Vous êtes sur la page 1sur 502

FRANÇAIS 3e secondaire

Cahier d’apprentissage
• Lecture et écriture
• Grammaire et activités
• Tableaux synthèses

Caroline Paquette
Anne-Marie Quesnel
Sophie Trudeau

Conforme à
la PROGRESSION des
apprentissages
FRANÇAIS 3e secondaire

Cahier d’apprentissage
• Lecture et écriture
• Grammaire et activités
• Tableaux synthèses

Caroline Paquette
Anne-Marie Quesnel
Sophie Trudeau
Accolades
Français, 3e secondaire Remerciements

Cahier d’apprentissage Pour leur collaboration à titre de consultants pédagogiques,


l’Éditeur tient à remercier les enseignants suivants :
Joanne Bouchard (C.S. des Trois-Lacs),
Caroline Paquette, Anne-Marie Quesnel, Sophie Trudeau Véronique Brodeur (Collège Durocher Saint-Lambert),
© 2016 TC Média Livres Inc. Nancy Gamache (C.S. de la Capitale),
Nathalie Latour (C.S. Marguerite-Bourgeoys),
Édition : Pascale Couture Claude Ménard (C.S. de Laval), et
Coordination : Caroline Brosseau et Julie Nadeau-Lavigne Claudia Savard (Collège Durocher Saint-Lambert).
Rédaction : Nathalie Fortin (modules Lexique et Orthographe),
Julie Nadeau-Lavigne (textes), Andrée Marcotte (stratégies
de lecture et d’écriture)
Révision linguistique : Ginette Duphily Sources iconographiques
Correction d’épreuves : Renée Bédard
Infographie : Marguerite Gouin et Danielle Dugal Page couverture : Garry Nichols / Illustration source
Couverture : Gisèle H (signature), Karina Dupuis (conception graphique) Getty : p. 1 (illustration ouverture, partie 1), p. 93
Impression : TC Imprimeries Transcontinental (illustration ouverture, partie 2), p. 309 (illustration
ouverture, partie 3)
IStock : p. 2 (gravure roi) ; p. 54 (volcan) ; p. 100 (couple
oiseaux exotiques) ; p.160 (orage) ; p. 174 (soir banlieue) ;
p. 181 (yogourt, fruits et granola) ; p. 194 (gravure chien) ;
p. 221 (plats de couleur) ; p. 240 (lunettes aviateur, carte
et crayon) ; p. 282 (gravure porc-épic) ; p. 289 (acrobate
cirque)
Shutterstock : toutes les autres photos
Illustrations
Christine Delezenne : p. 4 (garage de Léo Déziel) ;
p. 6 (forgeron)
François Thisdale : p. 9 (ziggourat) ; p. 11 (place du
marché) ; p. 84 (illustration libre du poème « Je gravis
une colline… » de Jacques Brault)
Jean-Luc Trudel : p. 15 (illustration libre du conte
« La nuit dans le cimetière ») ; p. 32 (roi) ; p. 35 (vignes et
château) ; p. 88 (illustration libre du poème « La chambre »
de Blanche Lamontagne-Beauregard)
Gabrielle Grimard : p. 18 (homme qui balaie) ; p. 20
(illustration libre de l’extrait de « Le Balayeur » d’Alfred
McLelland Burrage) ; p. 79 (illustration libre du poème
« Le tendre et dangereux visage de l’amour » de Jacques
Prévert)
Bernard Duchesne : p. 24 (Thim captif) ; p. 26 (cime de
la forêt et lune) ; p. 27 (Thirm poursuivi par les léziacs) ;
p. 78 (illustration libre du poème « L’automne » d’Alphonse
de Lamartine) ; p. 315 (détail de l’illustration de la page 78)
Mathilde Cinq-Mars : p. 37 (couple de pickpockets) ;
p. 85 (illustration libre du poème « La grand’mère » de
Gérard de Nerval)
Alain Reno : p. 40 (tribu amérindienne et lac) ; p. 42
(Niska sur la grève) ; p. 83 (illustration libre du poème
« Au coin de la rue… » de Louise Desjardins) ; p. 90
TOUS DROITS RÉSERVÉS. (illustration libre de la chanson « Lili » de Vincent
Toute reproduction du présent ouvrage, en totalité ou en partie, Vallières) ; p. 313 (détail de l’illustration de la page 40)
par tous les moyens présentement connus ou à être décou- Michel Rouleau : p. 61 (mouvement d’une balle de golf
verts, est interdite sans l’autorisation préalable de TC Média et d’une balle lisse dans l’air)
Livres Inc. Late Night Studio : p. 69 (anomalies de la vision et leur
Toute utilisation non expressément autorisée constitue une correction)
contrefaçon pouvant donner lieu à une poursuite en justice
contre l’individu ou l’établissement qui effectue la reproduction
non autorisée.

ISBN 978-2-7650-5221-0

Dépôt légal : 2e trimestre 2016


Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque et Archives Canada
Imprimé au Canada
2 3 4 5 6 ITIB 22 21 20 19 18
TABLE DES MATIÈRES
Présentation du cahier Accolades .............................................................................................. VI

PARTIE 1
LECTURE .............................................................................................................................. ......... 1

1 RACONTER .............................................................................................................................. ................................ 2


ATELIER 1 : L’univers narratif du conte ......................................................................................................... 2
ATELIER 2 : Les personnages .............................................................................................................................. .. 14
ATELIER 3 : Les actions .............................................................................................................................. ................. 32

2 EXPLIQUER .............................................................................................................................. ................................ 46


ATELIER 1 : Au cœur de l’explication ............................................................................................................ 46
ATELIER 2 : Des moyens pour comprendre et apprécier le texte explicatif ................... 60

3 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE ...................................................................... 78


ATELIER : L’univers poétique lyrique .............................................................................................................. 78

PARTIE 2
GRAMMAIRE, LEXIQUE ET ORTHOGRAPHE ..... 93

4 CLASSES DE MOTS .............................................................................................................................. ....... 94


Préalable – La notion de classe ........................................................................................................................... 94
Le nom .............................................................................................................................. ....................................................... 94
Le déterminant ............................................................................................................................... ................................ 98
L’adjectif .............................................................................................................................. ................................................... 100
Le pronom .............................................................................................................................. ............................................. 103
Le verbe .............................................................................................................................. .................................................... 106
L’adverbe .............................................................................................................................. ................................................. 109
La préposition .............................................................................................................................. .................................... 111
La conjonction .............................................................................................................................. ................................... 113

5 GROUPES DE MOTS .............................................................................................................................. .... 114


Préalables – L’organisation d’un groupe de mots ................................................................................ 114
Le groupe nominal .............................................................................................................................. ...................... 114
Le groupe adjectival .............................................................................................................................. ................... 116
Le groupe verbal .............................................................................................................................. ............................ 117
Le groupe adverbial .............................................................................................................................. ................... 119
Le groupe prépositionnel .............................................................................................................................. ..... 120

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TABLE DES MATIÈRES III


6 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS ........................................................ 122

Préalable – La notion de fonction ..................................................................................................................... 122


Une fonction dans le groupe nominal ................................................................................................ 122
• La fonction de complément du nom ...................................................................................................... 122
Quatre fonctions dans le groupe verbal ........................................................................................... 126
• La fonction d’attribut du sujet ...................................................................................................................... 126
• La fonction de complément direct du verbe ...................................................................................... 129
• La fonction de complément indirect du verbe ................................................................................. 134
• La fonction de modicateur du verbe ..................................................................................................... 140
Deux fonctions dans le groupe adjectival ........................................................................................ 143
• La fonction de modicateur de l’adjectif .............................................................................................. 143
• La fonction de complément de l’adjectif .............................................................................................. 144

7 ACCORDS .............................................................................................................................. .................................... 148


Préalable – Les notions de donneur et de receveur d’accord ..................................................... 148
L’accord du déterminant et de l’adjectif ............................................................................................ 148
L’accord du verbe ............................................................................................................................... ........................... 154
Préalables – Le participe passé .................................................................................................................... 158
• L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire être ...................................................... 160
• L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir .................................................... 164

8 CONJUGAISON .............................................................................................................................. ................... 170


Préalables – Les notions de radical et de terminaison ...................................................................... 170
– Le radical des verbes en -er .................................................................................................... 170
– Le radical des autres verbes .................................................................................................... 171
– La conjugaison des verbes impersonnels ...................................................................... 171
Le mode indicatif .............................................................................................................................. ............................ 172
• Le présent de l’indicatif .............................................................................................................................. ........ 172
• L’imparfait de l’indicatif .............................................................................................................................. ....... 175
• Le futur simple de l’indicatif ............................................................................................................................ 177
• Le conditionnel présent de l’indicatif........................................................................................................ 179
• Le passé simple de l’indicatif ......................................................................................................................... 181
Préalables – Les temps composés ..................................................................................................................... 184
La formation des temps composés de l’indicatif ...................................................................... 185
Le mode impératif .............................................................................................................................. ......................... 188
• Le présent de l’impératif .............................................................................................................................. ..... 188
• Le passé de l’impératif .............................................................................................................................. .......... 188
Le mode subjonctif .............................................................................................................................. ....................... 191
• Le présent du subjonctif .............................................................................................................................. ...... 191
• Le passé du subjonctif .............................................................................................................................. ........... 191

9 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION ................................ 194


Préalable – La notion de phrase ......................................................................................................................... 194
Les fonctions dans la phrase ........................................................................................................................ 195
• La fonction de sujet de phrase ..................................................................................................................... 195
• La fonction de prédicat de phrase ............................................................................................................. 198
• La fonction de complément de phrase .................................................................................................. 200
Le modèle de la phrase de base .................................................................................................................. 205
Les types de phrases .............................................................................................................................. ................. 206
• La phrase déclarative .............................................................................................................................. ............. 206
• La phrase exclamative .............................................................................................................................. ........... 206
• La phrase interrogative .............................................................................................................................. ......... 207
• La phrase impérative .............................................................................................................................. .............. 208

IV TABLE DES MATIÈRES Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Les formes de la phrase ............................................................................................................................... ...... 214
• La phrase de forme positive ou de forme négative ..................................................................... 214
• La phrase de forme active ou de forme passive ............................................................................. 218
• La phrase de forme neutre ou de forme emphatique ............................................................... 220
• La phrase de forme personnelle ou de forme impersonnelle .............................................. 222
Les phrases à construction particulière........................................................................................... 224
• La phrase à présentatif .............................................................................................................................. ......... 224
• La phrase innitive .............................................................................................................................. ................... 224
• La phrase non verbale .............................................................................................................................. ........... 224

10 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION ................................................... 226


La coordination et la juxtaposition .................................................................................................... 226
La subordination .............................................................................................................................. .......................... 233
Préalables – La notion de phrase subordonnée ..................................................................................... 233
Trois sortes de phrases subordonnées ............................................................................................ 234
• La phrase subordonnée circonstancielle ............................................................................................... 234
• La phrase subordonnée relative ................................................................................................................... 244
• La phrase subordonnée complétive .......................................................................................................... 253

11 GRAMMAIRE DU TEXTE ............................................................................................................... 262


La reprise de l’information .............................................................................................................................. . 262
Le discours rapporté .............................................................................................................................. ................... 266
L’organisation du texte .............................................................................................................................. ........... 272
Le système verbal ............................................................................................................................... .......................... 276

12 LEXIQUE .............................................................................................................................. ................................. 282


La formation des mots .............................................................................................................................. ............. 282
Les familles de mots .............................................................................................................................. ................... 285
Le sens propre et le sens guré ................................................................................................................... 287
Les synonymes .............................................................................................................................. ................................... 288
Les antonymes .............................................................................................................................. ................................... 290
Les emprunts et les anglicismes ................................................................................................................... 292
Les mots génériques et les mots spéciques ................................................................................ 294

13 ORTHOGRAPHE .............................................................................................................................. ........... 296


La majuscule .............................................................................................................................. ........................................ 296
Le trait d’union .............................................................................................................................. ................................ 297
Le son [é] à la n des verbes et des participes passés ........................................................ 299
Le féminin et le pluriel des noms et des adjectifs ................................................................... 302
Les mots homophones .............................................................................................................................. ............. 305

PARTIE 3
RÉFÉRENTIEL .................................................................................................................... 309

14 STRATÉGIES DE LECTURE ET D’ÉCRITURE ........................................................ 310

15 TABLEAUX SYNTHÈSES ................................................................................................................ 318

INDEX .............................................................................................................................. .......................................................... 334

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TABLE DES MATIÈRES V


LE CAHIER
Le cahier aborde l’essentiel des notions en lecture et en écriture,
en grammaire, en lexique et en orthographe prévues dans la Progression
des apprentissages. Il comprend des textes, des notions théoriques variées,
des activités, des stratégies et des tableaux synthèses. Le cahier est divisé
en trois parties.

1
LES MODES DE DISCOURS

LECTURE
Les trois modules de cette partie abordent trois modes de discours :
la narration, l’explication et la poésie.

Pour chaque mode de


Des textes modèles discours, des encadrés
favorisent l’apprentissage théoriques présentent
des notions à l’étude. les notions à l’étude.

Les rubriques Au l du texte


aident à mieux comprendre
certains mots ou expressions.

Chaque module
propose des
textes variés.

Des situations
d’écriture
complètent les
apprentissages.

Ce pictogramme
Des activités permettent de
indique des
travailler l’organisation des textes,
activités
la compréhension, l’interprétation,
interactives.
la justication et le jugement critique.

VI PRÉSENTATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 GRAMMAIRE, LEXIQUE ET ORTHOGRAPHE

LES RESSOURCES DE LA LANGUE


Les dix modules de cette partie servent à travailler les notions grammaticales,
lexicales et orthographiques prévues dans la Progression des apprentissages.

Les encadrés théoriques présentent


l’information de manière claire et concise.

Des activités variées et graduées suivent


les encadrés notionnels.

Les rubriques !
signalent des particularités.
Des activités « Erreurs à corriger »
permettent de s’exercer
à repérer des erreurs fréquentes
et à les corriger.

Des encadrés « Preuve


à l’appui » organisent
le raisonnement
grammatical.

3 RÉFÉRENTIEL
Les deux modules
de cette partie
contiennent des
stratégies de lecture
et d’écriture ainsi
que des tableaux
synthèses qui
permettent de
voir rapidement
les notions
grammaticales
abordées dans
le cahier Accolades.
Des activités « Synthèse »
complètent certains apprentissages.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. PRÉSENTATION VII


ABRÉVIATIONS ET SYMBOLES
Abréviations Symboles

Adj. adjectif C complément


Adv. adverbe C de P complément de phrase
Attr. attribut C du N complément du nom
Dét. déterminant CD du V complément direct du verbe
f. féminin CI du V complément indirect du verbe
m. masculin GAdj groupe adjectival
Modif. modicateur GAdv groupe adverbial
pers. personne grammaticale GInf groupe innitif
pl. pluriel GN groupe nominal
Prép. préposition GPart groupe participial
Pron. pronom GPrép groupe prépositionnel
s. singulier GV groupe verbal
Sub. subordonnée N nom
Sub. circ. subordonnée circonstancielle P phrase
Sub. compl. subordonnée complétive Pr de P prédicat de phrase
Sub. rel. subordonnée relative S de P sujet de phrase
V verbe
VAttr verbe attributif

Pictogrammes Constituants de la phrase de base


élément effacé Sujet de phrase
élément fautif Prédicat de phrase
Complément de phrase

Ce pictogramme indique que des activités interactives sont offertes


sur la plateforme i+ Interactif de Chenelière Éducation.

Note à propos des sources des textes ou extraits de textes


Les sources indiquées sous les textes ou extraits de textes ne sont pas présentées de façon
conventionnelle. Elles sont présentées selon le souhait des maisons d’édition qui autorisent
ces reproductions.

VIII PRÉSENTATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1

PARTIE
LECTURE
1 ATELIER 1
RACONTER
L’univers narratif du conte
L’histoire racontée dans un conte, une légende ou un roman se déroule dans
un monde inventé qu’on appelle l’univers narratif. Un univers narratif habilement
construit permet aux lecteurs de se représenter le monde dans lequel les personnages
évoluent, qu’il soit réaliste ou non. Vous le constaterez dans le conte suivant.

Le pays souterrain
TEXTE MODÈLE

Jadis, des enfants trouvèrent un grand trou. Les villageois viennent voir. Le trou semble
profond, sans fond. Personne n’ose s’y aventurer. Enn, un homme, Tsuatsua, amasse un tas
de cordages, les lie bout à bout, installe un treuil, se laisse glisser le long de la corde au profond
du trou. Le voyage dure trois jours et trois nuits. Tsuatsua parvient dans une ville morte,
terriblement calme. Finalement, il trouve une femme d’une quarantaine d’années. Elle dit :
— Tu viens d’en haut ? Comment as-tu fait ?
— Un trou, un treuil et des cordes. Mais pourquoi n’y a-t-il personne ici ?
— Il y avait du monde, mais les chats des montagnes les ont tous mangés. M’étant cachée
dans un coffre de pierre, j’ai eu la vie sauvée.
— Je vais les exterminer. Donne-moi du papier, de l’encre, un pinceau.
La femme lui apporte ce matériel. Tsuatsua, avec ardeur, peint des chats de toute taille sur
les papiers qu’il colle aux murs de la maison. Puis il entre avec la femme dans le sarcophage.
Les chats arrivent. Vacarme infernal, miaulements niyaoon. Alors, les chats peints bondissent
hors des papiers, attaquent et exterminent les chats des montagnes.
« Tu m’as sauvé la vie, dit la femme. Mercis sincères. Sois mon mari. »
Tsuatsua répond : « Je reviendrai une autre fois », remonte au village, va chez lui :
« Bonjour, je reviens de l’expédition dans le souterrain. »
Mais les gens ne le reconnaissent pas. Alors, du gynécée1 sort une vieille de quatre-vingts ans :
— Ah oui ! il y a trois cents ans, paraît-il, un certain Tsuatsua est parti dans le trou ! Allons
à la tombe.
— Comment ? Ma femme est morte ? Je pensais être resté dix jours là-dessous, et c’était trois
cents ans ! Pardon !
Et tout triste, Tsuatsua se met à arracher la mousse qui était sur la tombe.
« Eh ! tu m’arraches les cheveux ! » lui dit sa femme qui dormait à ses côtés. Ce n’était
qu’un rêve.
Muriel Bloch, 365 contes pour tous les âges, Éditions Gallimard jeunesse, 1995.

1. Endroit où vivent et travaillent des femmes.

2 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR
• L’univers narratif est le monde dans lequel les personnages d’une histoire
évoluent. Il comprend, entre autres, les lieux où se déroulent les événements et
l’époque à laquelle l’histoire se passe. Tout cela permet de faire voir le monde
dans lequel les personnages vivent, un monde inventé par l’auteur.
• Pour cerner l’univers narratif, on cherche, entre autres, des indices révélateurs
des lieux et de l’époque.
Élément de
Indices révélateurs
l’univers narratif

Lieux • Le nom des lieux


• Le milieu (ville, campagne, montagne, mer, etc.)
• Les aspects géographiques (climat, végétation, cours d’eau, etc.)
• Les habitations
• Le décor (meubles, éclairage, odeurs, ambiance, etc.)

Époque • Les dates et les événements historiques


• Les objets permettant de se situer dans le temps
(vêtements, moyens de transport, outils, etc.)

Remarques
1. Quand les lieux et l’époque ne sont pas donnés, on les déduit à l’aide d’indices
révélateurs.
2. Les indices révélateurs de l’univers narratif sont plus ou moins nombreux dans chaque
histoire. Certains univers narratifs sont longuement décrits, d’autres sont seulement
mentionnés.

• Dans un conte, l’univers narratif est souvent imprécis. Cela permet à l’auteur
de déployer un univers merveilleux, qui contient de nombreux éléments
surnaturels.

Dans le texte modèle, les lieux sont vagues. Le conte se déroule dans un
village et dans une ville souterraine. L’auteur mentionne un lieu souterrain,
le sarcophage de pierre, le gynécée et la tombe, mais aucun de ces lieux n’est
décrit et on ne peut pas se représenter le pays souterrain de manière logique.
En lisant un conte, on accepte d’entrer dans un univers narratif irréaliste.
L’époque de ce conte n’est pas non plus située de manière précise. On sait
seulement que l’histoire s’est passée « jadis », dans un passé lointain. Le
temps s’y déroule selon des règles différentes : une descente dans un trou
peut durer trois jours et trois nuits, un séjour dans un lieu souterrain,
trois cents ans.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS NARRATIF DU CONTE 3


Dans Comme une odeur de muscles, le conteur Fred Pellerin trace le portrait
de son village, Saint-Élie-de-Caxton, et de quelques personnages qui y habitent.
« Chose sûre, nous dit-il, pour se rendre dans notre coin, le plus court chemin, ça
demeure l’agrandissement. On habite tout près de la légende. » Lisez cet extrait
de son récit, répondez aux questions de la rubrique Au l du texte, puis explorez
l’univers narratif fantaisiste imaginé par l’auteur.

Le chemin des loisirs


TEXTE

Pour quelqu’un qui veut tourner à tout prix à la première intersection sur
la rue Principale, la seule option raisonnable est à main droite. De l’autre côté,
ça fonce directement dans la vitrine de la Caisse populaire. En adeptes des
tournants, moi et ma grand-mère, on s’engageait sur le chemin des Loisirs.
5 Le premier bâtiment qu’on ne pouvait pas manquer, c’était celui du Garage de
Léo Déziel. Une mécanique générale et automobile. De troisième génération.
Par transmission. Parce qu’il y eut Lorenzo, inventeur simultané d’une version
du snowmobile de Bombardier. Ensuite son ls Léo, violoneux. Puis ses ls André
et Louis, ratoureux.
!
10 Ma grand-mère disait que le garage avait ouvert ses portes au bon moment.
Au besoin,
référez-vous La famille Déziel airait l’affaire et répondait à une demande. Outre les
aux stratégies propriétaires des quatre automobiles à réparer, la grande majorité des gars
de lecture aux
du village, même les plus dépouillés de l’engin 1 , fréquentaient les lieux pour
pages 310 à
315. placoter. Un repaire. En dehors des heures. Comme une cache de couche-tard.
15 Achalandée avec plaisir. Jusqu’à prétexter des alibis de changements d’huile
pour se permettre de s’amuser plus longtemps. Des nuitées en longueur. Sur des
chaises droites. Jusqu’à parler croche. Et s’il fut souventes fois mentionné que les
rencontres d’hommes nissent toujours par aboutir à des veillées de dames, les
gens de par chez nous ne rent pas honte à la règle. Ça jouait aux dames. Tous
20 les faux problèmes de machinerie, une fois passé la porte, se transposaient en
tactiques de mangeage de pitons. Et en tic-tac d’horloge. La seule façon d’égrener
les cauchemars de ces noirceurs sans lune.

4 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À mesure que les alentours découvraient l’attrait clandestin du Garage Léo
Déziel, on multipliait les damiers. Pour accommoder le nombre. Ça retontissait à
25 la brunante 2 . Une le indienne qui s’allongeait de soir en soir. L’afuence.
Bientôt, pour satisfaire les joueurs et moins jeunes, on mit sur pied
un événement d’envergure planétaire. Le tournoi international de dames
francophones internationales de dames francophones de Saint-Élie-de-Caxton.
Le TIDFIDFSEDC. Un succès annuel. Au programme du dernier samedi de
30 chaque novembre. À attirer des compatriotes de partout au Canada environnant.
Des gens dont on ne connaissait ni la parenté ni le voisinage. Les inscriptions
déboulaient 3 avec pour seul critère que la bouche sonne française. Retentissant.
Rendu qu’on devait condamner la fosse des changements d’huile pour
s’augmenter l’espace. Et ça fumait de nervosité dans des joutes hirsutes 4 .
35 Cette fois-là, on en était à la quatrième édition du tournoi. Quatrième année
consécutive. Une édition prometteuse. Un trente et un novembre. Date rare.
Parce qu’en cet an de grâce, le trente tombait le vendredi. On n’avait eu d’autre
choix que de rajouter un jour au mois de novembre pour s’en organiser le dernier
samedi. Du bissextile volontaire pour une grande occasion. Et du monde à perte
40 de vue. De la fumée à rien y voir. En plein cœur de nuit. Les matchs à carreaux
envahis de rondelles rouges et noires. À vol d’oiseau, comme des surplus de
coccinelles sur des moustiquaires éventrés.
Vers trois heures du matin, on se retrouva au bout de l’entonnoir des
éliminations. En nale du A. Deux gars de la place. À qui on avait installé, sur
45 les genoux respectifs, le damier verni-trois-couches lustré. Comme un miroir.
Pour le face-à-face. Les nalistes étaient accotés latéralement au mur de blocs de
ciment sur lequel, pour le coup d’œil, Léo Déziel avait suspendu une peau d’ours
noir. Accrochée par les pattes d’en arrière. La tête en bas. Les yeux exorbitants 5 .
Comme une face d’ours surpris. Un regard saisi dans un moment où il avait vu
50 quelque chose. Les allures d’une peau qui avait fait le saut avant de mourir.
Écarquillée. […]
Le jeu penchait clairement du côté d’Ésimésac Gélinas. Ne survivaient
maintenant que quelques petits points rouges hésitant au milieu de la aque
sombre. Comme un îlot perdu de tristes naufragés.

AU FIL DU TEXTE

1 Expliquez ce que veut dire dépouillé de l’engin.


2 Que signie retontir à la brunante ?
3 Remplacez le verbe déboulaient.
4 Donnez un synonyme du mot hirsute.
5 Quel est le vrai sens du mot exorbitant?
Quel mot signie « hors des orbites » ?

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS NARRATIF DU CONTE 5


55 On sentait la n proche. Le forgeron s’était fait dévorer
vif. Aussi, avant de rendre les armes 6 , il fut pris d’une
montée dramatique d’adrénaline. Une bouffée d’instinct
de survie lui monta à la tête. Une pompée d’air qui
lui secoua les intérieurs. Il perdit contact avec la
60 réalité. L’espace d’un clin d’œil. Le temps d’un
mouvement. D’un geste inconscient, il saisit une
de ses munitions 7 et osa l’impensable. L’assistance
s’estomaqua. À n’en rien croire. Le forgeron en phase
terminale devant l’adversaire. Il se hasardait au-delà
65 des principes. Il mangeait par en arrière.
(Un précédent. À Saint-Élie-de-Caxton, on ne mange pas par en arrière.
Du domaine de la tolérance zéro. Et depuis les débuts. Du tabou. Juste
d’en parler, ça donne l’impression de mordiller dans une boule de papier
d’aluminium. À gorziller 1 de l’échine. La tradition du jeu est une coutume
70 implantée et l’unanimité ne lésine pas autour de ce règlement qui nous interdit
de damer à reculons. Hormis dans le cas des cochons, il en va de soi. Ne
pas manger à reculons. C’est une convention tacite qui date des premières
générations de colons. Entre nous, on se reconnaît. Touristiquement parlant, on
en fait mention. Ainsi, tout le monde sait qu’il est possible de venir relaxer son
75 séjour au village et de pratiquer des jeux de société à l’intérieur de nos frontières.
Toutefois, les avertis s’abstiennent de manger par en arrière au su des habitants
de la place. La chose est claire et très mal vue. Et ça empêche les dérapages
compulsifs qui risqueraient de s’ensuivre. Voilà.)
Fred Pellerin, Comme une odeur de muscles, Planète rebelle, 2005, p. 57 à 59, 61 et 62.

1. Avoir des frissons.

AU FIL DU TEXTE

6 Donnez un synonyme de l’expression rendre les armes.


7 Par quel mot pouvez-vous remplacer munitions?

1 Analysez l’univers narratif de Fred Pellerin à travers l’époque où se déroule l’histoire.


a) Entre les lignes 1 et 9, notez l’indice qui permet de déduire à quelle époque
le récit a lieu.
L’invention d’une motoneige en même temps que celle de Joseph-Armand
Bombardier a lieu avant le début du récit.

b) Quel personnage de la famille Déziel est concerné par cet indice ?


Lorenzo Déziel.

6 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 À la ligne 10, la grand-mère déclare que le garage a ouvert ses portes « au bon
moment ».
a) Décrivez dans vos mots ce « bon moment ».
L’époque où les gens commençaient à posséder une voiture et avaient donc
besoin de la faire réparer.

b) Dans le texte, surlignez le passage qui vous a permis de répondre à la question a.

3 a) Depuis quand joue-t-on aux dames à Saint-Élie-de-Caxton ?


Depuis les premières générations de colons.

b) Quel indice du texte le prouve ?


La « convention tacite » interdisant de « damer à reculons » depuis « les
premières générations de colons » signie que les premiers colons jouaient
déjà aux dames.
4 a) En quoi la date de la quatrième édition du TIDFIDFSEDC est-elle rare ?
C’est un 31 novembre, une date qui n’existe pas.

b) Pourquoi les habitants du village ont-ils choisi cette date ?


Parce que cette année-là, le 30 novembre tombait un vendredi, donc les
gens ont décidé d’ajouter un jour pour obtenir un dernier samedi.

c) Quelle solution auraient trouvée les organisateurs du tournoi dans un monde


plus réaliste ?
Ils auraient placé le tournoi le samedi de la semaine d’avant.

d) Que signie du bissextile volontaire ?


La décision de créer une année de 366 jours.

5 Explorez les lieux où prend place l’histoire. Que sait-on de Saint-Élie-de-Caxton


dans ce conte ?
a) Nommez deux de ses rues.
La rue Principale et le chemin des Loisirs.

b) Nommez deux bâtiments dont on connaît l’emplacement.


Le Garage de Léo Déziel et la Caisse populaire.

6 a) L’établissement de Léo Déziel avait-il au départ beaucoup de clients véritables ?


Pourquoi ?
Non, parce que le village comptait seulement quatre voitures à réparer.

b) Pour quelle autre raison les gens ont-ils commencé à fréquenter cet endroit ?
Pour placoter.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS NARRATIF DU CONTE 7


c) Entre les lignes 10 et 25, relevez trois mots ou expressions indiquant que
la mécanique n’était qu’une excuse pour venir au garage.
Réponses possibles.
Prétexter, alibis, faux problèmes (de machinerie), clandestin.

d) Quel est le rôle du Garage de Léo Déziel dans la création du TIDFIDFSEDC ?


Les gens qui venaient au garage pour parler ont commencé à jouer aux
dames. Comme les participants étaient de plus en plus nombreux, on a créé
un tournoi.
e) Comment a évolué la fréquentation du Garage de Léo Déziel avec le temps ?
Donnez les quatre étapes de cette évolution.
Elle s’est accrue : au départ, le garage avait peu de clients, puis les gens sont
venus placoter, ils ont commencé à jouer aux dames et une afuence est
venue de partout grâce au tournoi.

7 Prêtez attention à la façon dont le conteur s’amuse avec les mots. Quel lien sonore
existe-t-il entre les « tactiques de mangeage de pitons » et les « tic-tac d’horloge » ?
Tactique et tic-tac sont une inversion de sons.

8 L’acronyme TIDFIDFSEDC vous paraît-il réaliste ? Pourquoi ?


Non, c’est un acronyme beaucoup trop long, on ne peut pas le prononcer.

9 On constate, entre les lignes 63 et 78, que le règlement interdisant de damer à


reculons prend de grandes proportions.
a) Relevez une phrase qui donne un indice sur la réaction des habitants si on
enfreint le règlement.
« Du domaine de la tolérance zéro. »

b) Relevez une phrase montrant que ce règlement unit la communauté.


« Entre nous, on se reconnaît. »

c) Pourquoi le conteur imagine-t-il que ce règlement est même connu des touristes ?
Pour en accroître davantage l’importance.

d) Quel mot emploie-t-il à cette occasion pour montrer que le village est un
territoire particulier ?
Frontières.

10 Dans l’univers narratif de ce conte, l’époque et les lieux se composent d’un mélange
d’éléments divers. Comment peut-on qualier ces éléments? Cochez les bonnes
réponses.
Anachroniques 3 Fantaisistes Futuristes
3 Évoquant un passé lointain 3 Réalistes Répétitifs

8 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Dans un roman, particulièrement dans un roman historique, l’univers narratif se
déploie au l des descriptions. Vous le constaterez en lisant l’extrait du Talisman de
Nergal ci-dessous. Au cours de cet extrait, Manaïl, un adolescent qui a tenté de
voler une poignée de gues au marché, se cache pour échapper à ses poursuivants.

Le talisman de Nergal
TEXTE

Manaïl inspira profondément pour reprendre son soufe et se tâta la tempe.


Quelques gouttes de sang perlaient sur ses doigts. Il t une moue dépitée 1 ,
s’appuya contre le mur et ferma les yeux. Sans prévenir, de grosses larmes
roulèrent sur ses joues, traçant au passage un sillon humide dans la crasse.
5 Chaque fois qu’on le malmenait ainsi, le souvenir d’un passé encore récent,
rempli de tendresse et de confort, lui revenait malgré lui. Il n’avait que dix ans
lorsque sa vie avait basculé sans avertissement. Le jour fatidique 2 , survenu
quatre ans plus tôt, était encore frais dans sa mémoire. Shamash, le dieu Soleil,
s’était couché. Manaïl, sa grande sœur Inna, sa mère et son père avaient terminé
10 le repas du soir. Architecte respecté, le père du garçon construisait les maisons
les plus splendides de Babylone. Comme il était honnête et qu’il travaillait dur,
ses services étaient très demandés. La famille habitait une agréable demeure à
deux étages en brique cuite dans un quartier tranquille de la cité, sur la rive est
de l’Euphrate, qui traversait la ville. Dans la cour intérieure de la maison, la mère
15 de Manaïl avait aménagé un joli jardin rempli d’arbres et de eurs, où il faisait
bon et frais lorsque Sîn, le dieu Lune, remplaçait Shamash dans le ciel.
De là, loin des marchands et des odeurs, on avait une belle vue sur
le euve enjambé par un pont. Sur l’autre rive, on pouvait apercevoir,
derrière la grande muraille qui entourait l’ancienne ville, la majestueuse
20 ziggourat1 Etemenanki dont le dernier des sept étages donnait
l’impression de toucher les cieux. À son sommet se trouvait un petit
temple auquel on accédait par des escaliers extérieurs et où vivait
Mardouk, le dieu protecteur de la ville. Tout près s’élevaient le
grand temple de Mardouk et le palais royal. Dans l’enceinte du
25 palais, les fabuleux jardins suspendus, qui faisaient la erté
de Babylone avec leurs terrasses couvertes de plantes rapportées
de partout dans le monde, formaient une magnique montagne
de verdure et de couleurs.
1. Édice à étages construit pour vénérer les dieux.

AU FIL DU TEXTE

1 Expliquez ce qu’est une moue dépitée.


2 À partir de quel nom l’adjectif fatidique est-il formé ?

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS NARRATIF DU CONTE 9


En quelques instants, le bonheur idyllique 3 de la famille de Manaïl avait
30 été fracassé. Tout s’était passé très vite. Alors que son père était en train de lui
apprendre à compter, comme il le faisait souvent, les soldats du roi Nabonidus
avaient fait irruption dans la maison. Le fonctionnaire qui les accompagnait
avait ordonné à son père de le suivre. Les soldats l’avaient fermement empoigné
par les bras et l’avaient traîné comme un vulgaire criminel hors de la maison.
35 Au matin, la mère de Manaïl était allée se renseigner. Elle était revenue du
palais royal quelques heures plus tard, le visage ravagé par le désespoir. À
cause d’ouvriers négligents, une maison que son mari avait construite quelques
semaines auparavant pour un riche marchand s’était effondrée, tuant sur le coup
le maître des lieux, sa lle unique et une de ses esclaves. Comme le voulait la
40 loi de Babylone, le père de Manaïl en était tenu responsable. Le Code du roi
Hammourabi, édicté plus de mille ans plus tôt, était intraitable 4 : Si un architecte
a construit pour un autre une maison, et n’a pas rendu solide son œuvre, si la maison
construite s’est écroulée, et a tué le maître de la maison, cet architecte est passible
de mort. Si c’est l’enfant du maître de la maison qu’il a tué, on tuera l’enfant de cet
45 architecte. Si c’est l’esclave du maître de la maison qu’il a tué, il donnera esclave pour
esclave au maître de la maison.
Quelques jours plus tard, le jugement avait été rendu. Pour compenser la
mort de l’homme et de sa lle, le père et la sœur de Manaïl avaient été exécutés
sur la place publique. Sa mère avait été donnée à la veuve pour remplacer
50 l’esclave perdue. Aussitôt après, elle fut revendue à un marchand égyptien et
emmenée très loin. Manaïl ne l’avait plus revue. La maison familiale fut saisie et
vendue. En quelques jours, l’enfant heureux et comblé était devenu un orphelin
de dix ans miséreux, affamé et malheureux.
Quatre ans plus tard, Manaïl errait toujours dans les rues de Babylone, seul
55 au monde, rejeté de tous. Il était devenu dur et amer 5 . Personne ne l’aimait et,
en conséquence, il en était venu à n’aimer personne. Chaque jour, il devait user
de ruse pour survivre, employant tous les moyens à sa disposition, mendiant
et volant sans arrière-pensée. Depuis longtemps, il avait perdu tout scrupule.
Lorsque le temps ne permettait pas de dormir à la belle étoile, il s’abritait là où il
60 le pouvait. Il portait une vieille tunique crasseuse qu’il avait volée voilà presque
deux ans et qui était devenue trop petite. Ses cheveux noirs n’avaient pas été
coupés ou peignés depuis longtemps et étaient aussi emmêlés que sales. Son
visage, ses mains et ses pieds étaient couverts de saleté et de poussière. Par-
dessus tout cela, il était inrme. Pas beaucoup. Juste un tout petit peu. Mais les
65 Babyloniens se méaient des gens difformes encore plus que des voleurs.

AU FIL DU TEXTE

3 Donnez un synonyme de l’adjectif idyllique.


4 Une loi intraitable est-elle inexible ou exagérée ?
5 Comment peut-on décrire une personne amère ?

10 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Pourtant, l’Empire commerçait avec de nombreux peuples. Ses habitants
étaient habitués à croiser des gens aux traits, au teint ou aux vêtements différents
des leurs. Manaïl avait souvent vu, sur la place du marché, des Égyptiens au
visage maquillé, à la peau et aux cheveux huilés. Une fois, il avait même aperçu
70 un groupe de marchands venant du lointain euve Indus, dont on disait qu’il se
jetait dans un grand océan. Ces hommes avaient la peau sombre, une épaisse
moustache, et portaient des vêtements aux couleurs vives et un étrange couvre-
chef 6 de tissu enroulé. Au marché, des voyageurs racontaient parfois que très
loin vers l’est, dans une contrée que l’on ne pouvait atteindre qu’en suivant
75 pendant des années la route de la soie, vivaient des hommes à la peau jaune et
aux yeux bridés. On disait aussi que, dans les royaumes de Nubie et de Coush,
au sud de la Terre des grandes pyramides, habitaient des hommes et des femmes
à la peau noire. Tous ces gens étaient différents, mais acceptés, alors que Manaïl,
lui, était considéré comme une bête curieuse. Il faisait peur.

80 Manaïl rouvrit les yeux et les essuya rageusement. Il détestait pleurer.


Lorsque cela lui arrivait, il se sentait faible et vulnérable 7 . Pour survivre, il
devait rester fort. Son regard s’attarda sur sa main gauche. Au fond, elle était
la cause de tous ses malheurs. Il examina pour la millionième fois les nes
membranes qui liaient ses doigts jusqu’aux phalanges. Sa main avait l’apparence
85 des pieds palmés des oiseaux aquatiques.
Il maudit intérieurement la vie qui l’avait fait ainsi et ferma les poings si fort
qu’ils en tremblèrent.
Hervé Gagnon, Le talisman de Nergal, tome 1. L’élu de Babylone, Éditions Hurtubise, 2008, p. 10 à 15.

AU FIL DU TEXTE

6 Où se porte un couvre-chef ?
7 Donnez un synonyme de l’adjectif vulnérable.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS NARRATIF DU CONTE 11


1 À partir de vos connaissances ou d’une courte recherche, répondez aux questions
suivantes concernant l’époque où se déroule le récit.
a) Babylone est-elle une ville antique ou actuelle ? C’est une ville antique.

b) Dans quelle région se trouve Babylone ? En Mésopotamie.

c) Dans quel pays d’aujourd’hui la situez-vous ? En Irak.

d) À partir de l’indice fourni par le Code d’Hammourabi, quand se déroule


approximativement l’histoire de Manaïl ?
Environ 800 ans avant notre ère.

2 a) Décrivez, au moyen de trois éléments, une maison aisée de la ville de Babylone.


• Elle possède deux étages.

• Elle est en brique cuite.

• On trouve un jardin dans sa cour intérieure.

b) Qu’est-ce que la loi de Babylone nous apprend sur la solidité de telles maisons ?
Elles étaient parfois mal construites et peu solides, risquant de s’écrouler sur
leur propriétaire.

3 Quelques lieux importants se démarquent dans le paysage babylonien.


a) Pourquoi la ziggourat Etemenanki donne-t-elle l’impression de toucher les cieux ?
Parce qu’elle est si haute par rapport au reste de la ville qu’elle tranche sur
les autres installations et paraît se rapprocher du ciel.

b) Quel élément de protection possède l’ancienne ville où elle se situe ?


Une muraille.

c) Nommez deux autres bâtiments importants de Babylone.


Le grand temple de Mardouk et le palais royal.

d) À quels aspects de la société pouvez-vous rattacher ces bâtiments ?


• La religion. • Le pouvoir.

4 Les habitants de cette ville entretiennent des liens avec d’autres peuples.
a) Repérez un indice qui nous montre ces liens :
• entre les lignes 21 et 28 : Les terrasses sont couvertes de plantes rapportées
de partout dans le monde.
• entre les lignes 66 et 79 : Des commerçants de divers peuples viennent au
marché.

12 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


b) À cause de l’époque, les distances prennent une grande importance. Surlignez le
passage qui le montre entre les lignes 66 et 79.

c) À quel peuple associez-vous les hommes qui vivent loin à l’est, au bout de la
route de la soie (lignes 73 à 76) ?
Les Chinois.

5 Tout au long de l’extrait, certains indices conrment que l’histoire se passe à une
époque différente de la nôtre. Observez d’abord le fonctionnement de la société et
du système judiciaire.
a) Les autorités informent-elles tout de suite les parents de Manaïl des motifs de
l’arrestation ? Expliquez votre réponse.
Au départ, non. Le père est arrêté chez lui comme un criminel, sans
explication, et la mère doit aller elle-même se renseigner au palais le
lendemain.
b) Où a lieu la sanction du père de Manaïl et de sa sœur ?
Sur la place publique.

c) Tous les gens à cette époque sont-ils libres ? Donnez un exemple qui le prouve.
Non, certains sont des esclaves. Après la sanction, la mère de Manaïl est
donnée à la veuve pour remplacer l’esclave perdue. Elle devient alors esclave
et peut être vendue.
d) La mise à mort d’un homme fautif ou de son enfant est-elle, à votre avis, une
réparation utile ? Pourquoi ?
Exemple de réponse.
Non, cette exécution n’apporte rien aux gens lésés et n’atténue ni leur perte
ni leur tristesse.

6 Le système en place n’a pas pour vocation de protéger les enfants. Après la sanction,
qu’arrive-t-il à Manaïl ? Décrivez son sort en répondant aux questions suivantes.
a) Où vit-il ? Dans la rue.

b) Où dort-il ? Dehors, à la belle étoile, ou bien il trouve un abri quand il ne fait


pas beau.
c) Comment s’y prend-il pour manger ? Il vole ou il mendie.

d) Comment parvient-il à se vêtir ? Il vole parfois des vêtements (il a volé une
tunique il y a deux ans).
e) Qui s’occupe de lui ? Personne.

f) Quel mot entre les lignes 54 et 65 résume son existence ? Survivre.

… ÉCRIRE
7 Sur une feuille, décrivez ce que fera Manaïl pour échapper à ses poursuivants.
Intégrez à votre récit au moins deux éléments historiques tirés du texte (bâtiments,
lois, etc.).

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS NARRATIF DU CONTE 13


ATELIER 2

Les personnages
Les personnages sont des créatures inventées qui n’existent pas dans la vraie vie.
Les auteurs dévoilent leurs personnages au l des pages en donnant des
renseignements variés à leur sujet et en indiquant les liens qui les unissent.

Le conte ci-dessous présente quatre personnages qui interagissent tout au long de


l’histoire. Lisez tout d’abord l’extrait une première fois. Relisez-le ensuite en tenant
compte des informations données dans la colonne de gauche.

Caractéristiques
La nuit dans le cimetière
TEXTE MODÈLE

du soldat

Il était une fois un riche paysan qui ne pensait qu’à accumuler les
biens, sans se préoccuper de ceux qui étaient pauvres. Un jour, comme il
contemplait son coffre-fort, on frappa à sa porte. C’était un de ses voisins,
un homme très pauvre, qui avait beaucoup d’enfants à nourrir.
— Mes enfants ont faim, dit le pauvre paysan. Je viens vous prier de
me prêter quatre mesures de blé.
Un rayon de soleil réchauffa le cœur de glace du riche paysan, ou bien,
peut-être eut-il un pressentiment. Toujours est-il qu’il répondit :
— Je ne vais pas te prêter quatre mesures de blé. Je vais t’en donner
huit. Mais je veux que tu me promettes que, lorsque je serai mort, tu
veilleras pendant trois nuits auprès de ma tombe.
Cette condition ne séduisait pas le pauvre paysan, mais il accepta et
rentra chez lui avec le blé.
Trois jours plus tard, le riche mourut et le pauvre dut tenir sa
promesse. À la tombée de la nuit, il alla dans le cimetière et s’assit près de
la tombe. Les heures s’écoulèrent lentement. Au matin, il rentra chez lui.
La deuxième nuit se passa aussi calmement que la première. Quand, pour
la troisième fois, il se rendit au cimetière, il eut la surprise d’y rencontrer
Sexe [un homme] [au visage marqué de cicatrices, le corps enveloppé d’un
Visage (cicatrices) grand manteau qui ne laissait voir que ses bottes].
Habillement (grand
manteau et bottes)
— Que faites-vous là ? demanda le paysan. N’avez-vous pas peur, tout
seul dans ce cimetière ?
Âgé — Je suis un [vieux] [soldat], répondit l’inconnu. Je veux passer la nuit
Métier ici, [car je ne sais où aller].
Sans domicile
— [Puisque vous n’avez pas peur], dit le paysan, vous allez m’aider à
Trait de caractère
(intrépide)
monter la garde près de cette tombe.
Trait de caractère — [Monter la garde, [c’est un travail de soldat], répondit l’autre.]
(serviable envers
un inconnu) Et ils s’installèrent tous les deux près de la tombe. Jusqu’à minuit,
Métier (dicte son tout fut calme. Mais, quand sonnèrent les douze coups, le diable apparut
comportement) devant les deux gardiens.

14 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


— Allez-vous-en, cria-t-il. Je viens chercher celui qui est dans cette
tombe. Si vous restez là, je vous emporte aussi !
Métier (dicte son — [Vous n’êtes pas un ofcier, je n’ai pas à vous obéir], répondit le
comportement) soldat. [Nous ne bougerons pas d’ici.]
Comportement
(fermeté) Le diable se dit : « Avec de l’or, je vais venir à bout de ces deux
nigauds. » Et il leur demanda aimablement :
— Pour une bourse d’or, vous accepteriez de partir ?
Talent de négociation — [C’est à voir, dit le soldat. Mais une bourse, ce n’est pas assez.
Remplis d’or une de mes bottes et nous partirons.]
— Je vais en chercher ! s’écria le diable.
Accessoire (couteau) Et il partit comme le vent. Le soldat retira une de ses bottes, et, [avec
Habileté manuelle son couteau], [en découpa la semelle. Puis il pose la botte dans l’herbe,
près de la tombe, le talon au-dessus d’une fosse à demi creusée]. Et ils
attendirent. Peu de temps après, le diable était de retour, une bourse d’or
à la main.
Trait de caractère — [Verse-la dans ma botte, dit le soldat, mais je suis sûr qu’il n’y en
(inventivité) aura pas assez.
Le diable versa la bourse ; l’or coula dans la botte et tomba dans la fosse.]
Comportement — Je te l’avais bien dit, [ricana] le soldat. [Va en chercher d’autres.]
(mépris envers un
personnage effrayant) Le diable s’en alla et revint au bout d’un moment, un grand sac sous
Trait de caractère le bras. L’or coula dans la botte et tomba dans la fosse. Le soldat plongea
(autoritaire) la main dans la botte. Le diable fut bien obligé de reconnaître qu’elle était
vide.
Talent de négociation — [Si tu ne nous en donnes pas davantage, nous ne ferons pas affaire,
dit le soldat.]
Le diable partit de nouveau. Quand il revint, il marchait difcilement,
le dos courbé sous un énorme sac. Il en versa le contenu dans la botte
qui resta aussi vide qu’auparavant. Cette fois, le diable se mit en colère
et voulut examiner de plus près cette botte. Au même instant, le premier
rayon de soleil levant parut. Furieux mais impuissant, le diable disparut.
Le mort était sauvé.
Trait de caractère
(générosité)
Le paysan voulut partager l’or avec son compagnon mais celui-ci lui dit :
Sans domicile — [Partageons plutôt avec les pauvres. Nous leur donnerons ma part.]
Trait de caractère [Comme je n’ai pas de maison], je vais venir habiter chez toi et [ta part
(simplicité et nous sufra pour vivre heureux].
valorisation du
bonheur)
Adapté du conte de Grimm, Mille ans de contes, tome 2, Éditions Milan, 2007, p. 409 à 412.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 15


À RETENIR
• Quand on s’intéresse à un personnage, on se demande quelles sont ses
caractéristiques et on se questionne sur les relations qu’il entretient avec les
autres personnages.
• Les caractéristiques des personnages sont variées. Toutefois, dans un conte,
les personnages sont rarement complexes. C’est pourquoi leurs caractéristiques
se résument en général à quelques traits essentiels.

Catégorie de
Caractéristiques
caractéristiques

État civil Nom, prénom, surnom, âge, sexe, nationalité, situation de


famille (célibataire, marié, séparé, veuf, orphelin), etc.
Portrait Impression générale, traits et particularités du visage et du
physique corps, attitude, posture, démarche, vêtements, parures, etc.
Portrait Impression générale, traits de caractère, comportement,
psychologique manières, habitudes, préférences, désirs, passions, valeurs,
etc.
Contexte social Occupation, milieu de vie, milieu familial, scolarité, etc.
Dispositions Talents, dons, pouvoirs, etc.
particulières
Remarques
1. Les personnages peuvent prendre diverses formes : être humain, animal, autre genre de
créature ou objet. Mais peu importe leur forme, ils ont toujours des attributs humains.
2. Certaines caractéristiques sont mentionnées. D’autres doivent être déduites des
actions ou des paroles des personnages.

Dans le texte modèle, il y a quelques informations sur l’état civil du soldat


et sur le contexte social dans lequel il évolue : on sait qu’il est seul et sans
logis.
Il y a plus de renseignements sur son portrait physique (les cicatrices sur
son visage révèlent ses épreuves physiques passées, ses vêtements ne sont
pas ceux d’un paysan).
On en apprend aussi beaucoup sur son portrait psychologique (il est
intrépide, serviable, autoritaire, débrouillard et généreux) et sur ses
dispositions particulières (il possède un talent de négociateur et il est
habile de ses mains).

16 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


• Dans un récit, les personnages entretiennent des relations. L’analyse de
ces relations permet de comprendre le rôle et les motivations de chacun.
Ce modèle s’appelle le schéma actantiel.

Rôle Description

Sujet (héros ou C’est le personnage, bon ou mauvais, remarquable ou


héroïne) non, qui est en quête de l’objet. C’est en général le
personnage principal.

Objet C’est ce qui est recherché, désiré, le but à atteindre. Ce


peut être par exemple une personne, un objet, la gloire,
l’amour, un exploit, de meilleures conditions de vie.

Destinateur Le personnage qui cone au héros ou à l’héroïne une


mission.

Destinataire Le personnage qui bénécie des actions du héros ou de


l’héroïne.

Adjuvant Ce qui aide le héros ou l’héroïne à accomplir sa quête. Ce


peut être par exemple un personnage, une circonstance,
une qualité, un phénomène météorologique.

Opposant Ce qui nuit au héros ou à l’héroïne. Ce peut être un


adversaire, un obstacle naturel, un sentiment comme
la peur.

Remarques
1. Certains rôles, comme ceux du destinataire, de l’adjuvant et de l’opposant, sont parfois
absents d’un texte.
2. Un personnage, un objet ou un événement peut cumuler plusieurs rôles. Par exemple,
un héros peut être le destinataire et accomplir sa quête pour lui-même.
3. Un même rôle peut être tenu par plusieurs personnages.

Dans le texte modèle, les personnages entretiennent les relations suivantes.

Destinateur Destinataire
Un riche paysan Un riche paysan

Sujet Objet
Un pauvre homme Veiller auprès de sa tombe durant
trois nuits pour empêcher le diable
de prendre son âme.
Adjuvant(s) Opposant(s)
Un soldat Le diable

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 17


Un récit fantastique a pour cadre un monde réel dans lequel survient un
élément surnaturel et inquiétant. Lisez l’extrait du Balayeur ci-dessous et prêtez
attention aux caractéristiques des deux personnages ainsi qu’à la réaction
de l’héroïne.

Le Balayeur
TEXTE

Tessa Winyard, une jeune femme, travaille depuis peu comme dame de compagnie chez
Miss Ludgate. À l’arrivée de l’automne, toutes deux commencent à entendre, chaque
soir, quelqu’un balayer les feuilles dans le jardin malgré la noirceur. Cette présence
inquiète Miss Ludgate, qui refuse cependant d’en dire davantage. Tessa est intriguée.
5 Tessa débloqua tant bien que mal la fenêtre à guillotine dont elle souleva
lentement et silencieusement le panneau coulissant avant de se pencher
au-dehors.
Dans l’allée au-dessous, à quelques mètres à sa gauche et près de l’angle de
la maison, un homme balayait le sol, lentement et à coups réguliers, à l’aide d’un
10 balai de bouleau. Le balai oscillait et raclait la surface du chemin avec un faible
bruissement, à un rythme aussi cadencé que celui d’un balancier d’horloge.
De son poste d’observation, Tessa ne parvenait pas à distinguer les détails de
la silhouette ; c’était celle, en tout cas, d’un ouvrier, à en juger par l’impression
qu’elle donnait d’un homme habillé de vieux vêtements déformés. Mais en
15 dehors de toute autre caractéristique, il y avait quelque chose d’étrange, quelque
chose d’insolite et contre nature dans la scène qu’elle observait. Elle savait en
effet qu’il y manquait un élément dont elle aurait dû remarquer l’absence au
premier coup d’œil, et pourtant, elle était rigoureusement incapable de dire de
quoi il s’agissait.
20 Ce sentiment d’une absence[agrante]était [évident,] et bien qu’elle fût
consciente du fait, c’était en vain qu’elle cherchait à savoir ce qui faisait défaut 1 ;
une chose était certaine, cependant : ce manque était aussi [manifeste]qu’un
bûcher brûlant en pleine nuit. Elle avait la conviction qu’elle était en train
d’observer un phénomène déant quelque loi de la nature 2 , mais quelle loi ?
25 Elle n’aurait pas su le dire. Elle ressentit soudain un malaise et fut prise d’un
étourdissement ; elle rentra alors la tête à l’intérieur.

18 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Ce qu’il y avait de poltronnerie 3 en Tessa la poussait à aller se coucher, à
oublier ce qu’elle avait vu et à renoncer à toute tentative de découvrir ce qu’elle
n’avait pas vu. Mais l’autre Tessa, celle qui méprisait les lâches, et celle qui était
30 elle-même capable, lorsque les circonstances l’exigeaient, de faire preuve d’un
grand courage, cette Tessa-là voulait rester et insister. Elle se parla à elle-même
dans un soufe, comme elle le faisait toujours chaque fois qu’elle se trouvait dans
un état de grande indécision.
« Tessa, espèce de froussarde ! De quoi donc as-tu peur ? Descends
35 immédiatement, va voir qui c’est et ce qu’il y a de si bizarre dans tout cela. Il ne
va quand même pas te manger ! »
Les deux Tessa, prisonnières du même corps, redescendirent l’escalier et la
Tessa courageuse en voulait à son cœur de battre si fort et d’essayer de la faire
mollir. Elle ouvrit la porte, cependant, et sortit dans le clair de lune.
40 Le Balayeur était toujours au travail, près de l’angle de la maison, non loin de
l’endroit où l’allée nissait, devant une porte verte qui donnait accès à la cour
des écuries. L’allée était jonchée de feuilles et la jeune femme, avançant d’un pas
mal assuré, les mains croisées sur sa poitrine, remarqua qu’il ne progressait pas
beaucoup dans l’accomplissement de sa besogne. Le balai s’élevait et s’abaissait,
45 et on l’entendait nettement frotter le sol, mais les feuilles mortes restaient
immobiles sous ses tiges. Ce n’était pourtant pas cela qui avait pu lui paraître
étrange quelques instants plus tôt, c’était toujours ce Quelque Chose
d’insaisissable et qui faisait défaut. Les pas de Tessa ne faisaient guère de bruit
sur le sol recouvert de feuilles, mais le Balayeur les entendit cependant alors
50 qu’elle se trouvait à une dizaine de mètres de lui. Il interrompit sa tâche et
se tourna vers elle.
C’était un homme grand et mince, avec un visage d’une blancheur
cadavérique 4 et des yeux protubérants qui débordaient leurs orbites comme
deux grosses boules. Ce visage qu’il montra à Tessa était douloureux et
55 repoussant, un visage dont l’aspect misérable inspirait la répugnance et une
horreur inimaginable, mais aucune pitié. L’homme était vêtu de haillons
miteux 5 qui semblaient avoir été jetés au hasard sur son corps émacié 6 .

AU FIL DU TEXTE

1 Donnez un synonyme de faire défaut.


2 Par quel adjectif pourriez-vous remplacer l’expression déant quelque loi de la nature ?
3 Quel antonyme de poltronnerie se trouve entre les lignes 27 et 33 ?
4 De quel nom vient l’adjectif cadavérique ?
5 Quels adjectifs entre les lignes 12 et 19 indiquent ce que sont des haillons miteux ?
6 Repérez deux synonymes de l’adjectif émacié entre les lignes 58 et 63.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 19


Les mains qui tenaient le manche du balai paraissaient décharnées. Il était si
maigre, songea Tessa, qu’on aurait dit… Tessa interrompit le cours de sa pensée,
60 car elle haïssait le mot qui essayait de s’imposer à son esprit. Ce mot, pourtant,
s’imprima en elle en provoquant un frisson de terreur : on aurait dit que cet
homme était transparent ; elle éprouva aussitôt un malaise : ce simple adjectif
avait pris soudain une signication nouvelle, un sens abominable.

Ils restèrent face à face pendant une fraction d’éternité impossible à mesurer
65 en termes de secondes ; puis Tessa s’entendit pousser un hurlement. Car dans
un éclair, l’étrange, l’épouvantable détail qui l’avait frappée auparavant, en
contemplant cette silhouette, ce Quelque Chose qui manquait et dont elle avait
pris conscience sans parvenir à savoir ce que c’était, ce détail s’était révélé à
présent : l’allée était inondée par la lueur du clair de lune, mais le Balayeur n’avait
70 pas d’ombre.
A. McLelland Burrage, « Le Balayeur » dans Histoires de fantômes de Roald Dahl,
traduction J. F. Ménard, © Le Livre de Poche Jeunesse, 2008.

1 Plusieurs informations révèlent les caractéristiques du Balayeur. Notez ces


caractéristiques au bon endroit dans le tableau ci-dessous.

Caractéristiques du Balayeur

Accessoire Balai de bouleau (ligne 10)

• Faible bruissement (lignes 10 et 11)


Bruits (2) • On l’entend nettement frotter le sol (ligne 45)

Métier supposé Un ouvrier (ligne 13)


• Vieux vêtements déformés (ligne 14)
Vêtements (2) • Haillons miteux (lignes 56 et 57)
• Grand (ligne 52)
Taille (3) • Mince (ligne 52) ou maigre (ligne 59)
• Corps émacié (ligne 57)
• Blancheur cadavérique (lignes 52 et 53)
Visage (3) • Douloureux et repoussant (lignes 54 et 55)
• Aspect misérable (ligne 55)

Yeux Protubérants (ligne 53)

Mains Décharnées (ligne 58)

20 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 Dans Le Balayeur, le portrait de l’homme commence de manière réaliste mais devient
surnaturel quand Tessa découvre la nature de ce Quelque Chose qui manquait.
a) De quoi s’agit-il ? Le Balayeur n’a pas d’ombre.

b) Qu’est-ce que cela signie ? Le Balayeur n’a pas de corps matériel : il est donc
mort et Tessa voit un fantôme.

3 Relisez les lignes 20 à 26, où l’étrange manque du Balayeur est déjà annoncé.
a) Soulignez dans ce passage deux antonymes du mot présence.

b) Placez entre crochets trois synonymes du mot apparent.

c) À quoi le narrateur compare-t-il ce manque ?


À un bûcher brûlant en pleine nuit.

d) Quels outils de comparaison sont utilisés ? Aussi… que.

e) Quel est le point de ressemblance entre les deux réalités comparées ?


L’évidence, la visibilité.

f) Dans ce passage, l’auteur ne révèle pas ce qui manque au Balayeur. Quel effet
cela crée-t-il ?
L’auteur crée ainsi un effet de doute, d’inquiétude et de peur.

4 La découverte nale de Tessa explique à rebours certaines caractéristiques


du personnage.
a) Nommez quatre éléments du tableau précédent (colonne de gauche) qui
annoncent son état.
Sa taille, son visage, ses yeux, ses mains.

b) Quel aspect surnaturel la phrase suivante révèle-t-elle ? « Les pas de Tessa ne


faisaient guère de bruit sur le sol recouvert de feuilles, mais le Balayeur les
entendit […]. »
Exemple de réponse.
Elle révèle une ouïe surnaturelle, le Balayeur percevant la présence de Tessa
mieux que les êtres humains.

c) Pourquoi l’esprit de Tessa refuse-t-il d’admettre ce qu’elle voit, c’est-à-dire que


le Balayeur est transparent ?
Parce que c’est contraire au bon sens, à la logique, parce que c’est
impossible.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 21


5 Analysez les gestes du Balayeur au cours de l’extrait.
a) Entre les lignes 8 et 11, donnez deux aspects décrivant la manière dont
il effectue sa tâche.
Lentement et à coups réguliers (à un rythme aussi cadencé que celui d’un
balancier d’horloge).

b) Entre les lignes 40 et 51, surlignez le passage indiquant le résultat de son travail.

c) Entre les lignes 46 et 51, relevez la phrase montrant sa réaction à l’approche de la


jeune femme.
« Il interrompit sa tâche et se tourna vers elle. »

d) Que font les deux personnages ensuite ?


