Vous êtes sur la page 1sur 10

La sanctification

1
2
3
Jour 13

t
4
5
6
La sanctification 7
8
9
10
Plusieurs actions de Dieu interviennent au début de la 11
vie chrétienne : l’appel de l’Évangile, la régénération, la 12
justification et l’adoption. Mais avec la conversion com-
13
mence aussi un processus, qui se poursuit durant toute
notre vie : la sanctification est cette œuvre progressive 14
de Dieu et de l’être humain, qui nous rend de plus en plus 15
libres à l’égard du péché et de plus en plus semblables à 16
Christ dans le contexte de notre existence quotidienne.
17
La première étape de la sanctification 18
le commencement 19
Au moment où Dieu nous régénère, il se produit un 20
changement moral dans notre existence. Paul parle du 21
« bain purificateur de la nouvelle naissance, c’est-à-dire 22
en nous renouvelant par le Saint-Esprit » (Tt 3.5). Nous
23
ne pouvons plus pratiquer le péché de manière habituelle
(1 Jn 3.9), parce que la puissance de la nouvelle vie spi- 24
rituelle en nous, nous empêche de mener une vie de 25
péché. Ce changement moral initial constitue la première 26
étape de la sanctification.
27
Il implique une rupture définitive avec la domination
et l’amour du péché, de sorte que le croyant n’est plus 28
29
71 30
S’enraciner en Christ
1
2 esclave du péché et n’aime plus pécher (Rm 6.11, 14).
3 Dans la pratique, cela signifie que nous acceptons deux
4 vérités. D’un côté, nous ne pourrons jamais dire : « Je
suis totalement libre du péché », parce que notre sancti-
5
fication ne sera jamais achevée. Mais d’un autre côté, un
6 chrétien ne devrait jamais dire par exemple : « Ce péché
7 est plus fort que moi, je renonce à me battre. Les autres
8 n’ont qu’à s’en accommoder et m’accepter comme je
suis. » Dire une chose pareille, c’est reconnaître la domi-
9 nation du péché. C’est s’avouer vaincu et accepter qu’il
10 règne dans notre corps.
11
12 Le processus de sanctification
13 le projet de toute une vie
14 Si la sanctification a un commencement, elle est aussi
un processus qui se poursuit tout au long de la vie chré-
15
tienne. Notre rôle dans ce domaine est de progresser tou-
16 jours plus (Rm 6.19). Au fur et à mesure que nous
17 avançons, nous devenons progressivement semblables à
18 Jésus-Christ. L’auteur de l’épître aux Hébreux encourage
ses lecteurs à s’efforcer de « cultiver la sainteté sans
19 laquelle nul ne verra le Seigneur » (Hé 12.14). Et les cita-
20 tions bibliques pourraient être multipliées, car le Nou-
21 veau Testament passe beaucoup de temps à expliquer aux
croyants comment grandir à la ressemblance du Christ.
22
23
L’aboutissement de la sanctification
24
Parce que le péché ne disparaîtra jamais complète-
25 ment de nos cœurs (Rm 6.12-13; 1 Jn 1.8), notre sancti-
26 fication ne sera jamais achevée dans cette vie. Mais
27 lorsque nous serons avec le Seigneur, elle sera terminée,
28
29
30 72
La sanctification
1
parce que nos âmes seront alors libérées du péché et ren- 2
dues parfaites. 3
Il y a toujours eu des chrétiens, dans l’histoire de 4
l’Église, pour dire que si Dieu nous a donné des comman- 5
dements comme : « Votre Père céleste est parfait. Soyez
donc parfaits comme lui » (Mt 5.48), il doit être possible 6
d’atteindre la perfection dans cette vie. Mais le comman- 7
dement de Jésus nous montre simplement que la pureté 8
morale absolue de Dieu est la norme vers laquelle nous
9
devons tendre. Nous aurons toujours besoin de la grâce et
du pardon de Dieu pour surmonter le péché qui subsiste 10
encore en nous. 11
12
La sanctification : une coopération 13
L’apôtre Paul explique aux Philippiens que Dieu agit en 14
eux, « pour produire à la fois le vouloir et le faire confor-
15
mément à son projet bienveillant » (Ph 2.13) : Dieu les
sanctifie, il les pousse à désirer sa volonté en même 16
temps qu’il leur donne le pouvoir de l’accomplir. Le rôle 17
de Dieu consiste avant tout en ce qu’il rend possible 18
notre sanctification. C’est plus particulièrement le Saint-
Esprit qui agit en nous pour nous changer et nous sancti- 19
fier, et qui produit en nous « le fruit de l’Esprit » (Ga 20
5.22-23), ces traits de caractère qui sont les signes d’une 21
sanctification de plus en plus profonde.
