Vous êtes sur la page 1sur 46

Arnaud CLEMENT

VALETTE (2007)
Compléments

Mise à disposition sur Academia.edu

1
Publications de l’auteur

Les recherches de noblesse dans les Trois-Évêchés, Paris 2016.

Si pour bon nombre de provinces les résultats de cette recherche sont bien connus des généalogistes, ceux des Trois-
Évêchés sont mystérieusement restés dans l’ombre et n’avaient jamais reçu un éclairage particulier. C’est ce que nous
propose ici l’auteur. Arnaud Clément nous délivre les publications et correspondances relatives à « L’affaire de la noblesse
dans les Trois-Évêchés » pour nous en rappeler les tenants et aboutissants. Il donne ensuite, et c’est là que ce travail prend
tout son caractère remarquable, à partir des listes des « maintenus », les notices de la quasi-totalité des familles
concernées, contenant leur identification, leur généalogie et leurs armoiries. Familles d’ancienne chevalerie lorraine,
champenoise ou luxembourgeoise, ou à l’anoblissement par charge récent, toute la noblesse des Trois Évêchés est ainsi
mise au jour, avec clarté et rigueur. Au total quelque 360 familles sont concernées. Cette étude, par sa nature inédite, fera,
sans l’ombre d’un doute, le bonheur de tous les chercheurs, généalogistes, historiens, spécialistes des questions nobiliaires
et amoureux de l’histoire de la Lorraine et de ses familles. bon de commande

Les recherches de la noblesse (1666-1729)- Familles maintenues, déchargées ou condamnées, Paris, 2017

Louis XIV, qui aimait l’ordre dans son royaume, ordonna une recherche générale des faux nobles dans tout le royaume,
recherche dont furent chargés les commissaires « départies en les provinces », autrement dit les Intendants de justice,
police et finances de chaque généralité. Pour cette grande recherche de 1666 et pour celles qui suivirent, l’auteur publie ici,
généralité par généralité, les listes des familles qui furent « maintenues », comme, souvent, les listes de celles qui furent
« condamnés », « renvoyées au Conseil », « déboutées » ou ayant renoncées à la qualité. Soit un total de quelque 15 000
noms. Parallèlement, il replace, textes à l’appui, ces recherches dans leur contexte historique et juridique. Son travail
d’historien sera apprécié des généalogistes et plus encore des familles qui cherchent à remonter à ces preuves pour justifier
de leur noblesse. bon de commande

Derniers travaux sur la noblesse mis à disposition sur Academia.

Un complément au Valette 2007


https://www.academia.edu/35337940/Compléments_au_Valette.pdf
Un complément au Dioudonnat
https://www.academia.edu/33911552/Complément_Dioudonnat_2010.pdf
Un catalogue sur la noblessse inachevée
https://www.academia.edu/34874527/Noblesse_inachevee_2017
Une bibliographie
https://www.academia.edu/35146133/Bibliographie_Noblesse_2017
et bien d’autres documents accessibles depuis mon profile
https://independent.academia.edu/CLEMENTArnaud

Première édition
Copyright : ARNAUD CLEMENT
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation
Réservés pour tous pays
Janvier 2018.

2
A propos de la méthodologie employée :

- Dépouillement comparatif complet du Valette (édition 2007) avec le Talandier / Vraie Noblesse (2008)
et le Dictionnaire et armorial de la Noblesse de Patrice de Clinchamps (2005-2009)
- Dépouillement comparatif complet avec les pages wikipedia FSNF [WP]
- Reprise des familles reçues à l’ANF entre 2007 et 2018.
- Réintégration des familles reçues à l’ANF avant 2007, éteintes mais oubliées du texte principal du
Valette
- Complétés également avec les dépouillements suivants :
o Petiot (), Les Lorrains et l’Empire, Memodoc [Familles lorraines subsistantes dans l’ancien
empire des Habsbourg]
o Plusieurs Nobiliaires Allemands du XIXe [Liste des familles huguenotes subsistantes]
o Liste des familles nobles en Belgique (ayant un principe de noblesse français)
o Travail personnel sur les compléments du Simili-Nobiliaire de Dioudonnat.
o Reprise des files de discussion des pages wikipedia sur la noblesse française subsistantes.
o Liste des familles de l’association de la noblesse bretonne
o Familles installées à l’étranger d’après Saint-Simon & Séréville
o ….
- Et surtout, beaucoup de curiosité et de recherches dès qu’un nouveau nom apparait.
- Dépouillements des 5800 patronymes avec particule figurant dans le Journal Officiel depuis 1990
(fichier fourni par Nathann Cohen, chercheur au CNRS)
- Dépouillement partiel de Nicolas Guerre (Noblesse 2001) (lettre A)

Sans aucun doute, cette liste contient des erreurs. A nous de continuer à l’améliorer et à la compléter.

3
4
LA NOBLESSE FRANÇAISE ANGELIS (d’) – Corse; maintenu noble par le conseil
(Compléments) supérieur de Corse en 1771. [NG01]
Familles absentes ou éteintes du Valette
ANGELY (d’) : éteinte dans les mâles ? « Philippe, fils
de Jean +1969 et père d’Isabelle, de Florence et
ABADIE de NODREST D’azur à une montagne de neuf d’Alexandre ».
coupeaux d’or, au chef cousu d’azur chargé de trois
étoiles d’argent rangées en fasce : Bigorre ; Extraction ANJOU (d’) – Provence, Normandie ; extraction 1526,
1555, maintenue noble en 1712 et 1715. [NG01 - PPC] maintenue en 1702 et 1718. [NG01]

AERSSEN BEIJEREN VAN VOSHOL (VAN) ARCANGUES d’IRANDA (d’) Parti : au I, d’argent à
Écuyer en France en 1605; baron en France en 1635. un arbre arraché de sinople et au lion de gueules passant
Titre personnel de chevalier en Angleterre en 1611. contre le fût ; aux II et III, d’azur à une croix d’or ; au
Nomination en tant que membre du corps équestre de la IV, de gueules à trois pigeons d’argent rangés sur une
Hollande en 1814. Reconnaissance du titre de baron pour terrasse de sinople ; sur le tout d’azur à trois chevrons
tous en 1822. Subsiste en Belgique [WP –noblesse de d’or ; au II , d’or au château de gueules accosté de deux
Belgique] lévriers de sable enchaînés à la porte, surmonté d’une
fleur de lys d’azur ; à l a bordure du même chargée de
ALBERT de SESSARTS (olim ALBERT des quatre coquilles et de quatre flanchis d’or alternées :
ESSARTS) De gueules à trois croissants d’or : Provence Pays Basque ; filiation 1492, extraction 1548, titre de
; noblesse de robe, filiation 1488. [Compléments] marquis espagnol reconnu en France en avril 1782. [PPC
- TA – WP – NG01]
ALBON (d’) : ANF-1933, éteinte en ligne masculine « Titre de marquis d'Iranda (du nom de la maison
avec André-Suzanne, né en 1923, décédé en 2015, père Irandaz, sise à Hendaye) conféré à titre héréditaire par
de deux filles : Marie, née en 1969 et Claude, née en lettres patentes du roi d'Espagne du 9 novembre 1764 à
1971. Simon de Aragorry, avec transmission par cédule du 29
novembre 18 1 8 à son neveu Nicolas François Xavier
ALES de BOSCAUT (d’) ou ALES-BOSCAUD (d’) d'Arcangues, fils de Michel d' Arcangues et de Rose de
Ecartelé : aux I et IV, d’or à deux demi vols de gueules Aragorry, elle-même sœur de Simon. Ce titre avait été
au chef d’azur chargé d’un soleil d’or à la bordure de reconnu en France par lettres patentes du roi Louis XVI
gueules chargée de sept besants d’or posés en orle ; aux d'avril 1781 ». Le titre fut autorisé ad personam par
II et III de gueules à trois étoiles d’or : Languedoc ; Napoléon III en 1862. Cette famille ne peut donc pas être
extraction chevaleresque, filiation 1383, maintenue noble classée dans la noblesse française.
en 1670, preuves pour les Honneurs de la Cour en 1787.
[NG01 - SS] ARCIS (de BONNET) (des) Parti: au 1er pallé d'or et
d'azur de six pièces ; au 2e d'or, au pin de sinople; au
ALQUIER (Bas Poitou) : chevalier de l’Empire le 21 chef de gueules, chargé de trois étoiles d'or : Vivarais ;
mai 1809, baron par décret mais sans lettres patentes Louis-Melchior des Arcis vota dans le Bas-Vivarais dans
donc théoriquement non transmissible. Titre confirmé à la sénéchaussée de Villeneuve-lès-Berg. Il était écuyer du
son petit-fils Arthur +1871 sans postérité. [WNS] Roy. Fils de Jean-Baptiste. Petit-fils de Charles. Arrière-
petit-fils de Jean. Antoine fut condamné comme
? AME de SAINT-DIDIER Champagne (Reims), usurpateur de noblesse en 1669. Son fils fut maintenu par
Bresse ; anobli par lettres en 1729 [NG01] Aymeri Amé jugement de Lamoignon. Son neveu fut conseiller du Roi,
de Saint-Didier de Narbonne Lara (1920-2003). On maison et couronne de France. ? famille maintenue dans
rencontre aujourd’hui Madison, Sophie et Nathalie, sa noblesse le 15 janvier 1671. [Di., CEA]
Arsène…
ARMAND de CHATEAUVIEUX (d’) De gueules à
†ANDRAS de MARCY D’argent à un chevron de une fasce échiquetée d’argent et de able à trois tires,
gueules accompagné de trois besants du même : accompagnées en chef d’un croissant d’or et en pointe
Nivernais ;: ancienne extraction 1451, déchargé du droit d’un bœuf du même – Dauphiné ; extraction 1525. [NG01
de franc fief en 1641, maintenue noble en 1701, – PPC-TA - WP]
acquisition du comté de Marcy en 1715. Reçue posthume
en 2016 à l’ANF. La dernière représentante de cette ARNOUS-RIVIERE : famille éteinte en ligne masculine
famille était Henriette Marie Jeanne, baronne de Bouglon avec le décès de Vincent en 2003.
(1920-2016). [ANF-2016, GAF n°768, CEA I-IX,-XVIII,
SS, V89, PDC t.1 p.29, WP] †ARROQUAIN (d’) – Béarn (Pays de Soule) ; ancienne
extraction 1458. [NG01]. Le nom est parfois porté par la
famille de Berterèche de Menditte suite à une alliance

5
avec Claire d’Arroquain †1879. Cette dernière famille AUBERT DE GASPE (anoblie 1693)
s’est éteinte dans les mâles avec Jean-Baptiste (1850- Parti, au 1 d’argent à trois pins de sinople posés en fasce
1930). accompagnés en pointe d’un croissant de gueules ; au
chef d’azur chargé de trois étoiles d’or ; au 2 d’argent au
lion de sable à la queue léopardée tenant une croix latine
†ARTENSET de LA FARGE – Périgord ; anobli par du même ; Charles AUBERT de LA CHESNAYE (1630-
lettres en 1655, confirmé en 1675. [NG01] Les derniers 1702), commerçant, arrivé à la Nouvelle France en 1665,
mâles du nom semblent être René (1863-) et ses deux fils fut anobli par Louis XIV en mars 1693. Branche de la
Franck (1890-1944) et Noël (1891-). famille AUBERT de LA CHESNAYE. Présents en
Nouvelle-Angleterre sous les noms Obert et Degaspe
†ARTHAUD de VIRY – Forez ; anobli par lettres en [Yves Drolet]
1704, maintenue en 1772. Charles Octave (1838-1901)
AUBIN de JAURIAS, olim OUBI D’argent à un pal
est le dernier mâle du nom.
d’azur chargé en chef d’une étoile, au milieu d’un cœur,
en pointe d’un croissant renversé, le tout d’argent, et
ARTUR du PLESSIS De gueules à une coquille d’or,
accompagné de deux étoiles posées en chef l’une à dextre
au chef d’argent : Martinique ; Charles, docteur en
et l’autre à senestre : Périgord ; anobli par charge,
médicine et Philippe, sieur du Plessis Lettres
conseiller secrétaire du roi en 1745. [NG01] Le nom est
d’anoblissement en récompenses des services militaires
toujours porté par Patrice PALFRAY AUBIN de
de leur père en 1647. Confirmation en 1667, maintenue
JAURIAS, petit-fils de « Marie » Aubin de Jaurias (1883-
noble en 1666. Même famille qu’ARTUR de la
1916). Branche aînée éteinte en ligne masculine avec
VILLARMOIS.[NNF] [Inédit]
Antoine (1850-1945) et en ligne féminine avec Claire
(1886-1970). Semble subsister une descendance issue de
ASSELIN de WILLIENCOURT D’azur à trois croix
Gaston (1853-1936), dont des représentants en
pattées d’argent, et une bordure cousue de gueules,
Allemagne. [SS]
chargée de huit étoiles d’or : Artois ; En charge de
noblesse graduelle en 1789. Une branche de cette famille
AUDIBERT de LUSSAN : éteinte dans les mâles
fut faite chevalier de l’Empire le 22 octobre 1810, titre de
chevalier confirmé à la 3ème génération par décret du 11
AUGEROT (d’) Ecartelé : aux I et IV, d’azur à trois
mars 1863 de Napoléon III. [Le Bret – WP – NG01]
croix de Saint-André d’or ; aux II et III d’argent à deux
lions lampassés de gueules, affrontés, surmontant un
†ASTAING d’ESTAMPES (d’) – Gascogne ; extraction
arbre feuillé de sinople, réhaussé d’or : Béarn ; reçu aux
1521, maintenue 1699. [NG01] Famille éteinte en ligne
Etats de Béarn en 1743 pour la seigneurie de Saint-
masculine avec Pierre Alexis Amédé Félix (1835-),
Martin à Cosledaa. [PPC - WP]
maréchal des logis.

AURAY de SAINT-POIS Losangé d’or et d’azur :


†ASTRUC de SAINT-GERMAIN – Languedoc ; anobli
Basse-Normandie ; Ancienne extraction XVe siècle.
par charge, conseiller à la cour des comptes de
Maintenue noble en 1463, 1599, 1634, 1635. Eteinte dans
Montpellier en 1681. [NG01] Eteinte en ligne masculine
les mâles en 1955. (0). Peut-être encore une représentante
avec Edmond (1851-†après 1909), lieutenant-colonel en
féminine âgée : Marie-Thérèse, née en 1921. Monique,
retraite à Dinan en 1909.
épouse de Roffignac est décédée en 2017, âgée de 91 ans.
[NG01]
ASTUGUE de SOREAC de BUZON (d’) – Anobli par
charge de capitoul de Toulouse en 1754. Vote avec la
AURE de LIAS (d’) – Languedoc ; anobli par charge de
noblesse en 1789 en Bigorre. Famille connue aujourd’hui
capitoul de Toulouse en 1634 (maintenu en 1669 et
sous le seul patronyme de Buzon [JO]
1697). [NG01]
†ATTEL (d’) D’azur à trois tourelles couvertes d’argent
? AUXION (d’) Ecartelé aux I et IV, d’azur au lion d’or
maçonnées de gueules, posées deux et un : Lorraine ;
armé et lampassé de gueules, aux II et III d’or à trois
anoblissement par le duc de Lorraine en 1541, maintenue
fasces d’azur : Gascogne ; maintenue noble en 1697 et
noble en 1674. ANF-1960. [PPC]
1701. [NNF]. Quid de Chantal d’Auxion ? appartient-elle
à la famille Periers d’Auxion ? La dernière du nom
AUBENTON (d’) olim DAUBENTON – Bourgogne,
semble être Béatrice d’Auxion de Ruffé (1910-2007)
Guyenne ; anobli par charge, conseiller secrétaire du Roi
Absent V07 = présent SS.[NG01]
en 1707. [NG01]

AVRANGE du KERMONT (d’) – Lorraine (Metz),


AUBER d’AUNAY et – d’HENOUVILLE –
chevalier en 1808 – anobli en 1818. [NG01]
Normandie ; décharge de droit de franc fief en 1470,
maintenu en 1667. [NG01]
†AVRIL de GREGUEIL (d’) – Angoumois (Ruffec) ;
extraction 1550, maintenue en 1696. [NG01] Cette

6
famille semble éteinte en ligne masculine depuis 1954 †BARDIN (de) D’argent à l’aigle éployée de sable :
avec François Augustin Henry, conseiller d’ambassade, Poitou ; ancienne extraction 1492, maintenue en 1672 et
chevalier de la Légion d’Honneur (1867-1954) et en ligne 1698, page de la Reine en 1764. ANF-1967 [TA]
féminine avec Marie-Thérèse (18xx-1957). Le nom a été
repris par la famille des ROCHES de CHASSAY suite à † BARESCUT (de) : famille éteinte avec Maurice (1865-
une adoption. 1960).

