Vous êtes sur la page 1sur 17

Deux parcs naturels à proximité (Baie de Baly, 

Ankarafantsika), curiosités (Cirque rouge, grotte


d'Anjohibé, vestiges de dinosaures, et depuis 2013 réserve privée Reniala, aux portes de la ville) et
surtout un littoral intouché au-delà de la plage du Grand Pavois sont ses atouts majeurs.

PR (tourisme gastronomique)
Il y a huit ans, la revue Téoros (2006) consacrait un numéro au « Tourisme gourmand ». Jean-Pierre
Lemasson proposait de le penser, sous cette dénomination, comme une prochaine « raison centrale » de
l’activité touristique. Il posait aussi la question, cruciale, des référents à travers lesquels on pourrait le
définir (Lemasson, 2006). Cette livraison actait l’émergence d’un phénomène relativement nouveau, à
savoir le « bien manger » et le « bien boire », désormais constitués en ressources et en attractions
touristiques (MacCannell, 1976 ; Shahrim, 2006 ; de Grandpré, 2007). Ce qui ne veut pas dire pour autant
que l’intérêt que le voyageur ou le touriste porte à la chose alimentaire, à ce qu’il a « dans son assiette »
(Andrieux et Harismendy, 2013), ait été nouveau. Nous savons que manger et boire ne sont pas
seulement des besoins naturels qui produisent des formes élémentaires de comportements culturels et
appétitifs (Fischler, 1990). La sociobiologie, la primatologie, les neurosciences nous montrent qu’ils sont
aussi des besoins liés à la vie sociale et au lien avec l’environnement. Ces besoins procèdent, chez les
hominiens, d’un état naturel (Baumeister et Leary, 1995), et induisent tout autant de comportements
appétitifs, de systèmes de récompenses et de représentations culturelles, c’est-à-dire de représentations
mentales qui produisent un même effet comportemental chez tous les individus qui partagent cette
même représentation (Drestke, 1995). Mais cet intérêt commun pour la chose du manger et du boire,
naturellement culturel, n’était pas encore constitué en phénomène touristique, universalisé, qui devient
l’objet d’un savoir constitué, dont la généalogie, mise en regard de ses contextes de production, mérite
d’être rapidement rappelée.
Car, pour les voyageurs du passé comme pour les touristes des temps contemporains, ce que nous
nommons aujourd’hui les cultures alimentaires ont toujours constitué un attrait. L’anthropologie
historique comme les études littéraires montrent que les récits de voyages qui nous sont parvenus
depuis l’Antiquité font état de la curiosité manifestée par le voyageur vis-à-vis des mœurs alimentaires
des populations visitées, des aliments produits par les contrées traversées, de la qualité des nourritures
et des boissons servies chez l’habitant, dans les auberges, dans les rues et, plus tard, dans les
restaurants. Depuis que des travaux de recherche se sont consacrés à l’alimentation, nous savons que
manger en voyage, c’et s’incorporer, l’autre et l’ailleurs, en faire son corps (Margolin, 1970 ; Fischler,
1990 ; Stagl, 1995 ; Csergo, 1996a ; Tibère, 1997 ; Bessière, 2001). Les études historiques montrent aussi
que c’est dans la France de la fin du XVIII e siècle et du XIXe siècle qu’émergent les conditions de
l’autonomisation croissante de la composante alimentaire du voyage : on assiste à ce moment à
l’apparition concomitante de quatre phénomènes qui s’interpénètrent et se nourrissent les uns des
autres : le tourisme (Boyer, 1996) ; le patrimoine – sous sa forme première de « monument historique »,
c’est-à-dire du vestige qui dit d’où nous venons et ce que nous sommes (Bertho Lavenir, 1999) ; la
gastronomie – quand le mot grec est réinventé en français pour dire le « bien manger » qui englobe tout
à la fois qualité et typicité du produit, savoir-faire culinaire, manières de consommer et façons d’en
parler (Ory, 1998 ; Csergo, 2016) ; la naissance du restaurant dans les villes (Aron, 1973 ; Huetz de Lemps
et Pitte, 1990).
Les « Itinéraires » pour voyageurs, ces « guides d’avant les guides » (Chabeau et al., 2000), autant que les
« Livres de pays », édités depuis le Moyen Âge au moins (Laurioux, 2005a ; 2005b), prescrivaient déjà,
pour chaque contrée traversée, les paysages et les vestiges historiques sur lesquels le voyageur devait
porter et attarder son regard. Ils indiquaient aussi les richesses, agricoles et industrielles, des territoires
(terrouer, en vieux français) et des villes, parmi lesquelles étaient souvent mentionnées des productions
alimentaires, sur lesquelles les auteurs étaient enclins à porter des appréciations et engager ainsi le
lecteur à les goûter. En vertu de la fonction pratique qui est la leur, ces ouvrages indiquaient enfin, et de
façons distinctes, des haltes et des points d’étape afin que les voyageurs puissent savoir où dormir et où
manger. Néanmoins, ce sont les guides imprimés produits au XIX e siècle qui, en lien avec l’intérêt
naissant pour une gastronomie qui commence à être pensée comme une attraction, intègrent au « où
manger », le « que manger ». Sur le principe du jugement et de l’évaluation qualitative, ils orientent
désormais les pas, l’appétence et le goût du voyageur vers le bon et le bien manger. Ce sont eux qui sont
à l’origine de la forme contemporaine des guides gastronomiques et des classements internationaux.
Grimod de la Reynière [1758-1837] est le fondateur de ce genre éditorial avec son Almanach des
gourmands, que l’on peut considérer comme le premier guide gastronomique de l’histoire. Paru en huit
livraisons entre 1803 et 1812, il dessine, à travers l’élaboration de listes de produits locaux et de
répertoires d’« artistes en comestibles » (producteurs, artisans, restaurateurs), une première géographie
des meilleurs produits gourmands du territoire, des hauts lieux de leur production et de leur
consommation. Tous les guides touristiques ultérieurs intégreront désormais ces composantes. Ils
construisent des réputations, produisent des représentations mentales qui induisent des comportements
appétitifs récompensés par le plaisir que procurent la satisfaction du goût et celle de l’appartenance au
groupe distinctif des amateurs de bonne chère. Ainsi, durant le XIX e siècle, la préoccupation du bien
manger et du bien boire en voyage fait que la gastronomie peut, pour ses amateurs les plus éclairés,
trouver une place parmi les motivations qui font entreprendre un voyage, bien qu’elle n’en apparaisse
jamais comme la motivation principale (Csergo, 2011). Il faudra du temps pour que ce phénomène
culturel naissant se diffuse à l’ensemble de la société et qu’il soit pris en compte par les tenants du
développement touristique.
