Vous êtes sur la page 1sur 73

EDUCATION LIVRE PDF

**FRANÇAIS TERMINAL**

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
VALEUR DES MODES ET DES TEMPS
= NOTIONS DE BASE

1. La valeur des modes :

Le mode indique de quelle façon est envisagé le fait ou l’état exprimé par le verbe (fait réel
Certain ou incertain, éventuel, souhaitable…).

L’indicatif présente les faits réels dans le passé, le présent ou le futur. Ex :


Je suis venue. Il vient. Nous viendrons.

Le conditionnel présente les faits éventuels, non certains, dont la réalisation est soumise à
condition.
Ex : il aimerait bien venir.
Le conditionnel, à valeur de modalisation [fiche 3], permet d’exprimer des réserves sur un Fait
ou une opinion.
Ex : Il viendrait à Noël. (A comparer avec : il viendra à Noël.)

Le subjonctif présente les faits dont la réalité ne peut être qu’interprétée, qui sont du
domaine du possible, du souhaitable, du douteux…
Ex : pourvu qu’il vienne !

L’impératif exprime l’ordre, le conseil, le désir.


Ex : Viens ici ! Venons-en aux faits. Venez vite !

L’infinitif est un mode non personnel. Il a la valeur d’un verbe ou d’un nom. Ex
: Que faire ? Hésiter n’est plus possible.

Le participe, présent ou passé, peut compléter un nom ou un pronom à la manière d’un


Adjectif ou d’une proposition relative.
Ex : Cherchant à se distraire, elle sortit. Son chien, fatigué, s’endormit.

Le gérondif complète un verbe à la manière d’un adverbe ou d’un complément


circonstanciel.
Ex : En vivant, vous apprendrez à vivre.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

2. La valeur des temps :


1.1 Les temps composés expriment :
soit l’aspect inaccompli inachevé du fait
soit l’antériorité par rapport au temps simple correspondant

TEMPS COMPOSES TEMPS SIMPLES

PASSE COMPOSE PRESENT


Quand j’ai fini Je vais au cinéma

PLUS-QUE-PARFAIT IMPARFAIT
Quand j’ai fini J’allais au cinéma

FUTUR ANTERIEUR FUTUR SIMPLE


Quand j’aurai fini J’irai au cinéma

PASSE ANTERIEUR PASSE SIMPLE


Quand j’eus fini J’allai au cinéma

2.2 Les temps simples : valeurs :

Le présent est le temps de l’énonciation (le moment où ‘l’on parle). On parle de présent de
présent d’énonciation.

Le présent peut aussi servir à rapporter des faits passés lointains en les rendant
« présents » : c’est le présent historique ou présent de narration.
ex : « C’était le jour des Rameaux de l’année 1728, Je cours pour la suivre : je la vois,
Je l’atteins, je lui parle ». (Rousseau)
Il peut exprimer des énoncés de portée générale en affirmant le caractère durable, voire
Eternel d’un fait . C’est le Présent permanent ou présent de vérité générale.
ex : L’amour est un grand maître. » (Molière)

Le passé simple est le temps du récit au passé. Il est employé essentiellement à l’écrit.
Il rapporte un fait passé qui n’est pas envisagé dans sa durée, mais dans son caractère ponctuel
(aspect borné). Il détache un événement essentiel sur un arrière-plan décrit à l’imparfait. Il souligne
également un fait inhabituel.

L’imparfait, en corrélation avec le passé simple, évoque les circonstances, l’arrière-plan sur
lequel se détache le fait principal. C’est le temps de la description au passé. Il envisage les faits
dans la durée sans que leurs limites soient bien définies (aspect non borné).
Il peut indiquer également qu’un fait se répète (imparfait de répétition).

Le futur situe l’action ou le fait dans un avenir proche ou lointain, en considérant sa réalisation,
comme certaine. Ex : je passerai te voir demain
CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27
PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Dans un récit au passé, il permet d’anticiper par rapport à la chronologie des événements. Ex :
Victor Hugo fit un voyage en Espagne dont il se souviendra en écrivant Hernani et Ruy
Blas.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Il peut exprimer un ordre (à la 2ème personne).


Ex : Tu ne tueras point.

Présent Passé-composé Imparfait Plus-que-parfait Futur

ACTIF Elle prend Elle a pris Elle prenait Elle avait prise Elle prendra

PASSIF Elle est prise Elle était prise Elle était Elle avait été prise Elle sera prise
prise

Futur Conditionnel
antérieur Passé-simple Passé simple Conditionnel
antérieur composé
ACTIF Ella aura pris Elle prit Elle eut Elle prendrait Elle aurait été prise
pris
PASSIF Elle aura été Elle fut prise Elle été Elle serait prise
prise prise

Rappel : les conjugaisons comparées de l’actif et du passif.

INDICATIF

SUBJONCTIF
Présent Passé Infinitif présent

ACTIF Qu’elle prenne Qu’elle ait pris prendre

PASSIF Qu’elle soit prise Qu’elle ait été prise Etre pris(e), prises

Infinitif présent Participe présent Participe passé

ACTIF Avoir pris prenant (ayant) pris

PASSIF Avoir pris(e), prises Etant prise, prises (ayant été)pris(e),


prises

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

REPERER LE GENRE D’UN TEXTE

VOICI LES PRINCIPAUX GENRES LITTERAIRES eux-mêmes divisés en « sous-genre


»:

GENRES SOUS-GENRES

-Policier, d’aventures, d’amour, d’apprentissage, de


ROMAN
science-fiction….

-Réaliste, fantastique, de science-fiction


NOUVELLE

-Comédie, tragédie, tragi-comédie, drame,


romantique (XIX siècle), théâtre de l’absurde (XXème
THEATRE
siècle).

-En vers réguliers, en vers libres, en prose.


POESIE

-Littéraire, politique, scientifique….


ESSAI

-Fable en prose ou en vers, conte merveilleux, conte


APOLOGUE
philosophique, utopie et contre-utopie, parabole.

LA BIOGRAPHIE -Biographie, mémoires, autobiographie,


roman autobiographique, journal intime…

L’EPISTOLAIRE -La lettre intime, la lettre ouverte, la lettre fictive, le


roman épistolaire…
CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27
PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

CLASSES ET FONCTIONS DES MOTS

I. LES CLASSES DES MOTS

Les mots sont classés selon dix catégories appelées classes ou (natures) grammaticales.
1. Les mots variables :

Le nom (commun ou propre) sert à nommer un être, une chose, une idée. Le
déterminant précède le nom pour former un groupe nominal minimal. On
distingue :
- l’article (défini : le, la, les ; indéfini : un, une, des ; partitif : du, de la…) ; - le
déterminant démonstratif (ce, cette…) ; possessif (mon, ma…) ;
indéfini (tous, chaque….) ; numéral cardinal (un, deux…) et ordinal (premier, second…) ;
Interrogatif (quel ? quelle ?...) ; exclamatif (quel !, quelle !...).

L’adjectif qualificatif sert à caractériser le nom avec lequel il s’accorde en genre et en


Nombre (une robe blanche). L’adjectif peut aussi préciser une propriété du nom
(un triangle Isocèle).

Les pronoms. On distingue les pronoms personnels je, me, tu, nous, vous, il(s), elle(s), le,
le, la, les, lui, leur, eux ; les pronoms possessifs (le mien, le tien…) ; les pronoms
démonstratifs (ce, celui-ci…) ; les pronoms indéfinis (tous, chacun…) ; les pronoms relatifs
(qui, que, quoi, dont, où, lequel…) ; les pronoms interrogatifs (qui ?, que ?, qui est-ce
qui ?...).

Le verbe : il exprime une action ou un état et varie selon la personne, le temps…

2. Les mots invariables :


La préposition est un mot de liaison qui introduit une fonction complément d’objet indirect ou
circonstanciel (à, en, dans, chez…).

L’adverbe modifie le sens d’un adjectif, d’un autre adverbe, d’un verbe… On distingue les
Adverbe de manière (lentement…), de quantité (peu, beaucoup…), de temps (hier), de lieu (ici), de
négation (ne…pas), d’affirmation (certes…), d’interrogation (quand ?...), de liaison (ainsi, en
effet…).

La conjonction de coordination est un connecteur qui relie deux mots ou groupes de mots
de même fonction (et, ou, ni, mais, car, or, donc).

La conjonction de subordination est un connecteur qui introduit une proposition


subordonnée (voir grammaire 7, 8, 9, 10).

L’interjection est un mot (Ah !, oh !, Hein !, Bon !, Hélas !...) qui exprime une émotion ou un
sentiment.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

II. FONCTIONS

Identifier la fonction d’un mot, c’est identifier le rôle que joue ce mot dans la phrase (sujet,
complément…).

1. Les fonctions par rapport au nom :

Les expansions du nom (voir grammaire 10) : épithète liée (pour les adjectifs ou Participes) ;
apposition (pour le nom) ; complément du nom (pour le groupe nominal ou la proposition
subordonnée relative).

2. Les fonctions par rapport au verbe :

Le sujet : mot ou groupe de mots qui commande(nt) l’accord du verbe.

L’attribut du sujet ou du COD : il sert à définir ou à caractériser le sujet par


l’intermédiaire d’un verbe ou d’un COD.

Le complément d’objet : direct (construit sans préposition) ; indirect (construit avec


préposition) ; second (il suit un autre complément d’objet direct ou indirect : il écrit une lettre
à sa mère).Le complément d’objet est essentiel.

Le complément d’agent dans une phrase passive.

Les compléments circonstanciels (lieu, temps, cause, conséquence, but…) ; Ils sont en
général supprimables (non-essentiels).

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

LE LEXIQUE = NOTIONS DE BASE

1. L’histoire des mots : l’étymologie

Etudier l’origine d’un mot consiste à remonter dans sa formation jusqu’à son étymon la
racine dont il dérive).

Ex: Les mots bannière, banlieue, contrebandier, banni, bandit ont pour origine commune Le
vieux mot francique ban qui désigne «le territoire d’un suzerain».

La dérivation permet de former des mots en ajoutant des préfixes et des suffixes à un radical.

Le préfixe, placé avant le radical, change la signification du mot.


Ex: dire, médire, prédire, contredire, maudire….

Le suffixe, placé après le radical, change : -


la nature grammaticale du mot ;
- la signification du mot ;
Ex : bavard-bavarder (verbe) ; bavardage (nom)...
Ex : respectueux : « qui éprouve du respect »…. -
la valeur du mot :
respectable : qui inspire du respect »…. -
la valeur du mot :
Ex : rêver-rêvasser (suffixe péjoratif) ;
Tarte-tartelette (suffixe diminutif)….

La composition consiste à former des mots :


en associant des radicaux d’origine grecque ou latine (les mots fermés appartiennent au
Vocabulaire savant) ; Ex : équilatéral-du latin aequus : « égal »et latus : « côté »….

en juxtaposant deux mots (les mots formés appartiennent au vocabulaire courant).


