Vous êtes sur la page 1sur 30

Chapitre 2

GÉOMÉTRIE PLANE

Enoncé des exercices

1 Les basiques

Exercice 2.1 Donner une équation paramétrique et une équation cartésienne de la droite D passant par A (1, −2) et
dirigée par −

u (1, 2).
Donner une équation paramétrique et une équation cartésienne de la droite D passant par A (2, −1) et ayant comme
vecteur normal −→
n (3, 2).


x = 1 + 3λ
Exercice 2.2 Soit D la droite d’équation paramétrique , donner une équation cartésienne de D.
y = −1 + λ

Exercice 2.3 Soit D la droite d’équation cartésienne 2x + 3y + 1 = 0. Donner une équation paramétrique de cette
droite.

Exercice 2.4 On considère la figure formée de deux carrés OABC et OP QR. On construit le point M comme inter-
section de (AP ) et de (BQ). Montrer que les points M, C et R sont alignés.

Exercice 2.5 Olympiade mathématiques de Singapoure ( Test de sélection ) :


Soit (ABCD) un carré. On construit P ∈ (AB) et Q ∈ (BC) tels que BP = BQ. Soit H la projection orthogonale de
1. LES BASIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

B sur (P C) . Montrer que (QH) et (HD) sont orthogonales.

A D

B Q C

Exercice 2.6 Soient A, B et C trois points non alignés. Sur les côtés (AB) , (BC) et (CA) , on place les points
(D, E) , (F, G) et (H, I) tels que les milieux de [A, B] et [D, E] , [B, C] et [F, G] , [C, A] et [H, I] soient confondus.
On définit A′ , B ′ et C ′ comme les milieux de [D, I] , [E, F ] et [G, H].
Montrer que les droites (AA′ ) , (BB ′ ) et (CC ′ ) sont concourantes ou parallèles.

D
I
A'

E
B'

C' G
B
F
H
C

Exercice 2.7 Soit (ABC) un triangle, on note P = Bar ((B, 2) , (C, 1)) , Q = Bar ((C, 2) , (A, 1)) et R = Bar ((A, 2) , (B, 1)).
On définit A′ = (AP ) ∩ (BQ) , B ′ = (BQ) ∩ (CR) et C ′ = (CR) ∩ (AP ). Montrer que A′ est le milieu de [B, B ′ ] , B ′

—2/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 1. LES BASIQUES

le milieu de [C, C ′ ] et A′ le milieu de [B, B ′ ]. Comparer les aires des triangles (ABC) et (A′ B ′ C ′ ).

R
C'

B'
A'
C
B
P

 −→ − →
Exercice 2.8 Dans le plan muni d’un repère orthonormal direct O, i , j , soient C et C ′ les cercles d’équation
x2 + y 2 − 4 = 0 et x2 + y 2 − 8x + 15 = 0 respectivement.
1. Déterminer les centres Ω, Ω′ et les rayons R, R′ de ces cercles.
R′
2. Soit k = , déterminer les coordonnées du centre I de l’homothétie de rapport k qui envoie Ω sur Ω′ .
R
3. Soit M0 = (x0 , y0 ) un point de C, quelle est l’équation de la tangente TM0 en M0 au cercle C.
4. Déterminer le point A de C d’ordonnée positive et tel que la tangente à C en A passe par I.
5. Montrer que la droite (AI) est aussi tangente à C ′ .
 −    
→ −→ −
→ 1 −
→ 0
Exercice 2.9 On se place dans le plan R2 muni du repère canonique R = O, i , j où i = , j =
0 1
On considère l’ensemble H des points M = (x, y) tels que
x2 − y 2 = 1
π
Soit R′ = (O, −→
e1 , −

e2 ) le repère obtenu par rotation de centre O et d’angle du repère R . Donner l’équation de H
4
dans R′ . Tracer l’ensemble H.
1
Exercice 2.10 Soit H la courbe représentative de la fonction y = en repère orthonormal, soient A, B et C trois
x
points deux à deux distincts de H, montrer que l’orthocentre du triangle (ABC) est encore sur H.

Exercice 2.11 Déterminer les droites contenant A et tangentes à C lorsque :


a) A : (2, 3) et C : x2 + y 2 − 2x + 45 = 0
b) A : (0, 0) et C : x2 + y 2 − 2x − 2y − 2 = 0

Exercice 2.12 Soit (ABC) un triangle non rectangle en B, D la projection orthogonale de C sur (AB) et E la
EF AD
projection orthogonale de D sur (BC). Soit F un point de (DE) tel que = .Montrer que (AE) et (CF ) sont
FD DB
perpendiculaires.
AB −
−→ AB −→
Remarque : Si A, B et C sont alignés avec A = C alors est défini par AB = AC.
AC AC
On se placera dans le repère orthonormé d’origine B et d’axe Ox = (BC). On notera (α, β) les coordonnées de A,
BD
k= et ϕ l’ordonnée de F .
BA

—3/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
2. LES TECHNIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

Exercice 2.13 Soient A, B, C et D quatre points du plan R2 non alignés trois à trois. La parallèle D1 à (BC) qui
passe par A coupe (BD) en M. La parallèle D2 à (AD) qui passe par B coupe (AC) en N.
−→ −→

Montrer que (MN ) et (CD) sont parallèles. (Se placer dans le repère R = A, AB, AC )

 −    
2 → − → −
→ 1 −
→ 0
Exercice 2.14 On se place dans le plan R muni du repère canonique R = O, i , j où i = , j =
0 1
On considère l’ensemble H des points M = (x, y) tels que

x2 − y 2 + 2 2y = 0
 
√0 −

Soit R = (Ω, −
′ →
e1 , −

e2 ) le repère orthonormé direct de centre Ω = tel que l’angle entre i et −

e1 soit égal à
2
π
. Donner l’équation de H dans R′ . Tracer l’ensemble H.
4  
X
(On notera les coordonnées de M dans le repère R′ ).
Y

 − → −→
−  − −→ −−→
Exercice 2.15 Soit ABC un triangle non aplati. On considère les repères RA = A, AB, AC et RB = B, BA, BC ,
quel est l’ensemble des points ayant mêmes coordonnées dans les deux repères ? (Préciser la nature géométrique de cet
ensemble et préciser comment le construire, car c’est un ensemble remarquable !).

 − → − →
Exercice 2.16 On se place dans le plan R2 muni du repère canonique O, i , j . Soit X l’ensemble des point
   
x −1
M: tels que x2 + 3xy + y2 − x + y = 1. Soit R le repère orthonormé direct d’origine Ω : et de premier
y −  1
→ →
vecteur −

e1 tel que i , −e1 = π4 . Donner l’équation de X dans R, décrire l’ensemble X.

2 Les techniques
−−→ −−→ −−→
Exercice 2.17 Soient A, B et C trois points du plan, déterminer l’ensemble des points M tels que M A + 2M B + M C ·
 −−→ −−→ −−→
2M A + MB − 3M C = 0.

—4/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 2. LES TECHNIQUES

−−→ −−→ −−→


Exercice 2.18 Soient A, B et C trois points du plan, déterminer l’ensemble des points M tels que M A + 2M B + M C ·
 −−→ −−→ −−→
2M A + MB + 3M C = 0.