Ce n’est qu’au début du XXe siècle, alors que la mondialisation, des capitaux, des industries et des
échanges commence, dans le contexte du libéralisme, à susciter d’impitoyables concurrences entre les
puissances qui se partagent les marchés, que le tourisme commence à être pensé comme un secteur
d’activité utile au développement économique des territoires. Parmi les ressources à offrir pour rendre la
France attractive, l’accent est mis sur l’histoire, les vestiges archéologiques, les monuments historiques,
le paysage, mais aussi sur les attraits d’une ville comme Paris, par exemple, qui bénéficie depuis des
siècles d’une réputation de ville des plaisirs. C’est à tous ces titres que la gastronomie devient partie
intégrante de l’offre à mettre en avant : elle synthétise les ressources culturelles de la France, incarne
son histoire, le mode de vie, la sensibilité et l’hédonisme réputé de ses habitants. Elle caractérise un art
de vivre « à la française », et constitue une représentation de l’identité de la France et des Français à
laquelle contribuent autant les visités que les visiteurs. Les réformateurs sociaux et progressistes, que
David Harvey (1990) a désignés comme des « modernistes internationaux », tels qu’Édouard Herriot
(1917 ; 1919), qui fut maire de Lyon de 1905 à 1940 (Csergo, 2008), ainsi que les fondateurs du
socialisme rural, comme Michel Augé-Laribé (1912), ont été en quelque sorte les premiers
« gastropolitiques », pour reprendre le concept d’Arjun Appadurai (1981), voire les inventeurs de la
gastrodiplomatie, pour reprendre cette fois un concept apparu aux États-Unis dans un article
de The  Economist (2002). Ces acteurs politiques sont les premiers à avoir pensé et organisé le lien entre
tourisme, gastronomie et développement économique. En articulant la dynamique production–
consommation qui s’opère autant au bénéfice de l’enrichissement des campagnes qu’à celui des villes, la
gastronomie est perçue comme une ressource pouvant être exploitée par l’industrie touristique qui
favoriserait, en retour, des revenus, de l’emploi, mais aussi le développement de la vie locale (Csergo et
Lemasson, 2008). C’est dans ce contexte qu’a été organisé dans la France de la première moitié du
XXe siècle, et plus particulièrement à Paris, à Lyon ou à Dijon (Laferté, 2002), la mise en attraction
touristique d’une tradition gastronomique française qui s’oriente dans deux directions
complémentaires : celle de la splendeur des tables aristocratiques, que l’on retrouvera dans les grands
restaurants – qui deviennent, pour la riche clientèle touristique de l’époque, notamment américaine, le
symbole de l’art de vivre et du luxe « à la française » ; et celle du charme provincial, des produits et des
plats locaux, des spécialités qui se construisent comme du typique et qui distinguent une localité d’une
autre localité, un pays d’un autre pays. La gastronomie devient la voie d’accès à ce qui est dit alors
« l’âme » du pays (Csergo, 1995 ; Rauch, 2008). C’est donc sur l’histoire singulière de sa relation à la
table, qui puise ses racines dans le temps long, que la France construira, à travers le monde et par la
propagande touristique, son image de « pays de la gastronomie » (Hache-Bissette et Saillard, 2009). De
sorte que, au-delà de l’essor des recettes touristiques et de la contribution qu’elles amènent au
développement local, l’attraction gastronomique fait naître une demande favorable aux marchés à
l’exportation, particulièrement pour les produits considérés comme les plus typiques de « l’esprit » et
des savoir-faire français, comme les vins, les liqueurs et les spiritueux, l’épicerie fine, le champagne, le
foie gras, etc. Dans tous les cas, les producteurs agricoles et vitivinicoles, les pêcheurs, les artisans des
métiers de bouche, les cuisiniers et les restaurateurs, bénéficient de cette activité et assurent ainsi la vie
et la prospérité des territoires.
Si le lien entre tourisme et gastronomie se construit dans la France de la première moitié du XX e siècle, il
demeure alors un phénomène très circonscrit. Il n’accède pas encore à cette valeur, objective et
universelle, qui en fera un phénomène mondialisé. Il représente ce que Jean-Paul Aron nommait, dans
ses séminaires de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), un « phénomène murmurant »
qui ne pourra devenir « tonitruant » qu’une fois certaines conditions réunies. Ce tournant se situe dans
les décennies 1960-1990. Elles voient la conjonction de trois éléments contextuels déterminants. Le
premier renvoie à la naissance, au sein des institutions internationales, de la « doctrine du tourisme
culturel » (Cousin, 2006 ; 2008). Le deuxième renvoie à l’invention du « dogme économique » de la
culture. En effet le concept d’industrie culturelle proposé et analysé par Theodor Adorno (1964) modifie
la perception, longtemps perpétuée, selon laquelle les productions artistique, créative et patrimoniale
entretiendraient une sorte de suprématie hiérarchique sur les autres productions, qui ne connaîtraient
quant à elles qu’une vocation commerciale. Il devient désormais admis que la culture produit des biens
et des services qui sont tout autant chargés de dimension marchande que les autres productions, et qu’à
ce titre elle participe à la croissance et au développement économique et social (Benhamou, 2012). Le
troisième élément de contexte favorable à l’émergence du phénomène qui nous occupe renvoie au
processus d’extension progressive des territoires de la culture qui se met en place durant les mêmes
années (Khaznadar, 2014.)
À partir des années 1960, à la faveur des recompositions géopolitiques et géoéconomiques qui ont suivi
la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les organismes internationaux comme l’Organisation des Nations
Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO 1945) et l’Organisation mondiale du tourisme
(OMT, 1974 – anciennement l’Union internationale des organismes officiels de tourisme / UIOOT), ainsi
que l’organisation non gouvernementale qu’est le Conseil international des monuments et des sites
(ICOMOS, 1965) s’intéressent au tourisme. Les prévisions d’essor démographique et d’essor des
mobilités, alors que les pays industrialisés connaissent un contexte d’élévation des niveaux de vie et
d’accroissement du temps de congés payés, conduisent à identifier le tourisme comme un secteur
d’activité promis à une croissance importante. Ces prévisions rencontrent les préoccupations de
développement économique des pays du Sud, consécutives à la décolonisation, et l’entrée des pays
africains à l’Organisation des Nations Unies (ONU). Dans un premier temps, les organisations onusiennes
valorisent le tourisme culturel comme vecteur d’échanges culturels : en 1963, le Conseil économique et
social des Nations Unies soutient que le tourisme culturel apporte une contribution à la cause de l’amitié
et de la compréhension entre les peuples ; en 1966, l’UNESCO déclare, par résolution, que le tourisme
culturel contribue au renforcement de la paix dans le monde. Progressivement, ce sont les aspects
économiques du développement touristique qui seront mis en avant. Dans ses travaux, Saskia Cousin
(2008) a retracé les contextes d’invention de « la doctrine du tourisme culturel », d’élaboration de ses
chartes de 1976 et 1999, et des arguments avancés en faveur des bienfaits qu’il exerce sur les
populations (visiteurs et visités), sur la valorisation des cultures, sur le développement économique. Des
programmes sont soutenus par l’UNESCO pour développer ce tourisme et des accords sont signés avec
l’OMT. On pense notamment aux activités menées dans le cadre de la décennie mondiale du
développement culturel déclarée par l’UNESCO pour 1988-1997 (UNESCO, 1997) ; ou à la signature, en
février 1996, de l’accord complémentaire entre l’UNESCO et l’OMT « pour donner à la culture la place
éminente qui lui revient dans les stratégies et projets de développement touristiques ». Dans ces cadres,
les patrimoines attachés aux ressources paysagères, naturelles, voire agricoles, des territoires
commencent à apparaître comme de potentielles attractions touristiques qui pourraient servir la
durabilité du développement, qu’il soit local, régional ou national.
