours de la période.
du présent système comptable établit annuellement des
états financiers. 210-4. Les états financiers sont obligatoirement
Les états financiers des entités autres que les petites présentés dans la monnaie nationale.
entités comprennent : Les montants figurant sur les états financiers peuvent
— un bilan ; être arrondis au millier d’unités.
— un compte de résultat ;
210-5. Les états financiers fournissent les informations
— un tableau des flux de trésorerie ; permettant d’effectuer des comparaisons avec l’exercice
— un tableau de variation des capitaux propres ; précédent. Ainsi :
— une annexe précisant les règles et méthodes — chacun des postes de bilan, compte de résultat et
comptables utilisées et fournissant des compléments tableau des flux de trésorerie comporte l’indication du
d’informations au bilan et au compte de résultat. montant relatif au poste correspondant de l’exercice
précédent ;
210-2. Les considérations à prendre en compte pour
l’élaboration et la présentation des états financiers — l’annexe comporte des informations comparatives
découlent du cadre conceptuel du système comptable. sous forme narrative, descriptive et chiffrée.
20 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Lorsque, par suite d’un changement de méthode 220-3. D’autres informations figurent au bilan ou dans
d’évaluation ou de présentation, un des postes chiffrés l’annexe :
d'un état financier n’est pas comparable à celui de
l’exercice précédent, il est nécessaire d’adapter les * description de la nature et de l’objet de chacune des
montants de l’exercice précédent afin de rendre la réserves ;
comparaison possible. * part à plus d’un an des créances et des dettes ;
L’absence de comparabilité (du fait d’une durée * montants à payer et à recevoir :
d’exercice différent ou pour toute autre raison), le
reclassement ou les modifications apportées aux — de la maison mère ;
informations chiffrées de l’exercice précédent pour les — des filiales ;
rendre comparables sont expliqués dans l’annexe.
— des entités associées au groupe ;
CHAPITRE II
— des autres parties liées (actionnaires, dirigeants…) ;
LE BILAN
* dans le cadre des sociétés de capitaux, et pour chaque
220-1. Le bilan décrit séparément les éléments d’actif et
catégorie d’actions :
les éléments de passif. Il fait apparaître de façon distincte
au moins les rubriques suivantes lorsqu’il existe des — nombre d’actions autorisées, émises, non
opérations concernant ces rubriques : entièrement libérées ;

— A l’actif : — valeur nominale des actions ou le fait que les actions


n’ont pas de valeur nominale ;
* les immobilisations incorporelles ;
* les immobilisations corporelles ; — évolution du nombre d’actions entre le début et la fin
de l’exercice ;
* les amortissements ;
— nombre d’actions détenues par l’entité, ses filiales
* les participations ; ou les entités associées ;
* les actifs financiers ;
— actions réservées pour une émission dans le cadre
* les stocks ; d’options ou de contrats de vente ;
* les actifs d’impôt (en distinguant les impôts différés) ; — droits, privilèges et restrictions éventuelles
* les clients, les autres débiteurs et autres actifs concernant certaines actions ;
assimilés (charges constatées d’avance) ;
* montant des distributions de dividendes proposées,
* la trésorerie positive et équivalents de trésorerie
montant des dividendes privilégiés non comptabilisés (sur
positive.
l’exercice et en cumul), description des autres
engagements financiers vis-à-vis de certains actionnaires
— Au passif :
à payer et à recevoir.
* les capitaux propres avant distributions décidées ou
proposées après la date de clôture, en distinguant le capital 220-4. Le bilan des banques et des institutions
émis (dans le cas de sociétés), les réserves, le résultat net financières assimilées regroupe les actifs et les passifs par
de l’exercice et les autres éléments ; nature et les présente dans un ordre correspondant à leur
* les passifs non courants portant intérêt ; liquidité et exigibilité relative. En plus des informations
mentionnées aux points précédents et nonobstant les
* les fournisseurs et autres créditeurs ; réglementations spécifiques relatives à ce secteur
* les passifs d’impôt (en distinguant les impôts d’activité, il fait apparaître au minimum :
différés) ;
* A l’actif :
* les provisions pour charges et passifs assimilés
(produits constatés d’avance) ; — la situation de trésorerie vis-à-vis de la banque
* la trésorerie négative et équivalents de trésorerie centrale ;
négative. — les montants de bons du Trésor et autres effets
pouvant être mobilisés auprès de la banque centrale ;
Dans le cas de bilan consolidé :
— les titres d’Etat et autres titres détenus à titre de
* les participations comptabilisées selon la méthode de placement ;
la mise en équivalence ;
— les placements auprès d’autres banques, les prêts et
* les intérêts minoritaires.
avances accordés à d’autres banques ;
220-2. La présentation des actifs et des passifs dans le — les autres placements monétaires ;
corps du bilan fait ressortir la distinction entre éléments
courants et éléments non courants. — les titres de placement.
28 Rabie El Aouel 1430 21
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

* Au passif : Dans le cas de compte de résultat consolidé :


— les dépôts reçus d’autres banques ; * la quote-part dans le résultat net des entités associées
— les autres dépôts reçus du marché monétaire ; et des co-entreprises consolidées selon la méthode de
mise en équivalence ;
— les montants dus à d’autres déposants ;
* la part des intérêts minoritaires dans le résultat net.
— les certificats de dépôts ;
— les billets à ordre, lettres de change et autres passifs 230-3. Les autres informations minimales présentées
attestés par document ; soit au compte de résultat, soit dans l’annexe en
complément du compte de résultat, sont les suivantes :
— les autres fonds empruntés.
* une analyse des produits des activités ordinaires ;
220-5. Aucune compensation n’est possible entre un
élément d’actif et un élément de passif du bilan, sauf si * pour les sociétés par actions, le montant des
cette compensation est effectuée sur des bases légales ou dividendes par action votés ou proposés et le résultat net
contractuelles, ou si dès l’origine il est prévu de réaliser par action.
ces éléments d’actif et de passif simultanément ou sur une
base nette. Les entités ont également la possibilité de présenter
dans l’annexe un compte de résultat par fonction. Elles
Ainsi un actif et un passif financier sont compensés et le utilisent alors en plus d’une nomenclature des comptes de
solde net est présenté au bilan lorsqu’une entité : charges et de produits par nature, une nomenclature des
— dispose d’un droit juridiquement exécutoire de comptes par fonction adaptée à leur spécificité et à leur
compenser les montants comptabilisés ; besoin.

— et envisage soit de les éteindre sur une base nette, 230-4. Les produits et charges résultant de l’activité
soit de réaliser l’actif et d’éteindre le passif ordinaire qui sont d’une taille, d’une nature ou d’une
simultanément. incidence telles qu’ils nécessitent d’être mis en évidence
pour expliquer les performances de l’entité pour la
CHAPITRE III période sont présentés sous des rubriques spécifiques du
LE COMPTE DE RESULTATS compte de résultat (exemple : coût de restructuration,
dépréciation exceptionnelle des stocks, coûts résultant
230-1. Le compte de résultat est un état récapitulatif des d’un abandon partiel d’activité…).
charges et des produits réalisés par l’entité au cours de
l’exercice. Il ne tient pas compte de la date 230-5. Le résultat extraordinaire résulte de produits et
d’encaissement ou de décaissement. Il fait apparaître, par charges correspondants à des événements ou à des
différence, le résultat net de l’exercice : bénéfice/profit ou transactions clairement distincts de l’activité ordinaire
perte. de l’entité et présentant un caractère exceptionnel
(telles qu’expropriations, catastrophes naturelles et
230.2. Les informations minimales présentées au imprévisibles).
compte de résultat sont les suivantes :

* analyse des charges par nature, permettant de 230-6. Le compte de résultat des banques et des
déterminer les principaux agrégats de gestion suivants : institutions financières assimilées regroupe les produits et
marge brute, valeur ajoutée, excédent brut d’exploitation ; charges par nature et indique les montants des principaux
types de produits et de charges. Nonobstant les
* produits des activités ordinaires ; réglementations spécifiques relatives à ce secteur
* produits financiers et charges financières ; d’activité, le compte de résultat ou l’annexe de ces entités
présente :
* charges de personnel ;
— les produits d’intérêts et assimilés ;
* impôts, taxes et versements assimilés ;
— les charges d’intérêts et assimilées ;
* dotations aux amortissements et pertes de valeur
concernant les immobilisations corporelles ; — les dividendes reçus ;
* dotations aux amortissements et pertes de valeur — les honoraires et les commissions perçus ;
concernant les immobilisations incorporelles ;
— les honoraires et les commissions versés ;
* résultat des activités ordinaires ;
— les produits nets résultant de la cession de titres, par
* éléments extraordinaires (produits et charges) ;
catégorie de titres ;
* résultat net de la période avant distribution ;
— les charges et produits relatifs aux opérations de
* pour les sociétés par actions, résultat net par action. change ;
22 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

— les autres produits d’exploitation ; * flux générés par les activités de financement (activités
— les pertes sur prêts et avances accordées et non ayant pour conséquence de modifier la taille et la
récupérables ; structure des fonds propres ou des emprunts) ;

— les charges d’administration générale ; * flux de trésorerie provenant des intérêts des
— les autres charges d’exploitation. dividendes, présentés séparément et classés de façon
permanente d’un exercice à l’autre dans les activités
230-7. Des éléments de produits et de charges sont opérationnelles, d’investissement ou de financement.
compensés, et le solde net est présenté au compte de
résultat : 240.3. Les flux de trésorerie provenant des activités
opérationnelles sont présentés soit par une méthode
— s’ils sont liés à des actifs et des passifs qui font directe soit par une méthode indirecte.
eux-mêmes l’objet d’une compensation conformément
aux dispositions du point 220-5 ; La méthode directe qui est recommandée consiste :
— s’ils résultent d’un ensemble de transactions ou — à présenter les principales rubriques d’entrée et de
d’évènements identiques ou similaires et que leur sortie de trésorerie brute (clients, fournisseurs, impôts…)
importance, leur nature ou leur incidence ne nécessite pas afin de dégager un flux de trésorerie net ;
une information séparée (exemple : profits et pertes sur
instruments financiers détenus dans un portefeuille de — à rapprocher ce flux de trésorerie net du résultat
transactions) ; avant impôt de la période considérée.
— si une telle compensation est imposée ou autorisée La méthode indirecte consiste à ajuster le résultat net de
par la réglementation (exemple : profits et pertes dégagés l’exercice en tenant compte :
sur la sortie d’actifs non courants, conformément au point
121-12, ou opérations de couverture de change telles que — des effets des transactions sans influence sur la
prévues au point 137-5). trésorerie (amortissements, variations clients, stocks,
variations fournisseurs…) ;
230.8. Le résultat tient compte des charges ou des
— des décalages ou des régularisations (impôts
produits qui ont pris naissance au cours de l’exercice
différés…) ;
même s’ils sont connus entre la date de clôture de
l’exercice et celle de l’établissement des états — des flux de trésorerie liés aux activités
financiers. d’investissement ou de financement (plus ou
moins-values de cession…), ces flux étant présentés
Ainsi les événements survenus postérieurement à la date distinctement.
de clôture mais liés à des circonstances existant à la date
de clôture donnent lieu à des ajustements dans la mesure 240-4. Les disponibilités correspondent :
où ils contribuent à fournir des informations permettant
une meilleure estimation des actifs ou passifs existant à la — aux liquidités, qui comprennent les fonds en caisse
clôture de l’exercice. et les dépôts à vue (y compris les découverts bancaires
remboursables à la demande et autres facilités de caisse) ;
CHAPITRE IV — aux quasi-liquidités détenues afin de satisfaire les
LE TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE engagements à court terme (placements à court terme très
(méthodes directe et indirecte ) liquides facilement convertibles en liquidités et soumis à
un risque négligeable de changement de valeur).
240-1. Le tableau de flux de trésorerie a pour but
d’apporter aux utilisateurs des états financiers une base 240-5. Les flux de trésorerie suivants peuvent être
d’évaluation de la capacité de l’entité à générer de la présentés pour un montant net :
trésorerie et des équivalents de trésorerie, ainsi que — les liquidités ou quasi-liquidités détenues pour le
des informations sur l’utilisation de ces flux de compte de clients ;
trésorerie.
— les éléments dont le rythme de rotation est rapide,
240.2. Un tableau des flux de trésorerie présente les les montants élevés et les échéances courtes.
entrées et les sorties de disponibilités intervenues pendant
l’exercice selon leur origine : CHAPITRE V
* flux générés par les activités opérationnelles (activités L’ETAT DE VARIATION DES CAPITAUX
qui génèrent des produits et autres activités non liées à PROPRES
l’investissement et au financement) ;
250-1. L’état de variation des capitaux propres
* flux générés par les activités d’investissement constitue une analyse des mouvements ayant affecté
(décaissements sur acquisition et encaissements sur chacune des rubriques constituant les capitaux propres de
cession d’actifs à long terme) ; l’entité au cours de l’exercice.
28 Rabie El Aouel 1430 23
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Les informations minimales à présenter dans cet état 260.3. Si des événements se produisent après la date de
concernent les mouvements liés : clôture de l’exercice et n’affectent pas la situation de
l’actif et du passif pour la période précédant la clôture,
* au résultat net de l’exercice ;
aucun ajustement n’est nécessaire.
* aux changements de méthode comptables et aux
corrections d’erreurs dont l’impact est directement Cependant ces événements font l’objet d’une
enregistré en capitaux propres ; information dans l'annexe s’ils sont d’une importance
telle que leur omission pourrait affecter les décisions
* aux autres produits et charges enregistrés directement prises par les utilisateurs des états financiers.
dans les capitaux propres dans le cadre de correction
d’erreurs significatives ; L’information précise alors :
* aux opérations en capital (augmentation, diminution, — la nature de l’événement ;
remboursement…)
— l’estimation de l’impact financier ou les raisons
* aux distributions de résultat et affectations décidées pour lesquelles l’impact financier ne peut pas être
au cours de l’exercice. estimé.

CHAPITRE VI 260.4. Les entités faisant appel public à l’épargne


fournissent les informations spécifiques nécessaires aux
L’ANNEXE DES ETATS FINANCIERS utilisateurs des états financiers pour :

260-1. L’annexe des états financiers comporte des — comprendre les performances passées ;
informations sur les points suivants, dès lors que ces
informations présentent un caractère significatif ou sont — évaluer les risques et la rentabilité de l’entité.
utiles pour la compréhension des opérations figurant sur
les états financiers : Dans ce cadre, elles fournissent en particulier sur la
base de leurs états financiers consolidés des informations
— les règles et les méthodes comptables adoptées pour concernant :
la tenue de la comptabilité et l’établissement des états
financiers (la conformité aux normes est précisée, et toute — les différents types de produits et services relevant
dérogation est expliquée et justifiée) ; de leur activité ;

— les compléments d’information nécessaires à une — les différentes zones géographiques où elles
bonne compréhension du bilan, du compte de résultat, du opèrent.
tableau des flux de trésorerie et de l’état de variation des
capitaux propres ; 260-5. Les entités amenées à publier des états financiers
intermédiaires sont tenues de respecter, pour
— les informations concernant les entités associées, l’établissement de ces états, la même présentation
les co-entreprises, les filiales ou la société mère ainsi
éventuellement sous forme abrégée, le même contenu et
que les transactions ayant éventuellement eu lieu avec
les mêmes méthodes comptables que ceux prévus pour les
ces entités ou leurs dirigeants : nature des relations,
états financiers de fin d’exercice.
types de transaction, volume et montant des
transactions, politique de fixation des prix concernant ces
transactions ; CHAPITRE VII

— les informations à caractère général ou concernant MODELES D’ETATS FINANCIERS


certaines opérations particulières nécessaires à l’obtention
d’une image fidèle. Ces modèles d’états financiers constituent des modèles
de base qui doivent être adaptés à chaque entité afin de
Une liste des informations qui doivent figurer dans fournir des informations financières répondant à la
l’annexe est proposée en annexe 2 (modèle d’états réglementation (création de nouvelles rubriques ou
financiers). sous-rubriques ou suppression de rubriques non
significatives et non pertinentes au regard des utilisateurs
260.2. Les notes annexes aux états financiers font des états financiers).
l’objet d’une présentation organisée. Chacun des postes du
bilan, du compte de résultat, du tableau des flux de La colonne “note” figurant sur chaque état financier
trésorerie et du tableau de variation des capitaux propres permet d’indiquer face à chaque rubrique le renvoi aux
renvoie à l’information correspondante dans les notes notes explicatives figurant éventuellement dans
annexes. l’annexe.
24 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

BILAN
Exercice clos le

N N N N-1
ACTIF NOTE
Brut Amort-Prov Net Net

ACTIFS NON COURANTS

Ecart d’acquisition - Goodwill positif ou négatif


Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles

Terrains
Bâtiments
Autres immobilisations corporelles
Immobilisations en concession

Immobilisations encours

Immobilisations financières
Titres mis en équivalence
Autres participations et créances rattachées
Autres titres immobilisés
Prêts et autres actifs financiers non courants
Impôts différés actif

TOTAL ACTIF NON COURANT

ACTIF COURANT

Stocks et encours

Créances et emplois assimilés

Clients
Autres débiteurs
Impôts et assimilés
Autres créances et emplois assimilés

Disponibilités et assimilés

Placements et autres actifs financiers courants

Trésorerie

TOTAL ACTIF COURANT

TOTAL GENERAL ACTIF


28 Rabie El Aouel 1430 25
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

BILAN
Exercice clos le

PASSIF NOTE N N-1

CAPITAUX PROPRES

Capital émis

Capital non appelé

Primes et réserves- Réserves consolidées(1)

Ecarts de réévaluation

Ecart d’équivalence (1)

Résultat net - Résultat net part du groupe (1)

Autres capitaux propres - Report à nouveau

Part de la société consolidante (1)

Part des minoritaires (1)

TOTAL I

PASSIFS NON COURANTS

Emprunts et dettes financières

Impôts (différés et provisionnés)

Autres dettes non courantes

Provisions et produits constatés d’avance

TOTAL PASSIFS NON COURANTS II

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés

Impôts

Autres dettes

Trésorerie Passif

TOTAL PASSIFS COURANTS III

TOTAL GENERAL PASSIF

(1) A utiliser uniquement pour la présentation d’états financiers consolidés.


26 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

COMPTE DE RESULTATS
(Par nature)
Période du au

NOTE N N-1

Chiffre d’affaires
Variation stocks produits finis et en-cours
Production immobilisée
Subventions d’exploitation

I - PRODUCTION DE L’EXERCICE
Achats consommés
Services extérieurs et autres consommations

II - CONSOMMATION DE L’EXERCICE
III-VALEUR AJOUTEE D’EXPLOITATION (I - II)
Charges de personnel
Impôts, taxes et versements assimilés

IV- EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION


Autres produits opérationnels
Autres charges opérationnelles
Dotations aux amortissements et aux provisions
Reprise sur pertes de valeur et provisions

V- RESULTAT OPERATIONNEL
Produits financiers
Charges financières

VI- RESULTAT FINANCIER


VII- RESULTAT ORDINAIRE AVANT IMPOTS (V + VI)
Impôts exigibles sur résultats ordinaires
Impôts différés (Variations) sur résultats ordinaires
TOTAL DES PRODUITS DES ACTIVITES ORDINAIRES
TOTAL DES CHARGES DES ACTIVITES ORDINAIRES

VIII- RESULTAT NET DES ACTIVITES ORDINAIRES


Eléments extraordinaires (produits) (à préciser)
Eléments extraordinaires (charges)) (à préciser)

IX- RESULTAT EXTRAORDINAIRE


X- RESULTAT NET DE L’EXERCICE

Part dans les résultats nets des sociétés mises en équivalence (1)
XI- RESULTAT NET DE L’ENSEMBLE CONSOLIDE (1)
Dont part des minoritaires (1)
Part du groupe (1)

(1) A utiliser uniquement pour la présentation d’états financiers consolidés.


28 Rabie El Aouel 1430 27
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

COMPTE DE RESULTATS
(Par fonction)

(Exemple) Période du au

NOTE N N-1

Chiffres d’affaires

Coût des ventes

MARGE BRUTE

Autres produits opérationnels

Coûts commerciaux

Charges administratives

Autres charges opérationnelles

RESULTAT OPERATIONNEL

Fournir le détail des charges par nature

(frais de personnel, dotations aux amortissements)

Produits financiers

Charges financières

RESULTAT ORDINAIRE AVANT IMPOT

Impôts exigibles sur les résultats ordinaires

Impôts différés sur résultats ordinaires (variations)

RESULTAT NET DES ACTIVITES ORDINAIRES

Charges extraordinaires

Produits extraordinaires

RESULTAT NET DE L'EXERCICE

Part dans les résultats nets des sociétés mises en équivalence (1)

RESULTAT NET DE L’ENSEMBLE CONSOLIDE (1)

Dont part des minoritaires (1)

Part du groupe (1)

(1) A utiliser uniquement pour la présentation d’états financiers consolidés.


28 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Contenu des rubriques du bilan


BILAN ACTIF

Exercice clos le

N N
ACTIF
Brut Amort-Prov.

ACTIF IMMMOBILISE (NON COURANT)

Ecart d’acquisition (ou goodwill) 207 2807 et 2907

Immobilisations incorporelles 20 (hors 207) 280 (hors 2807)


290 (hors 2907)
Immobilisations corporelles 21 et 22 (hors 229) 281, 282, 291
et 292

Immobilisations encours 23 293

Immobilisations financières

Titres mis en équivalence – entreprises associées 265

Autres participations et créances rattachées 26 (hors 265 et 269)

Autres titres immobilisés 271, 272 et 273

Prêts et autres actifs financiers non courants 274, 275 et 276

TOTAL ACTIF NON COURANT

ACTIF COURANT

Stocks et encours 30 à 38 39

Créances et emplois assimilés

Clients 41 (hors 419) 491

Autres débiteurs 409, Débit[ 42, 43, 44 (hors 444 à 495 et 496
448) 45, 46, 486 et 489]

Impôts 444, 445 et 447

Autres actifs courants Débit 48

Disponibilités et assimilés

Placements et autres actifs financiers courants 50 (hors 509)

Trésorerie 519 et autres Débit [51, 52, 53 et 54] 59

TOTAL ACTIF COURANT

TOTAL GENERAL ACTIF


28 Rabie El Aouel 1430 29
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Contenu des rubriques du bilan


BILAN PASSIF

Exercice clos le

PASSIF N

CAPITAUX PROPRES

Capital émis (ou compte de l’exploitant) 101 et 108

Capital non appelé 109

Primes et réserves (Réserves consolidées (1)) 104 et 106

Ecart de réévaluation 105

Ecart d’équivalence (1) 107

Résultat net (Résultat net part du groupe) (1) 12

Autres capitaux propres – Report à nouveau 11

Part de la société consolidante) (1)

Part des minoritaires (1)

TOTAL I

PASSIFS NON COURANTS

Emprunts et dettes financières 16 et 17

Impôts (différés et provisionnés) 134 et 155

Autres dettes non courantes 229

Provisions et produits comptabilisés d’avance 15 (hors 155) 131 et 132

TOTAL PASSIFS NON COURANTS II

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés 40 (hors 409)

Impôts Crédit 444, 445 et 447

Autres dettes 419, 509, crédit [42,43, 44 (hors 444 à 447) 45, 46 et 48]

Trésorerie Passif 519 et autres crédits 51 et 52

TOTAL PASSIFS COURANTS III

TOTAL GENERAL PASSIF

(1) A utiliser uniquement pour la présentation d’états financiers consolidés.


30 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Contenu des rubriques du compte de résultats


COMPTE DE RESULTATS
(Par nature)
Période du au

Ventes et produits annexes 70


Variation stocks produits finis et en cours 72
Production immobilisée 73
Subventions d’exploitation 74
I - PRODUCTION DE L’EXERCICE
Achats consommés 60
Services extérieurs et autres consommations 61 et 62
II - CONSOMMATION DE L’EXERCICE

III - VALEUR AJOUTEE D’EXPLOITATION (I - II)


Charges de personnel 63
Impôts, taxes et versements assimilés 64
IV - EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION
Autres produits opérationnels 75
Autres charges opérationnelles 65
Dotations aux amortissements, provisions et pertes de valeur 68
Reprise sur pertes de valeur et provisions 78
V - RESULTAT OPERATIONNEL
Produits financiers 76
Charges financières 66
VI - RESULTAT FINANCIER

VII - RESULTAT ORDINAIRE AVANT IMPOTS (V + VI)


Impôts exigibles sur résultats ordinaires 695 et 698
Impôts différés (Variations) sur résultats ordinaires 692 et 693
TOTAL DES PRODUITS DES ACTIVITES ORDINAIRES

TOTAL DES CHARGES DES ACTIVITES ORDINAIRES

VIII - RESULTAT NET DES ACTIVITES ORDINAIRES


Eléments extraordinaires (produits) (à préciser) 77
Eléments extraordinaires (charges) (à préciser) 67
IX - RESULTAT EXTRAORDINAIRE

X - RESULTAT NET DE L’EXERCICE


Part dans les résultats nets des sociétés mises en équivalence (1)

XI - RESULTAT NET DE L’ENSEMBLE CONSOLIDE (1)


Dont part des minoritaires (1)
Part du groupe (1)

(1) A utiliser uniquement pour la présentation d’états financiers consolidés.


28 Rabie El Aouel 1430 31
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE


(Méthode directe)

Période du au

NOTE EXERCICE N EXERCICE N-1

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles


Encaissements reçus des clients
Sommes versées aux fournisseurs et au personnel
Intérêts et autres frais financiers payés
Impôts sur les résultats payés

Flux de trésorerie avant éléments extraordinaires


Flux de trésorerie lié à des éléments extraordinaires (à préciser)

Flux de trésorerie net provenant des activités opérationnelles (A)

Flux de trésorerie provenant des activités d’investissement


Décaissements sur acquisition d'immobilisations corporelles ou
incorporelles
Encaissements sur cessions d'immobilisations corporelles ou
incorporelles
Décaissements sur acquisition d'immobilisations financières
Encaissements sur cessions d'immobilisations financières
Intérêts encaissés sur placements financiers
Dividendes et quote-part de résultats reçus

Flux de trésorerie net provenant des activités d'investissement (B)


Flux de trésorerie provenant des activités de financement
Encaissements suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions effectués
Encaissements provenant d'emprunts
Remboursements d'emprunts ou d'autres dettes assimilées

Flux de trésorerie net provenant des activités de financement (C)


Incidences des variations des taux de change sur liquidités et quasi -
liquidités
Variation de trésorerie de la période (A+B+C)

Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture de l'exercice


Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de l'exercice

Variation de trésorerie de la période

Rapprochement avec le résultat comptable


32 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE

(Méthode indirecte)

Période du au

NOTE EXERCICE N EXERCICE N-1

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles

Résultat net de l’exercice

Ajustements pour :

— Amortissements et provisions

— Variation des impôts différés

— Variation des stocks

— Variation des clients et autres créances

— Variation des fournisseurs et autres dettes

— Plus ou moins-values de cession, nettes d’impôts

Flux de trésorerie générés par l’activité (A)

Flux de trésorerie provenant des opérations d’investissement

Décaissements sur acquisition d’immobilisations

Encaissements sur cessions d’immobilisations

Indidence des variations de périmètre de consolidation (1)

Flux de trésorerie liés aux opérations d’investissements (B)

Flux de trésorerie provenant des opérations de financement

Dividendes versés aux actionnaires

Augmentation de capital en numéraire

Emission d’emprunts

Remboursements d’emprunts

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement (C)

Variation de trésorerie de la période (A + B + C)

Trésorerie d’ouverture

Trésorerie de clôture

Incidence de variation de cours des devises (1)

Variation de trésorerie

(1) A utiliser uniquement pour la présentation d’états financiers consolidés.


28 Rabie El Aouel 1430 33
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

ETAT DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

Capital Prime Ecart Ecart de Réserves


Note
social d’émission d’évaluation réévaluation et résultat

Solde au 31 décembre N-2

Changement de méthode comptable

Correction d'erreurs significatives

Réévaluation des immobilisations

Profits ou pertes non comptabilisés


dans le compte de résultat

Dividendes payés

Augmentation de capital

Résultat net de l'exercice

Solde au 31 décembre N-1

Changement de méthode comptable

Correction d'erreurs significatives

Réévaluation des immobilisations

Profit ou pertes non comptabilisés


dans le compte de résultat

Dividendes payés

Augmentation de capital

Résultat net de l'exercice

Solde au 31 décembre N
34 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

CHAPITRE VIII a) la conformité ou la non-conformité aux normes, toute


CONTENU DE L’ANNEXE AUX ETATS dérogation par rapport à ces normes devant être expliquée
FINANCIERS et justifiée ;
b) l’indication des modes d’évaluation appliqués aux
L’annexe est un document de synthèse, faisant partie
divers postes des états financiers, en particulier :
des états financiers. Elle fournit les explications
nécessaires pour une meilleure compréhension du bilan et
* en matière d’évaluation des amortissements des
du compte de résultat et complète autant que de besoin les
éléments corporels et des éléments incorporels figurant au
informations utiles aux lecteurs des comptes. bilan ;
Les éléments d’information chiffrés de l’annexe sont * en matière d’évaluation des titres de participation
établis selon les mêmes principes et dans les mêmes correspondant à des détentions d’au moins 20% du
conditions que ceux figurant sur les autres documents capital ;
constituant les états financiers.
* en matière d’évaluation des provisions ;
Une inscription dans l’annexe ne peut cependant en
aucun cas se substituer à une inscription dans un des * en matière d’évaluation et de suivi des stocks ;
autres documents des états financiers. * en matière d’évaluation des actifs et des passifs, dans
le cas de dérogation à la méthode d’évaluation au coût
L’annexe comporte des informations portant sur les historique ;
points suivants, dès lors que ces informations présentent
un caractère significatif ou sont utiles pour la c) la mention des méthodes d’évaluation retenues ou
compréhension des opérations figurant sur les états des choix effectués lorsque pour une opération plusieurs
financiers : méthodes sont admises ;
1. règles et méthodes comptables adoptées pour la d) les explications sur l’absence de comparabilité des
tenue de la comptabilité et l’établissement des états comptes ou sur les reclassements ou modifications
financiers ; apportées aux informations chiffrées de l’exercice
précédent pour les rendre comparables ;
2. compléments d’information nécessaires à une bonne
compréhension du bilan, du compte de résultat, du tableau e) l’incidence sur le résultat des mesures dérogatoires
des flux de trésorerie et de l’état de variation des capitaux pratiquées en vue d’obtenir des allègements fiscaux ;
propres ;
f) les explications sur la mise en œuvre de changement
3. informations concernant les entités associées, filiales de méthode ou de réglementation : justification de ces
ou société mère ainsi que les transactions ayant changements, impact sur les résultats et capitaux propres
éventuellement eu lieu avec ces entités ou leurs de l’exercice et des exercices précédents, méthode de
dirigeants ; comptabilisation ;

4. informations à caractère général ou concernant g) l’indication d’éventuelles erreurs significatives


certaines opérations particulières nécessaires à corrigées au cours de l’exercice : nature, impact sur les
l’obtention d’une image fidèle. comptes de l’exercice, méthode de comptabilisation,
retraitement des informations comparatives de l’exercice
Deux critères essentiels permettent de déterminer les précédent (compte pro-forma).
informations à faire figurer dans l’annexe :
2. Compléments d’information nécessaires à une
— le caractère pertinent de l’information ;
bonne compréhension du bilan, du compte de
— son importance relative. résultats, du tableau des flux de trésorerie et de l’état
de variation des capitaux propres.
En effet, l’annexe ne doit comprendre que les
informations significatives, susceptibles d’influencer le L’annexe comporte les compléments d’information
jugement que les destinataires des documents peuvent suivants relatifs au bilan, au compte de résultat, au tableau
porter sur le patrimoine, la situation financière et le des flux de trésorerie et à l’état de variation des capitaux
résultat de l’entreprise. propres :

1. Règles et méthodes comptables adoptées pour la h) état de l’actif immobilisé en indiquant pour chaque
tenue de la comptabilité et l’établissement des états poste : les entrées, les sorties et les virements de poste à
financiers. poste ;

L’annexe comporte les informations suivantes sur les i) état des amortissements et des pertes de valeur avec
règles et méthodes comptables dès lors qu’elles sont indication des modes de calcul utilisés, des dotations et
significatives : des reprises effectuées au cours de l’exercice.
28 Rabie El Aouel 1430 35
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

j) indication relative aux engagements pris en matière s) ventilation du chiffre d’affaires :


de crédit-bail : nature des biens, traitement comptable,
échéance et montants. * par catégories d’activités ;

k) précisions sur la nature, le montant et le traitement * par marchés géographiques ;


comptable des dettes particulières à durée indéterminée ;
t) nature et objet de chacune des réserves figurant en
l) état des provisions avec indication de la nature capitaux propres ;
précise de chaque provision et de son évolution ;
u) description des produits et charges résultant de
m) en cas de comptabilisation de valeurs réévaluées :
l’activité ordinaire mais nécessitant, du fait de leur
* variation au cours de l’exercice et ventilation de importance ou de leur nature, d’être mis en évidence
l’écart de réévaluation ; pour expliquer les performances de l’entité pour la
* mention de la part du capital correspondant à une période.
incorporation de l’écart de réévaluation ;
Exemple :
* indication des informations en coûts historiques pour
les immobilisations réévaluées, par la mise en évidence * coût de restructuration,
des compléments de valeur et des amortissements
supplémentaires qui s’y rapportent ; * perte de valeur exceptionnelle des stocks,
n) montant des intérêts et des frais accessoires * abandon partiel d’activité,
éventuellement inclus dans le coût de production
d’immobilisations et de stocks fabriqués par * cessions d’immobilisations,
l’entreprise ;
* règlements de litiges.
o) état des échéances, des créances et des dettes à la
date d’arrêté des comptes, (en distinguant les éléments à
3. Informations concernant les entités associées et les
moins d’un an d’échéance, à échéance comprise entre un
transactions ayant eu lieu avec ces entités ou leurs
et cinq ans, et à plus de cinq ans d’échéance) ;
dirigeants.
p) méthode de détermination de la valeur comptable des
titres, méthode de traitement des changements de valeur v) en ce qui concerne les entités détenues à plus de
de marché pour les placements comptabilisés à la valeur 20 % ou sur lesquelles l’entreprise exerce une influence
de marché ; notable : indication du nom, du siège social, du montant
des capitaux propres du dernier exercice clos et de la
q) indication, pour chaque poste d’éléments fongibles fraction de capital détenue.
de l’actif circulant (stocks, titres de placement,
instruments financiers dérivés) de la différence, w) pour les membres des organes d’administration, de
lorsqu’elle est d’un montant significatif, entre : direction ou de surveillance, montant global, pour chaque
* d’une part, leur évaluation suivant la méthode catégorie :
pratiquée ;
* des avances et crédits alloués avec indication des
* d’autre part, leur évaluation sur la base du dernier prix conditions consenties et des remboursements opérés
de marché connu à la clôture des comptes ; pendant l’exercice, ainsi que le montant des engagements
pris pour leur compte ;
r) précisions sur la nature, le montant, les évolutions, les
pertes de valeur ou amortissements et le traitement * des rémunérations brutes globales allouées au titre de
comptable : l’exercice ;
* du fonds commercial ou « goodwill »,
* du montant des engagements contractés pour pensions
* des écarts de conversion en monnaie nationale de retraite à leur profit ;
d’éléments chiffrés en devises,
* des produits à recevoir et charges à payer au titre de * des stocks options.
l’exercice,
x) indication de la fraction des immobilisations
* des produits et charges imputables à un autre exercice financières, des créances et des dettes ainsi que des
(charges et produits constatés d’avance), charges et produits financiers concernant :
* des éléments extraordinaires,
— la maison mère,
* des dettes et créances d’impôts différés,
* des provisions pour engagements de retraite et — les filiales,
indemnités assimilées,
— les entités associées au groupe,
* ses quotes-parts de résultat sur opérations faites en
commun, — les autres parties liées (actionnaires, dirigeants…)
36 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

y) nature des relations, types de transaction, volume et dd) montant des distributions de dividendes proposées,
montant des transactions, politique de fixation des montant des dividendes privilégiés non comptabilisés (sur
prix concernant les transactions effectuées au cours l’exercice et en cumul), description des autres
de l’exercice avec les entités associées ou leurs engagements financiers vis-à-vis de certains actionnaires
dirigeants. à payer et à recevoir ;

ee) indication des parts bénéficiaires, obligations


Dans le cadre de comptes consolidés : convertibles, échangeables, bons de souscription, et titres
similaires émis par la société avec indication par catégorie
z) explications sur les entités laissées en dehors du de leur nombre, de leur valeur nominale et de l’étendue
champ d'application de la consolidation : des droits qu’ils confèrent ;

* entités pour lesquelles des restrictions sévères et ff) effectif moyen employé pendant l’exercice (ventilé
durables remettent en cause substantiellement le par catégorie). L’effectif moyen employé s’entend de
contrôle ou l'influence exercée sur elles par l'entité l’effectif moyen, salarié d’une part, et mis à la disposition
consolidante ; de l’entité pendant l’exercice d’autre part ;
* entités dont les actions ou parts ne sont détenues qu'en gg) analyse des éléments significatifs sectoriels par
vue de leur cession ultérieure : situation financière de ces secteur d’activité et par secteur géographique.
entités, justification de l’absence de consolidation,
méthode de comptabilisation des titres. hh) montant des engagements financiers non inscrits au
bilan :
aa) Les informations à caractère significatif permettant
d'apprécier correctement le périmètre, le patrimoine, la * assortis de sûretés réelles ;
situation financière et le résultat de l'ensemble constitué
* concernant les effets de commerce et assimilés
par les entités incluses dans la consolidation, notamment
escomptés non échus ;
tableau de variation du périmètre de consolidation
précisant les modifications ayant affecté ce périmètre, du * résultant d’opérations ou de contrats de « portage » ;
fait de la variation du pourcentage de contrôle des entités * consentis de manière conditionnelle ;
déjà consolidées, comme du fait des acquisitions et
cessions de titres ; ii) montant des engagements pris en matière de
pensions, compléments de retraite et indemnités
bb) affectation des écarts de première consolidation et assimilées non comptabilisés à la clôture de l’exercic.
méthode d’amortissement des écarts d’acquisition positif
(ou goodwill). jj) informations sur l’ensemble des transactions
effectuées au cours de l’exercice sur les marchés de
4. Informations à caractère général ou concernant produits dérivés, dès lors qu’elles représentent des valeurs
certaines opérations particulières. significatives.

cc) Dans le cadre des sociétés de capitaux, et pour kk) risques et pertes non mesurables à la date
chaque catégorie d’actions : d’établissement des états financiers et n’ayant pas fait
l’objet d’une provision.
* nombre d’actions autorisées, émises, non entièrement
libérées ; ll) événements survenus postérieurement à la clôture de
l’exercice, n’affectant pas la situation de l’actif ou
* valeur nominale des actions (ou indication de du passif de la période précédant la clôture, mais
l’absence de valeur nominale) ; susceptible, par leur importance et leur influence probable
sur le patrimoine, la situation financière ou l’activité de
* évolution du nombre d’actions entre le début et la fin l’entité, d’affecter le jugement des utilisateurs des états
de l’exercice ; financiers ;

* nombre d’actions détenues par l’entreprise, ses filiales mm) aides publiques non comptabilisées du fait de leur
ou les entités associées ; nature mais présentant un caractère significatif ; par
exemple, mesures prises par l’Etat destinées à fournir un
* actions réservées pour une émission dans le cadre avantage économique spécifique et bien défini à une
d’options ou de contrats de vente ; entité ou à une catégorie d’entités : octroi de garanties,
mise à disposition d’études, octroi de prêts à taux bonifié,
* droits, privilèges et restrictions éventuelles concernant mise en place d’une politique d’achat visant à soutenir les
certaines actions ; ventes.
28 Rabie El Aouel 1430 37
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Modèles de tableaux pouvant figurer dans l’annexe

EVOLUTION DES IMMOBILISATIONS ET DES ACTIFS FINANCIERS NON COURANTS

Valeur brute Augmentations Diminutions Valeur brute


Rubriques et postes Notes à l’ouverture de de à la clôture
de l’exercice l’exercice l’exercice de l’exercice

Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles
Participations
Autres actifs financiers non courants

Rq. 1 : Chaque rubrique est à développer au moins selon la nomenclature des postes figurant au bilan.
Rq. 2 : La colonne note permet d'indiquer par un renvoi les informations complémentaires portées en annexe concernant la
rubrique (variations résultant de regroupement d'entreprises, méthode d’évaluation…).
Rq. 3 : La colonne augmentation est subdivisée si nécessaire en “acquisitions”, “apports”, “créations”.
Rq. 4 : La colonne diminution est subdivisée si nécessaire en “cessions”, “scissions”, “mises hors service”.

