Vous êtes sur la page 1sur 136

I.U.T.

Saint-Omer Dunkerque Année 2010–2011


Département G.T.E. Promotion de 1re année

ANNALES DE MATHÉMATIQUES

Denis Bitouzé
Avant-propos Table des matières

Ces annales sont un recueil des énoncés et des corrigés de certains des contrôles des années I Énoncés des épreuves 4 Année 2004–2005 . . . . . . . . . . . 38
précédentes. Année 1995–1996 . . . . . . . . . . . 4 5 janvier 2005 . . . . . . . . . . 38
Au chapitre I page 4, on trouvera les énoncés, éventuellement quelque peu modifiés, des 2 avril 1996 . . . . . . . . . . . 4 28 avril 2005 . . . . . . . . . . . 39
épreuves. Pour la plupart d’entre elles, les documents et calculatrices personnels étaient inter- 9 mai 1996 . . . . . . . . . . . . 5 12 mai 2005 . . . . . . . . . . . 40
dits mais, lors de certaines, les calculatrices du département avaient été mises à la disposition 19 juin 1996 . . . . . . . . . . . 6 15 juin 2005 . . . . . . . . . . . 41
des étudiants. Jusqu’à l’année universitaire 2004–2005, le temps imparti pour chaque épreuve Année 1996–1997 . . . . . . . . . . . 8 Année 2005–2006 . . . . . . . . . . . 42
était de 2 h. À partir de 2005–2006, le temps imparti pour 9 janvier 1997 . . . . . . . . . . 8 23 novembre 2005 . . . . . . . . 42
12 mars 1997. . . . . . . . . . . 8 26 janvier 2006. . . . . . . . . . 43
• les 1re et 3e épreuves de l’année universitaire était de 1 h ;
4 juin 1997 . . . . . . . . . . . . 10 2 février 2006 . . . . . . . . . . 44
• les 2e et 4e épreuves de l’année universitaire était de 2 h. Année 1997–1998 . . . . . . . . . . . 11 17 mai 2006 . . . . . . . . . . . 45
24 novembre 1997 . . . . . . . . 11 21 juin 2006 . . . . . . . . . . . 46
Regroupés dans le chapitre II page 75, les corrigés indiquent de manière très précise la ou 16 février 1998 . . . . . . . . . . 12
une des méthodes à employer et un exemple de rédaction dont il est fortement conseillé de Année 2006–2007 . . . . . . . . . . . 47
11 juin 1998 . . . . . . . . . . . 14 1er décembre 2006 . . . . . . . . 47
s’inspirer. Année 1998–1999 . . . . . . . . . . . 15
Ces annales constituent un excellent moyen de jauger ce qui peut vous être demandé en 15 janvier 2007. . . . . . . . . . 48
16 novembre 1998 . . . . . . . . 15 22 janvier 2007. . . . . . . . . . 49
contrôle et de vous exercer à composer en temps limité. Vous êtes donc invités à les travailler,
26 février 1999 . . . . . . . . . . 16
avant la veille de la première épreuve ! 11 avril 2007 . . . . . . . . . . . 50
11 juin 1999 . . . . . . . . . . . 17
13 juin 2007 . . . . . . . . . . . 50
Année 1999–2000 . . . . . . . . . . . 19
20 juin 2007 . . . . . . . . . . . 52
2 décembre 1999 . . . . . . . . . 19
Année 2007–2008 . . . . . . . . . . . 52
1er mars 2000. . . . . . . . . . . 20
10 décembre 2007 . . . . . . . . 52
13 juin 2000 . . . . . . . . . . . 21
15 janvier 2008. . . . . . . . . . 53
Année 2000–2001 . . . . . . . . . . . 23
19 décembre 2000 . . . . . . . . 23 18 janvier 2008. . . . . . . . . . 54
4 mai 2001 . . . . . . . . . . . . 24 25 avril 2008 . . . . . . . . . . . 55
15 juin 2001 . . . . . . . . . . . 25 12 juin 2008 . . . . . . . . . . . 55
Année 2001–2002 . . . . . . . . . . . 26 Année 2008–2009 . . . . . . . . . . . 57
10 décembre 2001 . . . . . . . . 26 24 novembre 2008 . . . . . . . . 57
18 mars 2002. . . . . . . . . . . 27 9 janvier 2009 . . . . . . . . . . 57
17 juin 2002 . . . . . . . . . . . 29 22 janvier 2009. . . . . . . . . . 59
Année 2002–2003 . . . . . . . . . . . 30 22 mai 2009 . . . . . . . . . . . 59
18 décembre 2002 . . . . . . . . 30 15 juin 2009 . . . . . . . . . . . 60
9 avril 2003 . . . . . . . . . . . 31 17 juin 2009 . . . . . . . . . . . 61
13 juin 2003 . . . . . . . . . . . 32 Année 2009–2010 . . . . . . . . . . . 62
Année 2003–2004 . . . . . . . . . . . 34 26 novembre 2009 . . . . . . . . 62
16 décembre 2003 . . . . . . . . 34 8 janvier 2010 . . . . . . . . . . 63
7 avril 2004 . . . . . . . . . . . 35 25 mars 2010. . . . . . . . . . . 65
8 juin 2004 . . . . . . . . . . . . 37 4 juin 2010 . . . . . . . . . . . . 65

1 2
Table des matières Table des matières

Année 2010–2011 . . . . . . . . . . . 67 Année 2004–2005 . . . . . . . . . . . 156


10 décembre 2010 . . . . . . . . 67 5 janvier 2005 . . . . . . . . . . 156
19 janvier 2011. . . . . . . . . . 67 28 avril 2005 . . . . . . . . . . . 161
6 mai 2011 . . . . . . . . . . . . 68 12 mai 2005 . . . . . . . . . . . 166
17 juin 2011 . . . . . . . . . . . 69 15 juin 2005 . . . . . . . . . . . 170
Année 2011–2012 . . . . . . . . . . . 71 Année 2005–2006 . . . . . . . . . . . 170
25 novembre 2011
12 janvier 2012. .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
71
72
23 novembre 2005
26 janvier 2006. .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
170
173
Chapitre I
20 avril 2012 . . . . . . . . . . . 72 2 février 2006 . . . . . . . . . . 177
21 juin 2012 . . . . . . . . . . . 73 17 mai 2006 . . . . . . . . . . . 177

II Corrigés des épreuves 75


21 juin 2006 . . .
Année 2006–2007 . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
180
180
Énoncés des épreuves
Année 1995–1996 . . . . . . . . . . . 75 1er décembre 2006 . . . . . . . . 180
2 avril 1996 . . . . . . . . . . . 75 15 janvier 2007. . . . . . . . . . 183
9 mai 1996 . . . . . . . . . . . . 80 22 janvier 2007. . . . . . . . . . 187
19 juin 1996 . . . . . . . . . . . 80 11 avril 2007 . . . . . . . . . . . 191
Année 1996–1997 . . .
9 janvier 1997 . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
80
80
13 juin 2007 . . . . . . . . . . . 193 Année 1995–1996 (b) Calculer le développement limité
de lnp1 tan hq  lnp1  tan hq à
20 juin 2007 . . . . . . . . . . . 193
12 mars 1997. . . . . . . . . . . 83 Année 2007–2008 . . . . . . . . . . . 196 l’ordre 3 en 0.
4 juin 1997 . . . . . . . . . . . . 86 10 décembre 2007 . . . . . . . . 196 2 avril 1996
3. On rappelle que
Année 1997–1998 . . . . . . . . . . . 91 15 janvier 2008. . . . . . . . . . 197
24 novembre 1997 . . . . . . . . 91 Exercice 1 (sur 4) tan a tan b
18 janvier 2008. . . . . . . . . . 202 tanpa bq  .
16 février 1998 . . . . . . . . . . 94 25 avril 2008 . . . . . . . . . . . 204 1  tan a tan b
11 juin 1998 . . . . . . . . . . . 99 12 juin 2008 . . . . . . . . . . . 207 1. ?
Calculer le développement limité de Déduire des questions précédentes le dé-
Année 1998–1999 . . . . . . . . . . . 99 Année 2008–2009 . . . . . . . . . . . 208 1 x cos x à l’ordre 3 en 0. veloppement limité de lnptan xq à l’ordre
16 novembre 1998 . . . . . . . . 99 24 novembre 2008 . . . . . . . . 208 3 en π4 .
26 février 1999 . . . . . . . . . . 104 9 janvier 2009 . . . . . . . . . . 210 2. Étudier localement au point d’abscisse
11 juin 1999 . . . . . . . . . . . 106 22 janvier 2009. . . . . . . . . . 215 x0  0 la courbe C d’équation Exercice 4 (sur 4)
Année 1999–2000 . . . . . . . . . . . 106 22 mai 2009 . . . . . . . . . . . 217 ?
1 x cos x  1
2 décembre 1999 . . . . . . . . . 106 15 juin 2009 . . . . . . . . . . . 221 y . 1. (a) Rappeler, avec ses hypothèses, la
1er mars 2000. . . . . . . . . . . 111 17 juin 2009 . . . . . . . . . . . 222 x
13 juin 2000 . . . . . . . . . . . 115 formule de Taylor-Lagrange en 0 à
Année 2009–2010 . . . . . . . . . . . 224
Année 2000–2001 . . . . . . . . . . . 115 Exercice 2 (sur 3) l’ordre 2.
26 novembre 2009 . . . . . . . . 224
19 décembre 2000 . . . . . . . . 115 8 janvier 2010 . . . . . . . . . . 228 (b) Prouver que si c ¡ 0 alors
4 mai 2001 . . . . . . . . . . . . 121 25 mars 2010. . . . . . . . . . . 233 1

p1 cq3   1.
1. Rappeler la définition de Arccos x.
15 juin 2001 . . . . . . . . . . . 127 4 juin 2010 . . . . . . . . . . . . 236
Année 2001–2002 . . . . . . . . . . . 127 Année 2010–2011 . . . . . . . . . . . 239 2. Rappeler l’expression de cos 2a en fonc-
10 décembre 2001 . . . . . . . . 127 10 décembre 2010 . . . . . . . . 239 tion de cos a. (c) En appliquant cette formule, établir
18 mars 2002. . . . . . . . . . . 132 19 janvier 2011. . . . . . . . . . 242 que pour tout x ¡ 0
17 juin 2002 . . . . . . . . . . . 138 6 mai 2011 . . . . . . . . . . . . 246 3. p
Prouver que cos 2 Arccos 5
7
18 et
6 q en
Année 2002–2003 . . . . . . . . . . . 138 17 juin 2011 . . . . . . . . . . . 250 
déduire que 2 Arccos 56 Arccos 18
7
. x
x2
  lnp1 xq   x  x2
2 x3
.
18 décembre 2002 . . . . . . . . 138 Année 2011–2012 . . . . . . . . . . . 253 2 3
9 avril 2003 . . . . . . . . . . . 142 25 novembre 2011 . . . . . . . . 253 Exercice 3 (sur 5)
2. Pour quelles valeurs de x cette inéga-
13 juin 2003 . . . . . . . . . . . 148 12 janvier 2012. . . . . . . . . . 256
lité permet-elle d’affirmer que x  x2 est
2
Année 2003–2004 . . . . . . . . . . . 148 20 avril 2012 . . . . . . . . . . . 260
16 décembre 2003 . . . . . . . . 148 21 juin 2012 . . . . . . . . . . . 263 1. Démontrer que, en 0, tan h h h3
3 une valeur approchée de lnp1 xq à 103
7 avril 2004 . . . . . . . . . . . 152 oph3 q. près ?
3. Donner une valeur approchée de lnp1, 1q
8 juin 2004 . . . . . . . . . . . . 156 Index 269
2. (a) Rappeler le développement limité
de lnp1 t q à l’ordre 3 en 0. à 103 près.

3 4
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.1. Année 1995–1996 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.1. Année 1995–1996

Exercice 5 (sur 4) qu’alors la fonction x est une primi- (c) Déduire de ce qui précède que 2. Pour quelles valeurs de x cette inégalité
tive de la fonction v. Calculer xpT q permet-elle d’affirmer que 1 2x  x8 est
2

2 tan α ?
1. Étude préliminaire.
et en déduire la vitesse moyenne V sin 2α  . une valeur approchée de 1 x à 103
du motard sur le parcours AB. 1 tan2 α
? près ?
(a) Pour t ¥ 0, on pose v pt q  2 t 4  t. (c) Prouver qu’il existe un instant au 2. On pose t  tanpx{2q. ?
cours de l’expérience auquel la vi- 3. Donner une valeur approchée de 1, 2 à
i. Prouver que l’ensemble de dé-
tesse instantanée du motard égale (a) Rappeler l’expression de la dérivée 103 près.
finition D de la fonction v est
de la fonction tan et en déduire que
r0, 4s. sa vitesse moyenne.
Exercice 4 (sur 4)
ii. Déterminer le maximum de v (d) Application numérique. Sachant que 1 Soit f la fonction définie sur R par
A et B sont distants de 1 km et que dt  p1 t 2 q dx.
sur D. 2 b
la vitesse maximale atteinte est 200
(b) i. Pourquoi v est-elle intégrable f px q  lnp1 x2 q.
km/h, déterminer T en secondes ? (b) À l’aide de la question (1c), expri-
? km/h. On donne 15 3 
sur D ?
puis V en mer sin x en fonction de t.
26 et 80 3  139.
ii. Calculer l’intégrale de v sur D 1. Pourquoi la fonction f n’est-elle déri-
au moyen d’une intégration par 3. On pose vable que sur R ?
parties. »
9 mai 1996
π
dx 2. La fonction f admet-elle un développe-
Définition I.1.1. 
2
I . ment limité en 0 d’ordre supérieur ou
iii. Soit f une fonction intégrable sur 0 1 sin x
un intervalle ra, bs. On appelle Exercice 1 (sur 4)
égal à 1 ?
valeur moyenne de f sur ra, bs la Soit C la courbe représentative de la fonction (a) En utilisant le changement de va-
quantité µ définie par f définie par riable t  tanpx{2q, établir que 3. Déterminer les développements limités
de f d’ordre 3 à droite et à gauche de 0.
a »1
»b f px q 
3
x3 2x2 2 dt
µ
1
f pt q dt.
x.
I  p1 t q2 . Exercice 5 (sur 3)
ba a 1. Calculer le développement limité géné-
0

ralisé de f pxq à l’ordre 1 en 8. (b) Quel changement de variable per-


Déduire de la question précé- 1. Calculer la dérivée de Arctanp 1x q.
dente la valeur moyenne V de met d’affirmer que
2. (a) Déterminer les asymptotes D et
v sur D. D  à C respectivement en 8 et »2 2. On pose f pxq  Arctan x Arctanp1{xq.
du
2. Étude concrète. Un motard réalise une
8. I 2 u2
? Déduire de la question (1) l’expression
1 de f
expérience de vitesse sur une piste recti- (b) Préciser les positions relatives
ligne d’extrémités A et B. Sa vitesse ins- i. de C et D au voisinage de 8 (c) Calculer I. (a) sur R 
tantanée, exprimée en km/h, est don- ii. de C et D  au voisinage de 8 (b) sur R .
née? en fonction du temps par v pt q  Exercice 3 (sur 4)
a t T  t où Exercice 2 (sur 5)
• a est un paramètre réel strictement
19 juin 1996
1. (a) Rappeler, avec ses hypothèses, la
positif ; 1. Soit α un réel de s  π2 , π2 r. formule de Taylor-Lagrange en 0 à Exercice 1 (sur 3)
• t est exprimé en heure ; l’ordre 2.
(a) Rappeler la relation fondamentale
• 0 et T sont les instants respective- de la trigonométrie circulaire et en (b) Prouver que si c ¡ 0 alors
1. Déterminer la nature de l’intégrale
ment de départ en A et d’arrivée en déduire que 1
0    1. »3
5{2
B.
tan α 
1 p1 cq ? dx .
x1
2
1 .
(a) Calculer v p0q et v pT q puis détermi- cos2 α 1

ner l’instant tM de vitesse maximale (c) En appliquant la formule de Taylor-


ainsi que la vitesse maximale vM 
(b) Rappeler l’expression de sin 2α en Lagrange, établir que pour tout x ¡ 2. (a) Déterminer un équivalent, au voisi-
v ptM q.
fonction de sin α et cos α et en dé- 0 nage de 1, de
x ?
duire que
x x2 ? x x2 x3
(b) On désigne par x la distance par-
1    1 x 1  x  1.
4x  1
.
courue depuis A et on rappelle sin 2α  2 tan α cos2 α. 2 8 2 8 16

5 6
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.1. Année 1995–1996 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.2. Année 1996–1997

2. On note T la température (en C) à l’ins-


(b) En déduire la nature de l’intégrale
»3
1. Prouver que l’intégrale I est conver-
gente.
Année 1996–1997 tant t (en h). Quand la température di-
4x  1 minue, dT {dt représente la vitesse de
? dx. 2. On pose, pour X ¥ 2,
1 2x x  1 9 janvier 1997 refroidissement. Le record de variation
»X de température en l’espace de 12 h a été
I pX q  ?dt
.
Exercice 1 (sur 4) atteint en 1916 lorsque la température
passa de 6 C à 48 C. Prouver que la
Exercice 2 (sur 3) 2 t2 4 t2 Calculer
Soit f la fonction définie sur R2 par ? ?
8 x2  3  x2  1,
En utilisant le changement de variable 1. limxÑ vitesse de refroidissement a, à un mo-
# xy
t  2 tan u pour u dans s0, π{2r, établir ment donné, dépassé 4 C h1 pendant
si px, y q  p0, 0q
f px, y q  x2 y 2 2. limxÑπ{2 tan2 xp1  sin xq. cette période.
si px, y q  p0, 0q.
que
0
» Arctan X Exercice 2 (sur 6) Exercice 4 (sur 8)
On considère la fonction f définie sur R par
1 cos u
1. Prouver que f est partiellement déri- I pX q 
2
du.
vable mais discontinue au point p0, 0q. sin2 u
4 π
?
f pxq  ln x  x.
4
1. (a) Rappeler la définition de Arcsin x.
2. (a) Déterminer la différentielle df px, y q
de f en tout point px, y q  p0, 0q. 3. En déduire la valeur de I.
1. Le but de cette question est de démon- (b) Prouver que, pour tout x dans
(b) Calculer l’image du couple p3, 4q trer le résultat, admis en cours, sui- r1, 1s, sinpArcsin xq  x.
par df p2, 1q.
Exercice 5 (sur 5) vant : pour tout α dans Q  , (c) Démontrer que, pour tout? x dans
On désigne par f la fonction définie sur R2 par
ln x
r1, 1s, cospArcsin xq  1  x2 .
Exercice 3 (sur 4) b lim  0.
f px, y q  1  x2 y 2 . xÑ 8 x α (d) Déduire de ce qui précède que,
On pose Ω  R   R  et on considère la pour tout x dans r1, 1s,
forme différentielle ω définie sur Ω par (a) Sans calculer les limites aux bornes de
1. Déterminer puis représenter graphique- a
1 ment l’ensemble de définition D de f .
l’ensemble de définition, dresser le ta- sinp2 Arcsin xq  2x 1  x2 . (I.1)
ωpx, y q  pydx  xdy q. bleau des variations de la fonction
x y f.
2. Déterminer l’ensemble des points cri- 2. (a) Que vaut limxÑ0 Arcsin x ?
1. Prouver que la forme différentielle ω tiques de f . (b) Sachant que ln 2   1 et en utilisant
n’est pas exacte. la question précédente,?établir que (b) Que vaut limxÑ0 sin x{x ? En dé-
pour tout x ¡ 0, ln x   x.
3. Nota. Dans cette question, on ne cher- duire, à l’aide de la relation (I.1),
2. Démontrer que la forme différentielle chera pas à étudier le signe du discrimi-
 2 ?
nant ∆1  fxy 2  f 22 f 22 . Soit x0 un réel (c) En déduire x 1  x2
1 lim .
xÑ0 Arcsin x
ω x y
y et M0 px0 , 0q un point critique de f . Pré- lim
ln x
.
ciser la nature de M0 en étudiant, pour x Ñ 8 x
est exacte sur Ω et déterminer une fonc-
tion dont elle est, sur cet ensemble, la
px, y q dans D, le signe de f px, y qf px0 , 0q. (d) Soit α dans Q  . En posant X  xα , Exercice 5 (Hors barème)
Qu’en est-il des autres points critiques
différentielle. prouver que En revenant à la définition de la limite, dé-
de f ?
Définition I.1.2. montrer que
(a) Soit px, y q un point de D. Calculer
ln x
La fonction 4. lim  0.
df px, y q. x Ñ 8 xα lim x2 4  4.
1
x Ñ0
px, y q ÞÝÑ (b) Soit 2. (a) Calculer les limites de f en 0 et en
y
? ? 8. 12 mars 1997
est appelée facteur intégrant de la forme dif- px, y q  p 22 , 22 q (b) Donner l’allure de la courbe repré-
férentielle ω. sentative de f . Exercice 1 (sur 7,5)
p∆x, ∆y q  p2.102 , 4.102 q
Exercice 4 (sur 5) ∆f px, y q  f px ∆x, y ∆y q  f px, y q. Exercice 3 (sur 2)
On considère l’intégrale I définie par
? 1. Calculer l’intégrale
» 8 Sachant que 6  2, 45, estimer »
I  ?dt . ∆f px, y q à l’aide de df px, y q. 1. Rappeler, avec ses hypothèses, le théo- t e2t dt.
2 t2 4 t2 rème des accroissements finis.

7 8
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.2. Année 1996–1997 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.2. Année 1996–1997

2. Calculer, éventuellement au moyen d’un Exercice 4 (sur 4,5) 3. (Hors barème) Déterminer la nature de résoudre l’équation différentielle
changement de variable, l’intégrale l’intégrale
y2 2y 1 y  7x2 28x 15 (E2 )
» e2 1. Prouver que, pour tout h ¡ 0 et tout θ » 8 1 x
dx
. dans s0, 1r, dx.
en en cherchant une solution particu-
4 x3
x pln xq3 0
1 lière sous la forme y  αx2 βx γ.
e
1     0.
3. À l’aide d’une intégration par parties, p1 θhq4
Exercice 3 (sur 2,5)
calculer l’intégrale 4 juin 1997
2. Rappeler, avec ses hypothèses, la for-
»1 mule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre Exercice 1 (sur 6)
1. Soit k un entier naturel non nul. À l’aide
Arctan x dx. 2.
0 d’une intégration par parties, prouver
3. (a) En appliquant la formule de Taylor- 1. Rappeler, avec ses conditions d’applica- que
4. (a) Soit α et θ deux réels. Lagrange à la fonction tion, la formule donnant la dérivée de la » »
i. Après avoir rappelé l’expres- fonction réciproque f 1 d’une fonction pln tqk dt  t pln tqk  k pln tqk1 dt.
1
sion de cos 2α en fonction de f : x ÞÑ , numérique de variable réelle f .
1 x
sin α, exprimer sin2 α en fonc- 2. (a) Rappeler rapidement les princi-
tion de cos 2α. déduire de la question précédente 2. Calculer
pales propriétés et la représenta-
ii. Rappeler l’expression de sin 2θ que, pour tout h ¡ 0, tion graphique de la fonction cosi-
»2
en fonction de sin θ et cos θ. En 1 nus hyperbolique ch. pln tq3 dt.
1h h h   1   1h
2 3 2 1
déduire, à l’aide de la question h .
(b) Rappeler la définition de la fonc-
h
précédente, que tion Argch et exprimer sa dérivée. Exercice 4 (sur 3,5)
(b) Pour quelles valeurs de h l’inéga-
1  cos 4θ
sin2 θ cos2 θ  . lité précédente permet-elle d’affir- 3. Calculer les intégrales
8 mer que 1  h h2 est une valeur 1. Prouver que si c ¡ 0 alors
approchée de 1 1 h à 103 près ?
(a)
(b) Éventuellement au moyen du chan- » 1
gement de variable θ  Arcsin x, (c) Donner une valeur approchée de ? dt 0    1.
calculer
1
1,09 à 10
3 près. t2  1
,
p1 cq7{2
»1 a Exercice 5 (sur 2,5) (b)
x2 1  x2 dx. 2. Rappeler, avec ses hypothèses, la for-
0 »4 mule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre
dx
? . 2.
Exercice 2 (sur 4)
1. (a) Soit a un réel strictement posi-
1 9x2  4
tif. Rappeler l’ensemble des réels α 3. (a) En appliquant la formule de Taylor-
pour lesquels converge l’intégrale Exercice 2 (sur 5) Lagrange à la fonction
1. Après avoir résolu l’équation sans se- » 8 dx
cond membre associée, résoudre l’équa-
a xα
. 1. Après avoir résolu l’équation sans se- f : h ÞÑ ?1 ,
tion différentielle cond membre associée, résoudre l’équa- 1 h
(b) Soit a et b deux réels tels que a  
y 1  3x2 y  x2 .
tion différentielle déduire de la question précédente
que, pour tout h ¡ 0,
b. Rappeler l’ensemble des réels α
pour lesquels converge l’intégrale p1 x2 qy 1  xy  2x. (E1 )
2. Résoudre l’équation différentielle
»b 3h2 5h3 3h2
dx 2. Après avoir expliqué pourquoi l’équa- 1
h
 16  ?1   1  2h
y 2  10y 1
.
41y  0. pb  x qα . tion sans second membre 2 8 1 h 8
a

Exercice 3 (sur 1,5) 2. Déterminer la nature de l’intégrale y2 2y 1 y0 (E12 ) (b) Pour quelles valeurs de h cette in-
Effectuer la division selon les puissances crois- égalité permet-elle d’affirmer que
santes, à l’ordre 3, du polynôme 1  3X par le
» 8 1 x admet comme solution générale
1  2h 3h8 est une valeur approchée
2

dx.
polynôme 1  X 2 . 3 4 x3 y  ex pC1 x C0 q, C0 , C1 P R, de ? 1 à 103 près ?
1 h

9 10
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.3. Année 1997–1998 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.3. Année 1997–1998

(c) Prouver que 1  0, 1{2 3p0, 1q2 {8 3. Développer pa  bqpa2 ab b2 q et en dé- Exercice 5 (sur 10) (c) Prouver que
est une valeur approchée de ?11,1 à duire Soit f la fonction définie sur R par #
2
si 0 ¤ x ¤ 1,
103 près. ? 
f 1 pxq  1 x2
1 x 2x  1 2x si x ¡ 1.
f pxq  Arcsin
3
lim . . 2
Exercice 5 (sur 3) x Ñ1 1  x 1 x2
5. Dans toute cette question, on pose y 
On notera Df l’ensemble de définition et Cf la Arctan x.
1. Déterminer le développement limité en Exercice 2 (sur 2) courbe représentative de f .
0 à l’ordre 4 de la fonction t ÞÝÑ Calculer, par exemple en utilisant les équiva- (a) Rappeler la définition de y.
sin t cos t. lents, 1. Le but de cette question est de détermi- (b) Prouver que
 1q tan ?x i. si 0 ¤ x ¤ 1 alors 0 ¤ 2y ¤ π2 ,
ner Df . On pourra s’aider des questions
2. Déterminer le développement limité en pex ? suivantes.
0 à l’ordre 2 de la fonction lim xÑ0 ii. si x ¡ 1 alors 0   π  2y   π2 .
x sin 2x
(a) i. Prouver que, pour tout x réel, (c) Exprimer x en fonction de y puis, à
et  1
t ÞÝÑ . et l’aide de l’égalité (I.2), f pxq en fonc-
lnp1 t q 2x
ln x 1 x2
¤ 1. tion de y.
3. (Hors barème) On note C la courbe re- lim . (d) (Hors barème)
xÑ1 sinpx  1q
présentant la fonction f définie sur R  ii. Prouver que, pour tout x réel, i. Déduire, à l’aide de la défini-
par f pxq  ln x. tion de la fonction Arcsin et des
Exercice 3 (sur 1,5) 2x
(a) Prouver que le développement li- On rappelle que le ?nombre complexe j est dé- 1 x2
¥ 1. questions (5c) et (5(b)i), que

mité à l’ordre 2 en x0  e de f est fini par j   1 i 3 où i 2  1. Déterminer si 0 ¤ x ¤ 1 alors f pxq  2 Arctan x
2 2
 le module et un argument puis placer dans le (b) Rappeler l’ensemble de définition (I.3)
1
f px q  1
e
pxeq 2e12 pxeq2 o px  eq2 . plan complexe l’image de la fonction Arcsin et déduire Df
des questions précédentes. ii. Déduire, à l’aide de la défini-
(b) Déduire de la question précédente 1. de j, tion de la fonction Arcsin et des
2. (a) Tracer, rapidement, l’allure de la questions (5c) et (5(b)ii), en uti-
l’équation de la tangente T à C au
point d’abscisse x0  e ainsi que la 2. de j 2 .
courbe représentative de la fonction lisant la relation liant sinpπ 
position relative de C et T .
Arcsin. 2y q et sin 2y, que
(b) Rappeler la parité de la fonction
Exercice 4 (sur 1,5) si x ¡ 1 alors f pxq  π  2 Arctan x.
Soit y un réel de s  π2 , π2 r. Arcsin puis étudier celle de f .
Année 1997–1998 3. Calculer f p1q et lim 8f .
(I.4)
1. Rappeler la relation fondamentale de la 6. À l’aide des égalités (I.3) et(I.4), tracer
trigonométrie circulaire et en déduire 4. (a) i. Résoudre rapidement, à l’aide l’allure de Cf .
24 novembre 1997 que des calculs effectués à la ques-
Exercice 1 (sur 5) tion (1(a)i), l’équation
1 tan2 y 
1
. 16 février 1998
cos2 y 2x
1. Calculer 1 x2
 1. Exercice 1 (sur 4,5)
x4 2. Rappeler l’expression de sin 2y en fonc-
lim ii. Rappeler l’ensemble sur lequel
xÑ4 x2  x  12 tion de sin y et cos y puis en déduire que 1. À l’aide d’intégrations par parties, déter-
la fonction Arcsin est dérivable
et et en déduire le sous-ensemble miner
sin 2y  2 tan y cos2 y. de R sur lequel f est déri-
» » 1{2
lim lnpx 1q  ln x. ρeρ dρ
x Arcsin x
Ñ 8 et ? dx.
x vable. 0 1  x2
3. Déduire de ce qui précède que (b) On pose
2. Étudier la continuité, par prolongement 2. Au moyen de changements de variables,
éventuel, de la fonction f définie par 2 tan y 2x calculer
? sin 2y  . (I.2) u px q  . »3 » e2
1 tan2 y 1 x2
x 12 dx dx
f px q  et .
Calculer u 1 pxq. x pln xq4
.
x3 0 x2 9 e

11 12
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.3. Année 1997–1998 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.3. Année 1997–1998

Exercice 2 (sur 2,5) (c) On pose 3. Le but de cette question est de prouver 2. Dans cette question, a désigne un para-
Après avoir résolu l’équation sans second
102 104
que mètre strictement positif.
membre associée, résoudre par exemple à α1  a
(a) Prouver que
l’aide de la méthode de la variation de la 2 24
@x ¥ 1, Argch x  ln x x2  1 .
»X  »X

constante l’équation différentielle et


x2 eax dx  X eaX eax dx .
2 1 2 2

a  1, 00500417.
y1 3x2 y  e . x3 (a) Vérifier que la relation précédente 0 2a 0
(I.5) est vraie pour x  1.
i. Prouver que α est une valeur (b) Au moyen d’un changement de va-
Exercice 3 (sur 2,5) approchée de ch 10 1
à 9.108 (b) Dans toute la suite, on suppose x ¡
riable, en déduire que
Après avoir résolu l’équation sans second près et préciser s’il s’agit d’une 1. Prouver que
membre valeur approchée par excès ou # »X  » X ?a
x2 eax dx  X eaX eu du
1
y  Argch x
2 2
?1a 2

y 2  4y 1
par défaut.
13y  0 (I.6) x¡1
2a
ii. En quoi l’inégalité |α  a|  
0 0

résoudre l’équation différentielle 108 permet-elle d’affirmer (I.8)


que a est une valeur approchée si et seulement si
et préciser la nature de l’intégrale
y 2  4y 1 13y  26x2 10x 9. (I.7)
1
de ch 10 à 107 près ? #
pey q2  2xey 10 » 8
x2 eax dx
2

Exercice 5 (sur 3,5) y ¡ 0. 0

Exercice 4 (sur 7) puis son expression en fonction de


1. Rappeler l’ensemble de définition de la (c) i. On considère x ¡ 1. Prouver ³ 8 u 2
que l’ensemble des solutions de 0 e du.
fonction Argch. Rappeler à quoi équi-
1. On rappelle que, pour tout x réel, vaut y  Argch x. l’équation X 2  2xX 1  0, 3. Les molécules de gaz enfermées dans un
d’inconnue X, est l’ensemble récipient à la température T (en degrés
ex e x e x  e x 2. On rappelle le résultat suivant.
ch x  et sh x  ! a a ) Kelvin) sont animées d’une vitesse de
x2  1, x  x2  1 .
.
2 2 Proposition 1. x v cm/s. Cet état d’équilibre est caracté-
Rappeler la relation fondamentale de la Soit f une fonction bijective d’un sous- risé par la fonction de distribution de
trigonométrie hyperbolique puis, rapide- ensemble A de R sur un sous-ensemble B ii. (Hors barème) Prouver que vitesse de Maxwell-Boltzmann F définie
ment, les principales propriétés, les déri- de R. Soit x un élément de B tel que f soit l’ensemble des solutions de par
dérivable et de dérivée non nulle en f 1 pxq. l’inéquation
F pv q  cv 2 e 2kT v
vées première et seconde et la représen-
Alors f 1 est dérivable en x et
m 2

tation graphique des fonctions ch et sh. # ?