†BACHOUE de BARRAUTE (de) (1923-1988) – †BARLATIER de MAS (de) D’azur à une croix alaisée
Béarn ; anobli en 1578, admis aux Etats de Béarn en d’or cantonnée de quatre étoiles du même : Provence
1609. [NG01] (Glandevès) ; secrétaire du Roi au Parlement d’Aix en
1739, baron de Mas à titre personnel en 1847. Branche
†BAILLARDEL de LAREINTY (- éteinte admise aux états de Provence en 1787. Preuves
THOLOZAN) D’azur au cheval ailé et cabré d’argent, pour les écoles royales militaires en 1784 (branche de
accompagné en chef de deux épées hautes du même Mas) [TA - NNF] Famille réputée éteinte en 1949 (dans
posées en sautoir, et en pointe d’un fourmi d’or les hommes) et 1959 (dans les femmes).
:Martinique ; 1° Confirmation de noblesse avec
anoblissement en tant que besoin par lettres patentes de BAROU de LA LOMBARDIERE de CANSON –
juillet 1779, enregistrées au Conseil Souverain de la Vivarais ; anobli par charge de conseiller secrétaire du
Martinique le 8 novembre 1780 pour les deux frères Roi en 1760. Jean fut conseiller secrétaire du Roi près de
Pierre Magloire(décédé sans postérité) et Denis Magloire la Chancellerie de Pau, il testa en 1763 et son fils vendit
BAILLARDEL de LAREINTY, lequel continua la sa charge en 1764. Son descendant Jacques-Barthélémy
filiation. 2° baron héréditaire de LAREINTY par (1774-1859) fut pair de France à vie en 1832 d'après
ordonnance royale du 27 juillet 1821 en faveur d’Hilaire Raoul de Warren. Elle prit part aux assemblées de la
Julien Félix BAILLARDEL de LAREINTY, conseiller noblesse en 1789 à Annonay et au Puy-en-Velay. [GAF
d’Etat, Intendant général de la Marine, chevalier de Saint- n°3018 – CEA]
Louis, né le 13 mai 1782, décédé à Paris le 11 février
1826, marié en 1820 avec Clémentine COSSIN DES †BARRAL d’ARENES (de) – Languedoc ; ancienne
CHOURSES. Eteinte dans les mâles en 1944 et extraction 1460, éteinte dans les mâles en 1950, reçue
complètement en 1976. posthume à l’ANF en 2007.

BALLIGAND de SERVIERES D’azur à un lys au BARRÉ de SAINT-VENANT D’argent au sautoir de


naturel ; terrassé de sinople, surmonté d’un armet morné, sinople accompagné en chef d’un lambel de gueules :
orné de ses bourrelets et lambrequin, aux couleurs de Poitou (Niort), Saint-Domingue ; anobli par charge de
l’écu : Lorraine puis Bavière ; anoblissement le 5 janvier secrétaire du Roi en 1744, maintenue noble à Saint-
1756 et titre de chevalier par Stanislas, roi de Pologne et Domingue en 1747 ( ?). Subsistante mais totalement
Duc de Lorraine. [G :isade – Claudia von Baligand] absente du Valette ? Est-on certain de ce principe de
noblesse ? [SS - CEA]
BANYULS de MONTFERRE (de) Fascé d’argent et de
sable de six pièces : Roussillon (Perpignan) ; extraction †BARRES du MOLARD (de) - Vivarais, Béziers, Île de
1578, preuves pour les écoles royales militaires en 1779 - la Trinidad ; ancienne extraction maintenue noble le 18
1782. Eteinte en ligne masculine avec Pierre (1892- avril 1790, vicomte le 4 novembre 1815. [SS] Semble
1970). En voie d’extinction féminine avec Marthe, née en éteinte en ligne légitime depuis 1978.
1924, dernière représentante de cette famille. (0). [TA -
NNF] BARROIS de SARIGNY D’azur à un lion d’or
rampant ; à la fasce d’argent brochant sur le tout;
†BARBANÇOIS (de) De sable à trois têtes de Léopard Anoblie en 1596, déroge, sollicite en vain en 1787 des
d’or, arrachées et lampassées de gueules : Marche et lettres de confirmation de noblesse. Seule la postérité
Berry ; extraction chevaleresque 1362, marquis de issue de Jean-Baptiste-Pierre Didier Barrois (1752-) qui
Villelongis par lettres patentes de 1767, page de la obtint de Charles X des lettres patentes de confirmation
Grande Ecurie en 1725 – ANF-1988 [TA] de noblesse en 1828 peut être considérée noble. Une
grande partie a émigré en Afrique du Sud. [Dioudonnat –
BARBIER d’AUCOURT : éteinte dans les mâles SS]

†BARBIER de LESCOËT Ecartelé : aux I et IV, BARTOUILH de TAILLAC D’or à la barre de


d’argent à deux fasces de sable ; aux II et III d’or à une gueules, au poisson d’argent, posé en bande, brochant
fasce d’azur chargée de trois canettes d’or : Bretagne, sur le tout : Agenais – ancienne extraction 1482.
extraction chevaleresque 1355 – ANF-1953 Confirmé noble en 1739. Noblesse d’Albret en 1789.
[NG01 - PPC –CEA II]

7
BASSECOURT (de) D’azur à une bande d’argent, †BELRUPT-TISSAC D’azur au lion d’or : Lorraine,
chargée de trois flanchis écotés de gueules : Artois ; Autriche ; ancienne famille de verrriers connue depuis
chevalier par lettres patentes en 1751, marquis de Grigny 1524, titre de comte dans le duché de Parme en 1700.
en 1763, admis aux Etats d’Artois en 1767. [PPC – la Eteinte en Autriche en 1970. (0).
descendance subsiste au Canada - WP]
†BELVEZET de LIGEAC (de), éteinte en 1952. [SS]
BASTIDE de MALBOSC – Vivarais, anobli en 1817.
(Eteinte dans les mâles ? Guy +1997, quid des fils BENOIST (anoblie 1706)
d’Hubert : Jean et Gilles – décès en juin 2010 de Marie- Écartelé, aux 1 et 4 d’azur à l’aigle d’or ; aux 2 et 3 de
Thérèse, épouse de Gérard de Vaugelet) [NG01] gueules au sautoir tréflé et alésé d’or ; Antoine, peintre
en cire, réhabilitation de noblesse, enregistrée à la Cour
des Aides de Paris le 28 août 1706 [AN Z1A 580 d’après
BATTISTI (de) D’azur au phénix de sable (alias NNF] Présents à St. Louis (Missouri).
argent), becqué de gueules, posé sur son immortalité ou
brasier de gueules (au naturel), et fixant un soleil d’or BENOIST de LOSTENDE D’azur à un chevron d’or
posé au canton senextre à chef : Corse ; Arrêt du Conseil accompagné de trois mains bénissantes d’argent, deux en
supérieur de la Corse du 22 novembre 1788 qui reconnait chef et une en pointe : Limousin ; anoblissement par
une noblesse vieille de plus de 200 ans. [PPC - WP] charge de deux trésoriers de France au bureau des
finances de Limoges pour Grégoire †1710 et son fils
BAUDART de FONTAINE D’azur à un dard d’or posé Grégoire (1710-1754), titre de baron personnel en 1829.
en pal : Touraine ; anobli par charge de Secrétaire du On trouve dans le Nouveau Nobiliaire de France : Jean-
Roi, Maison et Couronne de France en 1713. Certificat de Baptiste, fils de Grégoire BENOIST, trésorier de France
noblesse délivré par Chérin pour le service militaire en au bureau des finances de Limoges : quittance de finance
1782. ANF-2007. La branche BAUDART de SAINT- pour confirmation de noblesse en vertu de l'édit d'avril
JAMES n’est plus représentée en ligne légitime. [TA – 1771, enregistrement au Bureau de Finance de Limoges
GAF n°3371 – NNF – WP - PPC] (AD 87 C 458) [SS – PPC – TA - NG01 - WP]

BAUDE D’argent à la bande de gueules côtoyée de six BENQUE d’AGUT (de) Ecartelé : aux I et IV de
mouchetures d’hermines de sable – Dauphiné ; Baron de gueules à une croix d’or ; aux II et III d’or à une aigle
l’Empire par lettres patentes du 14 avril 1810. Eteinte éployée de sable surmontée d’une tête de More du mesme
dans les mâles mais encore représentée en ligne féminine accostée de deux étoiles d’azur : Comminges-
par Marie-Cécile, née en 1930 et Françoise, née en 1922 Languedoc ; maintenue noble en 1669, en 1698 (sur
(0) [PPC - WP] preuves de 1538) et en 1700. [GAF supplément et
n°4131]. Famille subsistante.
BAYLE des HERMENS (de) Haute-Loire ; maintenue
noble en 1670. [JO] †BÉRARD DE VERZEL – Guyenne ; éteinte en 1965.

†BEAUFRANCHET (de) – Auvergne ; extraction BERCKHEIM (de) Diapré d’or à la croix de gueules :
chevaleresque 1292, maintenue en 1669, Honneurs de la Alsace, Allemagne ; Extraction chevaleresque, r.n.f avec
Cour en 1784, preuves pour les écoles royales militaires titre de baron comme ancien feudataire immédiat du
en 1779 - ANF-1998. [TA] Saint-Empire par lettres patentes d’août 1773. [SS]

BEAULIEU-MARCONNAY (von) (olim : de BERLHE (de) D’azur à un chevron d’or surmonté d’une
Marconnay) De gueules à trois pals de vair ; au chef tête de lion arrachée et accompagnée de trois losanges le
d’or ; (Poitou, Touraine : subsistante en Allemagne. Issue tout d’or : Dauphiné (Romans) ; Anoblissement par
d’Olivier de M., électeur de Hanovre, Grand Veneur de lettres de Louis XVIII, le 20 avril 1816. [PPC – NG01]
Georges Ier d’Angleterre. Honneurs de la Cour 1786-
1787. Preuves pour Saint-Cyr en 1714, les pages de la PE BERNARD de SAINT-JEAN-LENTILHAC
en 1764. Maintenue noble en 1666 et 1667. [NNF] (Toulouse) : éteinte.

BECHENEC (de) (Henri +1963 – Jeanne +1978) – BERNARD de TEYSSIER (de) D’or à trois cœurs de
Bretagne, anobli par lettres en 1697, confirmé en 1716 gueules et deux épées en sautoir accompagnées en chef
[NG01] d’un lambel : Languedoc ; Anobli par charge de
Conseiller Auditeur en la Cour des Comptes de
BELLEGARDE de SAINT-LARY (de) D’azur au lion Montpellier (1755-1789…)
d’or, couronné de même : Gascogne, Piémont ; ancienne
extraction, duc de Bellegarde et pair de France en 1620 BERNARD de SEIGNEURENS (de)
pour une branche éteinte en 1687. [SS]

8
†BERNARD de TALODE du GRAIL (de) – Vivarais ; même ; aux II et III, contre-écartelé de gueules et de
ancienne extraction 1470 (maintenu en 1774). Eteinte en sable, à une croix d’argent sur le tout : Bretagne ;
ligne masculine et féminine en 1956. [NG01 - SS] ancienne extraction, filiation 1396. [PPC Supp]

BERTHELIN : Champagne ; Jean Edme Berthelin BLACQUE-BELAIR : Île de France ; famille issue de
(1724-1811) achète pour 60.000 livres, en 1766, la charge Jean-Jacques Blacque (1730-1805), échevin de Paris en
de conseiller secrétaire du roi, trésorier-payeur des gages 1779, écuyer, conseiller du Roi, Notaire honoraire au
de la Chancellerie établie près le Parlement de Pau. [WP- Châtelet (et qui vota avec la noblesse en 1789).
Kerfranc]
BOHAN (de) Champagne ; une branche dite seigneur de
†BERTHELOT DE BAYE – titres enregistrés au Malva et de Vandy semble subsister en particulier à
Conseil de la Guadeloupe le 14 mars 1777. Éteinte dans Fresne-les-Reims. Maintenue noble par Caumartin en
les mâles en 1931 et totalement en1977. 1670. [JO]

†BERTIER-PINSAGUEL (de) – anobli par charge de † BOIS (de CENDRECOURT) (du) – Lorraine, anobli
capitoul de Toulouse en 1465.Eteinte en ligne masculine en 1596, ANF-1937, éteinte avec Louis du Bois décédé
en 1941 et en ligne féminine en 1956. [NG01] après 1994.

†BERTIN de CHALUP : famille éteinte. BOIS de RIOCOURT (du) – Lorraine, anobli en 1622,
baron en 1730. Eteinte en ligne masculine en 1985 mais
BETHUNE-HESDIGNEUL (de) (olim Desplanques) deux porteuses vivantes. (0)
D’argent à une fasce de gueules ; le canton dextre du
chef chargé d’un écusson de gueules à la bande d’or, † BOISDAVID (de) : probablement éteinte.
accompagnée de dix billettes du même : Artois,
Belgique ; anobli en 1606 ; admis aux Etats d’Artois en BOISSONNET Ecartelé, au I d’argent à une armure
1747, marquis au XVIIe siècle, prince de Béthune antique de sable ; au II d’or plei ; au II de sinople à 1
Hesdigneul aux Pays-Bas en 1781 (titre reconnu en rouleau déployé d’argent sur lequel est déssiné un
France en 1781 et confirmé en 1818). ANF-1972 [TA – polygone au naturel ; au IV d’azur à trois étoiles
PPC- NG01 - WP] d’argent posées deux et un, surmontées d’un croissant du
mesme au franc quartier des baron militaires : baron de
BETHUSY-HUC (von) (olim d’HUC, marquis de l’Empire en 1813, confirmés barons héréditaires par L.P.
BETHUSY), comte du Saint-Empire Romain de Napoléon III, le 8 juillet 1865 pour Ernest-Marie-
Germanique D’azur à trois chats-huants d’or posés deux Augustin. [ICC 1991 p889 – NG01] [Diou]
et un, becquetés et panachés de sable : Languedoc ;
maintenue noble en 1669, 1699 à Montauban. [Armorial BOISSET (de) Dauphiné ; contrairement à ce qu’indique
du Languedoc - SS] Dioudonnat, cette famille semble descendre de Jean-
Antoine de BOISSET des MAILLES (1738-1818),
BÉVY de LA FAVERGE (de) / de LAVERGE D’azur Notaire, secrétaire du Roy, greffier en chef au parlement
à une croix d’or chargée d’une croix de gueules, de Grenoble par provision du 7 août 1763. [JO]
cantonnée aux I et II d’une ancre d’or et aux III et IV
d’un calice de même : Savoie ; connue dès le début du †BOMBELLES (von) – éteinte dans les mâles vers
XVIe siècle. ? anoblissement 1552. [CEA – Comte de 1942/1943 et en ligne feminine en 1984.
Foras, Armorial de la Savoie]
BONNAFOS (de) – Auvergne
†BEYNAGUET de PENNAUTIER (de) D’argent à une Anoblisssement par lettres au mois de septembre 1654.
canette de sable, becquée et membrée de gueules,
nageant sur une mer de sinople ; au chef d’or chargé de †BONNEFOY de VILLIERES (de) D’azur à une
trois losanges de gueules : Languedoc ; capitoul de brebis paissante d’argent sur une terrasse de sinople ; au
Toulouse en 1521, maintenue noble en 1700. ANF -1949 chef d’or chargé de trois croisettes de gueules :
Languedoc ; capitoul de Toulouse en 1513. ANF-1938
† BINOT de VILLIERS Île de France ; anobli par
charge de secrétaire du Roi en 1670 (maintenu en 1701). BONNET de LATOUR = même famille que BONNET
Eteinte en ligne masculine en 1927 et totalement en de VILLER D’argent à la fasce de gueules chargée de
1949.[NG01] trois besants d’argent et à trois bonnets d’azur, deux et
un : Normandie – ancienne extraction 1429, maintenue
BIZIEN du LEZARD (de) Ecartelé : aux I et IV, noble en 1667 à Alençon, preuves pour la Grande Ecurie
d’argent à une fasce de sable, accompagnée en chef en 1708. Subsiste avec Florence, Anne, Adeline… [Diou-
d’une étoile de gueules et en pointe d’un croissant de 1991]

