Vous êtes sur la page 1sur 6

Il faut vérifier l'installation de tout

tuyau FRP, leur température, les


particularités de l'eau, et les détails
d’installation avec le fabricant. Aussi les
DHE tuyaux doivent être approuvés pour
l'eau potable .concernant la conductivité où: 
thermique, elle est beaucoup plus faible U = conductivité thermique globale (Btu / h
pour les tuyaux non-métalliques que celles pi2 / en.) 
en métal, le tuyau non-métallique  est ho = coefficient externe du film
généralement plus épais que le tuyau salut = coefficient interne du film 
métallique. Toutefois, l'ensemble de la t = épaisseur de tuyau ou échelle (po) 
conductivité thermique est en fonction de kp = conductivité thermique du tuyau (Btu /
la conductivité du tuyau, les coefficients de h de pi2 / en.) 
film à la fois sur l'intérieur et à l'extérieur, ks = conductivité thermique d'échelle. 
et de l'échelle. Le détartrage doit être pris
en considération parce que dans de En supposant que les coefficients de film
nombreux fluides géothermiques, mise à est de 250, la conductivité thermique des
l'échelle significative sur tubes typiques sont: 
métalliques tuyaux DHE se produit, mais,
l'échelle ne monte pas sur le tuyau non
métallique. Il n'est pas rare de voir 1 / 16
po d'échelle l'accumulation sur le côté
géothermique de tuyaux DHE. L'échelle
peut être supposé avoir une conductivité = 58 Btu / h pi2 (avec
thermique similaire à celle de calcaire et le échelle). 
béton soit environ 7 Btu / h pi2 / en. 

Le coefficient de transfert thermique global


peut être calculé 
à partir de:

= 25 Btu/h pi2 °F (sans


échelle).
Bien que la différence est significative. Habituellement, la profondeur du puits pour
atteindre les fluides géothermiques accommodera l’autre tuyau exigé et la longue durée de
vie justifie l'utilisation du tuyau non métallique.

Moyenne vie du DHE est difficile à prévoir. le fer noir installé au collines du Klamath la
durée de vie moyenne a été estimée à 14 ans. Dans certains cas, toutefois, le remplacement
régulier de 3 à 5 ans a été nécessaire. Dans d'autres cas, les installations ont été en service
plus de 30 ans sans aucun problème. Stray électriques courants, comme indiqué plus
haut, ont sans doute été un facteur contributif dans certains échecs précoces. Cela peut être
causé par dilatation et la contraction de la DHE contre le côté du puits de forage où le
mouvement constant pourrait causer le gommage hors échelle de protection, exposant une
surface propre pour d'autres corrosions.
Corrosion à l'interface air-eau est de loin la cause la plus fréquente d'échec. Mettre l'huile
hydraulique propre ou de la paraffine dans le puits semble aider un peu, mais il est difficile
d’évaluer avec précision. Utilisation de l'huile ou de la paraffine est mal vue par l'agence de
protection environnementale, car l'eau géothermique est souvent mixée avec de l'eau
fraîche.
 Swisher et Wright (1986) mesuraient les taux de corrosion de l'acier doux dans de l'eau
géothermique sous conditions aérobies et anaérobies dans les laboratoires. Ils ont trouvé
des taux de corrosion avec présence de O² sont de 260-280 micromètres / an avec des
spécimens complètement émergés avec de la paraffine sur l'eau, 830 micromètres / au-
dessus de la paraffine sur des spécimens partiellement émergés et seulement 11
micromètres / an sous des conditions anaérobiques.

11.4.3 cellules de convection


Il est connu que la production de chaleur peut être considérablement augmentée si une
cellule de convection peut être mis en place dans le puits. Il existe deux méthodes souvent
utilisées qui induisent la convection. La première méthode peut être utilisée lorsque le puits
est foré dans une formation stable, et restent ouverts. Cela permet à un boîtier sous-
dimensionné d’être installé. Si l’enveloppe est perforé juste en dessous du niveau minimum
de l'eau statique et près du fond ou au niveau des aquifères à chaud, une cellule de
convection est induite et le puits devient très isotherme entre les perforations (Figure
11.12). Surface d’eau froid et des formations instables près de la surface sont cimenté hors-
dessus d'un emballeur. Si un DHE est ensuite installé et la chaleur est extraite, une cellule
de convection est établi avec un débit à l'intérieur de l'enveloppe et jusqu'à l'espace
annulaire entre le paroi du puits et le tubage. La force motrice est la différance de densité
entre le liquide qui entoure le DHE et fluide dans l'espace annulaire.  Plus de chaleur
extraite, plus la vitesse du fluide est élevé. Les vitesses de 2 m / s ont été mesurés avec des
taux très élevés d'extraction de chaleur, mais, les vitesses sont d'habitude entre 0,04 et 0,4
m / s.