 1 x x2 1 ¡ 1
f 1 pxq  f 1  f11 pxq  1 où m est la masse d’une molécule, et c et
2. Soit a un réel, n un entier naturel non nul  . x¡1 k des constantes positives. La constante c
et f une fonction numérique de variable f 1 f 1 p x q doit être telle que
réelle. Rappeler, avec ses hypothèses, la est l’ensemble vide. En déduire
que si x ¡ 1 et
» 8
formule de Taylor-Lagrange pour f en a (a) Rappeler la dérivée de la fonction
?y ¡ 0 alors l’éga- F pv q dv  1.
à l’ordre n. Argch (on pourra le cas échéant la lité ey  x  x2  1 n’a jamais 0
retrouver à l’aide de la relation fon- lieu et conclure.
3. (a) Sachant que sh 12   1, prouver que damentale de la trigonométrie hy-
Grâce à l’égalité
? (I.8) et sachant que
pour tout x tel que 0 ¤ x ¤ 21 et
³ 8
eu du  2 , déterminer l’expres-
2 π
perbolique et de la propostion pré- 0
pour tout θ dans s0, 1r, 0 ¤ sh θx   cédente). sion de c en fonction de k, T et m pour
1. 11 juin 1998 qu’il en soit ainsi.
(b) En déduire les intégrales
(b) En appliquant la formule de Taylor- » Exercice 1 (sur 4,5) Exercice 2 (sur 2,5)
Lagrange à la fonction ch en 0 à ? dt
l’ordre 5 et en utilisant la question t2  1
précédente, prouver que pour tout et 1. Comparer, pour u ¥ 1, eu et eu . En
2
1. Soit f la fonction définie de R2 dans R
x dans r0, 12 s, »4
dx déduire la nature des intégrales par
? # xy

9x2  4 » 8 u 2 » 8 u 2 si px, y q  p0, 0q
f px, y q 
1
x2 x4 x5
0 ¤ ch x  1 ¤ x2 y 2
(on pourra poser t 
. 3x e du et e du. 0 sinon.
2 24 120 2 ). 1 0

13 14
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.4. Année 1998–1999 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.4. Année 1998–1999

(a) La fonction f est-elle continue en (b) Rappeler la dérivée de Arcsin et en (a) Exercice 5 (sur 6)
p0, 0q ? déduire son développement limité On cherche à résoudre numériquement l’équa-
en 0 à l’ordre 5. sin 84 x tion
(b) Prouver que f est partiellement dé- lim xÑ0
rivable en p0, 0q. ex  x.
sin 105 x
2. À l’aide des questions précédentes, prou- (I.9)
ver que pour x ¡ 0 voisin de 0,
2. Prouver la discontinuité en p0, 0q de la (b) On donne
fonction f définie sur R2 par sh x   Arcsin x   tan x.
1
p  1q sin ?u ?
e2u
2 e 2  0, 6   102 ,
# Qu’en est-il pour x   0 voisin de 0 ? lim 3
5x2 y
si px, y q  p0, 0q Ñ0 p7 u qptan u q2 lnp1 3 u q e 4  0, 47   102
f px, y q 
u
x4 3y 2
0 sinon. 5
e 8  0, 54   102 .
Année 1998–1999 (c)

ex  e 1. Étudier sur R, sans la représenter gra-


Exercice 3 (sur 2,5) lim .
Déterminer les extrema de la fonction f défi-
16 novembre 1998 x Ñ1 ln x phiquement, la fonction f définie par
nie sur R2 par Exercice 1 (sur 3) f p x q  x  e x .
Au fur et à mesure qu’une navette spatiale Exercice 3 (sur 3)
1 3 3 2 1 2 On expliquera en particulier pourquoi f est
f px, y q  x x y  4y. prend de l’altitude, le poids de l’astronaute di- Les fonctions f ci-dessous peuvent-elles être une fonction strictement croissante sur R.
3 2 2 minue jusqu’à atteindre un état d’apesanteur. prolongées par continuité en x0 ?
Exercice 4 (sur 7) Le poids P pzq (en kg) d’un astronaute, pesant 2. Prouver que l’équation (I.9) admet une
Soit f la fonction définie sur R par P0 à la surface de la terre, est à l’altitude z (en 1. x0  0 et solution unique a sur R, située dans l’in-
km) donné par
? tervalle s0, 1r.
a
f pxq  x3  3x 
2 x2 x2
3
2 R f : x ÞÝÑ 3. Déterminer une valeur approchée frac-
P pzq  P0
;
R z x2  |x| tionnaire à 101 près de a et prouver que
et Cf sa courbe représentative. 0, 56 est une valeur approchée à 101
où R  6400 km.
1. En en déterminant une racine évidente, 2. x0  2 et près de a.
factoriser le polynôme P  X 3  3X 2. 1. Soit p un réel strictement positif. Prou- ?
ver que la solution de l’équation P pzq  p 3  2x 5
f : x ÞÝÑ ;
2. Étudier la fonction f en précisant no- est x2 26 février 1999
tamment d
P0
zR 1 3. x0  3π{2 et
Exercice 1 (sur 6,5)
(a) ses ensembles de définition, conti- p
nuité et dérivation,
f : x ÞÝÑ p1 sin xq tan2 x. 1. À l’aide d’intégrations par parties, déter-
(b) ses limites aux bornes de son en- 2. À quelle altitude l’astronaute ne pèsera-
miner
semble de définition, t-il plus que le quart de son poids initial ? » »π
Exercice 4 (sur 3)
(c) sa dérivée et ses variations résu- 3. À quelle altitude l’astronaute, pesant Soit f la fonction définie sur R par pln sq2 ds et t cos 3t dt.
0
mées dans un tableau de variation. 63 kg à la surface de la terre, ne pèsera-t-
3. Étudier localement Cf au voisinage du
il plus que 7 kg ?
f pxq 
p3x  π4 q2 . 2. Au moyen d’un changement de variable,
point d’abscisse x0  0. 4. À quelle altitude l’astronaute sera-t-il en 1  cosp3x  π4 q calculer
»3 »
état d’apesanteur complet ? Que penser dx dt
4. Étudier les branches infinies de Cf . du résultat ? 1. Déterminer l’ensemble de définition Df et .
0 9 x2 t2 2t 1
Exercice 2 (sur 5) de f .
5. Esquisser Cf .
Exercice 2 (sur 2)
2. Prouver que f est continue ou peut être
Exercice 5 (sur 3,5) 1. Donner les équivalents en 0 de prolongée par continuité sur l’ensemble
1. Rappeler ce que signifie y  Arccos x.
et  1, lnp1 t q, 1  cos t, sin t, tan t. " *
, k P Z .

1. (a) Calculer les développements limi- R π
12
k
3
2. Rappeler l’expression de cos 2a en fonc-
tés en 0 à l’ordre 5 de tan et sh. 2. Calculer tion de cos a.

15 16
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.4. Année 1998–1999 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.4. Année 1998–1999


3. Prouver que cos 2 Arccos 78  17
32 et in- (b) Soit λ1 et λ2 deux réels strictement 2. Prouver que la fonction sh est une bijec- 2. Calculer f p0, 0q et, pour tout x  0,
diquer précisément l’argument permet- positifs. On pose tion de R sur R. f p2x, xq. La fonction f est-elle continue
tant d’en déduire que b en p0, 0q ?
A λ21 λ22 3. Rappeler le théorème donnant la dérivée
2 Arccos
7
 Arccos 17 . de la bijection réciproque f 1 d’une bi- 3. En revenant à la définition, étudier la dé-
8 32 ϕ  Arctan
λ2
. (I.11) jection f et, à l’aide de la relation fon- rivabilité partielle de f en p0, 0q par rap-
λ1 damentale de la trigonométrie hyperbo- port à x et par rapport à y.
4. Pour tout px, y q de R2 tel que x  0,
Exercice 3 (sur 2,5) i. Rappeler ce que signifie l’éga- lique, en déduire que, pour tout x réel,
y
lité (I.11). calculer fx1 px, y q et fy1 px, y q.
1. Soit a et h deux réels, n un entier et f une ii. (Hors barème) En factorisant pArgsh xq1  ? 1
.
1 x2
fonction. Rappeler, avec ses hypothèses, par λ21 (resp. par λ22 ) dans A, en Exercice 3 (sur 3)
déduire que
la formule de Taylor-Lagrange à l’ordre n 4. Rappeler, pour α dans R, le développe-
pour f au point a. λ1 λ2 ment limité à l’ordre 2 en 0 de
A
 cos ϕ presp. A
 sin ϕq. 1. (a) Rappeler, avec ses hypothèses, la
2. Déterminer la formule de Taylor- formule de Taylor-Lagrange en 0 à
Lagrange? en 0 à l’ordre 3 pour la fonction On pose, pour X réel,
p1 u qα l’ordre 2.
f : x ÞÑ 1 x. (b) Prouver que si x ¡ 0 et 0   θ   1
y  λ1 cos X λ2 sin X. et déterminer le développement limité à
alors
Exercice 4 (sur 2,5) l’ordre 4 en 0 de
Après avoir résolu l’équation sans second Prouver à l’aide de la question 1
1 0    1.
membre associée, résoudre l’équation différen- précédente que ? . p1 θxq5{2
tielle 1 x2
y  A cospX  ϕ q.
y 1  2xy  x. En déduire que celui de Argsh x à l’ordre (c) En appliquant la formule de Taylor-
5 en 0 est Lagrange, établir que pour tout x ¡
Exercice 5 (sur 6,5) 0,
Remarque I.4.1
x3 3x5 ?
On admettra dans la suite que Argsh x  x  opx5 q. (I.12) x x2 x x2 x3
1. (a) Calculer la solution générale de cette dernière expression est 6 40 1 
2 8
  1 x 1 
2 8 16
.
l’équation différentielle valable pour tous λ1 et λ2 réels.
5. À l’aide du le développement limité à
?
2. Donner une valeur approchée de 1, 2 à
y2 2y 1 10y  0 (I.10) En déduire que la solution gé- l’ordre 3 en 0 de Argsh x, étudier loca- 103 près.
nérale de l’équation (I.10) peut lement au point d’abscisse 0 la fonction
et en déterminer la limite en 8. s’écrire Argsh. Exercice 4 (sur 3)
(b) Préciser la solution de l’équa- 
y  Ae cosp3x ϕ q, A P R , ϕ Ps , r.
x π π
tion (I.10) vérifiant 2 2 6. À l’aide de l’égalité (I.12), déterminer un
1. En en donnant la valeur exacte, prouver
# équivalent en 0 de la fonction Argsh et
y p0q 0 donner la nature de l’intégrale
la convergence de l’intégrale
y 1 p0q  1. 11 juin 1999 »4
» 8 dx
Argsh x .
2. En utilisant éventuellement le théorème Exercice 1 (sur 8,5) 0
?x3 dx. 0 1 x2

de la feuille annexe, déterminer une 2. Déterminer la nature de l’intégrale I dé-


solution particulière puis, à l’aide de finie par
1. On rappelle que, pour tout x réel,
la question (1), la solution générale de Exercice 2 (sur 3) » 8 ?x
l’équation différentielle e x e x e x  e x Soit f la fonction définie de R2 dans R par 
ch x  et sh x  . I
1 x2
dx
y 2 1
2y 10y  37 cos 3x. 2 2 # x y
0

si x y0 et, en justifiant le calcul, déterminer en


Rappeler la relation fondamentale de la f px, y q  x y
3. (a) Soit ϕ un réel de s  π2 , π2 r. Prou- trigonométrie hyperbolique puis, rapide- 0 sinon. fonction de I l’expression de
ver que 1 tan2 ϕ  1{ cos2 ϕ et ex- ment, les principales propriétés, les déri- » 8 a|x|
primer 1 cotan2 ϕ en fonction de vées première et seconde et la représen- 1. Représenter graphiquement
( l’ensemble dx.
sin ϕ. tation graphique des fonctions ch et sh. px, y q P R2 ; x y  0 . 8 1 x2

17 18
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.5. Année 1999–2000 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.5. Année 1999–2000

Exercice 5 (sur 2,5) 5. x0  8 et (b) Soit λ un réel et u et v de deux fonc- 1er mars 2000
Étudier les branches infinies de la fonction f ? ? tions dérivables. Rappeler les déri-
définie sur R par f pxq  x 2 x 1; vées de u v, λu, uv et uv . Exercice 1 (sur 8)

f pxq 
px  1q . 3
6. x0  8 et (c) (Hors barème) Prouver que, pour
px 1q2 tout x de Df , 1. Étude préliminaire.
f pxq  ln px 1q  ln x. ?
sin x  x (a) Pour t ¥ 0, on pose v pt q  2 t 4  t.
Année 1999–2000 f 1 px q  .
Exercice 3 (sur 3) 1  cos x i. Prouver que l’ensemble de dé-
finition D de la fonction v est
2 décembre 1999 Exercice 5 (sur 6) r0, 4s.
1. Rappeler les équivalents en 0 de ii. Déterminer le maximum de v
Exercice 1 (sur 3,5) sur D.
et  1, lnp1 t q, 1  cos t, sin t, tan t. 1. Le but de cette question est de prouver (b) i. Pourquoi v est-elle intégrable
1. Pour θ  0, π6 , π4 , π3 , π2 , rappeler les va- que sur D ?
2. Calculer
leurs de cos θ et sin θ. ii. Calculer l’intégrale de v sur D
1
2. On considère les? nombres complexes
(a) 2 Arctan
3
 Arctan 34 . (I.13) au moyen d’une intégration par
parties.
z1  j   1 3
 1i  1  cos x
? 2 i 2 , z2 et z3
lim xÑ0 , (a) Rappeler la définition de y  Définition I.5.1.
3 i. ex  1 Arctan x. Adapter cette définition iii. Soit f une fonction intégrable sur
(a) Déterminer (par le calcul ou géo- au cas de l’égalité (I.13). un intervalle ra, bs. On appelle
(b)
métriquement) les modules et argu- valeur moyenne de f sur ra, bs la
(b) i. Rappeler l’expression de tan 2a
ments de z1 , z2 , z3 . lnp1 2xq en fonction de tan a et en dé-
quantité µ définie par
lim .
(b) Déterminer la forme exponentielle xÑ0 tan 3x duire une expression simplifiée »b
1
de z1 , z2 , z3 . de tanp2 Arctan 13 q. µ f pt q dt.
3. En posant éventuellement x  2 h, cal- ba a
(c) Déterminer les modules et argu- culer ii. Rappeler le sens de variation de
ments de z1 z2 , zz2 , z14 . la fonction Arctan et en déduire Déduire de la question précé-
ex  e2
3
un encadrement de 2 Arctan 13 . dente la valeur moyenne V de
lim .
Exercice 2 (sur 3,5) xÑ2 sinpx  2q v sur D.
Pour chaque fonction f et chaque réel x0 indi- (c) Conclure.
qués, calculer lim xÑx0 f pxq. 2. Étude concrète. Un motard réalise une
2. Prouver l’égalité expérience de vitesse sur une piste recti-
1. x0  0 et x0  8 et Exercice 4 (sur 4)
ligne d’extrémités A et B. Sa vitesse ins-
Soit la fonction f définie sur R par 3
2 Arctan 3  π  Arctan
1 tantanée, exprimée en km/h, est don-
f px q   1x ; x sin x 4 née? en fonction du temps par v pt q 
x2 f px q  . a t T  t où
1  cos x dont on notera qu’elle équivaut à
2. x0  4 et
1. Déterminer et représenter graphique- • a est un paramètre réel strictement
x4 3
π  2 Arctan 3  Arctan .
positif
f px q  ; ment l’ensemble de définition Df de f .
x2  x  12 4 • t est exprimé en heure
2. Étudier la parité de f .
3. x0  3 et 3. (Hors barème) Plus généralement, prou-
• 0 et T sont les instants respective-
? 3. Prouver que la fonction f peut être pro- ment de départ en A et d’arrivée en
x 12
ver que
B.
f px q  ; longée par continuité en 0.
x3 #
4. (a) Soit λ un réel et ϕ la fonction
2x
Arctan 1 si 0 ¤ x   1 (a) Calculer v p0q et v pT q puis détermi-
2 Arctan x  x2
4. x0  0 et constante égale à λ sur R. En re- π 2x
Arctan 1 si x ¡ 1. ner l’instant tM de vitesse maximale
ainsi que la vitesse maximale vM 
x2
venant à la définition, prouver que,
f pxq  x ln x; pour tout x réel, ϕ 1 pxq  0. v ptM q.

19 20
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.5. Année 1999–2000 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.5. Année 1999–2000

(b) On désigne par x la distance par- 3. Donner une valeur approchée de lnp1, 1q Exercice 2 (sur 3,5) Exercice 4 (sur 1,5)
courue depuis A et on rappelle à 103 près. On définit la fonction f sur R par Soit f la fonction définie sur R2 par
qu’alors la fonction x est une primi- b #
tive de la fonction v. Calculer xpT q Exercice 4 (sur 2) f pxq  x2 e1{x
2
1 2x2 y
si px, y q  p0, 0q
et en déduire la vitesse moyenne V Calculer, éventuellement au moyen d’un chan- f px, y q  x4 y 2

du motard sur le parcours AB. gement de variable, les intégrales suivantes. et on note D et C les ensemble de définition et 0 sinon.
(c) Prouver qu’il existe un instant au courbe représentative de f .
»1 » e2 1. Déterminer l’ensemble de définition de
cours de l’expérience auquel la vi- et dx
dt, . 1. (a) Rappeler le sens de variation de f.
tesse instantanée du motard égale 0 et 1 e x pln xq3 la fonction exponentielle et en dé-
duire une minoration, pour tout x 
sa vitesse moyenne.
2. Étudier la continuité de f en p0, 0q puis
(d) Application numérique. Sachant que Exercice 5 (sur 3) 0, de e1{x .
2
en déterminer l’ensemble de continuité.
A et B sont distants de 1 km et que On rappelle que, pour tout x dans s  1, 1r, la
la vitesse maximale atteinte est 200 fonction Argth satisfait (b) Prouver que D  R .
km/h, déterminer T en secondes ? 2. (a) En procédant éventuellement au Exercice 5 (sur 5,5)
puis V en? km/h. On donne 15 3  Argth x 
1 1 x
ln
2 1x
. changement de variable h  1{x, On désigne par f la fonction définie sur R2 par
26 et 80 3  139. prouver que f admet pour dévelop-
b
Exercice 2 (sur 3) 1. Soit x dans s 1, 1r. Expliciter pArgth xq1 . pement limité généralisé au voisi-
f px, y q  1  x2 y 2 .
nage de 8 :
2. À l’aide d’une intégration par parties et 

1. Après avoir résolu l’équation sans se- 1 1


f pxq  x
1. Déterminer puis représenter graphique-
cond membre associée, résoudre l’équa- d’un éventuel changement de variable, o .
2x3 x3 ment l’ensemble de définition D de f .
tion différentielle calculer
» 1{2
y1
(b) Déterminer le développement li-
pcos xqy  2 cos x. Argth x dx. mité généralisé à l’ordre 3 de f au
2. Déterminer l’ensemble des points cri-
tiques de f .
2. Résoudre l’équation différentielle
0 voisinage de 8.
(c) Étudier les branches infinies de C .
y2 8y 1
3. Nota. Dans cette question, on ne cherchera
25y  0 13 juin 2000 pas à étudier le signe du discriminant
et en chercher la solution y0 vérifiant Exercice 3 (sur 4,5)
y0 p0q  1 et y01 p0q  10.
Exercice 1 (sur 5)  2
∆1  fxy
2  fx2 fy2 .
2 2

Exercice 3 (sur 4) 1. (a) Prouver la convergence de l’inté-


1. Démontrer que, en 0, tan h h h3
3 grale Soit x0 un réel et M0 px0 , 0q un point cri-
oph3 q. tique de f . Préciser la nature de M0 en
1. (a) Rappeler, avec ses hypothèses, la » 8 s étudiant, pour px, y q dans D, le signe de
formule de Taylor-Lagrange en 0 à e ds.
l’ordre 3. 2. (a) Rappeler le développement limité 0 f px, y q  f px0 , 0q. Qu’en est-il des autres
de lnp1 t q à l’ordre 3 en 0. points critiques de f ?
(b) Prouver que si h ¡ 0 et 0   θ   1
i. Pour s ¥ 1, comparer es et
2
alors 0   p1 θhq3   1. (b) Calculer le développement limité (b)
de lnp1 tan hq  lnp1  tan hq à e s . 4. (a) Soit px, y q un point de D. Calculer
(c) En appliquant la formule de Taylor-
ii. En déduire la nature des inté- df px, y q.
Lagrange, établir pour tout h ¡ 0 l’ordre 3 en 0.
? ?
grales
l’inégalité (b) Soit px, y q  p 22 , 22 q et p∆x, ∆y q 
3. On rappelle que 8 s2 8 s 2
h2 2 h3
» »
p2.102 , 4.102 q. On pose
h   lnp1 hq   h  h2 . tan a tan b
e ds puis e ds.
2 3 tanpa bq 
1 0
1  tan a tan b
. ∆f px, y q  f px ∆x, y ∆y qf px, y q.
2. Pour quelles valeurs de h ¡ 0 cette inéga- 2. Déterminer la nature de l’intégrale ?
lité permet-elle d’affirmer que h  h2 est Sachant que 6  2, 45, estimer
2
Déduire des questions précédentes le dé- »1
une valeur approchée de lnp1 hq à 103 veloppement limité de lnptan xq à l’ordre lnp1 t q ∆f px, y q à l’aide de df px, y q.
dt.
près ? 3 en π4 . 0 t3

21 22
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.6. Année 2000–2001 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.6. Année 2000–2001

1. Étudier sur R, sans la représenter graphi- Exercice 3 (sur 2)


Année 2000–2001 (b) en 0 de
On considère un réel c et l’équation différen-
?
tan2 p πxq
quement, la fonction f définie par
tielle
19 décembre 2000 1  cos x
, f p x q  x  e x .
y2 2y 1 cy  0 (I.15)
On expliquera en particulier pourquoi f est
Exercice 1 (sur 3,5) (c) en 2 de une fonction strictement croissante sur R. 1. On pose c  3. Réécrire et résoudre
dans ce cas l’équation (I.15).
lnpx  1q 2. Prouver que l’équation (I.14) admet une
1. (a) Calculer
2. On pose c  1. Réécrire et résoudre dans
,
sinpx  2q solution unique a sur R.
x2 ce cas l’équation (I.15).
lim . 3. Prouver que a appartient à l’intervalle
x Ñ2 x 3  8
Exercice 4 (sur 5,25) s0, 1r. 3. On pose c  10. Réécrire et résoudre
(b) Calculer dans ce cas l’équation (I.15).
4. Déterminer une valeur approchée frac-
? tionnaire à 102 près de a et prouver que
x 33  0, 57 est une valeur approchée à 102
1. (a) Rappeler la définition de y Exercice 4 (sur 3,5)
lim .
x Ñ6 x6 Arccos x.
près de a.
(c) Calculer (b) À l’aide de cette définition, prouver 1. On rappelle que, pour tout x réel,
que 2 Arccos 43  Arccos 18 .
b ? 4 mai 2001 ex e x
lim lnpx 1q  ln x. 2. Soit f la fonction définie sur R par ch x 
x Ñ 8 2
Exercice 1 (sur 4,5) e x  e x
2. Prouver la continuité en 0 de la fonction f pxq  Arccosp2x2  1q. sh x  .
2
f définie par
$
(a) Déterminer l’ensemble de défini- 1. À l’aide d’intégrations par parties, déter- Rappeler la relation fondamentale de la
1 tion D de f . miner trigonométrie hyperbolique puis, rapide-
si x  0
&
x sin
f : x ÞÝÑ x (b) Déterminer l’ensemble de dérivabi- » » π{4 ment, les principales propriétés, les déri-
si x  0. ρeρ dρ
%0 θ
lité D 1 de f . et dθ. vées première et seconde et la représen-
π{4 cos2 θ tation graphique des fonctions ch et sh.
(c) Calculer, sur D 1,
la dérivée de
Exercice 2 (sur 4,75) f et en déduire qu’il existe des 2. Calculer, au moyen éventuel de change- 2. Soit x0 un réel, h un réel non nul, n un
Résoudre dans R, puis dans s π, πs, les équa- constantes K et K telles que ments de variables, entier naturel non nul et f une fonc-
»3 »1 tion numérique de variable réelle. Rap-
tions suivantes. i. si 0   x   1, f pxq  2 Arccos x dx dx
et . peler, avec ses hypothèses, la formule de
1. cospx  π
q 1
2,
K 0 x2 9 0 4x2 4x 1 Taylor-Lagrange pour f sur rx0 , x0 hs à
ii. si 1   x   0, f pxq 
8
l’ordre n.
2. sin 2x  sin x, 2 Arccos x K 3. (Hors barème) Soit a un réel et f une
fonction intégrable sur ra, as. On pose 3. Appliquer la formule de Taylor-
3. tan 3x  tanpx π
3 q. (d) Déterminer les constantes K et K ³a
I  a f psq ds. Lagrange à la fonction sh en 0 à l’ordre 4.
ci-dessus.
Exercice 3 (sur 2,75) (e) Ce qui a été obtenu à la question
(a) Prouver
³a que, si f est paire, I  4. (Hors barème)
2 0 f psq ds.
no 2c est-il valable pour x  1, x  (a) Sachant que ch 12   3{2, prouver
0 et x  1 ? (b) Prouver que, si f est impaire, I 
1. Rappeler les équivalents en 0 de ex  1, I. Qu’en conclue-t-on ? que pour tout h tel que 0 ¤ h ¤ 21 et
lnp1 xq, 1  cos x, sin x, tan x. (f) Retrouver le résultat de la question pour tout θ dans s0, 1r, 0 ¤ ch θh  
no 1b. Exercice 2 (sur 1,5) 3{2.
2. À l’aide des équivalents, calculer les li- Sur R  , après avoir résolu l’équation sans se-
(b) En utilisant les deux questions pré-
mites cond membre associée, résoudre par exemple
Exercice 5 (sur 3,75) cédentes, prouver que pour tout h
dans r0, 12 s,
à l’aide de la méthode de la variation de la
(a) en 0 de On cherche à résoudre numériquement l’équa-
constante, l’équation différentielle
?x sin ?x tion 
h3

h5
y1
1
y  x. 0 ¤ sh h  h   80
ex  x.
, .
x p2 x q (I.14) x 6

23 24
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.6. Année 2000–2001 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.7. Année 2001–2002

