Vous êtes sur la page 1sur 28

CONTRAT DE LICENCE NON EXCLUSIVE DE BREVET

ENTRE LES SOUSSIGNES

Qualité du Concédant

Si le Concédant est une personne morale


”Dénomination sociale”
”Forme juridique” au capital de ”Montant” euros,
dont le siège social est situé ”Numéro et rue”, ”Code postal” ”Ville”,
immatriculée au Registre du commerce et des sociétés sous le numéro ”Numéro” RCS ”Ville”
immatriculée au Répertoire des métiers sous le numéro ”Numéro RM” RM de ”Ville”représentée par
”Nom du Représentant”, en qualité de ”Qualité”, spécialement habilitéhabilitée aux fins des
présentes en vertu ”Détermination de l'habilitation à agirPar exemple, des statuts ou d'une
délibération de 'Organe compétent' en date du 'Date'” dont un extrait certifié conforme est ci-annexé,
attestant que les engagements contractés aux termes des présentes, pour le compte et au nom de
”Dénomination sociale” sont conformes aux dispositions de l'article 1145 alinéa 2 du Code civil.

Si le Concédant est une personne physique


”Nom, Prénoms”,
demeurant ”Numéro et rue”, ”Code postal” ”Ville”,
exerçant la profession de ”Profession”,
immatriculéimmatriculée au Registre du commerce et des sociétés sous le numéro ”Numéro RCS”
RCS ”Ville”immatriculéimmatriculée au Répertoire des métiers sous le numéro ”Numéro RM” RM
de ”Ville”

Ci-après désignédésignée « Le Concédant »,


D'une part,

ET

Qualité du Licencié

Si le Licencié est une personne morale


”Dénomination sociale”
”Forme juridique” au capital de ”Montant” euros,
dont le siège social est situé ”Numéro et rue”, ”Code postal” ”Ville”,
immatriculée au Registre du commerce et des sociétés sous le numéro ”Numéro” RCS ”Ville”
immatriculée au Répertoire des métiers sous le numéro ”Numéro RM” RM de ”Ville”représentée par
”Nom du Représentant”, en qualité de ”Qualité”, spécialement habilitéhabilitée aux fins des
présentes en vertu ”Détermination de l'habilitation à agirPar exemple, des statuts ou d'une
délibération de 'Organe compétent' en date du 'Date'” dont un extrait certifié conforme est ci-annexé,
attestant que les engagements contractés aux termes des présentes, pour le compte et au nom de
”Dénomination sociale” sont conformes aux dispositions de l'article 1145 alinéa 2 du Code civil.

Si le Licencié est une personne physique


”Nom, Prénoms”,
de nationalité ”Nationalité”,
demeurant ”Numéro et rue”, ”Code postal” ”Ville”,
immatriculéimmatriculée au Registre du commerce et des sociétés sous le numéro ”Numéro RCS”
RCS ”Ville”immatriculéimmatriculée au Répertoire des métiers sous le numéro ”Numéro RM” RM
de ”Ville”

Ci-après désignédésignée « Le Licencié »,


D'autre part,

Après avoir été exposé que :

A) Le CONCEDANT est propriétaire d'un brevet déposé sous le numéro ”Numéro de dépôt du (ou
des) brevet(s)” le ”Date de dépôt” et publié sous le numéro ”Numéro(s) de publication”, intitulé
”Nom du (ou des) brevet(s)” et protégé tant en France qu'à l'étranger, dans les conditions précisées à
l'annexe « LE BREVET » des présentes.
B) Le Licencié, désirant fabriquer ou faire fabriquer et vendre ou faire vendre les produits couverts
par ce Brevet, s'est déclaré intéressé par une concession, en sa faveur, d'une licence d'exploitation
dudit Brevet, ce qui été accepté par le Concédant.
C) Après une période de négociations, les Parties se sont donc rapprochées, pour arrêter, aux termes
du présent contrat, les conditions et modalités de cette licence de Brevet.
Les Parties déclarent et reconnaissent que la négociation ayant précédé la conclusion de la présente
convention ont été conduites de bonne foi et avoir bénéficié, pendant la phase précontractuelle de
négociations, de toutes les informations nécessaires et utiles pour leur permettre de s'engager en toute
connaissance de cause et s'être mutuellement communiqué toute information susceptible de
déterminer leur consentement et qu'elles pouvaient légitimement ignorer.

Il a été convenu et arrêté ce qui suit :

ARTICLE 1 - Concession de licence

1-1 . Caractéristiques

Le Concédant concède, par les présentes, au Licencié qui accepte, une licence d'exploitation du
Brevet, sur le territoire désigné ci-dessous, en vue de la fabrication et de la commercialisation,
directement ou par l'intermédiaire de sous-traitants, des produits couverts par le Brevet, dont les
caractéristiques figurent à l'annexe « CARACTERISTIQUES ET PROTECTION DU BREVET » des
présentes.

1-2 . Licence non exclusive

La présente Licence est une licence non exclusive sur le territoire désigné ci-dessous, le Concédant
demeurant libre de consentir à des tiers, sur ce territoire, des droits similaires à ceux concédés au
Licencié ou de procéder à une exploitation directe du Brevet, ce qui est expressément accepté par le
Licencié.

1-3 . Territoire contractuel

La présente Licence est consentie et acceptée pour l'ensemble des territoires désignés à l'annexe «
TERRITOIRE CONTRACTUEL » des présentes.

ARTICLE 2 - Durée

Durée déterminée ou indéterminée

En cas de contrat à durée déterminée

Délai de réflexion

Si les Parties écartent le délai de réflexion de l'article 1122


Les Parties n'entendant pas conditionner leur engagement à un délai de réflexion, le présent contrat
prend effet le ”Date””Moment d'effet du contratPar exemple, le jour de la date de signature du
procès-verbal de réception, le jour de la livraison, le jour de la signature du contrat par les parties,
etc.” pour une durée ”Indiquer la durée ” et pour expirer le ”Date”

Si les Parties soumettent leur engagement à un délai de réflexion


Les Parties entendent soumettre leur engagement à un délai de réflexion. Les présentes n'entreront en
vigueur et ne prendront effet qu'à l'issue d'un délai de ”Nombre” jours à compter de la date des
présentes, accordé ”Déterminer le bénéficiaire du délai de réflexionPar exemple, au Client, à
chacune des Parties” pour confirmer définitivement son engagement.
A défaut de dénonciation des présentes envoyéeréceptionnée dans ce délai par ”Déterminer le
bénéficiaire dénonçant les présentes Par exemple, le Client, l'une des Parties'”, adressée par ”Mode
de dénonciation des présentes Par exemple, lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou
remise en main propre contre récépissé ou émargement”' à l'autre Partie, les présentes entreront
définitivement en vigueur à l'issue de ce délai de réflexion, soit le ”Date d'effet du contrat” pour une
durée de ”Indiquer la durée ” et pour expirer le ”Date”.
En cas de rétractation par ”Déterminer le bénéficiaire dénonçant les présentesPar exemple, le Client,
l'une des Parties” durant ce délai, les présentes deviendront caduques et les Parties seront déliées de
tout engagement l'une envers l'autre, sans indemnité de part ni d'autre, à l'exception de l'obligation de
confidentialité des informations et documents échangés entre elles qui subsistera sans limitation de
durée au delà des présentes. Toute somme d'argent versée par l'une ou l'autre des Parties sera restituée
à l'autre, sans délai et sans retenue.

En cas de reconduction tacite


Le contrat sera reconduit tacitement , pour de nouvelles périodes ”de Nombre années”, à défaut de
dénonciation par l'une ou l'autre des Parties, signifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de
réception, ”Nombre mois” au moins avant l'arrivée du terme.

En l'absence de reconduction tacite


Le contrat ne pourra en aucun cas être reconduit tacitement. En conséquence, les Parties seront libres,
à l'expiration de la durée initiale, de renégocier un nouveau contrat, si elles le souhaitent.
Les Parties devront alors faire connaître leur intention de renégociation d'un nouveau contrat
”Nombre mois” au moins avant l'arrivée du terme initial par lettre recommandée avec demande d'avis
de réception adressée à l'autre Partie.

En cas de contrat à durée indéterminée


Le présent contrat est conclu pour une durée indéterminée. En conséquence, chacune des Parties
pourra y mettre fin, à tout moment, sans avoir à justifier sa décision, mais à condition de respecter un
préavis de rupture ”de Nombre mois” avant la cessation effective des relations contractuelles, courant
à compter de la réception de la notification adressée afin de signifier la rupture du contrat, en lettre
recommandée avec demande d'avis de réception, au co-contractant, par la Partie ayant pris l'initiative
de la rupture.

Délai de réflexion

Si les Parties écartent le délai de réflexion de l'article 1122


Les Parties n'entendant pas conditionner leur engagement à un délai de réflexion, le présent contrat
prend effet le ”Date””Moment d'effet du contratPar exemple, le jour de la date de signature du
procès-verbal de réception, le jour de la livraison, le jour de la signature du contrat par les parties,
etc.”

Si les Parties soumettent leur engagement à un délai de réflexion


Les Parties entendent soumettre leur engagement à un délai de réflexion. Les présentes n'entreront en
vigueur et ne prendront effet qu'à l'issue d'un délai de ”Nombre” jours à compter de la date des
présentes, accordé ”Déterminer le bénéficiaire du délai de réflexionPar exemple, au Client, à
chacune des Parties” pour confirmer définitivement son engagement.
A défaut de dénonciation des présentes envoyéeréceptionnée dans ce délai par ”Déterminer le
bénéficiaire dénonçant les présentes Par exemple, le Client, l'une des Parties'”, adressée par ”Mode
de dénonciation des présentes Par exemple, lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou
remise en main propre contre récépissé ou émargement”' à l'autre Partie, les présentes entreront
définitivement en vigueur à l'issue de ce délai de réflexion, soit le ”Date d'effet du contrat” .
En cas de rétractation par ”Déterminer le bénéficiaire dénonçant les présentesPar exemple, le Client,
l'une des Parties” durant ce délai, les présentes deviendront caduques et les Parties seront déliées de
tout engagement l'une envers l'autre, sans indemnité de part ni d'autre, à l'exception de l'obligation de
confidentialité des informations et documents échangés entre elles qui subsistera sans limitation de
durée au delà des présentes. Toute somme d'argent versée par l'une ou l'autre des Parties sera restituée
à l'autre, sans délai et sans retenue.

