Vous êtes sur la page 1sur 6

Comment trouver une suite d'accords ?

Il existe des centaines d'accords différents et probablement des centaines de milliers de


combinaisons d'accords possibles. Mais comment trouver une suite d'accords qui sonne bien ?
Comment trouver une progression d'accords qui marche ? La réponse dans la suite de l'article !

Dernièrement, j’ai remarqué que je ne vous avais jamais fait d’article sur la façon de trouver une
suite d’accords. J’avais déjà évoqué quelques concepts ici et là dans certains de mes tutoriels, mais je
n’avais jamais pris la peine de vous écrire un article à part entière sur le sujet. J’ai donc voulu
remédier à cela en vous proposant un article exclusivement consacré à la façon de trouver une suite
d’accords « qui sonne bien » (c’est mon jour de bonté;)).

Les accords constituent la base d’une musique. Leurs différentes combinaisons permettent de créer
l’accompagnement de la chanson. Seulement voilà: il existe des centaines d’accords différents et
probablement des centaines de milliers de combinaisons possibles. Alors comment font les musiciens
pour trouver une suite d’accords qui sonne juste ? Piochent-ils des accords au hasard en les
combinant de façon aléatoire jusqu’à ce qu’ils soient satisfaits du résultat ? Ou existe-t-il des règles
et des techniques leur permettant de trouver une bonne suite d’accords ? (Indice : la bonne réponse
se trouve plutôt au niveau de la deuxième proposition;)).

Il existe en effet certaines règles et certaines techniques qui vous aideront à trouver une suite
d’accords qui sonne juste. Ces règles existent car les accords ne sont pas égaux entre eux : chacun
d’entre-eux possède sa propre nature, sa propre sonorité, mais surtout ses propres affinités.
Certains accords sonneront en effet mieux qu’avec d’autres. Tout l’enjeu consistera donc à repérer
ces différentes affinités afin de vous faire gagner du temps. Et pour ce faire, nous allons recourir à
notre grand ami... le solfège ! (Et oui encore lui).

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
I / La technique classique

1) Choisir le premier accord

Il va bien falloir commencer notre suite d’accords quelque part. Pour cela, on va choisir un premier
accord. Choisissez celui que vous voulez, n’importe lequel. C’est fait ? Bien. Maintenant, on va
pouvoir recourir au solfège pour trouver les autres accords qui composeront notre suite.

Admettons que vous ayez choisi l’accord de Do Majeur comme premier accord de votre suite.
Maintenant, il ne vous reste plus qu’à prendre la gamme de Do Majeur pour trouver les autres
accords. Pourquoi cette gamme en particulier ? Tout simplement parce que les suites d’accords
commencent très souvent par l’accord de Ier degré de leur gamme. Do Majeur étant logiquement le
premier accord de la gamme de Do Majeur (puisqu’il lui donne son nom), on va prendre la gamme de
Do Majeur.

Si vous aviez choisi un accord de Sol# mineur, vous auriez eu à choisir la gamme de Sol # mineur, si
vous aviez pris un accord de Fa Majeur, la gamme de Fa majeur etc… Vous voyez le principe. ;)

2) Harmoniser la gamme

Maintenant que l’on a notre gamme, on va l’harmoniser : c’est-à-dire que l’on va créer des accords à
partir de chacune des notes de cette gamme. Pour ce faire, il nous suffit d’empiler la tierce et la
quinte de chacune des notes de la gamme.

Exemple : Avec la première note de la gamme, le Do, on emplie une tierce pour obtenir le Mi et une
quinte pour obtenir le Sol.

Voilà ce qu’on obtient au final si on applique ce processus pour toute la gamme:

Surtout, faites attention à bien respecter les altérations inhérentes à la gamme. En Do Majeur, vous
n’avez pas grand-chose à faire car la gamme ne possède aucune altération à la clé. Mais, si vous
aviez choisi la gamme de Mib majeur (3 bémols à la clé), vous auriez du tenir compte de ces 3
bémols lors de votre harmonisation.

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
Exemple : On crée les accords à partir de la gamme

Mais puisqu’on est en Mib Majeur, on sait que la gamme possède 3b à la clé (enfin vous le savez si
vous avez pris la peine de bien réviser votre solfège:p). On va donc ajouter ces trois altérations (Si
bémol, Mi bémol, et La bémol) pour respecter la structure de la gamme:

Je vous mets ci-dessous le tableau récapitulatif des altérations existantes en fonction des gammes
pour vous aider. Si toutes ces notions d’altérations et d’armures sont encore un peu trop obscures
pour vous, je vous invite à aller revoir mon tutoriel vidéo sur les gammes qui vous aidera à tout
comprendre de A à Z. Dans la même veine, si vous voulez revoir en détail le principe d'harmonisation
des gammes, n'hésitez pas aller consulter mon article spécifique sur le sujet: "L'harmonisation des
gammes". ;)

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
Maintenant que l’on a harmonisé notre gamme, on a à notre disposition des accords que l’on va
pouvoir utiliser dans notre suite. En ayant harmonisé la gamme de Do majeur, on obtient par
exemple les accords : Do majeur, Ré mineur, Mi mineur, Fa majeur, Sol majeur, La mineur et Si
diminué.