(c) On pose • de l’équation différentielle (I.16) est y  1. (Question préliminaire) Prouver que, si ii. En posant u  h{k pour k  0,
 3 Repe%x Qpxqq q  1, alors prouver que f p4 h, 3 k q 
α  101
10
et a  0, 10016. f p4, 3q ¥ 0.
• de l’équation différentielle (I.17) est y 
 1 1 q q
6 ņ n 1
qk iii. Quelle est la nature du point
Impe%x Qpxqq
.
i. Prouver que α est une valeur
5  f p4, 3q pour f ?
à 1080 106
1 k 0
approchée de sh 10
près et préciser s’il s’agit d’une où 2. On fixe k dans N et on pose Exercice 4 (sur 1,5)
valeur approchée par excès ou
• %  α iω » pk 1qπ Résoudre dans R l’équation différentielle
par défaut.
ii. En quoi l’inégalité |α  a|    ex sin x dx.
y1
Ik
7.106 permet-elle d’affirmer
• Q est la fonction polynôme complexe qu’on kπ
1
xy
x2
 1 2xx2 .
détermine en résolvant l’équation
que a est une valeur approchée (a) Au moyen d’une double intégration
à 105 près ? π
par parties, prouver que I0  1 2e . Exercice 5 (sur 3,5)
aQ2 p2a% bqQ1 pa%2 b% cqQ  P
1
de sh 10
(b) Exprimer sinpt kπq en fonction de
Exercice 5 (sur 8,5)
sachant que sin t puis, au moyen d’un change-
ment de variable, prouver que Ik  1. Donner les développements limités à
1. Calculer le développement limité de 1. si a%2 b% c  0, alors p1qk ekπ I . l’ordre 4 en 0 de et , lnp1 t q, cos t, sin t.
0
pex  1q cos x à l’ordre 4 en 0. On définit la fonction f par f pxq
2. a 
2. Calculer le développement limité de
BQ  BP et valQ  0; 3. On pose
lnp1 x2 q.
ln cos x à l’ordre 6 en 0.
» 8 x
2. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0, alors I  e sin x dx. (a) Prouver que le développement li-
3. Soit f la fonction définie par 0 mité de f en 0 à l’ordre 3 est, si x
a BQ  BP 1 et valQ  1; est positif,
f px q  Prouver que I est absolument conver-
4
x4 16
gente et déduire des questions 1 et 2b 1 
et C sa courbe représentative. 3. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0, alors que I  12 . f pxq  x  x3 o x3 .
4
(a) Étudier C localement au point
d’abscisse 0.
BQ  BP 2 et valQ  2.
Exercice 3 (sur 6) (b) Étudier localement en 0 la courbe
représentant f .
(b) En procédant éventuellement au
changement de variable h  1{x, 15 juin 2001
1. Déterminer l’ensemble de définition de
prouver que f admet pour dévelop-
la fonction définie de R2 dans R par
pement limité généralisé au voisi- Exercice 1 (sur 3,5) Année 2001–2002
nage de 8 : x y
f px, y q  ln .
xy


f pxq  x
4
o
1
. 1. Comparer, pour tout x ¥ 1, ln x et x. En 10 décembre 2001
x3 x3 déduire la nature de l’intégrale
2. Soit f la fonction définie de R 2 dans R Exercice 1 (sur 6)
(c) Déterminer le développement li- » 8 1
par Calculer les limites suivantes.
mité généralisé à l’ordre 3 de f au
voisinage de 8.
dx. ?
1 ln x f px, y q  x2 y 2  xy  5x  2y 9. 1. (a) limxÑ 8 x2 x 1 ;
(d) Étudier les branches infinies de C . limxÑ8 7x 12x
4 4
(a) Calculer les dérivées premières et (b) x5
;
Théorème I.6.1. 2. Étudier la convergence des intégrales
secondes de f . x 8
Soit pa, b, cq un triplet de R  R2 , P une fonction
3
(c) limxÑ2 x2 ;
» 8 » 8 (b) On se propose de chercher si f pré-
limxÑ3 x2 2x3 ;
polynôme et α et ω deux réels. On considère les x x 2
dx et dx. (d)
équations différentielles 1 x4  1 0 x4  1 sente un extremum. Prouver que f x 7x 12

8 ?xx1  ?xx
admet pour seul point critique le
ay 2 by 1 cy  P pxq e αx
cos ωx (I.16) point p4, 3q.
2. (a) limxÑ
1
;

ay 2 by 1 cy  P pxq eαx sin ωx. (I.17) (c) Soit h et k des réels. (b) limxÑ 8 ln x  x ;
Exercice 2 (sur 5,5)
i. Calculer f p4 k q. limxÑ0 lntan x
Alors, une solution particulière h, 3 3. (a) p1 x q ;

25 26
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.7. Année 2001–2002 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.7. Année 2001–2002

(b) limxÑ2 lnepx


x
e 2 Exercice 6 (Hors barème sur 2) 1. Rappeler l’ensemble de définition de la 4. (a) En appliquant la formule de Taylor-
1q . Soit f la fonction définie par f pxq  px  fonction Argch. Lagrange à l’ordre 1, établir l’enca-
1q2 . Prouver, en revenant à la définition, que drement
Exercice 2 (sur 3) limxÑ1 f pxq  0. 2. (a) Prouver
 ? que si x ¥ 1 alors
2
Résoudre dans R, puis dans s π, πs, les équa- ln x x2  1 ¥ 0.  h2   lnp1 hq  h   0.
tions
  18 mars 2002 (b) En revenant à la définition
1. cos 3x  π
 cos π
; (b) En déduire une valeur approchée
de lnp1, 1q à 102 près.
x de la fonction  ch, calculer
6 4
Exercice 1 (sur 4,5)  ?
2. tan x  cotan x. ch ln x x2  1 pour x ¥ 1.
5. (a) En appliquant la formule de Taylor-
1. Rappeler, avec ses hypothèses, la for- Lagrange à l’ordre 2, établir l’enca-
Exercice 3 (sur 2) 3. Déduire de ce qui précède la rela-
Résoudre dans C l’équation z3  1.
drement
mule de Taylor-Young à l’ordre n en a tion (I.18) pour x ¥ 1.
pour une fonction f . 

h2 3
Exercice 4 (sur 4) 0   lnp1 hq h    h3 .
Soit f la fonction définie sur R par 2. Déterminer les développements de Exercice 3 (sur 1,5) 2
Taylor-Young d’ordre 3 en 0 de sin x et Soit f une fonction et a et h deux réels. (I.19)
1  cos x tan x. En déduire
f px q  1. Rappeler le théorème des accroissements (b) En déduire une valeur approchée
2 sin2 x sin x  tan x finis pour f sur l’intervalle ra, a hs. de lnp1, 1q à 103 près.
lim .
1. Déterminer l’ensemble de définition D x Ñ0 x3
2. Pour n entier naturel, rappeler, avec (c) Pour quelles valeurs de h ¡ 0 l’enca-
de f .
ses hypothèses, la formule de Taylor- drement (I.19) permet-il d’affirmer
3. (a) Déterminer les développements de
que h  h2 est une valeur approchée
2
2. Étudier Taylor-Young en 0 de ch x  cos x Lagrange pour f à l’ordre n sur l’inter-
d’ordres 2 et 3. valle ra, a hs. de lnp1 hq à 103 près ?
(a) la parité de f ;
(b) la périodicité de f . (b) En déduire 3. Le théorème des accroissements finis Exercice 5 (sur 6)
i. peut-il être considéré comme un cas Soit f la fonction définie sur R par
3. Déterminer limπ f . particulier de la formule de Taylor-
ch x  cos x
lim Lagrange ? Préciser. 1  x2
f pxq  Arcsin
4. Prouver que f peut être prolongée par ,
continuité en 0.
x Ñ0 x2
1 x2
.
Exercice 4 (sur 5,5)
ii.
5. Pour x  0, r2πs, simplifier l’expression Soit f la fonction définie sur R par 1. Prouver que, pour tout x réel,
de f pxq. ch x  cos x  x2
1 ¤ 11  xx2 ¤ 1.
2
lim
x Ñ0 x2
, f pxq  lnp1 xq
Exercice 5 (sur 5)
Soit f la fonction définie sur R par iii. et h un réel strictement positif. En déduire l’ensemble de définition de f .
f pxq  x 5
x 2
 1. ch x  cos x  x2 1. Déterminer, pour tout entier naturel non 2. Déterminer l’ensemble de continuité de
nul n et tout x ¡ 1, l’expression de
lim .
x Ñ0 x3 f.
1. Factoriser a5  b5 par a  b, en déduire le f pnq pxq.
taux de variation de f puis prouver que 3. Déterminer l’ensemble d’étude de f .
f est strictement croissante sur r0, 8r. Exercice 2 (sur 2,5) 2. Soit n entier naturel non nul. Prouver
que si 0   θ   1 alors 0   p1 θhqn   1.
L’objet de cet exercice est de prouver que, pour 4. Calculer les valeur(s) et/ou limite(s) de f
2. Prouver que l’équation f pxq  0 admet tout x ¥ 1, aux bornes de son ensemble d’étude.
une unique solution x0 sur s0, 1r.  a 3. (a) En appliquant le théorème des ac- 5. Rappeler l’ensemble sur lequel la fonc-
Argch x  ln x x2  1 . (I.18) croissements finis à f sur l’inter- tion Arcsin est dérivable ; en déduire
3. Prouver valle r0, hs, établir l’encadrement l’ensemble de dérivabilité de f et prou-
(a) que 103
128 est une valeur approchée On rappelle que
fractionnaire à 102 près de x0 ; #
h   lnp1 hq  h   0.
ver que
#
ch y  x
 2
si x ¡ 0
(b) que 0, 805 est une valeur approchée y  Argch x ðñ (b) En déduire une valeur approchée f 1 px q  1 x2
à 102 près de x0 . y ¥ 0. si x   0.
de lnp1, 1q à 101 près.
2
1 x2

27 28
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.7. Année 2001–2002 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.8. Année 2002–2003

6. Étudier les variations de f et en esquis- En déduire que celui de Argsh x à l’ordre (c) En appliquant la formule de Taylor- 1. Résoudre dans R l’équation
ser la courbe représentative C . 5 en 0 est Lagrange, établir que pour tout x ¡  π  π
0, cos 3x   cos 2x
7. Pour x ¥ 0, utiliser l’expression de f 1 pxq
.
x3 3x5 6 3
Argsh x  x  opx q. (I.20)
5
?
pour déterminer une expression plus x x2 x x2 x3
simple de f pxq.
6 40
1 
2 8
  1 x 1 
2 8 16
. 2. Résoudre dans R, puis dans s  π, πs,
l’équation
8. Construire les courbes représenta- 5. À l’aide du le développement limité à ?
2. Donner une valeur approchée de 1, 2 à
tives des fonctions Arctan,  Arctan, l’ordre 3 en 0 de Argsh x, étudier loca-
103 près. cos 2x  sin 2x.
2 Arctan et f en précisant, pour f , les lement au point d’abscisse 0 la fonction
Argsh.
points et les tangentes remarquables. Exercice 4 (sur 3)
Exercice 3 (sur 8)
6. À l’aide de l’égalité (I.20), déterminer un
équivalent en 0 de la fonction Argsh et 1. En en donnant la valeur exacte, prouver
17 juin 2002 donner la nature de l’intégrale la convergence de l’intégrale 1. (a) Calculer les limites en 0 et en 8
»4 de f : x ÞÑ x 1{x.
Exercice 1 (sur 8,5) Argsh x
» 8 dx
0
?x3 dx.
1 x2
. (b) Calculer
0
1. On rappelle que, pour tout x réel, x2  8x 16
lim .
x3  64
2. Déterminer la nature de l’intégrale I dé- Ñ4
e x
x
ex
ch x  Exercice 2 (sur 3) finie par
2 Soit f la fonction définie de R2 dans R par » 8 ?x (c) Calculer
e x  e x  ?
sh x  . # xy I 2
dx
x 12
2 si x y0 0 1 x
f px, y q  x y lim
x Ñ3 x3
.
Rappeler la relation fondamentale de la 0 sinon. et, en justifiant le calcul, déterminer en
fonction de I l’expression de
trigonométrie hyperbolique puis, rapide- (d) Prouver que l’expression x2 4x45
1. Représenter graphiquement l’ensemble
ment, les principales propriétés, les déri- ( » 8 a|x| est factorisable par x  9. En déduire
vées première et seconde et la représen- px, y q P R2 ; x y  0 .
tation graphique des fonctions ch et sh. 8 1 x2
dx.
3 x
?
2. Calculer f p0, 0q et, pour tout x  0, lim .
f p2x, xq. xÑ9 x2  4x  45
2. Prouver que la fonction sh est une bijec-
tion de R sur R. Exercice 5 (sur 2,5)
3. En revenant à la définition, étudier la dé- Étudier les branches infinies de la fonction f 2. (a) Rappeler les équivalents en 0 de
3. Rappeler le théorème donnant la dérivée rivabilité partielle de f en p0, 0q par rap- définie sur R par ex  1, lnp1 xq, 1  cos x, sin x, tan x.
de la bijection réciproque f 1 d’une bi- port à x et par rapport à y. (b) Calculer les limites quand x Ñ 0 de
jection f et, à l’aide de la relation fon-
f pxq 
px  1q3 .
4. Pour tout px, y q de R2 tel que x  0, x
damentale de la trigonométrie hyperbo-
calculer fx1 px, y q et fy1 px, y q.
y px 1q2 i.
lnp1 xq
;
lique, en déduire que, pour tout x réel,
1  cos 3x
ii. x
pArgsh xq1  ? 1
. Année 2002–2003 pe  1q sin 2x .
(c) Calculer la limite quand x Ñ
1 x2 Exercice 3 (sur 3) π
4 de

4. Rappeler, pour α dans R, le développe- 18 décembre 2002 1  tan x


1. (a) Rappeler, avec ses hypothèses, la .
ment limité à l’ordre 2 en 0 de cos 2x
formule de Taylor-Lagrange en 0 à Exercice 1 (sur 1)
p1 u qα l’ordre 2. Exprimer sans valeur absolue la fonction f dé-

et déterminer le développement limité à


(b) Prouver que si x ¡ 0 et 0   θ   1 finie par Exercice 4 (sur 5)

l’ordre 4 en 0 de
alors f pxq  |2x 4|  |3x  9| On cherche à résoudre numériquement l’équa-
tion
1
1 0    1. Exercice 2 (sur 3)
? . p1 θxq5{2 x4 4x  1. (I.21)
1 x2

29 30
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.8. Année 2002–2003 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.8. Année 2002–2003

1. Étudier sur R, sans la représenter graphi- 3. (a) Au moyen d’un changement de va- (b) Rappeler le sens de variation de la 3. Exprimer la dérivée f 1 de f en en simpli-
quement, la fonction f définie par riable, calculer fonction Arcsin et en déduire un en- fiant au maximum l’expression.
»3 cadrement de 2 Arcsin 12 .
f px q  x 4 4x  1. dx 4. Déduire de la question précédente que,
si x P r 12 , 12 s,
.
0 x2 9 3. Conclure.
2. Prouver que l’équation (I.21) admet une
solution unique x0 sur l’intervalle s0, 1r. (b) i. Rappeler l’expression de cos 2α Exercice 4 (sur 4) f pxq  3 Arcsin x.
en fonction de cos α et en dé-
3. Déterminer une valeur approchée frac- duire une expression de cos2 α
tionnaire à 102 près de x0 et prou- en fonction de cos 2α. 1. Prouver que, pour tout h ¡ 0 et tout θ
ver que 0, 49 est une valeur approchée à ii. Au moyen du changement de dans s0, 1r, 13 juin 2003
102 près de x0 . variable t  tan α, calculer
»1 1   1   0.
Exercice 1 (sur 4)
Exercice 5 (sur 3) dt p1 θhq4
Soit f la fonction définie sur R par 0 p1 t 2 q2
.
1. Déterminer le développement limité en
#  2. Rappeler, avec ses hypothèses, la for- 0 à l’ordre 3 de
x cos 1
si x  0
f pxq  x 4. Calculer mule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre
lnp1 xq
0 si x  0. 2. .
(a) pour x positif, sin x
1. La fonction f est-elle continue en 0 (on »x ?t 3. (a) En appliquant la formule de Taylor-
e dt Lagrange à la fonction 2. Soit f la fonction définie sur R par
justifiera l’affirmation) ?
0 d
2. Calculer f 1 pxq pour x  0. f : x ÞÑ
1 x3
(b) , f px q  .
3. La fonction f est-elle dérivable en 0 (on »
1 x x1
sin3 t déduire de la question précédente
justifiera l’affirmation) ? dt. (a) Déterminer l’ensemble de défini-
cos2 t que, pour tout h ¡ 0,
tion D de f .
Exercice 2 (sur 3)
9 avril 2003 Résoudre dans R les équations différentielles 1  h h2  h3  
1
  1h h2 . (b) Étudier les branches infinies de f .
1 h
Exercice 1 (sur 7) suivantes et en déterminer les solutions valant Exercice 2 (sur 2)
1 en 0. (b) Pour quelles valeurs de h l’inéga-
1. y 1
lité précédente permet-elle d’affir-
2y  0, 1. Résoudre dans R les équations différen-
1. Déterminer des primitives de mer que 1  h h2 est une valeur
dy approchée de 1 1 h à 103 près ? tielles suivantes de fonction inconnue y
(a) 2. y  x, et de variable x :
dx (c) Donner une valeur approchée de
cos2 x sin x dx 1 1
1
1,09 à 10
3 près. (a) y 2  5y 1 6y  0 ;
3. x 2 .
(b) dt t t 1 (b) 4y 2  4y 1 y  0;
a Exercice 3 (sur 3) Exercice 5 (sur 4) (c) y 2  4y 1 5y  0 ; de cette der-
x 1 x2 . Le but de cet exercice est de prouver que Soit f la fonction définie par nière équation, déterminer la solu-
? f pxq  Arcsinp3x  4x3 q.
tion telle que
2. En intégrant par parties, calculer 1 3
2 Arcsin
2
 Arcsin 2
. (I.22) #
y p 0q  0
(a) 1. Factoriser les polynômes 4x3  3x
y 1 p0q  1.
1 et
» 1. Rappeler la définition de y  Arcsin x. 4x3  3x  1 pour prouver que
θ Adapter cette définition au cas de l’éga-
dθ # #
4x3  3x 1 ¥ 0 ðñ ¥0
cos2 θ lité (I.22). 2. (Hors barème) Résoudre, en s’aidant
x 1
éventuellement du Théorème 1 page sui-
(b) 2. (a) On rappelle que, pour tout?x dans 4x3  3x  1 ¤0 x1 ¤ 0. vante, l’équation de fonction inconnue x
»e r1, 1s, cos pArcsin xq  1  x2 . et de variable t
x2 ln x dx. Déterminer une expression simpli- 2. En utilisant la question 1, déterminer
1 fiée de sinp2 Arcsin 12 q. l’ensemble de définition de f . x2 x  2 sin t.

31 32
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.8. Année 2002–2003 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.9. Année 2003–2004

Exercice 3 (sur 4) 4. Rappeler le développement limité à • Q est la fonction polynôme complexe qu’on et
l’ordre 2 en 0 de détermine en résolvant l’équation
ln x
lim
aQ2 p2a% bqQ1 pa%2
.
1. Déterminer la nature de l’intégrale 1 b% cqQ  P x Ñ1 sinpx  1q
» 8 x 1u
dx. sachant que Exercice 3 (sur 4)
x4
Résoudre dans R, puis dans s π, πs, les équa-
1 1
et déterminer le développement limité à
1. si a%2 b% c  0, alors tions suivantes.
2. Déterminer la nature de l’intégrale l’ordre 5 en 0 de
» 8 e x 1 BQ  BP et valQ  0; 1. cospx  π8 q  21 ,
?x dx. 1
.
0 x2 2. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0, alors 2. sin 2x  sin x,
Exercice 4 (sur 2) En déduire que celui de Argth x à l’ordre BQ  BP 1 et valQ  1; 3. tan 3x  tanpx π
3 q.
6 en 0 est
1. Déterminer et représenter graphique- 3. si a% b% c  0 et 2a% b  0, alors
2
x3 x5 Exercice 4 (sur 1)
Argth x  x opx6 q. (I.23)
ment l’ensemble de définition D de la
3 5 BQ  BP 2 et valQ  2. Soit y un réel de s  π2 , π2 r.
fonction f définie de R2 dans R par
b 1. Rappeler la relation fondamentale de la
f px, y q  x3  y. 5. À l’aide du développement limité à
l’ordre 3 en 0 de Argth x, étudier loca- Année 2003–2004 trigonométrie circulaire et en déduire
que
2. Soit f la fonction définie de R2 dans R lement au point d’abscisse 0 la fonction
Argth. 16 décembre 2003 1
par 1 tan2 y  .
cos2 y
f px, y q  x 2
y . 2
6. À l’aide de l’égalité (I.23), déterminer un Exercice 1 (sur 3)
Déterminer l’unique point critique équivalent en 0 de la fonction Argth et 2. Rappeler l’expression de sin 2y en fonc-
px0 , y0 q de f et prouver que f y atteint donner la nature de l’intégrale
1. Calculer
tion de sin y et cos y puis en déduire que
un extremum qu’on précisera. » 1
2 Argth x x4 sin 2y  2 tan y cos2 y.
Exercice 5 (sur 8)
0
?x3 dx. lim
x Ñ 4 x2  x  12
On rappelle que, pour tout x réel, 3. Déduire de ce qui précède que
et
ex e x
ch x  lim lnpx 1q  ln x
2 tan y
sin 2y 
,
2 . (I.26)
 Théorème 1. Ñ 8 1 tan2 y
e ,
x
ex Soit pa, b, cq un triplet de R  R2 , P une fonction
x
sh x 
2 polynôme et α et ω deux réels. On considère les 2. Étudier la continuité, par prolongement
sh x
th x  . équations différentielles éventuel, de la fonction f définie par Exercice 5 (sur 10)
ch x ? Soit f la fonction définie sur R par
ay 2 by 1 cy  P pxq eαx cos ωx x 12
1. Rappeler la relation fondamentale de la (I.24) f px q  

x3
ay 2 by 1
2x
trigonométrie hyperbolique. cy  P pxq eαx sin ωx. (I.25) f pxq  Arcsin 2
.
1 x
2. Prouver que la fonction th est une bijec- 3. Développer pa  bqpa2 ab b2 q et en dé-
tion de R sur s  1, 1r. Alors, une solution particulière
duire On notera Df l’ensemble de définition et Cf la
3. Rappeler le théorème donnant la dérivée • de l’équation différentielle (I.24) est y  ?
1 x3
courbe représentative de f .
de la bijection réciproque f 1 d’une bi- Repe%x Qpxqq lim .
x Ñ1 1  x 1. Le but de cette question est de détermi-
jection f et, à l’aide de la relation fon- ner Df . On pourra s’aider des questions
damentale de la trigonométrie hyperbo- • de l’équation différentielle (I.25) est y  Exercice 2 (sur 2) suivantes.
lique, en déduire que, pour tout x dans Impe%x Qpxqq Calculer, par exemple en utilisant les équiva-
s  1, 1r, lents, (a) i. Résoudre les équations

 1q tan ?x

pArgth xq1  1 1 x2 . lim xÑ0
pe x ? 2x
1 et
2x
 1.
• %α iω x sin 2x 1 x2 1 x2

33 34
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.9. Année 2003–2004 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.9. Année 2003–2004

ii. Prouver que, pour tout x réel, (on s’aidera de l’égalité (I.26 page 2. Résoudre l’équation différentielle 3. Déterminer la nature de l’intégrale
précédente) de la question 3 page
y 2  10y 1 41y  0. 8
2x »
1 x2
¤ 1. précédente de l’exercice 4 page pré- 1 x
dx.
cédente). 0 4 x3
Exercice 3 (sur 5)
et (b) On considère un réel x tel que x ¡ 1.
2x De même, en revenant à la défini-
1 x2
¥ 1. tion de l’arc sinus, exprimer de fa- 1. Prouver que, pour tout h ¡ 0 et tout θ Exercice 5 (sur 5,5)
çon équivalente, puis prouver l’éga- dans s0, 1r,
(b) Rappeler l’ensemble de définition lité 1. Rappeler l’ensemble de définition de la
de la fonction Arcsin et déduire Df 
1   1   0. fonction Argch. Rappeler à quoi équi-
2x
des questions précédentes. π  2 Arctan x  Arcsin p1 θhq 4
vaut y  Argch x.
1 x2
2. (a) Tracer, rapidement, l’allure de la
2. Rappeler, avec ses hypothèses, la for- 2. Le but de cette question est de prouver
courbe représentative de la fonction (on s’aidera de l’égalité (I.26) de
mule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre que
Arcsin. la question 3 page précédente de
l’exercice 4 page précédente). 2.  a
(b) Rappeler la parité de la fonction @x ¥ 1, Argch x  ln x x2  1 .
Arcsin puis étudier celle de f . (c) À l’aide de l’égalité (I.27), tracer l’al- 3. (a) En appliquant la formule de Taylor-
lure de Cf . Lagrange à la fonction
3. Calculer f p1q et lim 8f . (a) Vérifier que la relation précédente
1 est vraie pour x  1.
4. (a) Rappeler l’ensemble sur lequel la f : x ÞÑ
(b) Dans toute la suite, on suppose x ¡
,
1 x
fonction Arcsin est dérivable et, en 7 avril 2004
1. Prouver que
s’aidant de la question 1(a)i page déduire de la question précédente
précédente, en déduire le sous- Exercice 1 (sur 3) que, pour tout h ¡ 0, #
y  Argch x
ensemble de R sur lequel f est dé-
1 x¡1
rivable. 1. Calculer l’intégrale 1  h h2  h3     1h h2 .
1 h
(b) On pose » si et seulement si
2
2x ? 3x 1 dx. (b) Donner une valeur approchée de #
u px q  . x 3x  2 1
1,09 à 10
3 près. pey q2  2xey 10
1 x2
y ¡ 0.
Calculer u 1 pxq. 2. À l’aide d’une intégration par parties, Exercice 4 (sur 4)
(c) Prouver que calculer les intégrales (c) i. On considère x ¡ 1. Prouver
# » »1 1. (a) Soit a un réel strictement posi- que l’ensemble des solutions de
2
si 0 ¤ x ¤ 1, l’équation X 2  2xX 1  0,
f 1 pxq 
2t
1 x2 t e dt, Arctan x dx. tif. Rappeler l’ensemble des réels α
 2
1 x2
si x ¡ 1. 0
pour lesquels converge l’intégrale d’inconnue X, est l’ensemble
! a a )
5. Le but de cette question est de prouver
3. Calculer, éventuellement au moyen d’un » 8 dx x x2  1, x  x2  1 .
changement de variable, les intégrales .
que suivantes. a xα
# ii. (Hors barème) Prouver que
2 Arctan x si 0 ¤ x ¤ 1,
»1
et
» e2
dx (b) Soit a et b deux réels tels que a   l’ensemble des solutions de
f px q  dt, . b. Rappeler l’ensemble des réels α
π  2 Arctan x si x ¡ 1. 0 et 1 e x pln xq 3 l’inéquation
pour lesquels converge l’intégrale # ?
(I.27)
Exercice 2 (sur 2,5) »b x  x2  1 ¡ 1
dx
(a) On considère un réel x tel que 0 ¤ x¡1
x ¤ 1. En revenant à la définition de a pb  xqα .
1. Après avoir résolu l’équation sans se- est l’ensemble vide. En déduire
l’arc sinus, exprimer de façon équi-
valente, puis prouver l’égalité
cond membre associée, résoudre l’équa- 2. Déterminer la nature de l’intégrale que si x ¡ 1 et
?y ¡ 0 alors l’éga-

tion différentielle » 8 1 x lité ey  x  x2  1 n’a jamais
2x
2 Arctan x  Arcsin y 1  3x2 y  x2 .
dx. lieu et conclure.
1 x2 3 4 x3

35 36
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.9. Année 2003–2004 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.10. Année 2004–2005

8 juin 2004 3. Soit f la fonction définie sur R par Exercice 5 (sur 3) 2. Calculer
Soit R la fonction d’ensemble de départ R2 et
Exercice 1 (sur 3,5) x2 esin x est définie par (a)
f pxq 
Soit f la fonction définie de R2 dans R par ln cos 6x    sin 84 x
$ Rpρ, θ q  ln 16  ρ2  θ 2 ρ2 θ2  4 . lim xÑ0
& xy
2 dont la courbe représentative est notée sin 105 x
f px, y q  x2 y2
si px, y q  p0, 0q C.
% 1. Préciser et représenter graphiquement (b)
0 sinon.
 1q tan ?x
(a) Déduire de la question précédente dans le plan l’ensemble de définition DR
1. Déterminer l’ensemble de définition D que le développement limité en 0 à de R. lim xÑ0
pe x ?
l’ordre 2 de f est x sin 2x
de f . 2. On rappelle que la différentielle dRpρ, θ q


Bf de R, en un point pρ, θ q où R est partiel-


2. (a) Calculer Bx px, y q en tout point f px q  
1
1 x
11 2
x opx2 q . (c)
px, y q  p0, 0q. 18 2 lement dérivable, est définie par

(b) En revenant à la définition, prouver BR pρ, θq dρ BR pρ, θq dθ. pe2u  1q sin ?u ?