22
Notre rôle d’êtres humains est à la fois passif et actif :
nous dépendons de Dieu pour notre sanctification, et 23
nous nous efforçons de lui obéir. Du côté « passif », 24
divers textes bibliques nous invitent à faire confiance à 25
Dieu ou à prier pour notre sanctification (Rm 6.13; 12.1).
26
Quant à notre rôle actif, il revêt de multiples aspects :
efforts (Hé 12.14), refus du péché (1 Th 4.3; 1 Co 6.18), 27
28
29
73 30
S’enraciner en Christ
1
2 développement d’habitudes et de comportements (Hé
3 5.14), etc.
4 Notre être tout entier est ainsi touché par la sanctifi-
5 cation : notre intellect, notre connaissance (Rm 12.1),
nos sentiments (Ga 5.22), nos désirs (1 Jn 2.15), notre
6 volonté (Ph 2.13), notre esprit (2 Co 7.1), notre corps
7 (1 Th 5.23).
8
9 Questions pratiques
10 1. Au début de votre sanctification, avez-vous senti une
11 rupture avec la domination et l’amour du péché?
Croyez-vous qu’aujourd’hui le péché ne règne plus
12 dans votre vie? En quoi cette vérité peut-elle vous
13 aider dans les domaines où vous avez encore besoin
14 de progresser?
15 2. En considérant les dernières années de votre vie chré-
16 tienne, pouvez-vous dire que vous avez avancé dans
la sanctification? Pouvez-vous nommer certaines
17 choses ou activités auxquelles vous preniez plaisir et
18 qui ne vous intéressent plus aujourd’hui? Inverse-
19 ment, y a-t-il des domaines pour lesquels vous
n’éprouviez aucun intérêt et qui comptent désormais
20
beaucoup pour vous?
21
3. Saviez-vous que la sanctification touche également
22
votre façon de penser? Quels sont les domaines de
23 votre intellect qui ont besoin d’être davantage
24 sanctifiés? De vos émotions? De votre corps?

r Verset à mémoriser r
25
26
27 Ainsi, vous aussi, considérez-vous comme morts pour
le péché, et comme vivants pour Dieu dans l’union
28
avec Jésus-Christ. Que le péché n’exerce donc plus sa
29
30 74
La sanctification
1
domination sur votre corps mortel pour vous sou- 2
mettre à ses désirs. Ne mettez pas vos membres et 3
organes à la disposition du péché comme des armes 4
au service du mal. Mais puisque vous étiez morts et
5
que vous êtes maintenant vivants, offrez-vous vous-
mêmes à Dieu et mettez les membres et organes de 6
votre corps à sa disposition comme des instruments 7
pour faire ce qui est juste. Car le péché ne sera plus 8
votre maître puisque vous n’êtes plus sous le régime
de la Loi mais sous celui de la grâce. 9
Romains 6.11-14 10
11
Prière
À
12
tes pieds, ô divin Maître, 13
je me place avec bonheur!
14
En t’adorant, je veux être ton disciple,
ô mon Sauveur! 15
Parle! j’ai soif de t’entendre, parle! 16
je n’ai qu’un désir. 17
Que ta voix puissante et tendre
18
à mon cœur se fasse ouïr.
Parle! et pour que je comprenne 19
ton enseignement divin, 20
Dans ta grâce souveraine,
21
instruis-moi par l’Esprit-Saint.
