Vous êtes sur la page 1sur 16

FASOVIAT

N°: 45 Bimestriel des nouvelles des Viateurs du Faso

À LA UNE
Sommaire
Éditorial p.2
Sortie détente p.3
Lectorat p.3
Clôture à Bagré p.4-5
Clôture à Ouaga p.6
Le Ministre p.7-8
Jubilé, 50 ans p.8
Visite pastorale p.9
Félicitation Céraphin p.9
Jardin botanique p.10
Préscolaire p.11
Inauguration p.12
Lancement CEP/BEPC p.13
Camps viatoriens p.14
Témoignage p.15
Réflexion p.16 Le Ministre de l’Éducation au Saint Viateur

Abraham YAMÉOGO, Anthony NWACHUKWU, Justin SIATI


Les novices du Burkina Faso

PARUTION: MAI et JUIN 2021

1
Éditorial : « Viateur du Burkina Faso, en marche vers le jubilé de 25 ans,
réconcilie-toi avec ta mission d’annoncer Jésus-Christ et son Evangile ».

Chers viateurs,

Voilà bientôt 25 ans que le charisme querbésien a pris racine en terre des Hommes intègres. Nous sommes
nés, en effet, le 07 octobre 1999 avec l’arrivée de nos fondateurs viateurs, ces vaillants missionnaires de
l’Evangile. Ce sont, en l’occurrence, le Frère Benoît Trembley, le Père Jean-Marc Provost, le Frère Valmont
Parent, le Frère Jocelyn Dubeau et le Père Lindbergh Mondésir, venus de la Province du Canada pour
répandre l’Evangile du Christ à la nation burkinabé. Un regard rétrospectif sur l’histoire de notre fondation
nous permet de voir comment le rêve du Père Louis-Querbes s’est étendu jusqu’à nous. Déjà en 1996, le
rêve d’une fondation en Afrique francophone habitait le Père Léonard Audet, supérieur provincial d’alors :

Quand je me permets de rêver un peu, ce n’est pas à une fondation que je songe, mais à deux ou trois.
Pourquoi n’étudierions-nous pas la possibilité d’ouvrir trois fondations : l’une de langue espagnole en
Amérique latine, une autre de langue anglaise en Asie et une de langue française en Afrique ?1,

lit-on dans la circulaire n°9 du 06 janvier 1996. Oui, le rêve de notre confrère est devenu une réalité en
Afrique et précisément au Burkina Faso depuis près de 22 ans. Que le nom du Seigneur soit béni !

Aujourd’hui encore, notre fondation poursuit sa croissance et son devenir. Par la grâce de Dieu, elle a
traversé sa crise d’adolescence et poursuit joyeusement la quête de son identité. Après 22 ans d’existence,
nous avons vraiment des raisons de rendre grâce au Maître de la mission. Dans son message qu’il a adressé
dernièrement à la fondation du Burkina Faso, notre Supérieur provincial, le Père Nestor Fils-Aimé, n’a pas
manqué de nous féliciter et de nous encourager à poursuivre la réalisation du rêve querbésien :

Vous représentez, jusqu’à maintenant, le plus jeune bourgeon de la province canadienne. Vous avez écrit de
très belles pages qui ont permis au rêve du P. Querbes de continuer de s’étendre et de s’actualiser. Bravo à
vous d’y croire vraiment et de vous mettre sans relâche à traduire ce rêve dans la réalité. Soyez toujours
assurés de notre présence et notre désir de vous voir poursuivre votre croissance dans l’épanouissement et
l’accomplissement personnels et communautaires 2.