2

(b) Donner l’équation de la tangente T dRpρ, θ q  lim


Ñ0 p7 u qptan u q2 lnp1 3 u q
que
à C au point d’abscisse 0 ainsi que Bρ Bθ u

Bf p0, 0q  0. les positions relatives de C et T . Calculer dRpρ, θ q. (d)


Bx Exercice 3 (sur 2,5) ex  e
(c) i. Vers quel point tend px, 2xq Soit f la fonction définie sur R par lim
Ñ1 ln x
.
lorsque x Ñ 0 ?
x

px  1q3 .
Année 2004–2005
ii. Calculer
f px q 
Bf px, 2xq. px 1q2 5 janvier 2005
Exercice 3 (sur 3,5)
lim Les fonctions f ci-dessous peuvent-elles être
x Ñ0 B x
Étudier les branches infinies de la courbe re- prolongées par continuité en x0 ?
Exercice 1 (sur 2)
Bf
La fonction Bx est-elle continue présentative C de f . 1. x0  0 et
en p0, 0q (justifier) ?
Exercice 4 (sur 3,5) 1. Calculer ?
x2 x2
f : x ÞÝÑ ;
Exercice 2 (sur 7,5) (a) x2  |x|
1. Prouver que, pour tout x réel,
x4 2. x0  2 et
lnp1 ch xq  ln 2 ¥ 0.
1. Donner les développements limités à lim
l’ordre 4 en 0 des fonctions
x Ñ4 x2  x  12 ?
3  2x 5
f : x ÞÝÑ
(a) t ÞÝÑ et ; (b) ;
2. À l’aide d’un développement limité, éta- x2
(b) t ÞÝÑ lnp1 tq ; blir que
lim lnpx 1q  ln x.
(c) t ÞÝÑ cos t ;
x Ñ 8 3. x0  3π{2 et
lnp1 ch xq  ln 2 1
(d) t ÞÝÑ sin t. x
lim
Ñ0 x2
 4 2. Développer pa  bqp a2 ab b2 q et en dé- f : x ÞÝÑ p1 sin xq tan2 x.
duire
2. Prouver que le développements limités
en 0
et en déduire un équivalent en 0 de
1 3 x
? Exercice 4 (sur 4)
lnp1 ch xq  ln 2 lim . Résoudre dans R, puis dans s π, πs, les équa-
Ñ1 1x
p ?xq7
(a) de esin x à l’ordre 2 est 3
. x
tions suivantes.
x2 Exercice 2 (sur 4) 1. sinpx  π8 q  12 ,
1 x o px 2 q
2 3. Déterminer la nature de l’intégrale
2. cos 2x  cos x,
» 1. Donner les équivalents en 0 de
(b) de ln cos 6x à l’ordre 4 est lnp1 ch xq  ln 2
π

3. tan 3x  tanpx q.
2

p ?xq7
π
dx.
18 x2  108 x4 opx4 q. 0 3
et  1, lnp1 t q, 1  cos t, sin t, tan t.
3

37 38
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.10. Année 2004–2005 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.10. Année 2004–2005

Exercice 5 (sur 6,5) (e) 2. Exercice 2


Soit f la fonction définie sur R par » π »3
cos t dx
? .
4
dt.
f pxq  x5 x2  1.
a 1. Après avoir résolu l’équation sans se-
 π4 1  sin2 t 1 px 1q x
cond membre associée, résoudre l’équa-
1. Factoriser b5  a5 par b  a, en déduire le 3. (a) Rappeler les formules d’Euler. tion différentielle
Exercice 4
taux de variation de f puis prouver que
f est strictement croissante sur r0, 8r.
(b) À l’aide des formules d’Euler, linéa- y 1  3x2 y  x2 .
riser puis déterminer les primitives
de sin3 x. 1. Résoudre l’équation différentielle
2. Prouver que l’équation f pxq  0 admet 2. Résoudre l’équation différentielle
une unique solution x0 sur s0, 1r. (c) Reprendre les calculs en remar-
 y1 pcos xqy  2 cos x
quant que sin3 x  1  cos2 x sin x. y 2  10y 1 41y  0.
3. Prouver
Exercice 2 par exemple après en avoir résolu l’équa-
(a) que 103 tion sans second membre associée. Exercice 3
128 est une valeur approchée À l’aide d’intégrations par parties, calculer
fractionnaire à 102 près de x0 ;
1. 2. Résoudre l’équation différentielle
(b) que 0, 805 est une valeur approchée » 1. Soit α un réel de s  π2 , π2 r.
à 102 près de x0 . ln t dt y2 8y 1 25y  0
(a) Rappeler la relation fondamentale
de la trigonométrie circulaire et en
2. pour n dans N et en chercher la solution y0 vérifiant
y0 p0q  1 et y01 p0q  10.
déduire que
28 avril 2005 »
t n ln t dt 1
Exercice 1 Exercice 5 1 tan2 α  .
cos2 α
Soit a un réel et f une fonction intégrable sur
³
1. Pour une fonction dérivable u, donner
3.
» ra, as. On pose I  a a f psq ds. (b) Rappeler l’expression de sin 2α en
fonction de sin α et cos α et en dé-
les primitives de x sin 2x dx 1. Prouver
³a que, si f est paire, I  duire que
2 0 f psq ds.
u1 u1
et 4. sin 2α  2 tan α cos2 α.
cos2 u 1 u2
. »
s 2. Prouver que, si f est impaire, I  I.
dx Qu’en conclue-t-on ?
ch2 s (c) Déduire de ce qui précède que
2. Déterminer
2 tan α
sin 2α 
5.
(a) » 12 mai 2005 1 tan2 α
.
»

1 ? Arctan x dx
Exercice 1
x3
x
 x dx On rappelle que, pour tout x dans s  1, 1r, la 2. On pose t  tanpx{2q.
6. fonction Argth satisfait (a) Pour une fonction dérivable u, rap-
(b) » 1{2
peler les expressions de la dérivée
»  pArccos xq 2
dx.
Argth x 
1 1 x
ln de la fonction tan u et en déduire
1{2 2 1x
.
x 1 x2 dx que
Exercice 3 1. Soit x dans s  1, 1r. Prouver que 1
(c) À l’aide de changements de variable, calculer dt  p1 t 2 q dx.
2
»
x3 1
1. pArgth xq1  1
1  x2
.
a dx »3 (b) À l’aide de la question (1c), expri-
dx
x4 4x 9 mer sin x en fonction de t.
0 x2 9 2. À l’aide d’une intégration par parties,
et, pour a dans R ,
(d) calculer 3. On pose
» »a » 1{2 » π
e2s dx dx

2
ds Argth x dx. I .
3 e2s 0 x2 a2 0 0 1 sin x

39 40
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.10. Année 2004–2005 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.11. Année 2005–2006

(a) En utilisant le changement de va- • 0 et T sont les instants respectivement de 2. Déterminer la nature de l’intégrale I dé- et déterminer le développement limité à
riable t  tanpx{2q, établir que départ en A et d’arrivée en B. finie par l’ordre 4 en 0 de
»1 1. Calculer v p0q et v pT q puis déterminer » 8 ?x 1
I  2 dt
l’instant tM de vitesse maximale ainsi I  dx. ? .
0 p1 t q2 . que la vitesse maximale vM  v ptM q.
0 1 x2 1 x2
En déduire que celui de Argsh x à l’ordre
(b) À l’aide du changement de variable 2. On désigne par x la distance parcourue 3. (a) Rappeler un équivalent de lnp1 t q
5 en 0 est
permettant d’affirmer que depuis A et on rappelle qu’alors la fonc- en 0 (on pourra s’aider d’un déve-
loppement limité de lnp1 t q en 0). x3 3x5
Argsh x  x  o px 5 q.
»2
tion x est une primitive de la fonction
du v. Calculer xpT q et en déduire la vitesse 6 40
I 2 u2
,
moyenne V du motard sur le parcours
(b) Déterminer la nature de l’intégrale
»1
lnp1 t q
1
AB. 2. À l’aide du le développement limité à
calculer I. dt.
0 t3 l’ordre 3 en 0 de Argsh x, étudier loca-
3. Prouver qu’il existe un instant au cours
lement au point d’abscisse 0 la fonction
de l’expérience auquel la vitesse ins-
Argsh.
Exercice 4 (Étude préliminaire) ? tantanée du motard égale sa vitesse Exercice 3
Pour t ¥ 0, on pose v pt q  2 t 4  t. moyenne.
Exercice 5
1. Prouver que l’ensemble de définition D 4. Application numérique. Sachant que A et 1. (a) Démontrer que, en 0, tan h h Soit f la fonction définie de R2 dans R par
de la fonction v est r0, 4s. B sont distants de 1 km et que la vitesse h3
oph3 q.
maximale atteinte est 200 km h1 , déter-
# x y
y0
3
si x
? en km h1 . f px, y q 
2. Déterminer le maximum de v sur D. (b) i. Rappeler le développement li-
?
x y
miner T en secondes puis V
On donne 15 3  26 et 80 3  139. mité de lnp1 t q à l’ordre 3 en 0 sinon.
3. (a) Pourquoi v est-elle intégrable sur
0.
D? 1. Déterminer et représenter graphique-
ii. Calculer le développement li-
(b) Prouver, au moyen d’une intégra- 15 juin 2005 mité de lnp1 tan hq  lnp1 
ment l’ensemble de définition de f .
tion par parties, que l’intégrale de
Exercice 1 tan hq à l’ordre 3 en 0. 2. (a) Que vaut f p0, 0q ?
v sur D vaut 256
15 . (c) On rappelle que (b) Pour tout x  0, calculer f p2x, xq.
Définition I.10.1.
1. Rappeler, avec ses hypothèses, la for- La fonction f est-elle continue en
tan a tan b
(c) Soit f une fonction intégrable sur
un intervalle ra, bs. On appelle valeur mule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre tanpa bq 
1  tan a tan b
. p0, 0q ?
moyenne de f sur ra, bs la quantité µ 3. 3. En revenant à la définition, étudier la dé-
Déduire des questions précé-
définie par 2. Prouver que si h ¡ 0 et 0   θ   1 alors rivabilité partielle de f en p0, 0q par rap-
dentes le développement limité de
»b 0   p1 θhq3   1. lnptan xq à l’ordre 3 en π4 .
port à x et par rapport à y.
1
µ f pt q dt. 4. Pour tout px, y q de R2 tel que x  0,
ba 3. En appliquant la formule de Taylor- y
calculer fx1 px, y q et fy1 px, y q.
2. Étudier les branches infinies de la courbe
Lagrange, établir pour tout h ¡ 0 l’inéga-
a
C représentant la fonction f définie par
Déduire de la question précédente lité


la valeur moyenne V de v sur D. h2 h2 h3 1


h   lnp1 hq   h  . f pxq  x2 ln 1 .
Exercice 5 (Étude concrète de l’exercice précédent)
2 2 3 x Année 2005–2006
Un motard réalise une expérience de vitesse 4. En justifiant le résultat, donner une va- Exercice 4
sur une piste rectiligne d’extrémités A et B. leur approchée de lnp1, 1q à 103 près. On rappelle que, pour tout x réel, 23 novembre 2005
Sa vitesse instantanée, exprimée en km h1 , Exercice 2
est?donnée en fonction du temps par v pt q  Exercice 1
a t T  t où
pArgsh xq1  ? 1
.
1 x2
1. En en donnant la valeur exacte, prouver
• a est un paramètre réel strictement posi- la convergence de l’intégrale 1. Rappeler, pour α dans R, le développe- 1. Résoudre les équations suivantes :
tif ; » 8 ment limité à l’ordre 2 en 0 de
dx x2  1
. x2  1  0 et  0.
• t est exprimé en heure ; 0 1 x2 p1 uq α x1

41 42
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.11. Année 2005–2006 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.11. Année 2005–2006

2. Résoudre l’inéquation suivante Exercice 4 1. Déterminer l’ensemble de définition et 1. En étudiant le signe de sa dérivée, prou-
Développer pa  bqpa2 ab b2 q et en déduire l’ensemble de dérivabilité de f . ver que f est strictement monotone sur
2x  3
x 2
¥ xx  12 . 1 3 x
?
2. Calculer la dérivée de f .
r0, 1s.
lim .
x Ñ1 1  x
Exercice 3 2. Prouver que l’équation f pxq  0 admet
3. Factoriser x2  2x  3 puis résoudre l’in- Exercice 5 une unique solution x0 sur s0, 1r.
équation suivante :
1. Rappeler la définition de Arcsin x. 3. Prouver, en utilisant la méthode de di-
1. En réduisant au même dénominateur
x2  2x  3 chotomie,
¤ 0. prouver que 2. Prouver que, pour tout x dans r1, 1s,
x 2
cos 3a sin 3a sinpArcsin xq  x. 35
(a) que 128 est une valeur approchée
Exercice 2 sin a cos a
 cotan a  tan a 3. Démontrer que, pour tout x dans r1, 1s, fractionnaire à 102 près de x0 ;

2. Résoudre dans R l’équation


a (b) que 0, 27 est une valeur approchée à
cospArcsin xq  1  x2 . 102 près de x0 .
1. Pour θ  0, π6 , π4 , π3 , π2 , rappeler les va-  ?
π 3
leurs de cos θ et sin θ. sin x   et en déduire une simplification de
4. Déterminer une racine évidente de
12 2 tan pArcsin xq.
l’équation
2. On considère les? nombres complexes 3. Le but de cette question est de prouver Exercice 4
z1  j   12 3
 1i  x3  2x2  7x 20
? i 2 , z2 et z3 que On considère la fonction f définie sur R par
3 i.
1  sin x  cos x  0 ?
f pxq  ln x  x. et en déduire la valeur exacte de x0 .
(a) Déterminer (par le calcul ou géo- ðñ x  0 r2πs
métriquement) les modules et argu- π Le but de cet exercice est de démontrer le ré-
ments de z1 , z2 , z3 . ou x  r2πs. (I.28) sultat, admis en cours, suivant : pour tout α
2
dans Q  , 2 février 2006
(b) Déterminer la forme exponentielle (a) Résoudre l’équation sin t  cos t  0.
de z1 , z2 , z3 .
(b) Poser x  2t et réécrire l’équation lim
ln x
 0. Exercice 1
(c) Déterminer les modules et argu- (I.28) de façon à ce qu’elle soit sous xÑ 8 x α Soit f la fonction définie sur R par
ments de z1 z2 , zz2 , z14 . forme factorisée. 1. Sans calculer les limites aux bornes de l’en-
1  sin x
3

(c) Résoudre l’équation (I.28). semble de définition, dresser le tableau des f pxq 
Exercice 3 2 cos2 x
variations de la fonction f .
Calculer ou donner
26 janvier 2006 2. Sachant que ln 2   1 et en utilisant la 1. Déterminer l’ensemble de définition D
1. de f .
Exercice 1 ? établir que pour
question précédente,
tout x ¡ 0, ln x   x.
x4
lim Soit f la fonction définie sur R par 2. Prouver que f peut être prolongée par
x Ñ4 x2  x  12 3. En déduire continuité en π2 .
1  cos x
f px q 
2. 2 sin2 x lim
ln x
. 3. Pour x  π
2, r2πs, simplifier l’expression
? x Ñ 8 x de f pxq.
x 12 1. Déterminer l’ensemble de définition D
lim
x Ñ3 x3 de f . 4. Soit α dans Q . En posant X  xα , Exercice 2
2. Prouver que f peut être prolongée par prouver que On considère la fonction f définie par
3. continuité en 0. ln x  
lim  0. f pxq  Arccos px  3q2 .
lim
sin x 3. Pour x  0 r2πs, simplifier l’expression x Ñ 8 xα
x Ñ0 x de f pxq.
Exercice 2 Exercice 5 1. Déterminer l’ensemble de définition et
4.
On considère la fonction f définie par Soit f la fonction définie sur R par l’ensemble de dérivabilité de f .
lim lnpx 1q  ln x.
x Ñ 8 f pxq  Arcsinpx2  3q. f pxq  x3  2x2  7x 2. 2. Calculer la dérivée de f .

43 44
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.11. Année 2005–2006 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.11. Année 2005–2006

Exercice 3 3. En remarquant que 3 est racine de 2. Exercice 3


Le but de cet exercice est de prouver que l’équation
? y2 4y 1 6y  0
3x2  5x  15  0
1. Déterminer la nature de l’intégrale
2 Arcsin
1
 Arcsin 3
. (I.29) x3
2 2 Exercice 5 » 8 x
1. Rappeler la définition de y  Arcsin x.
donner la valeur exacte de x0 . Soit f la fonction définie sur R par dx.
0 x3 x 1
Adapter cette définition au cas de l’éga- # 
x sin 1
si x  0 2. Discuter, selon α P R, la nature de l’inté-
lité (I.29). f pxq  x
17 mai 2006 0 si x  0. grale
2. (a) On rappelle que, pour tout?x dans
r1, 1s, cos pArcsin xq  1  x2 . Exercice 1 1. La fonction f est-elle continue en 0 (on
» 8 x
Déterminer une expression simpli- Calculer les primitives suivantes : dx.
fiée de sinp2 Arcsin 21 q.
justifiera l’affirmation) ? 0 px 3 x 1qα
1. 2. Calculer f 1 pxq pour x  0.
(b) Rappeler le sens de variation de la » Exercice 4
fonction Arcsin et en déduire un en- cos2 x sin x dx 3. La fonction f est-elle dérivable en 0 (on On rappelle que, pour tout x réel,
cadrement de 2 Arcsin 12 . justifiera l’affirmation) ?
1 1 x
Argth x  ln .
3. Conclure. 2. 2 1x
»
t3  1
21 juin 2006
Exercice 4 a dt 1. Prouver que
Soit f la fonction définie sur R par  4t Exercice 1
3
t4 3
# 
pArgth xq1  1 1 x2 .
x cos 1
si x  0 Exercice 2
f pxq  x 1. Donner les développements limités à
0 si x  0. En dérivant préalablement la fonction cotan, l’ordre 4 en 0 des fonctions 2. (a) Déterminer le développement li-
prouver par une intégration par parties que :
mité à l’ordre 5 en 0 de
1. La fonction f est-elle continue en 0 (on » (a) t ÞÝÑ et ;
justifiera l’affirmation) ?
π
2 s ds   π  21 ln 2. (b) t ÞÝÑ lnp1 tq ;
1
.
sin2 s 4 1  x2
Calculer f 1 pxq pour x  0. (c) t ÞÝÑ cos t ;
π
2. 4

3. La fonction f est-elle dérivable en 0 (on


Exercice 3 (d) t ÞÝÑ sin t ; (b) En déduire que celui de Argth x à
l’ordre 6 en 0 est
justifiera l’affirmation) ?
Calculer les quantités suivantes au moyen (e) t ÞÝÑ sh t.
d’un changement de variable :
x3 x5
Exercice 5 2. Calculer le développement limité Argth x  x opx6 q. (I.30)
3 5
Soit f la fonction définie sur R par
1. d’ordre 4 en 0 de lnp1 xq sh x.
»4
dx 3. À l’aide du développement limité à
f pxq  x3 3x2  5x  15 dx 3. Calculer le développement limité
0 x2 16 d’ordre 3 en 0 de l’ordre 3 en 0 de Argth x, étudier loca-
lement au point d’abscisse 0 la fonction
dont on admettra qu’elle est strictement crois- cos t  1
sante sur r2, 3s. 2. en posant par exemple x  t 2 , . Argth.
sin t
1. Prouver que l’équation f pxq  0 admet
»3 4. À l’aide de l’égalité (I.30), déterminer un
dx
une unique solution x0 sur s2, 3r. px ?
1q x
4. Calculer le développement limité  équivalent en 0 de la fonction Argth et
0 d’ordre 4 en x0  2 de exp px  2q2 . donner la nature de l’intégrale
2. Prouver, en utilisant la méthode de di-
» 1
chotomie, 2 Argth x
p?xq3
Exercice 4 Exercice 2 dx.
287 Résoudre les équations différentielles : Calculer, pour tout paramètre β réel, 0
(a) que 128 est une valeur approchée
fractionnaire à 102 près de x0 ;
1.
lim e p
x2 ln cos x
β
q
(b) que 2, 24 est une valeur approchée à Ñ 8 Exercice 5
102 près de x0 . y 1 pln xqy  4 ln x
x

45 46
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.12. Année 2006–2007 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.12. Année 2006–2007

1. Déterminer la nature de l’intégrale (a) z1 ; 15 janvier 2007 (a) la fonction f 1 ;


» 8 u (b) z2 ; (b) la fonction f 2 . Cette fonction f 2
e du. Exercice 1 est-elle dérivable en 0 ?
(c) z1 z2 Énoncer le théorème des accroissements finis
1
(d) z1 {z2 . sous deux formes : 4. Étudier le sens de variation de la fonc-
2. tion f et dresser son tableau de variation
2. Déterminer la forme trigonométrique de 1. sur un intervalle ra, bs où a   b ;
(a) Comparer, pour u ¥ 1, eu et eu .
complet.
z3  1 cos α i sin α (α Ps  π, πr).
2

5. On donne e 3  0, 72 et 3e
2. sur un intervalle d’extrémités a et a
(b) En déduire la nature de l’intégrale Exercice 3 où a P R et h P R .
h 1 1

» 8 u 2 0, 12. Construire approximativement la
e du Exercice 2 courbe représentative de f sur r0, 2s en
1 1. Simplifier l’expression de la fonction f en précisant au moins trois points carac-
définie par téristiques.
puis de l’intégrale
b Soit f la fonction définie par f pxq
1. ? 
» 8 u 2 f px q  x2 2 |x| 1 1 x2 . Exercice 4
e du. Soit f la fonction définie sur R par
0 puis construire sa courbe. (a) déterminer l’ensemble de définition 

Df de f ; 2x
R l’équation trigonomé- f pxq  2 Arctan x  Arctan .
2. Résoudre dans
(b) déterminer l’ensemble de dérivabi- 1  x2
lité Df1 de f ;
trique :
Année 2006–2007 1. Déterminer l’ensemble de définition de
3
cos2 x  . (c) calculer la dérivée de f ; f.
4
1er décembre 2006 (d) déterminer la différentielle de f en 2. Étudier la parité de f .
Exercice 4 x0  1.
Exercice 1
En justifiant le résultat, étudier le prolonge- 3. (a) Rappeler l’ensemble de dérivabi-
En utilisant les équivalents pour les deux der-
ment par continuité 2. Soit f la fonction définie par f pxq  lité de la fonction Arctan puis,
nières questions, calculer Arccos 1x . pour une fonction u, la dérivée de
1. en x0  4 de la fonction : Arctan u.
1.
?x  2 (a) déterminer l’ensemble de définition
7x3  5x 1 f : x ÞÑ 2 Df de f ; (b) En déduire l’ensemble de dérivabi-
lim x  5x 4 lité de f et y calculer f 1 .
xÑ 8 1  2x3 (b) déterminer l’ensemble de dérivabi-
2. en x0  0 de la fonction : lité Df1 de f ; 4. En déduire que si x Ps  1, 1r :
2. 

? ? f : x ÞÑ x sin
1 (c) calculer la dérivée de f ;
2 Arctan x  Arctan
2x
x 1 x . (I.31)
1  x2
lim
xÑ 8 x (d) déterminer la différentielle de f en
x0  2.
3. Exercice 5 Quelles égalités de même nature obtient-
On cherche à résoudre numériquement l’équa- Exercice 3 on sur les intervalles s1, 8r et s 
lim
tan 2t tion f pxq  0 où Soit f la fonction définie sur R par 8, 1r ?
t Ñ0 tan 3t
f pxq  3x3  x2  21x 7 #
5. Rappeler la définition de Arctan et l’uti-
x3 ln x si x  0
4. f pxq  liser afin de prouver différemment, pour
1. En admettant que f est strictement 0 si x  0. x Ps  1, 1r, l’égalité (I.31).
lim
ln x
. croissante sur l’intervalle s2, 3r, prou-
xÑ1 sinpx  1q ver que l’équation f pxq  0 admet une 1. Préciser l’ensemble de définition de f .
Exercice 5
unique solution x0 sur cet intervalle.
Exercice 2 2. La fonction f est-elle, en 0,
2. En procédant par dichotomie, détermi-
(a) continue ? 1. Déterminer des primitives des fonctions
ner une valeur approchée fractionnaire
1. On pose : z1  3i et z2  3 3i. Dé- à 101 près de x0 et prouver que 2, 6 est
?
(b) dérivable ? (a) x ÞÑ x4 1
 2x,
une valeur approchée à 101 près de x0 . ?x 2
terminer (par le calcul ou géométrique-
ment) les modules et arguments de 3. Définir explicitement, notamment en 0 : (b) x ÞÑ x 2 1 x3 ,

47 48
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.12. Année 2006–2007 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.12. Année 2006–2007

(c) x ÞÑ tan x. 1. cospx  π8 q  21 , (c) En déduire que si x ¡ 0, 1. Résoudre dans R l’équation différentielle
cos 2. tan 3x  tanpx π
q. 

1x y1
2. Déterminer la primitive de s’an- 2
yx
1 sin2 3 2
nulant en π{2. 2 Arctan x  Arccos . x
Exercice 3 1 x2
Déterminer les primitives de (I.32) puis donner la solution s’annulant en
x0  1.
22 janvier 2007 1. Qu’en est-il pour x  0 ? Quelle éga-
2 lité analogue obtient-on pour x   2. Résoudre l’équation différentielle
Exercice 1 cos x sin x
0?
y 2 2y 1 10y  0
2. 6. À l’aide de l’égalité (I.32), tracer l’al-
1. Calculer 2 lure de la courbe représentative Cf de la Exercice 5
? fonction f . On rappelle que, pour tout x réel,
(a) 4x2 1

x4 Exercice 4 ex e x e x  e x
lim Soit f la fonction définie sur R par ch x  et sh x 
x Ñ4 x2  x  12 11 avril 2007 2 2


1  x2 1. Pour tout n dans N, exprimer shpnq .


(b) f pxq  Arccos . Exercice 1
1 x2 Calculer une primitive
lim lnpx 1q  ln x. 2. Rappeler, avec ses hypothèses, la for-
x Ñ 8 1. Tracer l’allure de la courbe représenta-
1. de la fonction : mule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre
tive de la fonction Arccos, en n’omettant 4.
2. Rappeler la factorisation de a3  b3 et en pas ses points caractéristiques. x2 1
x ÞÑ ?
déduire
2. Le but de cette question est de déter- x3 3x  2 3. En déduire le développement de Taylor-

1 3 x
? miner l’ensemble de définition Df de la
Lagrange de la fonction sh en 0 à l’ordre
lim . 2. de la fonction : 4.
x Ñ1 1  x fonction f . On pourra s’aider des ques-
tions suivantes. cos x
x ÞÑ
3. À l’aide des équivalents, calculer les li- (a) Prouver que, pour tout x réel, sin2 x 13 juin 2007
mites en 0 de
1 ¤ 11  xx2 ¤ 1.
2 Exercice 2 Exercice 1
(a) Par intégration par parties,
?x sin ?x 1. calculer 1. Donner les développements limités à
(b) Rappeler l’ensemble de définition
l’ordre 4 en 0 des fonctions
x p2 x q de la fonction Arccos et déduire Df »
des questions précédentes. pln tq2 dt (a) t ÞÝÑ et ;
(b)
3. Étudier la parité de la fonction f . (b) t ÞÝÑ cos t ;
tan2 p πxq
? 2. prouver que
4. Calculer f p0q, f p1q et lim 8f . (c) t ÞÝÑ sin t ;
1  cos x » π
π (d) t ÞÝÑ ch t ;
sin x ln p1 sin xq dx  1
2
5. (a) Résoudre rapidement, à l’aide des
calculs effectués à la question (2a), 0 2 (e) t ÞÝÑ lnp1 tq ;
4. Déterminer l’ensemble de définition et
étudier la continuité, par prolongement les équations (f) pour α P R, t ÞÝÑ p1 t qα .
Exercice 3
éventuel, de la fonction f définie par 1 x2 1 x2
? 1 x2
1 et
1 x2
 1. Au moyen d’un changement de variable, cal- 2. ? le développement limité
(a) Calculer
x 12
culer de 1 x cos x à l’ordre 3 en 0.
f px q  .
x3
»2
(b) Rappeler l’ensemble sur lequel la dx (b) Étudier localement au point d’abs-
fonction Arccos est dérivable, en x2 4 cisse x0  0 la courbe C d’équation
déduire le sous-ensemble de R sur
0
Exercice 2 ?
Résoudre dans R, puis dans s π, πs, les équa- 1 x cos x  1
y
lequel f est dérivable puis y calcu- Exercice 4
ler f 1 .
.
tions suivantes. x

49 50
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.12. Année 2006–2007 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.13. Année 2007–2008

Exercice 2 (b) Déterminer le développement li- 20 juin 2007 2. Soit f la fonction f définie par f : x ÞÝÑ
Soit f la fonction définie sur R par mité généralisé à l’ordre 3 de f au lnp1 xq.
voisinage de 8. Exercice 1
f pxq 
px  1q3 . On rappelle que, pour tout x dans s  1, 1r, la (a) Pour tout n dans N , exprimer la
(c) Étudier les branches infinies de C .
px 1q2 fonction Argth satisfait dérivée d’ordre n de f .

Étudier les branches infinies de la courbe re- Exercice 5 1 1 x (b) Exprimer le développement de
Argth x  ln . Taylor-Lagrange de la fonction f
présentative C de f . 2 1x
en 0 à l’ordre 3.
Exercice 3 1. On rappelle que, pour tout x réel, 1. Soit x dans s 1, 1r. Expliciter pArgth xq1 .
ex e x
ch x  2. À l’aide d’une intégration par parties et
Année 2007–2008
1. Démontrer que, en 0, tan h h h3 2 d’un éventuel changement de variable,
e x  e x
3
oph3 q. sh x  .
prouver que
2 » 1{2 10 décembre 2007
3
Argth x dx  ln 3  ln 2.
2. En déduire que le développement limité
de lnp1 tan hq lnp1  tan hq à l’ordre 3
Indiquer la relation fondamentale de la Exercice 1
0 4
trigonométrie hyperbolique puis, rapide-
en 0 est :
ment, les principales propriétés, les déri- Exercice 2
4 3
lnp1 tan hq lnp1  tan hq  2h h oph3 q vées première et seconde et la représen- Calculer, éventuellement au moyen d’un chan- 1. Résoudre les équations suivantes :
3 tation graphique des fonctions ch et sh. gement de variable, les intégrales :
x2  4
x2  4  0 et  0.
3. On rappelle que 2. Prouver que la fonction sh est une bijec- 1. x2
tion de R sur R. »1
tan a tan b
tanpa bq  . es
2. Factoriser x2  3x  4 puis résoudre l’in-
1  tan a tan b 3. Déterminer le développement limité à
0 es 1
ds
l’ordre 4 en 0 de équation :
Déduire des questions précédentes le dé-
veloppement limité de lnptan xq à l’ordre
2.
? 1 x2  2x
3 en π4 . 1 x2
.
» e2
dx x1
¤ xx  41 .
.
Exercice 4 4. On rappelle que, pour tout x réel, e x pln xq3
Exercice 2
On définit la fonction f sur R par
b pArgsh xq1  ? 1
. Exercice 3
1 x2
f pxq  e1{x 1 1. Résoudre les équations
2
x2
En déduire que le développement limité 1. Après avoir résolu l’équation sans se-  π
et on note D et C les ensemble de définition et à l’ordre 5 en 0 de Argsh x est cond membre associée, résoudre l’équa- cos 3x  1 et tan 2x tan x  0
courbe représentative de f . 4
tion différentielle
x3 3x5
Argsh x  x  opx5 q. (I.33)
y1 pcos xqy  2 cos x.
1. (a) Rappeler le sens de variation de 2. Résoudre graphiquement (sans démons-
6 40
la fonction exponentielle et en dé- tration), dans R, l’inéquation 2 sin x ¥ 1.
duire une minoration, pour tout x  5. À l’aide du le développement limité à 2. Résoudre l’équation différentielle
0, de e1{x .
2
l’ordre 3 en 0 de Argsh x, étudier loca- Exercice 3
(b) Prouver que D  R . lement au point d’abscisse 0 la fonction y2 8y 1 25y  0
Argsh.
2. (a) En procédant éventuellement au et en chercher la solution y0 vérifiant 1. Rappeler le développement de pa bq4 .
changement de variable t  1{x, 6. À l’aide de l’égalité (I.33), déterminer un y0 p0q  1 et y01 p0q  10.
équivalent en 0 de la fonction Argsh et 2. En le considérant comme la partie réelle
prouver que f admet pour dévelop-
donner la nature de l’intégrale Exercice 4 d’un nombre complexe à bien choisir,
pement limité généralisé au voisi-
exprimer cos 4θ, en fonction de cos θ et
nage de 8 : »4
Argsh x sin θ.
p?xq3

dx. 1. Rappeler, avec ses hypothèses, la for-
1 1
f pxq  x
0 mule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre Exercice 4
o .
2x3 x3 3.