Ils restent face à face pendant une fraction d’éternité.

6 a) À votre avis, est-ce que les actions du Balayeur contribuent à le rendre effrayant ?
Exemple de réponse.
Oui, le Balayeur paraît effrayant quand il ne parle pas à Tessa et n’a pas
d’initiative, parce qu’il semble appartenir à une catégorie d’êtres qui ne sont
pas humains. On ignore ses intentions et s’il est dangereux.

b) Croyez-vous que le Balayeur a voulu effrayer Tessa ?


Exemple de réponse.
Non, il réagit à peine à la présence de Tessa et ne pose aucun geste pour
l’effrayer directement. On peut croire qu’il est indifférent devant la jeune
femme. C’est sa simple personne qui effraie Tessa.

7 Le portrait psychologique de Tessa est plus développé que son portrait physique.
a) À quel moment se manifestent les deux personnalités de Tessa ?
La première fois qu’elle voit le Balayeur depuis la fenêtre.

b) Que souhaite alors faire Tessa la poltronne ?


• Aller se coucher.

• Oublier ce qu’elle a vu.

• Renoncer à toute tentative de découvrir ce qu’elle n’a pas vu.

c) Que veut faire au contraire Tessa la courageuse ?


Rester et insister.

d) Quand Tessa la courageuse méprise les lâches, qui méprise-t-elle au passage ?


Elle-même.

e) Entre les lignes 27 et 33, deux mots résument l’ambivalence de Tessa. Lesquels ?
Grande indécision.

22 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


8 Expliquez pourquoi le narrateur dit que les deux Tessa sont « prisonnières ».
Parce qu’aucune n’est libre d’agir seule, elles doivent accepter la présence de
l’autre et se convaincre mutuellement pour agir.

9 a) Dans quel but Tessa se parle-t-elle à elle-même ?


Pour se donner du courage et retrouver la maîtrise de soi.

b) Quelle Tessa agit à ce moment ?


Tessa la courageuse.

10 Quand Tessa descend l’escalier, elle en veut à son cœur de battre si fort.
a) Comment se nomme le sentiment qui lui fait battre le cœur ?
La peur.

b) Comment se nomme le trait de caractère qui la fait avancer ?


Le courage ou la volonté.

c) Tessa estime que son cœur veut la faire mollir. Au moyen d’un antonyme de
ce verbe, décrivez comment elle essaie plutôt de réagir.
Tessa essaie de s’endurcir contre la peur, d’y résister, d’agir avec fermeté.

11 Parmi les réactions suivantes, cochez celles que Tessa adopte face au surnaturel.
Dépit 3 Étourdissement Fureur
3 Malaise Mépris 3 Terreur

12 Qu’est-ce qui, selon vous, crée une ambiance inquiétante dans ce texte ? Justiez
votre réponse à l’aide d’un passage du texte.
Exemple de réponse.
Une ambiance inquiétante s’installe lorsque Tessa découvre une à une les
caractéristiques étranges du Balayeur, mais sans arriver à identier l’élément
principal qui les explique : « Elle avait la conviction qu’elle était en train
d’observer un phénomène déant quelque loi de la nature, mais quelle loi ? »
Sa raison lutte avant d’admettre la vérité. Ce n’est pas l’attitude du Balayeur
qui crée la peur dans ce texte, mais l’incertitude de Tessa, sa découverte
nale et le moment où survient cette rencontre, peu propice à une activité de
balayage… mais davantage à l’apparition d’un fantôme.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 23


Les récits de fantasie (fantasy) sont en quelque sorte des contes merveilleux
écrits à l’époque moderne. Ils se déroulent dans des mondes inventés où abondent
la magie, les créatures imaginaires, les combats, les châteaux, les trésors. Pénétrez
dans l’un de ces mondes en lisant le récit ci-dessous.

Thirm Herquès
TEXTE

Un homme peut-il survivre à une aventure extraordinaire pour nalement


mourir sans la raconter à personne ? C’est ce que se demandait Thirm Herquès,
pendu par les bras au bout d’une corde. C’est impossible, s’entendait-il dire dans
le let d’air sortant de ses lèvres fendues. C’était la première fois de sa courte vie
5 qu’il désirait ardemment quelque chose : vivre. Il venait de retrouver conscience
et luttait contre le mouvement de va-et-vient retentissant dans sa tête. La corde
lui liant les mains montait jusqu’à une branche de pin, faisait un tour et demi
puis continuait jusqu’à un autre pin à quelques pas de là. Ça y était, il s’était fait
capturer. La douleur de ses côtes cassées en était une preuve. Il toussota et
10 cracha un peu de sang. Avait-il un poumon perforé ? Il chassa immédiatement
cette idée de son esprit. Le sang provenait certainement d’une de ses molaires
qu’il avait perdue pendant la guerre. Sa tête dodelinait 1 , les yeux luttaient contre
l’inconscience ; Thirm cherchait toujours à rester éveillé de peur de ne plus
jamais se réveiller. La gorge lui piquait, il avait soif et sa bouche était pâteuse,
15 avec un arrière-goût de sang. L’irritation se transformait en brûlure qui devenait
de plus en plus intense. Il toussait encore et cracha à nouveau un peu de sang.
Ses côtes s’enfoncèrent un peu plus, comme la lame d’une dague 2 qui pénétrait
lentement la peau. Les bras étirés, les pieds pendants, sa douleur était horrible.
Dans sa vision embrouillée par les larmes, il voyait ses ennemis attroupés autour
20 de leur campement. C’était donc eux, les léziacs.

24 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Dans les profondeurs du Lac-aux-saumons, un léziac nageait comme une
anguille à la poursuite d’un poisson. Il accéléra sa course grâce à ses pattes
arrière palmées et empala 3 le saumon de sa corne frontale. Il ret surface, l’eau
ruisselant sur son pelage huileux, avec son festin toujours vivant et gigotant.
25 Il retira son souper de sa corne, le déposa dans un panier d’osier avec quatre
autres prises et retourna au camp. Il foula les branches mortes sur son chemin
et se dirigea par instinct jusqu’à sa hutte. Sur son itinéraire, il passa à côté de
l’humain qu’ils avaient réussi à attraper le jour même près de la Tour Sombre.
Le chef de la tribu fut très er de leur capture d’un humain vivant. Il portait déjà
30 sur lui un crâne d’homme qu’il avait tué jadis, quand il était jeune, mais la prise
d’un homme vivant constituait un exploit admiré de tous ses semblables.[Le
fémur de cet homme fera sûrement une bonne massue, tandis que le reste de son
squelette ira rejoindre comme trophée les autres ossements des diverses bêtes
qu’il avait attrapées.] L’homme étant la créature la plus intelligente et la plus
35 rusée, sa capture donna lieu à une grande célébration pour le soir.
Thirm se réveilla, toujours confus par rapport au temps et à l’espace. Il faisait
nuit et déjà deux des trois lunes étaient dans le ciel. Un feu crépitait au camp et
plusieurs léziacs étaient réunis autour. Un léziac grisonnant et décoré
d’ossements parlait, dans sa langue étrangère, aux autres léziacs qui l’écoutaient
40 passionnément. Il narrait probablement ses exploits et ceux de sa troupe
accomplis lors de leur embuscade à la Tour Sombre. Savaient-ils que leur chef
avait capturé un humain déjà assommé par la guerre ? Ce dernier avait même
déjà perdu connaissance avant sa capture et la première chose qu’il sut, c’était
qu’il était pendu par les mains dans une forêt bourrée de reptilo-mammifères.
45 Alors qu’il désirait plus que tout au monde vivre, il était prêt à se laisser mourir
plutôt que de souffrir au-dessus de ce bûcher et de nir dans le ventre de ces
créatures. Il s’abandonna, libérant son esprit de toutes douleurs, chassant ses
pensées morbides 4 et défaitistes 5 de sa tête. Il venait de se fermer les yeux
lorsque subitement, il entendit une voix qui l’interpella. « Thirm. » C’était une voix
50 familière, rassurante. « Reprends-toi, Thirm. » C’était la voix du paladin1 Galme
Thala. « Thirm, reprends-toi. Tu ne dois pas te laisser mourir ainsi. Tu te dois
d’être fort. » La voix était de plus en plus réelle ; il ouvrit les yeux. Le paladin se
tenait devant lui, er et droit comme le roc, l’armure scintillante et immaculée 6 .
1. Chevalier errant ou seigneur qui défend les justes.

AU FIL DU TEXTE

1 Que veut dire dodeliner ?


2 Décrivez ce qu’est une dague.
3 Empaler signie-t-il frapper ou transpercer ?
4 Donnez un synonyme de morbide.
5 De quel nom est tiré l’adjectif défaitiste?
6 Immaculé vient du latin macula : « tache ». Que signie-t-il ?

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 25


Il lui apparaissait, là, parlant à voix haute, sans se soucier des léziacs, dans
55 un halo bleu illuminant sa silhouette. « Parfois, quand tu n’as plus la force de te
battre ou que les ennemis sont cent fois plus nombreux que toi, la meilleure
décision est de prendre la fuite. Mieux vaut un soldat blessé, toujours vivant,
qu’un soldat mort au meilleur de sa forme. Le soldat en vie pourra retourner au
combat lorsque le moment sera venu. Pour toi, Thirm, le moment est venu de te
60 battre pour survivre. Le royaume d’Aggrésia aura besoin de toi un jour, et ce jour
arrivera sous peu. Lorsque tu te sentiras mieux et que toutes tes plaies seront
refermées, retourne au château pour défendre le royaume. Le chevalier Derrek
Ghall sera élu paladin. Retourne le voir. » Thirm ferma les yeux, les paupières
lourdes de fatigue et les réouvrit aussitôt, d’un mouvement sec. Galme n’était
65 plus là…
Près du feu, le chef de la tribu des léziacs débitait 7 dans son langage
incompréhensible son histoire de chasse. Il plaçait des jeunes léziacs ici et là an
de reconstituer la scène de l’affrontement. Ses mimiques laissaient croire à un
combat sans pareil entre lui et l’homme au bout de la corde. Une fois son récit
70 terminé, il désigna deux léziacs pour aller chercher sa capture qui servirait de
plat principal au banquet. Quelques instants plus tard, les deux serviteurs
revinrent en courant, bredouilles 8 . Une multitude de sons gutturaux 2 émana
de la gorge du responsable et les deux tiers de l’assistance prirent lances et lets
pour poursuivre l’évadé.
75 Thirm redescendit de la cime du plus gros pin qu’il avait trouvé. Du haut,
il avait repéré les sommets des tours du royaume d’Aggrésia. Il devait continuer
dans la direction de Gira, la plus grosse des lunes. Il avait mis un temps fou pour
monter et descendre de cet arbre : cela lui gâchait sa considérable avance sur
les léziacs et ces bestioles connaissaient mieux que lui cette forêt. Il n’avait donc
80 aucun risque à prendre. Il continua du mieux qu’il put, morcelé par mille
pensées autres que celle d’arrêter.
2. Émis par le fond de la gorge, rauque.

AU FIL DU TEXTE

7 Par quel verbe pouvez-vous remplacer débiter ?


8 Qu’ont trouvé les serviteurs ?

26 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Les léziacs ne jouissaient pas d’une très bonne vision hors de l’eau, mais leur
odorat, spécialement développé pour la chasse, leur donnait un sérieux avantage.
Ils arrivèrent bientôt au gros pin que Thirm avait escaladé. Le sang sur l’écorce
85 était encore tiède : ils le rattrapaient. Ils se mirent à courir eux aussi en direction
de Gira. Sous leur pas de course, les branches se fracassaient, les lances
heurtaient les troncs en arrachant au passage leur écorce et l’halètement des
léziacs brisait le silence de la nuit.

Thirm entendait derrière lui le vacarme des léziacs et de leur armée. « Ne te


90 retourne pas, Thirm ! Ne te retourne pas ! » Il voyait dans la clarté des lunes, à
quelques pas devant lui, le chemin qui reliait le royaume de Compas à celui
d’Aggrésia. « Continue, tu y es presque ! » Les plus petites branches le fouettaient
dans sa course, tandis que les plus grosses gardaient, comme un souvenir de son
passage, son sang et son épiderme. Il ne pensait ni à ses côtes cassées, ni à ses
95 jambes fatiguées, ni au sang qui coulait de son nez. La douleur n’avait plus
aucune importance face à la mort. « Je n’ai qu’à tourner à gauche sur le chemin et
c’est ni. »
Ils virent l’humain tourner à gauche sur le chemin et près de la moitié des
léziacs s’arrêtèrent pour rebrousser chemin. Les yeux s’emplissant de fureur
100 lorsqu’il vit ses compagnons l’abandonner, le chef continua sur sa lancée. L’autre
moitié des léziacs continuèrent aussi, absorbé comme peut l’être un prédateur
par la poursuite de sa proie.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 27


La grande muraille de pierre qui entourait le royaume était tout près. Installé
confortablement en haut d’une des tours de garde, un archer alerta la guérite 9
105 à ses pieds. Deux autres archers se pointèrent dans la tour jumelle et ils virent
clairement un homme poursuivi par des créatures poilues à grande queue lisse
munies de lances. Les archers bandèrent leur arc et se mirent à tirer en direction
des démons unicornes. Ces derniers, sous la pluie de èches, rebroussèrent
chemin comme l’avait fait l’autre moitié. Thirm, à bout de force, s’effondra par
110 terre, mordant la poussière. Deux gardes de la guérite allèrent le chercher. Thirm
put rentrer au royaume et regagner le nid familial an de se rétablir de ses
blessures. Soumis au repos forcé par sa mère, il eut tout le temps de raconter son
histoire. Une fois celle-ci terminée, sa petite sœur lui demanda : « S’il te plaît,
Thirm, recommence la partie des léziacs. » Ces créatures que tout le monde
115 craint, mais que personne n’a jamais vues. Il aurait voulu ne jamais les avoir vues
lui non plus, se disait-il en songeant aux événements passés. Dehors, ses deux
plus jeunes frères jouaient à s’attacher les mains ensemble avec de la corde et à se
déprendre le plus vite possible. Quand Thirm était jeune, il aimait lui aussi jouer
à ce jeu. Il ne s’était jamais douté qu’un jour, ce jeu lui sauverait la vie.
Marki St-Germain, L’aurore, Les six brumes de la société secrète inc., 2002, p. 161 à 168.

AU FIL DU TEXTE

9 Que fait-on dans une guérite ?

1 Dégagez les différents rôles dans ce texte en remplissant le schéma ci-dessous.

Destinateur Destinataire
• Thirm Herquès Thirm Herquès
• Galme Thala

Sujet Objet
Thirm Herquès Avoir la vie sauve

Adjuvant(s) Opposant(s)
Galme Thala Les léziacs

• Les archers

28 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 Dans Thirm Herquès, le rôle du destinateur est partagé par deux personnages.
a) Expliquez en quoi Thirm agit lui-même comme destinateur.
Au début du récit, c’est lui-même qui décide de vivre.

b) Galme Thala intervient aussi comme destinateur lorsque Thirm perd courage.
Soulignez la phrase qui montre que le héros veut renoncer.

3 Relevez une phrase entre les lignes 1 et 10 qui conrme l’objet du récit.
« C’était la première fois de sa courte vie qu’il désirait ardemment quelque
chose : vivre. »

4 Thirm Herquès est probablement un adolescent. Trouvez deux indices dans le texte
qui permettent de formuler cette hypothèse.
Ce n’est pas un adulte, car sa vie est « courte » (ou : il habite chez sa mère), mais
ce n’est plus un enfant, car il jouait au jeu de la corde quand il « était jeune ».

5 Réunissez le plus grand nombre d’informations sur les léziacs en remplissant la che
descriptive ci-dessous.

Fiche descriptive : les léziacs


Classe d’animal : reptilo-mammifère.
Peau : poilue, pelage huileux.
Pattes arrière : palmées.
Pattes avant : capables de prendre un objet.
Extrémités : corne : une corne frontale.
queue : une grande queue lisse.
Vision : excellente sous l’eau, médiocre sur terre.
Odorat : très développé pour la chasse.
Capacité aquatique : très habiles (ou : nagent comme une anguille).
Capacité au sol : marchent, courent (accepter aussi : se repèrent à l’instinct).
Capacité stratégique : peuvent créer des embuscades.
Habitat : campement de huttes.
Alimentation : mangent de la viande (saumon, bêtes, humain).
Connaissance du feu : ils s’en servent comme les humains.
Armes : massues, lances.
Ornements : ossements humains (le chef).
Langage : communiquent dans leur langue aux sons gutturaux.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 29


6 D’après vous, les léziacs sont-ils des créatures plus proches des humains ou
des animaux ? Justiez votre réponse à partir de trois éléments tirés de la che
descriptive.
Exemple de réponse.
Les léziacs sont plus proches des humains parce qu’ils possèdent le langage,
une capacité stratégique et une connaissance du feu, trois traits propres aux
humains.

7 Relisez les lignes 29 à 47. Comment apprend-on les intentions des léziacs au cours
du texte ?
a) Mettez entre crochets la phrase qui nous indique qu’ils comptent tuer Thirm.
b) Retranscrivez l’extrait qui montre que Thirm connaît cette intention.
« […] il était prêt à se laisser mourir plutôt que de souffrir au-dessus de ce
bûcher et de nir dans le ventre de ces créatures. »

c) Résumez dans vos mots l’intention des léziacs.


Ils veulent faire cuire Thirm et le manger.

8 Quand les léziacs font allusion au héros, ils le nomment rarement par son nom.
a) Encadrez deux façons de le nommer entre les lignes 21 et 35.
b) Encadrez trois façons de le nommer entre les lignes 66 et 74.
c) Encadrez une façon de le nommer entre les lignes 98 et 102.
d) Quel effet ces façons de nommer Thirm sans utiliser son nom produisent-elles ?
On semble le voir de l’extérieur, du point de vue des léziacs.

9 a) Comment sait-on, au début du récit, que les contacts entre les léziacs et
les humains sont rares (lignes 1 à 20) ?
Thirm se dit : « C’était donc eux, les léziacs. » Il ne les avait donc jamais vus.

b) Quelle information nous le conrme à la n du récit (lignes 103 à 119) ?


On apprend que personne à Aggrésia n’a jamais vu de léziacs.

10 a) La présence du paladin Galme Thala dans la forêt est mystérieuse. Quelle raison
réaliste pourrait l’expliquer ?
Il apparaît dans l’imagination de Thirm.

b) Quelle raison surnaturelle l’expliquerait ?


Exemple de réponse.
Galme Thala possède la capacité d’apparaître où il veut et de se rendre
visible et audible pour une personne précise.

30 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


11 Motivé par Galme Thala, Thirm réussit à se libérer. Expliquez comment son jeu
d’enfance lui a sauvé la vie.
Quand il était jeune, Thirm jouait à s’attacher les mains avec de la corde et à
se déprendre le plus vite possible. L’habileté acquise dans ce jeu lui a permis de
se libérer rapidement et discrètement des liens qui le retenaient prisonnier des
léziacs.
12 Conseilleriez-vous la lecture de Thirm Herquès à un ami ? Justiez votre réponse à
l’aide d’éléments du texte (les personnages, les actions, l’univers narratif, etc.).
Exemple de réponse.
Je conseillerais la lecture de Thirm Herquès parce que c’est une histoire qui m’a
tout de suite accroché. Elle commence directement au cœur de l’action, ce qui
m’a donné l’impression de vivre les péripéties de Thirm en même temps que
lui. Le suspense dure jusqu’à la n.

… ÉCRIRE
13 Imaginez une suite aux aventures de Thirm Herquès à partir de l’énoncé ci-dessous.
« Thirm se rend à nouveau dans la forêt. Soudain, sa route croise celle de… »
Remplissez la che ci-dessous, puis rédigez sur une feuille la description de l’être
qu’il rencontrera.

Fiche descriptive : Réponse selon les élèves.


Classe d’animal ou catégorie d’être :
Taille :
Visage :
Peau :
Particularités physiques : •


Vision/odorat :
Capacité (aquatique, terrestre, stratégique) :

Armes :
Ornements :
Langage :

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PERSONNAGES 31


ATELIER 3

Les actions
Quand on raconte une histoire, on assemble une série
d’actions ou d’événements d’une certaine façon.

Dans le conte suivant, un roi fait tout ce qu’il peut pour


rendre son ls heureux. Lisez une première fois
ses péripéties sans tenir compte de la colonne de gauche.

Étapes du schéma
La chemise de l’homme content
TEXTE MODÈLE

narratif
Situation initiale [Un Roi avait un seul ls, il l’aimait tout comme la prunelle de ses
yeux, mais ce Prince était toujours malcontent. Il passait des journées
entières à son balcon, l’œil au loin.
« Mais qu’as-tu donc ? lui demandait le Roi. Qu’est-ce qui te manque ?
— Je ne sais pas, père, je n’en sais vraiment rien.
— Serais-tu amoureux ? Si tu veux une lle ou l’autre, tu n’as qu’à le
dire, on fera le mariage fût-elle la lle du Roi le plus puissant de la terre ou
la paysanne la plus misérable !
— Non, père, je ne suis pas amoureux. »
Le Roi cherche à le divertir de toutes les manières possibles. Théâtres,
bals, musiques, chansons : rien à faire, et, de jour en jour, les traits du
Prince se font de plus en plus pâles.]
Élément déclencheur [Le Roi promulgue un édit] : [de toutes les parties du monde, les
Déroulement gens les plus instruits accourent, philosophes, docteurs, professeurs.
On leur montre le Prince, on leur demande conseil. Tous ces savants se
réunissent pour tenir conciliabule, après quoi ils retournent chez le Roi.
« Majesté, nous avons bien rééchi, puis lu dans les étoiles, et voilà, nous
avons trouvé. Il faut que vous vous mettiez en quête d’un homme qui soit
content, mais tout à fait content, en tout et pour tout, et puis que vous
changiez la chemise de votre ls avec la sienne. »
Ce même jour, le Roi dépêche ses ambassadeurs de par le monde entier
an qu’ils y cherchent l’homme content.
On lui amène un prêtre : « Tu es content ? lui demande le Roi.
— Et comment, Majesté !
— Bien. Que dirais-tu si je faisais de toi mon évêque ?
— Oh ! J’en serais on ne peut plus ravi, Majesté !
— Fiche le camp ! Hors d’ici ! Je cherche un homme heureux, qui se
satisfasse de son état : pas du tout quelqu’un qui tient à améliorer
cet état. »
Et le Roi cherche ailleurs.

32 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Il y avait un autre Roi, lui dit-on, qui était vraiment heureux et
content : il avait une épouse de premier ordre, un tas d’enfants, tous
ses ennemis en fuite dans les guerres et depuis son pays en paix. Plein
d’espoir, sans tarder, notre Roi envoie ses ambassadeurs lui demander
sa chemise.
Le Roi d’à côté reçoit les ambassadeurs, et : « Mais oui, mais oui, j’ai
tout ce qu’il me faut : dommage seulement que, ayant tout ce que j’ai, il me
faille un jour mourir et abandonner tout cela ! Cette pensée me tracasse au
point que je n’en dors pas la nuit ! » Tant et si bien que les ambassadeurs
estiment qu’il vaut mieux rebrousser chemin.
Voilà notre Roi désespéré. Pour se changer les idées, il s’en va à la
chasse. Il tire sur un lièvre et croit l’avoir touché, mais l’animal s’enfuit en
boitillant. Le Roi court derrière, et il s’éloigne de son escorte. Au milieu
des campagnes, il entend la voix d’un homme qui chante la falulella, un
refrain des paysans du Frioul, et il s’immobilise : puis, attiré par ce chant,
il entre dans une vigne et découvre, entre les rangées, un jeune homme
qui chante tout en arrosant.
« Bien le bonjour, Majesté, lui dit ce jeune homme. Quel bon vent vous
amène de si bonne heure dans nos campagnes ?
— Ah ! mon brave ! Veux-tu que je t’emmène dans ma ville capitale ?
Tu seras mon ami.
— Merci bien, Majesté, mais, vrai, je n’y tiens nullement. Voyez-vous,
je me trouve bien ici et je ne changerais pas, dût-on m’offrir le trône
du Pape.
— Mais pourquoi, toi, un si beau garçon…
— Nenni, nenni, Majesté. Je suis content comme je suis, un point,
c’est tout. »]
Dénouement [« Enn, un homme heureux ! » se dit le Roi. « Jeune homme, écoute-
moi : il faut que tu me rendes un grand service.
— De tout mon cœur, Majesté, si c’est dans mes moyens.
— Attends un moment », et le Roi, qui ne tenait plus dans sa peau
tant il éclatait de joie, court héler son escorte : « Venez par ici, accourez !
Mon ls est sauvé ! » et il les emmène tous auprès du jeune vigneron.
« Béni sois-tu, mon brave, dit-il, je t’octroierai tout ce que tu voudras !
Seulement, tu vas me donner, me donner…
— Quoi donc, Majesté ?
— Mon ls va mourir et il n’y a que toi qui puisses le sauver ! Tu vas
me donner… » et il l’attrape, commence à lui déboutonner sa veste.]
Situation nale [Puis, brusquement, il s’arrête, et ses bras retombent.
L’homme content de son sort n’avait point de chemise.]
Italo Calvino, Contes populaires italiens, Denoël, 1980 pour la version française.
« Fiabe Italiane » par Italo Calvino, © 2002, La Succession Italo Calvino,
reproduit avec la permission de The Wylie Agency (UK) Limited.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES ACTIONS 33


À RETENIR
• Les actions et les événements qui forment l’intrigue sont assemblés selon
une certaine logique. Pour représenter cet assemblage, on utilise un schéma
narratif.
• Le schéma narratif comporte cinq étapes.
Étape du
Description
schéma narratif

1. Situation Elle présente les personnages (qui ?) et ce qu’ils font (quoi ?)


initiale au début de l’histoire. Habituellement, elle présente aussi le
lieu (où ?) et l’époque (quand ?).
2. Élément C’est un problème ou un événement qui modie la situation
déclencheur initiale. Il entraîne une série d’actions.
Remarque
L’élément déclencheur est souvent annoncé par des expressions
comme soudain, tout à coup, à ce moment-là.
3. Déroulement Il raconte la série d’actions provoquée par l’élément
déclencheur.
4. Dénouement Il raconte la dernière action du déroulement.
5. Situation Elle présente les personnages (qui ?) et ce qu’ils font (quoi ?)
nale à la n de l’histoire, une fois les actions terminées.
Remarque
Dans un conte, une morale s’ajoute parfois à la situation nale
ou peut la remplacer.

Dans le texte modèle, on retrouve toutes les étapes du schéma narratif.


1. La situation initiale présente un roi (qui ?) s’inquiétant de voir son ls
toujours malcontent (quoi ?).
2. L’élément déclencheur est un édit promulgué par le roi pour trouver
le moyen de remédier à l’état de son ls.
3. Le déroulement raconte les rencontres du roi avec les gens les plus
instruits, puis les rencontres de ses ambassadeurs avec le prêtre, le Roi
d’à côté et le vigneron pour trouver un homme content.
4. Le dénouement montre la dernière action du roi. Il croit avoir trouvé
l’homme qu’il cherche.
5. La situation nale présente le roi (qui ?) stupéfait de réaliser qu’il ne
pourra pas rapporter la chemise de l’homme content à son ls.

34 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


• La comparaison entre la situation initiale et la situation nale permet de voir si
la situation du personnage principal s’est améliorée, s’est dégradée ou est restée
la même.
Dans le texte modèle, la comparaison entre le début et la n montre que
la situation du roi s’est dégradée. Il connaît maintenant le remède à l’état
de son ls, mais il a également appris que ce remède est impossible
à obtenir. Sa mission a échoué.
Toutefois, la morale de l’histoire laisse entrevoir une n plus heureuse.
Elle vise à faire comprendre que le contentement émerge parfois de la
simplicité.

• Dans un récit, c’est le narrateur qui raconte l’histoire. Il peut, à l’occasion,


porter un jugement sur les situations ou sur les personnages.
Le narrateur omniscient n’est pas un personnage de l’histoire, mais il sait
tout. Il connaît les pensées des personnages, leurs sentiments et leurs actions.
Il raconte l’histoire à la 3 e personne du singulier.
Le narrateur participant, quant à lui, fait partie de l’histoire en tant que
personnage. Il peut s’agir du personnage principal qui participe aux actions
ou d’un témoin. Il ignore ce qui se passe dans la tête des autres personnages.
Il peut s’exprimer à la 1re ou à la 3e personne du singulier.

Dans le texte modèle, l’histoire est racontée par un narrateur omniscient.

Remarque
On ne doit pas confondre le narrateur, celui qui raconte l’histoire, avec l’auteur, la personne
qui l’a écrite.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES ACTIONS 35


Dans les contes modernes, la narration déborde souvent d’humour et de clins
d’œil au lecteur. Observez comment le conte Enfant de pickpocket présente avec
esprit les différentes étapes du récit.

Enfant de pickpocket
TEXTE

Il était né, disait-on, avec un bras un peu plus long que l’autre. Aussi avait-il
commencé très jeune à se faire la main. À l’école, aux heures de récréation, tout en
plaisantant avec ses petits camarades, il explorait leurs poches… Sa collection de
billes et de bonbons dérobés était impressionnante.
5 L’expérience aidant, il se spécialisa plus tard dans le larcin du portefeuille et
devint rapidement le pickpocket le plus élégant et le plus recherché de toute la
province du Yorkshire. Il opérait de préférence en plein jour, avec un naturel
déconcertant ; son geste était sûr, son sourire irrésistible et sa conversation délicieuse.
Irrésistible, je vous dis. Un pickpocket de première, trop à l’étroit dans cette
10 province reculée 1 du Yorkshire.
Un matin, il partit exercer ses talents dans la grande ville de Londres, au cœur
de la City, le quartier des affaires, au plus près des portefeuilles en peau de lézard,
python et crocodile.
Il ne volait que du très cher et de grande marque. [Quelle jubilation !]Sa collection
15 de « business-portefeuilles » était inestimable. Oui, mais voilà…
Un midi, dans un pub enfumé, une blonde très platinée lui sourit mystérieusement.
Lorsqu’il voulut lui payer sa consommation, portant la main à la poche de sa veste,
quelle ne fut pas sa stupeur de découvrir que son propre portefeuille lui avait été
dérobé !
20 [Quelle humiliation !]

Et le sourire rayonnant de l’inconnue qui sortait du bar l’intrigua.


Il s’empressa de la suivre dans les rues de la City, puis, usant de son charme
habituel, il l’aborda, conversa brillamment, le temps de subtiliser le portefeuille de la
belle, qui s’exclama en lui rendant le sien :
25 — Un partout !
Le pickpocket pickpocketé partit d’un grand éclat de rire :
— Nous pourrions faire de grandes choses ensemble. Accepteriez-vous de
devenir mon associée ?
Elle accepta. Dès lors, les deux professionnels de haut vol 2 dépouillèrent de
30 concert 3 .
L’idée mûrissait, mais il fut le premier à en parler :
— Marions-nous et nos enfants deviendront les plus grands pickpockets du monde.
Elle accepta aussi cela.

36 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Un an plus tard, la femme mit au monde un beau bébé rose et joufu. Mais
35 hélas ! le petit était né avec le bras droit collé au corps et la main obstinément
fermée. Cette mystérieuse malformation compromettait sérieusement son avenir
de grand pickpocket.
Pourtant, ses parents ne s’avouaient pas vaincus par la fatalité 4 . Ils avaient
cessé leurs activités pour consacrer tout leur temps en consultations auprès des
40 plus grands spécialistes. En vain.
L’enfant grandissait avec un bras collé au corps et une main fermée.
La famille se rendit jusqu’à Paris, où une doctoresse exceptionnelle exerçait.
Elle était capable, disait-on, de faire des miracles.
Après un examen minutieux du cas, la doctoresse demeura un long temps très
45 perplexe 5 :
— Je ne comprends pas ce qui cloche… Votre enfant est en parfaite santé,
ses réexes sont excellents, ses yeux brillent d’intelligence… S’il n’y avait ce bras,
cette main…
Tout à coup, il lui vint une idée. Elle portait autour du cou une montre
50 de famille que l’enfant regardait avec le plus grand intérêt.
Elle l’ôta et l’agita ostensiblement1 sous les yeux de son petit patient.
Alors on vit le bras collé se détacher du corps, puis la main lentement
s’ouvrir, les doigts se crocheter 6 an de se saisir de la montre. Et quelque
chose tomba à terre… Délivré.
55 Dans cette main obstinément fermée, il y avait l’anneau de mariage de
la mère de l’enfant…
— Un-Zéro ! s’écria maman, tandis que papa murmurait :
« La pomme ne tombe jamais bien loin du pommier ! »
Muriel Bloch, Contes insolites et insolents, Syros, 2010, p. 111 à 116.

1. Avec l’intention d’être remarqué.

AU FIL DU TEXTE

1 Donnez un synonyme de l’adjectif reculée.


2 Que signie en réalité l’expression de haut vol ?
3 Agir de concert, c’est agir… ?
4 Qu’est-ce que la fatalité ?
5 Une personne perplexe est-elle hésitante ou découragée ?
6 De quel nom vient le verbe crocheter ?

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES ACTIONS 37


1 Prêtez attention à la situation initiale de ce conte.
a) Qui est le personnage ? Un pickpocket.

b) Que fait-il ? Il commet des vols.

c) Le narrateur nomme son activité d’une manière très variée. Surlignez les huit
façons différentes utilisées pour la désigner.

d) Cette activité est innée chez lui. Montrez-le en notant :


• une caractéristique physique :
Il a un bras plus long que l’autre.

• une attitude :
Il opère avec un naturel déconcertant.

e) Où se trouve-t-il ?
Dans la province du Yorkshire.

f) Pourquoi le personnage s’y sent-il trop à l’étroit ?


Parce qu’il rêve d’une plus grande renommée et de vols plus nombreux, plus
importants.
2 Observez l’élément déclencheur.
a) Quelle décision prise par le personnage va changer sa vie ?
Il part voler dans la ville de Londres.

b) Soulignez le passage du texte qui décrit ce qu’il décide de faire.

c) Quel effet ce choix de mots a-t-il ?


L’activité du personnage paraît plus noble, plus positive, plus distinguée.

d) Pourquoi le narrateur mentionne-t-il le matériau des portefeuilles ?


Pour indiquer qu’ils sont de belle qualité et que, valant cher, ils sont
intéressants à voler.
3 Notez les neuf actions qui composent le déroulement.
Action 1 (lignes 14 et 15) : Le pickpocket vole des objets luxueux.
Action 2 (lignes 16 à 19) : Une femme lui vole son portefeuille dans un pub.
Action 3 (lignes 22 à 24) : Le pickpocket la vole à son tour.
Action 4 (lignes 26 à 30) : Les deux voleurs s’associent.
Action 5 (lignes 31 à 33) : Ils se marient.
Action 6 (lignes 34 à 37) : Leur enfant naît avec une malformation.
Action 7 (lignes 38 à 41) : Les parents consultent de grands spécialistes.
Action 8 (lignes 42 et 43) : La famille va voir une doctoresse à Paris.
Action 9 (lignes 46 à 51) : La doctoresse tente l’enfant avec une montre.
38 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
4 a) Relisez les actions 1 et 2 (lignes 14 à 20). Mettez entre crochets deux phrases
presque identiques.

b) Pour quelle raison le pickpocket converse-t-il brillamment avec l’inconnue ?


Pour détourner l’attention de sa victime.

c) D’après vous, quel sentiment éprouve le pickpocket devant les talents de la belle ?
Exemples de réponses.
De l’admiration, de l’amusement, du plaisir.

5 Pourquoi les parents s’inquiètent-ils de la malformation de leur enfant ?


Le handicap de son bras et de sa main l’empêchera de devenir un grand
pickpocket.

6 Le dénouement se conclut par l’élément le plus surnaturel du conte. De quoi s’agit-il ?


L’enfant est né avec l’alliance de sa mère dans la main, qu’il aurait volée
lorsqu’il était dans son ventre.

7 Lors de la situation nale, la mère commente l’événement en disant : « Un-Zéro ! »


a) À quel domaine d’activités appartient cette expression ?
Au domaine sportif.

b) Expliquez ce que veut dire la mère.


L’enfant a gagné un point sur eux en se montrant plus habile qu’ils
n’auraient pu l’être et même l’imaginer.

c) À quelle autre phrase du conte ce commentaire fait-il référence ?


« Un partout ! »

8 Le père, quant à lui, énonce la conclusion de l’histoire sous forme de proverbe.


a) Relevez ce proverbe. « La pomme ne tombe jamais bien loin du pommier. »

b) Que signie-t-il ? Elle signie que l’enfant ressemble toujours à ses parents.

c) Expliquez son sens par rapport au conte.


Dans Enfant de pickpocket, cette morale conrme que l’enfant possède, dès
sa naissance, le même talent et le même intérêt que ses parents pour le vol.

9 Aimez-vous le style humoristique de ce conte ? Justiez votre réponse à l’aide de


deux exemples.
Exemple de réponse.
Oui, je trouve que l’humour rend les histoires plus légères et donne envie d’en
lire plus, parce que le plaisir des jeux de mots et des clins d’œil s’ajoute à celui
de l’histoire.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES ACTIONS 39


Une légende est un récit qui cherche souvent à expliquer un phénomène
naturel ou l’exploit d’un personnage célèbre par le recours au merveilleux.
Dans une légende, le surnaturel et le réel se mêlent étroitement.

TEXTE
Napiwa et la légende du huard
C’était au temps où le territoire du Québec était encore à l’état sauvage.
Une forêt dense recouvrait les terres ponctuées d’innombrables lacs. Une tribu
amérindienne vivait aux abords d’un de ces lacs immenses, riches en poissons.
Ce lac magnique était aussi le domaine du grand huard 1 , un esprit à la fois
5 craint et respecté par la tribu. En effet, si les membres de la tribu étaient libres
de vaquer à 2 leurs occupations durant le jour, ils respectaient la règle énoncée
par le sorcier de la tribu : la nuit appartenait au dieu huard. Au crépuscule,
lorsque son chant résonnait sur le lac, chacun devait rentrer chez soi et ne plus
sortir avant l’aube. Le sorcier racontait que quiconque oserait braver cette
10 interdiction subirait les foudres du maître du lac et tous le croyaient
aveuglément.

Le chef de la tribu, Onas, habitait la maison au centre du village avec sa


femme Niska et leur ls. Ce dernier, Napiwa, était un jeune garçon de quinze ans
qui n’avait pas froid aux yeux. Élancé et nerveux, il était un chasseur et un
15 pêcheur hors pair.
Respectueux des traditions, Napiwa s’interrogeait parfois devant certaines
croyances que sa communauté acceptait aveuglément. Par exemple, pourquoi
le grand huard refusait-il que les membres de la tribu sortent la nuit ? Ils vivaient
pourtant en harmonie avec tous les animaux qui habitaient la terre ; pourquoi
20 le grand huard faisait-il exception ? Un jour, agacé, il voulut en discuter avec
son père :
— Et si le sorcier avait tort ? D’où vient cette croyance ? Quelqu’un s’est-il déjà
aventuré dans la nuit pour la vérier ?

40 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


— Mon ls, tu es intelligent et il est normal que tu doutes de certaines
25 choses, énonça calmement Onas de sa voix grave. Mais souviens-toi que le dieu
huard nous permet de vivre auprès de ce lac si riche en poissons. Nous lui
devons le plus grand respect.
Napiwa n’était pas convaincu, mais il n’osait pas contredire son père. Il se
promit d’aller vérier par lui-même si le grand sorcier disait vrai. Le soir même,
30 il se glissa silencieusement hors de son habitation. Son cœur battait fort alors
qu’il observait le ciel et admirait les étoiles. Puis, il disparut dans la nuit.
Niska se réveilla avant l’aube, le cœur serré par l’angoisse : elle avait rêvé que
son ls était en danger, perdu dans la forêt. Elle se tourna vers le coin de la
maison où dormait Napiwa : il n’y avait personne.
35 — Napiwa est déjà sorti ? s’étonna Onas, qui venait d’ouvrir les yeux.
— Impossible, il fait encore noir… s’inquiéta Niska.
Onas comprit immédiatement ce qui était arrivé. Se remémorant la
conversation de la veille, il entra dans une grande colère.
— Il a osé déer le grand huard ! Malheur à lui !
40 Dès que le soleil fut levé, Onas alerta les membres de la tribu de la
disparition de son ls. Il s’avéra qu’un des canots amarrés au bord du lac avait
disparu. Il était maintenant évident que Napiwa avait déé l’interdit et ne
reviendrait pas vivant. Onas donna l’ordre au sorcier de préparer la cérémonie
des morts sans plus attendre. Niska bloqua le chemin du sorcier, qui se dirigeait
45 vers la tente dédiée à l’invocation des esprits.
— N’y a-t-il rien qu’on puisse faire ? Les intentions de Napiwa sont pures, j’en
suis certaine. Peut-être s’est-il perdu dans les bois qui bordent le lac. Il faut aller
le chercher !
— Napiwa est maintenant prisonnier du domaine de la nuit. Partir à sa
50 recherche ne ferait qu’ajouter à l’offense, dit le sorcier. Il faut plutôt tenter
d’apaiser l’esprit du grand huard.
Les aînés de la tribu, choqués par l’audace de Niska, se rangèrent derrière
l’avis du sorcier. Cependant, Niska ne pouvait se résoudre à accepter la mort de
Napiwa. L’espoir qui grandissait en elle, ainsi que l’amour inconditionnel 3
55 qu’elle éprouvait pour son ls, furent plus forts que la puissance des traditions.
Elle s’adressa en ces mots au reste de la tribu :
— Et si on explorait le lac de jour, an de ne pas offenser le huard ?

AU FIL DU TEXTE

1 Sur quelle pièce de monnaie canadienne peut-on voir un huard ?


2 Qu’est-ce que l’expression vaquer à… signie ?
3 De quel nom vient l’adjectif inconditionnel ?

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES ACTIONS 41


Onas, voulant apaiser la douleur de sa femme, envoya un groupe de
chasseurs ratisser 4 le lac et ses rives en canot. Le chef, derrière son apparente
60 résignation 5 , avait lui aussi espoir qu’on retrouve Napiwa. Les chasseurs
revinrent en n de journée, bredouilles. Onas, tout comme sa femme, ne pouvait
se résoudre à imaginer son ls mort. Chaque jour, il renvoyait de nouveaux
canots à sa recherche, sans résultat.
En attendant le retour des chasseurs, Niska se tenait sur la grève 6 et scrutait
65 le lac. An de rendre son attente moins pénible, chaque jour elle prenait un
caillou blanc sur la plage et le polissait sans relâche. Chaque soir, de retour dans
sa maison, elle perçait un trou dans le caillou et l’enlait sur une lanière de cuir.

Au bout du sixième jour, alors que Niska était à la recherche d’un caillou sur
la grève, elle entendit des échos en provenance du lac. Quand elle releva la tête,
70 elle aperçut un canot qui s’approchait avec, à bord, son ls adoré ! Niska
se mit à pousser des cris de joie, qui alertèrent les autres membres de la tribu.
Tous se précipitèrent au bord du lac pour accueillir le jeune garçon.
Napiwa s’avança parmi eux. Les plus jeunes membres de la tribu le
regardaient avec un mélange de curiosité et d’admiration. Ils le pressèrent de
75 raconter son histoire.

AU FIL DU TEXTE

4 Par quel verbe peut-on remplacer ratisser ?


5 La résignation, c’est le fait d’accepter sans…
6 Donnez un synonyme au mot grève.

42 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1
— [Au départ, je voulais simplement me promener et apprivoiser la nuit. Je
suis sorti et j’ai vu les milliers d’étoiles qui parsemaient le ciel. Pour mieux voir
la lune, qui était cachée par les arbres, j’ai pris un canot et j’ai commencé à pagayer
vers le milieu du lac. Aucune brise ne soufait sur le lac, il était parfaitement
2 3
80 calme.][Soudain, le vent s’est levé.][Le lac est devenu si agité que mon canot a
chaviré. Les ots m’ont englouti. J’ai cru que j’allais mourir. Puis je me suis
réveillé confortablement installé sur un nid de feuilles et de branches. Au-dessus
de moi, le grand huard me xait de son œil rouge. J’ai d’abord eu peur, mais j’ai
vu qu’il tenait dans son bec un poisson, qu’il a déposé près de moi avec
85 bienveillance. C’est ainsi que pendant plusieurs jours, il m’a apporté à manger et
4
à boire. Peu à peu, j’ai repris des forces.][Puis, aujourd’hui, j’ai pu reprendre mon
5
canot pour rentrer.][Et voilà, je suis maintenant sain et sauf, parmi vous.]
Quand Napiwa eut ni de raconter son histoire, les membres de la tribu
demeurèrent silencieux. Niska serra son ls dans ses bras tandis que le chant du
90 huard se faisait entendre.
Niska, un sourire énigmatique aux lèvres, se dirigea vers le canot qu’elle mit
à l’eau. Elle pagaya jusqu’au milieu du lac et s’arrêta. Le huard sortit lentement
de l’eau. Niska se pencha vers l’animal et glissa, autour de son cou, le collier de
cailloux blancs qu’elle avait patiemment polis. Elle se pencha et lui dit tout
95 doucement « merci ».
Depuis ce jour, les huards portent autour de leur cou un délicat collier de
plumes blanches.
Adapté d’une légende amérindienne.

1 Reconstituez la situation initiale de cette légende (lignes 1 à 11).


a) Qui ? Une tribu amérindienne (comprenant le chef Onas, sa femme Niska,
leur ls Napiwa, un sorcier).
b) Où ? Au bord d’un lac dans une forêt québécoise.

c) Quand ? Autrefois.

d) Quoi ? Ils vivent en harmonie avec les bêtes, mais connaissent l’angoisse du
grand huard.
2 a) Expliquez ce que craignent les gens.
Ils craignent que le huard les punisse s’ils sortent la nuit.

b) Quel adverbe montre, entre les lignes 1 et 11, qu’ils acceptent cette croyance
sans la remettre en question ? Aveuglément.

c) Quel sentiment éprouve Napiwa devant cette croyance ?


Il est agacé.

d) Que fait-il alors ?


Il essaie d’en discuter avec son père.
Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES ACTIONS 43
3 a) Surlignez les mots qui introduisent l’élément déclencheur.

b) Décrivez comment Napiwa, à ce moment, est partagé entre l’audace et le silence.


Napiwa a l’audace de dire tout haut ce qu’il pense et de remettre en
question les propos du sorcier. Il décide également de sortir la nuit, mais il
n’ose pas répondre à son père.

c) Quelle force lui impose le silence ? L’autorité ou la tradition.

d) Quelle force lui donne de l’audace ? La curiosité.

4 En contemplant le ciel, Napiwa a le cœur battant. Expliquez sa réaction au moyen


d’une raison positive et d’une raison négative.
Il est impressionné de voir la lune et les étoiles pour la première fois, mais il a
peur du châtiment éventuel du huard.

5 Analysez la narration de ce récit.


a) Quel type de narrateur raconte Napiwa et la légende du huard ?
Un narrateur omniscient.

b) Justiez votre réponse à l’aide de deux éléments que vous observez dans le récit.
Exemples de réponses.
• Le narrateur connaît les actions et les sentiments des personnages.

• Il n’est pas lui-même un personnage. OU Il raconte l’histoire à la


3e personne du singulier.
6 À votre avis, pourquoi cesse-t-on de rapporter les aventures de Napiwa dès le début
du déroulement ?
Exemples de réponses.
Pour créer un suspense et donner au lecteur l’envie de voir le mystère résolu.
Pour faire vivre au lecteur l’incertitude des membres de la tribu.

7 Quand Napiwa est de retour, la narration change entre les lignes 76 et 87.
a) Quel type de narrateur s’exprime alors ?
Un narrateur participant.

b) Mettez entre crochets chacune des étapes de ce court schéma narratif. Inscrivez
le numéro correspondant à chacune des étapes suivantes.
1. Situation initiale
2. Élément déclencheur
3. Déroulement
4. Dénouement
5. Situation nale

44 RACONTER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


8 Au cours du récit, la réaction d’Onas devant la disparition de son ls évolue.
a) Qu’est-ce qui l’explique au départ ?
Le chef Onas ne se permet pas d’être émotif parce qu’il veut seulement faire
respecter la tradition et qu’il a peur du huard. Sa colère et sa crainte devant
l’offense l’emportent.
b) Sous quelle inuence devient-elle plus émotive ?
Elle se modie sous l’inuence de la réaction humaine de sa femme et
devant son insistance. Accepter aussi : Elle se modie en fonction du temps
qui passe : Onas prend de plus en plus conscience de la perte de son ls.
9 a) Répartissez les quatre personnages en fonction de leur obéissance plus ou moins
grande à la tradition.
Onas • Niska • Napiwa • Sorcier

Respect de la tradition
(le personnage désobéit) (le personnage obéit)

Napiwa Niska Onas Sorcier

b) Pour Niska, quelle force s’oppose en elle au poids de la tradition ?


Son amour inconditionnel et sa tendresse de mère.

c) À la n de l’histoire, la condition des membres de la tribu s’est-elle améliorée par


rapport à la situation initiale ? Pourquoi ?
Oui, elle s’est améliorée parce qu’ils n’ont plus peur du huard et pourront
dorénavant sortir la nuit.

d) Dans ce récit, est-ce que le respect de la tradition a permis aux personnages


d’évoluer ? Justiez votre réponse.
Non. Exemples de justications. Ce sont plutôt la curiosité de Napiwa et
l’émotion de ses parents qui leur permettent d’avancer et d’évoluer. La
curiosité de Napiwa permet aussi à la tribu de se libérer de sa peur.
10 Observez la situation nale aux lignes 96 et 97.
a) La situation nale donne peu d’explications sur les personnages et leurs actions.
Sur quoi se concentre-t-elle ?
Elle explique l’origine du collier de plumes blanches des huards.

b) Verrez-vous maintenant les huards d’un autre œil ? Pourquoi ?


Exemple de réponse. Oui, j’observerai avec un sourire les huards et leur
collier blanc.

c) D’après vous, à quoi servent les légendes ?


Exemple de réponse. Elles servent à donner une signication à un élément
du monde. Ce n’est pas une signication réaliste ; elle est ctive et poétique,
peut-être pour faire rêver.
Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES ACTIONS 45
2 ATELIER 1
EXPLIQUER
Au cœur de l’explication
Expliquer, c’est faire comprendre un fait, une situation, un phénomène en
montrant ses causes et, éventuellement, ses conséquences. Lisez les textes suivants
en vous demandant ce qu’explique chacun d’eux.
TEXTE MODÈLE 1

Philippe Geluck, Le chat erectus, © Casterman, 2012, p. 20.

On sait pourquoi les bres rassasient


TEXTE MODÈLE 2

Si les bres coupent la faim, ce n’est pas seulement parce qu’en se gorgeant d’eau
elles remplissent plus vite l’estomac. C’est aussi parce que, dans le côlon, elles sont
transformées en acétate, une molécule qui déclenche l’impression de satiété.
Véronique Étienne, « On sait pourquoi les bres rassasient », dans Science & Vie, n o 1162, juillet 2014, p. 31.

Pourquoi l’eau éteint-elle un feu de bois ?


TEXTE MODÈLE 3

Parce qu’elle l’étouffe ! Quand on verse de l’eau sur le feu, elle se transforme
tout de suite en vapeur d’eau. Cette vapeur est un gaz qui occupe plus d’espace que
l’eau liquide. Ainsi, ce gaz repousse l’air autour de la amme. Et sans l’oxygène de
l’air, le bois ne peut plus faire de ammes ! Il s’éteint. En jetant une couverture sur
un feu, on l’étouffe aussi, car il n’a plus d’air.
Adapté de « Pourquoi l’eau éteint le feu ? », dans Espace des sciences, [En ligne].

46 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR La séquence explicative

Une séquence en Pourquoi... ? Parce que... ?


Un texte écrit dans le but d’expliquer une réalité contient une ou plusieurs
séquences explicatives.
La séquence explicative est formée essentiellement d’un questionnement en
pourquoi et d’une réponse en parce que.

Ex. : Séquence explicative du texte modèle 1

Questionnement en pourquoi
Pourquoi y a-t-il si peu de Réponse en parce que
poissons dans les BD ? Parce que les bulles des poissons
remontent à la surface.

Ex. : Séquence explicative du texte modèle 2

Questionnement en pourquoi
Pourquoi les bres rassasient- Réponse en parce que
elles ? Parce que, en se gorgeant
d’eau, elles remplissent plus
vite l’estomac.
Parce que, dans le côlon, elles
sont transformées en acétate,
une molécule qui déclenche
l’impression de satiété.

Ex. : Séquence explicative du texte modèle 3

Questionnement en pourquoi
Pourquoi l’eau éteint-elle un Réponse en parce que
feu de bois ? Parce qu’elle l’étouffe, et cela
se passe ainsi : au contact de la
chaleur, l’eau devient vapeur
d’eau ; cette vapeur d’eau chasse
l’air autour de la amme ; cette
privation d’air autour de la
amme entraîne l’extinction
du feu.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. AU CŒUR DE L’EXPLICATION 47


Les notions de cause et de conséquence
Dans une séquence explicative, on établit des liens logiques entre causes
et conséquences. Les éléments de la réponse en parce que peuvent souvent
être vus comme des causes tandis que le questionnement en pourquoi
peut être vu comme une conséquence dont on explique les causes.
La cause est ce qui est à l’origine de quelque chose.
La conséquence est un effet, un résultat.

Ex. : La blague est drôle, donc Marilou sourit.


Cause Conséquence

Ex. : Marilou sourit parce que la blague est drôle.


Conséquence Cause

Ex. : Pourquoi Marilou sourit-elle ? Parce que la blague est drôle.


Conséquence Cause

Sur une ligne du temps, la cause vient avant la conséquence, peu importe leur
ordre d’apparition dans un texte.
cause conséquence
(blague) (sourire)

À propos du questionnement en pourquoi


Le questionnement en pourquoi, aussi appelé « phase de questionnement »,
peut être introduit de différentes manières. Voici des exemples de formulations
équivalentes.
Comment se fait-il que… ? Qu’est-ce qui cause… ?
Comment est-il possible que… ? Les causes de… maintenant connues
Quelles sont les causes de… ? L’énigme de… enn résolue
Quelle raison explique que… ? Le mystère de… révélé au grand jour
Quelle est l’origine de… ?

Dans le texte modèle 3, la phase de questionnement correspond au titre


du texte.
Dans le texte modèle 2, le titre On sait pourquoi les bres rassasient est une
formulation équivalente à Pourquoi les bres rassasient-elles ?
Dans le texte modèle 1, la phase de questionnement correspond à la question
posée par le jeune poisson.

Remarque
Quand le questionnement en pourquoi n’est pas explicite, on le reconstitue à partir du
contexte.

48 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À propos de la réponse en parce que
La réponse en parce que est aussi appelée « phase d’explication » ou « phase
explicative ». Elle suit généralement un des deux plans suivants.
Plan A – Énumération de causes avec une conséquence
Schéma Exemple – Texte modèle 2

Cause 1 Absorption d’eau par les bres


+ +
Impression
Cause 2  Conséquence Transformation des bres 
de satiété
+ en acétate
Cause…

Plan B – Enchaînement de liens cause-conséquence


Schéma Exemple – Texte modèle 3

Cause 1 Eau sur feu


 Conséquence 1  Vapeur d’eau qui occupe plus d’espace que l’eau

Cause 2 Vapeur d’eau qui occupe plus d’espace que l’eau


 Conséquence 2  Privation d’air autour de la amme

Cause… Privation d’air autour de la amme


 Conséquence...  Extinction du feu
Chaque conséquence devient à son tour la cause d’un autre
phénomène.

La phase explicative est souvent introduite par parce que ou par un équivalent
comme en raison de ou est causé par.
Pour annoncer et organiser les éléments dans la phase d’explication, on peut
employer divers organisateurs textuels comme les suivants.
Organisateurs textuels Organisateurs
textuels, p. 272
Utilité Exemples

Ordonner les idées • d’abord, ensuite, en dernier lieu


• la cause la plus déterminante, une cause secondaire
• la première raison, l’autre raison, etc.

Ajouter des informations à cela s’ajoute que, aussi, de plus, en outre,


en plus de cela, etc.

Dans le texte modèle 2, ce n’est pas seulement parce qu’ et C’est aussi parce que
annoncent et ordonnent les deux éléments de réponse de la phase
d’explication.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. AU CŒUR DE L’EXPLICATION 49


Les deux premiers textes à lire sont tirés d’un livre intitulé C’est vrai ou
c’est faux ? 199 mythes fracassés. Lisez ces textes en prêtant une attention
particulière à la séquence explicative qu’ils contiennent.

Titre Le moustique se nourrit de sang


TEXTE

Introduction Combien de soirées dans le jardin ou sur la terrasse, de nuits


gâchées par ces chus moustiques ? Beaucoup trop !
Développement Il est avéré 1 que ce sont uniquement les femelles qui piquent.
SE = Séquence [SE Et pourquoi piquent-elles ? Non pas pour se nourrir de sang,
explicative tels 2 des vampires, mais pour favoriser la maturation 3 de leurs
œufs : c’est l’apport de protéines contenues dans le sang qu’elles
prélèvent qui va permettre le développement complet des œufs.]
Conclusion Les dames moustiques se nourrissent par ailleurs de nectar de
eurs, ce qui est nettement plus poétique, mais ne rend pas moins
désagréables leur bourdonnement et leurs piqûres.
Lydia Mammar, C’est vrai ou c’est faux ? 199 mythes fracassés,
© Guy Saint-Jean Éditeur Inc., 2014, p. 164.

AU FIL DU TEXTE

1 Remplacez avéré par un mot de même sens.


2 Quel mot pourrait remplacer tels ?
3 Dans la suite du texte, quel mot l’auteure emploie-t-elle comme synonyme
de maturation ?

!
1 À quoi le paragraphe d’introduction de ce texte sert-il ? Cochez les trois bonnes
Au besoin,
référez-vous
réponses parmi les suivantes.
aux stratégies 1. Situer le sujet abordé dans un contexte familier pour les lecteurs. 3
de lecture aux
pages 310 à 2. Capter l’attention des lecteurs. 3
315.
3. Annoncer une réponse en parce que.
4. Établir une certaine complicité avec les lecteurs. 3
5. Présenter un questionnement en pourquoi.

2 a) L’auteure commence le paragraphe de développement en donnant une


information essentielle pour comprendre la suite du texte. Relevez-la.
« Ce sont uniquement les femelles qui piquent. »

50 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


b) L’auteure insère ensuite une séquence explicative qui occupe le reste du
paragraphe. Reconstituez-en l’essentiel en complétant le schéma suivant.

Questionnement en pourquoi Réponse en parce que


Pourquoi les femelles Parce que cela favorise la maturation de leurs
moustiques piquent-elles ? œufs.

Plus précisément, ce sont les protéines


contenues dans le sang prélevé qui
permettent le développement des œufs.

3 a) Quelle croyance populaire l’auteure s’emploie-t-elle à rectier dans son texte ?


La croyance selon laquelle le moustique se nourrit de sang.

b) Dans quelle partie du texte cette croyance a-t-elle été formulée la première fois ?
Dans le titre.

4 a) Dans la séquence explicative, à quoi le deux-points sert-il ? Cochez la bonne


réponse parmi les suivantes.
Introduire une citation. 3 Introduire une précision,
un complément d’information.
Introduire une énumération.

b) Par quels mots pourriez-vous le remplacer ? En effet.

5 a) Quelle information l’auteure ajoute-t-elle dans la conclusion de son texte ?


Les moustiques femelles se nourrissent de nectar de eurs.

b) Donnez deux raisons justiant la pertinence de cet ajout.


Exemples de réponses.
Raison 1 : D’abord, cette information répond à la question qui découle
naturellement de la lecture du 2e paragraphe : si le moustique ne se nourrit
pas de sang, de quoi se nourrit-il alors ? Autrement dit, cette information
comble un vide.

Raison 2 : Ensuite, le lecteur, sachant que les moustiques femelles se


nourrissent de nectar de eurs, est plus susceptible de se détacher de sa
fausse croyance. En somme, il dispose d’une nouvelle information pour
remplacer une information erronée.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. AU CŒUR DE L’EXPLICATION 51


TEXTE
Titre La bosse du dromadaire contient de l’eau
Introduction La fameuse réserve d’eau du dromadaire située dans sa bosse,
pour un peu on y croirait ! Sauf que la bosse du dromadaire est
SE = Séquence constituée essentiellement de graisse. [SE Ce n’est pas grâce à sa
explicative
bosse que le dromadaire peut passer jusqu’à cinq semaines (en
5 saison froide) sans boire en plein désert, mais en raison de son
anatomie et de sa physiologie qui en ont fait un animal parfaitement
adapté aux conditions climatiques extrêmes.

Développement Ses narines, fort grosses, ont la propriété de se fermer lorsqu’il y


a du vent, ce qui maintient l’humidité dans l’appareil respiratoire./
10 De plus, le dromadaire urine peu/et ne transpire quasiment pas. /
Ses globules rouges ont l’étonnante capacité de tripler de volume
lorsqu’il boit, rendant le sang très uide 1 ./Inversement, le sang du
dromadaire devient très visqueux 2 dans les périodes où l’animal
boit peu ou pas du tout./Le dromadaire est un ruminant, comme
15 la vache : il est donc pourvu de plusieurs estomacs dans lesquels il
peut stocker jusqu’à 130 litres d’eau./Enn, et bien qu’il fasse partie
des animaux à sang chaud, le dromadaire peut faire varier sa
température corporelle entre 34 °C et 42 °C, selon la température
extérieure, pour lutter contre les déperditions 3 d’eau.]
Lydia Mammar, C’est vrai ou c’est faux ? 199 mythes fracassés,
© Guy Saint-Jean Éditeur Inc., 2014, p. 84.