TABLEAU DES AMORTISSEMENTS

Amortissements Augmentations Diminutions Amortissements


Rubriques et postes Notes cumulés en dotations éléments cumulés en fin
début d’exercice de l’exercice sortis d’exercice

Goodwill
Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles
Participations
Autres actifs financiers non courants

Rq. 1 : Chaque rubrique est à développer au moins selon la nomenclature des postes figurant au bilan.
Rq. 2 : La colonne note permet d'indiquer par un renvoi les informations complémentaires portées en annexe concernant la
rubrique (durées d’utilité ou taux d’amortissement utilisé, modification des taux d’amortissements...).

TABLEAU DES PERTES DE VALEUR SUR IMMOBILISATIONS ET AUTRES ACTIFS NON COURANTS

Pertes de valeur Augmentations Reprises Pertes de valeur


Rubriques et postes Notes cumulées en pertes de valeur sur pertes cumulées en fin
début d’exercice sur l’exercice de valeur d’exercice

Goodwill
Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles
Participations
Autres actifs financiers non courants
38 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

TABLEAU DES PARTICIPATIONS (FILIALES ET ENTITES ASSOCIEES)

Filiales Quote-part Résultat Prêts Dividendes Valeur


Notes Capitaux Dont
et entités associées de capital dernier et avances encaissés comptable
propres capital détenu (%) exercice accordés des titres détenus

FILIALES
Entité A
Entité B
ENTITES ASSOCIEES
Entité 1
Entité 2

TABLEAU DES PROVISIONS

Rubriques et postes Provisions Dotations Reprises sur Provisions


Notes cumulées en début cumulées en
de l’exercice l’exercice
d’exercice fin d’exercice

PROVISIONS PASSIFS NON COURANTS


Provisions pour pensions et obligations
similaires
Provisions pour impôts
Provisions sur litiges

TOTAL

PROVISIONS PASSIFS COURANTS


Provisions pour pensions et obligations
similaires
Autres provisions liées au personnel
Provisions pour impôts

TOTAL

ETAT DES ECHEANCES DES CREANCES ET DES DETTES A LA CLOTURE DE L’EXERCICE

A un an A plus d’un an A plus Total


Rubriques et postes Notes au plus et 5 ans au plus de 5 ans

CREANCES
Prêts
Clients
Impôts
Autres débiteurs
TOTAL

DETTES
Emprunts
Autres dettes
Fournisseurs
Impôts
Autres créditeurs

TOTAL
28 Rabie El Aouel 1430 39
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

TITRE III Classe 2 Comptes d’immobilisations


NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT
DES COMPTES * 20 Immobilisations incorporelles ;

CHAPITRE I * 21 Immobilisations corporelles ;


NOMENCLATURE DES COMPTES
* 22 Immobilisations en concession ;
Section 1
* 23 Immobilisations en cours ;
Principes du plan de comptes
311-1. Chaque entité établit au moins un plan de * 24 (disponible) ;
comptes adapté à sa structure, son activité, et ses besoins
en information de gestion. Le compte est la plus petite * 25 (disponible) ;
unité retenue pour le classement et l’enregistrement des
* 26 Participations et créances rattachées à des
mouvements comptables.
participations ;
Les comptes sont regroupés en catégories homogènes
appelées classe. Il existe deux catégories de classe de * 27 Autres immobilisations financières ;
comptes :
* 28 Amortissement des immobilisations ;
— des classes de comptes de situation ;
— des classes de comptes de gestion. * 29 Pertes de valeur sur immobilisations.

Chaque classe est subdivisée en comptes qui sont Classe 3 Comptes de stocks et encours
identifiés par des numéros à deux chiffres ou plus, dans le
cadre d’une codification décimale. * 30 Stocks de marchandises ;

Section 2 * 31 Matières premières et fournitures ;


Cadre comptable obligatoire * 32 Autres approvisionnements ;
312-1. Un résumé du plan de comptes, présentant pour
* 33 En cours de production de biens ;
chaque classe la liste des comptes à deux chiffres,
constitue le cadre comptable dont l’application est * 34 En cours de production de services ;
obligatoire pour toutes les entités quelle que soit leur
activité et quelle que soit leur taille sauf dispositions * 35 Stocks de produits ;
spécifiques les concernant. A l’intérieur de ce cadre, les
entités ont la possibilité d’ouvrir toutes les subdivisions * 36 Stocks provenant d’immobilisations ;
nécessaires pour répondre à leurs besoins.
* 37 Stocks à l’extérieur (en cours de route, en dépôt ou
Une nomenclature de comptes à trois chiffres ou plus consignation) ;
est également proposée.
* 38 Achats stockés ;
312-2. Les opérations relatives au bilan sont réparties en
cinq classes de comptes qualifiées de comptes de bilan. * 39 Pertes de valeur sur stocks et encours.

Le cadre comptable de ces comptes de bilan est le Classe 4 Comptes de tiers


suivant :
* 40 Fournisseurs et comptes rattachés ;
Classe 1 Comptes de capitaux
* 41 Clients et comptes rattachés ;
* 10 Capital, réserves et assimilées ;
* 42 Personnel et comptes rattachés ;
* 11 Report à nouveau ;
* 12 Résultat de l’exercice ; * 43 Organismes sociaux et comptes rattachés
* 13 Produits et charges différés - hors cycle * 44 Etat, collectivités publiques, organismes
d’exploitation ; internationaux et comptes rattachés ;
* 14 Disponible ; * 45 Groupe et associés ;
* 15 Provisions pour charges - passifs non courants ;
* 46 Débiteurs divers et créditeurs divers ;
* 16 Emprunts et dettes assimilés ;
* 47 Comptes transitoires ou d’attente ;
* 17 Dettes rattachées à des participations ;
* 18 Comptes de liaison des établissements et sociétés * 48 Charges ou produits constatés d’avance et
en participation ; provisions ;

* 19 (disponible). * 49 Pertes de valeur sur comptes de tiers.


40 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Classe 5 Comptes financiers NOMENCLATURE


* 50 Valeurs mobilières de placement ; DES COMPTES A TROIS CHIFFRES
* 51 Banques, établissements financiers et assimilés ; 1 - CLASSE 1 - COMPTES DE CAPITAUX
* 52 Instruments financiers dérivés ;
* 53 Caisse ; 10 Capital, réserves et assimilés
* 54 Régies d’avances et accréditifs ; 101 Capital émis ou capital social ou fonds de dotation,
ou fonds d’exploitation
* 55 (disponible) ;
* 56 (disponible) ; 103 Primes liées au capital social
* 57 (disponible) ; 104 Ecart d’évaluation
* 58 Virements internes ; 105 Ecart de réévaluation
* 59 Pertes de valeur sur actifs financiers courants. 106 Réserves (légale, statutaire, ordinaire, réglementée)

312-3. Les opérations relatives au compte de résultat 107 Ecart d'équivalence


(présentation par nature de charges) sont réparties en deux 108 Compte de l'exploitant
classes de comptes qualifiées de comptes de gestion.
109 Capital souscrit non appelé
Le cadre comptable de ces comptes de gestion par
nature est le suivant : 11 Report à nouveau
Classe 6 Comptes de charges 12 Résultat de l'exercice
* 60 Achats consommés ; 13 Produits et charges différés - hors cycle
* 61 Services extérieurs ; d’exploitation
* 62 Autres services extérieurs ; 131 Subventions d’équipement
* 63 Charges de personnel ; 132 Autres subventions d’investissements
* 64 Impôts, taxes et versements assimilés ; 133 Impôts différés actif
* 65 Autres charges opérationnelles ; 134 Impôts différés passif
* 66 Charges financières ; 138 Autres produits et charges différés
* 67 Eléments extraordinaires (charges) ; 14 (Disponible)
* 68 Dotations aux amortissements, provisions et pertes
de valeur ; 15 Provisions pour charges - passifs non courants
* 69 Impôts sur les résultats et assimilés. 153 Provisions pour pensions et obligations similaires
155 Provisions pour impôts
Classe 7 Comptes de produits
156 Provisions pour renouvellement des immobilisations
* 70 Ventes de marchandises, de produits fabriqués (concession)
de prestations de services et produits annexes ;
158 Autres provisions pour charges - passifs non courants
* 72 Production stockée ou déstockée ;
* 73 Production immobilisée ; 16 Emprunts et dettes assimilés
* 74 Subventions d’exploitation ; 161 Titres participatifs
* 75 Autres produits opérationnels ; 162 Emprunts obligataires convertibles
* 76 Produits financiers 163 Autres emprunts obligataires
* 77 Eléments extraordinaires (produits) ; 164 Emprunts auprès des établissements de crédit
* 78 Reprises sur pertes de valeur et provisions ; 165 Dépôts et cautionnements reçus
* 79 (disponible).
167 Dettes sur contrat de location-financement
312.3. Les classes 0, 8 et 9 non utilisées au niveau du 168 Autres emprunts et dettes assimilés
cadre comptable sont utilisées librement par les entités
pour le suivi de leur comptabilité de gestion, de leurs 169 Primes de remboursement des obligations
engagements financiers hors bilan, ou d’éventuelles 17 Dettes rattachées à des participations
opérations particulières qui n’auraient pas leur place dans
les comptes des classes 1 à 7. 171 Dettes rattachées à des participations groupe

Un suivi permanent des engagements financiers hors 172 Dettes rattachées à des participations hors groupe
bilan constitue une obligation ; la situation de ces 173 Dettes rattachées à des sociétés en participation
engagements en fin de période figure dans l’annexe des
états financiers. 178 Autres dettes rattachées à des participations
28 Rabie El Aouel 1430 41
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

18 Comptes de liaison des établissements et sociétés 27 Autres immobilisations financières


en participation
271 Titres immobilisés autres que les titres immobilisés
181 Comptes de liaison entre établissements de l'activité de portefeuille
188 Comptes de liaison entre sociétés en participation 272 Titres représentatifs de droit de créance (obligations,
bons)
19 (Disponible)
273 Titres immobilisés de l'activité de portefeuille
2 - CLASSE 2 - COMPTES D'IMMOBILISATIONS
274 Prêts et créances sur contrat de location -
financement
20 Immobilisations incorporelles
203 Frais de développement immobilisables 275 Dépôts et cautionnements versés
204 Logiciels informatiques et assimilés 276 Autres créances immobilisées
205 Concessions et droits similaires, brevets, licences, 279 Versements restant à effectuer sur titres
marques immobilisés non libérés
207 Ecart d’acquisition
28 Amortissement des immobilisations
208 Autres immobilisations incorporelles
280 Amortissement des immobilisations incorporelles
21 Immobilisations corporelles 2803 Amortissement des frais de recherche et
211 Terrains développement immobilisables
212 Agencements et aménagements de terrain 2804 Amortissement des logiciels informatiques et
213 Constructions assimilés
215 Installations techniques, matériel et outillage 2805 Amortissement concessions et droits similaires,
industriels brevets, licences, marques
218 Autres immobilisations corporelles 2807 Amortissement écart d’acquisition (goodwill)
22 Immobilisations en concession 2808 Amortissement autres immobilisations incorporelles
221 Terrains en concession 281 Amortissement des immobilisations corporelles
222 Agencements et aménagements de terrain en 2812 Amortissement agencements et aménagements de
concession terrain
223 Constructions en concession 2813 Amortissement constructions
225 Installations techniques en concession
2815 Amortissement installations techniques
228 Autres immobilisations corporelles en concession
2818 Amortissement autres immobilisations corporelles
229 Droits du concédant
282 Amortissement des immobilisations mises en
23 Immobilisations en cours concession
232 Immobilisations corporelles en cours
29 Pertes de valeur sur immobilisations
237 Immobilisations incorporelles en cours
238 Avances et acomptes versés sur commandes 290 Pertes de valeur sur immobilisations incorporelles
d'immobilisations 2903 Pertes de valeur sur frais de recherche et
développement immobilisables
24 (disponible)
2904 Pertes de valeur sur logiciels informatiques et
25 (disponible) assimilés
26 Participations et créances rattachées à des 2905 Pertes de valeur sur concessions et droits
participations similaires, brevets, licences, marques
261 Titres de filiales 2907 Pertes de valeur sur écart d’acquisition
262 Autres titres de participation
2908 Pertes de valeur sur autres immobilisations
265 Titres de participation évalués par équivalence incorporelles
(entreprises associées)
291 Pertes de valeur sur immobilisations corporelles
266 Créances rattachées à des participations groupe
2912 Pertes de valeur sur agencements et
267 Créances rattachées à des participations hors groupe
aménagements de terrain
268 Créances rattachées à des sociétés en participation
2913 Pertes de valeur sur constructions
269 Versements restant à effectuer sur titres de
participation non libérés 2915 Pertes de valeur sur installations techniques
42 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

2918 Pertes de valeur sur autres immobilisations 4 - CLASSE 4 - COMPTES DE TIERS


corporelles
292 Pertes de valeur sur immobilisations mises en 40 Fournisseurs et comptes rattachés
concession 401 Fournisseurs de stocks et services
293 Pertes de valeur sur immobilisations encours
403 Fournisseurs, effets à payer
296 Pertes de valeur sur participations et créances
rattachées à participations 404 Fournisseurs d'immobilisations
297 Pertes de valeur sur autres titres immobilisés 405 Fournisseurs d'immobilisations, effets à payer
298 Pertes de valeur sur autres actifs financiers 408 Fournisseurs factures non parvenues
immobilisés
409 Fournisseurs - débiteurs : avances et acomptes
3 - CLASSE 3 - COMPTES DE STOCKS ET versés, RRR à obtenir, autres créances
ENCOURS
41 Clients et comptes rattachés
30 Stocks de marchandises
411 Clients
31 Matières premières et fournitures
413 Clients, effets à recevoir
32 Autres approvisionnements
416 Clients douteux
321 Matières consommables
417 Créances sur travaux ou prestations en cours
322 Fournitures consommables
326 Emballages 418 Clients - produits non encore facturés
419 Clients créditeurs, avances reçues, RRR à accorder
33 En cours de production de biens et autres avoirs à établir
331 Produits en cours
335 Travaux en cours 42 Personnel et comptes rattachés
421 Personnel, rémunérations dues
34 Encours de production de services
422 Fonds des œuvres sociales
341 Etudes en cours
345 Prestations de services en cours 423 Participation des salariés au résultat
425 Personnel, avances et acomptes accordés
35 Stocks de produits
351 Produits intermédiaires 426 Personnel, dépôts reçus

355 Produits finis 427 Personnel, oppositions sur salaires


358 Produits résiduels ou matières de récupération 428 Personnel, charges à payer et produits à recevoir
(déchets, rebuts)
43 Organismes sociaux et comptes rattachés
36 Stocks provenant d’immobilisations
431 Sécurité sociale
37 Stocks à l'extérieur (en cours de route, en dépôt
ou en consignation) 432 Autres organismes sociaux
38 Achats stockés 438 Organismes sociaux, charges à payer et produits à
recevoir
380 Marchandises stockées
381 Matières premières et fournitures stockées 44 Etat, collectivités publiques, organismes
internationaux et comptes rattachés
382 Autres approvisionnements stockés
441 Etat et autres collectivités publiques, subventions à
39 Pertes de valeur sur stocks et encours recevoir
390 Pertes de valeur sur stocks de marchandises 442 Etat, impôts et taxes recouvrables sur des tiers
391 Pertes de valeur sur matières premières et 443 Opérations particulières avec l'Etat et les
fournitures
collectivités publiques
392 Pertes de valeur sur autres approvisionnements
444 Etat, impôts sur les résultats
393 Pertes de valeur sur en-cours de production de
biens 445 Etat, taxes sur le chiffre d'affaires
394 Pertes de valeur sur en-cours de production de 446 Organismes internationaux
services
447 Autres impôts, taxes et versements assimilés
395 Pertes de valeur sur stocks de produits
448 Etat, charges à payer et produits à recevoir
397 Pertes de valeur sur stocks à l'extérieur (hors impôts)
28 Rabie El Aouel 1430 43
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

45 Groupe et associés 51 Banque, établissements financiers et assimilés


451 Opérations groupe 511 Valeurs à l'encaissement
512 Banques comptes courants
455 Associés, comptes courants
515 Trésor public et établissements publics
456 Associés, opérations sur le capital 517 Autres organismes financiers
457 Associés, dividendes à payer 518 Intérêts courus
458 Associés, opérations faites en commun ou en 519 Concours bancaires courants
groupement 52 Instruments financiers dérivés
46 Débiteurs divers et créditeurs divers 53 Caisse
54 Régies d'avances et accréditifs
462 Créances sur cessions d'immobilisations
541 Régies d’avances
464 Dettes sur acquisitions valeurs mobilières de
542 Accréditifs
placement et instruments financiers dérivés
55 (Disponible)
465 Créances sur cessions valeurs mobilières de
placement et instruments financiers dérivés 56 (Disponible)
57 (Disponible)
467 Autres comptes débiteurs ou créditeurs
58 Virements internes
468 Diverses charges à payer et produits à recevoir
581 Virements de fonds
47 Comptes transitoires ou d'attente 588 Autres virements internes
48 Charges ou produits constatés d'avance et 59 Pertes de valeur sur actifs financiers courants
provisions
591 Pertes de valeur sur valeurs en banque et
481 Provisions, passifs courants établissements financiers

486 Charges constatées d'avance 594 Pertes de valeurs sur régies d'avances et accréditifs

487 Produits constatés d'avance 6 - CLASSE 6 - COMPTES DE CHARGES

49 Pertes de valeur sur comptes de tiers 60 Achats consommés

491 Pertes de valeur sur comptes de clients 600 Achats de marchandises vendues
601 Matières premières
495 Pertes de valeur sur comptes du groupe et sur
associés 602 Autres approvisionnements
603 Variations des stocks
496 Pertes de valeur sur comptes de débiteurs divers
604 Achats d'études et de prestations de services
498 Pertes de valeur sur autres comptes de tiers 605 Achats de matériels, équipements et travaux
607 Achats non stockés de matières et fournitures
5 - CLASSE 5 - COMPTES FINANCIERS
608 Frais accessoires d'achat
50 Valeurs mobilières de placement 609 Rabais, remises, ristournes obtenus sur achats
501 Part dans des entreprises liées 61 Services extérieurs
502 Actions propres 611 Sous-traitance générale
503 Autres actions ou titres conférant un droit de 613 Locations
propriété 614 Charges locatives et charges de copropriété
506 Obligations, bons du Trésor et bons de caisse à 615 Entretien, réparations et maintenance
court terme 616 Primes d'assurances
508 Autres valeurs mobilières de placement et créances 617 Etudes et recherches
assimilées 618 Documentation et divers
509 Versements restant à effectuer sur valeurs 619 Rabais, remises, ristournes obtenus sur services
mobilières de placement non libérées extérieurs
44 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

62 Autres services extérieurs 67 Eléments extraordinaires (charges)


621 Personnel extérieur à l'entreprise 68 Dotations aux amortissements, provisions et
622 Rémunérations d'intermédiaires et honoraires pertes de valeur
623 Publicité, publication, relations publiques 681 Dotations aux amortissements, provisions et pertes
de valeur, actifs non courants
624 Transports de biens et transport collectif du
personnel 682 Dotations aux amortissements, provisions et pertes
625 Déplacements, missions et réceptions de valeur des biens mis en concession
626 Frais postaux et de télécommunications 685 Dotations aux amortissements, provisions et pertes
627 Services bancaires et assimilés de valeur, actifs courants

628 Cotisations et divers 686 Dotations aux amortissements, provisions et pertes


de valeur, éléments financiers
629 Rabais, remises, ristournes obtenus sur autres
services extérieurs 69 Impôts sur les résultats et assimilés
63 Charges de personnel 692 Imposition différée actif
631 Rémunérations du personnel
693 Imposition différée passif
634 Rémunérations de l'exploitant individuel
695 Impôts sur les bénéfices basés sur le résultat des
635 Cotisations aux organismes sociaux
activités ordinaires
636 Charges sociales de l'exploitant individuel
698 Autres impôts sur les résultats
637 Autres charges sociales
638 Autres charges de personnel
7 - CLASSE 7 - COMPTES DE PRODUITS
64 Impôts, taxes et versements assimilés
70 Ventes de marchandises et de produits fabriqués,
641 Impôts, taxes et versements assimilés sur
ventes de prestations de service et produits annexes
rémunérations
642 Impôts et taxes non récupérables sur chiffre 700 Ventes de marchandises
d’affaires
701 Ventes de produits finis
645 Autres impôts et taxes (hors impôts sur les
résultats) 702 Ventes de produits intermédiaires

65 Autres charges opérationnelles 703 Ventes de produits résiduels


651 Redevances pour concessions, brevets, licences, 704 Vente de travaux
logiciels, droits et valeurs similaires
705 Vente d'études
652 Moins-values sur sortie d'actifs immobilisés non
financiers 706 Autres prestations de services
653 Jetons de présence 708 Produits des activités annexes
654 Pertes sur créances irrécouvrables
709 Rabais, remises et ristournes accordés
655 Quote-part de résultat sur opérations faites en
commun 72 Production stockée ou déstockée
656 Amendes et pénalités, subventions accordées, dons
et libéralités 723 Variation de stocks d'encours

657 Charges exceptionnelles de gestion courante 724 Variation de stocks de produits


658 Autres charges de gestion courante
73 Production immobilisée
66 Charges financières
661 Charges d'intérêts 731 Production immobilisée d'actifs incorporels
664 Pertes sur créances liées a des participations 732 Production immobilisée d'actifs corporels
665 Ecart d’évaluation sur actifs financiers -
moins-values
74 Subventions d’exploitation
666 Pertes de change
741 Subvention d'équilibre
667 Pertes nettes sur cessions d’actifs financiers
668 Autres charges financières 748 Autres subventions d'exploitation
28 Rabie El Aouel 1430 45
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

75 Autres produits opérationnels Comptes à l’usage de l’exploitant individuel


751 Redevances pour concessions, brevets, licences,
logiciels et valeurs similaires Le sous-compte 101 « fonds d’exploitation » enregistre
à son crédit :
752 Plus-values sur sorties d’actifs immobilisés non
financiers — la valeur des apports de l’entrepreneur au début ou
753 Jetons de présence et rémunérations d'administrateurs en cours d’activité ;
ou de gérants — à la clôture de l’exercice, le solde éventuellement
754 Quotes-parts de subventions d’investissement créditeur du compte 108 « compte de l’exploitant ».
virées au résultat de l’exercice
755 Quote-part de résultat sur opérations faites en Il enregistre à son débit :
commun — à la clôture de l’exercice, le solde débiteur du
756 Rentrées sur créances amorties compte 108 « compte de l’exploitant ».
757 Produits exceptionnels sur opérations de gestion
Les transactions effectuées au cours de l’exercice entre
758 Autres produits de gestion courante l’entité et l’exploitant (retraits personnels, paiements pour
compte, résultat de l’exercice n-1…) ainsi, le cas échéant,
76 Produits financiers que la rémunération « normale » de l’exploitant
761 Produits des participations attachée à son travail, sont enregistrées dans le compte
762 Revenus des actifs financiers 108 « compte de l’exploitant ».
763 Revenus de créances A la clôture de l’exercice, pour l’établissement des états
765 Ecart d’évaluation sur actifs financiers, plus-values financiers, le solde de ce compte est viré au compte
766 Gains de change « fonds d’exploitation ».
767 Profits nets sur cessions d’actifs financiers Comptes à l’usage des sociétés
768 Autres produits financiers
Dans les sociétés privées, le capital émis représente la
77 Eléments extraordinaires (produits) valeur nominale des actions ou des parts sociales.
78 Reprises sur pertes de valeur et provisions Dans les sociétés publiques, le capital émis représente
781 Reprises d'exploitation sur pertes de valeur et la contrepartie des apports en nature ou en espèces
provisions - actifs non courants effectués par l’Etat ou les collectivités publiques et dont
785 Reprises d'exploitation sur pertes de valeur et le remboursement n’est pas prévu par une convention.
provisions - actifs courants
Le sous- compte « capital social » enregistre à son
786 Reprises financières sur pertes de valeur et crédit le montant du capital figurant dans l’acte de société.
provisions
Il retrace l’évolution de ce montant au cours de la vie de
79 (Disponible) la société suivant les décisions des organes compétents.
CHAPITRE II
Le capital émis est crédité lors d’une augmentation de
FONCTIONNEMENT DES COMPTES capital :
CLASSE 1 — du montant des apports en espèces ou en nature
COMPTES DE CAPITAUX effectués par les associés (sous déduction des primes liées
au capital social, celles-ci étant enregistrées au crédit
10. CAPITAL, RESERVES ET ASSIMILES d’une subdivision distincte « primes liées au capital
Ce compte est subdivisé en sous comptes ; ces social » : primes d’émission, de fusion, d’apport, de
sous-comptes peuvent différer selon la forme juridique conversion d’obligations en actions… ;
sous laquelle s’exerce l’activité de l’entité : — du montant des réserves incorporées au capital par
— 101 Capital émis ou capital social ou fonds de décision des actionnaires ou associés.
dotation ou fonds d’exploitation,
Il est débité des réductions de capital, quelle qu’en soit
— 103 Primes liées au capital social,
la cause (absorption des pertes, remboursement aux
— 104 Ecart d’évaluation, associés, …).
— 105 Ecart de réévaluation,
En cas d’appel fractionné du capital social, la
— 106 Réserves ( légale, statutaire, ordinaire, quote-part non appelée est inscrite au crédit du compte
réglementée), 101 « capital émis » par le débit du compte 109
— 107 Ecart d’équivalence, « capital souscrit non appelé ».
— 108 Compte de l’exploitant Le compte 109 « capital souscrit non appelé » est
Le libellé du compte 101 doit être adapté au statut crédité par le débit du compte 456 « associés, opérations
juridique de l’entité. sur le capital » lors de l’appel de capital.
46 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Le solde débiteur du compte « capital souscrit non 12. RESULTAT DE L’EXERCICE


appelé » représente la créance de la société sur les
associés. Le compte 12 enregistre pour solde les comptes de
charges et les comptes de produits de l’exercice. Le solde
Les réserves sont inscrites au crédit du compte 106 du compte 12 représente un bénéfice (ou excédent) si les
« réserves (légale, statutaire, ordinaire, réglementée) ». produits sont d’un montant supérieur aux charges (solde
créditeur) ou une perte (ou déficit) dans le cas contraire
Ce sont, en principe, des bénéfices affectés durablement à
(solde débiteur).
l’entité jusqu’à décision contraire des organes compétents.
Dans les sociétés, le compte 12 est soldé selon la
Le compte 106 est débité des incorporations au capital, décision juridique d’affectation du résultat prise par
des distributions aux associés, des prélèvements pour l’organe compétent.
l’amortissement des pertes…
Dans les entreprises individuelles, le compte 12 est viré
au compte « capital individuel » (compte 10) au premier
Le compte 107 « écart d’équivalence » enregistre l’écart
jour de l’ouverture de l’exercice qui suit celui de sa
constaté lorsque la valeur globale des titres évalués par
réalisation.
équivalence est supérieure à leur prix d’acquisition.
13. PRODUITS ET CHARGES DIFFERES - HORS
En effet, dans le cadre de l’établissement de comptes CYCLE D’EXPLOITATION
consolidés, les participations dans les entités associées
sont comptabilisées selon la méthode de mise en Sont enregistrés distinctement au crédit de ce compte :
équivalence. Cette méthode conduit à substituer à la Les subventions d’équipement (131)
valeur comptable des titres (qui correspond normalement
au prix d’acquisition de ces titres) la part que ces titres Les autres subventions d’investissements (132)
représentent dans les capitaux propres et le résultat de Les impôts différés actif (133)
l’entité associée. Les impôts différés passif (134)
L’écart dégagé lors de ce retraitement est enregistré en Les autres produits et charges différés (138).
réserves consolidées (compte 107 écart d’équivalence) La comptabilisation d’une opération en produits ou en
pour la part correspondant aux capitaux propres, et en charges ne peut être différée qu’en application du principe
résultat consolidé pour la part correspondant au résultat. de rattachement des charges aux produits. Ainsi une
charge non liée de façon certaine à un produit futur
Le compte 109 « capital souscrit non appelé » est identifiable doit être comptabilisée en tant que charge dès
débité en contrepartie du compte 101 « capital émis » lors sa survenance et un produit non lié de façon certaine à
de la souscription. Il est crédité au fur et à mesure des une charge future identifiable doit être enregistré en
appels de fonds par le débit du compte 456 « associés, produit dès sa survenance.
opérations sur le capital ».
Subventions d’équipement - Autres subventions
* Comptes à l’usage des entités autres que les d’investissement :
sociétés et l’exploitant individuel.
Les subventions d’équipement sont des subventions
dont bénéficie l’entité en vue d’acquérir ou de créer des
Le compte 101 « fonds de dotation » enregistre le
biens déterminés.
fonds de dotation de l’Etat, des collectivités publiques ou
d’autres organes assimilés. Ces comptes sont crédités du montant de la subvention
acquise par le débit d’un compte.
* Comptes à l’usage de toutes les entités
— classe 2, lorsque la subvention correspond à un
transfert gratuit d’immobilisations à l’entité ;
Le compte 104 « écart d’évaluation » enregistre le
solde des profits et pertes non enregistrés en résultat et — classe 4, compte de tiers (financement en attente),
résultant de l’évaluation à leur juste valeur de certains lorsque la subvention donne lieu à un mouvement
éléments du bilan, conformément à la réglementation. financier.
Les autres subventions d’investissement correspondent
Le compte 105 « écart de réévaluation » enregistre à des subventions dont bénéficie l’entité pour financer ses
les plus-values de réévaluation constatées sur les activités à long terme : implantation à l’étranger,
immobilisations faisant l’objet d’une réévaluation dans les prospection d’un nouveau marché.
conditions réglementaires.
Les subventions d’investissement font l’objet d'une
11. REPORT A NOUVEAU reprise annuelle selon les modalités prévues par le présent
système comptable.
La partie du résultat (bénéficiaire ou déficitaire) dont Les subventions d’investissement sont comptabilisées
l’affectation a été renvoyée par l’assemblée générale à une en produits (sous-compte 75, autres produits
décision d’affectation définitive ultérieure s’enregistre au opérationnels) au même rythme que les coûts auxquels
compte 11 « report à nouveau » (solde créditeur en cas elles sont rattachées et qu’elles sont censées compenser.
de report à nouveau bénéficiaire, solde débiteur en cas de Ces coûts correspondent pour les immobilisations
report à nouveau déficitaire). amortissables au montant de l’amortissement.
28 Rabie El Aouel 1430 47
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

La comptabilisation en produits d’une subvention 15. PROVISIONS POUR CHARGES - PASSIFS


d’investissement finançant une immobilisation non NON COURANTS
amortissable est étalée sur la durée pendant laquelle
l’immobilisation est inaliénable. Seul figure au passif du Sont enregistrées distinctement au crédit de ce compte :
bilan le montant net de la subvention non encore inscrit au — les provisions pour charges ;
compte de résultat.
— les provisions pour pensions et obligations similaires
(engagements de retraite).
Impôts différés actifs - Impôts différés passifs :
Lors de la constitution d’une provision pour charges, le
Les comptes « impôts différés » sont destinés à compte de provisions est crédité par le débit d’un compte
recevoir le montant calculé d’impôt différé. Ils de dotations soit d’exploitation, soit financières.
enregistrent les impositions différées actives et passives
déterminées à chaque clôture d'exercice sur la base de la Lors de la survenance de la charge, la provision
réglementation fiscale en vigueur à la date de clôture, sans antérieurement constituée est soldée par imputation
calcul d'actualisation, et résultant : directe des coûts correspondant à la charge. L’excédent
éventuel du montant de la provision fait l’objet d’une
— d'un décalage temporaire entre la constatation d'un annulation par le crédit d’un compte de reprise (78).
produit ou d'une charge en comptabilité et sa prise en
compte dans la base fiscale ; Le compte de provision est réajusté, en tout état de
cause, à la fin de chaque exercice par :
— de déficits fiscaux ou de crédits d'impôts reportables
dans la mesure où leurs imputations sur des bénéfices — le débit des comptes de dotations correspondants,
lorsque le montant de la provision est augmenté ;
fiscaux ou des impôts futurs est probable ;
— le crédit d’un compte 78 de reprise (produit), de
— des éliminations et retraitements effectués dans le même niveau que celui utilisé pour la dotation, lorsque le
cadre de l'élaboration d'états financiers consolidés. montant de la provision est diminué ou annulé (provision
devenue, en tout ou partie, sans objet).
Les impôts différés correspondant à chaque catégorie de
différences temporelles ou à chaque catégorie de pertes Le compte 153 « provisions pour pensions et
fiscales ou de crédits d'impôt non utilisés, sont enregistrés obligations similaires » enregistre le montant des
distinctement. engagements de l’entité en matière de pension, de
compléments de retraite, d’indemnités et d’allocations en
Une compensation est possible au niveau de la raison du départ à la retraite ou d’avantages similaires des
présentation du bilan et du compte de résultat uniquement membres de son personnel et de ses associés et
lorsque : mandataires sociaux.

La comptabilisation de ces régimes de pensions,


— les débits et les crédits relèvent de la même
retraites ou assimilés à prestations définies implique pour
administration fiscale pour la même entité imposable ;
l’entité :
— il existe un droit juridiquement exécutoire de — d’utiliser des techniques actuarielles pour estimer de
compenser compte tenu de la nature et de l'origine de façon fiable le montant des avantages accumulés par les
l'impôt concerné. membres du personnel en contrepartie des services rendus
pendant l’exercice et les exercices antérieurs. Par
Le compte 133 « impôts différés actif » est débité conséquent des estimations doivent être faites sur les
par le crédit du compte 692 « impositions différées actif » variables démographiques (mortalité et rotation du
pour les montants d’impôts sur les résultats recouvrables personnel) et financières (augmentations futures des
au cours d’exercices futurs (cas d’une charge salaires et des coûts médicaux) ;
comptabilisée dans l’exercice et dont la déductibilité sur le — de déterminer la valeur actualisée de ces avantages
plan fiscal se fera au cours d’exercices futurs). dus au personnel et assimilés.