51 52
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.13. Année 2007–2008 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.13. Année 2007–2008

1. Rappeler les formules d’Euler. 3. Calculer 3. Tracer la courbe de la fonction Arccos. (b) Argpizq en fonction de Argpzq. Quel
ex  e
4 1
est le lien géométrique entre les
2. Linéariser sin x lim a
Ñ1 1  cospx  1q
4. Calculer Arccos 0, Arccos
 ?
Arccos 1,2, images de z et iz ?
Exercice 5
x Arccos  12 , Arccosp1q, Arccos 3 .
Résoudre dans C l’équation d’inconnue z
5. Soit x dans DArccos . Prouver que
Exercice 4
z2  6z 13  0 Exercice 3
Soit f la fonction définie sur R par
Étudier la continuité, par prolongement éven- Arccos x Arccospxq  π.
tuel, des fonctions f , g et h définies respecti- 

15 janvier 2008 1 1  x2
vement par 6. Interpréter l’égalité précédente relative- f px q  Arccos .
ment à la courbe C de la fonction Arccos. 2 1 x2
Exercice 1 1.
Calculer ?
3  2x 5 1. Le but de cette question est de déter-
f px q 
x2
miner l’ensemble de définition Df de la
1. 18 janvier 2008 fonction f . On pourra s’aider des ques-
a
lim x2 x 1 2. Exercice 1 tions suivantes.
x Ñ8 ? 1. Calculer
1 4 x
2. g pxq  ? (a) Résoudre l’inéquation
1x x 2x
1
lim  1x ?
(on pourra effectuer le changement de
lim
Ñ2 2x
.
1  x2
Ñ0 x 2 ¤ 1.
x
variable t  4 x)
x
1 x2
3. 2. Résoudre dans R l’inéquation
3. ?
2x2  5x 3 $
1 x 2x ¥ 0 (b) Déduire Df de la question précé-
si x  0
lim &
x Ñ1 x2  1 hpxq 
x cos
x
dente.
?x 2  x .
puis exprimer sans valeurs absolues
%0 si x  0. (c) Résoudre rapidement, à l’aide de la
4.
question (1a), l’équation
sin x
lim Exercice 2
x Ñ0 x Exercice 4
Résoudre dans R, puis dans s π, πs, les équa-

1  x2
On cherche à résoudre numériquement l’équa-
tions suivantes.  1.
5. tion f pxq  0 où 1 x2

lim lnpx 1q  ln x 1. cos x  π8  12 ,
Ñ 8 f p x q  x  e x .
x  2. Étudier la parité de la fonction f .
2. tan 3x  tan x π
3 .
1. En admettant que f est strictement
Exercice 2 croissante sur l’intervalle s0, 1r, prou- 3. Résoudre dans R, puis dans s π, πs, l’in- 3. Calculer f p0q, f p1q et lim 8f .
ver que l’équation f pxq  0 admet une équation cos 2x ¥ sin 2x.
1. Rappeler les équivalents en 0 de ex  1,
unique solution x0 sur cet intervalle. 4. Prouver que, si x ¥ 0,
lnp1 xq, 1  cos x, sin x, tan x. 2. En procédant par dichotomie, détermi- Exercice 3 

1. Écrire sous forme trigonométrique les 1  x2


2 Arctan x  Arccos
ner une valeur approchée fractionnaire
à 101 près de x0 et prouver que 0, 6 est
2. Calculer les limites en 0 de . (I.34)
nombres complexes 1 x2
(a) une valeur approchée à 101 près de x0 .
(a) 1 cos ϕ i sin ϕ ; Quelle égalité analogue obtient-on pour
sin 2t Exercice 5 (b) p1 i tan ϕ q2 . x   0?
sin 3t
2. Calculer
(b) 5. À l’aide de l’égalité (I.34), tracer l’al-
1. Rappeler la définition de l’arc cosinus.
 (a) Argpzq en fonction de Argpzq. Quel lure de la courbe représentative Cf de la
x
ln 1 2 2. Rappeler l’ensemble de définition D de est le lien géométrique entre les fonction f .
.
tan x la fonction Arccos. images de z et z ?

53 54
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.13. Année 2007–2008 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.13. Année 2007–2008

25 avril 2008 12 juin 2008 2. On pose c  1. Réécrire et résoudre dans iii. On pose, pour X réel,
ce cas l’équation (I.35).
Exercice 1 y  λ1 cos X λ2 sin X.
Exercice 1
Calculer une primitive 3. On pose c  10. Réécrire et résoudre
1. Rappeler, ou calculer, les développe- Prouver à l’aide de la question
dans ce cas l’équation (I.35).
1. de la fonction : ments limités d’ordre 5 en 0 de ch x et précédente que
1a sh x. Exercice 5
x ÞÝÑ 1 ln x 1. (a) À l’aide de l’exercice 4 page précé- y  A cospX  ϕ q.
x
2. Prouver que le développement limité dente, déterminer la limite en 8
2. de la fonction : d’ordre 5 en 0 de th x est de la solution générale de l’équation
ez différentielle Remarque On admettra dans la
z ÞÝÑ ? 1 3 2 5 
1  e2z th x  x  o x5 suite que cette dernière expres-
y2 2y 1 10y  0
x x
3 15 (I.36) sion est valable pour tous λ1 et λ2
Exercice 2 réels.
Par intégration par parties, Exercice 2 (b) Prouver que la solution de l’équa-
1. Déterminer le développement limité tion (I.36) vérifiant iv. En déduire que la solution gé-
1. calculer
» d’ordre 4 en 1 de lnp2 xq sinpx 1q. # nérale de l’équation (I.36) peut
s Arctan s ds y p0q 0 s’écrire
 π π
2. Prouver que y 1 p0q 1 y  A ex cosp3xϕ q, A P R , ϕ P  , .
2 2
2. prouver que 
x x2 x3 est
» π
π p1 sin xq 3
1
1  o x3
pcos xq ln p1 cos xq dx  1 1 x
2
3 9 162
y e sinp3xq
Théorème. Soit pa, b, cq un triplet de R 
0 2 3
Exercice 3
Exercice 3 1. Résoudre l’équation différentielle 2. En utilisant le théorème 1, déterminer R2 , P une fonction polynôme et α et ω
Au moyen de changements de variable, une solution particulière puis, à l’aide de deux réels. On considère les équations dif-
y 1  4y  0 la question 3 de l’exercice 4 page précé- férentielles
1. calculer
»
ay 2 by 1
dente, la solution générale de l’équation
dx cy  P pxq eαx cos ωx
différentielle
x2 16 2. Résoudre l’équation différentielle (I.38)
2. calculer y2 2y 1 10y  37 cos 3x. ay 2 by 1 cy  P pxq eαx sin ωx.
» y 1  4y  x   (I.39)
dx
3. (a) Soit ϕ un réel de  π2 , π2 . Prou-
9x2 16
ver que 1 tan2 ϕ  1{ cos2 ϕ et ex- Alors, une solution particulière
3. En en résolvant d’abord l’équation sans
3. calculer primer 1 cotan2 ϕ en fonction de
»1 second membre, résoudre l’équation dif- • de l’équation différentielle (I.52) est
y  Repe%x Qpxqq
dx sin ϕ.
férentielle
4x2 4x 1 (b) Soit λ1 et λ2 deux réels strictement
0
y 1  4x3 y  x3 . positifs. On pose • de l’équation différentielle (I.53) est
Exercice 4 b y  Impe%x Qpxqq
1. Pour un entier n quelconque, rappe- Déterminer, parmi toutes les solutions A λ21 λ22 où
ler, avec ses hypothèses, la formule de trouvées, celle qui s’annule en 0. λ
Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre n. ϕ  Arctan 2 . (I.37) • %α iω
λ1
2. On pose f pxq  p1 xq4 . Exercice 4 • Q est la fonction polynôme complexe
On considère un réel c et l’équation différen- i. Rappeler ce que signifie l’éga-
(a) Développer l’expression de f pxq. lité (I.37). qu’on détermine en résolvant l’équa-
tielle tion
(b) Donner le développement de ii. En factorisant par λ21 (resp. par
Taylor-Lagrange de f en 0 y2 2y 1 cy  0 (I.35) λ22 ) dans A, en déduire que aQ2 p2a% bqQ1 pa%2 b% cqQ  P
i. à l’ordre 2 ; 

ii. à l’ordre 3 ; 1. On pose c  3. Réécrire et résoudre λ1


 cos ϕ resp.
λ2
 sin ϕ . sachant que
iii. à l’ordre 4. dans ce cas l’équation (I.35). A A

55 56
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.14. Année 2008–2009 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.14. Année 2008–2009

2. Étudier la parité de f . Exercice 2 Exercice 4


1. si a%2 b% c  0, alors On cherche à résoudre numériquement l’équa-
Exercice 3 tion
BQ  BP et valQ  0; 1. Calculer π{3  π{4 puis cospπ{12q et
1. Donner les équivalents en 0 de
sinpπ{12q. et  1, lnp1 t q, 1  cos t, sin t, tan t. ln x  2  x. (I.40)
2. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0,
alors 2. En déduire cosp11π{12q, sinp11π{12q, 1. Étudier, sans nécessairement la repré-
puis cosp5π{12q, sinp5π{12q, cosp7π{12q 2. Calculer
senter graphiquement, la fonction f dé-
BQ  BP 1 et valQ  1; et sinp7π{12q. (a) finie sur R par
Exercice 4
b% c  0 et 2a% b  0, 1  cos x f pxq  ln x x2
3. si a%2 Résoudre dans R l’équation lim ,
alors ? x Ñ0 ex  1
 π 3
BQ  BP 2 et valQ  2. cos 2x   (b)
On recourra éventuellement à un calcul de
12 2 dérivée pour expliquer pourquoi f est une
Exercice 5 sin 84 x fonction strictement croissante sur R  .
lim
En en cherchant une racine évidente puis en x Ñ0 sin 105 x
factorisant à la volée, résoudre dans C l’équa- 2. Prouver que l’équation (I.40) admet une
tion (c) solution unique α sur R  , située dans
Année 2008–2009 l’intervalle s1, 2r.
z3  3z2 4z  2  0 lnp1 2xq
lim .
x Ñ0 tan 3x 3. Sachant que
24 novembre 2008 9 janvier 2009 (d) 0,6 < ln 2 < 0,7

p  1q sin ?u ?
Exercice 1
Exercice 1
e2u
2 0,095 < ln 32  21 < 0,094
Pour chaque fonction f et chaque réel x0 indi- lim
u Ñ0 p7 u qptan u q2 lnp1 3 u q 0,30 < ln 74  41 < 0,31
qués, calculer lim xÑx0 f pxq.
8 8
1. Résoudre les équations suivantes :
0,11 < ln 13 3
< 0,12
1. x0  0 et x0  8 et 3. En posant éventuellement x  2 h, cal-
4x2  9  0 et
4x2 9  0 culer (a) déterminer une valeur approchée
x  32
1
f pxq 
x2
 1x ; ex  e2 fractionnaire à 101 près de α
lim .
xÑ2 sinpx  2q
2. Rappeler le développement de pa b q3 2. x0  4 et (b) prouver que 1, 6 est une valeur ap-
prochée à 101 près de α.
puis résoudre l’équation x4
f pxq  ;
t 3  6t 2 12t  8  0 x2  x  12 Exercice 3
Les fonctions f ci-dessous peuvent-elles être
3. x0  3 et Exercice 5
Soit f la fonction définie sur R par
prolongées par continuité en x0 ?
3. Factoriser x2 2x  3 puis résoudre l’in- ?
x 12 1. x0  0 et
équation : f pxq  ;
x3
2
?2 3x  π4
x2 x2 f pxq  .
1  cos 3x  π4
x
f : x ÞÝÑ 2
3x 3
¤ xx 4. x0  0 et ;
x  |x|
.
x 2 2
f pxq  x ln x; 1. Déterminer l’ensemble de définition Df
Exercice 2 2. x0  2 et de f .
On considère la fonction f définie par 5. x0  8 et ?
? ? 3  2x 5
f pxq  x 2  x 1; f : x ÞÝÑ ;
x2
tan x 2. Prouver que f est continue ou peut être
f pxq  prolongée par continuité sur l’ensemble
|x|  π4
6. x0  8 et 3. x0  3π{2 et " *
1. Déterminer l’ensemble de définition de
b ? R π 2π
, k P Z .
f pxq  lnpx 1q  ln x. f : x ÞÝÑ p1 sin xq tan x.
2
12
k
3
la fonction f .

57 58
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.14. Année 2008–2009 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.14. Année 2008–2009

22 janvier 2009 4. À quelle altitude l’astronaute sera-t-il en 2. Calculer f 1 pxq pour x  0. (b) Résoudre dans R l’équation diffé-
état d’apesanteur complet ? Que penser rentielle :
Exercice 1 3. La fonction f est-elle dérivable en 0 (on
du résultat ?
Résoudre dans R, puis dans s π, πs, les équa-
dy
x2 y  0
justifiera l’affirmation) ?
Exercice 4 dx
tions
1. Prouver que Exercice 4 ?
  Pour t ¥ 0, on pose v pt q  t 3  t.
1. sin 3x  π6  sin x π4 ; ? 2. Après avoir résolu l’équation sans se-
x 2x ¥ 0 si et seulement si 2 ¤ x ¤ 2 1. Prouver que l’ensemble de définition D cond membre associée, résoudre l’équa-
2. tan x  cotan x. de la fonction v est r0, 3s. tion différentielle :
?x 2  x .
2. Exprimer sans valeurs absolues
dy
Exercice 2 2. Déterminer le maximum de la fonction v
dx
psin xq y  2 sin x
1. On rappelle que le nombre complexe j sur D.
?3
est défini par j   12 i 2 où i 2  22 mai 2009 3. (a) Pourquoi la fonction v est-elle inté- 3. On considère l’équation différentielle :
1. Déterminer le module et un argu- grable sur D ?
dx 1 1
ment puis placer dans le plan complexe Exercice 1 (b) Prouver, au moyen d’une intégra- x 2 (I.41)
l’image 1. Rappeler à quoi équivaut dt t t 1
tion par parties,?que l’intégrale de
y  Arcsin x v sur D vaut 125 3. (a) Déterminer les intervalles où
(a) de j,
Définition I.14.1. l’équation (I.41) est définie.
(b) de j 2. (c) Soit f une fonction intégrable sur
2. De la fonction Arcsin, rappeler : (b) Résoudre l’équation (I.41) sur
2. Calculer Arg j 2

ij 2 . un intervalle ra, bs. On appelle valeur s1, 8r.
(a) l’ensemble de définition ; moyenne de f sur ra, bs la quantité µ
(c) Parmi les solutions de l’équa-
3. Pour α Psπ, πr, déterminer la forme tri- définie par
(b) l’ensemble de dérivabilité. tion (I.41) sur s1, 8r, déterminer
gonométrique de z  1 cos α i sin α. »b
3. Rappeler la dérivée de la fonction 1 celle(s)
µ f pt q dt.
Exercice 3 Arcsin. ba a i. s’annulant en 2 ;
Au fur et à mesure qu’une navette spatiale ii. tendant vers 0 en 8.
prend de l’altitude, le poids de l’astronaute di- 4. Prouver que, pour tout x convenable, Déduire de la question précédente
minue jusqu’à atteindre un état d’apesanteur. a la valeur moyenne V de v sur D. Exercice 2
Le poids P pzq (en kg) d’un astronaute, pesant cospArcsin xq  1  x2
a Exercice 5 On considère un réel c et l’équation différen-
P0 à la surface de la terre, est à l’altitude z (en sinpArccos xq  1  x2 Soit f la fonction définie par tielle
km) donné par
y 2  6y 1

cy  0
a

2
En déduire une expression simplifiée de f pxq  ln x x2 1 (I.42)
R tanpArcsin xq.
P pzq  P0 1. On pose c  9. Réécrire et résoudre dans
R z 1. Prouver que l’ensemble de définition D
Exercice 2
de f est R.
ce cas l’équation (I.42).
où R  6400 km. Déterminer des primitives de
2. On pose c  18. Réécrire et résoudre
? 2. Calculer, pour tout x réel, f 1 pxq.
1. Soit p un réel strictement positif. Prou- 1. x 1 x2 dans ce cas l’équation (I.42).
ver que la solution de l’équation P pzq  p 2. sin x
3. Rappeler la dérivée de la fonction Argsh
(a) On pose c  5. Réécrire et résoudre
est 1 cos2 x et en déduire que, pour tout x réel,
 a dans ce cas l’équation (I.42).
Argsh x  ln x
d 3. 1
P0 p q
x cos2 ln x x2 1 (b) Déterminer une solution particu-
zR 1 lière, puis la solution générale de
p Exercice 3
l’équation
Soit f la fonction définie sur R par 15 juin 2009
2. À quelle altitude l’astronaute ne pèsera- #  y 2  6y 1 5y  e2x
si x  0
1 Exercice 1
x cos
t-il plus que le quart de son poids initial ? f px q  x 1. (a) Résoudre dans R l’équation diffé-
0 si x  0. rentielle :
Exercice 3
3. À quelle altitude l’astronaute, pesant 1. (a) Déterminer le développement li-
dy mité à l’ordre 4 en 0 de lnp1
2y  0
63 kg à la surface de la terre, ne pèsera-t- 1. La fonction f est-elle continue en 0 (on
il plus que 7 kg ? justifiera l’affirmation) ? dx xq cos x.

59 60
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.14. Année 2008–2009 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.15. Année 2009–2010

(b) En déduire le développement limité (b) (b) En revenant à la définition Exercice 3


à l’ordre 4 en 1 de ln x cospx  1q. » de la fonction  ch, calculer Déterminer des primitives de
? 1  ?
1  9x2
dx ch ln x x2  1 pour x ¥ 1. 1. ? ez 2z ,
2. Prouver que, si x est positif, le déve- 1 e
loppement limité à l’ordre 3 en 0 de
a
lnp1 x2 q est :
(c) 3. Déduire de ce qui précède la rela- 2. ? cos t .
1 sin2 t
tion (I.44) pour x ¥ 1.
»
1
b
1  ? dx 3. 1
p q
lnp1 x2 q  x  x3 o x3 16  9x2 x cos2 ln x
4
Exercice 2 Exercice 4
3. (a) À l’aide d’une intégration par par-
Exercice 4 Soit f la fonction définie sur R par Soit f la fonction définie sur R par
ties, prouver que
On note f la fonction, éventuellement prolon- #
x2 sinp1{xq si x  0
» a 1  x2
f px q 
gée par continuité en 0, définie par :
Arcsin x dx  x Arcsin x 1  x2 K, PR f pxq  Arcsin
si x  0.
K .
1 x2 0
ex  1
f pxq 
sin x (b) En déduire la valeur de 1. Prouver que, pour tout x réel, 1. Calculer f 1 pxq pour x  0.
»
?3
1 ¤ 11  xx2 ¤ 1.
1. Prouver que le développement limité à 2 2 2. La fonction f est-elle dérivable en 0 ?
Arcsin x dx
3. Que peut-on dire de f 1 en 0 ?
l’ordre 3 en 0 de f est : 1
2

x x2 x3 
f px q  1 En déduire l’ensemble de définition D de Exercice 5
o x3 4. (a) Rappeler trois expressions de cos 2θ
2 3 8 et en déduire une expression de f. 1. Par intégration par parties, calculer
cos2 θ. » 1{2
2. Déterminer l’ensemble de continuité C
2. En déduire :
(b) Au moyen du changement de va- de f .
pArccos xq2 dx
1{2
(a) la limite de f en 0 ; riable x  sin θ, prouver que
(b) la dérivée de f en 0 ; » 1a 3. Déterminer l’ensemble d’étude E de f . 2. On note F pxq la primitive :
π
1  x2 dx  »
(c) l’équation de la tangente T à la 4. Calculer les valeur(s) et/ou limite(s) de f
0 4 F pxq  ex cos x dx
courbe représentative C de f en 0 ; aux bornes de son ensemble d’étude.
(c) Par intégration par parties, calculer
(d) la position relative de C et T . » 5. Rappeler l’ensemble sur lequel la fonc- Par intégration par parties, obtenir une
x Arcsin x dx tion Arcsin est dérivable et en déduire égalité liant F pxq à elle-même et permet-
Exercice 5
1. (a) Déterminer le développement li- l’ensemble de dérivabilité D 1 de f tant de déduire sa valeur.
mité à l’ordre 4 en 0 de
17 juin 2009 6. Prouver que, sur D 1 ,

? 1 #

Année 2009–2010
1  x2
Exercice 1 2
si x ¡ 0
f 1 pxq  1 x2
L’objet de cet exercice est de prouver que, pour 2
si x   0. 26 novembre 2009
(b) En déduire que celui de Arcsin x à tout x ¥ 1,
1 x2
 a
l’ordre 5 en 0 est Exercice 1
Argch x  ln x x2  1 . (I.44) 7. Étudier les variations de f et en esquis- Résoudre dans R les équations suivantes.
x3 3x5 ser la courbe représentative.
Arcsin x  x opx5 q On rappelle que 1. x2  1  0
6 40 # 8. Pour x ¥ 0, utiliser l’expression de f 1 pxq
ch y  x 2. xx11  0
2
(I.43)
y  Argch x ðñ pour déterminer une expression plus
y ¥ 0. simple de f pxq.
2. Calculer les primitives suivantes : 3. x3  1  0
1. Rappeler l’ensemble de définition de la 9. Construire les courbes représenta- 4. xx11  0
3

(a) fonction Argch. tives des fonctions Arctan,  Arctan,


»
2. (a) Prouver ¥ 2 Arctan et f en précisant, pour f , les Exercice 2
? 1
dx  ? que si x 1 alors
points et les tangentes remarquables. 1. Exprimer cos 2α puis cos 3α en fonction
1  x2 ln x x2  1 ¥ 0. de cos α.

61 62
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.15. Année 2009–2010 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.15. Année 2009–2010


2. Résoudre dans R l’équation sin 3x  π6  1. Déterminer l’ensemble de définition D Exercice 3 1. Étudier sur R, sans la représenter gra-
sin x π4 de f . Le but de cet exercice est de démontrer le résultat, phiquement, la fonction f définie par
admis en cours, suivant : pour tout α dans Q  ,
Exercice 3 2. Étudier f pxq  x  ex .
On rappelle que le nombre complexe j est dé- ln x
fini par (a) la parité de f ; x
lim
Ñ 8 xα 0 On expliquera en particulier pourquoi f est
? (b) la périodicité de f . une fonction strictement croissante sur R.
j 
1
i
3 1. De la fonction x ÞÑ ln x, rappeler :
2 2 3. Déterminer limπ f . 2. Prouver que l’équation (I.45) admet une
Calculer le module et un argument, puis placer (a) son ensemble de définition ; solution unique x0 sur R, située dans
dans le plan complexe l’image 4. En utilisant les équivalents, prouver que (b) son ensemble de continuité ; l’intervalle s0, 1r.
f peut être prolongée par continuité en
1. de j 0. (c) les limites aux bornes de son en- 3. Déterminer une valeur approchée frac-
semble de définition ; tionnaire à 101 près de x0
2. de j 2
5. Pour x  0 r2πs, simplifier l’expression (d) son sens de variation ;
de f pxq.
4. Prouver que 0, 6 est une valeur appro-
3. de j 3 (pour ce dernier, en retrouver alors
(e) la courbe représentative. chée à 101 près de x0 .
une expression plus simple).
Exercice 4 2. De la fonction x ÞÑ
?x, rappeler :
8 janvier 2010 Exercice 5
Calculer les limites suivantes, en ne distin-
On rappelle que
guant limites à gauche et à droite qu’en cas de Exercice 1 (a) son ensemble de définition ;
nécessité. 1. Soit f la fonction définie sur R par (b) son ensemble de continuité ;


1
1. (a) lim
a
x2 x 1 # 
@x ¡ 0, Arctan x Arctan
x
 π2
x Ñ 8 sin 1
si x  0 (c) les limites aux bornes de son en-
2x3 1 f px q  x
Soit f la fonction définie sur R par
semble de définition ;
(b) lim 0 si x  0.
x Ñ1 x 2  1 (d) son sens de variation ; 

7x4  2x 4 La fonction f est-elle continue en 0 (on (e) la courbe représentative (qui sera f pxq  Arctan
2x
(c) lim
xÑ8 1  x5 justifiera l’affirmation) ? 1  x2
tracée dans le même repère que la
x3  8 courbe de la fonction x ÞÑ ln x). 1. Déterminer l’ensemble de définition de
(d) lim 2. Même question pour la fonction g défi-
x Ñ2 x  2
nie sur R par 3. On admettra dans la ?
f.
x2 2x  3 suite que, pour
(e) lim #  tout x ¡ 0, ln x   x. En déduire 2. (a) Rappeler la parité et tracer rapide-
Ñ3 x2 7x 12 x sin 1
si x  0
g pxq 
x ln x
x limxÑ 8 x . ment la courbe représentative de la
? x ? x 0 si x  0. fonction Arctan.
2. (a)
x
lim
Ñ x1
8 x 1 4. Soit α dans Q . En posant X  xα ,
(b) Étudier la parité de f .
(b) lim ln x  x prouver que
xÑ 8 Exercice 2 3. (a) Rappeler la définition de l’arc tan-
ln x
3. Pour les deux questions suivantes, on 1. Déterminer l’ensemble de définition de
la fonction f définie par
lim
Ñ 8 xα
0 gente.
pourra recourir aux équivalents. x
(b) Prouver que, si x P s1, 1r,
tan x 
(a) lim f pxq  Arcsin x2  3 .
xÑ0 lnp1 xq


2x
Exercice 4 2 Arctan x  Arctan
(b) lim
e
x
2 e On cherche à résoudre numériquement l’équa- 1  x2
Ñ2 lnpx  1q 2. On rappelle que, pour tout x dans
tion (I.46)
x
r1, 1s,
Exercice 5 a ex  x (I.45) (c) Obtenir des égalités de même na-
Soit f la fonction définie sur R par cospArcsin xq  sinpArccos xq  1  x2
1 ture que l’égalité (I.46) :
On utilisera les inégalités : e 2  0, 6   102 , i. pour x P s1, 8r.
1  cos x En déduire une expression simplifiée de
f pxq  
tan Arcsin x2  3 .
3
e 4  0, 47   102 , e 58  0, 54   102 .
2 sin2 x ii. pour x P s8, 1r.

63 64
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.15. Année 2009–2010 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.15. Année 2009–2010

4. (a) Prouver que pour x et y positifs tels 3. calculer la dérivée de f ; Exercice 2 4. Calculer
que 0   xy   1, 1. Résoudre l’équation différentielle :
4. déterminer la différentielle de f en x0  sinpth xq  x
x y 2. y2 4y 1 6y  0 (I.47) lim
sin x  x
Arctan x Arctan y  Arctan x Ñ0
1  xy Exercice 3
1. Déterminer des primitives des fonctions 2. Chercher la solution y0 de l’équa-
(b) Établir des égalités de même nature ? tion (I.47) vérifiant y0 p0q  1 et y01 p0q 
pour x et y positifs tels que xy ¡ 1. (a) x ÞÑ x4 1
 2x, 0. Exercice 5
?x 2

(c) En déduire que Arctan 1 (b) x ÞÑ x2 1 x3 , Exercice 3


Arctan 2 Arctan 3  π.
(c) x ÞÑ tan x.
1. Rappeler la relation fondamentale de la
2. Déterminer la primitive de cos
s’an- 1. Rappeler les développements limités à
1 sin2
trigonométrie hyperbolique puis, rapide-
l’ordre 4 en 0 des fonctions
25 mars 2010 nulant en π{2. ment, les principales propriétés, les déri-
(a) x ÞÝÑ ex vées première et seconde et la représen-
Exercice 1 Exercice 4 tation graphique des fonctions ch et sh.
Soit f la fonction définie sur R par Par intégration par parties, (b) x ÞÝÑ cos x
Expliquer pourquoi ces fonctions sont
# (c) x ÞÝÑ sin x des bijections (qui seront précisées).
1. calculer
x3 ln x si x  0 (d) x ÞÝÑ lnp1 xq
f pxq  »
0 si x  0 pln tq2 dt (e) x ÞÝÑ p1 xqα pour α P R 2. Déterminer le développement limité à
l’ordre 4 en 0 de
1. Préciser l’ensemble de définition de f . 2. Calculer les développements limités
2. prouver que ? 1
2. La fonction f est-elle, en 0, » π (a) en 0 à l’ordre 3 de 1 x ?
1 x2
(b) en 0 à l’ordre 3 de ln p1 xq cos x
π
sin x ln p1 sin xq dx  1
2

(a) continue ? 2
(c) en 1 à l’ordre 3 de ln x cospx  1q
0
(b) dérivable ? 3. On rappelle que, pour tout x réel,
Exercice 5
Exercice 4
3. Définir explicitement, notamment en 0 : Au moyen d’un changement de variable, cal-
On rappelle que, pour tout x réel,
(a) la fonction f 1 ;
culer pArgsh xq1  ? 1
»2 ex e x 1 x2
(b) la fonction f 2 . Cette fonction f 2 dx ch x 
x2 4 2 En déduire que le développement limité
est-elle dérivable en 0 ?
e x  e x
0
sh x  à l’ordre 5 en 0 de Argsh x est
4. Étudier le sens de variation de la fonc- 2
tion f et dresser son tableau de variation 4 juin 2010 sh x
th x  x3 3x5 
complet. Exercice 1 ch x Argsh x  x  o x5 (I.48)
6 40

5. On donne e 3  0, 72 et 3e 
1 1 1. En recourant au besoin à une intégration 1. Rappeler les développements limités à
par partie, rappeler ce que vaut l’ordre 5 en 0 des fonctions
0, 12. Construire approximativement la
» 4. À l’aide de l’égalité (I.48), déterminer :
courbe représentative de f sur r0, 2s en (a) x ÞÝÑ ch x
ln x dx
en précisant au moins trois points carac-
téristiques. (b) x ÞÝÑ sh x (a) la limite de la fonction Argsh en 0 ;
2. Résoudre l’équation différentielle :
que, en 0, th x  x  x3
3 2 x5
Exercice 2 2. Démontrer
 15 (b) la dérivée de la fonction Argsh en
Soit f la fonction définie par f pxq  Arccos x .
1
y 1 pln xqy  0 o x5 . 0;

1. déterminer l’ensemble de définition Df 3. En déduire que le développement limité (c) l’équation de la tangente T à la
3. Résoudre l’équation différentielle :
de f ; de sinpth xq à l’ordre 5 en 0 est : courbe représentative C de la fonc-
y1 pln xqy  2 ln x tion Argsh en 0 ;
2. déterminer l’ensemble de dérivabilité Df1 x3 37 x5 
sinpth xq  x  o x5 (d) la position relative de C et T .
de f ; 2 120

65 66
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.16. Année 2010–2011 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.16. Année 2010–2011

Exercice 4
Année 2010–2011 4. (a) Rappeler (c)
sin t sin 7x
lim lim
10 décembre 2010 t Ñ0 t x Ñ0 sin 49x 1. Rappeler la définition de l’arc cosinus.