Pour la durée de validité du brevet


La présente Licence, qui entrera en vigueur à compter du ”Date d'entrée en vigueur” est consentie et
acceptée pour toute la durée de validité du Brevet, sauf résolution par l'une ou l'autre des parties dans
les conditions précisées à l'article «Résolution du contrat» ci-dessous.

ARTICLE 3 - Redevances

Remarque :
Il est indispensable qu'un prix déterminé ou déterminable soit mis à la charge du Licencié en
contrepartie du droit d'exploitation concédé par le breveté.
La redevance est due même si l'utilisation par le Licencié de la technologie brevetée n'est pas
effective, même si le brevet est susceptible d'être annulé ; elle est simplement le prix à payer pour
exploiter commercialement la technologie brevetée avec l'assurance que le Concédant n'intentera pas
une action en contrefaçon à l'encontre du Licencié (CJUE 7-7-2016 aff. 567/14).

S'il existe une redevance forfaitaire initiale


Remarque :
La redevance forfaitaire initiale demeure facultative. Elle peut ou non être imputée sur les redevances
dues au titre des premières années d'exécution du contrat.

3-1 . Redevance forfaitaire initiale

Redevance forfaitaire définitivement acquise ou imputée sur les redevances


proportionnelles

Redevance forfaitaire définitivement acquise


En contrepartie de la présente Licence, le Licencié versera au Concédant, au jour de la signature du
présent contratau jour de la prise d'effet du présent contrat, une redevance forfaitaire, non
remboursable et non restituable de ”Montant” euros, qui sera définitivement acquise au Concédant et
qui ne pourra en aucun cas être imputée sur les redevances d'exploitation visées ci-dessous.

Redevance forfaitaire imputée sur les redevances d'exploitation


En contrepartie de la présente Licence, le Licencié versera au Concédant, au jour de la signature du
présent contratau jour de la prise d'effet du présent contrat, une redevance forfaitaire de ” Montant”
euros, qui sera imputée sur les redevances d'exploitation visées ci-dessous, dues au titre de la première
année d'exécution du contrat.

3-2 . Redevances d'exploitation

Attention :
Les redevances peuvent consister en une somme forfaitaire payable, selon le cas, en une seule fois ou
périodiquement, au mois ou à l'année, ou en un intéressement aux bénéfices du Licencié. Le plus
souvent, les redevances sont proportionnelles au chiffre d'affaires ou au nombre des produits
fabriqués sous licence. En ce cas, il convient de déterminer avec précision l'assiette de la redevance
et les modalités du contrôle par le breveté des sommes retenues par le Licencié pour la fixation du
montant de ses redevances. Il est possible de combiner un forfait et une rémunération proportionnelle
avec des variantes diverses, par exemple en prévoyant que la redevance proportionnelle ne
commencera qu'à partir du moment où le montant cumulé des ventes aura atteint un chiffre
déterminé.

En cas de redevances proportionnelles


Remarque :
Le taux de la redevance proportionnelle peut varier, dans un sens croissant ou décroissant, en
fonction des volumes de chiffre d'affaires réalisés par le Licencié, ou en fonction des différentes
années d'exécution du contrat.
Le Licencié versera au Concédant, Outre le paiement de la redevance forfaitaire définie à l'article
«Redevances - Redevance forfaitaire initiale» ci-dessus, pendant toute la durée du présent contrat à
titre de redevance proportionnelle d'exploitation, une somme égale à ”Pourcentage” % HT du chiffre
d'affaires HT généré à partir de la commercialisation des produits couverts par le Brevet et la présente
Licence.
Le chiffre d'affaires retenu s'entend du prix de vente des produits, hors taxe, départ usine, frais
d'emballage exclus et toutes réductions de prix comprises.
Cette redevance d'exploitation pourra être révisée d'un commun accord entre les parties, par voie
d'avenant au présent contrat.

En cas de redevance forfaitaire


Attention :
Il est recommandé, si le contrat est conclu pour une durée relativement longue, de prévoir, dans
l'hypothèse d'une redevance forfaitaire, une clause d'indexation. Les parties peuvent déterminer
librement l'indice de référence, pour autant que celui-ci soit en rapport avec l'objet du contrat,
l'exploitation de la marque, ou avec l'activité de l'une ou l'autre des parties.
La présente Licence est consentie et acceptée moyennant le versement par le Licencié pendant toute la
durée du présent contrat, d'une redevance de licence forfaitaire d'un montant de ”Montant” euros,
indexée chaque année, à la date anniversaire du contrat, en fonction de l'évolution de l'indice
”Préciser l'indice choisi par les parties”. Si cet indice venait à cesser d'être publié en cours de
contrat, les parties s'engagent à négocier de bonne foi, la substitution d'un indice équivalent, en
rapport avec l'objet du contrat.

Si, en cas de désaccord entre les Parties, la détermination de l'indice de remplacement se


fera par un arbitre
A défaut d'accord sur un nouvel indice dans le délai de ”Nombre de” jours, les Parties nommeront un
arbitre unique.
A défaut de s'entendre sur la désignation de l'arbitre dans le délai de ”Nombre de” jours, le Président
du Tribunal de commerce , de ”Ville” statuera en référé pour la désignation d‘un arbitre unique à la
requête de la Partie la plus diligente.
Le siège de l'arbitre est d'ores et déjà fixé à ”Lieu”.
En cas de décès, de refus, de démission ou d'empêchement, la désignation de l'arbitre remplaçant sera
établie dans les mêmes conditions.
Cet arbitre statuera en droit, en premier et dernier ressort, au moyen d'une sentence non susceptible
d'opposition ou d'appel.
L'arbitre unique devra rendre sa décision dans le délai de ”Nombre de” jours, afin de définir un
nouvel indice qui s'intégrera dans la formule de révision.

Si, en cas de désaccord entre les Parties, la détermination de l'indice de remplacement se


fera par le Président du Tribunal de commerce
A défaut d'accord sur un nouvel indice dans le délai de ”Nombre de” jours, les Parties attribuent
compétence au Président du Tribunal de commerce de ”Ville” statuant en matière de référé afin de
définir un nouvel indice qui s'intégrera dans la formule révision.
Le prix applicable par provision de la vente de produits pendant cette période de détermination d'un
indice de substitution sera celui indiqué dans le présent contrat. La différence entre le prix payé et le
prix révisé à l'aide du nouvel indice sera exigible à la date de sa détermination.

Si le montant de l'indexation est plafonné


En toute hypothèse, les Parties admettent que la réévaluation de la redevance ne pourra atteindre
”Pourcentage” % de sa valeur initiale.

Si une clause de résolution de sauvegarde est prévue


Il est expressément convenu que le Licencié peut résoudre de plein droit le présent contrat, si le
montant révisé atteignait ”Pourcentage” % du montant initial de la redevance.
Cependant cette résolution ne pourra intervenir que ”Nombre de” jours après l'envoila réception d‘une
mise en demeure déclarant l'intention d'appliquer la présente clause notifiée par lettre recommandée
avec demande d'avis de réception ou tout acte extrajudiciaire.

Si une indemnité pour cessation anticipée du contrat est prévue


Toutefois, le Licencié devra alors verser à son cocontractant une indemnité égale à ”Indiquer le
montant de l'indemnité en précisant les modalités de son calculPar exemple, ”Montant” en euros ou
en “Pourcentage” du prix initial de la vente de produits”

En cas de redevance mixte

La présente Licence est consentie et acceptée moyennant le versement par le Licencié pendant toute la
durée du présent contrat :
- d'une redevance forfaitaire d'un montant de ”Montant” euros, indexée chaque année, à
la date anniversaire du contrat, en fonction de l'évolution de l'indice ”Préciser l'indice
choisi par les parties” Si cet indice venait à cesser d'être publié en cours de contrat, les
Parties s'engagent à négocier de bonne foi, la substitution d'un indice équivalent, en
rapport avec l'objet du contrat;

Si, en cas de désaccord entre les Parties, la détermination de l'indice de remplacement se


fera par un arbitre
A défaut d'accord sur un nouvel indice dans le délai de ”Nombre de” jours, les Parties nommeront un
arbitre unique.
A défaut de s'entendre sur la désignation de l'arbitre dans le délai de ”Nombre de” jours, le Président
du Tribunal de commerce, de ”Ville” statuera en référé pour la désignation d‘un arbitre unique à la
requête de la Partie la plus diligente.
Le siège de l'arbitre est d'ores et déjà fixé à ”Lieu”.
En cas de décès, de refus, de démission ou d'empêchement, la désignation de l'arbitre remplaçant sera
établie dans les mêmes conditions.
Cet arbitre statuera en droit, en premier et dernier ressort, au moyen d'une sentence non susceptible
d'opposition ou d'appel.
L'arbitre unique devra rendre sa décision dans le délai de ”Nombre de” jours, afin de définir un
nouvel indice qui s'intégrera dans la formule de révision.

Si, en cas de désaccord entre les Parties, la détermination de l'indice de remplacement se


fera par le Président du Tribunal de commerce
A défaut d'accord sur un nouvel indice dans le délai de ”Nombre de” jours, les Parties attribuent
compétence au Président du Tribunal de commerce de ”Ville” statuant en matière de référé afin de
définir un nouvel indice qui s'intégrera dans la formule révision.
Le prix applicable par provision de la vente de produits pendant cette période de détermination d'un
indice de substitution sera celui indiqué dans le présent contrat. La différence entre le prix payé et le
prix révisé à l'aide du nouvel indice sera exigible à la date de sa détermination.

Si le montant de l'indexation est plafonné


En toute hypothèse, les Parties admettent que la réévaluation de la redevance ne pourra atteindre
”Pourcentage” % de sa valeur initiale.
Si une clause de résolution de sauvegarde est prévue
Il est expressément convenu que le Licencié peut résoudre de plein droit le présent contrat, si le
montant révisé atteignait ”Pourcentage” % du montant initial de la redevance.
Cependant cette résolution ne pourra intervenir que ”Nombre de” jours après l'envoila réception d‘une
mise en demeure déclarant l'intention d'appliquer la présente clause notifiée par lettre recommandée
avec demande d'avis de réception ou tout acte extrajudiciaire.

