Vous êtes sur la page 1sur 60

GUIDE De

DIAGNOSTIC
ENERGETIQUE
dans L’INDUSTRIE
et les services

Accompagner
les entreprises et les services à
maîtriser leur consommation et
leur coût énergétique

Kit de l’Expert en Diagnostic Energétique


dans l’Industrie et les Services
REMERCIEMENTS

Cet outil a été réalisé avec le soutien


du Programme de promotion des énergies
renouvelables, de l’efficacité énergétique
et de l’accès aux services énergétiques
(PERACOD)

PERACOD
Immeuble Isocèle (3ème étage)
Rue de Diourbel x Piscine Olympique, Point E
BP 3869 - Dakar, Sénégal
Tél. : +221 33 859 27 70
E-mail : info@peracod.sn
Site web : www.peracod.sn
GUIDE De DIAGNOSTIC
ENERGETIQUE dans
L’INDUSTRIE et les serviceS

Accompagner les industries et les services


à maîtriser leur consommation et
leur coût énergétique

Octobre 2016
© AEME, BMN & GIZ PERACOD - Tous droits réservés -
AVANT-PROPOS
La raréfaction des énergies fossiles et l’absolue nécessité de réduction des émissions de gaz à effet de serre
ont conduit l’ensemble des gouvernements et institutions mondiaux à définir des stratégies visant à réduire la
dépendance à l’énergie fossile.
Pour l’Afrique les enjeux de l’énergie occupent une importance particulière car devant à la fois permettre
le développement économique mais également être un facteur de réduction de la pauvreté. Conscient de ces
enjeux les acteurs politiques, les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et les institutions financières mettent
progressivement en œuvre une multitude de mécanismes incitatifs et des contraintes règlementaires pour développer
un secteur de l’énergie propre et efficient. C’est dans ce cadre qu’ont été par exemple créées le Centre pour les
Energies Renouvelables et l’Efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) au niveau sous régional ou encore
l’Agence pour l’Economie et la Maitrise de l’Energie (AEME) au Sénégal, au niveau local.
Au Sénégal, la politique énergétique est déclinée par les autorités à travers les différentes lettres de politique
de développement du secteur de l’énergie (LPDSE). Ces lettres sont élaborées en se référant aux orientations
données à l’échelle macro-économique avec les documents nationaux de référence qui ont été successivement la
Stratégie Nationale de développement Economique et Social (SNDES) en 2012, le programme Yoonou Yokkuté la
même année et le Plan Sénégal Emergent (PSE) depuis 2014. Dans l’ensemble de ces documents stratégiques, la
maîtrise de l’énergie occupe une position importante comme solution à la problématique énergétique.
L’efficacité énergétique, définie comme la cohérence des actions visant à réduire et maitriser ses dépenses
énergétiques de manière durable par la gestion des approvisionnements en énergie, la réduction des besoins et la
maitrise des courbes de charges, l’amélioration de la performance des équipements de production et de distribution,
et l’intégration des énergies renouvelables, est le premier levier d’action tant en terme de rentabilité économique
que de durabilité. C’est d’ailleurs, conscient de ce fort levier de compétitivité des entreprises que le Bureau de Mise
à Niveau (BMN) l’a complétement intégré à son dispositif d’accompagnement en mettant en place des mécanismes
financiers incitatifs pour les entreprises qui suivent le programme de mise à niveau.
Malgré la jeunesse de la discipline, l’efficacité énergétique est un domaine en forte mutation avec de nombreuses
évolutions technologiques et règlementaires ainsi qu’une multiplication des acteurs. Cela fait apparaître un besoin
croissant de renforcement de capacité des consultants en efficacité énergétique, qui sont de véritables intégrateurs
de solutions techniques, managériales et financières pour les entreprises, les institutions et les collectivités locales.
Le présent guide de diagnostic énergétique dans l’industrie et les services, est le fruit de la collaboration entre
l’AEME et le BMN avec l’assistance technique du programme Sénégalo-Allemand pour la Promotion des énergies
renouvelables, de l’efficacité énergétique et de l’accès aux services énergétiques (PERACOD). Le PERACOD est mis
en œuvre par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) mandatée par le Ministère fédéral
allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et sous la tutelle du Ministère de l’Energie
et du Développement des Energies Renouvelables du Sénégal (MEDER). Le guide a bénéficié également d’une
forte participation des professionnels du secteur à travers le réseau Africain des Experts en Efficacité Energétique
(RAEEE). Il a pour ambition de participer au renforcement de capacité des experts en efficacité énergétique, à
une meilleure harmonisation des démarches et méthodologies et ainsi à une lecture plus claire pour les autorités
et une appropriation par les entreprises industrielles et les établissements de services. Pour faciliter la mission
de diagnostic de l’expert, le guide est complété par une série de neuf outils pratiques. Le guide et ses outils sont
regroupés au sein d’un même coffret et constituent ensemble un véritable Kit de l’Expert en Diagnostic Energétique
dans l’Industrie et les Services.
Biram FAYE Ibrahima DIOUF
Directeur Général de l’AEME Directeur du BMN
AEME Agence pour l’Economie et la Maîtrise de l’Energie
ABREVIATIONS GPL
IPMVP
Gaz de Pétrole Liquéfié
International Performance Measurement and Verification Protocol
BMN Bureau de Mise à Niveau
CFC Chlorofluorocarbures
CO2 Dioxyde de carbone
FCFA Francs CFA
GES Gaz à effet de serre
HCFC Hydrochlorofluorocarbures
HFC Hydrofluorocarbures
Ktep Kilo tonne équivalent pétrole
MDP Mécanisme pour un développement propre
PME/PMI Petite et Moyenne Entreprises / Petite et Moyenne Industrie
SENELEC Société Nationale d’Electricité du Sénégal
Tep Tonne équivalent pétrole

Le présent guide technique pour la réalisation des diagnoctics énergétiques


concerne à la fois l’Industrie et le Bâtiment du secteur tertiaire. Toutefois, certaines
parties sont spécifiques à l’un ou l’autre des domaines. Une iconographie doublée
d’un code couleur vous aidera à identifier ces spécificités tout au long du guide.

INDUSTRIE SERVICES
I. INTRODUCTION 8

II. METHODOLOGIE DE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE 10

1. DEFINITION DU DIAGNOSTIC ENERGETIQUE 11


2. APPROCHE DE LA METHODOLOGIE 11
3. DEROULEMENT DU DIAGNOSTIC ENERGETIQUE 12
3.1. VISITE PRELIMINAIRE 13
3.2. DIAGNOSTIC ENERGETIQUE PRELIMINAIRE 13
3.3. DIAGNOSTIC ENERGETIQUE APPROFONDI 21

III. STRUCTURE DU RAPPORT 42


DE DIAGNOSTIC ENERGETIQUE

outils pratiques annexés au guide

Outil 1 : Livret de l’expert - Feuille de route pour bien conduire un diagnostic énergétique
Outil 2 : Cahier « CLIENT » et cahier « EXPERT » de collecte des données
Outil 3 : Mesures d’économie d’énergie
Outil 4 : Equations et données usuelles en énergie
Outil 5 : Analyse économique des projets d’efficacité énergétique
Outil 6 : Fiche d’action
Outil 7 : Protocole de mesurage
Outil 8 : Fiche d’analyse des risques
Outil 9 : Synthèse du diagnostic énergétique
I. INTRODUCTION

8
Dans le cadre de ses activités dans le domaine de l’efficacité énergétique, le programme PERACOD, en
appui à l’Agence pour l’Economie et la Maîtrise de l’Energie et en collaboration avec le Bureau de Mise
à Niveau, accompagne dans les secteurs de la production / transformation et tertiaire des entreprises
sénégalaises à la rationalisation de leurs consommations énergétiques par la réalisation de diagnostics
énergétiques, étape importante d’évaluation des économies d’énergie potentielles et d’aide à la décision
d’investissement.
Partant de l’importance de cette étape dans la réussite d’un projet d’efficacité énergétique, un référentiel sur
la méthodologie à suivre dans la réalisation des diagnostics énergétiques était indispensable.
C’est dans ce cadre qu’est présenté ce guide technique pour la réalisation des diagnostics énergétiques
dans les PME/PMI au Sénégal, détaillant et standardisant les démarches, procédures, moyens, instruments,
etc.
Ce guide prend en considération les référentiels des systèmes de management internationaux et il propose
une démarche rassurante non seulement aux établissements concernés mais également aux pouvoirs
publics, institutions financières et bailleurs de fonds pour lesquels les résultats des projets d’efficacité
énergétique représentent leur première préoccupation.
Ce guide s’adresse essentiellement aux quatre groupes d’utilisateurs potentiels suivants :
Groupe 1 : les cabinets d’études et consultants dans le domaine de l’efficacité énergétique
notamment les membres du Réseau Africain des Experts en Efficacité Energétique qui a dans ses
objectifs l’harmonisation des méthodologies et rapports de diagnostic.
Groupe 2 : le Ministère en charge de l’énergie et son organe d’exécution de la politique en matière
d’efficacité énergétique l’AEME, les autres Ministères, la SENELEC et des acteurs publics du
secteur fortement impliqués dans des programmes d’efficacité énergétique tel que le Bureau de
Mise à Niveau.
Groupe 3 : les partenaires techniques et financiers et les banques privées qui investissent dans
le secteur.
Groupe 4 : les entreprises et établissements des différents secteurs de l’économie sénégalaise qui
souhaitent mettre en œuvre des projets d’efficacité énergétique.
Ce guide servira de cahier des charges et d’outil d’appréciation des diagnostics énergétiques pour les trois
derniers groupes alors que pour le premier groupe, ce guide est un outil de renforcement des capacités et
un référentiel pour la conduite de la mission et la rédaction du rapport de diagnostic énergétique.

9
II. METHODOLOGIE
DE DIAGNOSTIC
ENERGETIQUE

10
1. Définition du diagnostic énergétique
Par définition, un diagnostic énergétique permet d’identifier les différentes possibilités d’économie d’énergie
dans les entreprises, institutions, établissements, etc. sans affecter la qualité, les conditions de confort ou
de service rendu.
Il permet également de simuler leurs impacts tant sur le plan énergétique, que financier et environnemental.
Ainsi, le diagnostic énergétique constitue un véritable outil d’aide à la décision pour celles et ceux qui
souhaitent optimiser leur consommation d’énergie. Il apporte un éclairage et un recul particulièrement
utiles pour comprendre comment les consommations énergétiques sont utilisées ainsi que la performance
énergétiques des installations et des bâtiments. Cela permet ainsi d’établir la cartographie énergétique
qui est un bilan de la consommation selon l’usage et le temps. Cette cartographie, comparée au profil des
besoins intrinsèques permet de dégager les potentialités d’économie d’énergie.
Un diagnostic énergétique est le cœur de tout programme de gestion de l’énergie. Il doit donc être
accompagné de l’application d’un système continu de management de l’énergie au sein de l’établissement
ou de l’institution.

2. Approche de la méthodologie
L’énergie est consommée pour satisfaire des besoins en matière de productivité, de qualité, de confort et
de service rendu. La méthodologie proposée dans ce guide traite le sujet de l’énergie avec une approche
globale qui met en évidence son articulation avec les différents aspects présentés ci-dessous et considère
l’efficacité énergétique comme une condition pour une performance optimale de l’établissement, de
l’institution qui en est ainsi une porte vers une mise à niveau globale.

Conception : Comment concevoir aujourd’hui le projet de demain dans un souci d’efficacité


énergétique ?
Confort : Le meilleur rapport entre le confort et l’énergie consommée.
Management et comptabilité énergétique : Ils garantissent une consommation énergétique
contrôlée et optimisée.
Performance des équipements : C’est l’objectif principal de tout diagnostic énergétique qui
cherche les moyens d’offrir un service demandé à moindre énergie consommée et charges
relatives.
Compétence, Formation et Sensibilisation : Toute personne travaillant en rapport avec les
usages énergétiques significatifs, devra avoir la compétence nécessaire, à savoir qu’elle dispose
de la qualification et de la formation.
Comportement : Le comportement est un facteur déterminant de la consommation finale
d’énergie.
Organisation : Une bonne organisation permet de gagner en temps, en qualité du service et en
énergie.
Maintenance : La maintenance est bénéfique non seulement pour l’énergie mais également pour
la productivité et la durée de vie des équipements.