Ex : un chou-fleur ; le savoir-vivre… »

Les mots changent de sens au cours du temps :


Ex : jusqu’au XIIIe siècle, le sens de l’adjectif étonné reste très proche de son étymologie («
frappé du tonnerre ») ; aujourd’hui, le sens s’est affaibli (« surpris, intrigué »).

La langue s’enrichit constamment de mots nouveaux : les néologismes, forgés à partir d’un
nom propre (stalinien), par emprunt aux langues étrangères (les rollers), par composition
(un sans-papier) ou addition de racines grecques ou latines (pluri-ethnique), par changement
de sens dans un contexte nouveau (puce ou souris en électronique).

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

2. Les mots et leur sens

La plupart des mots sont polysémiques (du grec poly : »plusieurs » et sêmainen :
signifier ») : ils ont plusieurs sens.

Les différents sens d’un mot constituent le champ sémantique de ce mot.

- « une sanction » (purger sa peine) ;


- « un chagrin » (faire de la peine) ;
- « un effort » (se donner de la peine) ;
- « une gêne » (avoir de la peine à parler)…

Le sens propre est le sens premier d’un mot, celui que donne son étymologie, son sens d’origine
(ou supposé tel).

Lorsque, à partir de ce sens premier, l’emploi du mot s’étend à d’autres domaines, ce mot prend
un sens figuré.
Ex : Léger, au sens propre : « qui pèse peu » (un sac léger) ;
au sens figuré : un superficiel, peu sérieux » (un esprit léger)…

Des synonymes sont des mots qui peuvent être remplacés l’un par l’autre sans que soit modifié
le sens général de l’énoncé (habile et adroit).

Les antonymes sont des mots de sens contraire (maladroit, malhabile, gauche sont antonymes
de adroit, habile).

On appelle champ lexical l’ensemble des mots qui se rapportent à une même réalité.
Ils peuvent être synonymes, appartenir à la même famille, référer au même domaine,
Exprimer la même notion…
Ex : champ lexical de la guerre :
- synonymes : conflit, combat, bataille…
- même famille : guerrier, guerroyer…
- même domaine : armée, stratégie, attaque, victoire, défaite…
- même notion : violence, hostilité, défense…

Lorsqu’un champ lexical est employé par analogie, il produit une comparaison ou une
Métaphore filées, ou une allégorie.
Ex : « Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci
voudrait souffrir en facer du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre. »
(Charles Baudelaire).

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

La plupart des mots possèdent :

Un sens dénoté, celui que donne le dictionnaire : c’est la définition du mot, son sens
objectif ;
Ex : blanc dénote une couleur, synthèse des couleurs du prisme.

Un sens connoté, qui s’ajoute au sens dénoté : il correspond aux sens implicites que reçoit le mot,
en fonction de la subjectivité de celui qui l’emploie, en fonction des références culturelles ou des
valeurs qui s’attachent au mot.
Ex : blanc connote la pureté ou l’innocence ou la froideur :
dans certaines civilisations, le blanc est la couleur du deuil.

3. Le lexique appréciatif et dépréciatif

Un mot peut impliquer un jugement de valeur, selon l’intention de celui qui l’emploie, selon le
contexte dans lequel il est employé ou reçu :
Cette valeur peut être négative : le mot est dépréciatif, péjoratif, dévalorisant ;
Cette valeur peut être positive : le mot est appréciatif, mélioratif, laudatif, élogieux.
Ex : pour désigner un film, chef-d’œuvre appartient au lexique appréciatif ; navet au lexique
dévalorisant.

Le degré d’appréciation ou de dépréciation est lié aux connotations des mots, différentes selon
les valeurs qu’on leur attache ou selon l’intention du locuteur.
Ex : L’expression c’est original ! peut recevoir une connotation valorisante ou dévalorisante selon
l’idée que l’on se fait de la norme et des conventions.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
LES FORMES DE DISCOURS OU TYPES DE TEXTE

On distingue six formes principales de discours : narratif, descriptif, argumentatif,


informatif, explicatif, injonctif.

On définit la forme de discours selon l’intention, le but de celui qui parle ou écrit.

Intention de celui qui Forme de Principales Indices grammaticaux


parle ou qui écrit discours caractéristiques et lexicaux
Raconter une histoire NARRATIF ▪Un narrateur, ▪Temps verbaux :
▪Des personnages, Présent/passé simple :
Le narrateur peut ▪Une action avec des le passé simple est
être extérieur péripéties situées
à dans le généralement le temps
l’histoire
qu’il la temps, dominant.
conte ou au ▪Un point de vue : (ou passé composé)/
externe ou interne
contraire y ou Imparfait,
participer omniscient. ▪C.C de temps▪
(narrateur
externe ▪connecteurs de temps
ou interne). (alors, puis, tout à coup)
*Schéma narratif
:
(voir en bas)

DESCRIPTI ▪des repères spatiaux


-Décrire des lieux, F (dans ▪Complément de lieu
des objets, l’espace), ▪Temps verbal :
des personnages ▪Un point de vue Présent ou imparfait
(présent atemporel de
vérité
générale).

INFORMA
Transmettre des TIF ▪Faits, chiffres et ▪Termes techniques
Informations : Statistiques, (scientifiques, artistiques,
des connaissances de Le discours ▪Typographie par par exemple),
manière objective, informatif à paragraphes, avec
sans une des vocabulaire spécialisé :
visé
jugement de valeur. e titres, ▪Présent de vérité
▪Objectivité(=neutra
pédagogique, lité) générale.
Dans l’’énonciation :
didactique. emploi
dominant de la 3ème
personne.

Donner des EXPLICAT


explications IF ▪Des conseils ▪Mots exprimant la
faire comprendre un ▪Des précautions succession (d’abord, puis,
phénomène ou une
idée enfin),

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
▪Mots introduisant une
explication (en effet,
C’est pourquoi…°).
ARGUMENTA
-Convaincre, TIF ▪Une thèse (= idée ▪Connecteurs logiques
persuader, soutenue), Ils articulent le discours
défendre une opinion ▪Des arguments , (en effet, mais, bien,
que…)Mots exprimant
▪Des exemples, une
▪Subjectivité : présence
Pour convaincre : on et opinion (penser que,
s’adresse aux Engagement de celui
capacités qui croire…),
parle :
de raisonnement du modalisateurs, ▪Mots exprimant
destinataire, tandis l’appréciation : il s’agit :
que pronoms de la 1ère des
pour persuader, on personne. termes mélioratifs ou
s’adresse à sa
sensibilité péjoratifs,
plus qu’à sa raison le jugement (positif ou
négatif)
▪Fausses questions :
Questions rhétoriques ou
oratoires.
INJONCTI
Ordonner, F ▪Des conseils ▪Modes verbaux :
Conseiller, ▪Des ordres Impératif, subjonctif
▪Mots exprimant l’ordre,
prier ▪Des prières le
conseil, la prière
(supplier,
prier, ordonner,
interdire….)
1 .Le schéma narratif : les événements s’enchaînent selon une logique : situation initiale,
élément perturbateur, Péripéties, élément rééquilibrant, situation finale.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Ne pas confondre le genre de texte et la forme du discours.


Les notions de genres et de formes de discours ne sont pas liées, mais indépendantes.
On peut combiner dans un récit plusieurs formes de discours :
des passages narratifs : des actions, des événements sont racontés ;
des passages descriptifs : on fait une pause dans le récit pour faire imaginer un
lieu, un objet, un personnage ;
des passages argumentatifs : il y a une ou plusieurs opinions exprimées (souvent par les
personnages dans une discussion, ou par le narrateur, dans une morale par exemple), De
même, on peut trouver des passages argumentatifs, narratifs, descriptifs dans le théâtre, le
roman, la poésie…

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

REPERER LE GENRE D’UN TEXTE

VOICI LES PRINCIPAUX GENRES LITTERAIRES eux-mêmes divisés en « sous-genre


»:

GENRES SOUS-GENRES

-Policier, d’aventures, d’amour, d’apprentissage, de


ROMAN
science-fiction….

-Réaliste, fantastique, de science-fiction


NOUVELLE

-Comédie, tragédie, tragi-comédie, drame,


romantique (XIX siècle), théâtre de l’absurde (XXème
THEATRE
siècle).

-En vers réguliers, en vers libres, en prose.


POESIE

-Littéraire, politique, scientifique….


ESSAI

-Fable en prose ou en vers, conte merveilleux, conte


APOLOGUE
philosophique, utopie et contre-utopie, parabole.

LA BIOGRAPHIE -Biographie, mémoires, autobiographie,


roman autobiographique, journal intime…

L’EPISTOLAIRE -La lettre intime, la lettre ouverte, la lettre fictive, le


roman épistolaire…
CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27
PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
Condensé de cours d'ORTHOGRAPHE en 40 règles
Homophones grammaticaux [ hG] B. HOUDIARD
et C. Réalini

1. Avec ou sans ACCENT ? A / À - OU / OÙ


A ⌦ Remplacez par avait : si c’est possible, il s’agit du verbe avoir, donc écrivez a sans accent ; sinon,
il s’agit de la préposition à avec
accent. ex. Elle … consenti … fournir quelques efforts ( Elle avait consenti avait fournir…) Elle a
consenti à fournir…
OU ⌦ Remplacez par ou bien : si c’est possible, il s’agit du coordonnant ou sans accent ; sinon, c’est le
pronom où avec accent
(indiquant le lieu, parfois la date : "le jour où" ) :
..... va-t-elle, à Paris ..... à ou va-t-elle, à Paris ou bien à Lille ? ) Où va-t-elle, à Paris
ex. Lille ? ( bien ou à Lille ?
Avec ou SON / - PEU /
2. sans T ? SONT - ON/ONT PEUT
Son est déterminant possessif, qui précède un nom ≠ sont est le verbe être à la 3ème pers du plur ⌦
un remplacez-le par étaient.
)
ex. Les spectateurs sont (= étaient) étaie allure
impressionnés par son ( nt .
On est un pronom personnel indéfini, sujet d'un verbe au singulier, que l'on peut ⌦ remplacer par
"je"/"nous", "il"/"quelqu'un" ;
≠ ont est une forme du ⌦ remplacez-le par ex. On (= il, quelqu'un...) voit ce qu’ils ont (=
Vb avoir avaient. avaient) voulu faire.
Peu est un adverbe de quantité qui signifie "pas beaucoup" ≠ peux et peut sont des formes du Vb
pouvoir ⌦ remplacez-le par
ex. On peut (= pouvait) dire qu'il y a peu (= pas beaucoup) de monde à pouvais
cette soirée. /-t
En 1 ou en 2 mots ? MA / MON / ou M ’ A / T – M’ONT / T’ONT
3. TA – TON ’A ?
L’un (en 1 seul mot) est un déterminant, un adjectif possessif (devant un nom), l’autre (en 2 mots) est
un pronom suivi du verbe avoir.
⌦Remplacez par l'imparfait m ’ avai(en)t, t ’ avai(en)t : si c’est possible, alors il s’agit de la
forme en 2 mots (m’a, m’ont, t’a…) ex. Ce garçon t’a (= t’avait) pris ta (t’avait)
place. Ils m'ont (= m'avaient) volé mon (m’avaient) portefeuille.
4. En 1 ou en 2 mots ? LA / LÀ ou L ’ A ?
Pour les deux premiers, voir la règle précédente (l’avait
l’a).
Pour le troisième : il s’agit d’un adverbe de lieu, que l’on peut ⌦ remplacer par ici (ou par -ci après
un pronom ou adj. démonstratif).
ex. Regardez par là (= par ici) – Cet homme-là (= -
ci) – Celui-là (= -ci)
retenir l’expression : çà et là qui veut dire " par-ci, par-là ; un peu
partout..."
5. En 1 ou en 2 mots ? ON ou ON N ’ ?
.
. .
On n au pronom on uniquement si la phrase est négative cherchez les "lunettes" de la .
ajoute ’ ou restrictive ( négation : . __ . )

