Vous êtes sur la page 1sur 11

Master: Management des Administrations

Publiques et Territoriales
La marque choisie : Drâa /Tafilalt

Réalisé par :
Elhabti Rajaa
Ait Baddi Amina

Encadré par : Pr. Yousfi AOUAD

Responsable de coordination du Module Marketing


Territorial, Master MAPT

Année Universitaire : 2020-2021


Territoire : Drâa /Tafilalt :

1. Le diagnostic de la marque :
Nul ne peut douter que dans le cadre du contexte international actuel marqué par la course à
l’attrait des investissements étrangers, les territoires, à l’image des entreprises sont obligés de
revoir leurs stratégies de promotion et d’introduire de nouvelle techniques. De sa part, la
région Drâa -Tafilalet ne peut échapper à cette tendance. Outre la nécessité de développer ou
de maintenir ses avantages concurrentiels, la région Drâa -Tafilalet doit aussi réussir à
communiquer ses caractères distinctifs afin de garantir un positionnement de choix en tant que
lieu d’implantation des investissements directs étrangers.

Elle doit, donc, développer une dynamique de marketing territorial grâce à la mise en
lumière et au positionnement de ses forces et ses atouts. Il nous semble, ainsi, judicieux
d’analyser l’attractivité et la dynamique des IDE dans la région Draa-Tafilalet en se basant
notamment sur les fondements théoriques développés jusque-là, en appliquant la démarche du
marketing territorial.

1. Diagnostic des secteurs économiques :

Le diagnostic stratégique du climat d’investissement en général, et des secteurs économiques


en particulier, est l’étape préliminaire de l’évaluation de l’attractivité de la région Draa-
Tafilalet. L’analyse SWOT semble être la méthode la plus efficace pour effectuer une telle
évaluation. D’une part, ce diagnostic porte sur les quatre principaux secteurs économiques qui
intéressent les investisseurs directs étrangers, à savoir : l’agriculture, le secteur minier,
l’industrie et le tourisme. L’artisanat, d’autre part, constitue un secteur fondamental pour
l’économie régionale tant par l’importance de l’effectif employé que par sa contribution à la
création de la richesse et au développement de la région. Cependant, il souffre de plusieurs

1
problèmes comme le manque d’espaces et locaux professionnels, la désorganisation des
métiers… Son potentiel pour l’investissement étranger reste limité selon les statistiques
régionales.

1.1. Les secteurs primaires :

Pour le secteur agricole, la région dispose d’importants atouts et potentialités aussi bien dans
la production agricole, que dans le domaine forestier et de l’élevage. Le secteur présente de
grandes opportunités d’investissement dans la région surtout avec l’existence d’une gamme
variée de sols qui sont encore sous exploités, des ressources hydriques importantes.
Cependant, l’interdiction aux investisseurs étrangers d’acquérir des terrains à vocation
agricole peut apparaître comme l’une des contraintes majeures à l’attractivité des IDE dans ce
secteur. En revanche, d’autres possibilités sont offertes pour faire face à cette situation : ils
peuvent être partie prenante à des baux de longue durée accordés pour le développement des
activités à caractère agricole. De plus, un projet de texte en cours, qui s’inscrit dans le cadre
du processus d’ouverture aux investissements poursuivi par le Maroc, permettrait de lever
cette interdiction. On peut résumer les éléments du diagnostic territorial de la région pour le
secteur agricole dans la matrice SWOT suivante :

Tableau 1 : La matrice SWOT du secteur agricole

Forces Faiblesses

-Importance des superficies agricoles fertiles et -Dépendance continue des aléas climatiques.
favorables au développement d’une agriculture -Insuffisance des structures de stockage, de
moderne ; conservation et de conditionnement ;
-Importance des ressources en eau ;
-Absence d’une organisation et d’une structure
-Climat favorable à plusieurs types
d’agriculture ; dynamique et efficace du marché ;
-Patrimoine forestier considérable ; -Dégradation de l’environnement, et menaces
-Production animale et végétale diversifiée ; de pollution des ressources hydriques
-Un savoir-faire et des centres de recherche ; particulièrement les ressources souterraines ;
-Qualité/compétitivité nationale et -Dispersion et enclavement de certaines terres
internationale des produits agricoles de la agricoles, leur statut juridique…
région.
Opportunités Menaces