Exercice 2.19 On considère la figure suivante, montrer que les milieux des segments [A, A′ ] , [B, B ′ ] et [O, O′ ] sont
alignés.

o’

A’ A

B’ o

Exercice 2.20 Trois droites parallèles du plan R2 sont coupées par trois droites parallèles selon le schéma suivant

C F I

K' J'
B E H
L J

K L'

A D G

On désigne par : L et L′ les centres des parallélogrammes (A, C, F, D) et (D, E, H, G), J et J ′ les centres des parallé-
logrammes (A, C, I, G) et (E, F, I, H), K et K ′ les centres des parallélogrammes (A, B, H, G) et (B, C, F, E)
−−→ −
−→
Montrer que les droites (LL′ ), (JJ ′ ) et (KK ′ ) sont concourantes. (utiliser R = (A, AD, AB))

Exercice 2.21 Soient A, B, C trois points non alignés d’un plan affine euclidien et ∆ une droite, on désigne par
A′ , B ′ , C ′ les projections orthogonales de ces points sur ∆. Montrer que les perpendiculaires à (BC) , (AC) , (AB)

—5/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
2. LES TECHNIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

issue de A′ , B ′ , C ′ respectivement sont concourantes.

B' A' C'


−→ − −

Exercice 2.22 Soient O, A, B trois points alignés tels que OA = AB. On désigne par ∆ la perpendiculaire à (AB)
passant par B. Soit C le cercle de diamètre [OA] . Pour P ∈ ∆, on définit M1 et M2 comme les points d’intersection
des tangentes à C issues de P avec la parallèle à ∆ passant par O.
−−−→ −−−→
Montrer que OM1 · OM2 est constant, déterminer le centre de gravité du triangle (P M1 M2 )

M2

O A B
M1
P

Exercice 2.23 Soient (ABC) et (A′ B ′ C ′ ) deux triangles tels que les parallèles à (AB) , (BC) et (CA) passant,
respectivement, par C ′ , A′ et B ′ soient concourantes. Montrer qu’il en est de même des parallèles à (A′ B ′ ) , (B ′ C ′ ) et

—6/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 2. LES TECHNIQUES

(C ′ A′ ) passant, respectivement, par C, B et A.

C'

A'

B
C B'

 −→ − →
Exercice 2.24 Dans le plan rapporté au repère orthonormé O, i , j , soient les deux cercles
45
(Γ) : x2 + y 2 = 10 et (Γ′ ) : x2 + y 2 − 10x + =0
2
1. Préciser les centres et les rayons de Γ et Γ′ .
2. Déterminer les équations des quatre tangentes communes à Γ et Γ′ . Montrer que ces tangentes se regroupent par
paires qui se coupent sur la droite joignant les centres. Montrer que les points d’intersection sont les centres
d’homothéties qui échangent Γ et Γ′ .
3. Déterminer les huit points de contact entre l’un des cercles et l’une des tangentes. Montrer que ces points se
répartissent en deux ensembles de quatre points alignés.

Exercice 2.25 Soit (ABC) un triangle, on note C le cercle de diamètre [B, C], H l’orthocentre de (ABC) . On
suppose que A est à l’extérieur de C. Soit T1 et T2 les tangentes à C issues de A et P, Q les points de contacts de ces
tangentes, montrer que P, Q et H sont alignés.

B M
C

Exercice 2.26 On considère un carré (ABCD) de centre O et une droite ∆ passant par A, non parallèle aux côtés
du carré. Cette droite coupe (BC) et (CD) en E et F respectivement. On note I le milieu de [B, E]. On considère le

—7/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
3. LES EXOTIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

repère d’origine A, d’axe Ox égal à (AD) et d’axe Oy égal à (AB). Sans perte de généralité, on peut supposer que la
longueur du côté du carré vaut 1. On notera α la pente de la droite ∆.

1. Montrer que la droite (F I) est tangente au cercle inscrit dans le carré.


 2
(On pourra utiliser l’égalité (2α (1 − α))2 + (2α − 1)2 = 2α2 − 2α + 1 )
2. Montrer que M est sur le cercle circonscrit à (ABCD) ?

Exercice 2.27 Dans le plan R2 , soit (A, B, C) un triangle, ∆A , ∆B et ∆C trois droites parallèles passant respective-
ment par A,B et C. On note A′ = (BC) ∩ ∆A , B ′ = (AC) ∩ ∆B et C ′ = (AB) ∩ ∆C . On suppose que les trois points
P = (BC) ∩ (B ′ C ′ ), Q= (AC) ∩ (A′ C ′ ) et R = (AB) ∩ (A′ B ′ ) existent, montrer qu’ils sont alignés P, Q et R.. (On
−−→ −−→
utilisera le repère R = A, AA′ , AB ′ ).

Exercice
 − 2.28 Soit (ABC) triangle du plan et G son isobarycentre, on note R et R′ les repères définis par
 un−−→
−→ −→ −−

R = A, AB, AC et R′ = G, GB, GC .

−−→ −−→
1. Exprimer les coordonnées des vecteurs GB et GC dans le repère R, en déduire que R′ est bien un repère du plan.
2. Quels sont les points ayant même coordonnées dans les deux repères ?

Exercice 2.29 Une droite D coupe un triangle (A, B, C). On note P = (BC) ∩ D, Q = (AC) ∩ D et R = (AB) ∩ D.

→ −→ −→ −→ −−→ −−→ −−→ −− → −−→
Soient I, J et K les points tels que AI = AQ + AR, BJ = BP + BR et CK = CP + CQ, montrer que I, J et K sont
alignés.

3 Les exotiques
Exercice 2.30 Le problème des échelles. Dans un couloir de largeur x, deux échelles, de longeur 3 m et 4 m sont
disposés comme sur le schéma ci dessous. Elles se croisent à 1 m de hauteur, déterminer x (on demande une valeur

—8/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 4. LES OLYMPIQUES

approchée)

Exercice 2.31 Dans le plan muni d’un repère orthonormé, tracer les ensembles A et B définis par
       
x 2 x
A= M : , x2 + (|y| + 1) = 1 et B = M : , x2 + (|y| − 1)2 = 1
y y

4 Les olympiques
Exercice 2.32 Soit C et C ′ deux cercles de centre O et O′ , déterminer le lieu des milieux des segments [M, N ] où
M ∈ C, N ∈ C ′ sont tels que les tangents en M et N soient perpendiculaires.

5 Le grenier
Exercice 2.33 Olympiade mathématiques (Gréce 1997) :
Soit ABC un triangle, on note D, E, H, Z, T les milieux de [B, C] , [A, D] , [E, D] , [D, B] et [E, Z].

H
I

E T Z

A B

montrer que AK = 3CK, HK = 3HT, BE = 3EI et que l’aire du triangle (ABC) est égale à 32 fois celle de (EHT ) .

—9/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
5. LE GRENIER CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

Exercice 2.34 On se place dans le plan R2 muni d’un repère orthonormé, soit P l’ensemble des points M de coor-
données (x, y) dans le repère canonique R, telles que 4x2 + y 2 − 4xy− 5x
 − 10y = 0. Déterminer l’équation de P dans
1
le repère Rθ déduit de R par la rotation d’angle θ. Pour θ = arctan , quelle est l’équation de P ? Tracer alors P.
2

Exercice 2.35 Dans un triangle rectangle, la médiane issue du sommet de l’angle droit a pour longueur la moitié de
l’hypoténuse.
Preuve : Le triangle est inscrit dans un cercle centré au pied de la médiane, la-dite médiane est alors un rayon du
cercle et l’hypoténuse, le diamètre !