9
par la charte des francs-fiefs en 1470. Preuves pour Saint-
† BORSSAT (de) – Bresse ; anobli par charge de Cyr en 1743. ANF-1936. (0)
conseiller au parlement de Dombes en 1733, éteinte en
1942 dans les mâles. [NG01] †BOURBEL de MONTPINSON (de) D’azur à trois
besants d’or deux et un : Normandie, Grande-Bretagne ;
BORT (de) et – de PIERREFITTE D’or au sautoir Extraction, maintenue noble en 1668, preuves pour Saint-
denché de gueules : Limoges ; famille maintenue noble Cyr en 1685, certificat de Chérin pour le service militaire.
en 1666. [Complément] Naturalisée en Angleterre en 1793, confirmée marquis en
1825.
BOTTINI de SAINTE-AGNES D'azur au barillet [SS] éteinte avec le décès de Micheline Adrienne
cerclé de gueules mis en fasce, accompagné de quatre Sisterson de B de M (1919-2009) et de sa sœur Elisabeth
ramuscules de roses feuillées et tigées de simple, fleuries (1916-†14 septembre 2009.), major dans le Womens
de gueules et boutonnées d'or, posées trois en chef en Royal Army Corp. Leur père Bayard Alexis de Bourbel
éventail une en pointe mise en pal : Comté de Nice ; était le dernier marquis.
baron de Sant’Agnese par lettres patentes en 1614.[TA]
BOURGUET de TRAVANET (de) (olim GUILHEM
†BOUCHAUD de LA FORESTERIE / BOUCHAUD du BOURGUET) Losangé d’argent et d’azur :
de LA PIGNONNERIE D’argent à un chevron d’azur Languedoc ; Famille maintenue noble en 1697 et 1701.
accompagné en pointe d’une moucheture de sable ; au Nicolas (1753-1812), mousquetaire du Roi (1769). Fils
chef cousu d’or chargé de deux roses de gueules : d’Etienne de Guilhem du Bourguet (1717-1760), seigneur
Nantes ; Anoblissement 1747. Famille éteinte dans les de la Rogue-Travanet. Petit-fils d’Abraham +ca 1729.
mâles en 1977. (0) collatéral, chevalier de Saint-Louis, vote noble en 1789.
Famille subsistante notamment avec Frédéric né en
†BOUCHER de BOUCHERVILLE – Québec ; anobli 1967.
en 1661. Semble éteinte depuis 1955. [WP]
BOUTAULT (des FORGES) de RUSSY D’azur à trois
BOUCHER (anoblie 1661) chevrons d’or, accompagnés de trois triangles du même
D’azur au chevron d’argent, sommé à la pointe d’un lis renversés, deux en chef et un en pointe : Blésois ;
au naturel,accosté de deux glands d’or et accompagné en anoblissement par charge de secrétaire du Roi et de ses
pointe d’un rocher du même sommé d’une croix d’or :
finances en 1677 et 1681, preuves de noblesse pour les
Anobli en 1661, révoqué en 1684, réanobli en 1707,
nouvelle révocation en 1715. [Second ordre] écoles royales militaires en 1781. [PPC – NNF – NG01]
Branche de Boucherville présente au Québec, au Brésil et
peut-être encore à l'île Maurice ; Branche de la Bruère BOUTEILLER (de) - Picardie : chevalier de l’Empire
présente au Québec ; Branche de Grosbois présente au en 1811.
Québec ; Branche de Montbrun présente au Tennessee
sous le nom Demonbreun ; Branche de Montizambert BOUTEILLER (de) - Nantes : secrétaire du Roi en
présente dans l'Ouest canadien et en Californie.
1749.[Ogerau-Solacroup]
BOUAYS de LA BEGASSIERE (du) De gueules à une
BOUTET de MONVEL – Lorraine ; chevalier de
croix d’argent, cantonnée de quatre croissants du même :
l’Empire en 1813. [NG01]
Bretagne ; Extraction, maintenue noble en 1669. [PPC –
NNF – NG01]
BOUVIER de CACHARD (de) – reconnue noble le 24
septembre 1491, maintenue noble le 7 juillet 1667,
† BOUILHAC de BOURZAC (de) Périgord : anobli
certificat de noblesse pour le service militaire en 1785.
par lettres en 1746. Eteinte au début du XXe siècle.
Preuves pour les ERM en 1778-1780-1781, baron le 29
[NG01]
janvier 1827. Eteinte au XX e siècle d’après SS. Maurice
est décédé le 24 juillet 2017, âgé de 82 ans. Régis né en
BOUILLANE / BOUILLANE (de LACOSTE) (de)
1929 à Paris est un peintre reconnu. Alain-François de B
D’azur à une patte d’ours d’or : Dauphiné ; Anobli par
de C., né le 22 juin 1936 à Paris est peintre sous le nom
Louis XI en 1475 en même temps que la famille
de Raya Sorkine. [GAFD 6480- CEA, Révérend]
RICHAUD (cf sous ce nom), reconnu noble en 1554 par
François de Lorraine, duc de Guise, maintenue dans sa
BOUVIER de LAMOTTE de CEPOY De gueules à un
noblesse en 1666 par jugement de Dugué. Vote noble en
chevron d'or accompagné de trois trèfles de même posés
1789. Condamné en 1745 – Appel en 1775 – Pas de
deux en chef et un en pointe : Orléanais ; maintenue
jugement définitif en 1789. [Dioudonnat-94 – Le Bret] –
noble en 1669 sur fausses preuves de 1524, Preuves pour
non consensus
les Ecoles Royales Militaires en 1769. Eteinte dans les
mâles - subsistante avec Chantal, miss France 1972. (0)
†BOUILLONNEY (du) D’azur à neuf croisettes
d’argent, quatre, trois, deux et un : Normandie ; anobli

10
BOYER-MONTEGUT (de) – branche de la famille de BRILLAT-SAVARIN – Bugey ; Chevalier de l’Empire
BOYER de SAINTE-SUZANNE en 1808. Celui-ci est le frère des ancêtres des porteurs du
nom actuels. [NG01]
BOYER du MONCEL D’argent à deux fasces ondées
d’azur au chef de gueules chargé de trois crois pattées † BRIQUEVILLE (de) (alias BRETTEVILLE (de))
d’or : Forez ; anobli en 1699, confirmé noble en 1745, D’argent à six feuilles de chênes de sinople :
baron de l’Empire en 1812 ? – réception posthume à Normandie ; extraction, maintenue en oble en 1599 et
l’ANF en 1995 mais semble subsister en Angleterre avec 1666 (chevau-léger en 1777). Reçu posthume à l’ANF en
Charles.[WP – GAF n°6540] 1991.

? BOYSSON (de) - Languedoc, Quercy ; anobli par † BRIVES de PEYRUSSE (de) – Auvergne,
charge de capitoul de Toulouse en 1532. En charge de probablement éteinte dans les mâles en 1901 et en ligne
noblesse graduelle en 1789 : avocat général près la Cour féminine en 1923.
des Aides de Montauban. Non consensus [NG01]
? BRUGES MONTGOMERY (de) D’argent à la croix
BOZONIER D’azur au chevron d’or accompagné en de sable chargée en abîme d’une tête de tigre d’or :
chef de deux roses d’argent et, en pointe, d’une colombe Dauphiné (Valence) ; maintenue noble en 1767 et 1770.
du même tenant en son bec un rameau d’olivier de Semble subsister. [SS – indiquée éteinte par erreur ??]
sinople : Dauphiné, Louisiane ; filiation XVIIe siècle.
André (1638-1705), avocat puis conseiller secrétaire du BRUNET de LA GRANGE d’azur à la tour d’or,
roi, maison et couronne de France et de ses finances au accompagnée en chef de deux étoiles d’argent et en
parlement de Grenoble en 1688. Maintenu dans sa pointe d’un croissant du même : Poitou ; issue de Gabriel
noblesse par le Conseil d’Etat en 1702. [CEA - Yves BRUNET de BROUE, maintenue dans sa noblesse (relief
Drolet] d’omission de la qualité d’écuyer) en 1718 / 1719. [Cette
famille figure dans le Valette 2007 sous les noms
†BRACHET (de) De gueules à un chien braque d’or : BRUNET de LA CHARIE et de SAIRIGNE [JO]
Orléanais (Blois) ; anobli en 1514. ANF-1936
BUDAN de RUSSE : Anjou (Saumur); charge de
†BRANDT de GALAMETZ (de) D’azur à trois trésorier de France au bureau des finances de Poitiers en
flammes d’or, ombrées de gueules, posées deux et une : 1760. Une seule génération insuffisante pour prétendre à
Artois ; anobli en 1587 par Philippe II d’Espagne, reçue la noblesse héréditaire. [NG01]
aux Etats d’Artois en 1750, comte en 1758. ANF-1967.
BUIRETTE de VERRIERES : éteinte dans les mâles.
†BRAY (de) - Bavière
Graf von Bray-Steinburg [WNOR] – famille éteinte après
? BULLION (von ou de) Ecartelé aux I et IV d’azur à
1945.
trois fasces ondées d’argent surmontées d’un lion issant
d’or ; aux II et III d’argent à une bande de gueules
†BREMOY (de) – Normandie, anobli par lettres en
accompagnée de six coquilles du même : Maconnais,
1677. Eteinte en 1953 en ligne masculine et peut-être en
Bavière : Anobli par charge de CSR en 1756, marquis de
1983 en ligne féminine. (à ne pas confondre avec la
Courcy en 1681, Honneurs de la Cour en 1736 et 1774.
famille Le Boucher de Brémoy subsistante). [NG01]
Eteinte en 2014 ?
†BREZETS (de) - Guyenne, Agenais ; anobli par charge
BURGAT (de) D’azur au château à deux tours d’argent,
de conseiller secrétaire du Roi en 1593, éteinte en 1918
girouetté de même, maçonné et crénélé de sable ; au chef
en ligne masculine et en 1957 en ligne féminine. [NG01]
d’or. – Anoblissement par charge en 1686 de président
aux comptes à Châlons. [Compléments]
†BRICHE (de) D’azur à deux fasces d’argent, et deux
chevrons brochant d’or, accompagnée de trois merlettes
†BURGUES de MISSIESSY (de) De gueules au
du même ; au chef d’or chargé de deux têtes de cheval
château donjonné de trois pièces du même, maçonné de
affrontées de sable : Île de France ; anobli (relief) en
sable. Anobli par charge en 1557, comparait à Toulon en
1769, baron en 1809, vicomte en 1818. ANF-1933
1789, comte de l’Empire en 1811, comte héréditaire en
1816. Eteinte en 2012.
BRICOGNE D’argent au vaisseau à trois mâts de sable,
voilé d’azur et soutenu d’une mer de sinople, à la
BUROT de CARCOUET - Bretagne ; anobli par charge
bordure de gueules chargée du signe des chevaliers
d’échevin de Nantes en 1659. Très largement représentée.
légionnaires : Île de France, chevalier de l’Empire en
1811, anobli en 1814. [WP – GAF N°6805] Famille maintenue noble comme descendante d’échevin
de Nantes lors de la réformation de noblesse par arrêt du
6 septembre 1669. Françoise, veuve de Julien Grard et

11
fille de feu Jean Burot, sgr du Pé, échevin de Nantes en CARMENTRAN-LARIVIERE (de), et d’ESPALAIS :
1659 reçoit une quittance de taxe de confirmation de Agenais ; anobli par Lettres patentes du roi Henri IV de
noblesse de 3000 livres le 16 juin 1700. Elle est la sœur janvier 1598, expédiées en la chancellerie de Navarre le 6
de Pierre (1645-1717), ancêtre des porteurs du nom. octobre 1598, cf. ''Recueil des travaux de la Société
Toutefois les descendants omirent de payer les taxes de d'agriculture, sciences et arts d'Agen'', t. IV, 1875.
confirmation de noblesse tel que cela fut reconnu par Subsistante sous le nom « La Rivière de Carmentran »
Chérin [NG01 – NNF – Dioudonnat - CEA]
CARRE de BUSSEROLLES : éteinte dans les mâles.
BUSNEL (de) : éteinte dans les mâles
CASTAREDE D’azur à la croix d’argent ; au chef d’or
† BUTEL de SAINTE-VILLE – Blésois, Guadeloupe ; chargé d’un lévrier passant de sable : Gascogne ;
anobli par charge de conseiller maître en la chambre des anoblissement par L.P. de 1818. [PPC supp]
comptes de Blois en 1605. [NG01]
CATHEU (de) D’argent à trois chauves-souris de sable,
†CAGARRIGA (de) Ecartelé aux I et IV, d’argent à posées deux et un : Beauvaisis ; Anobli par charge de
trois demi-vols de gueules, abaissés et contournés, aux II Conseiller Secrétaire du Roi (1769). [PPC – NG01- TA]
et III, d’or à un cerf passant d’argent, sur le tout de Les descendants actuels ne descendent pas du CSR.
gueules à un buisson de chêne vert arraché de sinople :
Roussillon ; extraction 1555. ANF-1956 CATOIRE de BIONCOURT D’argent à trois fasces
ondées d’azur ; au chef d’azur chargé de trois fleurs de
†CALOUIN de TREVILLE – Languedoc ; extraction lys d’or : dispense de Marc d’or de noblesse le 19 août
1579 (maintenu en 1702). Vicomte en 1814. Eteinte en 1786. Famille ayant émigré en Russie mais de retour en
ligne masculine en 1940 et en ligne féminine en France. [ICC 1991 p889] [Diou]
1986.[Diou – NG01]
CAVELIER d’ESCLAVELLES D’argent à la bande
CAMBEFORT (de) : acheteur de lettres de noblesse en d’azur accompagnée de six losanges de gueules rangées
1700 – révoqué en 1715. [NG01 – travail inédit] en orle : Normandie ; anoblie en 1523, maintenue noble
en 1667, comparait avec la noblesse en 1789 dans le
†CAMUSAT de RIANCEY D’azur à un chevron d’or bailliage de Neufchâtel. La branche Cavelier de Saint-
accompagné de trois têtes de bélier d’argent : Jacques a été maintenue en 1667 dans la généralité de
Champagne ; anoblissement par charge de secrétaire du Rouen et en 1698 dans la généralité d’Amiens. Preuves
Roi au Grand Collège en 1709. Eteinte dans les mâles de noblesse pour Saint-Cyr en 1702.[Compléments]
depuis 1937 avec Robert (1861-1937) et en ligne
féminine en 1985.[PPC – NG01] CAZENOVE de PRADINES (de) : éteinte dans les
mâles.
†CANNET de RODERS Amiens ; Anobli par charge de
secrétaires du Roi en la Grande Chancellerie (1756- CAZIN d’HONNINCTHUN : les porteurs du nom
1779). descendent d’un frère du baron (1818). [NG01]

CARBONNEL de CANISY (de) : éteinte en ligne †CELORON de BLAINVILLE D’argent au chevron de


masculine gueules accompagné de trois cigales du mesme :
Touraine, Canada, Saint-Domingue, Guadeloupe ; Anobli
† CARDON de MONTIGNY – Artois ; baron en 1811, par charge de Secrétaire du Roi en date du 11 août 1637,
confirmé en 1815. Eteinte en 1976 en ligne masculine et vote noble à Tours en 1789. Famille apparemment éteinte
en France (mais subsistante au Cambodge ?).
en 1978 en ligne féminine.
CÉNAT de l’HERM : Velay ; maintenue en 1671.
CARMEJANE-VESC (de) Ecartelé : au I, palé Représentée en 2017 par Laurence, née en 1968, fa de
d’argent et de gueules de six pièces, au chef d’or ; au II, Lucien (1937-2005). Le nom de cette famille en voie
de gueules à l’épée haute d’argent posée en pal ; au III d’extinction a été repris par la famille Odier. [lyy]
de gueules à un lion d’argent tenant une grenade de
sable allumée d’argent ; au IV d’or à une bande d’azur †CERIS (de) – Saintonge ; extraction (maintenu en 1667
chargée de trois étoiles d’argent ; sur le tout d’or à un et 1668). Eteinte au début du XXe siècle. [NG01]
chevron de gueues, accompagné de trois flammes de
même : Guyenne, Comtat Venaissin ; docteur en droit de †CHABERT (de) D’azur semé de taux d’argent
l’université d’Avignon en 1638, baron de l’Empire en accompagnés en chef d’une molette à huit rais d’or à la
1810 sous le nom Carmejane-Pierredon. [PPC] bande d’argent chargée de trois rocs d’échiquier de
sable brochant sur le tout au chef d’argent plein :
Provence ; secrétaire du Roi, maison et couronne de

