Vous êtes sur la page 1sur 3

Le Contrôle de gestion, le nouveau métier

des DSI

Dans un contexte lié à la recherche constante de croissance, au sein des


moyennes et grandes entreprises, le budget des DSI ne cesse d’augmenter.
C’est pourquoi il devient primordial pour une organisation d’avoir une
maîtrise de la dépense informatique et de la rentabilité de ses projets.

articles liés

• Gestion de trésorerie des entreprises : GCollect renforce son


partenariat avec AGICAP
• Plan France Relance : WALLIX Bastion, solution identifiée «
prioritaire » par le Gouvernement pour le financement de projets
cybersécurité
• LABELIUM, leader français de la performance digitale, acquiert
Arcane, la pépite Smart Data
• Cet été, pas de congés pour les fraudeurs !
• La Fintech Libeo rachète TrackPay

Le pilotage économique des directions des systèmes d’informations répond à une logique
d’optimisation de la création de valeur et contribue à la performance de l’entreprise. Ainsi
pour pouvoir répondre à ce défi, le métier de contrôleur de gestion a évolué pour s’adapter à
l’environnement des systèmes d’information et au nouvel enjeu de la maîtrise budgétaire.

Les missions du contrôle de gestion au sein de la DSI

Le budget SI représente entre 10% et 50 % du budget total de fonctionnement des entreprises


utilisant des outils informatiques. Ce lourd investissement suppose une consolidation du
budget qui passe par une meilleure connaissance de la nature des dépenses (ex : change/run
distinction entre les coûts liés à la construction du projet et les coûts liés à son
fonctionnement, interne/externe…) et de la structure des coûts (ex: CAPEX
investissement/OPEX charges d’exploitations) afin d’optimiser l’impact de la dépense
informatique sur les résultats financiers de l’entreprise.

Le contrôleur de gestion doit pouvoir encadrer de façon précise le périmètre informatique et


identifier les « coûts cachés » des « coûts visibles ». Il peut agir aussi comme un point de
référence pour un chef de projet, afin de suivre les coûts sur la durée de vie du projet et
pouvoir conseiller l’opérationnel sur son pilotage et ce, grâce aux différents indicateurs
(respect des prévisions, de la rentabilité, construction du budget, suivi du réalisé …).

Le contrôleur de gestion doit aussi pouvoir mettre en relief le retour sur les investissements
financiers des projets en rendant compte de la création de valeur par rapport au coût de
l’investissement. Les gains économiques et financiers (ex : la réduction future du nombre
d’ETP grâce au projet) pouvant être plus facilement interprétables pour une prise décision que
des gains qualitatifs (ex : data cleaning).

La mise en place d’une solution d’outils de contrôle de gestion adaptés aux organisations

L’utilisation d’outils informatiques adaptés à l’environnement de l’entreprise est nécessaire


pour suivre les coûts et au pilotage des budgets. La multitude de collaborateurs et des réalités
opérationnelles (ex : étalement des contrats sur plusieurs périodes et années différentes) lors
d’un projet peut rendre le suivi difficile pour la finance et pour le chef de projet. Beaucoup de
structures voient se multiplier les fichiers Excel de suivi et les macros qui deviennent vite
obsolètes avec l’évolution des besoins.

La solution informatique mise en place doit permettre de rapprocher la vision métier de la


vision comptable, d’éviter la multiplication des retraitements de données, de consolider
l’information et de la restituer. La solution doit permettre la création de reportings
compréhensibles et interprétables par l’ensemble des acteurs de la DSI mais aussi de ses
clients.

Cette solution doit intégrer divers outils informatiques permettant de faciliter l’allocation des
coûts aux entités concernées, mettre en place un time-tracking des activités (pilotage,
conception, homologation …), faciliter la refacturation des prestations à d’autres entités du
groupe, réaliser Le suivi des immobilisations, calculer automatiquement les provisions et
dotations et permettre la réduction du nombre des opérations diverses à chaque clôture
mensuel ou annuel, etc.

Enfin, Ces évolutions deviennent obligatoires dans le cadre du respect des normes et
réglementations internationales (IFRS, IAS, SOX) qui imposent aux groupes une fiabilité des
documents financiers.

La maîtrise de ces éléments permet un gain de temps considérable, une réduction de la charge
de travail pour les métiers, un meilleur suivi pour les opérationnels et une meilleure fiabilité
des données financière pour les entreprises.

Le contrôle de gestion SI est aujourd’hui devenu une activité incontournable pour les DSI
dans le pilotage d’activité et de projets pour la satisfaction de tous leurs collaborateurs
(métiers, dirigeants, chef de projet).

Rédacteur : Sofian Bouachiri, Consultant mc2i Groupe

Finyear & Chaineum


Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des
meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news
and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

----------------

Chaineum - Conseil haut de bilan & stratégie blockchain


Fondée en 2015, Chaineum est un cabinet de conseil en opérations de haut de bilan offrant
une expertise de premier plan en matière d’ICOs et STOs, avec une vision stratégique orientée
tant vers le métier de ses clients que sur la technologie blockchain. A ce titre, Chaineum a
participé à la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le secteur (ICO Charter, Security Token
Network).
Besançon - Paris + réseau international de partenaires.