—10/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
Chapitre 2
GÉOMÉTRIE PLANE

Solution des exercices

1 Les basiques
Exercice 2.1 Non corrigé

Exercice 2.2 Non corrigé

Exercice 2.3 Non corrigé

Exercice 2.4 O est l’origine du repére tel que A ait pour coordonnées (1, 0). Alors on a
B : (1, 1) , C : (0, 1) , P : (0, a) , Q : (−a, a) , R : (−a, 0) où a ∈ R.
x − 1 −1
l’équation de (AP ) est (E1 ) : = xa − a + y = 0
y a
(E1 ) : ax + y − a = 0
x − 1 −a − 1
l’équation de (BQ) est (E2 ) : = xa − x − 2a + y + ay = 0
y−1 a−1
(E2 ) : (a − 1) x + (a + 1) y − 2a = 0
x a
l’équation de (CR) est (E3 ) : = x − ay + a = 0
y−1 1
(E3 ) : x − ay + a = 0.
Ce qui est E2 − E1 . Ainsi M = (AP ) ∩ (BQ) ∈ (CR) .
Remarque : Cela marche encore si OP QR et OABC sont des rectangles et non des carrés.
Autre approche possible : Les coordonnées de M sont solutions du système

ax + y = a
(a − 1) x + (a + 1) y = 2a

a 1
Le déterminant du système est ∆ = 2
a − 1 a + 1 = 1 + a = 0. Le système est donc de Cramer, on a donc

1 a 1 a (a − 1) 1 a a a (a + 1)
x = 2 2a a + 1
= 2
et y = 2 a − 1 2a
= . Les coordonnées de M sont donc
 1 + a  1 + a 1 + a  1+ a2 
a (a − 1)   a (a − 1) a (a − 1)
 1 + a2  −→ −a −−→  + a2   1 + a2 
 a (a + 1)  . Pour finir on a CR : et CM :  a (a1+ 1)  =  a − 1  d’où
−1
− 1
1 + a2 1 + a2 a2 + 1
−−→ a − 1 −→
CM = − 2 CR
a +1
ce qui prouve l’alignement de M, C et R.
On peut aussi vérifier que les coordonnées de M vérifient l’équation de (CR).
1. LES BASIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

Exercice 2.5 On se place dans le repère d’origine B et d’axes Ox = (BC) , Oy = (BA) . On peut supposer que le
carré a ses côtés de longueur 1.
x − 1 −1
Si on note α = BP, l’équation de la droite (P C) est = 0, i.e. αx + y = α. Une équation normale est
y α
alors √αα2 +1 x + √α12 +1 y = √αα2 +1 , on en déduit les coordonnées de
 
α2 α
H: 2
, 2
α +1 α +1
Puis    
α2 α
−−→ α2 +1 − α α2 +1 − 1
QH : α =α 1
α2 +1 α2 +1
et    
α2 −1
−−→ α2 +1 −1 α2 +1
DH : α = α
α2 +1 −1 α2 +1 − 1
QH BQ
Ce qui prouve que (QH) ⊥ (HD) . On a en plus le résultat suivant : = .
DH BC
Exercice 2.6 non corrigé

Exercice 2.7 non corrigé

Exercice 2.8

1. On a Ω : (0, 0) , R = 2, Ω′ : (4, 0) et R′ = 1.
R′ 1 −→ 1 − →
2. On a = , le point I vérifie IΩ′ = IΩ, si (x, y) sont les coordonnées de I, on a alors
R 2 2

 4 − x = 1 (−x)
 
2 x=8
1 ⇐⇒

 −y = (−y) y=0
2
3. L’équation de cette tangente est xx0 + yy0 = 4.
 √  √ 
1 1 15 1 15
4. I ∈ TM0 ⇐⇒ 8x0 = 4 ⇐⇒ x0 = et alors y0 = 4 − = . Le point A a pour coordonnées ,
2 4 2 2 2

x 15y √
5. La tangente en A a pour équation + = 4 ⇐⇒ x + 15y = 8. La distance de Ω′ à cette droite est
2 2
|4 − 8|
√ =1
1 + 15
ce qui prouve qu’elle est aussi tangente à C ′ .

—12/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 1. LES BASIQUES

   
1 1 1 −1
Exercice 2.9 On a − →e1 = √ et −

e2 = √ , on applique les formules de changement de repère, si
2 1 2 1
 ′ 
x
sont les coordonnées de M dans le repère R′ , on a
y′
 1 −1 
  0 + √ x′ + √ y′
x  2 2 
= 1 ′ 1 ′ 
y 0+ √ x + √ y
2 2
Ainsi
 2  2
1 1 1 1
M ∈ H ⇐⇒ √ x′ − √ y ′ − √ x′ + √ y′ = 1
2 2 2 2
1 ′ 2 1 2 1
⇐⇒ (x − y ′ ) − (x′ + y ′ ) = 1 ⇐⇒ −2x′ y ′ = 1 ⇐⇒ y ′ = − ′
2 2 2x
 
1
On peut alors tracer l’ensemble H dans le nouveau repère. On remarque que les points de coordonnées et
  0
−1
dans R sont sur H, ce qui permet de faire une tracé un peu plus précis.
0

       
a b c x
Exercice 2.10 Notons 1 , 1 et 1 les coordonnées de A, B et C . Le point M de coordonnées
y
a b c−−→ −−→
est sur la hauteur issue de A si et seulement si AM · BC = 0. L’équation de cette hauteur, notée hA est donc
       
x−a c−b x−a 1
1 · 1 1 = 0 ⇐⇒ 1 · 1 =0
y− − y− −
a c b a cb
     
c−b c−b 1
car 1 1 = b−c = (c − b) 1 et b = c car B = C. On en déduit l’équation de hA
− −
c b cb cb
y 1
hA : x − =a−
cb abc

—13/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
1. LES BASIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

On obtient l’équation de hB , hauteur issue de B, par permutation circulaire des variables ( a → b → c → a), d’où
y 1
hB : x − =b−
ac bca
Les coordonnées de l’orthocentre sont donc solutions du système
 
y 1  y 1

 x − = a − 
 x− =a− 
 cb abc  cb abc 1
x=−
⇐⇒   ⇐⇒ abc
 L2 ←L2 −L1  1 1
 x− y =b− 1
 

 y − =b−a
y = −abc
ac bca bc ac
 
1
− 1
Les coordonnées de l’orthocentre sont ainsi abc elles vérifient bien l’équation ”y = ”, ce qui prouve que
−abc x
H ∈ H.

Exercice 2.11

L’idée est toujours la même, si TA est une tan-


gente à C de centre Ω passant par A et si M est A

le point de contact alors (ΩM) ⊥ (AM), ainsi M
est sur le cercle de diamètre [ΩA].

−−→ −−→
Pour a)
 : Le centre
  de C a pour coordonnées Ω : (1, 0) , le cercle de diamètre [Ω, A] a pour équation ΩM · AM =
x−1 x−2
0 ⇐⇒ · = x2 + y2 − 3x − 3y + 2 = 0. Les points de contacts des tangentes issues de A ont pour
y y−3
coordonnées les solutions du système
  2
x2 + y 2 − 2x + 45 = 0 x + y2 − 2x + 45 = 0
⇐⇒ 6
x2 + y 2 − 3x − 3y + 2 = 0 L2 −L1 −x − 3y + = 0
5
  2   
 −3y + 6
 2
+ y − 2 −3y +
6 4
+5 =0  10y 2 − 6 y − 4 = 0

⇐⇒ 5 5 ⇐⇒ 5 25
 6  14
 x = −3y +  x = 3y +
5 5
   
3 36
   
On obtient deux solutions M1 :  51 et M2 :  252  qui donnent deux tangentes

5 25


3
x−2 −2 14 7 7
5
TM1 : 1 = − x + y + = 0, soit TM1 : 2x − y = 1
y−3 −3 5 5 5

5
et

x − 2 36 − 2 77 14 112
25
TM2 : =− x+ y+ = 0, soit TM2 : 11x − 2y = 16
y−3 − 2 −3 25 25 25
25

—14/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 1. LES BASIQUES

Pour b), on applique la même méthode. Mais cette fois ci le point A est à l’intérieur de C, il n’y a pas de tangente à
C issue de A
Pour se convaincre: le centre
 Ω  de C a pour coordonnées (1, 1) , l’équation du cercle de diamètre [A, Ω] est donc
−−→ −−→ x−1 x
ΩM · AM = 0 ⇐⇒ · = x2 + y 2 − x − y = 0. Le système
y−1 y
 
x2 + y 2 − 2x − 2y − 2 = 0 x2 + y 2 − 2x − 2y − 2 = 0
⇐⇒
x2 + y 2 − x − y = 0 L2 −L1 x+y+2 =0
 2 2
(−y − 2) + y − 2 (−y − 2) − 2y − 2 = 0
⇐⇒
x+y+2=0

2y 2 + 4y + 6 = 0
⇐⇒
x+y+2 =0

n’a pas de solution (l’équation y 2 + 2y + 3 = 0 a pour racines −1 ± i 2).

