Vous êtes sur la page 1sur 1

Communiqué sur les révolutions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

TOUT  POUR  LES  PEUPLES  ET  PAR  LES  PEUPLES*


 

Les   révolutions   arabes   sont   avant   tout   des   révolutions   citoyennes.   Elles   réclament,   comme   les  
révolutionnaires   européens   au   XIXème   siècle,   à   la   fois   les   Libertés   publiques   et   la   Justice   publique.   Les  
peuples   arabes   modernes   ont   décidé   d’en   finir   avec   leurs   féodalités   et   les   clans   corrompus   qui   les  
dirigent.  Ils  réclament  l’égalité  des  droits,  la  fin  des  injustices  sociales  et  le  fusil  à  la  main,  ils  sont  prêts  au  
sacrifice.   Le   dictateur   de   Tripoli   a   repris   le   concept   monstrueux   du   pouvoir   des   masses   pour   mieux   les  
dominer,  comme  Staline  en  son  temps  a  réalisé  dans  la  terreur  la  dictature  du  prolétariat.  
Kadhafi  passe  à  l’offensive  pour  reprendre  le  pouvoir.  Il  est  toutefois    malmené    par  une  rébellion,  bien  en  
phase  avec  les  jeunes  révolutionnaires  tunisiens  et  égyptiens,  qui  avait  conquis  Benghazi  et  d’autres  villes    
du   pays.   Le   colonel   possède   une   arme   terrible,   les   milliards   de   dollars   planqués   pour   payer   des  
mercenaires  africains  envoyés  par     d’autres  tyrans  qui  ont  trop  peur  que  leur  tour  arrive.  Les  fondations,  
les  fonds  souverains  libyens,  manne  d’un  gaz  et  d’un  pétrole  jamais  privatisés,  sont  contrôlés  par  le  clan.  
 

Une   inégalité   des   armes   qui   est   insoutenable,   la   tragédie   est   en   marche.   Maître   des   médias   chez   lui,  
Kadhafi   peut   encore   manipuler   une   partie   son   peuple   et   le   dresser   contre   les   anciens   coloniaux.   Si   la  
guerre   du   clan   occidental   influencé   par   les   multinationales   de   l’énergie   a   pour   seul   but   de   mettre   la   main  
sur  le  pétrole  et  le  gaz  libyens  pour  tout  privatiser,  ce  serait  à  coup  sûr  une  révolution  trahie.  
Nicolas  Sarkozy,  après  avoir  dressé  la  tente  du  tyran  dans  son  jardin,  veut  subitement  rayer  Kadhafi  de  la  
carte,  pour  le  compte  de  qui  ?  Total  ?  Les  motivations  de  certains  membres  du  Conseil  de  la  coopération  
du  Golfe,  avec  les  USA  en  tête,  comme  de  certains  membres  de  la  Ligue  arabe,  ne  sont  pas  meilleures  que  
les  siennes.  Le  clan  Saoud,  allié  au  clan  au  pouvoir  au  Bahrein,  envoie  son  armée  tirer  sur  la  population  
civile   pour   mettre   fin   à   ses   revendications   et   manifestations   non   violentes.   Pendant   ce   temps,   cette  
coalition  internationale  aux  intérêts  les  plus  divers,     intervient  après  avoir  laissé  la  situation  pourrir  pour  
justifier  de  bombarder  les  installations  militaires  et  les  tanks  de  l’armée  libyenne,  au  détriment  de  ce  qui  
devrait  être  sa  seule  mission  :  protéger  les  populations  civiles  contre  les  exactions  de  leurs  tyrans.  

La  liberté  des  peuples  à  se  gouverner  eux-­‐mêmes  est  indivisible,  et  nous  appelons  :.
-­‐  A  soutenir    le  peuple  libyen  qui  veut  en  finir  avec  son  dictateur  et  son  clan,  en  lui  fournissant  des  moyens  
médicaux    et  humanitaires  nécessaires  à  sa  survie.  
 

-­‐  A  encourager  par  tous  les  moyens  les  responsables  de  l’armée  libyenne  de  rejoindre  les  insurgés,  pour  
constituer   une   force   interne   capable   de   reverser   cette   dictature,   et   sécuriser   la   mise   en   place   d’un  
système  démocratique  avec  le  Conseil  national  de  transition.  
-­‐   A   la   cessation   des   raids   et   des   bombardements   des   infrastructures   du   dictateur   qui   n’empêcheront  
jamais  au  sol  le  clan  Kadhafi     de  massacrer  son  peuple,  et  l’histoire  nous  le  démontre  dans  bien  d’autres  
situations  dramatiques  aux  bilans  de  pertes  humaines  catastrophiques.  
 

-­‐   A   une   médiation   internationale,   et   avec   le   soutien   du   dirigeant   vénézuélien   Ugo   Chavez,   s’il   faut   en  
passer   par   là,   compte   tenu   que   l’Union   africaine   et   de   la   ligue   arabe   étaient   d’accord   et   que   Kadhafi  
pourrait   l’accepter   comme   médiateur.   Il   faut   tout   entreprendre   pour   permettre   que   le   peuple   libyen  
puisse  décider  de  son  avenir  et  du  gouvernement  qu’il  veut  se  donner.    

Contre   les   féodalités   et   les   dictatures.   Aidons   le   peuple   libyen   à   régler   lui-­‐même   le   sort   de   son   tyran,   à  
pouvoir   conserver   ses   multiples   ressources   énergétiques   en   mains   publiques,   et   surout   à   gagner   le  
gouvernement  démocratique  que  son  courage  lui  fait  mériter.  
 
La  Gauche  –  Alternative  Linke  –  La  Sinistra    /      Réd  :  Pierre  Pittet  et  Frédéric  Charpié    
Le  24  mars  2011  
 
*Léon  Nicole  
 
Contact  :  Frédéric  Charpié  /  Secrétaire  national              Courriel  :  info@lagauche.ch            Téléphone  :  +41  78  892  73  74