Parle et pour que j’obéisse 22
à tes ordres aussitôt, 23
Forme-moi pour ton service, 24
pour te suivre saint Agneau!
25
(E.L. Budry, À Toi la gloire, no 293, extraits) 26
27
28
29
75 30
S’enraciner en Christ
1
2
3
Jour 14

t
4
5
6
7 Le baptême et la plénitude
8
9
du Saint-Esprit
10
11
12
Comment comprendre l’expérience que vivent les mil-
13 lions de personnes qui affirment avoir reçu un « baptême
14 dans le Saint-Esprit », source de grandes bénédictions
15 pour elles? À diverses époques de la vie de l’Église, des
chrétiens ont tenté de distinguer deux catégories de
16 croyants. C’est le risque des doctrines de la « seconde
17 expérience » : ne plus distinguer non-chrétiens et chré-
18 tiens, mais chrétiens ordinaires et chrétiens baptisés de
l’Esprit. Dans l’histoire de l’Église, il y a toujours eu des
19
gens pour mettre en œuvre ce genre de distinction : les
20 croyants ordinaires et les « sanctifiés »; les croyants
21 ordinaires et les croyants « remplis de l’Esprit »; les chré-
22 tiens « charnels » et les « spirituels »; les croyants ordi-
naires et les saints.
23
Le problème de ce genre de classification est qu’elle
24 contribue à une mentalité du type « nous/eux » dans les
25 Églises et qu’elle engendre la jalousie, l’orgueil et l’esprit
26 de division. Quel que soit le respect dont font preuve
ceux qui ont reçu cette onction spéciale du Saint-Esprit,
27 ils donneront inévitablement l’impression qu’ils sou-
28 haitent que les autres vivent la même chose. Et ceux qui
29
30 76
Le baptême et la plénitude du Saint-Esprit
1
n’ont pas fait cette expérience risquent d’en concevoir de 2
la jalousie. Il n’en faut pas plus pour que se forment deux 3
groupes dans l’Église. Et, de fait, les divisions à ce sujet 4
sont fréquentes dans les Églises. Or le Nouveau Testament
5
ne parle jamais d’un christianisme à deux niveaux ou à
deux vitesses. 6
7
Plusieurs degrés d’onction, de communion 8
avec Dieu et de maturité personnelle 9
Mais on peut proposer une autre approche. Il existe 10
dans la vie chrétienne des « échelons de croissance » 11
vers la maturité (la sanctification), des échelons de com-
munion avec Dieu et d’action du Saint-Esprit. La vie du 12
chrétien devrait être marquée par une progression dans 13
tous ces domaines. 14
Certains entrent dans des démarches de sanctification 15
volontaire et vivent des expériences qui engendrent à un
moment donné une croissance significative dans leur vie 16
– plusieurs échelons sont alors franchis –, tandis que 17
d’autres chrétiens de la même Église ne font pas de bonds 18
en avant spectaculaires mais progressent régulièrement
19
durant leurs décennies de vie chrétienne – un échelon
après l’autre. Or tous ces chrétiens n’appartiennent pas à 20
des catégories différentes. 21
22
Être rempli du Saint-Esprit 23
Le Nouveau Testament parle couramment d’« être rem- 24
pli du Saint-Esprit », ce qui convient bien pour évoquer
25
les expériences dont nous venons de parler. Paul dit aux
Éphésiens : « Ne vous enivrez pas de vin – cela vous 26
conduirait à une vie de désordre – mais soyez remplis de 27
l’Esprit » (Ép 5.18). Cette plénitude du Saint-Esprit se 28
29
77 30
S’enraciner en Christ
1
2 manifestera par des chants et des actions de grâces (Ép
3 5.19-20) ainsi que par des relations renouvelées (Ép
4 5.21-6.9).