ex. On ira tous se n échappe pa n pa ; ou n qu


promener ; on ’ ra s à la pluie. e ... s encore e ... e
6. CES ou SES ?
Ces est un déterminant démonstratif (on peut ajouter –ci ou –là après le nom qui suit) ⌦ remplacez au
singulier par "ce / cet / cette"
≠ ses est un déterminant possessif (il marque une appartenance = les siens ou les siennes) ⌦
remplacez au singulier par "son / sa". ex. Je veux ces chaussures (ces chaussures-ci ou ces
chaussures-là, ou encore cette chaussure au singulier)
ex. Elle est heureuse de revoir ses amies (les siennes ; ou son amie au singulier)
7. CE ou SE ?
Observez les mots qui suivent, demandez-vous ce qu'il y a après "ce" ou "se" : retenez la règle : C
Q Q ce qui/que
f On écrit ce devant un nom, un GN, ou un pronom : ex. ce matin, ce petit chien, ce qui, ce que...
f On écrit se devant un verbe (autre que être) : ex. il se lave, elle se présente, ils s’ organisent...
CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27
PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
seule exception (rare ! ) : Ce disant, Ce faisant en tête de phrase, signifiant tout en disant cela, tout
en faisant cela.
8. C ’ EST ou S ’ EST ? ( + ce sont / se sont - c’étai(en)t / s’étai(en)t – ce fut / se fut – ce sera / se sera ….)
⌦ajoutez une NEGATION, et observez l’ordre des mots il y aura d'abord le C
puis le N puis le S en dernier ! ce + ne Ce : ex. .....’était hier ma fête.
= Ce n’était pas ma fête. C’était hier ma fête
ne + se Se : ex. Ils ..... sont revus.
= Ils ne se sont pas revus (il s’agit d’un verbe pronominal) Ils se sont revus
9. LEUR ou LEURS ?
f Devant un verbe (ou après l’impératif), leur est invariable (c’est un pronom) : ex. je leur parle,
donnez-leur du travail.
⌦remplacez par lui au singulier ex. je lui parle, donne-lui du
travail.
f Devant un nom ou un GN, leur s’accorde (leur au singulier, leurs au pluriel) : ex. leur chapeau s’est
envolé, ils ont remis leurs vieilles pantoufles ⌦ remplacez par "son, sa ou ses" au singulier : son
chapeau, sa clé, ses pantoufles
10. QUAND ou QUANT ?
f On écrit quant devant à, au, aux : ex. quant à lui, quant au reste, quant aux autres.
f Dans tous les autres cas, on écrit quand ⌦ remplacez par "lorsque/à quel moment" (et on ne
rajoute pas de –t- pour la liaison !) ex. Quand il pleut – Quand viendras-tu ? – À quand les
vacances ? – J’ignore quand elle chantera...
11. TOUT ou TOUS ?
f On écrit tout au singulier : 1°/ devant un nom singulier : ex. Tout le monde. 2°/ si "tout" est seul : ex.
Tout va bien...
f On écrit tous au pluriel : 1°/ devant un nom pluriel : ex. Tous les jours. 2°/ qd on entend le [s] : ex.
Tous sont là, ils sont tous là. avec le sens de très ou entièrement, tout est un adverbe invariable
devant un adjectif : ex. des souliers tout neufs, une année tout entière - (sauf si cet adjectif est
au féminin et commence par une consonne : ex. une voiture toute cabossée... )
12. QUEL(LE)(S) ou QU ’ ELLE ?
⌦Remplacez par qu’il
Si ça marche, écrivez "qu ’ elle" en 2 mots : ex. Je suis sûr … a raison. = Je suis sûr qu’il a raison
qu’elle a raison (en 2
mots)
f Si c’est impossible, c'est "quelle" ou "quel" (selon le GN) : ex. ..... heure est-il ? = qu’il heure est-il ?
quelle heure (en 1 mot)
13. QUELQUE ou QUEL (LE)(S) QUE ?
La plupart du temps, on écrit quelque (qui s’accorde) : ex. Attendez quelques minutes. Ici, quelques =
un petit nombre de...
Retenir : quelque chose, quelque part, quelque temps, quelqu’un, quelques-uns...
Devant le verbe être au subjonctif (soit, soient, fût, ait été...), on écrit quel que (en deux mots) et le
premier de ces deux mots s’accorde avec le sujet : ex. Ton motif, quel qu’ il soit... - Quelles que soient
tes raisons...
quelque signifiant environ, devant un nombre, est invariable : ex. Il y avait quelque trois mille
personnes.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
B. HOUDIARD
et C. Réalini
14. PRÈS ou PRÊT ou PRÉ ?
Près est un mot invariable (c'est un adverbe) qui indique une proximité ex. Près de là ⌦ non loin
de lieu ou de temps. de là.
Prêt est un adjectif qualificatif, qui s'accorde avec le ex. Il était prêt ⌦ elle était prête (on entend
nom/pronom. le T).
C'est aussi parfois un nom de la famille de prêter Pré est un ex. Le cheval est dans le
(faire un prêt...). nom. pré.
CE QU ' IL / CE QUI LE / CEUX QU '
15. ILS
la
Ce qu'il signifie « la chose que Pierre Ex. Ce qu'il fait chose/l'activit Pierr
fait/dit », etc. m'intéresse ⌦ é que e fait...
Ce qui le peut se remplacer par « la chose qui ... / la Ex. Ce qui le passionne... ⌦ la chose qui
personne qui ... » le passionne...
Ceux qui peut se remplacer par « les gens Ex. Ceux qui le voient disent que... ⌦ Les gens
/personnes qui » qui le voient...
16. SANS ou S ’ EN ?
f Sans est une préposition de sens négatif (contraire de avec ou de en), devant un nom,
un pronom ou un infinitif : ex. Sans peine (≠ avec peine), sans souffrir (≠ en
souffrant), sans cela (≠ avec cela)…
f S’en (pronom réfléchi + pronom personnel) appartient à une forme verbale pronominale il s’en
moque ( ⌦remplacer par je m’en moque, tu t’en moques…), elle s’en tirera ( ⌦ je m’en tirerai, tu
t’en tireras…), il ne faut pas s’en faire…
Ne pas confondre non plus avec CENT (100), SENS, et SENT (du verbe SENTIR) ni C'EN est … (=
cela en est …)
17. SI ou S ’ Y ?
f Si est un adverbe (= tellement) ou une conjonction ( hypothèse) : ex. Tu es si timide ! – Si tu osais,
tu réussirais
f S’y est composé d’un pronom réfléchi et d’un pronom personnel et appartient à un verbe pronominal
:
ex. Qui s’y frotte s’y pique (⌦ essayer de remplacer par je m’y frotte, tu t’y frottes…)
attention : si + il se contracte en s ’ il – On n’écrit pas : Si il fait beau, mais : S’il fait beau.
Ne pas confondre non plus avec une SCIE, et SCIE, SCIES et SCIE du verbe SCIER.
18. SA ou ÇA ?
f Le premier (SA) est un déterminant (adjectif possessif) ; on le trouve devant un nom féminin.
⌦ Au pluriel, il devient SES. ex. Il a retrouvé sa valise (€ ses valises)
f Le second (ÇA) est un pronom démonstratif (de registre familier...) ; on peut le ⌦ remplacer par
"cela". On le trouve devant un
verb Évitez donc de l'employer à l'écrit ; préférez
e. ex. Ça [= cela] ne compte pas. ce, ceci, cela.
retenir les expressions suivantes : ça alors ! (marque d’étonnement) et çà et là (2 adv. de lieu)
NOM VERBE HOMOPHONE ? travail ≠ travaille ; appel ≠ appelle ; un salut ≠ il salue ; cri ≠
19. ou crie ; clou ≠ cloue … etc.
Les verbes en -ER (1er groupe) ont parfois des noms homophones (c’est-à-dire identiques pour
l’oreille).
Dans ce cas, seul le verbe se – ; le nom se termine par une consonne, ou une voyelle autre
termine par un e que E.
ex. Le travail (nom) ≠ il (verbe) ; un appel (nom) ≠ il appelle (verbe) ; un désir (nom) ≠
travaille il désire (verbe) ;
un emploi (nom) ≠ il emploie (verbe) ; un essai (nom) ≠ elle essaie (verbe) ; un vol
(nom) ≠ il vole (verbe).
ADJECTIFS HOMOPHONES au MASCULIN
20. et au FÉMININ
ex. Une belle plante ≠ un bel arbre ; une bonne année ≠ un bon anniversaire, un bon appétit ; une
folle journée ≠ un fol espoir, etc. L'adjectif ne prend la marque –e du féminin que devant un nom
féminin. Attention aux mots masculins commençant par une voyelle ! Ne confondez donc pas : cette
actrice et cet acteur – une pleine assiette et le plein emploi – une vieille histoire et un vieil historien...
21. PLURIEL homophone des ADJECTIFS et des VERBES
CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27
PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
Rappel : la marque du pluriel d’un adjectif est –s ; celle d’un verbe conjugué est –(e)nt ⌦ remplacez
par l'imparfait en –ai(en)t.
ex. Elles ne veulent [ voulaient ] pas Les formes identiques se confondent [ se
être seules. confondaient ].
verb
e adjectif adjectif verbe
e
3 personne du féminin
pluriel féminin pluriel pluriel 3e personne du pluriel
[pour les distinguer, rappelez-vous que seul le verbe peut se conjuguer : Elles ne voulaient /
voudront pas rester seules ]

Adverbes ; adjectifs ; noms... [ O]