AU FIL DU TEXTE

1 Comment un sang très uide est-il ?


2 Par quel mot pourriez-vous remplacer l’adjectif visqueux ?
3 Donnez un synonyme du nom déperdition.

52 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 a) Le titre et le début du paragraphe d’introduction présentent la croyance
populaire qui sera rectiée dans le reste du texte. Formulez-la en vos mots.
Le dromadaire aurait une réserve d’eau dans sa bosse.

b) Surlignez la phrase du texte qui corrige cette inexactitude.

2 La suite du premier paragraphe contient l’essentiel de la séquence explicative.


a) Dans cette séquence explicative, le questionnement en pourquoi est implicite.
Formulez-le de deux manières différentes à partir du contexte.
Exemples de réponses.
Pourquoi le dromadaire peut-il passer cinq semaines sans boire dans le
désert ?

Pour quelle raison le dromadaire peut-il rester longtemps sans boire ?

b) Soulignez la réponse fournie dans le premier paragraphe.


c) Encadrez les mots qui introduisent cette réponse.

3 Dans le paragraphe de développement, on énumère sept caractéristiques qui


précisent la réponse donnée à la n du premier paragraphe.
a) À l’aide de barres obliques, délimitez dans le texte ces sept caractéristiques.
b) Résumez chacune de ces caractéristiques par un groupe nominal. Résumez-les
dans l’ordre.
Exemples de réponses.
1. Grosses narines pouvant se fermer et maintenir l’humidité.

2. Faible production d’urine.

3. Très faible transpiration.

4. Capacité d’augmenter la uidité du sang en buvant de l’eau.

5. Possibilité d’augmenter la viscosité du sang en période de sécheresse.

6. Capacité de stockage d’eau dans les estomacs.

7. Capacité d’autorégulation de la température corporelle pour lutter contre


les pertes d’eau.

4 a) À la ligne 10, à quoi l’organisateur textuel De plus sert-il ?


À annoncer l’ajout d’autres caractéristiques.

b) À la ligne 16, à quoi l’organisateur textuel Enn sert-il ?


À annoncer l’ajout d’une dernière caractéristique.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. AU CŒUR DE L’EXPLICATION 53


Lisez Les extinctions massives. Même si les mots pourquoi et parce que
n’y gurent pas, ce texte contient bel et bien une séquence explicative.

TEXTE
Les extinctions massives
Au cours de l’histoire de la vie sur Terre, des événements ont causé des
extinctions massives 1 , c’est-à-dire la disparition d’un très grand nombre
d’espèces vivantes. Cette disparition peut avoir été causée par un brusque
changement climatique, une activité volcanique exceptionnelle ou même un
impact météoritique. Les espèces ayant survécu à ces extinctions ont pris de
l’importance, se sont adaptées et diversiées.
Inés Escrivá et collab., ADN, Science et technologie, Chenelière Éducation, 2012, p. 17.

AU FIL DU TEXTE

1 a) Selon ce texte, qu’est-ce qu’une extinction massive ?


b) Quelle expression annonce cette dénition ?

1 Quel phénomène explique-t-on dans ce texte ? Répondez par un groupe nominal.


Les extinctions massives.

2 Quelles parties du texte révèlent le sujet abordé dans ce texte ?


• Le titre du texte. • La première phrase du texte.

3 Encadrez les mots de la première phrase annonçant que la suite du texte expliquera
un phénomène.

4 Soulignez la phrase du texte qui énumère les trois causes de ce phénomène.

5 Reconstituez maintenant la séquence explicative de ce court texte. Pour cela,


complétez le schéma suivant.

Questionnement en pourquoi Réponse en parce que


Pourquoi les extinctions Parce qu’il y a peut-être eu un brusque
massives se seraient-elles changement climatique.
produites ? Parce qu’il y a peut-être eu une activité volcanique
exceptionnelle.
Parce qu’il y a peut-être eu un impact
météoritique.

54 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Lisez le texte ci-dessous. Vous vous exercerez à reconstituer un enchaînement
de liens cause-conséquence.

Quelle est l’origine d’un séisme ?


TEXTE

Le refroidissement interne de la Terre. Dans le noyau terrestre, le thermomètre


peut monter à 5 000 °C. L’écart de température entre son cœur et sa surface
provoque 1 un mouvement des roches à l’intérieur de la Terre. Ces déplacements 2
entraînent 3 les plaques formant la croûte externe de notre planète (qui est comme
la peau d’une orange craquelée façon puzzle). Même si elle a une certaine élasticité,
la croûte nit par casser lorsque ses déformations sont trop importantes. Cette
rupture 4 s’accompagne de secousses plus ou moins violentes qui font trembler
la Terre.
Alexane Roupioz, « Quelle est l’origine d’un séisme ? »,
dans Science & Vie Junior, n o 305, février 2015, p. 59.

AU FIL DU TEXTE

1 Donnez un synonyme du verbe provoquer dans le contexte.


2 Quel passage de la phrase précédente le GN Ces déplacements
reprend-il ?
3 Que signie le verbe entraîner dans le contexte ?
4 De quelle rupture s’agit-il dans le contexte ?

1 Reformulez le titre de ce texte de manière à obtenir une question en pourquoi.


Exemple de réponse. Pourquoi la Terre tremble-t-elle ?

2 La première phrase du texte répond à la question de départ : les tremblements


de terre s’expliquent par le refroidissement interne de la Terre. Reconstituez
l’enchaînement de liens cause-conséquence qui détaille ce phénomène. Pour cela,
remplissez le schéma suivant.
Enchaînement de liens cause-conséquence

Écart de température entre le cœur et la surface de la Terre.


 Mouvement des roches à l’intérieur de la Terre.

Ce mouvement des roches à l’intérieur de la Terre.


 Déformations des plaques formant la croûte terrestre.

Ces déformations des plaques formant la croûte terrestre.


 Rupture dans la croûte terrestre.

Cette rupture dans la croûte terrestre.


 Secousses faisant trembler la Terre.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. AU CŒUR DE L’EXPLICATION 55


La séquence explicative se trouve dans une grande variété de textes : articles
de vulgarisation scientique, manuels scolaires, entrevues, bandes dessinées,
pièces de théâtre, romans, etc. Le conte ci-dessous en contient plus d’une.
Lisez-le en prêtant une attention particulière aux paroles des personnages.

Prière des Apaches pour le cheval


TEXTE

L’apparition du cheval fut un événement inoubliable,


et un merveilleux cadeau pour les Indiens.
Pour rendre hommage à celui qui était le compagnon de toute leur vie,
les tribus apaches donnaient cette bien jolie leçon à leurs enfants.

5 Il n’y a pas si longtemps encore, le soir, au coin du feu, les mères jicarillas racontaient
l’histoire qui suit à leurs enfants :

« Il était une fois un homme qui maltraitait son cheval et le frappait. Un autre homme
était très gentil avec le sien et prenait bien soin de lui. Un jour, les deux chevaux se
rencontrèrent.

10 « Le cheval en bon état demanda à l’autre pourquoi il n’avait que la peau sur les os.
Celui-ci répondit : “C’est parce que mon père ne prend pas soin de moi. Il me bat avec de gros
bâtons./Quand il me monte, il me fouette avec les rênes et les cordes./Quand il me met le
tapis de selle, il ne l’assouplit pas et me lance violemment la selle sur le dos./Il me parle
toujours méchamment et ne me dit jamais un mot gentil. C’est pour cela aussi que je suis
15 lourd et lent quand il me monte.”

« L’autre cheval dit : “Mon père est toujours gentil avec moi.[Il prend bien soin de moi et
m’appelle mon enfant. Il me soigne comme si j’étais son bébé. Il ne me frappe jamais. Quand
il me met le tapis sur le dos, il l’assouplit bien et me brosse pour que je ne me blesse pas le
dos.] C’est pour cela que je suis heureux.[Je mange ce que je veux ]et je suis gras. Et je suis er
20 de mon père. Voilà pourquoi quand il me monte je l’emmène où il veut, je suis léger et je
danse devant les gens pour qu’il soit er de moi.” »

Et les enfants s’endormaient en pensant qu’un jour ils aimeraient si fort leur cheval que lui
aussi serait er d’eux.
Brigitte Heller, « Prière des Apaches pour le cheval »,
dans 21 contes des origines de la Terre, © Flammarion Jeunesse, 2009, p. 39.

56 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


!
1 Dans ce conte, l’échange entre les chevaux contient deux séquences explicatives.
Un texte peut
Intéressez-vous d’abord à la première (lignes 10 à 15). contenir plus
a) Formulez la question en pourquoi comme si le cheval en bon état posait sa d’une séquence
explicative.
question directement à l’autre cheval, celui en mauvais état.
Exemple de réponse.
Pourquoi n’as-tu que la peau sur les os ?

b) Relevez dans le texte la réponse en parce que donnée par l’autre cheval.
« C’est parce que mon père ne prend pas soin de moi. »

c) L’autre cheval enchaîne avec des exemples de mauvais traitement qui complètent
sa réponse. À l’aide de barres obliques, délimitez ces exemples dans le texte.
d) Pour terminer, l’autre cheval ajoute une autre conséquence de tous les mauvais
traitements qu’il subit. Relevez-la.
« C’est pour cela aussi que je suis lourd et lent quand il me monte. »

e) Relevez l’expression qui annonce cette autre conséquence.


« C’est pour cela aussi que. »

2 Passez maintenant à la seconde séquence explicative contenue dans l’échange entre


les chevaux (lignes 16 à 21).
a) Quelle question en pourquoi l’autre cheval aurait-il pu poser au cheval en bon
état ? Formulez-la.
Exemples de réponses.
Pourquoi es-tu heureux ? Pourquoi es-tu si gras ? Pourquoi es-tu heureux et gras ?

b) Bien que la réponse ne soit pas annoncée par parce que, elle est bel et bien dans
le texte. Relevez-la.
« Mon père est toujours gentil avec moi. »

c) Comme l’autre cheval l’a fait avant lui, le cheval en bon état complète sa réponse
avec des exemples. Placez entre crochets les passages qui présentent ces
exemples de bon traitement.

3 a) Entre les lignes 16 et 21, surlignez au moins quatre conséquences liées aux bons
soins que reçoit le cheval en bon état.
b) Relevez les expressions qui annoncent ces conséquences.
• « C’est pour cela que. »

• « Voilà pourquoi. »

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. AU CŒUR DE L’EXPLICATION 57


Un texte peut contenir à la fois des passages explicatifs et des passages
descriptifs dans des proportions variables. Le texte ci-dessous est essentiellement
descriptif, mais il contient une courte séquence explicative.

Titre Les écrans nuisent au sommeil


TEXTE

des adolescents
Introduction Plus un adolescent passe de temps devant un écran
pendant la journée, pire sera ensuite la qualité de son
sommeil, prévient une nouvelle étude publiée par le
journal médical en ligne BMJ Open.
Développement 5 Les chercheurs basent leurs conclusions sur l’étude de
• Aspect 1 (lignes 5 à 7) : quelque 10 000 adolescents norvégiens âgés de 16 à
Caractéristiques des 19 ans, en 2012.
participants à l’étude Ils ont demandé aux adolescents combien de temps ils
passaient devant un écran à l’extérieur de l’école et quels
10 appareils électroniques ils utilisaient, du lecteur MP3 à
la console de jeux.
• Aspect 2 (lignes 8 à 19) :
Ils les ont aussi questionnés au sujet de leurs habitudes
Enquête sur certaines de sommeil la semaine et le week-end, notamment pour
habitudes de vie des savoir à quelle heure ils se levaient et se couchaient ;
15 combien de sommeil ils avaient besoin pour se sentir
participants
reposés ; et combien de temps ils mettaient à s’endormir.
Pratiquement tous les adolescents ont admis utiliser
un appareil électronique une heure ou moins avant d’aller
au lit.
• Aspect 3 (lignes 20 à 34) : 20 Les chercheurs ont déterminé que l’utilisation de
Observations et constats n’importe quel appareil pendant le jour et une heure ou
moins avant d’aller au lit augmentait le risque de mettre
plus de 60 minutes à s’endormir. Cela était particulièrement
vrai dans le cas de l’ordinateur, du téléphone intelligent ou
25 du lecteur MP3.
Ceux qui passaient plus de quatre heures par jour
devant un écran augmentaient de 49 % leur risque de
prendre plus d’une heure à s’endormir.
En moyenne, les adolescents ont dit avoir besoin de
30 huit ou neuf heures de sommeil pour se réveiller frais et
dispos. Toutefois, ceux qui consacraient plus de deux
heures par jour aux courriels ou aux bavardages en ligne
étaient trois fois plus susceptibles de dormir moins de
cinq heures par nuit. […]

58 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Conclusion 35 Les chercheurs croient que l’utilisation des appareils
électroniques remplace possiblement le temps de
sommeil ; qu’ils interfèrent avec le sommeil en stimulant
le système nerveux ; ou que la lumière qu’ils émettent
détraque possiblement l’horloge interne de l’organisme.
La Presse canadienne, « Les écrans nuisent au sommeil des adolescents »,
dans Le Devoir, [En ligne], 3 février 2015.

1 À quoi le titre et l’introduction de ce texte servent-ils ?


Exemple de réponse.
À présenter le sujet du texte, une réalité qui pose problème.

2 Relisez le paragraphe d’introduction et reformulez en vos mots ce que révèle l’étude


publiée dans le BMJ Open.
Exemple de réponse.
Elle révèle qu’il y aurait un lien de causalité entre le nombre d’heures que passe
un adolescent devant un écran et la qualité de son sommeil.

3 Le développement de ce texte présente trois aspects liés à l’étude menée par les
chercheurs. Notez chacun des éléments ci-dessous au bon endroit dans la marge,
à gauche du texte.
• Enquête sur certaines habitudes de vie des participants
• Observations et constats
• Caractéristiques des participants à l’étude

4 Quelles sont les principales caractéristiques des participants de l’étude ?


a) Leur nombre : 10 000.
b) Leur âge : de 16 à 19 ans.
c) Leur provenance géographique : la Norvège.

5 La conclusion de ce texte est purement explicative.


a) À quelle question en pourquoi cette conclusion répond-elle ?
• Pourquoi les écrans nuisent-ils au sommeil des jeunes ?

b) Quels éléments de réponse présente-t-elle ? Formulez-les en parce que.


• Parce que l’utilisation des appareils électroniques remplace possiblement
le temps de sommeil.

• Parce que les appareils interfèrent avec le sommeil en stimulant le système


nerveux.

• Parce que la lumière qu’ils émettent détraque possiblement l’horloge


interne de l’organisme.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. AU CŒUR DE L’EXPLICATION 59


ATELIER 2

Des moyens pour comprendre et apprécier


le texte explicatif
Vous avez vu dans l’atelier 1 que le texte explicatif se caractérise par la présence
de séquences explicatives. Ce texte se caractérise aussi par l’emploi de moyens qui
aident les lecteurs à le comprendre et à l’apprécier.

Lisez l’article ci-dessous une première fois sans tenir compte du marquage.
Relisez-le ensuite en tenant compte des éléments mis en relief.

Moyens facilitant
TEXTE MODÈLE

la compréhension

Pourquoi y a-t-il des alvéoles


sur les balles de golf ?
= Terme introduisant Parce que cela améliore l’aérodynamisme
une cause, une raison de la balle. [« Les alvéoles diminuent la traînée –
= Reformulation ou résistance à l’air –, cette force qui s’oppose au
mouvement de la balle dans l’air et ralentit sa course »],
= Dénition précise Daniel Huilier, [physicien] [à l’université de
[ ] = Citation d’expert Strasbourg].
[ ] = Indice de la crédibilité En effet, en s’introduisant dans ces cavités, l’air va
de l’expert générer des mini-tourbillons. Alors que la mince couche
= Terme précis
d’air autour de la surface d’une balle parfaitement lisse
est « laminaire », c’est-à-dire homogène et continue, elle
= Terme introduisant devient ici turbulente, ce qui réduit les forces de
une conséquence frottement.

Alvéolée, la balle de golf transperce l’air sans


être freinée
Conséquence : pour une même vitesse de coup de
= Comparaison départ, une balle alvéolée sera moins freinée en vol
qu’une balle lisse, et sa trajectoire sera plus droite sur
une plus grande distance.
Si, au 13e siècle, en Hollande, la première balle de
golf était lisse, les joueurs se sont vite rendu compte
Diverses marques organisant qu’une fois abîmé, leur projectile avait une meilleure
le texte : portée.
• Titre
• Intertitre
Il a fallu cependant attendre le tout début du
• Paragraphes 20e siècle pour que l’ingénieur anglais William Taylor
• Alinéas étudie scientiquement, en souferie, ces effets des
• Emploi du gras alvéoles sur la trajectoire des balles.

60 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Illustration

Kheira Bettayeb, « Pourquoi y a-t-il des alvéoles sur les balles de golf ? »,
dans Science & Vie, [En ligne], no 1172, août 2015.

À RETENIR
Les auteurs disposent d’une variété de moyens pour aider les lecteurs à mieux
saisir le fait, la situation ou le phénomène qu’ils expliquent. Voici quelques-uns
de ces moyens.
• Des termes qui introduisent soit une cause, soit une conséquence.
• Des deux-points qui établissent des liens cause-conséquence.
• Un vocabulaire précis qui transmet de l’information juste.
• Des procédés explicatifs qui éclairent, illustrent les propos.
• Des citations qui ajoutent de la crédibilité aux informations.
• Des marques variées qui organisent le texte.
Ces moyens ne se trouvent pas tous dans un même texte. Les auteurs font des
choix en fonction du genre de texte qu’ils écrivent, du sujet de l’explication et
des connaissances des lecteurs.

Des termes pour introduire soit une cause, soit une conséquence
!
Quelques verbes établissant un rapport cause-conséquence Sur une ligne
Verbe Exemples du temps, la
cause vient
Causer • Cet incendie causa plusieurs décès.
avant la
• Plusieurs décès ont été causés par cet incendie. conséquence,
Déclencher • La piqûre de guêpe a déclenché une réaction allergique. peu importe
leur ordre
• Cette réaction allergique a été déclenchée par la piqûre de guêpe.
d’apparition
Engendrer • Le taux de chômage élevé a engendré une crise sociale. dans un texte.
• La crise sociale a été engendrée par un taux de chômage élevé.
Entraîner • La fonte des glaciers entraîne une élévation du niveau des mers.
• L’élévation du niveau des mers est entraînée par la fonte des
glaciers.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 61
Quelques verbes établissant un rapport cause-conséquence (suite)
Verbe Exemples

Expliquer • Des mutations génétiques expliquent de telles malformations.


• De telles malformations s’expliquent par des mutations
génétiques.
Générer • Ce procédé génère de grandes quantités de chaleur.
• De grandes quantités de chaleur sont générées par ce procédé.
Occasionner • Le passage de l’ouragan a occasionné des dégâts.
• Ces dégâts ont été occasionnés par le passage de l’ouragan.
Produire • Ce médicament produit des effets indésirables.
• Des effets indésirables sont produits par ce médicament.
Provoquer • Cette maladie provoque de graves complications.
• De graves complications sont provoquées par cette maladie.

Servent également à introduire une conséquence les formulations suivantes :


Il en découle que…, Il en résulte que…, Il s’ensuit que…, De là vient que…,
C’est pourquoi…, Ce qui fait que…, Voilà pourquoi…, etc.

Exemples de noms exprimant...


une cause une conséquence

cause, explication, motif, origine, conséquence, contrecoup, effet, impact,


pourquoi, principe, raison, source répercussion, résultat, retombées,
séquelles

Exemples de prépositions introduisant...


une cause une conséquence

à cause de, à défaut de, à force de, au point de, jusqu’à


à la suite de, à l’origine, compte tenu de,
en raison de, étant donné, faute de,
grâce à, vu

Exemples de coordonnants introduisant...


une cause une conséquence

car, en effet ainsi, alors, aussi, donc, par conséquent

Exemples de subordonnants introduisant...


une cause une conséquence

comme, étant donné que, parce que, au point que, de (telle) façon que, de
puisque, pour la raison que, vu que (telle) manière que, de (telle) sorte que,
si bien que

Dans le texte modèle, les termes encadrés introduisent soit une cause,
soit une conséquence.

62 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Le deux-points pour établir des liens cause-conséquence
• Le deux-points sert parfois à établir un lien cause-conséquence entre l’énoncé
qui précède le deux-points et l’énoncé qui suit le deux-points. !
• Le deux-points qui précède l’expression d’une cause peut habituellement Le deux-points
être remplacé par car ou parce que. a d’autres
parce que utilités. Il peut,
entre autres,
Ex. : Le feu s’est éteint : l’apport en oxygène avait été coupé.
introduire
Conséquence Cause
des paroles
• Le deux-points qui précède l’expression d’une conséquence peut rapportées
habituellement être remplacé par donc. directement,
une citation
donc
ou une
Ex. : L’apport en oxygène a été coupé : le feu s’est éteint. énumération.
Cause Conséquence

Dans le texte modèle, le deux-points précède l’expression d’une conséquence


(celle de la réduction des forces de frottement mentionnées dans le
paragraphe précédent). Ce deux-points est d’ailleurs précédé du mot
Conséquence.

Un vocabulaire précis pour donner de l’information juste

Dans le texte modèle, les termes soulignés en pointillé donnent des


informations techniques variées.

Des procédés explicatifs pour éclairer, illustrer les propos


Les principaux procédés explicatifs sont la dénition, l’exemple, la comparaison,
la reformulation et l’illustration.
• La dénition
Souvent intégrée dans le corps du texte, la dénition donne le sens de mots
qui risquent d’être mal compris par les lecteurs. Elle répond à la question
Qu’est-ce que… ?
La dénition peut être introduite par est, c’est, sont, ce sont, c’est-à-dire, entre
autres. Elle est parfois placée entre virgules, entre parenthèses, entre tirets ou
dans un encadré en marge du texte.

Le texte modèle fournit deux dénitions : celle du nom traînée et celle de


l’adjectif laminaire. Cette dernière est introduite par c’est-à-dire.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 63
• L’exemple
L’exemple sert à rendre un élément d’explication plus concret en faisant des
liens avec les connaissances des lecteurs. On présente souvent plus d’un
exemple à la fois.
L’exemple peut être introduit par ainsi, c’est ainsi que, c’est le cas de, par exemple,
pour illustrer cette idée, comme, tel, tel que, entre autres.
Il est parfois placé entre parenthèses.
Ex. : Les sports d’équipe tels que le hockey et le soccer sont populaires.
[Dans cette phrase, le hockey et le soccer sont des exemples de sports d’équipe.
Ces exemples sont introduits par tels que.]

• La comparaison
Comparer deux réalités permet de faire ressortir des ressemblances ou des
différences entre elles.

Dans le texte modèle, on compare une balle alvéolée et une balle abîmée
avec une balle lisse. Les termes comparatifs moins… qu’, plus… et
meilleure permettent de repérer ces comparaisons.

• La reformulation
La reformulation permet de redire une idée dans des mots plus simples.
Elle peut être introduite par des expressions comme autrement dit, c’est-à-dire,
en d’autres termes, en un mot, plus simplement, entre autres.

Dans le texte modèle, on reformule traînée par résistance à l’air. Cette


reformulation est introduite par ou.
De plus, l’intertitre Alvéolée, la balle de golf transperce l’air sans être freinée
peut être considéré comme une reformulation en mots plus simples de
la première phrase du texte.

• L’illustration
L’illustration peut prendre plusieurs formes : dessin, photo, schéma, etc.
Le plus souvent, l’illustration s’accompagne d’une légende.

Le texte modèle est accompagné d’une illustration technique qui permet


de visualiser pourquoi une balle alvéolée est moins freinée en vol qu’une
balle lisse.

64 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Des citations pour ajouter de la crédibilité aux propos
En plus d’être claires, les explications doivent être crédibles. Une manière d’en
améliorer la crédibilité est de citer des paroles ou des écrits d’experts et de fournir
la source de ces citations.
De plus, il est intéressant de donner des indices permettant aux lecteurs de se faire
une idée de la renommée des experts cités.

Dans le premier paragraphe du texte modèle, une citation de Daniel Huilier


constitue le cœur de l’explication.
Le fait que cet expert soit un physicien associé à une grande université
française ajoute du poids à ses propos.

Des marques pour organiser le texte


• Les marques d’organisation les plus apparentes sont le titre, la division en
paragraphes, les alinéas et les intertitres. À cela s’ajoutent divers moyens
graphiques comme la numérotation de parties de texte ainsi que l’emploi de
l’italique, du gras et du soulignement.
• De plus, divers organisateurs textuels ordonnent les idées, introduisent des Organisateurs
exemples et de l’information nouvelle, entre autres. textuels, p. 49
et 272
Plusieurs moyens organisent le texte modèle et en facilitent la lecture.
– Le texte est coiffé d’un titre.
– Ce texte est divisé en paragraphes qui commencent tous par un alinéa.
– L’emploi du gras met en relief l’essentiel de la séquence explicative.
– Les mots Parce que, En effet et Conséquence placés en début de paragraphe
ordonnent logiquement les idées.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 65
Lisez les deux premiers textes. Vous vous familiariserez avec quelques-uns
des moyens utilisés pour faciliter la lecture des textes explicatifs.

TEXTE
À l’automne, qu’est-ce qui provoque
le jaunissement des feuilles ?
La diminution de la longueur du jour. Une plante est sensible aux variations
de son environnement. À l’automne, le raccourcissement des jours et la baisse de
température freinent la production de chlorophylle. Ce pigment, responsable
de la couleur verte des feuilles, est présent en quantité 10 à 20 fois supérieure aux
autres pigments, dont il masque la couleur. Sa disparition 1 progressive est donc
l’occasion pour les caroténoïdes (les pigments qui donnent à la carotte sa couleur
orange) d’imposer leur palette de teintes automnales.
Aude Rambaud, « À l’automne, qu’est-ce qui provoque le jaunissement des feuilles ? »,
dans Science & Vie, n o 302, novembre 2014, p. 55.

AU FIL DU TEXTE

1 De quelle disparition s’agit-il ?

1 Cernez l’essentiel de la séquence explicative de ce texte. Pour cela, formulez


le questionnement en pourquoi et sa réponse en parce que.
Exemples de réponses.
Pourquoi les feuilles jaunissent-elles à l’automne ?
Parce que les jours raccourcissent.

2 Quel moyen graphique l’auteure a-t-elle utilisé pour mettre en relief l’essentiel de
la phase explicative ?
Elle a utilisé le gras.

3 Soulignez le passage du texte qui dénit ce qu’est la chlorophylle.

4 Que sont les caroténoïdes ?


a) Surlignez la dénition donnée dans le texte.
b) Comment cette dénition est-elle intégrée au texte ?
Elle est placée entre parenthèses.

66 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Comment se fait-il que l’on perçoive
TEXTE des visages dans les objets ?
Une voiture qui sourit, une maison dont les fenêtres nous font penser à des
yeux… Nous avons tous déjà vu des traits humains ou animaux apparaître dans
des choses. Cette illusion 1 s’appelle la paréidolie.[Il pourrait s’agir d’une aptitude 2
née de l’évolution 3 : nous serions programmés à reconnaître les visages au plus
vite pour anticiper 4 un danger de la part des individus.][Par ailleurs, notre cerveau
a également tendance à chercher une image familière 5 dans une forme inconnue.]
C’est sur cette faculté que s’appuie le test psychologique de Rorschach, où le
patient dit ce qu’il « voit » dans des taches d’encre.
« Comment se fait-il que l’on perçoive des visages dans les objets ? »,
dans Ça m’intéresse, n o 408, février 2015, p. 53.

AU FIL DU TEXTE

1 Qu’est-ce qu’une illusion ?


2 Donnez un synonyme du nom aptitude.
3 D’après le contexte, de quelle évolution s’agit-il ?
4 Que signie le verbe anticiper ?
5 Par quel mot pourriez-vous remplacer l’adjectif familière ?

1 Dans ce texte, on s’intéresse au phénomène de la paréidolie.


a) Qu’est-ce que la paréidolie ? Répondez à partir des éléments de dénition
donnés dans le texte.
C’est une illusion qui consiste à voir des traits humains ou animaux dans
des choses.

b) Pour faire des liens avec les connaissances des lecteurs, l’auteur du texte fournit
deux exemples de paréidolie. Relevez-les.
• « Une voiture qui sourit. »

• « Une maison dont les fenêtres nous font penser à des yeux. »

2 Relevez cinq exemples de termes précis employés dans ce texte.


Exemples de réponses.
« Traits, illusion, paréidolie, aptitude, évolution, programmés, anticiper,
tendance, image familière, forme inconnue, faculté. »

3 Après avoir décrit la paréidolie, l’auteur présente deux éléments de réponse


expliquant l’origine de ce phénomène.
a) À l’aide de crochets, délimitez chacun de ces deux éléments de réponse.
b) Surlignez l’organisateur textuel qui annonce le deuxième élément de réponse.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 67
Lisez l’extrait de manuel scolaire ci-dessous dans lequel sont décrits et expliqués
différents problèmes de vision. Par la suite, vous nommerez certains des moyens
utilisés pour faciliter la lecture de ce texte.

Les anomalies de la vision et


TEXTE

leur correction
a) Dénition a) Lorsque l’œil est capable de bien focaliser les rayons
lumineux sur la rétine, ce qui permet au cerveau d’analyser
une image nette, il est dit emmétrope. Lorsque cette image
apparaît plutôt oue, c’est un signe d’anomalie visuelle comme
b) Exemples b) la myopie, l’hypermétropie, la presbytie ou l’astigmatisme.

On souffre de myopie lorsqu’on voit bien de près mais


c) Terme introduisant qu’on distingue mal les objets éloignés. Cette anomalie c) est
une cause causée par un globe oculaire de forme légèrement allongée ou
un cristallin trop bombé. La malformation du globe oculaire
d) Terme introduisant
une cause est fréquemment héréditaire. Quant à la forme trop bombée du
cristallin, elle d) est souvent due à de mauvaises habitudes
e) Exemples visuelles telles que e) la lecture de trop près ou avec un
éclairage insufsant. De tels comportements forcent les
f) Terme introduisant muscles ciliaires à bomber le cristallin. f) Il en résulte une
une conséquence crispation de ces muscles, qui sont désormais incapables de
se relâcher sufsamment pour permettre une bonne vision
des objets éloignés.

g) Chez les personnes g) myopes, les rayons lumineux


Terme précis
produits par les objets éloignés g) convergent avant d’arriver à
la g) rétine (voir l’illustration de la page 69). L’image nette se situe
donc devant la rétine, et celle qui y parvient est oue. Or, c’est
l’image projetée sur la rétine qui est transmise au cerveau. On
corrige ce problème avec une g) lentille concave, grâce à
laquelle les rayons lumineux g) divergeront jusqu’au cristallin
puis convergeront sur la rétine.
h) Dénition Dans l’hypermétropie, h) l’œil voit très bien au loin, mais
l’image d’un objet rapproché lui apparaît oue. Cette anomalie,
i) Terme introduisant habituellement héréditaire, i) est causée par un globe oculaire
une cause légèrement raccourci ou un cristallin insufsamment bombé.
Dans cet état, le cristallin ne peut faire converger les rayons
lumineux provenant d’un objet rapproché sur la rétine, de
façon que l’image soit précise. Cette dernière se focalise plutôt
j) Terme introduisant derrière la rétine, et elle apparaît j) donc oue. On corrige ce
une conséquence problème avec une lentille biconvexe, qui fera converger les
rayons lumineux sur la rétine (voir l’illustration de la page 69).

68 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


rétine Correction
cristallin
Aucune

a) Œil emmétrope
(normal)

b) Œil myope Lentille concave

c) Œil
hypermétrope Lentille biconvexe

Quelques anomalies de la vision et leur correction à l’aide de lentilles.

k) Comparaison La presbytie, k) tout comme l’hypermétropie, entraîne


une mauvaise vision des objets rapprochés. l) Sa cause est
l) Terme introduisant toutefois différente. En effet, la presbytie l) est due à une
une cause
perte de souplesse du cristallin associée au vieillissement.
m) Terme introduisant Le cristallin a m) donc de la difculté à faire
une conséquence l’accommodation, et l’image nette se focalise derrière la
rétine. On peut remédier à ce problème à l’aide d’une
lentille biconvexe, qui focalisera les rayons lumineux sur
la rétine.
n) Terme introduisant L’astigmatisme, pour sa part, n) entraîne une mauvaise
une conséquence vision des objets éloignés et rapprochés. Cette anomalie
o) provient d’une irrégularité dans la courbure de la cornée
o) Terme introduisant ou du cristallin. n) Ainsi, les rayons lumineux qui traversent
une cause
ces milieux transparents dévient dans diverses directions.
Ils projettent n) donc sur la rétine, la plupart du temps, une
image oue. Les personnes astigmates pourront porter des
lentilles cylindriques, qui concentreront les rayons
lumineux et en limiteront la déviation.

Claudie Chartré, Isabelle Levert, Synergie, Gracor, 2008, p. 152 à 154.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 69
Les auteures de ce texte ont utilisé divers moyens pour en faciliter la lecture.
Certains de ces moyens ont été soulignés en pointillé dans le texte.
a) Dans la colonne à gauche du texte, nommez chaque moyen souligné.
Pour cela, choisissez vos réponses parmi les suivantes. Vous pouvez utiliser
une réponse plus d’une fois.

• Comparaison • Organisateur textuel • Terme introduisant


• Dénition • Reformulation une conséquence
• Terme précis
• Exemples • Terme introduisant
• Illustration une cause

b) Si vous repérez des dénitions, encadrez les mots dénis.


c) Si vous repérez des exemples, surlignez les mots qui les introduisent.

L’article de vulgarisation scientique ci-dessous énumère certaines causes


du vieillissement. Repérez-y quelques moyens utilisés pour en faciliter la lecture.

Pourquoi vieillit-on ?
TEXTE

Un casse-tête théorique
Si les processus soupçonnés de provoquer le vieillissement ne peuvent pas faire l’objet
d’une liste exhaustive 1 , voici quelques-unes des principales causes actuellement envisagées,
de façon plus ou moins complémentaire.

• Le stress oxydant (ou stress oxydatif) : l’oxygène que nous respirons entraîne des
5 réactions chimiques dans nos cellules. Ces réactions produisent alors des molécules
agressives, appelées radicaux libres, qui vont progressivement endommager les cellules,
par un phénomène d’oxydation équivalant à la rouille.

• Le raccourcissement des télomères : à chaque nouvelle division cellulaire, qui donne


naissance à de nouvelles cellules, les extrémités des chromosomes, appelées télomères,
10 raccourcissent, jusqu’au point où les cellules ne peuvent plus se multiplier.

• Les mutations de l’ADN 2 : différentes causes, extérieures (rayons UV, radiations…) et


intérieures (erreurs de duplication…), provoquent des modications de la séquence d’ADN,
qui s’accumulent avec le temps et nissent par entraîner un dysfonctionnement 3 des cellules.

• La glycation : les molécules de glucose (sucre) et les acides aminés réagissent ensemble
15 dans nos cellules, où ils fabriquent des produits terminaux de glycation, ou PTG, qui
s’accumulent dans les tissus et altèrent 4 leur fonctionnement.

70 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


• Le soma jetable (le soma étant l’ensemble des cellules, sauf les cellules sexuelles) :
la croissance et la reproduction d’un organisme nécessitent un investissement biologique
(énergétique et moléculaire) que l’évolution aurait sélectionné aux dépens de
20 l’autopréservation – les organismes mourant de toute façon régulièrement de causes
accidentelles. […]
Elsa Abdoun, « Pourquoi vieillit-on ? Un casse-tête théorique »,
dans Science & Vie, n o 1152, septembre 2013, p. 85. Texte modié à des ns pédagogiques.

AU FIL DU TEXTE

1 Quelle est la particularité d’une liste qui n’est pas exhaustive ?


2 Dans notre corps, où l’ADN se trouve-t-il ?
3 Dans le nom dysfonctionnement, que signie le préxe dys- ?
4 Que signie le verbe altérer dans ce contexte ?

1 Entre les lignes 1 et 5, surlignez trois verbes précédant l’expression d’une conséquence.

2 a) Entre les lignes 4 et 7, soulignez une dénition. Cette dénition est donnée en
deux parties.
b) Qu’est-ce qui est déni ? Radicaux libres.
c) À quoi le phénomène d’oxydation endommageant les cellules est-il comparé ?
À celui de la rouille.

3 a) Entre les lignes 8 et 10, soulignez une dénition.


b) Quel terme est déni ? Télomères.
c) Surlignez dans ce paragraphe le terme qui annonce une conséquence.
d) Quelle conséquence est ainsi annoncée ? Quelle cause l’explique ?
Conséquence : Impossibilité pour les cellules de se multiplier.
Cause : Raccourcissement des télomères.

4 a) Entre les lignes 11 et 13, qu’introduisent les parenthèses ? Des exemples.


b) Dans ce paragraphe, surlignez deux termes qui annoncent une conséquence.

5 Dans le paragraphe sur la glycation, encadrez les deux reformulations. Dans les
deux cas, soulignez ce qui est reformulé plus simplement.

6 Dans le dernier paragraphe, relevez une dénition.


• Mot déni : Soma.
• Dénition: « L’ensemble des cellules, sauf les cellules sexuelles. »

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 71
Le texte ci-dessous s’ouvre sur une séquence explicative. Vous verrez qu’il
contient aussi des passages descriptifs.

TEXTE
Pourquoi le maïs éclate-t-il ?
Le grain de maïs contient dans son albumen des polymères naturels* qui
ont la faculté 1 particulière de prendre soudainement du volume lorsqu’ils sont
chauffés, en émettant un pop ! caractéristique. « Lorsque la température atteint
100 ˚C, la vapeur de l’eau emprisonnée dans le grain s’insère à l’intérieur de
la structure chimique du polysaccharide* et cela le fait exploser », explique
Hermann Dugas, spécialiste de la chimie agroalimentaire 2 .
M. Dugas précise que le maïs n’est pas la seule céréale à prendre de
l’expansion lorsqu’elle est mise en contact avec de l’eau bouillante. Le riz, c’est
bien connu, double de volume lorsqu’il est plongé dans la casserole. Le blé dur,
qui compose les pâtes alimentaires, a la même propriété 3 . Mais ces matières
végétales 4 n’explosent pas tout d’un coup lorsqu’elles sont chauffées. Le maïs, oui.
Au grand plaisir des cinéphiles 5 .
Rappelons que chaque grain de maïs est composé d’une enveloppe pelliculaire
(6 % du poids du grain), d’un albumen (82 %) et d’un germe (12 %). L’enveloppe,
l’albumen et le germe possèdent des compositions chimiques différentes. À
l’instar 6 d’autres céréales, les bres sont concentrées dans l’enveloppe externe,
tandis que l’amidon est situé dans l’albumen et que les matières grasses sont
situées dans le germe.
Dans l’alimentation humaine, on utilise à profusion les trois parties du grain :
les bres de l’enveloppe servent à fabriquer divers produits alimentaires (comme
des ocons de maïs) ; l’albumen contient de l’amidon qui permet notamment la
distillation (on peut même en tirer de la vodka russe !) ; et dans le germe se trouve
la matière grasse qui est un des constituants de l’huile de maïs.
Dominique Nancy et Mathieu-Robert Sauvé, L’amour peut-il rendre fou et autres questions scientiques,
Les Presses de l’Université de Montréal, 2014, p. 71 et 72.
Texte modié à des ns pédagogiques.

* Dans ce texte, les termes polymères naturels et polysaccharide sont employés pour parler de l’amidon,
une forme de sucre emmagasinée dans l’albumen du grain de maïs.

AU FIL DU TEXTE

1 Que signie le nom faculté dans ce contexte ?


2 Que signie l’élément agro- dans agroalimentaire?
3 Donnez un synonyme de propriété.
4 Que reprend le GN ces matières végétales ?
5 Quels éléments se combinent pour former le mot cinéphile ?
6 Par quelle expression pourriez-vous remplacer à l’instar de ?

72 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 Ce texte contient une séquence explicative dont le questionnement en pourquoi
se trouve dans le titre.
a) Reformulez en vos mots, et le plus simplement possible, la réponse en parce que
fournie dans le premier paragraphe.
Exemple de réponse.
Pourquoi le maïs éclate-t-il ? Parce que le polymère naturel contenu dans
le grain de maïs explose lorsqu’il est chauffé à une température élevée.

b) Trouvez-vous cette explication crédible ? Justiez votre réponse.


Oui, parce qu’elle est, en partie, donnée par Hermann Dugas, un spécialiste
de la chimie agroalimentaire.

2 a) Dans le deuxième paragraphe, à quelles autres céréales compare-t-on le maïs ?


Au riz et au blé dur.

b) Quelle est la ressemblance entre le maïs et ces autres céréales ?


Le fait de prendre de l’expansion lorsqu’on les chauffe à haute température.

c) Quelle est la différence entre le maïs et ces autres céréales ?


Parmi les trois céréales, le maïs est la seule qui explose sous l’effet de
la chaleur.

d) Quel mot du texte annonce cette différence ? Mais.

3 a) Que décrit-on dans les paragraphes 3 et 4 ?


• 3e paragr. : La composition d’un grain de maïs.
• 4e paragr. : L’utilité des parties du grain de maïs dans l’alimentation
humaine.

b) Résumez l’essentiel des paragraphes 3 et 4 dans le tableau ci-dessous.


% du poids
Contenu Utilité
Partie du grain de cette
de cette partie de cette partie
partie

Enveloppe pelliculaire 6% Fibres Fabrication de produits alimentaires

Albumen 82 % Amidon Distillation

Germe 12 % Matières grasses Production d’huile de maïs

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 73
L’extrait ci-dessous est le début d’un article de magazine. Lisez-le pour
reconstituer certaines séquences explicatives et pour observer des moyens
de faciliter sa compréhension.

TEXTE
10 matériaux plus chers que l’or
Qu’est-ce qui fait la valeur d’un matériau ? Un kilo d’or se vend aujourd’hui environ
30 000 euros, parce qu’il est rare et qu’il y a une forte demande. Cependant, d’autres
produits sont bien plus chers, et pour des tas d’autres raisons…

Le safran
5 On l’appelle « or rouge », car il est aussi précieux que le métal jaune. Le
safran, épice la plus chère du monde, est extrait du crocus, une eur cultivée
surtout autour de la Méditerranée, en Iran et en Inde (notamment au Cachemire,
au nord du pays). Chaque eur abrite en son cœur trois laments très ns de
quelques centimètres de long, les stigmates, qu’il faut prélever délicatement à
10 la main.[ C’est la première raison de son prix élevé : 40 heures de travail sont
nécessaires pour récolter un kilo d’épices, représentant les stigmates de
150 000 eurs, cultivées sur une surface équivalente à celle d’un terrain de foot !]
[ L’autre raison, c’est que les laments sont très fragiles : ils doivent être séchés très
vite, sinon ils moisissent.]Mais au fait, pourquoi se donner autant de mal ?
15 [ Parce que le safran, contenant 150 composés aromatiques, n’a pas d’égal pour
parfumer un plat.][Ni pour colorer une paella espagnole ou un biryani indien.]
Heureusement qu’il suft d’un centième de gramme pour relever tout un plat !

Le platine
Souvent éclipsé par l’or, le platine est pourtant plus précieux : il y a seulement
20 cinq ans, il valait deux fois plus cher ! Cela s’explique d’abord par sa rareté, mais
aussi par ses usages. Moins employé que l’or par les bijoutiers, le platine est très
recherché dans l’industrie automobile : 40 % du platine mondial est en effet
utilisé pour fabriquer les pots d’échappement catalytiques des voitures.
Au contact du platine, les gaz les plus toxiques se transforment facilement
25 en gaz moins nocifs. Si son prix a baissé ces dernières années, c’est justement
parce qu’on a fabriqué beaucoup moins de voitures, crise économique oblige.

74 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


On a aussi remplacé le platine des pots catalytiques par le palladium, un métal
aux propriétés semblables mais bien meilleur marché. Devenu moins utile et
moins beau que l’or, le platine pourrait même nir par être moins cher, ce qui
30 est déjà arrivé, pendant quelques semaines, en 2011.
Valérie Devillaine, « 10 matériaux plus chers que l’or »,
dans Science & Vie Junior, n o 302, novembre 2014, p. 44 et 45.

!
1 Le titre et le chapeau révèlent le sujet du texte. Quel est-il ? Répondez par un Le chapeau
groupe nominal. est une phrase
Exemple de réponse. ou un court
La valeur élevée de certains matériaux. paragraphe
placé entre le
titre et le reste
2 Dans le chapeau, on évoque brièvement la question de la valeur du kilo d’or.
du texte. Il
a) Reconstituez la très courte séquence explicative qu’il contient. présente
Exemples de réponses. le sujet.
Pourquoi se vend-il 30 000 euros le kilo ?
Parce qu’il est rare.
Parce qu’il y a une forte demande pour ce matériau.

b) Encadrez dans le texte les termes qui introduisent les deux raisons.

3 Quel mot de la dernière phrase du chapeau annonce que la suite du texte


contiendra probablement d’autres explications ? Raisons.

4 Analysez la comparaison ci-dessous qui ouvre le paragraphe sur le safran.


« On l’appelle “or rouge”, car il est aussi précieux que le métal jaune. »
• Ce qui est comparé : le safran.
• Terme de comparaison : aussi... que.
• Ce à quoi on compare : métal jaune (or).
• Point de ressemblance : le fait d’être précieux.

5 Dans la première moitié du paragraphe, on dénit les trois mots mis en gras.
Répondez à chacune des questions ci-dessous par un groupe nominal.
Exemples de réponses.
a) Qu’est-ce que le safran ? L’épice la plus chère au monde, extraite du crocus.

b) Qu’est-ce qu’un crocus ? Une eur cultivée surtout autour de la


Méditerranée, en Iran et en Inde.

c) Dans un crocus, que sont les stigmates ? Trois laments très ns de quelques
centimètres de long situés au cœur de la eur.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 75
6 Une phase explicative commence à la ligne 10. Elle répond à la question Pourquoi le
safran a-t-il une valeur aussi élevée ?
a) Dans le texte, mettez entre crochets les deux éléments de réponse à cette
question.
b) Encadrez les organisateurs textuels qui annoncent et ordonnent ces éléments
de réponse.

7 Le paragraphe sur le safran se conclut par une autre séquence explicative.


a) Mettez entre crochets les deux éléments qui répondent à la question Pourquoi
se donner autant de mal pour cultiver du safran ?
b) Dans le deuxième élément de réponse, quel moyen l’auteure prend-elle pour
rendre son explication plus concrète pour les lecteurs ?
Elle donne deux exemples de plats colorés par le safran.

8 a) Le deuxième paragraphe porte sur le platine. Quelles raisons expliquent que sa


valeur soit plus élevée que celle de l’or ? Répondez par des groupes nominaux
sans expansion.
• Raison 1 : Sa rareté.
• Raison 2 : Ses usages.

b) Relevez les mots du texte qui introduisent ces deux raisons.


« Cela s’explique d’abord (par) », « mais aussi (par) ».

9 a) Quelle industrie utilise une grande quantité de platine ?


L’industrie automobile.

b) À quoi sert le platine dans cette industrie ?


À la fabrication des pots d’échappement catalytiques des voitures.

10 Après avoir expliqué pourquoi la valeur du platine était élevée, on explique


pourquoi sa valeur a baissé dernièrement. Donnez en vos mots les deux raisons
qui expliquent ce phénomène.
• Raison 1 : La diminution du nombre d’automobiles fabriquées.

• Raison 2 : Le remplacement du platine utilisé dans les pots d’échappement


catalytiques par le palladium.

11 Qu’est-ce que le palladium ? Surlignez la dénition donnée dans le texte.

76 EXPLIQUER Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


… ÉCRIRE
Rédigez un court texte farfelu expliquant à vos parents pourquoi les adolescents
ne devraient jamais, au grand jamais, faire le ménage de leur chambre.
Même s’il sera complètement fantaisiste, votre texte comportera une séquence explicative
et il « fera sérieux ». Son titre sera constitué d’une question en pourquoi. Le texte sera
une réponse en parce que qui comptera trois éléments de réponse différents.
Votre texte sera divisé en paragraphes. Chacun d’eux présentera un élément de réponse
en parce que.
Assurez-vous de faciliter la lecture de votre texte. Pour cela, vous y intégrerez au moins
une dénition, une série d’exemples, une comparaison et une reformulation.

Production personnelle.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DES MOYENS POUR COMPRENDRE ET APPRÉCIER LE TEXTE EXPLICATIF 77
3 ATELIER
ENTRER DANS UN UNIVERS
POÉTIQUE

L’univers poétique lyrique


En littérature et en chanson, le lyrisme est un style qui sert à traduire des
sentiments personnels, souvent de manière intense. On le retrouve surtout en
poésie, et parfois dans des textes en prose. La poésie lyrique permet d’exprimer
avec force des thèmes comme l’amour, la mort, la nature, le passage du temps,
la nostalgie.

L’automne
TEXTE MODÈLE 1

Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure !


Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !
Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !
Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
À ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !
[…]
Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques, 1820.

78 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Une crème
TEXTE MODÈLE 2
On met de l’amitié dans nos ruptures
Comme on met du sucre dans le café
On atténue un peu l’amertume
Rien ne change à l’effet
David Goudreault, Premiers soins,
Écrits des Forges, 2012, p. 40.

Le tendre et dangereux visage de l’amour


TEXTE MODÈLE 3

Le tendre et dangereux
visage de l’amour
m’est apparu un soir
après un trop long jour
C’était peut-être un archer
avec son arc
ou bien un musicien
avec sa harpe
Je ne sais plus
Je ne sais rien
Tout ce que je sais
c’est qu’il m’a blessée
peut-être avec une èche
peut-être avec une chanson
Tout ce que je sais
c’est qu’il m’a blessée
blessée au cœur
et pour toujours
Brûlante trop brûlante
blessure de l’amour.
Jacques Prévert, « Le tendre et dangereux visage de l’amour »,
dans Histoires et d’autres histoires, © Éditions Gallimard, 1992.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS POÉTIQUE LYRIQUE 79


À RETENIR
L’univers d’un poème, ce sont les êtres, les choses, les sentiments exprimés,
l’atmosphère dépeinte.
Entrer dans un univers poétique, c’est saisir le regard que le poète pose sur
une réalité, une situation ou un état. On y parvient en prêtant attention
à son travail sur les mots, les images, les sons, le rythme et la mise en pages.
En poésie lyrique, le poète exprime ses sentiments, ses états d’âme, ses
sensations. Souvent, il s’agit d’un véritable cri du cœur.

Les mots et les images


Le travail sur les mots implique divers choix. Les poètes utilisent des mots de
toutes sortes : usuels ou rares, inventés ou littéraires.
Les mots forment des réseaux, qu’on appelle des champs lexicaux. Ces derniers
regroupent les mots qui se rattachent à une même idée. L’étude des champs
lexicaux permet de déterminer les thèmes dominants d’un poème.

Dans L’automne, on peut distinguer le champ lexical de la mort, qui


s’impose dans tout le poème.

Les mots utilisés peuvent être connotés. Il s’agit de mots expressifs qui
véhiculent par exemple des sentiments. Un mot peut avoir une connotation
positive ou négative.

Dans Le tendre et dangereux visage de l’amour, l’adjectif brûlante est choisi


pour qualier la blessure de l’amour, l’intensité et l’ambiguïté du sentiment
amoureux.

Les poètes peuvent employer des mots polysémiques, c’est-à-dire des mots qui
ont plusieurs sens.

Dans Une crème, le jeu de mots vient du double sens du mot amertume, qui
sert à nommer à la fois la saveur du café et le sentiment de tristesse.

Dans la poésie lyrique, les marques énonciatives, c’est-à-dire des procédés


utilisés par le poète pour signaler sa présence, sont utilisées. Divers procédés
mettent en valeur le poète (ou énonciateur) et la personne à qui il s’adresse,
qu’on appelle destinataire :
• L’emploi de la 1re et de la 2e personne.
Dans L’automne, on trouve « Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire ».
• L’utilisation de l’apostrophe, qui consiste à s’adresser directement à une
personne ou à un objet personnié.
Dans L’automne, l’auteur s’adresse à la nature : « Salut ! bois couronnés ».

80 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Les poètes utilisent le langage de façon imagée, entre autres pour créer des
associations entre les êtres et les choses. Ils y parviennent notamment par
l’emploi de gures de style comme la comparaison, la métaphore, l’antithèse et
la personnication.
• La comparaison exprime une ressemblance entre deux réalités à l’aide d’un
outil de comparaison.

Dans Une crème, on peut observer cette comparaison :


On met de l’amitié dans nos ruptures
Comme on met du sucre dans le café

• La métaphore exprime une ressemblance entre deux réalités, sans outil de


comparaison.
Dans La chambre (p. 88), on trouve cette métaphore :
Sans cesse, mon regard suivait avec amour
L’aile blanche de quelque gracieuse barge
Cette métaphore s’analyse comme suit.
Ce qui est comparé : la voile de la barge
Ce à quoi on compare : l’aile blanche
Points de ressemblance : la blancheur, le contact avec le vent.

• L’antithèse consiste à employer deux expressions ou deux mots opposés dans


un vers ou une strophe, an de créer un contraste.
Dans le titre Le tendre et dangereux visage de l’amour, l’association des mots
tendre et dangereux crée un contraste.

• La personnication consiste à donner des traits humains à un objet, à un


animal ou à une idée.
Dans L’automne, le vers « Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure ! »
contient une personnication. Les bois sont personniés par l’adjectif
couronnés, habituellement réservé aux rois.

Les sons
Le travail sur les sons se fait par la rime, par l’allitération et par l’assonance,
entre autres.
• La rime contribue à la musicalité du poème. Il existe différents types de
rimes, par exemple :
– rimes suivies ou plates, si elles terminent deux vers qui se suivent (schéma
AABB) ;
– rimes croisées, si elles terminent deux vers qui alternent (schéma ABAB) ;
– rimes embrassées, si elles terminent deux vers qui encadrent deux autres
vers rimant entre eux (schéma ABBA).
L’extrait du poème L’automne est construit sur six rimes croisées.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS POÉTIQUE LYRIQUE 81


– L’allitération est la répétition de sons consonantiques (produits par des
consonnes) dans une suite de mots rapprochés. Cette répétition peut créer
des sons doux ou des sons durs.
Dans Le tendre et dangereux visage de l’amour, le poète utilise une
allitération de sons doux, obtenue par la répétition de certains mots.

– L’assonance est la répétition de sons vocaliques (c’est-à-dire de sons


produits à l’aide de voyelles) dans une suite de mots rapprochés.
L’assonance crée des échos entre les mots.

Le rythme
Le travail sur le rythme repose entre autres sur la répétition et sur la longueur
des vers.
• La répétition consiste à reproduire des sons (rime, allitération), des mots,
des vers et des groupes de vers. La répétition attire l’attention et marque
l’insistance.
Dans Le tendre et dangereux visage de l’amour, la répétition des mots Je ne
sais met l’accent sur la confusion ressentie.

• La longueur des vers dépend du nombre de syllabes qui les composent. Par
exemple, des vers courts donnent un rythme rapide, tandis que des vers
longs créent un rythme plus lent. Des vers de différentes longueurs peuvent
créer un effet de rupture.
Dans Le tendre et dangereux visage de l’amour, certains vers plus courts,
comme « avec son arc », attirent l’attention du lecteur.

La mise en pages
Le travail sur la mise en pages est celui qui est le plus visible en poésie. Dans
un poème, les mots et les vers sont disposés de façon particulière.
Dans un poème de forme xe, le poète respecte des contraintes comme
le nombre de strophes, de vers, de syllabes et de rimes.
Dans L’automne, chaque strophe contient deux paires de rimes réparties sur
quatre vers de 12 syllabes. C’est un poème de forme xe.

Dans un poème de forme libre, le poète respecte un moins grand nombre de


règles. Le poème peut ne pas rimer et la longueur des vers peut varier.
Dans Le tendre et dangereux visage de l’amour, les vers ne sont pas disposés en
strophes, la plupart ne riment pas entre eux et leur longueur est variable.

Remarques
1. Avant le 20 e siècle, les vers commencent le plus souvent par une majuscule. De nos
jours, beaucoup de poètes ne suivent pas cette règle.
2. Les poètes contemporains ont tendance à ne plus ponctuer leurs textes.

82 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Dans ce poème, Louise Desjardins utilise les mots et les sons pour décrire une
conversation, comme s’il s’agissait d’un échange sportif.

!
TEXTE Au coin de la rue Au besoin,
Des heures et des heures référez-vous
Nous parlons aux stratégies
De tout et de rien de lecture
5 Sans jamais nous dire aux pages 310
Ce qui nous chavire à 315.

Des mots coquilles


Ricochent et s’accrochent
Sur le ciment du trottoir
10 Des fous rires
Badminton
Volent et revolent
Louise Desjardins, Poésie,
Les éditions de la courte échelle, 2011, p. 54.

1 a) Entre les vers 7 et 9, quels verbes décrivent ce que font les mots ?
Ricochent et s’accrochent.

b) Au vers 7, à quoi l’auteure compare-t-elle les mots ?


À des coquilles.

c) Sur quel point de ressemblance se fonde cette comparaison ?


Exemples de réponses.
Sur la légèreté : les coquilles sont légères tout comme les mots de cette
conversation, où on parle « de tout et de rien ». Sur le vide : les coquilles sont
des objets vides et les mots peuvent être vides de sens, superciels, sans
concerner « ce qui nous chavire ».
2 Soulignez une allitération dans la deuxième strophe.
a) Indiquez s’il s’agit de sons durs ou de sons doux.
Ce sont des sons durs.

b) Qu’est-ce que l’auteure cherche à imiter au moyen de ces sons ?


Les sons durs reproduisent ici les rebonds des mots coquilles ou d’un objet
lancé.

3 a) Entre les vers 10 et 12, quels verbes décrivent ce que font les fous rires ?
Volent et revolent.

b) À quoi l’auteure compare-t-elle ces fous rires ?


Au badminton.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS POÉTIQUE LYRIQUE 83


c) Sur quel point de ressemblance se fonde cette comparaison ?
Exemples de réponses.
Sur l’échange : les fous rires sont renvoyés d’une personne à l’autre, comme
une balle ou un volant échangé. Sur la complicité : les partenaires doivent être
complices pour qu’un fou rire se produise ou qu’une partie se déroule bien.

4 a) Entre les vers 7 et 12, surlignez les mots reliés au champ lexical d’un échange sportif.
b) À votre avis, pourquoi l’auteure a-t-elle comparé ainsi une conversation à un
échange sportif ?
Exemple de réponse.
Pour montrer dans cette conversation l’envie de jouer, le plaisir de l’échange,
la complicité.

Dans le poème qui suit, Jacques Brault réussit en cinq vers seulement à illustrer
un sentiment.

Je gravis une colline


TEXTE

et je m’assois solitaire
sous un ciel vide
à mes pieds s’endort
comme un chien ma tristesse
Jacques Brault, « Je gravis une colline… », Poèmes,
coll. « Ovale », Éditions du Noroît, 2000, p. 297.

1 Prêtez attention aux deux gures de style utilisées par le poète pour illustrer son
état d’âme. Notez le nom de chaque gure de style et transcrivez l’extrait concerné.
• Nom de la première gure de style : La personnication.
Extrait : « à mes pieds s’endort […] ma tristesse »
• Nom de la deuxième gure de style, insérée dans la première : La comparaison.
Extrait : « comme un chien »

2 Quel mot du poème est polysémique ? Expliquez ses deux sens.


Le mot s’endort. Il s’applique au chien qui commence à dormir et à la tristesse
qui se calme.

84 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 Dans ces vers, le paysage reète également l’état d’âme de l’auteur.
a) Soulignez les deux adjectifs connotés.
b) Quel est le point commun entre ces deux adjectifs ?
Ils expriment l’absence.

c) À quel sentiment nommé dans le poème pouvez-vous associer ces deux mots ?
À la tristesse.

Traditionnellement, les odes sont de longs poèmes lyriques qui célèbrent de


grands événements ou de hauts personnages. Le poème suivant est une odelette,
c’est-à-dire un poème lyrique court sur un sujet personnel.

La grand’mère
TEXTE

Voici trois ans qu’est morte ma grand’mère, A


— La bonne femme, — et, quand on l’enterra, B
Parents, amis, tout le monde pleura B
D’une douleur bien vraie et bien amère. A

5 Moi seul j’errais dans la maison, surpris C


Plus que chagrin ; et, comme j’étais proche D
De son cercueil, — quelqu’un me t reproche D
De voir cela sans larmes et sans cris. C

Douleur bruyante est bien vite passée : E


10 Depuis trois ans, d’autres émotions, F
Des biens, des maux, — des révolutions, — F
Ont dans les cœurs sa mémoire effacée. E

Moi seul j’y songe, et la pleure souvent ; G


Depuis trois ans, par le temps prenant force, H
15 Ainsi qu’un nom gravé dans une écorce, H
Son souvenir se creuse plus avant ! G

Gérard de Nerval, Odelettes, 1853.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS POÉTIQUE LYRIQUE 85


1 La forme de ce poème est déterminée par des contraintes de rythme et de sons.
a) Observez la longueur de chaque vers. Que constatez-vous ?
Tous les vers ont 10 syllabes.

b) Prêtez attention aux rimes en complétant leur schéma. Écrivez A pour la première
rime, et ainsi de suite pour chacune des rimes, jusqu’à la lettre H.

c) De quel type de rimes s’agit-il ?


Ce sont toutes des rimes embrassées.

d) Que pouvez-vous conclure au sujet de la forme de ce poème ?


C’est un poème de forme xe.

2 Le rythme s’entend aussi grâce à la répétition de certains mots en début de vers.


Notez-en deux et indiquez l’effet produit par chacune.
a) La répétition de Moi seul met l’accent sur la solitude du poète .

b) La répétition de Depuis trois ans met l’accent sur le temps écoulé .

3 Dans la 2e strophe, le poète a écrit ce vers : « Plus que chagrin ; et, comme j’étais
proche ».
a) Pour quelle raison liée aux sons l’auteur a-t-il coupé ainsi la phrase ?
Pour obtenir une rime.

b) Selon vous, pour quelle raison liée au sens l’a-t-il fait ?