12
France en la chancellerie près le parlement d’Aix en comtesde Chansiergues par Lettres Patentes du duc de
1704-1705, docteur en droit civil d’Avignon au XVIIIe Parme en 1728 – ANF-1938. [TA]
siècle, preuves pour Saint-Cyr en 1764. Eteinte en ligne
masculine en 1906 et en ligne féminine en 1992.[TA - CHAPEL de LAPACHEVIE (de) – branche de la
SS] famille CHAPEL de LA SALLE D’azur à trois fasces
crénelées d’or, la première de quatre pièces, la seconde
CHABRIER de PELOUBET (de) D’argent à la croix de trois, la troisième de deux : Auvergne ; maintenue
de gueules bordée de sable chargée sur le montant de noble en 1666 – preuves pour les écoles royales militaires
trois roses d’argent et deux lions passants d’or sur la en 1785. [GAF 8399 - JO]
traverse : Guyenne, Etats-Unis ; anobli 1603, maintenue
noble en 1668. La famille subsiste aux Etats-Unis sous le CHARLIER de VRAINVILLE D’argent à un palmier
nom seul de Peloubet. [SS] de sinople soutenu d’un croissant d’azur, au chef de
même chargé de trois étoiles d’or : Dunois
CHAFFOY de MUNANS (de) et C. de (Chateaudun) ; issue de Nicolas-Jean-Henri Charlier
COURCELLES Losangé d’or et d’azur à la fasce (1736-1778), conseiller des requêtes du palais au
d’argent brochant sur le tout : Franche-Comté, Parlement de Metz en 1764 et qui obtint le titre de
Belgique ; Extraction, reconnue noble par le parmeent de conseiller honoraire. Sa noblesse est contestée par
Besançon en 1776. Reconnue noble en Belgique en 1884 Dioudonnat malgré la garde noble de sa veuve, le titre de
et 1912 pour deux branches. Marquis de Soran en chevalier transmis à son fils reçu dans les gendarmes de
1720.[SS] la garde du Roi, et qui sert dans la première compagnie
Noble à l'armée des princes en 1792. [Inédit]
CHALENDAR (de) De sinople à un lévrier d’argent,
accolé de gueules, bouclé d’argent surmonté d’un lambel CHATILLON de FORCEVILLE de MERLIMONT
à trois pendants d’or, accompagné en pointe d’un (de) Poitou ; branche aînée éteinte maintenue noble en
croissant d’or, au chef cousu d’azur chargé de trois 1667-1668, vote dans l’assemblée de la noblesse en 1789
étoiles d’or : Vivarais, Libournais ; maintenue noble en dans la sénéchaussée du Poitou– ANF-2018. [Dioudonnat
1760 [TA – NG01] Indiquée éteinte par erreur dans SS. – ANF]

CHALLEMAISON (de) D’argent à la fasce d’azur CHAULIAC (de) D’azur à un chevron d’or accompagné
chargée d’une rose d’or, entre deux molettes du même : de trois têtes de pavot, tigées et feuilletées d’argent :
Champagne, maintenue en 1668, preuves pour Saint-Cyr Languedoc, capitoul de Toulouse en 1782. [TA – SS –
en 1742 et 1787. [TA] NG01]

CHAMPION de CRESPIGNY Ecartelé aux I et IV †CHAZELLES (de) – Auvergne – éteinte en 1975.


d’argent à un lion de sable, accompagné en pointe à
dextre d’un fer de moulin du même ; aux II et III, d’azur CHILLAZ (de) olim MACHARD (dans le Valette sous
à trois fasces d’argent : Normandie ; reconnue noble par MACHARD de CHILLAZ)
arrêt de la Cour des Aides du 9 août 1674. Subsistante en
Australie. [Woelmont –CEA - NNF] CHILLOU de CHURET (de) – Angoumois ; anobli par
charge d’échevin d’Angoulême en 1642. Dioudonnat
†CHAMPS (de) D’argent à la bande d’azur rectifie l’origine de ce nom [SS - NG01]
accompagnée en chef d’un lion de sable armé et
lampassé de gueules et en pointe d’un chêne terrassé de CHIRON de LA CASINIERE – Bretagne ; anobli par
sinople : Dauphiné, Lyonnais ; anobli en 1820. ANF- charge de conseiller en la chambre des comptes de
1935. [SS] Bretagne en 1690. Dioudonnat a rectifié l’origine de cette
famille bourgeoise. [NG01]
CHANCEL de LA GRANGE (de) De gueules à un
chêne arraché d’or, soutenu d’un croissant d’argent au
CHODERLOS de LACLOS D’argent à deux piques
chef cousu d’azur chargé de trois étoiles d’argent :
renversées de sable, passées en sautoir, accompagnées
Périgord, Martinique ; maintenue noble le 5 mai 1668. Le
de quatre flammes de gueules ; au chef d’azur semé de
nom de Lagrange-Chanel est repris par la famille Perret
neuf billettes d’or, posées cinq et quatre : Picardie ;
(Dioudonnat) mais la famille noble est subsistante avec
anobli par charge de conseiller secrétaire du Roi en
Grégory de L-C. [SS – GAF 8355][Inédit]
1750.[TA – WP – PPC – NG01]
†CHANSIERGUES d’ORNANO (de) D’azur à trois
†CILLART de LA VILLENEUVE (de) et – de
flambeaux d’argent, allumés de gueules ; au chef cousu
KERMAINGUY – Bretagne ; extraction 1500
du même chargé de trois étoiles d’or : Vivarais et Comtat
(maintenue en 1668 et 1669). Branche de la Villeneuve
Venaissin, ancienne extraction 1499, maitenue en 1775,

13
éteinte en 1894 et 1907 ? La branche de Kermainguy pointe de l’écu : Albigeois ; maintenue noble en 1670,
éteinte vers 1918. [NG01] sgr de la Salvarie [JO – CEA – Roglo]

CLAMORGAN (de) : éteinte dans les mâles. CONSTANTIN de CHANAY d'or à une bande d'azur
chargée de deux étoiles d'or, accompagnée de deux
†CLEMENCEAU de LA LOCQUERIE –Aunis, casques de sable tarés de profil: Besançon ; Conseiller
extraction 1521 (maintenu en 1698, confirmé en 1705, Secrétaire du Roi auprès de la chancellerie du parlement
éteinte par le décès de Jacques, fils de Georges-Henri de Besançon en 1719. Admission dans l’ordre de la
(1850-1901), après 1940. [NG01] noblesse du Bugey en 1736. [JO – indiquée éteinte au
XXè siècle par SS]
CLERMONT-GALLARANDE (de) D’azur à trois
chevrons d’or, celui du chef écimé : Anjou ; Extraction †COPPENS (de) Laurent-Bernard, procureur du roi en
chevaleresque. Postérité masculine pour une branche l’amirauté de Dunkerque ; lettres de noblesse de juin
illégitime suite à un second mariage après divorce en 1770. Est autorisé le 5.11.1788 par le Conseil Souverain
1897. de la Martinique, sur présentation de ses titres de
noblesse, à prendre le titre d'écuyer avec délai de dix-huit
CLERON d’HAUSSONVILLE De gueules à une croix mois pour faire en registrer ses titres. Créé baron par
d’argent, cantonnée de quatre croisettes tréflées du lettres patentes du 17 janvier 1817, avec règlement
même : Lorraine ; extraction chevaleresque 1397 – d'armoiries : d'azur, à trois coupes d'or, à la bordure
subsistante en Allemagne (?), éteinte en France en 1970. crénelée d'or. Peut-être éteinte en 1949 ?
ANF-1951.
CORPORANDI d’AUVARE Coupé au I, d’azur à trois
COCHET de SAVIGNY de SAINT-VALLIER étoiles d’argent ordonnées en fasce ; au II de gueules à
Ecartelé aux I d’azur à trois gerbes d’or, posées deux et deux cors de chasse adossés, les embouchures passées en
un ; au II, d’azur au chef d’argent chargé de trois sautoir : Comté de Nice, investissement du fief d’Auvare
tourteaux de gueules ; au III, de gueules à la fasce en 1705, barons d’Auvare par lettres patentes de 1774.
d’argent surmontée de trois casques du même posés de [TA – GAF n°11230]
front, grillés de gueules ; au IV, d’argent à une tête de
More de sable tortillée d’argent et accompagnée de trois CORNARO de CURTON (de) Parti d'or et d'azur à un
étoiles de gueules ; sur le tout d’argent au coq de aigle éployée partie d'argent et de sable, couronnée de
gueules, bardé, crêté et membré d’or, le pied droit levé gueules ; ayant le vol abaissé et brochant sur le tout,
Bourgogne ; maintenue (de complaisance) en 1699 sur chargé en coeur d'un écusson parti d'or et d'azur :
preuves de 1414, plutôt anoblie en la personne de Charles Auvergne ; maintenue noble d’extraction en 1784,
Cochet, secrétaire du roi près le parlement de Metz et Preuves pour les Ecoles Militaires en 1789. [lyy - WP]
portant d’argent, au coq hardi de gueules, crêté, becqué,
barbé et membré d’or. [WP – PPC – PPC supp] COSTE de CHAMPÉRON D’azur au lion d’or, au chef
d’argent chargé de trois roses de gueules : Touraine et
COLLOT d’ESCURY D’azur à la fasce d’argent Île de France ; anobli par charge de secrétaire du Roi en
chargée d’une molette de sable : Bretagne, Hollande ; 1681, mort en charge en 1700, preuves de noblesse en
lettres patentes de confirmation de noblesse et 1785. [CEA – GAF11339 – JO – indiquée éteinte au XXè
d’anoblissement en tant que besoin en 1675. Une branche siècle par SS]
éteinte fut maintenue en Bretagne en 1699. Baron en
Hollande en 1816. [CEA - JO] COUDROY de LILLE et de LAUREAL D’azur à une
épée d’argent en pal, la pointe en haut ayant la garde et
†COLONGES (de) De sable à trois bandes d’or, à un la poignée d’or ; au chef d’or chargé d’un soleil de
lion passant brochant du même ; au chef cousu d’azur gueules. : La Guadeloupe, Agenais, Etats-Unis, Antilles ;
chargé de trois étoiles d’or : Rouergue (Villefranche) ; anobli en 1773 [NNF] - Absent V07 mais présent SS.
extraction, maintenue noble en 1700. ANF-1934. [Inédit]

COMBAS : éteinte dans les mâles. COULOMB (de) – Rouergue ; extraction 1539,
maintenue en 1699, 1701 et 1716. [TA]
COMPAING de La TOUR GIRARD : éteinte dans les
mâles. COULON DE VILLIERS (anoblie 1590, maintenue
1669) D’azur à la fasce d’or chargée de trois têtes de
maure de sable bandées d’argent : Mantes ; anoblie en
COMTE (de) D’azur à un chevron d’argent octobre 1594 par le Roi Henri IV. Anoblissement de 1590
accompagné de trois couronnes de Comte d’or alias [Dictionnaire des anoblissement], Preuves de noblesse
D’azur à une couronne de Comte d’Or, perlée d’argent, des demoiselles admises à Saint-Cyr en 1762. [BN ms fr
coupée en deux par le milieu et une terrasse d’or à la

14
32135 dossier n°75]. Présents en Louisiane et peut-être CRISTIANI de RAVARAN : famille d’origine Genoise.
encore à Cuba sous le nom Devilliers. Bertrand (1769-1854) fut fait chevalier de l’Empire le 9
mai 1811. [JO]
COUPPÉ de KERLOURY, C. de KERMARTIN et de
LAHONGRAIS – Bretagne, Guadeloupe ; extraction
CROSNIER de BELLAISTRE : même souche que la
1540. [WP] figurent dans Dioudonnat
famille CROSNIER de BRIANT.
D’après Alain de la Hongrais, René Couppé de Keroual a
Originaires de Bretagne, ils avaient été maintenus par
été reconnu noble d’extraction par le conseil souverain de
arrêt du conseil, en 1757, et leurs titres furent aussi
la Guadeloupe le 7 avril 1693 : "Sur la requête présentée
enregistrés en 1766 et en 1771 par le conseil supérieur de
au Conseil souverain de l'Isle de Guadeloupe par René
la Guadeloupe. [JO - CEA]
Couppé, sieur de Keroual, enseigne de milice en ladite
isle en partie de la Grande Terre, y demeurant, disant qu'il
DAGNEAU DE QUINDRE (attestée 1419, maintenue
est noble d'extraction comme il pourra faire connaître par
1666) D’azur à trois agneaux d’argent
la généalogie de sa noblesse, pourquoi requiert qu'il soit Présents en Ontario et au Michigan sous les noms
ordonné que les dits titres seront enregistrés et qu'il jouira Dequindre et Decant
de l'exemption accordée aux gens nobles. Le Conseil, vu
les lettres de la généalogie de la noblesse dudit Couppé, DAVENE de ROBERVAL figure sous d’AVENE dans
son extrait baptismal et autres certificats en latin, et ouï le le Valette.
Procureur général en ses conclusions, conformément à
icelles, a ordonné l'enregistrement requis desdites lettres DEGRAND de BEAUVOIR Ecartelé : aux I et IV,
sur le registre dudit Conseil pour servir audit sieur d’azur à un dé d’argent, montrant cinq points de sable ;
Couppé en temps et lieu. Fait et donné audit Conseil, au II, de gueules à une branche de chêne d’argent mise
icelui tenant ordinairement le mardi septième avril mil six en bande, qui est des barons membres du collège
cent quatre vingt treize. J. Poupart, commis greffier". électoral ; au III de sable à un soleil rayonnant
d’argent : Languedoc : baron de l’Empire en 1813. [PPC]
†COURBON de SAINT-GENEST D’azur à une fasce
d’or chargée de trois étoiles de gueules, accompagnées DELAHOUSAYE (olim LE PELLETIER de LA
de quatre croissants d’or, posés trois et un : Forez ; HOUSSAYE) D’argent à un chêne de sinople
secrétaire du Roi 1745-1759 – ANF-1936 accompagné de trois roses de gueules deux en flancs et
une en pointe : Normandie, Paris ; Conseiller Secrétaire
COUTRAY de PRADEL (de) D’or à un chevron du Roi en 1603, maître des Requêtes en 166., conseillers
d’azur, accompagné de trois faucons essorant de sable, au parlement de Paris en 1687 et 1715, Subsistante aux
armés de gueules: Comminges, Saintonge ; extraction Etats-Unis. [Le Bret d’après Héraldique & Généalogie
1530. [PPC supp] n°153 p. 340-342]

COUTURE de TROISMONTS D’azur à une fasce DELAMARE ou de LA MARE de LA


dentelée d’or : Normandie, Hongrie ; Secrétaire du Roi VILLECHAISE de CHENEVARIN D’azur à la croix
en 1750, mort en charge en 1774. Subsiste au Mexique en en filet d’or, cantonnée : I) d’une licorne contournée
2018.[SS] d’or ; II) d’une aigle de profil prenant son vol d’or ;
III/IV) de deux lions affrontés d’or : Normandie ;
†CRAMEZEL de KERHUE (de) D’azur à trois Anoblissement par lettres en 1590, maintenue noble en
dauphins d’argent : Angleterre, Bretagne ; anoblie 1668. Sieur du Chesne-Varin. [NNF]
(maintenue en 1741) – ANF-1952
DELARUE-CARON de BEAUMARCHAIS D’azur à
†CREUZE de LESSER Coupé : au I d’azur à une tour un chevron d’or, accompagné de trois têtes d’aigle
crénelée, contremurée, ouverte et maçonnée de sable, d’argent : Île de France ; anobli par charge de secrétaire
accostée de deux branches de chênes d’argent ; au II de du Roi au Grand Collège en 1709. Autorisé par décret
gueules au cheval ailé d’or, contournée et couché sur une impérial à joindre à leur nom celui de Beaumarchais en
terrasse de sinople : Poitou, Secrétaire du roi, maison et 1854 et celui de Caron de Beaumarchais en 1891. [PPC –
couronne de France près le parlement de Paris en 1773, TA - WP]
Barons Creuzé de Lesser par L.P. de 1827, Comtes
héréditaires par bref pontifical de 1898. Eteinte dans les † DELISLE de FALCON de SAINT-GENIES -
mâles en 1967 et complètement en 2015. [PPC supp] Languedoc ; Baron de Saint-Geniès en 1808, vicomte
héréditaire en 1822, éteinte en 1971 avec Jehan, né en
CREVOISER GOUY de BELCOQ FEUQUIERES 1888. [SS – Diou]
(de) : branche de la famille de CREVOISIER
d’HURBACHE (de) DEMARÇAY : éteinte dans les mâles.