Le compte 134 « impôts différés passif » est crédité Cependant des estimations ou moyennes et des calculs
par le débit du compte 693 « imposition différée simplifiés peuvent fournir une approximation fiable de
passif » ou d’un compte de capitaux propres, selon le cas, ces engagements à faire figurer au passif.
pour les montants d’impôts payables au cours d’exercices Le compte 156 « provisions pour renouvellement des
futurs (cas d’un produit comptabilisé mais imposable sur immobilisations » est destiné à recevoir les provisions
les exercices futurs). constituées par les entités concessionnaires qui, en vertu
d’obligations contractuelles, sont tenues de renouveler ou
A chaque fin d’exercice, les impôts différés actifs et de remettre en état les immobilisations figurant dans la
passifs sont réajustés en contrepartie des mêmes concession avant de les transférer en fin de contrat au
comptes. concédant ou à un tiers.
48 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

16. EMPRUNTS ET DETTES ASSIMILES Lors de la constatation initiale de l’emprunt, le montant


17. DETTES RATTACHEES A DES effectivement encaissé, déduction faite des frais
PARTICIPATIONS d’émission et autres charges supportées, est enregistré
dans un compte de trésorerie ; en contrepartie :
Spécificité commune à ces deux catégories de — le montant contractuel à payer effectivement est
comptes : enregistré dans une subdivision du compte 16 emprunts ;
Ces comptes n’enregistrent que des opérations
financières (les opérations commerciales ne doivent pas y — la différence entre le montant de l’emprunt actualisé
figurer). Ils figurent au passif du bilan, en distinguant : aux taux d’intérêt du marché ou du taux d’intérêt effectif,
et le montant de l’emprunt à payer est enregistrée dans
— les opérations qui relèvent des passifs courants et une subdivision du compte 16 emprunts concernés. Cette
celles qui relèvent des passifs non courants ; différence positive ou négative, constitue une prime de
— les opérations portant intérêts et celles ne portant remboursement à amortir sur la durée de l’emprunt ;
pas intérêts.
— la différence entre le montant de l’emprunt actualisé
Ces comptes peuvent également être subdivisés, sur et le montant de l’emprunt encaissé est enregistré en
l’initiative de l’entité, en distinguant : charges ou en produits.
— les opérations effectuées en Algérie et celles Lors du remboursement de l’emprunt, le compte
réalisées à l’étranger ; emprunt concerné est débité du montant payé en principal
— les opérations réalisées en monnaie nationale et et le compte « prime de remboursement rattaché » est
celles réalisées en devises. débité du montant des intérêts payés en contrepartie d’un
compte de trésorerie. Le compte « charges d’intérêt » est
A la clôture de l’exercice, les intérêts courus non échus
débité du montant des intérêts résultant de l’actualisation
relatifs aux emprunts sont inscrits dans des subdivisions
de chacun des comptes de dettes concernés. de l’emprunt par le crédit du compte « prime de
remboursement ».
Compte 16 emprunts et dettes assimilés
Les différences éventuelles générées par la modification
Les emprunts et assimilés sont comptabilisés ultérieure du taux d’intérêt du marché sont enregistrées en
initialement en tant que passifs financiers de l’entité à la charges ou en produits.
juste valeur de la contrepartie reçue après déduction des
frais d’émission et sans tenir compte des éventuelles La dette inscrite en contrepartie de la disposition d’un
primes d’émission ou de remboursement. actif pris par un contrat de location-financement ainsi que
Après leur comptabilisation initiale, l’entité évalue au les dépôts et cautionnements reçus figurent également
coût amorti tous les passifs financiers, à l’exception des dans des subdivisions de ce compte 16 « emprunts et
passifs détenus à des fins de transaction dont l’évaluation dettes assimilés ».
est effectuée à la juste valeur.
Un contrat de location-financement est comptabilisé
Le coût amorti d’un actif ou d’un passif financier est le chez le preneur comme un achat à crédit, conformément
montant auquel l’actif ou le passif financier a été évalué aux principes généraux suivants :
lors de sa comptabilisation initiale,
— enregistrement du bien en immobilisation à l’actif du
— diminué des remboursements en principal,
bilan (compte 21) ;
— majoré ou diminué de l’amortissement cumulé de
— comptabilisation de l’emprunt correspondant au
toute différence entre ce montant initial et le montant à
l’échéance, passif du bilan (compte 167), conformément aux règles
générales de comptabilisation d’un emprunt
— et diminué éventuellement de toute réduction pour (comptabilisation initiale à sa juste valeur, ou à la valeur
dépréciation (perte de valeur) ou non recouvrabilité. actualisée des décaissements futurs, et comptabilisation à
chaque clôture d’exercice au coût amorti) ;
Ainsi les primes d’émission et de remboursement ainsi
que les frais sur emprunts sont comptabilisés au compte — comptabilisation d’une charge financière et d’un
emprunt correspondant de manière progressive sur la remboursement progressif de l’emprunt ;
durée de l’emprunt. Cet amortissement est déterminé — comptabilisation de l’amortissement de
selon un calcul actuariel et enregistré au débit d’un
l’immobilisation et, le cas échéant, de pertes de valeur ;
compte de dotation financière.
— constatation des impôts différés éventuels liés au
La méthode du taux d’intérêt effectif est une méthode
de calcul de l’amortissement de l’actif ou passif financier; retraitement des contrats.
le taux d’intérêt effectif est le taux qui actualise le flux
attendu des sorties de trésorerie futures jusqu’à Les méthodes de comptabilisation des contrats de
l’échéance, à la valeur comptable nette actuelle de l’actif location-financement sont précisées, ci-après, sous la
ou du passif financier. Il correspond au taux de rendement rubrique 21 - Immobilisations corporelles - Cas
interne de l’actif ou du passif financier concerné. particulier : les immobilisations en location-financement.
28 Rabie El Aouel 1430 49
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Compte 17 dettes rattachées à des participations Les autres éléments d’actif non courant incorporel
s’enregistrent directement dans des subdivisions du
Il est nécessaire de distinguer par des subdivisions compte 20 (en contrepartie des comptes de tiers ou des
spécifiques : comptes financiers) ;
— les dettes rattachées à des participations groupe — 205 « Concessions et droits similaires, brevets,
(filiales ou entités associées) ; licences, marques » ;
— les dettes rattachées à des participations hors groupe. — 208 « Autres immobilisations incorporelles ».

18. COMPTES DE LIAISON DES ETABLISSEMENTS Le compte 205 enregistre les concessions ou licences
ET SOCIETES EN PARTICIPATION. acquises dans le but de disposer d’un droit pendant la
durée du contrat : concession d’utilisation de marques,
Le compte 18 est à la disposition des entités pour licences d’exploitation de procédés par exemple.
recevoir, en cours d’exercice, les opérations effectuées
Les licences d’exploitation de logiciels informatiques et
entre établissements et avec des sociétés en participation.
assimilés font l’objet d’un enregistrement dans un compte
Il est obligatoirement soldé à la clôture de l’exercice.
particulier (compte 204).
Le compte 188 « comptes de liaison entre sociétés en
participation » est utilisé pour les opérations réalisées par Sortie d’une immobilisation incorporelle :
l’intermédiaire de sociétés en participation ou assimilés Les profits ou les pertes provenant de la mise hors
(groupements, « joint venture »…). service ou de la sortie d’une immobilisation incorporelle
sont déterminés par différence entre les produits de sortie
Le regroupement des comptes de la société en nets estimés et la valeur comptable de l’actif, et sont
participation dans la comptabilité du gérant responsable comptabilisés en produits ou en charges dans les
de la gestion des opérations est effectué par ce compte comptes 65 (subdivision moins-values sur sorties d’actifs
188. immobilisés non financiers) ou 75 (subdivision
plus-values sur sorties d’actifs immobilisés non
CLASSE 2 financiers).
COMPTES D’IMMOBILISATIONS
Ecart d’acquisition :
20. IMMOBILISATIONS INCORPORELLES ET
ECART D’ACQUISITION Le compte 207 enregistre les écarts d’acquisition
positifs ou négatifs résultant d’un regroupement
Immobilisations incorporelles générées en interne : d’entreprises dans le cadre d’une acquisition, d’une fusion
ou d’une consolidation. Ce compte peut être débiteur ou
Une subdivision du compte 20 (compte 203, « frais de créditeur et doit, quel que soit son solde, figurer au bilan à
développement immobilisables ») enregistre à son débit l’actif non courant.
les frais de développement inscrits à l’actif dans les
conditions fixées par la présente réglementation. L’écart d’acquisition est un actif non identifiable, et par
conséquent doit être distingué des immobilisations
Cet enregistrement à l’actif s’effectue en contrepartie incorporelles qui, par définition, sont des actifs
d’un compte 73 « production immobilisée d’actifs identifiables.
incorporels » (après enregistrement des coûts correspondant
à ces actifs dans les comptes de charge par nature de la Les pertes de valeur constatées à la suite d’un test de
même période). dépréciation sur un écart d’acquisition ne peuvent pas
faire l’objet de reprises ultérieures, contrairement aux
Les dépenses relatives à un élément incorporel qui ont pertes de valeur constatées sur les autres actifs.
été initialement comptabilisées en charges par l’entreprise
dans ses états financiers annuels antérieurs (ou ses 21. IMMOBILISATIONS CORPORELLES
rapports financiers antérieurs) ne peuvent pas être
incorporées dans le coût d’une immobilisation Les comptes d’immobilisations corporelles sont débités,
incorporelle à une date ultérieure. à la date d’entrée des actifs sous le contrôle de l’entité :
Autres immobilisations incorporelles : — de la valeur d’apport ;

Une subdivision du compte 20 « logiciels informatiques — du coût d’acquisition ;


et assimilés » (compte 204) est débitée : — du coût de production.
— du coût d’acquisition des licences se rapportant à Par le crédit, suivant le cas :
l’utilisation de logiciels en contrepartie des comptes de
tiers ou des comptes financiers ; — d’un compte « capital » (subdivision compte 10)
ou du compte « associés - opérations sur le capital »
— ou du coût de production des logiciels créés en (subdivision compte 45 groupe et associés) ;
contrepartie d’un compte « production immobilisée — d’un compte 40 « fournisseurs » ou autres comptes
d’actifs incorporels » (subdivision du compte 73) concernés ;
(après enregistrement des charges les concernant dans les
comptes par nature). — d’un compte 73 « production immobilisée ».
50 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Les éléments suivants peuvent être distingués s’ils sont Lors du paiement des redevances prévues au contrat, le
d’un montant significatif : montant de la redevance est enregistré au crédit d’un
— 211 terrains compte de trésorerie :
— 212 agencements et aménagements de terrain — par le débit du compte dettes sur contrat de
location-financement (sous-compte 167) pour la partie
— 213 constructions
remboursement en principal d’une part ;
— 215 installations techniques, matériel et outillage
industriels — par le débit d’un compte frais financiers pour la
partie, intérêts d’autre part.
— 218 autres immobilisations corporelles.
Par ailleurs, le bien est traité après sa comptabilisation
Et éventuellement : initiale comme les autres immobilisations de l’entité
— installations générales, agencements, aménagements ; amortissement sur la durée d’utilité, éventuellement
— matériels de transport ; constatation d’une perte de valeur.
— mobilier de bureau, matériels de bureau et matériels
Location-financement, levée de l’option d’achat
informatiques ;
— emballages récupérables. En fin de contrat,
Les profits ou les pertes provenant de la mise hors — si le preneur décide de conserver le bien et doit
service ou de la sortie d’une immobilisation corporelle pour cela verser une dernière échéance correspondant
sont déterminés par différence entre les produits de sortie contractuellement à la levée de l’option d’achat, le
nets estimés et la valeur comptable de l’actif, et sont montant de cette dernière échéance doit correspondre au
comptabilisés en produits ou en charges dans les comptes solde du compte de dettes sur contrat de location, et le
65 (subdivision moins-values sur sorties d’actifs paiement de cette échéance viendra solder ce compte de
immobilisés non financiers) ou 75 (subdivision dettes ;
plus-values sur sorties d’actifs immobilisés non
financières). — si le preneur ne lève pas l’option d’achat, le bien
revient au bailleur et est sorti de l’actif du preneur ; cette
Les immobilisations qui n’appartiennent pas sortie pour valeur nulle ne devrait pas entraîner de plus ou
juridiquement à l’entité mais qui néanmoins moins-value pour le preneur car la durée d’amortissement
correspondent à la définition d’un actif immobilisé telle
du bien aura été identique à la durée de location. Dans ce
qu’elle est précisée dans la présente réglementation
cas, le compte de dettes (167) correspondant est soldé par
doivent faire l’objet d’un enregistrement distinct dans des
subdivisions du compte 21 lorsque l’information ainsi le crédit du compte 78 reprises sur pertes de valeurs et
fournie est à la fois significative et pertinente. provisions.

Cas particulier : les immobilisations en Comptabilisation chez le bailleur :


location-financement
Le montant des biens mis en location-financement
Les immobilisations en location-financement qui ne
sont pas juridiquement propriété de l’entité mais qui figure chez le bailleur à l’actif dans un compte de
répondent à la définition d’un actif figurent en créances (immobilisations financières pour la partie à plus
immobilisations corporelles à l’actif du preneur, et en d’un an au compte 274 « prêts et créances sur
créances à l’actif du bailleur. contrats de location-financement », et non dans un compte
d’immobilisations corporelles, même si le bailleur
Comptabilisation chez le preneur : conserve la propriété du bien sur un plan juridique.
Le bien en location-financement figure à l’actif du Le montant de la créance est égal au montant de
preneur au montant le plus faible entre la juste valeur du l’investissement indiqué sur le contrat de location, ce
bien loué et la valeur actualisée des paiements minimaux montant correspondant en pratique à la juste valeur du
prévus au contrat (ces paiements minimaux incluant la
bien donné en location - financement.
valeur actualisée de rachat en fin de bail, si à la conclusion
du contrat il existe une certitude raisonnable que l’option
d’achat sera levée). Dans le cas d’un contrat de location-financement
consenti par un bailleur de fonds non-fabricant et
La valeur actualisée est déterminée au taux implicite du non-distributeur, ce montant est majoré des coûts directs
contrat, ou à défaut au taux d’intérêt d’endettement liés à la négociation et à la mise en place du contrat.
marginal du preneur.
Dès la prise de contrôle par le preneur, le bien est Le revenu financier (partie du loyer qui rémunère
enregistré : l’investissement du bailleur) est constaté en produit au fur
et à mesure des paiements des redevances par le preneur,
— au débit d’un compte d’immobilisation, sur la base d’un montant calculé au moyen d’une formule
— par le crédit d’un compte de dettes sur contrat de traduisant le taux de rentabilité global du contrat pour le
location-financement. bailleur (taux d’intérêt effectif global).
28 Rabie El Aouel 1430 51
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Ainsi chaque redevance perçue fait l’objet d’une Selon l’utilisation envisagée, le bien ainsi repris pourra
comptabilisation chez le bailleur : figurer dans les stocks du bailleur (en vue d’une
prochaine vente) ou dans ses immobilisations (si le
— au crédit d’un compte de produits financiers (compte
bailleur envisage d’utiliser lui-même le bien ou envisage
763 « revenus de créances ») ;
de le proposer en location simple à d’autres tiers).
— au crédit du compte de prêts concerné pour la partie
remboursement en capital (compte 274 « prêts et créances 22. IMMOBILISATIONS EN CONCESSION
sur contrats de location-financement ») ;
La concession de service public est définie comme un
— par le débit d’un compte de trésorerie. contrat par lequel une personne publique (concédant)
confie à une personne physique ou à une personne morale
Contrats de location-financement consentis par un (concessionnaire) l’exécution d’un service public, à ses
bailleur fabricant ou distributeur risques et périls, pour une durée déterminée et
généralement longue, et moyennant le droit de percevoir
Ce genre de contrat procure au bailleur deux types de des redevances sur les usagers du service public.
revenus :
Les règles comptables en matière de concession de
— le profit ou la perte résultant d’une vente simple ;
service public sont applicables aux contrats apparentés à
— un produit financier sur la durée de vie du bail. la concession tels que les contrats d’affermage.

La vente est comptabilisée suivant les règles habituelles Les opérations relatives à la concession sont
de l’entité pour une cession : enregistrement au crédit enregistrées dans la comptabilité du concessionnaire ;
d’un compte de produits sur vente (compte 70) par le débit cependant elles sont généralement dissociées des autres
d’un compte de tiers prêts et créances sur contrat de opérations du concessionnaire en fonction des clauses de
location-financement (compte 274). la convention ainsi que des besoins de gestion et
d’information.
Toutefois si les taux d’intérêt du contrat de
location sont sensiblement inférieurs aux taux du L’utilisation de sous-comptes spécifiques au niveau des
marché, le profit réalisé sur la vente sera limité au profit comptes de bilan comme au niveau des comptes de
que l’on obtiendrait si l’on facturait à un taux d’intérêt résultat permet le plus souvent cette dissociation.
commercial.
Les immobilisations incorporelles ou corporelles mises
Dans ce cas, le montant de la vente et de la créance est en concession par le concédant ou par le concessionnaire
comptabilisé pour la somme des valeurs actualisées au sont inscrites en compte 22, et sont éventuellement
taux d’intérêt commercial des paiements minimaux prévus ventilées dans les mêmes conditions que celles inscrites
au contrat augmenté éventuellement de la valeur aux comptes 20 et 21.
résiduelle du bien en fin de contrat (c'est-à-dire la valeur
actualisée de rachat en fin de bail prévue au contrat). Le compte 22 peut également faire l’objet pour des
raisons de gestion interne de subdivisions permettant de
Par ailleurs, contrairement aux règles applicables aux dissocier les immobilisations mises en concession par le
locations-financements consenties par un non-fabricant et concédant et les immobilisations mises en concession par
non-distributeur, les coûts directs initiaux engagés par le le concessionnaire.
bailleur fabricant ou distributeur pour la négociation et la
mise en place du contrat (commissions, honoraires…) La contrepartie de la valeur des actifs mis gratuitement
sont constatés en charges à la date de conclusion du dans la concession par le concédant est enregistrée au
contrat, sans possibilité d’étalement sur la durée du bail. crédit dans une subdivision du compte 229 « droits du
En effet, on considère que ces coûts sont liés à la concédant » et figure au passif du bilan (passif non
réalisation par le fabricant ou le distributeur d’un profit courant).
sur les ventes.
Le compte 229 est débité par le crédit du compte 282
Location-financement, levée de l’option d’achat “amortissement des immobilisations” mises en concession
au fur et à mesure des amortissements pratiqués. En fin de
En fin de contrat,
concession, le compte 229 aura pour solde la valeur
— si le preneur conserve le bien et verse une dernière comptable nette des immobilisations mises en
échéance correspondant à la levée de l’option d’achat, ce concession ; il sera soldé lors de la remise du bien au
paiement devra correspondre chez le bailleur au solde du concédant en contrepartie des comptes d’immobilisation
compte de créance concerné, et viendra donc solder ce et d’amortissement concernés.
compte.
23. IMMOBILISATIONS EN COURS
— si le preneur remet le bien au bailleur, le bailleur
enregistrera le bien à son actif en compte stock ou en Ces comptes ont pour objet de faire apparaître la valeur
compte immobilisation pour le montant de l’option des immobilisations non encore achevées à la fin de
d’achat non levée, montant devant correspondre au solde chaque exercice, ainsi que les avances et acomptes versés
de créance restant due par le preneur (ce compte créance par l’entité à des tiers en vue de l’acquisition d’une
sera ainsi soldé). immobilisation.
52 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Ces comptes sont soldés lorsque l’immobilisation est subdivision du même compte (compte 269) « versements
prête à être mise en service, avec pour contrepartie des restant à effectuer sur titres de participation non libérés »
comptes d’immobilisations (compte 21). pour la partie non appelée (cette dernière étant ensuite
soldée au fur et à mesure des montants appelés versés, en
Aucun amortissement n’est pratiqué sur des contrepartie des comptes financiers).
immobilisations en cours, mais une perte de valeur est
constatée si compte tenu des changements d’estimation En cas de cession des titres de participation, les plus ou
survenus au cours des travaux, la valeur recouvrable de moins-values dégagées sont enregistrées en produits ou en
l’immobilisation devient inférieure à sa valeur comptable. charges (subdivision des comptes 75 et 65).

Les immobilisations en cours se répartissent en deux 27. AUTRES IMMOBILISATIONS FINANCIERES


groupes :
Les autres immobilisations financières (compte 27)
— les immobilisations qui résultent de travaux de plus comprennent :
ou moins longue durée confiés à des tiers ;
— compte 271, les titres, autres que les titres de
— les immobilisations créées par les moyens propres de participation et que les titres immobilisés de l’activité de
l’entité. portefeuille, que l’entité n’a pas l’intention ou la
possibilité de revendre à bref délai, il peut s’agir de titres
a) Immobilisations acquises auprès des tiers : dont la détention durable est subie plus que voulue ;
Les immobilisations dont la réalisation est confiée à des — compte 272, les titres représentatifs de droit de
tiers et qui ne sont pas achevées à la fin de l’exercice sont créance telles que les parts de fonds commun de
inscrites en immobilisations en cours, en contrepartie des placement que l’entité a l’intention de conserver
comptes de tiers concernés (comptes classe 4), sur la base durablement ;
des factures ou des décomptes de travaux fournis par ces — compte 273, les titres immobilisés de l’activité de
tiers. portefeuille ; l’activité de portefeuille consiste pour une
entité à investir tout ou partie de ses actifs dans un
b) Immobilisations créées par les moyens propres de portefeuille de titres pour en retirer, à plus ou moins
l’entité : longue échéance, une rentabilité satisfaisante ; cette
Les immobilisations créées par les moyens propres de activité s’exerce sans intervention dans la gestion des
l’entité et non achevées à la fin de l’exercice sont entités dont les titres sont détenus ;
inscrites en immobilisations en cours en contrepartie d’un — compte 274, les prêts, qui correspondent à des fonds
compte 73 « production immobilisée » pour le coût de versés à des tiers en vertu de dispositions contractuelles
production des éléments en cours (après enregistrement par lesquelles l’entité s’engage à transmettre à des
des charges dans les comptes de charges personnes physiques ou morales l’usage de moyens de
correspondant, comptes classe 6). paiement pendant un certain temps. Les créances
correspondant aux locations à recevoir dans le cadre de
c) Avances et acomptes versés sur commandes contrat de location-financement sont assimilées à des
d’immobilisations : prêts ;
Les avances et acomptes versés à des tiers dans le cadre — compte 275, les dépôts et cautionnements qui
de l’acquisition d’immobilisations sont portés dans une constituent des créances également assimilables à des
subdivision du compte 23 « avances et acomptes versés prêts ;
sur commandes d’immobilisations ». — compte 276, les autres créances immobilisées, qui ne
peuvent pas être classées dans les catégories précédentes ;
Les entités ont également la faculté de comptabiliser en
cours d’exercice ces avances et acomptes dans une — compte 279, les versements à effectuer sur titres
subdivision du compte 40 intitulé « fournisseurs - immobilisés non libérés.
débiteurs : avances et acomptes versés, RRR à obtenir,
autres créances », à condition en fin d’exercice de virer Ces actifs financiers doivent être initialement évalués
ces avances et acomptes en compte 23 afin qu’ils au coût, qui est la juste valeur de la contrepartie donnée
apparaissent au bilan sous la rubrique immobilisations. ou reçue pour acquérir l’actif.
Après leur comptabilisation initiale, tous les actifs
26. PARTICIPATIONS ET CREANCES financiers doivent être réévalués à la juste valeur, à
RATTACHEES A DES PARTICIPATIONS l’exception des trois catégories d’actifs suivants qui
doivent être comptabilisés à leur coût amorti :
Ce compte 26 reçoit à son débit le coût d’acquisition
(ou la valeur d’apport) des titres de participation ainsi que — les prêts et créances émis par l’entité qui ne sont pas
les créances rattachées à ces titres. détenus à des fins de transaction,
— les autres placements à échéance fixée que l’entité a
En cas de titres dont la valeur nominale est
l’intention et la capacité de détenir jusqu’à leur échéance,
partiellement libérée, la valeur totale est portée au débit du
compte 26 - « participations et créances rattachées à des — et tout actif financier qui n’a pas de prix coté sur un
participations », en contrepartie du compte de tiers marché actif et dont la juste valeur ne peut être évaluée de
(ou du compte financier) pour la partie appelée, et d’une manière fiable.
28 Rabie El Aouel 1430 53
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

A la clôture de l’exercice, les intérêts courus non échus — l’ordre chronologique du cycle de production
sont inscrits dans des subdivisions appropriées aux (approvisionnements, en cours de production, production
comptes par nature. stockée, marchandises revendues en l’état) ;

Les remboursements en capital de l’ensemble de — la nature de l’actif stocké, qui fait l’objet d’une
ces dettes ou créances sont enregistrés au crédit de ventilation au sein de chaque entité selon ses besoins
chacun des comptes visés, en contrepartie des comptes internes de gestion.
financiers.
Au niveau comptable, on retient la distinction entre :
28. AMORTISSEMENTS DES IMMOBILISATIONS — les marchandises achetées en vue d’être revendues
Les amortissements des immobilisations sont en l’état (compte 30) ;
portés au crédit des comptes 28 « amortissement des — les matières premières et fournitures (compte 31)
immobilisations ». Ces comptes sont subdivisés selon achetées pour être transformées et entrant dans la
le même niveau de détail que les comptes principaux composition des produits traités ou fabriqués ;
(20 et 21) sur lesquels ils portent.
— les autres approvisionnements (compte 32), dont
En contrepartie, les dotations aux amortissements les matières consommables (321), les fournitures
sont enregistrées en charge au débit des comptes de consommables (compte 322) et les emballages
dotations. (compte 326), qui sont les substances et objets qui
concourent au traitement, à la fabrication ou à
En cas de cession, d’expropriation ou de disparition l’exploitation sans entrer dans la composition des produits
indemnisée ou non (mise au rebut) des éléments d’actifs, traités ou fabriqués ;
les comptes d’amortissements y afférents sont virés au
compte 20 ou 21 concerné. — les encours de production de biens (compte 33) ;

Les immobilisations incorporelles sont amorties sur la — les encours de production de services (compte 34) ;
base de leur durée d’utilité. Cette durée d’utilité est — les produits fabriqués par l’entité (compte 35) dont :
présumée ne pas dépasser vingt (20) ans, sauf cas produits intermédiaires (compte 351), produits finis
exceptionnel qui doit être justifié dans l’annexe. (compte 355), produits résiduels ou matières de
récupération (compte 358) ;
29. PERTES DE VALEUR SUR IMMOBILISATIONS
— les stocks provenant d’immobilisations (compte 36)
Lors de la constatation de perte de valeur, le compte 29 qui comprennent les éléments démontés ou récupérés des
est crédité par le débit des comptes de dotation immobilisations corporelles (ce compte est débité par le
(d’exploitation, financières ou exceptionnelles) concernés crédit du compte d’immobilisation concerné) ;
(compte 68).
— les stocks contrôlés par l’entité mais non détenus
Le compte de perte de valeur est réajusté à la fin de physiquement à la clôture de l’exercice : stocks en dépôt
chaque exercice par : ou en consignation, stocks en cours de route (compte 37).

— le débit des comptes de dotation correspondants, Le choix de la méthode de suivi en comptabilité des
lorsque le montant de la perte de valeur est augmenté ; stocks (méthode de l’inventaire permanent ou méthode de
l’inventaire intermittent), relève d’une décision de
— le crédit d’un compte 78 (de même niveau que celui gestion.
utilisé pour la dotation), lorsque le montant de la perte de
valeur est diminué ou annulé (perte de valeur devenue, en a) Comptabilisation dans le cadre de l’inventaire
tout ou en partie, sans objet). intermittent :
Le montant net des immobilisations, après déduction Enregistrement des approvisionnements et
des amortissements et des pertes de valeur, figure au marchandises consommés :
bilan.
1) Au cours de la période :
A la date de cession de l’immobilisation, la perte de
valeur antérieurement constatée est enregistrée en Le compte 38 « achats stockés » est débité du
diminution de la valeur de l’immobilisation afin de montant des achats et des frais accessoires d’achat par le
déterminer la plus ou moins-value à constater dans le crédit d’un compte de fournisseurs ou d’un compte de
compte de résultat. trésorerie, en fonction des besoins d’information et de
gestion.
CLASSE 3
Le compte 38 est subdivisé selon le même schéma que
COMPTES DE STOCKS ET ENCOURS les comptes 60 « achats consommés » et que les autres
Deux critères de classement sont généralement comptes de stocks, 380 « marchandises stockées »,
retenus dans le cadre de la nomenclature des comptes de 381 « matières premières et fournitures stockées »,
stocks : 382 « autres approvisionnements stockés ».
54 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

2) A la clôture de la période, après avoir procédé à un 2) En fin de période :


inventaire extra-comptable, il convient :
— de procéder à l’annulation des stocks existant en Après analyse, les écarts éventuels entre le stock
début de période : crédit des comptes 30 «marchandises», physique évalué de façon extra-comptable et le stock
31 « matières premières et fournitures » et 32 « autres figurant au débit des comptes de stocks 30, 31, 32, 35
approvisionnements » par le débit des comptes 60 sont enregistrés afin de porter le montant de ces derniers à
correspondant (comptes achats consommés) ; la valeur constatée dans l’inventaire physique.

— de solder les comptes 38 « achats stockés » par le Les écarts justifiés et considérés comme normaux
débit des comptes 60 achats consommés (600 achats de sont constatés en contrepartie des comptes 60 ou 72,
marchandises, 601 matières premières, 602 autres les autres écarts sont enregistrés aux comptes 657
approvisionnements) ; « charges exceptionnelles de gestion courante » ou 757
— de constater les stocks de fin de période au débit des « produits exceptionnels sur opérations de gestion ».
comptes de stocks (comptes 30, 31, 32, …) par le crédit
des comptes 60. Enregistrement des produits fabriqués ou en cours de
fabrication :
Enregistrement des produits fabriqués ou en cours de 1) Au cours de la période :
fabrication :
Les comptes de stocks (35 « stocks de produits »
1) En cours de période, aucune écriture spécifique n’est et éventuellement 34 « en cours de production de
enregistrée en classe 3 (les éléments nécessaires à la services » et 33 « en cours de production de biens »)
production sont enregistrés dans les comptes de charges fonctionnent comme des comptes de magasin. Ils sont
par nature). débités des entrées en magasin par le crédit des
comptes 72 « production stockée ou déstockée », et sont
2) En fin de période, après avoir procédé à un inventaire crédités des sorties par le débit de ces mêmes comptes 72.
extra-comptable, il convient comme pour l’enregistrement
des approvisionnements et marchandises consommés :
— de procéder à l’annulation du stock de début de 2) En fin de période, après analyse, les écarts éventuels
période : crédit des comptes 33 « en cours de production entre le stock physique, évalué de façon extra-comptable,
de biens », 34 « en cours de production de services » et le stock figurant au débit des comptes 33, 34 ou 35 en
et 35 « stocks de produits » par le débit des comptes comptabilité, sont enregistrés afin de porter le montant de
72 « production stockée ou déstockée » correspondants ; ces derniers à la valeur constatée dans l’inventaire
physique. Ces boni et mali d’inventaire sont généralement
— de constater le stock de fin de période par le débit enregistrés également en compte 72 « production stockée
des comptes stocks et le crédit des comptes 72 ou déstockée ».
correspondants.
c) Les stocks mis en dépôt ou en consignation ou
b) Comptabilisation dans le cas de l’inventaire qui sont en voie d’acheminement font l’objet d’une
permanent : comptabilisation dans un compte 37 « stocks à l’extérieur »
La méthode de l’inventaire permanent permet un suivi jusqu’à réception dans les magasins de l’entité ou
comptable des stocks et favorise l’arrêté rapide des jusqu’au dénouement de l’opération (en cas de
situations comptables périodiques. Elle permet également dépôt-vente).
au niveau des produits finis d’établir une correspondance
directe entre les coûts des stocks vendus et les revenus y En fin de période, si ce compte n’est pas soldé, un état
afférents. détaillé des stocks correspondants est établi par l’entité.

Enregistrement des approvisionnements et marchandises d) Lors de leur constitution, les pertes de valeur sur
consommés : stocks sont créditées aux comptes 39 créés par nature
d’éléments en stocks :
1) Au cours de la période :
— pertes de valeur sur stocks de marchandises ;
— les comptes 38 « achats stockés » sont débités du — pertes de valeur sur stocks de matières premières et
montant des achats et des frais accessoires d’achat par le fournitures ;
crédit d’un compte de fournisseurs ou d’un compte de
trésorerie, comme dans le cadre d’un inventaire — pertes de valeur sur autres approvisionnements ;
intermittent. — pertes de valeur sur stocks d’en-cours de production;
— les comptes de stocks (30 « stocks de marchandises », — pertes de valeur sur stocks de produits.
31 « matières premières et fournitures », 32 « autres
approvisionnements ») fonctionnent comme des comptes En contrepartie, les comptes de dotation concernés sont
de magasin : ils sont débités des entrées en magasin par le débités.
crédit du compte 38, et ils sont crédités des sorties
par le débit des comptes 60 « achats consommés » Le compte pertes de valeur relatif à chaque nature
(600 « achat de marchandises vendues », 601 « matières d’éléments en stocks, est réajusté à la fin de chaque
premières », 602 « autres approvisionnements »). exercice par :
28 Rabie El Aouel 1430 55
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

— le débit des comptes de dotations correspondants, Le compte 403 « fournisseurs, effets à payer » est
lorsque le montant de la provision est augmenté ; soldé par le crédit d’un compte de trésorerie lors du
règlement de l’effet.
— le crédit d’un compte 78 (de même niveau que celui
utilisé pour la dotation), lorsque le montant de la provision
Le compte 408 « fournisseurs, factures non parvenues »
est diminué ou annulé (perte de valeur devenue en tout ou
est crédité à la clôture de l’exercice du montant, TVA
partie sans objet). comprise, des factures imputables à la période close mais
non encore parvenues, dont le montant est suffisamment
Le montant net des stocks, après déduction des pertes connu et évaluable, par le débit des comptes concernés
de valeur, figure au bilan. des classes 4 (taxes récupérables) et 6.
Les soldes des comptes 39 sont imputés en diminution Le compte 409 « fournisseurs - débiteurs : avances et
du montant des stocks concernés lors de la sortie des acomptes versés, remise, reprise et ristourne (RRR) à
stocks de l’actif. obtenir, autres créances » est débité à la clôture de
l’exercice du montant, TVA comprise, des avoirs
CLASSE 4 imputables à la période close mais non encore parvenus,
COMPTES DE TIERS dont le montant est suffisamment certain et évaluable,
par le crédit des comptes concernés des classes 4
40. FOURNISSEURS ET COMPTES RATTACHES (taxes à reverser) et 6.
Les avances et acomptes versés sur commandes
Figurent sous le compte 40 les dettes et avances de d’immobilisations doivent figurer au bilan sous une
fonds liées à l’acquisition de biens ou de services. rubrique immobilisations en cours, et non sous une
Selon les besoins, des subdivisions du compte 40 sont rubrique fournisseur. En conséquence, ces avances sur
ouvertes telles que : immobilisations sont généralement comptabilisées dans
un compte 238 « avances et acomptes versés sur
— 401 « Fournisseurs de stocks et services », commandes d’immobilisations » et non dans le
— 403 « Fournisseurs, effets à payer », compte 409.