Exercice 2.12

A D B

Dans le repère indiqué, on a A : (α, β) , C : (c, 0) , D : (kα, kβ) , E : (kα, 0) et enfin F : (kα, ϕ). On a
   
α kα − c
(AB) ⊥ (CD) ⇐⇒ · = kα2 + kβ 2 − αc = 0
β kβ

−−→ −−→ EF ϕ −−→ −


−→ −−→ −−
→ AD 1−k
Puis EF = ϕ-j, F D = (kβ − ϕ) -j donc = , AD : (k − 1) BA, DB = −kBA donc = . On en
FD kβ − ϕ DB k
déduit que
ϕ 1−k
= ⇐⇒ ϕ = k (1 − k) β
kβ − ϕ k
   
−−→ −→ kα − c (k − 1) α  
Enfin CF · AE = · = (k − 1) kα2 + kβ 2 − αc = 0.
k (1 − k) β −β
Remarque : Une variante pour l’exo, on construit D, E comme de la même manière. Puis F est le point d’intersection
EF AD
de la perpendiculaire à (AE) passant par C et de (DE). Montrer que = .
FD DB

—15/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
1. LES BASIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

Exercice 2.13 Dans le repère indiqué, l’équation de (BC) est x + y = 1. La droite D1 a pour équation x + y = 0.
Soient (α, β) les coordonnées de D, l’équation de (BD) est

x−1 α−1
= βx − (α − 1) y − β = 0
y β

Les coordonnées de M sont solutions de 


βx − (α − 1) y − β = 0
x+y =0
ce qui donne  
β
M :  β + αβ− 1 
 

β+α−1
Remarquons que α + β = 1 signifie que D ∈ (BC) ce qui est contraire aux l’hypothèses de l’énoncé.
L’équation de (AD) est βx − αy = 0, la droite D2 a donc pour équation βx − αy = β (car elle est parallèle à (AD) et
passe par B). Elle coupe (AC) (l’axe des y) en
 
0
N: β

α
Remarquons que α = 0 signifie que D est aligné avec A et C...
−−→
Le vecteur N M a pour coordonnées
   β 
β
−−→  β+α−1   β +α−1 
NM :  β β = β 
− + (β − 1)
β+α−1 α α (β + α − 1)
et  
−−→ α
CD :
β−1
d’où
−−→ β −−→
NM = CD
α (β + α − 1)
ce qui prouve le parallélisme annoncé.

Exercice 2.14 D’après les formules de changement de coordonnées, on a


  
 √ X Y
 
 x = 2 −
x =√0 + cos π4 X − sin π4 Y  2 2 
⇐⇒ √
y = 2 + sin π2 X + cos π4 Y 
 X Y
 y = 2 1+ +
2 2
d’où
 2  2  
X Y X Y X Y
M ∈ H ⇐⇒ 2 − −2 1+ + +4 1+ + =0
2 2 2 2 2 2
 2  2
X Y X Y
⇐⇒ − − 1+ + + (2 + X + Y ) = 0
2 2 2 2
  
X Y X Y X Y X Y
⇐⇒ − +1+ + − −1− − + (2 + X + Y ) = 0
2 2 2 2 2 2 2 2
⇐⇒ − (1 + X) (1 + Y ) + (2 + X + Y ) = 0
⇐⇒ −1 − X − Y − XY + 2 + X + Y = 0
⇐⇒ XY = 1

—16/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 1. LES BASIQUES

On a donc une équation très simple dans le nouveau repère, à savoir


1
Y =
X
On peut alors tracer l’ensemble H.
Remarque
 : Si on cherche les points d’intersection avec les axes de l’ancien repère, on constate que H contient O, et
0

A: que l’on construit facilement (puisque Ω est le milieu de [O, A]).
2 2

 
x
Exercice 2.15 Soit M de coordonnées dans les deux repères alors
y
−−→ −
−→ −→
AM = xAB + y AC
−−→ −
−→ −−→
BM = xBA + y BC
Mais
−−→ −−→ −−→ −−→ −− → −→
BM = BA + AM et BC = BA + AC
d’où
−−→ −−→ −−→ −
−→ −
−→ −→
BM = BA + AM = xBA + y BA + yAC
soit
−−→ −
−→ −→ −
−→ −→
AM = (−x − y + 1) AB + yAC = xAB + y AC
Par unicité des coordonnées on a 
x = −x − y + 1
⇐⇒ y = 1 − 2x
y=y
On obtient donc la droite d’équation y = 1 − 2x dans le repère RA (ou RB ). Pour x = 0, on a y = 1, ce qui donne le
1
point C dans le repère RA (et aussi dans RB ), pour x = , on a y = 0, ce qui donne le milieu de [A, B] dans les deux
2
repères. Le lieu cherché est donc la médiane
 issuede ′C.
x x
Autre méthode (plus rapide) : Notons et sont les coordonnées dans les repères RA et RB . Les coor-
y   y′      
−−
→ −−→ 1 −−
→ −1 −−→ −1 0
données dans RA de B, BA et BC sont B : , BA : et BC : car C : . Les formules de
0 0 1 1
changement de coordonnées donnent alors 
x = 1 − x′ − y′
y = 0 + y′

—17/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
2. LES TECHNIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

Les points ayant mêmes coordonnées sont les points de coordonnées dans RA telles que

x=1−x−y
y =0+y
On retrouve bien le même résultat....
 ′ 
x
Exercice 2.16 On note les coordonnées de M dans le repère R. Les formules de changement de coordonnées
y′
s’écrivent 
x −1 cos π4 x′ − sin π4 y′
= + +
y 1 π
sin 4 x′ cos π4 y′
soit 

 x′ y′
 x = −1 + √ − √
2 2
′ ′
 x
 y =1+ √ + √ y

2 2
Le point M est dans X si et seulement si
2
(x + y) + xy − (x − y) − 1 = 0
 ′ 2  ′    ′    
2x x y′ x y′ 2y ′
⇐⇒ √ + √ − 1+ √ √ + 1+ √ − −2 − √ −1=0
2 2 ′ 2 2 2 2
x′2 y2 2y ′ 2y′
⇐⇒ 2x′2 + −1− − √ +2+ √ −1 =0
2 2 2 2
5x′2 − y ′2
⇐⇒ =0
2
L’équation de X dans R est donc
5x′2 − y′2 = 0
√ ′  √ ′ 
Elle se factorise en 5x − y ′ 5x + y′ = 0. Ainsi
 ′ √ ′
 y = 5x
M ∈ X ⇐⇒ ou√
 ′
y = − 5x′
L’ensemble X est donc la réunion de deux droites sécantes en X.