DEMBLIN de VILLE : subsistante en Autriche.

15
Henri, marquis de Ville, comte de Demblin est décédé en actuelle ne peut plus entrer à l’ANF car issue d’un 2d
1999 à Wien. Branche de la famille de Canon, marquis de mariage après divorce en 1797.
Ville-sur-Illon, anoblie en Lorraine en 1626. Créé comte
de Demblin en juillet 1816 par Alexandre Ier de Russie. DEVEZEAUX de LAVERGNE et DEVEZEAUX de
RANCOUGNE D’azur à une fasce d’argent,
DENYS DE LA RONDE (DE BONNAVENTURE) accompagnée en pointe d’une étoile d’or, au chef denché
(anoblie 1668) d’or : Angoumois ; ancienne extraction 1454, maintenue
De gueules à une grappe de raisin d’argent feuillée de dans sa noblesse en 1667. [PPC] Les deux branches de
mesme ; Touraine, Aunis, Canada.
cette famille subsistent quoique celle de Lavergne est
Anobli en 1585 / 1668, comparant en 1789 à La Rochelle.
Denys de Bonnaventure présents en France et Denys de annoncée éteinte dans SS.
la Ronde présents au Québec et en Nouvelle-Écosse.
DIJON/DIGEON de MONTETON De gueules à la
DEL PÈRE de CARDAILLAC de SAINT-PAUL D’or bande d’or, accompagnée en chef d’une étoile du mesme,
à un poirier arraché de sinople ; au chef d’azur chargé soutenue d’un corbeau d’argent, et en pointe de deux
de trois étoiles d’or : Bas-Quercy ; anoblissement par flanchis d’argent posés en bande : Agenais ; maintenu
charge de Président du bureau des trésoriers de France en noble en 1667. Preuves pour le service en 1782.
la généralité de Montauban en 1660. Semble éteinte dans Comparait à Agen et à Nérac en 1789. [GAF n°19661]
les mâles. En voie d’extinction complète. [PPC]
DOYEN (de LAVIRON) de TREVILLERS D’or à la
DEMONT d’AURENSAN et – de LAVALETTE (†) – fasce d’azur ou D’azur à une fasce d’argent : Franche-
Bigorre ; Maintenue par jugement de l’intendant de Comté ; anoblissement par charge de conseiller au
Bordeaux le 15 mai 1716. [PPC - WP] Parlement de Besançon (1749-1790), convoqué aux Etats
de Besançon en 1788. [Compléments]
DES AYETTES de CLERVAL (olim
DESHAYETTES) – anobli par charge de Conseiller à la DUBOIS de BELLEJAME de GESLIN De gueules au
Cour des Aides de Paris en 1707. [JO] bucher d’or à flammes d’argent surmonté de trois étoiles
d’argent : Île de France ; Charles D. fut anobli par lettres
DESBIEZ de SAINT-JUAN De gueules à trois étoiles d’avril 1780, enregistrées au parlement de Paris le 4
d’or deux et un, à la bande ondée d’argent en pointe : juillet et en la chambre des comptes de Paris le 15 juillet
Franche-Comté ; anoblissement par charge de premier 1780. Bellejame et de Geslin relevés ultérieurement.
avocat général au Parlement de Besançon en 1736, [ICC 1991 p889] [Diou] [NNF – TA - SS]
dispense du Marc d’or en 1771, baron héréditaire de
Saint-Juan en 1786 par L.P. de Louis XVI. [WP] (note : †DUBERNARD de LAGRANGE de TUCO Ecartelé
décès en 2016 d’Armand) aux I et IV, de gueules au chevron d’or au chef d’argent
chargé d’un croissant de gueules accosté de deux étoiles
†DESCLAUX de LESCAR – Admis aux Etats de Béarn du mesme ; aux II et III d’argent à une roue à six rais de
en 1773. Conseiller au Parlement de Navarre en 1779. sable au chef chargé de trois étoiles d’or : Toulousain ;
Famille éteinte en 1981/1985. [ADF 15 sous Paul anobli en 1783. ANF-1995 à titre posthume. [GAF
LASSALLE DESCLAUX LESCAR] [SEC] n°4340]

DES FOURS-WALDERODE D’azur au chevron d’or DUCLOS de BOUILLAS : ANF-1954, éteinte dans les
vuidé de gueules, accompagné en chef de deux pattes mâles.
d’aigle d’or, contre onglées, issantes des cantons de
l’écu, et en pointe d’une étoile du même ; et pour cimier, DU FAU de LAMOTHE D’azur à deux faux d’argent
une tête d’aigle avec son col d’or, entre les pennes aux passées en sautoir : Guyenne ; anoblie par charge de
couleurs de l’écu : Lorraine, Bohème ; anoblissement par conseiller secrétaire du Roi en 1760 près de la Cour des
le duc de Lorraine en 1425, baron du Saint-Empire en Aydes de Bordeau, vote noble à Bordeaux en 1789. [CEA
1629, Comte du Saint-Empire en 1634. Subsistante avec – JO - SS]
Karl-Alfred, né à Londres en 1949. [Petiot]
†DUFOURCQ (de) – V07(2) - famille éteinte avec
†DESMÉ de CHAVIGNY D’argent à un chevron de Edmond (1880-1969).
sable, accompagné de trois merlettes du même :
Touraine ; secrétaire du Roi en 1753. ANF-1938. DU GARDIN D’azur à l’aigle d’argent, becquée et
armée de gueules, accompagné à dextre du chef d’un
DES TOUCHES (de LENTILLERES) D’azur à une soleil d’or : Normandie ; anoblissement en janvier 1653,
rose d’or, accompagnée de trois feuilles de chêne confirmé en 1667, maintenue en 1666 par Chamillart.
d’argent : Normandie ; maintenues noble 1598-1599 et [NNF – JO]
1666 dans la généralité de Caen. [JO]. La postérité

16
DUJAT des ALLYMES coupé au I, échiqueté d’or et †DUPLEIX de CADIGNAN D’azur à une branche de
d’azur ; au II de gueules plein : Béarn ; famille palmier d’argent, accostée à dextre d’un lion contourné
subsistante malgré l’indication de Valette et représentée : d’or, à senestre d’une couleuvre ondoyante en pal du
1/en Espagne par Carlos Dujat des Allymes, ganadero en même : Gascogne ; extraction 1565. ANF-1949.
Andalousie (Branche aînée) et 2/ en France, par Michel
Dujat des Allymes, (des Allimes à l'état-civil), retraité DUPONT de NEMOURS Ecartelé aux I et IV d’azur à
d'une compagnie d'assurances à Paris, né à Pau le 20 une colonne d’argent sur une terrasse de sinople ; aux II
novembre 1938. Ces deux branches descendent et III de gueules à un chevron d’or : Île de France, Etats-
directement de Dominique-Christophe Dujat de Allymes, Unis ; anobli le 9 janvier 1784. [SS]
originaire du Château des Allymes en Bugey, marié en
1777 à Marie Henriette de Gertoux. Cette famille s'est DUPUY ou DUPUIS de LA BADONNIÉRE D’argent
installée en Béarn, à Oloron au XVIIIe siècle. à un puits de sable accosté de deux serpents ailés de
[WP :Entremont] sinople, affrontés et buvant dans le puits : Poitou ;
filiation 1537, maintenue noble par Barentin, intendant de
DU LAURENT de MONTBRUN – branche de la Poitiers en 1667. [CEA –Inédit]
famille DU LAURENT de LA BARRE qui figure dans le
Valette et a été reçue à l’ANF en 2004. [JO] DUQUESNE D’azur au chevron d’or accompagné de
trois glands du même deux et un : Normandie, Pays-Bas,
DUMOLARD de BONVILLER Écartelé au I et 4, mi- Suisse ; Baron de Valgrand, Marquis du Bouchet par LP
parti d'azur à l'épée passée en sautoir avec une ancre de Louis XIV en février 1682. Maintenue noble 1663 et
d'or, mi-parti d'argent au lion de gueules avec 3 étoiles 1666. [Diesbach de Belleroche - SS]
aussi de gueules en chef, qui est Du mollard, au 2 et 3
d'azur à la fasce d'argent chargée de 3 larmes de gueules DURAZZO - Corse ; extraction 1588, maintenue noble
avec un soleil d'or au chef et un coq du même en pointe, en 1772. [WP]
qui est Bonville : Verdunois ; Michel Mollard (1763-
1818), chevalier de l’Empire le 22 octobre 1810 – DURCOT de PUITESSON D’or à trois pommes de pin
Autorisé par décret impérial du 23 mars 1864 à joindre à la queue en haut de sinople posées deux et un : Bas-
son nom celui de "de Bonviller". [JO] Poitou ; Extraction, maintenue noble en 1599, 1625 et
1671. Eteinte dans les mâles en 1960. (0). [PPC]
DU MOULIN-ECKART (devenu VON DER
MUHLE) Parti : au I de gueules à l’épée haute d’argent DUVAL de VILLENEUVE – Île Maurice
montée d’or en pal ; au II réparti d’or et de gueules au Originaire du Pays de Caux, maintenue en 1666. Passée
chevron de l’un sur l’autre : Limousin, Bavière ; au XVIIIe siècle à l’ïle de France. Subsisteraient en 1874
Chevalier de l’Empire, Comte Héréditaire en 1823. à Pamplemousse. Subsiste aujourd’hui à l’île Maurice.
Famille encore représentée en Allemagne par au moins 3 [WNOR]
représentantes féminines. [SS]
DUVERNEY (olim BASTARD et DU VERNEY (de
DUNOYER de NOIRMONT d’argent au noyer arraché La PERRIERE)) – Dauphiné ; anobli par charge de
de sinople, surmonté d’un coq de gueules : Auvergne ; Trésorier du Dauphiné. [Etat de la noblesse française
Chevalier de l’Empire en 1810, Baron Dunoyer en 1811, subsistante volume 27. AD 38, commune de Jarrie,
confirmé baron par lettres patentes du 4 mai 1816. – naissance le 4/6/1635 de Barthélémy Bastard, puis le
ANF-2017. [GAF n°13584 - WP]  présente dans le 25/2/1665 de Philippe Bastard-Duverney et naissance à
V07 sous le nom COFFINHAL –DUNOYER de Barraux le 8/1/1726 de Philippe du Verney][Le Bret]
NOIRMONT et sous le nom COFFINHAL du NOYER
dans la liste de Jean Tulard. ? ELVERT (von) D’or, à un arbre de sinople chargé
d’un écusson d’argent à trois coeurs de gueules, deux et
DUPIN de BEYSSAT, - de MAJOUBERT et – de un et un mouton de sable, passant au pied de l’arbre sur
SAINT-CYR, branches de la famille DU PIN de LA une terrasse de sinople – Lorraine, Moravie ; subsistante
GUERIVIERE, reçue à l’ANF en 1954. [GAF n°26691 – ou éteinte après 1926.
JO] †EME de MARCIEU – ANF-1935 : famille éteinte dans
les mâles avec le décès de Guy en 2004.
DUPLAA de GARAT (de) De gueules à un écusson
d‘argent à un chevron de sable : Béarn ; premier EMMEREZ de CHARMOY (d’) D’azur à un cœur
président du Parlement de Navarre au XVIIIe siècle. En d’argent ailé d’or, enflammé de gueules surmonté d’un
voie d’extinction [TA] - Non consensus : figure soleil d’or : Bretagne, Île Maurice ; Déboutés en 1668,
également dans le simili-nobiliaire de Dioudonnat. anoblie par charge de CSR près le parlement de Bretagne
en 1704. [SS]

17
ENCAUSSE de GANTIES (d’) – branche de la famille
d’Encausse de Labatut reçue à l’ANF en 1952. [JO] †FAURE de LILATE (de) D’azur à la fasce contre-
bretessée d’arent, accompagnée en chef d’un pélican
ERNEVILLE (d’) D’argent au chevron de gueules, avec sa piété d’or et en pointe d’un cheval contourné et
accompagné de trois merlettes de sable, deux et un : cabré d’argent : Flandre ; maréchal de camp 1788. ANF-
Normandie, Guyenne, Sénégal ; maintenue noble en 1641 1971.
et 1667, subsistante au Sénégal [WNOR - SS]
FAYARD des COMBES (de) D’or à un hêtre arraché
ESPAGNE de RAMEFORT D’argent à un lion de de sinople, quelquefois surmonté de trois flammes de
gueules et à une bordure de sinople chargée de six gueules rangées en chef : Périgord, Île Bourbon ;
écussons d’or bordés de gueules : France, Espagne ; conseiller au Parlement de Bordeaux en 1531. Maintenue
Extraction chevaleresque ; Honneurs de la Cour en 1755. noble en 1667. Subsiste en 2017 sous le seul nom de
Subsistance à prouver [SS] Fayard en Ardèche. [SS]

ESPINAY (de NERVILLE) (d’) D’azur à trois FAYOLLE (de) : famille éteinte dans les mâles.
croissants d’argent, posés deux et un : Normandie,
Poitou ; anobli par lettres en janvier 1608 pour services FERRIER de RIÈZE (de) D’or à cinq écussons de
militaires et octobre 1644, maintenue noble en 1666. gueules – Provence – anoblissement par lettres patentes
[PPC - SS] du Roi René en 1475 et maintenue de noblesse en 1668.
Famille subsistante dans la région de Montpellier.[inédit]
ESTIENNE du BOURGUET (d’) Provence ; maintenue
en 1669-1677 - une branche naturelle reconnue subsiste. FLEURY de BLANCHEFORT (de) – D’azur à une
fasce d’or accompagnée en chef d’une moucheture
ESTIMAUVILLE DE BEAUMOUCHEL (D') d’hermine de sable accostée de chaque côté de trois
De gueules à trois merlettes d’argent : Normandie, croissants d’argent, mal ordonnés, celui en chef montant,
Canada (depuis 1748) ; (maintenue 1669), Preuves de les deux autres adossés , et en pointe d’un château de
noblesse reçues par d'Hozier pour les ERM en 1764- trois tours reliées par des courtines, le tout d’argent et
1765-1768-1769-1770 ; preuves pour les demoiselles de maçonné de sable : Savoie, Languedoc, Martinique ;
Saint-Cyr en 1761 ; Maintenue noble lors de la recherche
extraction, maintenue noble en 1751, la famille subsiste
de La Galissonnière dans la généralité de Rouen, élection
de Pont l'Evêque en 1669. [NNF - SS] Présents au en 2018 sous le nom de Fleury avec Raymond, Olivier et
Québec. son neveu Patrice [M. de Fabrique,SS]

ESTRESSE de LANZAC de LABORIE (d’) D’azur au FOLLIOT de CRENNEVILLE – Normandie, Autriche


chevron d’or, accompagné de trois roquets du même, [WNOR] – Eteinte en ligne masculine Ludwig †1952.
posés deux et un : Bas-Limousin, Auvergne, Quercy,
Rouergue ; maintenue noble en 1667. [SS - PPC – WP – †FONTANES (de) Coupé : au I d’or à un dextrochère
GAF n°14432] de sable tenant une épée du même mouvant du flanc
senestre et une tête de Borée de carnation mouvante de
EYSSAUTIER (d’) D’azur à trois fasces ondées l’angle dextre du chef ; au II d’azur à une montagne de
d’argent ; au chef d’or chargé de trois roses de gueules : trois coupeaux d’argent surmontée de trois étoiles du
Haut-Dauphiné (Barcelonnette) ; noblesse d’extraction même rangées en fasce : Limousin ; baron de l’Empire en
1544, maintenue noble 1637 et 1667. [SS - PPC – NG01] 1810, confirmé en 1816. ANF-1940.