-Marchés national et international en pleine -Réglementation contraignante pour l’accès à


expansion ; -Présence d’unités opérant dans le certains marchés extérieurs (Europe, Etats-
secteur agroalimentaire ; -Extension de la Unis…) ; -Concurrence nationale, surtout de la
superficie agricole utile ; -Introduction de part de la région du Gharb-Chrada-Béni Hssen,
variétés à très haut rendement ; -Organisation et celle de Doukala-Abda ; -Concurrence des
du SIAM ; -Mise en place des programmes de pays du Sud de l’Europe (Espagne,
valorisation des produits forestiers. Portugal…) et des pays de l’Europe de l’Est.

2
Concernant le secteur des mines, la région de Draa-Tafilalet présente d’importantes
potentialités non encore exploitées, notamment pour les entreprises étrangères opérant dans ce
secteur, grâce à sa structure géologique riche en substances minières diversifiées. Selon les
responsables du Conseil Régional, un grand nombre d’investisseurs étrangers ont exprimé
leur intérêt pour l’exploitation des richesses minières, tout en faisant bénéficier la région de
leur expérience dans le domaine d’extraction et de transformation des minerais et des métaux.

Les principales forces, faiblesses, opportunités et menaces du secteur minier dans la région de
Draa-Tafilalet se présentent comme suit :

Tableau 2 : La matrice SWOT du secteur minier :

Forces Faiblesses
-Richesse et diversité du potentiel minier ; -Faiblesse de l’infrastructure de transport ;
-Exploitation minière exercée depuis -Poids du coût de transport à cause de
longtemps ce qui a permis à la maind’œuvre l’éloignement de la région des lieux de
destination ;
locale d’acquérir une expérience appréciable ;
-Difficulté d’accès à certains gisements ;
-Importance des carrières de sable et de divers -Difficulté d’écoulement des produits miniers.
matériaux de construction.

Opportunités Menaces
-Croissance de la demande sur le marché -Concurrence de certains pays de l’Afrique
international ; subsaharienne ;
-Existence de richesses non encore exploitées. -Impact défavorable des carrières sur
-Réalisation de recherches et découvertes pour l’environnement.
une meilleure reconnaissance du potentiel réel
de la région.

1.2. Le potentiel de l’industrie :

Le secteur industriel demeure peu développé dans la région de Draa-Tafilalet. Sa place au


niveau national par rapport aux autres régions du pays ne reflète pas les atouts et les richesses
x de la région en matières premières et en capital humain. Cependant, le potentiel de ce
secteur est énorme ; il semble être le plus capable de fournir des emplois en nombres
importants, et de faire de la région un vrai pôle industriel.

Cependant, L’industrie culturelle et spécialement l’industrie cinématographique constitue une


image de marque de ce territoire. Le succès de la région est basé sur une offre adaptée à ce
genre d’opérateurs. La région est connue par ses sites naturels de décor et paysages adaptés à
la réalisation cinématographique (vues panoramiques, plaines, plateaux, kasbahs, dunes, lacs,
oasis, etc). La région dispose aussi de quatre studios internationaux et de deux structures de
formation académique et professionnelle dans le domaine du cinéma. La région capitalise sur
son actif riche (200 films ou séries télévisées, marocains ou étrangers), un savoir-faire en
développement (technicité, figurants, artisans, etc), un coût de production compétitif
comparativement à nos concurrents en Tunisie, en Afrique du Sud ou en Roumanie pour

3
attirer les productions nationales et étrangères. À cela s’ajoute l’existence de structures
d’accompagnement et de facilités administratives (Film commission, one stop shop) dans la
région.