Chers confrères, à trois (03) ans du jubilé, il est nécessaire de nous questionner sur notre fidélité à la mission
d’annoncer Jésus-Christ et son Evangile, car c’est sans doute dans cette fidélité que nous acquérons notre
identité, c’est dans la fidélité au Christ que nous trouverons tout le sens de notre raison d’être. C’est
pourquoi, au début de cette nouvelle année pastorale, j’invite chacun à se réconcilier avec soi-même et avec
sa mission d’annoncer Jésus-Christ et son Evangile. D’où le thème de notre prochaine retraite
communautaire : Cher Viateur du Burkina Faso, en marche vers le jubilé de 25 ans, réconcilie-toi avec ta
mission d’annoncer Jésus-Christ et son Evangile. C’est une invitation, adressée à chacun, à faire un
examen de conscience et une évaluation de sa fidélité à la mission qui est la nôtre. Puisse le Seigneur faire
route avec nous et nous bénir !

Frère Victor Zongo, csv

Supérieur de la Fondation du Burkina Faso

1
Léonard Audet, circ. N°9, Ouvrir de nouvelles fondations Viatoriennes, 6 janvier 1996, p. 2.

2Cf. Message du Supérieur provincial, Père Nestor Fils-Aimé, aux viateurs de la fondation du Burkina Faso, le 19 mars
2021 dans le communiqué n°11 /2021.03.25-c.s.v. B.F./C.F.

2
Sortie de détente de la communauté Étienne-Champagneur
Le 1er Mai, Fête du travail, les prêtres, les personnes consacrées, les
religieux et religieuses de la Paroisse Saint André de Saaba ont effectué
une sortie de détente à Koubri sur les lieux appelés communément « sous
les manguiers ». La sortie a mobilisé une cinquantaine de personnes et
une dizaine de congrégations. L’équipe d’organisation a voulu tenir cette
sortie afin de donner un temps de divertissement aux vaillants travailleurs
et missionnaires du Christ. Le départ était fixé à 7h30 à partir de la
paroisse. A l’arrivée, dans les environs de 8h, tous étaient contents de
retrouver cet endroit calme et ayant assez d’ombre surtout en cette période
de canicule. Ce fut un moment de partage fraternel, d’échanges et
d’intense animation musicale. L’occasion fut alors donnée de voir des
talents cachés en matière de cuisine, d’animation, de danse. En effet, tout
était au rendez-vous afin donner un belle couleur et de l’éclat à la sortie.
La journée fut très belle en tout, chacun(e) a trouvé son compte et repart,
bien recrée, tout joyeux, détendu pour la suite de la mission. Enfin, une
prière conclusive vers 17h mit fin à la sortie et marqua le retour à Saaba
dans nos différentes communautés. Démocrite nous l’avait bien enseigné
en disant qu’: « une vie sans fête est une longue marche sans auberges ».
Nous nous quittâmes très contents en nous souhaitant que ces occasions
se répètent car tout s’est bien passé…

Mon frère Irénée a reçu le ministère de Lecteur le 19 juin 2021


L’Institut Théologique Anselmianum de Ouagadougou, en collaboration avec les Supérieurs
Majeurs, a organisé à la Chapelle Saint Gérard du Scolasticat des Rédemptoristes, la célébration des
ordinations diaconales et des ministères du lectorat et de l’acolytat au profit des religieux du Burkina-Niger
qui se préparent pour le sacerdoce. Monseigneur Prosper KONTIEBO a présidé la célébration et a institué
16 lecteurs, 20 acolytes et ordonné 4 diacres. L’ensemble des religieux a eu une retraite préparatoire du
lundi 14 au vendredi 18 juin animé par le père Alain FONTAINE, Missionnaire d’Afrique. Après la
célébration, nous nous sommes retrouvés pour des agapes fraternelles.

Irénée entouré de ses confrères.


Fulbert, Jocelyn, Irénée et Jean-Baptiste

3
La clôture de l’année scolaire au Lycée Privé Saint Viateur de BAGRE
Après neuf mois de dur labeur, il était temps qu’on fasse un arrêt pour refaire nos forces. C’est dans cette
optique que la Direction de l’établissement et le service de l’aumônerie en collaboration avec l’association
des parents (APE) ont décidé de marquer cette fin d’année par les soixante-douze heures de
l’établissement. Ce temps a été rythmés par plusieurs activités qui sont entre autres : cross populaire, débats
radiophonique, mach de football, compétition artistique, art culinaire, messe d’action de grâce et partage
fraternel.