FABIANI (de) – reconnue noble par arrêt du conseil FORCADE (von) olim FORCADE de BIAIX Parti au
supérieur de la Corse en avril 1774. En extinction. [Diou- I, d’argent au lion de gueules tenant un arbre de sinople :
1991] au chef d’azur chargé de trois étoiles du champ ; ; au II,
coupé d’argent à un château de trois tours de gueules de
†FABRE Coupé d’hermines et d’or à deux têtes de sinople à trois roses d’argent posées deux et un : Béarn,
cheval allumées et lampassées de gueules surmontées de Prusse ; admis aux Etats de Béarn en 1658, 1659 et 1684.
deux étoiles d’azur, au franc quartier des barons Subsiste en Prusse. [SS]
militaires : Bretagne (Vannes) ; baron de l’Empire en
1810. ANF-1945. FOUCHÉ d’OTRANTE D’azur à une colonne d’or,
accolée d’un serpent du même, chargé de cinq
FABVIER Coupé : au I, d’azur à une étoile d’argent mouchetures d’argent au franc quartier des comtes
accostée de deux croix ancrées d’or ; au II d’argent à Ministres et au chef des Ducs de l’Empire : Bretagne,
trois merlettes de sable rangées en fasce : Lorraine ; Suède ; Comte de l’Empire en 1808, Duc d’Otrante en
anoblie par lettres du duc de Lorraine en 1736. [TA – 1809. [SS]
NG01]

18
FOULQUES (de) De sable à la cigogne et au lion Comté ; anoblissement par charge de secrétaire du Roi en
affrontés, soutenant une fleur de lys le tout d’or : la chancellerie du Parlement de Besançon en 1747. [PPC]
Normandie ; maintenue noble en 1666. Eteinte dans les
mâles en 1955. (0) GAILLARD de LAUBENQUE (de) D’or à un chevron
d’azur, chargé de 5 besants d’argent accompagné de 3
FOUQUES-DUPARC De sable à un lion d’or pennes du mesme, deux en chef et une en pointe. :
contourné, lampassé de gueules, et une cigogne d’argent Toulouse, Antilles (Île de Sainte-Lucie) ; Anobli par
membrée et becquée de gueules, affrontés et soutenant charge de capitoul en 1744 – fixé aux Antilles dès 1789.
une fleur de lis d’or, mis en chef : Normandie (Bayeux) ; Eteinte au XXe siècle d'Après Saint-Simon et Séréville
anoblissement par lettres en 1522, maintenue noble en mais subsiste peut-être en Angleterre (cf ci-dessous) [SS
1666, page de la Grande Ecurie en 1782. [PPC – TA - – GAF 16546] Le nom est aujourd’hui porté en
WP] – famille présente dans les Valette édition 1989 et Angleterre par Teresa G de L., née en 1972. Quel est son
2002 mais absente de l’édition 2007 car les représentants ascendance ? Fille de Charles Henry de Laubanque †1985
actuels de cette famille ne semblent pas descendre de Kent ?
Guillaume Foucques anobli en 1522, ni de François,
maintenu en 1666, ni de son frère Louis. GALLIER de SAINT-SAUVEUR D’azur à un chevron
d’argent accompagné de trois trèfles d’or, deux en chef et
†FOURNIER de BELLEVUE De sable au chevron un en pointe : Dauphiné.; anoblissement par charge en
d’argent : Berry ; anoblie en décembre 1754 – maintenue 1745 pour Pierre-Joseph Gallier de Barbier †1763,
1788 – éteinte après 1952. [SS] chevalier d’honneur au Bureau des finances de la
généralité de Grenoble. Charge anoblissant au 1er degré.
FRANCHESSIN (de) D’azur à cinq têtes de barbet [GAF n°16651 – Armorial du Dauphiné - WP]
d’argent arrachées posées 3 et 2 : Lorraine ; confirmée
dans sa noblesse d’extraction par arrêt du parlement de †GALLIFFET (de) de gueules à un chevron d’argent
Metz en 1788. Eteinte dans les mâles ? accompagné de trois trèfles d’or : Provence ; Le dernier
marquis est décédé en 1979 et sa dernière sœur en 1981.
FRANÇOIS (von) Ain (Bugey), duché de Savoie, Le nom a été repris par adoption avec changement de
Normandie ; réfugiés huguenots, seigneur d’Alimes. nom d’un fils de son autre sœur par un cadet de la famille
Subsistante. Rochechouart en 1943.

†FREVILLE de LORME (de) D’azur à deux roses GANNES de LA CHANCELLERIE (de) d’hermine à 8
d’argent en chef et un fer de flèches du même en pointe : mouchetures d’hermine de sable posées 4,3, et 1 :
Normandie ; anobli en 1646, maintenue noble en 1667, Normandie, Caraïbes ; sieur de Falaise – maintenue en
confirmé en 1698, preuves pour Saint-Cyr en 1738. ANF- 1666 par le Conseil d’Etat et en 1667 dans la généralité
1955. de Poitiers. [Nouveau Nobiliaire de France] Titres de
noblesse enregistrées au Conseil Supérieur de la
GABAIN (von) – subsistant Martinique en 1741. [Inédit]

GABRIELLI de GUBBIO (de) – Comtat Venaissin, GARGAN (de) D’argent à deux branches de gueules :
Artois ; ancienne noblesse d’extraction, maintenue noble
originaire d’Italie, comtes de Bacaresca par lettes
patentes du duc d’Urbin en 1581, patrices de Ferrare en en 1578 et 1701. Eteinte dans les mâles. Une seule
1646, participe aux assemblées de la noblesse du Comtat représentante survivante en 2008, Thérèse, née en 1925.
Venaissin en 1790. [TA] [PPC]
(subsiste une descendance naturelle)
? GAULTIER de BEAUREPAIRE – Normandie,
Brésil. Henrique de Beaurepaire Rohan Aragão -1879-
†GACHES de VENZAC (de) Parti : au I, de gueules à
1956, médecin brésilien [WNOR]
trois coquilles d’argent ; au II, d’azur à deux étoiles d’or
GAULTIER de BRULLON : éteinte dans les mâles
en chef, accompagnées en pointe d’une fleur de lys du
avec Hubert +1983.
même : Rouergue ; anoblie en 1668. ANF-1936
GAULTIER de LA FERRIERE , Louis, né en 1762,
GAIGNEAU de CHAMPVALLINS (du) Parti de
maire de Loches et chevalier de l’Empire, ancêtre des
gueules et d’azur, et une fasce d’hermines brochant sur le
porteurs actuels. Cette famille n’est pas une branche de la
tout : Orléanais ; anoblie par lettres en septembre 1676.
famille GAULTIER de CARVILLE [JO]. La famille
Seigneur de Chateaumorand. [TA]
Gaultier de La Ferrière est l'un de ces pièges dans
lesquels Séréville & Saint-Simon 1975 ainsi que Valette
GAILLARD de LAVERNEE D’azur à un mouton
1989 sont tombés. Régis Valette a corrigé cette entrée à
d’argent posé sur un roc du même et tenant de sa patte
juste titre dans son édition 2007. Il existe en effet deux
droite une houlette aussi d’argent : Savoie, Franche-

19
familles Gaultier (parmi tant d'autres) qui ont été parfois de chêne de sinople, fruitées et affrontées : le globe
confondues : une famille subsistante Gaultier de Carville, soutenu par une fÌeurdelys de gueules, posée en pointe, et
d'ancienne extraction, en Normandie (Calvados et un chef d'azur chargé de 3 étoiles d'or : Périgord ;
Manche), et qui fut seigneur de Durand, puis de la maintenue dans sa noblesse en 1698, preuves pour Saint-
Ferrière avant de s'appeler finalement Gaultier de Cyr en 1771.
Carville ; une famille subsistante Gaultier de La Ferrière,
non noble en 1789, à Loches en Touraine. GOBERT D’azur à la fasce d’or, accompagnée en en
chef et à dextre d’un sabre d’argent posé en pal et
†GAULTIER de LA HULINIERE – Normandie, Jersey surmonté d’un casque du mesme, à senestre d’une
[WNOR] – famille éteinte. Herbert Adolphe né 6 juin cuirasse d’argent frangée de gueules et en pointe d’un
1868 - †après 1940 Saint-Brieuc) croissant aussi d’argent ; au chef de gueules chargé de
trois étoiles d’argent : Île de France, baron d’Empire en
GEOFFROY (de) : la famille subsistante descend d’un 1811, baron héréditaire en 1815. [TA]
capitoul de Toulouse en 1716 mais non d’un secrétaire du
Roi anobli par charge en 1737 en Champagne. GODARD de DONVILLE D’argent au sautoir de
[Kerfranc/Keranplein – GAF n°17313-17316] gueules, cantonné de 4 dards du même au chef d’azur
chargé de quatre merlettes affrontées d’or : Normandie ;
? GEOFFROY du COUDRET (sieur du Coudray et des Anobli par charge de CSR pour Claude G (1658-1738),
Arennes) : descendance de Thomas, anobli par lettres de sieur de la Toverie ou Tovery d’Issigny, conseiller
décembre 1702, excepté de la révocation de 1715. [JO – secrétaire du Roi (1730-1738), mort en charge à Bayeux.
NNF] [GAF n°17705 - Erreur de Dioudonnat ?]

GERANDO (de) D’azur à la bande d’or, accompagné GODEFROY DE TONNANCOUR (anoblie 1668)
en pointe d’un geai et en pointe d’un globe terrestre D’azur à une épée d’argent posée en pal, la pointe en
haut, la garde et la poignée d’argent, accostée de deux
d’argent : Lyonnais, Hongrie ; Conseiller Secrétaire du
croissants du même supportant chacun un épi de blé d’or,
Roi près de la Cour des Monnaies de Lyon le 17 mai tigé et feuillé de sinople ; confirmation de noblesse en
1748 ; lettres d’honneur enregistrées à Bourg-en-Bresse mars 1718 pour René, lieutenant général de la juridiction
le 26 février 1761. Joseph-Marie (1772-1842), baron de des trois rivières en Canada. [NNF], Présents au Québec
l’Empire (titre éteint en 1887). Vote avec la noblesse à
Lyon en 1789. [Woelmont – GAF n°17343-17344] – GOLBÉRY (de) D’or au chevron d’azur accompagné en
charge de noblesse graduelle. Non noble pointe d’un œillet de pourpre, tigé de sinople : Haute-
Alsace ; Anoblissement par charge en 1714 ou 1737.
GERVAIS de ROUVILLE – Languedoc ; Arrêt du [Compléments]
Conseil en 1733 portant relief de dérogeance et
maintenue de noblesse. [WP] GONTARD (von) De gueules au chevron d’or
accompagné de trois étoiles du même, celle en pointe
GILLET de THOREY = branche de la famille GILLET soutenue d’un croissant d’argent - Dauphiné, en
de CHALOGNE de Gueules à la croix tréflée d’argent Allemagne depuis 1685 – subsistante
accompagnée de 4 molettes d’or : Bourgogne ; charge à
la chambre des Comptes de Dijon en 1736 – ANF-1945. GOUZIAN de SAINT-MARTIN de SOUHY –
[Diou-1991 – NNF - JO] Famille présente sous le nom de Souhy dans le Valette.

GILLETTA de SAINT-JOSEPH Cette famille descend †GRAINDORGE d’ORGEVILLE de MENIL


de Carlo Guiseppe Gilletta de Saint-Joseph (1773-1838). DURAND (de) D’azur au chevron d’argent,
Son frère Gio Angelo, comte de Saint-Joseph par lettres accompagnée en chef de deux lions affrontés d’or, et en
patentes du 26 avril 1833 données par Charles Albert, roi pointe de trois épis d’orge du même, liés de gueules :
de Sardaigne et duc de Savoie. Titre transmissible à son Normandie ; anobli en 1577. ANF-1946
frère Carlo Giuseppe et ses descendants par ordre de
primogéniture mâle. Le comté de Nice étant rattaché en GRAMMONT (de) (olim de MAZAS de
1860. [JO] GRAMMONT) Coupé d’argent et d’azur à trois étoiles
d’argent. Vote noble à Châlons-sur-Marne en 1789,
GINESTET (de) et - -PUIVERT (de) Parti : au I, qualifications nobles continues de 1642 à 1777.
d’azur à trois épis d’or rangés en pointe, surmonté d’un Maintenue noble en 1669. ANF-2018
soleil du même ; au II, d’argent à trois molettes de
gueules : famille d’ESPIC de GINESTET dans Valette †GRANAL (de) Parti : au I d’argent à trois tiges de
maïs de sable, terrassées du même et surmontées d’un
GIRARD de LANGLADE D'or à un globe de gueules, soleil de gueules ; au II d’azur à trois roses tigées et
sommé de sa croix du mesme, accosté de deux branches feuillées d’argent ; au chef aussi d’argent chargé d’un

20
croissant de gueules accosté de deux étoiles du même : famille calviniste. Ancienne extraction chevaleresque.
Quercy (Montauban) ; anobli en 1818. ANF-1938. (un Grand Echanson, deux Grands-Maîtres des
Arbalétriers, un Maréchal de France). Encore représentée
GRENIER de SANXET (olim GRENIER de de nos jours aux Pays-Bas.
MOULON) Tranché : au I d’argent à une aigle de
sable ; au II de gueules à un lion d’argent à une bande †HASTREL de RIVEDOUX (d’) D’azur au chevron
d’azur chargée de trois étoiles d’or ; au chef d’or chargé d’or, accompagnée en chef de deux molettes du même et
d’une tête de maure de sable : Guyenne (Bordeaux) ; en pointe d’une tête de lévrier d’argent, colletée de
anoblissement par lettres patentes en 1700 et maintenue gueules, bouclée d’or : Bretagne, Canada. Preuves de
1746. [PPC - WP] noblesse pour les ERM en 1774, baron en 1810. Anne
(1909-2005) est la dernière de cette famille.
? GRENIER de LA TOUR et de CASSAGNAC –
Parti au I de gueules à trois grenades versées d’or HAUSEN (de ou von) D’azur à trois serpettes d’argent
ouverte du champ ; au II d’azur au croissant d’argent. emmanchées d’or, posées deux et un : Saxe, Trèves,
famille de gentilshommes verriers. Maintenue noble en Alsace, Lorraine ; Extraction chevalereque. Eteinte en
1702 dans la généralité de Montauban pour les seigneurs France en 1887/1900. Une branche subsiste à Munich
de Castagnet et de Montabillet. [JO - NNF] – la situation descendant du baron Nikolaus von Hausen. [SS]
nobiliaire de toutes les branches de cette famille n’est pas
claire. HAY des NETUMIERES : famille éteinte dans les
mâles avec Jean +1985.
†GRIEU (d’ESTIMAUVILLE) (de) De sable à trois
grues d’argent dans leur vigilance d’or : Normandie, HELIE de SAINT-ANDRE (d’) D’azur à trois
Canada ; maintenue 1667-1670 – éteinte après 1962 / lamproies d’argent posées en fasce, l’une au dessus de
Jeanne † 1974. [SS] l’aitre, celle du milieu contournée : Narbonne ; preuves
pour les écoles royales militaires en 1774. [JO – NNF]
†GRIMAUD von ORSAY Lyonnais, Hongrie. Anobli
par charge de secrétaire du Roi en 1697. Eteinte en 1943 †HELL d’OBERKIRCH (de) Coupé : au I, d’or à une
dans les mâles. aigle couronnée de gueules ; au II, partie d’azur à une
bande d’argent, soleil d’or en cgef, cinq trèfles d’or en
GRUY (de) – de VERLONG de GRUY Parti, au 1 pointe, et de gueules à une tête de bœuf de sable accornée
d’azur à trois pals d’or ; au 2, d’azur à une étoile d’or : Alsace ; chevalier du Saint-Empire reconnu noble
d’argent surmontée d’un croissant du même ; au chef en France en 1785. Eteinte dans les mâles en 1970 et
d’or chargé de trois pals de gueules : Champagne, totalement en 1979. [PPC]
Louisiane ; maintenue noble en Champagne en 1669.
[Yves Drolet – NNF] HENNEQUIN de VILLERMONT Vairé d’or et
d’azur ; au chef de gueules chargé d’un lion léopardé
GUBERNATIS de GORBIO – Comté de Nice, comtes d’argent : Champagne, Belgique ; maintenue noble par
de Baussone par lettres patentes de 1688. Titre de Comte arrêt de la Cour des Aides de Paris en 1680 après
en Italie pour une branche cadette en 1881. [TA] condamnation en 1666 par Caumartin. [SS]