La prise en considération de la dimension culturelle dans le développement, l’affirmation et
l’enrichissement des identités culturelles conduit les institutions onusiennes à la Déclaration de Mexico
sur les politiques culturelles (UNESCO, 1982). En référence aux instruments relatifs aux droits de
l’homme[1], elle affirme que la culture est un droit fondamental, au même titre que les droits sociaux ou
économiques, et que le droit des peuples à disposer librement d’eux-mêmes se manifeste également
dans le secteur culturel dont les productions relèvent des identités culturelles. Opérant un passage, qui
sera déterminant, du droit à la culture au droit à la diversité des cultures, elle affirme encore que le droit
à la libre affirmation des identités culturelles contribue à la libération des peuples et à leur
développement économique.
Au-delà de la reconnaissance de significations nouvelles et de droits nouveaux au secteur culturel, cette
Déclaration élargit dans le même temps les territoires de la culture, longtemps cantonnés à ceux de la
culture savante et des savoirs élitistes. Elle acte une anthropologisation de la définition de la culture
(Taylor, 1871) qui, précise-t-elle, « peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits
distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe
social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être
humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances […] ». Cette définition étend de fait la
notion de patrimoine culturel d’un peuple « aux œuvres de ses artistes, de ses architectes, de ses
musiciens, de ses écrivains, de ses savants, aussi bien qu’aux créations anonymes, surgies de l’âme
populaire, et à l’ensemble des valeurs qui donnent un sens à la vie ». Elle énonce alors que le
patrimoine « comprend les œuvres matérielles et non matérielles qui expriment la créativité de ce
peuple : langue, rites, croyances, lieux et monuments historiques, littérature, œuvres d’art, archives et
bibliothèques » (art. 23). Ces orientations seront reprises et développées dans la Recommandation sur la
sauvegarde de la culture traditionnelle et populaire (1989) qui expose que « la culture traditionnelle et
populaire », diffuse, vivante et grandement menacée par les risques d’uniformisation nés de la
mondialisation culturelle, comprend, « entre autres, la langue, la littérature, la musique, la danse, les
jeux, la mythologie, les rites, les coutumes, l’artisanat, l’architecture et d’autres arts ». En 2001, la
Déclaration universelle sur la diversité culturelle confirme à son tour que la culture constitue l’ensemble
des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérise une société ou un
groupe social, et qu’elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les façons de vivre
ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. Affirmant que la diversité culturelle
est, pour le genre humain, aussi nécessaire que la biodiversité dans l’ordre du vivant, ce qui justifie
qu’elle bénéficie du statut de patrimoine commun de l’humanité, elle est présentée comme une source
de développement, en termes de croissance économique et d’emplois, mais aussi en termes d’accès à
une existence intellectuelle, affective, morale et spirituelle satisfaisante.
Cette évolution, qui change en profondeur les définitions de la culture, autorise le renouvellement du
regard porté sur la ressource à mettre en tourisme. Les acteurs touristiques arriment de nouvelles
attractions sur les nouvelles sensibilités culturelles. Le regard porté sur le tourisme culturel se modifie en
conséquence. Il ne renvoie plus seulement aux visites d’institutions culturelles, au tourisme que nous
pourrions dire « d’attitude cultivée », comme la visite de musées, de sites archéologiques, de vestiges
lapidaires, de monuments historiques (Bourdieu et Darbel, 1967). Il intègre désormais les cultures dites
traditionnelles – c’est-à-dire celles qu’un groupe social estime provenir du passé par transmission
intergénérationnelle (van Zanten, 2002) –, matérielles et immatérielles, avec les risques de
reconstruction ethnique et de folklorisation que leur fait désormais courir la demande touristique
(MacCannell, 1986).
C’est bien à travers ce processus d’élargissement des territoires de la culture que ce que les anglo-saxons
nomment indistinctement food (Reynolds, 1993), et que je choisis de désigner ici par le terme
gastronomie, commence à se construire comme une ressource culturelle, susceptible de se constituer en
attraction. Car, dans son sens historique, qui est francophone, la gastronomie comprend autant les
productions agricoles et alimentaires que les cuisines et les modes de consommation, les systèmes de
valeur et les manières de vivre, à condition qu’ils soient inscrits dans les territoires de l’identité. C’est ce
qui fait aussi leur qualité. À ce titre elle constitue, pour toutes les communautés, et dans l’ampleur de
leurs diversités, une expression culturelle qui repose sur la production et la consommation de biens, de
services et d’espaces culturels (Csergo, 2016). C’est à tous ces titres que la gastronomie procède de la
valorisation commerciale des représentations des identités culturelles (Csergo, 1995 ; Poulain, 1997 ;
Tibère, 1997), qui ont un impact sur la satisfaction apportée par le voyage (Smith, 1991 ; Hu et Ritchie,
1993 ; Ryan, 1997).
Dans le cadre de la mise en place par l’UNESCO de la décennie mondiale du développement culturel
(1988-1997), des premières pistes émergent sur la mise valeur touristique des ressources alimentaires,
notamment au regard des revenus qu’elles peuvent procurer aux populations pauvres des zones rurales.
Mais c’est en 2000 qu’a lieu, sous l’égide de l’OMT, une grande conférence internationale sur le
thème des aliments locaux et du tourisme (WTO, 2003a), au même moment ou sont publiés les résultats
d’une enquête lancée par l’OMT, entre juin et octobre 2000, sur « La politique touristique en matière
d’aliments locaux » (WTO, 2003b). Cette enquête vise, d’une part, à faire un état des lieux des politiques
menées en faveur de la valorisation touristique des productions alimentaires et des cuisines ; d’autre
part, à avancer des mesures à prendre en faveur de la constitution de la production alimentaire et de la
cuisine comme ressources touristiques. Plus de 80 pays y ont participé, sur tous les continents.
L’Amérique du Nord n’est pas représentée et, alors que la plupart des pays européens y figurent, la
France demeure la grande absente. Les thématiques abordées tournent autour de la valorisation du
patrimoine (traduction dans le document du terme anglais heritage), des denrées et des cuisines, comme
si l’approche et la valorisation culturelle de l’alimentation ne pouvaient se faire qu’à travers l’idée d’un
héritage, et non d’une création (Bessière, 1996 ; 2001 ; Poulain, 1997 ; 2001 ; Tibère, 1997 ; 2001). Les
différents axes abordés dessinent les conditions favorables à la mise en tourisme de la ressource
alimentaire et culinaire. Des avis sont demandés sur la contribution du patrimoine alimentaire et
culinaire national (plats nationaux, régionaux, locaux, denrées originales, repas typiques, traditions, etc.)
à l’image et à la mise en valeur touristique du pays ; sur les activités à développer pour exploiter la
ressource que constituent la cuisine et les produits alimentaires nationaux ; sur les actions et les mesures
de soutien menées dans ce domaine par les autorités nationales et locales, les organismes
professionnels, les instituts d’études en tourisme et la recherche ; sur les mesures nécessaires à la mise
en valeur du patrimoine alimentaire et culinaire national et de la cuisine locale dans le cadre du
développement du tourisme ; sur l’existence d’inventaires des patrimoines alimentaires et culinaires
nationaux, régionaux, locaux ; sur les politiques menées en faveur de la qualité et de la protection de
l’origine des aliments ; sur les mesures de promotion de la cuisine et des produits alimentaires locaux. En
annexe du rapport sont communiqués les résultats du recensement des patrimoines alimentaires et
culinaires nationaux, où il était demandé d’énumérer des exemples de « produits culinaires jugés
susceptibles d’être identifiés avec le pays et de le distinguer des autres pays ». En 2002, Anne-Mette
Hjalajer proposera une première organisation de cette nomenclature autour de ce qu’elle établira
comme les quatre ordres de produits touristiques qui contribuent à générer et à valoriser le tourisme
gastronomique : espaces ; labels de qualité et standardisation de la production ; expérimentation ;
échanges et production de connaissances (Hjalajer et Richards, 2002).