2 Les techniques
−−→ −−→ −−→ −−→
Exercice 2.17 Soit G le barycentre de (A, 1) , (B, 2) et (C, 1) alors M A + 2M B + M C = 4MG. Puis
−−→ −−→ −−→ −−→ −→ −−→ −−→ −−→ −−→
2MA + MB − 3MC = 2MG + 2GA + M G + GB − 3M G − 3GC
−→ −−→ −−→
= 2GA + GB − 3GC

−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ − −→ −−→ −→


2M A + MB − 3M C = 2M A + MA + AB − 3M A − 3AC
−−
→ −→
= AB − 3AC

−→ −→
Ainsi, si D est le lieu cherché, et si −

v = AB − 3AC, on a
−−→ →
M ∈ D ⇐⇒ 4M G · −
v =0

On a donc deux cas :



→ −
−→ −→
Premier cas −
→v = 0 . Les trois points A, B et C sont alors alignés avec AB − 3AC et tous les points du plan sont dans
D.

→ −−→
Second cas −→
v = 0 . Alors M ∈ D ⇐⇒ M G est orthogonal à − →
v . Le lieu cherché est la droite passant par G et


orthogonale au vecteur v .

—18/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 2. LES TECHNIQUES

−−→
Exercice 2.18 Soit G le barycentre de (A, 1) , (B, 2) et (C, 1) et H celui de (A, 2) , (B, 1) et (C, 3) ; alors M A +
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
2MB + M C = 4M G et 2MA + M B + 3MC = 5MH. Si C est le lieu cherché alors
−−→ −−→
M ∈ C ⇐⇒ 4M G · 5M H = 0

Ainsi C est le cercle de diamètre [G, H].


 − → −−→
−−
Exercice 2.19 On se place dans le repère R = A′ , A′ B ′ , A′ O′ .Ainsi on a A′ : (0, 0) , B ′ : (1, 0) , B : (0, β) , O :
(̟, 0) , O′ : (0, 1) . L’équation de la droite (O′ B ′ ) est x+y = 1, les coordonnées
 de A sont donc (α, 1 − α). Le milieu de
A+A′
 α 1−α  B+B ′ 1 β ′  1
[A, A ] est M = 2 : 2 , 2 , celui de [B, B ] est N = 2 : 2 , 2 enfin celui de [O, O′ ] est L = O+O
′ ′
2 : ̟
2, 2 .
−−→ −−→
Il s’agit de vérifier que le déterminant Det LM, LN est nul. Ce qui revient à vérifier que

α−̟ 1−̟
1
2 2
β−1 = (αβ − ̟β + ̟ − α̟)
−α 4

2 2
Il reste une condition que nous n’avons pas exploité : l’alignement des points O, A et B. Cet alignement se traduit par
−→ −−→
α − ̟ −̟
Det OA, OB = 0 ⇐⇒ =0
1−α β

Mais
α−̟ −̟
= αβ − ̟β + ̟ − α̟
1−α β
ce qui termine l’exercice.
−−→ − −→
Exercice 2.20 On a dans le repère R = (A, AD, AB) :
A : (0, 0) D : (1, 0) G : (α, 0)
B : (0, 1) E : (1, 1) H : (α, 1) où α > 1 et β > 1.
C : (0, β) F : (1, β) I : (α, β)
puis
A + F 1 β D + H  α+1 1 
L= : 2, 2 L′ = : 2 ,2
2 2
A + I α β  E + I 
β+1

J= : 2, 2 J′ = : α+1 2 , 2
2 2  
A + H α 1 B + F β+1
K= : 2, 2 K′ = : 12 , 2
2 2
On en déduit
les équations
de :
x− 1 α
(LL′ ) : 2
β
2 ′
1−β = 0 soit (LL ) : 2 (1 − β) x − 2αy = 1 − β − αβ
y − 2 2

x− α 1
(JJ ′ ) : 2
β
2 = 0 soit (JJ ′ ) : 2x − 2y = α − β
1
y − 2 2
α



x − 2 1−α 2

= 0 soit (KK ′ ) : 2βx + 2(α − 1)y = αβ + α − 1
(KK ) : 1 β
y−2 2
En notant P = (JJ ) ∩ (KK ′ ) , les coordonnées de P : (xP , yP ) vérifient le système


2xP − 2yP = α − β
2βxP + 2(α − 1)yP = αβ + α − 1

2 −2
par les formules de Cramer on a ∆ = = 4(α + β − 1) = 0 car α > 1 et β > 1, puis
2β 2(α − 1)

1 α−β −2 (α − β) (α − 1) + αβ + α − 1
= α2 + β − 1
xP = =
∆ αβ + α − 1 2(α − 1) 2(α + β − 1) 2(α + β − 1)

—19/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
2. LES TECHNIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

on ne calcule pas yP explicitement mais on se souvient que 2yP = 2xP − (α − β). Il reste à vérifier que
P ∈ (LL′ ) ⇔ 2 (1 − β) xP − 2αyP = 1 − β − αβ
⇔ 2 (1 − β) xP − α (2xP − (α − β))
⇔ 2 (1 − β − α) xP + α (α − β) = 1 − β − αβ
 
⇔ − α2 + β − 1 + α (α − β) = 1 − β − αβ

ce qui est vrai.


Remarque : En fait le calcul des coordonnées de P est inutile. On peut remarquer que les équations des trois droites
sont liées. En effet (LL′ ) − (JJ ′ ) = − (KK ′ ) ce qui permet de conclure immédiatement que le point d’intersection de
(LL′ ) et de (JJ ′ ) est aussi sur (KK ′ )

Exercice 2.21 On se place dans le repère orthonormé d’origine A′ , d’axe Ox = ∆. Les coordonnées des points sont
alors : A : (0, α) , B : (b, β) , C : (c, γ) , A′ : (0, 0) , B ′ : (b, 0) , C ′ : (c, 0). Notons hA la perpendiculaire à (BC) issue
de A′ ( hB , hC sont définies
de manière
analogue).
x γ−β
L’équation de hA est = (b − c) x − (γ − β) y = 0, l’équation de hB est x − b γ − α = −c (x − b) −
y b − c y −c

x−c β−α
(γ − α) y = 0 et celle de hC est = −b (x − b) − (β − α) y = 0. Puisque A, B et C ne sont pas alignés,
y −b
les droites hB et hA sont sécantes (leurs vecteurs normaux, qui sont  les vecteurs directeurs de (BC) et (AC) , ne
−c (xP − b) − (γ − α) yP = 0
sont pas colinéaires). Notons P : (xP , yP ) le point d’intersection, alors . Si l’on fait la
−b (xP − b) − (β − α) yP = 0
différence de ces deux équations on a (b − c) xP − (γ − β) yP = 0. Ce qui prouve que P ∈ hA .