— 404 « Fournisseurs d’immobilisations », 41. CLIENTS ET COMPTES RATTACHES


— 405 « Fournisseurs d’immobilisations, effets à
payer », Figurent sous le compte 41 les créances liées à la vente
de biens ou services rattachés au cycle d’exploitation de
— 408 « Fournisseurs factures non parvenues », l’entité.
— 409 « Fournisseurs - débiteurs : avances et acomptes, Selon les besoins de la gestion et de l’information
RRR à obtenir, autres créances ». financière, des subdivisions du compte 41 sont créées
telles que :
La subdivision 401 du compte 40 « fournisseurs de
stocks et services », — 411 « Clients »
— est créditée du montant des factures d’achats de — 413 « Clients- effets à recevoir »
biens ou de prestations de services par le débit : — 416 « Clients douteux »
* du compte 38 pour les achats stockés ; — 417 « Créances sur travaux ou prestations en cours »
* des comptes concernés de la classe 6 (montant — 418 « Clients - Produits non encore facturés»
hors-taxes récupérables) pour les achats non stockés ou les
services ; — 419 « Clients créditeurs, avances reçues, RRR à
accorder et autres avoirs à établir ».
* d’une subdivision du compte 44 « TVA déductible »
pour le montant des taxes récupérables. Ces subdivisions sont modifiées ou étendues en
fonction des besoins de chaque entité.
Est débitée par le crédit :
Le compte 411 « clients »
* d’un compte de trésorerie lors des règlements
effectués par l’entité à ses fournisseurs ; — est débité du montant des factures de ventes de
biens ou de prestations de services par le crédit :
* d’un compte de la classe 3 (38) ;
* de l’une des subdivisions du compte 70 - « ventes de
* d’un compte de classe 6 pour le montant des avoirs marchandises et de produits fabriqués, ventes de
reçus à l’occasion de retour de marchandises au prestations et produits annexes » (montant hors TVA
fournisseur ou des rabais, remises et ristournes collectée) ;
obtenus (et du compte de TVA concerné) ; * d’une subdivision du compte 41 pour les dettes au
* d’un compte « fournisseurs, effets à payer » titre des emballages et matériels consignés ;
(subdivision du compte 40) lors de l’acceptation d’une * d’une subdivision du compte 44 au titre de la TVA
lettre de change ou de la remise d’un billet à ordre. collectée.
56 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

— Il est crédité par le débit : Ce compte est crédité lors de l’établissement des
factures par le débit des comptes de tiers concernés.
* d’un compte de trésorerie lors des règlements reçus
des clients ;
Le compte 419 « clients créditeurs, avances reçues,
* de l’une des subdivisions du compte 70 pour le rabais, remises, ristournes à accorder et autres avoirs à
montant des avoirs établies par l’entité lors du retour de établir » enregistre au crédit (taxes incluses) à la clôture
marchandises par les clients, ou pour le montant des de l’exercice les avoirs à établir imputables à la période
rabais, remises et ristournes accordés (et du compte de close, dont le montant est suffisamment connu et
TVA concerné) ; évaluable, par le débit des comptes concernés des classes
4 (taxes récupérables) et 7 (produits).
* du compte « clients, effets à recevoir » lors de
l’acceptation par les clients d’une lettre de change ou de la Le compte 419 « clients créditeurs » enregistre :
réception d’un billet à ordre.
— les avances ou acomptes reçus par l’entité sur les
Le compte 413 « clients, effets à recevoir » est débité commandes à livrer, les travaux à exécuter ou les services
par le crédit du compte « clients » au moment de l’entrée à rendre ;
des effets en portefeuille.
— les autres avoirs ou trop perçus des règlements. Afin
— Il peut être subdivisé en : de respecter la règle de non-compensation des éléments
* effets en portefeuille ; d’actifs et passifs dans la présentation des états financiers,
il convient, en effet, de virer en fin d’exercice les soldes
* effets escomptés non échus ; créditeurs des clients correspondant à des trop perçus ou à
* effets échus remis à l’encaissement. des avoirs dans le compte 419, dont le montant devra
figurer au passif du bilan.
Le compte 413 est crédité :
42. PERSONNEL ET COMPTES RATTACHES
— à l’encaissement de l’effet, par le débit d’un compte
de trésorerie ; Selon les besoins de la gestion et de l’information
— en cas de remise à l’escompte, par le débit d’une financière, des subdivisions du compte 42 sont créées
subdivision du compte 41 « effets escomptés non échus » telles que :
et par le débit d’un compte de charges financières pour la — 421 Personnel, rémunérations dues
partie relative aux intérêts d’escompte.
— 422 Fonds des œuvres sociales
Parallèlement, le montant des effets escomptés non — 423 Participation des salariés au résultat
échus et le montant des effets échus remis à — 425 Personnel, avances et acomptes accordés
l’encaissement est enregistré au débit d’un compte de
trésorerie par le crédit d’une subdivision du compte 519 — 426 Personnel, dépôts reçus
« concours bancaires courants ». — 427 Personnel, oppositions sur salaires
— 428 Personnel, charges à payer et produits à recevoir
En cas de non-paiement à l’échéance, le montant des
effets est réimputé au débit du compte « clients » en
Rémunérations du personnel
contrepartie du compte « clients, effets à recevoir ».
Le compte « personnel - rémunérations dues » est
Le compte 416 « clients douteux » est débité par le crédité des rémunérations brutes à payer au personnel
crédit du compte 411 « clients » pour le montant des par le débit des comptes de charges intéressés
créances douteuses ou litigieuses et dont le recouvrement (631 « rémunérations du personnel »).
est incertain.
Il est débité :
Le compte 417 « créances sur travaux ou prestations en
cours » enregistre au débit la contrepartie des produits — du montant des avances et acomptes versés au
nets partiels hors taxes constatées au cours de la personnel par le crédit du compte 425 « personnel,
réalisation d’un contrat à long terme, mais qui avances et acomptes accordés » ;
contractuellement, ne peuvent pas encore faire l’objet — du montant des oppositions notifiées à l’entité à
d’une facturation. Ce compte est crédité par le débit du l’encontre des membres de son personnel par le crédit du
compte client correspondant lors de l’établissement de la compte 427 - « personnel, oppositions sur salaires » ;
facture.
— de la quote-part des charges sociales incombant au
Le compte 418 «clients-produits non encore facturés» personnel par le crédit des comptes 43 « organismes
est débité, à la clôture de la période comptable, du sociaux et comptes rattachés » ;
montant taxes comprises des créances imputables à la — des impôts retenus sur salaires par le crédit du
période close et pour lesquelles les pièces justificatives compte 442 « état, impôts et taxes recouvrables sur des
(factures, décompte…) n’ont pas encore été établies. tiers » ;
Ce compte enregistre également les intérêts courus dus — du montant des règlements effectués au personnel
par les clients sur des créances non réglées. par le crédit d’un compte de trésorerie.
28 Rabie El Aouel 1430 57
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Autres méthodes de comptabilisation des rémunérations Ils sont débités des règlements effectués à ces
du personnel : organismes par le crédit d’un compte de trésorerie.
Le compte 421 « personnel - rémunérations dues », peut Le compte 438 « organismes sociaux - charges à payer
également n’enregistrer que le montant net à payer et produits à recevoir » est mouvementé à la clôture de
(et non le brut) au vu des bulletins de paye. l’exercice pour permettre l’enregistrement des charges et
des produits rattachables à l’exercice clos (exemple :
Dans le cadre de cette méthode, les comptes de charges charges sociales patronales liées aux congés payés, aux
63 (sous-compte 631 « rémunérations du personnel ») primes d’intéressement ou aux gratifications à accorder au
sont alors débités par le crédit des comptes ouverts à personnel).
chacun des tiers bénéficiaires :
— 421 Personnel, rémunérations dues (montant net à Lors du paiement effectif, ce compte est soldé en
payer) contrepartie des comptes des organismes sociaux
concernés, les ajustements nécessaires étant enregistrés
— 422 Fonds des œuvres sociales aux comptes intéressés. Ce compte peut aussi être
— 425 Personnel, avances et acomptes accordés contre-passé à l’ouverture de l’exercice qui suit.
— 427 Personnel, oppositions sur salaires
44. ETAT, COLLECTIVITES PUBLIQUES,
— 43 Organismes sociaux et comptes rattachés
ORGANISMES INTERNATIONAUX ET COMPTES
Autres opérations concernant le personnel : RATTACHES

Le compte « personnel - oppositions » est crédité du D’une manière générale, les opérations à inscrire au
montant des sommes faisant l’objet d’oppositions compte 44 - « Etat, collectivités publiques, organismes
obtenues par des tiers à l’encontre de membres du internationaux et comptes rattachés » sont celles qui sont
personnel de l’entité, par le débit du compte « personnel, faites avec des entités considérées en tant que puissance
rémunérations dues ». Il est débité du montant desdites publique. Les ventes et les achats conclus avec ces entités
sommes, lors de leur versement aux tiers bénéficiaires de à des conditions courantes et normales s’inscrivent au
l’opposition, par le crédit d’un compte de trésorerie. compte 40 - « fournisseurs et comptes rattachés » et 41 -
« clients et comptes rattachés » au même titre que les
Le compte « fonds des œuvres sociales » est crédité opérations faites avec les autres fournisseurs et les autres
des sommes dues aux œuvres sociales (cantines, comités clients.
d’entreprises, …) par le débit du compte des charges
sociales. Il est débité du montant des versements effectués Ce compte est subdivisé en fonction des besoins en
à ces œuvres sociales par le crédit d’un compte de sous-comptes tels que :
trésorerie. — 441 « Etat et autres collectivités publiques, subventions
à recevoir »,
Le compte « personnel - charges à payer et produits à
recevoir » est mouvementé à la clôture de l’exercice pour — 442 « Etat, impôts et taxes recouvrables sur des
permettre l’enregistrement des charges et des produits tiers »,
rattachables à l’exercice clos (exemples : dettes de l’entité — 443 « Opérations particulières avec l’Etat et les
envers son personnel au titre des congés à payer, des collectivités publiques »,
primes d’intéressement ou des gratifications à accorder,
enregistrées au crédit du compte en contrepartie du — 444 « Etat, impôt sur les résultats »,
compte de charges de personnel). — 445 « Etat, taxes sur le chiffre d’affaires »,
Lors du paiement effectif, le compte « personnel - — 446 « Organismes internationaux »,
charges à payer et produits à recevoir » est soldé en — 447 « Autres impôts, taxes et versements assimilés »,
contrepartie du compte « personnel, rémunérations dues »,
les ajustements nécessaires étant enregistrées aux comptes — 448 « Etat - charges à payer et produits à recevoir
intéressés. Ce compte peut aussi être contre-passé à (hors impôts) ».
l’ouverture de l’exercice suivant.
Le compte « Etat, impôt sur les bénéfices » est crédité
43. ORGANISMES SOCIAUX ET COMPTES du montant de l’impôt sur les bénéfices exigible en
RATTACHES contrepartie du compte 695.

Les comptes 43 - « organismes sociaux et comptes Il est débité du montant des règlements effectués, en
rattachés » sont crédités respectivement du montant : contrepartie d’un compte de trésorerie.

— des sommes dues par l’entité aux différents Le compte 445 « Etat - taxes sur le chiffre d’affaires »
organismes sociaux au titre des cotisations patronales reçoit :
d’assurances sociales, d’allocations familiales, d’accidents
— d’une part, le montant de la TVA collectée pour le
du travail, de retraites du personnel, … par le débit des
compte de l’Etat (lors de l’enregistrement des ventes
comptes de charges par nature intéressés ;
effectuées et des livraisons effectuées à soi-même),
— des sommes à régler aux organismes susvisés pour le — d’autre part, le montant de la TVA à récupérer selon
compte du personnel par le débit du compte « personnel - les dispositions légales (lors de l’enregistrement des
rémunérations dues ». achats).
58 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Au moment de leur exigibilité, les subdivisions Le compte 448 « Etat - charges à payer et produits à
« TVA collectée » et « TVA déductible » sont soldées : recevoir » est mouvementé à la clôture de l’exercice pour
permettre l’enregistrement des charges et des produits
— soit en contrepartie de la subdivision du compte
rattachables à l’exercice clos (exemples : charges fiscales
44 « TVA à payer » ; s’il en résulte un solde créditeur ;
patronales liées aux congés à payer, aux primes
— soit en contrepartie de la subdivision du compte d’intéressement ou aux gratifications à accorder au
44 « crédit de TVA » s’il en résulte un solde débiteur à personnel).
récupérer ultérieurement (par imputation sur la TVA à
payer ou par demande de remboursement effectif). Lors du paiement effectif, le compte 448 est soldé en
contrepartie des comptes 44 concernés, les ajustements
Une subdivision du compte 44 « TVA à régulariser » nécessaires étant enregistrés aux comptes intéressés. Les
est destinée à recevoir le montant de TVA déductible sur opérations figurant dans ce compte peuvent aussi être
les charges à payer inscrites aux comptes de tiers contre-passées à l’ouverture de l’exercice qui suit.
concernés, et le montant de la TVA collectée sur les
produits à recevoir inscrits aux comptes de tiers 45. GROUPE ET ASSOCIES
concernés. Cette subdivision fait l’objet d’un virement aux
subdivisions « TVA collectée » et « TVA déductible » Ce compte présente en fonction des besoins, les
lors de leur fait générateur fiscal, compte tenu des subdivisions suivantes :
ajustements nécessaires enregistrés aux comptes — 451 « Opérations groupe »
intéressés. Ce compte peut aussi être contre-passé à
l’ouverture de l’exercice qui suit. — 455 « Associés, comptes courants »

Le compte 441 « Etat et autres collectivités publiques - — 456 « Associés, opérations sur le capital »
subventions à recevoir » est débité en fin d’exercice des — 457 « Associés, dividendes à payer »
subventions acquises mais non encore encaissées par le
— 458 « Associés, opérations faites en commun ou en
crédit d’un compte de produits (subventions
groupement ».
d’exploitation) ou de produits comptabilisés d’avance
(subvention d’investissement). Les comptes « groupe et associés » n’enregistrent
pas les opérations effectuées en tant que fournisseur ou
Ce compte est soldé en contrepartie d’un compte de client qui sont inscrites respectivement aux comptes 40
trésorerie lors de la perception des montants concernés. « fournisseurs » ou 41 « clients ».
Les subventions publiques sont normalement Le compte 451 « opérations groupe » enregistre à son
comptabilisées en produits sur l’exercice auquel se débit le montant des fonds avancés directement ou
rattachent les coûts qu’elles sont censées compenser. indirectement de façon temporaire par l’entité aux entités
du groupe, et à son crédit le montant des fonds mis
Cependant ce rattachement n’autorise pas la directement ou indirectement à disposition de l'entité par
comptabilisation en subventions à recevoir de subventions les entités du groupe.
non encore acquises, c’est-à-dire qui ne correspondent pas
à une obligation pour la partie versante, ou pour lesquelles Le compte 455 « associés, comptes courants »
l’entité ne répond pas encore aux conditions d’octroi à la enregistre à son crédit le montant des fonds mis ou laissés
clôture de l’exercice. temporairement à la disposition de l’entité par les
associés.
Le compte 446 « organismes internationaux » est ouvert
par les entités, généralement des ONG, qui concluent des Des subdivisions pour les « intérêts courus » reçoivent
conventions de financement de projet directement avec à la clôture de l’exercice le montant des intérêts courus
des organismes internationaux. Sont alors comptabilisées non échus.
dans ce compte 446 toutes les opérations effectuées avec Le compte 456 « associés, opérations sur le capital » est
ces organismes, à l’exception de celles faites en tant que destiné à recevoir le montant des apports effectués par les
fournisseur ou client, qui sont inscrites respectivement aux associés (au crédit) ; il est soldé par les comptes de
comptes 40 « fournisseurs » ou 41 « clients ». capitaux intéressés.
Dans ce contexte, le mode de fonctionnement de ce Le compte 457 « associés, dividendes à payer » est
compte dépend des clauses contractuelles et de crédité du montant des dividendes dont la distribution a
l’organisation comptable prévues dans le cadre de la été décidée par les organes compétents, par le débit selon
convention conclue avec l’organisme, et de la nature du le cas :
projet financé ; en effet l’entité, soit agit en son propre
nom, soit agit en simple mandataire du bailleur. — du compte 12 - « résultat de l’exercice »,

Le compte 447 « autres impôts, taxes et versements — du compte 106 - « réserves »,


assimilés » est crédité du montant de tous les autres — du compte 11 - « report à nouveau ».
impôts et taxes versés par l’entité, notamment la taxe sur
l’activité professionnelle (TAP) et le versement forfaitaire Le compte 458 « associés, opérations faites en commun
(VF), par le débit des comptes de charges intéressés. Il est ou en groupement » enregistre les mises de fonds entre
débité du montant des règlements effectués en coparticipants dans le cadre de sociétés en participation
contrepartie d’un compte de trésorerie. ou assimilés (groupements).
28 Rabie El Aouel 1430 59
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

46. DEBITEURS DIVERS ET CREDITEURS 47. COMPTES TRANSITOIRES OU D’ATTENTE


DIVERS
Les comptes 47 « comptes transitoires ou d'attente »
Ce compte présente en fonction des besoins les sont à la disposition des entités pour recevoir, en cours
subdivisions suivantes : d'exercice, les opérations :
— 462 « Créances sur cessions d’immobilisations » — qui ne peuvent être imputées de façon certaine à un
— 464 « Dettes sur acquisitions de valeurs mobilières compte déterminé au moment où elles sont enregistrées ;
de placement ou d’instruments financiers dérivés »
— ou qui exigent une information complémentaire.
— 465 « Créances sur cessions de valeurs mobilières de
placement ou d’instruments financiers dérivés » Toute opération portée au compte 47 est imputée au
— 467 « Autres comptes débiteurs ou créditeurs » compte définitif dans les délais les plus brefs ; ce compte
ne figure pas sur les états financiers.
— 468 « Diverses charges à payer et produits à
recevoir ». 48. CHARGES OU PRODUITS CONSTATES
D’AVANCE ET PROVISIONS
Lors d’une cession d’actifs non courants autres que les
titres immobilisés de l’activité de portefeuille, l’écart entre
Ce compte présente en fonction des besoins les
le prix de cession et la valeur nette comptable de
l’immobilisation cédée est directement comptabilisé : subdivisions suivantes :

— au débit d’un sous-compte du compte 65 « autres — 481 « Provisions-passifs courants »


charges opérationnelles » (compte 652 « moins-values sur — 486 « Charges constatées d’avance »
sortie d’actifs immobilisés non financiers ») si cet écart
est négatif, — 487 « Produits constatés d’avance ».
— au crédit d’un sous-compte du compte 75 « autres Les comptes 486 « charges constatées d’avance » et
produits opérationnels » (compte 752 « plus-values sur 487 « produits constatés d’avance » reçoivent, à la clôture
sorties d’actifs immobilisés non financiers ») si cet écart de l’exercice, les charges et les produits concernant un
est positif. exercice ultérieur (pour leur montant hors taxes
récupérables).
Lors d’une cession d’actifs financiers, l’écart entre le
prix de cession et la valeur nette comptable après reprise
Ces comptes sont contre-passés, et les charges et
des écarts d’évaluation éventuels figurant en capitaux
produits sont imputés dans les comptes par nature
propres est directement comptabilisé :
concernés, au cours de l’exercice auquel ils se rapportent
— au débit d’un compte de charges financières en vertu des principes d’indépendance des exercices et de
(compte 667 « pertes nettes sur cessions d’actifs rattachement des charges aux produits.
financiers ») si cet écart est négatif,
— au crédit d’un compte de produits financiers Provisions-passifs courants
(compte 767 « profits nets sur cessions d’actifs
financiers » si cet écart est positif. A la clôture des comptes de la période, les passifs dont
le montant est incertain et dont l’échéance se situe
Les opérations traitées en qualité de mandataire sont probablement dans les douze (12) mois font l’objet d’un
enregistrées dans un compte de tiers 46 ouvert au nom du enregistrement comptable au crédit du compte 481
mandant (sous-compte 467 autres comptes débiteurs ou « provisions - passifs courants » par le débit du compte de
créditeurs), et seule la rémunération du mandataire est charges 68 « dotations aux amortissements, provisions et
comptabilisée dans le résultat au sous-compte 706 « pertes de valeur ».
prestations de services » si l’activité du mandataire
constitue l’activité principale de l’entité, au compte Lorsque la charge qui a fait l’objet d’une provision se
708 « produits des activités annexes » dans les autres cas. réalise, les coûts correspondants sont directement imputés
sur le montant de la provision (débit du compte 48 par le
Le compte 468 « diverses charges à payer et produits à crédit d’un compte financier ou d’un compte de tiers), et
recevoir » hors impôts est mouvementé à la clôture de le compte 481 provision est soldé :
l’exercice pour permettre l’enregistrement des charges et
des produits rattachables à l’exercice clos. Ces comptes se — par le crédit du compte de produit 78 « reprises sur
présentent TVA incluse (le montant de la TVA attachée pertes de valeur et provisions » dans le cas où la provision
étant porté en contrepartie de la subdivision d’un compte est supérieure à la charge,
44 TVA). — par le débit du compte de charge correspondant dans
Lors du règlement effectif, ce compte est soldé en le cas où la provision est insuffisante.
contrepartie des autres comptes 46 concernés, les
ajustements nécessaires étant enregistrés aux comptes La provision est reprise par le crédit d’un compte de
intéressés. Ce compte peut aussi être contre-passé à produit 78 « reprises sur provisions et sur pertes de
l’ouverture de l’exercice qui suit. valeur » si elle s’avère sans objet.
60 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

49. PERTES DE VALEURS SUR COMPTES DE Les comptes « valeurs mobilières de placement »
TIERS sont débités du coût d’acquisition des titres, en
contrepartie des comptes de tiers ou de trésorerie
Lors de leur constatation, les pertes de valeur sur concernés.
comptes de tiers sont créditées aux comptes 49 créés par
nature de créances concernées : En cas de titres de placement dont la valeur nominale
est partiellement libérée, la valeur totale est portée au
— 491 « Pertes de valeur sur comptes de clients », débit de ces comptes, la partie non appelée étant
— 495 « Pertes de valeur sur comptes du groupe et sur inscrite au crédit du compte 509 « versements à
associés », effectuer sur valeurs mobilières de placement non
libérées » (ce compte étant ensuite soldé au fur et à
— 496 « Pertes de valeur sur comptes de débiteurs mesure des montants appelés versés, en contrepartie des
divers », comptes de trésorerie).
— 498 « Pertes de valeur sur autres comptes de tiers ». Pour les titres de placement immédiatement négociables
qui sont évalués à la valeur de marché à la date d’arrêté
En contrepartie, des comptes de charges (dotations des comptes, la différence entre cette valeur et la valeur
pertes de valeur) sont débités. des titres figurant en comptabilité est enregistrée :
— au débit du compte 50 en contrepartie d’un
Le compte de perte de valeur relatif à chaque compte de compte 765 « écart d’évaluation sur actifs financiers,
tiers est rajusté à la fin de chaque exercice par : plus-values » s’il s’agit d’une plus-value ;
— le débit des comptes de dotations correspondants, — au crédit du compte 50 en contrepartie du compte
lorsque le montant de la perte de valeur est augmenté ; 665 « écart d’évaluation sur actifs financiers,
moins-values », s’il s’agit d’une moins-value.
— le crédit d’un compte 78 « reprises sur perte de
valeur et provision » lorsque le montant de la perte de En cas de cession des titres de placement, le solde du
valeur est diminué ou annulé (perte de valeur devenue, en compte 50 (valeur brute d’entrée corrigée des plus ou
tout ou en partie, sans objet). moins-values latentes au débit, et prix de cession au
crédit, est viré :
A la date du remboursement de la créance ayant fait
l’objet d’une perte de valeur, la perte de valeur — en contrepartie du débit d’un compte de charges
antérieurement constatée est soldée par le crédit du financières 667 « pertes nettes sur cessions d’actifs
compte 78. financiers », s’il s’agit d’une moins-value de cession ;
— en contrepartie du crédit d’un compte de produits
Lorsque la créance s’avère irrécouvrable, la perte de financiers 767 « profits nets sur cessions d’actifs
valeur est imputée sur le montant de la créance et le solde financiers », s’il s’agit d’une plus-value de cession.
éventuel est comptabilisé au compte 654 « pertes sur
créances irrécouvrables ». La subdivision 502 « actions propres ou parts propres »
reçoit au débit le coût d’acquisition des titres que l’entité
CLASSE 5 détient provisoirement sur elle-même dans les conditions
fixées par la législation nationale.
COMPTES FINANCIERS
Il convient de souligner que dans la présentation du
50. VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT bilan, ce compte figure sous une rubrique particulière en
diminution des capitaux propres, sauf s’il s’agit de rachats
Les valeurs mobilières de placement sont des actifs effectués pour des montants non significatifs en vue d’une
attribution aux salariés dans le cadre d’une convention ou
financiers acquis par l’entité en vue de réaliser un gain en
d’un contrat.
capital à brève échéance. Ces actifs financiers s’opposent
aux valeurs mobilières immobilisées qui sont des titres A la clôture de l’exercice, les intérêts courus non échus
acquis par l’entité avec l’intention de les conserver sur les valeurs mobilières de placement sont portés au
durablement. débit du compte 518 « intérêts courus ». Ce compte est
soldé à l’échéance.
Les subdivisions proposées pour ce compte sont les
suivantes : 51. BANQUES, ETABLISSEMENTS FINANCIERS
— 501 « Part dans des entreprises liées », ET ASSIMILES
— 502 « Actions propres », Pour chaque compte financier dont elle est titulaire,
l’entité utilise une subdivision distincte du compte 51
— 503 « Autres actions ou titres conférant un droit de « banques, établissements financiers et assimilés ».
propriété »,
Les mouvements débiteurs correspondent aux fonds
— 506 « Obligations, bons du Trésor et bons de caisse à
reçus et les mouvements créditeurs correspondent aux
court terme »,
fonds décaissés.
— 508 « Autres valeurs mobilières de placement et
Les intérêts courus non échus à la clôture de l’exercice
créances assimilées »,
sont portés dans le compte 518 « intérêts courus ».
— 509 « Versements restant à effectuer sur valeurs Ce compte est soldé à l’échéance, lorsque les intérêts sont
mobilières de placement non libérées ». exigibles.
28 Rabie El Aouel 1430 61
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Les concours financiers courants tels que les crédits sur — en contrepartie du débit d’un compte 66 - « autres
escompte s’enregistrent au débit du compte banque charges financières » (subdivision 667 « pertes nettes
concerné par le crédit du compte 519 « concours sur cessions d’actifs financiers ») s’il s’agit d’une
bancaires courants ». moins-value de cession ;
— en contrepartie du crédit d’un compte 76 - « autres
52. INSTRUMENTS FINANCIERS DERIVES produits financiers » (subdivision 767), s’il s’agit d’une
plus-value de cession.
Les instruments financiers dérivés correspondent à des
instruments financiers tels que les options, les contrats à 53. CAISSE
terme (de gré à gré ou normalisé) et les swaps de taux
Le compte « caisse » est débité du montant des espèces
d’intérêt et de devises qui engendrent des droits et des
encaissées par l’entité. Il est crédité du montant des
obligations qui ont pour effet de transférer entre les parties espèces décaissées. Son solde est toujours débiteur ou
à l’instrument un ou plusieurs des risques inhérents à un nul.
instrument financier primaire sous-jacent.
54. REGIE D’AVANCES ET ACCREDITIFS
Les instruments dérivés ne donnent pas lieu à un
transfert de l’instrument financier primaire sous-jacent au Le compte 54 « régies d’avances et accréditifs »
enregistre les écritures relatives aux fonds gérés par les
moment de la prise d’effet du contrat, et il n’y a pas
régisseurs ou les comptables subordonnés et aux
nécessairement transfert à l’échéance du contrat. accréditifs ouverts dans les banques au nom d’un tiers ou
d’un agent de l’entité.
Lors de l’acquisition d’instruments financiers dérivés,
le coût d’acquisition est enregistré au débit du Le compte 54 est subdivisé en : 541 « régies d’avances »
compte 52 « instruments financiers dérivés », en et 542 « accréditifs ».
distinguant éventuellement dans des sous-comptes la
Le compte 541 est débité du montant des fonds remis
nature de ces instruments (instruments financiers dérivés aux régisseurs par le crédit d’un compte de trésorerie.
immédiatement négociables sur un marché assurant la
liquidité et la sécurité des transactions, instruments de Il est crédité :
couverture, autres instruments financiers dérivés), en — du montant des dépenses effectuées pour le compte
contrepartie des comptes financiers concernés. de l’entité par le débit d’un compte de tiers ou de
charges ;
Les variations de valeur des contrats négociés sur les
— du montant des reversements de fonds avancés, par
marchés organisés, constatées par la liquidation le débit d’un compte de trésorerie.
quotidienne des marges débitrices et créditrices, sont
portées au compte de résultat en charges ou produits Le compte 542 enregistre les accréditifs ouverts dans
financiers. les banques au nom d’un tiers ou d’un agent de l’entité.
Il est soldé à la réalisation de l’accréditif.
Toutefois, par exception à ce principe, les variations de
valeur de ces contrats ou options constatées sur ces 58. VIREMENTS INTERNES
marchés et effectuées à titre de couverture sont
Le compte 58 « virements internes » est un compte
enregistrées dans le compte 52 et rapportées au compte de
de passage utilisé pour la comptabilisation d’opérations
résultat, pendant la durée de vie de l’élément couvert, de
au terme desquelles il se trouve soldé.
manière symétrique au mode de comptabilisation des
produits et charges sur cet élément. Ce compte est notamment destiné à permettre la
centralisation, sans risque de double emploi :
Pour les instruments financiers dérivés immédiatement
— des virements de fonds d’un compte de trésorerie
négociables qui sont évalués à la valeur de marché à la
(caisse ou banque) à un autre compte de trésorerie
date d’arrêté des comptes, la différence entre cette valeur (banque ou caisse) ;
et la valeur des titres couverts figurant en comptabilité est
enregistrée : — et, plus généralement, de toute opération devant faire
l’objet d’un enregistrement dans plusieurs journaux
— au débit du compte 52 en contrepartie d’un auxiliaires.
compte 76 « autres produits financiers » (subdivision
765 « écart d’évaluation sur actifs financiers, 59. PERTES DE VALEURS SUR ACTIFS
plus-values »), s’il s’agit d’une plus-value ; FINANCIERS COURANTS
— au crédit du compte 52 en contrepartie d’un La nature et le fonctionnement du compte 59 est
compte 66 « autres charges financières » (subdivision comparable à celui du compte 49 : ce sont des comptes de
665 écart d'évaluation sur actifs financiers), s’il s’agit correction de valeur, qui permettent de ramener la valeur
d’une moins-value. comptable d’un actif à sa valeur recouvrable.
En effet, comme tout autre actif, un actif financier non
En cas de cession des instruments financiers dérivés, réévalué à sa juste valeur à la clôture de la période est
le solde du compte 52 (valeur brute d’entrée au débit et déprécié si sa valeur comptable est supérieure à sa valeur
prix de cession au crédit) est viré : recouvrable.
62 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Les actifs financiers courants non évalués à leur juste L’évaluation des stocks consommés est opérée au coût
valeur et devant donc être soumis à un test de dépréciation d’acquisition, les frais accessoires d’achat (transports,
afin de constater une éventuelle perte de valeur commissions, assurances, …) venant se rajouter au prix
correspondent : d’achat, net de rabais, remises et ristournes obtenus.
— aux créances auprès des banques, des établissements Les achats d’études et autres prestations de service ainsi
financiers et assimilés, que les achats d’équipements et de travaux directement
— aux régies d’avances et accréditifs. incorporés aux ouvrages, travaux ou produits fabriqués
par l’entité sont enregistrés dans les comptes 60.
Lors de leur constatation, les pertes de valeur sont
enregistrées dans des comptes financiers crédités au Les achats non stockables (eau, énergie, …) ou non
compte 59 « pertes de valeur sur actifs financiers ». stockés par l’entité tels que ceux afférents à des
fournitures qui ne passent pas par un magasin, sont
En contrepartie, le compte 686 « dotations aux également enregistrés en compte 60 « achats
amortissements, provisions et pertes de valeur sur consommés ». Les éléments enregistrés en achats non
éléments financiers » est débité. stockables (compte 60) mais non consommés à la clôture
de l’exercice sont inscrits en tant que charges constatées
Le compte de provision relatif à chaque compte d'avance au débit du compte 48
financier est réajusté à la fin de chaque exercice par :
61 et 62. SERVICES EXTERIEURS
— le débit du compte de dotations, lorsque le montant
de la provision est augmenté ; Les comptes 61 et 62 enregistrent les charges externes
autres que les achats en provenance des tiers.
— le crédit du compte de reprise financière, lorsque le
montant de la provision est diminué ou annulé (provision Le grand nombre de catégories de charges constituant
devenue, en tout ou en partie, sans objet). les charges externes ont conduit à l’utilisation de deux
comptes divisionnaires, 61 et 62, sans distinction précise
Lorsque la perte devient définitive, la perte de valeur entre ces deux comptes.
constituée est imputée au crédit du compte financier Ces comptes sont généralement regroupés sur une
correspondant à concurrence de la perte enregistrée. même ligne au niveau du compte de résultat.
Le solde éventuel du compte financier est annulé par le
débit du compte 668 « autres charges financières ». Les charges de location au titre de contrats de location
simple doivent être comptabilisées dans ces comptes.
CLASSE 6
63. CHARGES DE PERSONNEL
COMPTES DE CHARGES
Les charges de personnel comprennent :
Les produits et charges sont présentés dans le compte de
— les rémunérations du personnel, y compris les
résultat par nature et éventuellement par fonction en
rémunérations allouées aux dirigeants sociaux et le coût
annexe. Une ventilation des produits et charges en
des rémunérations en nature. Les rémunérations en
comptabilité par nature, sur la base de la nomenclature de
nature sont débitées au compte 638 « autres charges de
comptes est obligatoire.
personnel » par le crédit soit du compte de produit 758
« autres produits de gestion courante » soit par le crédit
Dans la pratique, un système de comptabilité analytique des comptes de charges concernés ;
simple ou même un simple tableau de répartition
pour les petites entités permet de passer d’une — les cotisations des caisses sociales et de prévoyance,
classification par nature à une classification par fonction liées à ces rémunérations ;
et vice-versa. — les autres charges sociales, telles que les œuvres
Les comptes prévus pour l’enregistrement comptable sociales (cantines, comités d’entreprise) ;
des charges par nature sont présentés ci-après. — dans le cadre d’une entreprise individuelle, les
charges sociales facultatives et obligatoires de
* IMPUTATION PAR NATURE l’exploitant.

60. ACHATS CONSOMMES 64. IMPOTS, TAXES ET VERSEMENTS


ASSIMILES
Les comptes 60 (matières premières consommées,
autres approvisionnements consommés, marchandises Les impôts, taxes et versements assimilés sont des
vendues), relatifs à des achats stockés consommés, charges correspondant :
fonctionnent différemment selon le système d’inventaire — d’une part, à des versements obligatoires à l’Etat et
mis en place dans l’entité : inventaire intermittent ou aux collectivités locales pour subvenir aux dépenses
inventaire permanent. publiques ;
Le fonctionnement de ces comptes a été précisé au — d’autre part, à des versements institués par l’autorité
niveau du fonctionnement des comptes de stocks publique notamment pour le financement d’actions
(classe 3). d’intérêt économique ou social.
28 Rabie El Aouel 1430 63
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

L’impôt sur les bénéfices n’est pas comptabilisé sous ce Le compte « charges d’intérêts » est débité de
poste : il est inscrit au compte 69 « impôts sur les l’ensemble des intérêts se rapportant à la période
résultats et assimilés ». comptable sur emprunts, dettes et opérations de
financement.
65. AUTRES CHARGES OPERATIONNELLES
Le compte « écart d’évaluation sur instruments
Les éléments par nature figurant dans le compte 65 sont
financiers - moins-values » est débité en contrepartie des
réputés être constitutifs du résultat des activités ordinaires
comptes d’actifs ou passifs financiers concernés lors de
de l’entité.
l’évaluation de ces actifs ou passifs financiers à leur juste
Ce compte enregistre : valeur, lorsque cette évaluation fait apparaître une
moins-value qui, selon la présente réglementation, doit
— les redevances pour concessions, brevets, licences, être comptabilisée en résultat de la période.
marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires
(compte 651) ; Ce compte ne concerne donc pas les éléments financiers
— les moins-values dégagées lors d'une cession d’un qui doivent être évalués à leur valeur amortie ou pour
actif immobilisé non financier (compte 652 sortie lesquels l’écart entre la juste valeur et la valeur comptable
d’immobilisations corporelles ou incorporelles, titres de doit être imputé directement en capitaux propres.
participation) ;
Le compte 664 « pertes sur créances liées à des
— les rémunérations des administrateurs relatives à leur participations » enregistre les créances irrécouvrables
fonction (compte 653) ; liées à des participations ; les créances rattachées aux
— les pertes sur créances irrécouvrables (compte 654) ; participations représentent les créances nées à l’occasion
de prêts octroyés à des entités dans lesquelles le prêteur
— la quote-part de résultat sur opérations faites en détient une participation (titres de participation ou autres
commun (compte 655) ; formes de participation).
— les pénalités sur marché, les amendes fiscales ou
pénales, les dons et libéralités accordées (compte 656).
67. ELEMENTS EXTRAORDINAIRES - CHARGES
Compte 655 « quote-part de résultat sur opérations
faites en commun » : Le compte 67 « éléments extraordinaires - charges »
n’est utilisé que dans des circonstances exceptionnelles
Lorsque la comptabilité d’une société en participation pour l’enregistrement d’opérations extraordinaires comme
ou assimilés (groupement, joint-venture) est par exemple en cas d’expropriation ou en cas de
exclusivement tenue par un gérant, seul juridiquement catastrophe naturelle imprévisible. L’existence de ce
connu des tiers, les charges et les produits de la société en compte se justifie du fait que la nature et le montant de
participation sont compris dans les charges et les produits chaque élément extraordinaire doivent être indiqués
du gérant. séparément au niveau des états financiers ».
La quote-part des résultats revenant aux autres
coparticipants est enregistrée dans la comptabilité du 68. DOTATIONS AUX AMORTISSEMENTS,
gérant au débit du compte 655 par le crédit du PROVISIONS ET PERTES DE VALEUR
compte 458 « associés, opérations faites en commun ou
en groupement » s’il s’agit d’un bénéfice, ou au crédit Les comptes 68 sont débités en contrepartie des
d’un compte 755 par le débit du compte 458, s’il s’agit comptes d’amortissements, de pertes de valeur et de
d’une perte. provisions concernés.

Symétriquement, la quote-part de résultat revenant à 69. IMPOTS SUR LES BENEFICES ET


chaque participant non gérant est enregistrée dans leur ASSIMILES
comptabilité aux comptes 755 ou 655 par le débit ou le
crédit du compte 458. Le compte 69 enregistre à son débit le montant dû au
titre des bénéfices imposables et devant normalement
66. CHARGES FINANCIERES rester à la charge de la société : impôts calculés sur le
montant des bénéfices, impôts forfaitaires, supplément
Ce compte est subdivisé en fonction des besoins en d’impôts liés aux distributions.
information afin de faire apparaître la nature ou l’origine
des charges : Ce compte enregistre également la charge relative à la
661 « Charges d’intérêts » participation éventuelle (légale ou contractuelle) des
salariés aux résultats de l’entité.
664 « Pertes sur créances liées à des participations »
665 « Ecart d’évaluation sur actifs financiers - * CAS DE L’IMPUTATION PAR FONCTION
moins-values »
666 « Pertes de change » Les mêmes principes quant au fonctionnement des
comptes s’appliquent dans le cas où les charges et
667 « Pertes nettes sur cessions d’actifs financiers » produits de l’entité font l’objet d’une ventilation par
668 « Autres charges financières ». fonction et non exclusivement par nature.
64 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

La ventilation par fonction est opérée selon les 72. PRODUCTION STOCKEE OU DESTOCKEE
spécificités propres à chaque entité.
Le compte 72 est réservé à l’enregistrement des
Les regroupements de charge rencontrés les plus
variations de la production stockée. Les variations des
fréquemment sont les suivants :
stocks d’approvisionnements et de marchandises sont,
— regroupement par fonction économique ou par pour leur part, portées au compte 603 « variation des
activités. stocks (approvisionnements et marchandises) ».
Exemple : Achats, production, distribution, administration. Dans le cadre d’un inventaire intermittent, ces comptes
— regroupement par moyen d’exploitation. de variation des stocks sont débités de la valeur de la
production stockée initiale et crédités de la valeur de la
Exemple : magasin, usine, bureau. production stockée finale. En conséquence, le solde du
— regroupement par produits ou services. compte 72 représente la variation globale de la production
stockée (solde créditeur) ou déstockée (solde débiteur)
Exemple : chantiers ou type de chantiers.
entre le début et la fin de la période.
— regroupement par centre de responsabilité.
Exemple : direction générale, administration, direction Les comptes 72 figurent en compte de résultat sous la
commerciale, service études, service technique. rubrique « produits ».