11
Productivité : Une meilleure productivité et disponibilité des machines engendrent une
consommation spécifique plus faible, en effet pour certains équipements, il y a une consommation
fixe et une consommation variable liée à la quantité produite, l’augmentation de la production
engendre une réduction de la consommation spécifique ainsi que le coût énergétique du produit
(exemple pour un four-tunnel, consommation électrique des extracteurs1 pour le refroidissement
qui est fixe, alors que la consommation thermique dépend de la quantité produite, l’augmentation
de la productivité du four engendre une réduction de la consommation spécifique d’électricité).
Qualité : L’énergie consommée pour un produit non-conforme est une énergie perdue et un
manque à gagner dans le chiffre d’affaires.

Force des résultats !


Afin de rassurer les investisseurs ainsi que les entreprises, institutions et établissement sur les résultats des
projets d’efficacité énergétique, la méthodologie développée dans ce guide exige du consultant en charge
du diagnostic énergétique de présenter notamment :

une analyse des risques liés aux projets d’efficacité énergétique qu’il propose et des solutions
idoines
les options de mesurages et vérifications des économies d’énergie escomptées, telles que
définies par le protocole international IPMVP2.

Ils représentent des éléments de base du concept ESCO (Energy Service Company) basé essentiellement
sur la garantie des résultats des actions proposées à l’issue du diagnostic énergétique.

Exigences du système de management de l’énergie ISO 50001


Afin de garantir la viabilité de ce guide, la méthodologie développée prend en considération les exigences du
référentiel ISO 50001. Elle permettra à l’établissement de se préparer à la certification selon ledit référentiel.
C’est dans ce contexte que la méthodologie exige l’analyse du Système de Management de l’Energie au
sein de l’établissement ainsi que l’évaluation de l’engagement de la Direction de l’établissement dans un
processus d’amélioration continue de l’efficacité énergétique

3. Déroulement du diagnostic énergétique


La mission du consultant / expert dans l’établissement devra suivre les trois étapes suivantes :

Etape 1 -Une visite préliminaire d’évaluation


Etape 2 - Un pré-diagnostic énergétique
Etape 3 -Un diagnostic énergétique approfondi

1
Dans le cas des extracteurs à vitesse fixe
12
2
http://www.evo-world.org/index.php?option=com_content&view=article&id=272&Itemid=379&lang=en
3.1. Visite préliminaire

Le consultant doit effectuer une visite préalable des installations du site. La visite doit être précédée par
l’envoi au responsable du site d’un canevas de collecte de données générales sur l’activité concernée (voir
Outil n°2 Cahier de collecte de données / Client). Cette visite doit permettre :

d’évaluer le champ et le périmètre de la mission
d’évaluer le travail à effectuer
de découvrir la spécificité du site (complexité des installations, horaires de travail, procédures
internes de sécurité et d’hygiène)
d’élaborer un plan d’intervention de chaque expert membre de l’équipe proposée par le consultant

Le pré-diagnostic énergétique doit être précédé par une réunion de démarrage en présence du premier
responsable de l’établissement. A cette réunion, le consultant confirme avec les responsables de
l’établissement le champ et le périmètre de la mission, présente la valeur ajoutée du diagnostic énergétique,
la démarche à suivre, les premières données à collecter, l’équipe des experts intervenants ainsi que le
programme détaillé d’intervention.
A cette réunion le responsable de l’établissement désigne un représentant de la Direction qui sera
l’interlocuteur du consultant durant le déroulement du diagnostic.

3.2. Pré-Diagnostic énergétique

Le pré-diagnostic, comme étape préparatoire du diagnostic énergétique approfondi, doit présenter


essentiellement :

Une description de la composition de l’enveloppe des bâtiments et des différents équipements
consommateurs d’énergie4
Une description des installations électromécaniques
Une description des process de production
Une évaluation du système de management au sein de l’établissement
Une photographie de la situation énergétique
Une typologie préliminaire de la consommation énergétique
Une analyse des contrats de fourniture de l’énergie
Une analyse des variables influant sur la consommation énergétique
Les caractéristiques de l’année de référence (voir paragraphe 3.2.g)
Une liste des pistes et une estimation du potentiel d’économie d’énergie
Un plan d’intervention pour la phase du diagnostic énergétique approfondi en particulier le
programme de la campagne de mesure qui tiendra compte des cycles de fonctionnement de
l’organisation.

3
Cette visite est différente de la visite préliminaire pour établir l‘offre
4
Dans le cas d’une entreprise de production, le bâtiment sera étudié s’il occupe une part importante dans la consommation énergétique 13
A cette phase, le consultant récupère et vérifie le cahier de collecte de données remplie par le client et
procède à la collecte de toutes données complémentaires relatives à la consommation d’énergie ainsi que
toute donnée utile pour situer la performance énergétique de chaque activité de l’établissement (installations
électromécaniques, bâtiments, équipement, matériel roulant).
Pour cela, un modèle de canevas de collecte des données est proposé (voir outil N°3).
Ces données présentées dans les chapitres suivants serviront pour le diagnostic énergétique approfondi.

a. Description de l’enveloppe et des installations électromécaniques

Utilité
Elle permet de mieux comprendre l’activité de l’établissement, l’aménagement et la composition
des enveloppes de leur(s) bâtiment(s), l’état de leurs installations à travers une description critique
de leurs modes d’utilisation et de leurs conformités par rapport aux normes nationales et/ou
internationales.

Documents et données à collecter


Plans architecturaux des bâtiments
Composition des enveloppes ainsi que leurs caractéristiques thermiques pour les locaux
climatisés
Données techniques sur les installations et les équipements, leurs besoins énergétiques, leurs
modes d’utilisation, leurs paramètres d’exploitation (températures, humidité, etc.)
Profil d’occupation des bâtiments (par bloc, service, étage)
Plan de masse de site, schéma unifilaire électrique, plans d’éclairage, plan de distribution de
vapeur, du froid, d’air comprimé et d’eau
Dernier rapport d’inspection technique des installations électriques et thermiques par le bureau
du contrôle
Données sur les différentes lignes de production (étapes de production, capacité des différentes
sections et des équipements, leurs besoins énergétiques, leurs modes d’utilisation, leurs
paramètres d’exploitation : températures, humidité, modes etc.), ces données sont utiles pour
dresser le schéma de procédé
Caractéristiques techniques (équipements du procédé, utilités, parc d’automobile)

b. Evaluation du système de management de l’énergie

Utilité
Le Système de Management de l’Energie (SME) est un processus d’amélioration continue de
l’efficacité énergétique au sein de l’établissement. La norme ISO 50001 a défini des exigences
pour la mise en place d’un SME. Le consultant devra évaluer le SME de l’établissement en se
référant aux dites exigences (consulter : www.iso.org).

14
Documents et données à collecter
Manuel des procédures de l’établissement (organigramme l’établissement, procédures de
gestion de l’énergie, d’achat des services énergétiques, de produits et d’équipements ayant
ou pouvant avoir un impact sur un usage énergétique significatif et de maintenance des
équipements à usage énergétique)
Exigences légales ou autres exigences concernant les usages de l’établissement, sa
consommation et son efficacité énergétique
Plan de formation
Plan de communication
Indicateurs de performance énergétique
Documents de suivi et d’analyse de la consommation énergétique (tableau de bord énergétique,
objectifs et cibles énergétiques, plans d’actions de management de l’énergie, revue énergétique
et revue de management)
Rapport d’audit interne s’il existe

c. Photographie de la situation énergétique

Utilité
Elle permet de visualiser rapidement : les sources d’énergie utilisées, la consommation d’énergie
globale, son évolution durant les trois dernières années, sa répartition par forme d’énergie, les
coûts relatifs, l’énergie primaire équivalente, le poids de l’énergie par rapport au chiffre d’affaires
(en % du chiffre d’affaire total et en tep pour une partie du chiffre d’affaire, par exemple par million
FCFA) et aux charges fixes d’exploitation et les ratios de la consommation énergétique globale.

Différents types de ratios de consommation énergétique pour quelques structures types

Structure Ratios de consommation énergétique

tep / nuitée réalisée kWh / nuitée réalisée litre de carburant / nuitée


Hôtel réalisée litre de carburant / m2 Wh / m2 tep / m2 poids de l’énergie
par rapport au chiffre d’affaires (en % et en tep / million de FCFA)

tep / hospitalisation kWh / hospitalisation litre de carburant /


Hôpital
hospitalisation litre de carburant / m2 tep / m2 kWh / m2

Bâtiment administratif litre de carburant / m2 tep / m2 kWh / m2

tep / visite kWh / visite tep / m2 kWh / m2 kWh / mètre linéaire


Centre commercial ou
tep / mètre linéaire poids de l’énergie par rapport au chiffre d’affaires
hypermarché
(en % et en tep / million de FCFA)

Education kWh / apprenant kWh / personne kWh / m²

Nota Bene : Les ratios précités en m2 doivent être calculés par rapport à la surface des planchers. Pour le cas d’un centre
commercial ou hypermarché, les ratios sont plus significatifs lorsqu’ils se calculent par rapport à la surface de vente
15
Documents et données à collecter
Factures énergétiques des trois dernières années (Electricité, Gasoil, autre forme d’énergie)

Données mensuelles utiles pour le calcul des ratios précités (nombre de nuitée, nombre
d’hospitalisation, nombre de visites), le consultant doit collecter également les données sur
les surfaces des bâtiments et les mètres linéaires pour le cas d’un centre commercial ou
hypermarché

Données de production annuelles enregistrées pendant les trois dernières années

Chiffres d’affaires ainsi que les charges fixes d’exploitation de l’établissement


pendant les trois dernières années

d. Typologie préliminaire de la consommation énergétique

Utilité
Cette typologie consiste à présenter les bilans de puissances électriques et thermiques et une
estimation de la répartition de la consommation de chaque forme d’énergie pour les différents
sous-secteurs de consommation de l’énergie (par poste de consommation et par type de système).

Exemple d’un bâtiment tertiaire

Postes de consommation
• Cas d’un hôtel : blocs d’hébergement, bâtiment administratif, buanderie, cuisine et restauration,
SPA (centre de remise en forme) et fitness, salles polyvalentes et de commission, locaux
techniques, utilités
• Cas d’un hôpital : blocs opératoires, services de consultation, blocs d’hébergement, cuisine,
buanderie, administration, utilités
• Cas d’un bâtiment administratif : bureaux, accueil et couloirs, cuisine et restauration, utilités
• Cas d’un centre commercial ou hypermarché : surface de vente, surface hors vente
Types de systèmes
• Cas d’un hôtel : éclairage, climatisation, réfrigération, extraction, pompage, équipements de
cuisine, équipements de buanderie, ascenseurs et monte-charge et équipements bureautiques
• Cas d’un hôpital : éclairage, climatisation, réfrigération, extraction, pompage, équipements
de cuisine, équipements de buanderie, ascenseurs et monte-charge, équipements
bureautiques, équipements biomédicaux et air comprimé
• Cas d’un bâtiment administratif : éclairage, climatisation, extraction, pompage, équipements
de cuisine et de restauration, ascenseurs et équipements bureautiques
• Cas d’un centre commercial ou hypermarché : éclairage, climatisation, réfrigération (froid
positif et froid négatif)

16
Exemple d’un moulin

Postes de consommation : Bâtiment administratif, unités de production, parc d’automobile et


groupes électrogènes
Etapes de production : Réception de blé, nettoyage, mouture et ensachage
Lignes de production : Ligne de blé dure et ligne de blé tendre
Systèmes : Procédé (force motrice), air comprimé, éclairage, climatisation, équipements
bureautiques, parc d’automobile et groupes électrogènes

Cette typologie permet d’identifier les postes les plus consommateurs d’énergie et qui seront ciblés
par une investigation approfondie à la prochaine étape du diagnostic.

Une campagne de mesure préliminaire peut être utile à cette phase pour établir les principaux
postes de consommation électrique et thermique de l’établissement et élaborer par la suite une
typologie préliminaire de la consommation énergétique.