D’autre part, on souligne l’importance de la ville Ouarzazate en mettant la lumière sur le


projet Noor Le complexe Noor Ouarzazate est le premier projet solaire élaboré dans le cadre
de la stratégie énergétique marocaine qui vise à porter la part des énergies renouvelables dans
le mix électrique national à plus de 52 % à l'horizon 2030.

La première phase du complexe, Noor Ouarzazate I, a été inaugurée par le Roi Mohammed VI
en 2016.

Étendu sur plus de 3 000 ha, le complexe Noor Ouarzazate est constitué de quatre centrales
solaires utilisant des technologies différentes : Noor Ouarzazate I et II (miroir cylindro-
parabolique), Noor Ouarzazate III (centrale solaire à tour), et Noor Ouarzazate IV (centrale
photovoltaïque). La puissance installée du complexe est de 580 MW.

Ce projet permettra de : Réduire la dépendance énergétique du Royaume (actuellement le


Maroc dépend à 95% du pétrole pour ses besoins énergétiques), Valoriser une ressource
nationale : le Maroc bénéficie d’un taux d’ensoleillement très important, le projet permettra
d’assurer que la valorisation de la ressource solaire sera maîtrisée au niveau national et ainsi
de faire bénéficier les populations des retombées économiques, Créer un avantage compétitif
énergétique sur le long terme.

Tableau 3: La matrice SWOT du secteur industriel :

Forces Faiblesses
-Main d’œuvre abondante et à bon prix; -Main d’œuvre peu qualifiée ;
-Importance du patrimoine forestier; -Complexité des procédures administratives ;
-Existence de plusieurs zones industrielles; -Insuffisance des infrastructures dans les
-Savoir-faire acquit dans certaines spécialités; zones industrielles.
-Qualité des produits, surtout dans les filières
du textile et de l’agro-industrie.
- Importance de l’investissement dans
Ouarzazate Projet Noor 1,2 et 3.

Opportunités Menaces
-Proximité des grands marchés nationaux et -Concurrence du secteur informel ;
étrangers (Europe, pays arabes…) ; -Coût élevé du transport
- Potentiel important de l’industrie culturel et
cinématographique.

4
1.3. Le secteur touristique :

En matière de tourisme, la région regorge de potentialités tant au plan culturel que naturel
avec ses Oasis, ses forêts, etc. En effet, la position géographique de la région, son passé
historique, la diversité des composantes humaines, culturelles et naturelles, représentent des
atouts lui procurant une vocation touristique de premier choix.

La région, compte de nombreux sites touristiques et paysages pittoresques multiples et variés,


ajoutés à cela l’authenticité architecturale de ses Ksour et Kasbahs.

D’ailleurs, La région Drâa-Tafilalet bénéficie aussi des stratégies de mise en valeur du


patrimoine touristique, à travers plusieurs projets qui ont été lancés tels que l’aménagement
d’un golf sec, la construction de villages de vacances, la valorisation des Kssours et Kasbahs,
etc.

Le tourisme constitue, selon les responsables du Centre Régional d’Investissement de


Meknès-Tafilalet et de la Délégation régionale du tourisme, le secteur qui attire le plus grand
nombre d’investisseurs étrangers dans la région surtout durant ces dernières années. La
présence des hôtels, maisons d’hôtes, gîtes, auberges… détenues ou créés par des étrangers
confirme le potentiel du secteur touristique dans la région aux yeux des investisseurs surtout
européens. La région bénéficie, en premier lieu, de sa position géographique centrale qui en
fait un carrefour entre les quatre coins du Royaume. La diversité et la variété des ensembles
géographiques qui la composent, en font une zone d›un attrait particulier. Elle offre un produit
touristique très distinctif regroupant notamment des produits de niches prometteurs :
écotourisme, agrotourisme, sports d’hiver, tourisme rural, tourisme de montagne…

o Le tourisme thérapeutique à Merzouga :

les fameuses dunes de Merzouga constituent une troisième zone originale caractérisant le
potentiel touristique de la région. Malgré ces formidables atouts, le tourisme, sous ses
diverses formes, demeure peu développé dans la région.