— regroupement par zone géographique. 73. PRODUCTION IMMOBILISEE


Compte tenu de l’obligation de faire apparaître dans le Ce compte enregistre au crédit le coût de production
compte de résultat ou dans l’annexe aux états financiers des éléments d’actif incorporel et des éléments d’actif
des informations concernant le montant de certaines corporel créés par l’entité et inscrits à l’actif non courant
charges par nature, le suivi des comptes de charges par (les charges ayant été préalablement enregistrées dans les
fonction est le plus souvent effectué par une méthode de comptes par nature).
codification multiple : chaque charge fait l’objet lors de
son enregistrement en comptabilité d’une double Ce compte enregistre aussi au crédit le montant des
imputation sur la base d’une codification par nature selon frais accessoires internes supportés par l’entité à
la nomenclature imposée d’une part, et d’une codification l’occasion d’une acquisition d’immobilisation (transport,
par fonction selon la nomenclature spécifique à l’entité, installation, montage et autres).
d’autre part.
74. SUBVENTIONS D’EXPLOITATION
CLASSE 7
COMPTES DE PRODUITS Ce compte est crédité du montant des subventions
d’exploitation et d’équilibre obtenues par l’entité par le
70. VENTES DE MARCHANDISES ET DE débit du compte de tiers ou de trésorerie intéressé.
PRODUITS FABRIQUES, VENTES DE
PRESTATIONS DE SERVICES ET PRODUITS 75. AUTRES PRODUITS OPERATIONNELS
ANNEXES
Les éléments par nature figurant dans ce compte 75
Les ventes sont enregistrées au crédit des comptes par sont réputés être constitutifs du résultat des activités
nature, pour leur prix net de TVA collectée, déduction ordinaires de l’entité.
faite des rabais, remises et ristournes accordés.
En fonction des besoins de l’entité, les comptes de Le compte 75 enregistre au crédit de ses subdivisions :
vente sont subdivisés pour distinguer par exemple :
— 751 les redevances pour concessions, brevets,
— les groupes de produits (par nature, par régime fiscal, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs
par mode de production…) similaires,
— les ventes locales et les ventes à l’étranger,
— 752 les plus-values dégagées lors d'une cession
— les cessions à prix coûtant, d’actifs immobilisés non financiers (immobilisations
— les ventes au sein du groupe et les ventes hors corporelles ou incorporelles, titres de participations),
groupe,
— 753 les rémunérations perçues par l’entité au titre de
— les ventes liées à l’activité principale et les produits ses fonctions de direction (administrateur, gérant…)
liés à des activités annexes. auprès d’autres entités du groupe,
Les produits des activités annexes comprennent les — 754 la quote-part des subventions d’investissement
produits des services exploités dans l’intérêt du personnel virée au résultat de l’exercice,
(restaurant, transport, logement…), des locations diverses,
des mises à disposition de personnel, des frais de — 755 la quote-part de résultat sur opérations faites en
port ou autres frais accessoires refacturés, des bonis commun,
sur reprises d’emballage consignés, des cessions
d’approvisionnement. — 756 les rentrées sur créances amorties,
28 Rabie El Aouel 1430 65
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

— 757 les produits exceptionnels sur opération de ANNEXE 2


gestion (exemple : indemnités d’assurance reçues),
TITRE IV
— 758 les autres produits de gestion courante
COMPTABILITE SIMPLIFIEE
(exemple : revenus des immeubles non affectés à des
APPLICABLE AUX PETITES ENTITES
activités professionnelles, dédits, pénalités, libéralités
perçues…). Les petites entités dont les caractéristiques sont définies
par voie réglementaire ont la possibilité d’utiliser un
Le compte 755 « quote-part de résultat sur opérations système de comptabilité simplifiée, fondé sur leurs
faites en commun » enregistre au niveau des comptes du encaissements et leurs décaissements, et dénommé
gérant des opérations la quote-part des pertes à imputer comptabilité de trésorerie.
aux coparticipants, et au niveau des coparticipants la
quote-part des bénéfices leur revenant. (voir Suivi des opérations en cours d’exercice
fonctionnement du compte 655).
Tout au long de l’exercice, les entités soumises à une
76. PRODUITS FINANCIERS comptabilité simplifiée sont tenues à l’obligation
d’enregistrer de façon systématique et fiable leurs recettes
Le compte 76 est subdivisé en fonction des besoins en et leurs dépenses.
information afin de faire apparaître la nature ou l’origine
des charges : La fiabilité de ces enregistrements est liée :
— à l’existence d’un support régulièrement tenu :
— 761 « Produits des participations » ; journal de trésorerie (journal unique, ou journal des
dépenses et journal des recettes) ;
— 762 « Revenus des actifs financiers » ;
— à la conservation, en appui des enregistrements sur
— 765 « Ecart d’évaluation sur instruments financiers, le ou les journaux de trésorerie, des pièces justificatives
plus-values » ; d’origine interne ou externe.

— 766 « Gains de change » ; La trésorerie correspond à l’ensemble des avoirs de


l’entité en caisse d’une part (billets, pièces…) et en
— 767 « Profits nets sur cessions d’actifs financiers » ; banque ou établissement assimilé d’autre part.
— 768 « Autres produits financiers ». Le mode d’enregistrement des opérations de recettes et
dépenses au cours de l’exercice sur le ou les livres de
Le compte « écart d’évaluation sur éléments trésorerie doivent permettre de distinguer ces opérations :
financiers - plus-values » est crédité en contrepartie des — selon le compte de trésorerie concerné (banque,
comptes d’actifs ou passifs financiers concernés lors de caisse). Il est généralement ouvert un journal par compte
l’évaluation de ces actifs ou passifs financiers à leur juste de trésorerie (ou deux, dans le cas où l’organisation de
valeur, lorsque cette évaluation fait apparaître une l’entité nécessite l’ouverture d’un journal des recettes et
plus-value qui, selon le présent règlement, doit être d’un journal des dépenses).
comptabilisé en résultat de la période.
— selon les natures d’opérations.
Ce compte ne concerne donc pas les instruments Les natures d’opérations qui doivent être distinguées
financiers qui doivent être évalués à leur valeur amortie sont fonction des activités de l’entité et des besoins en
ou pour lesquels l’écart entre la juste valeur et la valeur information de gestion de son responsable.
comptable doit être imputé directement en capitaux
propres. Cette distinction doit porter au minimum sur les
opérations suivantes :
77. ELEMENTS EXTRAORDINAIRES - PRODUITS — retraits personnels de fonds ou versements
complémentaires de capital effectués par l’exploitant ;
Le compte 77 « éléments extraordinaires - produits »
n’est utilisé que dans des circonstances exceptionnelles — achats de marchandises destinées à la revente en
pour l’enregistrement d’évènements extraordinaires non état ;
liés à l’activité de l’entité. L’existence de ce compte se — autres charges (frais de personnel, impôts, frais
justifie du fait que la nature et le montant de chaque administratifs et de gestion, achats de fournitures et autres
élément extraordinaire doivent être indiqués séparément consommables) ;
au niveau des états financiers.
— recettes sur ventes et prestations de service ;
78. REPRISES SUR PERTES DE VALEURS ET — autres recettes (subventions, dons…) ;
PROVISIONS — virements de fonds dans le cas où il existerait au
moins deux comptes de trésorerie (dépôts ou retraits
Ces comptes sont crédités par le débit des comptes de d’espèces en banque par exemple) ;
pertes de valeurs et de provisions concernés lorsque la
provision ou la perte de valeur antérieurement constatée — achats d’immobilisations ;
s’avère sans objet. — emprunts et cessions.
66 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Principes des corrections de fin d’exercice — calcul des plus ou moins-values dégagées au titre
des cessions d’immobilisations de l’exercice (prix de
En fin d’exercice, et uniquement si les montants cession diminué de la valeur nette comptable en début
concernés sont significatifs, le responsable de l’entité doit d’exercice de l’immobilisation concernée) ;
procéder à un inventaire extra-comptable de chacun des
quatre éléments suivants : — calcul de la variation des encours d’emprunts entre
le début et la fin de l’exercice et détermination des frais
— le montant des créances et des dettes d’exploitation, financiers réglés au cours de l’exercice.
dans le cas où les ventes et les achats ne feraient pas
l’objet d'un règlement au comptant, Etats financiers annuels

— le montant des stocks (produits finis, matières Contrôles de fin d’exercice


premières, consommables…) et des travaux en cours,
En fin d’exercice, il convient de vérifier :
— le montant des immobilisations acquises ou cédées
au cours de l’exercice, — la concordance entre le solde final du compte caisse
et le montant réellement disponible en caisse ;
— le montant des emprunts souscrits ou remboursés au
cours de l’exercice. — l’égalité entre le solde final du compte « banque » et
le solde figurant sur le relevé bancaire à la date de clôture
Les états récapitulatifs de ces inventaires doivent être de l’exercice, corrigé éventuellement des opérations de
conservés en tant que pièce justificative de la comptabilité rapprochement ;
de l’entité. — l’absence de suspens au niveau des opérations de
virement de fonds.
Un inventaire des créances et des dettes d’exploitations
ou un inventaire des stocks n’est nécessaire que Détermination du résultat
lorsque les variations entre le début et la fin de
l’exercice de ces éléments représentent des montants Le résultat de l’exercice est présenté dans les états
significatifs. financiers sous forme d’un tableau et est déterminé de la
façon suivante :
Les entités possédant des immobilisations doivent tenir
un registre des immobilisations indiquant pour chaque + Recettes sur activités (après déduction des apports de
immobilisation la date d’acquisition, le montant de l’exploitant) ;
l’acquisition, la durée présumée d’utilisation et la date de
cession. Chaque immobilisation doit faire l’objet d’un - Dépenses sur charges d’activité (hors prélèvement de
tableau d’amortissement (calcul basé sur un l’exploitant) ;
amortissement linéaire, par exercice, sans prorata +/- variations des encours dettes et créances
temporis). d’exploitation (si significatifs) ;
L’inventaire des stocks doit être effectué par nature, en +/- variations entre stock d’ouverture et stocks de
quantités et en valeur, selon des modalités qui doivent clôture (si significatifs) ;
pouvoir être justifiées.
+/- corrections relatives aux immobilisations (si
Un tableau d’amortissement des emprunts doit significatives) ;
également être établi. Ce tableau doit faire apparaître pour
chaque exercice le montant du capital et le montant des +/- corrections relatives aux emprunts (si significatifs);
intérêts remboursés.
= RESULTAT DE L’EXERCICE
En conséquence, l’entité procède, le cas échéant, aux
calculs suivants à la clôture de chaque exercice : Présentation des états financiers
— calcul de la variation des en-cours des créances
Les états financiers annuels qui doivent être établis par
et dettes d’exploitation entre le début et la fin de
les entités soumises à une comptabilité de trésorerie sont
l’exercice ;
constitués d’une situation de fin d’exercice, d’un compte
— calcul de la variation des stocks et travaux encours de résultat de l’exercice, et d’un état de variation de
entre le début et la fin de l’exercice ; l’avoir net relatif à l’exercice, (ces deux derniers états
pouvant être présentés en un seul tableau).
— calcul de la dotation aux amortissements de
l’exercice relatifs aux immobilisations existant à la clôture Ces états financiers sont présentés sur un feuillet
de l’exercice (immobilisations acquises au cours de unique et comportent au minimum les rubriques
l’exercice ou des exercices antérieurs) ; suivantes :
28 Rabie El Aouel 1430 67
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

SITUATION EN FIN D’EXERCICE

ACTIF MONTANT PASSIF MONTANT


Caisse ............................ Capital ............................
Banque (en + ou en -) ............................ Résultat de l’exercice (en + ou en -) ............................
TOTAL ACTIF TOTAL PASSIF

Une ou plusieurs des rubriques suivantes doivent, le cas échéant, figurer également sur la situation de fin d’exercice si
elles correspondent à des montants significatifs :

SITUATION EN FIN D’EXERCICE

ACTIF MONTANT PASSIF MONTANT

Immobilisations ............................ Capital ............................


Stocks ............................ Résultat de l’exercice (en+ou en -) ............................
Créances d’exploitation ............................ Sous-total ............................
Caisse ............................ Emprunts
Banque (en + ou en -) ............................ Dettes d’exploitation ............................
TOTAL ACTIF TOTAL PASSIF

COMPTE DE RESULTAT

RUBRIQUES MONTANT

Recettes sur ventes ou prestations de services ............................


Autres recettes sur activités ............................
TOTAL DES RECETTES SUR PRODUITS ...........................

Dépenses sur achats


Autres dépenses sur activités
TOTAL DEPENSES SUR CHARGES ............................
............................
SOLDE : (RECETTES – DEPENSES) DE L’EXERCICE (A) ...........................
Variation des créances d’exploitation N / N-1
Variation des dettes d’exploitation N / N-1
Variation des stocks N / N-1
Corrections relatives aux emprunts
Corrections relatives aux immobilisations ............................
RESULTAT DE L’EXERCICE ...........................

D’autres rubriques peuvent éventuellement figurer au compte de résultat : charges de personnel, impôts et taxes, charges
calculées d’amortissement, charges financières.

VARIATION DE LA TRESORERIE AU COURS DE L’EXERCICE

RUBRIQUES MONTANT

Trésorerie nette à l’ouverture de l’exercice


Trésorerie nette à la clôture de l’exercice ............................
TRESORERIE : AUGMENTATION (+) ou DIMINUTION (-)

Provenant de :
— Apport net (+) ou retrait net (-) de l’exploitant
— Solde (recettes - dépenses) de l’exercice (A)
— Autres mouvements de trésorerie hors activités
TRESORERIE : AUGMENTATION (+) ou DIMINUTION (-)
68 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

ANNEXE 3

GLOSSAIRE
Liste alphabétique des définitions

Termes Définitions

1 Actif Ressource contrôlée par une entité du fait d’événements passés et dont elle
attend des avantages économiques futurs.

2 Actifs biologiques Animal ou plantes vivants (ou regroupement d’animaux ou de plantes vivants
similaires).

3 Actif courant C’est un actif :


— que l’entité s’attend à pouvoir réaliser, vendre ou consommer dans le
cadre de son cycle d’exploitation normal ou
— qui est détenu essentiellement à des fins de transactions ou pour une durée
courte et que l’entité s’attend à réaliser dans les douze mois suivant la date de
clôture de son exercice ou
— qui constitue de la trésorerie dont l’utilisation n’est pas soumise à
restriction.

4 Actifs financiers Les actifs financiers sont définis en quatre catégories, chaque catégorie faisant
l’objet de méthode d’évaluation et/ou de méthode de comptabilisation
différentes (évaluation à la juste valeur ou au coût amorti, imputation des écarts
d’évaluation en capitaux propres ou en résultat) :
— actifs (ou passifs) financiers détenus à des fins de transaction,
— placements détenus jusqu’à leur échéance,
— prêts et créances émis par l’entité,
— actifs financiers disponibles à la vente

5 Actif non courant C’est un actif :


— qui est destiné à être utilisé de manière continuelle pour les besoins des
activités de l’entité, tels les immobilisations corporelles ou incorporelles ou
— qui est détenu à des fins de placement à long terme ou que l’entité n’a pas
l’intention de réaliser dans les douze mois suivant la date de clôture de son
exercice.

6 Activité ordinaire Toute activité engagée par une entité dans le cadre de ses affaires ainsi que les
activités liées à titre accessoire ou dans le prolongement ou résultant de ces
activités.

7 Amortissement Répartition systématique du montant amortissable d’un actif sur sa durée


d’utilité estimée, selon un plan d’amortissement et en tenant compte de la
valeur résiduelle probable de l’actif à l’issue de cette durée.

8 Annexe des états financiers Un des documents composant les états financiers. Il comporte des informations,
des explications ou des commentaires d’importance significative et utiles aux
utilisateurs des états financiers sur leur base d’établissement, les méthodes
comptables spécifiques utilisées et sur les autres documents constituant les états
financiers. Sa présentation est organisée de façon systématique.

9 Avantage économique futur Potentiel à contribuer, directement ou indirectement, à des flux de trésorerie et
d’équivalents de trésorerie au bénéfice de l’entité.

10 Bilan Etat récapitulatif des actifs, des passifs (externes = dettes) et des capitaux
propres de l’entité à la date de clôture des comptes.

11 Capital Apports (externes) des participants aux capitaux propres de l’entité. Ils sont
réalisés en numéraires ou en nature.
28 Rabie El Aouel 1430 69
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions
12 Capitaux propres Intérêt résiduel des participants aux capitaux propres de l’entité dans ses actifs
après déduction de ses passifs (externes).

13 Charges Diminutions d’avantages économiques au cours de l’exercice sous forme de


consommations, de sorties ou diminutions d’actifs ou de survenance de passifs.
Elles ont pour effet de diminuer les capitaux propres autrement que par des
distributions aux participants aux capitaux propres.

14 Comparabilité Qualité de l’information lorsqu’elle est établie et présentée dans le respect de la


permanence des méthodes et permet à son utilisateur de faire des comparaisons
significatives dans le temps et entre entités.

15 Comptabilisation Processus qui consiste à incorporer au bilan ou au compte de résultat un


élément satisfaisant aux définitions et aux critères de comptabilisation. Les
critères de comptabilisation à satisfaire conjointement sont les suivants :
— il est probable que tout avantage économique futur lié à cet élément ira à
l’entité ou en proviendra, et
— l’élément a un coût ou une valeur qui peut être évalué de façon fiable.

16 Comptabilité d’exercice Les effets des transactions et autres événements sont constatés à la date de
survenance de ces transactions ou événements.

17 Compte de résultat Etat récapitulatif des charges et des produits réalisés par l’entité au cours de la
période considérée. Par différence, il fait apparaître le résultat net de la période.

18 Continuité d’exploitation Situation normale de l’entité selon laquelle elle est présumée n’avoir ni
l’intention, ni la nécessité de mettre fin à ses activités ou de les réduire de façon
importante dans un avenir prévisible.

19 Contrôle d’un actif Pouvoir d’obtenir les avantages économiques futurs procurés par cet actif.

20 Convention de l’entité L’entité comptable est considérée comme autonome et distincte de la ou des
personnes des participants à ses capitaux propres. Ses états financiers prennent
en compte uniquement l’effet de ses propres transactions et des seuls
événements qui la concernent.

21 Coût Montant de trésorerie payé ou juste valeur de toute autre contrepartie donnée
pour acquérir un élément, à la date de son acquisition/production.

22 Coût actuel Montant de trésorerie qu’il faudrait payer si le même actif ou un actif
équivalent était acquis actuellement.
Montant non actualisé de trésorerie qui serait nécessaire pour régler une
obligation actuellement.

23 Coût d’acquisition Prix d’achat résultant de l’accord des parties à la date de la transaction, majoré
des droits de douane et autres taxes fiscales non récupérables par l’entité auprès
de l’administration fiscale ainsi que des frais accessoires directement
attribuables pour obtenir le contrôle de l’élément et sa mise en état d’utilisation.
Les réductions commerciales et autres éléments similaires sont déduits pour
obtenir le coût d’acquisition.

24 Coût amorti Le coût amorti d’un actif ou d’un passif financier est le montant auquel l’actif
ou le passif financier a été évalué lors de sa comptabilisation initiale :
22.diminué des remboursements en principal,
23.majoré ou diminué de l’amortissement cumulé de toute différence entre ce
montant initial et le montant à l’échéance,
24.et diminué éventuellement de toute réduction pour dépréciation (perte de
valeur) ou non recouvrabilité.
70 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions

25 Coût de production Coût d’acquisition des consommations de matières et de services utilisées pour
la production de l’élément, majoré des autres coûts engagés par l’entité au
cours des opérations de production pour amener cet élément dans l’état et à
l’endroit où il se trouve, c’est-à-dire les charges directes de production ainsi
que les charges indirectes raisonnablement rattachables à sa production.

26 Coût (frais) du point de vente Les coûts (ou frais) du point de vente comprennent les commissions aux
intermédiaires et aux négociants, les montants prélevés par les agences
réglementaires, les foires et les marchés ainsi que les droits et taxes de transfert.
Les coûts du point de vente excluent les coûts de transport et les autres frais
nécessaires à la mise des actifs sur le marché.

27 Coût historique Montant de trésorerie payé ou juste valeur de la contrepartie donnée pour
acquérir un actif, à la date de son acquisition ou de sa production.
Montant des produits reçus en échange de l’obligation ou montant de trésorerie
que l’on s’attend à verser pour éteindre le passif dans le cours normal de
l’activité.

28 Cycle d’exploitation Période s’écoulant entre l’acquisition des matières premières, ou des
marchandises, entrant dans le processus d’exploitation et leur réalisation sous
forme de trésorerie.

29 Développement Application des résultats de la recherche ou d’autres connaissances à un plan ou


un modèle en vue de la production de matériaux, dispositifs, produits, procédés,
systèmes ou services nouveaux ou substantiellement améliorés, avant le
commencement de leur production commerciale ou de leur utilisation.

30 Différences temporelles Différences entre la valeur comptable d’un actif ou d’un passif au bilan et sa
base fiscale. Les différences temporelles peuvent être :
— des différences temporelles imposables, ou
— des différences temporelles déductibles.
Elles généreront des montants respectivement imposables et déductibles dans la
détermination du bénéfice imposable (ou de la perte fiscale) d’exercices futurs
lorsque la valeur comptable de l’actif ou du passif sera recouvrée ou réglée.

31 Durée d’utilité La durée d’utilité est :


— soit la période pendant laquelle l’entité s’attend à utiliser un actif
amortissable
— soit le nombre d’unités de production ou d’unités similaires que l’entité
s’attend à obtenir de l’actif considéré.
32 Durée de vie économique La durée de vie économique est :
— soit la période attendue d’utilisation économique d’un actif par un ou
plusieurs utilisateurs
— soit le nombre d’unités de production ou d’unités similaires attendues de
l’utilisation d’un actif par un ou plusieurs utilisateurs.

33 Ecart d’acquisition Tout excédent du coût d’acquisition sur la part d’intérêts de l’acquéreur dans la
(ou goodwill) juste valeur des actifs et passifs identifiables acquis, à la date de l’opération
d’échange.

34 Ecart de change Ecart provenant de la conversion d’un même nombre d’unités d’une monnaie
étrangère dans la monnaie de présentation des états financiers, à des cours de
change différents.

35 Eléments extraordinaires Produits ou charges résultant de circonstances exceptionnelles et correspondant


à des cas de force majeure comme par exemple une expropriation ou une
catastrophe naturelle imprévisible. La nature et le montant de chaque élément
extraordinaire sont indiqués séparément dans les états financiers.
28 Rabie El Aouel 1430 71
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions

36 Erreurs fondamentales Erreurs découvertes pendant l’exercice en cours et qui sont d’une telle
importance que les états financiers d’un ou plusieurs exercices antérieurs ne
peuvent plus être considérés comme donnant une image fidèle de l’entité à la
date de leur publication.

37 Etats financiers Ensemble complet et indissociable des documents comptables et financiers


permettant de donner une image fidèle de la situation financière, de la
performance et de la variation de la situation de l’entité à la date de clôture des
comptes. Ils comprennent :
— un bilan,
— un compte de résultat,
— un tableau des variations des capitaux propres,
— un tableau des flux de trésorerie,
— une annexe.

38 Evaluation Processus consistant à déterminer les montants monétaires auxquels les


éléments des états financiers sont comptabilisés et inscrits au bilan et au compte
de résultat. Elle intervient lors de la comptabilisation initiale et,
postérieurement à cette comptabilisation, au moins à chaque établissement des
états financiers.

39 Evénements survenant après Evénements, tant favorables que défavorables, qui se produisent entre la date
la date de clôture de clôture et la date à laquelle la publication des états financiers est autorisée.
On distingue deux types d’événements :
— ceux qui contribuent à confirmer des circonstances qui existaient à la date
de clôture, et
— ceux qui indiquent des circonstances apparues postérieurement à la date
de clôture.

40 Fait générateur d’obligation Evénement qui crée une obligation juridique ou implicite qui ne laisse pas à
l’entité d’autre solution réaliste que d’éteindre cette obligation.

41 Fiabilité Qualité de l’information lorsqu’elle est exempte d’erreur et de préjugé


significatifs et que les utilisateurs peuvent lui faire confiance pour présenter
une image fidèle de ce qu’elle est censée présenter ou de ce qu’on pourrait
s’attendre raisonnablement à la voir représenter.

42 Fonds commercial Eléments incorporels du fonds de commerce (y compris le droit au bail) qui ne
font pas l’objet d’une évaluation et d’une comptabilisation séparées au bilan et
qui concourent au maintien ou au développement du potentiel d’activité de
l’entité.

43 Fusion Une fusion est en général une opération entre deux sociétés, dans laquelle :

— les actifs et les passifs d’une société sont transférés à l’autre société et la
première société est dissoute, ou

— les actifs et les passifs des deux sociétés sont transférés à une nouvelle
société et les deux sociétés initiales sont dissoutes.

44 Image fidèle Objectif auquel satisfont, par leur nature et leurs qualités et dans le respect des
règles comptables, les états financiers de l’entité qui sont en mesure de donner
des informations pertinentes sur la situation financière et la performance et la
variation de la situation financière de l’entité.
72 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions

45 Immobilisation corporelle Actif corporel :


— détenu par une entité pour la production, la fourniture de biens ou de
services, la location ou l’utilisation à des fins administratives, et
— qu’elle s’attend à utiliser sur plus d’un exercice.

46 Immobilisation financière Actif :


— une créance dont le règlement doit intervenir dans un délai
supérieur à un an, ou
— un titre ou une valeur assimilée que l’entité a décidé de conserver sur plus
d’un exercice.

47 Immobilisation incorporelle Actif non monétaire, identifiable et sans substance physique, détenu par une
entité pour la production, la fourniture de biens ou de services, la location ou
l’utilisation à des fins administratives.

48 Importance relative Une information est significative si le fait de ne pas l’indiquer peut avoir une
incidence sur les décisions économiques prises par les utilisateurs sur la base
des états financiers.

49 Impôt différé Montant d’impôt sur les bénéfices payables (impôt différé passif) ou
recouvrables (impôt différé actif) au cours d’exercices futurs et provenant :
— du décalage temporaire entre la constatation comptable d’un produit ou
d’une charge et sa prise en compte dans le résultat fiscal d’un exercice ultérieur
dans un avenir prévisible,
— des déficits fiscaux ou des crédits d’impôt reportables dans la mesure où
leur imputation sur des bénéfices fiscaux ou des impôts futurs est probable dans
un avenir prévisible.

A la clôture de l’exercice, un actif ou un passif d’impôt différé est comptabilisé


pour toutes les différences temporelles dans la mesure où ces différences
donneront probablement lieu ultérieurement à une charge ou à un produit
d’impôts dans un avenir prévisible.

50 Indépendance des exercices Le résultat de chaque exercice est indépendant de celui qui le précède et de
celui qui le suit. Pour sa détermination, il convient donc de lui imputer les
transactions et les événements qui lui sont propres, et ceux-là seulement.

51 Instrument financier Tout contrat qui donne lieu à la fois à un actif financier d’une entité et à un
passif financier ou à un instrument de capitaux propres d’une autre entité.

52 Instruments financiers dérivés Instruments financiers tels que les options, les contrats à terme (de gré à gré ou
(ou instruments de trésorerie) normalisé) et les swaps de taux d’intérêt et de devises qui engendrent des droits
et des obligations qui ont pour effet de transférer entre les parties à l’instrument
un ou plusieurs des risques inhérents à un instrument financier primaire
sous-jacent.

Les instruments dérivés ne donnent pas lieu à un transfert de l’instrument


financier primaire sous-jacent au moment de la prise d’effet du contrat, et il n’y
a pas nécessairement transfert à l’échéance du contrat.

53 Instruments financiers Instruments tels que les créances, les dettes et les titres de capitaux propres qui
primaires ne sont pas des instruments financiers dérivés.

54 Intelligibilité Qualité d’une information lorsqu’elle est facilement compréhensible par tout
utilisateur ayant une connaissance raisonnable des affaires et des activités
économiques et de la comptabilité et ayant la volonté d’étudier l’information
d’une façon raisonnablement diligente.
28 Rabie El Aouel 1430 73
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions

55 Inventaire Ensemble des opérations consistant à relever, en nature, en quantité et en


valeur, tous les actifs et passifs de l’entité à la date d’inventaire, sur la base de
contrôles physiques et de recensements de pièces justificatives et au moins une
fois tous les douze mois (généralement à la clôture de l’exercice).

56 Juste valeur Montant pour lequel un actif pourrait être échangé ou un passif éteint entre
parties bien informées, consentantes et agissant dans des conditions de
concurrence normale.

57 Location (contrat de) Accord par lequel le bailleur cède au preneur, pour une période déterminée, le
droit d’utilisation d’un actif en échange d’un paiement ou d’une série de
paiements.

58 Location-financement Contrat de location ayant pour effet de transférer au preneur la quasi-totalité


des risques et avantages inhérents à la propriété d’un actif. Le transfert de
propriété peut intervenir ou non en fin de contrat.

59 Location simple Tout contrat de location autre qu’un contrat de location-financement.

60 Marché actif Marché pour lequel sont réunies les conditions ci-après :
— les éléments négociés sur ce marché sont homogènes,
— on peut normalement trouver à tout moment des acheteurs et des vendeurs
consentants, et
— les prix sont mis à la disposition du public.

61 Méthodes comptables Conventions comptables de base, caractéristiques qualitatives, principes


comptables fondamentaux ainsi que règles, pratiques et procédures spécifiques
appliquées par une entité pour établir et présenter ses états financiers.

62 Monnaie de présentation Monnaie utilisée pour présenter les états financiers.

63 Neutralité L’information comptable doit être neutre ; elle ne doit pas faire l’objet de
parti pris ou aboutir à des données tendancieuses et des résultats prédéterminés.

64 Non-compensation La compensation entre éléments d’actif et éléments de passif au bilan, ou entre


éléments de charges et éléments de produit dans le compte de résultat, n’est pas
autorisée, sauf dans les cas où elle est imposée ou autorisée par le présent
système comptable financier.

65 Obligation Devoir ou responsabilité pour l’entité d’agir ou de faire quelque chose d’une
certaine façon. Les obligations peuvent être juridiquement exécutoires en
conséquence d’un contrat irrévocable ou d’une disposition statutaire. C’est
normalement le cas, par exemple, pour les montants payables au titre des biens
et services reçus. Des obligations naissent également de la pratique
commerciale normale, des usages et du désir de conserver de bonnes relations
d’affaires ou d’agir de façon équitable.

66 Passif Obligation actuelle de l’entité résultant d’événements passés et dont


l’extinction devrait se traduire pour l’entité par une sortie de ressources
représentatives d’avantages économiques.

67 Passif courant C’est un passif :


— que l’entité s’attend à éteindre dans le cadre de son cycle d’exploitation
normal, ou
— dont le règlement doit intervenir dans les douze mois suivant la date de
clôture de son exercice.
74 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions

68 Passif non courant Le passif non courant comprend tous les éléments de passif qui ne constituent
pas des passifs courants.

69 Performance Elle est présentée dans le compte de résultat de l’entité par la relation entre les
produits et les charges.

70 Permanence des méthodes D’un arrêté des comptes à l’autre, les méthodes comptables sont appliquées de
manière identique à l’évaluation des éléments et à la présentation des
informations pour assurer la cohérence et la comparabilité de ces informations
au cours des périodes successives. Toute exception à ce principe ne peut être
justifiée que par la recherche d'une meilleure information ou par un
changement de la réglementation.

71 Perte de valeur Montant de l’excédent de la valeur comptable d’un actif sur sa valeur
recouvrable.

72 Pertinence Qualité de l’information lorsqu’elle peut influencer les décisions économiques


des utilisateurs en les aidant à évaluer des événements passés, présents ou
futurs ou en confirmant ou corrigeant leurs évaluations passées.

73 Prééminence de la substance Les transactions et autres événements sont comptabilisés et présentés dans les
sur la forme états financiers conformément à leur substance et à leur réalité économique et
non pas seulement selon leur forme juridique.

74 Prix de vente net Montant qui peut être obtenu de la vente d’un actif lors d’une transaction dans
des conditions de concurrence normale entre des parties bien informées et
consentantes, diminué des coûts de sortie.

75 Produits Accroissements d’avantages économiques au cours de l’exercice sous forme


d’entrées ou d’accroissements d’actifs ou de diminutions de passifs. Ils ont
pour effet d’augmenter les capitaux propres autrement que par des
augmentations provenant des apports des participants aux capitaux propres.

76 Produit agricole Produit récolté des actifs biologiques de l’entité.

77 Prudence Prise en compte d’un degré raisonnable de précaution dans l’exercice des
jugements nécessaires pour préparer les estimations dans des conditions
d’incertitude, de sorte que les actifs ou les produits ne soient pas surévalués et
que les passifs ou les charges ne soient pas sous-évalués.

78 Provision pour charges Passif dont l’échéance ou le montant sont incertains.

79 Rattachement des charges aux Processus selon lequel les charges sont comptabilisées au compte de résultat
produits sur la base d’une association directe entre les coûts encourus et l’obtention
d’éléments spécifiques de produits. Il implique la comptabilisation simultanée
ou combinée de produits et de charges qui résultent directement et
conjointement des mêmes transactions ou autres événements ; par exemple,
les diverses composantes des charges qui constituent le coût de revient des
produits vendus sont comptabilisées en même temps que le produit résultant de
la vente des biens. Cependant, l’application du concept de rattachement
n’autorise pas à comptabiliser au bilan des éléments qui ne satisfont pas à la
définition d’actifs ou de passifs.

80 Recherche Investigation originale et programmée entreprise en vue d’acquérir une


compréhension et des connaissances scientifiques ou techniques nouvelles.

81 Réserves Parts de résultats nets conservées par l’entité.


28 Rabie El Aouel 1430 75
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions

82 Résultat net de l’exercice Il est égal à la différence entre le total des produits et le total des charges de cet
exercice. Il correspond à un bénéfice (ou profit) en cas d’excédent des produits
sur les charges et à une perte dans le cas contraire.

83 Situation financière Elle est présentée par le bilan dans la relation des actifs avec les passifs
(externes) et les capitaux propres.

84 Solvabilité Disponibilités de trésorerie à plus long terme pour satisfaire aux engagements
financiers lorsqu’ils arriveront à échéance.

85 Stocks Actifs :
— détenus pour être vendus dans le cours normal de l’activité, ou
— en cours de production pour une telle vente
— sous forme de matières premières ou de fournitures devant être
consommées dans le processus de production ou de prestations de services.
Les stocks englobent les biens acquis et détenus pour la revente, y compris par
exemple les marchandises achetées par un détaillant et détenues pour la
revente, ou les terrains ou autres biens immobiliers détenus pour la revente.
Ils englobent également les produits finis ou les travaux en cours produits par
l’entité et comprennent les matières premières et fournitures en attente
d’utilisation dans le processus de production.
Dans le cas d’un prestataire de services, les stocks incluent le coût du service
pour lequel l’entité n’a pas encore comptabilisé les produits correspondants.

Nota :
1. Les emballages sont classés sous l’une ou l’autre des catégories selon leur
degré d’élaboration et leur origine.
2. Les biens pour lesquels une décision d’immobilisation a été prise ne
figurent pas dans les stocks mais dans les immobilisations.

86 Subventions publiques Aides publiques prenant la forme de transferts de ressources à une entité pour
compenser des coûts supportés ou à supporter par le bénéficiaire en échange du
fait qu’il s’est conformé ou se conformera à certaines conditions liées à ses
activités.

87 Titres immobilisés Titres autres que les titres de participation, que l’entité a l’intention de
conserver durablement ou qu’elle n’a pas la possibilité de revendre à bref délai.

88 Titres de participation Titres dont la possession durable est estimée utile à l’activité de l’entité,
notamment parce qu’elle lui permet d’exercer une influence sur l’entité dont les
titres sont détenus ou d’en avoir le contrôle.

89 Titres de placement Titres acquis pour être recédés à brève échéance avec l’espoir d’un gain en
rendement ou en capital.

90 Trésorerie Fonds en caisse et dépôts à vue.

91 Transparence La transparence correspond à la création d’un environnement dans lequel


l’information sur les conditions, les décisions et les actions est rendue
accessible, visible et compréhensible pour tous les acteurs du marché. La
fourniture d’une information transparente et utile sur les acteurs du marché
financier et leurs opérations est essentielle à l’existence d’un marché financier
discipliné et dynamique.

92 Valeur actualisée Estimation actuelle de la valeur actualisée des flux futurs de trésorerie dans le
cours normal de l’activité.
76 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

ANNEXE 3 (suite)

Termes Définitions

93 Valeur comptable Montant pour lequel un actif est comptabilisé au bilan après déduction du
cumul des amortissements et du cumul des pertes de valeur relatifs à cet actif.

94 Valeur d’apport Valeur qui sert de base au calcul de la rémunération des apporteurs

95 Valeur d’utilité Valeur actualisée des flux de trésorerie futurs estimés attendus de l’utilisation
continue d’un actif et de sa sortie à la fin de sa durée d’utilité.

96 Valeur de marché Montant qui peut être obtenu pour la vente d’un titre de placement sur un
marché actif ou montant à payer pour son acquisition.

97 Valeur de réalisation Montant de trésorerie qui pourrait être obtenu actuellement en vendant l’actif
lors d’une sortie volontaire.

98 Valeur recouvrable Valeur la plus élevée entre le prix de vente net d’un actif et sa valeur d’utilité.

99 Valeur résiduelle Montant net qu’une entité s’attend à obtenir pour un actif à la fin de sa durée
d’utilité après déduction des coûts de sortie attendus.

Arrêté du 23 Rajab 1429 correspondant au 26 juillet Art. 2. — Peuvent tenir une comptabilité financière
2008 fixant les seuils de chiffre d’affaires, simplifiée, les petites entités dont le chiffre d’affaires,
d’effectif et l’activité applicables aux petites d’effectif et l’activité ne dépassent pas l’un des seuils
entités pour la tenue d’une comptabilité suivants, durant deux exercices successifs :
financière simplifiée.
————
1 - Activité commerciale :
Le ministre des finances,
Vu la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 — chiffre d’affaires : 10 millions de dinars ;
correspondant au 25 novembre 2007 portant système
comptable financier ; — effectif : 9 salariés à temps plein.

Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada


El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007, modifié, 2 - Activité de production et artisanale :
portant nomination des membres du Gouvernement ;
— chiffre d’affaires : 6 millions de dinars ;
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du — effectif : 9 salariés à temps plein.
ministre des finances ;
Vu le décret exécutif n° 08-156 du 20 Joumada El Oula 3 - Activité de prestation de service et autres :
1429 correspondant au 26 mai 2008 portant application
des dispositions de la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada — chiffre d’affaires : 3 millions de dinars ;
1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant système
comptable financier ; — effectif : 9 salariés à temps plein.
Vu l’arrêté du 23 Rajab 1429 correspondant au 26
Le chiffre d’affaires englobe l’ensemble des activités
juillet 2008 fixant les règles d’évaluation et de
comptabilisation, le contenu et la présentation des états principales et/ou accessoires.
financiers ainsi que la nomenclature et les règles de
fonctionnement des comptes ; Art. 3. — Le présent arrêté sera publié au Journal
Arrête : officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.
Article. 1er. — En application des dispositions de
l’article 43 du décret exécutif n° 08-156 du 20
Joumada El Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008, Fait à Alger, le 23 Rajab 1429 correspondant au
susvisé, le présent arrêté a pour objet de fixer les seuils de 26 juillet 2008.
chiffre d’affaires, d’effectif et l’activité applicables aux
petites entités pour la tenue d’une comptabilité financière
simplifiée. Karim DJOUDI.
28 Rabie El Aouel 1430 77
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Arrêté du 5 Safar 1430 correspondant au 1er février Vu le décret exécutif n° 02-453 du 17 Chaoual 1423
2009 portant agrément de la mutuelle correspondant au 21 décembre 2002 fixant les attributions
d’assurance algérienne des travailleurs de du ministre du commerce ;
l’éducation et de la culture “MAATEC”.
———— Arrête :

Par arrêté du 5 Safar 1430 correspondant au 1er février Article 1er. — En application des dispositions de
2009, la mutuelle d’assurance algérienne des travailleurs l'article 6 du décret exécutif n° 90-367 du 10 novembre
de l’éducation et de la culture par abréviation (MAATEC) 1990, modifié et compléé, susvisé, sont dispensées de
est agréée pour une période transitoire d’une (1) année, en l'indication au niveau de l'étiquetage de la mention
application des dispositions de l’ordonnance n° 95-07 du relative au numéro de lot, les denrées alimentaires
23 Chaâbane 1415 correspondant au 25 janvier 1995, rapidement altérables, dont la durabilité minimale est
modifiée et complétée, relative aux assurances et du inférieure ou égale à trois (3) mois, pourvu que la date de
décret exécutif n° 96-267 du 18 Rabie El Aouel 1417 durabilité minimale ou la date limite de consommation
correspondant au 3 août 1996, modifié et complété, fixant mentionnée sur l'étiquetage, se compose, en clair et dans
les conditions et modalités d’octroi d’agrément aux l'ordre, au moins du jour et du mois.
sociétés d’assurance et/ou de réassurance.
Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal
Le présent agrément est octroyé à la MAATEC pour officiel de la République algérienne démocratique et
pratiquer les opérations d’assurance ci-après : populaire.
3- Corps de véhicules terrestres (autres que
Fait à Alger, le 3 Rabie El Aouel 1430 correspondant au
ferroviaires)
28 février 2009.
3.1- Véhicules terrestres à moteur. Lachemi DJAABOUBE.
8- Incendie, explosion et éléments naturels
8.1- Incendie MINISTERE DE L’AMENAGEMENT
8.1.2- Risques simples. DU TERRITOIRE, DE L’ENVIRONNEMENT
ET DU TOURISME
9- Autres dommages aux biens
9.1- Dégâts des eaux Arrêté du 15 Moharram 1430 correspondant au 12
9.2- Bris de glace janvier 2009 portant désignation des membres du
9.3-Vol. comité technique du thermalisme.
————
10- Responsabilité civile des véhicules terrestres
automoteurs Par arrêté du 15 Moharram 1430 correspondant au
10.1- Responsabilité civile véhicule 12 janvier 2009, sont désignés au comité technique du
10.2- Responsabilité civile du transporteur. thermalisme, en application des dispositions de l’article 48
du décret exécutif n° 07-69 du Aouel Safar 1428
Pendant la période de validité de l’agrément, correspondant au 19 février 2007 fixant les conditions et
l’administrateur provisoire de la MAATEC désigné par la les modalités d’octroi de la concession d’utilisation et
commission de supervision des assurances aura la d’exploitation des eaux thermales, les membres dont les
charge : noms suivent :
1/ d’organiser le renouvellement et la mise en place des
— Ahmed Bouchedjira, représentant du ministre chargé
organes statutaires de la mutuelle ;
du thermalisme, président ;
2/ de prendre les mesures jugées nécessaires pour le
— Hadjersi Fadli, représentant du ministre des
redressement de la mutuelle ;
ressources en eaux ;
3/ de gérer les affaires courantes de la mutuelle.
— Hassina Hellal, représentante du ministre de la santé,
MINISTERE DU COMMERCE de la population et de la réforme hospitalière ;
— Abdelkhalek Chorfa, représentant du ministre de
Arrêté du 3 Rabie El Aouel 1430 correspondant au 28 l’intérieur et des collectivités locales ;
février 2009 portant dispense de l’indication du
numéro de lot sur l’étiquetage de certaines — Yasmina Boutaba, représentante du ministre chargé
denrées alimentaires. de l’environnement ;
———— — Ahmed Harmel, représentant du ministre des
Le ministre du commerce, finances ;
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou — Rachid Taïbi, directeur général de l’agence nationale
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 des ressources hydrauliques ;
portant nomination des membres du Gouvernement ; — Rachid Cheloufi, directeur général de l’agence
Vu le décret exécutif n° 90-367 du 10 novembre 1990, nationale de développement du tourisme ;
modifié et complété, relatif à l'étiquetage et à la — Mohamed Tahar Rahmani ;
présentation des denrées alimentaires, notamment son
article 6 ; — Mohamed Boughlali.
78 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

MINISTERE DE LA CULTURE Toutefois, ce délai peut être réduit pour les sessions
extraordinaires sans être inférieur à huit (8) jours.
Arrêté du 25 Safar 1430 correspondant au 21 février
2009 fixant les modalités de désignation et de Art. 7. — Le comité ne peut délibérer valablement
fonctionnement du comité artistique des théâtres qu’en présence des deux tiers (2/3) au moins de ses
régionaux. membres. Si le quorum n’est pas atteint, une nouvelle
———— réunion aura lieu dans un délai de huit (8) jours.

La ministre de la culture, Dans ce cas, le comité délibère valablement quel que


soit le nombre des membres présents.
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 Les décisions du comité sont adoptées à la majorité
portant nomination des membres du Gouvernement ; simple. En cas de partage égal des voix, celle du président
est prépondérante.
Vu le décret exécutif n° 05-79 du 17 Moharram 1426
correspondant au 26 février 2005 fixant les attributions du Art. 8. — Les délibérations du comité sont consignées
ministre de la culture ; sur des procès-verbaux et transcrites sur un régistre coté
et paraphé par le président du comité.
Vu le décret exécutif n° 07-18 du 27 Dhou El Hidja
1427 correspondant au 16 janvier 2007 portant statut des Le secrétariat du comité est assuré par le théâtre
théâtres régionaux ; régional.
Arrête :
Art. 9. — Le présent arrêté sera publié au Journal
Article 1er. — En application de l’article 17 du décret officiel de la République algérienne démocratique et
exécutif n° 07-18 du 27 Dhou El Hidja 1427 populaire.
correspondant au 16 janvier 2007, susvisé, le présent
Fait à Alger, le 25 Safar 1430 correspondant au
arrêté a pour objet de fixer les modalités de désignation et
21 février 2009.
de fonctionnement du comité artistique des théâtres
Khalida TOUMI.
régionaux désigné ci-après “le comité”.

Art. 2. — Le comité est composé de dix (10) membres


MINISTERE DE LA POSTE
dont :
ET DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION
— le directeur général du théâtre régional, président ; ET DE LA COMMUNICATION
— six (6) représentants du personnel artistique, élus par
leurs pairs ; Arrêté du 20 Moharram 1430 correspondant au
— trois (3) personnalités du monde de l’art, désignées 17 janvier 2009 portant désignation des membres
par le ministre chargé de la culture. de la commission de recours compétente à l’égard
des corps des fonctionnaires du ministère de la
Art. 3. — Les membres du comité sont désignés pour poste et des technologies de l’information et de la
une durée de trois (3) ans renouvelable. communication.
————
En cas de vacance d’un siège, il est procédé dans les
mêmes formes à la désignation d’un nouveau membre Par arrêté du 20 Moharram 1430 correspondant au
pour la période restante du mandat. 17 janvier 2009, sont désignés membres de la commission
La liste nominative des membres du comité est fixée par de recours compétente à l’égard des corps des
le ministre chargé de la culture. fonctionnaires du ministère de la poste et des technologies
de l’information et de la communication, les personnes
Art. 4. — Pour être éligibles, les membres représentant dont les noms suivent, conformément au tableau ci-après :
le personnel artistique doivent avoir au moins cinq (5)
années d’ancienneté au sein du théâtre régional à la date
des élections et avoir été distribués dans une œuvre REPRESENTANTS REPRESENTANTS
théâtrale au moins une (1) année avant la date des DE L’ADMINISTRATION DU PERSONNNEL
élections.
Louiza Zahouani Ammar Chott
Art. 5. — Le comité élabore et adopte son règlement
intérieur. Zahia Zekri Abdelkader Saïb
Farida Benbihi Abdelfateh Boubakeur
Art. 6. — Le comité se réunit en session ordinaire
quatre (4) fois par an, sur convocation de son président. Abdennacer Sayah Mohamed Sadek Tari
Il peut se réunir en session extraordinaire à la demande Tayab Kebbal El Hadi Affane
du président du comité.
Kamel Hammadi Abdelhamid Lammari
Le président du comité adresse les convocations aux
membres, quinze (15) jours avant la date de la réunion. Merzak Laichaoui Abdelatif Morceli
28 Rabie El Aouel 1430 79
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19
25 mars 2009

Arrêté du 13 Safar 1430 correspondant au 9 février


MINISTERE DE L’HABITAT
2009 fixant la liste nominative des membres du ET DE L’URBANISME
conseil d’administration de l’agence nationale des
fréquences. Arrêté interministériel du 13 Dhou El Kaada 1429
———— correspondant au 11 novembre 2008 portant
approbation du plan directeur d’aménagement
Par arrêté du 13 Safar 1430 correspondant au 9 février et d’urbanisme intercommunal de Annaba,
El Bouni, El Hadjar et Sidi Ammar de la wilaya
2009, le conseil d’administration de l’agence nationale de Annaba.
des fréquences est composé, en application des ————
dispositions de l’article 10 du décret exécutif n° 02-97 du
Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et des
18 Dhou El Hidja 1422 correspondant au 2 mars 2002 collectivités locales,
portant création de l’agence nationale des fréquences,
comme suit : Le ministre de l’habitat et de l’urbanisme,
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada
— M. Mohamed Bait, représentant du ministre de la El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007, modifié,
poste et des technologies de l’information et de la portant nomination des membres du Gouvernement ;
communication, président ; Vu le décret exécutif n° 91-177 du 28 mai 1991,
modifié et complété, fixant les procédures d’élaboration et
— M. Mohand Saïd Tembel, représentant du ministre
d’approbation du plan directeur d’aménagement et
de la défense nationale ; d’urbanisme et le contenu des documents y afférents,
notamment son article 15 ;
— Mme Radia Hadoum, représentante du ministre de
l’intérieur et des collectivités locales ; Vu les pièces administratives et graphiques constitutives
du dossier ;
— M. Noureddine Belberkani, représentant du ministre Arrêtent :
des affaires étrangères ;
Article 1er. — Est approuvé tel qu’il est annexé à
— M. Hamza Bendjaballah, représentant du ministre l’original du présent arrêté, le plan directeur
des finances ; d’aménagement et d’urbanisme intercommunal de
Annaba, El Bouni, El Hadjar et Sidi Ammar de la wilaya
— M. Messaoud Benchemam, représentant du ministre de Annaba.
des transports ;
Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal
— M. Mustapha Hamoudi, représentant du ministre de officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.
l’industrie ;
Fait à Alger, le 13 Dhou El Kaada 1429 correspondant
— M. Nadjib Badache, représentant du ministre de au 11 novembre 2008.
l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ;

— M. Abdelmalek Houyou, représentant du ministre Pour le ministre d’Etat Le ministre de l’habitat


chargé de la communication ; ministre de l’intérieur et de l’urbanisme
et des collectivités locales
— M. Mohamed Tahar Hakimi, représentant de Nourredine MOUSSA
Le secrétaire général
l’autorité de régulation de la poste et des
Abdelkader OUALI
télécommunications ;
————★————
— M. Brahim Haraoubia, directeur de l’observatoire
national de l’éducation et de la formation ; Arrêté interministériel du 7 Safar 1430 correspondant
au 3 février 2009 portant approbation du plan
— Melle Zahia Brahimi, directrice au centre de directeur d’aménagement et d’urbanisme
développement des technologies avancées ; intercommunal de Sidi Bel Abbès, Sidi Lahcène,
Sidi Brahim, El Amarna, Tilmouni et Zerouala
— M. Abdelmadjid Boutaleb, directeur de l’institut de la wilaya de Sidi Bel Abbès.
national des télécommunications et des technologies de ————
l’information et de la communication d’Oran ;
Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et des
— M. Mohamed Othmani, représentant des travailleurs. collectivités locales,

Les dispositions de l’arrêté du 4 Joumada Ethania 1429 Le ministre de l’habitat et de l’urbanisme,


correspondant au 8 juin 2008 fixant la liste nominative des
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
membres du conseil d’administration de l’agence El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
nationale des fréquences, sont abrogées. portant nomination des membres du Gouvernement ;
80 28 Rabie El Aouel 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 19 25 mars 2009

Vu le décret exécutif n° 91-177 du 28 mai 1991, “Au titre des représentants des professions
modifié et complété, fixant les procédures d’élaboration et commerciales, désignés par les organisations
d’approbation du plan directeur d’aménagement et professionnelles les plus représentatives à l’échelle
d’urbanisme et le contenu des documents y afférents, nationale :
notamment son article 15 ; — .......................................................................
Vu les pièces administratives et graphiques — ............. (sans changement) ..........................
constitutives du dossier ;
— M. Salah Souilah, représentant de l’union générale
des commerçants et artisans algériens (UGCAA) ;
Arrêtent :
— M. Hazab Benchahra, représentant de l’union
Article 1er. — Est approuvé tel qu’il est annexé à générale des commerçants et artisans algériens
l’original du présent arrêté, le plan directeur (UGCAA) ;
d’aménagement et d’urbanisme intercommunal de Sidi — M. Mustapha Bousbia, représentant de l’union
Bel Abbès, Sidi Lahcène, Sidi Brahim, El Amarna, générale des commerçants et artisans algériens
Tilmouni et Zerouala de la wilaya de Sidi Bel Abbès. (UGCAA) ;
— M. Mohamed Salah Bouderbala, représentant de
Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal l’union générale des commerçants et artisans algériens
officiel de la République algérienne démocratique et (UGCCA).
populaire.
Au titre des représentants des professions agricoles,
Fait à Alger, le 7 Safar 1430 correspondant au 3 février désignés par les organismes professionnelles les plus
2009. représentatives à l’échelle nationale :
............. (sans changement) ..........................
Pour le ministre d’Etat Le ministre de l’habitat
ministre de l’intérieur et de l’urbanisme Au titre des représentants des professions libérales,
et des collectivités locales désignés par les organisations professionnelles les plus
Nourredine MOUSSA représentatives à l’échelle nationale :
Le secrétaire général
............. (sans changement) ..........................
Abdelkader OUALI
Au titre des représentants des professions
artisanales, désignés par les organisations
professionnelles les plus représentatives à l’échelle
MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI nationale :
ET DE LA SECURITE SOCIALE — ..............................................................
— ..............................................................
Arrêté du 21 Dhou El Kaada 1429 correspondant au — ............. (sans changement) ..................
19 novembre 2008 modifiant et complétant
— M. Belaïd Tifenkhassi, représentant de l’union
l’arrêté du 26 Rabie El Aouel 1426 générale des commerçants et artisans algériens (UGCCA).
correspondant au 5 mai 2005 portant nomination
des membres du conseil d’administration de la Au titre des représentants des professions
caisse nationale de sécurité sociale des industrielles, désignés par les organisations
non-salariés. professionnelles les plus représentatives à l’échelle
———— nationale :
Par arrêté du 21 Dhou El Kaada 1429 correspondant au ............. (sans changement) ..........................
19 novembre 2008, l’arrêté du 26 Rabie El Aouel 1426
Au titre du représentant du personnel de la caisse
correspondant au 5 mai 2005 portant nomination des
nationale de sécurité sociale des non-salariés
membres du conseil d’administration de la caisse (CASNOS) :
nationale de sécurité sociale des non-salariés est modifié
et complété comme suit : — M. Amor Makhloufi...”

Imprimerie Officielle - Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376 - ALGER-GARE


N° 21 Mercredi 12 Rabie Ethani 1430

48ème ANNEE Correspondant au 8 avril 2009

JOURNAL OFFICIEL
DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS
ARRETES, DECISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS ET ANNONCES
(TRADUCTION FRANÇAISE)
DIRECTION ET REDACTION
Algérie ETRANGER
SECRETARIAT GENERAL
Tunisie
(Pays autres DU GOUVERNEMENT
ABONNEMENT Maroc que le Maghreb)
ANNUEL Libye WWW. JORADP. DZ
Mauritanie Abonnement et publicité:
IMPRIMERIE OFFICIELLE
1 An 1 An Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376
ALGER-GARE
Tél : 021.54.35..06 à 09
Edition originale….........….........…… 1070,00 D.A 2675,00 D.A 021.65.64.63
Fax : 021.54.35.12
Edition originale et sa traduction....... 2140,00 D.A 5350,00 D.A C.C.P. 3200-50 ALGER
(Frais d'expédition en TELEX : 65 180 IMPOF DZ
BADR: 060.300.0007 68/KG
sus)
ETRANGER: (Compte devises)
BADR: 060.320.0600 12

Edition originale, le numéro : 13,50 dinars. Edition originale et sa traduction, le numéro : 27,00 dinars.
Numéros des années antérieures : suivant barème. Les tables sont fournies gratuitement aux abonnés.
Prière de joindre la dernière bande pour renouvellement, réclamation, et changement d'adresse.
Tarif des insertions : 60,00 dinars la ligne
2 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

SOMMAIRE

DECRETS

Décret exécutif n° 09-110 du 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au 7 avril 2009 fixant les conditions et modalités de tenue de
la comptabilité au moyen de systèmes informatiques............................................................................................................... 4

Décret exécutif n° 09-111 du 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au 7 avril 2009 fixant les modalités d’organisation et de
fonctionnement ainsi que les conditions financières du fonds de garantie des assurés............................................................. 6

Décret exécutif n° 09-112 du 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au 7 avril 2009 portant déclaration d’utilité publique
l’opération relative à la restructuration et au réaménagement d’une partie du périmètre du pôle urbain dit “des abattoirs”... 9

Décret exécutif n° 09-113 du 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au 7 avril 2009 portant déclaration d’utilité publique
l’opération de mise à double voie et modernisation des installations du tronçon Khemis Miliana/Oued Fodda de la ligne
ferroviaire Alger/Oran............................................................................................................................................................... 9

Décret exécutif n° 09-114 du 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au 7 avril 2009 fixant les conditions d'élaboration du plan
d'aménagement côtier, son contenu et les modalités de sa mise en œuvre............................................................................... 10

Décret exécutif n° 09-115 du 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au 7 avril 2009 fixant les modalités d'organisation et de
fonctionnement de la commission interministérielle des espaces verts.................................................................................... 12

Décret exécutif n° 08-282 du 6 Ramadhan 1429 correspondant au 6 septembre 2008 complétant les listes des centres
d’enseignement spécialisés pour enfants handicapés visuels et auditifs et des centres médico-pédagogiques pour enfants
inadaptés mentaux et handicapés moteurs (rectificatif)............................................................................................................ 12

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Arrêté interministériel du 13 Dhou El Kaada 1429 correspondant au 11 novembre 2008 fixant les effectifs par emploi, leur
classification et la durée du contrat des agents exerçant des activités d’entretien, maintenance ou de services au titre de
l’institut national d’études de stratégie globale......................................................................................................................... 13

Arrêté interministériel du 13 Dhou El Kaada 1429 correspondant au 11 novembre 2008 fixant le nombre de postes supérieurs
prévus par le statut particulier des ouvriers professionnels, des conducteurs d’automobiles et des appariteurs au titre de
l’institut national d’études de stratégie globale......................................................................................................................... 14

Arrêté interministériel du 8 Safar 1430 correspondant au 4 février 2009 fixant le nombre de postes supérieurs prévus par le
statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps communs aux institutions et administrations publiques au titre
de la direction générale de la fonction publique........................................................................................................................ 14

Arrêté interministériel du 8 Safar 1430 correspondant au 4 février 2009 fixant le nombre de postes supérieurs prévus par le
statut particulier des ouvriers professionnels, des conducteurs d’automobiles et des appariteurs au titre de la direction
générale de la fonction publique................................................................................................................................................ 16

Arrêté interministériel du 29 Safar 1430 correspondant au 25 février 2009 fixant les effectifs par emploi, leur classification et la
durée du contrat des agents exerçant des activités d’entretien, de maintenance ou de services au titre de la direction
générale de la fonction publique................................................................................................................................................ 16

ACADEMIE ALGERIENNE DE LA LANGUE ARABE

Arrêté interministériel du 6 Moharram 1430 correspondant au 3 janvier 2009 fixant le nombre de postes supérieurs prévus par le
statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps communs aux institutions et administrations publiques au titre
de l’académie algérienne de la langue arabe............................................................................................................................. 18
12 Rabie Ethani 1430 3
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

SOMMAIRE (Suite)

Arrêté interministériel du 6 Moharram 1430 correspondant au 3 janvier 2009 fixant le nombre de postes supérieurs prévus par le
statut particulier des ouvriers professionnels, des conducteurs d’automobiles et des appariteurs au titre de l’académie
algérienne de la langue arabe.................................................................................................................................................... 18

Arrêté interministériel du 12 Safar 1430 correspondant au 8 février 2009 fixant les effectfs par emploi, leur classification et la
durée du contrat des agents exerçant des activités d’entretien, de maintenance ou de services au titre de l’académie
algérienne de la langue arabe.................................................................................................................................................... 19

CONSEIL SUPERIEUR DE LA LANGUE ARABE

Arrêté interministériel du 11 Rabie El Aouel 1430 correspondant au 8 mars 2009 fixant les effectifs par emploi, leur
classification et la durée du contrat des agents exerçant des activités d’entretien, de maintenance ou de services au titre du
conseil supérieur de la langue arabe.......................................................................................................................................... 20

Arrêté interministériel du 11 Rabie El Aouel 1430 correspondant au 8 mars 2009 fixant le nombre de postes supérieurs prévus
par le statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps communs aux institutions et administrations publiques au
titre du conseil supérieur de la langue arabe............................................................................................................................. 21

Arrêté interministériel du 11 Rabie El Aouel 1430 correspondant au 8 mars 2009 fixant le nombre de postes supérieurs prévus
par le statut particulier des ouvriers professionnels, des conducteurs d’automobiles et des appariteurs au titre du conseil
supérieur de la langue arabe...................................................................................................................................................... 21

MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME

Arrêté interministériel du 11 Safar 1430 correspondant au 7 février 2009 fixant les modalités de fonctionnement de la
commission d’attribution du logement public locatif et de la commission de recours............................................................. 22

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA SECURITE SOCIALE

Arrêté du 29 Moharram 1430 correspondant au 26 janvier 2009 modifiant et complétant l’arrêté du 15 Joumada El Oula 1427
correspondant au 11 juin 2006 fixant les conditions de création, d’organisation, de fonctionnement et de financement des
structures et officines chargées de l’action sanitaire et sociale des organismes de sécurité sociale......................................... 23
4 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

DECRETS

Décret exécutif n° 09-110 du 11 Rabie Ethani 1430 Art. 2. — Les dispositions du présent décret sont
correspondant au 7 avril 2009 fixant les applicables à toutes entités entrant dans le champ
conditions et modalités de tenue de la d'application de la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428
comptabilité au moyen de systèmes correspondant au 25 novembre 2007, susvisée, dès lors
informatiques. que sa comptabilité est tenue au moyen de systèmes
———— informatiques et lorsque ces systèmes participent
Le Premier ministre, directement ou indirectement à la justification d'une
écriture comptable.
Sur le rapport du ministre des finances,
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-3° et 125 Art. 3. — Un système informatique au sens du présent
(alinéa 2 ) ; décret est une combinaison de ressources matérielles et de
programmes informatiques qui permet :
Vu l'ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966, modifiée et
complétée, portant code pénal ; — l'acquisition d'informations, selon une forme
conventionnelle ou réglementaire ;
Vu l'ordonnance n° 75-58 du 26 septembre 1975,
modifiée et complétée, portant code civil ; — le traitement de ces informations ;
Vu l'ordonnance n° 75-59 du 26 septembre 1975, — la restitution de données ou de résultats, sous
modifiée et complétée, portant code de commerce ; différentes formes.
Vu la loi n° 91-08 du 27 avril 1991 relative à la Art. 4. — La tenue de la comptabilité au moyen de
profession d'expert-comptable, de commissaire aux systèmes informatiques doit satisfaire à l'ensemble des
comptes et de comptable agréé ; obligations et principes comptables en vigueur et aux
Vu la loi n° 01-21 du 7 Chaoual 1422 correspondant au dispositions du présent décret.
22 décembre 2001 portant loi de finances pour 2002,
notamment son article 40 ; Art. 5. — Tout enregistrement comptable doit préciser
l'origine, le contenu et l'imputation de chaque donnée
Vu la loi n° 06-01 du 21 Moharram 1427 correspondant
ainsi que les références de la pièce justificative qui
au 20 février 2006 relative à la prévention et à la lutte
l'appuie.
contre la corruption ;
Vu la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 Les éditions informatiques doivent être identifiées,
correspondant au 25 novembre 2007 portant système numérotées et datées dès leur établissement par des
comptable financier, notamment son article 24 ; moyens offrant toute garantie en matière de preuve.
Vu la loi n° 08-09 du 18 Safar 1429 correspondant au
25 février 2008 portant code de procédure civile et Art. 6. — Le caractère intangible ou irréversible des
administrative ; écritures imposé aux comptabilités manuelles s'applique
aux comptabilités informatiques sous forme d'une
Vu le décret présidentiel n° 08-365 du 17 Dhou procédure de validation de toute la période comptable qui
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 interdit toute modification ou suppression d'écriture
portant nomination du Premier ministre ; validée.
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou Art. 7. — Une documentation décrivant les procédures
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 et l'organisation comptables doit être établie par l'entité en
portant nomination des membres du Gouvernement ; vue de permettre la compréhension et le contrôle du
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415 système de traitement. Cette documentation est conservée
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du et maintenue avec les mises à jour aussi longtemps qu'est
ministre des finances ; exigée la présentation des documents comptables auxquels
elle se rapporte.
Après approbation du Président de la République ;
Art. 8. — Le logiciel de comptabilité utilisé doit
Décrète : comporter une documentation, décrivant la configuration
Article 1er. — En application des dispositions prévues à et les spécifications, qui peut être imprimée ou disponible
l'article 24 de la loi n° 07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 sous forme électronique.
correspondant au 25 novembre 2007 portant système
comptable financier, le présent décret a pour objet de Le logiciel de comptabilité doit se comporter comme
définir les conditions et modalités de tenue de la décrit dans sa documentation. Il doit exister une
comptabilité financière au moyen de systèmes conformité biunivoque entre le logiciel et sa
informatiques. documentation.
12 Rabie Ethani 1430 5
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

Le logiciel de comptabilité doit être conforme à ses buts Art. 13. — Après la validation des écritures de toute
explicites, et ne peut comporter de fonctionnalités non période comptable, le logiciel de comptabilité ne doit
documentées. permettre aucune modification ou suppression d'opération.

Art. 9. — L'entité utilisatrice du logiciel doit disposer Avant toute clôture d'exercice, le logiciel de
d'un engagement de l'éditeur du logiciel : comptabilité doit rappeler l'obligation de validation de
l'ensemble des écritures enregistrées.
— sur la conformité du logiciel aux prescriptions
prévues par le présent décret ; Après la clôture, les fonctions du logiciel ne doivent
— acceptant de fournir, à la requête des agents de permettre que la consultation des écritures, l'édition ou la
contrôle fiscaux ou à l'auditeur habilité par la loi, qui en réédition des états comptables.
feraient la demande justifiée, la documentation technique
du logiciel de comptabilité. Art. 14. — En application du principe d'intangibilité du
bilan, le logiciel de comptabilité doit comprendre une
Art. 10. — Le logiciel doit permettre de générer procédure permettant la réouverture automatique des
automatiquement tous les états que l'entreprise doit comptes d'actif et de passif qui doit être conforme aux
produire en exécution de dispositions légales ou comptes du bilan de clôture de l'exercice précédent, avec
réglementaires et qui sont basés sur les données le détail des écritures constituant le solde.
introduites dans le logiciel de comptabilité.
Art. 15. — Le logiciel de comptabilité doit proposer une
Art. 11. — Tout état produit par le logiciel doit être fonctionnalité d'exportation du fichier des écritures
strictement conforme aux dispositions légales ou comptables au bénéfice de tiers, dans un format
réglementaires qui le régissent. aisément exploitable indépendamment du logiciel de
comptabilité.
Art. 12. — Le logiciel de comptabilité doit garantir, en
contrôlant tant a priori qu'a posteriori, le respect des Art. 16. — Tout état produit par le logiciel de
équilibres fondamentaux de la comptabilité en partie comptabilité doit retracer les informations d'identification
double, notamment : de l'entité, de l'état, de sa date d'édition, de son numéro de
page et le détail et les références de l'opération avec
— l'égalité entre le débit et le crédit de chaque écriture mention qu'il correspond à une édition provisoire ou
comptable ; définitive.
— l'égalité du débit et du crédit de tout journal pour
toute période ; Art. 17. — Chaque utilisation du logiciel de
comptabilité doit faire l'objet d'une procédure
— l'égalité des totaux de l'ensemble des pièces d'identification de l'utilisateur, suivie de son
enregistrées et des journaux auxiliaires pour toute authentification cadrée par les habilitations qui lui ont été
période ; octroyées.
— l'égalité entre le total des mouvements du débit et Le logiciel de comptabilité doit posséder les
celui des mouvements du crédit de la balance des mécanismes de contrôle d'accès, via l'exécutable, qui
comptes ; permettent de restreindre l'utilisation de chaque fonction
— l'égalité des totaux des mouvements du débit et celle du logiciel aux seules personnes autorisées.
des totaux des mouvements du crédit du grand-livre des
comptes ; L'accès externe aux fichiers de bases de données doit
être réservé aux seules personnes habilitées.
—l'égalité des totaux des journaux auxiliaires et des
totaux du grand-livre ; Art. 18. — Le logiciel de comptabilité journalise dans
— l'égalité du total des soldes du grand-livre et celle du un fichier dénommé journal électronique des événements
total des soldes de la balance ; toute opération réalisée au moyen du logiciel qui doit
comprendre l'identification de l'auteur de l'opération, le
— l'égalité des totaux des mouvements et des soldes des poste de travail utilisé, la date et l'heure de l'opération, le
comptes individuels (clients, fournisseurs) avec les totaux type d'opération réalisée, les données ou paramètres
des mouvements et des soldes des comptes collectifs ; impliqués.
— l'égalité des totaux débit/crédit des comptes :
Art. 19. — Le logiciel de comptabilité doit comprendre
— les totaux des classes. une procédure d'archivage, qui permet de transférer
l'ensemble des écritures et données comptables de
Le logiciel de comptabilité doit produire au moins périodes comptables clôturées ou non vers des supports de
mensuellement un journal centralisateur regroupant, par stockage amovibles, sans possibilité de modification.
journal utilisé, les totaux de l'ensemble des opérations
enregistrées au cours du mois. La procédure d'archivage est assortie d'une procédure
réciproque permettant, à partir des supports amovibles, de
La centralisation doit faire apparaître l'ensemble des restaurer dans les fichiers comptables les écritures et
totaux des journaux comptables. données archivées.
6 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

En cas de changement de version du logiciel de états et renseignements ou à partir de ces comptes, états et
comptabilité, la nouvelle version doit comporter les renseignements, de retrouver ces données et les pièces
mécanismes requis pour pouvoir relire ou convertir les justificatives.
écritures archivées avec la ou les versions antérieures. La
procédure d'archivage doit assurer l'antériorité de la date Art. 25. — Les dispositions du présent décret sont
d'archivage demandée par rapport à la date de la dernière précisées, en tant que de besoin, par arrêté du ministre des
clôture périodique. finances.

Art. 20. — Le logiciel de comptabilité doit comprendre Art. 26. — Le présent décret sera publié au Journal
une procédure permettant de sauvegarder tous les fichiers officiel de la République algérienne démocratique et
requis pour effectuer une restauration complète du populaire.
système comptable ou faisant référence à une procédure
de restauration et de sauvegarde. Réciproquement, le Fait à Alger, le 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au
logiciel de comptabilité doit comprendre une procédure 7 avril 2009.
permettant de restaurer complètement le système
comptable, au départ d'une sauvegarde, ou faisant
Ahmed OUYAHIA.
référence à une procédure de restauration et de
————★————
sauvegarde.
Art. 21. — Toute manipulation susceptible de présenter
un risque de perte ou de corruption de données doit faire Décret exécutif n° 09-111 du 11 Rabie Ethani 1430
appel à la procédure qui exécute automatiquement une correspondant au 7 avril 2009 fixant les
sauvegarde préalable des données, ou à défaut qui suggère modalités d’organisation et de fonctionnement
à l'utilisateur d'effectuer cette sauvegarde préalable. ainsi que les conditions financières du fonds de
garantie des assurés.
La procédure de sauvegarde comporte tous les ————
mécanismes requis pour garantir la fiabilité des éléments
sauvegardés, notamment le verrouillage de toutes les Le Premier ministre,
opérations susceptibles de mettre à jour les données Sur le rapport du ministre des finances,
comptables pendant la sauvegarde, la relecture de la
sauvegarde après écriture assortie d'une comparaison entre Vu la Constitution, notamment ses articles 85-3° et 125
le fichier sauvegardé et le fichier original. (alinéa 2) ;

La procédure de sauvegarde quotidienne doit s'exécuter Vu l’ordonnance n° 74-15 du 30 janvier 1974, modifiée
automatiquement au même titre que la procédure de et complétée, relative à l’obligation d’assurance des
sauvegarde partielle qui s'exécute automatiquement à véhicules automobiles et au régime d’indemnisation des
intervalles réguliers. dommages ;

Art. 22. — Le logiciel de comptabilité doit comporter Vu l’ordonnance n° 75-59 du 26 septembre 1975,
un mécanisme qui permet de vérifier qu'il est toujours modifiée et complétée, portant code de commerce ;
fiable. Le logiciel doit garder la trace de ses mises à jour Vu l’ordonnance n° 95-07 du 23 Chaâbane 1415
dans un fichier dénommé journal, reprenant les mises à correspondant au 25 janvier 1995, modifiée et complétée,
jour et leur contenu respectif. relative aux assurances, notamment son article 213 bis ;
Le logiciel doit comprendre une fonction qui édite Vu l’ordonnance n° 08-02 du 21 Rajab 1429
automatiquement la valeur actuelle et la valeur par défaut correspondant au 24 juillet 2008 portant loi de finances
de tous les paramètres dont la valeur s'écarte de la valeur complémentaire pour 2008, notamment son article 59 ;
par défaut.
Vu le décret présidentiel n° 08-365 du 17 Dhou
Art. 23. — La comptabilité tenue au moyen de systèmes
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
informatiques doit respecter les procédures fiscales en
portant nomination du Premier ministre ;
vigueur. Le contrôle par l'administration fiscale de cette
comptabilité doit porter conformément à l'article 40 Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
de la loi n° 01-21 du 7 Chaoual 1422 correspondant El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
au 22 décembre 2001, susvisée, sur l'ensemble des portant nomination des membres du Gouvernement ;
informations, données et traitements informatiques qui
concourent directement ou indirectement à la formation Vu le décret exécutif n° 04-103 du 15 Safar 1425
des résultats comptables ou fiscaux et à l'élaboration des correspondant au 5 avril 2004 portant création et fixant les
déclarations rendues obligatoires par la législation fiscale statuts du fonds de garantie automobile ;
ainsi que sur la documentation relative aux analyses, à la
programmation et à l'exécution des traitements. Vu le décret exécutif n° 08-113 du 3 Rabie Ethani 1429
correspondant au 9 avril 2008 précisant les missions de la
Art. 24. — Les comptabilités informatisées doivent commission de supervision des assurances ;
permettre de reconstituer, à partir des pièces justificatives
appuyant les données entrées, les éléments des comptes, Après approbation du Président de la République ;
12 Rabie Ethani 1430 7
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

Décrète : Une convention de gestion entre le ministère chargé des


finances et le fonds de garantie automobile définit les
Article 1er. — En application des dispositions de modalités et les frais de gestion du fonds.
l’article 213 bis de l’ordonnance n° 95-07 du 23 Chaâbane
1415 correspondant au 25 janvier 1995, modifiée et Art. 9. — Les avoirs disponibles du fonds sont placés
complétée, susvisée, le présent décret a pour objet de fixer par le fonds de garantie automobile auprès du Trésor
les modalités d’organisation et de fonctionnement ainsi public. Les mouvements effectués sur ce compte sont
que les conditions financières du fonds de garantie des exécutés par le directeur général du fonds de garantie
assurés, par abréviation « F.G.A.S » ci-après désigné « le automobile conformément aux dispositions du présent
fonds ». décret et à la convention visée à l’article 8 ci-dessus.