22. ADVERBES en –MENT


f Ils prennent deux m si on entend [Aman] et pas [Eman] : : ex. prudemment, mais longuement,
gentiment, vraiment...
f Ils s’écrivent -Amment s’ils sont dérivés d’un adjectif en -ant : ex. méchant méchamment ;
courant couramment
f Ils s’écrivent -Emment s’ils sont dérivés d’un adjectif en -ent : ex. récent
récemment ; différent différemment
23. ADJECTIFS et PARTICIPES terminés (ou pas) par une CONSONNE
⌦Mettez-les au féminin pour entendre cette consonne, muette au masculin !
un crapaud laid ( laide) ; un geste adroit ( adroite) ; un accent étranger ( étrangère) ; un jardin
clos ( close) ; un devoir bien fait ( faite) ; un élève mis en retard ( mise) ; un texte traduit (
traduite) ≠ il est fini ( elle est finie : PAS de consonne !! )
24. NOMS FÉMININS en –TÉ ou en –TÉE ?
Seuls les noms féminins formés sur des adjectifs se terminent par –té
ex. bon la bonté – beau la beauté – généreux la générosité – vrai la vérité –
quel la qualité etc. Les autres noms, formés sur des verbes ou des noms, se terminent par –
tée
ex. dicter la dictée – porter la portée – monter la montée
ex. une pelle la pelletée – une assiette l’assiettée
25. ADJECTIFS NUMÉRAUX
Les adjectif numéraux cardinaux (deux, trois, quatre, cinq, mille, etc…) sont absolument invariables :
ex. Les quatre points cardinaux. Ils sont venus tous les treize. Je vous rembourserai vos
mille francs.
Seules exceptions : vingt et cent, s’ils sont multipliés et ne sont suivis d'aucun autre chiffre :
ex. Quatre-vingts ≠ quatre-vingt-treize ; six cents ≠ six cent cinquante
millier, million et milliard sont des noms : ils prennent donc un –s au pluriel (deux milliers, trois
millions, dix milliards)
un s’accorde au féminin (une histoire) et peut se mettre au pluriel lorsqu’il est employé comme
pronom (les uns, quelques-uns…)
le trait d’union ne s’emploie que pour relier ce qui est inférieur à 100 (sauf si on utilise « et »)
ex. Trente et un ; vingt-cinq ; trois cents ; six cent soixante-douze.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
Formes et terminaisons des VERBES [ tV ; AV ou C ; App ] B. HOUDIARD
et C. Réalini
26. -ER ou -É ? (infinitif ou participe passé des verbes du 1er groupe) ou -AIS, -AIT, -AIENT ou –EZ ?
⌦ remplacez le verbe par un autre verbe du 3ème groupe : si cela donne prendRe, écrivez -eR
faiRe, mettRe, ouvriR... (infinitif)
si cela donne pris, fait, mis, écrive
ouvert... z -é (participe passé)
à
ex. Il s’est décid… à travaill… ?? étape 1 de la mi travaill
réflexion : Il s’est s … Il s’est décidé...
étape 2 : Il s’est mettr
" " " décidé à e Il s’est décidé à travailler.
Attention à ne pas confondre ces terminaisons avec celle de ais, -ait, -aient) ; la prononciation est
l’imparfait (en – différente
[comme dans imparfait], et si c'est bien un verbe à l'imparfait ⌦ vous pouvez remplacez par le
présent ou le futur.
ex. Il se décid... à travailler il (se décidera) à travailler Il se décidait
se décide à travailler.
Ne confondez pas non plus avec la terminaison en –ez (verbe conjugué dont le sujet est à la 2ème
personne du pluriel) ; s’il y a le pronom « vous » avant le verbe, on n’écrit –ez que si ce pronom «
vous » est bien le sujet ! demandez-vous « qui est-ce qui... ? »
ex. Vous dansez ? (qui danse ? = vous) – Elle ne devait pas vous déranger (c'est "elle" qui dérange,
"vous" est ici le COD)
Je vous le dirai plus tard (qui dira ? c'est "je" qui dit qch à "vous" le verbe s'accorde à la 1ère
pers du sing du futur = -ai).
27. EST ou AIT ? ( AIE, AIES) ≠ ET
Est = indicatif présent du verbe être : ex. Il Ne confondez pas non E la conjonction de
est là. plus avec T, coordination !!!
≠ Ait = subjonctif présent du verbe avoir : ex. Avant qu’il ait terminé, ⌦ remplacez par "plus,
on l'a interrompu. et aussi"
⌦Remplacez par était : si c’est possible, il s’agit bien du verbe être : est. Sinon, c’est le verbe avoir
: ait
ex. Il est là il était là. ≠ Avant qu’il ait terminé (avant qu’il était terminé : transformation
impossible).
retenir : le subjonctif présent du verbe avoir = que j’aie, que tu aies, qu’il ait, que nous ayons, que
vous ayez, qu’ils aient.
28. Futur de l’indicatif en -RAI OU conditionnel présent en -RAIS (1ère
personne du singulier) ? ex. Je viendrai demain ≠ Je viendrais
si je le pouvais.
f Le futur (-rai) ne s’emploie que dans un contexte présent (énoncé ancré dans une situation
d'énonciation) pr qch de sûr. ex. Je regarderai ton match, c’est promis ! ⌦ remplacez
par la 1ère personne du pluriel en –rons si vous hésitez...
f Le conditionnel (-rais) soit exprime un futur dans un contexte passé, soit énonce une hypothèse, soit
s’utilise dans une formule de politesse. ⌦ remplacez par le pluriel là aussi, et vous obtenez –rions !
ex. Je lui avais promis que je regarderais son match (le Vb principal promettre est au passé) – Je
regarderais bien le match (hypothèse) si j'avais le temps…(ce n'est pas sûr). – Je voudrais un kilo
de pommes, s’il vous plaît (tournure de politesse).
29. ACCORD du VERBE CONJUGUÉ
Un verbe conjugué s’accorde toujours avec son sujet. Posez-vous la question « Qui est-ce qui ... ? »
et voyez quelle est la réponse. ex. Je la reprends ce soir (1ère pers du sing). C’est sur cette route
que passent tous les camions (3ème pers du pluriel) ex. Le directeur les connaissait bien (3ème
personne du singulier) attention ! « les » n’est jamais le sujet du verbe !!!
Quand plusieurs pronoms se suivent et précèdent le verbe, c'est le 1er le sujet ; les autres sont des pronoms
compléments.
ex : Je vous les donner… -ai ? -ez ? -ait ? Qui est-ce qui donnera ? c'est JE @ terminaison –AI
de la 1ère pers du singulier. Attention : si le sujet est le pronom relatif QUI, l'accord se fait avec son
antécédent : C'est nous seuls qui prendrons cette décision.
30. VERBE au PLURIEL ? ou au SINGULIER ?

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
Vous mettrez toujours au singulier un verbe qui a pour sujet : personne ; aucun(e) ; nul(le) ; tout le
/ toute la + Nom ; chaque +
Nom ; chacun(e). Ex. Tout le monde riait ; chaque spectateur applaudissait ; aucun ne voulait s'en
aller.
Vous mettrez toujours au pluriel un verbe qui a pour sujet : plusieurs ; certain(e)s ; quelques-un(e)s
; beaucoup ; les autres ; tou(te)s les + Nom ; la plupart des + Nom.
Ex. Beaucoup hurlaient, plusieurs voulaient s'en aller, la plupart des gens protestaient.
31. PARTICIPE PASSÉ employé SEUL + employé avec l’AUXILIAIRE ÊTRE
Il s’accorde comme un adjectif (posez-vous la question : « Qui est-ce qui est ... + adj. ? »)
f employé seul, comme épithète ou apposé € le PP s'accorde comme un adjectif avec le nom qu’il
complète
ex. Fatiguée par ce long voyage, la vieille dame dut s’asseoir. (qui est-ce qui est fatigué(e) ? €
la vieille dame)
f employé avec le verbe ÊTRE, comme attribut € le PP
s'accorde avec le sujet ex. Les coureurs étaient
épuisés (qui est épuisé ? € les coureurs)
attention : les formes composées en « été » (il a été, elle aura été…) sont bien celles du verbe ÊTRE
!!! € Elle a été touchée
32. PARTICIPE passé avec l’AUXILIAIRE AVOIR
On ne l’accorde jamais avec le sujet : ex. Elles ont déjeuné tôt. ( le sujet est « elles » et
"déjeuné" est au masculin singulier). Cherchez où est le COD du verbe (posez-vous la question «
quoi ? / qui ? ») :
f si la réponse obtenue (le COD) est placée avant le verbe, accordez le participe avec :
ex. Voici des champignons qu’elle a cueilli... ( elle a cueilli quoi ? = des champignons, placé
avant "cueilli", donc il faut accorder le PP avec ¬ donc cueillis )
f si la réponse obtenue (ou le COD) est placé après, ou s’il n’y en a pas, on n’accorde pas, le PP reste
invariable :
ex. Elle a cueill... des champignons ( elle a cueilli quoi ? = des champignons, placé APRÈS
"cueilli" pas d'accord cueilli) cas plus rare : si le participe passé est suivi d’un infinitif, on ne
l’accorde que si le COD placé avant est bien celui du participe, et non
celui de l’infinitif. ex. Nous les avons écoutés jouer (les est bien le COD du verbe écouter) – Nous les
avons fait remplacer (les est le COD de l’infinitif remplacer)
retenir : fait faire est toujours invariable [ex. cette table, je l’ai fait
faire par un ébéniste] 33. PARTICIPE PASSÉ des VERBES
PRONOMINAUX
Le plus souvent, ce PP s’accorde avec le sujet. ex. Elle s’est levée ; ils se sont aperçus ; nous nous étions
rencontrés.
MAIS si le pronom réfléchi [se, me, te, nous, vous] qui précède l’auxiliaire être n’est pas le COD, on
applique la règle 32 (accord avec le COD). ex. Ils se sont téléphoné (se = à eux = COI ; il n’y a pas de
COD, donc on n’accorde pas)
ex. Elle s’est lavé les pieds (se = à elle, d’elle = COI – le COD du v. laver (elle a lavé quoi ?) est les
pieds ; il est placé après le part. passé, donc on n’accorde pasex. Voici les souliers qu’elle s’est
achetés (s’ = à elle = COI ; le COD (elle a acheté quoi ?) est les
souliers, placé avant le verbe, donc on accorde avec lui).