Sorte de sauna naturel, les bains de sable à visée thérapeutique ou pour le bien-être ne sont
pas une spécificité sud-est marocaine, ni même nord-africaine : ils sont pratiqués discrètement
un peu partout dans le monde, notamment dans les régions désertiques (du Maghreb à l’Asie
centrale et en Chine), mais aussi volcaniques et balnéaires (au Japon notamment). En Europe,
jusqu’au début du XXe siècle, ils étaient largement répandus dans les stations balnéaires
méditerranéennes et atlantiques (mers noire et baltique comprises). Bien qu’ils ne se
pratiquent plus en plein-air aujourd’hui, ils restent en usage dans certains centres de
thalassothérapie et les spas (sur des tables ou dans des baignoires avec du sable chauffé
artificiellement). Au Maroc, Merzouga représente le haut-lieu : c’est le site le plus réputé et le
plus fréquenté aux vues des qualités du sable de l’erg Chebbi, le long duquel sont bâtis les
villages et les infrastructures hôtelières.

Cette activité reste, tout comme les autres secteurs, bloquée par plusieurs facteurs.

5
Tableau 4 : La matrice SWOT du secteur touristique :

Forces Faiblesses

-Diversité du produit touristique ; -Faiblesse des infrastructures de


communication et des conditions d’accès ;
-Richesse du patrimoine naturel (paysages, -Équipements touristiques peu adaptés ; -
forêts, lacs…) Absence d’une véritable politique de
promotion du tourisme ;
-Climat très particulier dans chaque -Manque d’unités spécialisées dans
province/préfecture ; l’animation touristique ;
-Absence d’une mise en valeur des monuments
-Importance des manifestations et des et des sites d’intérêt touristique.
productions artistiques et artisanales.

Opportunités Menaces

-Marché national en pleine croissance ; -Développement de destinations nationales


-Augmentation continue de la demande offrant le même produit mais avec un meilleur
étrangère ; rapport qualité/prix ;
-Disponibilité de terrains pour les projets
touristiques. -Concurrence internationale : surtout des pays
ayant les même particularités (Tunisie, Égypte,
Turquie…).

1.4. Diagnostic stratégique global :

Les potentialités de la région Deraa-Tafilalet ne peuvent constituer un levier au


développement économique et social, et à l’attractivité des investisseurs étrangers, sans
qu’elles soient orientées par une politique bien déterminée qui permet une meilleure
rationalisation des ressources et une valorisation plus intelligente des atouts de la région. Le
manque d’une vision stratégique à long terme partagée par l’ensemble des acteurs du territoire
vient en premier rang des obstacles de l’attractivité de la région pour les investissements
nationaux et étrangers. La fragilité et la faiblesse des infrastructures ainsi que les mauvaises
conditions sociales sont également parmi les facteurs qui bloquent toute initiative
d’amélioration du climat d’investissement dans la région.

La matrice suivante résume les principaux résultats du diagnostic territorial portant sur le
climat global d’investissement dans la région.

6
Tableau 5 : La matrice SWOT du diagnostic territorial global

Forces Faiblesses
-Situation géographique ; -Conditions sociales ;
-Importance des ressources naturelles ; -Qualité et faiblesse des infrastructures ;
-Patrimoine naturel, historique et culturel ; -Déséquilibre et disparités entre provinces/
-Faible coût des facteurs de production (main préfectures ;
d’œuvre, énergie…) ; -Problème du foncier.
-Importance du réseau éducatif et de
formation.
Opportunités Menaces
-Proximité de l’Europe, des pays arabes et des -Secteur informel ;
pays africains ; -Forte concurrence d’autres régions du
-Ouverture économique, notamment à travers Royaume, et d’autres pays disposant des
les accords de libre-échange avec l’UE, les mêmes particularités ;
États-Unis, les pays arabes… -Problèmes environnementaux, surtout la
pollution des ressources hydriques ;
-Mauvaise mobilisation des efforts de
promotion de la région.