Telle que considérée par les institutions internationales, cette ressource touristique ouvre de nouvelles
perspectives de développement pour les territoires ruraux et agricoles, et leurs populations. Cela
concerne autant les pays du Sud, peu industrialisés, que les pays du Nord, où le triomphe du modèle
productiviste conduit au délitement progressif des anciens modèles et des anciennes échelles de
production. Dans tous les cas, au Nord comme au Sud, la puissance des multinationales de
l’agroalimentaire, qui inondent les marchés de produits anonymes, reproduits en séries et sans
caractères locaux, fait courir le risque d’uniformisation des cultures alimentaires, de la perte des
identités et de la diversité culturelles (Cowen, 2002 ; Boudan, 2008).
Cependant, le mouvement qui porte l’offre touristique vers la valorisation de la gastronomie dépasse
largement le cadre fixé par les organismes internationaux et qui ne concerne que les territoires qui ont
peu d’opportunités de diversification d’offres touristiques autres que celles d’aliments réputés (Del Pilar,
2015). Car, dans le même temps, alors que les perspectives du marché touristique s’ouvrent vers des
records inégalés, des pays, des villes, des régions, commencent à s’intéresser à ce marché touristique de
la gastronomie, entendue cette fois au sens anglo-saxon du terme, c’est-à-dire l’art de bien manger tel
que promu par les grands chefs dans les restaurants réputés. En effet, les années 1990 marquent aussi
un tournant important dans l’histoire de la cuisine et des restaurants. C’est le moment où la position
dominante que les cuisiniers et les restaurants français occupaient de longue date dans le monde, et à
travers laquelle ils faisaient la promotion des produits français, semble vaciller (Beaugé, 1999 ;
Steinberger, 2009). La mondialisation des marchés et des mobilités a favorisé la visibilité d’autres
modèles gastronomiques et le goût pour d’autres produits et d’autres styles culinaires. C’est l’époque où
commencent à s’imposer le world food, le fast food et l’ethnic food. Les vins californiens, australiens,
chiliens arrivent sur les marchés. Les cuisines japonaises et thaïes se constituent en nouveaux modèles
de référence ; les cuisiniers britanniques comme Marco-Pierre White, catalans comme Ferran Adria,
écossais comme Gordon Ramsay, danois comme René Redzepi, chef du Noma, provoquent des
révolutions gastronomiques et deviennent les nouvelles stars mondiales. Ils impulseront un mouvement
qui continuera à se développer dans le monde entier autour de Brésiliens comme Alex Atala, ou de
Péruviens comme Gaston Acurio. Remettant en question les modes d’attribution des étoiles par
le Michelin, dont l’internationalisation récente profitait surtout aux restaurants français établis à
l’étranger, les pays anglo-saxons mettent en place de nouveaux modes d’évaluation des restaurants et
de nouveaux classements, comme le World’s 50  Best Restaurants (2002), qui reconfigurent la scène
culinaire mondiale. Or, la réputation des grands chefs et celle de leurs cuisines créatives procurent de
nouvelles ressources qui se construisent, à leur tour, comme autant d’attractions touristiques. Cette
guerre des fourneaux déclenche une concurrence acharnée : nombreux sont les pays qui misent sur les
classements internationaux pour se promouvoir comme des destinations gastronomiques d’excellence et
occuper des positions stratégiques sur les marchés.
Alors que la relation qui avait été établie par les institutions internationales, dans le cadre des nouvelles
orientations à donner au tourisme culturel, valorisait l’aliment local et les cultures traditionnelles, une
nouvelle relation s’établit entre le tourisme et la gastronomie, et ce, à travers l’offre des grands
restaurants. Ce phénomène ouvre, avec des moyens promotionnels bien plus importants que ceux dont
bénéficient les marchés d’aliments locaux, de nouvelles opportunités d’images des destinations. Elles se
font autour de chefs qui mettent, ou pas, en valeur la ressource locale (Matta, 2010 ; Etcheverria, 2011 ;
Clergeau et Etcheverria, 2013), puisque la globalisation alimentaire n’altère pas la demande d’aliments
locaux (Kearns et Philo, 1993). Dès lors, le Japon, les États-Unis, la Chine, l’Espagne, le Pérou se
présentent comme de nouvelles destinations gastronomiques. Enrichissant la fonction touristique de la
ville comme vitrine culturelle (Hayllar et al., 2008), les acteurs du tourisme urbain développent une
image culinaire dans l’objectif de renforcer l’attractivité des villes au regard du segment de clientèle
constitué par les touristes à haut pouvoir d’achat, ceux qui font rentrer le plus de recettes touristiques.
Les villes « gastronomiques » se mettent en réseau. L’UNESCO fonde en 2004, dans le cadre du réseau
des villes créatives, c’est-à-dire celles qui identifient la créativité comme un facteur stratégique du
développement urbain durable, le label des « Villes gastronomiques ». Lyon fonde en 2007 le réseau
international des villes gourmandes « Délice ». Ces promotions contribuent à construire de nouvelles
images des destinations urbaines (Beerli et Martin, 2004), de nouvelles représentations mentales,
suscitent de nouveaux comportements appétitifs qui se traduisent dans les horizons d’attente du voyage,
promettent des récompenses optimisées, sensorielles, mais aussi sociales, à travers le sentiment
d’appartenance à un groupe d’amateurs de bonne chère qui prend dès lors une dimension
internationale, soutenue par les réseaux sociaux et les blogues.
À partir de ce bref rappel des conditions contextuelles d’émergence du phénomène qui relie le tourisme
et la gastronomie, j’ai souhaité montrer qu’il concerne à la fois le rural et l’urbain, le secteur agricole et
le secteur culinaire, les lieux de la production, ceux de la distribution et ceux de la consommation, les
produits locaux et leurs célébrations festives, la tradition et la création, les habitudes alimentaires et les
modes de vie, l’expérience de la découverte. L’analyse du phénomène ne saurait en isoler un élément
particulier et le dissocier de ce tout culturel.
Alors, comment comprendre les questionnements qui se sont multipliés à mesure que la recherche
académique sur le tourisme investissait la thématique gastronomie ? Comment comprendre le sentiment
de confusion qu’expriment les chercheurs dès qu’il s’agit de procéder à une revue de littérature sur le
sujet et de mobiliser des concepts de référence ? Et comment tenter de définir les nuances qui seraient
susceptibles de distinguer le food tourism, le tourisme gastronomique, le tourisme gourmand, le
tourisme culinaire ou le tourisme de goût ? Nous n’allons pas retracer ici l’historiographie de la question,
sur laquelle des travaux de doctorat ont commencé à se pencher (Ignatov, 2003 ; Shenoy, 2005 ;
Shahrim, 2006), mais nous pouvons l’interroger à partir de quelques rapides constats qui proposent
d’ouvrir des pistes d’analyse.