Si une indemnité pour cessation anticipée du contrat est prévue


Toutefois, le Licencié devra alors verser à son Concédant une indemnité égale à ”Indiquer le montant
de l'indemnité en précisant les modalités de son calculPar exemple, ”Montant” en euros ou en
“Pourcentage” du prix initial de la vente de produits”
- d'une redevance proportionnelle égale à ”Pourcentage' ” % HT du chiffre d'affaires
mensuel HT, réalisé par le Licencié au titre de l'exploitation du Brevet et de la
commercialisation des Produits servicesProduits et services -sous licence, tels définis à
l'article « Objet de la convention » ci-dessus. Le chiffre d'affaires retenu s'entend du
prix de vente des produits, hors taxe, départ usine, frais d'emballage exclus et toutes
réductions de prix comprises.

Redevance annuelle minimum


Remarque :
Lorsque la redevance d'exploitation est forfaitaire, il n'est pas nécessaire de prévoir une redevance
minimum, qui demeure en tout état de cause facultative.
Il peut arriver que le Licencié s'engage à verser une redevance minimale au Concédant. La clause de
redevance minimale ne doit pas être confondue avec la clause dite de « quota » imposant au Licencié
un volume minimum de vente. En présence de cette dernière clause, il convient de préciser si le défaut
d'exécution du « quota » entraînera seulement l'obligation pour le Licencié de verser la redevance
correspondant à ce quota ou s'il sera sanctionné par d'autres mesures telles que, par exemple, la
déchéance de l'exclusivité ou même la résolution ou résiliation du contrat.

3-3 . Redevance annuelle minimum

Enfin, le Licencié s'engage à verser au Concédant, en tout état de cause et quelque soit le chiffre
d'affaires effectivement réalisé par le Licencié au titre de l'exploitation des produits couverts par le
Brevet et la présente Licence, une redevance annuelle minimum égale à ”Montant” euros, qui, le cas
échéant, viendra en déduction, des sommes dues au Concédant par le Licencié au titre de la redevance
proportionnelle d'exploitation visée ci-dessus.
Cette redevance minimum sera indexée chaque année, à la date anniversaire du contrat, en fonction de
l'évolution de l'indice ”Préciser l'indice choisi par les parties”. Si cet indice venait à cesser d'être
publié en cours de contrat, les parties s'engagent à négocier de bonne foi, la substitution d'un indice
équivalent, en rapport avec l'objet du contrat.

Si, en cas de désaccord entre les Parties, la détermination de l'indice de remplacement se


fera par un arbitre
A défaut d'accord sur un nouvel indice dans le délai de ”Nombre de” jours, les Parties nommeront un
arbitre unique.
A défaut de s'entendre sur la désignation de l'arbitre dans le délai de ”Nombre de” jours, le Président
de commerce , de ”Ville” statuera en référé pour la désignation d‘un arbitre unique à la requête de la
Partie la plus diligente.
Le siège de l'arbitre est d'ores et déjà fixé à ”Lieu”.
En cas de décès, de refus, de démission ou d'empêchement, la désignation de l'arbitre remplaçant sera
établie dans les mêmes conditions.
Cet arbitre statuera en droit, en premier et dernier ressort, au moyen d'une sentence non susceptible
d'opposition ou d'appel.
L'arbitre unique devra rendre sa décision dans le délai de ”Nombre de” jours, afin de définir un
nouvel indice qui s'intégrera dans la formule de révision.

Si, en cas de désaccord entre les Parties, la détermination de l'indice de remplacement se


fera par le Président du Tribunal de commerce
A défaut d'accord sur un nouvel indice dans le délai de ”Nombre de” jours, les Parties attribuent
compétence au Président du Tribunal de commerce de ”Ville” statuant en matière de référé afin de
définir un nouvel indice qui s'intégrera dans la formule révision.
Le prix applicable par provision de la vente de produits pendant cette période de détermination d'un
indice de substitution sera celui indiqué dans le présent contrat. La différence entre le prix payé et le
prix révisé à l'aide du nouvel indice sera exigible à la date de sa détermination.

Si le montant de l'indexation est plafonné


En toute hypothèse, les Parties admettent que la réévaluation de la redevance ne pourra atteindre
”Pourcentage” % de sa valeur initiale.

Si une clause de résolution de sauvegarde est prévue


Il est expressément convenu que le Licencié peut résoudre de plein droit le présent contrat, si le
montant révisé atteignait ”Pourcentage” % du montant initial de la redevance.
Cependant cette résolution ne pourra intervenir que ”Nombre de” jours après l'envoila réception d‘une
mise en demeure déclarant l'intention d'appliquer la présente clause notifiée par lettre recommandée
avec demande d'avis de réception ou tout acte extrajudiciaire.

Si une indemnité pour cessation anticipée du contrat est prévue


Toutefois, le Licencié devra alors verser à son Concédant une indemnité égale à ”Indiquer le montant
de l'indemnité en précisant les modalités de son calculPar exemple, ”Montant” en euros ou en
“Pourcentage” du prix initial de la vente de produits”

3-4 . Taxes

Toutes les sommes dues au Concédant par le Licencié au titre du présent article seront majorées des
taxes légales en vigueur à la date de leur échéance, et notamment de la TVA lorsqu'elle est applicable.

3-5 . Paiement de la redevance

Cette redevance sera payable comme suit :”Préciser la périodicité et les modalités de paiement”.
Tout retard de paiement donnera automatiquement lieu, et sans mise en demeure préalable, au
versement par le Licencié au Concédant d'un intérêt de retard au taux de ”Taux de l'intérêt de retard”,
sans préjudice de tous autres droits du Concédant, et notamment celui de résoudre le présent contrat
aux torts du Licencié dans les conditions prévues à l'article « Résolution du contrat» ci-après.

ARTICLE 4 - Comptabilité du Licencié


Attention :
Cette clause n'est utile que dans la mesure où la redevance de licence est totalement ou partiellement
proportionnelle.

Tenue d'une comptabilité spécifique de la Licence et Vérification globale ou non de la


comptabilité par un expert-comptable choisi par le Concédant

En cas de tenue d'une comptabilité spécifique de la Licence


Afin de permettre le calcul des sommes dues au Concédant au titre de la redevance d'exploitation
visée à l'article «Redevances» ci-dessus, le Licencié tiendra une comptabilité spécifique à
l'exploitation des produits couverts par le Brevet et la présente Licence, certifié par son Commissaire
aux comptes ou son expert-comptable, dans laquelle figureront tous les éléments nécessaires à
l'évaluation précise du chiffre d'affaires réalisé à ce titre par le Licencié, et notamment les quantités de
produits fabriqués et vendus, ainsi que l'identification des commandes clients. Cette comptabilité
spéciale sera arrêtée les” Jour et mois” et les ” Jour et mois” de chaque
annéetrimestresemestre”décrire la périodicité”.
Elle sera mise à tout moment à la disposition du Concédant ou d'un représentant ou expert accrédité
par lui, jusqu'à la date d'expiration du présent contrat, prolongée d'un an. Les éventuels frais et
honoraires d'audit et de contrôle de la comptabilité du Licencié seront à la charge du Concédant, sauf
s'il s'avère que le Licencié est manifestement de mauvaise foi et qu'il a sciemment présenté au
Concédant une comptabilité inexacte.

En cas de vérification de la comptabilité par un expert-comptable choisi par le Concédant


A la requête du Concédant, mais au maximum une fois par année civile, le Licencié autorisera un
expert-comptable indépendant, choisi par le Concédant, à l'égard duquel le Licencié n'aura pas
d'objections justifiées à formuler, à contrôler ladite comptabilité dans le but de vérifier l'exactitude du
calcul de la redevance. Les éventuels frais et honoraires d'audit et de contrôle de la comptabilité du
Licencié seront à la charge du Concédant, sauf s'il s'avère que le Licencié est manifestement de
mauvaise foi et qu'il a sciemment présenté au Concédant une comptabilité inexacte.

En cas d'audit de la comptabilité du Licencié par un expert-comptable du Concédant


Le Concédant disposera d'un délai de ”Délai pour exercer un audit de comptabilité (Nombre de
jours)” jours, à compter de la fin de chaque année civile, pour exercer ou faire exercer à ses frais et
s'il le souhaite, par le représentant l'expert comptable de son choix, un audit de la comptabilité du
Licencié. Les éventuels frais et honoraires d'audit et de contrôle de la comptabilité du Licencié seront
à la charge du Concédant, sauf s'il s'avère que le Licencié est manifestement de mauvaise foi et qu'il a
sciemment présenté au Concédant une comptabilité inexacte.

ARTICLE 5 - Remise de documents - Assistance technique

5-1 . Remise de documents

Le Concédant remettra au Licencié, dans les ”Délai de remise de documents ” jours à compter de la
signature du présent contrat, tous les documents, études techniques et de marché, plans et schémas se
rapportant au Brevet et au savoir-faire qui lui est relatif.

5-2 . Assistance technique


Le Concédant s'engage également à fournir au Licencié toute l'assistance technique raisonnablement
nécessaire à la bonne exploitation du Brevet et à la fabrication des produits couverts par celui-ci et la
présente Licence ainsi qu'à la bonne exécution de celle-ci.
Cette assistance sera fournie moyennant une rémunération à définir d'un commun accord entre les
parties en fonction des prestations effectivement fournies.

ARTICLE 6 - Exploitation du brevet par le Licencié

6-1 . Exploitation du brevet

Le Licencié s'engage à exploiter le brevet, de manière effective, sérieuse, loyale et continue, pendant
toute la durée du présent contrat.