Il faut noter que l’objectif principal de ces soixante-douze heures était de donner une plus grande visibilité
à notre établissement dans la Région du Centre Est et permettre également à la population de la commune
de BAGRE et celle environnant de connaître l’existence du lycée Saint Viateur, enfin de permettre aux
élèves de mettre en valeur leurs talents dans bien des domaines.

Nous soulignons que toutes ces activités ont pu être réalisées grâce à l’appui inconditionnel du bureau de
l’APE qui nous a trouvé un parrain parmi les parents d’élève en la personne de Monsieur KARGNAN
Hamidou, président des producteurs de la Région du Centre Est, qui a accepté volontiers de nous
accompagner.

La messe de clôture, le samedi 5 juin 2021, a été présidée par l’abbé Alexandre NAZOETIN, représentant
Mr le curé de la paroisse Saint BENOIT empêché. Notons aussi la présence du Père Bernard YAMEOGO,
religieux Camillien résidant à BAGRE qui a concélébré.

4
Quelques professeurs, parents d’élèves, et quelques invités assistant à la messe, avant la remise des prix des
cinq meilleures élèves par les parents d’élèves. Le premier prix avec une moyenne annuelle de 18 /20. Elle
se prénomme SORGHO Louise Bénédicte.

Le Frère Benjamin OUEDRAOGO, Directeur de l’établissement lors de son discours de bienvenue aux
invités. Mr SORGHO Prosper représentant le chef du village de BAGRE lors de son discours de remerciement à la
Congrégation pour l’implantation de l’œuvre éducative à BAGRE. Les pas de danses de WARBA esquissés par
la présidente de l’APE, Madame LEGANIE Lydie et son équipe.

VISITE DU SUPÉRIEUR À BAGRÉ

Benjamin, Pierre-Claver, Norbert, Victor et Herman

La communauté locale des Viateurs de BAGRE a eu la visite canonique du Supérieur et de son Assistant le
30 Avril 2021. La rencontre qui a duré plusieurs heures s’est achevée par une messe d’action de grâce au
sein de la communauté locale. Elle fut présidée par le Père ZONGO Norbert. Ce fut un moment solennel,
d’action de grâce et de fraternité.
F. Benjamin OUEDRAOGO, csv

5
Clôture de l’année scolaire au Groupe Scolaire Saint Viateur
Cette année, le Groupe Scolaire Saint Viateur a choisi le 17 juin 2021 pour clôturer ses activités scolaires et
parascolaires. Une semaine de cours après la composition (examen de fin d’année), l’administration a décidé
de libérer les élèves des classes intermédiaires dès le lundi 7 juin et de poursuivre les cours avec les classes
d’examen d’État, la troisième et la terminale. Cette décision beaucoup soulagée les mouvements liturgiques
(chorale, servants de messe, lecteurs) dans leur préparatif pour la messe de clôture de l’année, après celle du
service de catéchèse du Centre Saint Viateur. Le service de catéchèse du centre Saint Viateur a en effet
clôturé ses activités catéchétiques par une messe d’action de grâce qui s’est déroulée le 6 juin dans
l’amphithéâtre de l’école.

Ce 17 juin donc, la célébration eucharistique de clôture du


GSSV a débuté à 8h30 dans l’amphithéâtre. Le célébrant fut
l’abbé Pierre-Claver HIEN. Il est du diocèse de Diebougou, il
était professeur de Mathématique et Science de la vie et de la
terre cette année au GSSV dans le cadre de l’obtention de son
diplôme en pédagogie à IDS (Institut des Sciences). Tout au
long de l’année, il a donné un coup de main à l’aumônerie car
notre communauté de Dassagho était composée cette année
uniquement de frères suite à l’absence du père Jean-Marc
Le Frère Arsène avec la chorale
Provost.