La recherche universitaire s’est intéressée à la thématique du tourisme et de la gastronomie à partir des
années 1990, au moment même où le phénomène se constituait. Nous le savons. C’est aussi parce qu’il
devient objet de savoirs qu’un phénomène peut exister. Mais, pour aborder cette production
foisonnante, pour savoir « de quoi on parle », on ne peut manquer de se demander « d’où on parle », et
ce, à divers niveaux d’interrogations.
La première interrogation renvoie à la question disciplinaire. Depuis quelle discipline parle-t-on ? Dans la
francophonie, les études sur le tourisme comme celles sur l’alimentation ne sont pas construites comme
des disciplines. Elles réfèrent à une somme d’approches où dominent les sciences sociales et humaines.
Chaque discipline a son histoire, son corps de doctrine, ses modes de questionnement, ses
méthodologies. Et elles se juxtaposent pour faire de l’alimentation et du tourisme des objets
multidisciplinaires. Dans les mêmes champs, la recherche anglo-saxonne a, quant à elle, développé des
approches globales qui tentent de s’intégrer les unes aux autres à travers la pluridisciplinarité. Elle a
inventé les tourim studies (études touristiques) et les food studies (études sur l’alimentation). De ce fait,
la production tend à se caractériser par une échelle plutôt micro ou méso dans le premier cas, et plutôt
macro dans le second.
La deuxième question, qui est liée à la précédente, renvoie aux traditions académiques. Parle-t-on
depuis la recherche francophone ou depuis la recherche anglophone ? Car, au-delà des champs
disciplinaires, nous avons à faire à des cultures et à des traditions universitaires différentes, notamment
dans la façon d’aborder le champ des études touristiques qui nous intéresse ici. Et nous avons à faire à
des contextes socioéconomiques différents de production et de finalité des savoirs, dont la recherche
porte obligatoirement l’empreinte. Ainsi, tandis que la littérature francophone, plutôt marquée par les
approches anthropologique et ethnographique de l’alimentation et par l’aménagement du territoire,
relatait des études de cas, appréhendant le tourisme gastronomique à partir des problématiques du
rural, du développement local, du terroir et du patrimoine, la littérature anglophone, plutôt marquée par
le marketing, la gestion et le management touristiques, visait plutôt à segmenter le phénomène global.
Elle a cherché à en distinguer les composantes, à comprendre les ressorts psychologiques qui président
au choix des destinations, à organiser et à classer les motivations de ces choix (Ignatov, 2003 ; Ignatov et
Smith, 2006). Elle a cherché à mettre en place des indicateurs susceptibles de mesurer l’importance et
les impacts de l’image de la destination, à caractériser les facteurs d’attractivité, et ce, dans la
perspective de parvenir à conceptualiser et à modéliser le phénomène. L’objectif est ici de proposer des
critères de définition d’une destination gourmande, culinaire ou gastronomique, et les stratégies d’image
et de marché à mettre en œuvre à cet effet (Corigliano et Hjalajer, 2000 ; Hjalager, 2000 ; Hall, 2003 ;
Hall et al., 2003 ; Shahrim, 2006).
Par-là, nous en arrivons à la troisième question. Celle du choix des mots dont nous ne pouvons continuer
à faire l’économie. Car, pour désigner des segments de clientèle à partir d’indicateurs portant sur les
choix et les motivations des touristes, la recherche en marketing et en management a employé, par
commodité, des termes différents, a déployé un large répertoire sémantique : selon le degré d’intérêt et
de satisfaction manifesté par les touristes vis-à-vis de leur alimentation en voyage, de certains produits
– comme le vin, l’aliment local, les cuisine populaires, le restaurant de haute cuisine –, de certaines
activités – le musée, le festival, la démonstration culinaire –, cette recherche a produit des typologies de
touristes. Elles vont du peu intéressé, dit food tourist (touriste rural ou urbain banal, qui fréquente les
restaurants parce qu’il doit manger et qui peut visiter des marchés ou des festivals alimentaires comme il
visiterait d’autres lieux et événements), au modérément intéressé, dit culinary tourist (qui porte un
intérêt à l’ensemble de la sphère d’activités et de consommations alimentaires), au très intéressé,
dit gastronomic ou gourmet tourist, c’est-à-dire dont le degré de motivation pour la chose alimentaire
serait tel qu’il pourrait aller jusqu’à lui faire choisir une destination en fonction de sa seule offre
gastronomique – ici dans le sens de haute cuisine et restaurant réputé (Lenglet, 2010).
Or, pour définir le phénomène qui nous intéresse ici, les chercheurs se sont référés à ces nuances
sémantiques, qui relèvent en réalité de nuances opérationnelles et qui renvoient, de plus, à des
répertoires linguistiques différents, celui de l’anglais international et celui du français. La multiplicité des
mots retenus pour dire le phénomène a abouti à une inflation de définitions qui a elle-même brouillé les
approches, alors qu’il s’agit du même phénomène. Il concerne toujours, de façon cumulative ou
segmentée, en milieu rural ou en milieu urbain, des visites rendues aux producteurs agricoles et
alimentaires (fermes, entreprises de production, artisans), des fréquentations de lieux de consommation
(commerces, marchés, restaurants de cuisine populaire ou de fine cuisine, selon le niveau de ressources
du touriste), de festivals et d’événements, d’expositions et de musées alimentaires. Bref, des activités
touristiques qui prospèrent sur la plus ou moins grande ouverture d’esprit portée aux cultures, aux
aliments, aux cuisines, aux goûts et aux usages des visités. Nous atteignons donc ici la nécessité qu’il y
aurait pour la recherche internationale à se référer à un lexique commun. Car, quelle peut être la validité
des concepts auxquels nous nous référons lorsque nous ne nous mettons pas d’accord sur le sens des
mots ? L’expression food tourism (Hjalager et Corigliano, 2000 ; Hall, 2003), n’a pas beaucoup de sens
dans sa traduction française qui serait « tourisme d’aliments ». Il en est de même pour le tasting
tourism (Boniface, 2003), dont la définition est semblable, et dont la traduction par « tourisme de goût »
n’aurait pas davantage de sens, notamment en fonction de la polysémie du terme goût. Quant
au culinary tourism (Long, 1998 ; 2004 ; Ignatov, 2003 ; Ignatov et Smith, 2006 ; Jacobs et Smits, 2007),
traduit en français par « tourisme culinaire », il comporte une dimension très restrictive, car le mot
culinaire ne renvoie, selon son étymologie, qu’à « ce qui a trait à la cuisine », c’est-à-dire à l’acte de
préparer et d’apprêter des aliments. Le tourisme gourmand, quant à lui, ne se retrouve pas dans la
littérature ailleurs qu’au Québec qui, après quelques tâtonnements, a fait le choix de ce mot pour
réconcilier la vision holistique et les perspectives du plaisir du mangeur (Lemasson, 2006). Il renvoie
surtout à l’expérience de la sensorialité et à ses appétences, en dehors de tout espace et de tout lieu
d’expression spécifique, ce qui est une vision à la fois large et restrictive du phénomène. Il reste, dans la
littérature, le gastronomic tourism (Hjalager et Richards, 2002 ; Hall et Mitchell, 2005), généralement
traduit en français par tourisme gastronomique ou par tourisme et gastronomie (Espaces, 1995), qui sont
les expressions généralement employées dans la recherche francophone. Cependant la définition de la
gastronomie, en français, c’est-à-dire en France et officiellement depuis 2014 en Europe, ne recoupe pas
la définition en cours dans les pays anglo-saxons, à savoir celle qui renvoie au restaurant de haute ou de
fine cuisine.