Pour mettre en évidence le mot proche (le poète est proche du cercueil,
comme il l’était de sa grand-mère).

c) Notez les autres coupures que vous remarquez dans cette strophe.
« surpris » / « Plus que chagrin »
« quelqu’un me t reproche » / « De voir cela »

d) Quel effet ces coupures produisent-elles sur le rythme de la strophe ?


Les vers paraissent brisés.

e) Quel sentiment du poète ce procédé évoque-t-il ?


Le rythme de ces vers traduit la surprise ou la confusion du poète.

86 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


4 Au l du poème, on voit se dessiner un contraste entre les sentiments du poète et
ceux de son entourage.
a) Notez la première action de ces personnes et ce qui la motive.
• L’entourage du poète :
Pleurer, car les gens sont tristes et affectés par cette mort.

• Le poète :
Errer, parce qu’il se sent perdu.

b) Quels adjectifs dans la première strophe servent à qualier la douleur des gens ?
Vraie et amère.

c) Quelle est la dernière action du poète à la 4 e strophe ? Pleurer.

5 Gérard de Nerval utilise des gures de style pour exprimer plus vivement le
changement qui s’opère dans les sentiments.
a) Dans la 3e strophe, relevez une antithèse qui montre la gamme étendue des
sentiments.
« Des biens, des maux »

b) Trouvez une comparaison dans le poème.


• Ce qui est comparé : son souvenir.
• Outil de comparaison : ainsi qu’.
• Ce à quoi on compare : un nom gravé dans une écorce.
• Point de ressemblance : il se creuse ou s’approfondit avec le temps.

6 Décrivez comment évoluent les sentiments du poète et de son entourage au l des vers.
La douleur des gens de l’entourage du poète était très apparente au début
mais n’a pas duré au l des ans, tandis que les sentiments du poète, peu
expressifs au départ, sont devenus profonds et durables.

7 D’après vous, qui souffre le plus à la suite du décès de la grand-mère ? Expliquez


votre réponse à l’aide d’éléments du texte.
Exemple de réponse.
La douleur du poète semble plus forte et vraie parce qu’elle n’est pas un effet
du choc. Elle persiste et s’amplie avec le temps, comme une perte dont les
racines sont très profondes.

8 Trouvez-vous qu’un poème est plus marquant quand il parle d’une personne ou
d’une réalité plus générale, comme une saison ? Expliquez votre réponse.
Réponse selon les élèves.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS POÉTIQUE LYRIQUE 87


Première poète féminine du Canada français, Blanche Lamontagne-Beauregard
a souvent décrit la beauté des paysages gaspésiens, comme dans le poème suivant.

La chambre
TEXTE Près du toit où tombait la lumière dorée A
D’un ciel large, toujours somptueux et vivant, B
Près de la mer, en face du soleil levant, B
Était ma chambre avec sa lucarne azurée. A

5 Au pied du cap abrupt à la crête ajourée A


La mer roulait sans cesse un ot noir et mouvant ; B
Avec les chants lointains et les plaintes du vent, B
Montait vers moi la grande voix de la marée… A

Parmi l’éblouissante et douce paix du jour, C


10 Sans cesse, mon regard suivait avec amour C
L’aile blanche de quelque gracieuse barge ; D

L’air lui-même semblait presqu’immatériel, E


Et l’immense horizon, l’inni, l’éternel, E
M’entraient au fond du cœur avec le vent du large !... D

Blanche Lamontagne-Beauregard, Ma Gaspésie, 1928.

!
1 Observez la forme de ce poème. Complétez le schéma des rimes en leur attribuant
Cette forme
s’appelle un une lettre de A à E. Reprenez la même lettre lorsque vous trouvez la même rime
et ses dans une autre strophe.
vers sont des
.
2 Remplissez le tableau suivant.
Strophe 1 Strophe 2 Strophe 3 Strophe 4

Nombre de syllabes
12 12 12 12
dans les vers
Nombre de vers 4 4 3 3

Rimes Rimes Rime


Disposition des rimes
embrassées embrassées plate

Disposition des rimes


Rimes embrassées
dans les strophes 3 et 4

88 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 Dans La chambre, l’auteure utilise les champs lexicaux de la lumière et
de l’immensité.
a) Mis à part les mots lumière et immense, relevez trois termes appartenant :
• au champ lexical de la lumière :
Dorée, soleil, éblouissante.

• au champ lexical de l’immensité :


Large, lointains, horizon, inni.

b) Quel mot est en opposition avec le champ lexical de la lumière ?


Noir.

4 Observez les verbes dans le poème La chambre.


a) Surlignez ceux qui expriment un déplacement.
b) D’après vous, quel effet la poète a-t-elle voulu produire ?
La poète a voulu créer un effet de mouvement.

5 Prêtez attention à l’ordre dans lequel l’auteure décrit les éléments qui l’entourent.
a) Soulignez les compléments de phrase qui servent à situer les lieux.
b) Nommez l’élément central décrit dans chaque strophe.
• Strophe 1 : la chambre.
• Strophe 2 : la mer.
• Strophe 3 : la barge.
• Strophe 4 : l’immense horizon.

c) Quel mouvement le regard de la poète paraît-il suivre ?


Il va du plus près au plus loin, de la chambre vers l’immensité.

d) Au dernier vers, à quel endroit le regard de la poète s’arrête-t-il ?


Il revient vers la poète, vers son cœur.

6 a) Quel est le nom de la gure de style utilisée aux vers 13 et 14 ?


Une antithèse.

b) Relevez les mots ou expressions opposés dans ces deux vers.


« L’immense horizon, l’inni, l’éternel » / « au fond du cœur »

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS POÉTIQUE LYRIQUE 89


L’inspiration lyrique peut aussi se retrouver en chanson. Celle-ci est idéale
pour exprimer des sentiments forts. Vous le constaterez en lisant la chanson Lili,
écrite et interprétée par Vincent Vallières.

Lili
TEXTE

Heille Lili,
J’vois ben que tu vis des heures folles
T’es là perdue sans boussole
Je suis ben inquiet pour toi
5 Tu sais Lili
Quand la vie te trahit
Qu’une histoire te brasse
Et que ton cœur se casse
C’est correct de pleurer
10 Mais oublie pas
Que t’as toujours en banque
Quelques jours de chance
Et un peu d’espérance
C’est juste une passe
15 Faut pas perdre patience
J’te jure fais-moi conance
On va s’en sortir ensemble
C’est vrai Lili
Tout nit par s’user
20 Nos habits, nos maisons, nos amours
La gloire des premiers jours
C’est vrai aussi Lili
Qu’y a des coups qu’on voit pas venir
Qui nous font douter de l’avenir
25 Qui nous donnent juste envie de fuir
Mais oublie pas
Que t’as toujours en banque
Quelques jours de chance
Et un peu d’espérance
30 C’est juste une passe
Faut pas perdre patience
J’te jure fais-moi conance
On va s’en sortir ensemble
Vincent Vallières, « Lili », dans Fabriquer l’aube,
Spectra Musique, 2013.

90 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 Dès le début de Lili, on peut constater la présence de l’auteur et de son destinataire.
Relevez entre les vers 1 et 4 :
a) Un pronom personnel dont l’antécédent est l’auteur : Le pronom j’ ou je.

b) Deux pronoms personnels dont l’antécédent est le destinataire : Les pronoms t’


et toi.

c) Une apostrophe : L’apostrophe Heille Lili.

d) D’après vous, à qui s’adresse l’auteur ? Il s’adresse à Lili, pour qui il a écrit cette
chanson.

e) Croyez-vous que l’auteur s’adresse à une seule personne ou à toutes les personnes
Exemples de réponses.
vivant un moment difcile ? Je pense qu’il a écrit sa chanson pour une
personne en particulier, à qui il voulait exprimer un message d’une manière
forte. Je pense que la chanson s’adresse à toutes les Lili, c’est-à-dire à toutes
les personnes vivant des problèmes à un moment dans leur vie.
2 Observez le langage imagé que l’auteur utilise entre les vers 2 et 12.
a) Que veut dire l’expression des heures folles ?
Des moments incontrôlables, imprévisibles, insensés ou absurdes. Accepter
toute réponse équivalente.
b) Par quelle expression pouvez-vous remplacer le mot boussole?
Exemples de réponses.
Moyen de se repérer, de s’orienter, de se diriger.

c) À votre avis, pourquoi l’auteur utilise-t-il un objet concret comme une boussole
pour exprimer son idée ?
Il utilise ce mot pour créer une image, qui exprime son idée au moyen d’un
seul mot.
d) Au sens propre, qu’est-ce qu’on peut avoir en banque ?
De l’argent.

e) Pourquoi l’auteur emploie-t-il cette expression à propos des jours de chance ?


Pour montrer que Lili possède des jours de chance comme une richesse,
qu’elle peut les conserver précieusement en réserve.

f) Trouvez-vous que cette expression a un effet rassurant ? Expliquez votre réponse.


Oui, parce que Lili, même si elle l’ignore, est riche en « jours de chance » et
que cela annonce des jours heureux à venir.
3 Repérez, entre les vers 1 et 4, un adjectif connoté montrant les émotions de Lili et
de l’auteur.
a) Comment se sent Lili ? Perdue.
b) Comment se sent l’auteur ? Inquiet.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’UNIVERS POÉTIQUE LYRIQUE 91


4 Comment l’auteur s’y prend-il pour consoler Lili ?
a) Rapportez dans vos mots ce qu’il lui dit à la deuxième strophe (vers 5 à 9).
Il lui dit qu’elle peut pleurer.

b) Pourquoi lui donne-t-il ce conseil ?


Parce que pleurer soulage et qu’il ne faut pas se retenir si on en a besoin.

c) Quel mot entre les vers 10 à 13 pourrait résumer la troisième strophe ? Espérance.

d) Au vers 17, l’auteur emploie un nouveau pronom. Lequel et pourquoi ?


Il emploie le pronom on parce qu’il se montre solidaire de Lili, il veut
traverser cette épreuve avec elle.
e) Croyez-vous que l’idée exprimée au vers 17 peut donner de la force à Lili ?
Justiez votre réponse.
Exemple de réponse.
Oui, parce qu’on est plus fort à deux ou à plusieurs pour traverser des épreuves.
Seul, on peut se sentir dépassé, mais avec d’autres, on se sent encouragé.

… ÉCRIRE
5 Composez un texte à la manière de la chanson de Vincent Vallières. Donnez-lui
pour titre le nom de quelqu’un qui vous tient à cœur et à qui vous voulez adresser
un message. Offrez-lui votre soutien et vos conseils.

Heille Production personnelle. ,


J’vois ben que
T’es là
Je suis

Tu sais
Quand
Que
Et que
C’est correct de

Mais oublie pas


Que
Et

C’est juste une passe


Faut pas
J’te jure fais-moi conance
On va

92 ENTRER DANS UN UNIVERS POÉTIQUE Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2

PARTIE
GRAMMAIRE,
LEXIQUE ET ORTHOGRAPHE
4 CLASSES DE MOTS
La notion de classe

PRÉALABLE
• La classe d’un mot, c’est sa sorte, sa catégorie.
• Il y a sept classes de mots.
– Cinq classes de mots variables : nom, déterminant, adjectif, pronom et verbe.
– Deux classes de mots invariables : adverbe et préposition.
Remarque
Traditionnellement associée aux classes de mots, la conjonction sera abordée dans ce module
pour son rôle de coordonnant ou de subordonnant.

À RETENIR
1 Le nom est habituellement précédé d’un déterminant. Il peut y avoir un
ou des mots entre le nom et le déterminant.
Ex. : le vélo, une jolie musique, ces beaux grands papillons

2 Le nom est commun (ex. : balle, lion, paix) ou propre (ex. : Alice, Fido, Rome).
3 Le nom a une forme simple (ex. : ami, guitare, train) ou une forme composée
(ex. : bande dessinée, cerf-volant, ver de terre, arc-en-ciel).
4 Le nom a son genre propre : masculin (ex. : garçon, lit, euve) ou féminin
(ex. : lle, chaise, rivière).
5 Le nom a un nombre : il est singulier s’il désigne un élément (ex. : table, bijou,
cheval) ou pluriel s’il désigne plusieurs éléments (ex. : tables, bijoux, chevaux).
6 Le nom a le trait comptable s’il désigne une réalité qu’on peut compter
(ex. : caillou, idée, semaine) ou le trait non comptable s’il désigne une réalité
qu’on ne peut pas compter (ex. : beauté, courage, solitude).
7 Le nom est un donneur d’accord.

PREUVE À L’APPUI
• Un mot est un nom s’il remplit les conditions suivantes.
Condition 1 Le mot est ou peut être précédé d’un déterminant (un, une, du, des,
cette, ma, mon, vos, etc.).
Condition 2 Le mot est ou peut être précédé ou suivi d’un adjectif (beau, bon,
grand, petit, facile, rouge, propre, sucré, etc.).

94 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


EXEMPLE A Chaque porte est verrouillée.

Afrmation Dans cette phrase, le mot porte est un nom.


Preuve 1 Le mot porte peut être précédé d’un déterminant comme une,
cette ou ma.
Une / Cette / Ma porte est verrouillée.
Preuve 2 Le mot porte peut être précédé ou suivi d’un adjectif.
Chaque grande porte grise est verrouillée.

EXEMPLE B Léa porte des vêtements chauds.

Afrmation Dans cette phrase, le mot porte n’est pas un nom.


Preuve 1 Le mot porte ne peut pas être précédé d’un déterminant.
Léa une porte des vêtements chauds.
Preuve 2 Le mot porte ne peut pas être précédé ni suivi d’un adjectif.
Léa belle porte des vêtements chauds.

1 Complétez l’afrmation sous chacun des énoncés. Justiez votre réponse à l’aide
des deux preuves.
Exemple : Ces voleurs ont été arrêtés.
Afrmation Dans cette phrase, le mot voleur est un nom.
Preuve 1 Le mot voleur peut être précédé d’un déterminant comme Les.
Les voleurs ont été arrêtés.
Preuve 2 Le mot voleur peut être précédé ou suivi d’un adjectif.
Ces jeunes voleurs intrépides ont été arrêtés.
1. Ce juge a entendu nombre de causes.
Exemples de réponses.
Afrmation Dans cette phrase, le mot causes est un nom.
Preuve 1 Le mot causes peut être précédé d’un déterminant.
des / plusieurs causes

Preuve 2 Le mot causes peut être précédé ou suivi d’un adjectif.


nombre de causes intéressantes

2. La panne d’électricité cause la fermeture de plusieurs magasins.


Afrmation Dans cette phrase, le mot cause n’est pas un nom.
Preuve 1 Le mot cause ne peut pas être précédé d’un déterminant.

La panne d’électricité une / cette cause la fermeture…

Preuve 2 Le mot cause ne peut pas être précédé ou suivi d’un adjectif.

La panne d’électricité bonne cause la fermeture…

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE NOM 95


3. Le riche propriétaire de cette entreprise possède quelques demeures.
Afrmation Dans cette phrase, le mot demeures est un nom.
Preuve 1 Le mot demeures peut être précédé d’un déterminant.
… des demeures.

Preuve 2 Le mot demeures peut être précédé ou suivi d’un adjectif.


… quelques élégantes demeures.

2 Soulignez les noms communs et surlignez les noms propres.


Depuis quelques années, les tatouages ont la cote au Canada. Si beaucoup
de gens sont heureux du résultat, quelques-uns regrettent leur choix.
Parfois, le tatoueur ne réussit pas à reproduire l’image désirée. L’unique
solution à ce jour consiste à les faire enlever par de coûteux et douloureux
traitements au laser.
Bonne nouvelle : il y a de l’espoir pour ces personnes. En effet,
Alec Falkenham, un étudiant en médecine d’une université de Halifax,
a conçu une crème qui effacerait les tatouages. Les premiers essais sur des
souris ont été concluants. Le futur médecin s’est évidemment empressé
de faire breveter sa nouvelle technologie.
Un conseil : choisissez judicieusement votre tatouage avant de passer
à l’action !

!
3 Dans les phrases suivantes, écrivez les noms entre parenthèses au singulier ou au
Si le nom
introduit par un
pluriel, selon ce qui convient.
déterminant de
quantité ( , 1. Clara a réussi à surmonter toutes les (difculté) difcultés .
, Il y a peu de (jeune) jeunes qui en auraient fait autant.
etc.) désigne une
réalité qui
se compte, il 2. Certains (passionné) passionnés de la course à pied vous le diront :
s’écrit au pluriel.
quand on fait preuve de beaucoup de (détermination) détermination ,
Sinon, il s’écrit au
singulier. on atteint ses buts.

3. Chaque (coureur) coureur reçoit une médaille à la n de


chacune des (course) courses .

96 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


4. Malgré le froid, Danika a fait la course sans (manteau) manteau
et sans (chapeau) chapeau .

5. Ce contrat destiné aux athlètes doit être lu avec beaucoup de


(rigueur) rigueur , car il comporte un bon nombre de
(clause) clauses complexes.

6. Ces barres énergétiques conçues pour les sportifs devraient contenir plus de
(protéine) protéines , moins de (sucre) sucre
et beaucoup de (calcium) calcium .

7. Le problème de cette équipe, c’est qu’il y a trop de (chef) chefs


et pas assez de ( subalterne) subalternes !

8. Puisque le vent avait soufé beaucoup de ( sable) sable sur


le terrain de tennis, le préposé a dû tout nettoyer.

9. À cause d’une blessure à la jambe qui lui causait pourtant peu de


(douleur) douleur , Sylvia a annoncé, avec beaucoup de
(regret) regret , qu’elle devait se retirer de la compétition.

10. Le régime de ce boxeur contient trop de (viande) viande ,


trop de (caféine) caféine et pas assez de
(légume) légumes . La nutritionniste l’a encouragé à consommer
aussi plus de (yogourt) yogourt sans gras,
plus de (fruit) fruits ainsi que des noix.

11. Parce que son corps a besoin de beaucoup d’(énergie) énergie ,


cet athlète doit surveiller son alimentation. Son régime contient trop
(eau, protéine, glucide) d’ eau , de protéines et
de glucides .

12. Bien des (gâteau) gâteaux ont été vendus lors de cette campagne
de nancement. Beaucoup de ( parent) parents
se sont déplacés pour encourager l’équipe de basketball.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE NOM 97


Le déterminant

À RETENIR
1 Le déterminant se place devant un nom. Il introduit ce nom. Il peut y avoir
un ou des mots entre le déterminant et le nom.
Ex. : le vélo, beaucoup de papillons, une jolie musique, ma très douce Cléo

2 Les sortes de déterminants sont les suivantes.


Déterminants dénis le, la, l’, les
Déterminants indénis un, une, de, d’, des
Déterminants démonstratifs ce, cet, cette, ces
Déterminants possessifs mon, ma, mes, ton, ta, tes, son, sa, ses,
notre, votre, leur, nos, vos, leurs
Déterminants partitifs du, de, de la, de l’, des
Déterminants numéraux un, deux, trois, vingt-deux, cent dix, mille, etc.
Déterminants de quantité assez de, aucun, beaucoup de, chaque, nul,
peu de, plusieurs, quelques, tous les, etc.
Déterminants interrogatifs quel, quelle, quels, quelles, etc.
Déterminants exclamatifs quel, quelle, quels, quelles, etc.

Remarques
1. Devant un nom féminin qui commence par une voyelle ou un h muet,
on emploie mon, ton et son.
Ex. : mon idée, ton opinion, son héroïne

2. Devant un nom masculin qui commence par une voyelle ou un h muet,


on emploie cet au lieu de ce.
Ex. : cet arbre, cet homme
Accord du
déterminant, 3 Le déterminant est un receveur d’accord.
p. 148

!
1 a) Dans les parenthèses, notez le genre (m. ou f.) de chaque nom.
Pour connaître
le genre d’un b) Devant chaque nom, écrivez le bon déterminant parmi les suivants :
mot, consultez ce, cet ou cette.
le dictionnaire.
1. ce homard ( m. ) 6. ce haut-parleur ( m. )
2. cette oreille ( f. ) 7. cet ouvrage ( m. )
3. cet oreiller ( m. ) 8. cet habit ( m. )
4. cette harmonie ( f. ) 9. cet orchestre ( m. )
5. cet autographe ( m. ) 10. cette hésitation ( f. )

98 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 Prouvez que chaque mot en gras est un déterminant en le remplaçant par un autre
déterminant.

Les
Peu de gens savent que les personnes qui ont un handicap visuel peuvent
des
pratiquer plusieurs sports. À tort, on tient pour acquis qu’un jeune qui ne
cet
voit pas ne peut jouer au hockey, par exemple. Pourtant, quel enfant refuserait
une
de pratiquer notre sport national s’il en avait l’occasion ? C’est d’ailleurs pour
votre des
cette raison que quelques chercheurs de l’Université du Québec à Montréal
des des
ont consacré leurs efforts à la création d’une rondelle adaptée pour ces
une
jeunes hockeyeurs. L’objet en question est deux fois plus gros qu’une rondelle
un
ordinaire. De plus, le disque fait du bruit quand il se déplace sur la surface.
la l’ des
Le son varie selon sa vitesse et son altitude, permettant ainsi à tous les

joueurs d’évaluer la position du disque.

3 Complétez les phrases à l’aide des déterminants suivants. Utilisez chaque


déterminant une seule fois.

aucun • beaucoup de • nulle • quelle • quel


quelques • tous les • toute la

1. Ce gâteau contient beaucoup de sucre.

2. Ces mufns ne contiennent aucun ingrédient articiel.

3. Et toi Louka, quelle saveur préfères-tu ?

4. Quel garçon peut résister aux sucettes à l’érable ?

5. Quelques nouvelles saveurs de crème glacée seront


offertes à partir de mai.

6. Bruno a goûté à tous les caramels de cette conserie.

7. Toute la famille d’Amélie préfère le chocolat noir.

8. Nulle llette ne déteste les aliments sucrés : c’est un


goût inné.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE DÉTERMINANT 99


L’adjectif

À RETENIR
1 L’adjectif caractérise un nom ou un pronom.
Ex. : un long voyage, des oiseaux exotiques, une plante tropicale,
elle est brillante, ils sont fatigués, nous sommes rapides

2 L’adjectif peut être qualiant ou classiant.


• L’adjectif qualiant exprime une caractéristique, positive ou négative.
Ex. : une chatte enjouée, un monument abîmé
L’adjectif qualiant peut habituellement être précédé de très :
une chatte très enjouée, un monument très abîmé.
• L’adjectif classiant sert à classer, à catégoriser.
Ex. : une chatte siamoise, un monument historique
L’adjectif classiant ne peut pas être précédé de très :
une chatte très siamoise, un monument très historique.

Accord de 3 L’adjectif est un receveur d’accord.


l’adjectif, p. 148

PREUVE À L’APPUI

• Un mot est un adjectif s’il peut être remplacé par un autre adjectif.

EXEMPLE A J’ai composé une nouvelle chanson.

Afrmation Dans cette phrase, le mot nouvelle est un adjectif.


Preuve Le mot nouvelle peut être remplacé par un autre adjectif.
J’ai composé une bonne / petite / belle chanson.

EXEMPLE B Voici une nouvelle réjouissante.

Afrmation Dans cette phrase, le mot nouvelle n’est pas un adjectif.


Preuve Le mot nouvelle ne peut pas être remplacé par un adjectif.
Voici une belle réjouissante.

100 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 Soulignez les 28 adjectifs qui caractérisent les noms en gras.
La mer était basse, comme la veille au soir, et je regardais se dresser
devant moi, à mesure que j’approchais d’elle, la surprenante abbaye. Après
plusieurs heures de marche, j’atteignis l’énorme bloc de pierre qui porte la
petite cité dominée par la grande église. Ayant gravi la rue étroite et rapide,
j’entrai dans la plus admirable demeure gothique construite pour Dieu sur la
terre, vaste comme une ville, pleine de salles basses écrasées sous des voûtes
et de hautes galeries que soutiennent de frêles colonnes. J’entrai dans ce
gigantesque bijou de granit, aussi léger qu’une dentelle, couvert de tours, de
sveltes clochetons, où montent des escaliers tordus, et qui lancent dans le
ciel bleu des jours, dans le ciel noir des nuits, leurs têtes bizarres hérissées
de chimères, de diables, de bêtes fantastiques, de eurs monstrueuses, [...].
Guy de Maupassant, Le Horla, 1887.

2 Parmi les mots en gras, surlignez ceux qui sont des adjectifs. Prouvez-le en
les remplaçant par un autre adjectif.
Exemples de réponses. sucrées
1. Mon meilleur ami, un Italien, adore les pâtisseries grecques.
forts
2. De nombreux fugitifs se sont évadés de la prison. Ces hommes fugitifs

verront leur peine alourdie dès qu’on les aura retrouvés.


petits
3. Ces jeunes garçons participeront à cette longue expédition en montagne.

Ces jeunes vivront une expérience vraiment unique.


souriants
4. Ces médecins spécialistes l’ont longuement ausculté. Tous ces spécialistes

en sont venus à la même conclusion : il faut l’opérer.


conviées
5. Les personnes invitées à cette soirée étaient triées sur le volet. Quant aux

invités d’honneur, ils représentaient souvent des organismes prestigieux.


affamé
6. Ce chien gourmand quémande constamment. Le gourmand devrait plutôt

rester loin de la table.


droites
7. Le géographe montre les parallèles tracés sur la carte. Ces lignes parallèles

sont réparties sur l’ensemble de la mappemonde.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ADJECTIF 101


3 a) Dans les phrases suivantes, soulignez les adjectifs.
b) Prouvez qu’il s’agit bien d’un adjectif en le remplaçant par un autre adjectif.
Ne récrivez que les passages touchés.
Exemples de réponses.
1. Ce brave garçon avait sauvé le chaton d’une mort certaine.
Ce gentil garçon une mort affreuse

2. L’animal bien vivant sautait dans tous les sens.


L’animal bien triste

3. L’animal s’était construit un abri formé de nes branches.


un abri douillet de larges branches

4. Romy se rendit sur cette plage abritée des vent forts de l’océan.
cette plage sauvage des vents violents

5. Ils ont hésité face à tous ces choix possibles.


ces choix difciles

6. Ce malfaiteur le plus recherché du monde a été arrêté.


Ce malfaiteur le plus méchant

7. L’événement soudain avait laissé ces malheureux désemparés.


L’événement imprévu ces malheureux abandonnés

4 Soulignez les 10 adjectifs et reliez chacun d’eux au nom qu’il caractérise.


Je traversais ce pays dans sa plus grande largeur et, après trois jours de

marche, je me trouvais dans une désolation sans exemple. Je campais à côté

d’un squelette de village abandonné. Je n’avais plus d’eau depuis la veille et

il me fallait en trouver. Ces maisons agglomérées, quoique en ruine, comme

un vieux nid de guêpes, me rent penser qu’il avait dû y avoir là, dans le

temps, une fontaine ou un puits. Il y avait bien une fontaine, mais sèche. […]

C’était un beau jour de juin avec grand soleil, mais, sur ces terres sans abri

et hautes dans le ciel, le vent soufait avec une brutalité insupportable.

Ses grondements dans les carcasses des maisons étaient ceux d’un fauve

dérangé dans son repas.


Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres, © Éditions Gallimard, 1988, p. 9 et 10.

102 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Le pronom

À RETENIR
1 Le pronom sert, entre autres, à la conjugaison et à la reprise d’information.
Ex. : je chantais, tu chantais, elle chantait, nous chantions, etc.
Les pronoms servent à la conjugaison.
Ex. : Mila est malade. Elle a un vilain rhume.
Le pronom Elle sert à la reprise d’information. Il reprend le nom Mila.

2 • Le pronom de reprise sert à reprendre une information dans un texte. Reprise de


Cet élément repris s’appelle antécédent. l’information,
p. 262
Ex. : Ce rhume est vraiment pénible. Il est tenace.
antécédent pronom de reprise

• Le pronom nominal ne reprend pas d’information. Il n’a pas d’antécédent.


Ex. : J’aimerais étudier la médecine plus tard. Et toi ?
Personne ne se plaint que tout coûte plus cher.

3 Les sept sortes de pronoms sont les suivantes.


Pronoms personnels je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils, elles,
me, moi, te, toi, le, la, les, lui, leur, eux, se, en, y, etc.
Pronoms possessifs le mien, la mienne, les miennes, le tien, le sien,
le nôtre, la nôtre, les nôtres, le vôtre, le leur, etc.
Pronoms démonstratifs ce, ceci, cela, celui, celle, ceux, celle-ci, ceux-là, etc.
Pronoms relatifs qui, que, quoi, dont, où, lequel, auquel, duquel, etc.
Pronoms interrogatifs qui, que, quoi, lequel, auquel, duquel, etc.
Pronoms numéraux un, deux, trois, vingt, cent, mille, etc.
Pronoms de quantité aucun, chacun, pas un, quelqu’un, personne, rien,
(pronoms indénis) beaucoup, certains, plusieurs, tout, tous, etc.

4 Le pronom est toujours un donneur d’accord.

1 a) Dans les énoncés suivants, surlignez les pronoms.


b) Au-dessus de chaque pronom, notez son antécédent, s’il y a lieu.

1. Le harfang des neiges peut être aperçu dans le sud du Québec. Sur sa tête,
le harfang plumes
il possède de petites plumes qui se nomment des aigrettes.
Les perroquets
2. Peu d’animaux sont aussi attachants que les perroquets. Certains sont très

intelligents.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE PRONOM 103


mon pinson mon pinson
3. Mon pinson, je l’ai reçu pour mon anniversaire. Mes amis sont venus le
Mes amis mon pinson
voir. Plusieurs ont adoré l’entendre chanter.

4. Julien et Léa veulent un hérisson comme animal de compagnie.


Julien et Léa un hérisson
Sachez qu’ils devront maintenir celui-ci à une température supérieure à 21 °C
un hérisson
et l’exposer au soleil. Autrement, la petite bête risque de tomber en

hibernation !

5. Les poules sont devenues des animaux très tendance ! Des œufs, deux
des œufs les poules
poules peuvent en pondre jusqu’à 500 par an. De plus, celles-ci sont de
les poules
véritables composteurs sur pattes, puisqu’elles picorent les restes de table.
le furet
6. Plusieurs croient que le furet n’est pas d’agréable compagnie. Or, s’il est
le furet
bien éduqué et qu’on lui donne l’occasion de sortir de sa cage au moins
Le furet
deux heures par jour, le furet est facile à vivre. Celui de Martin a besoin de

beaucoup d’exercice !
ce chiot tes parents
7. Ce chiot dont tu parles tant, tes parents ont-ils enn décidé de
ce chiot ce chiot
l’adopter ? Nous aimerions le voir.

2 Indiquez si les mots en gras sont des pronoms (pron.) ou des déterminants (dét.).
Mes ( dét. ) frères, je les ( pron. ) applaudissais à chaque
( dét. ) partie de hockey. Leur ( dét. ) succès était toujours
amboyant. Le mien ( pron. ), il faut le dire, était plus discret. Nos
( dét. ) parents essayaient bien de nous encourager également, mais ce
( pron. ) n’était pas toujours facile. Comment comparer les ( dét. )
mérites d’un joueur de hockey à ceux ( pron. ) d’un joueur d’échecs ?
Tous ( pron. ) savent que lors d’une joute de hockey, on peut applaudir,
sifer et crier nos encouragements. Ces ( dét. ) mêmes comportements
sont toutefois mal vus lors d’un tournoi d’échecs, cela ( pron. ) va de soi.

104 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 Ajoutez le pronom qui convient en respectant la sorte indiquée entre parenthèses.
Tenez compte du sens de la phrase.
1. Parmi les peintres qui ont soumis une œuvre, (pron. démonstratif)
celui / celle que je préfère habite à Baie-Saint-Paul.

2. (Pron. de quantité) Personne / Nul ne remet en question les règlements.


(Pron. démonstratif) Ceux-ci ont toujours semblé justes.

3. Quand le lauréat est arrivé sur scène, le juge ( pron. personnel)


lui a remis son prix.

4. J’aime la toile que j’ai peinte, mais je dois reconnaître que


(pron. démonstratif) celle du gagnant est supérieure à
(pron. possessif) la mienne .

5. Ces honneurs, (pron. personnel) vous (pron. personnel)


les méritez amplement.

4 a) Récrivez les phrases en gras en remplaçant chaque passage souligné par la sorte
de pronom indiquée entre parenthèses.
b) Dans vos phrases, surlignez les pronoms que vous avez employés.
1. Tristan veut se procurer un violon. Mon violon est justement à vendre.
(Pron. possessif) Le mien est justement à vendre.

2. Tristan regarde avec envie mon violon. Je permets à Tristan de l’essayer.


(Pron. personnel) Je lui permets de l’essayer.

3. Les enfants ont appris une chanson. Les enfants chanteront cette chanson
au spectacle.
(Pron. de quantité) (Pron. personnel) Tous la chanteront au spectacle.

4. Janick et moi apprenons les harmonies. Janick et moi étudierons


attentivement les harmonies.
(Pron. personnel) (Pron. personnel) Nous les étudierons attentivement.

5. Sonia donne un concert vendredi. Nous assisterons à ce concert.


(Pron. personnel) Nous y assisterons.

6. La soirée était unique. Nicolas a proté de cette soirée.


(Pron. personnel) Nicolas en a proté.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE PRONOM 105


Le verbe

À RETENIR
1 Le verbe est le seul mot qui se conjugue : il varie selon le mode, le temps
ainsi que la personne.
Ex. : je lis, tu lis, elle lit, nous lirons, vous lirez, ils ont lu

Remarque
Dans les dictionnaires, le verbe est présenté à l’innitif.
Ex. : dessiner, dormir, lire, vouloir

2 Le verbe conjugué à un temps simple est formé d’un mot.


Ex. : Je dessine un chat. Martin dort bien. Nous allons à Rome.

Temps 3 Le verbe conjugué à un temps composé est formé de deux mots :


composés, un auxiliaire (avoir ou être) et un participe passé.
p. 184
Ex. : J’ai dessiné un chat. Martin a bien dormi. Nous sommes allés à Rome.

4 Une locution verbale est une expression gée qui est le plus souvent formée
d’un verbe et d’un nom. Elle s’analyse comme un verbe. En voici quelques-
unes : avoir l’air, avoir lieu, faire preuve, prendre position, tirer prot, etc.
Ex. : Il fait preuve de courage.
Accord du
verbe, p. 154 5 Le verbe est un receveur d’accord.

PREUVE À L’APPUI

• Un mot est un verbe s’il remplit les conditions suivantes.


Condition 1 Le mot peut se conjuguer à d’autres temps et à d’autres modes.
Condition 2 Il est possible d’ajouter ne… pas (ou n’… pas) au mot.

EXEMPLE A Jeanne travaille fort tous les jours.

Afrmation Dans cette phrase, le mot travaille est un verbe.


Preuve 1 Le mot travaille peut se conjuguer à d’autres temps.
Jeanne travaillait / a travaillé fort tous les jours.
Preuve 2 Il est possible d’ajouter ne… pas au mot travaille.
Jeanne ne travaille pas fort tous les jours.

EXEMPLE B Jeanne adore son travail.

Afrmation Dans cette phrase, le mot travail n’est pas un verbe.


Preuve 1 Le mot travail ne peut pas se conjuguer à un autre temps.
Jeanne adore son travaillait.
Preuve 2 Il est impossible d’ajouter ne… pas au mot travail.
Jeanne adore son ne travail pas.

106 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Remarques
1. Si le verbe est à un temps simple, ne… pas encadre le verbe.
Ex. : Il ne rit pas.

2. Si le verbe est à un temps composé, ne… pas encadre l’auxiliaire.


Ex. : Il n’avait pas ri.

3. Si le verbe est à l’innitif, ne pas précède le verbe.


Ex. : Ne pas rire.

1 a) Dans l’extrait suivant, repérez les 19 verbes conjugués. Soulignez d’un trait les
verbes conjugués à un temps simple et de deux traits les verbes conjugués à un
temps composé.
b) Surlignez les verbes à l’innitif.
c) Encadrez les verbes au participe présent.
Il se nommait Santiago. Le jour déclinait lorsqu’il arriva, avec son
troupeau, devant une vieille église abandonnée. Le toit s’était écroulé depuis
bien longtemps, et un énorme sycomore avait grandi à l’emplacement où
se trouvait autrefois la sacristie. Il décida de passer la nuit dans cet endroit.
Il t entrer toutes ses brebis par la porte en ruine et disposa quelques
planches de façon à les empêcher de s’échapper au cours de la nuit. Il n’y avait
pas de loups dans la région mais, une fois, une bête s’était enfuie, et il avait dû
perdre toute la journée du lendemain à chercher la brebis égarée. Il étendit sa
cape sur le sol et s’allongea, en se servant comme oreiller du livre qu’il venait
de terminer. Avant de s’endormir, il pensa qu’il devrait maintenant lire des
ouvrages plus volumineux : il mettrait ainsi plus de temps à les nir, et ce
seraient des oreillers plus confortables pour la nuit.
Paulo Coelho, L’alchimiste, Éditions Anne Carrière, 1994, p. 14.

2 Dans le texte suivant, surlignez les quatre locutions verbales.


Lorsque Mathilde et Louisa sont allées au parc d’attractions l’été dernier,
Louisa aurait voulu rendre l’âme quand son amie lui a proposé d’essayer le
plus récent manège. Mathilde, qui a toujours été téméraire, a taquiné Louisa :
« Allez, Loulou, ne me dis pas que tu as peur ? »

Louisa, de nature plutôt prudente, a voulu faire preuve de courage. Elle a


donc accepté. Les deux amies ont attendu leur tour pendant près d’une heure,
car ce manège s’avérait bien populaire. Quand les adolescentes ont enn pu
s’asseoir dans la nacelle, Mathilde a ri : « Loulou… tu as l’air d’une morte-
vivante ! Ne t’en fais pas, tout ira bien. » Contre toute attente, Louisa a adoré !

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE VERBE 107


3 Indiquez au-dessus de chaque mot en gras s’il s’agit d’un nom (N) ou d’un verbe (V).
V
1. Bruno tempête chaque fois qu’il se trouve coincé dans la circulation.
V
2. Janie, ma meilleure amie, réserve toujours ma place au cinéma.
N
3. On annonce une importante bordée de neige pendant l’heure de pointe.
V
4. La glace sur le pare-brise nuit à la visibilité.
N
5. Pour cette photo, Carl a gardé la même pose pendant une demi-heure.
V
6. Il peine à monter cet escalier.
V
7. Cette infographiste n’aime pas qu’on la copie.
N
8. Le garde surveillait la porte depuis le matin.
N
9. Il touche ici au fond de la question.
N
10. Nous partirons au coucher du soleil.

4 Rédigez une phrase avec chacun des mots en gras de l’activité 3. S’il s’agissait
d’un nom, utilisez-le cette fois comme un verbe, et vice-versa.
Exemples de réponses.
1. tempête : On attend une tempête importante durant la nuit.

2. réserve : La réserve de la bibliothèque est au rez-de-chaussée.

3. neige : Il neige depuis ce matin.

4. nuit : Il y a eu un orage durant la nuit.

5. pose : L’enfant pose sa tête sur l’épaule de sa mère.

6. peine : Emma a eu de la peine quand tu es parti.

7. copie : Marina possède une copie de ce texte.

8. garde : Elle garde ton livre dans sa bibliothèque.

9. fond : La neige fond en raison du temps doux.

10. coucher : Tu iras te coucher tôt.

108 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


L’adverbe

À RETENIR
1 L’adverbe est un mot invariable.
Ex. : Cet enfant rit beaucoup. Léo est très gentil.

2 L’adverbe exprime divers sens, entre autres ceux ci-dessous.


Le lieu ailleurs, dedans, dehors, dessus, ici, là, loin, partout, etc.
Le temps autrefois, bientôt, déjà, demain, encore, hier, jamais, maintenant,
parfois, souvent, tard, toujours, etc.
La manière bien, ensemble, facilement, gentiment, mal, mieux, prudemment,
vivement, etc.
La quantité assez, beaucoup, énormément, environ, extrêmement, (le) moins,
(le) plus, peu, très, trop, etc.
La négation ne… jamais, ne… pas, ne… plus, ne… rien, non, etc.
L’afrmation certainement, oui, volontiers, etc.
La probabilité apparemment, peut-être, probablement, sans doute, etc.

3 Un mot est un adverbe si on peut le remplacer par un autre adverbe.


Ex. : Ce parfum sent bon.
Ce parfum sent beaucoup.

1 a) Surlignez les neuf adverbes contenus dans ce texte.


b) Écrivez au-dessus de chaque adverbe le sens qu’il exprime.

Depuis qu’elles sont petites, Mégane et Lina suivent des cours de


manière lieu
danse ensemble. Elles ont commencé ici, dans leur ville natale. Elles se
temps
démarquaient déjà grâce à leur talent exceptionnel. Leur professeur leur a
négation
proposé de prendre part à des compétitions de danse. Lina n’était pas très
quantité
enthousiaste. Quant à Mégane, elle était extrêmement curieuse de tenter
manière probabilité
l’expérience. Elle a rapidement apprécié ces compétitions, ce qui a peut-être
temps
encouragé son amie à y prendre part. Aujourd’hui, Mégane et Lina participent
afrmation
volontiers à ces concours.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ADVERBE 109


2 Remplacez les mots entre parenthèses par un adverbe de même famille.
1. Jian a vécu sa partie de basketball ( avec passion) passionnément .

2. Quand il est arrivé, l’eau fuyait (de façon abondante) abondamment .

3. Patrice s’entraîne (de manière fréquente) fréquemment .

4. Marily avoue qu’elle est ( de manière innie) inniment heureuse.

5. Le chanteur s’est (de façon brève) brièvement arrêté.

6. Le projet est (de façon sufsante) sufsamment avancé.

3 a) Dans les phrases suivantes, soulignez les adverbes.


b) Chaque fois, prouvez qu’il s’agit bien d’un adverbe en le remplaçant par
un autre adverbe.
doucement
1. Le vent soufe fort.

2. Ton fort de neige est réussi.

3. Un vent fort soufait au sommet.


bien
4. Tu vois clair dans son jeu.

5. Le ciel clair annonçait une belle journée.

6. Le plafond bas rendait la pièce sombre.


sèchement
7. Il parlait bas.

4 Ajoutez un adverbe qui convient. Utilisez un adverbe différent pour chaque cas.
Exemples de réponses.
1. Hier , le brouillard était extrêmement dense.

2. Quand il fait un tel temps, c’est souvent une pluie très intense qui suit.

3. L’année dernière, cette région a reçu très peu de neige.

Les skieurs ont probablement été déçus.

4. Demain , Sacha et Marco iront faire du ski. Leur soirée

se terminera tard !

5. Gabriel arrivera sûrement avant son frère.

6. Dehors , le vent soufait avec violence.

110 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


La préposition

À RETENIR
1 La préposition est un mot invariable. Les prépositions les plus courantes
sont à et de.
2 La préposition est toujours suivie d’un complément.
Ex. : robe à pois, heureux de partir, réussir grâce à elle

3 Voici une liste des principales prépositions.


Prépositions simples Prépositions composées

à en à bord de de manière à
après entre à cause de en bas de
avant envers à côté de en dehors de
avec par an de en face de
chez parmi à gauche de grâce à
contre pendant à partir de jusqu’à
dans pour au-dessous de loin de
de sans au-dessus de lors de
depuis sauf au lieu de par rapport à
dès sous autour de près de
devant sur avant de proche de
durant vers de façon à quant à

!
1 Ajoutez la préposition qui convient le mieux. Dans certains cas, il n’y a aucune
Dans les dic-
préposition à ajouter. tionnaires, on
1. Je me souviens de cette histoire. trouve souvent
les prépositions
admises pour
2. Peux-tu différencier une mouffette d’ un putois ?
chaque verbe.
3. Nous prenons un cours de peinture chaque lundi.

4. Alex est allé chez le médecin : est-il blessé ?

5. Loïc a commencé par / sans / avec le plan de son projet.

6. Janick passe ses soirées devant la télévision.

7. Christian cherche un vélo dans les petites annonces.

8. Lina s’est rendue au musée en autobus.

9. La voiture de mon ami a rendu l’âme.

10. Je ne comprends rien à ces explications.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA PRÉPOSITION 111


2 Choisissez la préposition qui convient le mieux parmi celles qui sont proposées.
1. Les enfants couraient (dans, sur) dans la rue.

2. L’accord a été signé (dans, lors de) lors de cette importante


réunion.

3. Louisa est arrivée juste ( à, en) à temps pour le début du


concert.

4. Flavie a été impolie ( contre, envers) envers son enseignant.

5. Mathis était en colère (contre, après) contre son frère.

6. Élodie s’applique (à, pour) à bien faire son travail.

7. Nicolas s’est rendu au travail ( en, à) à bicyclette.

8. Julia craint d’échouer (à, sur) à son examen de conduite.

9. Ils se sont opposés (à, contre) à la proposition du comité.

10. Norah s’est rendue à la fête (à, de) de son amie Laurie.

11. J’étais (après, en train de) en train de lire un roman quand Suzie est
arrivée.

12. Ma grand-mère croit (à, en) à l’astrologie.

13. Je te présente le frère (à, de) de Béatrice.

14. Patrice a oublié sa clé (sur, dans) dans la serrure.

X ERREURS À CORRIGER
3 Certaines des phrases suivantes contiennent des prépositions qui sont en trop.
Trouvez-les et rayez-les.
1. Justin se rappelle de ses vacances avec bonheur.
2. Célia a téléphoné à son amie au retour de l’école.
3. Crois-tu avoir de besoin de tes gants pour aller courir ?
4. Il n’est pas nécessaire de débattre sur les conditions de cet emploi.
5. Justin marche avec son chien.
6. Martine éprouve de la reconnaissance envers son entraîneur.
7. Pour pallier à l’absence de son collègue, Daniel travaille plus tard.
8. Es-tu capable de rédiger ce contrat ?

112 CLASSES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


La conjonction

À RETENIR
1 La conjonction sert à joindre des éléments.
2 On appelle coordonnant la conjonction qui sert à joindre des phrases ou Coordination,
des groupes de mots remplissant la même fonction. p. 226
Ex. : Mila a écrit à son cousin et elle a téléphoné à ses voisines.
Le coordonnant et sert à joindre deux phrases syntaxiques
en une seule phrase graphique.
Ex. : Mila a invité son cousin et ses trois voisines.
Le coordonnant et sert à joindre deux groupes nominaux
qui remplissent la même fonction (CD du V).

3 On appelle subordonnant la conjonction qui sert à inclure une phrase Phrase


subordonnée circonstancielle ou une phrase subordonnée complétive subordonnée
dans une phrase enchâssante. circonstancielle,
p. 234
P enchâssante
P sub. circ. Phrase
Ex. : Mila écrivait à son cousin quand le téléphone a sonné . subordonnée
complétive,
Le subordonnant quand sert à inclure la phrase subordonnée p. 253
circonstancielle dans la phrase enchâssante.

1 Surlignez les coordonnants ou les subordonnants dans les phrases suivantes.


1. Bien que la plage l’intéresse aussi, Julia préfère les voyages culturels.
2. Les passagers pourront détacher leur ceinture dès que les signaux lumineux
seront éteints.
3. Qu’est-ce que tu préfères : voyager par avion ou faire une croisière ?
4. Mes voisins ont raté l’avion parce qu’ils se sont réveillés en retard.
5. Je veux aller au Mexique, mais les billets sont beaucoup trop chers
en ce moment.
6. Au moment où le lm commençait, l’avion a traversé une zone de
turbulence.
7. Préfères-tu visiter le musée ou bien aller à l’aquarium ?
8. Lorsque l’autocar s’arrêtera, les touristes descendront et iront prendre
des photos.
9. Les gens avec de jeunes enfants de même que les passagers ayant besoin
d’assistance sont les premiers à prendre place dans l’avion, car il est plus
facile pour les agents de bord de les aider.
10. Nicolas aimerait voyager en Europe, en Asie ainsi qu’en Amérique du Sud
quand il aura terminé ses études.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA CONJONCTION 113


5 GROUPES DE MOTS
PRÉALABLES L’organisation d’un groupe de mots
!
Un groupe 1 Un [groupe de mots] est formé d’un noyau et, souvent, d’une ou
de mots peut de plusieurs expansions.
contenir un
seul mot.
• Le noyau est le mot indispensable du groupe.
• Les expansions sont des éléments qui accompagnent le noyau.
Ex. : [Chloé] [organise une fête d’Halloween].
GN GV
2 Le noyau donne son nom au groupe.
3 Un groupe de mots peut contenir un ou plusieurs autres groupes de mots.
Ex. : Chloé organise une fête d’Halloween .

Le groupe de mots organise une fête d’Halloween contient le groupe de mots


une fête d’Halloween.
Le groupe de mots une fête d’Halloween contient le groupe de mots d’Halloween.

À RETENIR Le groupe nominal

1 Dans un [groupe nominal], le noyau est un nom. Ce nom est habituellement


Nom, p. 94 introduit par un déterminant.
Ex. : [Thomas] aime [le hockey].

Remarque

Dans un groupe nominal, le déterminant n’est pas une expansion du nom.

2 Dans un [groupe nominal], le noyau peut être accompagné d’une


ou de plusieurs expansions.
Ex. : [Ce bon joueur de hockey] a compté [un beau but].

Remarque

Dans un [groupe nominal], toutes les expansions complètent le nom.


Ex. : [ce remarquable joueur]
[ce joueur habile]
[cet excellent joueur québécois]
[ce joueur de hockey]
[ce joueur qui s’entraîne beaucoup]
[ce joueur, un excellent gardien,]

114 GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 a) Mettez entre crochets chaque groupe nominal dont le noyau est en gras.
b) Soulignez les expansions.

Sony grattait à la porte-fenêtre . [ Lise] crut qu’il avait peut-être soif . Elle lui

ouvrit , lui essuya les pattes avec [ la vieille serviette qu’elle réservait à cet usage], et

le chien s’engouffra dans la cuisine avec [un courant d’air frais ]. Il se colla contre elle

en remuant la queue de gauche à droite . Lise lui caressa le crâne du bout des doigts .

Sony la suivait pas à pas , limitait [ ses mouvements ]. Lise soupira : « Oh… grosse

bête… qu’est-ce que tu peux être malcommode . » Il restait dans une assiette sur [ le

comptoir de la cuisine] quelques canapés au saumon fumé et à la purée de câpres ;

Lise en saisit un qu’elle jeta dans [la gueule du chien]. Elle se lava les mains . Elle

sortit du frigidaire [ le contenant de sauce au curry ], le posa sur le comptoir , mais ,

au même moment , elle sentit [une force] la prendre à la gorge et la tirer vers l’arrière .

On essayait de l’étrangler . « Oh ! non , pitié ! » parvint-elle à articuler . Était-ce là

[ la prophétie que Jean venait d’annoncer ]? Elle porta [ les mains] à son cou . Elle y

sentit le tissu tendu de [ son écharpe jaune], tourna la tête : le bout de l’écharpe

s’était coincé dans [ la porte du frigidaire]. Elle recula et se dégagea . Elle prit [ une

grande respiration] et [ les battements de son cœur] retrouvèrent [ leur rythme régulier ].

Nadine Bismuth, Les gens dèles ne font pas les nouvelles, Les Éditions du Boréal, 1999, p. 43.

2 Ajoutez des expansions dans les groupes nominaux suivants. Utilisez des expansions
différentes chaque fois.
Exemples de réponses.
1. Pablo a aperçu [un oiseau].
[un oiseau rapide et minuscule ].
[un petit oiseau jaune ].
[un oiseau qui était posé sur le toit de la maison ].

2. Francis a appelé [son ami].


[son ami attentif et généreux ].
[son vieil ami expert en ski ].
[son ami qui habite en Colombie-Britannique ].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE GROUPE NOMINAL 115


À RETENIR Le groupe adjectival

Adjectif, 1 Dans un [groupe adjectival], le noyau est un adjectif.


p. 100 Ex. : Je savoure ces fruits [rouges].

2 Dans un [groupe adjectival], le noyau peut être accompagné d’une


ou de plusieurs expansions.
Ex. : Je savoure ces fruits [très rouges].
Je suis [rouge de colère].
Remarque

Dans un [groupe adjectival], toutes les expansions précisent le sens de l’adjectif.


Ex. : [extrêmement rouge]
[rouge de honte]
[rouge comme une tomate]

1 a) Surlignez les adjectifs contenus dans ce texte.


b) Mettez entre crochets chaque groupe adjectival.
c) Soulignez les expansions, s’il y a lieu.

Le [magnique] archipel d’Hawaï est le 50e État [ américain].

On apprécie cette destination [ hautement touristique] pour ses plages

[ spectaculaires ]. On y trouve aussi des volcans [fascinants ] et [ bien

actifs ]. [ Très heureux d’avoir l’occasion d’étudier de près l’activité

volcanique], de nombreux scientiques [particulièrement friands

d’études sur le terrain ] y séjournent chaque année . D’éminents


[ ]

géographes [néerlandais ] y passeront tout l’été .

2 a) Dans les phrases suivantes, ajoutez des groupes adjectivaux variés.


b) Incluez une expansion dans trois des GAdj que vous ajoutez.
Exemples de réponses.
Sur l’île d’Hawaï, vous rencontrerez des habitants fort hospitaliers

. Vous verrez des plages dignes de cartes postales .

Vous pourrez aussi faire de la randonnée pédestre

au cœur de la forêt tropicale . Si vous faites

une excursion bucolique à l’intérieur des terres,

prenez le temps de visiter les immenses plantations

où vous pourrez déguster des ananas fraîchement cueillis .

116 GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR Le groupe verbal

1 Dans un [groupe verbal], le noyau est un verbe conjugué. Verbe,


Ex. : Raphaël [écrit].
p. 106

Raphaël [a écrit].

2 Dans un [groupe verbal], le noyau peut être accompagné d’une


ou de plusieurs expansions.
Ex. : Raphaël [écrit un courriel].
Raphaël [vous a écrit un courriel].
Remarque

Dans un [groupe verbal], on trouve une grande variété d’expansions du verbe.


Ex. : Léo [écrit un courriel].
Léo [a écrit à ses amis].
Léo [leur écrit].
Léo [écrit un courriel à ses amis].
Léo [écrit vite].
Léo [a écrit qu’il va bien].
Léo [est heureux].
Léo [aime écrire].

1 a) Dans le texte suivant, mettez entre crochets les groupes verbaux dont les noyaux
sont en gras.
b) Soulignez les expansions dans ces groupes.

Amir [ raconte à son ami Tristan sa mésaventure ]. La veille ,

il [ terminait son entraînement de soccer]. Il [faisait sombre ]

et une pluie ne et froide [ tombait doucement sur la ville].

Au loin , il [a aperçu l’autobus]. Comme il [ était en retard], il s’est

précipité . La marche , il [ l’a manquée] et il [ est tombé].

Les secouristes [ont été appelés sur les lieux ]. Amir [ paraissait

souffrant ]. Sa mère [est arrivée ] et ils [sont allés à l’hôpital ].

Le médecin [ a examiné sa jambe]. Il [a vérié qu’il n’avait pas d’autre

blessure ]. Il [ a ensuite déclaré que la jambe était cassée ]. On [lui a mis

un plâtre ] et on [ lui a prescrit des antidouleurs]. La nuit [ a été longue].

Ce matin , Amir [marche avec des béquilles]. Tristan [ l’encourage].

Il [ lui dit qu’il pourra courir sous peu].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE GROUPE VERBAL 117


2 a) Dans les phrases suivantes, mettez entre crochets les groupes verbaux.
b) Surlignez le noyau de chaque groupe verbal.
c) Soulignez les expansions.

1. Depuis un bon moment déjà , Laura [pagayait]. Elle [ voulait rejoindre

le camp]. Les autres canoteurs [s’inquiéteraient de son retard ].

Elle [les avait prévenus], mais elle [ espérait arriver plus tôt].

2. Demain , Mathis et son père [organisent une excursion de canot dans

les Adirondacks ]. Évidemment , ils [ ont soigneusement préparé

l’expédition]. Ils [ont loué une grande tente] et [ ont acheté deux sacs

de couchage]. Ils [ les ont choisis avec soin]. Avant de partir , ils

[ont tracé le parcours à suivre].

3. Le canot [ est amarré rapidement]. Mathis [allume le feu de bois ] pendant

que son père [ prépare le souper]. La journée [ a été bien remplie].

Cette excursion , ils [l’apprécient vraiment].

4. Un jeune renard [ avance lentement]. L’animal [arrête brusquement] et

[gratte le sol]. Soudainement , il [ saisit quelque chose]. La souris ,

il [la dévore d’un coup].

5. Des nuages [couvrent le ciel] et le vent [ soufe fort]. Les jeunes lles

[marchent rapidement]. Elles [ souhaitent trouver un abri]. Le chalet ,

elles [l’aperçoivent enn ]. Elles [ pensent aux autres randonneurs ].

Elles [sont arrivées à temps].

6. Le soir venu , Naomie [ leur a raconté sa mésaventure]. Elle [ marchait

prudemment] quand elle [ a trébuché sur une branche ].

118 GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR Le groupe adverbial

1 Dans un [groupe adverbial], le noyau est un adverbe. Adverbe,


Ex. : Cette personne conduit [lentement]. Elle est [très] prudente.
p. 109

2 Dans un [groupe adverbial], le noyau est parfois accompagné


d’une expansion.
Ex. : Cette personne conduit [trop lentement].

Remarque

Dans un [groupe adverbial], l’expansion précède le noyau.

1 Dans les énoncés suivants, surlignez les groupes adverbiaux. Il y en a 15 en tout.

1. Dehors, on entendait des bruits étranges. Je désirais ardemment me trouver

ailleurs. La nuit s’annonçait vraiment longue.

2. Soudain, j’ai entendu une série de hululements. Le hibou était très près

du campement. J’aurais bien voulu l’apercevoir.

3. Nous sommes sortis silencieusement. La nuit était encore plus sombre que

je ne l’aurais cru. L’oiseau a sans doute eu peur. Il s’est vite envolé.

4. Nous aurions très probablement pu le voir, si tu n’avais pas fait autant

de bruit.

5. Bientôt nous retournerons camper. Peut-être aurons-nous la chance d’observer

un quelconque oiseau de nuit.

2 Ajoutez une expansion à chacun des adverbes en gras.


Exemples de réponses.
1. Micha a travaillé vraiment fort pour préparer cette fête.

2. Mustapha a tout décoré et il s’est couché trop tard.

3. Très vite, il est devenu évident que ce serait grandiose.

4. Tu l’as fort probablement aidé.

5. Vous teniez si gentiment à ce que tout soit parfait.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE GROUPE ADVERBIAL 119


À RETENIR Le groupe prépositionnel

Préposition, 1 Dans un [groupe prépositionnel], le noyau est une préposition.


p. 111 Cette préposition est toujours suivie d’une expansion.
Ex. : Lisa a parlé [de son expérience].
Lisa a parlé [à ses amis].
Lisa a parlé [de toi].
Lisa a parlé [de déménager].

1 a) Mettez tous les groupes prépositionnels entre crochets. Il y en a 15 en tout.


b) Surlignez le noyau de chaque groupe.
c) Soulignez l’expansion de la préposition.

[ Depuis quelques années ], des gens adoptent des bêtes comme

le hérisson ou l’iguane [ au lieu d’un chat]. Ces nouveaux animaux

[ de compagnie ] sont fascinants . Cependant, [ avant d’adopter ces

charmantes petites bêtes ], il faut prendre le temps [ de bien s’informer ]

[an de prévoir toutes les conséquences].

Il faut d’abord se renseigner [ sur l’animal ]. Vit-il la nuit ? Peut-il être

agressif ? Chacune [ de ces bêtes] peut aussi avoir des besoins particuliers .

Que mange-t-elle ? [ À quel endroit ] peut-on se procurer la nourriture ?

[ Pour lui offrir les soins requis ], il faut enn se rendre [ chez un

vétérinaire compétent]. Toutes ces considérations sont fondamentales

[ pour le bien-être de l’animal ].

[ Malgré toutes ces précautions ], il arrive qu’on ne puisse pas garder

l’animal . On ne doit jamais abandonner la bête [dans la nature ].

Il faut lui trouver une famille adoptive . Il est important que l’animal

puisse se retrouver [dans un environnement favorable].

120 GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


SYNTHÈSE
2 Observez les mots en gras dans le texte suivant.
a) Mettez entre crochets tous les groupes dont le noyau est en gras.
b) Soulignez les expansions, s’il y a lieu.
c) Donnez la sorte des groupes que vous avez mis entre crochets.
GPrép
Le voyage de l’Abraham-Lincoln , [ pendant quelque temps], ne fut marqué

par aucun incident . Cependant une circonstance se présenta , qui mit en relief
GN
[ la merveilleuse habileté de Ned Land ], et montra quelle conance on devait

avoir en lui .

Au large des Malouines , le 30 juin , la frégate communiqua avec des


GAdj GN
baleiniers [américains], et nous apprîmes qu’ils n’avaient eu [ aucune connaissance

du narwal ]. Mais l’un d’eux , le capitaine du Monroe , sachant que Ned Land
GPrép
était embarqué [ à bord de l’Abraham-Lincoln], demanda son aide pour chasser
GN
[ une baleine qui était en vue]. Le commandant Farragut , désireux de voir Ned
GV
Land à l’œuvre , [ l’autorisa à se rendre à bord du Monroe]. Et le hasard servit
GN
si bien [ notre Canadien], qu’au lieu d’une baleine , il en harponna deux d’un

coup double , frappant l’une droit au cœur , et s’emparant de l’autre après


GN
[une poursuite de quelques minutes]!
GAdv GAdv
[Décidément], si le monstre a [ jamais ] affaire au harpon de Ned Land , je ne

parierai pas pour le monstre .


GV
La frégate [ longea la côte sud-est de l’Amérique ] avec une rapidité
GAdj
[prodigieuse]. Le 3 juillet , nous étions à l’ouvert du détroit de Magellan , à la

hauteur du cap des Vierges . Mais le commandant Farragut ne voulut pas prendre
GAdj GPrép
ce [ sinueux ] passage , et manœuvra [de manière à doubler le cap Horn].
Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers, 1871.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE GROUPE PRÉPOSITIONNEL 121


6 FONCTIONS DANS LES GROUPES
DE MOTS
POUR SITUER

Dans ce module, vous verrez sept fonctions.