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
B. HOUDIARD
et C. Réalini
34. PASSE SIMPLE EN –IT /–UT ou PARTICIPE PASSÉ EN –I /–U ?
f S’il y a l’auxiliaire être ou avoir avant, c’est le participe passé (i/u) : ex. Elle a
trop bu – Il était parti. Dans le doute, ⌦ remplacez la forme en [i/u] par
l’imparfait du même verbe :
si la phrase a un sens, c’est le passé simple ( donc écrivez –is / -it ou –us / -ut) :
ex. Elle me parut inquiète (= elle me paraissait) – Je repartis
aussitôt (= je repartais) si la phrase n’a pas de sens, c’est le participe
passé ( donc en -i ou -u) :
ex. A peine fini, le château de sable a été submergé (= à peine finissait, le château...)
35. INDICATIF PASSE SIMPLE ou SUBJONCTIF IMPARFAIT ?
Ces deux temps sont homophones à la 3ème personne du singulier. ex. il eut, vit, arriva ≠ qu'il eût, vît,
arrivât.
Le subjonctif imparfait (avec un accent circonflexe et un – t) est une forme littéraire à laquelle notre
oreille n’est plus habituée.
Cette (fausse) impression d’incorrection est votre premier indice.
ex. Nous souhaitions qu’il arrivât plus tôt (la langue courante préfère employer "qu’il
arrive"…)
Dans le doute : ⌦ remplacez par l'imparfait / le futur : si c’est possible, il s’agit du passé simple ;
sinon, c’est l’imparfait du subjonctif. ex 1. Il arriv… tard dans la soirée il arrivait / arrivera tard dans la
soirée il arriva (passé simple)
≠ Nous souhaitions qu’il arriv… plus tôt nous souhaitions qu’il arrivait / arrivera…
qu’il arrivât (subj. impft)
ex 2. J’aurais préféré qu’il ne f… j’aurais préféré qu’il n’était/sera pas rejoint… fût
pas rejoint Il f… rejoint dans les (subj. imparfait)
derniers mètres il était / sera rejoint… fut (passé simple)

Accents ; tréma et cédille ; Majuscule ou minuscule ? la coupe des mots...

36. L’ACCENT sur le E


Il ne faut pas mettre d'accent sur la voyelle – e :
f devant une consonne doublée : ex. un effort, il essaie, une antenne, une serrure, intéressant, une
libellule…
f devant un -x : ex. l’exercice, complexe
f dans une syllabe terminée par une consonne (le –e doit être à la fin de la syllabe pour porter l’accent)
ex. un escalier (es-ca-lier) – transpercer (trans-per-cer) – lecture (lec-tu-re)
≠ pétrifié (pé-tri-fié) – déclassement (dé-classement) – un élève (é-lè-ve)
37. L’ACCENT CIRCONFLEXE
f Il remplace le plus souvent un –s qui existait en ancien français, et qu'on retrouve parfois dans
des mots de la même famille : ex. hôpital (voir hospitalier, hospitalité) – forêt (voir forestier) –
bâton (voir bastonnade) – fenêtre (voir défenestrer)
f Il sert parfois à distinguer des homophones.
ex. le mur ≠ il est mûr ; du pain ≠ tu as dû avoir peur ; sur la route ≠ il est sûr de lui… [+ voir règle n°34
pour distinguer le passé simple du subjonctif imparfait]. Retenez l'orthographe du mot piqûre.
Attention aux verbes en –aître : ils prennent un accent devant le –t, mais pas devant le -s
connaître, il connaît, il connaîtra… ≠ je connais, connaissant, ils
connaissent, tu connais…
38. LE TRÉMA sur une VOYELLE
Il se place toujours sur la deuxième voyelle et signale qu'elle doit être prononcée.
ex. Noël – une crise aiguë – Adélaïde – le maïs (on prononce séparément le A et le I) ≠ mais (là on
prononce ensemble A+I = Ê).
LA CÉDILLE sous le C
On ne l’utilise que devant les voyelles a, o et u. Elle n’a
aucune utilité devant e et i ex. Le glaçage, un garçon, il
aperçut ≠ ceci, ici, une citerne…
39. MAJUSCULE ou minuscule ?
CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27
PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
f Une phrase commence toujours par une majuscule. Un vers commence lui aussi toujours par une
majuscule.
f On ne met pas de majuscule après une virgule, un point-virgule ou deux points (sauf si ces deux points
introduisent des paroles au
discours Nous sommes ; en effet, la réunion s’est bien tout le monde était
direct) ex 1 . ravis terminée : d’accord.

ex 2. Il s’est aussitôt écrié : « Vous n’êtes que des lâches ! »


f Les noms propres et noms de nationalité ou de région prennent une majuscule, mais pas les adjectifs.
ex. Les Américains ont débarqué en Normandie. Les chars américains ont été accueillis avec joie par les
Français dans les villes normandes.
nom de nom de adject
nationalité région adjectif nom if

40. Comment COUPER un mot en fin Voici 10 règles à


de ligne ? les respecter :
1 On coupe toujours entre deux syllabes écrites.
2 Une syllabe débute le plus souvent par une consonne ; donc une consonne placée entre 2 voyelles
marque le début d'1 nouvelle syllabe. ex : un volatile = vo-la-ti-le
3 Quand on trouve 2 consonnes qui se suivent à l'intérieur d'un mot, la 1° appartient à une syllabe et la
2° à la syllabe suivante.
ex : argent = ar-gent ; cristal = cris-tal Cela s'applique toujours si c'est la même consonne redoublée. ex :
allumette = al-lu-met-te
4 Cette règle ne s'applique pas si les 2 consonnes forment un groupe consonantique qui ne peut se
prononcer qu'ensemble.
ex : groupes ch, ph,th, gn et toutes les consonnes associées à L ou R ( br, bl, cr, cl ... )
5 Lorsque 3 consonnes se suivent, on coupe généralement entre la 2° et la 3°, sauf si elles forment toutes
les deux ensemble un
groupe consonantique. ex : ensemble = en-sem-ble ; obstiné = obs-ti-né
6 On ne peut jamais couper un mot entre 2 voyelles qui se suivent, même si elles se prononcent
séparément. ex : poé-sie
7 On ne peut jamais couper avant ou après un X ou un Y qui sont entre 2 voyelles. ex : exa-men, voya-
ge
8 On ne peut jamais laisser une voyelle isolée, en fin ou en début de ligne. ex : apé-ri-tif, mé-téo
9 On ne coupe jamais après une apostrophe comme L' ou QU' faites passer toute la syllabe à ligne
suivante. ex : l'es-car-got
10 En écriture manuscrite, on met un tiret en fin de ligne, et un autre en début de ligne, pour indiquer la
coupure.

[ fiches conçues par B. HOUDIARD et C. Réalini ]

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

L’ARGUMENTATION : RETENIR L’ESSENTIEL

Le développement d’une argumentation suit le plus souvent une progression cohérente en


d’une conclusion.
Les composantes de cette progression (thèses, arguments, exemples) peuvent être articulées
par des connecteurs : ceux-ci permettent d’expliciter l’organisation et la logique du
raisonnement.

1. Dégager la progression argumentative :

La progression argumentative dépend du type de raisonnement et de la stratégie


argumentative adoptés pour convaincre son interlocuteur,

Dans le cadre d’un raisonnement déductif, on peut ainsi présenter successivement les
causes et les conséquences d’un phénomène (comme le tourisme ou la mondialisation) ;

Un raisonnement par analogie conduit à mettre en parallèle deux réalités en


comparant leurs différents aspects ;
On peut comparer la vie humaine et les différentes étapes d’un voyage.

Les démarches dialectique et concessive confrontent deux thèses.

La composition d’un texte en deux paragraphes permet de souligner sa


progression logique :

On présente généralement les arguments du plus simple alu plus complexe, du plus
personnel au plus général, du plus concret au plus abstrait, du moins convaincant au plus
convaincant ;

Une introduction permet de présenter le thème, son analyse et la (ou les) thèse(s) de
l’argumentation ;

Une conclusion peut en résumer les principales étapes ;


Exemples de formules conclusives : donc, ainsi, en somme, pour conclure, en conclusion, au
terme de cette réflexion….

Une transition permet en une ou deux phrases de conclure une partie du


raisonnement et d’annoncer la partie suivante.
S’il est vrai que l’enfance était considérée autrefois comme un âge innocent, qu’en est-il
aujourd’hui, (transition possible entre les deux paragraphes).

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

2. Exprimer des relations logiques par des connecteurs :

Dans la plupart des cas, les relations logiques entre les différentes idées formant un
raisonnement sont explicitées par des connecteurs : Adverbes, conjonctions de
coordination et de subordination.

TABLEAU DE RELATIONS ET DE CONNECTEURS LOGIQUES

Relation logique Connecteurs logiques Fonction


ADDITION Et, de plus, en outre, par Permet d’ajouter un argument ou
OU GRADATION ailleurs, surtout, aussi, d’abord, un exemple nouveau aux
ensuite, enfin, d’une part, précédents
d’autre part, non seulement,
mais encore….
PARALLELE OU De même, de la même manière, Permet d’établir un
COMPARAISON ainsi que, comme…. approchement entre deux faits….
CONCESSION Certes, malgré, sans doute, bien Permet de constater la validité
entendu, en dépit de, bien que, de faits ou l’arguments qui
quoique…. appartiennent à la thèse adverse
tout en maintenant la propre
opinion.
OPPOSITION Mais, au contraire, cependant, Permet d’opposer aux faits ou
pourtant, en revanche, tandis deux arguments, souvent pour
que, alors que, néanmoins, mettre en valeur l’un d’entre
toutefois, or…. eux.
CAUSE Car, en effet, étant donné, en Permet d’exposer l’origine, la
raison de, parce que, puisque, raison d’un fait….
sous prétexte que, dans la
mesure où…..
CONSEQUENCE Donc, par conséquent, ainsi, Permet d’énoncer le résultat,
alors, c’est pourquoi, par suite, l’aboutissement d’un fait ou
de là, d’où, dès lors, de sorte d’une idée
que, si bien que…..

Les relations logiques ne sont pas toujours exprimées elles sont parfois implicites. On peut
cependant les déceler à travers :
la ponctuation : les deux points peuvent introduire par exemple, une cause ou une
conséquence ; les parenthèses peuvent intégrer un détail supplémentaire ou un
commentaire ;
le point d’interrogation peut annoncer une explication ou une réfutation ;
la juxtaposition de deux arguments de deux arguments qui forment une suite logique ; la
composition en paragraphes ;
les indicateurs temporels….

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

AIDE MEMOIRE POUR DEFINIR UN TEXTE

On peut identifier un texte selon plusieurs critères

I. LE GENRE DU TEXTE :

1. On distingue quatre grandes catégories qui regroupent les différents genres :


le récit : le roman, la nouvelle, le conte, la fable, l’épopée, le récit de voyage…

le théâtre : la comédie, la tragédie, le drame, la farce…

la poésie : les formes fixes (le sonnet, la ballade, le rondeau…), les formes libres
(vers libres, poème en prose…).

la littérature d’idées : l’essai, le dialogue argumentatif…

2. L’histoire littéraire a vu se constituer d’autres genres, notamment :


le biographique ;

l’épistolaire ;

l’apologue ;

le portrait…

II. LE TYPE DE TEXTE :


1. Le texte narratif :

Le discours narratif rapporte un ou des événements et les situe dans le temps.