(b) En déduire (d) 2. Rappeler l’ensemble de définition D de


Exercice 1 la fonction Arccos.
sinp2t q lnp1 7xq
lim
1. (a) Résoudre l’équation x2  9  0
t Ñ0 t lim
x Ñ0 tan 49x
3. Tracer la courbe de la fonction Arccos.
4. Calculer Arccos 0, Arccos 12 , Arccos 1,
(b) Résoudre l’équation 5. Calculer (e)  ?
Arccos  12 , Arccosp1q, Arccos 3 .
 1 sin ?u
ex 
x2  9 lim 2
0
2
Ñ 8x e2u 5. Soit x dans DArccos . Prouver que
x3 ?
x
lim
6. Calculer
u Ñ0 p7 u qptan u q2 lnp1 3 u q
Arccos x Arccospxq  π
2. (a) Factoriser x2 2x  3.  
(b) Résoudre l’inéquation : x
lim ln x2
Ñ 8 1  ln 2x2 (f)
6. Interpréter l’égalité précédente relative-
ln pcos xq ment à la courbe C de la fonction Arccos.
lim
x2 3x
¤ xx 3 7. Calculer les limites de x Ñ0 ptan xq2
x 1 1 1  cos x Exercice 5
x2
3. Prouver que Soit f la fonction définie sur R par
Exercice 2
(a) en 0 ex  e2 f px q  x 5 x2  1
Résoudre l’équation lim
Ñ2
 2e2
 (b) en 8 x ln 2x
π 1. Factoriser a5  b5 par a  b, en déduire le
cos 4x  1 Exercice 5
4 taux de variation de f puis prouver que
Exercice 2
f est strictement croissante sur r0, 8r.
Exercice 3 En justifiant le résultat, étudier le prolonge-
En en cherchant une racine évidente puis en 1. Rappeler le développement de pa bq4 . ment par continuité 2. Prouver que l’équation f pxq  0 admet
factorisant à la volée, résoudre dans C l’équa- une unique solution x0 sur s0, 1r.
tion d’inconnue z
2. En le considérant comme la partie réelle 1. en x0  0 de la fonction :
d’un nombre complexe à bien choisir, 3. Prouver
1
z3  7 z2 19 z  13  0 exprimer cos 4θ en fonction de cos θ et f : x ÞÑ x sin
sin θ. x (a) que 103
128 est une valeur approchée
Exercice 4 fractionnaire à 102 près de x0 ;
1. Calculer la limite de 2. en x0  4 de la fonction :
19 janvier 2011 ?x  2 (b) que 0,805 est une valeur approchée
à 102 près de x0 .
2 1 f : x ÞÑ
Exercice 1 x2  5x 4
x2 x 1. Donner les équivalents en 0 de
(a) en 0 Exercice 3 6 mai 2011
et 1, lnp1 t q, 1cos t, sin t, tan t Soit la fonction f définie sur R par
(b) en 8 Exercice 1
2. Calculer
2. Calculer
f pxq 
x sin x
. Soit f la fonction définie par f pxq  Arcsin 1x .
1  cos x
? (a)
x 12 1. Déterminer et représenter graphique-
1. Rappeler l’ensemble de définition de la
lim
x3 tan x fonction Arcsin.
x Ñ3 lim ment l’ensemble de définition Df de f .
xÑ0 lnp1 xq
2. Prouver que l’ensemble de définition de
3. Calculer
(b)
2. Étudier la parité de f . f , noté D, est s  8, 1s Y r1, 8r.
x2  16 3. Prouver que la fonction f peut être pro- 3. Déterminer l’ensemble de dérivabilité
lim lim x cotan x
x Ñ4 x3  64 x Ñ0 longée par continuité en 0. D 1 de f .

67 68
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.16. Année 2010–2011 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.16. Année 2010–2011

4. Prouver que, pour tout x de D 1 , Exercice 5 Exercice 3 (a) Prouver que le développement li-
On rappelle que, pour tout x dans s  1, 1r, la 1. On considère un réel b et l’équation dif- mité à l’ordre 2 en x0  e de f est
f 1 pxq   ?1 fonction Argth satisfait férentielle 
1
|x| x2  1
1 1 x y2 by 1 4y  0
f pxq  1 pxeq 2e12 pxeq2 o px  eq2
Argth x 
(I.50) e
ln .
2 1x
5. Déterminer la différentielle de f en x0  (a) On pose b  5. Réécrire et résoudre (b) Déduire de la question précédente
2. 1. Soit x dans s  1, 1r. Prouver que dans ce cas l’équation (I.50). l’équation de la tangente T à C au
point d’abscisse x0  e ainsi que la
Exercice 2 (b) On pose b  4. Réécrire et ré-
Soit f la fonction définie sur R par pArgth xq1  1 1 x2 . soudre dans ce cas l’équation (I.50).
position relative de C et T .

# (c) On pose b  0. Réécrire et résoudre Exercice 5


x2 cos 1x si x  0 On rappelle que, pour tout x réel,
f pxq  2. À l’aide d’une intégration par parties, dans ce cas l’équation (I.50).
0 si x  0 calculer x ex e x  e x sh x
2. En utilisant éventuellement le théo- ch x  e , sh x  , th x 
» 1{2
Calculer f 1 pxq pour x  0. rème 1, déterminer une solution particu- 2 2 ch x
1. Argth x dx.
0
lière puis, à l’aide de la question 1c), la 1. Rappeler les développements limités à
2. La fonction f est-elle dérivable en 0 ? solution générale de l’équation différen- l’ordre 5 en 0 des fonctions
tielle
3. Que peut-on dire de f 1 en 0 ? 17 juin 2011 (a) x ÞÝÑ ch x
y 2 4y  cos 3x (I.51) (b) x ÞÝÑ sh x
Exercice 3 Exercice 1
1. Résoudre l’équation différentielle
que, en 0, th x  x  x3
3 2 x5
1. Déterminer des primitives de 3. Déterminer la solution de l’équa- 2. Démontrer
 15
dy tion (I.51) telle que o x5 .
(a) ? x3 2 1
 2y  0 "
3x 2 dx
y p0q 0
x
3. En déduire que le développement limité
y 1 p0q de cospth xq à l’ordre 5 en 0 est :
2
(b) cos x sin x
sh x 2. Résoudre l’équation différentielle 1
(c) 
1 ch2 x x2 3 x4
dy cospth xq  1  o x5
2. Avec l’aide éventuelle des formules d’Eu- 2y  x Exercice 4 2 8
dx
ler, linéariser puis déterminer les primi- 4. Calculer
tives de sin2 x. Exercice 2
1. Rappeler les développements limités à
1. Prouver par intégration par parties que, cospth xq  1 x2
 l’ordre 4 en 0 des fonctions x ÞÝÑ ex , 2
Exercice 4 sur  π2 ,  π2 , lim
Ñ0
1. À l’aide d’intégrations par parties, déter- x ÞÝÑ cos x, x ÞÝÑ sin x, x ÞÝÑ lnp1 xq x cos x  1 x2
2
miner
»
x et, pour α P R, x ÞÝÑ p1 xqα .
dx  x tan x lnpcos xq K, K P R
³ ρ cos2 x
(a) ρe dρ 2. Prouver que le développement limité en Théorème 1.
³
 2
0 à l’ordre 4 de la fonction t ÞÝÑ sin t cos t Soit pa, b, cq un triplet de R  R , P une fonction
 π 
(b) s Arctan s ds 2. Résoudre sur 2,  2 π
l’équation diffé- est : polynôme et α et ω deux réels. On considère les
rentielle  équations différentielles
2. Au moyen d’un changement de variable, 2
t  t3 o t4
calculer : dy x
y0 3 ay 2 by 1 cy  P pxq eαx cos ωx (I.52)
(a)
dx cos2 x ay 2 by 1 cy  P pxq eαx sin ωx (I.53)
 π  3. Déterminer le développement limité en
»5
dx
3. Résoudre sur 2,  2 π
l’équation diffé- 0 à l’ordre 2 de la fonction Alors, une solution particulière
rentielle
et  1 • de l’équation différentielle (I.52) est y 
0 x2 25 t ÞÝÑ
dy x 4x lnp1 t q Re pe%x Qpxqq
y (I.49)
(b) pour a un réel non nul, dx cos2 x cos2 x
4. On note C la courbe représentant la
• de l’équation différentielle (I.53) est y 
»a Im pe%x Qpxqq
dx 4. Déterminer la solution de l’équa- fonction f définie sur R  par f pxq 
0 x2 a2 tion (II.100) s’annulant en 0. ln x. où

69 70
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.17. Année 2011–2012 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.17. Année 2011–2012

• %α iω Exercice 3
12 janvier 2012 Exercice 4
1. Résoudre dans R l’équation Soit la fonction f définie sur R par
• Q est la fonction polynôme complexe qu’on  Exercice 1
π  π f px q 
x sin x
détermine en résolvant l’équation cos 3x   1  cos x
cos 2x
6 3
aQ2 p2a% bqQ1 pa%2 b% cqQ  P 1. Rappeler les équivalents en 0 de ex  1, 1. Déterminer l’ensemble de définition Df
2. (a) En remarquant que π
4  2 π8 , prou- lnp1 xq, 1  cos x, sin x, tan x. de f .
sachant que ver que
2. Étudier la parité de f .
1. si a%2 b% c  0, alors
a ? 2. Calculer les limites en 0 de
π 2 2
cos
8
 2 (a)
3. Prouver que la fonction f peut être pro-
longée par continuité en 0.
BQ  BP et val Q  0
(b) En déduire sin π8 et tan π8 . 1  cos x Exercice 5
2. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0, alors x pex  1q Soit f la fonction définie sur R par
Exercice 4
BQ  BP 1 et val Q  1 1. (a) Rappeler les formules d’Euler. (b) f px q  x 3 x1

(b) Linéariser cos3 x. 1. Factoriser a3  b3 , en déduire le taux de


sin 21t
3. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0, alors variation :
sin 7t
2. En en cherchant une racine évidente puis f paq  f pbq
BQ  BP 2 et val Q  2. en factorisant à la volée, résoudre dans C τtb,au 
(c) ab
l’équation
 de f entre b et a puis prouver que f est
ln 1 2x strictement croissante sur r0, 8r.
Année 2011–2012 z3  3z2 4z  2  0
tan x
2. Prouver que l’équation f pxq  0 admet
Exercice 5 (d) une unique solution x0 sur s0, 1r.
25 novembre 2011 1. Calculer
 1 sin ?u
 3. Prouver
2
Exercice 1 e2u
(a)
p7 ?
u qptan u q2 lnp1 3 u q
(a) Déterminer une valeur approchée
7x3  5x 1
1
fractionnaire à 128 près puis à 102
1. Résoudre les équations suivantes : lim près de x0 ;
xÑ 8 1  2x3
(b) que 0,68 est une valeur approchée à
16x2  25 Exercice 2
16x2  25  0 et 0 (b) Calculer 102 près de x0 .
x  54
? ?
lim x 1 x 1.
Ñ 8
2x  3 puis résoudre l’in-
x
2. Factoriser x2 ln x 20 avril 2012
équation : lim
2. Rappeler x Ñ1 sinpx  1q Exercice 1
x2 3x x 3 (a) Soit f la fonction définie sur R par
¤ . 2. # 
si x  0
x 2 x 2 1
sin x x sin
lim ex  e f px q  x
x Ñ0 x lim a 0 si x  0.
1  cospx  2q
Exercice 2 x Ñ2
Soit la fonction f définie par (b) 1. La fonction f est-elle continue en 0 (on
justifiera l’affirmation) ?
f pxq  |x  1| |x 1| tan x
lim
x Ñ0 x
Exercice 3 2. Calculer f 1 pxq pour x  0.
1. Exprimer la fonction f sans valeur abso- En effectuant un changement de variable puis
lue. en recourant aux équivalents, calculer 3. La fonction f est-elle dérivable en 0 (on
3. Prouver que
justifiera l’affirmation) ?
1  cos x 1  tan x
2. Représenter graphiquement la fonction
f.
lim
Ñ0 x2
 12 limπ
x Ñ4 cos 2x
Exercice 2
x Déterminer des primitives de

71 72
Chapitre I. Énoncés des épreuves I.17. Année 2011–2012 Chapitre I. Énoncés des épreuves I.17. Année 2011–2012

?
1. x 1 x2 2. Au moyen d’un changement de variable, 3. On note f la fonction, éventuellement équations différentielles
 calculer prolongée par continuité en 0, définie
2. x2 sh x3
»3 par : ay 2 by 1 cy  P pxq eαx cos ωx (I.55)
ay 2 by 1
dx
3. cos t
ex1 cy  P pxq eαx sin ωx (I.56)
f px q 
1 sin2 t 0 x2 9
sin x
Exercice 3 Alors, une solution particulière
Calculer la primitive de cotan x s’annulant en Exercice 2 Prouver que le développement limité à
π Résoudre dans R les équations différentielles l’ordre 3 en 0 de f est : • de l’équation différentielle (I.55) est y 
2.
suivantes, puis en déterminer les solutions va- Repe%x Qpxqq
lant 1 en 0. x2 x3 
Exercice 4 x
f px q  1 o x3
Soit f la fonction définie sur r1, 8r par
1. dx 2y  0
dy 2 3 8 • de l’équation différentielle (I.56) est y 
 a Impe%x Qpxqq
Exercice 5
f pxq  ln x x2  1
y  x
dy 1. Prouver que, si x est positif, le déve- où
2. dx
loppement limité à l’ordre 3 en 0 de
1. Calculer, pour tout x réel, f 1 pxq.
a
3. dx 1
x 1 lnp1 x2 q est : • %α iω
dt t t2 1
2. Rappeler la dérivée de la fonction Argch b 
1
et en déduire que, pour tout x réel, Exercice 3 lnp1 x2 q  x  x3 o x3 • Q est la fonction polynôme complexe qu’on
4 détermine en résolvant l’équation
 Toutes les équations différentielles de cet exer-
a
Argch x  ln x x2  1 cice sont de fonction inconnue y et de variable
aQ2 p2a% bqQ1 pa%2
2. (a) Déterminer le développement li-
x. mité à l’ordre 4 en 0 de b% cqQ  P

Exercice 5 1. Résoudre dans R : 1


Soit f la fonction définie par f pxq  Argch 1x . ? sachant que
1  x2
(a) y 2  5y 1 6y  0 1. si a%2 b% c  0, alors
(b) 4y 2  4y 1
1. Déterminer l’ensemble de définition Df
y0 (b) (Hors barème) En déduire que ce-
de f .
(c) y 2  4y 1 5y  0. De cette der-
lui de Arcsin x à l’ordre 5 en 0 est BQ  BP et valQ  0
2. Déterminer l’ensemble de dérivabilité nière équation, déterminer la solu-
Df1 de f . tion telle que  2. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0, alors
x3 3x5
# Arcsin x  x o x5
3. Calculer la dérivée de f .
y p0q  0
6 40 BQ  BP 1 et valQ  1
(I.54)
4. Déterminer la différentielle de f en x0  y 1 p0q  1
1 Théorème 1. 3. si a%2 b% c  0 et 2a% b  0, alors
2.
Soit pa, b, cq un triplet de R  R2 , P une fonction
2. En s’aidant éventuellement du théo-
rème 1 page suivante, résoudre dans R : polynôme et α et ω deux réels. On considère les BQ  BP 2 et valQ  2
21 juin 2012
Exercice 1 y 2  4y 1 5y  ex

Exercice 4
1. En intégrant par parties, 1. Rappeler les développements limités à
(a) calculer l’ordre 4 en 0 des fonctions x ÞÝÑ ex ,
x ÞÝÑ cos x, x ÞÝÑ sin x, x ÞÝÑ lnp1 xq
»
θ et, pour α P R, x ÞÝÑ p1 xqα .

cos2 θ
2. (a) Déterminer le développement li-
(b) prouver que mité à l’ordre 4 en 0 de lnp1
xq cos x.
»e
2 e3 1
x2 ln x dx  (b) En déduire le développement limité
1 9 à l’ordre 4 en 1 de ln x cospx  1q.

73 74
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.1. Année 1995–1996

2. Pour tout réel a, cos 2a  2 cos2 a  1.


3. Il vient de la relation précédente que

2
5
cosp2 Arccos
6
q  2 cos2 pArccos 56 q  1  2 56 7
 1  18 . (II.2)

Chapitre II Or 0 ¤ 56 ¤ 1 donc Arccos 1 ¤ Arccos 56 ¤ Arccos 0 (car la fonction Arccos est décroissante
sur r1, 1s) donc 0 ¤ Arccos 56 ¤ π{2 et par suite 0 ¤ 2 Arccos 56 ¤ π. On déduit alors
de (II.1) et de (II.2) que 2 Arccos 56  Arccos 18
7
.

Corrigés des épreuves Exercice 3 (p. 4).


1. On a à effectuer un quotient de développements limités.

 x  x3! opx3 q
 x 6 o px 3 q
x3 x3
sin x
tan x  .
cos x 1  2! opx2 q 1  x2 o px 2 q
2 2

Année 1995–1996
Or, le quotient de la division euclidienne de x  x3
6 par 1  x2
2 est x x3
3 avec un reste de
2 avril 1996 x3
3 ; donc tan x  x x3
3 opx3 q.

Exercice 1 (p. 4). 2. (a) On sait que lnp1 hq  h  12 h2 1 3


3h oph3 q.
(b) Puisque h   tan x tend vers 0 si x tend vers 0, on obtient le développement limité
1. On a à effectuer un produit de développements limités.
de lnp1 tan xq lnp1tan xq par composition des développements limités de lnp1 hq
et h   tan x :
  
?  1
2x
1 1
 1 x2 1 1
 1 1  2 x3

1 x cos x  1 2 2 2 2 2
o px 3 q  

1! 2! 3! x3
  lnp1  tan xq  ln 1  x o px 3 q
x2 3
 1  2! opx3 q 
 
2
x3 x3

x x2 x3

x2
  x
3
opx3 q  21  x
3
opx3 q
 1
2
8 16
opx3 q 1 
2
opx3 q  
3  
3
1 x3 x3



 x opx3 q o  x opx3 q
1 x
2
 12  18 x2 16 1
 14 x2 opx3 q 
3

3 3

? x 5 2 3 3  x3
 12 x2  13 x3 opx3 q
x cos x  1  x  16 opx3 q.
x
1 x 3
2 8

2. On a
 x  21 x2  32 x3 opx3 q
?  58 x2  163 x3 opx3 q  1
x cos x  1 x si bien que
1
x
1 2
x
 21  58 x  16
3 2
x opx2 q.
1 2 3
 
lnp1 tan xq  lnp1  tan xq  x  x2 x o px 3 q
Donc C admet au point M0 d’abscisse x0  0 (d’ordonnée 1{2) une tangente T d’équation 2

3

y  21  58 x et, puisque  16
3 2
x ¤ 0 pour tout x réel, C reste en dessous de T dans un
voisinage de M0 .
 x  12 x2  23 x3 opx3 q
4 3
Exercice 2 (p. 4). lnp1 tan xq  lnp1  tan xq  2x x opx3 q.
3
1. Par définition,
3. On pose t  π{4 x. Alors, puisque tanpπ{4q  1,
"
y  Arccos x ðñ
cos y  x tanpπ{4q tan x
0 ¤ y ¤ π.
(II.1)
tanpπ{4 xq 
1  tanpπ{4q tan x
 11  tan x
tan x
.

75 76
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.1. Année 1995–1996 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.1. Année 1995–1996

?
Donc 3. On note que lnp1, 1q  lnp1 0, 1q. Or, si x  0, 1 p¡ 0q, on a p0  q x ¤ 3 3 101 et donc
0, 1 
p0,1q2 
 0, 095 est une valeur approchée de lnp1, 1q à 10 près par défaut.
3
lnptan t q  ln ptanpπ{4 xqq 2


 ln 11  tan x
tan x
Exercice 5 (p. 5).
1. Étude préliminaire.
 lnp1 tan xq  lnp1  tan xq ?
4 3 (a) i. Puisque l’ensemble de départ de la fonction v est r0, 8r et puisque 4  t
 2x 3
x opx3 q n’existe que pour t ¤ 4, l’ensemble de définition D de la fonction v est r0, 4s.
4 ii. La fonction v est dérivable sur r0, 4r et pour 0 ¤ t   4, on a
lnptan t q  2pt  π{4q pt  π{4q3 oppt  π{4q3 q. 
? 
?t  2p4? tq  t  ?8  3t .
3
v 1 pt q  2 4t
Exercice 4 (p. 4). 2 4t 4t 4t

1. (a) Pour une fonction f de classe C 3 sur un intervalle rx0 , xs, la formule de Taylor- Il est clair que v 1 est strictement positive sur r0, 8{3r, nulle en 8{3 et strictement
Lagrange en x0 à l’ordre 2 donne ? sur r8{3, 4r ; donc v est maximale en t  8{3 et vaut alors v p8{3q 
négative
32{p3 3q.
f 1 px0 q f 2 px0 q f 3 pcq
f pxq  f px0 q px  x0 q px  x0 q2 px  x0 q3 (b) i. La fonction v est intégrable sur r0, 4s car elle est continue sur cet intervalle.
1! 2! 3! ³4
ii. On procède à une intégration par parties pour calculer 0 v pt q dt.
où c est un réel de l’intervalle sx0 , xr.
(b) Si c ¡ 0, alors 1 c ¡ 1 donc p1 cq3 ¡ 1 et par conséquent
»4 »4
?
v pt q dt  2 t 4  t dt
1 0 0

p1 cq3   1.
 4 »4
(II.3)
 2  23 tp4  tq 3
2   23 p4  tq 3
2 dt
Pour tout x ¡ 0, la fonction f : t ÞÑ lnp1 t q est de classe C 8 sur l’intervalle r0, xs
0 0
(c)  »4
donc, grâce à la formule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre 2, on a 2
2 00 p4  tq 3
2 dt
f 2 p0q 2 f 3 pcq 3
3 0
f pxq  f p0q f 1 p0qx x x  4
4
2 6
  25 p4  tq 52
où 0   c   x. Or 3 0
8 5
f pxq  lnp1 xq f 1 px q 
1
f 2 px q  
1
f 3 pxq 
2  42
1 x p1 xq2 p1 xq3 »4
15
256
donc, pour tout x ¡ 0, v pt q dt  .
0 15

f pxq  x 
x2 1
x3 . iii. On sait que la valeur moyenne V de v sur r0, 4s est donnée par
2 3p1 c q3 »4
De la double inégalité (II.3) on déduit pour tout x ¡ 0 que V  4 1 0 v pt q dt 
64
15
.
0
1 x3
0  x3   2. Etude concrète.
3p1 cq3 3
(a) On a immédiatement v p0q  v pT q  0. La fonction v est dérivable sur r0, T r et pour
d’où 0 ¤ t   T , on a
x2 x2 x3 
? 
x
2
  lnp1 xq   x 
2 3
. v 1 pt q  a T?t  a 2pT? tq  t  a 2T
t ?  3t .
2 T t T t T t
2. Cette inégalité permet d’affirmer que x  x2 est une valeur approchée de lnp1 xq à 103 Puisque a ¡ 0, il est clair que v 1 est strictement positive sur r0, 2T {3r, nulle en 2T {3
2

?
près dès que p0  q x3 ¤ 103 i.e. dès que p0  q x ¤ 3 101 (on peut même préciser qu’il sur r2T {3, T r ; donc v est maximale en t  2T {3 et vaut alors
3 3
et strictement négative
a
s’agit alors d’une valeur approchée par défaut). v p2T {3q  2aT T {3{3  2a pT {3q3{2 .

77 78
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.1. Année 1995–1996 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997

(b) Puisque dxpt q  v pt q dt et xp0q  0, la fonction t ÞÑ xpt q est la primitive s’annulant en 9 mai 1996
0 de la fonction (continue sur r0, T s) t ÞÑ v pt q ; donc
»T 19 juin 1996
x pT q  v pt q dt
»T
0
? Année 1996–1997
 at T  t dt
0
 T »T 9 janvier 1997
 a  32 tpT  tq 3
2   23 pT  tq 3
2 dt
Exercice 1 (p. 7).
0 0
 »T

2 1. On a :
a 00 pT  tq 3
2 dt

3 0 a
x2  3 
a px2  3q  p?x2  1q
?
x2  1 
T
2a x2  3 x2  1
  25 pT  tq 5
2 a a  2
3 0 x2  3  x2  1  ? ?2 .
4a 5 x2  3 x 1
x pT q  T 2. ?2 ?2
15 Or, limxÑ 8 x  3  limxÑ 8 x  1  8. Donc
La vitesse moyenne V du motard sur le parcours AB est donnée par a a
lim x2  3  x2  1  0.
»T xÑ 8
x pT q
V  T 1 0 v pt q dt 
T
4a
 15 T
3
2 . 2. On a, pour tout x  π{2 r2πs,
0

(c) La fonction v étant continue sur r0, T s, on peut lui appliquer sur cet intervalle la sin2 xp1  sin xq
tan2 xp1  sin xq 
formule de la moyenne : il existe un réel c dans r0, T s tel que cos2 x
sin2 xp1  sin xq
»T 
v pcq 
1
v pt q dt 1  sin2 x
T 0 sin2 xp1  sin xq
0
 p1  sin xqp1 sin xq
i.e. tel que v pcq  V . Ceci prouve qu’il existe un instant au cours de l’expérience
2
auquel la vitesse instantanée du motard égale sa vitesse moyenne.
 1 sinsinx x .
(d) Application numérique. On a
$ $ Donc, puisque limxÑπ{2 sin x  1,
& x T p q  1 & 4a
15 T
5
2  1
i.e. lim tan2 xp1  sin xq  1{2.
%
vM  200
%
2a pT {3q3{2  200
x Ñπ{2
Exercice 2 (p. 8).
d’où, par division,
1. (a) L’ensemble de définition de la fonction f est R  . Sur cet ensemble, f est continue
et dérivable et, pour tout x ¡ 0,
4 5
15 T 1

2

2 pT {3q3{2 200
f 1 px q 
1
 ?1 .
x 2 x
i.e.
? Or,
T  1? h
3600
? s  15 3 s  26 s. ?
f 1 pxq ¡ 0 ðñ
1
80 3 80 3 ¡ 2?1 x ðñ 2 ¡ x ¡ 0 ðñ 4 ¡ x ¡ 0.
? x
Donc V  xpT q{T  1{T  80 3  139 km/h.
Donc f est strictement croissante sur s0, 4r, strictement décroissante sur s4, 8r et
admet un maximum absolu en 4.