• Une fonction dans le groupe nominal : complément du nom (C du N), p. 122.
• Quatre fonctions dans le groupe verbal.
– Attribut du sujet (Attr. du S), p. 126.
– Complément direct du verbe (CD du V), p. 129.
– Complément indirect du verbe (CI du V), p. 134.
– Modicateur du verbe (Modif. du V), p. 140.
• Deux fonctions dans le groupe adjectival.
– Modicateur de l’adjectif (Modif. de l’adj.), p. 143.
– Complément de l’adjectif (C de l’adj.), p. 144.

PRÉALABLE La notion de fonction

Groupes • Un groupe de mots est formé d’un noyau et, souvent, d’une ou de plusieurs
de mots, p. 114 expansions.
• L’expansion qui accompagne le noyau dans un groupe de mots sert à quelque
chose, elle a une fonction.
• La fonction d’une expansion, c’est son rôle, son utilité.

À RETENIR Une fonction dans le groupe nominal

La fonction de complément du nom


1 Dans un [groupe nominal], toutes les expansions d’un nom complètent ce
nom. Ces expansions remplissent donc la fonction de complément du nom.
C du N joueur C du N joueur C du N buts
Ex. : [Cet excellent joueur québécois] a compté [trois beaux buts].
C du N partisans C du N partisans
[Fiers de lui et visiblement heureux, ses partisans] l’encouragent.

2 La fonction de complément du nom peut être remplie par diverses sortes


d’expansions dont les suivantes : GAdj, GPrép, P sub. rel., GN, GPart.
GAdj-C du N Alexia GAdj-C du N joueur GAdj-C du N joueur
Ex. : [Émerveillée, Alexia] applaudit [ce grand joueur formidablement talentueux].
Le groupe adjectival Émerveillée remplit la fonction de complément du nom Alexia.
Les groupes adjectivaux grand et formidablement talentueux remplissent la fonction
de complément du nom joueur.

122 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
GPrép-C du N joueur
!
Le GPrép com-
Ex. : [Ce joueur de hockey] a mérité sa place dans l’équipe.
mence par une
Le groupe prépositionnel de hockey remplit la fonction de complément du préposition
nom joueur. comme , ,
P sub. rel.-C du N joueur , .
Ex. : Il a félicité [ce joueur qui s’entraîne beaucoup].
La phrase subordonnée relative qui s’entraîne beaucoup remplit la fonction de Subordonnée
complément du nom joueur. relative, p. 244
GN-C du N joueur
Ex. : On admire [ce joueur, un excellent gardien].
Le groupe nominal un excellent gardien remplit la fonction de complément du
nom joueur.
GPart-C du N joueur !
Ex. : [Ce joueur patinant à vive allure] est un redoutable marqueur. Dans un groupe
Le groupe participial patinant à vive allure remplit la fonction de complément participial
du nom joueur. (GPart), le noyau
est un verbe
Remarque au participe
La virgule isole certains éléments remplissant la fonction de complément du nom. présent.
Ex. : Yan, un joueur exceptionnel, fait sensation.

Ex. : Heureux , Yan sourit à la foule.


Yan, heureux , sourit à la foule.
Ex. : Yan, qui s’entraîne chaque jour , progresse rapidement.

Ex. : Yan, souriant à la foule , retourne au vestiaire.


Souriant à la foule , Yan retourne au vestiaire.

1 a) Dans le texte suivant, mettez entre crochets tous les GN contenant au moins
une expansion remplissant la fonction de complément du nom.
b) Dans chaque GN entre crochets, surlignez le nom noyau.
c) Dans les GN entre crochets, soulignez les expansions remplissant la fonction de
complément du nom. Au‑dessus de chacune, indiquez‑en la sorte : GAdj, GPrép,
P sub. rel., GN ou GPart.
GAdj
Keyla courait . Vite . Droit devant elle . Quand elle aperçut [la ne
P sub. rel. GPrép
brèche qu’elle avait percée dans le mur], [ une vague d’espoir ] propulsa
GAdj
[ son corps terriblement maigre ].
GAdj GPrép
Tout à coup , Keyla interrompit [sa course folle vers la liberté ].
GAdj GAdj GAdj GPart
[ Vive , incisive , violente , une douleur venant de nulle part] lui paralysa
GAdj
les jambes . [ Incapable de faire un pas de plus , Keyla ] se laissa choir sur

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. UNE FONCTION DANS LE GROUPE NOMINAL 123
GAdj GPrép P sub. rel.
[le sol gelé]. Elle réprima [le hurlement de douleur qui montait en elle ].
GPrép
Dans [ce camp de prisonniers ], sa vie ne tenait qu’à un l . Keyla
GPrép
devait éviter à tout prix d’attirer [ l’attention de son geôlier].
GAdj P sub. rel.
[La dernière chose qu’elle souhaitait ], c’était de retourner à
P sub. rel. GPrép
[ l’inrmerie dont elle venait tout juste de s’échapper]. [ L’enfer sur Terre].
GN GAdj
[ Brad , l’inrmier], se demandait où [ sa fugitive adorée] s’était terrée .
GPrép
Quand il avait constaté [les traces de son évasion], il s’était résigné
GAdj P sub. rel.
à lui jeter [ un sort paralysant qui l’immobiliserait pendant plusieurs
GPrép
minutes]. Depuis, [ tous les recoins de la propriété] avaient été inspectés .
GPrép
En vain . Même [ les chiens de garde] semblaient avoir perdu
GPrép GPart
[la trace de Keyla ]. [Suffoquant de désespoir , Brad ] évalua sa situation .
GAdj P sub. rel.
[La jeune femme qu’il avait décidé d’épouser contre son gré ]
GN
était introuvable . Pire encore : [ Pieter , le commandant], ne lui

pardonnerait jamais d’avoir laissé ler cette prisonnière .

2 Complétez chacune des phrases en y insérant le nom en gras. Vous ajouterez


à ce nom la ou les sortes de compléments du nom demandées :
a) deux groupes adjectivaux (GAdj) ;
b) un groupe adjectival (GAdj) et un groupe prépositionnel (GPrép) ;
c) une phrase subordonnée relative (P sub. rel.) ;
d) un groupe nominal (GN) ;
e) un groupe participial (GPart).
Faites les accords nécessaires.
Exemple : bouquet
a) Je vis alors un immense bouquet fané.
b) Je vis alors un joli bouquet de roses.
c) Je vis alors le bouquet que mon père m’avait offert.
d) Je vis alors un bouquet, véritable sculpture orale.
e) Je vis alors un bouquet dégageant mille parfums.

124 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
Exemples de réponses.
1. homme
a) Un vieil homme élégant attendait un taxi.
b) Un jeune homme à la mode attendait un taxi.
c) Un homme que j’avais vu à la télévision attendait un taxi.
d) Un homme, mon voisin de palier, attendait un taxi.
e) Un homme lisant le journal attendait un taxi.

2. regard
a) Ce regard franc et doux m’intimide.
b) Ce furtif regard en coin m’intimide.
c) Ce regard qui se brouille de larmes m’intimide.
d) Ce regard, un gouffre insondable, m’intimide.
e) Ce regard soutenant le mien m’intimide.

3. tempête
a) On annonce une forte tempête hivernale .
b) On annonce une violente tempête de sable .
c) On annonce une tempête qui perturbera les déplacements .
d) On annonce une tempête, le rêve des écoliers .
e) On annonce une tempête soufant extrêmement fort .

4. peintre
a) Cette remarquable peintre japonaise est fascinante.
b) Cette jeune peintre de génie est fascinante.
c) Cette peintre qui vient de la région est fascinante.
d) Cette peintre, un trésor national, est fascinante.
e) Cette peintre expliquant sa démarche est fascinante.

5. maison
a) Sa luxueuse maison champêtre est à l’abandon.
b) Sa vieille maison de pierre est à l’abandon.
c) Sa maison, qui donne sur le lac, est à l’abandon.
d) Sa maison, un château en pleine forêt, est à l’abandon.
e) Sa maison, témoignant de sa richesse passée, est à l’abandon.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. UNE FONCTION DANS LE GROUPE NOMINAL 125
Quatre fonctions dans le groupe verbal
POUR SITUER

Dans un groupe verbal, les expansions du verbe peuvent remplir diverses fonctions
dont les suivantes.
• Attribut du sujet (Attr. du S), p. 126.
• Complément direct du verbe (CD du V), p. 129.
• Complément indirect du verbe (CI du V), p. 134.
• Modicateur du verbe (Modif. du V), p. 140.

À RETENIR

La fonction d’attribut du sujet


Sujet, p. 195 1 Dans un [groupe verbal], l’expansion qui complète un verbe attributif et
qui caractérise le sujet de la phrase remplit la fonction d’attribut du sujet.
Attr. du S Médor Attr. du S il
Ex. : Médor [est nerveux]. Depuis quelques jours, il [semble fatigué].

2 Les verbes attributifs sont le verbe être et les verbes qui peuvent être
remplacés par être comme paraître, sembler, rester, devenir, demeurer, avoir l’air
et passer pour.
Ex. : Médor est nerveux.
Médor paraît nerveux.
Médor semble nerveux.
Médor reste nerveux.
Médor devient nerveux.
Médor demeure nerveux.
Médor a l’air nerveux.
Médor passe pour nerveux.

3 La fonction d’attribut du sujet peut être remplie par diverses sortes


d’expansions dont les suivantes : GAdj, GN, GPrép, Pron., GAdv.
GAdj-Attr. du S Médor GAdj-Attr. du S il
Ex. : Médor [semble nerveux]. En ce moment, il [a l’air très apeuré].
Le groupe adjectival nerveux complète le verbe attributif semble et il caractérise le
sujet Médor. Ce groupe adjectival remplit donc la fonction d’attribut du sujet Médor.
Le groupe adjectival très apeuré complète le verbe attributif a l’air et il caractérise
le sujet il. Ce groupe adjectival remplit donc la fonction d’attribut du sujet il.
GN-Attr. du S Médor GN-Attr. du S Ce chien
Ex. : Médor [est un labrador ]. Ce chien [sera toujours mon dèle compagnon].
Le groupe nominal un labrador complète le verbe attributif est et il caractérise le
sujet Médor. Ce groupe nominal remplit donc la fonction d’attribut du sujet Médor.
Le groupe nominal mon dèle compagnon complète le verbe attributif sera et
il caractérise le sujet Ce chien. Ce groupe nominal remplit donc la fonction
d’attribut du sujet Ce chien.

126 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
GPrép-Attr. du S Son maître
Ex. : Son maître [est de mauvais poil ].
Le groupe prépositionnel de mauvais poil complète le verbe attributif est et
il caractérise le sujet Son maître. Ce groupe prépositionnel remplit donc la fonction
d’attribut du sujet Son maître.
Pron.-Attr. du S Son chien
Ex. : Le maître est anxieux. Son chien [l’est] aussi.
Le pronom l’ complète le verbe attributif est et il caractérise le sujet Son chien.
Ce pronom remplit donc la fonction d’attribut du sujet Son chien.
GAdv-Attr. du S il
Ex. : Hier, Médor a été malade. Aujourd’hui, il [semble mieux].
Le groupe adverbial mieux complète le verbe attributif semble et il caractérise
le sujet il. Ce groupe adverbial remplit donc la fonction d’attribut du sujet il.

1 a) Dans les phrases suivantes, mettez entre crochets les groupes verbaux contenant
un verbe attributif.
b) Dans les GV entre crochets, soulignez les expansions remplissant la fonction
d’attribut du sujet. Au-dessus de chacune de ces expansions, inscrivez-en la sorte
(GAdj, GN, GPrép, Pron. ou GAdv) et la fonction.
c) Surlignez le sujet caractérisé par chaque attribut du sujet.
GAdj-Attr. du S Pron.-Attr. du S
Exemple : Mia et Léo [sont-ils satisfaits de leur voyage] ? Oui, ils [le sont].

GN-Attr. du S Amir Pron.-Attr. du S Il


1. Amir [est un guide exceptionnel ]. Il [l’est ] depuis le début du voyage .
GAdv-Attr. du S L’itinéraire proposé GAdj-Attr. du S Il
2. L’itinéraire proposé [semble bien]. Il [est très riche en découvertes ].

La région visitée regorge de splendeurs naturelles . Elle [ a toujours


GN-Attr. du S Elle Pron.-Attr. du S Elle
été un paradis pour photographes]. Elle [le demeure] malgré les

difcultés du pays.
GAdj-Attr. du S Mia GAdv-Attr. du S elle
3. Mia [est étourdie]. Après avoir bu un peu d’eau , elle [a l’air mieux ].
GN-Attr. du S il
Léo veille sur elle : il [est inrmier ]. Dans un pays si chaud ,

la déshydratation guette les voyageurs .

4. Les explications du guide intéressent les voyageurs . Quand il prend


GAdj-Attr. du S ils
la parole , ils se taisent et [ deviennent très attentifs ].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 127
GN-Attr. du S cette ville
5. Peu à peu , cette ville [devient une destination touristique de choix ].
GAdj-Attr. du S La route GPrép-Attr. du S Le chauffeur
6. La route [ est complètement barrée]. Le chauffeur [ est en colère]:
GPrép-Attr. du S qui
il devra emprunter une route secondaire qui [est en réfection ].
GAdj-Attr. du S les touristes
7. Malgré la chaleur , les touristes [semblent déterminés à visiter
GAdj-Attr. du S Ils
l’immense marché populaire ]. Ils [restent vigilants ] et évitent

de s’égarer dans ce labyrinthe coloré .

2 Placez chacun des groupes de la liste ci-dessous dans la citation appropriée.


Dans leur contexte, ces groupes remplissent tous la fonction d’attribut du sujet.

• excessive • libres et égaux en droits


• imprimées • ses ennemis ou ses complices

• une vieille crapule • d’une nesse et d’une acuité extraordinaires

1. « Les hommes [naissent et demeurent libres et égaux en droits

]. » (Déclaration des droits de l’homme)

2. « La pluie, la neige, la gelée, le soleil [devinrent ses ennemis ou ses complices


], selon qu’ils nuisaient ou
qu’ils aidaient à sa fortune. » (François Mauriac)

3. « On voit mieux ses fautes quand elles [sont imprimées

]. » (Voltaire)

4. « Les sens [deviennent d’une nesse et d’une acuité extraordinaires

]. Les yeux percent l’inni.


L’oreille perçoit les sons les plus insaisissables. » (Baudelaire)

5. « Leur vitesse [n’avait pas l’air excessive

]. » (Flaubert)

6. « Parlons peu, mais parlons bien, lui dit-il. Tu [es une vieille crapule

]. » (Anatole France)

128 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
À RETENIR

La fonction de complément direct du verbe


1 Dans un [groupe verbal], l’expansion qui complète directement le verbe,
sans l’aide d’une préposition comme à ou de, remplit la fonction de
complément direct du verbe (CD du V).
CD du V écris CD du V chante
Ex. : Tu [écris des chansons populaires ]. Marie-Élisabeth [les chante].
Remarques
1. La fonction de complément direct du verbe concerne seulement les verbes
non attributifs.
2. La fonction de complément direct du verbe (CD du V) se distingue de la fonction
de complément indirect du verbe (CI du V).

La fonction de CD du V La fonction de CI du V

L’expansion dans le [GV] complète L’expansion dans le [GV] complète


le verbe directement, sans l’aide le verbe indirectement, avec l’aide
d’une préposition comme à ou de. d’une préposition comme à ou de.
CD du V écris CI du V écris
Ex. : Tu [écris une chanson ]. Ex. : Tu [écris à Marie-Élisabeth ].

2 L’expansion qui remplit la fonction de complément direct du verbe peut être


remplacée par quelqu’un (qqn) ou quelque chose (qqch.) après le verbe.
écris qqch. chante qqch.
Ex. : Tu [écris des chansons populaires]. Marie-Élisabeth [les chante].

3 La fonction de complément direct du verbe peut être remplie par diverses Subordonnée
sortes d’expansions dont les suivantes : GN, Pron., GInf, P sub. compl. complétive,
p. 253
GN-CD du V admires
Ex. : Tu [admires cette chanteuse populaire].
Le groupe nominal cette chanteuse populaire remplit la fonction de complément
direct du verbe admires.
GN-CD du V aimes
Ex. : [Quelles chansons populaires aimes]-tu ?
Le groupe nominal Quelles chansons populaires remplit la fonction de complément
direct du verbe aimes.
GN-CD du V as composé
Ex. : Tu [as rapidement composé une chanson].
Le groupe nominal une chanson remplit la fonction de complément direct du
verbe as composé.
Pron.-CD du V aime
Ex. : Ces chansons populaires, Marie-Élisabeth [les aime beaucoup].
Le pronom les remplit la fonction de complément direct du verbe aime.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 129
! GInf-CD du V aimes
Dans un Ex. : Tu [aimes chanter des airs populaires].
groupe innitif Le groupe innitif chanter des airs populaires remplit la fonction de complément
(GInf), le noyau direct du verbe aimes.
est un verbe à
l’innitif. P sub. compl.-CD du V préfère
Ex. : Je [préfère que tu joues du violon].
La subordonnée que tu joues du violon remplit la fonction de complément direct
du verbe préfère.

PREUVE À L’APPUI

Dans un [groupe verbal], l’expansion d’un verbe remplit la fonction de


complément direct du verbe si on peut remplacer cette expansion par
quelqu’un (qqn) ou quelque chose (qqch.) après le verbe.

EXEMPLE A Amila [chante une berceuse à son petit frère].

Afrmation Dans le GV chante une berceuse à son petit frère, l’expansion


une berceuse remplit la fonction de CD du V chante.
Preuve Cette expansion peut être remplacée par quelque chose après
le verbe.
chante qqch.
Amila [chante une berceuse à son petit frère].
Attention ! Dans cet exemple, l’expansion à son petit frère ne peut pas être
remplacée par qqch. ni par qqn. Elle ne remplit donc pas la fonction de CD du V.

EXEMPLE B Amila [berce son petit frère] et [l’endort].

Afrmation 1 Dans le GV berce son petit frère, l’expansion son petit frère remplit
la fonction de CD du V berce.
Preuve Cette expansion peut être remplacée par quelqu’un après le verbe.
berce qqn
Amila [berce son petit frère]…
Afrmation 2 Dans le GV l’endort, l’expansion l’ remplit la fonction de
CD du V endort.
Preuve Cette expansion peut être remplacée par quelqu’un après le verbe.
endort qqn
… et [l’endort].

130 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
EXEMPLE C Amila [veut que son petit frère s’endorme].

Afrmation Dans le GV veut que son petit frère s’endorme, l’expansion que son
petit frère s’endorme remplit la fonction de CD du V veut.
Preuve Cette expansion peut être remplacée par quelque chose après
le verbe.
veut qqch.
Amila [veut que son petit frère s’endorme].

1 Dans les groupes verbaux entre crochets, soulignez les expansions remplissant
la fonction de complément direct du verbe. Montrez ensuite que ces expansions
remplissent la fonction de complément direct du verbe.

Exemple : Charlie [a conrmé qu’il serait au cinéma vers 21 heures].


L’expansion peut être remplacée par . après le verbe.
Charlie a conrmé .
1. Le lm [remportera les plus grands honneurs].
L’expansion peut être remplacée par qqch. après le verbe .
Le lm remportera qqch.

2. Le lm [séduira les amateurs de sensations fortes].


L’expansion peut être remplacée par qqn après le verbe .
Le lm séduira qqn.

3. Les producteurs [souhaitent toucher les spectateurs].


L’expansion peut être remplacée par qqch. après le verbe .
Les producteurs souhaitent qqch.

4. L’histoire racontée [nous entraîne dans un monde inquiétant].


L’expansion peut être remplacée par qqn après le verbe .
L’histoire racontée entraîne qqn (dans un monde inquiétant).

5. La critique [pense que ce lm mérite d’être vu].


L’expansion peut être remplacée par qqch. après le verbe .
La critique pense qqch.

6. Les spectateurs [veulent de l’action].


L’expansion peut être remplacée par qqch. après le verbe .
Les spectateurs veulent qqch.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 131
2 Récrivez les phrases 1, 2, 3 et 5 de l’activité 1 en remplaçant chaque complément
direct du verbe souligné par un des pronoms suivants : le, la, l’ ou les.

Exemple : Charlie l’a conrmé.

1. P1 : Le lm les remportera.

2. P2 : Le lm les séduira.

3. P3 : Les producteurs le souhaitent.

4. P5 : La critique le pense.

3 Dites pourquoi les expansions soulignées dans les groupes verbaux ci-dessous
ne remplissent pas la fonction de complément direct du verbe.

Exemple : Nous [avons téléphoné à nos amis]. Ils [étaient inquiets].


• ne peut pas être remplacé par . ni par
après le verbe.
• , un verbe attributif, n’est pas concerné par la fonction
de CD du V.
1. Tes parents [semblent charmants].
• Sembler, un verbe attributif, n’est pas concerné par la fonction de CD du V.

2. Élie et Sasha [demeurent des passionnés de photographie].


• Demeurer, un verbe attributif, n’est pas concerné par la fonction de CD du V.

3. Nous [avons parlé de toi à Sasha].


• De toi ne peut pas être remplacé par qqch. ni par qqn après le verbe.

• À Sacha ne peut pas être remplacé par qqch. ni par qqn après le verbe.

4 Ajoutez aux verbes ci-dessous la sorte d’expansion demandée. Toutes ces


expansions doivent remplir la fonction de complément direct du verbe.

Exemple : GN : vouloir un sandwich P sub. compl. : vouloir que tu reviennes


GInf : vouloir partir Pron. : le vouloir
Exemples de réponses.
1. GN : aimer ses parents P sub. compl. : aimer qu’il fasse chaud

GInf : aimer courir vite Pron. : les aimer

132 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
2. GN : voir la mer P sub. compl. : voir que Léa rougit

GInf : voir rougir Léa Pron. : le voir

3. GN : imaginer une histoire P sub. compl. : imaginer que tu voles

GInf : imaginer voler haut Pron. : l’ imaginer

4. GN : avouer ses torts P sub. compl. : avouer qu’il a menti

GInf : avouer mentir Pron. : l’ avouer

5. GN : adorer le chocolat P sub. compl. : adorer que tu cuisines

GInf : adorer manger Pron. : les adorer

6. GN : espérer une victoire P sub. compl. : espérer que cela cesse

GInf : espérer gagner Pron. : l’ espérer

SYNTHÈSE
5 Indiquez la fonction que remplit chacune des expansions soulignées dans les
groupes verbaux entre crochets. Cochez la bonne réponse.

Fonction de l’expansion du V dans le GV


Phrase Autre
Attr. du S CD du V
fonction

1. Liane [reste calme].

2. Liane [reste avec sa lle].


3. Vous [racontez une blague à Mia].
4. Vous [la racontez à Mia].
5. Vous [racontez une blague à Mia].
6. Vous [lui racontez une blague].
7. Vous [racontez à Mia que vous êtes en voyage].
8. Simon [veut retourner à Paris].
9. Simon [le veut].
10. Simon [veut retourner à Paris].
11. Léa [devient une guitariste accomplie].
12. Léa [rencontre une guitariste accomplie].
13. Vous [écrivez un roman].
14. Vous [écrivez de la poésie].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 133
À RETENIR

La fonction de complément indirect du verbe


1 Dans un [groupe verbal], l’expansion qui complète indirectement le verbe,
avec l’aide d’une préposition comme à ou de, remplit la fonction de
complément indirect du verbe (CI du V).
CI du V parle CI du V parle CI du V est
Ex. : Charlotte [parle à ses amis]. Elle [parle de ses projets]. Elle [est à Berlin].
Remarque
La fonction de complément indirect du verbe (CI du V) se distingue de la fonction
de complément direct du verbe (CD du V).

La fonction de CI du V La fonction de CD du V

L’expansion dans le [GV] complète L’expansion dans le [GV] complète


le verbe indirectement, avec l’aide le verbe directement, sans l’aide
d’une préposition comme à ou de. d’une préposition comme à ou de.
CI du V parle CD du V parle
Ex. : Charlotte [parle à ses amis]. Ex. : Charlotte [parle l’allemand].

2 L’expansion qui remplit la fonction de complément indirect du verbe peut


être remplacée par les mots suivants, entre autres :
• à quelqu’un (à qqn) ou à quelque chose (à qqch.) après le verbe ;
• de quelqu’un (de qqn) ou de quelque chose (de qqch.) après le verbe ;
• quelque part (qqpart) ou de quelque part (de qqpart) après le verbe.
parle à qqn parle de qqch. est qqpart
Ex. : Charlotte [parle à Thomas]. Elle [parle de ses projets]. Elle [est à Berlin].

Subordonnée 3 La fonction de complément indirect du verbe peut être remplie par diverses
complétive, sortes d’expansions dont les suivantes : GPrép, Pron., P sub. compl.
p. 253
GPrép-CI du V parle Pron.-CI du V parle
Ex. : Charlotte [parle de ses passions]. Charlotte [lui parle].
Le groupe prépositionnel de ses passions et le pronom lui remplissent la fonction de
complément indirect du verbe parle.
P sub. compl.-CI du V se souvient
Ex. : Charlotte [se souvient qu’elle a un rendez-vous].
La subordonnée qu’elle a un rendez-vous remplit la fonction de complément indirect
du verbe se souvient.
Pron.-CI du V parle
Ex. : Charlotte [en parle].
Le pronom en remplit la fonction de complément indirect du verbe parle.
Remarques
1. Le pronom lui renvoie à une seule personne. Il est de la 3 e personne du singulier.
Ex. : Charlotte parle à sa mère. Elle lui parle.
Le pronom leur renvoie à plus d’une personne. Il est de la 3 e personne du pluriel.
Ex. : Charlotte parle à ses amis. Elle leur parle.

134 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
2. Le pronom en remplace un GPrép introduit par de.
Ex. : Charlotte parle de Léo. Elle en parle.
3. Le pronom y remplace certains GPrép introduits par à.
Ex. : Charlotte va à la plage. Elle y va.

PREUVE À L’APPUI

Dans un [groupe verbal], l’expansion d’un verbe remplit la fonction de


complément indirect du verbe si on peut remplacer cette expansion par les
mots suivants, entre autres :
• à quelqu’un (à qqn) ou à quelque chose (à qqch.) après le verbe ;
• de quelqu’un (de qqn) ou de quelque chose (de qqch.) après le verbe ;
• quelque part (qqpart) ou de quelque part (de qqpart) après le verbe.

EXEMPLE A Tu [parles de ton projet à tes amis].

Afrmation Dans le GV parles de ton projet à tes amis, les expansions


de ton projet et à tes amis remplissent la fonction de CI du V
parles.
Preuve La première expansion peut être remplacée par de quelque chose
après le verbe.
parles de qqch.
Tu [parles de ton projet à tes amis].
La deuxième expansion peut être remplacée par à quelqu’un
après le verbe.
parles à qqn
Tu [parles de ton projet à tes amis].

EXEMPLE B Tu [arrives à Berlin] et tu [nous téléphones].

Afrmation 1 Dans le GV arrives à Berlin, l’expansion à Berlin remplit


la fonction de CI du V arrives.
Preuve Cette expansion peut être remplacée par quelque part après
le verbe.
arrives qqpart
Tu [arrives à Berlin]…
Afrmation 2 Dans le GV nous téléphones, l’expansion nous remplit la fonction
de CI du V téléphones.
Preuve Cette expansion peut être remplacée par à quelqu’un après
le verbe.
téléphones à qqn
… et tu [nous téléphones].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 135
EXEMPLE C Tu [t’étonnes que Berlin soit si animée].

Afrmation Dans le GV t’étonnes que Berlin soit si animée, l’expansion


que Berlin soit si animée remplit la fonction de CI du V t’étonnes.
Preuve Cette expansion peut être remplacée par de quelque chose
après le verbe.
t’étonnes de qqch.
Tu [t’étonnes que Berlin soit si animée].

1 a) Dans les groupes verbaux entre crochets, soulignez les expansions remplissant
la fonction de complément indirect du verbe.
b) Montrez ensuite que ces expansions remplissent la fonction de complément
indirect du verbe. Pour cela, faites comme dans l’exemple.

Exemple : Mathis [se chargera d’organiser les trois épreuves de natation].


L’expansion peut être remplacée par . après le verbe.
Mathis se chargera .
1. Je [me régale d’un excellent morceau de gâteau].
L’expansion peut être remplacée par de qqch. après le verbe .
Je me régale de qqch.

2. Mia [arrive de Tokyo].


L’expansion peut être remplacée par de qqpart après le verbe .
Mia arrive de qqpart.

3. Rosalie [vous écrira un courriel].


L’expansion peut être remplacée par à qqn après le verbe .
Rosalie écrira à qqn.

4. Tes cousins [se souviennent que vous aviez du plaisir à Noël].


L’expansion peut être remplacée par de qqch. après le verbe .
Tes cousins se souviennent de qqch.

5. Nous [nous réjouissons de ton succès].


L’expansion peut être remplacée par de qqch. après le verbe .
Nous nous réjouissons de qqch.

136 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
2 Dites pourquoi les expansions soulignées ci-dessous ne remplissent pas la fonction
de complément indirect du verbe.

Exemple : À midi, nous mangeons un sandwich. Nous préférons le pain de blé.


• ne peut pas être remplacé par ni par
après le verbe.
• ne peut pas être remplacé par après le verbe.
• complète le nom , pas le verbe .
1. On sert de la pizza à tous les clients.
• De la pizza ne peut pas être remplacé par de qqch. après le verbe.

2. Vous nous avez offert une pizza aux légumes grillés.


• Aux légumes grillés complète le nom pizza, pas le verbe avez offert.

3. De treize heures à vingt heures, vous travaillerez à la pizzeria.


• De treize heures à vingt heures ne peut pas être remplacé par de qqn
ni par de qqch. après le verbe.

3 Dans chacune des phrases de l’activité 2, relevez l’expansion qui remplit la fonction
de complément indirect du verbe.

1. P1 : « à tous les clients »

2. P2 : « nous »

3. P3 : « à la pizzeria »

4 Avant chaque verbe en gras, ajoutez un pronom qui reprend le groupe souligné et
qui remplit la fonction de complément indirect du verbe. Choisissez vos pronoms
parmi les suivants : lui, leur, en, y.

Exemple : Florent accède à son site Internet. Il y accède sans difculté.

1. On doute de la véracité de cette nouvelle. On en doute.

2. Cette nouvelle nuit à la crédibilité de la presse. Elle y nuit.

3. Les médias contribuent à propager ces rumeurs. Ils y contribuent.

4. Florent a texté la nouvelle à ses amis. Il leur a texté la nouvelle.

5. Notre équipe de journalistes a obéi à la loi. Elle lui a obéi.

6. Des spécialistes participent à une table ronde sur le sujet.


Ils y participent.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 137
5 a) Dans les phrases ci-dessous, mettez les groupes verbaux entre crochets.
b) Soulignez, s’il y a lieu, les expansions qui remplissent la fonction de complément
indirect du verbe.
c) Pour chaque expansion soulignée, surlignez le verbe complété.

Exemple : L’ourse [subvient à tous les besoins de ses petits]. Elle [les élève seule].

Elle [leur montre la chasse et la survie].

1. Le repas préféré des ours polaires [est le phoque]. Ils [ se nourrissent

aussi de poissons et de morses ].

2. Le réchauffement climatique [ contribue à la fonte des glaces ].

Ce phénomène [ réduit la supercie de l’habitat de l’ours blanc ].

3. Josh [ a donné à Mia Rose un livre sur les ours polaires ]. La petite

[ raffole de ces superbes mammifères].

4. Mia Rose [ ressemble à sa mère]. Elle [ partage sa passion pour les

animaux ]. Les deux [ s’intéressent vivement à la nature ].

5. Récemment , nous [ avons assisté à une conférence donnée par un

biologiste ]. Ce chercheur [ est un spécialiste de la faune arctique].

Il [ a présenté à son auditoire un court documentaire sur l’ours blanc].

6. Après de longs efforts , il [ est parvenu à lmer une ourse et

ses deux oursons]. Il [ a souvent songé à abandonner ce projet ].

Il [ a surmonté d’énormes difcultés techniques et personnelles ].

6 Ajoutez aux verbes ci-dessous les sortes d’expansions demandées. Toutes


ces expansions doivent remplir la fonction de complément indirect du verbe.
Exemple : GPrép : se réjouir d’une bonne nouvelle
P sub. compl. : se réjouir que tout aille bien
Pron. : s’en réjouir
Exemples de réponses.
1. GPrép : douter de tout
Pron. : en douter

138 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
2. GPrép : s’indigner d’une injustice
P sub. compl. : s’indigner que la vie soit si courte

Pron. : s’ en indigner

3. GPrép : s’opposer à un règlement


Pron. : s’ y opposer

4. GPrép : remédier à un problème


Pron. : y remédier

5. GPrép : se désoler d’un tel échec


P sub. compl. : se désoler que l’histoire se termine mal

Pron. : s’ en désoler

SYNTHÈSE
7 Indiquez la fonction que remplit chacune des expansions soulignées dans les
groupes verbaux entre crochets. Cochez la bonne réponse.

Fonction de l’expansion du V dans le GV


Phrase
Attr. du S CD du V CI du V

1. Lili [demeure silencieuse].


2. Lili [demeure à Repentigny].

3. Lucas [retourne son matelas].


4. Lucas [retourne à Sept-Îles].
5. Bianca [se désole d’avoir perdu son pari].
6. Cette mauvaise nouvelle [désole Bianca].
7. Je [déclare que tout cela est vrai].
8. Je [me souviens que tout cela est vrai].
9. Vous [paraissez hésitante].
10. Je [vais en Italie].
11. Je [vais chez le médecin].
12. Je [vais dans le grenier].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 139
À RETENIR

La fonction de modicateur du verbe


1 Dans un [groupe verbal], l’expansion qui accompagne le verbe et qui
indique la manière ou le degré remplit la fonction de modicateur du verbe.
Modif. du V applaudit
Ex. : La foule [applaudit chaleureusement les artistes].
Modif. du V rient Modif. du V rient
Ex. : Les spectateurs [rient fort]. Ils [rient à gorge déployée].
Modif. du V a plu Modif. du V a salué
Ex. : Tout [a beaucoup plu à la foule]. Elle [a salué les artistes avec émotion].
Remarque
Le modicateur du verbe est presque toujours effaçable.
Ex. : La foule [applaudit chaleureusement les artistes]. Les spectateurs [rient à gorge déployée].

2 La fonction de modicateur du verbe peut être remplie par les deux sortes
d’expansions suivantes : GAdv, GPrép.
GAdv-Modif. du V applaudit GAdv-Modif. du V s’amuse
Ex. : La foule [applaudit chaleureusement les artistes]. Elle [s’amuse beaucoup].
Le groupe adverbial chaleureusement remplit la fonction de modicateur
du verbe applaudit.
Le groupe adverbial beaucoup remplit la fonction de modicateur du verbe s’amuse.
GPrép-Modif. du V rient
Ex. : Les spectateurs [rient à gorge déployée].
Le groupe prépositionnel à gorge déployée remplit la fonction de modicateur
du verbe rient.
GPrép-Modif. du V applaudit
Ex. : La foule [applaudit les artistes à tout rompre].
Le groupe prépositionnel à tout rompre remplit la fonction de modicateur
du verbe applaudit.

Ex. : Le public [sort de la salle très calmement].


Le groupe adverbial très calmement remplit la fonction de modicateur du verbe
sort.

140 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
1 Dans les phrases suivantes, les groupes verbaux sont entre crochets.
a) Surlignez les verbes conjugués et, s’il y a lieu, soulignez les expansions
remplissant la fonction de modicateur du verbe.
b) Au-dessus de chacune des expansions soulignées, notez sa sorte :
GAdv ou GPrép.
GAdv GPrép
Exemple : La chienne blessée [s’éloigna lentement de nous, d’un pas mal assuré].

GPrép GPrép
1. Je [l’appelai d’une voix douce], [lui offris sans relâche de la nourriture

appétissante], mais [ne réussis pas à l’approcher]. Max [était bouleversé].


GAdv GAdv
2. Elle [haletait bruyamment]. Une plaie sur son anc droit [saignait un peu].

3. À un moment donné, elle [s’est retournée vers nous], [nous a regardés


GPrép
par en dessous], [a poussé un hurlement de douleur], puis [s’est couchée
GPrép
en boule].
GAdv GPrép
4. Nous [l’observions attentivement]. Max [l’approcha en silence]. Elle [posa sur

lui un regard résigné]. Max [comprit que la chienne [se laisserait approcher]].
GAdv
5. Il [s’agenouilla tout doucement à ses côtés]. Il [prépara un bol d’eau] et
GAdv
[le déposa délicatement près de la gueule noire de la chienne]. Elle [vida le
GPrép
bol à petits coups]. Ses beaux yeux noisette [exprimaient du soulagement].

6. Sa soif apaisée, la chienne [s’étendit sur son anc gauche]. Pendant de longues
GPrép
minutes, Max [resta près d’elle]. La chienne [reniait l’air sans cesse].
GAdv GPrép
7. Tout à coup, elle [redressa calmement sa grosse tête], [la posa sans hésiter sur
GPrép
le genou de Max] et [lécha la main du jeune homme avec une douceur innie].
GPrép
8. Max [craqua]. Il [pleura comme une fontaine]. Les souvenirs de son chien
GAdv
récemment décédé [remontaient impitoyablement à la surface].
GAdv
9. Il [amena la vieille chienne chez lui] et [soigna patiemment ses blessures].

10. Depuis maintenant trois ans, ils [sont inséparables].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. QUATRE FONCTIONS DANS LE GROUPE VERBAL 141
2 Trouvez au moins cinq modicateurs pour chacun des verbes ci-dessous.
Variez les modicateurs utilisés.

Exemple : Chanter : à tue-tête, comme une casserole, doucement, faux, juste, mal
Exemples de réponses.
1. Courir : à fond de train, à perdre haleine, à toutes jambes, comme un lapin,
vite.

2. Examiner : à fond, avec attention, avec minutie, sérieusement,


superciellement.

3. Dormir : à poings fermés, comme un loir, dur, paisiblement, profondément.

4. Manger : beaucoup, comme un ogre, goulûment, mal, peu, rapidement,


sans appétit, sur le pouce, trop.

5. Pleurer : abondamment, à chaudes larmes, à fendre l’âme, beaucoup,


comme un veau, facilement, fort, sans cesse.

SYNTHÈSE
3 Cochez la fonction que remplit chacune des expansions soulignées.

Fonction de l’expansion du V dans le GV


Phrase
Attr. du S CD du V CI du V Modif. du V

1. Zoé [lit calmement un livre à son frère].


2. Zoé [lit calmement un livre à son frère].
3. Zoé [lit calmement un livre à son frère].
4. Zoé [est calme].
5. Zoé [le lui lit avec passion].
6. Zoé [le lui lit avec passion].
7. Zoé [le lui lit avec passion].
8. Henri [a écouté sa sœur avec intérêt].
9. Henri [a écouté sa sœur avec intérêt].
10. Henri [l’a attentivement écoutée].
11. Henri [l’a attentivement écoutée].
12. Henri [semble attentif].

142 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
Deux fonctions dans le groupe adjectival
POUR SITUER

Dans un groupe adjectival, les expansions de l’adjectif peuvent remplir


les fonctions suivantes.
• Modicateur de l’adjectif (Modif. de l’adj.), p. 143.
• Complément de l’adjectif (C de l’adj.), p. 144.

À RETENIR

La fonction de modicateur de l’adjectif


1 Dans un [groupe adjectival], l’expansion qui accompagne l’adjectif et qui
est placée à sa gauche remplit la fonction de modicateur de l’adjectif.
Modif. de l’adj. grave
Ex. : La voix de Gilbert est [particulièrement grave].

2 La fonction de modicateur de l’adjectif est remplie par un groupe adverbial.


GAdv-Modif. de l’adj. brillant
Ex. : Gilbert est promis à un [très brillant] avenir.
Le groupe adverbial très remplit la fonction de modicateur de l’adjectif brillant.

Dans les phrases ci-dessous, ajoutez un modicateur à chacun des adjectifs en gras.
Variez les groupes adverbiaux que vous utilisez.

Exemple : Cet animateur a une voix étonnamment grave.


Exemples de réponses.
1. En vieillissant, il devient moins / tellement arrogant.

2. Le policier était parfaitement / entièrement convaincu


de ma culpabilité.

3. Elle avait des mains joliment / très potelées.

4. Je contemplais une mer légèrement / terriblement houleuse.

5. Même s’il est éternellement / très dèle à ses amis,


Yan vit en ermite.

6. Nous nous sentions peu / complètement libres de parler.

7. On amenait des mets fumants délicatement / trop parfumés.

8. La note laissée sur les lieux était bizarrement / étrangement rédigée.

9. Nous avons traversé une rivière partiellement / totalement asséchée.

10. Le pays était horriblement / extrêmement dévasté.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DEUX FONCTIONS DANS LE GROUPE ADJECTIVAL 143
À RETENIR

La fonction de complément de l’adjectif


1 Dans un [groupe adjectival], l’expansion qui accompagne l’adjectif et qui
est placée à sa droite remplit habituellement la fonction de complément
de l’adjectif.
C de l’adj. fou
Ex. : Ce client est [fou de rage].

Subordonnée 2 La fonction de complément de l’adjectif peut être remplie par les deux sortes
complétive, d’expansions suivantes : GPrép, P sub. compl.
p. 253
GPrép-C de l’adj. rouge
Ex. : Il est [rouge de colère].
Le groupe prépositionnel de colère remplit la fonction de complément
de l’adjectif rouge.
P sub. compl.-C de l’adj. heureux
Ex. : L’homme est [heureux que tu sois intervenu pour l’aider].
La subordonnée que tu sois intervenu pour l’aider remplit la fonction de complément
de l’adjectif heureux.

1 Ajoutez un complément à chacun des adjectifs en gras ci-dessous.


Choisissez vos réponses dans la liste suivante.

• à la rivière • de Memphis • envers vous


• à l’égard des chiens • devant la menace • par la défaite de

• à un brillant avenir • en calories son équipe préférée


• comme le jour • en pointe • pour la santé

• contre sa • envers les aînés • que tout se déroule bien

meilleure amie • envers ses • que tu viennes

• dans ses mouvements enfants • qu’on ne l’ait pas invitée

Exemples de réponses.
1. Cette enfant est belle (GPrép) comme le jour.

2. Voici un homme bienveillant (GPrép) envers ses enfants.

3. Julia semble blessée (P sub. compl.) qu’on ne l’ait pas invitée.

4. Raphaël est déçu (GPrép) par la défaite de son équipe préférée.

5. Pourquoi Henri demeure-t-il fâché (GPrép) contre sa meilleure amie ?

6. Le soldat est demeuré impassible (GPrép) devant la menace.

7. Je m’excuse d’avoir été impoli (GPrép) envers vous.

8. Le bébé est encore maladroit (GPrép) dans ses mouvements.

144 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
9. Ces aliments semblent mauvais (GPrép) pour la santé.

10. Léon demeure méant (GPrép) à l’égard des chiens.

11. Mon voisin est originaire (GPrép) de Memphis.

12. Cet aliment est pauvre (GPrép) en calories.

13. Il suft d’emprunter le sentier perpendiculaire (GPrép) à la rivière.

14. Je crois qu’il serait content (P sub. compl.) que tu viennes.

15. Cette employée est prévenante (GPrép) envers les aînés.

16. Voici des jeunes promis (GPrép) à un brillant avenir.

17. Les autorités sont soucieuses (P sub. compl.) que tout se déroule bien.

18. La mode est à la barbe taillée (GPrép) en pointe.

2 Complétez chacun des adjectifs en gras ci-dessous par une expansion remplissant
la fonction de complément de l’adjectif. Dans tous les cas, le premier mot de
cette expansion vous est donné.

Exemple : a) Cet élève est [certain de sa réponse].


b) Cet élève est [certain que vous passerez une bonne soirée].
Exemples de réponses.
1. a) Nous sommes [ravis de cette rencontre ].
b) Nous sommes [ravis que vous ayez pu faire le voyage ].

2. a) La mairesse semble [consciente de l’urgence de la situation ].


b) La mairesse semble [consciente que la situation dégénère rapidement ].

3. a) Franco a l’air [insulté par ton attitude ].


b) Franco a l’air [insulté que tu aies ri de lui ].

4. a) Le public paraît [surpris de votre silence ].


b) Le public paraît [surpris que ce scandale refasse surface ].

5. a) Tes amis sont [ers de ta réussite ].


b) Tes amis sont [ers que tu aies gagné ton match ].

3 Sur une feuille, récrivez les phrases a de l’activité 2 en ajoutant un modicateur


à chaque adjectif en gras. Réponses selon les élèves.

Exemple : Cet élève est absolument certain de sa réponse.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DEUX FONCTIONS DANS LE GROUPE ADJECTIVAL 145
SYNTHÈSE GÉNÉRALE
1 Indiquez la sorte d’expansion soulignée dans chaque groupe entre crochets.
Indiquez ensuite la fonction remplie par chacune de ces expansions.

Phrase Sorte d’expansion – Fonction de l’expansion

Exemple : Je [vous présente Béatrice]. GN-CD du V


Exemple : Je [vous présente Béatrice]. Pron.-CI du V
1. Béatrice [est ère]. GAdj-Attr. du S Béatrice

2. Béatrice est ère d’elle. Elle [l’est]. Pron.-Attr. du S Elle

3. Béatrice est [très ère d’elle]. GPrép-C de l’adj. ère

4. Béatrice est [très ère d’elle]. GAdv-Modif. de l’adj. ère

5. Béatrice veut te serrer la main. Elle [le veut.] Pron.-CD du V veut


6. Béatrice [semble heureuse que tu sois là]. GAdj-Attr. du S Béatrice

7. Béatrice semble [heureuse que tu sois là]. P sub. compl.-C de l’adj. heureuse

8. Béatrice [est ma sœur]. GN-Attr. du S Béatrice

9. Béatrice est [ma sœur aînée]. GAdj-C du N sœur

10. [Béatrice, ma sœur,] est à Casablanca. GN-C du N Béatrice

11. Béatrice [est à Casablanca]. GPrép-CI du V est

12. Béatrice est à Casablanca. Elle [y vit]. Pron.-CI du V vit

13. Béatrice [descend d’une échelle]. GPrép-CI du V descend

14. Béatrice [descend sa valise]. GN-CD du V descend

15. Béatrice [descend rapidement]. GAdv-Modif. du V descend

16. Béatrice [descend à reculons]. GPrép-Modif. du V descend

17. [Sa valise de toile] a été abîmée. GPrép-C du N valise

18. [La valise qui a été abîmée] est inutilisable. P sub. rel.-C du N valise

19. Béatrice [veut faire réparer sa valise]. GInf-CD du V veut

20. Béatrice [veut qu’on répare sa valise]. P sub. compl.-CD du V veut

21. Béatrice [le veut]. Pron.-CD du V veut

22. Béatrice [doute qu’on réparera sa valise]. P sub. compl.-CI du V doute

23. Béatrice [en doute]. Pron.-CI du V doute

24. Béatrice [en doute sérieusement]. GAdv-Modif. du V doute

146 FONCTIONS DANS LES GROUPES DE MOTS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
2 Récrivez les phrases suivantes en ajoutant les expansions demandées.
Vous ajouterez ces expansions dans les groupes entre crochets.

Exemple : Phrase à récrire : Depuis des années, nous [participons].


Fonction de l’expansion à ajouter : CI du V.
Depuis des années, nous participons à ce concours.
Exemples de réponses.
1. Phrase à récrire : Charlotte [enseigne].
Fonction de l’expansion à ajouter : CD du V.
Charlotte enseigne le japonais.

2. Phrase à récrire : [Cette photo] montre [le chalet].


Fonction des expansions à ajouter : C du N.
Cette photo en noir et blanc montre le chalet que nous avions loué.

3. Phrase à récrire : Nous [sommes à Budapest].


Fonction de l’expansion à ajouter : Attr. du sujet.
Nous sommes heureux à Budapest.

4. Phrase à récrire : Loula [a révélé ses secrets].


Fonction de l’expansion à ajouter : CI du V.
Loula a révélé ses secrets à sa condente.

5. Phrase à récrire : Rosa [pleure].


Fonction de l’expansion à ajouter : Modif. du V.
Rosa pleure à chaudes larmes.

6. Phrase à récrire : Paul est [bavard].


Fonction de l’expansion à ajouter : Modif. de l’adj.
Paul est peu bavard.

7. Phrase à récrire : Paul est [bavard].


Fonction de l’expansion à ajouter : C de l’adj.
Paul est bavard comme une pie.

8. Phrase à récrire : Le petit [a écrit].


Fonction des expansions à ajouter : CD du V, CI du V.
Le petit a écrit un poème à Julia.

9. Phrase à récrire : Marion [soupire].


Fonction de l’expansion à ajouter : Modif. du V.
Marion soupire bruyamment.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. DEUX FONCTIONS DANS LE GROUPE ADJECTIVAL 147
7 ACCORDS
PRÉALABLE Les notions de donneur et de receveur d’accord

• Un mot variable est soit un donneur d’accord, soit un receveur d’accord.


Classes de • Les donneurs d’accord sont le nom et le pronom. Les receveurs d’accord sont
mots, p. 318 le déterminant, l’adjectif, le participe passé, le verbe et l’auxiliaire.
• Les marques d’accord sont des marques de genre (masculin ou féminin),
de nombre (singulier ou pluriel) ou de personne (1re, 2e ou 3e).

À RETENIR L’accord du déterminant et de l’adjectif

Déterminant, 1 Règle d’accord du déterminant


p. 98 • Le nom donne son genre et son nombre au déterminant qui
l’accompagne.
Ex. : Rangez toutes les chemises colorées dans ces grands classeurs.
f. pl. m. pl.
Remarque
Le déterminant des devient de (d’) devant un adjectif pluriel.
Ex. : Il a pris de graves décisions. / Il a pris d’importantes décisions.

Adjectif, 2 Règle d’accord de l’adjectif


p. 100 • Le nom, ou le pronom, donne son genre et son nombre à l’adjectif qui
le caractérise.
Ex. : Rangez ces chemises colorées. Elles sont lavées.
f. pl. f. pl.

Formation • Lorsqu’il y a deux donneurs d’accord de genres différents (masculin et


du féminin féminin), l’adjectif reçoit le masculin et le pluriel.
et du pluriel,
Ex. : Une lettre et un rapport urgents attendent votre approbation.
p. 302 f. s. m. s.
m. pl.

Ex. : Elle et lui sont contents.


f. s. m. s.
m. pl.

Pronom, • La règle d’accord de l’adjectif s’applique, que l’adjectif soit placé avant ou
p. 103 après le nom, ou le pronom.
Ex. : Les perroquets inquiets s’envolent. Inquiets, ceux-ci s’envolent.
m. pl. m. pl.

• La règle d’accord de l’adjectif s’applique, que l’adjectif soit proche ou éloigné


du nom, ou du pronom.
Ex. : Les enfants épuisés sont impatients, grognons et insupportables.
m. pl.

148 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


!
Voici quelques-
3 Règle d’accord de l’adjectif de couleur uns des
• Le nom, ou le pronom, donne son genre et son nombre à l’adjectif de adjectifs de
couleur qui le caractérise. couleur issus
d’un nom qui
Ex. : Les yeux bleus et les joues vermeilles de Maya me plaisent.
s’accordent :
m. pl. f. pl.
,
Les ciels rosés et les plaines verdoyantes sont magniques. ,
m. pl. f. pl. et .

• Les adjectifs de couleur composés sont invariables.


Ex. : Ma sœur possède une écharpe bleu pâle et des mitaines jaune citron.

• Les adjectifs de couleur qui proviennent d’un nom sont généralement


invariables.
Ex. : Joachim aime les chaussettes orange et les vestes marron.

1 a) Dans les phrases suivantes, accordez les déterminants et les adjectifs en italique.
b) Laissez des traces de votre raisonnement.
• Sous chaque donneur d’accord, indiquez le genre et le nombre.
• Tracez une èche allant du donneur aux receveurs d’accord.
s ses es
1. Vaste, chaleureux et décoré avec goût, toutes les pièces comprenaient de
f. pl.
s es !
grande baies vitré. Une erreur sur
le genre ou sur
f. pl. le nombre du
s es s nom donneur
d’accord risque
2. Quelque ammes crépitant et rouge illuminaient le salon. de provoquer
f. pl. une cascade
d’erreurs. Le
se e genre des noms
3. Curieux d’en apprendre plus sur le sujet, l’espionne agile et menu se faula se trouve dans
le dictionnaire.
f. s. Le nombre du
s s s nom dépend
dans les pièces du sous-sol. Celles-ci étaient sombre, lugubre et humide. le plus souvent
du contexte.
f. pl.
les s
4. Quel sont ces ombres singulière qui vacillent sur le mur au fond du corridor ?
f. pl.
s s e
5. Certain bruits sourd semblaient provenir de la chambre peu éclairé.
m. pl. f. s.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU DÉTERMINANT ET DE L’ADJECTIF 149


2 Dans les phrases suivantes, accordez correctement chaque adjectif entre
parenthèses avec son donneur d’accord. Laissez des traces de votre raisonnement
comme dans l’exemple.

Exemple : Cette artiste (créatif) créative a réussi l’audition.


f. s.

1. L’auditoire est (impressionné) impressionné par la prestation bien


m. s. f. s.

(senti) sentie de la chanteuse.

!
La règle 2. Partout où se présente ce guitariste, le public lui offre de (vibrant)
d’accord de
l’adjectif
s’applique, vibrants applaudissements et de (long) longues ovations.
que l’adjectif
soit proche m. pl. f. pl.
ou éloigné
du nom, ou 3. (Ému) Émus , tous les spectateurs ont applaudi lorsque Lou
du pronom.
m. pl.

a dévoilé le texte et la musique (composé) composés pour la fête.


m. s. f. s.
m. pl.
4. (Nerveux) Nerveuses et (inquiet) inquiètes , les jumelles ont
f. pl.

raté le duo qu’elles avaient préparé avec tant de cœur. Quelle déception !

5. L’équipe technique, toujours si bien (organisé) organisée , a contribué


f. s.

au succès (retentissant) retentissant de la production.


m. s.

6. Le chef d’orchestre a félicité les musiciens (épuisé) épuisés pour


m. pl.

cette (excellent) excellente répétition. Il leur a prédit des critiques


f. s. f. pl.

très ( positif) positives .

150 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


X ERREURS À CORRIGER
3 Les phrases suivantes contiennent huit erreurs dans l’accord du déterminant et
de l’adjectif. Corrigez-les en laissant des traces de votre raisonnement.

e te
1. Déçu, l’entraîneuse de cet équipe songe à expulser nombre de ses joueurs,
f. s. f. s.
s
particulièrement ceux qui sont paresseux et indiscipliné.
m. pl.

s x
2. Quand les arbitres ont reçu leur nouveau chandails rouges, ils ont constaté
m. pl.

e
que la compagnie, chaudement recommandé, avait fait des erreurs.
f. s.

s
3. Agacé d’avoir passé si peu de temps sur la glace, les deux joueurs n’ont même
m. pl.
s
pas attendu la n de la période pour se diriger, frustré, vers le vestiaire.

4 Dans les phrases suivantes, accordez correctement les adjectifs de couleur


entre parenthèses.

1. Mes nièces ont toutes les deux de jolies bicyclettes (rose) roses .

2. Lorsqu’il aura assez d’argent, Jacob s’achètera une motocyclette (gris foncé)
gris foncé .

3. Marie conduit sa décapotable (noir) noire lorsque le temps


le permet.

4. En tombant, Samuel a déchiré ses mitaines (bleu clair)


bleu clair .

5. Ces camions (orange) orange attirent les regards.

6. Ma grand-mère ne passe jamais inaperçue au volant de sa voiture (doré)


dorée .

7. Mon premier vélo et mon premier casque étaient (vert) verts .

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU DÉTERMINANT ET DE L’ADJECTIF 151


5 Écrivez et accordez correctement les mots qu’on vous dictera. Laissez des traces
de votre raisonnement.

Assoiffés d’émotions fortes, Léa, Justin et Rachel sont fascinés par


f. s. m. s. f. s.
m. pl.
les phénomènes paranormaux . Samedi dernier, les
m. pl.

trois amis ont passé une soirée terriante à regarder des lms
f. s.

d’horreur. Troublée par les images, la pauvre Léa a fait


f. s.

d’horribles cauchemars . Quant à Justin, ce sont les


m. pl.

spectres les plus effrayants qui suscitent son intérêt.


m. pl.

Aucune apparition n’est trop horrible à ses yeux.


f. s.

Pour sa part, Rachel adore entendre parler des clairvoyantes et des


f. pl.

chiromanciennes énigmatiques . Elle aime particulièrement


f. pl.
f. pl.
les prédictions singulières ! Les histoires insolites ont
f. pl.

un charme et un attrait irrésistibles pour les trois


m. s. m. s.
m. pl.
amis. Déjà emballés par la prochaine soirée prévue en
f. s.

novembre, les copains multiplient leurs recherches


f. pl.
m. pl.

pour trouver certains thèmes inexplorés .


m. pl.
152 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
X ERREURS À CORRIGER
6 Dans le texte ci-dessous, repérez et corrigez les erreurs d’accord.

• Il y a deux erreurs sur le nombre du nom.


• Les 13 autres erreurs concernent l’accord du déterminant et de l’adjectif.
Les erreurs dans les adjectifs composés comptent pour une seule.

Pour Martin, faire partie de l’équipe de football est synonyme de bonheur.

s e
Certains matin, il se lève, la tête encore rempli de rêves fabuleux. Il invente
m. pl. f. s.
s
des scénarios tous plus fantastique les uns que les autres.
m. pl.
tous
Il aime s’imaginer en héros, celui qui collabore avec tout les journalistes
m. pl.
le
friands de nouvelles sensationnels. En secret, il souhaite qu’un groupe de
f. pl.
es
jeunes admiratrices, gentilles et joli, le complimentent après chaque partie.
f. pl.
s
Bien sûr, il préfère une horde de lle à ses trousses plutôt qu’une bande
f. pl.
s
de partisans barbus et bedonnant !
m. pl.

Avant chaque partie, il met le casque et le pantalon verts foncés de

es
l’équipe, il met ensuite son protège-dents. Bien droit et blanches, ses dents,
f. pl.

il veut les garder intactes ! Il peut ainsi afcher son magnique sourire

x es
au photographes à l’issue des joutes gagné !
m. pl. f. pl.
s
Enthousiaste, les membres de son équipe lui cèdent toujours le premier
m. pl.
s
banc dans l’autobus bondée. C’est un des privilèges accordé aux étoiles !
m. s. m. pl.
Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU DÉTERMINANT ET DE L’ADJECTIF 153
À RETENIR L’accord du verbe

Règle d’accord du verbe


Auxiliaire, 1 Le nom noyau du GN-sujet, ou le pronom-sujet, donne sa personne et
p. 184 son nombre au verbe ou à l’auxiliaire du verbe.
Sujet de GN-S de P Pron.-S de P
phrase, p. 195 Ex. : Des piétons traversaient en courant. Ils avaient vu le camion.
3e pl. 3e pl.
Le nom piétons donne sa personne (3 e) Le pronom Ils donne sa personne (3 e)
et son nombre (pl.) au verbe et son nombre (pl.) à l’auxiliaire
traversaient. avaient.

2 La règle s’applique, que le verbe soit proche ou éloigné du nom ou


du pronom donneur d’accord.
Ex. : La pervenche de Madagascar a des propriétés anticancéreuses.
3e s.

Ex. : Je le réparerai, votre vélo.


1re s.

La règle s’applique, que le verbe soit placé avant ou après le nom ou


le pronom donneur d’accord.
Ex. : Elles répareraient mon vélo. Répareraient-elles mon vélo ?
3e pl. 3e pl.

Pronom, 3 Quand le sujet est un pronom de quantité qui désigne une quantité
p. 103 supérieure à un, le verbe reçoit le pluriel.
Quand le sujet est un autre pronom de quantité, le verbe est au singulier.
Ex. : La plupart acquiesçaient, mais plusieurs n’approuvaient pas cette idée.
3e pl. 3e pl.

Ex. : Rien ne me plaît.


3e s.

Sujet composé d’éléments unis par des coordonnants


1 Quand le sujet se compose de noms ou de pronoms à la 3 e personne unis
par les coordonnants et, de même que, ainsi que, le verbe reçoit le pluriel.
Ex. : Anna et Antoine se préparent. Elles et lui participent à la course.
3e s. 3e s. 3e pl. 3e s.
3e pl. 3e pl.

154 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 Quand le sujet se compose de noms ou de pronoms unis par le coordonnant
ou exprimant un choix, le verbe est au singulier ou au pluriel, selon le cas.
• Si les éléments qui forment le sujet sont au singulier, le verbe est au singulier.
Ex. : Anna ou Antoine gagnera la course.
Elle ou lui aura la médaille.
• Si un des éléments qui forment le sujet est au pluriel, le verbe est au pluriel.
Ex. : Mes sœurs ou mon père adopteront le chien qu’on a trouvé.
Elles ou lui accueilleront le chien dès que possible.

3 Quand le sujet se compose de noms ou de pronoms de personnes différentes,


le verbe est au pluriel. Celui-ci doit être conjugué à la personne grammaticale
qui a la priorité.
• La 1re personne a la priorité sur la 2e et la 3e personne.
Ex. : Mon neveu, toi et moi aurons beaucoup de plaisir à cette soirée.
3e s. 2e s. 1re s.
1re pl.

• La 2e personne a la priorité sur la 3e personne.


Ex. : Gabrielle et toi mangerez au restaurant ce soir.
3e s. 2e s.
2e pl.

1 a) Dans chacune des phrases suivantes, surlignez les verbes conjugués.


b) Soulignez le donneur d’accord de chacun de ces verbes. Inscrivez la personne
et le nombre sous chaque donneur.
c) Tracez une èche du donneur au receveur d’accord.

1. Ta mère et toi trouviez fascinante l’organisation de la ruche.


3e s. 2e s.
2e pl.
2. Autour de la ferme s’étendent les champs euris.
3e pl.

3. Je goûterai au miel que produiront les abeilles.


3e pl.

4. Des entomologistes inquiets nous mettent en garde.


3e pl.