Documents et données à collecter


Inventaires des équipements électriques avec toute donnée utile (puissance, âge, performance
initiale, facteur de puissance, heures d’utilisation, vitesse, etc.).
Inventaire des équipements thermiques et relevé de leurs caractéristiques techniques.
Heures d’utilisation des équipements ainsi que leurs taux de charge
Profil d’occupation des bâtiments
Orientation des bâtiments climatisés, la typologie de leurs enveloppes, leurs surfaces vitrées
Données relatives au parc roulant (nombre de véhicules par type, date de mise en exploitation,
kilométrage parcouru, ou heures de marche, coût de maintenance, taux de charge, informations
sur les conducteurs, etc.).
Données de production mensuelle enregistrées pendant les trois dernières années (heures
de production, production par type du produit et par ligne, quantité de matières premières
transformées, taux de rebus à chaque étape de production, taux de disponibilité, taux de non-
conformité ainsi que les causes, rendement des lignes de production ainsi que les Taux de
Rendement Synthétique pour le cas des machines à cadence).

17
e. Analyse du contrat de fourniture de l’énergie

Utilité
A partir du contrat de fourniture d’énergie, le consultant peut déjà identifier des anomalies et
potentiels dans certains paramètres tels que le type d’abonnement, le facteur de puissance, la
puissance souscrite et gestion de la pointe électrique, le taux d’utilisation des transformateurs, le
débit souscrit pour le cas d’un compteur à gaz.

Documents et données à collecter


Contrat de fourniture de l’énergie
Tarifs en vigueurs
Caractéristiques des éventuelles extensions et/ou aménagements ainsi que leurs besoins en
énergie électrique et thermique

f. Analyse des variables influant sur la consommation énergétique

Utilité
L’analyse des variables suivantes est indispensable pour une meilleure compréhension de la
variation de la consommation énergétique et également pour faire le bon choix de l’année de
référence.
Les variables influant la consommation d’énergie sont les variables qui peuvent avoir un impact
sur la consommation d’énergie :
Cas d’un hôtel : données météorologiques, nombre mensuel de nuitées réalisées, de repas
servis, de clients du centre de SPA et fitness, quantité mensuel du linge nettoyé, profil
d’occupation des salles polyvalentes et de commission
Cas d’un bâtiment administratif : données météorologiques, profil d’occupation des bureaux,
nombre de repas servis
Cas d’un hôpital : données météorologiques, profil d’occupation des différents services, nombre
mensuel d’hospitalisation, d’opérations, de repas servis, nombre de nuitées et quantité de
linge nettoyé
Cas d’un centre commercial ou d’un hypermarché : données météorologiques, profil
d’occupation, périodes d’approvisionnement des denrées, nombre de tickets (ou de visites),
quantité d’approvisionnement des produits frais et surgelés, quantité vendue de pains, de
poulets rôtis, de croissants
Cas d’une usine de production : les données météorologiques, la quantité de production selon
le format et type de produits, la nature de matière première, le taux de recyclage, le taux de
non-conformité, taux de rebus, les temps d’arrêts (planifié, non planifié, heures de coupure
d’électricité), nombre de démarrage, nombre du changement de produits, de format, de lot
(exemple : pour une usine de production gazeuse, à chaque changement de parfums, une
sanitation ou nettoyage des équipements est indispensable et nécessite des besoins thermiques)

18
Documents et données à collecter
Données météorologiques (disponibles en général auprès du service météo du pays ou sur le
site de NASA : www.nasa.gov)
Toutes les autres variables précitées

g. Choix de l’année de référence

Le consultant doit aussi définir l’année de référence de consommation énergétique. Les données
de l’année de référence servent de références pour le calcul des économies escomptées par le plan
d’actions ainsi que le mesurage et vérification de ces économies.
L’année de référence peut faire la différence entre un projet rentable et non rentable d’un point de vue
efficacité énergétique. Elle représente un facteur d’ajustement pour un modèle dynamique

Quelle est la période de référence ?


Une période d’un an d’opération de l’établissement choisie comme référence, selon une des
options suivantes :
• une année calendaire s’il existe une année précise qui pourra être considérée comme une
année de référence (ce choix doit être confirmé par l’analyse de la variation de la consommation
énergétique et par les dits variables)
• une moyenne de trois dernières années dans le cas d’une fluctuation dans la consommation
énergétique ou l’établissement n’a pas une vision claire sur le marché
• une année projetée (fictive), dans le cas où des aménagements ou extensions sont prévus
dans l’établissement Le choix de l’année de référence doit être validé par l’établissement

Quels sont les éléments de base d’une année de référence ?


L’historique de consommation et demande pour chaque type d’énergie
La projection de cette consommation dans le cas d’une extension ou aménagement
Les variables de la consommation énergétique citées dans le chapitre précèdent
D’autres facteurs d’ajustement (exemple : tarifs de l’énergie)

Quels sont les points importants à traiter dans le choix de l’année de référence ?
Les variations jugées anormales doivent être interprétées avant d’accepter ces données
comme base à l’année de référence
Il est important de porter une attention particulière à tout équipement ajouté ou enlevé durant
la période choisie comme année de référence
Le rapport du diagnostic énergétique remis au client devra indiquer toutes les corrections
apportées aux factures d’énergie. Ce rapport deviendra un document de référence pour
tout engagement du consultant avec son client par rapport aux résultats du plan d’actions
d’économie d’énergie proposé

19
h. Liste des pistes d’économie et estimation du potentiel d’économie d’énergie

Sur la base des anomalies identifiées à travers la visite des installations, les entretiens effectués
avec les responsables des différents départements et la première analyse des données reçues, le
consultant doit présenter dans le rapport du diagnostic énergétique préliminaire, les éléments suivants
selon les données disponibles fournies par l’établissement :

Evaluation du potentiel d’économie d’énergie par l’analyse des paramètres tarifaires de l’énergie
ainsi que la comparaison des ratios de consommation énergétique enregistrés à des ratios de
référence selon les données disponibles :
Comparer de la consommation énergétique enregistrée des certains équipements à leurs
consommations théoriques définies par les fournisseurs. Exemples :
• dans le cas d’un groupe électrogène, comparer le ratio enregistré litre du carburant / kWh
produit au ratio théorique défini par le fournisseur
• comparer la consommation énergétique enregistrée d’un four à la consommation initiale
définie par le fournisseur
• comparer la consommation du carburant d’un camion à celle recommandé par le fournisseur
et calculer son taux de chargement par rapport à sa capacité)
• dans le cas d’un centre commercial ou hypermarché, comparer la consommation
des meubles frigorifiques aux ratios TEC5 / TDA6 certifié par EUROVENT7
• comparer les ratios de climatisation (W frigorifique / m2 climatisé) à des ratios recommandés
• comparer la densité d’éclairage (W / m2) et la comparer à des valeurs éco-énergétiques
recommandées. Pour le cas d’un centre commercial ou hypermarché, cette densité d’éclairage
doit être calculée pour les différents types de rayons

Densité d’éclairage pour un centre commercial à Tunis (W / m2)


77,1

51,8 50,2
43,7 43,7 43,5 42,1 42,0
33,3 32,8
30,2
21,7

8,9
Parfumerie

Poissonnerie

Surgelés

Gondole

Îlots

Textile

Boulangerie

Fruits & Légumes

Caisse & accueil

Circulation

Buvette

Zone hors vente

Moyenne de zone vente

Source : Rapport d’audit énergétique d’Enerplus, 2012

5
TEC : Total Energy Consumption
20
6
TDA : Total Display Area
7
Dans le cas d’indisponibilité de la consommation énergétique par secteur (absence de compteurs divisionnaires), cette comparaison pourrait être reportée à la phase du diagnostic approfondi
Analyse de la variation des ratios de consommation énergétique précités à la photographie de la
situation énergétique
Liste des pistes d’économie d’énergie à analyser au diagnostic approfondi
Proposition des actions d’économie d’énergie génériques (actions qui ne nécessitent pas une
investigation approfondie, exemple : Installation des compteurs divisionnaires de l’énergie, mise
en place des procédures de suivi et de collecte des données, changement de type abonnement,
révision de la puissance souscrite, gestion de la pointe par le délestage de certains équipements
non prioritaires, mettre en place une stratégie pour une meilleure allocation des chambres d’un
hôtel).

i. Plan d’intervention pour la phase du diagnostic énergétique approfondi

Le consultant identifie les différents points de mesure pour la campagne de mesure. Il établit un
programme précis de mesure (paramètres à mesurer ainsi que l’emplacement des équipements de
mesure).
A l’issue de cette étape, le consultant élabore un rapport de pré-diagnostic regroupant toutes les
informations collectées et les résultats des investigations effectuées. Une structure de ce rapport est
présentée au chapitre 3.
La restitution de ce rapport doit se faire avant d’entamer l’étape du diagnostic approfondi

3.3. Diagnostic énergétique approfondi

a. Campagne de mesures

Le consultant procèdera à une campagne de mesures de tous les paramètres jugés utiles pour
l’élaboration des bilans énergétiques, bilans de matières, l’évaluation des performances énergétiques
des équipements, leurs modes de gestion et le calcul des ratios de consommation énergétique par
sous-secteurs utiles pour une analyse énergétique approfondie.
La campagne de mesure doit être programmée en tenant compte des cycles de fonctionnement des
systèmes sur lesquels on fait des mesures. Par exemple pour un équipement à charge constante
et dont la durée de fonctionnement est connue, une heure de mesure peut suffire pour estimer la
consommation annuelle. Par contre si le cycle d’opération est hebdomadaire, il faut effectuer les
mesures sur une semaine au moins pour pouvoir extrapoler la consommation annuelle.
Le diagnostic approfondi doit couvrir 80% de la facture énergétique (cf. ISO 50001).
Le consultant doit mettre à la disposition du diagnostic énergétique la liste minimale des équipements
de mesures (voir tableau ci-après).

21
Liste indicative des Equipements de mesure

N°1 - Wattmètre N°7 - Analyseur de


FONCTION : Mesure des puissances combustion
réelles (KW), puissance apparente (KVA),
facteur de puissance, courant AC et DC, FONCTION : Mesure O2, CO2 et CO,
tension AC et DC, résistance, fréquence test de fumée, mesure la température des
gaz de combustion
UTILITE : Mesure des paramètres
électriques des équipements et UTILITE : Evaluation des rendements des
établissement des bilans de puissance chaudières et/ou fours

N°8 - Anémomètre
N°2 - Luxmètre FONCTION : Calcul de la vitesse de l’air
FONCTION : Mesure du niveau d’éclairage (moyenne sur un temps donné et moyenne
selon différents points de mesure)
UTILITE : Comparaison du niveau
d’éclairage aux normes UTILITE : Vérification des débits d’air
d’un système de ventilation (air extrait, air
neuf, air injecté)

N°3 - Thermomètre digital N°9 - Débimètre


avec une sonde d’insertion
FONCTION : Mesure du débit d’un fluide
(conduite) et une sonde
UTILITE : Analyse des actions concernant
de surface
les entraînements à fréquence variable sur
FONCTION : Mesure de température des systèmes d’eau glacée, de chauffage à
UTILITE : Etablissement des bilans l’eau chaude, ou sur des procédés
thermiques

N°10 - Tachymètre
N°4 - Thermomètre infrarouge
FONCTION : Mesure de la vitesse de
FONCTION : Mesure la température de rotation d’un moteur, de pompe ou de
surface et celles des zones inaccessibles ventilateur
UTILITE : Etablissement des bilans UTILITE : Détermination des points
thermiques du fonctionnement réel des équipements
sur leurs courbes de performances

N°5 - Enregistreur d’ampérage N°11 - Caméra thermique


(un nombre minimal de trois
enregistreurs est requis) FONCTION : Mesure des températures
de surface par rapport à celles de
FONCTION : Enregistrement d’amperage l’environnement
UTILITE : Enregistrement de l’utilisation en UTILITE : Identification des points de
ampère ainsi que le cycle de déperditions thermiques dans les bâtiments
fonctionnement de l’équipement et les réseaux de distribution thermique

N°12 - Analyseur de l’énergie


N°6 - Enregistreur de électrique
température et d’humidité FONCTION : Mesure instantanée et
enregistrement des grandeurs électriques :
FONCTION : Enregistreur de température
Puissance active (KW), Puissance réactive (KVAR),
et humidité
Energie active et réactive, Harmoniques, Puissance
UTILITE : Enregistrement des conditions maximale, minimale et moyenne enregistrée et
du milieu facteur de puissance
UTILITE : Analyse de quantité de réseau électrique

22
La campagne des mesures concernera essentiellement les installations suivantes (l’expert jugera
de l’opportunité et de la pertinence des mesures qu’il va réaliser en fonction des indications du pré-
diagnostic) :