C’est en référence au sens historique de la gastronomie, terme que je propose de réhabiliter dans le
champ de recherche qui nous intéresse ici, que j’ai proposé le titre de ce nouveau dossier. Le gourmand,
le culinaire, le goût, la qualité, le terroir, la spécialité à manger ou à boire, les savoir-faire et les
techniques de production, la convivialité et le lien social, les façons de consommer, les usages et
l’esthétique, les restaurants et la haute cuisine, sont partie prenante de la définition historique de la
gastronomie donnée par Joseph Berchoux en 1801 et par Jean Anthelme Brillat-Savarin en 1826. La
gastronomie est le mot qui désigne toutes les composantes d’une culture du bien manger et du bien
boire, culture différente selon les périodes de l’histoire, les peuples et les communautés du monde. Elle
a été constituée comme une ressource culturelle, patrimoniale et touristique, à compter du moment où
les territoires de la culture se sont vus élargis. Est-ce à dire, à travers cette définition, que le tourisme
gastronomique ne serait qu’une des composantes du tourisme culturel ? C’est l’autre point de vue que
j’ai défendu ici quand j’ai proposé d’intituler ce dossier « tourisme et gastronomie » plutôt que
« tourisme gastronomique. » Dans le numéro de Téoros de 2006, Gérard Beaudet notait que dans
l’expression tourisme gourmand, rien ne suggérait un espace géographique ou un lieu qui lui serait
propre. La gastronomie, en effet, ne s’appuie pas sur un espace spécifique, comme le tourisme balnéaire
ou le tourisme de montagne, le tourisme urbain ou le tourisme rural, même si elle s’organise autour de
lieux qui peuvent même en devenir des hauts lieux. Elle ne s’appuie pas sur une activité en particulier,
comme c’est le cas de l’agritourisme, du tourisme vitivinicole, du tourisme créatif, du tourisme sportif,
de ski ou de randonnée, par exemple. Pourquoi donc parler de tourisme d’aliments, de goût, de cuisine,
de gourmandise ? Parle-t-on de tourisme d’ouïe ou de tourisme mélomane, si, profitant d’un séjour dans
un lieu, un touriste assiste à un concert ou à un festival de musique ? Ce qui n’est pas la même chose que
s’il achète un forfait pour un séjour musical à Bayreuth, au moment du festival de musique. Or, les
forfaits gourmands ou gastronomiques sont encore extrêmement rares, et ceux qui existent proposent
généralement des destinations gastronomiques déjà réputées pour d’autres ressources culturelles ou
naturelles, auxquelles le bien manger s’agrège. Car, excepté pour des amateurs très éclairés dont
certains acteurs touristiques estiment qu’ils ne constituent pas plus que 2 % à 4 % de la clientèle – les
études sérieuses manquent à ce sujet –, la gastronomie fait partie de l’ensemble des ressources
culturelles d’une destination. Autrement que dans l’approche marketing, on ne saurait les segmenter. Et,
comme les autres industries culturelles, la gastronomie produit des biens et des services destinés à être
consommés et dont la consommation, notamment par les touristes, contribue au développement
économique local, rural, urbain, national, à l’emploi non délocalisable, au lien social et à la vie des
territoires. Ses lieux de production, de distribution et de consommation sont partie intégrante des
questions liées à l’aménagement des territoires, au même titre que les musées, les monuments, les
salles de spectacles, qu’ils soient de plein air ou de site (Csergo, 2016).
Ce nouveau dossier de Téoros ne suffira certainement pas à épuiser ces questionnements et ces débats.
Il propose néanmoins, autour des cinq articles réunis ici, de nouvelles études de cas et des enquêtes qui
enrichiront l’approche que nous pouvons avoir du phénomène. Olivier Etcheverria concentre son article
autour de Michel Bras et de son restaurant trois étoiles à Laguiole (Aveyron, France). Il analyse la
promotion que le chef cuisinier fait de son établissement et de sa localité et propose de suivre les phases
de la construction d’un site touristique et d’une destination à partir du restaurant. Il fait le choix de
retenir l’expression « tourisme gourmand », qui trouve son sens dans le détour que le touriste fait vers
ce lieu de restauration, qui est aussi un lieu d’hébergement. À partir de cette étude de cas, Etcheverria
propose de définir ce que pourrait être une destination gourmande lorsque le restaurateur devient
l’acteur central du développement touristique. C’est, cette fois, à travers le rôle du producteur agricole
que Florian Marcelin et Valeria Bugni posent la question de l’attractivité touristique. Leur approche se
fait par le biais de l’étude de la politique de promotion de deux productions territorialisées phares, le vin
de Vienne-Seyssuel (vallée du Rhône, France) et le fromage de Castelmagno (Piémont, Italie). Ici, c’est le
producteur qui se fait l’agent de promotion touristique de son territoire, des ressources agricoles, mais
aussi culturelles qui construisent son image et son attractivité. Dans la même logique, c’est une vision en
creux que propose Vincent Marcilhac. Il s’intéresse au premier département français de production de
truffes noires (Vaucluse) dont la réputation de produit gastronomique de luxe ne parvient cependant pas
à faire de la trufficulture une attraction touristique, et des fermes des trufficulteurs, une destination
agrotouristique. Quant aux deux derniers articles qui composent le dossier, ils ne partent pas des
stratégies de l’offre et des acteurs touristiques. Ils ouvrent des perspectives en s’éloignant des points de
vue institutionnels ou sectoriels, pour se mettre à l’écoute des touristes et tenter d’approcher la
question par le biais de la demande, envisagée non pas à travers des concepts marketing, mais à travers
les pratiques sociales et culturelles. Jacinthe Bessière, Élise Mognard et Laurence Tibère nous livrent les
premiers résultats d’une enquête menée dans le courant de l’été 2011 auprès de vacanciers qui
séjournent dans des territoires ruraux du Sud-Ouest de la France, destination la plus attractive pour les
Français. Cette enquête interroge les statuts de l’alimentation en vacances, les motivations des choix
alimentaires des vacanciers, la définition du bien manger en vacances et le lien qu’il entretient avec les
cultures et les patrimoines alimentaires locaux, avec les lieux gastronomiques qui jalonnent les parcours
touristiques. Enfin, s’appuyant sur les résultats d’une enquête socioculturelle menée durant l’été 2013
sur le Québec comme destination gourmande, Élise Corneau-Gauvin et Julia Csergo tentent de mieux
cerner les pratiques, les horizons d’attente et les représentations que les touristes provenant des
marchés de proximité (États-Unis et Canada) se font du tourisme gourmand et plus particulièrement de
l’offre touristique gourmande québécoise. Elles mettent en évidence les écarts qui existent entre les
perceptions et les attentes de la clientèle, et les représentations académiques, mais aussi marketing et
communicationnelles du phénomène.