5. La population de ces insectes utiles diminue chaque année.


3e s.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU VERBE 155


2 a) Écrivez les verbes entre parenthèses à l’imparfait de l’indicatif en les accordant
correctement.
b) Vériez que l’accord de ces verbes est bien fait.
• Soulignez le donneur de chacun de ces verbes.
• Inscrivez la personne et le nombre sous chaque donneur.
• Tracez une èche du donneur au receveur d’accord.

Exemple : Théo et Alex (suivre) suivaient un programme de course à pied.


3e s. 3e s.
3e pl.

1. Rien ne (laisser) laissait présager la n de cette course.


3 s.
e

2. La plupart n’en (être) étaient pas à leur première course.


3 pl.
e

3. Tout le monde (saluer) saluait les participants.


3 s.
e

Certains (féliciter) félicitaient le vainqueur.


3 pl.
e

4. Dans cette boutique (se trouver) se trouvaient les meilleures chaussures.


3e pl.

5. Le programme d’entraînement des athlètes (préciser) précisait que


3 s.
e

le mardi et le vendredi (être) étaient des journées de repos.


3 s.e
3 s.
e

3 pl.
e

6. Stéphanie ou Laurence (aller) allait encourager Nicolas


3 s.e
-ou- 3 s.
e

qui (courir) courait chaque matin en vue du triathlon de Magog.


3 s.
e

156 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


X ERREURS À CORRIGER
3 Repérez et corrigez les neuf erreurs d’accord du verbe. Laissez des traces de
votre raisonnement.
nt
1. Depuis toujours, les habitants de la planète Terre se questionne : les
3e pl.

nt
extraterrestres existent-ils ? Beaucoup de gens prétende qu’il y a des créatures
3e pl.

sur d’autres planètes. D’autres n’hésitent pas à dire que les ovnis ainsi que les
3e pl.

nt a
extraterrestres relève de la science-ction ! Rien ne les convaincront du contraire.
3e pl. 3e s.
3e pl.

2. Des images captées par un robot révèlent la présence d’eau sur Mars. « Il s’agit

nt
d’une découverte majeure », conclue des chercheurs anglais et canadiens.
3e pl.

ont
3. Sur la planète rouge atterrira bientôt des astronautes. Ils étudieront
3e pl.

l’environnement an de déterminer si hommes, femmes et enfants terriens


3e pl. 3e pl. 3e pl.
3e pl.
ent
pourrait un jour y établir une colonie. La santé physique, les connaissances
3e s. 3e pl.

ont
scientiques et le courage déterminera le choix des premiers voyageurs.
3e s.
3e pl.
iez
Est-ce que ta famille et toi oseraient y aller ?
3e s. 2e s.
2e pl.
Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU VERBE 157
PRÉALABLES LE PARTICIPE PASSÉ

1 Le participe passé se joint à l’auxiliaire avoir ou à l’auxiliaire être pour


former des [verbes aux temps composés].
Ex. : Élodie et Elsa [ont entendu] rire Martin. Il [était tombé] dans la neige.

Temps 2 Avant d’accorder un participe passé, il faut l’écrire correctement et,


composés, pour cela, prêter une attention particulière à sa lettre nale.
p. 184
La lettre nale du participe passé au masculin singulier est l’une des suivantes.
É aimé, chanté, mangé
T dit, fait, offert, peint
U connu, reçu, tenu
I ni, sorti, suivi
S mis, pris, promis, inclus

3 Pour trouver la lettre nale d’un participe passé, on dit le participe passé
au féminin. Le dernier son entendu indique la lettre nale qu’on cherche.
Ex. : Problème Quelle est la lettre nale du participe passé du verbe cuire?
Solution Puisqu’on dit « une chose cuite », la lettre nale du participe
passé est t : j’ai cuit, tu as cuit, il a cuit,
nous avons cuit, vous avez cuit, elles ont cuit.
Ex. : Problème Quelle est la lettre nale du participe passé du verbe voir ?
Solution Puisqu’on dit « une chose vue », la lettre nale du participe
passé est u : j’ai vu, tu as vu, il a vu,
nous avons vu, vous avez vu, elles ont vu.
Ex. : Problème Quelle est la lettre nale du participe passé du verbe inclure ?
Solution Puisqu’on dit « une chose incluse », la lettre nale du participe
passé est s : j’aurai inclus, tu auras inclus, il aura inclus,
nous aurons inclus, vous aurez inclus, elles auront inclus.

1 Écrivez chaque participe passé en l’accordant correctement.

1. (bâtir) L’édice bât i La maison bât ie

Les immeubles bât is Les tours bât ies

2. (promettre) L’argent prom is La récompense prom ise

Les ornements prom is Les médailles prom ises

3. (prédire) L’avenir préd it La rencontre préd ite

Les événements préd its Les nouvelles préd ites

4. (nourrir) L’oiseau nourr i La chatte nourr ie

Les poissons nourr is Les poules nourr ies

158 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 a) Dans la deuxième colonne, écrivez le participe passé de chaque verbe au féminin.
b) Dans la dernière colonne, écrivez le participe passé non accordé.

Verbe Participe passé au féminin Participe passé non accordé

1. Venir La nuit venue Il est venu.


2. Cueillir La eur cueillie Il a cueilli.

3. Dire La parole dite Il a dit.


4. Connaître La vedette connue Il a connu.
5. Éteindre La radio éteinte Il a éteint.
6. Refaire La pièce refaite Il a refait.
7. Apprendre La mélodie apprise Il a appris.
8. Poursuivre La voiture poursuivie Il a poursuivi.
9. Savoir L’information sue Il a su.
10. Traduire La phrase traduite Il a traduit.
11. Fondre La glace fondue Il a fondu.
12. Mettre La table mise Il a mis.

13. Offrir La eur offerte Il a offert.


14. Boire La limonade bue Il a bu.
15. Détruire La maison détruite Il a détruit.

X ERREURS À CORRIGER
3 a) Parmi les quatre participes passés au masculin singulier de chaque série,
un seul est mal orthographié. Surlignez-le.
b) Récrivez-le correctement.

1. parcouru souffri recouvert surpris souffert

2. pourrit mort senti couru pourri

3. remis aperçu défait endormis endormi

4. reçu conquit cuit vu conquis

5. peint obéi détruis ouvert détruit

6. répond eu perdu fui répondu

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE PARTICIPE PASSÉ 159


L’accord du participe passé employé
À RETENIR
avec l’auxiliaire être

Rappel
On commence par écrire le participe passé au masculin singulier en
choisissant la bonne nale parmi les lettres suivantes : É-T-U-I-S.

Participe Règle d’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire être


passé, p. 158
Le nom noyau du GN-sujet, ou le pronom-sujet, donne son genre et
son nombre au participe passé employé avec l’auxiliaire être.
GN-S de P Pron.-S de P
Ex. : Mes amies sont parties tôt, mais elles sont arrivées très tard.
f. pl. f. pl.
Le nom amies donne son genre (f.) et son nombre (pl.) au pp parties.
Le pronom elles donne son genre (f.) et son nombre (pl.) au pp arrivées.
Remarque
On peut considérer le participe passé employé avec être comme un adjectif et
l’accorder avec le nom ou le pronom qu’il caractérise, tout simplement.

1 a) Accordez correctement les participes passés dans les phrases suivantes.


b) Laissez des traces de votre raisonnement comme dans l’exemple.
• Soulignez le donneur d’accord.
• Inscrivez le genre et le nombre sous le donneur d’accord.
• Tracez une èche du donneur d’accord au participe passé.

Exemple : Le téléviseur et l’ordinateur étaient allumés quand l’orage a éclaté.


m. s. m. s.
m. pl.

1. De nombreux phénomènes météorologiques sont étudié s partout.


m. pl.

2. La météorologie, qui date d’il y a longtemps, n’a pas toujours été bien vu e .
f. s.

3. En 1677, parmi ceux et celles qui osaient prévoir la météo, plusieurs étaient
m. pl.

taxé s de sorcellerie et condamné s au bûcher par une loi anglaise.

160 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


4. Les météorologues de cette station sont convaincu s que leurs outils
m. pl.

permettent de faire des prévisions qui sont utile s pour la population.


f. pl.

5. Pour recueillir des données en altitude, des fusées et des avions ont été
f. pl. m. pl.
m. pl.

utilisé s dès le début du 20e siècle.

6. Dorénavant, les radars et les satellites sont privilégié s .


m. pl. m. pl.
m. pl.

7. Les cycles d’El Niño causent de grandes perturbations qui sont ressenti es
f. pl.

dans le monde entier.

8. En 1998, les conséquences d’El Niño ont été observé es jusqu’au Québec
f. pl.

lors du phénomène météorologique qui fut nommé « la crise du verglas ».


m. s.

9. En janvier 1998, la pluie verglaçante est tombé e pendant 80 heures.


f. s.

10. Les pannes électriques en Estrie sont venu es compliquer la vie des gens.
f. pl.

11. On prévoit que l’hiver sera moins enneigé et plus doux que la normale.
m. s.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC L’AUXILIAIRE ÊTRE 161
2 Dans le texte qui suit, écrivez correctement le participe passé des verbes suivants.
Accordez chacun d’eux avec son donneur d’accord. Laissez des traces de votre
raisonnement.

1. revenir 3. aller 5. sortir 7. destiner


2. informer 4. construire 6. arriver 8. tomber

Quand Maude et Julien Leblanc sont 1 revenus de l’école,


f. s. m. s.
m. pl.

ils ont été 2 informés qu’ils déménageraient sous peu. Toute la


m. pl.

famille est 3 allée visiter des maisons. La première maison


f. s.

visitée ne leur a pas plu. La demeure, qui avait été 4 construite


f. s.

plusieurs années auparavant, semblait en mauvais état. Tous les membres de


m. pl.

la famille sont vite 5 sortis de cet endroit décevant. Les visiteurs


m. pl.

qui désiraient trouver le foyer de leurs rêves sont ensuite 6 arrivés

à la deuxième maison. Maude et Julien ont méticuleusement inspecté

chaque pièce de la maison, en particulier la salle familiale qui leur était


f. s.

7
destinée . Cette fois, toute la famille est rapidement
f. s.

8
tombée sous le charme de cette résidence.

162 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


X ERREURS À CORRIGER
3 Le texte suivant contient sept erreurs d’accord des participes passés employés
avec l’auxiliaire être. Corrigez-les en laissant des traces de votre raisonnement.

L’espionnage industriel existe vraiment. Selon une enquête récente,

s
dans certains hôtels, des vols d’informations seraient perpétré.
m. pl.

es
Curieusement, peu de plaintes sont déposé à la direction de ces
f. pl.

établissements. Cela s’explique par le fait que les espions professionnels

s
qui sont embauché sont très prudents. Une équipe qui est constituée
m. pl. f. s.

e
de spécialistes est souvent déployé pour orchestrer le travail. Quand les

s
gens d’affaires qui ont été oué s’aperçoivent que les secrets de leur
m. pl. m. pl.

s
compagnie ont été divulgués ou vendu, des mois se sont écoulés. Ils ne

savent pas où et quand le vol a eu lieu.

Ces vols d’informations étant bien réels, des séminaires sont offerts

an de montrer aux gens d’affaires comment protéger les données de leur

s
entreprise. Ceux-ci sont informé des précautions à prendre.
m. pl.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC L’AUXILIAIRE ÊTRE 163
L’accord du participe passé employé
À RETENIR
avec l’auxiliaire avoir

Rappel
On commence par écrire le participe passé au masculin singulier en
choisissant la bonne nale parmi les lettres suivantes : É-T-U-I-S.

Règle d’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir


1 Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde pas
la plupart du temps.
Ex. : Paul a mangé un raisin. Les lles ont mangé des pommes.
Il a cuit une tarte. Elles ont cuit plusieurs tartes.

Participe 2 Le participe passé employé avec avoir s’accorde seulement si le complément


passé, p. 158 direct du verbe (CD) est placé avant le verbe. Cela se produit dans deux cas.
Cas 1 Un pronom-CD est placé avant le verbe. Ce pronom est le donneur
d’accord.
Exemples avec CD après le verbe Exemples avec pronom-CD avant le verbe
(Le pp ne s’accorde pas.) (Le pp s’accorde.)

J’ai aimé cette soupe. Cette soupe, je l’ai aimée.


f. s.

On a vu Zoé et Luce. Zoé et Luce, on vous a vues.


f. pl.

Tu as eu une grande joie. La joie que tu as eue est grande.


f. s.
Dans ces exemples, le CD est placé Dans ces exemples, le pronom-CD est placé
après le verbe. Le participe passé avant le verbe. Il donne son genre et
n’a donc pas de donneur d’accord. son nombre au participe passé.

Cas 2 Un GN-CD est placé avant le verbe. Le nom noyau de ce GN-CD est
le donneur d’accord.
Exemples avec GN-CD Exemples avec GN-CD
après le verbe avant le verbe
(Le pp ne s’accorde pas.) (Le pp s’accorde.)

Tu as emprunté des livres. Quels livres as-tu empruntés ?


m. pl.
Tu as lu de beaux livres. Quels beaux livres tu as lus !
m. pl.
Dans ces exemples, le CD est placé Dans ces exemples, le nom noyau du GN-CD
après le verbe. Le participe passé est placé avant le verbe. Il donne son genre
n’a donc pas de donneur d’accord. et son nombre au participe passé.

164 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 Dans le texte suivant, repérez les 10 verbes conjugués à un temps composé formé
avec l’auxiliaire avoir.
a) Encadrez l’auxiliaire avoir.
b) Soulignez le participe passé.
c) Surlignez le CD, s’il y en a un.

Le mystère demeurait entier et Jane, la détective en chef, inspectait les

lieux attentivement. Qui avait commis le crime ? C’était un homme, elle en

était presque certaine. En effet, les cheveux que l’équipe avait trouvés sur la

scène du crime avaient révélé des traces d’ADN. Le moment de l’infraction

avait été choisi avec soin. L’intrus avait attendu une nuit sombre, ponctuée

par des orages. Il avait même patienté et, coup de chance (pour lui, du moins),

une panne d’électricité généralisée dans le quartier avait facilité son travail.

Il avait pu s’inltrer sans être remarqué. Les bijoux qu’il avait volés valaient

une petite fortune. Il avait aussi subtilisé le bas de laine de la vieille dame.

La somme de son butin, on l’avait estimée à plusieurs milliers de dollars.

2 Dans le tableau ci-dessous, notez les participes passés que vous avez soulignés
dans l’activité précédente. Complétez le tableau comme dans l’exemple.

Le CD se trouve Il n’y a pas Le pp


Participe passé
avant le verbe après le verbe de CD. s’accorde-t-il ?

commis Non

trouvés Oui

révélé Non

attendu Non

patienté Non

facilité Non

pu Non

volés Oui

subtilisé Non

estimée Oui

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC L’AUXILIAIRE AVOIR 165
3 Dans les phrases suivantes, les participes passés ne sont pas accordés.
a) Soulignez le donneur d’accord, s’il y a lieu.
b) Inscrivez en dessous son genre et son nombre.
c) Tracez une èche du donneur au receveur d’accord. Écrivez correctement
le participe passé.

Exemple : Parmi les projets qu’a annoncés la Russie, celui qui retient l’attention
m. pl.
est le vol habité sur la Lune en 2029.

1. Le village lunaire que l’Agence spatiale européenne a proposé deviendra


m. s.

peut-être réalité.

2. Si tout se passe comme prévu, on dit que les structures sur la Lune, ce sont

des robots qui les auront édié es .


f. pl.

3. La Russie n’a pas encore réussi à envoyer un homme sur la Lune.

Ce sont les États-Unis qui l’ont devancé e en 1969.


f. s.

4. À ce jour, seuls douze hommes ont marché sur la Lune. C’est un géologue

et astronaute américain qui l’a visité e pour la dernière fois en 1972.


f. s.

5. En 2011, les Américains ont retiré leur otte de navettes spatiales.

6. Depuis ce jour, les astronautes américains, ce sont les Russes qui les ont
m. pl.

emmené s jusqu’à la Station spatiale internationale.

7. En 2011, trois astronautes voyageant à bord du véhicule Soyouz ont

rejoint la Station spatiale internationale en un peu moins de six heures !

166 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


X ERREURS À CORRIGER
4 Dans le texte suivant, corrigez les sept fautes d’accord des participes passés employés
avec l’auxiliaire avoir. Suivez la démarche que vous avez utilisée à l’activité 3.
e
Pour ses quinze ans, les parents d’Amélie l’ont amené dans ce
f. s.

restaurant italien dont toute la ville parlait. À leur arrivée, le maître d’hôtel

s
les a chaleureusement accueilli. Il leur avait réservés une table près des
m. pl.

grandes baies vitrées. Tous les membres de la famille ont ensuite choisi

s
leur repas. Les mets qu’ils ont mangé étaient vraiment délicieux. Cependant,
m. pl.

la réputation de l’endroit ne tenait pas seulement à la qualité des plats…

Ce restaurant était devenu très populaire lorsqu’un acteur bien

connu l’avait choisie pour demander en mariage une vedette de la chanson.


m. s.

La scène avait été lmée en secret par un client, qui l’avait immédiatement
f. s.

e
mis sur tous les réseaux sociaux. En quelques heures, le couple de célébrités

avait été projeté à la une des journaux, qui avaient faits leurs choux gras

de cette nouvelle !

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC L’AUXILIAIRE AVOIR 167
SYNTHÈSE
5 Testez vos connaissances sur les accords. Dans chacun des textes ci-dessous,
écrivez correctement les adjectifs et les participes passés. Accordez-les avec
leur donneur d’accord.

1. mangé 3. intitulé 5. fait 7. remarqué 9. regretté


2. pelé 4. ajouté 6. interrogé 8. absent 10. tué

TEXTE 1

Alex Marceau avait 1 mangé distraitement l’orange qu’il

avait 2 pelée . La page 3 du Journal de Québec monopolisait

son attention. L’article 3 intitulé « Aucun témoin ? » rapportait

que l’enquêteur Joubert n’avait rien 4 ajouté aux déclarations

que sa collègue McEwen avait 5 faites quelques jours plus

tôt, au moment du meurtre de Jean-Louis Carmichaël. Les voisins avaient

tous été 6 interrogés dans le cadre de cette enquête, mais aucun,

semblait-il, n’avait 7 remarqué quoi que ce soit d’anormal

dans le quartier. La plupart étaient 8 absents lorsque leur


9 regretté voisin avait été 10 tué .
Chrystine Brouillet, Saccages. Une enquête de Maud Graham, Les éditions de la courte échelle, 2013, p. 76.

1. effrayé 5. passé 9. réconforté 13. emmitoué 17. longé


2. fait 6. déchiré 10. resté 14. été 18. laissé
3. suivant 7. terrié 11. terrorisé 15. laissé
4. remonté 8. colossal 12. ouvert 16. réconforté

TEXTE 2

Mais cette nuit-là, il n’y avait personne d’autre qu’elle-même entre les

quatre murs de la maison.


1
Effrayée , elle avait 2 fait le tour

de toutes les pièces – la cuisine où ses parents s’étaient disputés, le salon,

le bureau où son père s’installait chaque soir pour composer les menus

des jours 3 suivants . Personne. Les jambes ageolantes,

168 ACCORDS Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


elle était 4 remontée à l’étage jusqu’à la chambre de ses parents.

Vide elle aussi.

Au moment précis où elle avait 5 passé la porte, un éclair

avait 6 déchiré le ciel, projetant sur les murs de la chambre

une danse d’ombres et de spectres qui l’avait 7 terriée .

Le coup de tonnerre avait suivi immédiatement comme une vague de fond,


8
colossal , interminable, ébranlant la maison jusque dans ses

fondations. Tasha avait plongé vers le lit et s’était enfouie sous les draps,
9
réconfortée par le léger parfum de sa mère que dégageait l’oreiller.

Elle était 10 restée là longtemps, 11 terrorisée , les

yeux grands 12 ouverts , en espérant que ses parents reviennent.

Et soudain, le jour fut là, avec le soleil qui entrait à ots par la fenêtre.

Elle se réveilla dans sa propre chambre, bien 13 emmitouée sous

ses couvertures, ne sachant trop si les événements de la nuit n’avaient


14 été qu’un mauvais rêve. Elle nit par opter pour le

mauvais rêve. Jamais ses parents ne l’auraient 15 laissée seule

en plein milieu de la nuit.


16
Réconfortée par cette idée, elle s’était glissée hors de son lit et

avait 17 longé le couloir jusqu’à leur chambre. En apercevant

le désordre des couvertures, elle avait 18 laissé échapper

un petit cri de joie.


Norah McClintock, Cadavre au sous-sol, traduit par Claudine Vivier,
Éditions Hurtubise, 2006, p. 44 et 45.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC L’AUXILIAIRE AVOIR 169
8 CONJUGAISON
PRÉALABLES

Les notions de radical et de terminaison


!
Pour nommer 1 Le verbe conjugué à un temps simple est constitué de deux parties.
un verbe, on • Le radical est la partie qui exprime le sens du verbe.
utilise l’innitif.
Ex. : , • La terminaison est la partie qui varie selon le mode, le temps, la personne
, , et le nombre.
.
aimer nir voir rendre

j’ aime je nis je vois je rends


il aimait il nissait il voyait il rendait
nous aimerons nous nirons nous verrons nous rendrons
vous aimeriez vous niriez vous verriez vous rendriez

Le radical des verbes en -er


1 La majorité des verbes en -er ont un seul radical.
Remarques

1. Dans les verbes en -cer, pour que la lettre c ait le son [s] devant a et o,
on lui ajoute une cédille.
Ex. : je lançais, nous commençons

2. Dans les verbes en -ger, pour que la lettre g ait le son [j] devant a et o,
on ajoute un e entre les deux.
Ex. : je mangeais, nous plongeons

2 Certains verbes en -er ont plus d’un radical.


Les verbes en -yer ont un radical en -i devant un e muet et un radical
en -y dans les autres cas.
Ex. : je broie, tu broies, il broie, nous broyons, vous broyez, ils broient
j’essuierai, tu essuieras, il essuiera, nous essuierons,
vous essuierez, ils essuieront
je paie, tu paies, il paie, nous payons, vous payez, ils paient
Remarques

1. Les verbes en -ayer comme payer et balayer peuvent garder le radical en -y


dans toute la conjugaison, même devant un e muet.
Ex. : je paie / paye ; tu balaieras / balayeras
2. Au futur simple et au conditionnel présent, le verbe envoyer a le radical enver-.
Ex. : j’enverrai

170 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


!
Les verbes en -e(*)er et en -é(*)er changent ce -e ou ce -é en -è devant Verbes en
un e muet. -e(*)er :
eter,
Ex. : j’achèterai, tu achèteras, il achètera, nous achèterons, vous achèterez,
eter, eler,
ils achèteront, je mène, tu mènes, il mène, nous menons, vous menez, evrer, etc.
ils mènent, je cède, tu cèdes, il cède, nous cédons, vous cédez, ils cèdent,
je séchais, tu séchais, il séchait, nous séchions, vous séchiez, ils séchaient
!
Remarques Verbes en
-é(*)er :
1. Au futur simple et au conditionnel présent, les verbes en -é(*)er comme céder
éder, érer,
gardent ce -é ou le changent en -è, devant un e muet, au choix.
éger,
Ex. : je céderai / je cèderai
éler, etc.
2. Les verbes appeler (interpeler, rappeler) et jeter (projeter, rejeter) doublent le -l ou
le -t devant un e muet.
Ex. : j’appelle, tu appelles, il appelle, nous appelons, vous appelez, ils appellent
je jetterai, tu jetteras, il jettera, nous jetterons, vous jetterez, ils jetteront

Le verbe aller a plusieurs radicaux. Il est préférable de mémoriser toute


sa conjugaison.

Le radical des autres verbes


1 Les verbes en -ir comme nir ont plus d’un radical, dont un en -iss.
Le participe présent de ces verbes est en -issant (nissant).
Ex. : je nis, je nissais, je choisis, je choisissais
Les autres verbes en -ir comme venir n’ont pas de radical en -iss.
Leur participe présent est en -ant (venant).
Ex. : je viens, nous venons, je venais, nous venions

2 Les verbes en -oir comme devoir, pouvoir, savoir, vouloir et voir ont plus
d’un radical.
3 Quelques verbes en -re ont un radical (ex. : rire et conclure). La plupart en ont
plus d’un (ex. : faire, prendre).

La conjugaison des verbes impersonnels


1 Les verbes impersonnels comme falloir et les verbes décrivant des
phénomènes météorologiques (neiger, pleuvoir, venter, etc.) se conjuguent
à la 3 e personne du singulier seulement.
Ex. : • Falloir : il faut, il fallait, il fallut, il faudra, il faudrait
• Neiger : il neige, il neigeait, il neigea, il neigera, il neigerait
• Pleuvoir : il pleut, il pleuvait, il plut, il pleuvra, il pleuvrait
• Venter : il vente, il ventait, il venta, il ventera, il venterait

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES NOTIONS DE RADICAL ET DE TERMINAISON 171
Le mode indicatif
À RETENIR

Le présent de l’indicatif
1 Le présent de l’indicatif indique que l’action se passe au moment où on parle.
Ex. : Je lis une bande dessinée.

Terminaisons de TOUS les verbes en -er, sauf aller


aimer acheter céder appeler

-e1 j’ aime j’achète je cède j’ appelle


1
-es tu aim es tu achètes tu cèdes tu appelles
-e1 il aim e il achète il cède il appelle
-ons nous aim ons nous achetons nous cédons nous appelons
-ez vous aim ez vous achetez vous cédez vous appelez
-ent1 ils aim ent ils achètent ils cèdent ils appellent

1. Dans ces terminaisons, le e est muet.

Remarques

1. Les verbes en -e(*)er, comme acheter, et en -é(*)er, comme céder, changent ce -e ou ce -é


en -è devant un e muet.
2. Les verbes appeler (interpeler, rappeler) et jeter (projeter, rejeter) doublent le -l ou le -t
devant un e muet.

Terminaisons de presque tous les autres verbes


nir dormir savoir vivre

-s je ni s je dors je sais vis


je
-s tu ni s tu dors tu sais tu vis
-t il ni t il dort il sait il vit
-ons nous nissons nous dorm ons nous savons nous vivons
-ez vous nissez vous dorm ez vous savez vous vivez
-ent ils nissent ils dorm ent ils savent ils vivent

Remarques

1. Les verbes avoir, être et aller ne suivent pas ces modèles.


2. Les verbes dire et faire font : vous dites, vous faites, ils font.
3. Les verbes pouvoir et vouloir ont la nale -x aux 1re et 2e personnes du singulier :
je peux, tu peux, je veux, tu veux.
4. Les verbes en -dre, comme prendre, ont la nale -d à la 3e personne du singulier : il prend.
5. Au singulier, les verbes couvrir, cueillir, offrir, ouvrir, souffrir et leurs dérivés prennent
les terminaisons des verbes en -er : je couvre, tu cueilles, il offre.

172 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 Écrivez les verbes entre parenthèses au présent de l’indicatif.

1. Aujourd’hui, il (pleuvoir) pleut . Ulric et moi


(planier) planions un tournoi de jeux vidéo.
Jason et moi (aller) allons chez Ulric à 14 heures.

2. Jason (essayer) essaie son tout dernier jeu de course


automobile. Chaque mois, il en (acheter) achète un nouveau.

3. Jason et Ulric (mourir) meurent d’envie de commencer


le tournoi. Quand l’heure (arriver) arrive , mes deux amis
se ( jeter) jettent sur leur jeu préféré.

4. Jason et Ulric (courir) courent au sous-sol. Ulric


(s’étendre) s’étend sur le divan alors que Jason
(choisir) choisit de s’installer sur le sol. Pour ma part,
je (prendre) prends le fauteuil moelleux.

5. Pendant le tournoi, Jason et moi (manger) mangeons du


maïs soufé. Ulric (boire) boit un frappé aux fruits.

6. Jason et Ulric (croire) croient pouvoir remporter le tournoi.

X ERREURS À CORRIGER
2 Les verbes en gras sont au présent de l’indicatif. Ils contiennent tous des erreurs
de conjugaison. Corrigez-les.
envoie appelles
1. Je t’envois l’information. Tu m’appelle quand tu la reçois.
achetons prévoient
2. Nous achètons nos billets à l’avance. Ils prévoyent une grande afuence.
faisons dépend
3. Nous fesons attention. La sécurité de tous en dépent.
mettent courent
4. Les joueurs metent leur casque et courrent sur le terrain.
crie observes
5. Raphaël cri des encouragements. Tu observe attentivement le jeu.
descends aperçoivent
6. Tu descend les marches et elles aperçoient la sortie.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE PRÉSENT DE L’INDICATIF 173


! 3 Écrivez les verbes entre parenthèses au présent de l’indicatif.
Pensez à sont
Les rues (être) désertes et j’ (imaginer)
accorder
chaque
imagine que le bruit de ma course (retentir)
verbe avec
son donneur
retentit jusque là-haut, qu’il (aller) va jusqu’à
d’accord.

eux, qu’il me (dénoncer) dénonce . Je suis pieds nus, pourtant…

Mes pieds écorchés… C’est pire ! Ma piste sera facile à suivre. Je (semer)

sème des taches de sang sur mon passage, comme un petit

Poucet blessé. La chasse a commencé.

Je (dévaler) dévale la rue. Je ne (être) suis

qu’un animal en fuite. Au moindre bruit, je me ( jeter) jette

dans un des buissons qui ( pousser) poussent devant ces maisons

cossues et muettes. Les fenêtres sont noires encore. La nuit, ici, rien ne

(vivre) vit … Je me (tapir) tapis entre les

massifs et j’ (attendre) attends , retenant ma respiration.

Un moteur, au coin d’une rue, ou une sirène, au loin. Puis le bruit

(s’évanouir) s’évanouit . Mes pieds me (faire) font

terriblement souffrir. J’ (essayer) essaie de les masser un peu.

Je (maculer) macule mes mains de sang.

Quand le silence se (faire) fait , je (demeurer)

demeure aux aguets, les sens exacerbés, puis je me (remettre)

remets en route. La peur (emballer) emballe

mon cœur autant que la course.

Je (continuer) continue de descendre la rue aussi vite

que je (pouvoir) peux . L’énergie du désespoir… Cette rue

(sembler) semble interminable. Puis une masse sombre

(apparaître) apparaît devant moi.


Laurent Chabin, 15 ans ferme, Éditions Hurtubise, 2013, collection Atout, p. 6 et 7.

174 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR

L’imparfait de l’indicatif
1 L’imparfait de l’indicatif indique que l’action a débuté dans le passé, mais
n’est pas encore terminée. Dans un récit, l’imparfait sert à décrire les lieux,
les personnages, les sentiments.
Ex. : Le soleil brillait, Marie souriait, j’étais heureux.

2 À l’imparfait, le radical de tous les verbes est le même que celui de


la première personne du pluriel du présent de l’indicatif. Il n’y a qu’une
exception : le verbe être.
Ex. : Nous agissons. J’agissais, tu agissais, il agissait, nous agissions

Terminaisons de TOUS les verbes


aimer plier sortir prendre

-ais j’ aimais je pliais je sortais je prenais


-ais tu aimais tu pliais tu sortais tu prenais
-ait il aimait il pliait il sortait il prenait
-ions nous aimions nous pliions nous sortions nous prenions
-iez vous aimiez vous pliiez vous sortiez vous preniez
-aient ils aimaient ils pliaient ils sortaient ils prenaient

Remarque

Dans nous pliions et vous pliiez, le premier i vient du radical, le second i vient de
la terminaison.

1 Écrivez chacun des verbes suivants au présent, puis à l’imparfait de l’indicatif.

Verbe Présent de l’indicatif Imparfait de l’indicatif

1. déer Nous déons Nous déions


2. déranger Nous dérangeons Nous dérangions
3. pagayer Nous pagayons Vous pagayiez
4. nouer Nous nouons Nous nouions
5. appeler Nous appelons J’ appelais

6. rééchir Nous rééchissons Nous rééchissions


7. venir Nous venons Je venais

8. faire Nous faisons Nous faisions


9. voir Nous voyons Vous voyiez
10. permettre Nous permettons Je permettais

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. L’IMPARFAIT DE L’INDICATIF 175


2 Écrivez les verbes entre parenthèses à l’imparfait de l’indicatif.

1. Le brise-glace (avancer) avançait péniblement sur la rivière.


Il (devenir) devenait urgent de disperser les glaces qui
(s’apprêter) s’apprêtaient à former des embâcles.

2. Nous (savoir) savions que nous (payer)


payions cher les services de ce brise-glace.
Mais il (valoir) valait mieux prévenir que guérir !

3. Des journalistes (interroger) interrogeaient mes voisins, qui


(s’affairer) s’affairaient à protéger leur demeure.

4. De notre côté, nous nous (lancer) lancions les sacs de sable,


qui se (déplacer) déplaçaient le long de la chaîne humaine
que nous (former) formions . Ensemble, nous (bâtir)
bâtissions un mur pour empêcher l’eau d’atteindre la maison.
Nous (crier) criions des mots d’encouragement.

5. Il (falloir) fallait faire vite, car la crue des eaux


(menacer) menaçait d’inonder la propriété. Nous (travailler)
travaillions sans relâche.

X ERREURS À CORRIGER
3 Les verbes en gras sont à l’imparfait de l’indicatif. Ils contiennent tous des erreurs
de conjugaison. Corrigez-les.
prenaient
1. Certaines recrues prennaient plaisir à se faire remarquer.
couraient déployions
2. Elles courraient vite. Nous déployons beaucoup d’effort.
dénonçaient reposais
3. Ils me dénoncaient si je me reposai trop longtemps.
faisions diminuions
4. Mes amis et moi fesions des pompes et diminuons les pauses.
fatiguais continuions
5. Tu te fatigais, mais nous continuons avec détermination.
criiez choisissait
6. Vous nous criez des encouragements et l’entraîneur nous choisisait toujours

comme premier trio sur la glace.

176 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR

Le futur simple de l’indicatif


1 Le futur simple de l’indicatif indique que l’action aura lieu à un moment
dans l’avenir.
Ex. : Je lirai une bande dessinée demain.

Terminaisons1 de TOUS les verbes en -er, sauf aller et envoyer


aimer acheter céder jeter

- erai j’ aimerai achèterai


j’ je céderai je jetterai
- eras tu aim eras tu achèteras tu céderas tu jetteras
- era il aim era il achètera il cédera il jettera
- erons nous aim erons nous achèterons nous céderons nous jetterons
- erez vous aim erez vous achèterez vous céderez vous jetterez
- eront ils aim eront ils achèteront ils céderont ils jetteront

1. Dans ces terminaisons, le e est muet.

Remarques

1. Les verbes en -e(*)er comme acheter changent ce -e en -è devant un e muet.


2. Les verbes en -é(*)er gardent le -é (comme céder dans le tableau ci-dessus) ou le changent
en -è (comme dans l’exemple ci-dessous).
Ex. : je cèderai, tu cèderas, il cèdera, nous cèderons, vous cèderez, ils cèderont
3. Les verbes appeler (interpeler, rappeler) et jeter (projeter, rejeter) doublent le -l ou le -t
devant un e muet.
Ex. : j’appellerai, tu appelleras, il appellera, nous appellerons, vous appellerez, ils appelleront
4. Le verbe envoyer a le radical enver-.

Terminaisons de presque tous les autres verbes,


y compris aller et envoyer
venir courir voir faire

-rai je viendrai courrai


je je verrai je ferai
-ras tu viendras tu courras tu verras tu feras
-ra il viendra il courra il verra il fera
-rons nous viendrons nous courrons nous verrons nous ferons
-rez vous viendrez vous courrez vous verrez vous ferez
-ront ils viendront ils courront ils verront ils feront

Remarques

1. Le verbe courir et ses dérivés (accourir, parcourir, etc.) et le verbe mourir doublent le r
au futur simple. Le premier r vient du radical, le second r vient de la terminaison.
2. Le verbe cueillir et ses dérivés (accueillir et recueillir) prennent les terminaisons des verbes
en -er : j’accueillerai, tu cueilleras, il recueillera, nous accueillerons, vous cueillerez,
ils recueilleront.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE FUTUR SIMPLE DE L’INDICATIF 177


1 Écrivez les verbes entre parenthèses au futur simple de l’indicatif.

1. Vous (admettre) admettrez que les voyages ouvrent l’esprit. Ceux


qui (voyager) voyageront et qui (prendre) prendront

contact avec d’autres cultures (être) seront plus éveillés aux


différences culturelles que ceux qui (mourir) mourront là où ils
sont nés sans visiter des contrées lointaines.

2. Quand Renaud et Alba (revenir) reviendront de voyage, je


(recueillir) recueillerai leurs souvenirs avec plaisir. Je (courir)
courrai à leur rencontre et (écouter) écouterai

leurs histoires avec attention. Ensuite, j’ (écrire) écrirai

un article que (publier) publiera le journal de l’école.

3. Quand tu (voir) verras les photos de mon excursion au camp


de base de l’Everest, tu (vouloir) voudras y aller toi aussi !

4. Tu m’ (appeler) appelleras avant de partir. Il (falloir)


faudra que je te donne l’adresse.

5. Alice (aller) ira étudier en Espagne l’an prochain.


Elle (vivre) vivra des moments inoubliables. Elle (rencontrer)
rencontrera des gens intéressants.

X ERREURS À CORRIGER
2 Les verbes en gras sont au futur simple de l’indicatif. Ils contiennent tous des erreurs
de conjugaison. Corrigez-les.
pourront
1. Les étudiants pouront améliorer leur portugais.
s’initiera
2. Béatrice s’initira à la cuisine locale.
projettera répondra
3. Le guide projetera des photos et répondera à vos questions.
m’inscrirai prendrai
4. Je m’inscrirais à cette rencontre et prendrerai beaucoup de notes.
avoueront
5. Nabih et Sophie avouront avoir apprécié la présentation.
admettrez
6. Vous admetterez que ce projet est très intéressant.

178 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR

Le conditionnel présent de l’indicatif


1 Le conditionnel présent de l’indicatif indique que l’action pourrait avoir lieu
à un moment du futur.
Ex. : Si j’avais une bande dessinée, je la lirais.

Terminaisons1 de TOUS les verbes en -er, sauf aller et envoyer


aimer acheter céder appeler

- erais aimerais
j’ j’achèterais je céderais j’ appellerais
- erais tu aim erais tu achèterais tu céderais tu appellerais
- erait il aim erait il achèterait il céderait il appellerait
- erions nous aim erions nous achèterions nous céderions nous appellerions
- eriez vous aim eriez vous achèteriez vous céderiez vous appelleriez
- eraient ils aim eraient ils achèteraient ils céderaient ils appelleraient

1. Dans ces terminaisons, le e est muet.

Remarques

1. Les verbes en -e(*)er comme acheter changent ce -e en -è devant un e muet.


2. Les verbes en -é(*)er gardent le -é (comme céder dans le tableau ci-dessus)
ou le changent en -è (comme dans l’exemple ci-dessous).
Ex. : je cèderais, tu cèderais, il cèderait, nous cèderions, vous cèderiez, ils cèderaient
3. Les verbes appeler (interpeler, rappeler) et jeter (projeter, rejeter) doublent le -l ou le -t
devant un e muet.
Ex. : je jetterais, tu jetterais, il jetterait, nous jetterions, vous jetteriez, ils jetteraient
4. Le verbe envoyer a le radical enver-.

Terminaisons de presque tous les autres verbes,


y compris aller et envoyer
venir courir voir faire

-rais viendrais
je courrais
je je verrais je ferais
-rais tu viendrais tu courrais tu verrais tu ferais
-rait il viendrait il courrait il verrait il ferait
-rions nous viendrions nous courrions nous verrions nous ferions
-riez vous viendriez vous courriez vous verriez vous feriez
-raient ils viendraient ils courraient ils verraient ils feraient

Remarques

1. Le verbe courir et ses dérivés (accourir, parcourir, etc.) et le verbe mourir doublent le r
au conditionnel présent. Le premier r vient du radical, le second r vient de la terminaison.
2. Le verbe cueillir et ses dérivés (accueillir et recueillir) prennent les terminaisons des verbes
en -er: j’accueillerais, tu cueillerais, il recueillerait, nous accueillerions, vous cueilleriez,
ils recueilleraient.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE CONDITIONNEL PRÉSENT DE L’INDICATIF 179


1 Écrivez chacun des verbes suivants au futur simple, puis au conditionnel présent
de l’indicatif.

Verbe Futur simple Conditionnel présent

1. jeter Je jetterai Je jetterais

2. vérier Vous vérierez Vous vérieriez


3. courir Je courrai Je courrais

4. aboyer Elle aboiera Elle aboierait

5. nourrir Ils nourriront Ils nourriraient

6. acheter Tu achèteras Tu achèterais

2 Écrivez les verbes entre parenthèses au conditionnel présent.

1. Si elle avait conance en elle, Élise (envoyer) enverrait

son manuscrit à plusieurs maisons d’édition, qui (pouvoir)


pourraient alors découvrir son talent. Un succès monstre
(suivre) suivrait certainement la publication de son livre.

2. Si cet éditeur le voulait, il (publier) publierait ces œuvres.


Les lecteurs les (apprécier) apprécieraient .

3. En ne terminant pas ce roman, tu (commettre) commettrais

une erreur !

4. Avec plus d’argent, nous (créer) créerions notre maison


d’édition. Ainsi, nous (prendre) prendrions toutes les
décisions. Nous (trier) trierions les manuscrits sur le volet.

X ERREURS À CORRIGER
3 Dans les phrases suivantes, les verbes en gras sont au conditionnel présent
de l’indicatif. Ils contiennent tous des erreurs de conjugaison. Corrigez-les.
jouerait ennuierait
1. Liam jourait avec toi et ne s’ennuirait pas.
recevrais pourrais
2. Tu receverais ton colis rapidement et tu pourais en proter dès demain.
Appellerais achèterait
3. Appelerais-tu Sam ? S’il le savait, il achetterait des billets.
devrions pourrions
4. Nous deverions aller au parc. Nous pourions prendre des photos.

180 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR

Le passé simple de l’indicatif


1 Le passé simple de l’indicatif situe l’action dans le passé. Dans un récit,
le passé simple sert à raconter la suite des actions.
Ex. : Il avala une bouchée, saisit son sac et courut jusqu’à l’arrêt d’autobus.

Terminaisons de TOUS les verbes en -er, sauf aller et envoyer


aimer lancer manger aller

- ai j’ aimai je lançai je mangeai allai


j’
- as tu aim as tu lanç as tu mange as tu all as
-a il aim a il lanç a il mange a il all a
- âmes nous aim âmes nous lanç âmes nous mange âmes nous all âmes
- âtes vous aim âtes vous lanç âtes vous mange âtes vous all âtes
- èrent ils aim èrent ils lanc èrent ils mang èrent ils all èrent

Terminaisons des autres verbes


Son [i] Son [u] 1 Son [in] 2
nir pouvoir tenir

je nis je pus je tins


tu nis tu pus tu tins
il nit il put il tint
nous nîmes nous pûmes nous tînmes
vous nîtes vous pûtes vous tîntes
ils nirent ils purent ils tinrent

1. Les verbes avoir et être ont ces terminaisons.


2. Seulement pour tenir, venir et leurs dérivés.

1 Écrivez chacun des verbes suivants au présent, puis au passé simple de l’indicatif.

Verbe Présent de l’indicatif Passé simple de l’indicatif

1. dire Il dit Il dit

2. créer Elles créent Elles créèrent


3. faire Vous faites Vous fîtes
4. déménager On déménage On déménagea

5. apercevoir Il aperçoit Il aperçut

6. rappeler Nous rappelons Nous rappelâmes


7. convenir Ils conviennent Ils convinrent

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE PASSÉ SIMPLE DE L’INDICATIF 181


X ERREURS À CORRIGER
2 Dans les phrases suivantes, les verbes en gras sont au passé simple de l’indicatif.
Ils contiennent tous une erreur de conjugaison. Corrigez-les.
vinrent virent
1. Mes cousins venèrent à la maison et ils voyèrent les dégâts.
comprirent
2. Ils comprenèrent que nous avions besoin d’aide.
dit nit
3. Mon père leur disa de s’asseoir et il nissa de leur raconter notre mésaventure.
surent mirent
4. Tous savèrent ce qu’il fallait faire et mettèrent la main à la pâte.
rent offrit
5. Ils faisèrent un grand ménage. Même le voisin offra ses services.
prirent burent
6. À la pause, tous prenèrent une collation et buvèrent beaucoup d’eau.

3 Dans chacun des textes suivants, écrivez les verbes entre parenthèses au passé
simple de l’indicatif.
TEXTE 1

Lentement, nous (avancer) avançâmes dans un silence quasi absolu.

Les frères Loiseau (emprunter) empruntèrent la ruelle des Bûcherons. Louisa

et son cousin Henri (choisir) choisirent la rue Haché. Je me (diriger)

dirigeai seul vers le lieu de rencontre. L’écouteur dans mon oreille

(crépiter) crépita un moment. Ben, le grand Loiseau, (chuchoter)

chuchota une consigne que je (entendre) n’ entendis pas.

Je le (faire) s répéter. Ben se (reprendre) reprit .

Je (froncer) fronçai les sourcils : je ne comprenais rien ! Je (avoir)

n’ eus pas d’autre choix : je lui (demander) demandai

de nouveau de répéter. Tout à coup, les crépitements (cesser) cessèrent .

Un silence de mort (remplacer) remplaça toute la pollution sonore

qui m’avait empêché d’entendre les paroles du grand Loiseau. Elles me ( parvenir)

parvinrent tout d’un coup et je les (recevoir) reçus

comme une douche glaciale : « C’est un guet-apens ! Fais demi-tour ! »

182 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Mon sang se (ger) gea dans mes veines. Il était trop tard :

j’avais fait un pas de trop. Tout à coup, l’autre équipe (encercler) m’ encercla .

J’ (adopter) adoptai la stratégie de la tortue, bien inefcace quand on est

seul. Je (devoir) dus me résigner à une mort imminente.

C’était de bonne guerre. Les membres de mon équipe et moi (élaborer)

élaborâmes notre stratégie pour la prochaine partie de paintball…

TEXTE 2

Elle (réussir) réussit à fermer la portière, mais (laisser) laissa

tomber ses clés sur le gravier. Casey (entendre) l’ entendit jurer tandis qu’elle

se penchait pour les ramasser. Une fois accroupie, elle (échapper) échappa

également son téléphone. Casey (sourire) sourit .

Après avoir ramassé ses clés et son téléphone, la femme se (diriger) dirigea

vers le café. Sans tarder, elle (porter) porta une fois de plus son

téléphone à son oreille. En gravissant les quelques marches du café, elle se (souvenir)

souvint d’avoir oublié de verrouiller la portière. Elle ( jongler)

jongla avec les clés et les (échapper) échappa

de nouveau. Elle (prendre) prit un air irrité. Puis, elle

(récupérer) récupéra ses clés et, dans un bip retentissant, (verrouiller)

verrouilla les portières de son auto.

La femme entra dans le café et (presser) pressa un peu plus son

téléphone sur son oreille, comme si elle essayait de mieux entendre. « Je n’arrive pas à

t’entendre… (crier) cria -t-elle. La réception est affreuse. Je ne peux pas…

Je ne peux pas… »

Elle (xer) xa son téléphone. Exaspérée, elle (soupirer)

soupira et (éteindre) l’ éteignit .


John P. Strelecky, Le retour au Why Café, traduit par Alain Williamson, Les Éditions Le Dauphin Blanc, 2014, p. 25 et 26.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE PASSÉ SIMPLE DE L’INDICATIF 183


Les temps composés
PRÉALABLES

Participe 1 Un verbe à un temps composé est formé de deux mots : un auxiliaire


passé, p. 158 de conjugaison (avoir ou être) auquel se joint un participe passé.
Ex. : Lisa a reçu un appel. Elle avait envoyé un texto. Léo est arrivé hier.
Remarques

1. Il peut y avoir un ou des mots entre l’auxiliaire et le participe passé.


Ex. : Lisa a déjà reçu un appel. Léo est, encore une fois, arrivé en retard.

2. Pour vérier si avoir ou être font partie d’un verbe à un temps composé,
on remplace ce qu’on pense être un verbe à un temps composé par le même
verbe à un temps simple.
envoie comprenait
Ex. : Lisa a envoyé un texto. Elle avait enn compris.
vas resterais insistais
Ex. : Tu es allé au marché. Je serais peut-être resté si tu avais insisté.
3. Dans un verbe à un temps composé, l’adverbe de négation ne… pas
encadre seulement l’auxiliaire.
Ex. : Lisa n’avait pas envoyé de texto.

Le choix de l’auxiliaire de conjugaison


1 La plupart des verbes forment leurs temps composés avec l’auxiliaire avoir.
On dit que ces verbes se conjuguent avec avoir.
Ex. : J’ai ri.
Tu avais écrit.
On aura bientôt ni.
2 Quelques verbes forment leurs temps composés avec l’auxiliaire être.
On dit que ces verbes se conjuguent avec être.
Ex. : Il est tombé.
Tu étais allé le rejoindre.
Nous serons bientôt revenus.
Les verbes qui se conjuguent avec être sont les suivants : aller, arriver,
décéder, demeurer, mourir, naître, partir (repartir), rester, tomber (retomber),
venir (advenir, devenir, intervenir, parvenir, revenir, survenir).
3 Certains verbes peuvent former leurs temps composés avec avoir ou être.
Ex. : Ludo a descendu une grosse valise noire. Il est descendu de l’auto.
Magali a rapidement sorti son parapluie, puis elle est sortie.
Les verbes qui forment leurs temps composés avec avoir ou être sont,
entre autres, descendre, entrer, monter, passer, retourner et sortir.
Quand le verbe a un complément direct, il se conjugue avec l’auxiliaire avoir.
GN-CD du V a descendu
Ex. : Ludo a descendu [une grosse valise noire]. Il est descendu de l’auto.
GN-CD du V a sorti
Magali a rapidement sorti [son parapluie], puis elle est sortie.

184 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


La formation des temps composés de l’indicatif
À RETENIR

1 Les temps composés de l’indicatif sont le passé composé, le plus‑que‑parfait,


le futur antérieur, le conditionnel passé et le passé antérieur.
À chacun des temps composés correspond un temps simple.
Temps composé
1 Temps simple correspondant

Passé composé 1 Présent


Plus-que-parfait 1 Imparfait
Futur antérieur 1 Futur simple
Conditionnel passé 1 Conditionnel présent
Passé antérieur 1 Passé simple

2 Les temps composés se forment tous de la même manière.


Formation des temps composés du verbe jouer
auxiliaire avoir participe Participe
Temps composé = (au temps simple correspondant)
+ passé passé, p. 158
Passé composé
Ex. : j’ai joué = ai (avoir au présent) + joué
Plus-que-parfait
Ex. : il avait joué = avait (avoir à l’imparfait) + joué
Futur antérieur
Ex. : nous aurons joué = aurons (avoir au futur simple) + joué
Conditionnel passé
= aurais (avoir au conditionnel présent) + joué Accord
Ex. : tu aurais joué
du participe
Passé antérieur passé avec
Ex. : ils eurent joué = eurent (avoir au passé simple) + joué , p. 164

Formation des temps composés du verbe revenir


auxiliaire être participe
Temps composé = (au temps simple correspondant)
+ passé
Passé composé
Ex. : il est revenu = est (être au présent) + revenu
Plus-que-parfait
Ex. : ils étaient revenus = étaient (être à l’imparfait) + revenus
Futur antérieur
Ex. : elle sera revenue = sera (être au futur simple) + revenue
Conditionnel passé
= serait (être au conditionnel présent) + revenu Accord
Ex. : il serait revenu
du participe
Passé antérieur passé avec
Ex. : elles furent revenues = furent (être au passé simple) + revenues , p. 160

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA FORMATION DES TEMPS COMPOSÉS DE L’INDICATIF 185
1 Conjuguez les verbes suivants au passé composé.

1. tomber Je suis tombé Nous sommes tombés

2. être Tu as été Vous avez été

3. pouvoir Il a pu Elles ont pu

2 Conjuguez les verbes suivants au plus-que-parfait.

1. prendre J’ avais pris Nous avions pris

2. ouvrir Tu avais ouvert Vous aviez ouvert

3. construire Il avait construit Elles avaient construit

3 Conjuguez les verbes suivants au futur antérieur.

1. dire J’ aurai dit Nous aurons dit

2. revenir Tu seras revenu Vous serez revenus

3. écrire Il aura écrit Elles auront écrit

4 Conjuguez les verbes suivants au conditionnel passé.

1. mettre J’ aurais mis Nous aurions mis

2. aller Tu serais allé Vous seriez allés

3. comprendre Il aurait compris Elles auraient compris

5 Conjuguez les verbes suivants au passé antérieur.

1. appeler J’ eus appelé Nous eûmes appelé

2. rire Tu eus ri Vous eûtes ri

3. prévoir Il eut prévu Elles eurent prévu

6 Conjuguez les verbes en gras au temps qui correspond au code suivant.

A. passé composé C. futur antérieur E. passé antérieur


B. plus-que-parfait D. conditionnel passé

1. (B) offrir : Elles avaient offert un repas aux visiteurs.

2. (D) devoir : Nous aurions dû acheter des billets.

3. (A) mourir : La pauvre bête est morte de froid.

186 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


4. (E) nir : Dès qu’ils eurent ni de nettoyer, ils partirent.

5. (C) déneiger : J’ aurai déneigé l’entrée avant ton départ.

6. (A) découvrir : Vous avez découvert un artiste génial.

7. (D) courir : Samuel aurait couru s’il avait fait beau.

8. (B) agir : Mon frère avait agi avec beaucoup de maturité.

9. (C) aller : Les lles seront allées faire du ski trois fois cette année.

10. (B) ouvrir : La boulangerie était ouverte à mon arrivée.

11. (C) naître : Ta nièce sera née quand tu reviendras de voyage.

12. (A) sortir : Léa est sortie en courant ce matin.

13. (A) sortir : Frédéric a sorti le bac de recyclage hier soir.

14. (E) terminer : Lorsqu’il eut terminé de manger, il sortit.

15. (D) vouloir : Tu aurais voulu nous accompagner à cette fête.

16. (B) dire : Tu avais dit que je pouvais compter sur toi.

17. (D) dormir : Vous auriez dormi plus longtemps ?

18. (C) vivre : Il aura vécu beaucoup d’épreuves.

19. (A) prendre : J’ ai pris ce hérisson en photo.

7 Selon le contexte, écrivez l’auxiliaire être ou avoir en conjuguant le verbe


au plus-que-parfait.

1. descendre : Mario était descendu de l’autobus sans son sac.

2. entrer : L’adjoint avait entré les données dans l’ordinateur.

3. nettoyer : Tu avais nettoyé les meubles de patio.

4. passer : Le facteur était passé à la maison.

5. retourner : Nous avions retourné la marchandise défectueuse.

6. entrer : Elles étaient entrées par la porte de côté.

7. voir : J’ avais vu ce lm avant toi.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA FORMATION DES TEMPS COMPOSÉS DE L’INDICATIF 187
Le mode impératif
À RETENIR
!
On emploie le Le présent de l’impératif
mode impératif
pour exprimer Terminaisons de TOUS les verbes en -er, sauf aller
un ordre,
aimer acheter céder appeler envoyer
une demande,
un conseil. 2e s. -e1 aime achète cède appelle envoie
1 pl. -ons
re
aimons achetons cédons appelons envoyons
2e pl. -ez aimez achetez cédez appelez envoyez
1. Dans cette terminaison, le e est muet.

Remarques

1. Les verbes en -e(*)er, comme acheter, et en -é(*)er, comme céder, changent ce -e ou ce -é


en -è devant un e muet.
2. Les verbes appeler (interpeler, rappeler) et jeter (projeter, rejeter) doublent le -l ou le -t
devant un e muet.

Terminaisons de presque tous les autres verbes


nir sortir revenir voir prendre

2e s. -s ni s sors reviens vois prends


1 pl. -ons
re
nissons sortons revenons voyons prenons
2e pl. -ez nissez sortez revenez voyez prenez
!
On ajoute un Remarques
à la n du 1. Les verbes avoir et aller ne suivent pas ce modèle.
verbe quand le
2. Les verbes dire et faire font : dites et faites.
verbe est suivi
des pronoms 3. Le verbe savoir fait : sache, sachons, sachez. Le verbe vouloir n’est courant qu’à
ou . la 2e personne du pluriel : veuillez.
Ex. : vas-y, 4. Au singulier, les verbes couvrir, cueillir, offrir, ouvrir, souffrir et leurs dérivés prennent
trouves-en. la terminaison des verbes en -er : couvre, cueille, offre, ouvre, souffre.

Le passé de l’impératif
1 Le passé de l’impératif est un temps composé. Il est formé de l’auxiliaire avoir
ou être au présent de l’impératif et du participe passé du verbe conjugué.
manger revenir

2e s. aie mangé sois revenu


1re pl. ayons mangé soyons revenus
2e pl. ayez mangé soyez revenus

188 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 Écrivez les verbes au présent de l’impératif, à la 2e personne du singulier.

1. participer Participe à la course. 5. parler Parle de ton projet.


Participes -y. Parles -en.

2. acheter Achète du pain. 6. jouer Joue de la ûte.


Achètes -en. Joues -en.

3. assister Assiste à ce cours. 7. songer Songe à ton avenir.


Assistes -y. Songes -y.

4. donner Donne des biscuits. 8. prendre Prends des cours.


Donnes -en. Prends -en.

2 Complétez le texte suivant en écrivant les verbes au présent de l’impératif,


à la 2e personne du singulier.

1. lever 3. savoir 5. remplir 7. mettre


2. prendre 4. préparer 6. donner 8. oublier

Quand le réveille-matin sonnera, 1 lève -toi.


2 Prends le temps de bien t’étirer. 3 Sache que cela est

bénéque. 4 Prépare ton déjeuner. 5 Remplis le bol de

nourriture de Cléo et 6 donne -lui de l’eau. 7 Mets tes

cahiers dans ton sac. N’ 8 oublie rien !

3 Complétez le texte suivant en écrivant les verbes au présent de l’impératif,


à la 1re personne du pluriel.

1. être 3. apporter 5. avoir 7. inspirer


2. arriver 4. contribuer 6. développer 8. tenir

1 Soyons efcaces. 2 Arrivons bien préparés à

ce rassemblement pour la planète. 3 Apportons des solutions.


4 Contribuons à la croissance de ce mouvement. 5 Ayons

une vision, 6 développons un plan. 7 Inspirons les générations

futures. 8 Tenons compte de l’environnement.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE MODE IMPÉRATIF 189


4 Complétez le texte suivant en écrivant les verbes au présent de l’impératif,
à la 2e personne du pluriel.

1. dire 3. partager 5. être 7. discuter 9. hésiter


2. savoir 4. faire 6. intervenir 8. suggérer 10. oublier

1 Dites ce que vous pensez, c’est important. 2 Sachez

que votre opinion compte. 3 Partagez vos idées, 4 faites

en sorte que le monde devienne meilleur. 5 Soyez prêts à

vous impliquer. Quand des multinationales prennent des décisions qui

compromettent l’avenir de la planète (et le vôtre), 6 intervenez !


7 Discutez -en, 8 suggérez des solutions.

N’ 9 hésitez pas à poser des questions. N’ 10 oubliez pas

que l’avenir vous appartient.

5 Écrivez les verbes suivants au présent et au passé de l’impératif, à la 2e personne


du pluriel.

Verbe Présent de l’impératif Passé de l’impératif

1. porter portez ayez porté

2. sauter sautez ayez sauté

3. courir courez ayez couru

4. franchir franchissez ayez franchi

5. partir partez soyez partis

6. prendre prenez ayez pris

7. rendre rendez ayez rendu

8. lire lisez ayez lu

9. sortir sortez soyez sortis

10. faire faites ayez fait

11. dormir dormez ayez dormi

12. voir voyez ayez vu

190 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Le mode subjonctif
À RETENIR
!
Le présent du subjonctif On emploie
le mode
Terminaisons de TOUS les verbes, sauf avoir et être subjonctif dans
une phrase
aimer crier revenir voir
subordonnée
-e1 aime
que j’ que je cri e que je revienne que je voie pour présenter
1 un fait qu’on
-es que tu aim es que tu cri es que tu reviennes que tu voies envisage.
1
-e qu’il aim e qu’il cri e qu’il revienne qu’il voie
-ions que nous aim ions que nous cri ions que nous revenions que nous voyions
-iez que vous aim iez que vous cri iez que vous reveniez que vous voyiez
1
-ent qu’ils aim ent qu’ils cri ent qu’ils reviennent qu’ils voient

1. Dans ces terminaisons, le e est muet.

Remarques

1. Les verbes avoir et être ne suivent pas ce modèle.


2. Au présent du subjonctif, il y a toujours un e dans la terminaison des trois personnes
du singulier, sauf pour les verbes avoir et être.
3. Sauf pour les verbes avoir et être, il y a toujours un i dans la terminaison du présent
du subjonctif aux 1re et 2e personnes du pluriel. Si le radical se termine par i,
il y aura donc deux i de suite.
4. Les verbes en -e(*)er, comme acheter, et en -é(*)er, comme céder, changent ce -e ou
ce -é en -è devant un e muet.
Ex. : que j’achète, que tu achètes ; qu’il cède, qu’ils cèdent
5. Les verbes appeler (interpeler, rappeler) et jeter (projeter, rejeter) doublent le -l ou le -t
devant un e muet.
Ex. : que j’appelle, que tu appelles, que nous appelions ; qu’il jette, que vous jetiez, qu’ils jettent
6. Au singulier, les verbes couvrir, cueillir, offrir, ouvrir, souffrir et leurs dérivés prennent
la terminaison des verbes en -er : que je couvre, que tu cueilles, qu’il offre.

Le passé du subjonctif
1 Le passé du subjonctif est un temps composé. Il est formé de l’auxiliaire avoir
ou être au présent du subjonctif et du participe passé du verbe conjugué.
aimer sortir
que j’ aie aimé que je sois sorti
que tu aies aimé que tu sois sorti
qu’il ait aimé qu’il soit sorti
que nous ayons aimé que nous soyons sortis
que vous ayez aimé que vous soyez sortis
qu’ils aient aimé qu’ils soient sortis

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE MODE SUBJONCTIF 191


1 Écrivez les verbes entre parenthèses au présent du subjonctif.

1. J’aimerais que tu (balayer) balaies / balayes le patio,


que tu (arroser) arroses les eurs et que tu
(remettre) remettes cette enveloppe au voisin.