La deuxième méthode est utilisée lorsque une situation différente existe. En Nouvelle-
Zélande où les puits ne restent pas ouvert et plusieurs couches d'eau froide doit être intubé ,
un système utilisant un tuyau promoteur de convection a été développé (Figure 11,13). Le
tuyau convecteur est tout simplement un tube ouvert à ses deux sorties, en suspension dans
le dessus du puits au fond et au-dessous du niveau d'eau statique. Une autre conception
consiste à la conduite reposant sur le fond, et comportant des perforations au fond et au-
dessous du niveau d'eau statique. La DHE peut être installé soit dans le convecteur ou à
l'extérieur du convecteur; celle-ci est plus économique depuis que des petits tuyaux
convecteurs sont utilisés. (Freeston et Pan, 1983; Dunstall et Freeston, 1990).
Figure 1

Figure 11.12 La température en fction de Figure 11.13 tuyau promoteur de


la profondeur avec et sans boîtier convection avec DHE.

Les deux tests de laboratoire et de terrain indiquent que les vitesses de la cellule de
convection sont sensiblement les mêmes en sous-systèmes boîtier et dans les systèmes de
tuyauterie convecteur.
Les conditions optimales existent lorsque la résistance de frottement en raison des
surfaces mouillées (rayon hydraulique) est égale à deux jambes de la surface cellulaire et
DHE est maximisée, ce qui en résulte un transfert de chaleur maximum. Pour les modèles
utilisant le boîtier sous-DHE et à l'intérieur du convecteur, cela se produit lorsque le boîtier
ou convecteur est de 0,7 fois le diamètre du puits. Lorsque la DHE est extérieur, les
indications du convecteur, le convecteur devrait être de 0,5 fois le diamètre du puits. La
longueur totale U-tube diamètre DHE est 0,25 fois le diamètre du puits dans tous les
cas. La longueur partielle ou échangeurs multitubes auront de différents rapports (Allis,
1979; Allis et James, 1979).
Taux de convection maximum est obtenu lorsque le boîtier ou le tuyau convecteurs sont
isolés. Tuyaux non métalliques sont préférables.

11.4.4 Considérations sur la conception


Les échangeurs de chaleur de fond de trou extraient la chaleur par deux méthodes:
extraction de la chaleur de l'eau s'écoulant à travers le aquifère, et l'extraction de la chaleur
emmagasinée dans les roches entourant le puits.
Une fois que la DHE a extrait la chaleur et une cellule de convection est établi, une partie
de l'eau de convection pénètre à nouveau dans le puits de la nappe aquifère, la même
quantité de l’eau refroidi quitte le puits et pénètre dans l'aquifère.

Le rapport de convection de l'eau et l'eau nouvelle a été appeller le rapport de mélange


et se définit comme:
où:

Rm = rapport de mélange / ma = masse d’écoulement de l' eau neuve


mt = débit massique total de convection de l'eau.
Notez qu'un grand rapport de mélange indique une petite proportion d'eau dans la
nouvelle cellule de convection.
Les rapports de mélange varient considérablement entre les puits, même dans les
même aquifères et dépendent de la perméabilité. De plus la chaleur est extraite, le débit
massique dans la cellule de convection augmente, mais, le rapport de mélange semble
rester relativement constante avec une petite augmentation de quelque points, puis avec
autre chargement DHE. Cela est interprété comme la perméabilité, permettant au nouveau
fluide chaud d'entrer dans le puits ou, plus probablement, ce qui permet d’utiliser le fluide
froid à sombrer dans l'aquifère près du fond du puits

Le montant maximal théorique état stationnaire de la chaleur qui pourrait être extraite de
l'aquifère serait quand le rapport de mélange est égale à zéro. C'est, quand toute l'eau fait
un seul passage à travers la cellule de convection et le fond du puits. Les rapports de
mélange inférieur à 0,5 n'ont jamais été observées et habituellement d'environ 0,5 à 0,94. 

Le taux théorique maximal constant d'extraction de chaleur peut être estimé si la


conductivité hydraulique et le gradient hydraulique sont connus.