Le discours narratif est marqué par le temps du récit, et notamment le passé simple, mais on peut
mais on peut aussi raconter au présent (de narration) et au passé composé.

La narration est souvent caractérisée par des repères chronologiques : dates et autres Indices
temporels (alors, ce jour-là, ensuite, plus tard…).

2. Le texte descriptif :

Le discours descriptif vise à nommer, caractériser, qualifier un objet quel qu’il soit :
Etre, chose, paysage, société…

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Ce discours est caractérisé par certains temps, comme l’imparfait descriptif dans un récit au
passé (mais on peut aussi décrire au présent).

La description fait appel à des champs lexicaux, des adjectifs, des verbes d’état (être,
sembler…) qui permettent de caractériser les objets. Elle peut être introduite par des verbes de
perception (voir, entendre…) qui témoignent d’une focalisation particulière.

3. Le texte explicatif ou informatif :

Le discours explicatif cherche à analyser et a faire comprendre une idée, un processus


(phénomène naturel, expérience scientifique…).

L’énonciateur s’adresse à un destinataire qui ne possède pas toutes les connaissances sur le Sujet
traité ; il est faiblement impliqué, d’où l’absence des indices personnels de l’énonciation.

L’explication comporte souvent :

une question (explicite ou non), suivie d’une réponse qui donne l’explication ;

des définitions mises en valeurs par des présentatifs (c’est, il s’agit de…)ou par la
typographie (italique, gras, souligné) ;

des connecteurs de logiques introduisant l’explication (en effet, voici pourquoi…) ;

des termes spécialisés qui peuvent être précisés, reformulés, répétés pour compléter les
Connaissances du destinataire ;

des comparaisons ou des schémas permettant de visualiser l’explication.

4. Le texte argumentatif :

Le discours argumentatif cherche à démontrer, convaincre, persuader ou délibérer, en


valorisant une ou plusieurs opinions (ou thèses).

Le discours argumentatif est caractérisé par :

l’énoncé de jugements formulés, parfois confrontés dans le cadre d’une libération,


notamment dans un essai ou un dialogue ;

la présentation d’arguments et d’exemples ;

un raisonnement articulé par des connecteurs logiques ;

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

différents procédés rhétoriques destinés à persuader.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

• 1. Qu'est-ce qu'un résumé de texte ?


• 2. Comment repérer les idées essentielles, comment abréger ?
• 3. Qu'appelle-t-on système de l'énonciation ?

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

• 4. Comment repérer les articulations logiques d'un texte


• 5. Que faire des exemples et des citations ?
• 6. Comment comprendre les textes non contemporains ?

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

1. Qu'est-ce qu'un résumé de texte ?

Résumer un texte,
c'est se mettre à la
place de l'auteur et
reprendre – en son
nom –
l'argumentation en
la réduisant au
quart des mots
utilisés.

2. Comment repérer les idées essentielles, comment abréger ?

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Pour faire le résumé d'un texte, il faut le réduire.Cela


implique l'abandon
de certaines idées
et la reformulation
abrégée de celles
qui sont
essentielles. Les
difficultés
rencontrées se
situent donc :

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

• lors
du repérage d es idées essentielles
• lors de
la reformulati on, qui se fait sous une forme abrégée, avec
des termes différents de

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

ceux que l'auteur a employés.

Le risque est toujours de fausser le ses du texte lorsque l'on procède


à ces deux opérations.

Méthode
Vouloir remplacer les mots du texte

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

par des synonymes comporte des risques. Vérifiez que le mot


choisi s'adapte au contexte.
Certains mots clés des textes ne peuvent pas être remplacés par des équivalents :
livre, télévision, liberté,

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

démocratie, violence, culture, civilisation, société de masse… Vous ne pouvez éviter de


les reprendre et il vaut mieux les employer que de chercher les
« mauvais équivalents »

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

risquant de fausser le texte.

3. Qu'appelle-t-on système de l'énonciation ?

Le système de l'énonciation est l'ensemble des indices (pronoms personnels, verbes


d'affirmations ou de jugement…) qui permettent de comprendre :

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

qui parle
qui prend à
son
• compte les
opinions ou les
jugements
prononcés
• qui est
le destinataire du message.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Ne pas savoir identifier le système de l'énonciation conduit à des contresens faussant la


signification du texte.

Méthode

Pour identifier le système de l'énonciation, aidez-vous des pronoms

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

personnels et repérez
les verbes qui suggèrent l'existence de paroles ou de pensées, celles de l'auteur ou celles de
quelqu'un d'autre. Soyez attentifs
à l'ironie : elle se révèle par des effets

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
de décalage et se manifeste lorsque l'auteur affirme le contraire de ses
convictions.

4. Comment repérer les articulations logiques d'un texte

La structure d'un
texte est
l'organisation
logique de ses
idées. Elle est

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

soulignée souvent par la division en paragraphes et par la présence


de mots de liaison (conjonction s de subordination et de coordination, adverbes).
L'évolution des idées du texte est également marquée

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

par le vocabulaire. On appelle réseau lexical l'ensemble des termes se rapportant à la


même idée, de manière proche ou plus éloignée. De la même façon qu'il est important de
repérer les idées essentielles et le

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

système de l'énonciation d'un texte, il faut repérer la manière dont s'articulent


logiquement les idées et les mots qui les expriment. Le tableau suivant récapitule les
différents mots de liaison, leur nature,

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

leur sens et le lien logique qu'ils soulignent.

Adverbes et Conjonctions Prépositions Expressions


conjonctions de diverses
de subordination
coordination
Analogie Et, aussi, Comme, En plus de, A ceci s'ajoute
Equivalence soit, de ainsi que, de en sus de, que, ceci se
Adjonction même, de même que, outre… rapproche de,
plus, c'est-à- autant… évoque, rappelle,
dire, par autant, ressemble, fait
exemple… plus… plus, penser, est
comme si, semblable à…
aussi que,
autant que,
plutôt que,
d'autant plus,
d'autant
moins que
Séparation Ou, ni, soit… Soit que… Sans, hormis, Ceci exclut,
Division soit soit que, non excepté, diffère de, n'est
Alternance pas que… sauf… pas compatible
mais sauf avec…
que, sauf si,
si ce n'est,
excepté que,
excepté si, à
moins que
Objection Mais, Tandis que, Contre, en Avoir beau…,
Contradiction néanmoins, alors que, dépit de, loin ceci s'oppose à,
Opposition cependant, quand, si, là, de, malgré ceci contredit, ceci
pourtant, en où, loin que, empêche,
revanche, au bien que, interdit…
contraire, même si,
toutefois, or encore que,
quoique,
quand même,
quel que,

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

quelque ..
que, si… que
Cause En effet, car Parce que, vu A cause de, à Ceci résulte de,
Motivation que, étant la suite de, en découle de,
Explication donné que, raison de, par dépend de,
puisque, suite de provient de,
comme, c'est procède de,
que, du ressortit de, vient
moment que, de …
dès lors que,
sous prétexte
que, d'autant
que
Conséquence Donc, par De (telle) Au point de, Ceci
Déduction conséquent, sorte que, de de peur de, implique ;entraîne,
Corollaire en (telle) façon de crainte de, amène, cause,
conséquence, que, de afin de, pour, produit, suscite,
aussi, c'est (telle) dans incite, pousse à, il
pourquoi, manière que, l'intention s'ensuit que…,
ainsi si bien que, de… cela a pour effet
au point que, de
si… que,
trop… pour
que
Méthode

Pour repérer l'évolution logique d'un texte, utilisez les trois éléments suivants : -
la

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

division en paragraphes - les réseaux lexicaux - les articulations logiques La division en


paragraphes s'o bserve facilement. Si les paragraphes sont nombreux et courts, ne les
conservez pas dans le résumé :

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

intégrez-les à ce qui précède ou à ce qui suit. Les réseaux lexicaux s'analysen t à partir des
champs lexicaux et de la reprise de termes traitant d'un même thème.
Les articulations logiques peuvent se présenter sous

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

plusieurs formes : -
mots ou
expressions
logiques -
déterminants
précis : pronoms
personnels,
adjectifs
démonstratifs -
simple reprise de
termes appartenant

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

eu même réseau lexical

5. Que faire des exemples et des citations ?

Résumer un texte est souvent rendu difficile par la présence d'exempl es, de citations,
d'interventions exprimées au style direct. Il faut, à ce sujet, respecter

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

quelques règles.
Les exemples ne
sont pas à
supprimer systémat
iquement. Ceux qui
ont pour seule
fonction d'illustrer
une idée déjà
exprimée peuvent
disparaître. Ceux
qui ont valeur
d'argument doivent

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

être conservés. Une citation reprise entre guillemets ne peut être modifiée. Si le résumé
implique qu'elle soit réduite, et donc modifiée, il faut supprimer les guillemets. Une
intervention rapportée au style

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

direct peut être conservée si elle est brève. On garde alors les guillemets. Si elle doit être
résumée, il vaut mieux l'intégrer au texte sous forme de style indirect. On supprime alors les
guillemets.

Méthode

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Conservez les exemples qui jouent le rôle d'une idée, d'un argument ; supprimez ceux qui
ne servent qu'à reprendre une idée déjà exprimée et à l'illustrer. Si vous trouvez une phrase
au style direct, modifiez-la pour la

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
résumer et pour la transformer en style indirect.

6. Comment comprendre les textes non contemporains ?

Certains textes donnés à résumer ont été écrits au XVIIIème ou au XIXème siècle. Leur
appartenance à une époque non

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
contemporaine a
pour conséquences
deux difficultés dont
il faut être
conscient :

• le vocabulaire
et les
tournures de
phrase ne sont
pas ceux de la

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

langue du XXIème siècle


• les textes peuvent faire référence à un contexte socioculturel et
historique p eu ou mal connu.
Méthode

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Observez
attentivement la
date de publication
de l'œuvre d'où est
extrait le texte. Cela
peut vous permettre
d'éviter l'erreur
des anachronisme
s. N'oubliez pas que le sens des mots évolue.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Rappelez-vous
qu'un texte se
comprend et
s'explique par
le milieu
socioculturel dans
lequel il a été
produit. De manière
générale, soyez
attentifs à toute
information
accompagnant le

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

texte : titre du passage, titre de l'oeuvre, époque.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

TECHNIQUES DE L'EXPRESSION ECRITE

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
Corriger mon expression écrite :

Mon texte au brouillon :

1) Je vérifie que mon texte parle bien du sujet donné.

2) Je vérifie que mon texte a un début, un milieu et une fin (situation initiale,
histoire/évènements, situation finale)

3) Je vérifie aussi que les différentes parties de mon texte correspondent aux différents
paragraphes .