Nous proposons donc ici des éléments d’enrichissement de la réflexion, tout à la fois critiques et
constructifs, des liens entretenus entre le tourisme et la gastronomie. Abordés à travers les
environnements économiques et sociaux propices à l’engagement de nouveaux types d’acteurs
touristiques, dont la clientèle est partie intégrante, ils souhaitent ouvrir à des analyses plus approfondies
des rapports visiteurs–visités et des échanges culturels dans le développement et l’aménagement
durables des territoires.
Parties annexes
Note
1. [1]
Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, Pacte international relatif aux droits
économiques, sociaux et culturels et Pacte international relatif aux droits civils et politiques, tous deux de
1966.
Bibliographie
1. Adorno, Theodor W, 1964, « L’Industrie culturelle », Communications, no 3, p. 12-18.
Google Scholar
2. Andrieux, Jean-Yves et Patrick Harismendy (dir.), 2013, L’assiette du touriste. Le goût de
l’authentique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.
Google Scholar
3. Appadurai, Arjun, 1981, « Gastro-Politics in Hindu South Asia », American Ethnologist.  The
Journal of the American Ethnological Society, vol. 8, no 3, p. 494-511.
Google Scholar
4. Aron, Jean-Paul, 1973, Le Mangeur du XIXe  siècle, Paris, Robert Laffont.
Google Scholar
5. Augé-Laribé, Michel, 1912, L’Évolution de la France agricole, Paris, Armand Colin.
Google Scholar
6. Baumeister, Roy F. et Mark Leary, 1995, « The Need To Belong: Desire for Interpersonal
Attachments as a Fundamental Human Motivation », Psychological Bulletin, vol. 117, no 3.
p. 497-529.
Google Scholar
7. Beaudet, Gérard, 2006, « La géographie du tourisme gourmand », Téoros – Revue de recherche
en tourisme, vol. 25, no 1, p. 10-14.
Google Scholar
8. Beaugé, Bénédict, 1999, Aventures de la cuisine française. Cinquante ans d’histoire du goût,
Paris, Nil Éditions.
Google Scholar
9. Beerli, Asuncion et Josefa D. Martin, 2004, « Factors Influencing Destination Image », Annals of
Tourism Research, vol. 31, no 3, p. 657-681.
Google Scholar
10. Benhamou, Françoise, 2012, Économie du patrimoine culturel, Paris, La Découverte.
Google Scholar
11. Bertho Lavenir, Catherine, 1999, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes,
Paris, Odile Jacob.
Google Scholar
12. Bessière, Jacinthe, 1996, Patrimoine culinaire et tourisme rural, Paris, Éditions Tourisme en
espace rural.
Google Scholar
13. Bessière, Jacinthe, 2001, Valorisation du patrimoine gastronomique et dynamiques de
développement territorial  : Le Haut Plateau de l’Aubrac, le Pays de Roquefort et le Périgord Noir,
Paris, L’Harmattan.
Google Scholar
14. Boniface, Priscilla, 2003, Tasting Tourism: Travelling for Food and Drink, Aldershot, Ashgate.
Google Scholar
15. Boudan, Christian, 2008, La Géopolitique du goût  : La guerre culinaire, Paris, Presses
universitaires de France.
Google Scholar
16. Bourdieu, Pierre et Alain Darbel, 1967, L’amour de l’art, Paris, Minuit.
Google Scholar
17. Boyer, Marc, 1996, L’invention du tourisme, Paris, Gallimard.
Google Scholar
18. Chabeau, Gilles, Evelyne Cohen, Natacha Coquery et Jérôme Penez (dir.), 2000, Les guides
imprimés du XVIe  au XXe  siècle. Les villes, paysages, voyages, Paris, Belin.
Google Scholar
19. Clergeau, Cécile et Olivier Etcheverria, 2013, « La mise en tourisme et le développement local
par la création d’une atmosphère gastronomique. Analyse à partir du cas de Vonnas », Mondes
du tourisme, numéro spécial « Gastronomie et développement local », no 7, p. 52-67.
Google Scholar
20. Corigliano, Magda, Antonioli et Anne Mette Hjalajer, 2000, « Food for Tourists? Determinants of
an Image », International Journal of Tourism Research, vol. 2, no 4, p. 281-293.
Google Scholar
21. Cousin, Saskia, 2006, « Le ‘tourisme culturel’, un lieu ambivalent », Anthropologie et Sociétés,
vol. 3, no 2, p. 153-173.
Google Scholar
22. Cousin, Saskia, 2008, « L’UNESCO et la doctrine du tourisme culturel. Généalogie d’un bon
tourisme », Civilisations, vol. 57, no 1, p. 46-51.
Google Scholar
23. Cowen, Tyler, 2002, Creative Destruction.  How Globalization Is Changing the World’s Cultures,
Princeton, Princeton University Press.
Google Scholar
24. Csergo, Julia, 1995, « Nostalgies du terroir », dans Sophie Bessis (dir.), Mille et une bouches.
Cuisines et identités culturelles, Paris, Autrement, coll. « Mutations », no 154, p. 156-162.
Google Scholar
25. Csergo, Julia, 1996a, « La constitution de la gastronomie comme objet patrimonial en France,
XVIIIe-début XXe siècles », dans Dominique Grange et Dominique Poulot (dir.), L’Esprit des lieux.
Le Patrimoine et la Cité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 183-193.
Google Scholar
26. Csergo, Julia, 1996b, « L’émergence des cuisines régionales », dans Jean-Louis Flandrin et
Massimo Montanari (dir.), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, p. 823-841.
Google Scholar
27. Csergo, Julia, 2008, « Lyon, première ‘capitale mondiale de la gastronomie’ 1925-1935 », dans
Julia Csergo et Jean-Pierre Lemasson (dir.), Voyages en gastronomies. L’Invention des capitales et
des régions gourmandes, Paris, Autrement, coll. « Mutations » no 250, p. 33-49.
Google Scholar
28. Csergo, Julia, 2011, « La gastronomie dans les guides de voyage. De la richesse industrielle au
patrimoine culturel, France XIXe-début XXe siècle », In Situ, no 15, p. 1-12,
<http://insitu.revues.org/722>, consulté le16 février 2013.
Google Scholar
29. Csergo, Julia, 2016, La gastronomie est-elle une marchandise culturelle comme une autre  ? Le
repas gastronomique des Français à l’UNESCO. Histoire et enjeux, Chartres, Menu Fretin.
Google Scholar
30. Csergo, Julia et Jean-Pierre Lemasson (dir.), 2008, Voyages en gastronomies. L’invention des
capitales et des régions gourmandes, Paris, Autrement, coll. « Mutations », no 250.
Google Scholar
31. de Grandpré, François, 2007, « Attraits, attractions et produits touristiques : Trois concepts
distincts dans le contexte d’un développement touristique régional », Téoros, vol. 26, no 2, p. 18-
22.
Google Scholar
32. Del Pilar Leal Londoño, Maria, 2015, « Stratégies de promotion gastronomique associées au
tourisme dans des zones géographiquement marginalisées. Analyse comparative entre la
Catalogne et l’Écosse », Via@Tourism Review, vol. 2, no 8,
<http://viatourismreview.com/fr/2015/10/varia-art2/>, consulté le 11 juin 2016.