6-2 . Soins et diligences

Remarque :
Le Licencié doit s'en tenir strictement aux limites fixées dans le contrat de licence pour l'exploitation
du brevet.
Le dépassement de ces limites peut constituer le délit de contrefaçon. Selon leurs objectifs, les parties
peuvent convenir de certaines normes de qualité ; le contrat peut aussi imposer au Licencié de
conserver un stock minimal, de mettre en place un service après-vente et de participer à des
campagnes publicitaires.
Dans la plupart des contrats, le breveté se réserve un droit de contrôle sur l'exploitation.
Le Licencié s'oblige à apporter à la fabrication, à l'installation et à la maintenance des produits
couverts par le Brevet qu'il commercialisera, tous les soins et diligences nécessaires à la satisfaction
de la clientèle, de sorte que le Concédant ne puisse en aucun cas en subir les conséquences, et à
respecter les normes de qualité imposées par le Concédant pour la fabrication des produits sous
licence.
Le Concédant disposera à ce titre d'un droit de contrôle de la qualité des fabrications, directement dans
les ateliers du Licencié afin de vérifier le respect des conditions d'exploitation fixées au contrat.
Dans ce cadre, le Licencié s'engage en particulier à se conformer à la législation en vigueur sur le
territoire défini à l'article «Concession de licence» ci-dessus pour la conduite de ses fabrications des
produits couverts par le Brevet et la présente Licence ainsi que pour leur commercialisation, et si
nécessaire, à obtenir toutes les autorisations requises à cet effet.

Si la mention “fabriqués sous licence” est imposée


Les produits fabriqués et commercialisés en application du présent contrat, devront porter la mention
«Fabriqués sous licence ”Nom de la Licence” et ne pourront être distribués que sous la marque ”Nom
de la marque”.

6-3 . Concession de sous-licences

Attention
Le contrat de licence étant, dans la plupart des cas, conclu intuitu personae, le Licencié ne peut pas,
en principe, concéder, à son tour, un droit d'exploitation du brevet à des tiers. Mais la licence peut
accorder ce droit au Licencié librement ou en le subordonnant à des obligations particulières :
agrément des sous-Licenciés par le titulaire du brevet, communication du contrat au breveté,
versement à celui-ci d'une partie des redevances dues par le sous-Licencié, droit de vérifier la
comptabilité du sous-Licencié, etc. Une clause peut aussi permettre la sous-traitance. Le droit de
concéder des sous-licences emporte celui de sous-traiter.

Autorisation ou non de sous-licences

Si la concession de sous-licences est autorisée


Le Licencié est autorisé à concéder des sous-licences du Brevet en vue de la fabrication et de la
commercialisation, sur le territoire défini à l'article «Concession de licence» ci-dessus, des produits
couverts par celui-ci, les sous-licences éventuelles qu'il pourrait consentir restant sous sa seule
responsabilité.
Il s'engage à informer par écrit le Concédant avant la conclusion de tout Contrat de sous-licence. Il
restera garant à l'égard du Concédant du respect par ses sous-Licenciés de l'ensemble des obligations
résultant du présent contrat et de la bonne exécution de celui-ci par ces derniers.

Si la concession de sous-licences n'est pas autorisée


Le Licencié ne pourra consentir aucune sous-licence du Brevet en vue de la fabrication et de la
commercialisation, sur le territoire défini à l'article «Concession de licence» ci-dessus, des produits
couverts par celui-ci, sans l'accord exprès, préalable et écrit du Concédant ,qui ne pourra s'opposer
sans juste motif à la conclusion de sous-licences par le Licencié. En cas de sous-licence autorisée, le
Licencié restera garant à l'égard du Concédant du respect par son sous-Licencié de l'ensemble des
obligations résultant du présent contrat et de la bonne exécution de celui-ci par ce dernier.

En cas de clause de non-concurrence

6-4 . Non concurrence

Enfin, le Licencié s'interdit :


- fabriquer et commercialiser, directement ou indirectement, pour son propre compte ou
pour le compte d'autrui, des produits susceptibles de concurrencer ceux objet de la
présente licence,
- de déposer, directement ou indirectement, des demandes de brevets similaires au
Brevet, dans quelque pays que ce soit.

ARTICLE 7 - Propriété industrielle - Contrefaçon

7-1 . Propriété industrielle

Les frais d'entretien et de maintien du Brevet seront à la charge exclusive du Concédant.

7-2 . Contrefaçon

Les parties s'informeront réciproquement, dès qu'elles en auront connaissance, de tous actes de
contrefaçon du Brevet par un tiers et se fourniront mutuellement tous les éléments dont elles
disposeront permettant notamment d'apprécier la nature et l'ampleur d'une éventuelle contrefaçon.
Il appartiendra en priorité au Concédant, si celui-ci le souhaite, d'engager toutes poursuites à
l'encontre du tiers contrefacteur.

Engagement de poursuites par le Licencié ou Engagement de poursuites par le Licencié ou par


le Concédant
Engagement de poursuites par le Licencié
Si le Licencié souhaite engager des poursuites à l'encontre du tiers contrefacteur alors que le
Concédant ne le souhaite pas, le Licencié pourra, après avoir mis formellement en demeure et de
façon infructueuse, le Concédant d'engager lesdites poursuites, intenter et poursuivre toute action de
sa seule initiative, à son seul nom et à ses frais exclusifs. Les éventuels dommages et intérêts qui
pourraient être alloués dans le cadre d'une telle procédure seront irrévocablement acquis au Licencié.

Engagement de poursuites par le Licencié ou par le Concédant


Si une action en contrefaçon ou autre s'avère nécessaire, celle-ci sera engagée par le Licencié, à ses
seuls nom, frais et bénéficies, en agissant au mieux de ses intérêts et de ceux du Concédant qui
s'engage à lui apporter, le cas échéant, ses conseils techniques et/ou juridiques. A défaut, le Concédant
sera en droit d'engager une telle action, à ses seuls frais et bénéfices, tous les dommages et intérêts ou
autres indemnisations résultant d'une telle procédure lui étant définitivement acquis.

ARTICLE 8 - Développements futurs et perfectionnements

8-1 . Développements futurs

Les Parties se tiendront mutuellement informées, pendant la durée du présent contrat, des résultats de
leurs recherches tendant à améliorer le Brevet.
Attention :
Il est opportun de fixer dans le contrat le sort des améliorations susceptibles d'être apportées aux
brevets, tant par le Licencié que par le Concédant, pendant la durée de la licence. Il peut s'agir des
perfectionnements brevetés, de ceux constatés par un certificat d'utilité ou même des
perfectionnements non brevetables.
Il convient aussi de prendre parti sur les perfectionnements brevetés par un tiers sur lesquels le
Concédant est en droit d'obtenir une licence de dépendance. Il faut, enfin, déterminer la nature des
améliorations qui seront communicables car, en cas de difficulté, les tribunaux recherchent l'intention
des parties.

8-2 . Perfectionnements

Les Parties s'engagent à se communiquer réciproquement et sans délai et par écrit, tous les
perfectionnements qui pourront être apportés au Brevet pendant la durée de la présente licence. Par
«Perfectionnement», les Parties entendent tous les perfectionnements, toutes les améliorations et tous
les développements, brevetables ou non, dont l'exploitation implique la mise en œuvre du Brevet et du
savoir-faire y lié, et notamment en ce qui concerne l'exploitation de l'invention ou des procédés de
fabrication de celle-ci.

Perfectionnements brevetables par les 2 parties ou brevetables au nom du Concédant ou entrant


dans le champ d'application de la Licence contre une redevance supplémentaire

Perfectionnements brevetables par les 2 parties


Chaque Partie pourra protéger en son nom et à ses frais, par tout titre de propriété industrielle qu'elle
jugera opportun, les perfectionnements dont elle sera l'auteur. En cas de renonciation expresse de la
partie à l'origine du perfectionnement à protéger celui-ci, elle proposera, avant toute divulgation, à
l'autre Partie de déposer celui-ci en son nom et à ses frais.

Perfectionnements brevetables au nom du Concédant


Tout perfectionnement apporté au Brevet, par l'une ou l'autre des Parties, pendant la durée de la
présente Licence, fera l'objet d'un dépôt de brevet au nom du Concédant et à ses seuls frais, si celui-ci
le souhaite et quelque soit la partie à l'origine du perfectionnement.
Tout perfectionnement breveté par le Concédant et en son nom entrera automatiquement dans le
champ d'application de la présente Licence, sans supplément de redevance à la charge du Licencié.

Perfectionnements entrant dans le champ d'application de la Licence contre redevance


supplémentaire
Tout perfectionnement breveté par le Concédant et en son nom entrera automatiquement dans le
champ d'application de la présente Licence, après détermination, d'un commun accord entre les
parties, de la rémunération supplémentaire spécifique y afférente.

ARTICLE 9 - Garanties - Responsabilités

9-1 . Garantie

Le Concédant garantit au Licencié la jouissance paisible du Brevet, pendant toute la durée de la


présente Licence, ainsi que l'existence matérielle de celui-ci et sa validité. Le Licencié reconnaît
connaître et avoir obtenu l'ensemble des documents et informations relatifs au brevet et déclare être
pleinement informé de sa validité.
Au cas où le brevet viendrait à être déclaré nul et déchu par décision judiciaire devenue définitive, le
Licencié ne pourrait prétendre à aucune indemnité ni à aucun remboursement des redevances déjà
versées ou qui seraient dues au Concédant à la date de ladite décision judiciaire.

9-2 . Responsabilités

A l'égard des clients et des tiers, le Licencié sera seul responsable des dommages causés du fait des
produits fabriqués sous licence, résultant des activités liées au présent contrat, et notamment, de tout
défaut de fabrication, vices ou malfaçons quelconques, non-conformité, erreurs de manipulation,
d'installation, de mauvaises conditions de transport ou d'entreposage, y compris ceux qui pourraient
être imputables à ses préposés ou sous-traitants. En conséquence, le Licencié garantit expressément le
Concédant contre toute action de tiers relatives à de tels dommages.
En outre, le Licencié s'engage à souscrire une assurance garantissant sa responsabilité civile,
suffisante pour couvrir les risques liés à son activité et à l'exploitation du Brevet selon les termes et
conditions de la présente Licence et à en justifier au Concédant à première demande de celui-ci. Il
s'engage à maintenir cette police d'assurance en vigueur pendant toute la durée du présent contrat et à
informer par écrit le Concédant de toute modification qui pourrait y être apportée pendant l'exécution
du présent contrat, de quelque nature qu'elle soit.

ARTICLE 10 - Confidentialité

10-1 . Confidentialité

Chaque Partie s'engage à considérer comme confidentielles les informations qui lui auront été
communiquées comme telles, dans le cadre de l'exécution du présent contrat, et en particulier celles
communiquées dans le cadre de l'assistance technique et de la communication au Licencié du savoir-
faire du Concédant. Le Licencié s'interdit donc de divulguer lesdites informations à quelque personne
et sous quelque forme que ce soit sans l'accord exprès, préalable et écrit du Concédant. Il se porte fort,
à l'égard du Concédant, du respect de cette obligation de confidentialité par les membres de son
personnel ainsi que par tout préposé ou sous-traitant auquel il pourrait avoir recours en exécution de la
présente Licence.