4) Je vérifie que j’ai exprimé mon opinion (si on me le demande dans le sujet)

Enfin, je relis une dernière fois mon texte avant de le recopier au propre.

Ecriture / Lecture :

1) Mon texte est compréhensible lorsque je le relis.

2) Je réussis à modifier des phrases, des passages entiers si nécessaire pour l'améliorer ou pour éviter
des répétitions.

3) Le début et la fin sont bien distincts (introduction et conclusion).

4) Les paragraphes sont bien distincts (un paragraphe par idée).

1) Toutes mes phrases commencent par une majuscule et se terminent par un point.

2) Mes phrases sont assez courtes et j’utilise plus de ponctuation (virgules, points
d’exclamation, points de suspension…)

3) J’utilise correctement les guillemets et les tirets dans un dialogue (si je dois en écrire un).

1) Je vérifie les accords au pluriel.

2) Je vérifie les accords des verbes en cherchant le sujet.

3) J’accorde correctement les participes passés.

4) J’accorde correctement les groupes nominaux (féminin ou masculin / Singulier ou pluriel)

5) Je me sers d’un dictionnaire pour vérifier l’orthographe des mots qui me sont inconnus.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

Vocabulaire :

1) J’évite les répétitions dans mon texte.

2) J’utilise des verbes plus précis que « faire » et « dire », je peux m'aider du dictionnaire pour cela.

3) Je peux chercher des synonymes dans le dictionnaire pour ne pas me répéter.

4) Mon texte comporte de nombreux adjectifs et adverbes pour l'enrichir.

Enfin, je relis une dernière fois mon texte avant de le recopier au propre.

Cette fiche peut servir pour évaluer le travail en expression écrite.

PRODUCTION D’ECRIT : Grille de relecture.

Consignes
J’ai rédigé mon texte avec les bons temps
du récit. (imparfait/passé-simple/présent)
Mes phrases commencent par une
majuscule et finissent par un point.
J’ai écrit des phrases courtes.

J'ai fait attention à la ponctuation.


Mes phrases contiennent un verbe. J'ai
vérifié les accords de tous les verbes et
des participes passés.
Les mots de mon texte sont correctement
orthographiés.
J’ai écrit un texte d’au moins 20 lignes
proprement et lisiblement.
J’ai soigné la présentation.
J’ai amélioré mon texte.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

LES TOURNURES UTILES DU COMMENTAIRE DE TEXTE

Dans une introduction :

~ Pour présenter le texte :


Le texte… extrait de… a été écrit…
Le passage qui nous est proposé est…
Ce extrait traite du thème de…,
Dans cet extrait, l’auteur met en œuvre le thème de… expose sa vision de… développe l’idée selon
laquelle…

~ Pour dégager les enjeux du texte :


Ce passage présente un double / enjeu / intérêt… On peut
dégager deux/trois enjeux dans ce texte…

~ Pour annoncer le plan du commentaire :


C’est pourquoi l’on pourra, tout d’abord / dans un premier temps / en premier lieu, étudier / s’intéresser à /
examiner / expliquer / se demander …
On commencera par mettre en évidence… pour montrer ensuite que…

Dans un développement

~ Pour introduire une idée nouvelle :


D’emblée, nous pouvons remarquer que…
Pour commencer, nous pouvons étudier la façon dont l’auteur… Une
première lecture suffit à…
Le procédé renforce / souligne / accentue l’idée que…

~ Pour introduire un exemple :


Ainsi / c’est ainsi que / tel est le cas de… / l’exemple x montre bien cela
Cet exemple illustre / démontre / prouve que…
Ce fait est illustré par…

Dans une conclusion

Enfin / en définitive / pour conclure, nous retiendrons que…


Pour terminer / finir, rappelons que…
Concluons / terminons en rappelant que…
Pour résumer notre propos, rappelons que…

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF

La dissertation

Il s'agit d'un résumé des points principaux pour faire une bonne dissertation. C'est un sujet difficile, alors
autant mettre toutes les chances de son côté !

On utilise une méthode en 6 points fondamentaux:

1) Décomposer le sujet, l'analyser point par point, mot par mot, pour bien parler de TOUS les mots lors
de son développement.
Par exemple: Un aveugle au théâtre, s'il perd une part importante du spectacle, en conserve tout même
l'essentiel. Il faudra ici parler de l'aveugle, du théâtre, de la notion de spectacle, de la part importante
perdue, de ce qu'il conserve, et définir l'essentiel du théâtre. Bien évidemment, il faudra classer ces
informations !

2) Se pencher sur les différentes parties: pas plus de 3, car elles doivent être riches.

3) Se questionner sur les textes sur lesquels on va pouvoir se fonder pour argumenter: c'est-à dire TOUTE
notre culture littéraire. Elle se compose de :
- Le corpus de textes fourni avec le sujet.
- Les textes étudiés en cours, lectures analytiques.
- Les œuvres entières lues en classe, ou encore vues au théâtre.
- Nos lectures personnelles.
Il est conseillé de parler des lectures dans cet ordre, pour organiser son texte. Pour certains sujets, d'autres
éléments pourront rentrer en compte, par exemple un film vu au cinéma, ou bien une rencontre avec un
auteur.

Conseil: Faites-vous une petite fiche récapitulative de tous les textes dont vous pourrez parler pour
chaque thème. Cela vous fera gagner quelques minutes de réflexion lors de l'épreuve.

4) Commencez votre introduction: 10 lignes maximum, pas plus, votre correcteur ne doit pas se perdre
dans les détails dès le début. Elle se fait en trois parties, chacune très brève:
- j'amène le lecteur à mon sujet.
- Je donne le sujet, soit en donnant la citation intégralement, soit en reformulant précisément
la question.
- J'annonce mes parties, mais sans en donner les détails.

5) On passe maintenant au développement.

Dans chaque partie, procéder de la même manière:


- Réexpliquez ce que vous allez faire, ce dont vous allez parler.
- Enoncez clairement vos idées (2 à 5).
- Faites une petite conclusion avant d'enchainer avec l'autre partie.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
- Sauter une ligne.
Vos différentes parties doivent être à peu près égales, car vous ne devez pas privilégier un aspect plus
que l'autre à ce stade de votre réflexion.

Attention ! Gardez toujours un style rigoureux, les originalités n'ont pas vraiment leur place dans ce
type de sujet, vous devez vous concentrer sur le fond de votre réflexion.

Ne déviez pas de votre sujet, par exemple, dans un sujet tel que "L'aveugle au théâtre....",
il ne s'agit pas de parler de ce que ressent l'aveugle ! Il faudra centrer sa dissertation sur le théâtre.

Analysez bien les exemples que vous utilisez, il ne faut pas barbouiller votre feuille, exploitez-les
pour qu'ils ne soient pas là à titre anecdotique. Il vaut mieux 2 exemples qui illustrent parfaitement ce
que vous voulez dire, plutôt que 5 sur lesquels vous n'avez rien à dire.

6) C'est maintenant de passer à la conclusion: répondez à la question clairement en énonçant votre point
de vue. Vous avez le droit d'être partagé entre deux avis, mais il vous faut l'expliquer pour ne pas donner
l'impression d'être indécis. De la même manière que pour l'introduction, ne faites pas trop de lignes, 15 au
maximum, s'il vous reste des choses à dire, incluez-les dans une de vos parties, mais à ce stade, vous devez
avoir votre propre avis sur le sujet. Ce n'est donc plus le moment de mettre des exemples.

J'espère que vous réussirez votre dissertation, en suivant ces 6 points clefs, vous serez au moins assuré
de bien commencer !

Choisissez le sujet en fonction de l’intérêt que vous lui portez mais aussi en fonction de votre capacité à
mobiliser lexique et structures pour y répondre. Rappelez-vous qu’il s’agit de montrer ses acquis
linguistiques.

Le brouillon

Cela ne sert à rien de faire un brouillon si ce n’est que la version mal écrite de votre production finale. Votre
brouillon doit faire apparaître votre plan et les idées principales sous forme de notes que vous développerez
ensuite, de listes de mots que vous allez utiliser, le tout relié par des flèches ou autres symboles
schématisant votre réflexion.

Listez par exemple les mots de liaison et quelques-unes des expressions complexes que vos fiches vous
ont permis de mémoriser et notez aussi tout le lexique que vous connaissez en rapport avec le sujet
demandé.

L'organisation des idées

Organisez votre réflexion en utilisant les mots de liaison et efforcez-vous d’insérer les expressions
idiomatiques pour enrichir la langue.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
La présentation

Soignez l’écriture et la présentation et allez régulièrement à la ligne quand vous rédigerez au propre.
N’oubliez pas de compter le nombre de mots et de l’indiquer sur votre copie.

Multipliez les relectures

Relisez une première fois pour corriger les éventuelles erreurs d’étourderie. Puis, faites une deuxième
relecture pour enrichir la qualité de la langue en essayant de remplacer les adjectifs ordinaires par des
synonymes ou en utilisant un temps ou une structure qui valoriserait votre production.

Relisez encore une fois pour confronter votre brouillon à votre production finale et vérifiez que vous
n’avez rien oublié.

Certains pensent qu'ils ne sont pas doués pour l'écrit. Vous semblez dire que tout le monde peut
écrire correctement...

Michèle Longour : "Tout le monde n'a sans doute pas le talent d'un écrivain, mais chacun de nous peut
parvenir à écrire de façon correcte pour les besoins de sa vie étudiante ou professionnelle. Passé le temps de
l'école où les cours de français paraissent souvent inutiles, on se rend vite compte qu'il faut sans cesse écrire
: des mails, des lettres de motivation, des rapports de stage, des comptes-rendus de réunion, des mémoires...

Or il est possible de progresser concrètement assez vite. J'explique dans mon guide que l'on peut d'abord
avoir certains blocages : être angoissé par la page blanche, ne pas avoir d'idées, ne pas arriver à être clair...
Certains ont des blocages d'origine psychologique : on leur a dit un jour qu'ils étaient "mauvais à l'écrit" et
ils ont perdu confiance en eux.

Alors que faire pour se débloquer ?


Pour progresser, il faut déjà se lancer, c'est-à-dire commencer par écrire davantage. Le réflexe typique de
celui qui n'est pas à l'aise est d'éviter l'obstacle alors qu'il faut "plonger". Par exemple si vous n'arrivez pas à
commencer un texte, essayez de vous mettre à écrire tout ce qui vous vient à l'esprit, même si cela n'a aucun
rapport avec votre sujet. Que vous écriviez au stylo ou sur un clavier, vous verrez que cela libère la pensée
et favorise l'arrivée des mots et des phrases un peu comme si l'on ouvrait un robinet. Vous pouvez alors
revenir à votre sujet et effacer le début.