Les intentions de prière durant la messe furent pour l’Église universelle, le monde, le Burkina Faso,
l’ensemble des élèves et en particulier pour les classes d’examens d’État : le CEP pour le primaire, le BEPC
pour le post primaire et le BAC pour le secondaire. Après la communion, il y a eu la bénédiction du matériel
de travail (bic, crayon, efface, règle, calculatrice) qui servira lors des examens.

Ce fut aussi l’occasion pour les responsables de l’école de remercier tous les acteurs qui ont contribué à la
réussite scolaire de cette année. Le premier intervenant fut le frère Hermann BAMOUNI, aumônier, suivi du
frère Fulbert BAMAZÉ, éducateur principal, qui a pris la parole au nom du Censeur/Coordonnateur,
Monsieur Adama OUÉDRAOGO. Il a profité de l’occasion pour donner le programme de la rentrée 2021-
2022. A la fin, l’abbé HIEN a repris la parole pour traduire toute sa reconnaissance aux Clercs de Saint
Viateur et à l’équipe éducative pour l’avoir accueilli et accompagné tout au long de l’année.

Après la célébration, chaque élève fut invité à aller en classe pour entrer en possession du fruit de son
travail, le bulletin remis par leur professeur principal. Les élèves ont pu fraterniser ensemble une dernière
fois avant la rentrée prochaine. Parmi les élèves, on pouvait observer deux types de visages, à savoir, ceux
qui, ayant la note de passage, était en possession de leur bulletin; et ceux dont les parents devaient venir
récupérer les bulletins, soit pour moyenne insuffisante, ou soit pour comportement indiscipliné, ou encore du
faite d’être débiteurs à la caisse ou redevables à la bibliothèque. Pour la majorité, c’est un « ouf » de
soulagement parce qu’ils sont officiellement en vacances. Que ce fut une journée inoubliable et
époustouflante! Vivent les vacances!

F. Arsène OUÉDRAOGO, csv

6
Le Ministre de l’Éducation Nationale au Groupe Scolaire Saint Viateur
Depuis sept (7) ans, l’école primaire du Groupe Scolaire Saint de Ouagadougou organise la traditionnelle
fête de fin d’année, la journée de l’excellence. Elle a pour objectif de récompenser les meilleurs élèves et les
enseignants et de stimuler l’ensemble des élèves à viser l’excellence dans leur travail scolaire. Cette année,
pour mieux stimuler les enfants, nous avons choisi le Ministre en charge de l’Éducation Nationale, de
l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales, Pr. Stanislas OUARO, comme parrain de la
présente cérémonie. Cette activité est organisée en collaboration entre le Bureau des parents d’élèves et la
Direction du primaire. A cet effet, le 18 juin passé, nous avons été reçus par le Ministre en audience. Cette
rencontre, nous a permis de présenter les objectifs de la cérémonie et de poser quelques doléances à la table
du ministre. Il a accueilli favorablement notre démarche.

Au cabinet du Ministre Le Ministre durant la remise des prix

Le 19 juin 2021, jour de la journée de l’excellence, le Pr. Stanislas OUARO a marqué sa présence effective.
La cérémonie a eu lieu dans l’enceinte de l’école, à l’auditorium. A cette occasion, des prix ont été décernés
aux élèves méritants. Avec l’introduction des arts à l’école primaire, les élèves ont présenté au parrain et à
toute l’assistance une production artistique inouïe. Un repas festif a été partagé avec le Ministre et son
équipe à la Communauté Louis-Querbes de Dassasgho, où ils ont passé presque tout l’après-midi. Le
Ministre OUARO, évangélique de confession religieuse, n’a pourtant pas hésité à affirmer dans son discours
à la cérémonie que « c’est l’école catholique qui tire l’école burkinabé vers le haut ».

Au centre de la photo, le Ministre et la présidente de l’APE La réception en communauté

7
Les prestations des élèves du primaire, cours de musique et expression corporelle (danse)
Les institutrices en tenues de fête avec le Ministre de l’Éducation Nationale

Jubilé de 50 ans de Baptême

L’associée Mme. Aimée NIKIEMA a célébré son jubilé d’or


de baptême le 20 juin 2021 à la messe dominicale à la
paroisse Notre Dame de Fatima (Dassasgho).