2. Il est inutile que nous (aller) allions au théâtre ce soir.

3. Thalie aimerait qu’on (voir) voie son nouvel achat


et qu’on lui (dire) dise ce qu’on en pense.

4. Il serait préférable que vous vous (relaxer) relaxiez ,


que vous (fermer) fermiez les yeux et que vous
(dormir) dormiez un peu.

5. (créer) Il faut que je crée un nouveau logo et que


j’ (achever) achève cette présentation.

6. Je veux que tu me (permettre) permettes de sortir.

7. Elle veut que je (sentir) sente ce nouveau parfum et


que je l’ (essayer) essaie / essaye .

8. (porter) Le commandant exige que nous portions

un uniforme impeccable, que nous (cirer) cirions nos


chaussures et que nous le (saluer) saluions .

9. Il est nécessaire que je (faire) fasse ce devoir aujourd’hui.

10. Il faut que vous (étudier) étudiiez davantage et que vous


vous (rappeler) rappeliez ces notions.

11. Il vaudrait mieux qu’ils (repasser) repassent cet examen


et qu’ils le (réussir) réussissent .

12. J’aimerais que tu (appeler) appelles Tony et que tu le


(conduire) conduises au point de rencontre. Au belvédère, il
faudra que nous nous (installer) installions confortablement
et que nous (attendre) attendions en silence si nous voulons
apercevoir des oiseaux.

192 CONJUGAISON Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


13. Pour réussir cette soirée, il faut que Halima (faire) fasse

sa meilleure recette et que Victor (préparer) prépare

son dessert. Aussi, il serait nécessaire que les jumeaux


(nettoyer) nettoient la maison et que Myriam
(envoyer) envoie les invitations.

14. Il est vraiment dommage que nous ( jeter) jetions de


la nourriture et que nous nous (débarrasser) débarrassions

de la marchandise légèrement abîmée. Il faut que nous nous (habituer)


habituions à recycler !

15. Jeanne apprécierait que vous (apporter) apportiez des


vêtements de rechange. Il se pourrait que tu (avoir) aies

à marcher dans la boue et que tu te (salir) salisses .

2 Écrivez les verbes au présent et au passé du subjonctif.

Verbe Présent du subjonctif Passé du subjonctif

1. dormir Que je dorme Que j’ aie dormi


2. sentir Que tu sentes Que tu aies senti
3. recouvrir Qu’elle recouvre Qu’elle ait recouvert
4. céder Que nous cédions Que nous ayons cédé
5. devoir Qu’il doive Qu’il ait dû
6. entrer Qu’ils entrent Qu’ils soient entrés
7. plier Que vous pliiez Que vous ayez plié
8. venir Que tu viennes Que tu sois venu
9. payer Qu’il paie (paye) Qu’il ait payé
10. rendre Que nous rendions Que nous ayons rendu
11. vivre Que vous viviez Que vous ayez vécu
12. mettre Qu’elles mettent Qu’elles aient mis

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE MODE SUBJONCTIF 193


9 CONSTRUCTION DE LA PHRASE
ET PONCTUATION
La notion de phrase
PRÉALABLE

• Qu’est-ce qu’une phrase ? Selon ce qu’on observe, le mot phrase désigne


des réalités différentes.
– Quand on observe les « frontières » d’une phrase, c’est-à-dire ce qui signale
le début et la n d’une phrase, on parle de phrase graphique.
– Quand on observe la « construction » d’une phrase, c’est-à-dire les éléments
qui composent une phrase, on parle de phrase syntaxique.
• Une phrase graphique est une suite de mots qui commence par une
majuscule et se termine par un point (simple point, point d’interrogation,
point d’exclamation ou points de suspension).
Ex. : Depuis hier, le chat va bien : il mange avec appétit et sa respiration est normale.
Cet exemple comporte une seule phrase graphique. Cette phrase commence
par une lettre majuscule et se termine par un point.

• Une phrase syntaxique est une unité formée de blocs de mots qu’on appelle
constituants. Les constituants de la phrase syntaxique (P) sont les suivants.
– Sujet de phrase (S de P), un constituant obligatoire.
– Prédicat de phrase (Pr de P), un constituant obligatoire.
– Complément de phrase (C de P), un constituant non obligatoire.
P1 P2 P3
Ex. : Depuis hier, le chat va bien : il mange avec appétit et sa respiration est normale.
Cet exemple comporte trois phrases syntaxiques.
– P1 est formée de trois constituants : un complément de phrase,
un sujet de phrase et un prédicat de phrase.
– P2 et P3 sont formées chacune de deux constituants : un sujet de phrase
et un prédicat de phrase.
Remarque

Les termes phrase graphique et phrase syntaxique employés correctement permettent


de nommer avec précision ce qu’on observe.
Ex. : Depuis hier, le chat va bien : il mange avec appétit et sa respiration est normale .
Cette phrase graphique comporte trois phrases syntaxiques.

194 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Les fonctions dans la phrase
POUR SITUER

• Les fonctions remplies par les constituants de la phrase syntaxique sont


les suivantes. !
– Sujet de phrase (S de P), p. 195. Il importe de
distinguer les
– Prédicat de phrase (Pr de P), p. 198. fonctions
– Complément de phrase (C de P), p. 200. dans la
phrase
• On utilise le même terme pour désigner un constituant et sa fonction. (S de P, Pr de P,
Par exemple, sujet de phrase désigne le constituant et la fonction que remplit C de P) et
ce constituant dans la phrase. les fonctions
dans les
groupes de
À RETENIR mots (C du N,
CD du V, etc.).

La fonction de sujet de phrase


1 L’élément qui indique de qui ou de quoi on parle dans la phrase remplit
la fonction de sujet de phrase.
S de P
Ex. : Ce chien jappe fort.
De quoi parle-t-on dans cette phrase ? On parle de ce chien.
!
2 L’élément qui remplit la fonction de sujet de phrase peut être encadré par Avant de
c’est… qui ou ce sont… qui. Il peut aussi être remplacé par il, elle, ils, elles, repérer le sujet,
cela ou ça avant le verbe. on repère
le verbe.
il
c’est qui
Ex. : Ce soir encore, ce chien jappe fort.

3 La fonction de sujet de phrase peut être remplie, entre autres, par GInf, p. 130
les éléments suivants : GN, Pron., GInf.
GN-S de P GN-S de P
Ex. : Ce chien jappe fort. Les jappements de ce chien dérangent le voisinage.
Les groupes nominaux Ce chien et Les jappements de ce chien remplissent la fonction
de sujet de phrase.
Pron.-S de P Pron.-S de P
Ex. : De plus, il jappe sans arrêt. Cela dérange le voisinage. Heureusement,

Pron.-S de P Pron.-S de P
celui-ci semble plus calme. On l’apprécie davantage.
Les pronoms il, Cela, celui-ci et On remplissent la fonction de sujet de phrase.
GInf-S de P GInf-S de P
Ex. : Japper a plusieurs utilités pour le chien. Éloigner les menaces en est une.
Les groupes innitifs Japper et Éloigner les menaces remplissent la fonction de sujet
de phrase.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FONCTIONS DANS LA PHRASE 195
4 Le sujet de phrase est obligatoire. Si on l’efface, la phrase n’a pas de sens.
Ex. : Ces chiens jappent fort.
jappent fort.
Remarque

Dans les phrases de type impératif, il n’y a pas de sujet de phrase.


Ex. : Cesse de japper.

PREUVE À L’APPUI
!
Les pronoms Dans une phrase, un élément remplit la fonction de sujet de phrase s’il respecte
, , , et une des conditions suivantes.
remplissent
toujours la Condition 1 On peut encadrer l’élément par c’est… qui ou ce sont… qui.
fonction de
Condition 2 On peut remplacer l’élément par un des pronoms suivants :
sujet. On
n’a pas à le il, elle, ils, elles, cela ou ça avant le verbe.
prouver.
EXEMPLE Ce chien jappe fort depuis hier.

Afrmation Dans cette phrase, le GN Ce chien remplit la fonction de


sujet de phrase.
Preuve 1 Ce GN peut être encadré par C’est… qui.
C’est qui
Ce chien jappe fort depuis hier.
Preuve 2 Ce GN peut être remplacé par Il avant le verbe.
Il
Ce chien jappe fort depuis hier.

1 a) Dans les phrases suivantes, surlignez le sujet.


b) Montrez ensuite que chaque élément surligné remplit la fonction de sujet
de phrase. Pour cela, utilisez la preuve par encadrement et la preuve par
pronominalisation.
Exemple : Visiter un pays africain semblait enn possible.
• Encadrement : C’est visiter un pays africain qui semblait…
• Pronominalisation : Cela semblait…
1. L’Éthiopie, le Sénégal et le Kenya fascinaient Anne depuis toujours.
• Encadrement : C’est l’Éthiopie, le Sénégal et le Kenya qui fascinaient…
• Pronominalisation : Ils fascinaient…

196 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2. Après des mois de recherche et de réexion, Anne et son ami ont choisi
l’Éthiopie.
• Encadrement : … c’est Anne et son ami qui ont choisi…
• Pronominalisation : … ils ont choisi…

3. Organiser ce voyage hors des sentiers battus fut une aventure en soi.
• Encadrement : C’est organiser ce voyage hors de sentiers battus qui fut…
• Pronominalisation : Cela fut…

4. L’amharique, la langue de la majorité en Éthiopie, serait parlé par un peu plus


de 2,5 millions de personnes en dehors de ce pays.
• Encadrement : C’est l’amharique, la langue de la majorité en Éthiopie, qui serait…
• Pronominalisation : Il serait…

5. Addis-Abeba intéresse Anne et la région d’Amhara captive Léo.


• Encadrement : C’est Addis-Abeba qui intéresse… / c’est la région d’Amhara qui captive…
• Pronominalisation : Elle intéresse… / elle captive…

2 Ajoutez des sujets de phrase aux prédicats de phrase fournis ci-dessous. La sorte
d’élément à utiliser est notée entre parenthèses.

Exemple : (GN-S de P) La musique adoucit les mœurs.


(Pron.-S de P) Elle adoucit les mœurs.
(GInf-S de P) Écouter de la musique adoucit les mœurs.
Exemples de réponses.
1. (GN-S de P) L’atteinte de cet objectif vous semble impossible.
(Pron.-S de P) Cela vous semble impossible.
(GInf-S de P) Courir un marathon vous semble impossible.

2. (GN-S de P) Un souper trop copieux nuit au sommeil.


(Pron.-S de P) Cela nuit au sommeil.
(GInf-S de P) Trop manger le soir nuit au sommeil.

3. (GN-S de P) Cette lecture favorise la réexion.


(Pron.-S de P) Ceci favorise la réexion.
(GInf-S de P) Marcher en forêt favorise la réexion.

4. (GN-S de P) Cet insecticide est extrêmement dangereux.


(Pron.-S de P) Il est extrêmement dangereux.
(GInf-S de P) Texter au volant est extrêmement dangereux.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FONCTIONS DANS LA PHRASE 197
À RETENIR

La fonction de prédicat de phrase


1 Dans une phrase, l’élément qui indique ce qu’on dit à propos du sujet
remplit la fonction de prédicat de phrase.
Pr de P
Ex. : Ce chien jappe fort.
Que dit-on à propos du sujet Ce chien ? On dit qu’il jappe fort.

2 La fonction de prédicat de phrase est toujours remplie par un groupe verbal.


Autrement dit, un groupe verbal remplit toujours la fonction de prédicat
de phrase.
GV-Pr de P
Ex. : Ce chien jappe fort.
Le groupe verbal jappe fort remplit la fonction de prédicat de phrase.

3 Le prédicat de phrase est obligatoire. Si on l’efface, la phrase n’a plus de sens.


Ex. : Ce chien jappe fort.
Ce chien .

1 Dans les phrases ci-dessous, soulignez les prédicats.

Exemple : Au loin, dans les champs, des bernaches prenaient leur envol.

1. Les termes outarde et oie sauvage désignent la bernache du Canada.

2. Tout l’été, des bernaches ont occupé la petite plage de notre quartier ;
elles l’ont rendue impropre à la baignade.

3. Quand un visiteur allait sur la plage, les bernaches s’agitaient et fonçaient


sur lui.

4. Après plusieurs semaines d’observation de leur comportement, je comprends


mieux la fascination de Kiera pour ces grands oiseaux.

5. Les bernaches formeraient des couples unis pour la vie.

6. Plantes aquatiques, graminées et céréales composent l’essentiel du menu


végétarien de la bernache.

7. Kiera photographie les bernaches avec un puissant téléobjectif.

8. Le travail de Kiera gure dans un album.

198 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


2 a) Dans les phrases graphiques ci-dessous, mettez entre crochets les phrases
syntaxiques. Pour vous aider, commencez par repérer les verbes conjugués.
b) Dans chaque phrase syntaxique, séparez le sujet et le prédicat par une
barre oblique.
c) Au-dessus de chaque sujet, écrivez S de P. Au-dessus de chaque prédicat,
écrivez Pr de P.
S de P Pr de P S de P Pr de P
Exemple : [Mia/a éteint son téléphone], puis [elle/est allée à la piscine].

S de P Pr de P Pr de P S de P
1.[ J’ / ai encore oublié mon bonnet de bain ], [soupire / une Mia exaspérée ].
S de P Pr de P S de P
2.[ L’ eau de la piscine / dégage une forte odeur de chlore ] et [cela /
Pr de P
dérange Mia].
S de P Pr de P S de P
3.[ La situation / reviendra à la normale ] et [ les activités régulières /
Pr de P
reprendront ].
S de P Pr de P S de P
4.[ Quelques baigneuses / s’attardent dans le vestiaire]. [ Une d’ elles /
Pr de P S de P Pr de P
raconte des blagues]; [les autres / rient aux éclats ].
S de P Pr de P
5.[ Nager régulièrement / a permis à Mia de retrouver la forme ].

3 Récrivez les phrases de l’activité 2 en changeant tous les prédicats.

Exemple : Mia se lève en retard, puis elle rate son autobus.


Exemples de réponses.
1. J’ai échappé le ballon, murmure une Mia exaspérée.

2. L’eau de la piscine a une couleur étrange et cela inquiète les baigneurs.

3. La situation inquiète les autorités et les activités régulières sont suspendues.

4. Quelques baigneuses jasent dans le vestiaire. Une d’elles parle de son


chaton ; les autres l’écoutent avec intérêt.

5. Nager régulièrement garde le corps souple.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FONCTIONS DANS LA PHRASE 199
À RETENIR

La fonction de complément de phrase


1 Un élément qui complète [l’ensemble formé par le sujet et le prédicat]
remplit la fonction de complément de phrase. Cet élément ajoute une
précision à l’ensemble.
C de P
Ex. : [Ce chien jappe] depuis hier.
Quelle précision ajoute-t-on à [l’ensemble formé par le sujet et le prédicat] ?
Une précision de temps : depuis hier.
Remarque

Le complément de phrase sert à préciser le temps, la cause et le but, entre autres.

2 Le complément de phrase est facultatif, c’est-à-dire qu’il n’est pas obligatoire.


Quand on l’efface, la phrase perd en précision, mais elle reste bien construite.
Ex. : Ce chien jappe depuis hier.
Ce chien jappe.
Ex. : Ce chien jappe quand il a peur.
Ce chien jappe.
De plus, le complément de phrase est mobile : il peut être déplacé,
notamment en début de phrase.
Ex. : Ce chien jappe depuis hier.
Depuis hier, ce chien jappe.
Ex. : Ce chien jappe quand il a peur.
Quand il a peur, ce chien jappe.
Remarque

On isole par une virgule le complément de phrase placé en début de phrase.

3 La fonction de complément de phrase peut être remplie par divers éléments,


dont les suivants : GN, GPrép, GAdv, P sub. circ.
GN-C de P
Ex. : Ce chien jappe toute la journée.
Le groupe nominal toute la journée remplit la fonction de C de P. Il exprime le temps.
GPrép-C de P
Ce chien jappe pour te faire fuir.
Le groupe prépositionnel pour te faire fuir remplit la fonction de C de P.
Il exprime le but.
GAdv-C de P
Ce chien jappe aujourd’hui.
Le groupe adverbial aujourd’hui remplit la fonction de C de P. Il exprime le temps.
P sub. circ.-C de P
Ce chien jappe parce qu’il a peur.
La phrase subordonnée circonstancielle parce qu’il a peur remplit la fonction
de C de P. Elle exprime la cause.

200 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


PREUVE À L’APPUI

Dans une phrase, un élément remplit la fonction de complément de phrase


s’il respecte les conditions suivantes.
Condition 1 On peut l’effacer.
Condition 2 On peut le déplacer, notamment en début de phrase.

EXEMPLE A Dolorès sera à Rome dans trois jours.

Afrmation Dans cette phrase, dans trois jours remplit la fonction de C de P.


Preuve 1 Cet élément peut être effacé.
Dolorès sera à Rome.
Preuve 2 Cet élément peut être déplacé.
Dans trois jours, Dolorès sera à Rome.

EXEMPLE B Nadia sera à Rome.

Afrmation Dans cette phrase, à Rome ne remplit pas la fonction de C de P.


Preuve 1 Cet élément ne peut pas être effacé.
Nadia sera.
Preuve 2 Cet élément ne peut pas être déplacé.
À Rome Nadia sera.

1 a) Indiquez si les éléments soulignés remplissent ou non la fonction de complément


de phrase. Quand la démonstration produit une phrase fautive comme dans
l’exemple 2, dessinez un symbole d’erreur ( ).
b) Indiquez la sorte de chaque C de P repéré : GN, GPrép, GAdv, P sub. circ.
GPrép
Exemple 1 : Claudie ira à Liverpool dans quelques semaines.

Afrmation L’élément dans quelques semaines remplit la fonction de C de P.


Preuve 1 Cet élément peut être effacé.
Claudie ira à Liverpool.
Preuve 2 Cet élément peut être déplacé.
Dans quelques semaines, Claudie ira à Liverpool.

Exemple 2 : Claudie ira à Liverpool.

Afrmation L’élément à Liverpool ne remplit pas la fonction de C de P.


Preuve 1 Cet élément ne peut pas être effacé.
Claudie ira.
Preuve 2 Cet élément ne peut pas être déplacé.
À Liverpool Claudie ira.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FONCTIONS DANS LA PHRASE 201
P sub. circ.
1. Claudie a choisi Liverpool parce que son père y est né.
Afrmation L’élément parce que son père y est né remplit la fonction de C de P.

Preuve 1 Cet élément peut être effacé.

Claudie a choisi Liverpool.

Preuve 2 Cet élément peut être déplacé.

Parce que son père y est né, Claudie a choisi Liverpool.

GPrép
2. Cette ville touristique est associée au succès des Beatles depuis les années 1960.
Afrmation L’élément depuis les années 1960 remplit la fonction de C de P.

Preuve 1 Cet élément peut être effacé.

Cette ville touristique est associée au succès des Beatles.

Preuve 2 Cet élément peut être déplacé.

Depuis les années 1960, cette ville touristique est associée

au succès des Beatles.

3. Liverpool est située en Angleterre.


Afrmation L’élément en Angleterre ne remplit pas la fonction de C de P.

Preuve 1 Cet élément ne peut pas être effacé.

Liverpool est située.

Preuve 2 Cet élément ne peut pas être déplacé.

En Angleterre Liverpool est située.

4. Immatriculé à Liverpool, le tristement célèbre paquebot Titanic portait le nom

de cette ville sur sa poupe.


Afrmation L’élément sur sa poupe ne remplit pas la fonction de C de P.

Preuve 1 Cet élément ne peut pas être effacé.

Immatriculé à Liverpool, le tristement célèbre paquebot

Titanic portait le nom de cette ville.

Preuve 2 Cet élément ne peut pas être déplacé.

Sur sa poupe immatriculé à Liverpool, le tristement

célèbre paquebot Titanic portait le nom de cette ville.

202 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


GAdv
5. Claudie a reçu son passeport aujourd’hui.
Afrmation L’élément aujourd’hui remplit la fonction de C de P.

Preuve 1 Cet élément peut être effacé.

Claudie a reçu son passeport.

Preuve 2 Cet élément peut être déplacé.

Aujourd’hui, Claudie a reçu son passeport.

2 Ajoutez des compléments de phrase différents à chaque ensemble formé d’un


sujet de phrase et d’un prédicat de phrase. La sorte d’élément à utiliser est notée
entre parenthèses.
Exemple : (GN-C de P) Nous étudions l’italien le dimanche .
(GPrép-C de P) Nous étudions l’italien pour le plaisir .
(GAdv-C de P) Nous étudions l’italien aujourd’hui .
Exemples de réponses.
1. (GN-C de P) Henri revient mardi matin .
(GPrép-C de P) Henri revient dans un mois .
(GAdv-C de P) Henri revient bientôt .

2. (GN-C de P) Vos parents étaient en congé cette semaine .


(GPrép-C de P) Vos parents étaient en congé pendant une semaine .
(GAdv-C de P) Vos parents étaient en congé hier .

3. (GN-C de P) La chatte a mis bas vendredi dernier .


(GPrép-C de P) La chatte a mis bas depuis peu .
(GAdv-C de P) La chatte a mis bas avant-hier .

4. (GN-C de P) La pluie tombera toute la nuit .


(GPrép-C de P) La pluie tombera avant la nuit .
(GAdv-C de P) La pluie tombera demain .

5. (GN-C de P) Josianne partira le mois prochain .


(GPrép-C de P) Josianne partira dès demain .
(GAdv-C de P) Josianne partira tantôt .

6. (GN-C de P) Cette fois , elle sourit.


(GPrép-C de P) Après cet émouvant récit , elle sourit.
(GAdv-C de P) Là , elle sourit.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FONCTIONS DANS LA PHRASE 203
3 Récrivez les trois phrases données en exemples dans l’activité 2 en déplaçant
le complément de phrase en tête de phrase. Pensez à la virgule !

• Le dimanche, nous étudions l’italien.


• Pour le plaisir, nous étudions l’italien.
• Aujourd’hui, nous étudions l’italien.

4 Ajoutez trois compléments de phrase différents à chaque ensemble formé


d’un sujet de phrase et d’un prédicat de phrase.
• Le premier commencera par dès que.
• Le deuxième commencera par parce que.
• Le troisième commencera par pour que.
Exemple : Zoé joue avec son chien dès qu’elle le peut .
Zoé joue avec son chien parce que cela la détend .
Zoé joue avec son chien pour qu’il dépense son énergie .
Exemples de réponses.
1. Sacha se repose dès que les enfants partent pour l’école .
Sacha se repose parce qu’ il a beaucoup travaillé .
Sacha se repose pour que son corps malade guérisse .

2. Nous déménagerons à la campagne dès que cela sera possible .


Nous déménagerons à la campagne parce que la ville est trop bruyante .
Nous déménagerons à la campagne pour que notre qualité de vie s’améliore .

3. Une alarme retentit dès qu’ on pousse cette porte .


Une alarme retentit parce que quelqu’un a ouvert la porte .
Une alarme retentit pour que les responsables interviennent .

5 Dans le texte ci-dessous, soulignez les cinq compléments de phrase.


1 2
Tous les jours, on nettoie sa peau pour éviter l’accumulation de sueur,
3
de poussière, de peaux mortes et de sébum. Lorsque la peau est négligée,

certaines bactéries prolifèrent et causent de mauvaises odeurs. Un bon


4
nettoyage avec un savon doux règle le problème ! An de prévenir les
5
cancers de la peau, on limite l’exposition de sa peau au soleil. Les jours

de grand soleil, on porte un chapeau, des lunettes de soleil et des vêtements

qui couvrent le corps.

Adapté de Inés Escrivá et collab., ADN, Science et technologie, Chenelière Éducation, 2012, p. 186.

204 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Le modèle de la PHRASE DE BASE
À RETENIR

1 Le modèle de la phrase de base est un outil d’analyse. En effet, on compare


à ce modèle les phrases qu’on lit ou qu’on écrit. Cet exercice de comparaison
permet de constater des ressemblances et des différences de construction
entre le modèle et ces phrases.
2 Le modèle de la phrase de base est le suivant.
Sujet de phrase + Prédicat de phrase + (Complément de phrase)
Les parenthèses indiquent que le complément de phrase n’est pas obligatoire.

Selon ce modèle, la phrase de base comprend les constituants suivants.


• Deux constituants obligatoires : le sujet de phrase et le prédicat de phrase.
• Un constituant facultatif : le complément de phrase.
3 Pour être conforme au modèle de la phrase de base, une phrase doit avoir
quelques caractéristiques dont les suivantes.
• Avoir un sujet et un prédicat, placés dans cet ordre.
• Être de type déclaratif et de formes positive, active, neutre, personnelle.
• Être syntaxiquement autonome (elle peut exister seule).
Ex. : Nico ira au cinéma.
Nico ira au cinéma demain.
Ces deux phrases sont conformes au modèle de la phrase de base.
Elles comprennent les deux constituants obligatoires placés dans le bon
ordre. Elles sont de type déclaratif et de formes positive, active, neutre,
personnelle. Elles peuvent exister seules.

4 La plupart des phrases sont transformées par rapport au modèle


de la phrase de base.
Ex. : Est-ce que Nico ira au cinéma ?
Par rapport au modèle de la phrase de base, on a ajouté la marque interrogative
Est-ce que, ce qui a changé le type de la phrase. Types de
phrases, p. 206
Ex. : Nico n’ira pas au cinéma.
Par rapport au modèle de la phrase de base, on a ajouté la marque négative
n’… pas, ce qui a changé une des formes de la phrase. Formes de
la phrase, p. 214
Ex. : N’allez pas au cinéma.
Par rapport au modèle de la phrase de base, on a une marque impérative : un verbe
à l’impératif (allez). Cela a changé le type de la phrase. On a également ajouté
la marque négative N’… pas, ce qui a changé une des formes de la phrase.

5 Certaines phrases ont une construction tellement particulière qu’on ne Phrases à


les compare pas avec le modèle de la phrase de base. Ce sont les phrases construction
à présentatif, les phrases innitives et les phrases non verbales. particulière,
p. 224
Ex. : Voici le lm à l’afche. (Phrase à présentatif.)
Garder le silence durant la projection. (Phrase innitive.)
Grandiose, ce lm ! (Phrase non verbale.)

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LE MODÈLE DE LA PHRASE DE BASE 205


Les types de phrases
À RETENIR

• Il y a quatre types de phrases :


– la phrase déclarative ;
– la phrase exclamative ;
– la phrase interrogative ;
– la phrase impérative.
• Une phrase est d’un seul type : elle est déclarative ou exclamative ou
interrogative ou impérative.
• On différencie les types de phrases à l’aide de marques particulières.
La phrase déclarative est la seule qui ne possède aucune marque particulière.
Ex. : Sarah fait du vélo. [Aucune marque particulière P déclarative.]
Comme son vélo est beau ! [Présence d’une marque exclamative P exclamative.]
Sarah fait-elle du vélo ? [Présence d’une marque interrogative P interrogative.]
Pédale plus vite. [Présence d’une marque impérative P impérative.]
Remarque

C’est la présence ou l’absence d’une marque syntaxique exclamative, interrogative ou


impérative qui permet de distinguer précisément les types de phrases. L’intention de
communication (La phrase sert à…) et la ponctuation nale ne sont pas des critères
sufsants pour faire cette distinction.

La phrase déclarative
1 La phrase déclarative est une phrase non marquée : elle se construit
sans marque particulière.
Ex. : Sarah fait du vélo.
Sa nouvelle bicyclette est rangée dans la remise.

2 La phrase déclarative se termine généralement par un point.

La phrase exclamative
1 La phrase exclamative contient une marque exclamative (que, comme,
quel, que de, combien, etc.).
Ex. : Que son vélo est beau !
Comme elle a l’air en forme !
Quelle chance tu as !
Que de difcultés nous avons vaincues !

2 La phrase exclamative se termine toujours par un point d’exclamation.


Le point d’exclamation marque la vivacité des émotions ou des sentiments exprimés.

206 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


La phrase interrogative
1 La phrase interrogative contient une marque interrogative.
Ex. : Est-ce que Sarah fait du vélo ?
Fait-elle du vélo ?
Quand Sarah fait-elle du vélo ?

2 Les principales marques interrogatives sont les suivantes.


Principales marques interrogatives Phrases interrogatives

1. Déplacement du pronom sujet après le verbe Fait-il du ski ?


On met un trait d’union entre le verbe et ce pronom.

2. Ajout, après le verbe, d’un pronom qui Carl fait-il du ski ?


reprend le sujet
On met un trait d’union entre le verbe et ce pronom.

3. Ajout de Est-ce que en début de phrase Est-ce que Carl fait du ski ?
4. Emploi d’un mot interrogatif (qui, quel, où, Qui fait du ski ?
quand, pourquoi, etc.) en début de phrase Lequel fait du ski ?
Dans certains cas, on déplace le sujet après le verbe. Que fait Carl ?
Que fait-il ?
Dans certains cas, on ajoute un pronom qui reprend Où Carl fait-il du ski ?
le sujet. Quand Carl fait-il du ski ?
Pourquoi Carl fait-il du ski ?
On met un trait d’union entre le verbe et le pronom.

Remarques
1. Dans la phrase interrogative, on met un trait d’union entre le verbe et le pronom
dans les cas suivants.
• Quand le pronom sujet est placé après le verbe.
Ex. : As -tu tes skis ?
Quand fais-tu du ski ?
• Quand le pronom placé après le verbe reprend le sujet.
Ex. : Chloé veut-elle skier ?
Tes amis prennent-ils ce sentier ?
2. Dans la phrase interrogative, on place -t- entre le verbe et le pronom quand
!
le verbe se termine par une voyelle et que le pronom commence par une voyelle.
Ce -t- facilite la prononciation. Le se
Ex. : A-t-il ses skis ?
nomme
Joue-t-elle dans la neige ?
Va-t-on skier ?

3 La phrase interrogative se termine toujours par un point d’interrogation.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES TYPES DE PHRASES 207


La phrase impérative
Impératif, 1 La phrase impérative contient une marque impérative: un verbe à l’impératif.
p. 188 Elle n’a donc pas de sujet.
Ex. : Pédale plus vite.
Va à l’école !
Allons au marché.
Ne lisez pas ce roman.

2 Dans une phrase impérative positive, la position du pronom personnel


complément du verbe par rapport au verbe n’est pas la même que dans
une phrase impérative négative.
Dans une phrase impérative positive, le pronom personnel complément
du verbe se place après le verbe. Il y a alors un trait d’union entre le verbe
et ce pronom.
Ex. : Regarde-moi.
Lis-le.
Parlez-lui.
Prenons-en.
Allez-y.
Remarque
On ne met pas de trait d’union entre le verbe et le pronom complément placé
après le verbe quand ce pronom n’est pas un pronom personnel.
Ex. : Regarde cela.
Réparons le mien.

Phrase de Dans une phrase impérative négative, le pronom personnel complément


forme négative, du verbe se place avant le verbe.
p. 214
Ex. : Ne me regarde pas. Regarde-moi pas.
Ne le lis pas. Lis-le pas.
Ne lui parle pas. Parle-z’-y pas.
N’en prenons pas. Prenons-en pas.
N’y allez pas. Allez-y pas.
Remarque
Dans la phrase impérative négative, les pronoms personnels moi et toi font me et te.
Ex. : Regarde-moi. Ne me regarde pas.
Sauve-toi ! Ne te sauve pas !

208 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 Dans la phrase impérative à deux pronoms compléments du verbe,
l’ordre des pronoms est le suivant. CD du V, p. 129
Dans la phrase impérative positive, le pronom remplissant la fonction CI du V, p. 134
de CD du V se place avant le pronom remplissant la fonction de CI du V.
CD du V CI du V !
Ex. : Donne-la-moi. [Donne qqch. (la) / à qqn (moi).] Donne-moi-la. Il y a alors des
traits d’union.
CD du V CI du V
Ex. : Prêtez-les-nous. [Prêtez qqch. (les) / à qqn (nous).] Prêtez-nous-les.

Dans la phrase impérative négative, le pronom remplissant la fonction


de CI du V se place avant le pronom remplissant la fonction de CD du V.
CD du V CI du V
Ex. : Ne me la donne pas. [Donne qqch. (la) / à qqn (me).] Donne-moi-la pas.
CD du V CI du V
Ex. : Ne nous le dites pas [Dites qqch. (le) / à qqn (nous).] Dites-nous-le pas.
Remarque
Cela ne vaut pas pour les pronoms lui et leur qui se placent en deuxième sauf
devant en.
Ex. : Ces livres sont endommagés. Ne les lui prêtez pas.
Tes amis ont besoin de ta conance. Ne la leur retire pas.
Il veut des balles. Ne lui en prête pas.

Peu importe que la phrase impérative soit positive ou négative,


les pronoms en et y viennent toujours en deuxième.
Ex. : Ce mets est délicieux. Servez-leur-en. / Donnez-lui-en. / Gardez-m’en.
Ce mets est empoisonné. Ne lui en donnez pas ! / Ne m’en donnez pas !
C’est une personne honnête. Fiez-vous-y.
C’est une personne malhonnête. Ne vous y ez pas. / Ne t’y e pas.
Remarque
Devant en et y, les pronoms moi (me) et toi (te) font m’ et t’.
Ex. : Donnez-m’en. Donnez-moi-z-en.
Ne t’y e pas. Fie-toi-z-y pas.

4 La phrase impérative se termine par un point ou un point d’exclamation.


Le point d’exclamation marque l’insistance, dans le cas d’un ordre, ou l’intensité
des sentiments exprimés.

1 a) Pour chacune des phrases suivantes, indiquez s’il s’agit d’une phrase déclarative,
interrogative, impérative ou exclamative.
b) S’il y a lieu, soulignez la marque syntaxique déterminant le type de la phrase.

Exemple : Comme il fait froid ! Exclamative


1. Est-ce que la neige arrivera bientôt ? Interrogative

2. Tricotez-moi un foulard bien chaud. Impérative

3. J’espère que nous aurons un Noël blanc. Déclarative

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES TYPES DE PHRASES 209


4. Tu emballes les cadeaux de Marilou. Déclarative

5. Emballe tout cela maintenant ! Impérative

6. Quand décorerons-nous le sapin ? Interrogative

7. Que de plaisir les fêtes m’apportent ! Exclamative

2 Pourquoi la phrase Tu veux un café ? n’est-elle pas de type interrogatif ?


Exemple de réponse.
Cette phrase n’est pas de type interrogatif parce qu’elle ne contient aucune

marque syntaxique interrogative. La ponctuation nale ne détermine pas le type.

3 Pourquoi la phrase Partons ! est-elle de type impératif ?


Exemple de réponse.
Cette phrase est de type impératif parce qu’elle contient une marque

impérative : un verbe à l’impératif. La ponctuation nale ne détermine pas

le type.

4 À partir de chacun des énoncés suivants, rédigez trois phrases interrogatives


différentes. Variez les marques interrogatives utilisées. Ajoutez les traits d’union
là où ils sont nécessaires.
Exemple : Le virus de la grippe frappe davantage en hiver.
• Le virus de la grippe frappe-t-il davantage en hiver ?
• Est-ce que le virus de la grippe frappe davantage en hiver ?
• Quand le virus de la grippe frappe-t-il ?
Exemples de réponses.
1. Ces épidémiologistes étudient la progression du virus de la grippe.
• Ces épidémiologistes étudient-ils la progression du virus de la grippe ?
• Est-ce que ces épidémiologistes étudient la progression du virus de la grippe ?
• Qui étudie la progression du virus de la grippe ? / Qu’étudient ces
épidémiologistes ? / Quel virus ces épidémiologistes étudient-ils ?
2. Le virus se propage plus facilement parce que les gens restent à l’intérieur.
• Le virus se propage-t-il plus facilement parce que les gens restent à l’intérieur ?
• Est-ce que le virus se propage plus facilement parce que les gens restent
à l’intérieur ?
• Pourquoi le virus se propage-t-il plus facilement ?

3. Le froid représente un stress pour l’organisme.


• Le froid représente-t-il un stress pour l’organisme ?
• Est-ce que le froid représente un stress pour l’organisme ?
• Que représente le froid pour l’organisme ? Qu’est-ce qui représente un stress
pour l’organisme ?
210 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
4. Nos défenses immunitaires sont affaiblies par ce stress.
• Nos défenses immunitaires sont-elles affaiblies par ce stress ?
• Qu’est-ce qui affaiblit nos défenses immunitaires ?
• Qu’est-ce qui est affaibli par ce stress ?

5. Certains se questionnent sur l’efcacité du vaccin antigrippal.


• Se questionne-t-on sur l’efcacité du vaccin antigrippal ?
• Est-ce que le vaccin antigrippal est efcace ?
• Qui se questionne sur l’efcacité du vaccin antigrippal ?

5 Transformez les phrases impératives positives en phrases impératives négatives.

Exemple : Parle-nous-en. Ne nous en parle pas.


1. Suspends-la ici. Ne la suspends pas ici.

2. Absentez-vous mardi. Ne vous absentez pas mardi.

3. Faites-nous rire. Ne nous faites pas rire.

4. Tends-leur un piège. Ne leur tends pas de piège.

5. Présentons-la-lui. Ne la lui présentons pas.

6. Étends-toi sur la civière. Ne t’étends pas sur la civière.

7. Courez-y ! N’y courez pas !

8. Parle-leur-en. Ne leur en parle pas.

6 Récrivez les phrases impératives ci-dessous en remplaçant par un pronom chaque


groupe complément du verbe souligné. Ajoutez les traits d’union là où il en faut.

Exemple : Propose tes services à la gérante. Propose-lui tes services.


Propose tes services à la gérante. Propose-les à la gérante.
Propose tes services à la gérante. Propose-les-lui.
1. Racontez vos meilleures blagues à Thomas.
Racontez-lui vos meilleures blagues.

Racontez vos meilleures blagues à Thomas.


Racontez-les à Thomas.

Racontez vos meilleures blagues à Thomas.


Racontez-les-lui.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES TYPES DE PHRASES 211


2. Ne racontez pas vos meilleures blagues à Thomas.
Ne lui racontez pas vos meilleures blagues.

Ne racontez pas vos meilleures blagues à Thomas.


Ne les racontez pas à Thomas.

Ne racontez pas vos meilleures blagues à Thomas.


Ne les lui racontez pas.

3. Offrez l’hospitalité à ces voyageurs égarés.


Offrez-la à ces voyageurs égarés.

Offrez l’hospitalité à ces voyageurs égarés.


Offrez-leur l’hospitalité.

Offrez l’hospitalité à ces voyageurs égarés.


Offrez-la-leur.

4. Offrez des livres à ces enfants.


Offrez-en à ces enfants.

Offrez des livres à ces enfants.


Offrez-leur des livres.

Offrez des livres à ces enfants.


Offrez-leur-en.

5. N’offrez pas de friandises à ces enfants.


N’en offrez pas à ces enfants.

N’offrez pas de friandises à ces enfants.


Ne leur offrez pas de friandises.

N’offrez pas de friandises à ces enfants.


Ne leur en offrez pas.

6. Va chez tes grands-parents et apporte des contures à ta grand-mère.


Vas-y et apporte-lui des contures.

7. Ne va plus chez tes grands-parents en passant par la forêt.


N’y va plus en passant par la forêt.

212 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


SYNTHÈSE
7 Erreurs à corriger Analysez les phrases ci-dessous.
a) Parmi ces phrases, quatre sont correctement construites et ponctuées.
Dans la colonne Code, inscrivez A pour ces phrases.
b) Les autres phrases contiennent au moins une erreur de construction ou
de ponctuation. Dans la colonne Code, notez la lettre ou les lettres décrivant
les erreurs. Dans la dernière colonne, récrivez les phrases en les corrigeant.

A Phrase sans erreur.


B Ponctuation nale manquante ou erronée.
C Trait d’union manquant.
D Déplacement du sujet oublié dans une P interrogative.
E Pronom complément mal placé par rapport au verbe dans une P impérative.
F Ne oublié dans une P impérative négative.
G Pronoms compléments placés dans le mauvais ordre dans une P impérative.

Phrase à analyser Code Correction

Exemple : Parle moins fort B Parle moins fort.


Exemple : Parle moi pas. E, F Ne me parle pas.
1. Prête-moi-le. G Prête-le-moi.

2. Veux-tu un biscuit. B Veux-tu un biscuit ?

3. Demande-m’en, des conseils. A —

4. Montre-moi-la. G Montre-la-moi.

5. Pourquoi tu veux partir ? D Pourquoi veux-tu partir ?

6. Appuie-toi sur le dossier. A —

7. Ne t’y appuie pas. A —

8. Lisez vous l’italien ? C Lisez-vous l’italien ?

9. Aidez-moi pas. E, F Ne m’aidez pas.

10. Ferme la porte B Ferme la porte.

11. Ferme la ! C Ferme-la !

12. Comme c’est beau. B Comme c’est beau !

13. Quand ouvre-t-on la porte ? A —

14. Ferme pas la porte. F Ne ferme pas la porte.

15. Combien vous serez ? D Combien serez-vous ?

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES TYPES DE PHRASES 213


Les formes de la phrase
À RETENIR

• Une phrase présente toujours une combinaison de quatre formes.


Elle est : 1) positive OU négative ;
et
2) active OU passive ;
et
3) neutre OU emphatique ;
et
4) personnelle OU impersonnelle.
• On reconnaît les formes de la phrase à certaines marques.

La phrase de forme positive ou de forme négative


1 Une phrase est de forme positive OU de forme négative.
• La phrase négative contient une marque de négation.
• La phrase positive n’en contient pas.
Ex. :
Phrase de forme positive Phrase de forme négative

Mes amis sont là. Mes amis ne sont pas là.


Tu as attendu longtemps. Tu n’as pas attendu longtemps.
Sam regarde la télévision. Sam ne regarde plus la télévision.

2 En général, la marque de négation est formée du mot ne (n’) et d’un autre


terme négatif.
Marques de négation Phrases négatives

ne… pas Je ne ris pas. Je n’ai pas ri.


ne… plus Ils ne volent plus. Ils n’ont plus volé.
ne… jamais Médor ne mord jamais. Médor n’a jamais mordu.
ne… nul Tu ne vis nul regret. Tu n’es allé nulle part.
ne… aucun Lia ne lit aucun texte. Lia n’a lu aucune phrase.
ne… personne Je ne vois personne. Je n’ai vu personne.
ne… rien Elle ne fait rien. Elle n’a rien fait.
aucun… ne Aucun enfant ne dort. Aucune enfant n’a dormi.
nul… ne Nul arbre ne pousse. Nulle plante n’a poussé.
pas un… ne Pas une élève ne sort. Pas un élève n’est sorti.
aucun ne Aucune ne sourit. Aucun n’a eu raison.
nul ne Nulle ne parle. Nul n’a parlé.
pas un ne Pas un ne veut y aller. Pas une n’a voulu y aller.
personne ne Personne ne me voit. Personne n’a vu Lia.
rien ne Rien ne se passe. Rien n’est arrivé.

214 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 La phrase positive et la phrase négative peuvent se combiner avec tous Types de
les types de phrases. phrases, p. 206

Phrase de forme positive Phrase de forme négative Type de phrase

Tu joues dans la neige. Tu ne joues pas dans la neige. Déclarative


Joues-tu dans la neige ? Ne joues-tu pas dans la neige ? Interrogative
Joue dans la neige. Ne joue pas dans la neige. Impérative
Qu’elle aime la neige ! Qu’elle n’aime pas la neige ! Exclamative

4 Voici deux erreurs courantes à corriger dans les phrases de forme négative.
ERREUR A Omission de la marque de négation ne
dans la phrase négative.

Ex. : J’ai pas faim.


Problème Le ne de la négation a été omis dans cette phrase négative.
Solution Ajouter le ne (n’) qui manque : Je n’ai pas faim.

Ex. : On écoute pas.


Problème Le ne de la négation a été omis dans cette phrase négative.
(À l’oral, la liaison entre on et écoute masque l’erreur.)
Solution Ajouter le ne (n’) qui manque : On n’écoute pas.

ERREUR B Ajout inutile du mot pas.

Ex. : Il n’y a pas personne ici.


Problème Le mot pas est inutile, puisque la marque de négation
ne… personne est complète.
Solution Enlever le pas en trop : Il n’y a personne ici.

Remarque
Il arrive que les deux erreurs se combinent.
Ex. : Il y a pas personne ici. Correction : Il n’y a personne ici.

1 a) Transformez chacune des phrases positives ci-dessous en deux phrases négatives


différentes. Pour cela, variez les marques de négation utilisées.
b) Soulignez les marques de négation dans vos phrases.

Exemple : Le chien aboie. Le chien n’aboie jamais.


Aucun chien n’aboie.
Exemples de réponses.
1. Le téléphone sonne. Le téléphone ne sonne pas.

Aucun téléphone ne sonne.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FORMES DE LA PHRASE 215


2. Tous les écrans s’allument. Aucun écran ne s’allume.

Pas un écran ne s’allume.

3. Quelqu’un court dans le couloir. Personne ne court dans le couloir.


Nul ne court dans le couloir.

4. On a vu une étrange créature. On n’a pas vu d’étrange créature.

Personne n’a vu d’étrange créature.

5. Un ovni a été repéré. Aucun ovni n’a été repéré.

Pas un ovni n’a été repéré.

6. Un journaliste s’intéresse à cela. Pas un journaliste ne s’intéresse à cela.

Nul journaliste ne s’intéresse à cela.

2 Lisez les deux phrases suivantes.


P1 On n’étudie pas assez.
P2 On étudie dans l’autobus.
a) Quelle différence de prononciation percevez-vous entre On n’étudie et On étudie ?
Aucune différence.

b) Pourquoi faut-il n’ après On dans P1 mais pas dans P2 ?


Parce que P1 est à la forme négative tandis que P2 est à la forme positive.

c) Pourquoi est-il si facile d’oublier n’ après On dans une phrase comme P1?
C’est à cause de la liaison qu’on fait entre On et un mot comme étudie

qui commence par une voyelle.

3 a) Dans les parenthèses, indiquez si les phrases suivantes sont à la forme positive
ou à la forme négative.
b) Là où il le faut, ajoutez n’ après On.
c) Dans les phrases négatives, encadrez les marques de négation.

Exemple : On avance dans la forêt. (positive)


On n’ avance pas vite. ( négative)
1. On n’ est jamais trop prudent. ( négative )
2. On est à Paris pour trois semaines. ( positive )
3. On attend la n des hostilités. ( positive )
4. On apprend une autre mauvaise nouvelle. ( positive )

216 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


5. On n’ a personne pour veiller sur les malades. ( négative )
6. On n’ avait pourtant rien demandé. ( négative )
7. On n’ apporte aucun sac dans la voiture. ( négative )
8. On espère nir avant la nuit. ( positive )
9. On n’ espère plus nir avant la nuit. ( négative )
10. Cette fois, on espère obtenir plus de succès. ( positive )

X ERREURS À CORRIGER
4 Analysez les phrases ci-dessous.
a) Parmi ces phrases, certaines sont correctement construites. Dans la colonne
Code, inscrivez A pour ces phrases.
b) Les autres phrases contiennent au moins une erreur. Dans la colonne Code,
notez la lettre ou les lettres décrivant chaque erreur.
c) Récrivez les phrases fautives en les corrigeant.
d) Dans toutes les phrases négatives corrigées, soulignez les mots de négation.

A Phrase sans erreur.


B La négation ne (n’) est manquante.
C La négation pas est en trop.

Phrase à analyser Code Correction

Ex. : On n’a pas rien entendu. C On n’a rien entendu.


1. On arrive jamais à l’heure. B On n’arrive jamais à l’heure.

2. Rien est décidé. B Rien n’est décidé.

3. Je n’en sais rien. A —

4. J’en ai un. A —

5. J’en ai pas. B Je n’en ai pas.

6. On n’a pas vu personne. C On n’a vu personne.

7. Personne ne répond à l’appel. A —

8. Il y a pas rien à voir. Circulez ! B, C Il n’y a rien à voir. Circulez !

9. On avance dans le noir. A —

10. Elle veut rien dire. B Elle ne veut rien dire.

11. Elle n’entend pas bien. A —

12. On aide personne. B On n’aide personne.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FORMES DE LA PHRASE 217


À RETENIR

La phrase de forme active ou de forme passive


1 Une phrase est de forme active OU de forme passive.
• La phrase passive a, entre autres, un verbe à la forme passive.
• La phrase active n’en a pas.
Ex. :
Phrase de forme active Phrase de forme passive

Le chef dirigeait l’orchestre. L’orchestre était dirigé par le chef.


Tous apprécient cette musique. Cette musique est appréciée de tous.

Remarque

Le verbe à la forme passive est formé de l’auxiliaire être et du participe passé du verbe
de la phrase active. L’auxiliaire être se met au même temps que le verbe de la phrase
active.
aux. pp
Ex. : L’orchestre était dirigé par le chef.
L’aux. être est à l’imparfait comme l’est le verbe dans la P active Le chef dirigeait l’orchestre.
aux. pp
Ex. : Cette musique est appréciée de tous.
L’aux. être est au présent comme l’est le verbe dans la P active Tous apprécient cette musique.

2 Les marques de la phrase passive sont les suivantes.


• La phrase passive a un verbe à la forme passive.
• Le [sujet] de la phrase passive correspond au [complément du verbe]
dans la phrase active.
• Le [complément du verbe] dans la phrase passive correspond au [sujet]
de la phrase active.
• La préposition par ou de introduit le complément du verbe à la forme
passive.
Ex. :
Phrases sujet complément sujet complément
actives [Le chef] dirige [l’orchestre]. [Tous] apprécient [cette musique].

Phrases [L’orchestre] est dirigé [par le chef]. [Cette musique] est appréciée [de tous].
passives sujet complément sujet complément

Types de 3 La phrase active et la phrase passive se combinent avec tous les types de
phrases, p. 206 phrases.
Phrase de forme active Phrase de forme passive Type de phrase

Léa charme Nico. Nico est charmé par Léa. Déclarative


Léa charme-t-elle Nico ? Nico est-il charmé par Léa ? Interrogative
Comme Léa charme Nico ! Comme Nico est charmé par Léa ! Exclamative
Charme Nico. Sois charmé par Léa. Impérative

218 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Transformez les phrases actives ci-dessous en phrases passives.
a) Soulignez le verbe de la phrase active et, dans les parenthèses, indiquez-en
le temps. Vous utiliserez être à ce temps-là dans votre phrase passive.
b) À l’aide de crochets et de èches, indiquez les deux déplacements
occasionnés par la transformation.
c) Surlignez le par ou le de introduisant le complément du verbe dans
la phrase passive.

Exemple : [Des artistes] construisent [des châteaux de sable]. ( présent)

[Des châteaux de sable] sont construits [ par des artistes] .

1. [Les visiteurs ] envahissent [la plage]. ( présent )

[La plage] est envahie [par les visiteurs].

2.[Un expert ] a présenté [des techniques de construction ]. ( passé comp. )

[Des techniques de construction] ont été présentées [par un expert].

3.[ Les médias locaux ] couvrent [ l’événement]. ( présent )

[L’événement] est couvert [par les médias locaux].

4. [Arthur ] photographiera [ tous les châteaux ]. ( futur s. )

[Tous les châteaux] seront photographiés [par Arthur].

5. [Les encouragements des visiteurs] stimulent [ les participants]. ( présent )

[Les participants] sont stimulés [par les encouragements des visiteurs].

6.[La mairesse ] dévoilera [le nom de l’équipe gagnante ]. ( futur s. )

[Le nom de l’équipe gagnante] sera dévoilé [par la mairesse].

7. [Tous ] ont apprécié [ cet événement populaire ]. ( passé comp. )

[Cet événement populaire] a été apprécié [de tous].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FORMES DE LA PHRASE 219


À RETENIR

La phrase de forme neutre ou de forme emphatique


1 Une phrase est de forme neutre OU de forme emphatique.
• La phrase emphatique contient une marque emphatique.
• La phrase neutre n’en contient pas.
Ex. :
Phrase de forme neutre Phrase de forme emphatique

Cet hiver est doux et pluvieux. Cet hiver, il est doux et pluvieux.
Tu aimes l’hiver. C’est toi qui aimes l’hiver.
Fido aime creuser dans la neige. Ce que Fido aime, c’est creuser
dans la neige.

2 Les marques emphatiques les plus courantes sont les suivantes.


Marques emphatiques Exemples de phrases de forme emphatique

Détachement d’un élément Cet hiver, il est doux. [il reprend Cet hiver.]
et reprise ou annonce par un Il est doux, cet hiver. [Il annonce cet hiver.]
pronom de l’élément détaché
Encadrement par
C’est … qui C’est toi qui aimes l’hiver.
C’est… que C’est l’hiver que tu attends avec impatience.
Ce sont… qui Ce sont mes chiens qui jouent dans la neige.
Ce sont… que Ce sont mes chiens que tu vois au loin.
Encadrement par
Ce qui…, c’est Ce qui tombe, c’est de la pluie verglaçante.
Ce qui…, ce sont Ce qui craque, ce sont les arbres.
Ce que…, c’est Ce que je crains, c’est le froid.
Ce que…, ce sont Ce que je crains, ce sont les grands froids.

Remarque
Dans certaines phrases emphatiques, une virgule isole l’élément mis en évidence.
Ex. : Cet hiver , il est doux. Il est doux, cet hiver. Ce que j’aime , c’est patiner.

Types de 3 La phrase neutre et la phrase emphatique se combinent avec tous les types
phrases, p. 206 de phrases.
Phrase de forme neutre Phrase de forme emphatique Type de phrase

Il joue dans la neige. C’est lui qui joue dans la neige. Déclarative
Apprécie-t-il la neige ? La neige, l’apprécie-t-il ? Interrogative
Observe la neige. La neige, observe-la. Impérative
Comme cette neige brille ! Cette neige, comme elle brille ! Exclamative

220 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


Transformez les phrases neutres suivantes en phrases emphatiques.
• Pour la première transformation, utilisez le détachement et la reprise
ou l’annonce par un pronom de l’élément détaché.
• Pour la deuxième, utilisez l’encadrement par C’est… qui (ou une variante).
• Pour la troisième, utilisez l’encadrement par Ce qui…, c’est (ou une variante).

Exemple : Cette recette est parfaite pour les débutants.


1 Cette recette, elle est parfaite pour les débutants.
2 C’est cette recette qui est parfaite pour les débutants.
3 Ce qui est parfait pour les débutants, c’est cette recette.
Exemples de réponses.
1. Maya et Rémi adorent cuisiner.
1 Maya et Rémi, ils adorent cuisiner.
2 C’est Maya et Rémi qui adorent cuisiner.
3 Ce que Maya et Rémi adorent, c’est cuisiner.

2. J’ai inventé cette recette de soupe aux pois.


1 Je l’ai inventée, cette recette de soupe aux pois.
2 C’est moi qui ai inventé cette recette de soupe aux pois.
3 Ce que j’ai inventé, c’est cette recette de soupe aux pois.

3. Le marché regorge d’appétissants produits locaux.


1 Ce marché, il regorge d’appétissants produits locaux.
2 C’est ce marché qui regorge d’appétissants produits locaux.
3 Ce qui regorge d’appétissants produits locaux, c’est ce marché.

4. Une saine alimentation favorise une meilleure santé.


1 Une saine alimentation, cela favorise une meilleure santé.
2 C’est une saine alimentation qui favorise une meilleure santé.
3 Ce qui favorise une meilleure santé, c’est une saine alimentation.

5. Notre groupe dénonce le gaspillage alimentaire.


1 Notre groupe, il dénonce le gaspillage alimentaire.
2 C’est le gaspillage alimentaire que dénonce notre groupe.
3 Ce que dénonce notre groupe, c’est le gaspillage alimentaire.

6. Tu souhaites diminuer ta consommation de viande.


1 Ta consommation de viande, tu souhaites la diminuer.
2 C’est toi qui souhaites diminuer ta consommation de viande.
3 Ce que tu souhaites, c’est diminuer ta consommation de viande.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FORMES DE LA PHRASE 221


À RETENIR

La phrase de forme personnelle ou de forme impersonnelle


1 Une phrase est de forme personnelle OU de forme impersonnelle.
• La phrase impersonnelle contient un pronom il impersonnel.
• La phrase personnelle n’en contient pas.
Ex. :
Phrase de forme personnelle Phrase de forme impersonnelle

Un sourire a suf pour calmer Mia. Il a suf d’un sourire pour calmer Mia.
Un homme manque à l’appel. Il manque un homme à l’appel.

2 Contrairement au pronom il personnel, le pronom il impersonnel ne peut


pas être remplacé par un nom ni par un autre pronom.
Ex. : Il est arrivé un drame. [Il est ici un pronom impersonnel.]
Sam est arrivé un drame. On est arrivé un drame.
Ex. : Il est arrivé en retard. [Il est ici un pronom personnel.]
Méo est arrivé en retard. Elle est arrivée en retard.
Remarque
Les phrases qui contiennent un verbe impersonnel sont toujours impersonnelles.
Elles ne se transforment pas en phrases personnelles.
Ex. : Il faut que tu reviennes. Il s’agit d’une erreur. Il pleut depuis hier. Il neige encore.
Un verbe impersonnel ne s’emploie qu’à la 3 e personne du singulier. Les principaux
sont falloir, s’agir et les verbes décrivant des phénomènes météorologiques comme
pleuvoir, venter, neiger.

Types de 3 La phrase personnelle et la phrase impersonnelle se combinent avec


phrases, p. 206 les types de phrases suivants.
Phrase de forme personnelle Phrase de forme impersonnelle Type de phrase

Une rumeur se répand. Il se répand une rumeur. Déclarative


Une rumeur se répand-elle ? Se répand-il une rumeur ? Interrogative
Comme ces rumeurs Comme il se répand Exclamative
se répandent ! des rumeurs !

1 Indiquez si les phrases ci-dessous sont de forme personnelle ou de forme


impersonnelle.

1. Il a fait si doux en décembre. Impersonnelle

2. Il a fait son nid dans le grenier. Personnelle

3. Il se fait à sa nouvelle vie. Personnelle

4. Il se fait tard. Impersonnelle

5. Un bruit court sur cette actrice. Personnelle

222 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


6. Il court après son ombre. Personnelle

7. Un drapeau ottait au gré du vent. Personnelle

8. Il est dix heures. Impersonnelle

2 À partir de chacun des verbes ci-dessous, rédigez un exemple de phrase personnelle


et un exemple de phrase impersonnelle. Toutes vos phrases commenceront par Il.
Exemples de réponses.
1. Soufer • P personnelle : Il a soufé ses quinze bougies.

• P impersonnelle : Il soufe un vent de tempête.

2. Flotter • P personnelle : Il otte à la dérive.


• P impersonnelle : Il otte un parfum de scandale.

3. Régner • P personnelle : Il règne depuis dix ans.


• P impersonnelle : Il règne un silence absolu.

4. Rester • P personnelle : Il reste à Percé.


• P impersonnelle : Il reste deux biscuits.

SYNTHÈSE
3 Donnez le type et les quatre formes de chacune des phrases ci-dessous.

Le type
Phrase Les quatre formes de cette phrase
de cette phrase

Exemple : Déclarative Négative, active, impersonnelle, neutre.


Il ne pleut plus.

1. Comme tu travailles ! Exclamative Positive, active, personnelle, neutre.

2. Tu es félicité par Léo. Déclarative Positive, passive, personnelle, neutre.

3. C’est toi qui nages Déclarative Positive, active, personnelle, emphatique.


le mieux.

4. Ce livre, est-ce que Interrogative Positive, active, personnelle, emphatique.


tu le lis ?

5. Il ne s’est produit Déclarative Négative, active, impersonnelle, neutre.


aucun miracle.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES FORMES DE LA PHRASE 223


Les phrases à construction particulière
À RETENIR

La phrase à présentatif, la phrase innitive et la phrase non verbale ont


une construction si particulière qu’on ne les compare pas avec le modèle de
la phrase de base.

La phrase à présentatif
1 La phrase à présentatif commence par un présentatif (une formule qui sert à
présenter). Après ce présentatif, on trouve un [groupe nominal], entre autres.
Ex. : Voici [votre chambre]. Il y a [deux lits].

2 Les principaux présentatifs sont les suivants.


• C’est (ce sont, c’était, ce sera, ce serait, ce fut, etc.)
• Il y a (il y a eu, il y avait, il y aura, il y aurait, etc.)
• Voici
• Voilà

La phrase innitive
1 La phrase innitive est formée d’un groupe innitif (un verbe à l’innitif
avec ou sans expansion). La phrase innitive ne contient pas de sujet.
Ex. : Ralentir.
Battre les œufs.
Fermer les yeux, puis respirer profondément.
Ne pas courir autour de la piscine.

2 Dans une phrase innitive, le pronom complément se place avant le verbe


à l’innitif.
Ex. : Battre les œufs. Les battre.
Aller à l’école. Y aller.
Écrire à ses parents. Leur écrire.
Parler de ses vacances. En parler.

La phrase non verbale


1 La phrase non verbale est formée d’un groupe dont le noyau n’est pas un
verbe. Elle peut être constituée, entre autres, d’un groupe nominal, d’un
groupe adjectival, d’un groupe prépositionnel ou d’un groupe adverbial.
Ex. : Permission accordée. Quel hasard ! [P non verbales constituées d’un GN.]
Très joli. Facile à dire. [P non verbales constituées d’un GAdj.]
Sans gluten. Avec plaisir. [P non verbales constituées d’un GPrép.]
Évidemment ! Peut-être. [P non verbales constituées d’un GAdv.]

224 CONSTRUCTION DE LA PHRASE ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 a) Précisez la sorte de chacune des phrases à construction particulière ci-dessous :
phrase à présentatif, phrase innitive ou phrase non verbale.
b) Pour chacune des phrases non verbales repérées, indiquez la sorte de groupe
qui la compose : GN, GAdj, GPrép ou GAdv.