Exercice 2.22 On se place dans un repère orthonormé d’origine O, d’axe Ox = (AB) (On peut même supposer
que OA = 1 ). Les coordonnées des points sont : A : (a, 0) , B : (2a, 0) , P : (2a, p) , M1 : (0, m1 ) , M2 : (0, m2 ).
x 2a
Soit M : (0, m) , l’équation de (P M ) est = (p − m) x − 2a (y − m) = 0. On traduit que (P M )
y−m p−m
a
est tangente à C en écrivant que d (C, (P M )) = où C est le centre du cercle C. Cette égalité est équivalente à
2
a
(p − m) + 2am
2 a
 = , en élevant au carré, on obtient
2 2
(p − m) + 4a2
 a 2  
4 (p − m) + 2am = a2 (p − m)2 + 4a2 ⇒ 2m2 + 2mp − a2 = 0
2
−−−→ −−−→ a2
Ainsi m1 et m2 sont racines du polynôme 2X 2 + 2pX − a2 = 0. On a alors OM1 · OM2 = m1 m2 = − , et
2
 2a   2a   2a 
P + M1 + M2
G= = p+m31 +m2 = p−p 3
= 3
3 3 3
0
est fixe !
 − → −→

Exercice 2.23 Dans le repère A, AB, AC . On a A′ : (a1 , a2 ) , B ′ : (b1 , b2 ) et C ′ : (c1 , c2 ). La parallèle à (AB)
passant par C ′ a pour équation y = c2 . La parallèle à (AC) passant par B ′ a pour équation x = b1 . Elles se coupent
en P ′ : (b1 , c2 ).
La droite (CB) a pour équation x + y = 1, la parallèle à (CB) passant par A′ a donc pour équation x + y = a1 + a2 .
Elle passe par P ′ si et seulement si
b1 + c2 = a1 + a2 ⇐⇒ (b1 − a1 ) + (c2 − a2 ) = 0

La droite (A′ C ′ ) a pour équation



x − a1 c1 − a1
= (c2 − a2 ) x − (c1 − a1 ) y + Cst = 0 où Cst est une constante
y − a2 c2 − a2

—20/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 2. LES TECHNIQUES

La parallèle à (A′ C ′ ) passant par B a donc pour équation

(c2 − a2 ) x − (c1 − a1 ) y − (c2 − a2 ) = 0 (2.1)

La droite (A′ B ′ ) a pour équation



x − a1 b1 − a1
= (b2 − a2 ) x − (b1 − a1 ) y + Cst = 0 où Cst est une constante
y − a2 b2 − a2

La parallèle à (A′ B ′ ) passant par C a donc pour équation

(b2 − a2 ) x − (b1 − a1 ) y + (b1 − a1 ) = 0 (2.2)

enfin La droite (B ′ C ′ ) a pour équation



x − b1 c1 − b1

y − b2 c2 − b2 = (c2 − b2 ) x − (c1 − b1 ) y + Cst = 0 où Cst est une constante

La parallèle à (B ′ C ′ ) passant par A a donc pour équation

(c2 − b2 ) x − (c1 − b1 ) y = 0 (2.3)

On constate que
(2.1) − (2.2) − (2.3) = (b1 − a1 ) + (c2 − a2 )

Les droites (A′ C ′ ) et (A′ B ′ ) sont sécantes donc leur parallèles passant par B et C respectivement le sont aussi. Les
coordonnées du point d’intersection vérifient (2.1) et(2.2) , donc également
(2.3) dès que (b1 − a1 ) + (c2 − a2 ) = 0. Ce qui prouve le résultat.

Exercice 2.24

A
Γ
A’


C
I C’ J
Ω’
D D’ Γ’

B’
B


1. Γ a clairement pour centre Ω = O = (0, 0) et pour rayon R = 10. Puis Γ′ : (x − 5)2 + y2 = 25 − 45
2 = 52 , ainsi

le centre de Γ′ est Ω′ = (5, 0) , et le rayon est égal à R′ = 52 .
2. Soit M0 = (x0 , y0 ) un point de Γ, la tangente TM0 à Γ en M0 a pour équation xx0 + yy0 = 10. Pour que cette
|5x −10|
droite soit aussi tangente à Γ′ , il faut et il suffit que d (Ω′ , TM0 ) = R′ ⇔ √ 2 2 = 52 ⇔ (5x0 − 10)2 = 25, car
0
x0 +y0
M0 ∈ Γ,donc x20 + y02 = 10. On trouve donc deux valeurs de x0 (ce qui est normal car la figure est symétrique par
rapport à la droite joignant les centres ), puis à chaque valeur de x0 est associé une valeur de y0 . En conclusion

—21/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
2. LES TECHNIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

M0 ∈ {(1, 3) , (1, −3) , (3, 1) , (3, −1)}. Les équations des quatre tangentes sont : x + 3y = 10, x −  3y =  10,
3x + y = 10, 3x − y = 10. Les deux premières se coupent en J = (10, 0) et les deux secondes en I = 10 3 , 0 .
′ R′ 1
Les homothéties qui envoient Γ sur Γ ont pour rapport ± R = ± 2 , il suffit de vérifier que l’homothétie de
−−→ −→
rapport 12 , de centre J envoie Ω sur Ω′ . C’est bien le cas car JΩ′ = (5, 0) et JΩ = (10, 0). De la même manière
−→′ −

IΩ = − 12 IΩ, l’homothétie de centre I et de rapport − 12 envoie aussi Γ sur Γ′
3. On a déjà les quatre points sur Γ : A = (1, 3) , B = (1, −3) , C = (3, 1) et D = (−3, 1)
Les quatre autres sont leur image une des deux homothéties précitées. En effet, choisissons celle de centre J.par
exemple, l’image M0′ d’un point M0 de Γ est sur Γ′ . Puisque l’image d’une droite par une homothétie (de rapport
non nul) est une droite, M0′ est aussi sur l’image de TM0 (la tangente à Γ en M0 ). Si cette tangente est commune
aux deux cercles, M0′ est un des quatre autres points de contact.
−→    
Les quatre autres points sont donc A′ = J + 12 JA = 11 2 , 32 , B ′ = 11
2 , − 32 (symétrie de la figure), C ′ =
−→    
J + 12 JC = 72 , 12 et D′ = 72 , − 12 .
La figure semble indiquer que A, C, D′ , B ′ sont alignés (par symétrie A′ , C ′ , D, B aussi).
Or les points A, C, D′
5
−→ −−→ 2
′ 2 = 0, ce qui est
sont alignés si et seulement si Det AC, AD = 0. Cette condition se traduit par
−2 − 5

2
le cas.
9
−→ −−→ 2
2 = 0 ce qui est aussi le
Les points A, C, B ′ sont alignés si et seulement si Det AC, AB ′′ = 0, i.e.
−2 − 9
2
cas.

Exercice 2.25 On se place dans le repère orthonormé d’origine M milieu de [B, C] d’axe des abscisses dirigé par
−−→
M A ; ainsi A a pour coordonnées (a, 0) avec a > 0. On suppose (sans perte de généralités) que MB = M C = 1.
Les points P et Q sont donc à l’intersection du cercle C d’équation x2 + y 2 = 1 et du cercle de diamètre [A, M]
 a 2 a2 1
d’équation x − + y2 − = x2 − ax + y2 = 0. On en déduit leur abscisse commune qui est . (On a donc
  2  4   a
1 1 1 1
P : , 1 − 2 et Q : , − 1 − 2 , mais cela n’a pas d’intérêt, seule l’abscisse sera utile). L’équation de la
a a a a
1
droite (P Q) est donc x = .
a
On note (cos θ, sin θ) les coordonnées de B, les coordonnées de C sont alors (− cos θ, − sin θ). Soit H ′ le point d’inter-
section de (P Q) et de la hauteur issue de A. L’équation de cette hauteur est

x cos θ + y sin θ = a cos θ

(car le vecteur −→ = cos θ-i + sin θ-j dirige (BC) dont lui est normal, et car A est sur la hauteur issue de A).
u θ    
′ 1 1
On en déduit les coordonnées de H : , a− cotan θ (on ne peut avoir θ = 0 (π) car dans ce cas, A, B et C
a a
sont alignés).
−−→ −→
Il reste à vérifier que H ′ = H, i.e. que BH ′ · AC = 0 par exemple. Or
 
1  
−−→′ −→ − cos θ
 a  a + cos θ
BH · CA =   1 cos θ  ·
a− − sin θ sin θ
a sin θ
   
1 1
= − cos θ (a + cos θ) + a − cos θ − sin2 θ
a a
= 0

Remarque : Si on note Hb et Hc les pieds des hauteurs issues de B et C (ainsi Hb = (BH) ∩ (AC)), les points Hb
et Hc sont sur le cercle C.
Remarque 2 : On a aussi les résultats suivants : (Hb Hc ) , (P Q) et (BC) sont concourantes, (Hb Q) , (Hc P ) , (AH)

—22/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 2. LES TECHNIQUES

sont concourantes et (Hb P ) , (Hc Q) , (AH) sont concourantes (mais pour prouver cela, il vaut mieux utiliser un
logiciel de calcul formel !).
 