La messe a été présidée par le Père Norbert ZONGO.


Plusieurs viateurs ont pris part à la célébration. Le président
de la célébration a saisi l’occasion pour présenter la branche
associée des viateurs aux fidèles.

La famille NIKIÉMA a reçu après la célébration, à leur


résidence personnelle, leurs amis et connaissances pour un
repas fraternel.

Frère François Zoma

8
La visite pastorale de la fondation du Burkina.
De la fin du mois d'avril à la fin du mois de mai 2021, le Supérieur de la fondation, le frère Victor ZONGO
et son assistant, le Père Norbert ZONGO, ont
foulé le sol de toutes les communautés du Burkina
pour s'entretenir avec les confrères. Saint Viateur
de Banfora, Noviciat Saint Viateur de Boassa,
Louis Querbes de Dassasgho, Etienne
Champagneur de Saaba et Saint Viateur de Bagré,
la nouvelle née parmi toutes communautés
locales, vivent pleinement le charisme viatorien.
Cette visite a permis au conseil de la fondation de
voir la réalité vécue par les frères. Le défi de la
vie fraternelle demeure la préoccupation de
chaque communauté. Tous les confrères sont tous
en bonne santé et sont impliqués dans la mission.
Nous apprécions de façon générale la qualité de la vie
fraternelle mais cela demeure un défi pour certaines
communautés locales. Le Supérieur de fondation du
Burkina a aussi effectué une visite en Côte d’ivoire. Lors
de cette visite, il a fait deux rencontres. La visite
pastorale au Fère Désiré Legma, étudiant en théologie, et
une rencontre de travail avec le Supérieur de la fondation
de la Côte d’Ivoire, le Père François Koffi, pour relancer
le Comité de Coordination Viatorienne de l’Afrique de
l’Ouest (CCVAO).
Félicitation à notre confrère Céraphin pour son implication dans ses études.

9
Apprendre à aimer la vie par la plantation !
Le 12 juin de l'an de vert de
l'environnement, les élèves du primaire
du Groupe Scolaire Saint-Viateur ont
pris d'assaut le jardin botanique pour
faire un reboisement de plantes
médicinales. En rappel, le jardin
botanique a été initié par les amis de
l’environnement, la brigade verte du
Groupe Scolaire Saint-Viateur en 2004.
Le Père Norbert Zongo était le
Une réalisation de l’APE du primaire responsable de ce mouvement.

Avant le début de la plantation, les élèves ont eu droit à un entretien visant à leurs donner l'importance des
plantes médicinales. Un spécialiste du domaine, monsieur Coulibaly, venu spécialement de Banfora pour la
circonstance, a sensibilisé les participants sur la protection et l’utilité des plantes à l'usage de la santé des
humains. L’objectif de cette activité est clair : éveiller chez « les petits enfants » le sens de la protection de
l'environnement. Il s’agissait concrètement de les amener à prendre conscience que planter un arbre c'est
sauver une vie. Ils se sont engagés à entretenir ces plantes pour qu’elles prennent racine et qu’elles croissent.
Ce fut une belle activité réalisée dans la convivialité et l’amitié.

Les élèves du primaire qui travaillent dans le jardin botanique de l’école.

10
Prestation artistique au préscolaire !

Les enfants du préscolaire du Groupe Scolaire Saint-Viateur ont eu leur traditionnelle prestation artistique le
samedi 5 juin 2021. Cette activité marque la fin de l'année des enfants de 3 à 6 ans. Durant toute l'année, les
enseignants se sont évertués à éveiller les connaissances et les talents cachés des enfants dont ils ont la
charge. Les enfants ont également appris à se sociabiliser. Cette activité de fin d'année a été l'occasion pour
ces jeunes enfants de restituer, sous les regards bienveillants de leurs parents et de leurs encadreurs, ce qu'ils
ont appris. Par des récitations, des chants et des ballets, les enfants du préscolaire ont égayé le public. Le
parrain de cette cérémonie fut monsieur SOURGOU Moussa, comédien et acteur du cinéma burkinabé. Il est
connu sous le nom de Pusbila dans la série « Affaire publique ». Les élèves de la grande section en fin de
cycle du préscolaire, ont reçu des attestations des mains du parrain. Ces enfants sont bien préparés pour
commencer la première année du primaire dès la rentrée prochaine. Mais pour l’heure, vive les vacances !