79 80
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997

(b) Puisque f admet un maximum absolu en 4, pour tout x ¡ 0, f pxq ¤ f p4q. Or f p4q  1. (a) Par définition,
ln 4  2  2 ln 2  2? 2pln 2  1q est strictement négatif. Par suite, pour tout x ¡ 0, #
f pxq   0 i.e. ln x   x. x  sin y
? ? y  Arcsin x ðñ
(c) ? tout x ¡ 0, ln x{x   1{ x et, pour x ¡ 1, 0   ln x{x   1{ x. Puisque
On a donc, pour π{2 ¤ y ¤ π{2.
limxÑ 8 1{ x  0, il s’ensuit par le théorème des gendarmes que
(b) Soit x un nombre dans r1, 1s et y  Arcsin x. Alors, par définition, x  sin y i.e.
ln x x  sinpArcsin xq.
lim
Ñ 8 x  0.
x
(c) Soit x un nombre dans r1, 1s. Alors,

(d) Pour x ¡ 0, posons X  Alors x  { #


xα . X1 α et donc x  sin y
y  Arcsin x ðñ
ln x
1 π{2 ¤ y ¤ π{2
 lnXX  α1 lnXX .
α
#
ùñ xπ{2sin
2 2
xα y
Or, si x ÝÑ 8 alors X ÝÑ 8 donc, en vertu de la question précédente, ¤ y ¤ π {2
#
ðñ cosπ{2y ¤ y1 ¤ xπ{2
2 2
ln x
lim
xÑ 8 x α
 X Ñlim8 α1 lnXX  0.
# ?
y  1  x2
2. (a) Puisque limxÑ0 ln x  8, limxÑ0 f pxq  8. D’autre part ðñ cosπ{2 ¤ y ¤ π{2
? ? ? a
lim ln x{ x0 et f px q  xpln x{ x  1q ùñ cos y  1  x2
x Ñ 8

si bien que limxÑ 8 f pxq  8. car, si π{2 ¤ y ¤ π{2, alors cos y ¥ 0 et donc cos y  cos y. Il s’ensuit que cospArcsin xq 
? 2
(b) À voir. 1x .
(d) On sait que, pour tout θ réel, sin 2θ  2 sin θ cos θ. Donc, pour tout x dans r1, 1s,
Exercice 3 (p. 8).
a
sinp2 Arcsin xq  2 sinpArcsin xq cospArcsin xq  2x 1  x2 . (II.4)
1. Soit a et b deux réels tels que a   b et f une fonction continue sur ra, bs et dérivable sur
sa, br. Alors, il existe un réel c dans sa, br tel que 2. (a) Puisque Arcsin 0  0, la fonction Arcsin étant continue sur r1, 1s, limxÑ0 Arcsin x 
f pbq  f paq 0.
ba
 f 1 pc q. (b) On sait que
sin x
2. La température T est une fonction de la variable t (supposée dans l’enoncé) continue et lim  1. (II.5)
dérivable sur R ; donc, si t0 est l’instant de début de la période considérée, T est continue x Ñ0 x
sur rt0 , t0 12s et dérivable sur st0 , t0 12r. Par le le théorème des accroissements finis, il Or, d’après la relation (II.4),
existe un instant t1 dans st0 , t0 12r tel que
?
x 1  x2
T pt0 12q  T pt0 q
 dT
pt q Arcsin x
 sinp2Arcsin
Arcsin xq{2 sinp2 Arcsin xq
 2 Arcsin x .
t0 12  t0
x
dt 1
Donc, d’après le théorème sur les limites de fonctions composées et la relation (II.5),
i.e. tel que
?
x 1  x2 sinp2 Arcsin xq sin y
dT
pt q  48  6  9{2. lim
xÑ0 Arcsin x
 xlim
Ñ0 2 Arcsin x
 ylim
Ñ0 y
 1.
dt 1 12
Puisque 9{2   4, il existe donc un instant, au cours de la période considérée, en lequel Exercice 5 (p. 8). On rappelle que, par définition, limxÑ0 x2 4  4 si, pour tout ε ¡ 0, il existe
la vitesse de refroidissement a dépassé 4 C/h. α ¡ 0 tel que

Exercice 4 (p. 8). |x|   α ùñ x2 4  4   ε. (II.6)

81 82
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997

Soit ε ¡ 0 quelconque ; on doit chercher α ¡ 0 (dépendant a priori de ε), tel que Donc
»1 » π{2 » π{2
1  cos 4θ
a
|x|   α ùñ x2 4  4   ε x2 1  x2 dx  sin2 θ cos2 θ dθ  dθ
0 0 0 8
i.e. tel que  π{2
 18 θ  14 sin 4θ  18 pπ{2  0q  16
π
.
|x|   α ùñ x 2
 ε 0

i.e. tel que Exercice 2 (p. 9).


? 1. • On sait que la solution générale de l’équation
|x|   α ùñ |x|   ε.
? y 1  3x2 y  0 (II.7)
On constate que, pour tout ε ¡ 0, le réel α  ε est tel que la condition (II.6) soit réalisée ; donc
limxÑ0 x 2 4  4. est
 »

y  C exp  3x2 dx CPR y  Cex , C P R.


3
, i.e.
12 mars 1997
Exercice 1 (p. 9). • On constate que y  1{3 est solution particulière de l’équation

1. En intégrant par parties, y 1  3x2 y  x2 . (II.8)


» » • Il s’en suit que la solution générale de l’équation (II.8), somme de la solution générale
e2t e2t e2t 2t 2t
t e2t dt  t
2
 2
dt  t
2
 e4  e4 p2t  1q . de l’équation (II.7) et d’une solution particulière de l’équation (II.8), est

2. Puisque dx{x  dpln xq,


y  Cex
3
 13 , C P R.

» e2 » e2  e 2
dpln xq 1 2. L’équation
dx
   12  18  38 . y 2  10y 1 41y  0
e x pln xq 3
e pln xq
3
2 pln xq 2
e (II.9)
a pour équation caractéristique
3. En intégrant par parties,
»1  1 »1 »1 r 2  10r 41  0 (II.10)
dp1 x2 q
Arctan x dx  x Arctan x  1
x
x2
dx 
π
4
 12 1 x2 de discriminant ∆  100  164  64  p8i q2 . Donc l’équation (II.10) a pour solutions
0 0 0 0
(complexes conjuguées)
 1
 12

 21 ln 2. 10  8i
si bien que l’intégrale demandée égale π
4 ln 1 x2
0
soit π
4 r  10 2 8i  5 4i et r 
2
 5  4i.
4. (a) i. On sait que cos 2α  1  2 sin α donc sin α  p1  cos 2α q{2.
2 2 Donc la solution générale de l’équation (II.9) est
ii. On a sin 2θ  2 sin θ cos θ donc y  e5x pC1 cos 4x C2 sin 4xq , C1 , C2 P R.

2
sin 2θ sin2 2θ 1  cos 4θ
sin2 θ cos2 θ    . Exercice 3 (p. 9). Soit A et B deux polynômes et k un entier positif. On rappelle que le poly-
2 4 8 nôme Q est le quotient dans la division selon les puissances croissantes, à l’ordre k, de A par B
si et seulement si il existe un polynôme R tel que
(b) Posons θ  Arcsin x i.e. x  sin θ avec π{2 ¤ θ ¤ π{2 (la fonction x ÞÑ Arcsin x #
réalise en fait une bijection de r0, 1s sur r0, π{2s). Il s’en suit que A  B.Q X k 1R

• dx  cos θ dθ
? a ? B Q ¤ k.
• x2 1  x2  sin2 θ 1  sin2 θ  sin2 θ cos2 θ  sin2 θ |cos θ|  sin2 θ cos θ car
π{2 ¤ θ ¤ π{2. Ici, A  1  3X, B  1  X 2 et k  3. On trouve
• si x  0 alors θ  0 et si x  1 alors θ  π{2. Q  1  3X X 2  3X 3 et X 4 R  X 4  3X 5 pi.e. R  1  3X q.

83 84
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997

Exercice 4 (p. 9). (b) l’intégrale


1. Si h ¡ 0 alors, pour θ dans s0, 1r, on a 1 θh ¡ 1 donc p1 θhq 4 ¡ 1 et par conséquent »b
dx
1 pb  xqα
1   p1   0.
a
(II.11)
θhq4 converge si et seulement si α   1.
? (
2. Soit f une fonction de classe C 2 sur un intervalle fermé d’extrémités 0 et h (h P R ) et 2. • La fonction f : x ÞÑ p1 xq{p4 x3 q est définie sur R  4 donc est continue sur
3

dérivable à l’ordre 3 sur le même intervalle ouvert. Alors, d’après la formule de Taylor- r3, 8r. De plus, elle est positive sur cet intervalle.
Lagrange en 0 à l’ordre 2, il existe θ dans s0, 1r tel que • On a
1 x 1 x
f phq  f p0q f 1 p0q
h
f 2 p0q
h2
f 3 pθhq
h3
. (II.12) 4 x3
8 xx3 i.e.
4 x3
8 x12
1! 2! 3!

3. (a) Pour tout h ¡ 0, la fonction f : x ÞÑ 1{p1 xq est de classe C 8 sur l’intervalle r0, hs et g : x ÞÑ 1{x2 est continue sur r3, 8r. Donc, puisque f et g sont continues et
donc on peut lui appliquer la formule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre 2. Or positives sur r3, 8r et équivalentes en 8, les intégrales
» 8 » 8
f pxq 
1
f 1 px q  
1
f 2 pxq 
2
f 3 px q 
6 1 x
dx et
1
dx
1 x p1 xq 2 p1 xq 3 p1 x q4 3 4 x3 3 x2

donc sont de même nature. Or, en vertu de la question 1a page précédente, l’intégrale

6 » 8
f 1 p0q  1 f 2 p0q  2 f 3 pθhq 
1
f p0q  1 . dx
p1 θhq4 3 x2

Par conséquent, pour tout h ¡ 0, la formule (II.12) donne converge donc il en est de même de l’intégrale

f phq  1  h h2
1 h3 .
» 8 1 x
p1 θhq4 3 4 x3
dx.

De la double inégalité (II.11), on déduit pour tout h ¡ 0 que ? (


3. La fonction f : x ÞÑ p1 xq{p4 x3 q est définie sur R  3
4 donc est continue sur r0, 3s.
1 Par suite, l’intégrale
1h h2  h3     1h h2 .
1 x »3
1 x
dx
(b) Cette inégalité permet d’affirmer, pour h ¡ 0, que 1  h est une valeur approchée h2 0 4 x3
de 1{p1 hq à 103 près dès que p0  q|  h3 | ¤ 103 i.e. dès que p0  q h ¤ 101 (on
est une intégrale de Riemann. Par ailleurs, on a prouvé que l’intégrale
peut même préciser qu’il s’agit alors d’une valeur approchée par excès).
(c) On note que 1{p1, 09q  1{p1 0, 09q. Or, si h  0, 09 p¡ 0q, on a p0  q h ¤ 101 et 8
»
1 x
donc 1  0, 09 p0, 09q2  0, 9181 est une valeur approchée, par excès, de 1{p1, 09q à 4 x3
dx
103 près.
3

converge. On en déduit que l’intégrale


Exercice 5 (p. 9). » 8 1 x
1. On a vu en cours que dx
0 4 x3
(a) l’intégrale est la somme de deux intégrales convergentes et est, à ce titre, elle-même convergente.
» 8 dx
a xα 4 juin 1997
converge si et seulement si α ¡ 1 Exercice 1 (p. 10).

85 86
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997

1. Soit f une fonction bijective d’un sous-ensemble A de R sur un sous-ensemble B de R. 1. On sait que la solution générale de l’équation
Soit x un élément de B tel que f soit dérivable et de dérivée non nulle en f 1 pxq. Alors
f 1 est dérivable en x et p1 x2 qy 1  xy  0 (E11 )
 1
f 1
est
pxq  f 1  f11 pxq  
1
.
 »

f 1 f 1 pxq x a
y  C exp  1 dx , CPR i.e. yC 1 x2 , CPR
x2
2. (a) La fonction cosinus hyperbolique ch est définie sur R par car
 »
 »  
ex e x x 1 d 1 x2 1

ch x  . exp  1 x 2
dx  exp 2 1 x2
 exp 2
ln 1 x2 .
2
C’est une fonction paire, de dérivée sh (strictement positive sur R ). Par ailleurs, Par ailleurs, on constate que y  2 est solution particulière de l’équation complète
ch 0  1 et lim 8 ch  8. On se reportera au cours pour la représentation gra-
phique de la fonction ch. Cette fonction, continue et strictement croissante sur R p1 x2 qy 1  xy  2x. (E1 )
est une bijection de R sur r1, 8r.
(b) La bijection réciproque de la fonction ch restreinte à R est la fonction notée Argch :
On aurait pu aussi utiliser la méthode de la variation de la constante qui conduit au même
résultat. Il s’en suit que la solution générale de l’équation (E1 ), somme de la solution
générale de l’équation (E11 ) et d’une solution particulière de l’équation (E1 ), est
#
y  Argch x si et seulement si
x  ch y
y ¥ 0. y  2 C
a
1 x2 , C P R.
On sait que, pour tout x ¡ 1,
2. L’équation
pArgch xq1  ? 1
. (II.13) y2 2y 1 y0 (E12 )
x2  1
a pour équation caractéristique r 2 2r 1  0 ayant pour solution réelle double r  1.
On a vu en cours qu’alors la solution générale de l’équation (E12 ) est
3. (a) D’après la relation (II.13),
»
? dt  Argch t. y  ex pC1 x C0 q , C0 , C1 P R.
t2  1
Par ailleurs, la fonction y  αx2 βx γ est une solution particulière de l’équation com-
(b) On a
plète (E2 )
»4 »4
dx dx
?  b si et seulement si @x P R, 2α 2 p2αx βq αx2 βx  7x2
γ 28x 15
9x2  4 9x2
1
1 1
»4
2 4 si et seulement si @x P R, αx 2
p4α β q x 2α 2β γ  7x2 28x 15
$
 12 b
dx

'
&α 7
1 2 3x 2
2 1 si et seulement si
'
4α β  28
»4
d 32 x
 %
2α 2β γ  15
 12  23 b

$
' 7
1 3 2
1 &α
2x
»4  

si et seulement si
'
β 0
 13 d Argch
3
x
%
γ 1
2
y  7x2
1
»4 
si et seulement si 1.
dx 1 3
?  Argch 6  Argch .
1 9x2  4 3 2 Donc, la solution générale de l’équation (E2 ) est

Exercice 2 (p. 10). y  7x2 1 ex pC1 x C0 q , C0 , C1 P R.

87 88
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.2. Année 1996–1997

Exercice 3 (p. 10). Par conséquent, pour tout h ¡ 0, il existe d’après la formule (II.15) un réel θ dans
1. Soit k un entier naturel non nul. En intégrant par parties,
s0, 1r tel que
h 3 h2 15 3
» »
f phq  1   8 p1 θhq 72 h6 .
pln tqk dt  t pln tqk  tk
1
 pln tqk1 dt 2 4 2
De la double inégalité (II.14), on déduit pour tout h ¡ 0 que
t
» »
pln tqk dt  t pln tqk  k pln tqk1 dt.
 15    15 p1 θhq 2  0
7

8 8
2. Il s’en suit que d’où
h3
θhq 2
 2 5 3 15
»2
pln tq3 dt  t pln tq3  3 pln tq2 dt
»2
 16 h    p1
8
7

6
 0
1 1 1 et par suite
 2 »2
 2 pln 2q3  3 t pln t q2  3 pln tq1 dt 1
h 3h2
 5h  ?1
3
  1  2h 3h2
.
1 1 2 8 16 8
»2
1 h
 2 pln 2q3  3  2 pln 2q2 (b) Cette inégalité permet d’affirmer, pour h ¡ 0, que 1  2h 38 h2 est une valeur appro-
6 ln t dt
?
 1 2 »2 chée de 1{ 1 h à 103 près dès que p0  q|  16 h | ¤ 103 i.e. dès que p0  q h ¤
5 3
a
 2 pln 2q3  6 pln 2q2 6 t pln t q1 2 dt 101 16{5 (on peut même préciser qu’il s’agit alors d’une valeur approchée par
3

excès).
1 1
? ? a
»2 (c) On note que 1{ 1, 1  1{ 1 0, 1. Or, si h  0, 1 p¡ 0q, on a p0  q h ¤ 101 3 16?{5 et
pln tq3 dt  2 pln 2q3  6 pln 2q2 12 ln 2  24. donc 1  0, 1{2 3p0, 1q {8  0, 95375 est une valeur approchée, par excès, de 1{ 1, 1
2
1  3
à 10 près.
Exercice 4 (p. 10). Exercice 5 (p. 11).
1. Si h ¡ 0 alors, pour θ dans s0, 1r, on a 1 θh ¡ 1 donc p1 θhq ¡ 1 et par conséquent 1. Le premier terme non nul dans le développement limité en 0
7
2

1 • de sin t est celui d’ordre 1


0    1. (II.14) • de cos t est celui d’ordre 0,
p1 θhq
7
2

le développement limité en 0 de sin t cos t à l’ordre 4 sera obtenu par produit des dévelop-
2. Soit f une fonction de classe C 2 sur un intervalle fermé d’extrémités 0 et h (h P R ) et pements limité en 0 de sin t à l’ordre 4 et de sin t à l’ordre 3 :
dérivable à l’ordre 3 sur le même intervalle ouvert. Alors, d’après la formule de Taylor-     
t3 t2
Lagrange en 0 à l’ordre 2, il existe θ dans s0, 1r tel que sin t cos t  t  o t4 1 o t3
3 2


h2 h3
f phq  f p0q f 1 p0q
h
f 2 p0q f 3 pθhq . (II.15)  t  12 1 3
6
t o t4
1! 2! 3!

? 2
sin t cos t  t  t 3
3. (a) Pour tout h ¡ 0, la fonction f : x ÞÑ 1{ 1 x est de classe C 8 sur l’intervalle r0, hs 3
o t4 .
donc on peut lui appliquer la formule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre 2. Or
(On pouvait aussi utiliser l’identité sin t cos t  12 sin 2t.)
$
'
'
'
p
1 x q 12 si k  0, 2. On a
xq 2
'
f pk q pxq 
 2 p1
& 1 3
si k  1, et  1 t2 t3
o t3


' p x q 2
5
si k  2, lnp1 t q
t 2 3
t o pt 3 q
3
'
'
' 4 1 t2 t3

xq 2
% 15 2 3
 8 p1 7
si k  3, 
t2


t 1 t
o t2
et  1 2 6
donc
lnp1 t q
  .
t 1  2t t2
o pt 2 q
f 1 p0q   , f 2 p0q  , f 3 pθ q   p1 θhq 2 .
1 3 15
f p0q  1,
7
3
2 4 8

89 90
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998

La division selon les puissances croissantes de 1 t


2
t2
6 par 1  t
2
t2
3 à l’ordre 2 vaut Exercice 2 (p. 11). On sait que, en 0,
t2
1 3. Donc
ex  1  x, tan x  x, sin x  x, lnp1 xq  x.
t

1  1
et t2 
Donc, puisque limxÑ0
?x  0 et lim  0, on a en 0
lnp1 t q
t
3
o t2 . x Ñ x
02

? ? x x
tan x  x, sin  ,
3. (a) On a 2 2

f pxq  lnpe hq si bien que

 1q tan ?x  lim ?x?x  2.



1 1
px  eq  2e12 px  eq2 o px  e q 2
. lim
pex ?
x Ñ0 x Ñ0 x x
e x sin x 2 2
(b) Déduire de la question précédente l’équation de la tangente T à C au point d’abs-
Par ailleurs,
cisse x0  e ainsi que la position relative de C et T .
ln x lnp1 hq h
lim
Ñ1 sinpx  1q
 hlim
Ñ0 sin h
 hlim
Ñ0 h
 1.
Année 1997–1998
x

Exercice 3 (p. 11).


24 novembre 1997 1. On note que j  cos 2π 3 e donc |j |  1 et Arg j  2π3 r2πs.

3 i sin 2π i 3

 
2. On sait que j 2  |j|2 et que Arg j 2  2 Arg j r2πs donc j 2  1 et que Arg j 2  r2πs.
Exercice 1 (p. 11). 4π
3
1. On a
Exercice 4 (p. 11). Exercice !
x4 x4
lim
xÑ4 x2  x  12
 xlim  lim 1  1 .
Ñ4 px  4qpx 3q xÑ4 x 3 7 Exercice 5 (p. 12).

On a 1. On sait que l’ensemble de définition de la fonction Arcsin est r1, 1s donc, puisque 2x{p1

x2 q est défini pour tout x réel,
x 1 1
lim lnpx 1q  ln x  lim ln  xÑlim8 ln 1 ; # #
x Ñ 8 x Ñ 8 x x 2x
1¥0 2x 1 x2
¥0
x P Df ðñ 1 ¤ 1 2xx2 ¤ 1 ðñ 1 x2
1 ¤ 0 ðñ 1 x2
12x2 ¤ 0
or limxÑ 81 1{x  1 et limu Ñ1 ln u  0 donc 2x
1 x2
2x
1 x

lim lnpx 1q  ln x  0. Donc


x Ñ 8 $
& p1 xq2
2. L’ensemble de définition de f est r1, 3rYs3, 8r. Sur cet ensemble, f est continue. Exa- x P Df ðñ % p1 1x xq ¥ 0
2

? x0  3 ; en multipliant au numérateur et au dénominateur par la ¤ 0.


2
minons le cas du point 2
1 x
quantité conjuguée x 1 2,
? si bien que Df  R.
x 12 x 14 1
lim
x3
 xlim ?  xlim ?  14 Autre méthode.
x Ñ3 Ñ3 px  3qp x 1 2q Ñ3 x 1 2
donc f est prolongeable par continuité en x0  3 en posant f p3q  1{4. x P Df ðñ 1 ¤ 1 2xx2 ¤ 1 ðñ 1 2xx2 ¤ 1 ðñ 12 |x|x2 ¤ 1 ðñ 2 |x| ¤ 1 x2

3. Il est clair que pa  bqpa2 ab b2 q  a3  b3 et donc d’où


1 x
? 1 x
? 1 x
?
?x 1 p ?xq2 x P Df ðñ 1 |x|2  2 |x| ¥ 0 ðñ p|x|  1q2 ¥ 0 ðñ x P R.
3 3 3
lim
x Ñ1 1  x
 lim 3 ?
xÑ1 1  p xq3
 lim ?
xÑ1 p1  xqp1
3
?x p ?xq2 q  xlim
3 Ñ1 1 3 3 3 3

2. (a) Cours !
donc la limite demandée est 13 .

91 92
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998

(b) La fonction Arcsin est impaire. L’ensemble de définition Df de f est symétrique par ce qui, par définition de la fonction Arcsin, équivaut à
rapport à 0 ; pour x dans Df , on a $
&sin 2y
'  sin f pxq




f pxq  Arcsin
2pxq
 Arcsin  1 2xx2   Arcsin 1 2xx2 '
 π2 ¤ f pxq ¤ π2
0 ¤ 2y ¤ π2 .
.
1 pxq2
%

D’où f pxq  f pxq donc f est impaire et on ne l’étudie que sur R . Or, si deux nombres ont même sinus et sont compris entre π{2 et π{2, ils sont
égaux. Il s’ensuit que f pxq  2y soit, par la définition de y,
3. On a f p1q  Arcsin 1  π{2. D’autre part, limxÑ 8 2x{p1 x2 q  0 donc, puisque la
f pxq  2 Arctan x.
fonction Arcsin est continue sur r1, 1s donc en 0, on a lim 8 f  Arcsin 0  0.
ii. Si x ¡ 1 alors 0   π  2y   π
donc, en utilisant l’égalité (II.16),
4. (a) i. D’après la question (1), 2x{p1 x2 q  1 si et seulement si x  1. De plus, d’après #
2

la question (1), 2x{p1 x2 q  1 si et seulement si x  1. f pxq  Arcsin psin 2y q


ii. On sait que l’ensemble sur lequel la fonction Arcsin est dérivable est s  1, 1r. 0 ¤ 2y ¤ π2
Donc le sous-ensemble de Df sur lequel f est dérivable est R  t1; 1u et, par
suite, celui de R sur lequel f est dérivable est R  t1u. soit, puisque sinpπ  2y q  sin 2y,
#
(b) Exercice ! f pxq  Arcsin psinpπ  2y qq
(c) Si u est une fonction dérivable en x et 1   u pxq   1 alors 0 ¤ π  2y ¤ π2

1
pArcsin u pxqq1  a u pxq2 .
ce qui, par définition de la fonction Arcsin, équivaut à
$
1  u pxq &sin π
' p  2y q  sin f pxq
Le reste de la question est en exercice ! '
 π2 ¤ f pxq ¤ π2
0 ¤ π  2y ¤ π2 .
%
5. (a) Par définition,
Pour les mêmes raisons que précédemment, il s’ensuit que f pxq  π  2y soit, par
# la définition de y,
x  tan y
y  Arctan x ðñ f pxq  π  2 Arctan x.
 π2   y   π2 .
6. Exercice !
(b) i. Si 0 ¤ x ¤ 1 alors, la fonction Arctan étant strictement croissante sur R, Arctan 0 ¤
Arctan x ¤ Arctan 1, d’où 0 ¤ Arctan x ¤ π4 i.e. 0 ¤ y ¤ π4 donc 0 ¤ 2y ¤ π2 .
ii. Si x ¡ 1 alors, la fonction Arctan étant strictement croissante sur R, Arctan x ¡ 16 février 1998
Arctan 1, d’où π{2 ¡ Arctan x ¡ π4 (car, par définition, Arctan x   π2 ) i.e. π2  
Exercice 1 (p. 12).
2y   π d’où π   2y    π2 et finalement 0   π  2y   π2 .
(c) Soit x ¥ 0. à l’aide de l’égalité 1. On a
» »
2 tan y ρeρ dρ  ρeρ  eρ dρ  ρeρ  eρ
sin 2y 
1 tan2 y et
» 1 » 1  a
démontrée à l’Exercice (24), on obtient x Arcsin x
? dx   1  x2
2 2
Arcsin x d

0 1  x2 0
2 tan y
f pxq  Arcsin  Arcsin psin 2y q . (II.16)  a 1 » 1
a dx
  Arcsin x 1  x2   1  x2 ?
2 2
1 tan2 y
0 0 1  x2
(d) i. Si 0 ¤ x ¤ 1 alors 0 ¤ 2y ¤ π
donc, en utilisant l’égalité (II.16), c  1
2 3
  π6
2
# x
4
f pxq  Arcsin psin 2y q ? 0
»
0 ¤ 2y ¤ π2 6  3π
1
x Arcsin x
? dx 
2
.
0 1  x2 12

93 94
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998

2. On a Par ailleurs, puisque le coefficient de y dans l’équation complète


»3 »3
dx
 
dx
y 2  4y 1 13y  26x2 10x 9. (II.20)
0 x2 9 0 9 x2
1
»3
9
est non nul, cette équation admet comme solution particulière une fonction de la forme y 
αx2 βx γ. Or y  αx2 βx γ est solution particulière de (II.20)
 19 
x 2
dx

0 1
»3
3
3 d 3x
si et seulement si @ x P R, 2α  4 p2αx βq 13 αx2 βx γ  26x2 10x 9
 91 
x 2 si et seulement si @x P R, 13αx 2
p8α 13β q x 2α  4β 13γ  26x2 10x 9
0
3 1 $
»3
&13α
'  26
 31 d Arctan
x
3 si et seulement si 8α 13β  10
0 '
2α  4β 13γ 9
 3 %
1 x
 3
Arctan
3 0
$
' 2

 1
pArctan 1  Arctan 0q si et seulement si
'
β 2
»3
3 %
γ 1
dx
y  2x2
π
x2 9
 12
. si et seulement si 2x 1.
0

De plus, avec u  ln x, Donc, la solution générale de l’équation différentielle (II.20) est

» e2 » e2 »2   3 2 
y  2x2 2x 1 e2x pλ cos 3x µ sin 3xq , λ, µ P R.
dx d ln x du
   u3   31 1
1 7
 24 .
e x pln xq4 e pln xq4 1 u4 1 8 Exercice 4 (p. 13).

Exercice 2 (p. 12). On sait que la solution générale de l’équation 1. La relation fondamentale de la trigonométrie hyperbolique est

y1 3x2 y  0 (II.17) @x P R, ch2 x  sh2 x  1.

est • La fonction ch est définie sur R, paire, de dérivée première sh et de dérivée seconde
 »
ch ; par ailleurs, ch 0  1 et lim 8 ch  8. Cette fonction, continue et strictement
y  C exp  3x2 dx , CPR i.e. y  Ce , x3
C P R. croissante sur R est une bijection de R sur r1, 8r. On se reportera au cours pour
sa représentation graphique.
Utilisons la méthode de la variation de la constante et cherchons une solution particulière de • La fonction sh est définie sur R, impaire, de dérivée première ch et de dérivée se-
l’équation complète conde sh ; par ailleurs, sh 0  0 et lim 8 sh  8. Cette fonction, continue et stric-
tement croissante sur R est une bijection de R sur R. On se reportera au cours pour
y1 3x2 y  ex
3
(II.18) sa représentation graphique.
sous la forme y  C pxqex . Alors y  C pxqex est solution de (II.18) si et seulement si C 1 pxqex  2. Soit f une fonction de classe C n sur un intervalle fermé d’extrémités x0 et x0 h (x P R )
3 3 3

ex si et seulement si C pxq  x K, K P R si et seulement si y  px K qex , K P R. On sait


3 3
et dérivable à l’ordre n 1 sur le même intervalle ouvert. Alors, d’après la formule de
qu’alors la solution générale de l’équation complète (II.18) est y  px K qex , K P R.
3 Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre n 1, il existe θ dans s0, 1r tel que
ņ 1
f pk q px0 q f pn q px0
Exercice 3 (p. 13). L’équation différentielle sans second membre hk hn
f px0 hq  1
θhq. (II.21)
pn 1q!
y 2  4y 1
k!
13y  0 (II.19) 
k 0

a pour équation caractéristique r 2  4r 13  0 soit pr  2q2 9  0 soit pr  2q2 p3i q2  0 soit 3. (a) La fonction ch étant croissante sur R , on a
pr  2  3i qpr  2 3i q  0 soit r  2 3i ou r  2  3i. On a vu en cours qu’alors la solution #
générale de l’équation (II.19) est 0 ¤ x ¤ 12
0 θ 1
ùñ 0 ¤ θx   21 ùñ ch 0 ¤ ch θx   ch 12 ùñ 1 ¤ ch θx   3{2.
ye 2x
pλ cos 3x µ sin 3xq , λ, µ P R.