2. L’analyse de l’identité de marque territoriale et recommandations :

Le produit territoire regroupe l’ensemble des composantes qui jouent un rôle dans le
processus de choix d’un lieu d’implantation. Ce sont les facteurs présentant des opportunités
pour les segments choisis en mettant en lumière les forces et les atouts issus du diagnostic
territorial de la région, en plus des composantes liées aux incitations et facilités aux
investisseurs.

Outre les forces observées dans le diagnostic territorial, l’un des aspects indispensables pour
les investisseurs, quel que soit leur origine, leur taille ou leur secteur d’activité, réside dans
l’existence d’une structure d’aide aux investisseurs adaptée à leurs exigences. Dans ce cadre,
le CRI de la région est l’exemple d’une expérience réussite, à travers ses différents services
d’aide à la création et à l’orientation des investisseurs. L’offre de zones industrielles, zones
économiques, constitue une composante importante du produit territoire de la région,
notamment dans la ville d’Ouarzazate. Il s’agit également de l’offre territoriale en matière
d’infrastructures nécessaires à l’ensemble des activités économiques (réseau routier,
télécommunication…).

Le tissu industriel dans la région de Drâa-Tafilalet composé principalement de petites et


moyennes entreprises, se caractérise par sa jeunesse. Toutefois l’industrie reste un secteur
promoteur à grand avenir dans la région, étant donné que la région de Drâa Tafilalet dispose

7
du potentiel essentiel pour en faire un pôle industriel important à l’instar des régions
industrielles connues au niveau national comme Casablanca.

La place secondaire de l’activité industrielle dans la région est due non seulement à
l’éloignement et l’enclavement de la région, mais aussi à la présence d’une tendance
d’investissement qui s’oriente vers d’autres branches d’activités à savoir le secteur du
bâtiment et travaux publics et le secteur du tourisme et de l’industrie cinématographique.

En outre, La province d’Errachidia n’a pas manqué à sa vocation puisque les plus importants
dossiers de création traités par le CRI durant cette période concernent des projets de palmiers
dattiers. «Cette province continue à séduire les investisseurs dans ce domaine grâce aux atouts
indéniables de ce territoire, notamment son climat favorable, son positionnement et la
notoriété de la datte dite «Mejhoul» au niveau du marché marocain et à l’export», indique
Bouchaïb Erraziki, directeur du CRI Drâa-Tafilalet. Cette catégorie, assortie aux projets de
tourisme naturel, constitue l’image de marque de la région Drâa-Tafilalet.

Alors, on a comme identité de la marque :

La région Drâa -Tafilalt a évolué vers une marque touristique territoriale ou de tourisme
naturel, aussi la promotion d’Ouarzazate comme haut lieu du cinéma avec ses studios où sont
tournés les plus grands blockbusters mondiaux.

La région, compte de nombreux sites touristiques et paysages pittoresques multiples et variés,


ajoutés à cela l’authenticité architecturale de ses Ksour et Kasbahs.

D’ailleurs, La région Drâa-Tafilalet bénéficie aussi des stratégies de mise en valeur du


patrimoine touristique, à travers plusieurs projets qui ont été lancés tels que l’aménagement
d’un golf sec, la construction de villages de vacances, la valorisation des Kssours et Kasbahs,
etc.

depuis le début de cette crise, connu quelques périodes d’éclaircies avec une reprise d’activité
en été ou en fin d’année, pour la région de Drâa-Tafilalet, en revanche, il n’en a pas été
question, relève l’ONMT, notant que la région n’est pas une destination de voyage privilégiée
en été ou en hiver et que la haute saison à Ouarzazate se situe entre mars et juin.

L’image de marque de cette région connait depuis des années une grande clientèle grâce à
son climat et culture différents qui attirent les touristes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du
pays. Mais le secteur de tourisme a connu généralement dans le monde un ralentissement et
récession à cause de la crise de covid-19, ce qui a influencé négativement sur les activités
touristiques de la région. De cela on conclue que l’image de marque malgré son succès de sa
grande clientèle mais le développement de ce secteur reste menacé par le climat mondiale et
la récession de l’économie mondiale, surtout que la région a besoin d’un énorme financement
pour se développer.