L’acteur Pousbila
(L’homme qui tient des documents)

11
Inauguration du poulailler au noviciat - Une leçon de formation et de vie
La conviction d’une œuvre est la clef de sa réalisation. C’est cette conviction qui a constitué la force
motrice pour le révérend père Norbert ZONGO, maître des novices, dans son entreprise d’élevage de
volailles. En effet, tout a commencé de l’expérience de dix (10) poules pour arriver à l’inauguration d’un
grand poulailler. Pour ce faire, le mardi 8 juin 2021 a eu lieu au noviciat de Boassa la célébration de
l’inauguration du nouveau poulailler. Ce joyau a pu voir le jour grâce au bon vouloir du père Maître de
former de futurs religieux qui « savent travailler avec leurs dix doigts ». La cérémonie a enregistré la
présence de personnes ressources qui ont œuvré à la réalisation de l’ouvrage. Notons en premier lieu le
La marraine et le père
Maître

La communauté lors de l’inauguration


révérend père Norbert, promoteur, à qui l’honneur a été accordé au début de la circonstance de situer le
cadre général du projet et de préciser la source de son inspiration. Le guide technique est une vétérinaire
dévouée dans cette praxis. Elle a été la seconde personne à intervenir au cours de la cérémonie. Dans sa
prise de parole, elle a su donner avec finesse les instructions et les conditions nécessaires pour la réussite
de l’œuvre. L’invitée d’honneur et la marraine de la cérémonie a été Madame Traoré. Dès lors, pour finir la
page des discours, nous avons donc eu l’honneur et la joie de l’écouter. A la question par quelles
motivations êtes-vous arrivés à investir pour permettre la construction de ce bâtiment? Elle est partie de
trois considérations majeures : Premièrement, l’amour pour la création et pour la nature du père Norbert à
travers la délicatesse avec laquelle il prend soin de ses poussins. Deuxièmement, son sens aigu du bien
commun et troisièmement, l’expérience à elle-même du bien que cela génère.

Aimer la création et œuvrer pour le bien commun, telles


sont les leçons tirées pour notre formation, voir pour
toute la vie. Pour officialiser l’usage du local, la coupure
du ruban inaugural a été effectuée par le père Maître et
la Marraine de la cérémonie.

Il est de bon ton de


signifier la présence de
toute la communauté
du noviciat, de même
que le représentant de
La vétérinaire, Norbert, Justin et la marraine l’équipe ouvrière. Ceci
dit, pour marquer ce jour d’une tache indélébile avant de faire sauter le
champagne sur les lieux, nous avons installé 150 poussins dans le nouveau
poulailler. Nous disons un merci sincère à notre bienfaitrice pour ce grand
bien qu’elle nous a fait. Nous la rassurons d’en prendre soin pour en tirer le
maximum de profit pour la plus grande gloire de Dieu et pour le bien-être
de tous.
SIATI Justin, novice

12
Lancement du CEP et du BEPC au GSSV par le ministre d’Education Nationale

Malgré le contexte
d’insécurité, la session 2021
des examens du Certificat
d’Etudes Primaires (CEP), du
Brevet d’Etudes du Premier
Cycle (BEPC), du Certificat
d’Aptitude Professionnelles
(CAP) et du Brevet d’Etudes
Professionnelles (BEP) ont
débuté ce matin du 22 juin.
Selon les statistiques, les
candidats sont au total 769 629,
repartis sur l’ensemble du pays.
Au niveau du CEP, on compte
La conférence de presse du Ministre de l’Éducation devant les médias
dans la cour du Groupe scolaire Saint Viateur. 450 502 inscrits à cette session
dont 54% de filles. Au niveau
du BEPC, les inscrits à la session sont au nombre de 301 357 dont 55,99% de filles. Les candidats au
BEP sont au nombre de 10 762 et 7008 au CAP, dont 37, 95% de filles pour ces deux derniers examens.
Une session spéciale est prévue pour les candidats qui sont en situation de déplacés internes.