10-2 . Confidentialité restrictive

Cet engagement de confidentialité ne vise que les informations :


- qui ne seraient pas connues du Licencié au moment de la signature du présent contrat ;
- qui ne seraient pas dans le domaine public ou n'y tomberaient pas au cours de
l'exécution du présent contrat sans cependant que leur divulgation puisse être reprochée
au Licencié, à son personnel, à ses préposés ou sous-traitants ;
- qui n'auraient été reçues d'un tiers de façon licite ;
- dont la divulgation ne serait pas imposée par l'application d'une disposition légale ou
réglementaire impérative ou par application d'une décision de justice définitive ou d'une
sentence arbitrale.

10-3 . Confidentialité temporaire

Le présent engagement de confidentialité restera en vigueur pendant toute la durée du présent contrat
et pendant une durée de 5 ans à compter de son expiration, pour quelque cause que ce soit.

ARTICLE 11 - Imprévision

Régime légal de l'imprévision

Si le régime légal de l'imprévision est appliqué


En cas de changement de circonstances imprévisibles lors de la conclusion du contrat, conformément
aux dispositions de l'article 1195 du Code civil, la Partie qui n'a pas accepté d'assumer un risque
d'exécution excessivement onéreuse peut demander une renégociation du contrat à son cocontractant.

Si le régime légal de l'imprévision est écarté


Chacune des Parties déclare, compte tenu de la période de négociations ayant précédé la conclusion de
la présente convention, qui lui a permis de s'engager en toute connaissance de cause et des
contreparties réciproquement consenties en matière de ”Décrire les contreparties réciproques ”
renoncer expressément à se prévaloir des dispositions de l'article 1195 du Code civil et du régime de
l'imprévision qui y est prévu, s'engageant à assumer ses obligations même si l'équilibre contractuel se
trouve bouleversé par des circonstances qui étaient imprévisibles lors de la conclusion du contrat,
quand bien même leur exécution s'avérerait excessivement onéreuse et à en supporter toutes les
conséquences économiques et financières.

Si les parties aménagent le régime légal de l'imprévision

Encadrement de la renégociation

Aménagement par conciliation obligatoire ou renégociation

En cas de tentative de conciliation préalable obligatoire (en absence de clause de


conciliation conformément à l'article 1530 du code de procédure civile)
Dans l'hypothèse où l'une des Parties souhaiterait soulever un cas d'imprévision telle que définie par
l'article 1195 du Code civil comme suit ”Définition contractuelle des cas d'imprévision Par exemple,
un changement de circonstances économiques entourant la conclusion de la présente convention, en
particulier du fait d'une hausse du prix de “Montant” euros et affectant de façon significativement
défavorable l'équilibre de celle-ci ” les Parties s'engagent à organiser une tentative préalable et
obligatoire de conciliation, s'interdisant tout refus de renégociation.
Cette conciliation se déroulera selon les modalités suivantes ” Décrire les modalités de la conciliation
Remarque : Il doit être prévu le délai de réunion entre les parties, le mode de réunion, la possibilité
ou non de se faire assister par un tiers , les modalités de rédaction du constat, la répartition des frais,
débours et honoraires et coûts de la conciliation, les Parties doivent déterminer le “délai
raisonnable” dans lequel la conciliation sera encadrée. ”.

Suspension pendant la tentative de conciliation

Si le contrat est suspendu pendant la tentative de conciliation


Cette conciliation suspend le délai de prescription et les obligations des Parties pendant toute la durée
de la conciliation.

Si le contrat n'est pas suspendu pendant la tentative de conciliation


Cette conciliation suspend le délai de prescription mais non l'exécution du contrat auxquelles les
Parties demeurent tenues pendant toute la durée de la conciliation.
Toutefois, au-delà de ”Nombre” jours, la tentative de conciliation sera réputée achevée.
Toute saisine du juge en violation de cette clause de conciliation est constitutive d'une fin de non-
recevoir rendant l'action irrecevable.

En cas de renégociation (en absence de conciliation préalable obligatoire)

Si les conditions de la renégociation sont encadrées

Conditions de l'encadrement de la renégociation

En cas de définition des cas d'imprévision


Les Parties entendent, dans le cadre des dispositions de l'article 1195 du Code civil relatives à
l'imprévision, définir comme suit et limitativement les cas d'imprévision ”Définition contractuelle des
cas d'imprévision Par exemple, un changement de circonstances économiques entourant la
conclusion de la présente convention, en particulier du fait d'une hausse du prix de “Montant” euros
et affectant de façon significativement défavorable l'équilibre de celle-ci».”

En cas de définition des seuils de déclenchement


Les Parties entendent, dans le cadre des dispositions de l'article 1195 du Code civil relatives à
l'imprévision, limiter les cas d'imprévision aux seuls événements ou circonstances ayant une incidence
de plus de ”Montant” eurosreprésentant une variation de plus de ”Pourcentage” % par rapport au
prix initial de la transaction.

En cas de limitation à certaines clauses de la convention


Les Parties entendent, dans le cadre des dispositions de l'article 1195 du Code civil relatives à
l'imprévision, limiter l'application de celles-ci aux seules clauses de la présente convention affectées
par l'événement ou la circonstance considérée ”Définir l'événement ou la circonstance”afférentes à
”Enumérer les clauses concernées.”

Si les Parties ont prévu les conséquences de la renégociation


En cas de succès de la renégociation, les Parties établiront sans délai une nouvelle conventionun
avenant à la présente convention formalisant le résultat de cette renégociation.
En cas d'échec de la renégociation, les Parties pourront, conformément aux dispositions de l'article
1195 du Code civil, demander d'un commun accord au juge, la résolution, selon les modalités définies
à l'article Résolution pour imprévision, ou l'adaptation du contrat.
A défaut d'accord des Parties pour saisir le juge d'un commun accord dans un délai de ”Nombre”
jours à compter de la constatation de ce désaccord, la Partie la plus diligente pourra saisir le juge d'une
demande de révision ou de résolution du contrat.

Aménagement dans la répartition des risques liés à l'imprévision

Si les Parties ont prévu une répartition des risques liés à l'imprévision

Modalités de répartition des risques liés à l'imprévision

Si la répartition des risques est fonction des circonstances


Les Parties ont convenu, dans le cadre des dispositions de l'article 1195 du Code civil, qu'un
changement de circonstances ”Indiquer les caractéristiques du changement de circonstances Par
exemple, financier ou économique ou matériel,...” entourant la conclusion du contrat et ayant pour
conséquence ”Déterminer les effets du changement de circonstances Par exemple ,d'entraîner une
augmentation d'une hausse du prix de “Montant” euros” sera intégralement assumé par ”Déterminer
la partie qui assume le risque Par exemple, le Fournisseur, le Distributeur, le Prestataire” quand
bien même ces risques rendraient l'exécution de ses obligations excessivement onéreuse, tous les
autres risques étant assumés par l'autre Partie.

Si la répartition des risques est effectuée de façon égalitaire


Les Parties ont convenu, dans le cadre des dispositions de l'article 1195 du Code civil relatives à
l'imprévision, que les risques liés à un changement de circonstances ”Indiquer les risques liés à un
changement de circonstancesPar exemple, financières ou économiques ou matérielles,...” entourant la
conclusion du contrat et résultant, en particulier, ”Définir l'événement Par exemple, du fait d'une
hausse du prix de “Montant” euros” seront répartis égalitairement entre chacune d'entre elles.
Cependant, si le changement de circonstances imprévisibles lors de la conclusion du contrat était
définitif ou perdurait au-delà ”de 'Nombre' mois”, les présentes seraient purement et simplement
résolues selon les modalités définies à l'article «Résolution pour Imprévision».

ARTICLE 12 - Force majeure

Les Parties ne pourront être tenues pour responsables si la non-exécution ou le retard dans l'exécution
de l'une quelconque de leurs obligations, telles que décrites dans les présentes découle d'un cas de
force majeure, au sens de l'article 1218 du Code civil.

Si les Parties conviennent de déterminer un événement particulier comme cas de force majeure
De convention expresse, constitue un cas de force majeure, ”Préciser l'événement envisagé comme
cas de force majeure”.
La Partie constatant l'événement devra sans délai informer l'autre Partie de son impossibilité à
exécuter sa prestation et s'en justifier auprès de celle-ci. La suspension des obligations ne pourra en
aucun cas être une cause de responsabilité pour non-exécution de l'obligation en cause, ni induire le
versement de dommages et intérêts ou pénalités de retard.
L'exécution de l'obligation est suspendue pendant toute la durée de la force majeure si elle est
temporaire et ne dépasse pas une durée de ”Nombre ” jours. Par conséquent, dès la disparition de la
cause de la suspension de leurs obligations réciproques, les Parties feront tous leurs efforts pour
reprendre le plus rapidement possible l'exécution normale de leurs obligations contractuelles. A cet
effet, la Partie empêchée avertira l'autre de la reprise de son obligation par lettre recommandée avec
demande d'avis de réception ou tout acte extrajudiciaire. Si l'empêchement est définitif ou dépasse
une durée de ”Nombre ” jours, les présentes seront purement et simplement résolues selon les
modalités définies à l'article «Résolution pour force majeure».

Répartition des frais de la situation

Si les frais de la situation pendant la suspension sont à la charge de la partie empêchée


Pendant cette suspension, les Parties conviennent que les frais engendrés par la situation seront à la
charge de la partie empêchée.

Si les frais de la situation pendant la suspension sont répartis par moitié


Pendant cette suspension, les Parties conviennent que les frais engendrés par la situation seront
répartis par moitié.