Performance de l’enveloppe

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Mesure des températures et Evaluation de la conformité par


humidités relatives de l’air extérieur rapport aux exigences, utilisation de
Thermomètre hygromètre
ainsi qu’à l’intérieur des divers locaux ces données pour l’élaboration des
conditionnés bilans énergétiques

Mesure des pressions intérieures Evaluation de la conformité par


Appareil multifonctions avec une
des locaux conditionnés ainsi que la rapport aux exigences ainsi que des
sonde de pression
pression extérieure infiltrations d’air

Relevé des compositions de


l’enveloppe et détermination de leurs
caractéristiques thermiques : murs,
planchers, toits, portes, fenêtres
Relevé des données à partir des
Elaboration des bilans énergétiques,
plans architecturaux et collecte des
Relevé des surfaces et hauteurs des évaluation de la performance
données auprès des responsables
différents locaux énergétique du bâtiment et calcul de
techniques concernant les exigences
sa compacité.
et conditions thermiques des locaux
Suivi des profils d’occupation des
locaux et identification des exigences
thermiques pour les différents locaux
(température, humidité, pression)

Nota Bene : L’évaluation de la performance énergétique des bâtiments ainsi que des impacts des actions correctives devraient se faire par un
logiciel de simulation dynamique professionnel

23
Installations Electriques

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Enregistrement de la courbe des


charges électriques du départ général
pour une période représentative
(enregistrements des principaux Analyse de la qualité de l’énergie et
Analyseur de réseau électrique
paramètres, énergie active, THD, de la courbe des charges électriques
puissance appelée, courant appelée
par phase, facteur de puissance,
tension)

Enregistrement pour la même


période, des profils de la Bilan d’électricité et calcul des ratios
Enregistreur d’ampérage ou d’énergie
consommation électrique des par secteur
principaux départs secondaires

Mesure des paramètres électriques


instantanés des différents Evaluer le taux des charges de
équipements (courant appelé par l’équipement ainsi que la qualité de Wattmètre
phase, tension, puissance active, l’énergie
facteur de puissance)

Thermographie des câbles, des points


Identifier les anomalies des câbles
de connexion, des équipements
et des équipements électriques et Caméra thermique
électriques (transformateurs, moteurs,
évaluer les pertes par effet joule
accouplement moteur-pompe)

Nota Bene : Les enregistrements sur le départ général et les départs secondaires doivent se faire en même temps afin d’effectuer une répartition
de la consommation d’électricité enregistrée sur les différents sous-secteurs - Le consultant doit effectuer des mesures des paramètres électriques
au moins pour 80% de la consommation - Le consultant devra suivre et enregistrer en collaboration avec le point focal de l’établissement les
différentes variables de la consommation énergétique et faire une extrapolation du bilan énergétique pour l’année prise comme année de référence.

24
REseau de distribution thermique

Afin de situer la performance énergétique du réseau de distribution thermique, le rendement de chacune


des composantes constituantes ainsi que leurs bilans énergétique et de matière, le consultant doit procéder
aux mesures et enregistrements suivants.

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Prélèvement et analyse des fumées


Evaluation du rendement de
de toutes les chaudières pour les Analyseur de combustion
combustion
différentes allures du fonctionnement.

Evaluation de la conformité par


Mesures des températures de surface Appareil multifonctions avec une
rapport aux exigences ainsi que des
des équipements. sonde de pression
infiltrations d’air

• Scan du réseau de distribution de


vapeur et d’eau chaude
• Mesure des températures des
circuits primaires/secondaires
de différents composants Evaluation des déperditions
de l’installation (y inclus les thermiques dans les réseaux de Caméra thermique
échangeurs et les ballons d’eau distribution
chaude)
• Mesure des débits/pressions aux
différents points d’utilisation du
réseau

Enregistrement du fonctionnement Evaluation de la régulation et le


des chaudières et leurs modes de fonctionnement en cascade des Enregistreurs de courant
régulation chaudières et de ses allures

Enregistrement de la consommation Elaboration des bilans d’énergie et


Compteur d’énergie
des combustibles des matières des chaudières

Suivi de la quantité d’eau d’appoint à


la bâche alimentaire des chaudières Evaluation des fuites de vapeur dans
Débitmètre d’eau
Suivi de la fréquence ainsi que la le réseau de distribution
quantité de purge

25
Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

• Mesure des débits, températures,


humidités de l’air (soufflage, air
Elaboration des bilans aérauliques
neuf, de reprise) pour les centrales
des centrales de traitement d’air
de traitement d’air Thermo-anémomètre
et vérification de la conformité par
• Mesure de températures, humidité,
rapport aux valeurs recommandées
vitesse de l’air dans les locaux
conditionnés

• Mesure des températures et


pressions de condensation,
évaporation (Basse Pression /
Thermomètre avec sonde de
Haute Pression)
pénétration, relevé et exploitation des
• Mesure de vitesse des ventilateurs
données indiquées par les moniteurs
de condenseurs à air Elaboration des bilans énergétiques
des machines ainsi que celles
• Mesure des températures des des équipements frigorifiques
des manomètres et thermomètres
circuits primaires/secondaires de
installés en amont et en aval des
différentes composantes du réseau
machine
(y inclus les échangeurs, machines
frigorifiques : groupes d’eau
glacée, roof top, splits gainables)

Thermographie du réseau de Evaluation des déperditions


Caméra thermique
distribution thermiques

Enregistrement de la consommation
électrique ainsi que tous les
paramètres utiles (énergie active, Quantité et qualité de l’énergie Analyseur de réseau / enregistreurs
puissance active appelée, courant consommée d’énergie
de démarrage, facteur de puissance,
THD, courant appelé par phase)

26
SystEme de POMPAGE

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Calcul de la charge nette d’aspiration


Mesure des débits de circulation et Compteur d’eau / Débitmètre /
NPSH ainsi que la puissance au bout
vitesses de rotation Tachymètre
de l’arbre

Enregistrement de la consommation
électrique ainsi que tous les
paramètres utiles (puissance appelée, Evaluation de la quantité et qualité de
Analyseur de l’énergie
courant de démarrage, facteur de l’énergie
puissance, THD, courant appelé par
phase, etc.)

Mesure de la chute de pression dans Calcul de la Hauteur Manométrique Manomètres au début et au bout du
le réseau de distribution Totale réseau

Relevé des caractéristiques des


réseaux de distribution (Diamètre,
Evaluation des pertes des charges Relevé des caractéristiques à
longueur, type, cheminement des
des différentes composantes et partir des plans disponibles, des
conduites, Coefficient de débit (Cv)
identification des pistes d’amélioration installations existantes
des vannes, levées topographiques,
caractéristiques des pompes)

Nota Bene : Les mesures présentées sous ce chapitre doivent être effectuées pour les différentes configurations possibles du fonctionnement d’un
groupe des pompes et du réseau de distribution. L’objectif principal de ces mesures et de détermination des points de fonctionnement des pompes
sur leurs courbes de performance pour toutes les configurations possibles et proposer des solutions d’amélioration de performance énergétique du
réseau de distribution d’eau.

27
rEfrigEration

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Mesures nécessaires à l’évaluation


de performance des équipements
Idem que celui du système de
de réfrigération (Idem que celles Idem que le système de climatisation
climatisation
proposées pour le système de
climatisation)

Suivi du système de régulation (mode


Evaluation de la technologie
du fonctionnement des compresseurs,
appliquée, le mode de régulation des
leurs modes de démarrage, type du Enregistreur du courant
compresseurs et aussi des meubles
système de dégivrage, fréquence et
frigorifiques
durée de dégivrage)

Mesure des températures des


Evaluation des charges thermiques
denrées à l’entrée et à la sortie des
ainsi que la fiabilité de la régulation Thermomètre à sonde
chambres froides et/ou des meubles
des températures
frigorifiques

Enregistrement de la consommation
électrique ainsi que tous les
paramètres électrique utiles (énergie Evaluation de quantité ainsi que la
Analyseur de l’énergie
active, puissance appelée, courant qualité de l’énergie consommée
de démarrage, facteur de puissance,
THD, courant appelé par phase)

Contrôle de la gestion des meubles


frigorifiques (temps et fréquence
d’ouverture des portes, le mode du
Evaluation de la gestion des Inspection visuelle, suivre l’ouverture
chargement et de déchargement,
équipements des portes par un enregistreur
le taux de chargement, le contrôle
de l’éclairage et des ventilateurs
d’évaporateur)

Evaluation de l’étanchéité des


ouvertures et de l’enveloppe (ponts Evaluation des déperditions
Caméra thermique
thermiques, fuites aux joints de thermiques
portes)

28
refroidissement

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Mêmes mesures que celles


Idem que celui du système de
proposées pour le système de Idem que le système de climatisation
climatisation
climatisation

En plus :

Mesure des températures, humidité et Bilan énergétique du système de


Thermomètre hygromètre
débits de matière à l’entrée et sortie refroidissement
de chaque étape de refroidissement

Mesures complémentaires suivantes, à effectuer si le système de refroidissement est équipé par une tour de
refroidissement :

Mesure des températures, d’humidité


de l’air à l’entrée et à la sortie de Anémomètre à hélice
tours de refroidissement

Bilan énergétique et de matière de


Mesure de températures et débits
tour de refroidissement
d’eau à l’entrée et sorte de tours de Anémomètre à hélice
refroidissement

Mesure de la quantité d’eau évaporée Compteur d’eau d’appoint

Mesure de la vitesse des ventilateurs


Détermination de leurs points du
des tours de refroidissement et/ou du Tachymètre
fonctionnement
système de ventilation

29
systEme de ventilation

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Enregistrement de la consommation
électrique ainsi que tous les
paramètres utiles (énergie active, Détermination de la quantité et la
Analyseur de l’énergie
puissance active appelée, courant qualité de l’énergie consommée
de démarrage, facteur de puissance,
THD, courant appelé par phase)

Mesure des fuites dans le réseau de


Evaluation des pertes Anémomètre avec hélice
distribution

Mesure de débit et la différence de


Détermination des points de
pression pour différentes positions
fonctionnement de ventilateur ainsi Tube de pitot ou anémomètre à hélice
des registres et des configurations du
que son rendement hydraulique
réseau de distribution

Mesure de la température et humidité Anémomètre à hélice ou


Bilan énergétique
de l’air à l’entrée et à la sortie Thermomètre hygromètre

Nota Bene : Le consultant est chargé de faire les mesures nécessaires pour tout système de ventilation selon son application, exemple pour le
cas d’une centrale de traitement d’air, le consultant devra mesurer les débits, les températures et l’humidité de l’air de soufflage de reprise ainsi que
d’air neuf, dans ce cas la thermographie de l’équipement est indispensable pour évaluer son étanchéité ainsi l’état de son isolation.

30
air comprimE

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Enregistrement du temps de charge


et de décharge des compresseurs Evaluation des fuites dans le réseau
Enregistreur du courant
pendant la période d’absence de distribution
d’utilisation

Mesure des conditions d’aspiration


(pression, température, humidité,
Anémomètre à hélice ou
point d’aspiration, extérieur ou Evaluation des conditions d’aspiration
thermomètre hygromètre
intérieur, température et l’humidité de
l’air à l’entrée des compresseurs)

Relevé ou mesure des pressions


Bilan énergétique, évaluation du
et des débits aux différents points
taux de compression, du taux de
d’utilisation du réseau (y inclus la Manomètre et informations affichées
charge, des pertes de charge dans le
pression en amont et en aval des par le moniteur des compresseurs
réseau et celles engendrées par les
compresseurs et au début et à la fin
différentes composantes
du réseau de distribution)

Mesure de la température et
l’humidité avant et après les sécheurs Evaluation de l’efficacité du sécheur Thermomètre hygromètre
d’air

Relevé et enregistrement du mode


Evaluation de la régulation ainsi que
de régulation des compresseurs Enregistreur de courant et relevé des
de la capacité de réservoir installé en
(pressions de consigne, nombre de pressions de consigne
aval des compresseurs
démarrages)

Enregistrement de la consommation
électrique ainsi que tous les
Calcul de la consommation spécifique
paramètres électrique utiles (énergie
et évaluation de la qualité de l’énergie Analyseur de l’énergie
active, puissance appelée, courant
consommée
de démarrage, facteur de puissance,
THD, courant appelé par phase, etc.)