95 96
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.3. Année 1997–1998

(b) Pour tout x  0, la fonction sh est de classe C 8 sur l’intervalle fermé d’extrémités 0 Exercice 5 (p. 14).
1. La bijection réciproque de la fonction ch restreinte à R est la fonction Argch, dont l’en-
et x donc on peut lui appliquer la formule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre 5. Or il
est clair que, pour tout k dans N,
semble de définition est r1, 8r. Donc
# #
shpk q x 
sh x si k est pair
y  Argch x si et seulement si
x  ch y
ch x si k est impair y ¥ 0.
donc
#
2. (a) La dérivée de la fonction Argch est donnée par
sh 0  0
shpk q 0 
si k est pair
Argch1 x 
1
ch 0  1
@x ¡ 1, ? .
si k est impair. x2  1
Par conséquent, pour tout x  0, la formule (II.21 page précédente) à l’ordre 5 assure (b) On en déduit
l’existence d’un réel θ dans s0, 1r tel que »
? dt  Argch t
x3 x5 t2  1
sh x  x ch θx
6 120 et avec t  32 x
i.e. »4 »6 2 »6 


? dx
? 3 2dt  31 ? dt
  1 Argch 6  Argch 32 .
sh x  x
x3
 x5
ch θx. (II.22) 1 4
9x2 4t  4
3
2
t2  1 3 3
2
6 120  ?2
On a Argch 1  0 et ln 1 1  1  0 donc, pour x  1, la relation Argch x 
Or, si x est dans r0, 21 s alors, d’après la question 3a page précédente,
3. (a)
 ?2
# ln x x  1 est vraie.
x5
120 ¥0 (b) On a, par définition,
1 ¤ ch θx   3{2 $
#
y  Argch x
'
&x ch y
si bien que
x¡1
ðñ '
x¡1
y¥0
%
x5 x 5 x 5
¤ 120 sh θx   . #
x  ch y
120 80
On déduit de cet encadrement et de la relation (II.22) l’encadrement demandé. ðñ y¡0
(c) i. La question précédente permet d’affirmer, puisque 1
est dans r0, 12 s, que #
e y
x e
10 y

ðñ 2
102 4
5

1 10 y¡0
0 ¤ ch  1 ¤ 10 . #
2xey  pey q2
10 2 24 120
1
105
ðñ y¡0
Or il est clair que   9  120 donc 120
103   9.108 . Ceci prouve que α est une
à 9.108 près et, puisque
#
1
valeur approchée de ch 10
ðñ pey q2  2xey 10
1

102 104

1 y ¡ 0.
0 ¤ ch  1 i.e. ch ¥ α,
10 2 24 10 (c) i. On a, x2  1 étant strictement positif puisque x ¡ 1,
c’est par défaut que α est une valeur approchée de ch 1
10 à 9.108 . X 2  2xX 10 ðñ pX  xq2 1  x2  0
ii. Puisque |α  a|   108 , l’inégalité triangulaire permet d’affirmer que a 2
ðñ pX  xq2  x2  1  0
ch
1
10
1
 a ¤ ch 10  α |α  a|   9.108 108  107 ðñ
 a 
X  x  x2  1 X  x
a
x2  1
0

a a
si bien que a est une valeur approchée de ch 1
10 à 107 près. ðñ Xx x2  1 ou X  x  x2  1.

97 98
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.4. Année 1998–1999 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.4. Année 1998–1999

ii. On a, pour x ¡ 1, 1. L’équation P pzq  p équivaut à


# ? # ? 
2
x  x2  1 ¡ 1 x1 ¡ x2  1 R
ðñ P0 p
x¡1 x¡1 R z
# d
ðñ px  1q2 ¡ x2  1 i.e. R z

P0
(car P0 ¡ 0 et p ¡ 0)
x¡1
R p
# d

ðñ 2x 1 ¡ 1 i.e. z  R
P0
R (car R ¡ 0 et z ¥ 0)
x¡1 p
# d
x 1 zR
P0
1
ðñ x¡1
i.e.
p
. (II.23)

ðñ x P ? 2. L’astronaute ne pèsera plus que le quart de son poids initial si et seulement si


? x ¡ 1 et y ¡ 0. Alors e ¡ 1 donc, d’après le raisonnement précédent,
Supposons y
P pzq  P0 {4
ey  x  x2  1 n’a lieu pour aucun x réel. On a donc, pour x ¡ 1, d
P0
i.e. z  R 1
# #
y  Argch x pey q2  2xey 1  0
x¡1
ðñ y¡0
P0
 ? 4

# ?2 ? i.e. z  R 41
ey  x x 1 ou ey x x2  1
ðñ y¥0
i.e. z  R.
#  ?2 #
y  ln x x 1 x1 Donc, c’est à l’altitude 6400 km que l’astronaute ne pèsera plus que le quart de son poids
ðñ ou
y0
initial.
y¥0
? 3. D’après la question 1, l’astronaute, pesant 63 kg à la surface de la terre, ne pèsera plus que
(car x x2  1 ¥ 1 ¡ 0 si x ¥ 1) 7 kg si et seulement si
 a #
ðñ y  ln x x2  1 . P pz q  7
P0  63
Donc, pour tout x ¥ 1, c
63
 a i.e. zR 1
Argch x  ln x x2  1 . 7
 ?
i.e. zR 91
11 juin 1998 i.e. z  2R.

Année 1998–1999 Donc, c’est à l’altitude 12 800 km que l’astronaute ne pèsera plus que 7 kg.
4. L’astronaute en état d’apesanteur complet si et seulement si son poids p est nul ce qui
16 novembre 1998 correspond, d’après (II.23) à z  8. Bien sûr, ce résultat est d’autant moins valable d’un
point de vue physique, qu’à grande altitude (i.e. loin de la terre), l’astronaute risquerait
Exercice 1 (p. 15). de s’approcher d’autres astres et d’être donc soumis à l’attraction que ceux-ci opéreraient,
ce qui créerait de la pesanteur. Il est à noter que la relation donnant P pzq n’est autre que
la loi de la gravitation universelle de Newton.

Exercice 2 (p. 16).


1. Consulter le cours !

99 100
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.4. Année 1998–1999 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.4. Année 1998–1999

2. 3. Pour tout x  3π
2 r2πs, on a
(a) La limite demandée est 4
5 car
f px q  p 1 sin xq tan2 x 
p1 sin xq sin2 x
sin 84 x 84 x 84 84 4 cos2 x
0 0 ÝxÝÝÑ 
 p1 sin xq sin2 x p1 sin xq sin2 x
.
sin 105 x 105 x 105 Ñ0 105 5 
2
1  sin2 x p1 sin xqp1  sin xq
(b) La limite demandée est car sin2 x
21

pe2u  1q sin ?u ?  ? .
2 1  sin x
2u 2 u 2
p7 u qptan u q lnp1 3 u q 0 p7 u qu  3?u 0 21 .
2 2 Donc

Posons t  x  1 i.e. x  1 t ; alors x Ñ 1 équivaut à t Ñ 0 et on a donc sin2 x


(c) lim f pxq  lim
1  sin x
 12
x Ñ 3π x Ñ 3π

ex  e e1 t  e
2 2

lim  tlim en posant f p 3π


2 q  2.
.
xÑ1 lnpx  1q Ñ0 lnp1 t q 3π 1
si bien que la fonction f est prolongeable par continuité en 2

Par conséquent, la limite demandée est e car Exercice 4 (p. 16).



e1 t  e  e  1  e  t  e.
et 1. Un réel x n’appartient pas à Df si et seulement si
lnp1 tq lnp1 t q t Ñ0 t t Ñ0
π
1  cosp3x  q0
Exercice 3 (p. 16). 4
π
i.e. cosp3x  q1
1. Pour tout x non nul, on a 4
? 2 i.e.
π
cosp3x  q  cos 0
x2 x2 2
f px q 
x2  |x|
 xx2  |x|  |x| |x|
|x| |x|2  |x| π
4
π
i.e. 3x   0 r2πs ou 3x   0 r2πs
|x| p|x| 1q |x| 1 4 4
 
|x| p|x|  1q |x|  1
. i.e.
π
3x  r2πs
4
π 2π
Donc i.e. x r s.
12 3
|x| 1
lim f pxq  lim  1
x Ñ0 xÑ0 |x|  1 Donc, l’ensemble de définition Df de f est
" *
si bien que la fonction f est prolongeable par continuité en 0 en posant f p0q  1. 2π
R π
12
k
3
,kPZ .
2. Pour tout x  2, on a
? ?  ? 
3  2x 5
 3  2x 5 3? 2x  5
2. La fonction f est construite de manière naturelle. Elle est donc continue sur son ensemble
f px q 
x2
de définition
px  2q 3 2x 5 " *
9  p2x 5q 4  2x  R π 2π
,kPZ .
 ?  ?  Df k
px  2q 3 2x 5 px  2q 3 2x 5 12 3

 2 px ?2q   ?2 . De plus, pour π


12 3 et k  0 i.e. pour
k 2π π
12 , on a, en posant t  3x  π4 ,
px  2q 3 2x 5 3 2x 5 π
xÑ si et seulement si t Ñ 0.
Donc 12

lim f pxq  lim


Ñ2 Ñ2 3
?2   31 Or
x x 2x 5 p3x  π4 q2 2 2
 1 tcos t tÑ0 tt tÑ0 2.
si bien que la fonction f est prolongeable par continuité en 2 en posant f p2q   1
3.
1  cosp3x  π4 q 2
2

101 102
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.4. Année 1998–1999 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.4. Année 1998–1999

Donc (c) Enfin, 58  0, 625 (division euclidienne !) donc, puisque


5
limπ f pxq  2 e 8  0, 54   102 ,
x Ñ 12
on a 0, 55   e 8   0, 53 donc 
5
π
si bien que f est prolongeable par continuité en 12 en posant f p 12
π
q  2. Il s’ensuit que f

peut être prolongée par continuité sur l’ensemble 5


8
 e 58 ¡0 si bien que f
5
8
¡ 0.
 " *
!π) " *
, k P Z .
2π 2π
R π
12
k
3
,kPZ Y 12
 R π
12
k
3
Or f p 21 q   0   f p 34 q donc f p 12 q   0   f p 58 q et donc a appartient à s 12 , 85 r.
(d) • Le diamètre de l’intervalle s 12 , 58 r est 0, 125 donc a est distant de son centre 9
16
Exercice 5 (p. 16). d’au plus son rayon qui vaut 0,1252 soit 0, 0625. Par conséquent

1. Il est clair que l’ensemble de définition de f est R. Puisque lim 8 exp  8 et lim8 exp  a    0, 0625   101
9
0, on a 16
9
donc 16 est une valeur approchée fractionnaire à 101 près de a.
8  8
lim f et
8  8.
lim f 9
• De plus, 16  12 0, 0625  0, 5625 donc, par l’inégalité triangulaire,
La fonction f est continue sur R et sa dérivée est donnée par |a  0, 56|  |a  0, 5625 0, 5625  0, 56|

f 1 pxq  1 e x .
¤ |a  0, 5625| |0, 5625  0, 56|
  0, 0625 0, 0025
Donc f 1 ¡ 0 sur R si bien que f est strictement croissante sur R. On aurait aussi pu  0, 065
remarquer que f est la somme de deux fonctions strictement croissantes sur R : x ÞÑ x et
x ÞÑ ex — cette dernière l’étant car la fonction exp l’est —.
  101
si bien que 0, 56 est une valeur approchée à 101 près de a.
2. D’après un corollaire du théorème des valeurs intermédiaires, puisque f est continue
strictement croissante sur R et lim8 f   0   lim 8 f , l’équation f pxq  0, équivalente
à l’équation (1), admet une unique solution réelle a. Puisque de plus f p0q  1   0 et 26 février 1999
f p1q  1  e1  e0  e1 ¡ 0 (car exp est strictement croissante sur R), on sait que a
appartient à s0, 1r. Exercice 1 (p. 16).
1. On a, pour une certaine constante C,
3. (a) Puisque » » »
ds
1
e 2
pln sq2 ds  s pln sq2  2 s ln s  s pln sq2  2 ln s ds
 0, 6   102 , 
s
»
 »

ds
 s pln sq2  2 s ln s  s  s pln sq2  2 s ln s  ds
on a 0, 61   e   0, 59 donc
1
2 s

1


1
 s pln sq2  2 ps ln s  s Cq .
2
 e 12  0 si bien que f
2
  0. On a
 π 
»π
t cos 3t d  t
sin 3t
 13
»π
sin 3t dt  
1  cos 3t π   2 .
Or f p0q   0   f p1q donc f p 12 q   0   f p1q et donc a appartient à s 12 , 1r. 3 3 3 9
0 0 0 0
(b) De plus, puisque
3 2. On a

e 4  0, 47   102 »3
dx
»3
dx
»3
d x

9 x2
  
x 2
 39 3

x 2
0 0 9 1 0 1
on a 0, 48   e 4
3
3
  0, 46 donc »
3
 3
1 3  x


3 d Arctan  13 Arctan
x
3
4
 e 34 ¡0 si bien que f
3
4
¡ 0. 
0 3

3 0
1 π
 Arctan 1  Arctan 0  .
Or f p 21 q   0   f p1q donc f p 12 q   0   f p 34 q et donc a appartient à s 12 , 34 r. 3 12

103 104
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.4. Année 1998–1999 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000

On a, pour une certaine constante C, Exercice 4 (p. 17). On sait que la solution générale de l’équation

y 1  2xy  0
» » »

t2
dt
2t 1
 pt dt1q2  dptpt 11q2q (II.26)

» 
est
 d t11  t11 C.  »

y  C exp  2x dx , C P R i.e. y  Cex , C P R.


2

Exercice 2 (p. 16). On constate que y  1{2 est solution particulière de l’équation

1. Par définition, y 1  2xy  x. (II.27)


#
cos y  x Il s’en suit que la solution générale de l’équation (II.27), somme de la solution générale de
y  Arccos x ðñ (II.24) l’équation (II.26) et d’une solution particulière de l’équation (II.27), est
0 ¤ y ¤ π.
y  Cex
2
 12 , C P R.
2. Pour tout réel a, on sait que cos 2a  2 cos2 a  1.
Exercice 5 (p. 17). On sait que la solution générale de l’équation
3. Puisque pour tout t dans r1, 1s, cospArccos t q  t, il vient de la relation précédente que

2 y 1  2xy  0 (II.28)
7
cosp2 Arccos
8
q  2 cos2 pArccos 78 q  1  2 78 17
 1  32 . (II.25) est
 »

Or 0 ¤ 78 ¤ 1 donc Arccos 1 ¤ Arccos 87 ¤ Arccos 0 (car la fonction Arccos est décroissante y  C exp  2x dx , C P R i.e. y  Cex , C P R.
2

sur r1, 1s) donc 0 ¤ Arccos 78 ¤ π{2 et par suite 0 ¤ 2 Arccos 78 ¤ π. On déduit alors
de (II.24) et de (II.25) que 2 Arccos 87  Arccos 17 On constate que y  1{2 est solution particulière de l’équation
32 .

Exercice 3 (p. 17). y 1  2xy  x. (II.29)

1. Voir le cours. Il s’en suit que la solution générale de l’équation (II.27), somme de la solution générale de
? l’équation (II.26) et d’une solution particulière de l’équation (II.27), est
2. Pour tout h ¡ 1, la fonction f : x ÞÑ 1 x est de classe C 8 sur l’intervalle d’extrémités
0 et h donc, grâce à la formule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre 3, on sait qu’il existe θ y  Cex
2
 12 , C P R.
dans s0, 1r tel que

f 2 p0q 2 f 3 pθhq 3 11 juin 1999


f phq  f p0q f 1 p0qh h h
2 6
Or Année 1999–2000
$
'
' p
1 xq
1
2 si k  0, $
2 décembre 1999
'
'  &1
' si k  0,
&1
f pk q pxq  2
p1 x q si
1
k
2  1,
donc f pk q p0q  21 si k  1,
' 1 
 4 p1 xq si k  2, 3
' Exercice 1 (p. 19).
'
'
'
%3 
2
4
% 1
si k  2.
8 p1 xq si k  3
5
2 1. Voir le cours.
2.
Il s’ensuit que, pour tout h ¡ 1, il existe θ dans s0, 1r tel que
(a) Puisque
h h2 h3
f phq  1 8 p1 θhq 2 .
5 $
2 16 '
'
&  12  cos 2π
?
' 3
3

'
%
2
 sin
3

105 106
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000

on a |z1 |  1 et Argpz1 q  2π
3 . 6. Puisque limxÑ 8 x x 1  1 et limuÑ1 ln u  0, on a lim 8 f  0.
?
On voit aisément géométriquement que |z2 |  2 et Argpz2 q   π4 .
?3 Exercice 3 (p. 19).
Puisque z3  2p 2
i
2 q et
$ ? 1. Voir le cours.
' 3
'
&
2
 cos π6 2.
' 1
'
%
2
 sin π6 (a) La limite demandée est 0 car, en 0,

on a |z3 |  2 et Argpz3 q  π6 . 1  cos x x2

? iπ{4 ex  1
 2
 2x .
(b) Il s’ensuit que z1  e2iπ{3 , z2  et z3  2eiπ{6 .
x
2e
(c) On a donc (b) La limite demandée est 2{3 car, en 0,

z1 z2  e {  ?2eiπ{4  ?2ei p2π{3π{4q  ?2e5iπ{12 lnp1 2xq


 2x  2.
2iπ 3
? tan 3x 3x 3
si bien que |z1 z2 |  2 et Argpz1 z2 q  5π
;
3. Posons x  2
12
h. Alors
? iπ{4 ? ? ex  e2 2 h  e2  e2 peh  1q
2e 2 i pπ{4π{6q 2 5iπ{12
z2
z
 iπ{6
 2
e  2
e
sinpx  2q
e sin h sin h
3 2e
?2
si bien que z 
z2
et Argp z2
q 5π
; ce qui, en 0, est équivalent à e2 h   e2 donc la limite demandée est e2 .
3 2 z3 12 h

 4 Exercice 4 (p. 19).


z14  j 4  e2iπ{3  e8iπ{3  ei p2π{3 2π q  e2iπ{3  j  z1
1. Les fonctions sin et cos sont définies sur R donc

si bien que z14  1 et Argpz14 q  2π
3 . x R Df ðñ 1  cos x  0 ðñ cos x  1 ðñ x  0 r2 πs.
Exercice 2 (p. 19). Il s’en suit que Df  R  tk 2π, k P Zu.
1. On remarque que f pxq  1x2x donc, puisque limxÑ0 1  x  1 et limxÑ0 x2 0 , on a
2. La fonction f est paire car
lim0 f  8. Par ailleurs, limxÑ 8 x12  limxÑ 8 1x  0 donc lim 8 f  0.
(a) son ensemble de définition Df est symétrique par rapport à 0 ;
x 4
2. On remarque que, pour x  4, f pxq  px4qpx 3q  x 3 donc lim4 f  7 .
1 1
(b) puisque les fonctions sin et cos sont respectivement impaire et paire, pour tout x
3. On remarque que, pour x  3, dans Df ,

? ? f pxq 
pxqp sin xq  f pxq.
p x 1  2qp x 1 2q x 14 1  cos x
f px q  ?  ?  ? 1
px  3qp x 1 2q px  3qp x 1 2q x 1 2
3. En 0, la fonction f n’est pas continue mais
donc lim3 f  1
4. x2
f px q   2.
4. On sait que « la puissance l’emporte sur le logarithme » donc, puisque limxÑ0 x  0 et x 2 {2
limxÑ0 ln x  8, on a lim0 f  0.
Donc f peut-être prolongée par continuité en 0 en posant f p0q  2.
5. On remarque que
4. (a) Soit x un réel. Alors
? ? ? ? ϕ px hq  ϕ pxq
f px q 
p x 2 x
? 1qp x
? 2 x 1q
 ?x 2  px 1q
? ? 1
? h
 λ h λ  0 ÝhÝÝÑ0
Ñ0
x 2 x 1 x 2 x 1 x 2 x 1
donc lim 8 f  0. donc ϕ 1 pxq  0.

107 108
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000

(b) Voir le cours. 2. Par définition,


(c) On a, pour tout x de Df , 3
2 Arctan 3  π  Arctan ðñ π  2 Arctan 3  Arctan 34
f 1 px q 
px sin xq1 p1  cos xq  x sin xp1  cos xq1 4 #
ðñ 4 π  tanπpπ 2 Arctan
2 Arctan 3q
3
p1  cos xq2 (II.33)
3   π2 .
 p sin x x cos xqp1  cos xq  x sin x sin x 2

p1  cos xq2 p  q  sin θ   tan θ donc


(a) On sait que tanpπ  θ q 
sin π θ
p sin x x cos xqp1  cos xq  x sin2 x p  q  cos θ
cos π θ
 p1  cos xq2 2 tan pArctan 3q
p sin x x cos xqp1  cos xq  xp1  cos2 xq tan pπ  2 Arctan 3q   tan p2 Arctan 3q  
1  tan2 pArctan 3q
  12332  34 .
 p1  cos xq2 (II.34)
 p 1  cos xqpsin x x cos x  xp1 cos xqq
p1  cos xq2 (b) La fonction Arctan est strictement croissante sur R donc, puisque 1   3, on a Arctan 1  
sin x  x Arctan 3 p  π2 q i.e. π4   Arctan 3   π2 i.e. π2   2 Arctan 3   π donc π   2 Arctan 3  
 1  cos x .  π2 i.e. 0   π  2 Arctan 3   π2 ce qui implique
Exercice 5 (p. 20).  π2   π  2 Arctan 3   π2 . (II.35)
1. (a) La définition de y  Arctan x est
(c) D’après l’équivalence (II.33), l’égalité (II.34) et l’encadrement (II.35) prouvent que
2 Arctan 3  π  Arctan 34 .
#
x  tan y
y  Arctan x ðñ  π2   y   π2 . 3. (a) Soit d’abord x un réel tel que 0 ¤ x   1. Par définition,
#
  tan p2 Arctan xq
Donc, par définition, 2x
2x
2 Arctan x  Arctan ðñ 1 x2 (II.36)
#  1  x2    2 Arctan x   π2 .
π

ðñ  π  tan2 Arctan
3 1 2
1 2 Arctan 3
2 Arctan  Arctan 34 4 (II.30)
3   2.
3 1 π i. On a
2
2 tan pArctan xq
(b) i. On sait que tan p2 Arctan xq 
1  tan2 pArctan xq
 1 2xx2 . (II.37)

2 tan a
tan 2a  . ii. La fonction Arctan est strictement croissante sur R donc, puisque 0   x   1, on
1  tan2 a
a Arctan 0   Arctan x   Arctan 1 i.e. 0   Arctan x   π4 ce qui implique
donc

  π2   2 Arctan x   π2 . (II.38)
1 2 tan Arctan 31 2  13 2
3
tan 2 Arctan      3
. (II.31)
3 1 tan2 Arctan 1
3 1 1 2 8
9
4 iii. D’après l’équivalence (II.36), l’égalité (II.37) et l’encadrement (II.38) prouvent
que, si 0 ¤ x   1,
3

ii. La fonction Arctan est strictement croissante sur R donc, puisque 0   1


3   1, on 2x
a Arctan 0   Arctan 31   Arctan 1 i.e. 0   Arctan 13   π4 ce qui implique 2 Arctan x  Arctan .
1  x2
 π2   2 Arctan 13   π2 . (II.32) (b) Soit ensuite x un réel tel que x ¡ 1. L’égalité 2 Arctan x  π 2x
Arctan 1x2
équivaut à
2 Arctan x  π  Arctan 1
2x
x2
. Or, par définition,
(c) D’après l’équivalence (II.30), l’égalité (II.31) et l’encadrement (II.32) prouvent que #
2 Arctan 31  Arctan 43 .
  tan p2 Arctan x  πq
2x
2x
2 Arctan x  π  Arctan ðñ 1 x2 (II.39)
1  x2    2 Arctan x  π   π2 .
π
2

109 110
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000

i. On sait que tanpθ  πq 


p  q   sin θ  tan θ donc
sin θ π
iii. D’après la définition, la valeur moyenne V de v sur r0, 4s est donnée par V 
p  q  cos θ
cos θ π ³4
40 0 v pt q dt  15 .
1 64
2 tan pArctan xq
tan p2 Arctan x  πq  tan p2 Arctan xq 
1  tan2 pArctan xq
 1 2xx2 . (II.40) 2. Étude concrète.

ii. La fonction Arctan est strictement croissante sur R donc, puisque 1   x, on a (a) On a immédiatement v p0q  v pT q  0. La fonction v est dérivable sur r0, T r et pour
Arctan 1   Arctan x p  π2 q i.e. π4   Arctan x   π2 i.e. π2   2 Arctan x   π i.e.  π2   0 ¤ t   T , on a
2 Arctan x  π   0 ce qui implique 
? 
v 1 pt q  a T?t  a 2pT? tq  t  a 2T?  3t .
t
 π2   2 Arctan x  π   π2 . (II.41) 2 T t 2 T t 2 T t
1
Puisque a ¡ 0, il est clair que v est strictement positive sur r0, 2T {3r, nulle en 2T {3
iii. D’après l’équivalence (II.39), l’égalité (II.40) et l’encadrement (II.41) prouvent et strictement négative sur r2T {3, T r ; donc v est maximale en t  2T {3 et vaut alors
que, si x ¡ 1, a
v p2T {3q  2aT T {3{3  2a pT {3q3{2 .
2 Arctan x  π Arctan
2x
. (b) Puisque dxpt q  v pt q dt et xp0q  0, la fonction t ÞÑ xpt q est la primitive s’annulant en
1  x2 0 de la fonction (continue sur r0, T s) t ÞÑ v pt q ; donc
»T
1er mars 2000 xpT q  v pt q dt
0
Exercice 1 (p. 21). »T
?
 at T  t dt
1. Étude préliminaire. 0

? T »T
(a) i. Puisque l’ensemble de départ de la fonction v est r0, 8r et puisque 4  t  a  23 tpT  tq 3
2   23 pT  tq 3
2 dt
n’existe que pour t ¤ 4, l’ensemble de définition D de la fonction v est r0, 4s. 0 0
ii. La fonction v est dérivable sur r0, 4r et pour 0 ¤ t   4, on a
 »T

2
a 00 pT  tq 3
2 dt

? 
?t
 2p4? tq  t  ?8  3t .
3
v 1 pt q  2
0
4t  T
2 4t 4t 4t 2a
 3
 25 pT  tq 5
2

Il est clair que v 1 est strictement positive sur r0, 8{3r, nulle en 8{3 et strictement 0

? sur r8{3, 4r ; donc v est maximale en t  8{3 et vaut alors v p8{3q 


négative x pT q 
4a 5
T 2.
32{p3 3q. 15
(b) i. La fonction v est intégrable sur r0, 4s car elle est continue sur cet intervalle. La vitesse moyenne V du motard sur le parcours AB est donnée par V  T 1 0
³T
v pt q dt 
³4
On procède à une intégration par parties pour calculer 0 v pt q dt.
0
ii. p q  4a T 32 .
x T
T 15
»4 »4
? (c) La fonction x étant continue sur r0, T s et dérivable sur s0, T r, on peut lui appliquer
v pt q dt  2 t 4  t dt sur cet intervalle le théorème des accroissements finis : il existe un réel c dans r0, T s
³T
tel que xpT q  xp0q  pT  0qx1 pcq i.e. tel que v pcq  T1 0 v pt q dt ou encore tel que
0 0
 4 »4
 2  23 tp4  tq 3
2   23 p4  tq 3
2 dt v pcq  V . Ceci prouve qu’il existe un instant au cours de l’expérience auquel la vi-
0 0 tesse instantanée du motard égale sa vitesse moyenne.
 »4
2 (d) Application numérique. On a
2 00
3
p4  t q 3
2 dt
# #
0
x pT q 1 1
4a 5
 4 15 T
2
i.e.
 200 2a pT {3q3{2  200
4
 3
 25 p4  tq 52 vM
0
8 5 d’où, par division,
 15
42
4 5
256 15 T 1
  200
2
.
15 2 pT {3q3{2

111 112
Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000 Chapitre II. Corrigés des épreuves II.5. Année 1999–2000

i.e. car si y0  e4x pλ1 cos 3x λ2 sin 3xq alors


1 3600 ? y 1  4e4x pλ1 cos 3x λ2 sin 3xq e4x p3λ1 sin 3x 3λ2 cos 3xq .
T  ? ? s  15 3 s  26 s.
h 0
80 3 80 3
? Le précédent système équivaut à
Donc V  xpT q{T  1{T  80 3  139 km/h. $
Exercice 2 (p. 21).
'
& y0  e4x pλ1 cos 3x λ2 sin 3xq , λ 1 , λ2 P R

'
λ1 1
1. • On sait que la solution générale de l’équation %
λ2  14{3
y1 pcos xqy  0 (II.42)
donc la fonction y0 solution de l’équation (II.44) vérifiant y0 p0q  1 et y01 p0q  10 est
est donnée par
 »


y  Ce sin x , y0  e4x cos 3x


14
y  C exp  cos x dx , CPR i.e. C P R. sin 3x .
3
• On constate que y  2 est solution particulière de l’équation Exercice 3 (p. 21).
y1 pcos xqy  2 cos x. (II.43) 1. (a) Pour une fonction f de classe C 2 sur un intervalle fermé d’extrémités 0 et h et déri-
vable à l’ordre 3 sur l’intervalle ouvert correspondant, la formule de Taylor-Lagrange
• Il s’en suit que la solution générale de l’équation (II.43), somme de la solution géné- à l’ordre 3 donne
rale de l’équation (II.42) et d’une solution particulière de l’équation (II.43), est
f 1 p0q f 2 p0q 2 f 3 pθhq 3
y2 Ce sin x , C P R. f phq  f p0q h h h
1! 2! 3!
2. L’équation où θ est un réel de l’intervalle s0, 1r.
(b) Si h ¡ 0 et 0   θ   1 alors θh ¡ 0 donc 1 θh ¡ 1 si bien que p1 θhq3 ¡ 1 et par
y2 8y 1 25y  0 (II.44) conséquent
a pour équation caractéristique 0   p1 θhq3   1. (II.46)
r2 25  0
(c) Pour tout h ¡ 0, la fonction f : t ÞÑ lnp1 t q est de classe C 8 sur l’intervalle r0, hs
8r (II.45)
de discriminant ∆  64  100  36  p6i q2 . Donc l’équation (II.45) a pour solutions donc, grâce à la formule de Taylor-Lagrange en 0 à l’ordre 3, on a
f 2 p 0q 2 f 3 pθhq 3
(complexes conjuguées)
f phq  f p0q f 1 p0qh
r 
8  6i  4  3i. 2
h
6
h
2 où 0   θ   1. Or
Donc la solution générale de l’équation (II.44) est
f 1 pxq  f 2 pxq  p1 xq2 , f 3 pxq  2p1 xq3
1
f pxq  lnp1 xq, ,
y  e4x pλ1 cos 3x λ2 sin 3xq , λ1 , λ2 P R. 1 x
donc, pour tout h ¡ 0,
La fonction y0 est solution de l’équation (II.44) vérifiant y0 p0q  1 et y01 p0q  10 si et
seulement si h2 h3
$ lnp1 hq  h  p1 θhq3 .
'
&y0  e4x pλ1 cos 3x λ2 sin 3xq , λ1 , λ 2 P R 2 3
y0 0 p q 1 De la double inégalité (II.46) on déduit pour tout h ¡ 0 que
'
% 1
y0 p0q  10
h3 3