ARTICLE 13 - Exécution forcée en nature

Modalités d'application de la règle légale relative à l'exécution forcée en nature

En cas d'application de la règle légale relative à l'exécution forcée en nature (Les exceptions de
l'article 1221 faisant obstacle à l'exécution forcée)
En cas de manquement de l'une ou l'autre des Parties à ses obligations, la Partie victime de la
défaillance dispose du droit de requérir l'exécution forcée en nature des obligations découlant des
présentes. Conformément aux dispositions de l'article 1221 du Code civil, le créancier de l'obligation
pourra poursuivre cette exécution forcée après une simple mise en demeure, adressée au débiteur de
l'obligation par ”Mode de la mise en demeure” demeurée infructueuse, sauf si celle-ci s'avère
impossible ou s'il existe une disproportion manifeste entre son coût pour le débiteur, de bonne foi, et
son intérêt pour le créancier.

En cas d'application de la règle légale relative à l'exécution forcée en nature (Sans aucune
exception)
En cas de manquement de l'une ou l'autre des Parties à ses obligations, la Partie victime de la
défaillance dispose du droit de requérir l'exécution forcée en nature des obligations découlant des
présentes. Par dérogation aux dispositions de l'article 1221 du Code civil, le créancier de l'obligation
pourra poursuivre cette exécution forcée après une simple mise en demeure, adressée au débiteur de
l'obligation par ”Mode de la mise en demeure” demeurée infructueuse, quelles qu'en soient les
circonstances et quand bien même il existerait une disproportion manifeste entre son coût pour le
débiteur, de bonne foi, et son intérêt pour le créancier.

Si la règle légale relative à l'exécution forcée en nature est écartée


Par dérogation aux dispositions de l'article 1221 du Code civil, les Parties conviennent qu'en cas de
manquement de l'une ou l'autre des Parties à ses obligations, la Partie victime de la défaillance ne
pourra en demander l'exécution forcée.

Modalités d'exécution de l'obligation

Si le Créancier de l'obligation peut faire exécuter celle-ci par un tiers


Il est rappelé qu'en cas de manquement de l'une ou l'autre des Parties à ses obligations, la Partie
victime de la défaillance pourra, conformément aux dispositions de l'article 1222 du Code civil,
”Nombre” jours après l'envoila réception d'une mise en demeure de s'exécuter restée infructueuse,
faire exécuter lui-même l'obligation par un tiers, aux frais de la Partie défaillante, pour autant que le
coût soit raisonnable et conforme aux pratiques du marché, sans qu'une autorisation judiciaire soit
nécessaire à cet effet, étant que la Partie victime de la défaillance pourra également, à son choix,
demander en justice que la Partie défaillante avance les sommes nécessaires à cette exécution.

Si le Créancier de l'obligation ne peut pas faire exécuter celle-ci par un tiers


Par dérogation expresse aux dispositions de l'article 1222 du Code civil, en cas de manquement de
l'une ou l'autre des Parties à ses obligations, la Partie victime de la défaillance ne pourra, faire
exécuter lui-même l'obligation par un tiers, aux frais de la Partie défaillante. Le créancier de
l'obligation pourra toutefois demander en justice que la Partie défaillante avance les sommes
nécessaires à cette exécution.
La Partie victime de la défaillance pourra, en cas d'inexécution de l'une quelconque des obligations
incombant à l'autre Partie, demander la résolution du contrat selon les modalités définies à l'article
«Résolution du contrat».

Si le Créancier de l'obligation peut accepter une exécution imparfaite moyennant une réduction
proportionnelle du prix

ARTICLE 14 - Réduction proportionnelle du prix en cas d'exécution imparfaite de l'obligation

En cas de manquement d'une Partie à l'une ou l'autre de ses obligations, le créancier pourra, en
application de l'article 1223 du Code civil, ”Nombre” jours après la réception par le débiteur de
l'obligation d'une mise en demeure signifiée par ”Mode de déclenchement de la mise en demeurePar
exemple, lettre recommandée avec demande d'avis de réception”, de s'exécuter restée sans effet, s'il
n'a pas encore payé tout ou partie de la prestation, notifier dans les meilleurs délais au débiteur sa
décision d'accepter une exécution imparfaite du contrat et d'en réduire de manière proportionnelle le
prix.
L'acceptation par le débiteur de la décision de réduction de prix du créancier doit être rédigée par
écrit.
A défaut d'accord entre les Parties sur le montant de cette réduction proportionnelle du prix, celui-ci
sera déterminé à dire d'expert dans les conditions de l'article 1592 du Code civil.
Dans l'hypothèse où le créancier de l'obligation aurait déjà payé le prix, il pourra, à défaut d'accord
entre les Parties demander au juge la réduction de prix

ARTICLE 15 - Exception d'inexécution

Si les Parties appliquent l'exception d'inexécution


Il est rappelé qu'en application de l'article 1219 du Code civil, chaque Partie pourra refuser d'exécuter
son obligation, alors même que celle-ci est exigible, si l'autre Partie n'exécute pas la sienne et si cette
inexécution est suffisamment grave, c'est-à-dire, susceptible de remettre en cause la poursuite du
contrat ou de bouleverser fondamentalement son équilibre économique. La suspension d'exécution
prendra effet immédiatement, à réception par la Partie défaillante de la notification de manquement
qui lui aura été adressée à cet effet par la Partie victime de la défaillance indiquant l'intention de faire
application de l'exception d'inexécution tant que la Partie défaillante n'aura pas remédié au
manquement constaté, signifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou sur tout
autre support durable écrit permettant de ménager une preuve de l'envoi.
Cette exception d'inexécution pourra également être utilisée à titre préventif, conformément aux
dispositions de l'article 1220 du Code civil, s'il est manifeste que l'une des Parties n'exécutera pas à
l'échéance les obligations qui lui incombent et que les conséquences de cette inexécution sont
suffisamment graves pour la Partie victime de la défaillance.
Cette faculté est utilisée aux risques et périls de la Partie qui en prend l'initiative.
La suspension d'exécution prendra effet immédiatement, à réception par la Partie présumée défaillante
de la notification de l'intention de faire application de l'exception d'inexécution préventive jusqu'à ce
que la Partie présumée défaillante exécute l'obligation pour laquelle un manquement à venir est
manifeste, signifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou sur tout autre
support durable écrit permettant de ménager une preuve de l'envoi.

Si les Parties écartent l'application de l'exception d'inexécution


Les Parties déclarent renoncer expressément à se prévaloir des dispositions des articles 1219 et 1220
du Code civil du régime de l'exception d'inexécution qui y est prévu.
Par conséquent, elles s'engagent à exécuter pleinement et intégralement les présentes même en cas de
manquement de la part de l'une ou de l'autre.
Cependant, si l'empêchement était définitif ou perdurait au-delà ”Durée de l'empêchement Par
exemple, d'un mois ou de 30 jours à compter de la constatation de l'empêchement par lettre
recommandé, exploit d'huissier , etc.”, les présentes seraient purement et simplement résolues selon
les modalités définies à l'article Résolution pour manquement d'une partie à ses obligations.

ARTICLE 16 - Résolution du contrat

Si les Parties prévoient une résolution pour imprévision

16-1 - Résolution pour imprévision

La résolution pour l'impossibilité de l'exécution d'une obligation devenue excessivement onéreuse ne


pourra, nonobstant la clause Résolution pour manquement d'une partie à ses obligations figurant ci-
après, intervenir que ”Nombre” jours après l'envoila réception d'une mise en demeure déclarant
l'intention d'appliquer la présente clause notifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de
réception ou tout acte extrajudiciaire.

Si une indemnité pour cessation anticipée du contrat est prévue dans le cadre d'une
résolution pour imprévision
Toutefois, ”Déterminer l'auteur de la mise en oeuvre de la clause de résolution pour imprévisionPar
exemple, le Client” devra alors verser à son cocontractant une indemnité égale à ”Indiquer le montant
de l'indemnité en précisant les modalités de son calculPar exemple, 'Montant' euros ou 'Pourcentage'
du prix initial de la prestation ou 'Pourcentage' du prix initial de la mission ou 'Pourcentage' du prix
initial du présent contrat ou 'Pourcentage' du prix initial de la Licence” .

Si les Parties prévoient une résolution pour inexécution suffisamment grave

16-2 - Résolution pour inexécution d'une obligation suffisamment grave

La Partie victime de la défaillance pourra, nonobstant la clause Résolution pour manquement d'une
partie à ses obligations figurant ci-après, en cas d'inexécution suffisamment grave de l'une quelconque
des obligations incombant à l'autre Partie, notifier par ”Mode de notification Par exemple, lettre
recommandée avec demande d'avis de réception” à la Partie Défaillante, la résolution fautive des
présentes, ”Nombre” jours après l'envoila réception d'une mise en demeure de s'exécuter restée
infructueuse, et ce en application des dispositions de l'article 1224 du Code civil.

16-3 - Résolution pour force majeure


Si les Parties conviennent que la résolution pour force majeure aura lieu après une mise en
demeure
La résolution de plein droit pour force majeure, ne pourra, nonobstant la clause Résolution pour
manquement d'une partie à ses obligations figurant ci-après, avoir lieu que ”Nombre” jours après
l'envoila réception d'une mise en demeure notifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de
réception ou tout acte extrajudiciaire.

Si la mise en demeure doit mentionner l'intention d'appliquer la clause Résolution pour


force majeure
Toutefois, cette mise en demeure devra mentionner l'intention d'appliquer la présente clause.

Si les Parties conviennent que la résolution pour force majeure aura lieu sans une mise en
demeure
Il est convenu expressément que les parties peuvent résoudre de plein droit le présent contrat, sans
sommation, ni formalité.

16-4 - Résolution pour manquement d'une partie à ses obligations

En cas de non-respect par l'une ou l'autre des parties des obligations suivantes :

Liste des obligations non respectées par l'une ou l'autre des Parties

”Enumérer chacune des obligations non-respectées Par exemple, le non paiement à l'échéance des
services commandés par le Client”
visées aux articles du présent contrat, celui-ci pourra être résolu au gré de la partie lésée.

Si la mise en demeure ne résulte pas du seul fait de l'inexécution


Il est expressément entendu que cette résolution pour manquement d'une partie à ses obligations aura
lieu de plein droit ”Nombre” jours après l'envoila réception d'une mise en demeure de s'exécuter,
restée, en tout ou partie, sans effet. La mise en demeure pourra être notifiée par lettre recommandée
avec demande d'avis de réception ou tout acte extrajudiciaire.
Cette mise en demeure devra mentionner l'intention d'appliquer la présente clause.