31
Eclairage

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Evaluation de la conformité par


Mesure du niveau de luminosité Luxmètre
rapport aux valeurs recommandées

Relevé de surfaces des locaux, type Evaluation des différents paramètres


de réflecteur, type de ballast, couleur influant sur la performance de
Mesureur de distance manuel ou
des murs, répartition des circuits et l’éclairage et calcul de la densité
laser
l’emplacement des points lumineux d’éclairage et la comparer à des
par rapport aux plans d’utilisation valeurs de référence

Evaluation de la gestion d’éclairage


Enregistrement de la consommation Analyseur de l’énergie et enregistreur
selon l’occupation et le calcul de
électrique du poste d’éclairage du courant
l’efficacité d’éclairage

procEdE de production

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Mesure de la consommation
énergétique de chaque ligne de
production, étape de production et
Calcul de la consommation spécifique Analyseur de l’énergie
chaque machine pour les différents
types de produits ainsi que différents
types de matières premières

Suivi de la production de chaque


ligne de production, étape de Evaluation des rendements de lignes Données du journal de production
production et chaque machine ainsi et étapes de production ainsi que et ou une campagne de suivi si les
que leurs heures d’ouverture et leurs le Taux du Rendement Synthétique informations disponibles ne sont pas
heures d’arrêts pendant une période (TRS) pour les machines à cadence suffisantes
représentative

32
parc roulant

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

• Suivi de la consommation de
carburant par les véhicules du parc
roulant de l’entreprise [véhicules Calcul des ratios de consommation
légers, véhicules de transports, énergétique pour chaque véhicule,
véhicules utilitaires (camionnettes litre du carburant /km parcouru, litre
& camions), véhicules de chantier du carburant / heure de marche (en
(engins BTP) pour une marche à charge et à vide) qui serviront au
vide et en charge classement des véhicules selon leurs
• Suivi des kilométrages parcourus performances
et des heures de marche pour Informations disponibles dans le
chaque véhicule journal de suivi s’il existe, le cas
échéant lancer une campagne de
suivi lors du diagnostic énergétique
Suivi des taux de chargement des
Evaluation de management du parc Mesureur de distance manuel ou
véhicules ainsi que leurs marches à
d’automobile laser
vide
Analyseur de l’énergie et enregistreur
du courant
Pour un même véhicule ou engin,
mesure de la consommation des
carburants et heures de marche pour Identification des meilleurs chemins
les deux cas suivants : et définir une carte des déplacements
• Même chemin ou tâche effectuée performants à suivre et d’autre
pour des conducteurs différents. part de faire une sélection des
• Même destination et même conducteurs les plus «efficaces ».
conducteur avec chemins différents

33
fours / sEchoirs

Méthode
Mesures et relevés Objectif Instrument de mesure
Anomalie à suivre

Prélèvement et analyse des fumées


Evaluation du rendement de
des fours et déterminations de leurs Analyseur de combustion
combustion
rendements de combustion

Mesure des températures de surface


et scan par caméra thermique des Evaluation des pertes surfaciques Caméra thermique
équipements

Mesure des températures et


humidités des matières à l’entrée et à Bilan énergétique Thermomètre hygromètre
la sortie de fours/séchoirs

Mesure des débits, d’humidité et des


Tube de pitot / thermomètre
températures de l’air à l’entrée et à la Bilan énergétique
hygromètre
sortie des équipements

Enregistrement de la consommation
Evaluation de la consommation
des combustibles ou d’électricité Analyseur de l’énergie ou compteur
énergétique et calcul du rendement
(s’il s’agit des fours et séchoirs de l’énergie
global
électriques)

AUTRES MESURES
Toutes mesures jugées nécessaires pour compléter ou vérifier les divers bilans dressés, évaluer les
performances énergétiques des équipements et vérifier la conformité de certains paramètres par rapports
aux valeurs recommandées.

34
b. Analyse énergétique et élaboration des bilans

Sur la base des mesures effectuées à la campagne de mesure et les informations recueillies à l’étape
de collecte des données, des bilans énergétiques détaillés portant à la fois sur les matières et l’énergie
seront établis en mettant en évidence des ratios significatifs. Ces bilans seront effectués à plusieurs
niveaux :

au niveau global de l’établissement, quantité d’énergie consommée et ratios de consommation


par forme d’énergie, par exemple : Electricité [ kWh, tep, % par rapport à la consommation globale
de toutes formes de l’énergie, kWh / nuitée, kWh / hospitalisation, kWh / m2, kWh / ticket (visite),
kWh / tonne produite ] ; GPL [ kg, tep, % par rapport à la consommation globale de toutes formes
de l’énergie, kg / nuitée, kg / hospitalisation, kg / m2, kg / ticket (visite) ] ; Gasoil [ litres, tep, % par
rapport à la consommation globale de toutes formes de l’énergie, litres / tonne produite ]
au niveau sectoriel, répartition de la consommation énergétique par secteur :

Cas d’un hôtel : blocs d’hébergement, bâtiment administratif, buanderie, cuisine et restauration,
spa (centre de remise en forme) et fitness, salles polyvalentes et de commission, locaux
techniques, utilités
Cas d’un hôpital : blocs opératoires, services de consultation, blocs d’hébergement, cuisine,
buanderie, administration, utilités
Cas d’un bâtiment administratif : bureaux, accueil et couloirs, cuisine et restauration, utilités
Cas d’un centre commercial ou hypermarché : surface de vente, surface hors vente
Les ratios de la consommation énergétique doivent être calculés également par secteur et font
référence au service rendu :
Cas d’un hôtel, par exemple : électricité [ kWh / m2, kWh / nuitée, kWh / repas servis, kWh / kg
du linge nettoyé, kWh / séminaire, kWh / client du spa ] ; GPL [ kg / nuitée, kg / repas servis,
kg / kg du linge nettoyé ; pour toute autre forme de l’énergie, des ratios similaires doivent être
calculés
Cas d’un hôpital : électricité [ kWh / m2, kWh / hospitalisation, kWh / nuitée, kWh / opération,
kWh / repas servis, kWh / kg du linge nettoyé ] ; GPL [ kg / hospitalisation, kg / repas servis,
kg / kg du linge nettoyé ; pour toute autre forme de l’énergie, des ratios similaires doivent être
calculés
Cas d’un bâtiment administratif : électricité [ kWh / m2, kWh / repas servis] ; pour toute autre
forme de l’énergie, des ratios similaires doivent être calculés.
Cas d’un centre commercial ou hypermarché : électricité [ kWh / m2, kWh / ticket (visite) ]

35
Cas d’une cimenterie
La consommation énergétique globale doit être répartie sur les différentes sections ou ateliers :
• stockage et préparation des matières premières
• cuisson du clinker
• (broyage du ciment
• stockage conditionnement et expédition
Les ratios de la consommation énergétique doivent être calculés également par section :
• kWh électrique / t de matière première préparée
• kWh thermique / tonne du clinker produite
• kWh électrique / tonne du ciment
• kWh électrique / tonne du ciment expédiée
Cas d’une brasserie
La consommation énergétique doit être répartie sur les différentes sections suivantes
• malterie
• brassage
• cave (TOD8, TBF9)
• embouteillage
Les ratios de la consommation énergétique doivent être calculés également par section :
• kWh électrique et kWh thermique par tonne de malte produite
• kWh électrique et kWh thermique par hectolitre (hl) de bière filtrée et non filtrée
• kWh électrique par hl-jour de bière conservée
• kWh électrique et kWh thermique par hl de bière embouteillée

8
TOD : Tank Out Door
36
9
TBF : Tank Bière Filtrée
au niveau de chacun des systèmes ou réseaux énergétiques :

Cas d’un hôtel : éclairage, climatisation, réfrigération, extraction, pompage, équipements de


cuisine, équipements de buanderie, ascenseurs et monte-charge et équipements bureautiques
Cas d’un hôpital : éclairage, climatisation, réfrigération, extraction, pompage, équipements de
cuisine, équipements de buanderie, ascenseurs et monte-charge, équipements bureautiques,
équipements biomédicaux et air comprimé
Cas d’un bâtiment administratif : éclairage, climatisation, extraction, pompage, équipements
de cuisine et de restauration, ascenseurs et équipements bureautiques
Cas d’un centre commercial ou hypermarché : éclairage, climatisation, réfrigération (froid
positif et froid négatif), équipements de la cuisine

Cas d’une usine : réfrigération, climatisation, ventilation, procédé de production, chauffage,


pompage, vapeur, eau chaude, air comprimé, parc roulant, etc.

Les ratios de la consommation énergétique doivent être calculés également par système
énergétique :

Cas d’un hôtel : éclairage (kWh / m2 éclairé), climatisation (kWh / m2 climatisé), réfrigération
(kWh / kg réfrigéré.jour, kWh / kg congelé.jour)
Cas d’un hôpital : éclairage (kWh / m2 éclairé), climatisation (kWh / m2 climatisé), réfrigération
(kWh/kg réfrigéré.jour, kWh/kg congelé.jour)
Cas d’un bâtiment administratif : éclairage (kWh / m2 éclairé), climatisation (kWh / m2 climatisé)
Cas d’un centre commercial ou hypermarché : éclairage (kWh / m2 de surface de vente, kWh /
m2 hors vente), climatisation10 (kWh / m2 climatisé), réfrigération (kWh / kg réfrigéré.jour, kWh
/ kg congelé.jour)

au niveau des équipements les plus consommateurs d’énergie :


Le consultant doit présenter un bilan énergétique pour les équipements les plus consommateurs de
l’énergie, en présentant un bilan énergétique et de matière pour ces équipements, les équipements
seront choisis selon leur poids dans la consommation énergétique globale. Ces équipements
peuvent être: les chaudières, les fours, les groupes frigorifiques, les chambres froides, les pompes
de circulation, les serveurs et parc informatiques, le système d’éclairage, les pompes, les broyeurs,
compresseurs d’air, etc.

Ces bilans doivent être établis pour la période de la campagne de mesure avant d’effectuer une
extrapolation sur toute l’année prise comme référence.

10
Ce ratio doit être calculé par rapport au volume climatisé si la hauteur du plafond n’est pas standard
37
Les bilans énergétiques ainsi que les mesures effectuées à la campagne serviront à :

Evaluer la performance énergétique des ateliers, des services, des secteurs, des systèmes ainsi
que des équipements concernés par les bilans énergétiques cités ci-dessus

Evaluer la performance énergétique et définir des ratios de consommation énergétique


essentiellement pour :
Les chambres (cas d’un hôtel, proposer un classement des chambres selon leurs performances
énergétiques aussi pour les blocs opératoires dans les cas d’un hôpital)
Les meubles frigorifiques et les chambres froides
Les équipements de cuisine (fours, rôtissoire, etc)
Les pompes de circulation d’eau
Les équipements redondants (afin de donner la priorité à l’équipement le plus performant)
Les lignes et équipements de production (exemple pour entreprise de production

Evaluer la qualité de l’électricité consommée par les principaux équipements ainsi que les pertes
dans le réseau de distribution

Evaluer le système de management de l’énergie : allocation des chambres, procédures de


maintenance, organisation, indicateurs de performance. A cette phase approfondie du diagnostic,
le consultant doit compléter l’analyse faite au diagnostic préliminaire, en analysant profondément
les éléments suivants :
Pertinence des indicateurs de performance énergétique et des objectifs définis
Moyens et outils mis en place pour atteindre ces objectifs de performance
Présence des enregistrements des indicateurs de performance (journal de suivi rigoureux des
différents paramètres influant sur la consommation énergétique ainsi que des indicateurs de
performance)
Revue de la direction et audit interne (organisation régulière des réunions avec la direction et
des audits internes pour analyser les résultats et la performance du système de management)
Actions correctives mises en place pour faire face aux déviations enregistrées

38
Les variables de la consommation énergétique mentionnées dans le chapitre du diagnostic préliminaire
doivent être mesurées pendant la période de la campagne de mesure et analysées profondément.
L’analyse doit intégrer les quatre niveaux de comparaison suivants :
Comparaison des consommations spécifiques, tant au niveau de l’établissement même (en se
référant à l’historique de la consommation énergétique, aux indicateurs de performances et les
objectifs définis par le système de management de l’établissement et aux consommations des
établissements similaires de la même branche d’activité)
Comparaison des consommations énergétiques à celles enregistrées dans d’autres pays pour
des établissements similaires en se référant aux données de Benchmark, tout en prenant en
considération la spécificité du contexte sénégalais.
Comparaison à des ratios théoriques calculés
Comparaison à des normes imposées par la règlementation du pays