3) Piocher les accords I,IV,V

La règle des accords I,IV,V est très simple : parmi les accords que l’on vient d’obtenir, il vous suffit de
piocher les accords correspondants aux degrés I, IV et V de la gamme. On appelle ces accords les
accords primaires. Dans notre exemple, il s'agira donc des accords de Do majeur, Fa majeur et Sol
majeur.

Vous pouvez faire suivre ces trois accords dans n’importe quel ordre, et vous serez certain que ça
sonnera à coup sûr. En plus, cette règle marche quelle que soit la gamme ou le mode que vous aurez
choisi. Pas mal hein ? :D

II / Les enchaînements de degrés

Maintenant que vous avez compris ça, on va pouvoir passer à la vitesse supérieure : la règle des
enchaînements de degrés.

Dans le monde de la musique et de la composition, il existe des combinaisons précises


d’enchaînements d’accords fréquemment utilisés. En fait, ce que l’on va enchaîner, ce ne sont pas
les accords en tant que tels, mais leurs degrés, c’est-à-dire l’ordre dans lequel ils apparaissent dans la
gamme. Par exemple, si on parle de l’enchaînement I, IV, V, cela voudra dire qu’il nous faudra
enchaîner dans l’ordre le premier, le quatrième, et le cinquième accord de notre gamme. Si on

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
reprend notre exemple précèdent, on aurait dû enchaîner l’accord de Do Majeur, puis l’accord de Fa
Majeur et enfin l’accord de Sol Majeur.

Certaines de ces combinaisons sont utilisées à outrance dans le monde de la composition. Voici les
plus connues d’entre-elles pour les gammes majeures:

1) La combinaison I vi ii V (ou Anatole)

Comme son nom l’indique, il nous faudra enchaîner le premier accord de la gamme majeure choisie,
puis le sixième, puis le second et enfin le cinquième pour réaliser cette combinaison.

Pour la gamme de Do majeur, notre suite sera donc : Do Majeur, La mineur, Ré mineur, et Sol
Majeur.

Et voilà ! Le tour est joué.;) Si vous voulez des exemples de chansons composées à l’aide d’anatoles,
vous pouvez écouter « One drop » de Bob Marley, ou encore « Spread your wings » de Queen.

2) La combinaison I, vi, IV, V

Maintenant que vous avez compris le principe, il ne vous reste plus qu’à faire exactement la même
chose et appliquer la combinaison ! Pour une gamme de Do majeur, la suite d’accords à utiliser pour
la combinaison "I, vi,IV, V" sera donc: Do majeur, La mineur, Fa majeur et Sol Majeur. Cette suite est
notamment utilisée dans les chansons « Dyer Maker » de Led Zeppelin, « Octopus Garden » des
Beatles, et « Stand by me » de Ben E King.

3) La combinaison I V vi IV

C’est la suite des 4 accords magiques dont je parle dans mon article dédié : « Composer un tube
grâce aux 4 accords magiques ». En Do majeur, cette suite sera : Do Majeur, Sol Majeur, La mineur,
Fa Majeur.

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
4) La combinaison I vi iii vii

Cette suite est également très fréquemment utilisée dans le monde de la musique. Elle a notamment
servi pour composer les chansons « Otherside » des Red Hot Chilli Peppers, et « Not Afraid »
d’Eminem.

Voilà pour les différentes combinaisons. A vous maintenant de les tester et surtout de les appliquer
pour toutes les gammes et les modes de votre choix afin de démultiplier vos possibilités !

III / Le petit bonus

Allez, un petit bonus pirate pour terminer cet article en beauté ;): un générateur aléatoire d’accords.
Choisissez l’accord de votre choix, l’humeur que vous voulez pour votre morceau, et le logiciel vous
fournira automatiquement les bons accords ! Magique !! Attention, ce logiciel n’est pas une raison
suffisante pour ne pas appliquer tout ce que je viens d’expliquer dans l’article. (Je vous connais hein,
bande de flemmards :p).

Le mot de la fin

Toutes ces techniques sont des outils qui vous aideront à trouver l’inspiration, ou qui vous
permettront de donner un coup de pouce à vos compositions. Cependant, ce ne sont en aucun cas
des règles immuables à respecter scrupuleusement. Ne faites surtout par l’erreur de devenir un
« mathématicien de la musique » et de calculer absolument tout ce que vous faites en ayant
uniquement recours à la théorie.

N’oubliez jamais qu’en musique, il n’existe aucune règle qui ne puisse être enfreinte, et que c’est
justement l’infraction de ces règles qui vous permettra de découvrir les sonorités les plus
intéressantes. La beauté de la musique, c’est aussi et surtout la possibilité d’être libre de pouvoir
faire ce que vous voulez grâce au pouvoir de votre imagination. (© Alex, carnet du petit poète 2013).

Voilà, c’est sur ces magnifiques paroles que se finit l’article. :D Vous connaissez maintenant toutes les
bases pour pouvoir composer votre accompagnement ! Si vous voulez allez plus loin et composer des
suites d’accords plus élaborées, vous pouvez toujours lire mes articles sur la modulation : « La
modulation, ou comment changer de tonalité au cours du morceau (1/2) », et « La modulation, ou
comment changer de tonalité au cours du morceau (2/2) ». En attendant, amusez-vous bien. ;)

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.

Vous aimerez peut-être aussi