Google Scholar
33. Dretske, Fred, 1995, Naturalizing the Mind, Cambridge, MIT Press.
34.
Google Scholar
35. Espaces, 1995, Spécial « Gastronomie et tourisme », no 135.
Google Scholar
36. Etcheverria, Olivier, 2011, « Les tensions fondatrices du développement local autour du
restaurant Bras à Laguiole : ‘Centralité’, qualité et créativité. Le restaurant, outil de
développement local ? » Norois, no 219, p. 57-71.
Google Scholar
37. Fischler Claude, 1990, L’Homnivore, Paris, Odile Jacob.
Google Scholar
38. Hache-Bissette, Françoise et Denis Saillard, 2009, Gastronomie et identité culturelle française.
Discours et représentations (XIXe-XXIe  siècles), Paris, Nouveau monde.
Google Scholar
39. Hall, C. Michael (dir.), 2003, Food Tourism Around the World: Development, Management and
Markets, Oxford et Boston, Butterworth-Heinemann.
Google Scholar
40. Hall, C. Michael et Richard Mitchell, 2005, « Gastronomic Tourism: Comparing Food and Wine
Tourism Experiences », dans Marina Novelli, Niche Tourism: Contemporary Issues, Trends and
Cases, Oxford – Burlington, Butterworth Heinemann, p. 77-88.
Google Scholar
41. Hall, C. Michael, Liz Sharples, Brock Cambourne et Niki Macionis, 2003, Wine Tourism Around the
World: Development, Management and Markets, Oxford, Butterworth-Heinemann.
Google Scholar
42. Harvey, David, 1990, The Condition of Postmodernity: An Enquiry into the Origins of Cultural
Change, Oxford, Blackwell Publishers.
Google Scholar
43. Hayllar, Bruce, Tony Griffin et Deborah Edwards, 2008, City Spaces –  Tourist Places, Urban
Tourism Precincts, Oxford, Butterworth-Heinemann.
Google Scholar
44. Herriot, Édouard, 1917, Agir, Paris, Payot.
Google Scholar
45. Herriot, Édouard, 1919, Créer, Paris, Payot.
Tourisme et mondialisation
Philippe Duhamel 1 Kadri Boualem
1 ESO - Espaces et Sociétés
Résumé :
La croissance annoncée du tourisme international présage une croissance exponentielle pour les
premières décennies du XXIe siècle, laquelle se combinera avec une croissance des mobilités touristiques
nationales. De nos jours, tout se passe comme si s'opérait une transition touristique, avec le passage
d'un régime d'habiter le monde non touristique à un autre, où le tourisme devient une composante de
l'existence humaine.
Dès lors, si l'on considère que la transition touristique se déploiera à l'égale de la transition urbaine
(généralement, la transition urbaine s'achève avec des taux voisins à 80 % de la population vivant en
ville), on pressent la marge de manœuvre qu'il reste à conquérir aux tourismes international et national.
Nous serions au début d'un phénomène dont le développement et les implications restent à venir.
Finalement, à l'exception des pays occidentaux, anciens foyers touristiques dont la démographie est
limitée, le tourisme reste à construire ailleurs dans le monde pour plusieurs milliards d'individus.
Ce constat va de pair avec une nouvelle étape dans le développement du tourisme, qui est l'avènement
d'un tourisme de masse mondialisé. Admettre que le tourisme est aujourd'hui un phénomène
mondialisé n'est plus une originalité. Poser qu'il est mondialisé et mondialisant, c'est franchir un pas
supplémentaire.
Face à cette mise en tourisme mondiale, survient une autre question, importante pour les destinations et
les lieux touristiques : comment survivre face à la concurrence accrue ? Cette concurrence n'est pas
forcément produite par une fréquentation réelle du monde touristique, mais est induite par l'évolution
et l'amélioration de la connaissance des individus-touristes de ce qui se passe dans le monde.
Le tourisme, qui fut longtemps une affaire européenne puis occidentale, est aussi, depuis trente années,
une affaire asiatique. Et il apparaît de plus en plus clairement aux chercheurs que les touristes asiatiques,
au-delà des apparences, n'agiraient pas tout à fait comme les touristes occidentaux. Certes, ils se
reposent, visitent, jouent et font du shopping, mais pas de la même façon que les touristes occidentaux…
La recherche scientifique a considérablement progressé ces dernières années en reconnaissance et en
connaissance de ces écarts aux modèles praticiels. Par touches successives, d'autres attitudes émergent,
des subtilités pointent au-delà des importantes différences.
Dès lors, nous vivons un autre moment important dans la constitution du monde touristique ; celui où,
peut-être, d'autres modèles se forgent. Ainsi le refus de bronzer est-il temporaire ou définitif, instillant
un nouveau rapport au soleil ? Si tel est le cas, comment cette posture évoluera-t-elle et influencera-t-
elle les Occidentaux ? La question de la circulation des modèles est posée ; la réflexion sur la diffusion de
la pratique est engagée. Le présent ouvrage privilégie trois thématiques qui croisent mondialisation des
modèles et tourisme : le durable, la culture et la gastronomie.
Cet ouvrage collectif est issu des Troisièmes Rendez-vous Champlain sur le tourisme, qui se sont tenus en
juin 2010 à Angers
La mondialisation et la gastronomie
935 mots 4 pages
Montre plusLa mondialisation provoque t'elle une uniformisation de la gastronomie ?

La mondialisation est un processus qui ne date pas d'aujourd'hui, mais c'est une notion récente qui
apparait dans les années 1990.
Macdonald est une firme multinationale ( c'est à dire une grande entreprises d'origine nationale qui
exerce ses activitées productives dans plusieurs pays).
On observe que toutes ces entreprises concervent une nationalité, celle de leur pays d'origine.
La restauration rapide s'est dévellopé dans la majeur partie du monde est plus présisement et
logiquement dans les pays développés..
Ce mode de restauration convient bien au nouveau mode de vie d'aujourd'hui, c'est à dire ne plus
prendre le temps de manger, de cuisiner, et même de savourer!
Les fast food, les pizzas, les sandwichs ... sont pratique et/ou facile à faire et surtout à moindre cout!
C'est sans doute ce point précis aussi qui convient aux acheteurs!
Si l'on continu de prendre pour le moment l'exemple de macdonald, celui ci compte environ
31 000 restaurants dans 121 pays sur 6 continents différents ... Ce qui le rend trés populaire et
facilement repérable. De ce fait les personnes voyageant reconnaissent "un moyen de se nourrir" qu'il
connaissent et sachant à quoi s'attendre y vont!
Néanmoins le 12 aout 1999 dans le centre ville de Millau un Macdonald a été saccagé. Ce fait passe pour
un fait d'arme symbolique du mouvement antimondialiste francais.
La mondialisation et la macdonalisation remet néanmoins en question des coutumes, des acquis
culturels comme par exemple les produits du terroire (identité local mise en péril) .
La standardisationde produits culturel ( par exemple le couscous, le riz, les pates) sont au départ des
produits spécifiques à un pays mais au jour d'aujourd'hui ce sont des produits banalisés, standardisés et
diffusés dans le monde entier.
Cette standardisation de la nourriture s'explique par la mondialisation, par une mise en contact
Gigantesque