Ces comparaisons vont permettre d’évaluer la situation énergétique par rapport à un niveau optimal
de la consommation énergétique et en outre définir correctement les objectifs d’optimisation de la
consommation d’énergie ainsi que les indicateurs de performance.
Les comparaisons vont permettre d’identifier les anomalies reliées aux performances énergétiques
des équipements ainsi qu’à leurs modes de gestion. Elles vont permettre également d’identifier les
non conformités, les déviations ainsi que les pistes d’amélioration du système de management de
l’énergie.

c. Elaboration du plan d’actions d’économie d’énergie

A cette étape, un plan d’actions d’amélioration de l’efficacité énergétique et de gestion de la demande


de l’établissement sera défini en fonction des anomalies identifiées à l’étape précédente tout en
tenant compte de la spécificité de chaque entreprise et des barrières techniques, financières et
comportementales identifiées. Une liste indicative des actions d’économie d’énergie possibles est
présentée en annexe A2.
Les actions possibles peuvent être classées selon cinq catégories :
Catégorie 1 : Management : procédures de gestion de l’énergie, d’organisation, de planification,
d’achat, formation, communication, système d’information, maitrise documentaire, maitrise
opérationnelle, comportement et sensibilisation
Catégorie 2 : Optimisation tarifaire (changement de type d’abonnement, révision de la puissance
souscrite)
Catégorie 3 : Technologies plus efficaces
Catégorie 4 : Energies renouvelables
Catégorie 5 : Substitution énergétique

39
Pour chaque action proposée (des catégories 1 à 5), le consultant effectuera les tâches suivantes :
Une description de l’action
Une évaluation de l’énergie économisée pour l’établissement, la puissance réduite ainsi que le
potentiel de réduction des émissions de CO2
Une évaluation des économies escomptées et des investissements requis (à base des devis)
Une évaluation de l’apport de finance carbone11 pour les projets
Le calcul des paramètres économiques et financiers : Valeur actualisée nette (VAN), Taux de
rentabilité Interne (TRI), Période de retour sur investissements (PRI), Taux d’Enrichissement en
Capital (TEC). Les méthodes du calcul de ces paramètres sont présentées dans l’outil d’analyse
économique et financière12
L’analyse de sensibilité des paramètres économiques précités aux principales variables (exemple :
prix de l’énergie, coûts d’exploitation, évolution de l’occupation selon des scenarios prévisionnels)
Une évaluation des risques techniques, comportementaux et financiers reliés à l’action proposée
(voir fiche d’analyse des risques rattachée à la fiche d’actions)
Une proposition d’un protocole de mesurage et vérification (M&V) des économies le mieux
adapté selon les protocoles internationaux IPMVP « International Performance Measurement and
Vérification Protocol ». Le M&V est le processus d’utilisation de mesurage pour déterminer, de
façon fiable, les économies réelles générées. Les pratiques modernes du M&V pour les utilisateurs
finaux de l’énergie sont documentées dans différents protocoles internationaux dont le plus récent
et reconnu est le protocole IPMVP
Une étude des effets croisés entre les actions proposées : étude de l’influence des résultats d’une
action sur les résultats des autres actions. Par exemple, une action de récupération de chaleur sur
les gaz chauds d’une chaudière influence les résultats d’une action de substitution énergétique
de cette dernière, en conséquence les économies générées par la deuxième action doivent être
calculées par rapport à la consommation énergétique projetée de la chaudière après la mise en
place de la première action.
NOTA BENE : Des fiches d’actions types sont présentées dans ce guide comme outil de référence.

L’ensemble des actions doit aussi être évalué en agrégeant les différentes estimations (énergie
économisée, puissance réduite, réduction des émissions de CO2) et paramètres économiques et
financiers. Dans cette vue d’ensemble, les actions doivent être classées par le consultant ainsi :
Action immédiate, permettant une économie d’énergie sans nécessiter d’investissement
Action prioritaire, à mener à court terme car ayant un niveau de rentabilité élevé
Action à long terme utile à mettre en œuvre mais pouvant être différée

11
MDP (Mécanisme de Développement Propre) ou autre
40
12
Pour les petits projets d’économie d’énergie (projets simples qui ne nécessitent pas un investissement lourd), le calcul du PRI suffira
Pour les recommandations portant sur l’amélioration du système de gestion de l’énergie dans
l’établissement, le consultant devra proposer des outils complémentaires et un dispositif efficace
permettant à l’établissement d’améliorer son propre système de management de l’énergie et in
fine sa performance énergétique. La norme ISO 50 001 pourra aussi servir de référence pour le
développement du système de management de l’énergie dans l’établissement (voir : www.iso.org).

d. Elaboration du rapport de diagnostic énergétique approfondi

A l’issue de l’activité d’audit énergétique un rapport du diagnostic approfondi sera élaboré, ce rapport
comportera un compte rendu détaillé de tous les éléments indiqués ci-dessus, ainsi que toutes
conclusions et recommandations susceptibles d’améliorer le comportement énergétique, de réduire
les émissions de gaz à effet de serre, de respecter le cadre réglementaire en vigueur (en particulier
le protocole de Montréal relatif à l’interdiction de l’utilisation des chlorofluorocarbures (CFC) et de
renforcer le système de management de l’énergie dans l’établissement.
Un draft du rapport de diagnostic approfondi doit être déposé à l’établissement et également à la
structure chargée de l’approbation.
La structure du rapport est présentée dans le chapitre suivant.

41
III. structure
du rapport
de diagnostic
energetique

42
Ce chapitre présente une structure détaillée du rapport de diagnostic approfondi. Cette structure s’applique
pour les diagnostics énergétiques dans l’industrie et les bâtiments tertiaires.

Le rapport de pré-diagnostic concerne les parties de la page ?? à ?? uniquement.

1. Résumé exécutif
[ Ce résumé doit fournir au décideur les principaux constats et conclusions du diagnostic afin de faciliter la
décision d’investissement.
Cette partie doit présenter les différents tableaux et textes permettant de décrire l’état actuel de
l’établissement, son bilan énergétique actuel, les anomalies et pistes d’économie d’énergie identifiées et le
plan d’actions correctif ainsi que leurs paramètres économiques ]
Il est recommandé aussi de présenter une fiche récapitulative (une page A4) de la situation énergétique de
l’établissement avec :
• Nom de l’établissement, secteur d’activité, capital, date création, chiffre d’affaires et quelques caractéristiques
clés
• Consommations énergétiques des trois dernières années par forme d’énergie.
• Ratios enregistrés de la consommation énergétique présentés à la méthodologie
• Dépenses énergétiques globales et leur poids dans les coûts globaux de l’établissement et dans le chiffre
d’affaires (exemple : xxtep/1000 FCFA de chiffre d’affaires)
• Répartition de l’énergie consommée ainsi que la puissance installée par secteur et par usage

La partie qui suit doit être cohérente avec l’analyse

2. Tableau de conversion, acronymes et abréviations

3. Introduction du rapport

[ Cette section présente une introduction au rapport, le client ainsi que le consultant. Elle présente aussi les
objectifs du rapport ainsi que sa structure ]

4. Procédures entreprises

[ Cette section présente la méthodologie utilisée pour la réalisation de ce travail en particulier les principales
étapes de la démarche appliquée par le consultant ]

43
5. Caractéristiques et opérations actuelles du site

5.1. Description générale


[ Cette section du rapport comprend l’identification du client, l’emplacement du site concerné, une
brève présentation de l’activité de l’établissement (secteur d’activité, date de construction, capacité
d’occupation, surface bâtie, surface des planchers) et l’organigramme de l’établissement ]

5.2. Aménagement du site


[ Cette section doit présenter une description critique de l’aménagement du site (emplacement
des sources d’énergie par rapport aux principaux points de consommation, emplacement
des différents départements et locaux pour une optimisation du conditionnement d’air, une
réduction des déperditions thermiques , le consultant doit présenter un plan de masse décrivant
l’aménagement du site ]
A présenter également dans cette section des données sur la surface des différents secteurs

5.3. Occupation des bâtiments existants


[ Dans cette section, il est important d’indiquer pour les différents locaux, les taux d’occupation
pour une journée type et pour chaque saison ]

5.4. Enveloppe de l’édifice


[ Cette section présente les différentes composantes architecturales de l’enveloppe ainsi que
leurs spécifications thermiques.
Pour un pré-diagnostic énergétique, ce chapitre se limite à une description critique de la
conception des bâtiments (spécifications thermiques de l’enveloppe, l’inertie thermique, la
compacité, taux de vitrage, couleurs des murs, hauteurs des plafonds, orientation) et un calcul
des pertes thermiques pour des températures intérieure et extérieure fixes.
Par contre pour un diagnostic énergétique approfondi, ce chapitre doit présenter en plus des
mesures des infiltrations d’air, de l’étanchéité des bâtiments et une évaluation de la performance
énergétique de préférence par la simulation dynamique par l’intermédiaire d’un logiciel
professionnel (la simulation dynamique est recommandé pour les bâtiments climatisés dont la
surface est importante et également pour les nouveaux projets en construction ou l’aménagement
d’un bâtiment existant) ]

6. Caractéristiques et opérations actuelles


du procédé de production

6.1. Description générale


[ Cette section du rapport comprend l’identification du client, l’emplacement du site concerné, une
brève présentation de l’activité de l’établissement (secteur d’activité, date de construction, capacité
d’occupation, surface bâtie, surface des planchers) et l’organigramme de l’établissement ]

44
6.2. Principales étapes de production
[ Cette section présente un schéma du procédé de production pour chaque ligne de production
différentes en présentant à chaque étape un bilan de matière ainsi que leurs caractéristiques
d’entrée/sortie (température, humidité, débit, pression) ainsi que la consommation d’énergie et
d’eau ( électricité, eau chaude, eau froide, vapeur, combustibles), la capacité de production à
chaque étape doit être mentionnée ainsi que le goulotte d’étranglement s’il existe ]

6.3. Système de management de production


[ Les différents systèmes de management qui influencent directement ou indirectement la
consommation énergétique entre autre le mangement de la production, doivent être analysés
selon la méthode de gestion de la qualité PDCA (Plan-Do-Check-Act), le consultant doit
appliquer cette méthode pour dégager les atouts et les faiblesses du système de mangement
de production (objectifs, indicateurs de performance, planification, enregistrement, processus
et outils de suivi, d’évaluation, de correction de la productivité et de la qualité ]

7. Description des installations mécaniques et électriques

7.1. Alimentation électrique


[ Cette section présente un schéma unifilaire de TGBT, les caractéristiques techniques des
transformateurs, batteries de condensateurs et groupes électrogènes.
Par ailleurs, est présentée dans cette section, une évaluation de la distribution électrique (état
des installations, conformités aux normes en vigueur, répartition des départs électriques,
mode de branchement et d’utilisation des transformateurs ainsi que leurs taux de charge et
d’utilisation ) ]

7.2. Equipements
[ Cette section présente les caractéristiques techniques des principaux équipements existants
ainsi que leurs conditions d’utilisation (puissances électriques, et thermiques, besoins
énergétiques et d’air comprimé tel que définis par le fournisseur, leurs cadences ou capacités,
âge, consignes exigées par les fournisseurs, consignes appliquées par l’opérateur, marche à
vide, taux de charge ou heures du fonctionnement équivalentes à pleine charge) ]

7.3. Système d’éclairage intérieur


[ Cette section présente essentiellement :
• La description critique du système d’éclairage ainsi que son mode d’utilisation (type de lampes
utilisées, puissance installée par local, surface de chaque local, type de ballast, système du contrôle,
l’emplacement des points lumineux par rapport aux plans d’utilisation, type d’éclairage (direct,
indirect, mixte), heures d’utilisation, durée de vie enregistrée, répartition des circuits, mode de gestion
de l’éclairage, état des réflecteurs)
• La répartition de la puissance installée sur les différents types d’éclairage
• Les performances des différents types d’éclairage rencontrés ainsi que leurs durées de vie et les
comparer aux valeurs initiales ou aux meilleures valeurs disponibles sur le marché
• Les densités d’éclairage pour les différents locaux et les comparer aux ratios recommandés ]

45
7.4. Système d’éclairage extérieur
[ Cette section présente une analyse du système d’éclairage extérieur de la même démarche
que l’éclairage intérieur ]