1 1
Exercice 2.26 On a immédiatement les coordonnées de A : (0, 0) , B : (0, 1) , C : (1, 1) et D : (1, 0) , O : , .
2 2
L’équation de (BC) est y = 1, celle de (CD) est x = 1. L’équation de ∆ est y = αx, car elle passe par l’origine du
repère, on endéduit les coordonnées de E, F et I . F =(CD) ∩  ∆ a pour coordonnées (1, α) et E = (BC) ∩ ∆ a pour
1 1
coordonnées , 1 . Quand à I, ses coordonnées sont ,1 .
α 2α
1  
x−1 −1 1
L’équation de la droite (F I) est = (1 − α) (x − 1) + 1 − (y − α) = 0. Ceci peut aussi s’écrire
y − α 2α1−α 2α

(F I) : 2α (1 − α) x + (2α − 1) y − α = 0

1
Le cercle inscrit a pour rayon , on calcule
2


2α (1 − α) 1 + (2α − 1) 1 − α
2 2
d (O, (F I)) = 
(2α (1 − α))2 + (2α − 1)2

2
α − α + 1
2
= 
(2α (1 − α))2 + (2α − 1)2

2
α − α + 1
2 1
= =
|2α2 − 2α + 1| 2

Ce qui prouve que (F I) est bien tangente


au cercle inscrit.
1  
x−1 −1 1
L’équation de la droite (DE) est = x + 1 − y − 1 = 0, ce qui s’écrit
y−0 α 1 α

(DE) : αx + (α − 1) y − α = 0

On détermine ensuite les coordonnées de M, point d’intersection de (DE) et de (F I). Pour cela on résout le système

2α (1 − α) x + (2α − 1) y = α
αx + (α − 1) y =α

Le déterminant du système vaut



2α (1 − α) (2α − 1)  
D = = α 2 (1 − α) (2α − 1) = −α 2α2 − 2α + 1
α (α − 1) 1 (α − 1)

qui n’est jamais nul (car α = 0, en effet ∆ n’est pas confondue avec (AD)).
Les coordonnées de M sont donc

α (2α − 1) 1 (2α − 1)
α
α (α − 1) 1 (α − 1) α
x = = =
−α (2α2 − 2α + 1) −α (2α2 − 2α + 1) 2α2 − 2α + 1

2α (1 − α) α 2α (1 − α) 1
α
α α α 1 α (2α − 1)
y = = =
−α (2α2 − 2α + 1) −α (2α2 − 2α + 1) 2α2 − 2α + 1

—23/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
2. LES TECHNIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

Enfin pour prouver que M est sur le cercle circonscrit, on vérifie que
−−→ −−→
AM · CM = 0

ce qui revient à
 α   α 
− 1    
 2α2 − 2α + 1   2α2 − 2α + 1  α − (2α − 1) (α − 1)
 α (2α − 1)  ·  α (2α − 1)  = 0 ⇐⇒
α (2α − 1)
·
α−1
=0
2 2
−1
2α − 2α + 1 2α − 2α + 1

qui est clairement vrai.

Exercice 2.27

Dans le repère indiqué, on a A : (0, 0) , A′ : (1, 0) , B ′ : (0, 1). On pose B : (b, 1) et C : (0, c). On va en déduire les
coordonnées des autres points. L’équation de la droite (AB) est x = by, puisque C ′ a même ordonnée que C, on en
déduit que C ′ : (bc, c). Il reste un alignement que l’on n’a pas exploité, celui de A′ , B et C. L’équation de (A′ C) = (BC)
est
y
(BC) : x + = 1
c
1
Puisque B ∈ (BC) , on a b + = 1 =⇒ bc + 1 = c =⇒ bc = c − 1. Les coordonnées de C ′ sont donc C ′ : (c − 1, c) et
  c
c−1
celles de B : , 0 (on ne peut avoir c = 0 car alors A = C et le triangle ABC n’est pas un vrai triangle ). Il
c
reste à calculer les coordonnées des autres points. L’équation de (AB) est donc

c−1
(AB) : x = y
c

L’équation de (A′ B ′ ) est


(A′ B ′ ) : x + y = 1

—24/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 2. LES TECHNIQUES

c−1
On en déduit les coordonnées de R, intersection de (A′ B ′ ) et de (AB) : x = y, soit
c
 
c−1 c
R: ,
2c − 1 2c − 1

(On a supposé que R existe donc 2c = 1). De même si Q a pour coordonnées (0, q) , l’équation de (A′ Q) = (A′ C ′ ) est
y
(A′ Q) : x + =1
q
c c
puisque C ′ ∈ (AQ) , on a c − 1 + = 1 =⇒ q = . D’où
q 2−c
 
c
Q : 0,
2−c

De même c = 2, car par hypothèse Q existe. Enfin l’équation de (A′ C) = (BC) est
y
(BC) : x + =1
c
et l’équation de (B ′ C ′ ) est
′ ′
x 1

(B C ) : =x−y+1 =0
y−1 1
Les coordonnées de P sont donc solutions de
 
cx + y = c (c + 1) x = c − 1
⇐⇒
x − y = −1 y =x+1

d’où  
c − 1 2c
P : ,
c+1 c+1
Encore une fois P existe donc c = 1. Il reste à vérifier que

c−1 c−1 1 1
− −
→ −−→ 
2c − 1 c+1 2c − 1 c+1
Det QR, QP = c c 2c c = c (c − 1) 1 1 2 1

2c − 1 − 2 − c c + 1 − 2 − c 2c − 1 − 2 − c c + 1 − 2 − c

1 1

2c − 1 c + 1
= c (c − 1) 1
L2 −L1 − 1 1


2−c c+1 2−c

1 1

2c − 1 c+1
= c (c − 1) − (2c − 1)
− 1
2 − c (c + 1) (2 − c)
 
1 − (2c − 1) 1
= c (c − 1) × + =0
2c − 1 (c + 1) (2 − c) (c + 1) (2 − c)
 
1
On peut vérifier que si c ∈ −1, 2, , alors un des points (P, Q, R respectivement n’existe pas), mais que dans ce
2
cas la droite formée par les deux autres points est alors parallèle aux deux droites parallèles qui devraient définir le
point n’existant pas (par exemple si c = −1, P n’existe pas car (BC) et (B ′ C ′ ) sont parallèles, et dans ce cas (QR)
est parallèle à (BC) et à (B ′ C ′ )).