Le lancement de tous ces examens a eu lieu au Groupe Scolaire Saint-Viateur de Ouagadougou par le
Ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales, le
Pr. Stanislas OUARO. Le choix du GSSV traduit sans doute la reconnaissance des autorités du pays à
l’égard des Viateurs pour leur œuvre éducative de qualité.

L’ouverture officielle des épreuves pour le CEP et le BEPC


Frère Zoma François

13
Les camps viatoriens au Burkina Faso

Cette année, les camps de la fondation du Burkina


Faso reprennent. L’an passé, à cause de la situation
sanitaire, avec la Covid-19, tous les camps avaient
été annulés.

Un nouveau camp fait son apparition.


Le camp « Des métiers » au Centre de formation
professionnelle Louis Querbes de Banfora.

Le premier « camps de l’Avenir » a eu lieu en


juillet 2002 sous l’initiative du père Lindbergh
Mondésir.

Le premier « camp de l’Amitié » a eu lieu en août


2006 sous l’initiative du frère Jocelyn Dubeau.

De plus, le camp vocationnel organisé à Boassa


sous la direction du responsable de la pastorale
vocationnelle, le frère Clément Ouédraogo, aura
lieu du 9 au 14 août 2021.

Bonne réalisation à chacun des camps. Nous


sommes toujours à la recherche de Bienfaiteurs
pour aider les jeunes à participer.

14
Témoignage d’un novice:
Noviciat, véritable lieu de formation dans la joie.

« La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui


rencontre Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du
péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus
Christ la joie nait et renait toujours. », nous disait le Pape François
dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium nº1.
Saisi par le Christ, on ne peut qu’être comblé d’une grande joie
intérieure qui produit en nous une transformation holistique.
L’expérience du noviciat pour moi a été un véritable lieu de
métamorphose. Une formation qui a consisté à la formation
intégrale de ma personne partant d’une connaissance approfondie
de ma personne, dans un grand silence et le recueillement. Dans le
processus de mon discernement, le noviciat m’a permis de mieux
cerner l’appel du Seigneur à travers une écoute active et une
attention particulière aux évènements auxquels j’ai été confronté et
avec l’appui du père Maître qui fut pour moi une lampe sur ma
route.
Le noviciat a été encore un véritable lieu de transformation car
toutes mes actions ont été orientées, ordonnées à la louange de sa
divine Majesté. A partir de la contemplation, j’ai pu découvrir Dieu
à travers sa création et l’aimer d’avantage. Comme le disait Paul
Abraham et le père Norbert VI : « Un chrétien peut manquer de tout, mais s’il est uni à Dieu
dans la foi et la charité, il ne peut manquer de Joie. » Pour dire que
le secret de la croix et le secret du noviciat pour moi, c’est l’Amour. Cette joie de l’Amour vient de la
découverte du sens de la souffrance offerte par amour. J’en suis vraiment convaincu, la victoire définitive est
acquise par le Christ non seulement à travers son agonie à Gethsémani mais par son sang versé pour moi sur
la croix. C’est en ce mystère de sa passion que je trouve la joie d’être en Jésus et pour Lui.

De plus, je découvre que la joie spirituelle a non seulement un parfum


de paix mais aussi un parfum de force. Là où il y a de l’Amour, il y a de
la Joie! Alors, consacrés, respirons tous de ce parfum de joie spirituelle,
signe de vie à la Vie et gage de notre Salut. Pour terminer, en
paraphrasant saint Augustin, le noviciat est pour moi le lieu où se
Abraham et Anthony rependit dans mon cœur une lumière qui dissipa les ténèbres de mon
incertitude.
Juste pour vous affirmer que le noviciat au Burkina Faso est une formation dans l’Amour!