7.5. Système de climatisation


[ Cette section présente essentiellement :
• Le schéma de principe de distribution
• Le description critique du système de refroidissement ainsi que son mode d’utilisation : caractéristiques
techniques (marque, modèle, type du système ( Groupe d’eau glacée, pompe à chaleur, roof top, split
gainable, etc.) type et puissance électrique du compresseur, du condenseur, puissance frigorifique,
réfrigérant utilisé, type de condenseur (débit d’air et débit d’eau dans le cas d’un condenseur à
eau), vitesse de compresseur, des ventilateurs du condenseur ou de la tour de refroidissement,
consignes appliqués( températures, humidités, pressions), l’emplacement des équipements par
rapport aux points d’utilisation et des unités extérieurs par rapport à l’orientation du soleil, leurs
mode de régulation et d’asservissement, leurs taux et heures d’utilisation, instruments de mesure
et suivi existants ainsi que leurs précisions, journaux et paramètres de suivi du fonctionnement des
équipements, indicateurs de performances, déviations et écarts enregistrés, actions correctives
menées, système de suivi et de contrôle des équipements, qualité de l’eau, isolation des installations)
• L’analyse des courbes de performance du système de refroidissement
• La répartition de la puissance installée sur les différentes utilisations et/ou locaux conditionnés
• L’analyse de la puissance surfacique ainsi que la puissance rapportée à la quantité de produits
refroidis et les comparer à des ratios de référence
• Les problématiques rencontrées par le système de refroidissement et leurs impacts sur la qualité de
service et la satisfaction des clients ]

7.6. Système de refroidissement


[ Cette section présente essentiellement :
• Le schéma de principe de distribution
• La description critique du système de refroidissement ainsi que son mode d’utilisation : caractéristiques
techniques (marque, modèle, type du système ( Groupe d’eau glacée, pompe à chaleur, roof top, split
gainable, etc.) type et puissance électrique du compresseur, du condenseur, puissance frigorifique,
réfrigérant utilisé, type de condenseur (débit d’air et débit d’eau dans le cas d’un condenseur à
eau), vitesse de compresseur, des ventilateurs du condenseur ou de la tour de refroidissement,
consignes appliqués( températures, humidités, pressions), l’emplacement des équipements par
rapport aux points d’utilisation et des unités extérieurs par rapport à l’orientation du soleil, leurs
mode de régulation et d’asservissement, leurs taux et heures d’utilisation, instruments de mesure
et suivi existants ainsi que leurs précisions, journaux et paramètres de suivi du fonctionnement des
équipements, indicateurs de performances, déviations et écarts enregistrés, actions correctives
menées, système de suivi et de contrôle des équipements, qualité de l’eau, isolation des installations)
• L’analyse des courbes de performance du système de refroidissement
• La répartition de la puissance installée sur les différentes utilisations et/ou locaux conditionnés
• L’analyse de la puissance surfacique ainsi que la puissance rapportée à la quantité de produits
refroidis et les comparer à des ratios de référence
• Les problématiques rencontrées par le système de refroidissement et leurs impacts sur la production
ainsi que la qualité des produits, le taux de rebus et le confort pour le cas des bâtiments ]

46
7.7. Système de ventilation et extraction
[ Cette section présente essentiellement :
• Le schéma de principe de distribution et de passage des gaines et la précision des heures d’utilisation
pour chaque équipement.
• La description critique du système de ventilation et d’extraction [système d’alimentation (marque,
modèle, débit de soufflage, d’air neuf, de reprise, mode du fonctionnement, à débit constante à
débit variable, puissance électrique, étanchéité et calorifugeage des gaines, système de régulation et
d’asservissement, consignes appliquées de température humidité et pression), système d’évacuation
( marque, modèle, débit d’extraction, taux de renouvellement d’air, puissance électrique, mode
de régulation et d’ajustement de débit), journaux et paramètres de suivi du fonctionnement des
équipements, pertinence des indicateurs de performances, nombre de déviations enregistrées et
les actions correctives menées, instruments de mesure et suivi existants ), système de suivi et de
contrôle des équipements, isolation des gaines, instruments de mesure et suivi existants]
• Les problématiques rencontrées par le système de ventilation et leurs impacts sur la qualité de
service et la satisfaction des clients ]

7.8. Système de réfrigération


[ Cette section présente présente une description critique des installations existantes en mettant
l’accent sur :
• Le schéma de distribution et d’aménagement des chambres froides, des tunnels de congélation, des
armoires frigorifiques et des machines à glace
• Le système de suivi et de contrôle des équipements frigorifiques
• Les caractéristiques techniques du système (marque, modèle, type (central, individuel, positive,
négative), puissance frigorifique et électrique installée par équipement, volume réfrigéré, type
de réfrigérant, type d’éclairage ainsi que sa puissance installée, instruments de mesure et suivi
existants),
• Le mode d’utilisation et gestion des équipements (heures d’utilisation, type de denrées, leurs
températures de chargement et de déchargement, températures et humidités de consigne et les
comparer aux consignes recommandées, asservissement de l’éclairage et la vitesse du ventilateur
d’évaporateur en fonction des besoins, type du système de dégivrage, fréquence et temps de
dégivrage, utilisation des rideaux d’air ou rideaux de nuit, horaires et temps de chargement et de
déchargement, mode de fonctionnement des compresseurs, journaux et paramètres de suivi du
fonctionnement des équipements, pertinence des indicateurs de performances, nombre de déviations
enregistrées et les actions correctives menées, instruments de mesure et suivi existants )
• La conception du système de réfrigération (emplacement des chambres froides et des meubles
frigorifiques, emplacement des compresseurs et des condenseurs, type de système choisi, taux de
chargements des chambres froides et meubles frigorifiques, caractéristiques thermiques des chariots)
• L’état des équipements (isolation, étanchéité)
• L’analyse des problématiques du système de réfrigération ainsi que leurs impacts sur la productivité
et la qualité des produits.
• La puissance frigorifique par m3 réfrigéré/congelé ]

47
7.9. Système de production et distribution d’eau chaude / vapeur
[ Cette section présente essentiellement :
• Le schéma de principe de distribution avec tous les détails techniques
• Les caractéristiques techniques des équipements (chaudières, échangeurs de chaleur, pompes de
circulation)
• La description critique des installations (état des installations, mode de régulation et de gestion,
réseau de distribution et de récupération de condensat, emplacements des équipements, instruments
de mesure et suivi, qualité de l’eau utilisée, type de purgeur, fréquence des purges, isolation des
installations, système de suivi et de contrôle, journaux et paramètres de suivi du fonctionnement des
équipements, pertinence des indicateurs de performances, nombre de déviations enregistrées et les
actions correctives menées, instruments de mesure et suivi existants )
• La répartition de la puissance demandée sur les différents usages
• L’analyse de la puissance rapportée à la surface ou autre unité traitée
• L’analyse des aspects de conception du système (taux d’utilisation des équipements ainsi que leurs
dimensionnements, emplacement des équipements par rapport à la source)
• Les problématiques rencontrées par le système de chauffage et leurs impacts sur la qualité de service
et la satisfaction des clients/occupants ]

7.10. Eau froide


[ Cette section présente les caractéristiques techniques du système de distribution d’eau
domestique à savoir :
• Le schéma de principe de distribution (passage des conduites, volume des bâches à eau)
• Les caractéristiques des pompes ainsi que leurs modes de fonctionnement
• Les caractéristiques d’adoucisseur et l’unité de traitement, qualité de l’eau adoucie ou de l’eau traitée,
procédure de suivi et de contrôle, paramètres de suivi, nombre de déviations
• La description du réseau d’évacuation, caractéristiques de la station de traitement des eaux usées
si elle existe
• Le coût du m3 d’eau adoucie et du m3 d’eau usée traitée
• Les journaux de suivi, pertinence des indicateurs de performance, nombre de déviations enregistrées
et les actions correctives menées ]

7.11. Système de pompage


[ Cette section doit présenter une analyse du système de pompage (une analyse approfondie
est indispensable dans le cas où ce poste est jugé énergivore) à savoir :
• Le réseau de distribution (un schéma de distribution avec tous les détails techniques est indispensable).
Ce schéma doit présenter le passage des conduites, leurs diamètres, leurs levés topographiques,
les caractéristiques des pompes, le Cv des vannes (Coefficient de débit) et tous autres détails requis
pour l’évaluation du comportement du réseau de distribution pour les différentes configurations du
fonctionnement des pompes)
• Les courbes de performance des pompes
• La gestion des pompes selon la demande et selon les périodes tarifaires d’électricité.
• Le coût du m3 d’eau pompée pour les différentes configurations du réseau
• Les instruments de mesure et suivi existants ainsi que leurs précisions
• Les journaux de suivi, pertinence des indicateurs de performance, nombre de déviations enregistrées
et les actions correctives menées ]

48
7.12. Système d’air comprimé
[ Cette section doit présenter une analyse du système de production d’air comprimé, à savoir :
• Le schéma de distribution
• Les caractéristiques techniques des équipements (compresseur, sécheur d’air, volume des réservoirs
en aval)
• Le mode de gestion et régulation des compresseurs (fonctionnement en cascade, à étage, avec
variateur de fréquence, leurs pressions de service et d’utilisation)
• L’emplacement des compresseurs par rapport aux équipements utilisant l’air comprimé et leurs points
d’aspiration d’air
• Les instruments de mesure et suivi existants ainsi que leurs précisions
• Les journaux de suivi, pertinence des indicateurs de performance, nombre de déviations enregistrées
et les actions correctives menées ]

7.13. Autres équipements


[ Cette section doit présenter les caractéristiques techniques des autres équipements (inventaire
et puissances énergétiques) ainsi que leurs modes de gestion et leurs heures d’utilisation ]

8. Conformité des installations techniques


par rapport aux normes en vigueur

8.1. Installations électriques


[ Cette section présente les non-conformités des installations électriques vis-à-vis des normes
en vigueur ]

8.2. Installations thermiques


[ Cette section présente les non-conformités des installations thermiques vis-à-vis des normes
en vigueur ]

9. Parc automobile

9.1. Données et caractéristiques du parc existant


[ Cette section présente les caractéristiques du parc automobile (nombre d’automobiles par
type, l’âge de chaque, type de combustible utilisé, taux de disponibilité, coût énergétique et
coût de la maintenance au km parcouru ou à l’heure d’utilisation, taux de chargement, analyse
des écarts ) ]

9.2. Système de management du parc d’automobile


[ Cette section présente les atouts et les faiblesses du système de mangement du parc d’automobile
(objectifs, indicateurs de performance, planification, procédures de suivi et de contrôle, système
de mesurage, de coordination, d’analyse et mise en place des actions correctives) ]

49
Le consultant doit analyser la performance des automobiles, des chauffeurs ainsi que le plan de
déplacements, en cas de disponibilité des informations. Le consultant doit déterminer l’automobile, le
chauffeur et le chemin le plus performant

10. Extensions et réaménagements prévus

10.1. Description technique


[ Cette section présente une description technique des extensions et réaménagements prévus
(nouvelles constructions prévues, équipements consommateurs de l’énergie à ajouter ou à
remplacer, substitution de l’énergie, actions d’amélioration de la performance énergétique
actuelle du site, toute autre modification qui peut influencer la consommation énergétique de
l’établissement ou qui peut représenter un risque par rapport aux résultats des éventuelles
actions d’économie d’énergie) ]

10.2. Besoins énergétiques


[ Cette section présente les besoins énergétiques des extensions et réaménagements prévus et
une projection de la consommation énergétique projetée de l’établissement ]

10.3. Planning
[ Cette section présente un planning des modifications prévues des installations existantes ]

11. Analyse des principales caractéristiques de l’usage


de l’énergie dans l’établissement

11.1. Formes d’énergie consommée


[ Cette section présente les différentes formes d’énergie consommée, leurs avantages et
inconvénients ]

11.2. Système de management de l’énergie


[ Cette section présente les atouts et les faiblesses du système de mangement de l’énergie en
se référant aux exigences du référentiel ISO 50001 et en appliquant la méthode d’évaluation de
la qualité PDCA (Plan-Do-Check-Act) sur les différents processus de management influant sur
la consommation énergétique ]