GUERARD (von) Coupé au I, d’azur à une colombe †HENNIN (de) olim NAVIER De gueules à un vaisseau
volante d’argent, tenant en son bec un rameau d’olivier équipé de trois mâts et voiles d’argent, les banderoles de
au naturel ; au II, d’argent à trois croisettes au pied fiché même, chargées d’une croix de Lorraine de gueules, et
de gueules : Lorraine, Autriche ;. anoblie en 1723 par le une mer au naturel en pointe : l’écu orné d’une couronne
duc Léopold de Lorraine et subsistante aux Etats-Unis. de comte : Lorraine, Bade ; anobli par le duc de Lorraine
[Petiot] en 1585. Eteinte dans les mâles vers 1980 au Pays de
Bade. Subsistante alors avec la baronne Hilda von
GUESTIER De gueules à un aigle d’or, le vol abaissé, Stackelberg, née von Hennin.
regardant un soleil levant du même mouvant du flanc
dextre de l’écu ; au chef d’azur chargé de trois croissants HENRY de VILLENEUVE De gueules à trois épées
d’argent, celui du milieu surmonté d’une étoile du même : d’argent, rangées en pal, les pointes en bas : Bretagne ;
Bordeaux ; anobli par lettres patentes en 1816. [PPC] maintenue en 1669. [PPC - WP]

HAINCQUE de SAINT-SENOCH : famille éteinte dans HÉRICOURT (de) D’argent à la croix de gueules
les mâles avec Hubert +1983. chargée de cinq coquilles d’argent (alias d’or), écartelé
d’or au créquier de gueules : Picardie ; maintenue en
HANGEST d’IVOY (de) D’argent à la croix de gueules 1667 par Dorieu, intendant de Soissons et en 1697 par
chargée de cinq coquilles d’or : Picardie, Hollande ;

21
Samson dans la généralité de Montauban. ANF-2017. cinq rais) du même ; Artois, Flandres ; anoblissement en
[GAF] 1608. [JO – GAF n°19778]

HERTEL (anoblie 1716) De sinople à une herse JAVEL (de) D’azur à une gerbe d’or : Périgord ;
d’argent supportée par deux Amérindiens au naturel les Trésorier de France en 1714, vote noble en Périgord en
faces contournées ou De sinople à une herse d’or. 1789. Seigneur de Giversac [PPC – GAF n°20053 - SS].
Branche de Rouville présente au Québec ; Branche de St-
Subsistance à prouver ? confondue avec une autre famille
François présente aux Etats-Unis sous le nom de Hertel.
Javel originaire de Franche-Comté ?
HILLAIRET de BOISFERON D'or au léopard de
sable, au chef de même, chargé d'un gantelet d'argent : JOLIVET de COLOMBY D’azur à un chevron d’or,
Saintonge ; anoblie par lettres en 1661, révoquées en chargé de trois besants de sable, et accompagné de trois
1664, rétablies en 1667, maintenue noble en 1700. Vote glands d’or : Normandie ; maintenue noble en 1666 et
noble en 1789. [Compléments] 1667. [Compléments]

HOSTINGUE (d’) D’argent au croissant d’azur, †JOLY des AULNOIS de LA MOTTE / GROF de LA
accompagnée de trois feuilles de laurier de sinople : MOTTE D’azur à la fasce d’argent chargée de cinq
Normandie ; Anoblissement par lettres en 1596, vérifiées croisettes de gueules, deux et une, surmontée de deux
en la Chambre des Comptes et enregistrées en la Cour des lions naissants d’or affrontés et accompagnés d’un cœur
Aides de Rouen en 1601. Maintenue noble en 1599 et de même en pointe : Barrois, Hongrie. Reconnu noble en
1666. [Gilbert Dréan] 1641, comte du Saint-Empire en 1760. Eteinte dans les
mâles en 1968. (0).
HUE de LA COLOMBE D’azur à une colombe
d’argent tenant dans son bec un rameau d’olivier de JORDY (DE) (maintenue 1703)
sinople : Normandie ; famille anoblie en 1471, maintenue D’azur à la fasce d’argent, accompagnée en chef de trois
molettes d’or et, en pointe, de trois croissants d’argent
noble en 1666 et une fille admise à Saint-Cyr en, 1783.
posés deux et un ; maintenue de 1703 sur titre de 1540
[JO – GAF n°19644] dans la généralité de Paris.[Clairambault] ; preuves de
noblesse pour les pages de la petite écurie en 1703.
HÜE de MATHAN D’argent à la bande de gueules, Présents au Québec sous les noms Dejordy et Desourdis.
chargée de trois hermines d’argent ; à la bordure d’azur,
chargée de huit ou trois coquilles d’or en orle : JUCHEREAU DUCHESNAY (anoblie 1692)
Normandie ; anobli moyennant finance en avril 1595. De gueules à une tête de saint Denis d’argent. : Perche,
Canada ; Anobli en février 1692, Certificat de noblesse
Eteinte dans les mâles. [PPC supp]
délivré par Chérin pour le service militaire le 19 mars
1785 [BN ms fr 31563/776] ; Présents au Québec ;
HUGONNEAU (d’) : famille éteinte dans les mâles.
? JURQUET de LA SALLE Ecartelé ; aux I et IV
HUMBERT D’azur à trois étoiles d’or posées deux et d’azur à une bande endenté d’or à la bordure du
une ; au chef d’argent chargé d’une croix pattée de mesme :, aux II et III d’azur à trois annelets d’or et une
bordure endentée du même alias D’azur à la croix d’or ,
gueules : Lorraine ; anobli par lettres du duc de Lorraine
accompagnée aux I et IV d’une bande engreslée
en 1575. [WP]. Subsistance à confirmer ? d’argent ; aux II et III de 3 annelets d’or : Gévaudan.
Vraisemblablement éteinte dès le XVIIIe siècle. Cette famille descend d’Antoine, frère cadet de Jean,
maintenu dans sa noblesse en 1669. Filiation 1557. ?
HUON de KERILIAU De gueules à cinq croix preuve rejetée par Charondas mais quid de l’ANF ?
recroisées d’argent posées un, trois et un : Bretagne, [Diou-1991, GAF n°20415]
Australie, Îles Fidji ; extraction, maintenue noble en
JUST de LA PAISIERE : anoblie en 1725 en faveur de
1669. [SS] Joseph Just (+1760), seigneur de Nouzières, conseiller du
Roi. Famille subsistante incorporée dans la noblesse
HUYN de VERNEVILLE Ecartelé : aux I et IV, d’or à néerlandaise en 1900/1910. [WP :Paul Brussel]
trois fasces ondées d’azur ; aux II et III, de sable à six
billettes d’or posées trois et trois, et un chef d’or plein : ? KELLER de SCHLEITHEIM : titre de baron.
Lorraine, Autriche, Hongrie ; anobli en 1556 et confirmé Famille éteinte mais le titre est repris ? [quid ? - JO]
en 1590 par le duc de Lorraine. Une branche établie en
†KERANFLEC’H-KERNEZNE (de) Ecartelé : aux I et
1697 en Hongrie a été créée comte du Saint-Empire en
IV, d’argent à un croissant surmonté d’une rose et
1697. Représenté par Félix, né en 1960 à Tokyo. [Petiot -
accompagné de trois coquilles, le tout de gueules ; aux II
TA]
et III, d’or à trois coquilles de gueules : Bretagne ;
ancienne extraction 1427, maintenue en 1702. Eteinte en
IMBERT de LA PHALECQUE D’azur à la bande
1951. [PPC – NG01 – GAF n°20451].
d’argent accompagné d de deux molettes d’éperons (à

22
KERATRY (de) D’azur au greslier d’argent, surmonté
d’une lance du même en pal alias d’argent à la bande LACOSTE de LAVAL (de) [olim NICOLAS de
d’azur chargée de trois coquilles d’argent : Bretagne ; LACOSTE] D’azur au lion d’or, armé et lampassé,
ancienne extraction, maintenue en 1669-1670, confirmé couronné de gueules tenant dans sa patte droite une épée
comte en 1861. Renée de Keratry, épouse Mirabaud, est haute d’argent : Limousin, Auvergne ; maintenue noble
décédée en 2011 et semble être la dernière du nom en en 1738 sur preuves de 1649-1610 et le 20 novembre
France. Cette famille susbsiste cependant au Mexique 1740. Preuves pour le service en 1771. [JO – GAF 24957
avec les descendants d’Enrique Maria de Keratry Anglas, - SS]
né en 1887 à Mexico. [PPC –SS2 - NNF]
† LACOUR (de) – baron en 1808 – famille éteinte avec
KERUZEC de RUNAMBERT De sable à dix billettes son petit-fils René (1864-1953).
d’argent posées quatre, trois, deux et une : Bretagne ;
maintenue noble en 1669. Eteinte en 1962 d’après PPC LACVIVIER (de) D’azur, au cygne d'argent, ou lac ou
mais le nom est toujours porté dans l’annuaire en 2017 vivier de même, adextré de trois étoiles d'or en franc
peut-être des descendants de Louis Fulbert K de R, né en quartier, deux et une. Au chef cousu d'azur, chargé de
1899 à Madagascar.. [PPC - Dioudonnat] trois croisettes d'argent mises en fasce : Languedoc
(Pamiers) ; commissaire de la noblesse de Pamiers en
? † LABBE de CHAMPGRAND : probablement 1763, Vote noble en 1789. Subsiste également sous le
éteinte. nom CROIZIERS de LACVIVIER pour une branche
installée au Sénégal[WP]
LA BELLIERE (de) D’argent au chef de sable chargé
de trois molettes du champ : Normandie ; maintenue en LA FARE (de) – subsistante en Argentine [WP]
1463-1599-1635-1666. [PPC]. Théogène de la Bellière,
né en 1848 est décédé en 1927. Subsistance à LA FAYOLLE de LA TOURNE = branche de la
démontrer… peut-être confondue avec la famille Colin de famille noblesse LA FAYOLLE de MARS [JO]
la Bellière.
LA FONS (de) / LA FONS de SAINT-ALGIS (de)
LA BERRURIERE de SAINT-LAON (de) – Poitou, ; D’argent à trois hures de sanglier de sable posées deux
qualification nobles depuis 1667. Se désiste de ses et une ; à la bordure échiquetée d’argent et de gueules :
prétentions en 1667, participe aux assemblées de la Limousin ; noblesse d’extraction, jugement de
noblesse e en 1789 à Loudun – ANF-2018 confirmation de noblesse en 1740. ANF-1989 [PPC - TA]

? LA BOESSIERE de LENNUIC et – de THIENNES LA FONTAINE d’HARNONCOURT –


Ecatelé aux I et IV de sable au sautoir d’or, aux II et III UNVERZAGT D’or à deux bourdons de pèlerin posés
d’or à une bordure d’azur, à l’écusson d’argent bordé en sautoir accompagnés en chef d’une coquille de
d’azur chargé d’un lion de gueules armé, lampassé et gueules : Lorraine, Luxembourg, Autriche ; ancienne
couronné d’or : Bretagne, Belgique ; maintenue noble famille lorraine, titre de vicomte accordé par Charles II
1539-1669, Honneurs de la Cour en 1774 et 1786. Eteinte en 1678. Reprise du nom et des armes des comtes
dans les mâles en 1962. Peut-être subsistante en ligne Unverzagt en 1839. [SS]
féminine en Belgique. [SS]
† LAFORCADE de TAUZIA et du PIN (de) - éteinte
† LA BRUYERE de VESC-LALO (de) D’azur au lion
d’or accompagné de trois mouchetures d’hermine † LA HAYE du PONCEL (de) D’argent au sautoir de
d’argent : Dauphiné ; extraction, maintenue noble en gueules, cantonné de quatre billettes du même : Île
1599. ANF-1961 Maurice ; extraction. ANF-1964.

LA CHEVALERIE (de) – originaire de Vitré, anobli le LALEU (de) D’azur à un croissant de lune d’argent
10 juillet 1527 par Henri II, roi de France. Subsistante en couronné d’or (ou de gueules) accompagné en chef de
Belgique [WP – Paul Brussel] deux étoiles d’argent - Île de France ; échevin de Paris en
1691, Conseiller Secrétaire du Roy (1747-1753) pour
LA COLOMBE de LA VOLPILIERE (de) Ecartelé : Etienne Vincent de Laleu. [JO – GAF n°20825]
aux I et IV de gueules au sautoir d’or engrelé ; aux II et
III d’azur chargé d’une colombe d’argent, au chef du LALIVE d’EPINAY D’or au pin arraché de sinople le
même, chargé de trois étoiles d’or ; sur le tout d’or au fût accosté de deux étoiles d’azur: Lyonnais, Île de
chêne de sinople et au chef d’argent chargé de trois France, Suisse ; Anoblissement par charge de conseiller
étoiles d’or : Languedoc ; maintenue par arrêt de 1669 du secrétaire du Roi en 1705 pour Christophe †en charge,
commissaire du roi pour la vérification des titres de vote noble en 1789 au bailliage de Montfort l’Amaury.
noblesse. [PPC]

23
Baron héréditaire par L.P. du 13 août 1830. [Woelmont – pour les ERM en 1760. [NNF – GAF n°25761]. « Gérard
GAF n°20830] Gustavus, marquis de La Pasture (1838-1916), épousa en
1873 Miss Loughman et continua. » ? éteinte après 1981.
LALLEMAND, baron de DRIESEN – Parti, au I
d’argent à la fasce de sable accompagné de trois trèfles LAPELIN (de) D’or au chevron d’azur accompagné de
de gueules ; au II d’azur à trois roses d’argent : Franche- trois roses de gueules : Bourbonnais (Moulins) ; anobli
Comté. Même souche que la famille LALLEMAND de au XVème siècle. [PPC] – Subsistance à vérifier, semble
VAITTE (ANF 1952 – éteinte). [JO] éteinte dans les mâles depuis 1920.

LAMER (de) (olim MARYS) D’argent à un lion d’azur LAPLAGNOLLE (de) olim HEBRARD D’argent à
alias D’azur, à un épi de blé d’or en pal, planté sur une trois fasces de gueules et entre deux de sept molettes
terrasse de sinople et une oie d’argent, passante et d’éperon de sable posées trois, trois et une en pointe :
brochante, brochant : Provence (Toulon) ; famille Languedoc ; capitoulat de Toulouse en 1523 pour
anoblie par le Roi Louis XIV en 1660, descendante de Hébrard de Laplagnolle. [Compléments – sous le nom
Jean-Baptiste, conseiller secrétaire du Roi au début du HEBRARD de LAPLAGNOLLE dans Valette]
XVIIIe siècle. Son fils Chevalier de l’Empire en 1811.
[ENFS vol 41 – Révérend - JO] LA PORTE de LUSIGNAC (de) (alias de LA PORTE
aux LOUPS) D’azur à la fasce palée d’or et de gueules
LA MOLERE d’ORVILLE – Guyenne, Louisiane ; de six pièces accompagnée de deux loups passants d’or,
Famille descendante de Jean (1643-1715), nommé par l’un en chef et l’autre en pointe : Périgord, Saintonge ;
lettres du 22 octobre 1713 au poste de conseiller extraction chevaleresque 1262. Famille subsistante mais
secrétaire, maison couronne de France, audiencier en la indiquée éteinte par le Valette. Aujourd’hui représenté au
chancellerie de la cour des aides de Bordeaux avec les château de Saint-Symphorien (Deux Sèvres) sous le nom
privilèges de la noblesse. [Yves Drolet] de La Porte [Christophe Morand du Puch]

LA MOTTE ANGO de FLERS Ecartelé : aux I et IV de LA PORTERIE (de) De gueules à une porte d’or
gueules à une tête humaine d’argent, les cheveux hérissés sommée de trois tours d’argent, soutenues par deux lions
d’or, posée de profil ; aux II et III de gueules à neuf d’or affrontés ; au chef d’argent chargé de trois étoiles
macles d’or ; sur le tout d’azur à trois annelets d’or : de gueules : Armagnac ; François (1709-1788), maréchal
Normandie (Argentan) ; anobli par charge de secrétaire de camps en 1762. Les porteurs du nom actuels n’en
du roi, maison et couronne de France vers 1639. [PPC – descendent pas.
GAF n°24617]  sous le nom ANGO de LA MOTTE
ANGO de FLERS dans le Valette 07. LARQUIER (de) et –ROCHEFORT De gueules au
cadenas d’or ; au chef du même chargé de trois felurs de
LA MOTTE de SAINT-PIERRE (de) D’azur au lion lys de sable : Navarre, Saintonge ; maintenue de noblesse
d’or, armé et lampassé de gueules, à la barre en divise de par Pellot en 1666, Admis aux Etats de Béarn [ICC 1991
sable, brochant sur le tout : Picardie, Soissonnais ; p889 –PPC - WP]
Maintenue noble en 1669 dans la généralité de Soissons -
Preuves de noblesse pour Saint-Cyr en 1687. [NNF – JO] † LA RIVIERE du PRE d’AUGE (de) : famille éteinte
La famille actuelle descend de François de la Motte en 1993.
Saint-Pierre (né vers 1714 † 16 décembre 1770 à
Fournival (Oise), mentionné comme mulquinier † LA RUELLE (de) : éteinte en 1921. Famille
(tisserand de lin) en 1762. A-t-il dérogé ? [JO – NNF - Le subsistante homonyme mais non noble.
Bret]
LASSALLE (de) D’or à un château sommé de trois
LANFRANC de PANTHOU, branche de la famille de tours de sable maçonné d’argent, ouvert d’or, terrassé de
Panthou (ANF-1942) [JO) sinople ; au chef d’azur chargé d’un croissant d’argent
accosté de deux étoiles d’or : Languedoc ; anobli par le
LANGLE de CARRY (de) D’azur à la fasce, capitoulat de Toulouse en 1700. Secrétaire du Roi près le
accompagnée en chef de deux glands tigés et feuillés, et parlement de Metz en 1743, dispense du Marc d’Or en
en pointe d’une rose, le tout d’or : Normandie ; 1781. [PPC]
anoblissement en juillet 1661, confirmé en 1675, droits
de confirmation en 1697-1723. [NNF – Diou-1991] †LASSUS (de) : la branche descendante du Citoyen
noble de Perpignan en 1633 est éteinte.
? LA PASTURE (de) D’argent à la bande de sable Vraisemblablement souche identique que la famille de
chargée de six losanges d’or : Boulonnais, Angleterre ; LASSUS-SAINT-GENIES, subsistante.
filiation depuis 1390, maintenue noble en 1699, preuves
devant les généalogistes du Roi (AN MM 815 p 427), et