Art. 2. — Conformément aux dispositions de l’article Art. 10. — Dans le cadre des opérations financières du
213 bis de l’ordonnance n° 95-07 du 23 Chaâbane 1415 fonds, le directeur général du fonds de garantie
correspondant au 25 janvier 1995, modifiée et complétée, automobile :
susvisée, le fonds a pour mission de supporter, dans la
limite des ressources disponibles, tout ou partie des dettes — fournit à la commission visée à l’article 11
nées des contrats d’assurance d’une société d’assurance en ci-dessous, les éléments comptables et financiers
situation d’insolvabilité, dans le cas où les actifs de cette nécessaires à l’accomplissement de sa mission ;
dernière se trouvent insuffisants.
— élabore les comptes annuels du fonds ;
Art. 3. — Le fonds intervient sur saisine de la — adresse au ministre chargé des finances ainsi qu’à la
commission de supervision des assurances, après rapport commission, visée à l’article 11 ci-dessous, un rapport
motivé du syndic administrateur judiciaire constatant annuel sur les opérations dudit fonds ;
l’insuffisance des actifs de la société défaillante.
— procède aux poursuites judiciaires contre :
Art. 4. — La commission de supervision des assurances
adresse au fonds un état nominatif des dettes de la société * les personnes ayant indûment perçu une
envers les assurés et bénéficiaires des contrats d’assurance indemnisation ;
ou leurs ayants droit ainsi que toute pièce justificative
accompagnant l’état. * les tiers responsables des sinistres ;

Art. 5. — L’indemnisation des assurés, des et met à exécution les actions nécessaires au
bénéficiaires du contrat d’assurance ou de leurs ayants recouvrement desdites indemnités et les sommes dues par
droit est effectuée par le fonds, dans un délai maximum de les tiers responsables.
six (6) mois à compter de la date de dépôt de l’état visé à
l’article 4 ci-dessus. Art. 11. — Il est créé une commission d’indemnisation
des assurés, ci après désignée « la commission »,
Art. 6. — Sur proposition de la commission composée comme suit :
d’indemnisation des assurés, instituée par l’article 11 — un représentant du ministre chargé des finances,
ci-dessous, un arrêté du ministre chargé des finances fixe président ;
les niveaux d’indemnisation mis à la charge du fonds.
— un représentant de la structure chargée des
Art. 7. — Sont exclues de toute indemnisation par le assurances au ministère des finances, membre ;
fonds, les personnes physiques et morales suivantes : — deux représentants de l’association des sociétés
d’assurance, membres.
a- administrateurs, dirigeants, commissaires aux
comptes, associés personnellement responsables, Le secrétariat de la commission est assuré par le
détenteurs, directement ou indirectement, d’au moins 1% directeur général du fonds de garantie automobile.
du capital de la société défaillante et toutes personnes
ayant les mêmes qualités dans d’autres sociétés du
groupe ; La liste nominative des membres de la commission est
fixée par arrêté du ministre chargé des finances.
b- sociétés et courtiers d’assurance agréés en vertu de
l’ordonnance n° 95-07 du 25 janvier 1995, modifiée et Art. 12. — La commission est chargée :
complétée, susvisée, à l’exception des contrats souscrits
au profit de leurs salariés ou de leurs clients. — d’examiner les dossiers d’indemnisation ;
— de proposer, au ministre chargé des finances, les
Sont également exclus les sinistres survenus après niveaux d’indemnisation ;
trente (30) jours à minuit, à compter de la date de la
publication au Journal officiel de l’arrêté du ministre — de donner un avis pour tout ce qui concerne la
chargé des finances portant retrait d’agrément à la société gestion du fonds.
défaillante.
Art. 13. — La commission se réunit pour examiner les
Art. 8. — La gestion du fonds est confiée au fonds de points inscrits à l’ordre du jour, sur convocation de son
garantie automobile, par abréviation F.G.A. président.
8 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Art. 14. — Le président de la commission est chargé — les indemnités octroyées aux assurés, aux
d’adresser à chaque membre une convocation précisant bénéficiaires des contrats d’assurance ou à leurs ayants
l’ordre du jour quinze (15) jours au moins avant la date de droit ;
la réunion.
— les frais des missions d’enquête et d’expertise
Art. 15. — La commission ne peut délibérer relatives à l’étude des dossiers d’indemnisation ;
valablement qu’en présence des trois quart (3/4), au
moins, de ses membres. — les frais de gestion du fonds ;

— les indemnités octroyées aux membres de la


Si le quorum n’est pas atteint, la commission se réunit commission d’indemnisation des assurés et dont le
dans les huit (8) jours qui suivent et délibère valablement montant est fixé par voie réglementaire ;
quel que soit le nombre des membres présents.
— toute autre dépense mise à la charge du fonds.
Les décisions de la commission sont prises à la
majorité simple des voix des membres présents. En cas de
Art. 22. — La comptabilité est tenue en la
partage égal des voix, celle du président est
forme commerciale conformément à la législation en
prépondérante.
vigueur.
Le vote par procuration n’est pas admis.
Art. 23. — Les opérations du fonds sont retracées, tant
Art. 16. — Les délibérations de la commission sont en recettes qu’en dépenses, dans une comptabilité
consignées sur des procès-verbaux, signées par le distincte tenue par le F.G.A.
président et le secrétaire et transcrites sur un registre
spécial. Art. 24. — Les comptes sont contrôlés et certifiés par
un commissaire aux comptes désigné par le ministre
Art. 17. — Les procès-verbaux des délibérations de la chargé des finances.
commission sont adressés, pour approbation, au ministre
chargé des finances. Art. 25. — Le bilan, le rapport annuel d’activités et le
rapport du commissaire aux comptes sont adressés au
Art. 18. — Les membres de la commission sont tenus ministre chargé des finances avant le 30 juin de chaque
au secret professionnel. année.
Art. 19. — Le directeur général du fonds de garantie
automobile est responsable du fonctionnement du fonds. Art. 26. — Après leur approbation par le ministre
chargé des finances, le bilan et le rapport d’activités
A ce titre : prévus à l’article 25 ci-dessus, sont communiqués à
chaque société d’assurance et/ou de réassurance et
— il prépare les réunions de la commission et veille à succursale de société d’assurance étrangère agréées.
l’exécution de ses délibérations ;
Art. 27. — Le fonds est subrogé dans les droits des
— il exécute les dépenses du fonds ; assurés, souscripteurs de contrats et bénéficiaires des
indemnités, à concurrence du montant des sommes qu’il a
— il suit le recouvrement des cotisations allouées au
versées.
fonds ;

— il représente le fonds vis-à-vis des tiers ; Le fonds est également subrogé dans les droits de
la société défaillante en matière de créances
— il représente le fonds en justice et dans tous les actes détenues sur les réassureurs à concurrence des sommes
de la vie civile. exigibles.

Art. 20. — Les ressources du fonds sont constituées Le fonds peut engager toute action en responsabilité à
par : l’encontre des dirigeants de droit ou de fait de la
— une cotisation annuelle des sociétés d’assurance société d’assurance défaillante aux fins d’obtenir le
et/ou de réassurance et des succursales d’assurance remboursement de tout ou partie des sommes versées par
étrangères agréées, dans la limite de 1% des primes lui.
émises nettes d’annulation,
Art. 28. — Le présent décret sera publié au Journal
— les produits des placements du fonds. officiel de la République algérienne démocratique et
populaire.
Le taux de la cotisation, les modalités de son versement
ainsi que le délai de son recouvrement sont fixés par arrêté
Fait à Alger, le 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au
du ministre chargé des finances.
7 avril 2009.
Art. 21. — Les dépenses du fonds sont
représentées par : Ahmed OUYAHIA.
12 Rabie Ethani 1430 9
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

Décret exécutif n° 09-112 du 11 Rabie Ethani 1430 Art 3. — Les travaux à engager au titre de l’opération
correspondant au 7 avril 2009 portant de restructuration et de réaménagement, visés à l’article
déclaration d’utilité publique l’opération relative 1er ci-dessus, consistent en la réalisation notamment des
à la restructuration et au réaménagement d’une sièges du Conseil de la Nation et de l’Assemblée
partie du périmètre du pôle urbain dit “des populaire nationale ainsi qu’un hôtel sur une superficie de
abattoirs”. 4,8 hectares répartis comme suit :
————
— siège du Conseil de la Nation ............. : 1,8 hectare ;
Le Premier ministre, — siège de l’Assemblée populaire nationale : 1,8
Sur le rapport du ministre des finances, hectare ;
— 1 hôtel..................................................... 1,2 hectare.
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-3° et 125
(alinéa 2), Art. 4. — Les travaux d’expropriation, objet du présent
Vu la loi n° 90-30 du 1er décembre 1990, modifiée et décret, sont poursuivis par les services de la wilaya
complétée, portant loi domaniale ; d’Alger, conformément à la législation et à la
réglementation en vigueur.
Vu la loi n° 91-11 du 27 avril 1991, complétée, fixant
les règles relatives à l’expropriation pour cause d’utilité L’ordonnateur du compte relatif aux dépenses liées à
publique ; cette opération est le wali de la wilaya d’Alger.
Vu le décret présidentiel n° 08-365 du 17 Dhou Art. 5. — Les crédits afférents aux indemnités à allouer
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 au profit des propriétaires pour les opérations
portant nomination du Premier ministre ; d’expropriation des biens immobiliers, fonds de
commerce ainsi que tous autres droits réels immobiliers
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
nécessaires à la réalisation de cette opération doivent être
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
disponibles et consignés auprès du Trésor public.
portant nomination des membres du Gouvernement ;
Vu le décret exécutif n° 93-186 du 27 juillet 1993, Art. 6. — Le présent décret sera publié au Journal
complété, déterminant les modalités d’application de la loi officiel de la République algérienne démocratique et
n° 91-11 du 27 avril 1991, complétée, fixant les règles populaire.
relatives à l’expropriation pour cause d’utilité publique ;
Fait à Alger, le 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au
Après approbation du Président de la République ; 7 avril 2009.

Décrète : Ahmed OUYAHIA.


————★————
Article 1er. — En application des dispositions de
l’article 12 bis de la loi n° 91-11 du 27 avril 1991, Décret exécutif n° 09-113 du 11 Rabie Ethani 1430
complétée, susvisée, et conformément aux dispositions de correspondant au 7 avril 2009 portant
l’article 10 du décret exécutif n° 93-186 du 27 juillet déclaration d’utilité publique l’opération de mise
1993, complété, susvisé, le présent décret a pour objet de à double voie et modernisation des installations
déclarer d’utilité publique l’opération de restructuration et du tronçon Khemis Miliana/Oued Fodda de la
de réaménagement d’une partie du périmètre du pôle ligne ferroviaire Alger/Oran.
urbain dit “des abattoirs” en raison du caractère ————
d’infrastructure d’intérêt général et d’envergure nationale Le Premier ministre,
et stratégique de ces travaux.
Sur le rapport du ministre des transports,
Art. 2. — L’opération visée à l’article 1er ci-dessus
porte sur le périmètre délimité sur le plan annexé à Vu la Constitution, notamment ses articles 85-3° et 125
l’original du présent décret. (alinéa 2) ;
Vu la loi n° 90-30 du 1er décembre 1990 portant loi
Le périmètre du pôle urbain dit “des abattoirs”, prévu à
domaniale ;
l’alinéa ci-dessus, est situé sur le territoire des communes
de Hussein-Dey et de Kouba (wilaya d’Alger) et est Vu la loi n° 91-11 du 27 avril 1991, complétée, fixant
constitué de trois îlots d’une superficie globale de 13 les règles relatives à l’expropriation pour cause d’utilité
hectares 74 ares 63 centiares répartie comme suit : publique ;
— îlot n° 1 d’une superficie de 9 hectares 37 ares 43 Vu la loi n° 01-13 du 17 Joumada El Oula 1422
centiares situé dans la commune de Hussein-Dey ; correspondant au 7 août 2001 portant orientation et
— îlot n° 2 d’une superficie de 2 hectares 19 ares 90 organisation des transports terrestres ;
centiares situé dans la commune de Hussein-Dey ;
Vu le décret présidentiel n° 08-365 du 17 Dhou
— îlot n° 3 d’une superficie de 2 hectares 17 ares 30 El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
centiares situé dans la commune de Kouba. portant nomination du Premier ministre ;
10 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou Décret exécutif n° 09-114 du 11 Rabie Ethani 1430
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 correspondant au 7 avril 2009 fixant les
portant nomination des membres du Gouvernement ; conditions d'élaboration du plan d'aménagement
côtier, son contenu et les modalités de sa mise en
Vu le décret exécutif n° 93-186 du 27 juillet 1993, œuvre.
complété, déterminant les modalités d’application de la loi ————
n° 91-11 du 27 avril 1991, complétée, fixant les règles
relatives à l’expropriation pour cause d’utilité publique ; Le Premier ministre,

Après approbation du Président de la République ; Sur le rapport du ministre de l'aménagement du


territoire, de l'environnement et du tourisme, après avis du
Décrète : ministre de l'intérieur et des collectivités locales et du
ministre chargé de l'urbanisme ;
Article 1er. — En application des dispositions de Vu la Constitution, notamment ses articles 85-3° et 125
l’article 12 bis de la loi n° 91-11 du 27 avril 1991, (alinéa 2) ;
complétée, susvisée, et conformément aux dispositions de
l’article 10 du décret exécutif n° 93-186 du 27 juillet Vu la loi n° 90-29 du 1er décembre 1990, modifiée et
1993, complété, susvisé, le présent décret a pour objet de complétée, relative à l'aménagement et l'urbanisme ;
déclarer d’utilité publique l’opération de mise à double Vu la loi n° 02-02 du 22 Dhou El Kaada 1422
voie et modernisation des installations du tronçon Khemis correspondant au 5 février 2002 relative à la protection et
Miliana/Oued Fodda de la ligne ferroviaire Alger/Oran, en la valorisation du littoral ;
raison du caractère d’infrastructure d’intérêt général et
d’envergure nationale et stratégique de ces travaux. Vu la loi n° 03-10 du 19 Joumada El Oula 1424
correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection de
Art. 2. — Le caractère d’utilité publique concerne les l'environnement dans le cadre du développement durable ;
biens immeubles et/ou les droits réels immobiliers servant
Vu le décret présidentiel n° 08-365 du 17 Dhou
d’emprise à la réalisation de l’opération visée à l’article
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
1er ci-dessus.
portant nomination du Premier ministre ;
Art. 3. — Les terrains visés à l’article 2 ci-dessus qui Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
représentent une superficie totale de 18 hectares, 47 ares El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
et 40 centiares sont situés sur le territoire de la wilaya de portant nomination des membres du Gouvernement ;
Aïn Defla et délimités conformément au plan annexé à
l’original du présent décret. Vu le décret exécutif n° 91-177 du 28 mai 1991,
modifié et complété, fixant les procédures d'élaboration et
Art. 4. — La consistance des travaux à engager d'approbation du plan directeur d'aménagement et
concerne la réalisation de l’opération de mise à double d'urbanisme et le contenu des documents y afférents ;
voie et modernisation des installations du tronçon Khemis Vu le décret exécutif n° 91-178 du 28 mai 1991,
Miliana/Oued Fodda de la ligne ferroviaire Alger/Oran, et modifié et complété, fixant les procédures d'élaboration et
porte notamment sur : d'approbation des plans d'occupation des sols ainsi que le
— les terrassements généraux ; contenu des documents y afférents ;

— la pose de la voie ferrée ; Vu le décret exécutif n° 04-113 du 23 Safar 1425


correspondant au 13 avril 2004 portant organisation,
— la réalisation de vingt-sept (27) ouvrages d’art ; fonctionnement et missions du commissariat national du
littoral ;
— la réalisation de sept (7) bâtiments de gares et de
services. Après approbation du Président de la République ;

Art. 5. — Les crédits nécessaires aux indemnités à Décrète :


allouer au profit des intéressés pour l’opération
d’expropriation des biens et droits réels immobiliers Article 1er. — En application des dispositions de
nécessaires à la réalisation de l’opération de mise à double l'article 26 de la loi n° 02-02 du 22 Dhou El Kaada 1422
voie et modernisation des installations du tronçon Khemis correspondant au 5 février 2002, susvisée, le présent
Miliana/Oued Fodda de la ligne ferroviaire Alger/Oran décret a pour objet de fixer les conditions d'élaboration du
doivent être disponibles et consignés auprès du Trésor plan d’aménagement côtier, son contenu et les modalités
public. de sa mise en œuvre.

Art. 6. — Le présent décret sera publié au Journal Art. 2. — Le plan d'aménagement côtier comporte :
officiel de la République algérienne démocratique et
populaire. 1 - un rapport technique, qui fait ressortir :
— la délimitation de la zone d'intervention du plan
Fait à Alger, le 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au
d'aménagement côtier,
7 avril 2009.
— les caractéristiques environnementales et
Ahmed OUYAHIA. géographiques,
12 Rabie Ethani 1430 11
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

— l'occupation de la population et des activités — un représentant du ministre des finances ;


économiques et industrielles, le cadre bâti, les voieries, les
— un représentant du ministre chargé des mines ;
réseaux d'alimentation en eau et d'assainissement et les
infrastructures de base, — un représentant du ministre chargé des ressources en
— les enjeux et scénarios d'évolution ainsi que les eau ;
propositions d'actions. — un représentant du ministre chargé des transports ;
Le rapport technique comprend les documents — un représentant du ministre chargé de l'agriculture ;
cartographiques faisant ressortir, notamment :
— un représentant du ministre chargé des forêts ;
* une carte de la géomorphologie et géologie du sol ;
* une carte de la situation écologique ; — un représentant du ministre chargé des travaux
publics ;
* une carte de sensibilité à l'érosion ;
— un représentant du ministre chargé de la culture ;
* une carte du cadre bâti (échelle 1/10 000) ;
* une carte de la densité de population ; — un représentant du ministre chargé de l'urbanisme ;
* une carte des sources de pollution ; — un représentant du ministre chargé de l'industrie ;
* une carte des voiries et des réseaux d'assainissement ; — un représentant du ministre chargé de la pêche ;
* une carte océanographique ; — un représentant du ministre chargé du tourisme ;
* une carte de la géomorphologie marine. — des walis concernés ;
2 - un règlement d'aménagement et de gestion du littoral — un représentant du commissariat national du littoral ;
qui comporte l'ensemble des dispositions fixées par les
lois et règlements en vigueur et celles proposées au titre — un représentant du service national des gardes-côtes ;
de la loi n° 02-02 du 22 Dhou El Kaada 1422 — un représentant de l'agence nationale d'aménagement
correspondant au 5 février 2002, susvisée, pour chaque du territoire ;
composante du littoral, relatives notamment à :
l'occupation du sol, l'implantation de voies carrossables, — un représentant du centre national de recherche et de
de routes, d'extension des agglomérations, des développement de la pêche et de l'aquaculture ;
constructions, des activités économiques et industrielles, — un représentant de l'école nationale supérieure des
de traitement des eaux usées et de déchets, de création de sciences de la mer et de l'aménagement du littoral.
zones d'activités et d'échouage et d'expansion touristique,
de réalisation d'infrastructures portuaires ainsi qu'à la Art. 6. — La commission est notamment chargée
protection d'espaces naturels, de milieux côtiers sensibles, d'examiner et d'adopter les projets de plans
d'aires protégées et de zones critiques. d'aménagement côtier qui lui sont soumis.
Le règlement d'aménagement comprend un plan Art. 7. — La commission peut faire appel à toute
cartographique d'aménagement général, faisant ressortir personne en mesure d'apporter une contribution à ses
les dispositions fixées par les lois et règlements en vigueur travaux.
et celles de la loi n° 02-02 du 22 Dhou El Kaada 1422
correspondant au 5 février 2002, susvisée. Le secrétariat des travaux de la commission est assuré
par les services du ministre chargé de l'aménagement du
Art. 3. — Le rapport technique et le règlement
territoire et de l'environnement.
d'aménagement et de gestion du littoral, cité à l'article
ci-dessus, sont élaborés sur la base d'une étude, initiée par Les membres de la commission sont informés du lieu,
le ministre chargé de l'aménagement du territoire et de de la date et de l'ordre du jour de la réunion au moins
l'environnement et confiée aux bureaux d'études ou à tout quinze (15) jours avant sa tenue.
centre de recherche en matière d'aménagement du
territoire et d'environnement. Art. 8. — La liste nominative des membres de la
commission est fixée par arrêté du ministre chargé de
Art. 4. — L'avant-projet de plan d'aménagement côtier l'aménagement du territoire et de l'environnement sur
est transmis pour examen et avis aux walis, aux présidents proposition des autorités dont ils relèvent.
des assemblées populaires de wilayas et aux présidents
des assemblées populaires communales concernées, ainsi Art. 9. — Le plan d'aménagement côtier est adopté par
qu'à toute institution ou organisme concerné. décret exécutif sur proposition des ministres chargés de
Art. 5. — Il est créé une commission interministérielle, l'aménagement du territoire et de l'environnement, de
pour l'examen du plan d'aménagement côtier, dénommée l'urbanisme, de l'intérieur et des collectivités locales.
ci-après « commission », composée de : Art. 10. — Le présent décret sera publié au Journal
— un représentant du ministre chargé de l'aménagement officiel de la République algérienne démocratique et
du territoire et de l'environnement (président) ; populaire.
— un représentant du ministre de la défense nationale ; Fait à Alger, le 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au
— un représentant du ministre de l'intérieur et des 7 avril 2009.
collectivités locales ; Ahmed OUYAHIA.
12 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Décret exécutif n° 09-115 du 11 Rabie Ethani 1430 Art. 4. — Les membres de la commission sont désignés
correspondant au 7 avril 2009 fixant les par l'autorité dont ils relèvent et sont nommés par arrêté
modalités d'organisation et de fonctionnement du ministre chargé de l'environnement pour une durée de
de la commission interministérielle des trois (3) ans, renouvelable.
espaces verts.
———— Art. 5. — En cas d'interruption du mandat de l'un des
membres de la commission, il est procédé à son
Le Premier ministre, remplacement dans les mêmes formes.
Sur le rapport du ministre de l'aménagement du
territoire, de l'environnement et du tourisme, Art. 6. — La commission se réunit deux (2) fois par an
en session ordinaire. Elle se réunit en session
Vu la Constitution, notamment ses articles 85-3° et 125 extraordinaire sur convocation de son président ou à la
(alinéa 2) ; demande de la moitié au moins de ses membres.
Vu la loi n° 07-06 du 25 Rabie Ethani 1428 Les membres de la commission reçoivent l'ordre du jour
correspondant au 13 mai 2007 relative à la gestion, à la de la réunion, accompagné des documents et rapports y
protection et au développement des espaces verts ; afférents, quinze (15) jours avant la date de la réunion.
Vu le décret présidentiel n° 08-365 du 17 Dhou
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 Art. 7. — La commission ne délibère valablement qu'en
portant nomination du Premier ministre ; présence des deux tiers (2/3) au moins de ses membres ; si
le quorum n'est pas atteint, une nouvelle réunion aura lieu
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou à l'issue d'un délai de huit (8) jours suivant la date de la
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 première réunion.
portant nomination des membres du Gouvernement ;
Dans ce cas, la commission délibère valablement quel
Après approbation du Président de la République ; que soit le nombre des membres présents.
Décrète : Les décisions sont prises à la majorité simple des
membres présents. En cas de partage égal des voix, celle
Article ler. — En application des dispositions de du président est prépondérante.
l'article 10 de la loi n° 07-06 du 25 Rabie Ethani 1428
correspondant au 13 mai 2007, susvisée, le présent décret Art. 8. — Les réunions de la commission sont
a pour objet de fixer les modalités d'organisation et de sanctionnées par des procès-verbaux signés par le
fonctionnement de la commission interministérielle des président.
espaces verts, ci après désignée la commission ».
Art. 9. — La commission élabore et adopte son
Art. 2. — Le siège de la commission est fixé à Alger, il règlement intérieur, qui porte notamment sur
peut être transféré en tout autre lieu du territoire national l'organisation des travaux et des délibérations.
par décret pris sur proposition du ministre chargé de
Art. 10. — Les frais inhérents aux déplacements et
l’environnement.
séjours des membres de la commission sont pris en charge
Art. 3. — La commission est présidée par le ministre par l'administration chargée de l'environnement.
chargé de l'environnement ou son représentant. Elle
Art. 11. — Le présent décret sera publié au Journal
comprend :
officiel de la République algérienne démocratique et
— un représentant du ministre de l'intérieur et des populaire.
collectivités locales ; Fait à Alger, le 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au
— un représentant du ministre chargé des finances ; 7 avril 2009.
— un représentant du ministre chargé des ressources en Ahmed OUYAHIA.
————★————
eau ;
— représentant du ministre chargé de l'agriculture ; Décret exécutif n° 08-282 du 6 Ramadhan 1429
correspondant au 6 septembre 2008 complétant
— un représentant du ministre chargé des forêts ;
les listes des centres d’enseignement spécialisés
— un représentant du ministre chargé des travaux pour enfants handicapés visuels et auditifs et
publics ; des centres médico-pédagogiques pour enfants
— un représentant du ministre chargé de la santé ; inadaptés mentaux et handicapés moteurs
(rectificatif).
— un représentant du ministre chargé de la culture ; ————
— un représentant du ministre chargé de la recherche JO n° 51 du 10 Ramadhan 1429
scientifique ; correspondant au 10 septembre 2008
— un représentant du ministre chargé de l'urbanisme ;
Page 10 - article 3 - tableau :
— deux (2) experts choisis en raison de leur
compétence dans les domaines de la botanique et de — Au lieu de : ..... Biskra.....................
l'architecture paysagère.
— Lire : ............... Ouled Djellal..........
La commission peut faire appel à toute personne
susceptible de l'éclairer dans ses travaux. (Le reste sans changement).
12 Rabie Ethani 1430 13
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

ARRETES, DECISIONS ET AVIS

rémunération, les règles relatives à leur gestion ainsi que


PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE le régime disciplinaire qui leur est applicable, notamment
son article 8 ;
Arrêté interministériel du 13 Dhou El Kaada 1429 Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
correspondant au 11 novembre 2008 fixant les correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
effectifs par emploi, leur classification et la durée ministre des finances ;
du contrat des agents exerçant des activités
d’entretien, maintenance ou de services au titre Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424
de l’institut national d’études de stratégie globale. correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
———— directeur général de la fonction publique ;
Le secrétaire général de la Présidence de la République, Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423
correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du
Le secrétaire général du Gouvernement, secrétaire général du Gouvernement ;
Le ministre des finances, Vu le décret présidentiel du 23 Safar 1429
Vu le décret présidentiel n° 93-39 du 26 janvier 1993 correspondant au 1er mars 2008 portant nomination du
précisant les missions et fixant l’organisation et le secrétaire général de la Présidence de la République ;
fonctionnement de l’institut national d’études de stratégie Arrêtent :
globale ;
Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada Article 1er. — En application des dispositions de
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007, modifié, l’article 8 du décret présidentiel n° 07-308 du 17
portant nomination des membres du Gouvernement ; Ramadhan 1428 correspondant au 29 septembre 2007,
susvisé, les effectifs par emploi correspondant aux
Vu le décret présidentiel n° 07-308 du 17 Ramadhan activités d’entretien ou de maintenance ou de services,
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les leur classification ainsi que la durée du contrat des agents
modalités de recrutement des agents contractuels, leurs exerçant au sein de l’institut national d’études de stratégie
droits et obligations, les éléments constitutifs de leur globale sont fixés, conformément au tableau ci-après :

EFFECTIFS SELON LA NATURE


CLASSIFICATION
DU CONTRAT DE TRAVAIL

(1) (2) Effectifs


EMPLOIS Contrat à durée Contrat à durée (1 + 2) Catégories Indices
indéterminée déterminée

à temps à temps à temps à temps


plein partiel plein partiel

Ouvrier professionnel de niveau 1 4 8 12 1 200

Conducteur automobile de niveau 1 1 1 2 219

Agent de prévention de niveau 1 4 4 5 288

Total général 9 8 17

Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.
Fait à Alger, le 13 Dhou El Kaada 1429 correspondant au 11 novembre 2008.
Le secrétaire général Pour le ministre des finances
de la Présidence de la République, Le secrétaire général
Logbi HABBA Miloud BOUTABBA
Pour le secrétaire général du Gouvernement
et par délégation,
Le directeur général de la fonction publique
Djamel KHARCHI
14 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Arrêté interministériel du 13 Dhou El Kaada 1429


correspondant au 11 novembre 2008 fixant le POSTES SUPERIEURS NOMBRE
nombre de postes supérieurs prévus par le statut
particulier des ouvriers professionnels, des
conducteurs d’automobiles et des appariteurs au Chef de parc 1
titre de l’institut national d’études de stratégie
globale.
Chef d’atelier 1
————

Le secrétaire général de la Présidence de la République,


Chef magasinier 1
Le secrétaire général du Gouvernement,
Responsable du service intérieur 1
Le ministre des finances,

Vu le décret présidentiel n° 93-39 du 26 janvier 1993


précisant les missions et fixant l’organisation et le Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal
fonctionnement de l’institut national d’études de stratégie officiel de la République algérienne démocratique et
globale ; populaire.

Vu le décret présidentiel n° 07-173 du 18 Joumada Fait à Alger, le 13 Dhou El Kaada 1429 correspondant
El Oula 1428 correspondant au 4 juin 2007, modifié, au 11 novembre 2008.
portant nomination des membres du Gouvernement ;
Le secrétaire général Pour le ministre
Vu le décret présidentiel n° 07-307 du 17 Ramadhan de la Présidence des finances
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les de la République,
Le secrétaire général
modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux Logbi HABBA Miloud BOUTABBA
titulaires de postes supérieurs dans les institutions et
administrations publiques ;
Pour le secrétaire général du Gouvernement
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415 et par délégation,
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
ministre des finances ; Le directeur général de la fonction publique
Djamel KHARCHI
Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424 ————★————
correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
directeur général de la fonction publique ; Arrêté interministériel du 8 Safar 1430 correspondant
au 4 février 2009 fixant le nombre de postes
Vu le décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram 1429 supérieurs prévus par le statut particulier des
correspondant au 19 janvier 2008 portant statut fonctionnaires appartenant aux corps communs
particulier des ouvriers professionnels, des conducteurs aux institutions et administrations publiques au
d’automobiles et des appariteurs, notamment son titre de la direction générale de la fonction
publique.
article 38 ;
————
Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423 Le secrétaire général du Gouvernement,
correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du
secrétaire général du Gouvernement ; Le ministre des finances,
Vu le décret présidentiel du 23 Safar 1429 Vu le décret présidentiel n° 07-307 du 17 Ramadhan
correspondant au 1er mars 2008 portant nomination du 1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les
secrétaire général de la Présidence de la République ; modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux
titulaires de postes supérieurs dans les institutions et
Arrêtent : administrations publiques ;

Article 1er. — En application des dispositions de Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou


El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
l’article 38 du décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram portant nomination des membres du Gouvernement ;
1429 correspondant au 19 janvier 2008, susvisé, le
nombre de postes supérieurs à caractère fonctionnel au Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 ramadhan 1415
titre de l’institut national d’études de stratégie globale est correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
fixé comme suit : ministre des finances ;
12 Rabie Ethani 1430 15
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424 correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du directeur
général de la fonction publique ;

Vu le décret exécutif n° 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des
fonctionnaires appartenant aux corps communs aux institutions et administrations publiques, notamment ses articles 76, 98,
133, 172, 197 et 235 ;

Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423 correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du secrétaire général
du Gouvernement ;

Arrêtent :

Article 1er. — En application des dispositions du décret exécutif n° 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant
au 19 janvier 2008, susvisé, le nombre de postes supérieurs à caractère fonctionnel au titre de la direction générale de la
fonction publique est fixé comme suit :

FILIERES POSTES SUPERIEURS NOMBRE

Administration générale Chargé d’études et de projet de l’administration centrale 3

Chargé de l’accueil et de l’orientation 2

Traduction-interprétariat Chargé de programmes de traduction - interprétariat 1

Informatique Responsable de bases de données 1

Responsable de réseaux 1

Responsable de systèmes informatiques 1

Statistiques Chargé de programmes statistiques 1

Documentation et archives Chargé de programmes documentaires 1

Laboratoire et maintenance Chef de service maintenance 1

Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.

Fait à Alger, le 8 Safar 1430 correspondant au 4 février 2009.

Pour le ministre des finances Pour le secrétaire général du Gouvernement


Le secrétaire général et par délégation
Miloud BOUTABBA Le directeur général de la fonction publique
Djamel KHARCHI
16 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Arrêté interministériel du 8 Safar 1430 correspondant Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal
au 4 février 2009 fixant le nombre de postes officiel de la République algérienne démocratique et
supérieurs prévus par le statut particulier des populaire.
ouvriers professionnels, des conducteurs Fait à Alger, le 8 Safar 1430 correspondant au
d’automobiles et des appariteurs au titre de la 4 février 2009.
direction générale de la fonction publique.
Pour le ministre Pour le secrétaire général
———— des finances du Gouvernement
Le secrétaire général et par délégation
Le secrétaire général du Gouvernement, Miloud BOUTABBA Le directeur général
Le ministre des finances, de la fonction publique
Djamel KHARCHI
Vu le décret présidentiel n° 07-307 du 17 Ramadhan
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les ————★————
modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux
titulaires de postes supérieurs dans les institutions et Arrêté interministériel du 29 Safar 1430
administrations publiques ; correspondant au 25 février 2009 fixant les
effectifs par emploi, leur classification et la durée
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou du contrat des agents exerçant des activités
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 d’entretien, de maintenance ou de services au
portant nomination des membres du Gouvernement ; titre de la direction générale de la fonction
publique.
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
————
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
ministre des finances ; Le secrétaire général du Gouvernement,
Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424 Le ministre des finances,
correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
directeur général de la fonction publique ; Vu le décret présidentiel n° 07-308 du 17 Ramadhan
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les
Vu le décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram 1429 modalités de recrutement des agents contractuels, leurs
correspondant au 19 janvier 2008 portant statut droits et obligations, les éléments constitutifs de leur
particulier des ouvriers professionnels, des conducteurs rémunération, les règles relatives à leur gestion ainsi que
d’automobiles et des appariteurs, notamment son le régime disciplinaire qui leur est applicable, notamment
article 38 ; son article 8 ;

Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423 Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou


correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
secrétaire général du Gouvernement ; portant nomination des membres du Gouvernement ;
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
Arrêtent : correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
ministre des finances ;
Article 1er. — En application des dispositions de
l’article 38 du décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424
1429 correspondant au 19 janvier 2008, susvisé, le correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
nombre de postes supérieurs à caractère fonctionnel au directeur général de la fonction publique ;
titre de la direction générale de la fonction publique
Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423
est fixé comme suit :
correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du
secrétaire général du Gouvernement ;
POSTES SUPERIEURS NOMBRE
Arrêtent :
Chef de parc 1
Article 1er. — En application des dispositions de
l’article 8 du décret présidentiel n° 07-308 du 17
Chef d’atelier 2 Ramadhan 1428 correspondant au 29 septembre 2007
susvisé, les effectifs par emploi correspondant aux
Chef magasinier 1 activités d’entretien, de maintenance ou de services, leur
classification ainsi que la durée du contrat des agents
exerçant au sein de la direction générale de la fonction
Responsable du service intérieur 1
publique, sont fixés conformément au tableau ci-après :
12 Rabie Ethani 1430 17
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

EFFECTIFS SELON LA NATURE CLASSIFICATION


DU CONTRAT DE TRAVAIL

(1) (2) Effectifs


EMPLOIS Contrat à durée Contrat à durée Catégories Indices
(1 + 2)
indéterminée déterminée

à temps à temps à temps à temps


plein partiel plein partiel

Ouvrier professionnel de niveau 1 2 18 20 1 200

Agent de service de niveau 1

Gardien 7 7

Conducteur automobile de niveau 1 1 1 2 219

Ouvrier professionnel de niveau 2

Conducteur automobile de niveau 2 1 1 3 240

Agent de services de niveau 2

Conducteur automobile de niveau 3 4 263

Ouvrier professionnel de niveau 3 5 288

Agent de services de niveau 3

Agent de prévention de niveau 1 11 11

Ouvrier professionnel de niveau 4 6 315

Agent de prévention de niveau 2 3 3 7 348

Total général 25 18 43

Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.
Fait à Alger, le 29 Safar 1430 correspondant au 25 février 2009.