11.3. Plan de qualité et Indicateurs de performance


[ Cette section présente les caractéristiques du plan de qualité de l’établissement en mettant
l’accès sur les procédures et les indicateurs de performance qui ont des impacts directs ou
indirects sur la consommation énergétique ]
Le Consultant doit analyser les déviations enregistrées (causes, actions correctives, résultats)

50
11.4. Plan de qualité et Indicateurs de performance
[ Cette section présente une analyse de :
• Différentes procédures de maintenance (forces et faiblesses)
• Procédures, planification et indicateurs de suivi
• Coûts de la maintenance par poste et par équipement
• Fréquence des arrêts par équipements et par cause
• Taux de disponibilité des machines ]

12. Analyse des variables de la consommation énergétique

[ Cette section présente une analyse approfondie des différentes variables influant sur la consommation
énergétique. Ces variables sont de deux types :
(i) Variables dépendantes de l’activité de l’établissement : par exemple, nombre de nuitées réalisées,
nombre de repas servis, profil d’occupation, quantité de linge nettoyé, quantité d’approvisionnement des
denrées frais et surgelés, etc.
(ii) Variables indépendantes : ne dépendent pas de l’activité de l’établissement mais de facteurs exogènes
tels que les évolutions de températures extérieures, la durée et la fréquence de coupure d’électricité ou
d’autres.
L’analyse de ces variables doit se faire pour les trois dernières années afin d’aboutir à choisir par la suite
une année de référence.
Ci-après est présentée une liste des variables fréquemment mentionnées ]

12.1. Données météorologiques


[ Cette section présente une analyse des données météorologiques (notamment les degrés
jours) en particulier pour l’analyse de la consommation énergétique relative à la climatisation et
au refroidissement.
L’analyse d’autres données météorologiques sont utiles selon l’activité de l’établissement et
également les actions d’économie d’énergie envisagées ]

12.2. Données de production


[ Cette section présente une analyse approfondie des différentes données de production :
• Heures de production
• Quantité produite par ligne et/ou machine de production et par type et/ou format
• Nombre de démarrage, nombre de changement de série, de lots, de format, de produit
• Taux de rebus, taux recyclage, taux de rendement synthétique
• Composition des matières premières, quantité de matières premières transformées
• Quantité réfrigérées et/ou congelées dans le cas des chambres froides
• Quantité d’eau pompée dans le cas d’une station de pompage pour l’irrigation
• Autres variables influant la consommation énergétique ]

51
[ Cette section présente une analyse du profil d’occupation :
• Cas d’un hôtel : nombre de nuitées réalisées, nombre de séminaires, nombre de clients
au centre de SPA et fitness
• Cas d’un hôpital : nombre d’hospitalisation, nombre d’opérations chirurgicales
• Cas d’un centre commercial ou hypermarché : nombre de tickets
• Cas d’un bâtiment administratif : profil d’occupation par service ]

[Cette section présente une analyse des heures de coupure d’électricité fournie par la
SENELEC, heures d’utilisation ainsi que l’électricité produite par les groupes électrogènes ou
d’autres systèmes de secours ]

[ Dont :
• Nombre de repas servis
• Quantité de linge nettoyé

• Dans le cas d’une entreprise agricole, à analyser le programme d’irrigation comme une variable
influant sur la consommation énergétique relative au système de pompape ]

[ Cette section présente une analyse approfondie de la consommation énergétique et d’eau enregistrée
durant les trois dernières années ]

[ Cette section présente une analyse :


• des paramètres tarifaires et le type d’abonnement
• de l’évolution annuelle et mensuelle de la consommation d’électricité, et des dépenses par source
(SENELEC, groupe électrogène, etc.)
• de l’évolution des ratios de la consommation d’électricité et analyse des variations enregistrées, des
écarts par rapport aux objectifs définis par l’établissement et par rapport aux données de benchmark ]

52
13.2. Analyse de la consommation de combustible
[ Cette section présente une analyse :
• des paramètres tarifaires et le type d’abonnement (par exemple pour le gaz naturel)
• de l’évolution annuelle et mensuelle de la consommation de combustibles et des dépenses,
• de l’évolution des ratios de la consommation des combustions et analyse des variations enregistrées,
des écarts par rapport aux objectifs définis par l’établissement et par rapport aux données de
benchmark ]

13.3. Analyse de la consommation d’eau


[ Cette section présente une analyse :
• des paramètres tarifaires et le type d’abonnement
• de l’évolution annuelle et mensuelle de la consommation d’eau et des dépenses (dans le cas
d’utilisation d’eau de puits, le consultant doit calculer le coût de m3 d’eau en tenant compte de
l’électricité consommée par la pompe du forage, du coût d’assainissement et du coût des produits
chimiques utilisés pour le traitement d’eau)
• de l’évolution des ratios de la consommation d’eau et analyse des variations enregistrées, des écarts
par rapport aux objectifs définis par l’établissement et par rapport aux données de benchmark ]

13.4. Bilan énergétique global


[ Cette section présente le bilan énergétique global de l’établissement ainsi que les ratios
énergétiques globaux ]

14. Choix et caractéristiques de l’année de référence

14.1. Choix de l’année de référence


[ Cette section propose une année de référence qui servira comme référence pour l’évaluation
des impacts du plan d’actions.
Elle présente les arguments du choix de cette année et la méthode de calcul si des calculs
spécifiques ont été nécessaires ]

14.2. Données de la consommation énergétique et eau


[ Cette section présente les caractéristiques de l’année de référence, à savoir :
• Les données de la consommation énergétiques et eau (énergie et coûts)
• Les variables (indépendantes et dépendantes) de la consommation énergétique ainsi que les
hypothèses de base
• Le bilan énergétique et eau (répartition de chaque forme d’énergie et eau sur les différents postes
de consommation ]

53
15. Estimation du potentiel d’économie d’énergie

15.1. Critères techniques indiquant un potentiel


d’économie d’énergie / pistes d’économie d’énergie
[ Cette section présente une liste des différentes anomalies ainsi que les pistes d’économie
d’énergie identifiées ]

15.2. Analyse des ratios de performance énergétique et


estimation du potentiel d’économie d’énergie
[ Cette section présente les différents ratios de performance énergétique qui justifient un
gisement d’économie d’énergie, elle présente également une estimation du potentiel d’économie
d’énergie qui sera analysé profondément à la phase du diagnostic énergétique approfondi ]

16. Plan d’actions d’économie d’énergie

[ Cette section présente un tableau récapitulatif de toutes les actions et également une fiche pour chacune
des actions d’économie d’énergie immédiates qui ne nécessitent pas une investigation approfondie et/
ou dont certaines actions sont indispensables pour la réussite du diagnostic énergétique approfondi ( par
exemple la mise en place d’un système de mesurage et de suivi) ]
Un modèle de fiche d’action est proposé

17. Planning des prochaines phases /


diagnostic approfondi

17.1. Prochaines phases


[ Cette section présente les prochaines étapes du diagnostic énergétique et propose un planning
de réalisation ]

17.2. Données non fournies au diagnostic préliminaire


[ Cette section présente les données complémentaires à collecter à la phase du diagnostic
énergétique approfondi ]

17.3. Campagne de mesures


[ Cette section présente le programme détaillé des mesures à réaliser à la campagne de
mesure ainsi que les instruments de mesures, en utilisant la structure suivante : Secteur/
Grandeur à mesurer/Instrument(s) nécessaire(s) / Disponible dans l’établissement (oui ou non)
/ Programme chronologique ]

54
18. Conclusion

[ Cette section présente les principales conclusions du pré-diagnostic énergétique ]

19. Analyse des résultats de la campagne de mesures

19.1. Bilan de matière et d’énergie (niveau 1)


[ Cette section présente :
• Une analyse des bilans globaux de matière et d’énergie et des ratios de consommation énergétique
et d’eau
• Une comparaison des ratios mesurés des ratios de référence ]

19.2. Bilan de matière et d’énergie (niveau 2)


[ Cette section présente une analyse des bilans de matière et d’énergie :
• Au niveau sectoriel (voir la méthodologie)
• Au niveau de chacun des systèmes ou réseaux énergétiques (voir la méthodologie) ]

19.3. Bilan de matière et d’énergie (niveau 3)


[ Cette section présente pour les équipements les plus énergivores :
• Les bilans énergétiques et de matière
• Le calcul des ratios de consommation énergétique et des performances énergétiques
• La comparaison de ces ratios et performances aux valeurs initiales définies par le fournisseur ou à
celles des équipements les plus performants dans le marché ]

19.4. Résultats des autres mesures


[ Cette section présente une analyse des différentes mesures effectuées (niveau d’éclairage,
courbes des charges, qualité de l’énergie, pertes dans les réseaux de distribution, etc.) ]

19.5. Analyse et recommandations


[ Cette section présente un sommaire des différentes anomalies identifiées ainsi que des
actions correctives ]

55
20. Plan d’actions

20.1. Tableau synthétique des actions jugées pertinentes


par l‘expert
20.2. Sommaire des actions retenues
[ Cette section présente un sommaire des différents scénarios proposés, ainsi que leurs
potentiels d’économies et les paramètres économiques.
Les actions devront être classées en trois catégories :
• Action immédiate, permettant une économie d’énergie sans nécessiter d’investissement,
• Action prioritaire, à mener à court terme car ayant un niveau de rentabilité élevé,
• Action à long terme, utile à mettre en œuvre mais pouvant être différée ]

20.3. Actions retenues


[ Cette section présente pour chaque projet une fiche d’actions, un protocole de mesurage et
une fiche d’analyse des risques en s’inspirant du modèle de fiche d’action type proposé ]

20.4. Actions non retenues


[ Cette section présente une description sommaire des actions dont la rentabilité économique
n’est pas justifiée, les paramètres économiques de ces actions doivent être donnés ]

20.5. Recommandations d’ordre général


[ Cette section présente quelques recommandations de base pour une meilleure opération
des installations mécaniques et électriques et un meilleur management de l’énergie. Ces
recommandations n’exigent pas de transformations majeures des équipements mais sont plutôt
un guide pour la bonne gestion des équipements, de maintenance et d’énergie.
Des outils de management et monitoring de l’énergie doivent être proposés et présentés ici par
l’expert. Ils seront disponibles en annexe du rapport de diagnostic énergétique ]

20.6. Conclusions
[ Cette section présente les principales conclusions du diagnostic énergétique approfondi ]

ANNEXES

[ Cette section présente :


• Les unités utilisées dans l’étude, facteurs de conversion, équations utilisées pour l’évaluation des besoins
énergétiques et des économies d’énergie.
• La bibliographie et les sources
• Les devis utilisés pour estimer les investissements nécessaires
• Le programme d’intervention réalisé
• L’outil de management et monitoring de l’énergie
• Toute autre information détaillée utile à annexer ]

56
CONTRIBUTIONS

Avec la participation des cabinets


ENERPLUS (Tunisie) et EMASOL (Sénégal)

Coordination et supervision
Daouda GASSAMA, AEME
Abdoulaye SECK, BMN
Mamadou SAMBOU, MEDER / Coordinateur National du PERACOD
Antoine DURAND, Conseiller Technique Efficacité Energétique
auprès du PERACOD pour le compte de la GIZ
Mansour SOW, Consultant PERACOD

Remerciements à
Céline PAYET et Magaye NDIAYE pour avoir lancé l’initiative,
le RAEEE pour la participation et
le MEDER pour l’appui

Conception graphique et édition


Cabinet maindœuvre

Sites internet
www.aeme.gouv.sn et www.bmn.sn
Agence pour l’Economie
et la Maîtrise de l’Energie
15, Boulevard de la République
Dakar, Sénégal
Tél. : +221 33 889 60 05
Site web : www.aeme.gouv.sn

Bureau de Mise à Niveau


137, Sotrac Mermoz
BP 16595- Dakar-Fann, Sénégal
Tél. : +221 33 869 77 70
Fax : +221 33 860 70 92
E-mail : contact@bmn.sn
Site web : www.bmn.sn

Bureau régional de la GIZ à Dakar


Deutsche Gesellschaft für Internationale
Zusammenarbeit (GIZ) GmbH
109, rue Carnot x Mass Diokhané
BP 3869 Dakar - Sénégal
Tél. : +221 33 889 96 00
Fax : +221 33 822 93 15
E-mail : giz-senegal@giz.de
Site web : www.giz.de

avec le soutien du

Programme pour la promotion des énergies renouvelables,


de l’efficacité énergétique et de l’accès aux services énergétiques