YAMÉOGO Abraham S. Augustin, novice

15
Texte de réflexion : Le choix, une base pour la vie consacrée.

La capacité et l’habilité naturelle et inhérente à l’homme de faire des choix Anthony


sont les poinçons de l’existence humaine. Tous les jours en effet, nous
sommes confrontés à des situations qui nous amènent à prendre des
décisions basées sur quelques raisons et ce dès le lever jusqu’au coucher.
Nous décidons par exemple si nous quittons le lit ou pas, si nous partons au
travail ou pas, bref si nous faisons ceci ou cela. Notre vie comme humain est
donc remplie de choix. Voici pourquoi le philosophe existentialiste français
Jean-Paul Sarte a proclamé en son temps avec une conviction ardente que
l’homme est condamné à choisir et donc à être libre, car « ne pas choisir,
c’est encore choisir. »

Mais en réalité, tout ne dépend pas toujours de notre choix. Il y a certaines


réalités qui ne nous donnent pas l’occasion de choisir. Par exemple, quand,
où et dans quelle famille nous naissons n’est pas le résultat de notre choix.
Cependant dans d’autres circonstances nous avons la latitude de choisir : les
écoles que nous fréquentons, le travail que nous faisons, les amis que nous
gardons, la musique que nous écoutons, tout cela dépend de notre choix. De ce fait, il est à retenir que les
choses qui nous arrivent peuvent résulter de nos actions comme de nos inactions. Cela peut expliquer
pourquoi dans la vie il y a des moments où nous sommes confrontés à des situations où le choix est difficile
à opérer. Ces difficultés de choix peuvent néanmoins être liées à nos peurs de l’avenir, ou à notre volonté de
discerner ce qui est la meilleure chose à faire, en application de la pensé de saint Thomas d’Aquin selon
laquelle entre deux biens, il faut choisir le meilleur.

Dans l’exercice de ce nécessaire choix, l’homme est comme conditionné par deux énergies ou forces, sa
nature corporelle et sa nature spirituelle. Et la
cohérence ou l’unité de ces deux force est réalisée par
la prière qui aide à atteindre « un équilibre convenable
entre la terre et le ciel » comme nous l’apprenons de
Mère Theresa, selon Lucienda VARDEY : Ce n’est
que dans la prière que la liberté humaine s’emboîte
dans le dessein bienveillant de Dieu pour sa créature, et
que le choix de l’homme fait écho à l’appel de Dieu,
notamment dans la vocation de tout homme.

Oui, la vocation venant du latin « vocare » qui signifie


appeler, est une inclinaison forte à opter pour un état de vie comme le célibat, le mariage, la vie consacrée.
Pour une telle option, il faut bien un discernement dans la prière pour choisir le meilleur pour soi, l’état de
vie où nous allons véritablement rencontrer Dieu, dans un accord de notre volonté à sa Volonté. Ici, je me
rappelle ce que m’a dit le père Norbert Zongo, notre maître du noviciat : « En faisant un choix vocationnel,
il y a trois choses à considérer à savoir ce que je veux, ce que je peux et ce que Dieu veut. » De fait, ce que
je veux peut ne pas être ce que je peux. Ce que je peux, peut ne pas être ce que je veux. Mais ce que Dieu
veut, est nécessairement ce qui est bon pour moi, ce qui me donnera la paix du cœur et le salut. Ainsi donc,
dans son engagement à la forme de vie idéale où il sera en adéquation avec la volonté de Dieu pour lui,
l’homme doit s’abandonner à la grâce de Dieu qui fortifie, rend capable et justifie ceux qu’Il appelle, comme
le dit saint Paul dans sa lettre aux Romains, chapitre 8, verset 30. Cela veut dire que c’est un engagement de
foi, car la vraie lumière, c’est la lumière de la foi.

NWACHUKWU Anthony, novice

16