Si K est la conductivité hydraulique et de Dh / Dl est le gradient hydraulique, par la loi de


Darcy, la vitesse spécifique dans la nappe aquifère est donné par:
V = K Dh / dl.
Le flux de masse à travers une zone A, perpendiculaire au débit est :

v A d = K A d h/l

où d est la densité de l'eau. Le débit peut être trouvé par:

q = K A c d (To - Tl) h / dl


où:

A = section de puits dans l'aquifère ou une section perforée / d = densité de l'eau

c = chaleur spécifique / To = la temp de l'aquifère / Tl = temp de l'eau de retour à l'aquifère


En multipliant les ci-dessus par (1 - Rm), ou - 0,5 à 0,6, le résultats d’état DHE attendus
d'équilibre peut être déterminée.

Le facteur le plus important est K, elle peut varier de plusieurs ordres de grandeur selon
les fractures majeures sont recoupées, ou la boue de forage ou de débris sabots
partiellement l’aquifère. La variation entre les aquifères peut être encore plus grande.

Basé sur des essais de pompage à court terme afin de déterminer la conductivité
hydraulique et on estime que 1% gradient hydraulique, la vitesse spécifique dans le domaine
de Moana Reno est estimée de 1 à -3 m / y. L'aquifère à chaud est généralement rencontrée
dans des couches mixtes ou inter stratifiés de sable fin. Dans les Klamath Falls, la vitesse
spécifique est estimé à 20 à 150 m / jour, peut-être plus élevée dans des zones localisées.
Les valeurs de K dans sept puits dans Moana ont été estimées à 3,28 x 10-7 à 3,28x 10-4
m / s. Le K à Klamath Falls est estimée à au moins 4,9 m / s.Les différences d'un facteur de
100 ont été mesurées, et des puits dans Moana ont été abandonnés parce qu'ils ne
pouvaient pas fournir suffisamment de chaleur, même pour l'eau chaude sanitaire.

De nombreux puits DHE dans Moana sont pompés pour augmenter le débit d’eau
chaude dans le puits. Les taux de pompage à usage d'habitation est limitée à 1800 gal / jour
et la pompe est thermo-statiquement contrôlée. Le système est conçu pour mettre en
marche la pompe si la température du DHE descend en dessous du niveau prédéterminé,
habituellement d'environ 120 ° F. Cette méthode permet l'utilisation d'un puits qui ne
fournirait pas assez de chaleur en utilisant un seul DHE, mais minimise encore fluide pompé
et les coûts de pompage. Il est, toutefois limité à des températures au cours de laquelle une
solution économique submersible ou d'autres puits peuvent être utilisés.

Au moment où le terme « ratio » terme a été introduit, il semble être une hypothèse
logique, car tous les DHE connus depuis avaient (et ont encore plus) perforations, du moins
dans la zone aquifère chaude.. Le rapport de mélange est vraiment un terme pour un apport
d'énergie dans le puits. Bien que sans aucun doute les perforations aident, un solide puits
tubé avec un DHE fournira de la chaleur. La production d'énergie est alors limitée par la
conduction de la roche et le boîtier, ce qui permet l'énergie à l'écoulement dans le puits. Cela
a été expérimentalement vérifié avec un radiateur électrique au modèle de fond de puits, et
un tuyau de convecteur et DHE installé, une cellule de convection a été induite et un ratio de
mélange apparent de 0,954 a été calculé, semblable à ce qu'on pourrait attendre dans un
aquifère très faible perméabilité (Freeston et Pan, 1983).

Comme mentionné lors de la première de cette section, la deuxième méthode


d'utilisation d'une extraction de chaleur DHE est stocké dans l’encaissant.

En Klamath Falls, il a été vérifié expérimentalement que lorsque le puits est foré, il est
négligeable par écoulement convexe dans le puits de forage. Lorsque sous-tubage est
installé, une cellule de convection est mis en place, provoquant une circulation jusqu'à la
l'intérieur de l'enveloppe et à l'espace annulaire entre le boîtier et mur du puits. Quand un
DHE est installé et la chaleur est extraite, la cellule de convection inverse avec le débit à la
baisse dans le boîtier (autour de la DHE) et l’anneau Les DHEs sont principalement
utilisés dans l'eau des locaux et les applications de chauffage: foyers, les écoles, petits
commerces les, bâtiments et les serres, avec l’opération résultante intermittente. Lorsque le
système de chauffage n'est pas un appel de chaleur, et si une cellule de convection peut
exister, il fonctionne à stocker la chaleur dans les roches entourant le puits, surtout les
roches froides près de la surface qui serait normalement au gradient de température naturel
pour les paramètres régionaux. Le boîtier sous-dimensionné ou la convection promoteur agit
alors pour augmenter le stockage thermique.

Vous aimerez peut-être aussi