Pour le ministre des finances Pour le secrétaire général du Gouvernement


Le secrétaire général et par délégation
Miloud BOUTABBA Le directeur général de la fonction publique
Djamel KHARCHI
18 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal


ACADEMIE ALGERIENNE officiel de la République algérienne démocratique et
DE LA LANGUE ARABE populaire.
Fait à Alger, le 6 Moharram 1430 correspondant au
Arrêté interministériel du 6 Moharram 1430 3 janvier 2009.
correspondant au 3 janvier 2009 fixant le nombre
de postes supérieurs prévus par le statut Le président de l’académie Pour le ministre
particulier des fonctionnaires appartenant aux algérienne de la langue arabe des finances
corps communs aux institutions et Abderrahmane HADJ SALAH Le secrétaire général
administrations publiques au titre de l’académie Miloud BOUTABBA
algérienne de la langue arabe.
———— Pour le secrétaire général du Gouvernement
et par délégation
Le secrétaire général du Gouvernement, Le directeur général de la fonction publique
Le ministre des finances, Djamel KHARCHI
————★————
Le président de l’académie algérienne de la langue
arabe, Arrêté interministériel du 6 Moharram 1430
correspondant au 3 janvier 2009 fixant le nombre
Vu le décret présidentiel n° 07-307 du 17 Ramadhan de postes supérieurs prévus par le statut
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les particulier des ouvriers professionnels, des
modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux conducteurs d’automobiles et des appariteurs au
titulaires de postes supérieurs dans les institutions et titre de l’académie algérienne de la langue arabe.
administrations publiques ; ————
Le secrétaire général du Gouvernement,
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 Le ministre des finances,
portant nomination des membres du Gouvernement ; Le président de l’académie algérienne de la langue
arabe,
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du Vu le décret présidentiel n° 07-307 du 17 Ramadhan
ministre des finances ; 1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les
modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux
Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424 titulaires de postes supérieurs dans les institutions et
correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du administrations publiques ;
directeur général de la fonction publique ; Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
Vu le décret exécutif n° 08-04 du 11 Moharram 1429
correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier portant nomination des membres du Gouvernement
des fonctionnaires appartenant aux corps communs des Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
institutions et administrations publiques, notamment son correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
article 76 ; ministre des finances ;
Vu le décret présidentiel du 9 Rajab 1421 correspondant Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424
au 7 octobre 2000 portant nomination du président de correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
l’académie algérienne de la langue arabe ; directeur général de la fonction publique ;
Vu le décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram 1429
Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut
correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du particulier des ouvriers professionnels, des conducteurs
secrétaire général du Gouvernement ; d’automobiles et des appariteurs, notamment son
article 38 ;
Arrêtent : Vu le décret présidentiel du 9 Rajab 1421 correspondant
au 7 octobre 2000 portant nomination du président de
Article 1er. — En application des dispositions de l’académie algérienne de la langue arabe ;
l'article 76 du décret exécutif n° 08-04 du 11 Moharram Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423
1429 correspondant au 19 janvier 2008, susvisé, le correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du
nombre de postes supérieurs à caractère fonctionnel au secrétaire général du Gouvernement ;
titre de l’académie algérienne de la langue arabe est fixé
comme suit : Arrêtent :
Article 1er. — En application des dispositions de
FILIERE POSTE SUPERIEUR NOMBRE l’article 38 du décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram
1429 correspondant au 19 janvier 2008, susvisé, le
nombre de postes supérieurs à caractère fonctionnel au
Administration Chargé de l’accueil et de 1 titre de l’académie algérienne de la langue arabe est fixé
générale l’orientation comme suit :
12 Rabie Ethani 1430 19
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

Vu le décret présidentiel n° 07-308 du 17 Ramadhan


POSTES SUPERIEURS NOMBRE 1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les
modalités de recrutement des agents contractuels, leurs
Chef de parc 1 droits et obligations, les éléments constitutifs de leur
Chef magasinier 1 rémunération, les règles relatives à leur gestion ainsi que
Responsable du service intérieur 1 le régime disciplinaire qui leur est applicable, notamment
son article 8 ;
Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
officiel de la République algérienne démocratique et El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
populaire. portant nomination des membres du Gouvernement ;
Fait à Alger, le 6 Moharram 1430 correspondant au
3 janvier 2009. Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
Le président de l’académie Pour le ministre ministre des finances ;
algérienne des finances
de la langue arabe Le secrétaire général Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424
Abderrahmane HADJ SALAH Miloud BOUTABBA correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
directeur général de la fonction publique ;
Pour le secrétaire général du Gouvernement
Vu le décret présidentiel du 9 Rajab 1421 correspondant
et par délégation au 7 octobre 2000 portant nomination du président de
Le directeur général de la fonction publique l’académie algérienne de la langue arabe ;
Djamel KHARCHI
Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423
————★————
correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du
Arrêté interministériel du 12 Safar 1430 secrétaire général du Gouvernement ;
correspondant au 8 février 2009 fixant les effectfs
par emploi, leur classification et la durée du Arrêtent :
contrat des agents exerçant des activités Article 1er. — En application des dispositions de
d’entretien, de maintenance ou de services au l’article 8 du décret présidentiel n° 07-308 du 17
titre de l’académie algérienne de la langue arabe. Ramadhan 1428 correspondant au 29 septembre 2007
————
susvisé, les effectifs par emploi correspondant aux
Le secrétaire général du Gouvernement, activités d’entretien, de maintenance ou de services, leur
Le ministre des finances, classification ainsi que la durée du contrat des agents
Le président de l’académie algérienne de la langue exerçant au sein de l’académie algérienne de la langue
arabe, arabe sont fixés conformément au tableau ci-après :

EFFECTIFS SELON LA NATURE


DU CONTRAT DE TRAVAIL CLASSIFICATION

(1) (2)
Contrat à durée Contrat à durée Effectifs
EMPLOIS indéterminée déterminée (1 + 2) Catégories Indices
à temps à temps à temps à temps
plein partiel plein partiel
Ouvrier professionnel de niveau 1 8 8
Agent de services de niveau 1 4 4 1 200
Gardien 2 2
Conducteur automobile de niveau 1 1 1 2 219
Agent de prévention de niveau 1 8 8 5 288
Agent de prévention de niveau 2 1 1 7 348
Total général 15 9 24
Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.
Fait à Alger, le 12 Safar 1430 correspondant au 8 février 2009.
Le président de l’académie algérienne de la langue arabe Pour le ministre des finances
Abderrahmane HADJ SALAH Le secrétaire général
Miloud BOUTABBA
Pour le secrétaire général du Gouvernement
et par délégation,
Le directeur général de la fonction publique
Djamel KHARCHI
20 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415


CONSEIL SUPERIEUR DE LA LANGUE ARABE correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
ministre des finances ;
Arrêté interministériel du 11 Rabie El Aouel 1430 Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424
correspondant au 8 mars 2009 fixant les effectifs correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
par emploi, leur classification et la durée du directeur général de la fonction publique ;
contrat des agents exerçant des activités
d’entretien, de maintenance ou de services au Vu le décret présidentiel du 10 Rabie El Aouel 1422
titre du conseil supérieur de la langue arabe. correspondant au 2 juin 2001 portant nomination du
———— président du conseil supérieur de la langue arabe ;
Le secrétaire général du Gouvernement, Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423
Le ministre des finances, correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du
secrétaire général du Gouvernement ;
Le président du conseil supérieur de la langue arabe,
Vu le décret présidentiel n° 07-308 du 17 Ramadhan Arrêtent :
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les
modalités de recrutement des agents contractuels, leurs Article 1er. — En application des dispositions
droits et obligations, les éléments constitutifs de leur de l'article 8 du décret présidentiel n° 07-308 du
rémunération, les règles relatives à leur gestion ainsi que 17 Ramadhan 1428 correspondant au 29 septembre 2007
le régime disciplinaire qui leur est applicable, notamment susvisé, les effectifs par emploi correspondant aux
son article 8 ; activités d’entretien, de maintenance ou de services, leur
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou classification ainsi que la durée du contrat des agents
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 exerçant au sein du conseil supérieur de la langue arabe
portant nomination des membres du Gouvernement ; sont fixés conformément au tableau ci-après :

EFFECTIFS SELON LA NATURE


CLASSIFICATION
DU CONTRAT DE TRAVAIL

(1) (2) Effectifs


EMPLOIS Contrat à durée Contrat à durée (1 + 2)
indéterminée déterminée Catégories Indices
à temps à temps à temps à temps
plein partiel plein partiel

Ouvrier professionnel de niveau 1 2 2 1 200

Agent de services de niveau 1 4 4

Gardien 11 11

Conducteur automobile de niveau 1 1 1 2 219

Ouvrier professionnel de niveau 2 1 1 3 240

Agent de services de niveau 2 5 5

Ouvrier professionnel de niveau 3 1 1 5 288

Agent de prévention de niveau 1 8 8

Agent de prévention de niveau 2 2 2 7 348

Total général 21 4 10 35

Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.

Fait à Alger, le 11 Rabie El Aouel 1430 correspondant au 8 mars 2009.


Pour le ministre des finances Le président du conseil supérieur Pour le secrétaire général du Gouvernement
de la langue arabe et par délégation
Le secrétaire général
Mohamed Larbi OULD KHELIFA Le directeur général de la fonction publique
Miloud BOUTABBA
Djamel KHARCHI
12 Rabie Ethani 1430 21
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

Arrêté interministériel du 11 Rabie El Aouel 1430 Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal
correspondant au 8 mars 2009 fixant le nombre officiel de la République algérienne démocratique et
de postes supérieurs prévus par le statut populaire.
particulier des fonctionnaires appartenant Fait à Alger, le 11 Rabie El Aouel 1430
aux corps communs aux institutions et correspondant au 8 mars 2009.
administrations publiques au titre du conseil
supérieur de la langue arabe.
Pour le ministre Le président
———— des finances du conseil supérieur
de la langue arabe
Le secrétaire général du Gouvernement, Le secrétaire général
Mohamed Larbi
Le ministre des finances, Miloud BOUTABBA OULD KHELIFA
Le président du conseil supérieur de la langue arabe,
Vu le décret présidentiel n° 07-307 du 17 Ramadhan Pour le secrétaire général du Gouvernement
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les et par délégation
modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux Le directeur général de la fonction publique
titulaires de postes supérieurs dans les institutions et Djamel KHARCHI
administrations publiques ;
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
————★————
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
portant nomination des membres du Gouvernement ;
Arrêté interministériel du 11 Rabie El Aouel 1430
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415 correspondant au 8 mars 2009 fixant le nombre
correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du de postes supérieurs prévus par le statut
ministre des finances ; particulier des ouvriers professionnels, des
conducteurs d’automobiles et des appariteurs au
Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424 titre du conseil supérieur de la langue arabe.
correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du ————
directeur général de la fonction publique ;
Le secrétaire général du Gouvernement,
Vu le décret exécutif n° 08-04 du 11 Moharram 1429
correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier Le ministre des finances,
des fonctionnaires appartenant aux corps communs aux Le président du conseil supérieur de la langue arabe,
institutions et administrations publiques, notamment ses
articles 76 et 133 ; Vu le décret présidentiel n° 07-307 du 17 Ramadhan
1428 correspondant au 29 septembre 2007 fixant les
Vu le décret présidentiel du 10 Rabie El Aouel 1422 modalités d’attribution de la bonification indiciaire aux
correspondant au 2 juin 2001 portant nomination du titulaires de postes supérieurs dans les institutions et
président du conseil supérieur de la langue arabe ; administrations publiques ;
Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423 Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou
correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008
secrétaire général du Gouvernement ; portant nomination des membres du Gouvernement ;
Vu le décret exécutif n° 95-54 du 15 Ramadhan 1415
Arrêtent : correspondant au 15 février 1995 fixant les attributions du
ministre des finances ;
Article 1er. — En application des dispositions Vu le décret exécutif n° 03-190 du 26 Safar 1424
des articles 76 et 133 du décret exécutif n° 08-04 correspondant au 28 avril 2003 fixant les attributions du
du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 directeur général de la fonction publique ;
susvisé, le nombre de postes supérieurs à caractère
fonctionnel au titre du conseil supérieur de la langue arabe Vu le décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram 1429
correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier
est fixé comme suit :
des ouvriers professionnels, des conducteurs
d’automobiles et des appariteurs, notamment son
POSTES article 38 ;
FILIERES NOMBRE
SUPERIEURS
Vu le décret présidentiel du 10 Rabie El Aouel 1422
correspondant au 2 juin 2001 portant nomination du
Administration Chargé de l’accueil et de 1
président du conseil supérieur de la langue arabe ;
générale l’orientation
Vu le décret présidentiel du 7 Rabie Ethani 1423
Informatique Responsable des systèmes 1 correspondant au 18 juin 2002 portant nomination du
informatiques secrétaire général du Gouvernement ;
22 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

Arrêtent : CHAPITRE I
Article 1er. — En application des dispositions de DU FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION
l’artice 38 du décret exécutif n° 08-05 du 11 Moharram D’ATTRIBUTION DU LOGEMENT
1429 correspondant au 19 janvier 2008, susvisé, le PUBLIC LOCATIF
nombre de postes supérieurs à caractère fonctionnel au Art. 2. — Les membres de la commission d’attribution
titre du conseil supérieur de la langue arabe est fixé du logement public locatif, désignée ci-après la
comme suit : “commission de daïra” sont nommés par arrêté du wali
pour une durée renouvelable de trois (3) années.
POSTES SUPERIEURS NOMBRE
Le mandat des membres nommés en raison de leurs
fonctions cesse avec celles-ci.
Chef de parc 1
En cas d’interruption du mandat de l’un quelconque des
Chef magasinier 1 membres, il est procédé à son remplacement dans les
mêmes formes.
Responsable du service intérieur 1 Le membre nouvellement désigné lui succède jusqu’à
l’expiration du mandat.
Art. 2. — Le présent arrêté sera publié au Journal
Art. 3. — Dans le cadre des dispositions des articles 8 et
officiel de la République algérienne démocratique et
18 du décret exécuif n° 08-142 du 11 mai 2008, susvisé,
populaire.
la commission de daïra se réunit chaque fois que
Fait à Alger, le 11 Rabie El Aouel 1430 nécessaire sur convocation de son président.
correspondant au 8 mars 2009.
Art. 4. — Le président de la commission de daïra établit
Pour le ministre Le président du conseil l’ordre du jour des réunions.
des finances supérieur Les convocations aux réunions, accompagnées de
de la langue arabe
Le secrétaire général l’ordre du jour et des documents y afférents sont adressées
Mohamed Larbi aux membres, au plus tard huit (8) jours avant la date
Miloud BOUTABBA OULD KHELIFA prévue de chaque réunion. Les membres doivent en
accuser réception.
Pour le secrétaire général du Gouvernement
Art. 5. — La commission de daïra ne peut se réunir
et par délégation valablement qu’en présence de tous ses membres.
Le directeur général de la fonction publique Si le quorum n’est pas atteint, la réunion est reportée à
Djamel KHARCHI une date ultérieure fixée par le président, sans que
toutefois le délai ne doive dépasser huit (8) jours. Dans ce
MINISTERE DE L’HABITAT cas, la commission se réunit et délibère valablement quel
ET DE L’URBANISME que soit le nombre de membres présents.
Art. 6. — Les décisions de la commission de daïra sont
Arrêté interministériel du 11 Safar 1430 prises à la majorité simple des voix.
correspondant au 7 février 2009 fixant les
modalités de fonctionnement de la commission Art. 7. — La commission de daïra délibère au siège de
d’attribution du logement public locatif et de la la daïra concernée.
commission de recours. Le secrétariat est assuré par les services de la daïra.
————
Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et des Art. 8. — Les délibérations de la commission de daïra
sont constatées sur des procès-verbaux numérotés et
collectivités locales,
signés par chacun des membres présents et transcrits sur
le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, un registre spécial coté et paraphé par le président du
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou tribunal territorialement compétent.
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 Art. 9. — A l’issue du délai de trois (3) mois, tel que
portant nomination des membres du Gouvernement ; fixé par l’article 8 du décret exécutif n° 08-142 du 11 mai
Vu le décret exécutif n° 08-142 du 5 Joumada El Oula 2008, susvisé, et après traitement des recours et
1429 correspondant au 11 mai 2008 fixant les règles affectation définitive des logements, la commission de
d’attribution du logement public locatif, notamment ses daïra clôture ses travaux par un procès-verbal transmis à
articles 14 et 40 ; titre de compte rendu dans les huit (8) jours qui suivent,
au wali qui en adresse ampliation aux ministres chargés
Arrêtent : des collectivités locales et du logement.
Article 1er. — En application des dispositions des CHAPITRE II
articles 14 et 40 du décret exécutif n° 08-142 du 5
DU FONCTIONNEMENT
Joumada El Oula 1429 correspondant au 11 mai 2008
DE LA COMMISSION DE RECOURS
susvisé, le présent arrêté a pour objet de fixer les
modalités de fonctionnement de la commission Art. 10. — Les membres de la commission de recours
d’attribution du logement public locatif et de la sont désignés par arrêté du wali pour une durée
commission de recours. renouvelable de trois (3) années.
12 Rabie Ethani 1430 23
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21
8 avril 2009

Le mandat des membres nommés en raison de leurs Vu le décret exécutif n° 92-07 du 4 janvier 1992 portant
fonctions cesse avec celles-ci. statut juridique des caisses de sécurité sociale et
En cas d’interruption du mandat de l’un quelconque des organisation administrative et financière de la sécurité
membres, il est procédé à son remplacement dans les sociale ;
mêmes formes.
Vu le décret exécutif n° 05-69 du 27 Dhou El Hidja
Le membre nouvellement désigné lui succède jusqu’à 1425 correspondant au 6 février 2005 fixant les formes
l’expiration du mandat. d’action sanitaire et sociale des organismes de sécurité
Art. 11. — La commission de recours se réunit chaque sociale, notamment son article 3 ;
fois que nécessaire sur convocation de son président.
Vu le décret exécutif n° 08-124 du 9 Rabie Ethani 1429
Art. 12. — Le président établit l’ordre du jour des correspondant au 15 avril 2008 fixant les attributions
réunions. du ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité
Les convocations aux réunions, accompagnées de sociale ;
l’ordre du jour et des documents y afférents sont adressées
aux membres, au plus tard huit (8) jours avant la date Vu l’arrêté du 15 Joumada El Oula 1427 correspondant
prévue de chaque réunion. Les membres doivent en au 11 juin 2006 fixant les conditions de création,
accuser réception. d’organisation, de fonctionnement et de financement des
Art. 13. — La commission de recours ne peut se réunir structures et officines chargées de l’action sanitaire et
valablement qu’en présence de tous ses membres. sociale des organismes de sécurité sociale ;

Si le quorum n’est pas atteint, la réunion est reportée à


une date ultérieure fixée par le président, sans que Arrête :
toutefois le délai ne doive dépasser huit (8) jours. Dans ce
cas, la commission se réunit et délibère valablement quel Article 1er. — Le présent arrêté a pour objet de
que soit le nombre de membres présents. modifier et compléter les dispositions de l’arrêté du 15
Joumada El Oula 1427 correspondant au 11 juin 2006
Art. 14. — Les décisions de la commission de recours fixant les conditions de création, d’organisation, de
sont prises à la majorité simple des voix. fonctionnement et de financement des structures et
Art. 15. — La commission de recours délibère au siège officines chargées de l’action sanitaire et sociale des
de la wilaya concernée. Le secrétariat est assuré par les organismes de sécurité sociale.
services de la wilaya.
Art. 16. — Les délibérations de la commission de Art. 2. — Les dispositions de l’article 10 de l’arrêté du
recours sont constatées sur des procès-verbaux numérotés 15 Joumada El Oula 1427 correspondant au 11 juin 2006,
et signés par chacun des membres présents et transcrits sur susvisé, sont modifiées et complétées comme suit :
un registre spécial coté et paraphé par le président du
tribunal territorialement compétent. « Art. 10. — Le centre de diagnostic, de soins et de
dépistage précoce est chargé ................. (sans changement
Art. 17. — Le présent arrêté sera publié au Journal jusqu'à.
officiel de la République algérienne démocratique et
populaire. — du diagnostic, des soins médicaux et para-médicaux
Fait à Alger, le 11 Safar 1430 correspondant et/ou dentaires ;
au 7 février 2009.
Le ministre d’Etat, Le ministre de l’habitat — de l’imagerie médicale ;
ministre de l’intérieur et de l’urbanisme
et des collectivités locales — ...................... (le reste sans changement) ............... ».
Noureddine MOUSSA
Noureddine ZERHOUNI Art. 3. — Les dispositions de l’article 12 de l’arrêté du
dit YAZID 15 Joumada El Oula 1427 correspondant au 11 juin 2006
MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI susvisé, sont modifiées et complétées comme suit :
ET DE LA SECURITE SOCIALE
« Art. 12. — Le centre de diagnostic, de soins et de
Arrêté du 29 Moharram 1430 correspondant au dépistage précoce est organisé en une ou plusieurs unités
26 janvier 2009 modifiant et complétant l’arrêté médicales suivantes :
du 15 Joumada El Oula 1427 correspondant
au 11 juin 2006 fixant les conditions de création, — l’unité d’accueil, de consultation et de soins ;
d’organisation, de fonctionnement et de
financement des structures et officines chargées — ..................... (sans changement) .........................
de l’action sanitaire et sociale des organismes de
sécurité sociale. — l’unité d’exploration fonctionnelle ».
————
Le ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité Art. 4. — La liste des structures et officines chargées de
sociale, l’action sanitaire et sociale des organismes de sécurité
Vu le décret présidentiel n° 08-366 du 17 Dhou sociale annexée à l’arrêté du 15 Joumada El Oula 1427
El Kaada 1429 correspondant au 15 novembre 2008 correspondant au 11 juin 2006, susvisé, est modifiée et
portant nomination des membres du Gouvernement ; complétée comme suit :
24 12 Rabie Ethani 1430
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N° 21 8 avril 2009

CENTRES
DE DIAGNOSTIC, CRECHES CLINIQUES
DE SOINS CENTRES
CODE WILAYA OFFICINES ET JARDINS SPECIALISEES
ET DE DEPISTAGE SOCIAUX
D’ENFANTS
PRECOCE
................................................. ( sans changement ) .........................................................

Centre régional
d’imagerie médicale (sans changement) (sans changement)
03 Laghouat Laghouat

................................................. ( sans changement ) .........................................................

- Ghazaouet
- Maghnia
- El Abed
13 Tlemcen - Siège
- Centre régional (sans changement)
d’imagerie médicale
Maghnia

................................................. ( sans changement ) .........................................................

- Centre social
- Clinique ORL et familial de
Ibnou Sina Ben Aknoun
16 Alger (sans changement) (sans changement) (sans changement)
- Clinique dentaire - Centre
Alger centre d’orthophonie
d’Alger

................................................. ( sans changement ) .........................................................

Centre régional
d’imagerie médicale
18 Jijel et laboratoire (sans changement) (sans changement)
d’analyses
biologiques - Jijel

................................................. ( sans changement ) .........................................................

- Centre ville
- Constantine
- Salah Bey (sans changement) (sans changement)
- Kadour
25 Constantine Boumeddous
- Benazzouz
- Bouchama
- Centre régional
d’imagerie médicale
Constantine

................................................. ( sans changement ) .........................................................

48 Relizane (sans changement) Relizane

Art. 5. — Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire.

Fait à Alger le 29 Moharram 1430 correspondant au 26 janvier 2009.


Tayeb LOUH.

Imprimerie officielle - Les Vergers, Bir-Mourad Raïs, BP 376 - ALGER-GARE


REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Direction Générale de la Comptabilité

Conseil National de la Comptabilité

Instruction n°02 du 29 Octobre 2009 portant première

application du Système Comptable Financier 2010

Ministère des Finances

Novembre 2009

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DES FINANCES


______
LE MINISTRE

Modalités et procédures à mettre en œuvre pour le passage du Plan Comptable National


OBJET :
(PCN) au nouveau Système Comptable Financier (SCF).
Références :
Loi n° 07-11 du 15 Dhou el Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007 portant Système Comptable
1
Financier, notamment ses articles29, 38, 39 et 40;
Ordonnance n° 08-02 du 24 Rajab 1429 correspondant au 27 juillet 2008 portant loi de finances
2
complémentaire pour 2008, notamment son article 62;
Décret exécutif n° 08-156 du 20 Joumada el Oula 1429 correspondant au 26 mai 2008 portant application
3
des dispositions de la loi précitée, notamment ses articles 15 et 24;
4 Décret exécutif n°09-110 du 11 Rabie Ethani 1430 correspondant au 7 avril 2009 fixant les conditions et
modalités de tenue de la comptabilité au moyen
de Systèmes Informatiques;
Arrêté du 23 Rajab 1429 correspondant au 26 juillet 2008 fixant les règles
d'évaluation et de comptabilisation, le contenu et la présentation des états
5
financiers ainsi que la nomenclature et les règles de fonctionnement des
comptes, notamment son annexe aux points 138-2, 138-3 et138-4;
Arrêté du 23 Rajab 1429 correspondant 26 juillet 2008 fixant les seuils de
6 chiffre d'affaires, d'effectif et l'activité applicables aux petites entités pour la
tenue d'une comptabilité financière simplifiée.

La loi n° 07-11 citée en référence, dont l'entrée en vigueur a été reportée au 1er janvier 2010 par l'ordonnance
n° 08-02 portant loi de finances complémentaire pour l'année 2008 , a instauré un nouveau système comptable
financier, en remplacement du Plan Comptable National.
Ce nouveau référentiel comptable, compatible avec les normes comptables internationales (IAS/IFRS), a
introduit des changements très importants au niveau des définitions, des concepts, des règles d'évaluation et de
comptabilisation et de la nature et du contenu des états financiers que devront produire les entités soumises à la
tenue d'une comptabilité financière.

Ces changements sont caractérisés principalement par quatre principales


innovations :

L'adoption de la solution internationale qui rapproche notre pratique comptable de la pratique universelle, ce
qui permettra à la comptabilité de fonctionner avec un socle conceptuel et des principes plus adaptés à
l'économie moderne et de produire une information détaillée.

L'énonciation de principes et des règles devant guider la pratique comptable, notamment l'enregistrement des
transactions, leur évaluation et l'établissement des états financiers, qui limitera les risques de manipulation
volontaire ou involontaire des règles et facilitera la vérification des comptes.

La prise en charge des besoins des investisseurs, actuels ou potentiels, qui disposeront d'une information
financière sur les entreprises à la fois harmonisée, lisible et permettent la comparabilité et la prise de décision

La possibilité pour les petites entités d'appliquer un système d'information basé sur une comptabilité simplifiée.

Ces changements découlent du rôle de la comptabilité qui doit désormais s'attacher à la réalité économique des
opérations plus qu'à leur nature juridique.

Conformément aux dispositions des textes réglementaires cités en références et après avis du Conseil National de
la Comptabilité, la présente instruction à pour objet de fixer les modalités et procédures à mettre en œuvre pour
le passage du Plan Comptable National (PCN) prévu par l'ordonnance n° 75-35 de 1975 au nouveau Système
Comptable Financier (SCF) prévu par la. loi n° 07-11 de 2007.

I. DISPOSITIONS GENERALES :

En application de la Loi n°07-11 du 15 Dhou El Kaada 1428 correspondant au 25 novembre 2007, toute personne
physique ou morale astreinte à la tenue d'une
comptabilité doit respecter pour la présentation de ses états financiers les dispositions prévues par le nouveau
système comptable financier applicable sur le territoire algérien à compter du 1er janvier 2010.Cette loi ne
concerne cependant pas les personnes morales soumises aux règles de la comptabilité publique (Etat,
Communes...).
La première application de cette nouvelle réglementation constitue un changement de méthode comptable tel que
définit par la nouvelle réglementation,

Notamment :
La Loi n° 07-11 du 25 novembre 2007 portant Système Comptable Financier dans ses articles 29, 38 ,40 et
notamment l'article 39 qui stipule : « Les changements de méthodes comptables concernent les modifications de
principes, bases, conventions, règles et pratiques spécifiques appliqués par une entité pour établir et présenter ses
états financiers. Un changement de méthode comptable n'est effectué que s'il est imposé dans le cadre d'une
nouvelle réglementation ou s'il permet une amélioration dans la présentation des états financiers de l'entité
concernée».

Le décret exécutif n° 08-156 du 26 mai 2008 portant application des dispositions de la loi 07-11 portant SCF dans
ses articles 15 et 24 et l'arrêté du 26 juillet 2008 fixant les règles d'évaluation et de comptabilisation, le contenu et
la présentation des états financiers ainsi que la nomenclature et les règles de fonctionnement des comptes dans son
annexe aux points 138-2, 138-3 et notamment 138-4 qui stipule:
« L'impact sur les résultats des exercices antérieurs d'un changement de méthode comptable ou d'une correction
d'erreur fondamentale, doit être présenté, après approbation par les organes de gestion habilités, comme un
ajustement du solde à l'ouverture des résultats non distribués (imputation sur le montant du poste « report à
nouveau » de l'exercice en cours, ou à défaut sur un compte de réserve correspondant à des résultats non
distribués).
Les informations de l'exercice précédent sont alors adaptés afin d'assurer au niveau des états financiers la
comparabilité entre les deux périodes.

Lorsque cet ajustement du solde d'ouverture ou cette adaptation des informations de l'exercice précédent ne
peuvent pas être effectués de façon satisfaisante, des explications sur cette absence d'adaptation ou d'ajustement
sont données dans l'annexe ».

II. LES PROCEDURES A METTRE EN ŒUVRE :


La présente instruction précise les procédures à mettre en œuvre :
II.1. Principes généraux :
Les états financiers relatifs à l'exercice 2010 devront être préparés et présentés comme si l'entité avait toujours
arrêté ses états financiers en se conformant aux dispositions prévues par le nouveau système. En conséquence
ces nouvelles dispositions devront être appliquées de façon rétrospective, sauf lorsque le montant de
l'ajustement relatif aux exercices antérieurs ne peut être raisonnablement déterminé.
Ainsi les entités devront :
- établir un bilan d'ouverture au 1er janvier 2010 conforme à la nouvelle réglementation,
- retraiter les données comparatives de l'exercice 2009, afin d'assurer au niveau des états financiers 2010
présentés conformément à la nouvelle réglementation la comparabilité avec les informations financières
relatives à l'exercice 2009.
- Imputer sur les capitaux propres du bilan d'ouverture les ajustements consécutifs aux retraitements imposés
par cette première application de la nouvelle réglementation comptable.
- présenter en annexe des explications détaillées de l'impact du passage à la nouvelle réglementation sur la
situation financière, la performance financière et la présentation des flux de trésorerie.
II.2. La prise en compte d'actifs et de passifs antérieurement non comptabilisés :
L'application rétrospective du nouveau plan comptable au bilan d'ouverture implique d'inclure tous les actifs et
passifs qui correspondent aux définitions et aux conditions de comptabilisation prévues par la nouvelle
réglementation notamment :
- les frais de développement comptabilisés en charges, mais considérées comme des immobilisations
jncorporelles selon les nouvelles normes,
- les actifs en location financement et le passif correspondant,
- les Instruments financiers non comptabilisés à l'actif ou au passif, les provisions pour retraites et prestations
assimilées non comptabilisées,
- les actifs et passifs des sociétés non consolidées alors qu'elles correspondent aux critères de
consolidation,
- Les impôts différés
L'impact de ces retraitements est imputé sur les capitaux propres.
I I.3. L'élimination de certains actifs et passifs antérieurement comptabilisés :
L'application rétrospective du Système Comptable Financier au bilan d'ouverture implique aussi d'éliminer un
certain nombre d'actifs et de passifs figurant au bilan d'ouverture qui ne remplissent pas les conditions de
comptabilisation prévues par la réglementation, et notamment :
- les frais d'établissement, charges différées et charges à étaler,
- les frais de recherche comptabilisés en immobilisations,
- les provisions pour grosses réparations précédemment comptabilisées,
- les autres provisions pour risques non admises comme provisions pour charges,
- les éléments tels que parts de marché acquises dans le cadre d'un regroupement.

L'impact de ces retraitements est imputé sur les capitaux propres.


I I.4. Le reclassement de certains actifs et passifs :
L'application rétrospective du Système Comptable Financier au bilan d'ouverture implique également de
reclasser certains postes d'actifs, de passifs ou de capitaux propres dans une autre catégorie :
- Les actifs et passifs doivent être classés dans les catégories « courant » ou « non courant
», -.-
- les valeurs mobilières de placement, titres immobilisés en portefeuille doivent être reclassés dans les
différentes catégories d'actifs financiers (Actifs détenus jusqu'à l'échéance, actifs détenus à des fins de
transaction, actifs disponibles à la vente).
I I.5. Le retraitement des données comparatives de l'exercice 2009 :
Afin d'assurer la comparabilité des informations relatives à l'exercice 2010 avec celles
relatives à l'exercice 2009, les entités pourront être amenées à modifier
rétrospectivement les méthodes d'évaluation de certains postes des états
financiers 2009, mais ceci uniquement dans le cadre de la présentation des
informations comparatives figurant sur les états financiers 2010
Ainsi par exemple :
- les provisions pour charges devront faire l'objet d'une actualisation, si cette actualisation a un effet
significatif sur la présentation des états financiers,
- les actifs financiers détenus à des fins de transaction, les actifs biologiques devront être évalués à la juste
valeur.
II. 6. Exceptions à l'application rétrospective de la nouvelle réglementation :
Les entités peuvent déroger à cette obligation d'application rétrospective du Système Comptable Financier,
- lorsque le montant de l'ajustement relatif aux exercices antérieurs ne peut pas être déterminé de façon
raisonnable,
- s'il existe des dispositions transitoires qui permettent ou imposent un autre traitement,
- lorsque le retraitement des opérations du compte de résultat de 2009 exige des travaux que les entités ne
peuvent réaliser sans grandes difficultés,
- si cette application rétrospective n'a pas pour effet de donner des Informations pertinentes aux
utilisateurs des états financiers.
II.7. La comptabilisation des ajustements du bilan d'ouverture :
Tout ajustement résultant du passage au Système Comptable Financier doit être traité comme un ajustement du
solde des résultats non distribués à l'ouverture de l'exercice 2010 (imputation sur le compte report à nouveau).
Méthode alternative : le montant de ces ajustements pourra également figurer dans un sous compte spécifique
du compte 11 intitulé «Ajustements résultant de changement de méthodes comptables ».
III DISPOSITIONS COMPTABLES :

III.1. Procédure de passage du Plan Comptable National vers le Système


Comptable Financier

Afin de concrétiser l'opération de passage du PCN vers le SCF, les entités doivent
suivre les étapes suivantes :

1. Etablir un tableau de correspondance entre les comptes du PCN et ceux du SCF


et s'assurer que les totaux de la balance d'entrée (SCF) sont égaux à ceux de la
balance de clôture (PCN). La réouverture des comptes se fera comptablement en
fonction des dispositions du SCF.
2. Procéder au reclassement des comptes dans les catégories et rubriques telles
que prévues par le SCF.

3 -Procéder au retraitement des comptes issus de 2009 selon les dispositions du


SCF rappelées ci-dessus, notamment:
- en comptabilisant certains éléments d'actif et de passif qui correspondent aux définitions et aux conditions
de comptabilisation prévues par le SCF et qui n'étaient pas comptabilisés en tant que tels selon le PCN.
- par la décomptabilisation de certains éléments d'actif et de passif qui figurent dans le bilan d'ouverture et
qui ne correspondent pas aux définitions et conditions de comptabilisation du SCF.
- en procédant à l'évaluation de tous les éléments d'actif et de passif selon les dispositions prévues par le
SCF.
III.2. Le tableau de correspondance PCN/ SCF :
Afin de faciliter aux entités l'opération de passage du PCN vers le SCF, il a été établi un tableau de
correspondance entre les comptes du PCN et ceux du SCF.
Ce document est joint en annexe de la présente instruction.
Le strict respect des dispositions présentes garantit le passage vers le nouveau système. Les difficultés de mise
en place du système comptable ou les problèmes rencontrés devront être portés à la connaissance du Conseil
National de la Comptabilité pour examen et avis.
Le Directeur Général de la Comptabilité et le Secrétaire Général du Conseil National de la Comptabilité sont
chargés, chacun en ce qui le concerne, de la diffusion et du suivi de l'application de la présente instruction.

LE MINISTRE
Signé : K.DJOUDI
TABLEAU DE CORRESPONDANCE PCN / SCF

PLAN COMPTABLE NATIONAL 1975 NOMENCLATURE COM PTABLE CONVERGENT E SCF


Classe 1 : Fonds propres
100 Apports de l'Etat (appelés / non appelés ) 101 Capital émis (capital social ou fonds de dotation, ou fonds d’exploitation)
101 Apport des collectivités locales (appelés / non appelés ) 101 Capital émis (capital social ou fonds de dotation, ou fonds d’exploitation)
102 Apport des entreprises publiques (appelés / non appelés ) 101 Capital émis (capital social ou fonds de dotation, ou fonds d’exploitation)
103 Apport des sociétés privées (appelés / non appelés ) 101 Capital émis (capital social ou fonds de dotation, ou fonds d’exploitation)
104 Apport des particuliers (appelés / non appelés ) 101 Capital émis (capital social ou fonds de dotation, ou fonds d’exploitation)
110 Fonds d'exploitation 101 Capital émis (capital social ou fonds de dotation, ou fonds d’exploitation)
119 Compte de l'exploitant 108 Compte de l'exploitant
12 Primes d'apport 103 Primes liées au capital social
130 Réserves légales 106 Réserves (légale, statutaire, ordinaire, réglementée)
131 Réserves réglementaires 106 Réserves (légale, statutaire, ordinaire, réglementée)
132 Réserves statutaires 106 Réserves (légale, statutaire, ordinaire, réglementée)
133 Réserves contractuelles 106 Réserves (légale, statutaire, ordinaire, réglementée)
134 Réserves facultatives 106 Réserves (légale, statutaire, ordinaire, réglementée)
141 Subventions d'investissement reçus 131 Subventions d’équipement
132 Autres subventions d’investissements
147 Subventions inscrites à produits exceptionnels (en négatif) 131 Subventions d’équipement
132 Autres subventions d’investissement
150 Ecart de réévaluation en f ranchise dimpôt 105 Ecart de réévaluation
151 Ecart imposable 105 Ecart de réévaluation
17 Liaisons inter-unités 181 Comptes de liaison entre établissements
18 Résultat en instance d'affectation 11 Report à nouveau
190/195 Provisions pour pertes probables et charges (dans le SCF, 153 Provisions pour pensions et obligations similaires
les grosses réparations n'existent plus ) 155 Provisions pour impôts
156 Provisions pour renouvellement des immobilisations (concession)
158 Autres provisions pour charges - passifs non courants
198 Provisions pour participations des travailleurs 481 provisions - passifs courants
Classe 2 : investissements
200 Frais relatifs au pacte social 62 Services
64 Impôts et taxes
201 Frais d'emprunt 169 Primes de remboursement des obligations( si emprunts correspondants sont en cours)

1
202 Frais d'investissement 2xx Compte d'investissement concerné
203 Frais de formation professionnelle 1x Capitaux propres , première application SCF
62 Autres services
63 Charges de Personnel
204 Frais de fonctionnement antérieur au démarrage 1x Capitaux propres , première application SCF
6x Charges par nature
205 Frais d'études et de recherches 1x Capitaux propres , première application SCF
6x Charges par nature
203 Frais de développement immobilisables
208 Frais exceptionnels 1x Capitaux propres , première application SCF
6x Charges par nature
209 Résorption des frais préliminaires A affecter aux comptes "20x" correspondants existants au 31/12/09
210 Fonds de commerce 208 Autres immobilisations incorporelles
212 Droits de la propriété industrielle et commerciale 204 Logiciels informatiques et assimilés
205 Concessions et droits similaires, brevets, licences, marques
220 Terrains 211 Terrains
224 Carrières et gisements 211 Terrains
226 Autres terrains 211 Terrains
240 Bâtiments 213 Constructions
241 Ouvrages d'infrastructure 213 Constructions
242 Installations complexes 215 Installations techniques, matériel et outillage industriels
243 Matériel et outillage 215 Installations techniques, matériel et outillage industriels
244 Matériel de transport 218 Autres immobilisations corporelles
245 Equipement de bureau 218 Autres immobilisations corporelles
246 Emballages récupérables 218 Autres immobilisations corporelles
247 Agencements et installations 212 Agencements et aménagements de terrain
218 Autres immobilisations corporelles
250 Bâtiments sociaux 213 Constructions
251 Matériel 218 Autres immobilisations corporelles
252 Mobilier et équipem ent ménager 218 Autres immobilisations corporelles
257 Aménagements 218 Autres immobilisations corporelles
28 Investissements en cours 232 Immobilisations corporelles en cours
237 Immobilisations incorporelles en cours
29 Amortissement des investissements 280 Amortissement des immobilisations incorporelles
281 Amortissement des immobilisations corporelles

2
Classe 3 Stocks
30 Marchandises 30 Stocks de marchandises
31 Matières et fournitures 31 Matières premières et fournitures
32 Autres approvisionnements
321 Matières consommables
322 Fournitures consommables
326 Emballages
33 Produits semi-ouvrés 351 Produits intermédiaires
34 Produits et travaux en cours 331 Produits en cours
335 Travaux en cours
341 Etudes en cours
345 Prestations de services en cours
35 Produits finis 355 Produits finis
36 Déchets et rebuts 358 Produits résiduels ou matières de récupération (déchets, rebuts)
37 Stocks à l'extérieur 37 Stocks à l'extérieur (en cours de route, en dépôt ou en consignation
38 Achats 38 Achats stockés
39 Provisions pour dépréciation des stocks 39 Pertes de valeur sur stocks et en cours
390 Pertes de valeur sur Stocks de marchandises
391 Pertes de valeur sur Matières premières et fournitures
392 Pertes de valeur sur Autres approvisionnements
393 Pertes de valeur sur En cours de production de biens
394 Pertes de valeur sur En cours de production de services
395 Pertes de valeur sur stocks de produits
397 Pertes de valeur sur Stocks à l'extérieur
Classe 4 : Créances
40 Comptes débiteurs du passif A reclasser en fonction des comptes débiteurs d'origine
421 Titres de participation (EPE, Stés mixtes, privées, autres) 261 Titres de filiales
262 Autres titres de participation
265 Titres de participation évalués par équivalence (entreprises associées)
422 Bons 272 T