Une façon d'éviter l'obstacle, c'est de faire du "copier-coller" : on se sécurise en copiant des textes ou des
extraits de lettre trouvés sur Internet ou empruntés à quelqu'un d'autre. Le problème, en dehors de l'aspect
"tricherie", c'est que cela empêche de réfléchir personnellement. Le texte parait correct, mais il n'exprime
pas exactement ce que vous

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
voulez dire : par exemple énormément de candidats à l'emploi envoient des lettres de motivation copiées
sur des modèles, au lieu de se demander ce qu'ils auraient pu dire de plus personnel. Pas mal d'étudiants
aussi "copie-collent" des extraits de rapports de stage. Ils rendent un texte qui risque d'être stéréotypé et
dont ils ne comprennent pas toujours tout : ils croient gagner du temps mais cela les empêche de réfléchir
par eux-mêmes et ils perdent finalement une occasion de progresser à l'écrit.

C'est pourtant difficile de passer de l'oral à l'écrit.

Que faire quand on n'arrive pas à être clair ?

Le passage à l'écrit implique en effet un passage par les mots qui peut obscurcir ce qu'on veut dire. On a
tendance à employer des termes abstraits et des tournures lourdes qui gênent la compréhension. Pour dire
quelque chose de simple, on fait long et compliqué ! Assez vite d'ailleurs, on n'arrive plus à poursuivre son
texte, à relier ses idées ou à achever sa lettre. Pour éviter de se "prendre les pieds dans le tapis des mots", je
donne souvent ce petit moyen simple : posez-vous sans cesse la question : "Dans ce paragraphe, ou cette
phrase qu'est-ce que je veux dire ?". Normalement, vous retrouvez alors votre idée et vous l'exprimez
oralement de façon simple : "Je veux dire que je suis intéressé par cet emploi". Ecrivez alors votre idée ainsi.
Il sera toujours temps ensuite d'affiner le style, au moins vous avez exprimé votre idée centrale.

De façon générale si vous voulez être clair à l'écrit, il faut toujours bien exprimer votre idée centrale et la
mettre en avant, que ce soit dans un texte court comme une lettre ou long comme un rapport. Le lecteur
sait ainsi d'emblée ce que vous voulez lui dire. On oublie souvent en effet qu'un écrit est un support de
communication. Il s'agit de transmettre un message à un ou des lecteurs et non pas d'écrire pour se faire
plaisir ou pour noircir du papier.

Faut-il faire un plan avant d'écrire ?


Pour un texte long, c'est indispensable mais même pour une lettre, vous pouvez faire un mini-plan au
brouillon de façon à enchaîner vos idées dans le bon ordre. Pour être clair, un texte doit être bien
construit ; les idées ou les faits s'y enchaînent de façon cohérente.

Pour cela, il faut commencer par réfléchir à ce que vous voulez dire, et à l'ordre dans lequel vous allez
présenter les choses : c'est cela qui vous donne un plan et non l'inverse. Trop souvent en effet, des
étudiants se forcent à découper leur texte en deux ou trois parties de

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
façon formelle pour respecter les consignes de présentation, mais le contenu ne suit pas. Leur texte respecte
une savante numérotation, mais les idées ou les faits exprimés sont creux ou confus. Encore une fois, il faut
réfléchir avant d'écrire !

On peut aussi avoir fait un très bon plan mais se laisser aller en rédigeant chaque partie à faire des
digressions ou des allusions à des choses dites dans d'autres parties. Le lecteur a une impression de redite et
d'éparpillement. Pour éviter cela, je conseille de n'exprimer qu'une idée par paragraphe.

Et comment améliorer le style ?

Le premier effort peut être de l'alléger, car nous écrivons souvent de façon lourde. On peut essayer de faire
des phrases moins longues et de construction plus simple, en évitant les propositions subordonnées
introduites par des "bien que", "après que", etc. Le modèle "sujet-verbe-complément" est une valeur sûre.
Mieux vaut ne pas utiliser non plus trop de participes présents, ou de verbes à la voix passive.

J'attire aussi votre attention sur le fait que nous utilisons souvent trop de noms abstraits, que l'on peut
remplacer par des verbes. Plutôt que de dire : "la disparition des milieux naturels est la première cause de
l'extinction de nombreuses espèces", on peut écrire que "de nombreuses espèces s'éteignent parce que leur
milieu naturel disparait". C'est beaucoup plus simple et agréable à lire, non ?

Et puis, quand vous avez allégé le style, vous pouvez l'enrichir en diversifiant le vocabulaire
: il s'agit par exemple de remplacer des "verbes pauvres" comme "être", "avoir" ou "dire" par d'autres plus
précis, ou d'utiliser à bon escient les adjectifs, les adverbes.

Et l'orthographe, comment progresser ?


Bien sûr, il ne suffit pas que vos textes soient clairs et bien écrits. S'ils sont truffés de fautes, tout l'effet
positif est gâché comme un beau vêtement qui serait maculé de taches. Il faut donc avancer en parallèle sur
l'orthographe, mais là encore il ne faut pas se décourager : on peut réellement progresser, même si c'est un
point faible.

Je donne simplement quelques pistes : d'abord, chacun de nous fait souvent les mêmes fautes de façon
récurrente. Relisez donc plusieurs de vos écrits pour les repérer. Puis vous pouvez vous attaquer
spécialement à ces points, par exemple en faisant des exercices en ligne sur des sites internet spécialisés.
Vous obtenez à chaque fois votre score, ce qui permet de situer vos progrès. C'est plus ludique et moins
décourageant que les dictées classiques. Vous pouvez même obtenir sur certains réseaux des "certifications"
que vous pouvez indiquer sur votre CV car la bonne expression écrite devient aujourd'hui une compétence
recherchée !

Quand vous avez fini d'écrire un texte, prenez aussi l'habitude de vous relire plusieurs fois en faisant porter
votre attention sur des points différents : une fois sur la cohérence et la clarté

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
de votre texte, et une fois uniquement sur l'orthographe. Vous apprendrez à vous corriger vous-même et
vous ferez peu à peu moins de fautes car votre œil va s'exercer à les chasser."

Améliorer son niveau à l’écrit

Dans chaque épreuve, votre niveau d’expression écrite sera évalué et pourra vous apporter les bonnes (ou
mauvaises) grâces des correcteurs. Une raison suffisante pour revoir les bases et en finir avec les fautes.

Comme dans toutes les matières il y a des candidats qui ont des facilités en français et d’autres non. Par
chance, bien écrire ça s’apprend ! Entre les règles de base en orthographe, grammaire, conjugaison et
syntaxe et les techniques de rédaction, vous avez de quoi améliorer nettement votre niveau à l’écrit.

Revoir les bases pour en finir avec les fautes

Accord des participes, terminaison des verbes conjugués, casse-tête des verbes pronominaux, bon emploi de
la ponctuation… Vos professeurs relèvent des fautes récurrentes dans vos copies ? Il est peut-être temps de
vous pencher à nouveau sur les règles qui vous font défaut.

La langue française comporte de nombreuses subtilités et il est tout à fait normal que certaines vous aient
échappé. Pour autant, vous disposez de suffisamment de ressources (fiches de cours, dictionnaire,
Bescherelle…) pour ne pas rester dans l’ignorance plus longtemps. Commencez par identifier précisément
vos points faibles, listez-les puis cherchez les règles qui correspondent à vos difficultés. Préférez toujours la
consultation d’un ouvrage qui fait autorité aux résultats d’un moteur de recherche souvent truffés des
mêmes erreurs que les vôtres.

S’exercer grâce à la lecture :

Votre cerveau enregistre sans effort lorsque vous lisez. Imposez-vous de lire chaque jour en vous
concentrant sur les difficultés les plus classiques : accentuation, mots pièges, pluriel des noms composés,
genres des noms…

Si vous prenez le temps d’observer les mots et l’agencement des phrases, vous apprendrez également à
mettre les éléments dans le bon ordre.

Attention à ne pas lire n’importe quoi. Un livre vous apprend beaucoup, un article sur internet ne
peut être considéré comme un exercice de lecture : vocabulaire pauvre, nombreuses fautes, syntaxe
approximative…

Recopier pour mieux mémoriser

Ceux qui ont de graves difficultés en orthographe peuvent s’astreindre à recopier une page d’un livre
chaque jour. Même si l’exercice semble long et rébarbatif, il vous aidera à enrichir votre vocabulaire tout en
améliorant votre orthographe.

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF
EDUCATION LIVRE PDF
Ecrire de manière simple pour éviter les fautes de syntaxe

La langue de Molière n’est pas votre fort ? Ne prenez pas de risques inutiles en voulant faire des phrases
compliquées dont vous ne maîtriseriez pas la construction. La phrase simple : sujet + verbe + complément
suffit dans la majorité des cas à traduire votre pensée. Vous aurez dès lors moins de questions à vous poser
sur les accords en genre et en nombre.

Savoir se relire : une technique à acquérir

Il existe plusieurs types de relecture d’une copie :

la relecture liée au sens et à la cohérence du propos : est-ce que mon écrit est clair, juste et
cohérent ? Pour être efficace, cette relecture se fait plutôt d’une traite, en s’attachant au fond
plutôt qu’à la forme.
la relecture liée au style : y a-t-il des lourdeurs ou des répétitions à éliminer ? Cette relecture
vise davantage à vérifier votre style. Dès que vous butez sur une maladresse, revoyez la construction
de la phrase pour la simplifier voire la scinder en deux phrases distinctes. Traquez aussi les mots
inutiles (ainsi, donc, d’abord…) qui alourdissent votre propos. Si ce sont les répétitions qui posent
problème, il vous faudra faire appel à des synonymes ou réfléchir à l’organisation de vos idées afin
d’aller plus directement au but.
la relecture liée à l’orthographe, la grammaire et la conjugaison : reste-t-il des fautes dans ma
copie ? Cette relecture peut être pratiquée en 2 étapes. Une première relecture attentive doit vous
permettre de vérifier vos accords et conjugaisons en vous posant la question du sujet, du
complément d’objet direct, etc. A cette étape, vous pouvez être amené à douter de l’orthographe de
certains mots (gare aussi aux homonymes) : entourez-les au crayon pour y revenir dans un second
temps. Une fois votre copie corrigée de toutes les fautes d’inattention, vous pourrez vous
concentrer sur les mots qui vous posent problème. En cas de doute persistant, remplacez si possible
le mot difficile par un synonyme que vous maîtrisez mieux.

Chaque devoir suppose un minium de rédaction. Les matières scientifiques sont parfois négligées à
tort. Un problème de mathématiques nécessite une phrase de conclusion, une expérience en sciences
se décrit de façon très précise. Il est très important pour votre scolarité de devenir un bon rédacteur.
Accrochez-vous, c’est à portée de main!

CONTACT: 034 72 297 90/ 033 25 822 27


PAGE FB : Education livre PDF

Vous aimerez peut-être aussi