8
o Recommandations :

 Il faut l’amélioration les services offerts pour les touristes soit de confort ou de
l’hôtellerie ou de transport qui est un peu difficile à cause de la nature de la région et
aussi de faible infrastructure de cette dernière.
 Le recours aux autres modes de communication, comme la participation aux
expositions, foires et salons à l’étranger reste un peu limité à cause du coût élevé et
des procédures nécessaires pour la sortie des marocains à l’étranger. Cependant, au
niveau national, la région est présente dans la plupart des événements.
 Il faut évoluer le côté divertissement dans la région…
 l’offre territoriale en matière d’infrastructures nécessaires à l’ensemble des activités
économiques (réseau routier, télécommunication…).
 Encourager l’investissement dans la région et surtout pour améliorer les oasis,
Hammat, Ain Meski, Merzouga… etc.
 Encourager les petits projets qui ont pour but d’exploiter d’une manière positive les
richesses de la région les mettre en valeur pour se faire connaitre l'identité de la
région.
 Les site-web, à l’exception de celui du CRI, doivent être mis à jour régulièrement, en
introduisant les nouvelles données et statistiques régionales, les dernières nouveautés
sur les réformes et les mesures incitatives…
 Les relations publiques (séminaires, réunions, missions commerciales…) sont une
forme plus avancée de la communication territoriale car elles se basent sur une
promotion personnalisée, dans laquelle les spécificités des participants doivent être
prises en considération, que ce soit pour la langue choisie, la décoration de la salle…
les relations publiques constituent également l’occasion pour négocier les conditions
d’investissement, ou signer des partenariats avec les investisseurs.

o L’identité de la marque à travers sa plateforme :

9
la couleure marron de
logo fait rappel à la
couleur dominante
dans la région, aussi
la forme de palmier
qui est une source
naturelle importante
dans cette dernière
qui produit une
Identité quantité importante
visuelle UNE SIGNATURE ET UNE CHARTE de dattes chaque
GRAPHIQUE année.
(Source :https://www.draatafila
let.ma/publications.html#

Marque
Draa-
Tafilalet
Identité
verbale Elle comprend les provinces du Drâa3 de
l'ancienne région Souss-Massa-Draâ ainsi
que les provinces du Tafilalet4 de
l'ancienne région de Meknès-Tafilalet.

Alors, le territoire peut-il être une marque ? Oui, bien sûr. Mais il faut garder en tête
qu’un territoire est beaucoup plus qu’une marque, et que le fait d’utiliser les outils de la
marque pour stimuler un projet collectif ne signifie pas que le territoire soit un “produit”,
ni que l’on puisse impunément utiliser la marque de façon mercantile. C’est pourquoi, avant
même d’étudier l’opportunité et la faisabilité d’une marque de destination, les acteurs
territoriaux doivent clarifier ce qu’ils mettent derrière cette notion. Non seulement
la marque de territoire s’inscrit dans une logique à la fois plus vaste et plus complexe que
la marque commerciale, mais elle doit veiller à être d’une autre nature. En matière
commerciale, c’est la marque qui confère son identité au produit, c’est par elle qu’il existe ;
elle est la mémoire et le futur du produit. La marque est, dans ce cas, un “être de discours”
qui ne vit que si elle communique, d’une manière ou d’une autre, au travers de ses produits.
Le territoire, quant à lui, possède une identité propre, riche de sens et de valeurs, qui seule
lui offre la possibilité de se distinguer réellement. C’est cette identité profonde, la
personnalité qui s’en dégage, l’histoire qu’il est en capacité de raconter, etc. qui
vont alimenter “sa” marque. Le produit n’existe pas sans sa marque, tandis que le territoire
vit avant la marque, qui l’exposera.

10

Vous aimerez peut-être aussi