5 De plus, puisque le Saint-Esprit est l’Esprit qui nous
sanctifie, cette plénitude produira souvent une plus
6 grande sanctification. Le Saint-Esprit étant aussi celui
7 qui nous équipe pour le service chrétien et nous accorde
8 des dons spirituels, elle s’accompagnera fréquemment
d’une puissance et d’une efficacité accrues dans le minis-
9
tère et peut-être d’une diversité plus grande dans l’exer-
10 cice des dons spirituels.
11 Le livre des Actes offre plusieurs exemples de cette
12 « plénitude » répétée du Saint-Esprit (Actes 2.4; 4.8, 23,
31), ce qui montre qu’il ne s’agit pas d’un événement
13
unique, mais d’un événement qui peut se répéter dans la
14 vie du chrétien. Certains objecteront qu’une personne qui
15 est déjà remplie du Saint-Esprit ne peut pas l’être
16 davantage : si un verre est plein d’eau, il n’est pas pos-
sible d’en ajouter. Mais l’image du verre ne saurait
17 s’appliquer à des êtres vivants, car Dieu peut nous faire
18 grandir de sorte que nous pouvons accueillir encore plus
19 de plénitude et de puissance. L’analogie du ballon est
préférable ici : il peut être « rempli » même s’il ne
20
contient qu’une petite quantité d’air, et si on injecte de
21 l’air supplémentaire, il grandit et se remplit davantage. Il
22 en va de même pour nous : nous pouvons être remplis du
23 Saint-Esprit tout en étant capables d’en recevoir encore
plus. Ce n’est qu’à Jésus lui-même que le Père a donné
24 son Esprit « sans aucune restriction » (Jn 3.34).
25
26 Questions pratiques
27 1. Avez-vous vécu une ou plusieurs expériences que vous
28 pourriez qualifier de « bond en avant significatif »
29
30 78
Le baptême et la plénitude du Saint-Esprit
1
dans un domaine ou un autre de votre vie chrétienne? 2
Ou votre marche avec Dieu est-elle plutôt une succes- 3
sion d’avancées modestes mais régulières dans la 4
sanctification, la communion avec Dieu et l’exercice
5
des dons spirituels?
6
2. Connaissez-vous des personnes qui affirment avoir
reçu un « baptême dans le Saint-Esprit » postérieur à 7
leur conversion? Cette expérience a-t-elle selon vous 8
produit des résultats plutôt positifs, négatifs ou miti- 9
gés dans leur vie?
10
3. En pensant aux diverses façons de croître dans la vie 11
chrétienne (connaissance de Dieu et doctrine saine,
12
prière, amour pour Dieu, amour pour les autres chré-
tiens et pour les non-chrétiens, confiance quoti- 13
dienne en Dieu, adoration, sainteté de vie, exercice 14
des dons spirituels, puissance du Saint-Esprit dans 15
notre témoignage et notre ministère, communion
quotidienne avec Dieu, etc.), quels sont les domaines 16
où vous avez besoin de demander à Dieu de vous faire 17
progresser? Serait-il opportun de prier pour une nou- 18
velle plénitude du Saint-Esprit pour accompagner
19
votre croissance dans ces domaines?
20

r Verset à mémoriser r
En effet, prenons une comparaison : le corps est un,
21
22
et pourtant il a plusieurs membres; mais tous les 23
membres du corps, malgré leur nombre, ne forment 24
qu’un seul corps : il en est de même du Christ. Car
25
nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit en
un seul corps, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes 26
libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul 27
Esprit. 1 Corinthiens 12.12-13, TOB 28
29
79 30
S’enraciner en Christ
1
2
Prière
3
4
Viens, ô Créateur de nos âmes,
Esprit saint, Dieu de vérité;
5 Remplis nos cœurs des pures flammes
6 De ton ardente charité.
Verse en nos esprits tes lumières,
7
Verse ton amour dans nos cœurs;
8 Prête l’oreille à nos prières
9 Et comble-nous de tes faveurs,
Ô toi qui sais notre faiblesse
10
Et que, seuls, nous ne pouvons rien,
11 Viens et, dans le mal qui nous presse,
12 Sois constamment notre soutien.
13
(R. Empaytaz, Louange et prière, no 163, extraits)
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30 80