Phrase à construction particulière Sorte

Exemple : Surprise ! Phrase non verbale (GN)


Exemple : Ne pas déranger. Phrase innitive
1. Proter des aubaines. Phrase innitive

2. Quelle aubaine ! Phrase non verbale (GN)

3. Voici nos meilleurs achats. Phrase à présentatif

4. Soldes d’été. Phrase non verbale (GN)

5. En solde. Phrase non verbale (GPrép)

6. Il y a des vêtements en solde. Phrase à présentatif

7. Propriété privée. Phrase non verbale (GN)

8. Jamais ! Phrase non verbale (GAdv)

9. Fraîcheur garantie. Phrase non verbale (GN)

10. Garder le silence. Phrase innitive

11. Magnique ! Phrase non verbale (GAdj)

12. Fermé. Phrase non verbale (GAdj)

2 À partir de chacune des phrases déclaratives suivantes, rédigez une phrase non verbale.
Exemple : Des résidents refusent qu’un pipeline passe près de la garderie.
Non à un pipeline près de la garderie.
Exemples de réponses. Accepter toute réponse pertinente.
1. J’ai vu un excellent spectacle de danse.
La danse à son meilleur.

2. Les écrans nuisent au sommeil des jeunes.


Les écrans nuisibles pour le sommeil des jeunes.

3. Samuel Lahaie remporte la médaille d’or !


De l’or pour Lahaie ! / Une médaille d’or pour Lahaie !

4. Les citoyens réussissent à sauver le parc.


Victoire, parc sauvé ! / Le parc : un sauvetage réussi.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LES PHRASES À CONSTRUCTION PARTICULIÈRE 225
10 POUR SITUER
JONCTION DE PHRASES
ET PONCTUATION

Pour joindre des phrases, on utilise les moyens suivants.


• La coordination, p. 226.
• La juxtaposition, p. 227.
• La subordination, p. 233.
Pour joindre des groupes de mots, on utilise les moyens suivants.
• La coordination, p. 226.
• La juxtaposition, p. 227.

La coordination et la juxtaposition

À RETENIR

La coordination
1 La coordination consiste à joindre des [éléments] à l’aide d’un coordonnant
comme et, ou, ni, mais, car.
Le coordonnant peut unir des [phrases].
Phrase Phrase
Ex. : [Elsa accueille les visiteurs] et [Enzo distribue les brochures].

Phrase Phrase
! Ex. : [La randonnée semble facile], mais [elle est exigeante].

On place une Phrase Phrase


virgule avant Ex. : [Julien ralentit le pas], car [son sac à dos est trop lourd].
les coordon-
Phrase sub. Phrase sub.
nants qui
joignent deux Ex. : Julien dépose son sac [quand il mange] ou [qu’il se repose].
phrases, sauf
Le coordonnant peut unir des [groupes de mots] et des [pronoms]
devant les
coordonnants qui remplissent la même fonction.
, . GN-CD du V GN-CD du V
Ex. : Elsa pratique [la photographie animalière] et [la randonnée].

GPrép-CI du V GPrép-CI du V
Ex. : Elle ira [à Liverpool] ou [à Casablanca].

Pron.-CD du V Pron.-CD du V
Ex. : Elle a choisi plusieurs caméras. Elle apportera [les siennes] et [celles-ci].

GN-CD du V Pron.-CD du V
Ex. : Elle utilisera [sa caméra] ou [la mienne].

GAdj-Attr. du S GPrép-Attr. du S
Ex. : Elsa est [fatiguée] mais [de bonne humeur].

226 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


GPrép-CI du V GPrép-CI du V
Ex. : Elle n’ira pas [à Los Angeles] ni [à Manchester].

GN-S de P Pron.-S de P
Ex. : Ni [Elsa, la photographe,] ni [vous] n’irez à Los Angeles.

2 Voici quelques exemples de coordonnants classés selon leur sens.


Addition et, ainsi que, aussi, de même que, de plus, en outre, ni
Alternative ou, ou bien, soit… soit
Cause car, en effet
Conséquence ainsi, alors, donc, en conséquence, par conséquent
Opposition mais, cependant, par contre
Succession et, puis, ensuite, enn

La juxtaposition
La juxtaposition consiste à joindre des [éléments] sans l’aide d’un
coordonnant. Dans la juxtaposition, le coordonnant est remplacé par
un signe de ponctuation, généralement une virgule.
Phrase Phrase Phrase
Ex. : [La pluie tombait dru], [le sentier était boueux], [on a vu un ours].
Les virgules séparent des phrases juxtaposées.
GN-Attr. du S GN-Attr. du S GN-Attr. du S
Ex. : Elsa est [photographe], [musicienne], [alpiniste].
Les virgules séparent des groupes de mots qui remplissent la même fonction.
Remarques
1. Dans une suite d’éléments juxtaposés (autrement dit, dans une énumération),
les deux derniers éléments sont habituellement joints par un coordonnant
comme et, ou.
On ne met pas de virgule devant les coordonnants et, ou.
Ex. : Elsa a reçu un livre, un bracelet, des mitaines et un foulard.
Elsa ira à Paris, à Prague ou à Londres.
2. Par politesse, dans une énumération, on parle de soi en dernier.
Ex. : Elsa, toi et moi irons au musée.
Nous serons cinq : Elsa, Bruno, vous et nous deux.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA COORDINATION ET LA JUXTAPOSITION 227


1 a) Dans chacune des phrases suivantes, surlignez le coordonnant et soulignez les
éléments coordonnés.
b) Indiquez ensuite le sens de chaque coordonnant.
Exemple : Alicia a retrouvé son meilleur ami, donc elle est très soulagée.
• Sens du coordonnant : Conséquence
1. Sam s’était-il égaré ou avait-il été pris d’un malaise ?
• Sens du coordonnant : Alternative

2. Ses parents l’ont attendu, puis ils ont alerté les autorités.
• Sens du coordonnant : Succession

3. Le temps pressait, car la température chutait rapidement.


• Sens du coordonnant : Cause

4. Les secouristes ont travaillé rapidement et efcacement.


• Sens du coordonnant : Addition

5. Il est gravement blessé mais en sécurité.


• Sens du coordonnant : Opposition

6. Le jeune homme guérit rapidement, ainsi il reprendra ses études sous peu.
• Sens du coordonnant : Conséquence

2 Lisez le texte ci-dessous, puis répondez aux questions.

La Grande Crise (1930-1939)


Le krach boursier appauvrit les Américains . Ils ne peuvent plus
acheter autant de produits canadiens . [Cette situation nuit aux
entreprises canadiennes], car [elles exportent une grande partie de
leur production vers les États-Unis ]. [Des usines ferment leurs portes ]
et [ des milliers d’ouvriers se retrouvent au chômage]. Une importante
crise économique sévit alors au Canada . On l’appelle la Grande
Crise . Elle va durer jusqu’en 1939 .

Jesse Boulette et collab., Québec.docs, 2e cycle du secondaire, 1re année, Chenelière Éducation, 2013, p. 182.

a) Surlignez les deux coordonnants contenus dans ce texte. À l’aide de crochets,


délimitez les éléments qu’ils joignent.
b) Cochez le type d’éléments coordonnés dans les deux cas.
Groupes de mots Pronoms Phrases

228 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 a) Ajoutez une phrase à chacune des phrases ci-dessous.
!
b) Joignez ces deux phrases à l’aide du coordonnant en gras. Ajoutez les virgules On place une
là où elles sont nécessaires. virgule avant
les coordon-
Exemple : • Emma est entrée et elle a retiré son grand chapeau. nants qui
• Emma est entrée, car elle avait terriblement froid. joignent deux
Exemples de réponses. phrases, sauf
1. • Dany a menti , car il protégeait son complice. devant les
coordonnants
• Dany a menti ou bien il a commis une terrible erreur. , .

• Dany a menti , donc je lui retire ma conance.


• Dany a menti , puis il s’est excusé.

2. • La porte a claqué et le chien a jappé.


• La porte a claqué , alors j’ai sursauté.
• La porte a claqué , mais Zoé n’a rien entendu.
• La porte a claqué , ensuite l’alarme s’est déclenchée.

3. • La radio était allumée, mais la maison était déserte.


• La radio était allumée et un gâteau cuisait dans le four.
• La radio était allumée , donc j’ai cru que tu étais rentré.

4. • Trevor chante bien , par conséquent il a du succès.


• Trevor chante bien , car il s’exerce tous les jours.
• Trevor chante bien , par contre il manque d’expérience.

X ERREURS À CORRIGER
4 Lisez l’extrait ci-dessous, puis faites les corrections demandées.

Le carbone , l’hydrogène , l’azote , et l’oxygène sont les principaux


éléments chimiques qui composent les êtres vivants .[Ces quatre
éléments ont joué un rôle déterminant dans l’apparition de la vie sur
Terre],car [ ils constituent l’essentiel des molécules d’ADN à l’origine
de la vie]. Autrement dit , la présence simultanée de ces quatre
éléments a permis l’apparition de la vie sur Terre .

a) Soulignez l’énumération contenue dans ce texte, puis corrigez les deux erreurs
de ponctuation qu’elle contient.
b) Surlignez le coordonnant qui joint deux phrases. À l’aide de crochets, délimitez
ensuite les deux phrases coordonnées. Au besoin, corrigez la ponctuation.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA COORDINATION ET LA JUXTAPOSITION 229


À RETENIR

Effacement d’éléments répétés


Dans les [éléments] joints, on peut effacer les mots qui se répètent.
Ex. 1 : P avec répétition Elsa fait [des photos de paysages] et [des photos d’animaux].
P avec effacement Elsa fait des photos de paysages et d’animaux.
Ex. 2 : P avec répétition [Elle vit le boa], [elle saisit son appareil], [elle cadra l’image],
puis [elle appuya sur le déclencheur].
P avec effacement Elle vit le boa, saisit son appareil, cadra l’image, puis appuya
sur le déclencheur.
Ex. 3 : P avec répétition [Parce qu’elle a beaucoup marché] et [parce qu’elle a
beaucoup travaillé], Elsa se sent épuisée.
P avec effacement Parce qu’elle a beaucoup marché et travaillé, Elsa se sent épuisée.
Ex. 4 : P avec répétition [Elsa transporte les provisions] et [Mia transporte l’équipement].
P avec effacement Elsa transporte les provisions et Mia, l’équipement.
Remarque
Dans l’exemple 4, l’effacement du verbe répété est marqué par une virgule.

Récrivez les phrases suivantes de manière à éviter les répétitions dans les [éléments]
joints.

Exemple : [Mia pratique la guitare] et [Lambert pratique le piano].


Mia pratique la guitare et Lambert, le piano.
Exemples de réponses.
1. [Noah entendit un cri], [il aperçut le fuyard], puis [il appela les secours].
Noah entendit un cri, aperçut le fuyard, puis appela les secours.

2. [Mon père lit un roman] et [ma mère lit un magazine].


Mon père lit un roman et ma mère, un magazine.

3. [Pour que le chaton soit au chaud] et [pour que le chaton soit en sécurité],
Li l’a amené chez lui.
Pour que le chaton soit au chaud et en sécurité, Li l’a amené chez lui.

4. De nos jours, [un couple peut décider s’il veut avoir des enfants] et [un couple
peut choisir le meilleur moment pour avoir des enfants].
De nos jours, un couple peut décider s’il veut avoir des enfants et choisir

le meilleur moment pour cela.

230 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR

Quelques erreurs à éviter


1 Coordonner des [verbes] qui ne peuvent pas accepter le même complément.
Ex. : Sam [voit] et [sourit] à Marguerite.
Problème Le complément à Marguerite peut compléter sourit, mais pas voit.
En effet, dans ce contexte, voir se construit avec un complément
direct (voir qqn) tandis que sourire se construit avec un
complément indirect (sourire à qqn).
Solution a) Reformuler la phrase pour donner le bon complément
à chaque [verbe].
CD du V CI du V
Sam [voit] Marguerite et [sourit] à Marguerite.
b) Pour alléger la phrase, pronominaliser le complément
du deuxième verbe.
Sam [voit] Marguerite et lui [sourit].
Ex. : Shani [entre] et [sort] de la cabine.
Problème Le complément de la cabine peut compléter sort, mais pas entre.
En effet, dans ce contexte, entrer se construit avec un complément
indirect introduit par la préposition dans (entrer dans qqch.) tandis
que sortir se construit avec un complément indirect introduit par
la préposition de (sortir de qqch.)
Solution a) Reformuler la phrase pour donner le bon complément
à chaque [verbe].
CI du V CI du V
Shani [entre] dans la cabine et [sort] de la cabine.
b) Pour alléger la phrase, pronominaliser le complément
du deuxième verbe.
Shani [entre] dans la cabine et en [sort].
Remarque

Il est possible de coordonner des [verbes] qui se construisent avec le même complément.
Ex. : Sam [voit] et [salue] Marguerite.
Les verbes voir et saluer se construisent avec un complément direct : voir qqn, saluer qqn.
Ex. : Sam [marche], puis [court] vers Marguerite.
Les verbes marcher et courir peuvent se construire avec un complément indirect débutant par
la préposition vers: marcher vers qqn, courir vers qqn.

2 Coordonner des [éléments] avec ou dans une phrase négative.


Ex. : Elsa n’ira pas [à Los Angeles] ou [à Manchester].
Problème Les éléments ont été coordonnés avec ou dans une phrase
négative.
Solution Remplacer ou par ni.
Elsa n’ira pas [à Los Angeles] ni [à Manchester].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA COORDINATION ET LA JUXTAPOSITION 231


3 Combiner des coordonnants qui veulent dire la même chose.
Ex. : Elsa est détendue, car en effet elle a bien préparé son voyage.
Problème Les coordonnants car et en effet ont le même sens.
Solution Supprimer un des deux coordonnants.
Elsa est détendue, car elle a bien préparé son voyage.
Ex. : Elsa ira [à Los Angeles], puis ensuite [à Manchester].
Problème Les coordonnants puis et ensuite ont le même sens.
Solution Supprimer un des deux coordonnants.
Elsa ira [à Los Angeles], puis [à Manchester].

X ERREURS À CORRIGER
Lisez la liste d’erreurs, puis inscrivez le code correspondant à l’erreur contenue dans
chacune des phrases suivantes. Récrivez chaque phrase en la corrigeant.

Code Description de l’erreur


1 Coordination de verbes ne pouvant pas accepter le même complément.
2 Coordination avec ou dans une phrase négative.
3 Combinaison de coordonnants qui ont le même sens.
Exemples de réponses.
1. Édouard vit votre accoutrement, puis ensuite il éclata de rire. Code 3

Édouard vit votre accoutrement, puis il éclata de rire.

2. Malik ne veut pas se coner à son père ou à sa mère. Code 2

Malik ne veut pas se coner à son père ni à sa mère.

3. Charlotte félicite et parle à Édouard. Code 1


Charlotte félicite Édouard et lui parle.

4. Médor renia le caneton, puis ensuite il le lécha. Code 3

Médor renia le caneton, puis il le lécha.

5. Depuis le début, Antoine a embobiné et nui à Paul. Code 1

Depuis le début, Antoine a embobiné Paul et lui a nui.

6. Marilou ne veut pas jouer au hockey ou faire de l’escrime. Code 2

Marilou ne veut pas jouer au hockey ni faire de l’escrime.

7. J’ai échoué à mon examen, car en effet j’ai mal compris la question. Code 3
J’ai échoué à mon examen, car j’ai mal compris la question.

8. Jasmine téléphonera et invitera Luis au bal. Code 1

Jasmine téléphonera à Luis et l’invitera au bal.

232 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


La subordination
PRÉALABLES

La notion de phrase subordonnée


1 Comme son nom l’indique, la phrase subordonnée est subordonnée :
elle n’est pas autonome, elle n’existe pas seule.
La phrase subordonnée est incluse (enchâssée) dans une autre phrase à l’aide
d’un subordonnant. On appelle phrase enchâssante la phrase qui contient
une subordonnée.
Phrase enchâssante
Phrase subordonnée
Ex. : Margot a souri quand les enfants ont entonné sa chanson préférée.

La phrase subordonnée est incluse dans la phrase enchâssante à l’aide du


subordonnant quand.
Phrase enchâssante
Phrase subordonnée
Ex. : Margot, qui a célébré ses 90 ans hier, est une dame extraordinaire.

La phrase subordonnée est incluse dans la phrase enchâssante à l’aide du


subordonnant qui.

2 Comme son nom l’indique, la phrase subordonnée est une phrase.


En effet, la phrase subordonnée est constituée d’un sujet de phrase, Sujet de
d’un prédicat de phrase et, facultativement, d’un complément de phrase. phrase, p. 195

Phrase enchâssante
Prédicat de
phrase, p. 198
Phrase subordonnée
Ex. : Margot a souri quand les enfants ont entonné sa chanson préférée. Complément
de phrase,
Dans cet exemple, la phrase subordonnée est formée des deux constituants suivants. p. 200
• Le sujet de phrase les enfants.
• Le prédicat de phrase ont entonné sa chanson préférée.
Phrase enchâssante
Phrase subordonnée
Ex. : Margot, qui a célébré ses 90 ans hier, est une dame extraordinaire.

Dans cet exemple, la phrase subordonnée est formée des trois constituants suivants.
• Le sujet de phrase qui.
• Le prédicat de phrase a célébré ses 90 ans.
• Le complément de phrase hier.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. LA SUBORDINATION 233


Trois sortes de phrases subordonnées
POUR SITUER

Il existe différentes sortes de phrases subordonnées dont les trois suivantes.


• La phrase subordonnée circonstancielle (P sub. circ.), p. 234.
• La phrase subordonnée relative (P sub. rel.), p. 244.
• La phrase subordonnée complétive (P sub. compl.), p. 253.

À RETENIR

La phrase subordonnée circonstancielle


1 La phrase subordonnée circonstancielle est incluse dans une phrase
enchâssante au moyen d’un subordonnant exprimant, entre autres,
le temps, le but, la cause, la conséquence et la comparaison.
Phrase enchâssante
P sub. circ.
Ex. : La petite Malia sort rapidement quand l’autobus arrive.

Le subordonnant circonstanciel quand permet d’inclure la phrase subordonnée


circonstancielle dans la phrase enchâssante.
Phrase enchâssante
P sub. circ.
Ex. : La llette se dépêche parce qu’elle est en retard.

Le subordonnant circonstanciel parce que permet d’inclure la phrase subordonnée


circonstancielle dans la phrase enchâssante.
Phrase enchâssante
P sub. circ.
Ex. : Malia s’est hâtée au point qu’elle est prête en avance.

Le subordonnant circonstanciel au point que permet d’inclure la phrase subordonnée


circonstancielle dans la phrase enchâssante.
Phrase enchâssante
P sub. circ.
Ex. : Les voitures s’immobilisent an que Malia traverse la rue en sécurité.

Le subordonnant circonstanciel an que permet d’inclure la phrase subordonnée


circonstancielle dans la phrase enchâssante.

2 Comme la phrase subordonnée circonstancielle est une phrase, elle est


formée minimalement d’un sujet et d’un prédicat.
Phrase enchâssante
P sub. circ.
Ex. : La petite Malia sort rapidement quand l’autobus arrive.

La phrase subordonnée est formée du sujet l’autobus et du prédicat arrive.

234 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 La phrase subordonnée circonstancielle complète une autre phrase,
elle-même formée d’un sujet et d’un prédicat.
Phrase enchâssante
P sub. circ.
Ex. : La petite Malia sort rapidement quand l’autobus arrive.

4 Puisque la phrase subordonnée circonstancielle complète une autre phrase,


elle remplit la fonction de complément de phrase (comme le font, par
exemple, un groupe nominal ou un groupe prépositionnel).
P sub. circ.-C de P
Ex. : La petite Malia sort rapidement quand l’autobus arrive.
GN-C de P
La petite Malia sort rapidement tous les matins.
GPrép-C de P
La petite Malia sort rapidement à huit heures.

Remarques

1. La P sub. circ.-C de P est effaçable.


Ex. : La petite Malia sort rapidement quand l’autobus arrive.
La petite Malia sort rapidement.
Ex. : La llette se dépêche parce qu’elle est en retard.
La llette se dépêche.
2. La P sub.-circ.-C de P est habituellement déplaçable, notamment en début
de phrase. Dans ce cas, elle est isolée par une virgule.
Ex. : La petite Malia sort rapidement quand l’autobus arrive.
Quand l’autobus arrive , la petite Malia sort rapidement.
Ex. : La llette se dépêche parce qu’elle est en retard.
Parce qu’elle est en retard , la llette se dépêche.

5 La P sub. circ.-C de P complète une phrase en lui ajoutant une précision de


temps, de but, de cause, de conséquence, de comparaison, entre autres.
La phrase subordonnée circonstancielle de temps

Principaux subordonnants exprimant le temps


• à mesure que, alors que, après que, au moment où, aussitôt que, avant que,
chaque fois que, comme, dès que, en attendant que, jusqu’à ce que,
jusqu’au moment où, lorsque, pendant que, quand, tandis que, une fois que
P sub. circ.-C de P (temps)
Ex. : Un orage éclata au moment où Li sortait de l’autobus.
P sub. circ.-C de P (temps)
Ex. : Une fois que Li fut sorti de l’autobus, un orage éclata.

P sub. circ.-C de P (temps)


Ex. : Un orage éclata avant que Li ne sorte de l’autobus.
Remarque
Habituellement, on met le verbe de la subordonnée circonstancielle de temps
au mode indicatif. Avec avant que, en attendant que et jusqu’à ce que, entre autres,
le verbe est au mode subjonctif.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 235
La phrase subordonnée circonstancielle de but

Principaux subordonnants exprimant le but


• an que, de (telle) sorte que, pour que, de crainte que, de peur que
P sub. circ.-C de P (but à atteindre)
Ex. : Li éduque son chiot pour qu’il vive bien avec d’autres animaux.

P sub. circ.-C de P (but à éviter)


Ex. : Li tient sa chienne en laisse de crainte qu’elle ne s’enfuie.
Remarque
On met le verbe de la subordonnée circonstancielle de but au mode subjonctif.

La phrase subordonnée circonstancielle de cause

Principaux subordonnants exprimant la cause


• comme, parce que, sous prétexte que, étant donné que, puisque, vu que
P sub. circ.-C de P (cause)
Ex. : Li court vers un abri parce qu’il craint la foudre.

P sub. circ.-C de P (cause)


Ex. : Étant donné que l’orage est violent, Li se met à l’abri.
Remarque
On met le verbe de la subordonnée circonstancielle de cause au mode indicatif.

La phrase subordonnée circonstancielle de conséquence


!
La subordonnée Principaux subordonnants exprimant la conséquence
circonstancielle • au point que, de (telle) façon que, de (telle) manière que, de (telle) sorte que,
exprimant la si bien que
conséquence
n’est pas P sub. circ.-C de P (conséquence)
déplaçable. Ex. : L’orage s’est calmé au point que Li est sorti de son abri.

P sub. circ.-C de P (conséquence)


Ex. : Li accélère le pas de sorte qu’il sera à l’heure pour son rendez-vous.
Remarque
On met le verbe de la subordonnée circonstancielle de conséquence au mode
indicatif.

La phrase subordonnée circonstancielle de comparaison

Principaux subordonnants exprimant la comparaison


• autant que, comme, de même que
P sub. circ.-C de P (comparaison)
Ex. : Li s’occupe de son chien autant que ses parents l’espéraient.

P sub. circ.-C de P (comparaison)


Ex. : Il s’occupe de Fido comme Malia s’occupait de Médor.
Remarque
On met le verbe de la subordonnée circonstancielle de comparaison au mode
indicatif.

236 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


La coordination et la juxtaposition de phrases subordonnées
circonstancielles
Quand on joint des [P sub. circ.], on peut répéter le subordonnant ou
le remplacer par que (qu’).
Ex. : Répétition Félix chante [quand Lou est là], [quand il est heureux]
ou [quand il fait soleil].
Remplacement Félix chante [quand Lou est là], [qu’il est heureux] ou
[qu’il fait soleil].
Ex. : Répétition Lou se désole [parce que Félix part] et [parce qu’elle a des soucis].
Remplacement Lou se désole [parce que Félix part] et [qu’elle a des soucis].
Ex. : Répétition La sirène retentit [au moment où la porte claqua] et [au moment
où un vase tomba]. (Ici, la répétition alourdit la phrase.)
Remplacement La sirène retentit [au moment où la porte claqua] et [qu’un
vase tomba].

La réduction de la phrase subordonnée circonstancielle


Certaines phrases subordonnées circonstancielles peuvent être remplacées par !
un groupe adjectival (GAdj) ou par un groupe participial (GPart), entre autres. Le groupe
participial est
• Remplacement de la subordonnée circonstancielle par un GAdj
un groupe dont
Ex. : Le chaton se cache sous la galerie parce qu’il est malade. le noyau est un
Malade, le chaton se cache sous la galerie. verbe au parti-
cipe présent.
Le chaton, malade, se cache sous la galerie.
• Remplacement de la subordonnée circonstancielle par un GPart
Ex. : Comme elle veut aider le chaton, Maya lui laisse de la nourriture.
Voulant aider le chaton, Maya lui laisse de la nourriture.

1 Dans les phrases enchâssantes suivantes, les phrases subordonnées circonstancielles


ont été mises entre crochets.
a) Surlignez le subordonnant de chaque phrase subordonnée circonstancielle.
b) Au-dessus de chaque subordonnant, indiquez le sens qu’il exprime : temps, but,
cause ou conséquence.
c) Dans chaque phrase subordonnée circonstancielle, encadrez le sujet et soulignez
le prédicat.

Exemple : Les récepteurs sensoriels de l’oreille produisent des inux nerveux


temps
[lorsqu’un son les stimule].
Adapté de Inés Escrivá et collab., ADN, Science et technologie,
Chenelière Éducation, 2012, p. 169.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 237
conséquence
1. Lors d’un bâillement, les trompes d’Eustache s’ouvrent [de sorte que

la pression de l’air s’égalise de part et d’autre du tympan].


Ibid., p. 171.

but
2. [Pour qu’un son atteigne l’aire auditive du cerveau], l’onde sonore doit atteindre

les cellules ciliées de la cochlée chargées de la transformer en inux nerveux.


Ibid., p. 171.

but
3. Le conduit auditif prend naissance dans le pavillon et se prolonge [an que

les ondes sonores se rendent jusqu’à l’oreille moyenne].


Ibid., p. 170.

cause
4. [Étant donné qu’il empêche les poussières, les saletés ou les insectes d’entrer à

l’intérieur de l’oreille], le cérumen est indispensable à la protection de l’oreille.


Ibid., p. 171.

cause
5. Les capacités auditives se dégradent avec l’âge [parce que les récepteurs

auditifs ne se régénèrent pas].


Ibid., p. 172.

but
6. Le pavillon de l’oreille continue de grandir pendant toute la vie [pour qu’il

puisse mieux capter les sons et compenser la perte des capacités auditives].
Ibid., p. 172.

cause
7. [Vu qu’il ne cesse jamais de grandir], le pavillon de l’oreille de certaines

personnes âgées peut sembler très grand.


Ibid., p. 172.

temps
8. Vous devriez protéger vos oreilles [chaque fois que vous vous trouvez dans un

endroit bruyant].

but
9. On ne devrait jamais introduire de cure-oreille dans l’oreille [de crainte que

cela n’endommage le tympan].


238 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.
2 Comme tout élément remplissant la fonction de complément de phrase, la phrase Complément
subordonnée circonstancielle peut être effacée et, le plus souvent, déplacée. de phrase,
p. 200
a) Récrivez les phrases 1 à 4 de l’activité 1 en effaçant la subordonnée
circonstancielle.

Exemple : Les récepteurs sensoriels de l’oreille produisent des inux nerveux.

1. Lors d’un bâillement, les trompes d’Eustache s’ouvrent.

2. L’onde sonore doit atteindre les cellules ciliées de la cochlée chargées


de la transformer en inux nerveux.

3. Le conduit auditif prend naissance dans le pavillon et se prolonge.

4. Le cérumen est indispensable à la protection de l’oreille.

b) Récrivez les phrases 5 à 9 en déplaçant la subordonnée circonstancielle.


Si vous ajoutez des virgules, surlignez-les.

Exemple : Lorsqu’un son les stimule, les récepteurs de l’oreille produisent


des influx nerveux.
5. Parce que les récepteurs auditifs ne se régénèrent pas, les capacités
auditives se dégradent avec l’âge.

6. Pour qu’il puisse mieux capter les sons et compenser la perte des capacités
auditives, le pavillon de l’oreille continue de grandir pendant toute la vie.

7. Le pavillon de l’oreille de certaines personnes âgées peut sembler très


grand vu qu’il ne cesse jamais de grandir.

8. Chaque fois que vous vous trouvez dans un endroit bruyant, vous devriez
protéger vos oreilles.

9. De crainte que cela n’endommage le tympan, on ne devrait jamais


introduire de cure-oreille dans l’oreille.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 239
3 a) Dans les extraits ci-dessous, soulignez les phrases subordonnées circonstancielles.
Il peut y en avoir plus d’une par phrase graphique.
b) Surlignez le subordonnant introduisant chacune des phrases subordonnées.
c) Au-dessus de chaque subordonnant, indiquez le sens qu’il exprime.
temps
Exemple : Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnique image, dans un livre
sur la Forêt Vierge qui s’appelait « Histoires Vécues ». Ça représentait un
serpent boa qui avalait un fauve.
Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, 1943.

1. Mon dessin ne représentait pas un chapeau. Il représentait un serpent

boa qui digérait un éléphant. J’ai alors dessiné l’intérieur du serpent boa,
but
an que les grandes personnes puissent comprendre. Elles ont toujours

besoin d’explications.
Ibid.

cause
2. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. Et comme je n’avais avec moi

ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une

réparation difcile.
Ibid.

comparaison
3. Il rit, toucha la corde, t jouer la poulie. Et la poulie gémit comme gémit une
temps
vieille girouette quand le vent a longtemps dormi.
Ibid.

4. Patricia prêta longuement l’oreille, observa la direction du vent puis me dit de

sa voix la plus feutrée :


temps
— Ne bougez pas. Ne respirez plus avant que je ne vous appelle. Faites

bien attention. C’est terriblement sérieux. […]


cause
Je tremblais parce que chaque seconde maintenant me rapprochait d’une

rencontre, d’une alliance en dehors de la condition humaine.


Joseph Kessel, Le lion, Éditions Gallimard, 1987, p. 115 et 116.

240 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


4 a) Dans chacune des phrases ci-dessous, mettez entre crochets la subordonnée
circonstancielle.
b) Récrivez chaque phrase en remplaçant la subordonnée entre crochets par
un groupe adjectival ou par un groupe participial.

Exemples : Lino entrevoit son retour à la compétition [puisqu’il est guéri].


Guéri, Lino entrevoit son retour à la compétition.
Lino, guéri, entrevoit son retour à la compétition.
[Étant donné qu’elle aime Lino], Rosa lui offre son aide.
Aimant Lino, Rosa lui offre son aide.
Exemples de réponses.
1. [Comme j’étais enn seule], je pus écouter ma musique préférée .
Enn seule, je pus écouter ma musique préférée.

2.[Parce qu’elle préfère me voir à la maison ], ma mère endure parfois


ma musique .
Préférant me voir à la maison, ma mère endure parfois ma musique.

3.[ Vu qu’elle est audacieuse ], cette chanteuse connaît un succès planétaire .


Audacieuse, cette chanteuse connaît un succès planétaire.

4. [Puisqu’elle souffre de la grippe ], la chanteuse a annulé le spectacle de


ce soir .
Grippée, la chanteuse a annulé le spectacle de ce soir. / Souffrant de

la grippe, …

5. Je bougonne [parce que je suis contrariée par l’annulation du spectacle].


Je bougonne, contrariée par l’annulation du spectacle. / Contrariée par

l’annulation du spectacle, je bougonne.

6. Je m’amuse souvent à déchiffrer des partitions de piano [ parce que je


sais lire la musique].
Sachant lire la musique, je m’amuse souvent à déchiffrer des partitions de

piano.

7. [Parce que je souhaite devenir pianiste], j’écoute le plus de musique


possible .
Souhaitant devenir pianiste, j’écoute le plus de musique possible.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 241
5 a) À l’aide d’un subordonnant circonstanciel, joignez les paires de phrases
ci‑dessous. Faites‑le de manière à obtenir chaque fois une phrase enchâssante
contenant une phrase subordonnée circonstancielle.
! • En a, la phrase subordonnée circonstancielle exprimera la cause.
La cause est • En b, la phrase subordonnée circonstancielle exprimera la conséquence.
ce qui est à
l’origine de b) Dans chacune de vos phrases enchâssantes, mettez entre crochets la phrase
quelque chose. subordonnée circonstancielle obtenue.
La conséquence c) Surlignez le subordonnant circonstanciel placé au début de chaque phrase
est un effet, un subordonnée circonstancielle.
résultat.
Sur une ligne Exemple : Tom a mal aux jambes. Tom a couru longtemps.
du temps, la a) Cause : Tom a mal aux jambes [parce qu’il a couru longtemps] .
cause vient
avant la consé- b) Conséquence : Tom a couru longtemps [si bien qu’il a mal aux jambes] .
quence, peu Exemples de réponses.
importe leur 1. L’hiver est doux. Le lac n’est pas gelé.
ordre d’appa-
rition dans a) Cause : Le lac n’est pas gelé [parce que l’hiver est doux].
la phrase.

b) Conséquence : L’hiver est doux [au point que le lac n’est pas gelé].

2. Des vandales pillaient tout. Les policiers sont intervenus.


a) Cause : [Vu que des vandales pillaient tout], les policiers sont intervenus.

b) Conséquence : Des vandales pillaient tout [au point que les policiers sont
intervenus].

3. Le prix des légumes a augmenté. Les consommateurs achètent moins de légumes.


a) Cause : Les consommateurs achètent moins de légumes [parce que leur
prix a augmenté].

b) Conséquence : Le prix des légumes a augmenté [de sorte que les


consommateurs en achètent moins].

4. Isha conduit prudemment. On se sent en sécurité avec Isha.


a) Cause : [Comme Isha conduit prudemment], on se sent en sécurité avec
elle.

b) Conséquence : Isha conduit prudemment [si bien qu’on se sent en sécurité


avec elle].

242 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


5. J’ai assez étudié pour mon examen. J’ai réussi mon examen.
a) Cause : [Puisque j’ai assez étudié pour mon examen], je l’ai réussi.
b) Conséquence : J’ai assez étudié pour mon examen, [si bien que je l’ai
réussi].

6. Léo retenait le cheval. Lili a pu se hisser sur la selle.


a) Cause : Lili a pu se hisser sur la selle [parce que Léo retenait le cheval].

b) Conséquence : Léo retenait le cheval [de telle façon que Lili a pu se hisser
sur la selle].

6 Ajoutez des phrases subordonnées circonstancielles introduites par les subordonnants en gras.
Assurez-vous que vos phrases subordonnées circonstancielles contiennent un sujet et un prédicat.
Exemples de réponses.
1. a) J’ai tout raconté quand on m’a interrogé .
b) J’ai tout raconté pour que tu me pardonnes .
c) J’ai tout raconté parce que le secret était trop lourd à porter .
d) J’ai tout raconté de crainte que la vérité n’éclate au grand jour .

2. a) La pluie tombe au point que le ruisseau déborde .


b) La pluie tombe alors que le spectacle est sur le point de commencer .
c) La pluie tombe de sorte que le spectacle sera annulé .
d) La pluie tombe depuis que je me suis réveillée .

3. a) La chienne jappe dès que vous entrez dans la pièce .


b) La chienne jappe si bien que vous quittez les lieux .
c) La chienne jappe an que vous sortiez de la pièce .
d) La chienne jappe de peur qu’ on ne lui prenne son os .

4. a) Cet entraîneur nous aide chaque fois que nous jouons un match .
b) Cet entraîneur nous aide an que nous réussissions .
c) Cet entraîneur nous aide comme notre ancien entraîneur le faisait .
d) Cet entraîneur nous aide de manière que l’équipe progresse .

5. a) Josh est nerveux au point qu’ il sursaute au moindre bruit .


b) Comme il n’a encore jamais réussi ce plongeon , Josh est nerveux.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 243
À RETENIR

La phrase subordonnée relative


1 La phrase subordonnée relative est incluse dans un groupe de mots au
moyen d’un subordonnant, le pronom relatif (qui, que, dont, où, etc.).
P enchâssante
GN
P sub. rel.
Ex. : Cette pluie qui tombe abondamment cause des inondations.

Cette phrase combine deux phrases jointes par qui.


P1 Cette pluie cause des inondations.
! P2 Cette pluie tombe abondamment.
On appelle Le pronom relatif qui reprend Cette pluie, son antécédent.
P enchâssante
le mot ou le
groupe de mots GN
repris par un P sub. rel.
pronom. Ex. : La pluie cause des inondations dont on parlera longtemps .

Cette phrase combine deux phrases jointes par dont.


P1 La pluie cause des inondations.
P2 On parlera longtemps de ces inondations.
Le pronom relatif dont reprend des inondations, son antécédent.

2 Comme la phrase subordonnée relative est une phrase, elle est formée
d’un sujet et d’un prédicat.
P sub. rel.
Ex. : Cette pluie qui tombe abondamment cause des inondations.
La phrase subordonnée relative est formée du sujet qui et du prédicat tombe
abondamment.
P sub. rel.
Ex. : La pluie cause des inondations dont on parlera longtemps .
La phrase subordonnée relative est formée du sujet on et du prédicat dont… parlera
longtemps (dont remplace de ces inondations : parlera longtemps de ces inondations).

3 La phrase subordonnée relative complète un nom ou un pronom.


Elle remplit donc la fonction de complément du nom ou du pronom.
P sub. rel.-C du N pluie
Ex. : Cette pluie qui tombe abondamment cause des inondations.
La phrase subordonnée relative qui tombe abondamment complète le nom pluie.
P sub. rel.-C du pron. Celle
Ex. : Celle qui tombera demain empirera la situation.
La phrase subordonnée relative qui tombera demain complète le pronom Celle.
P sub. rel.-C du N inondations
Ex. : Ce sont des inondations dont on parlera longtemps.
La phrase subordonnée relative dont on parlera longtemps complète le nom inondations.

244 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


La phrase subordonnée relative en qui
Le pronom relatif qui remplace un groupe de mots remplissant la fonction
de sujet de phrase.
Ex. : P1 La pluie cause des inondations.
P2 La pluie tombe depuis hier.
P sub. rel.-C du N pluie
P1 + P2 La pluie qui tombe depuis hier cause des inondations.
Le pronom relatif qui remplace La pluie, un groupe de mots remplissant
la fonction de sujet de phrase.
Remarque

Le pronom relatif qui remplit la fonction de sujet dans la phrase subordonnée relative.

La réduction de la subordonnée relative en qui


Certaines phrases subordonnées relatives en qui peuvent être remplacées !
par un groupe adjectival (GAdj) ou par un groupe participial (GPart), Le groupe
entre autres. participial est
un groupe dont
• Remplacement de la subordonnée relative en qui par un GAdj le noyau est un
Ex. : Emma avait une entreprise agricole qui était prospère. verbe au parti-
Emma avait une entreprise agricole prospère. cipe présent.
Ex. : Les inondations ralentiront un projet qui était bénéque pour la région.
Les inondations ralentiront un projet bénéque pour la région.
• Remplacement de la subordonnée relative en qui par un GPart
Ex. : Des équipes de secours qui proviennent de partout prêtent main-forte.
Des équipes de secours provenant de partout prêtent main-forte.
Ex. : Les vents qui soufent du large vont bientôt se calmer.
Les vents soufant du large vont bientôt se calmer.

La phrase subordonnée relative en que


Le pronom relatif que remplace un groupe de mots remplissant la fonction
de complément direct du verbe.
Ex. : P1 Le parapluie est bien utile.
P2 Tu m’as offert ce parapluie.
P sub. rel.-C du N parapluie
P1 + P2 Le parapluie que tu m’as offert est bien utile.
Le pronom relatif que remplace ce parapluie, un groupe de mots remplissant
la fonction de CD du V.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 245
La phrase subordonnée relative en dont
Le pronom relatif dont remplace un groupe de mots commençant par de (d’),
!
du ou des et remplissant la fonction de complément indirect du verbe ou
du = de + le
celle de complément du nom, entre autres.
des = de + les Ex. : P1 Le déluge a eu lieu au Saguenay.
P2 Tu parles de ce déluge.
P sub. rel.-C du N déluge
P1 + P2 Le déluge dont tu parles a eu lieu au Saguenay.
Le pronom relatif dont remplace de ce déluge, un groupe prépositionnel remplissant
la fonction de CI du V.

Ex. : P1 Les agriculteurs demandent de l’aide.


P2 Les terres des agriculteurs sont inondées.
P sub. rel.-C du N agriculteurs
P1 + P2 Les agriculteurs dont les terres sont inondées demandent de l’aide.
Le pronom relatif dont remplace des agriculteurs, un groupe prépositionnel
remplissant la fonction de C du N.
Remarque

Il est fautif d’employer le pronom relatif que au lieu du pronom relatif dont pour
remplacer un groupe prépositionnel commençant par de (d’), du ou des.
Ex. : P1 Le déluge a eu lieu au Saguenay.
P2 Tu parles de ce déluge.
P1 + P2 Le déluge [que tu parles] a eu lieu au Saguenay.
Problème Le pronom relatif que remplace un groupe prépositionnel commençant par de.
Solution Remplacer que par dont.
Parler de qqch.
Le déluge [dont tu parles] a eu lieu au Saguenay.

La phrase subordonnée relative en où


Le pronom relatif où remplace un groupe de mots qui indique un temps
ou un lieu.
Ex. : P1 Le soir, un déluge a tout détruit.
P2 Nous sommes partis ce soir-là.
P sub. rel.-C du N soir
P1 + P2 Le soir où nous sommes partis, un déluge a tout détruit.
Le pronom relatif où remplace ce soir-là, un groupe de mots qui indique le temps.

Ex. : P1 La ville a été détruite.


P2 Nous vivions dans cette ville-là.
P sub. rel.-C du N ville
P1 + P2 La ville où nous vivions a été détruite.
Le pronom relatif où remplace dans cette ville-là, un groupe de mots qui indique
le lieu.

246 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


1 Dans les phrases suivantes, marquez les phrases subordonnées relatives ainsi.
a) Mettez entre crochets chaque phrase subordonnée relative et surlignez
son subordonnant.
b) Encadrez le mot que complète chaque phrase subordonnée relative.

Exemple 1 : Le lm [que Franco regarde] est un classique du cinéma italien.

Exemple 2 : L’actrice [qui y tient le rôle principal] et [qui y excelle] vivait à Rome.

1. Les images [ que la cinéaste a mises en scène ] sont d’une grande beauté .

2. Ces images sont d’une beauté [ qui étonne les spectateurs ] et [ qui
les touche ].

3. La musique [ qui traverse tout le lm ] a été composée au 19e siècle .

4. La tragédie [ dont la cinéaste s’est inspirée ] est une histoire vécue [ que
les médias de l’époque avaient rapportée ].

5. Les paysages [ où l’action se déroule] se situent près de Palerme ,


une ville [ que Franco a visitée] et [ qu’il aime profondément ].

6. Les scènes [dont je me souviens ] me fascinaient par leur simplicité .

2 a) Soulignez les subordonnées relatives en qui.


b) Récrivez les phrases en remplaçant les subordonnées relatives en qui par un
groupe adjectival ou par un groupe participial. Là où il y a deux puces noires,
proposez deux récritures. Ajoutez la virgule là où elle est nécessaire.

Exemple : Ces nuages qui sont lourds et menaçants inquiètent les promeneurs.
• Ces nuages lourds et menaçants inquiètent les promeneurs.
• Lourds et menaçants, ces nuages inquiètent les promeneurs.
Exemple : Cet orage qui menace d’éclater fait fuir les promeneurs.
Cet orage menaçant d’éclater fait fuir les promeneurs.
Exemples de réponses.
1. Des promeneurs qui sont surpris par l’intensité du vent se mettent à l’abri.
• Des promeneurs surpris par l’intensité du vent se mettent à l’abri.

• Surpris par l’intensité du vent, des promeneurs se mettent à l’abri.

2. Un arbre qui était malade a été déraciné.


Un arbre malade a été déraciné.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 247
3. Le vent a arraché la toiture d’une maison qui est abandonnée.
Le vent a arraché la toiture d’une maison abandonnée.

4. Cette tempête qui vient de l’ouest passe rapidement.


• Cette tempête venant de l’ouest passe rapidement.
• Venant de l’ouest, cette tempête passe rapidement.

5. Les équipes qui travaillent à rétablir le courant sont à l’œuvre.


Les équipes travaillant à rétablir le courant sont à l’œuvre.

3 a) Enchâssez la phrase 2 (P2) dans la phrase 1 (P1). Pour cela, remplacez le groupe
de mots souligné par le pronom relatif qui.
b) Mettez entre crochets chaque phrase subordonnée relative commençant par qui.

Exemple : P1 Cette partie de soccer est excitante.


P2 Cette partie de soccer oppose deux bonnes équipes.

P1 + P2 Cette partie de soccer [qui oppose deux bonnes équipes]


est excitante.

1. P1 L’équipe locale compte quelques athlètes de fort calibre.


P2 L’équipe locale est soutenue par la communauté.

P1 + P2 L’équipe locale [qui est soutenue par la communauté] compte


quelques athlètes de fort calibre.

2. P1 Le joueur est porté en triomphe.


P2 Le joueur a marqué le but gagnant.

P1 + P2 Le joueur [qui a marqué le but gagnant] est porté en triomphe.

3. P1 L’arbitre brandit un carton rouge.


P2 Le carton rouge annonce l’expulsion d’un joueur.

P1 + P2 L’arbitre brandit un carton rouge [qui annonce l’expulsion d’un


joueur].

4. P1 Les règles du cricket et du baseball sont plus anciennes que celles du soccer.
P2 Celles du soccer ont été codiées en 1863.

P1 + P2 Les règles du cricket et du baseball sont plus anciennes que celles


du soccer [qui ont été codiées en 1863].

248 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


4 a) Enchâssez la phrase 2 (P2) dans la phrase 1 (P1). Pour cela, remplacez le groupe
de mots souligné par le pronom relatif que.
b) Mettez entre crochets chaque phrase subordonnée relative commençant par que.

Exemple : P1 Thomas s’initie à une activité de plein air.


P2 Ses amis pratiquent cette activité de plein air.

P1 + P2 Thomas s’initie à une activité de plein air [que ses amis


pratiquent] .

1. P1 La spéléologie marie le sport, la science et les préoccupations


environnementales.
P2 Thomas découvre la spéléologie au l des semaines.

P1 + P2 La spéléologie [que Thomas découvre au l des semaines] marie


le sport, la science et les préoccupations environnementales.

2. P1 La visite de la grotte aura lieu la semaine prochaine.


P2 Thomas et ses amis souhaitent explorer la grotte.

P1 + P2 La visite de la grotte [que Thomas et ses amis souhaitent explorer]


aura lieu la semaine prochaine.

3. P1 Descendre dans cette grotte représente un dé.


P2 Le groupe se sent prêt à relever ce dé.

P1 + P2 Descendre dans cette grotte représente un dé [que le groupe se


sent prêt à relever].

4. P1 Les spéléologues rencontrent parfois d’étranges créatures animales.


P2 Thomas craint ces étranges créatures animales.

P1 + P2 Les spéléologues rencontrent parfois d’étranges créatures animales


[que Thomas craint].

5 a) Enchâssez la phrase 2 (P2) dans la phrase 1 (P1). Pour cela, remplacez le groupe
de mots souligné par le pronom relatif où.
b) Mettez entre crochets chaque phrase subordonnée relative commençant par où.

Exemple : P1 Ma famille habite dans un village nordique.


P2 Le sol est gelé en permanence dans ce village nordique.

P1 + P2 Ma famille habite dans un village nordique [où le sol est gelé


en permanence] .

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 249
1. P1 La vie est rude dans cette communauté isolée.
P2 La pauvreté fait des ravages dans cette communauté isolée.

P1 + P2 La vie est rude dans cette communauté isolée [où la pauvreté fait
des ravages].

2. P1 Les dés sont encore plus grands en hiver.


P2 L’ensoleillement est réduit en hiver.

P1 + P2 Les dés sont encore plus grands en hiver [où l’ensoleillement est
réduit].

3. P1 Souvent, mes parents doivent se rendre au magasin général.


P2 Les produits de première nécessité sont livrés au magasin général.

P1 + P2 Souvent, mes parents doivent se rendre au magasin général [où les


produits de première nécessité sont livrés].

4. P1 Malgré les difcultés, mes parents souhaitent rester dans le Grand Nord.
P2 Ils mènent dans le Grand Nord une vie qu’ils ont appris à aimer.

P1 + P2 Malgré les difcultés, mes parents souhaitent rester dans le Grand


Nord [où ils mènent une vie qu’ils ont appris à aimer].

6 a) Enchâssez la phrase 2 (P2) dans la phrase 1 (P1). Pour cela, remplacez le groupe
de mots souligné par le pronom relatif dont.
b) Mettez entre crochets chaque phrase subordonnée relative commençant par dont.

Exemple : P1 On ne connaît pas toujours la valeur nutritive des aliments.


P2 On se nourrit d’aliments.

P1 + P2 On ne connaît pas toujours la valeur nutritive des aliments


[dont on se nourrit] .

1. P1 Ce supermarché vend plusieurs produits locaux.


P2 Je me souviens de ce supermarché.

P1 + P2 Ce supermarché [dont je me souviens] vend plusieurs produits locaux.

2. P1 Ma grand-mère m’a transmis une recette de soupe aux pois.


P2 Je raffole de cette recette de soupe aux pois.

P1 + P2 Ma grand-mère m’a transmis une recette de soupe aux pois [dont


je raffole].

250 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3. P1 Au l de ses voyages, Timothée a vécu des mésaventures gastronomiques.
P2 Il a parlé de ses mésaventures gastronomiques dans ses chroniques.

P1 + P2 Au l de ses voyages, Timothée a vécu des mésaventures


gastronomiques [dont il a parlé dans ses chroniques].

4. P1 Ce restaurant indien propose une cuisine rafnée, mais abordable.


P2 La critique dit beaucoup de bien de ce restaurant indien.

P1 + P2 Ce restaurant indien [dont la critique dit beaucoup de bien]


propose une cuisine rafnée, mais abordable.

7 Terminez les phrases subordonnées relatives mises entre crochets. Pour cela, faites
comme dans l’exemple.
a) Dans P2, soulignez le groupe qui sera remplacé par un pronom relatif.
b) Choisissez le pronom relatif approprié : que ou dont.
Rappel : si le groupe remplacé commence par la préposition de, vous devez
employer dont.

Exemple : P1 Le projet suscite de vives critiques.


P2 Nous discutons de ce projet.

P1 + P2 Le projet [dont nous discutons] suscite de vives critiques.

Exemple : P1 Le projet suscite de vives critiques.


P2 Nous défendons ce projet.

P1 + P2 Le projet [que nous défendons] suscite de vives critiques.

1. P1 La maison est en pleine forêt.


P2 Je rêve de cette maison.

P1 + P2 La maison [ dont je rêve] est en pleine forêt.

2. P1 La maison est en pleine forêt.


P2 J’habite cette maison.

P1 + P2 La maison [ que j’habite] est en pleine forêt.

3. P1 Le musée est éblouissant.


P2 Nous sortons de ce musée.

P1 + P2 Le musée [ dont nous sortons] est éblouissant.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 251
4. P1 Le musée est éblouissant.
P2 Nous visitons ce musée.

P1 + P2 Le musée [ que nous visitons] est éblouissant.

5. P1 Le lm iranien est à l’afche.


P2 Vous parlez de ce lm.

P1 + P2 Le lm iranien [ dont vous parlez] est à l’afche.

6. P1 Le lm iranien est à l’afche.


P2 Vous recommandez ce lm.

P1 + P2 Le lm iranien [ que vous recommandez] est à l’afche.

7. P1 Cette blague est particulièrement drôle.


P2 Tu as raconté cette blague.

P1 + P2 Cette blague [ que tu as racontée] est particulièrement drôle.

8. P1 Cette blague est particulièrement drôle.


P2 Tu te souviens de cette blague.

P1 + P2 Cette blague [ dont tu te souviens] est particulièrement drôle.


!
On appelle 8 a) Rédigez huit phrases contenant chacune une phrase subordonnée relative.
Utilisez l’antécédent en gras et le pronom relatif fournis.
le mot ou le
groupe de mots b) Placez entre crochets toutes vos phrases subordonnées relatives.
repris par le
c) Surlignez tous les pronoms relatifs.
pronom.
Exemple : rue qui J’habite sur la rue [qui longe la rivière] .
que J’habite sur la rue [que tu vois là-bas] .
où La rue [où j’habite] longe la rivière.
dont La rue [dont je te parle] longe la rivière.
Exemples de réponses.
1. plage qui Je découvre une plage [qui est très isolée].
que La plage [que j’aime le plus] est isolée.
où La plage [où je vais] est sauvage.
dont La plage [dont je rêve] est très isolée.

2. moment qui Isha a vécu un moment [qui l’a marquée].


que Isha a vécu un moment [qu’elle n’oubliera jamais].
où Isha revit le moment [où elle a retrouvé son père].
dont Ce moment [dont Isha se souvient] est inoubliable.

252 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR

La phrase subordonnée complétive


1 La phrase subordonnée complétive peut être incluse dans un groupe de mots,
le plus souvent au moyen du subordonnant complétif que.
P enchâssante
GV
P sub. compl.
Ex. : Maude pense que son équipe est la meilleure .

P enchâssante
GAdj
P sub. compl.
Ex. : Elle est triste que son équipe perde souvent .

Remarque
Le subordonnant complétif que se distingue du pronom relatif que.
• Le subordonnant complétif que ne reprend rien dans la phrase.
Il n’a pas d’antécédent.
P sub. compl.
Ex. : Je veux que tu reviennes.
Le subordonnant complétif que n’a pas d’antécédent. Il est vide de sens.
• Le pronom relatif que reprend un mot ou un groupe de mots dans la phrase. Antécédent,
Il a un antécédent. p. 244
P sub. rel.
Ex. : La dame que j’ai rencontrée m’a beaucoup aidée.
Le pronom relatif que a un antécédent : La dame.

2 Comme la phrase subordonnée complétive est une phrase, elle est formée
d’un sujet et d’un prédicat.
P sub. compl.
Ex. : Maude pense que son équipe est la meilleure.
La phrase subordonnée est formée du sujet son équipe et du prédicat est la meilleure.

3 La phrase subordonnée complétive peut remplir plusieurs fonctions dont


les suivantes : complément direct du verbe, complément indirect du verbe,
complément de l’adjectif.
La phrase subordonnée complétive qui complète directement un verbe
remplit la fonction de complément direct du verbe. CD du V,
GV p. 129
P sub. compl.-CD du V dit
Ex. : La jeune lle dit que ses coéquipières patinent bien .

La phrase subordonnée complétive remplit ici la fonction de CD du V.


En effet, elle peut être remplacée par qqch. après le verbe (La jeune lle dit qqch.).

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 253
Remarque
La phrase subordonnée complétive remplit la fonction de complément direct
du verbe comme le font, par exemple, un groupe nominal ou un pronom.
P sub. compl.-CD du V dit
Ex. : La jeune lle dit que ses coéquipières patinent bien.
GN-CD du V dit
Ex. : La jeune lle dit la vérité.
Pron.-CD du V dit
Ex. : La jeune lle dit cela.

La phrase subordonnée complétive qui complète indirectement un verbe


CI du V, remplit la fonction de complément indirect du verbe.
p. 134 GV
P sub. compl.-CI du V se souvient
Ex. : Éloi se souvient que l’équipe a gagné la nale de l’an dernier .

La phrase subordonnée complétive remplit la fonction de CI du V.


En effet, elle peut être remplacée par de qqch. après le verbe (Éloi se souvient
de qqch.).
Remarque
La phrase subordonnée complétive remplit la fonction de complément indirect
du verbe comme le fait, par exemple, un groupe prépositionnel.
P sub. compl.-CI du V se souvient
Ex. : Éloi se souvient que l’équipe a gagné la nale de l’an dernier.
GPrép-CI du V se souvient
Ex. : Éloi se souvient de cette victoire.
GPrép-CI du V se souvient
Ex. : Éloi se souvient de cela.

La phrase subordonnée complétive qui complète un adjectif remplit


C de l’adj., la fonction de complément de l’adjectif.
p. 144 GAdj
P sub. compl.-C de l’adj. triste
Ex. : La jeune lle est triste que son équipe perde souvent .

La phrase subordonnée complétive remplit la fonction de C de l’adj.


Remarque
La phrase subordonnée complétive remplit la fonction de complément
de l’adjectif comme le fait, par exemple, un groupe prépositionnel.
P sub. compl.-C de l’adj. triste
Ex. : La jeune lle est triste que son équipe perde souvent.
GPrép-C de l’adj. triste
Ex. : La jeune lle est triste à pleurer.

254 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


À RETENIR

La réduction de la phrase subordonnée complétive


Certaines phrases subordonnées complétives peuvent être remplacées par
un groupe nominal (GN) ou par un groupe prépositionnel (GPrép).
• Remplacement de la subordonnée complétive par un GN
Ex. : Notre capitaine souhaite que les mises en échec soient interdites.
Notre capitaine souhaite l’interdiction des mises en échec.
Ex. : L’entraîneur veut que nous gagnions le match.
L’entraîneur veut une victoire.
• Remplacement de la subordonnée complétive par un GPrép
Ex. : Nous sommes heureux que tu reviennes au jeu.
Nous sommes heureux de ton retour au jeu.
Ex. : Lucas m’a dit que je devais persévérer.
Lucas m’a dit de persévérer.

1 a) Dans chacune des phrases suivantes, mettez entre crochets la phrase


subordonnée complétive.
b) Encadrez le subordonnant.
c) Soulignez le verbe ou l’adjectif complété par la phrase subordonnée complétive.
d) Notez la fonction de la phrase subordonnée.
CD du V
Exemple : Sacha estime [qu’il a assez étudié].
C de l’adj.
Exemple : Sacha est certain [qu’il réussira son examen].

CI du V se souvient
1. Le professeur se souvient [ que Sacha lui a promis d’étudier].

CD du V constate
2. Le jeune homme constate [ que Sacha a fait un bel effort].

C de l’adj. ravi
3. Il est ravi [ que Sacha ait travaillé si fort].

CD du V sait
4. Sacha sait [ qu’il a besoin d’aide].

C de l’adj. sûrs
5. Lui et ses parents sont sûrs [ qu’il réussira].

CD du V a trouvé
6. La classe a trouvé [ que l’examen était facile].

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 255
C de l’adj. conscients
7. Les élèves sont conscients [ que la matière à l’étude était importante].

C de l’adj. soucieuse
8. L’équipe est soucieuse [ que tout se passe bien].

CI du V doutent
9. Certains doutent [ que les élèves consacrent assez de temps à leurs études].

CD du V déclarent
10. Plusieurs déclarent [ qu’on passe trop de temps devant les écrans].

CD du V juge
11. Sacha juge [ qu’il partage bien son temps entre les études et le ski].

CD du V apprécient
12. Ses parents apprécient [ qu’il consacre un peu plus de temps à ses études].

CD du V désire
13. Le jeune skieur désire [ que ses performances sur les pentes s’améliorent].

2 Lisez le court extrait suivant en vous intéressant particulièrement aux deux que.
Chacun introduit une phrase subordonnée.
1
Le capteur de rêves est un objet sacré qu’utilisent plusieurs nations

amérindiennes de l’Amérique du Nord-Est. 2 Les Amérindiens croient qu’il

permet de laisser passer les bons rêves et de retenir les mauvais. Le matin

venu, les rayons du soleil brûlent les rêves néfastes emprisonnés dans le

capteur de rêves.

Jesse Boulette et collab., Québec.docs, 2e cycle du secondaire, 1re année, Chenelière Éducation, 2013, p. 16.

a) Dans la phrase 1, le mot qu’ est-il un pronom relatif ou un subordonnant


complétif ? Justiez votre réponse.

• Réponse : Pronom relatif.


• Justication : Il a un antécédent : « un objet sacré ».

b) Dans la phrase 2, le mot qu’ est-il un pronom relatif ou un subordonnant


complétif ? Justiez votre réponse.

• Réponse : Subordonnant complétif.


• Justication : Il ne reprend rien dans la phrase, il n’a pas d’antécédent.

256 JONCTION DE PHRASES ET PONCTUATION Reproduction interdite © TC Média Livres Inc.


3 Ajoutez des phrases subordonnées complétives de manière à compléter chaque mot
en gras. Dans les phrases 1 à 3, mettez le verbe de la subordonnée au subjonctif.
Exemples de réponses.
1. Ils souhaitent que les vacances soient reposantes.

2. Tu veux que Julia te téléphone.

3. Elle est triste que tu repartes si tôt.

4. Nous sommes convaincus que notre ratatouille sera délicieuse.

5. On pense que la situation est encourageante.

6. Je vous promets que vous ne serez pas déçus.

7. Je me souviens que tu voulais adopter un chaton.

4 Dans les extraits suivants, soulignez, s’il y a lieu, les phrases subordonnées
complétives, puis surlignez les subordonnants complétifs.

1. On a longtemps pensé que la Terre était le centre de l’Univers.


Inés Escrivá et collab., ADN, Science et technologie, Chenelière Éducation, 2012, p. 2.

2. Pour les humains, la Terre est vaste. Les distances à y parcourir exigent
souvent plusieurs heures de déplacement. Pourtant, lorsqu’on compare la
Terre avec l’Univers, on réalise que notre planète est incroyablement petite.
Ibid., p. 3.

3. Pour que la vie apparaisse et se développe, l’eau doit être à l’état liquide.
Ibid., p. 8.

4. Aujourd’hui, on sait que les êtres vivants participent activement à l’équilibre


climatique de la planète.
Ibid., p. 9.

5. La force gravitationnelle qu’exerce la Terre grâce à sa masse permet


d’attirer les gaz et de constituer une atmosphère, condition essentielle au
développement de la vie sur la planète.
Ibid., p. 8.

6. On considère que l’eau est non seulement une substance essentielle au


développement de la vie, mais qu’elle a aussi favorisé son apparition.
Ibid., p. 8.

Reproduction interdite © TC Média Livres Inc. TROIS SORTES DE PHRASES SUBORDONNÉES 257
7. Différentes missions spatiales ont prouvé que l’eau existe sur Mars, mais sous
forme de glace, et que de l’eau liquide a déjà été présente à sa surface, à une
époque où la température était plus élevée.
Ibid., p. 10.

8. La Terre recèle des fossiles que l’humain a depuis toujours interprétés comme
des traces du passé.
Ibid., p. 17.

5 a) Soulignez les phrases subordonnées complétives.


b) Récrivez les phrases en remplaçant les subordonné