Exercice 2.28

—25/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
2. LES TECHNIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

1. Première méthode :
−−→ 1 −−→ −−→ −−→
Par définition du barycentre, on a ∀M, GM = AM + BM + CM , d’où avec M = B,
3
−−→ 1 −−
→ 1 −−→
GB = AB + CB
3 3
1 −−
→ 1 −→ − −→ 2 −−
→ 1 −→
= AB + CA + AB = AB − AC
3 3 3 3
De même avec M = C, on a
−−→ 1 −→ 1 −−→ 1 −→ 1 −
−→ −→
GC = AC + BC = AC + BA + AC
3 3 3 3
2 −→ 1 −−→
= AC − AB
3 3

Seconde méthode :
1
Par définition du barycentre, on a G = (A + B + C) donc
3
−−→ 1 2 1
GB = B − G = B − (A + B + C) = (B − A) − (C − A)
3 3 3
2−−→ 1 −→
= AB − AC
3 3
De même,
−−→ 1 2 1
GC = C − G = C − (A + B + C) = (C − A) − (B − A)
3 3 3
= c
   
2 1
−−→   −−→  − 
On a donc GB :  31  et GC :  23  , ainsi puisque

3 R 3 R

2 1

3 3 1
1
− 2 = 3 = 0
3 3
on peut affirmer que R′ est bien un repère du plan.
 
x
2. Soit M de coordonnées dans les deux repères alors
y
−−→ −−→ −→
AM = xAB + y AC
−−→ −−→ −−→
GM = xGB + y GC
Or
−−→ −→ −−→
AM = AG + GM
−→ 1 −→ − −→ −→
GA = AA + BA + CA
3
d’où

−→ −→ 1 −−→ −→ −−→ −−

xAB + yAC = AB + AC + xGB + y GC
3    
1 −−→ −→ 2−−→ 1 −→ 2 −→ 1 −−

= AB + AC + x AB − AC + y AC − AB
3 3 3 3 3
 
2x − y + 1 −−→ 2y − x + 1 −→
= AB + AC
3 3

—26/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 2. LES TECHNIQUES

Par unicité des coordonnées, on a


 2x − y + 1

 =x
 3
⇐⇒ x + y = 1
 2y − x + 1

 =y
3
Le lieu cherché est la droite d’équation x + y = 1 (dans les deux repères). Il s’agit de la droite (BC) (les points
B et C ayant bien même coordonnées dans les deux repères, ce qui est évident
 !).

1    
−−→ −− →   1 0 −−→
Autre méthode : Dans R, les coordonnées de G, B, C, GB et GC sont : G :  31  , B : , C: , GB
0 1
    3
2 1    
 3  −−→  − 3  x x′
 1  et GC :  2 . Si M a pour coordonnées dans R et ′ dans R′ alors les formules de
− y y
3 3
changement de coordonnées s’écrivent 
 x = 1 + 2 x′ − 1 y′

3 3 3
 1 1 2
 y = − x′ + y′
3 3 3
Un point a mêmes coordonnées dans les deux repères si et seulement si ses coordonnées vérifient

 x = 1 + 2x − 1y

3 3 3 ⇐⇒ x + y = 1
 1 1 2
 y = − x+ y
3 3 3
On retrouve bien le même résultat. Cette méthode, purement analytique est bien plus rapide....
 − −→ −→
Exercice 2.29 On se place dans le repère R = A, AB, AC , on définit la droite D par les points R et Q dont les
         
r 0 0 1 0
coordonnées sont R : et Q : . Les coordonnées de A, B et C sont A : , B: et C : .
0 q 0 0 1
x y
L’équation de (BC) est x +y = 1, et celle de D = (QR) est + = 1 ⇐⇒ qx +ry = qr. Le point P est à l’intersection
r q
de (QR) et de (BC) . Ses coordonnées vérifient donc le système

x+y =1
qx + ry = qr

1 1 1 1 1 q−1
Le déterminant est ∆ = = r − q, on le suppose non nul.. On a alors x = = r et
q r
r − q qr r q−r

1 1 1 1−r
y= =q . Ainsi
r − q q qr q−r  q−1 
r
P :  1q −
 r 
−r 
q
q−r
On obtient alors
 q−1   q−1 
  r +r−1 r
r
, J :  q − r1 − r q−r
   
I :  et K :  1 − r 
q q q +q−1
q−r q−r
 q−1   r−1  
q−1 
 r−1 

→ r − 1 −→  r
IJ :  q1 −
 r   q−r  q−r   q−r 
−r  = q  1 − q  et IK :  1 − r  = r 1−q 
q −q q −1
q−r q−r q−r q−r

—27/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
3. LES EXOTIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

3 Les exotiques
Exercice 2.30 On se place dans le repère orthonormé suivant : le coin inférieur gauche du couloir est l’origine. L’axe
des X est le plancher, l’axe des Y le mur gauche.
L’équation de l’échelle de 3 m est
X Y
+√ =1
x 3 − x2
2

l’équation de l’autre échelle est


x
X=√ Y
4 − x2
2

Le point d’intersection a pour ordonné


Y =1
mais aussi
x Y Y 1 1
√ +√ = 1 ⇐⇒ √ +√ =1
42 − x2 x 32 − x2 42 − x2 32 − x2
1 1
Il reste à vérifier que la fonction f (x) = √ 2 +√ 2 prend une seule fois la valeur 1 sur [0, 3].
4 −x 2 3 − x2
2.0
y
1.5

1.0

0.5

0.0
0 1 2 3
x
Graphe de f
On peut ensuite chercher une valeur approché de x. Avec une calculatrice ou Maple on trouve x ≃ 2, 603.
 
x
Exercice 2.31 On commence par l’ensemble A. Le point M : est dans A si et seulement si ses coordonnées
y
vérifient
x2 + |y|2 + 2 |y| + 1 = 1
x2 + y 2
⇐⇒ |y| = −
2
 
x
L’ensemble A est donc vide. Pour B, on a M : ∈B
y
 
x
M: ∈ B ⇐⇒ x2 + (|y| − 1)2 = 1
y
⇐⇒ x2 + |y|2 − 2 |y| + 1 = 1
x2 + y 2
⇐⇒ |y| =
 2

 x2 + y2
 y=

2
ou

 2 2
 y = −x + y

 2 2
 x + y 2 − 2y = 0
⇐⇒ ou
 2
x + y 2 + 2y = 0

—28/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE 4. LES OLYMPIQUES

 
0
L’ensemble B est donc la réunion de deux cercles : le cercles C1 centré en de rayon 1 et le cercle C2 centré en
1
 
0
et de rayon 1.
−1

4 Les olympiques
Exercice 2.32 On munit le plan d’un repère orthonormé direct, soit M un point du cercle C, on paramètre M par

→ −

M = O + r−→
ut où r est le rayon de C et −

ut = cos t i + sin t j . Le schéma suivant montre qu’il exsite deux points P et

Q sur C ayant une tangente perpendiculaire à celle de M.

TM
P C’
R
vt
O’

M
ru t Q

O
C

M +P M +Q
On a donc P = O′ + R−

vt et Q = O′ − R−→
vt . On cherche alors le lieu de et de . Or
2 2
   
M +P O + O′ r cos t − R sin t −→ r sin t + R cos t −→
= + i + j
2 2 2 2

et
 
r cos t − R sin t 1 2
= r + R2 cos (t + ϕ)
2 2
 
r sin t + R cos t 1 2
= r + R2 sin (t + ϕ)
2 2


r R
cos ϕ = √ 2 2
, sin ϕ = √ 2
R +r R + r2
ainsi
M +P O + O′ 1  2
= + r + R2 −
u− →
t+ϕ
2 2 2

ce point décrit le cercle de centre le milieu de [O, O′ ] et de rayon r2 + R2 . De même
   
M +Q O + O′ r cos t + R sin t −→ r sin t − R cos t −→
= + i + j
2 2 2 2
O + O′ 1  2
= + r + R2 − u−→
t−ϕ
2 2

—29/30— G´
 H
- E
M  -() 2009
4. LES OLYMPIQUES CHAPITRE 2. GÉOMÉTRIE PLANE

décrit le même cercle.

2j

—30/30— G´
 H
- E
M  -() 2009

Vous aimerez peut-être aussi