Si la mise en demeure résulte du seul fait de l'inexécution


Il est expressément entendu que cette résolution pour manquement d'une partie à ses obligations aura
lieu de plein droit, la mise en demeure résultant du seul fait de l'inexécution de l'obligation, sans
sommation, ni exécution de formalités.

16-5 - Dispositions communes aux cas de résolution

Si le débiteur d'une obligation de payer est mis en demeure par la seule exigibilité de l'obligation
Il est expressément convenu entre les Parties que le débiteur d'une obligation de payer aux termes de
la présente convention, sera valablement mis en demeure par la seule exigibilité de l'obligation,
conformément aux dispositions de l'article 1344 du Code civil.

Si les prestations échangées ne pouvaient trouver leur utilité que par l'exécution complète du
contrat
Les prestations échangées entre les Parties depuis la conclusion du contrat et jusqu'à sa résolution ne
pouvant trouver leur utilité que par l'exécution complète de celui-ci, elles donneront lieu à restitution
intégrale.

Si les prestations échangées ont trouvé leur utilité au fur et à mesure de l'exécution réciproque
du contrat
Les prestations échangées entre les Parties depuis la conclusion du contrat et jusqu'à sa résiliation
ayant trouvé leur utilité au fur et à mesure de l'exécution réciproque de celui-ci, elles ne sonneront pas
lieu à restitution pour la période antérieure à la dernière prestation n'ayant pas reçu sa contrepartie.
En tout état de cause, la Partie lésée pourra demander en justice l'octroi de dommages et intérêts.

ARTICLE 17 - Cession du contrat

Si la transmission du contrat est soumise à l'accord préalable du Concédant


La présente Licence est concédée intuitu personae. Elle ne pourra en aucun cas être cédée, transférée
ou transmise à un tiers, à quelque titre que ce soit, directement ou indirectement, totalement ou
partiellement, à titre onéreux ou gratuit, sans l'accord express, préalable et écrit du Concédant qui ne
pourra être refusé sans juste motif.
Le Concédant dispose d'un délai maximum de ” Durée du délai ”, à compter de la réception de la
notification adressée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception pour faire connaitre sa
position, quant à la cession ou non des présentes au successeur pressenti, dans les conditions et selon
les formes ci-dessus précisées.
Si en dépit du refus du Concédant la cession serait réalisée, le Concédant serait en droit de résoudre le
présent contrat, aux torts du Licencié, dans les conditions précisées à l'article «Résolution du contrat»
sans préjudice de toutes autres actions qu'il pourrait intenter à l'encontre du Licencié au titre de la
violation des présentes stipulations.

Si la transmission du contrat est libre


Les droits et obligations résultant du présent contrat pourront être librement transférés par le Licencié
à la personne de son choix, sous réserve que celle-ci présente les mêmes capacités objectives quant à
la l'exploitation de la marque du Concédant et qu'elle s'engage par écrit, à se conformer à l'ensemble
des stipulations du présent contrat et en particulier aux obligations imposées au Licencié. Le Licencié
s'engage expressément à avertir par écrit le Concédant de son intention et à lui fournir les
justifications susvisées avec un préavis de ”Nombre' de jours”.
A défaut, le Concédant serait en droit de résoudre immédiatement et automatiquement le présent
contrat, aux torts du Licencié, dans les conditions précisées à l'article « Résolution du contrat » et sans
préjudice de toutes autres actions qu'il pourrait intenter à l'encontre du Licencié au titre de la violation
des présentes stipulations.
Conformément aux dispositions de l'article 1216 du Code civil, toute cession du présent contrat devra
être constatée par écrit, à peine de nullité.

Si le Cédant est tenu solidairement à l'exécution du contrat avec le Cessionnaire


En cas de cession du présent contrat, conformément aux conditions ci-dessus définies, le Cédant sera
tenu solidairement avec le Cessionnaire, à l'égard du Cédé, de l'exécution des obligations qui en
découlent. Les sûretés consenties par le Cédant pour garantir cette exécution subsistent, ce à quoi le
Cédant consent expressément.

Sûretés consenties par des tiers


Si les sûretés consenties par des tiers ne subsistent pas
Faute d'accord des tiers ayant consenties les sûretés suivantes ”Décrire les sûretésPar exemple
cautionnement, gage, nantissement” en vue de garantir l'exécution des engagements du cédant, ces
sûretés ne subsistent pas à la cession et s'éteignent de plein droit du fait de celle-ci

Si les sûretés consenties par des tiers subsistent


Il est rappelé que ”Identité du ou des tiers ayant consentis les sûretés” ont donné leur accord pour le
maintien des sûretés suivantes ”Décrire les sûretésPar exemple cautionnement, gage, nantissement”
consenties au cédant en vue de garantir l'exécution de ses engagements contractuels. Ces sûretés
subsistent donc à la cession et sont automatiquement transférées, sans novation, au bénéfice du
cessionnaire.

ARTICLE 18 - Conséquences de la cessation des relations contractuelles

18-1 . Remise des documents

A l'expiration du présent contrat pour quelque cause que ce soit, et notamment en cas de résolution en
application des stipulations de l'article «Résolution du contrat» , le Licencié cessera immédiatement
toute exploitation du brevet et remettra sans délai au Concédant, tous les documents, dessins, plans,
modèles relatifs à l'exploitation du brevet, en sa possession et qui lui auront été communiqués dans le
cadre de l'exécution du présent contrat, et cessera immédiatement toute exploitation du Brevet sous
quelque forme que ce soit et à quelque titre que ce soit.

18-2 . Maintien de la confidentialité

Les dispositions ci-dessus, concernant l'obligation de confidentialité du Licencié demeureront en


vigueur pour la durée qui y est stipulée et tant que le Brevet ne sera pas tombé dans le domaine public.

18-3 . Arrêté des comptes

Les parties procéderont, de façon contradictoire, à un arrêté de comptes afin de déterminer les sommes
restant dues au Concédant au jour de la cessation des relations contractuelles, qui, sauf accord
contraire des parties deviendront immédiatement exigibles du fait de l'expiration du présent contrat,
pour quelque cause que ce soit.

18-4 . Rachats des produits

Le Concédant pourra racheter, s'il le souhaite, au Licencié, les produits fabriqués en application de la
présente Licence et encore en stock chez ce dernier au jour de la cessation des relations contractuelles,
à condition qu'ils soient de bonne qualité marchande, à leur prix de revient minoré d'une décote de
”Taux de décote”.
Si ces produits n'étaient plus de bonne qualité marchande, ils seraient immédiatement détruits par le
Licencié, ce dont il devra justifier au Concédant aux frais exclusifs du Licencié.
Le Concédant pourra également choisir de reprendre à son compte, s'il le souhaite, à compter de
l'expiration du contrat, toutes les commandes et fabrication en cours à cette date, non encore traitées
par le Licencié, qui accepte expressément de les lui transmettre.

Si le contrat est lié à d'autres contrats divisibles


De convention expresse entre les Parties, les éventuels accords liés au présent contrat sont divisibles et
certains d'entre eux peuvent prendre fin, sans pour autant entraîner la résolution des autres accords.
La résolution ou l'annulation de l'un de ses accords donnera lieu à l'établissement d'un avenant signé
des deux Parties.
Compte tenu de cette divisibilité, l'anéantissement du présent contrat, pour quelque cause que ce soit
et notamment en cas de résolution de celui-ci à la suite de manquements contractuels, n'entraînera pas
de plein droit la caducité des autres accords conclus entre les Parties sous réserve de la non
divulgation des informations confidentielles qui ont pu être échangées à l'occasion de la présente
convention et des négociations ayant précédé sa conclusion, et des clauses de règlement des litiges qui
y sont stipulées, le cas échéant.

Si le contrat est lié à d'autres contrats indivisibles


Les Parties reconnaissent que les éventuels accords liés au présent contrat sont indivisibles et forment
un tout.
Ainsi, de convention expresse entre les Parties, l'anéantissement du présent contrat, pour quelque
cause que ce soit et notamment en cas de résolution de celui-ci à la suite de manquements
contractuels, entraînera automatiquement et de plein droit la caducité des accords suivant ”Enumérer
les accords indivisibles” qui lui sont indivisiblement liés, sous réserve de la non divulgation des
informations confidentielles qui ont pu être échangées à l'occasion de la présente convention et des
négociations ayant précédé sa conclusion, et des clauses de règlement des litiges qui y sont stipulées,
le cas échéant.

ARTICLE 19 - Langue du contrat - Droit applicable

De convention expresse entre les Parties, le présent contrat est régi et soumis au droit français.
Il est rédigé en langue française. Dans le cas où il serait traduit en une ou plusieurs langues, seul le
texte français ferait foi en cas de litige.

ARTICLE 20 - Litiges

Si une conciliation préalable est prévue

Si clause de conciliation préalable

Si le Conciliateur est une personne physique


Conformément à l'article 1530 du Code de procédure civile, en cas de difficultés soulevées par
l'exécution, l'interprétation, ou la cessation de leur contrat, les Parties s'engagent préalablement à
toutes actions contentieuses, à soumettre leur litige à un Conciliateur ”Nom du Conciliateur”.
En vue de trouver ensemble une solution à tout litige qui surviendrait dans l'exécution du présent
contrat, la Partie initiatrice enverra ses griefs, à l'autre, par ”Mode de déclenchement de la clause de
conciliation Par exemple, lettre recommandée ou lettre recommandée avec demande d'avis de
réception.. ” afin de mettre en œuvre cette clause de conciliation. La Partie destinataire devra
répondre selon les mêmes modalités dans un délai de ”Délai” à compter ”Mode de réponse aux griefs
soulevésPar exemple, de la réception de la lettre recommandée avec demande d'avis de réception, de
la signature de la remise en main propre du courrier...”.
Les Parties conviennent de se réunir dans les ”Nombre de jours” jours à compter ”Préciser le
processus du déclenchement de la réunion Par exemple, de la réception de la lettre recommandée ou
de l'envoi de la lettre recommandée avec demande d'avis de réception..”, notifiée par l'une des
Parties.
Les Parties ont la possibilité de ”Préciser les modalités de réunion des Parties Par exemple, de se
réunir dans un lieu déterminé par ces dernières ou de se réunir dans un centre de conciliation ou
d'organiser une conférence téléphonique”.
Les Parties ont la possibilité de se faire assister par leur représentant légal ”Nom du Représentant
légal et sa fonction” .leurs conseils ”Noms des Conseillers”leur représentant légal et par leurs
conseils ”Nom du Représentant légal et sa fonction et Noms des Conseillers et leurs fonctions”. .
”Identification des personnes et de leurs statuts Par exemple, Gérant, Président, Directeur'” auront
vocation à prendre part au processus de conciliation.

Si le Conciliateur est un centre institutionnel de procédures amiables


Conformément à l'article 1530 du Code de procédure civile, en cas de difficultés soulevées par
l'exécution, l'interprétation, ou la cessation de leur contrat, les Parties s'engagent préalablement à
toutes actions contentieuses, à soumettre leur litige à un centre de conciliation compétent selon les
dispositions prévues par le règlement de ce centre.
Conformément aux dispositions de l'article 122 du Code de procédure civile, les Parties s'interdisent
d'exercer une action en justice à l'encontre de l'autre, à défaut elles s'exposeront à une fin de non-
recevoir.
Durant le processus de conciliation le délai de prescription est suspendu, ainsi, au-delà de ”Nombre
de jours”, la tentative de conciliation sera réputée achevée.
D'autre part, en vertu de l'article 1531 du Code de procédure civile, le Conciliateur est soumis à une
obligation de confidentialité.

Si la rédaction d'un constat est requise


En vertu de l'article 1540 du Code de procédure civile, si les Parties parviennent à un accord, ce
dernier est constaté par un écrit, signé par chacune d'entre elles.
La conciliation sera rédigée en langue ”Préciser la langue du contrat”. Dans le cas où elle serait
traduite en une ou plusieurs langues, seul le texte français fera foi en cas de litiges.

Si les Parties prévoient l'homologation de l'accord


Les Parties conviennent de demander au juge compétent l'homologation de l'accord afin de lui
conférer force exécutoire (1541 du Code de procédure civile).

Si les Parties prévoient, en cas d'échec de la procédure de conciliation, la possibilité


d'agir en justice
En cas d'échec de la procédure de conciliation, les Parties ont la possibilité d'agir en justice.
Les frais, débours, honoraires et coûts de conciliation seront répartis en part égale entre les Parties.

Si les Parties insèrent une clause d'arbitrage

ARTICLE 20-1 - Clause d'arbitrage

Organe et mode de règlement des litiges

En cas d'arbitrage “ad hoc”


Tous les litiges pouvant survenir entre les Parties concernant le présent contrat, sa validité, son
interprétation, son exécution ou sa résolution, seront soumis à une procédure d'arbitrage dans les
conditions suivantes :
Désignation ou non de l'arbitre de la Partie défaillante

En cas de désignation de l'arbitre de la Partie défaillante par la personne chargée


d'organiser l'arbitrage ou par le Juge d'appui
Chaque Partie désignera un arbitre. Pour le cas où l'une d'entre elles refuserait de le faire dans un délai
d'un mois après la mise en demeure signifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de
réception, cet arbitre serait désigné par la personne chargée d'organiser l'arbitrage soit : ”Identifier la
personne chargée d'organiser l'arbitrage” le Président du Tribunal Judiciaire territorialement
compétent, statuant en référé ou sur requête à la demande de la partie la plus diligente.le Président du
Tribunal de commerce territorialement compétent, statuant en référé ou sur requête à la demande de la
partie la plus diligente.
Les arbitres ainsi désignés choisiront un troisième arbitre, dans un délai d'un mois à compter de
l'acceptation de leur désignation; s'ils ne peuvent y parvenir celui-ci sera désigné par la personne
chargée d'organiser l'arbitrage soit : ”Identifier la personne chargée d'organiser l'arbitrage” le
Président du Tribunal Judiciaire territorialement compétent, statuant en référé ou sur requête à la
demande de la partie la plus diligente.le Président du Tribunal de commerce territorialement
compétent, statuant en référé ou sur requête à la demande de la partie la plus diligente..

En cas d'application de l'arbitrage unique en raison de la défaillance de l'une des


Parties
Chaque Partie désignera un arbitre. Pour le cas où l'une des Parties refuserait de le faire ”Nombre
jours” jours après une mise en demeure signifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de
réception, le premier arbitre désigné serait considéré comme arbitre unique.
Le siège de l'arbitrage est d'ores et déjà fixé à ”Lieu” et en langue française”Préciser la langue de
l'arbitrage”.
Les arbitres statueront en droit. La décision ne sera pas susceptible d'appel et s'imposera
définitivement aux Parties.
Tant que la sentence arbitrale ne sera pas rendue, les obligations des Parties ne seront ni suspendues ni
modifiées.
Ils détermineront, dans leur sentence, le montant du préjudice éventuellement subi par l'une des
Parties, ainsi que celle d'entre elles devant supporter la charge de leurs honoraires.

Si la procédure d'arbitrage est écartée pour un montant déterminé


La procédure d'arbitrage ci-dessus décrite ne sera pas applicable si le litige a pour enjeu une somme
inférieure à ”Montant” euros. Dans ce cas, le litige sera soumis aux tribunaux compétents dans les
conditions de droit commun.

En cas d'arbitrage institutionnel


Toute contestation survenant à l'occasion du présent contrat, de son interprétation, de son exécution ou
de sa résolution sera soumise à une procédure de médiation préalable conduite sous l'égide de la
Chambre Arbitrale Internationale de Paris conformément à son Règlement de Médiation-Conciliation.
En cas d'échec de la Médiation, le litige sera résolu par arbitrage sous l'égide de la Chambre Arbitrale
Internationale de Paris conformément à son Règlement, que les Parties déclarent connaître et accepter.

Si la procédure d'arbitrage est écartée pour un montant déterminé


La procédure d'arbitrage ci-dessus décrite ne sera pas applicable si le litige a pour enjeu une somme
inférieure à ”Montant” euros. Dans ce cas, le litige sera soumis aux tribunaux compétents dans les
conditions de droit commun.
Si les litiges sont soumis à un tribunal particulier
TOUS LES LITIGES AUXQUELS LE PRÉSENT CONTRAT POURRAIT DONNER LIEU, CONCERNANT TANT SA
VALIDITÉ, SON INTERPRÉTATION, SON EXÉCUTION, SA RÉSOLUTION, LEURS CONSÉQUENCES, LEURS
SUITES ET QUI NE RELÈVERAIENT PAS DE LA COMPÉTENCE EXCLUSIVE DU TRIBUNAL JUDICIAIRE DE
PARIS, SERONT SOUMIS AU TRIBUNAL DE COMMERCE DE ”VILLE”.

Si les litiges sont soumis aux juridictions de droit commun


TOUS LES LITIGES AUXQUELS LE PRÉSENT CONTRAT ET LES ACCORDS QUI EN DÉCOULENT POURRAIENT
DONNER LIEU, CONCERNANT TANT LEUR VALIDITÉ, LEUR INTERPRÉTATION, LEUR EXÉCUTION, LEUR
RÉSOLUTION, LEURS CONSÉQUENCES ET LEURS SUITES SERONT SOUMIS AUX TRIBUNAUX COMPÉTENTS
DANS LES CONDITIONS DE DROIT COMMUN.

ARTICLE 21 - Nullité et indépendance des clauses

L'annulation éventuelle d'une ou plusieurs clauses de la présente convention par une décision de
justicepar une sentence arbitrale d'un commun accord entre les Parties ne saurait porter atteinte à ses
autres stipulations qui continueront de produire leur plein et entier effet pour autant que l'économie
générale de la convention puisse être sauvegardée.
Au cas où l'exécution de l'une ou plusieurs des clauses de la présente convention serait rendue
impossible du fait de son annulation, les Parties tenteront de se rapprocher afin d'établir une nouvelle
clause dont l'esprit et la lettre seront aussi proches que possible de l'ancienne clause, les autres
stipulations de la convention demeurant en vigueur.
A défaut ou si l'économie générale de la convention s'avérait fondamentalement bouleversée, les
Parties pourraient, d'un commun accord formalisé par écrit, constater l'annulation de la présente
convention dans son intégralité.

ARTICLE 22 - Enregistrement fiscal - Inscription au Registre National des Brevets

22-1 . Enregistrement fiscal

Toutes les impositions, taxes et droits qui seraient dus en conséquence de la présente Licence, et
notamment les éventuels droits d'enregistrement fiscal, à l'exception des impositions personnelles du
Concédant, seront à la charge du Licencié qui s'engage à les verser en temps utile et à procéder à toute
formalité fiscale qui découlerait de la présente Licence de Brevet.

22-2 . Inscription au Registre National des Brevets

Les frais afférents aux formalités administratives d'inscription de la présente Licence au Registre
national des brevets à l'Institut national de la propriété industrielle et, si nécessaire, aux autres
organismes concernés pour le territoires visés à l'article « Objet de la convention / Droit de propriété »
ci-dessus, seront à la charge du Licencié, qui s'y oblige et qui donne par les présentes tous pouvoirs au
porteur d'un original du présent acte, pour faire inscrire ladite cession au Registre national des
marques et accomplir toutes formalités y liées.

ARTICLE 23 - Documents annexes

De convention expresse, tous les documents annexés au présent contrat en font partie intégrante et
forment, avec celui-ci, un ensemble indivisible dans l'esprit des parties.
ARTICLE 24 - Election de domicile

Pour les besoins des présentes, les parties font élection de domicile :
- Pour le Concédant :Si le Concédant est une personne morale”Numéro et rue”, ”Code
postal” ”Ville”Si le Concédant est une personne physique”Numéro et rue”, ”Code
postal” ”Ville” ;
- Pour le Licencié :Si le Licencié est une personne morale”Numéro et rue”, ”Code
postal” ”Ville”Si le Licencié est une personne physique”Numéro et rue”, ”Code
postal” ”Ville” ;
Toute modification devra être signifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception à
l'autre partie, afin de lui être opposable.

Fait à ”Lieu de signature”,

le ”Date de signature”,

en trois exemplaires originaux, dont un pour chacune des parties et un pour l'enregistrement à l'INPI.

ANNEXE 1CARACTERISTIQUES ET PROTECTION DU BREVET

”Caractéristiques et protection du brevet”

ANNEXE 2TERRITOIRE CONTRACTUEL

”Définition du territoire contractuel”

Vous aimerez peut-être aussi