24
†LA TOUR d’ARTAISE Champagne – la dernière merlettes de sable : Île de France, Normandie ; anobli par
représentante est Marguerite (1890-1956). Le nom a été lettres patentes d’Henri III en 1578, maintenue noble en
relevé par adoption en 1946 par la famille Delaunoy [JO] 1594 et 1667. – ANF-2016 [PPC - WP] les LP de 1578
retracent la carrière militaire de Robert Le Bret: Il est dit
LAUNAY du COUËDIC de KERGOUALER (de) : Commandant-Enseigne des Gens de Pieds de la
Normandie ; maintenue en 1666 par Barin de La compagnie du seigneur de Blamecourt à la bataille de St
Galissonière, intendant de Rouen – ANF-2017 Quentin le 02/08/1557 (or les officiers des Gens de Pieds
avaient la noblesse immédiate jusqu'en 1558, cf
†LAURENCIN (de) De sable au chevron d’or, "L'anoblissement par charges avant 1789" de François
accompagné de trois étoiles d’argent, posées deux et Bluche & Pierre Durye), noblesse confirmée par des
une : Lyonnais ; anobli par charge d’échevin de Lyon en Lettres d' Anoblissement par le roi Henri III de France,
1498/1598, maintenue noble en 1668, comte de pour faits d'armes, en 1578. (Lettres patentes aux archives
Laurencin-Beaufort par lettres patentes de 1742, preuves départementales de Seine Maritime à Rouen, dans les
pour les écoles royales militaires en 1783, admis aux Mémoriaux de la Cour des Aides cote 3 B 8 (vues 470 à
Etats de Bourgogne en 1700. Eteinte dans les mâles en 475))
1946. (0). Admise posthume à l’ANF en 1988. [PPC-TA]
LE CHANOINE DU MANOIR et de
LAUZON (de) D’azur à trois serpenets arrondis, se JOUAYE D’argent au chevron de sable, accompagnée
mordant la queue, posés deux et un. (olim : A la bordure de trois merlettes du mesme posées deux et un :
de gueules chargée de six besants d’or) : Poitou ; anobli Normandie ; Secrétaire du Roi mort en charge en 1758.
par charge d’échevin de Poitiers en 1532, maintenue ANF-2017
noble en 1669 et 1715, baron en 1652. [PPC]
LE CLEMENT de SAINT-MARCQ Hainaut :
LA VALLE POUSSIN (de) De gueules au chevron parti concession du titre de chevalier en 1658 par le Roi
d’or et d’argent accompagné de trois molettes d’or : d’Espagne. Chevalier héréditaire par LP de Louis XIV en
Normandie (Rouen) ; Maintenue en 1667 – Eteinte en 1692, enregistrées au bureau des finances de Lille le 11
France en 1925, subsiste en Belgique (titre de Baron par novembre 1692. Admission aux Etats d’Artois en 1787.
le roi des Belges en 1930). [SS] Reconnaissance de noblesse en 1827 en Belgique.
Subsistante en Belgique. [Woelmont - SS]
LE BAULT de LA MORINIERE / LE BAULT de LA
ROCHECANTIN D’azur à la rencontre de cerf d’or : LECOURT de BILLOT D’hermines à trois
Poitou ; noblesse d’extraction, maintenue dans sa quintefeuilles de gueules : Normandie ; anoblissement de
noblesse en 1585 et 1667. [PPC – WP - JO] 1643 confirmé en décembre 1666 et 1696/1698.
[Compléments]
LE BESCHU de CHAMPSAVIN Gironné d’or et
d’azur à 12 pièces, chaque giron d’or chargé d’une étoile LEGAT (von) – subsistante en Allemagne
de gueules : Bretagne ; anobli par charge de trésorier
général de France à Alençon en 1752-1776. (Chevalier LE GARDEUR DE TILLY (anoblie 1510, confirmée
président et trésorier de France au bureau des finances, 1667) De gueules au lion d’argent lampassé d’or, tenant
des deux pattes de devant une croix latine patriarcale
Président-juge des fermes royales, conseiller du Roi,
recroisettée d’or : Normandie, Canada ; Anobli en 1510,
Sénéchal de Fougères). Deux générations de garde du maintenue noble en 1666 et 1671. Présents en France et
corps du Roi [TA – SS – NG01]  charge de noblesse en Louisiane
graduelle.
LE GOUVELLO de LA PORTE et du TIMAT
†LE BOUETOUX de BREJERAC D’argent à l’aigle d’argent au fer de mule de gueules, accompagnées de
éployée de sable : Bretagne (Saint-Malo) ; extraction, trois molettes du même : Bretagne ; maintenue noble en
maintenue noble en 1669. ANF-1953. 1671-1672, ANF-1936 [JO – NNF] – figure à de
GOUVELLO dans Valette.
LE BOUYER de SAINT-GERVAIS de
MONHOUDOU D’or à trois têtes de lions, arrachée LE MERCHIER de CRIMINIL (aujourd’hui Graf von
d’azur, langue passée de gueules au chef de même : REVENTLOW-CRIMINIL) Ecartelé aux I et IV,
Normandie ; anoblissement par lettres en 1634, révoquées d’argent à trois fasces d’azur ; aux II et III d’argent à
en 1664, rétablies en 1667, confirmées en 1697. trois bandes d’azur, sur le tout d’azur à une gerbe de blé
[Compléments] d’or accostée de deux étoiles du même : Artois,
Danemark, Holstein ; anobli par charge de conseiller au
LE BRET D’or au sautoir de gueules, chargé en cœur conseil d’Artois en 1675, devenu par adoption Comte de
d’un écusson d’argent surchargé d’un lion armé et Reventlow par l.p. du roi de Danemark en 1815. Le
lampassé de gueules ; le sautoir cantonné de quatre dernier du nom semble être décédé en 1992. [SS]

25
gentilshommes verriers, maintenue noble en 1666-1669.
† LEMOT de CLISSON : probablement éteinte. [GAF n°33862 – JO]

† LE MOUTON de BOISDEFFRE : Normandie ; LEVREAU DE LANGIS (attestée 1423, maintenue


éteinte avec Germaine (1895-1978) 1667) D’argent à la bande d’azur ; Présents au Québec

LONJON (de) D’or à la bande de gueules : Gascogne ;


LENGAIGNE (de) D’or à la croix d’azur chargée d’une
merlette d’argent : Boulogne ; anobli par le roi maintenue noble en 1667 et 1700, confirmation de
d’Espagne en mai 1653. Preuves devant l’élection noblesse en 1747. Famille en extinction. [Compléments]
d’Artois le 3 août 1770. [ICC 1991 p889 – NG01 - Diou]
LONGUEVAL (de), comte de BUCQUOY Bandé de
LE POUPET DE TREVILLE (anoblie 1509) vair et de gueules de six pièces : Picardie, Maine,
D’azur à la croix pattée d’or, accompagné de trois
Bohême ; Extraction chevaleresque, chevalier de la
croissants du même : Normandie, Canada ; anoblissement
de février 1509, maintenue noble en 1598, 1666 et 1698 Toison d’Or en 1610. Subsiste en Autriche. [SS]
[NNF] Présents en Caroline du Sud.
LOSTALOT-BACHOUE (de) – Béarn ; admis aux états
†LESCHASSIER de MERY de de Béarn dans l’ordre de la noblesse en 1760 et en 1786.
MONTFERRAND Ecartelé aux I et IV, bandé d’or et de [Compléments]
gueules de six pièces (Méry), aux II et III palé d’argent et
de sable de six pièces, au chef de gueules (Montferrand), LOUVEAU de LA GUIGNERAYE D’azur au chevron
sur le tout d’azur au chevron d’argent chargé de cinq d’or accompagné en chef de deux étoiles d’argent et en
mouchetures d’hermines et accompagné de trois demi- pointe d’une rose tigée et feuillée du même : Poitou ;
vols d’argent (Leschassier) : Paris ; Conseiller à la cour Maire de Niort en 1652, maintenue noble en 1699 - 1757,
des Aides de Paris (1764-1785). Reçue posthume à preuves pour les écoles royales militaires en 1780.
l’ANF en 1990. [Compléments]

†L’ESPERONNIERE (de) D’hermines fretté de gueules †LOUVEL de MONCEAUX de gueules au griffon


: Anjou ; Extraction, maintenue en 1666, 1667 et 1701, d’or : Normandie ; maintenue noble en 1598-1666,
preuves pour les pages de la Grande Ecurie en 1705. éteinte dans les mâles en 1965. Le nom est encore porté
ANF-1937. aujourd’hui par une descendance naturelle. [JO]

† LE SUIRE de BIZY : famille éteinte. LOYNES de FUMICHON (de) branche de la famille de


LOYNES qui figure dans le Valette. [JO]
LESTANG LABROUSSE (de) (olim SEGONDS de
LESTANG et de LABROUSSE) D’or à la scie de sable †LOYNES de LA COUDRAYE (de) : branche éteinte –
posée en bande : Rouergue ; maintenue noble en 1716 anoblie par Julius (1605-1683), secrétaire de la Marine en
dans la généralité de Montauban. Branche de LESTANG- 1646.
LAINE reçue à l’ANF en 1993. [JO]
LUCAS de LESTANVILLE D’or à la fasce d’azur,
LE TANNEUX von SAINT-PAUL Bretagne ; En accompagnée de six trèfles de gueules, trois en chef et
Allemagne (Prusse au XVIIe siècle). trois en pointe : Normandie ; anoblis par charge au
parlement de Normandie de conseiller au parlement
†LE TELLIER de BROTHONNE De gueules à la (1704-1759) puis celle de conseiller maître (1740-1764).
fasce, accompagnée en chef de deux molettes, et en [Inédit]
pointe d’une main droite appaumée, le tout d’argent :
Normandie ; Secrétaire du Roi (1740-1745). ANF-1946. †LUXER (de) D’argent au dextrochère de carnation
armé d’azur mouvant du bas flanc senestre de l’écu
LE TELLIER de BLANCHARD D’azur aux trois tenant une épée en pal du mesme chargée d’une fasce
croissants d’argent : Normandie ; chevalier héréditaire d’or et accsotée à senestre d’un lion contre rampant
en 1816, autorisé par ordonnance de 1816 de rajouter le d’azur : Lorraine ; anobli en 1815. Eteinte dans les mâles
nom de Blanchard. Famille aujourd’hui connue sous le en 1941. ANF-1954.
nom de Le Tellier de Blanchard de la Roche Fontenilles.
[Révérend, JO – GAF n°32511] MACQUART de TERLINES D’argent à une épée
d’azur posée en pal la pointe en haut soutenant une
LE VAILLANT de CHARNY et - de FOLLEVILLE couronne et accostée de deux fleurs de lys, le tout d’azur
D’azur au dextrochère au naturel (ou d’argent), paré de au chef aussi d’azur à deux étoiles d’argent : Artois ;
gueules mouvant d’une nuée d’argent et tenant une épée anobli par charge de secrétaire du Roi au XVIIIe siècle –
en pal aussi d’argent garnie d’or : Normandie ; chancellerie de Flandres. [SS – JO – Fausse noblesse
d’après Talandier]

26
MADEC (de) olim MADEUX D’azur à une épée MARTIN de BELLERIVE – faux titre de Comte –
flamboyante d’argent garnie d’or poséess en fasce Languedoc – Quercy : Bonaventure (1713-1762),
accompagnée en chef d’une étoile d’argent et en pointe conseiller à la Cour des Aydes Montauban. Son père
d’un croissant d’or : Bretagne ; Anobli 1780. Eteinte Pierre-Joseph, également conseiller à la Cour des Aydes
dans les mâles en 1951 avec René Jules Marie (1866- de Montauban. Son grand-père, conseiller à la Cour des
1951), vicomte de Madec. [ENFS vol39] Aydes de Montauban en 1700. Vote noble à Cahors en
1789 (« seul indice de noblesse, selon Woëlmont »).
†MAGALLON (de) – Dauphiné – [SS] anobli au XVIIIe Comparait avec la noblesse du Quercy. ? famille noble
– chevalier de l’Empire 1810 - éteinte en 1956
† MARTIN de BOUILLON – éteinte en 1948.
MALORTIE (de) D’azur à un chevron d’or
accompagné de trois fers de dard renversées d’argent : ? MARTIN de MEREUIL – Dauphiné ; Jacques Martin
Normandie ; maintenue noble en 1670. Eteinte en France de la Pierre, écuyer, seigneur de Méreuil, jugé noble en
en 1886. Subsistante en Allemagne et en Suède. [SS] 1752 [GAF - SEC] – Non consensus : Faux noble pour
Charondas.
MANGIN d’HERMANTIN D’azur à deux croissants
d’argent poséss en chef : Poitou ; filiation 1440 - lettres † MARTRES (de) – capitoul de Toulouse – famille
de relief de dérogeance en 1678-1680. [GAF n°22681 - éteinte confondue avec la famille subsistante de Martres
JO] Jouglar.

MARCHAIS de LA BERGE Angoumois ; MAS de LA ROQUE (du) ou DUMAS de LA ROQUE


anoblissement par charge de Maire d’Angoulême de 1773 De gueules, à trois têtes de lion arrachées d’or :
à 1790. Pierre Marchais de la Berge reçut des lettres Bordelais ; connue dès le XVIe siècle, Pierre-Henri
d'anoblissement qui furent enregistrées le 29 septembre (1736-1794), conseiller au Parlement de Bordeaux en
1775 à la Cour des Aides de Paris (AN Z1A 615). 1766-1790, démissionnaire, vote avec la noblesse en
[Saintdie] 1789 à Bordeaux. Fils d’Henri, écuyer (1698-1764).
Petit-fils de Pierre-Louis, lieutenant-colonel au régiment
MARCHÉ (du) D’azur parti d’argent et un soleil aussi de Guyenne-Infanterie, chevalier de Saint-Louis. Arrière-
parti d’or et de gueules sur le tout : Savoie, anobli en petit-fils d’Henri, écuyer, conseiller au parlement de
1598, maintenue noble en 1666 et 1699. Preuves pour les Guyenne +1690 [Diou-1994 - Roglo] ? famille noble
écoles royales militaires en 1767 et 1775. Semble éteinte
en ligne masculine depuis 1922. [WP – NNF – GAF MASSIA (de) : bourgeois honoré de Perpignan. Famille
n°22802] confondue avec une autre famille de MASSIA,
descendante d’un capitoul de Toulouse en 1709 par
† MARENCHES (de) – éteinte avec Alexandre en 1995. Valette.

MARIN des BOUILLIERES (de) De gueules au lion MAUBLANC de BOISBOUCHER (de) D’azur à trois
d’argent armé et lampassé de sable : Vendée, Poitou, roses de gueules : Poitou ; anoblissement par charge de
Guyenne ; maintenue de septembre 1667. ? Famille en secrétaire du roi en la chancellerie près le parlement de
extinction. [ICC 1991 p889 – Compléments – Diou-91] Toulouse (1770-1780) pour Pierre (1710-1780) et décès
en charge du titulaire. [Inédit]
MARK de TRIPOLI de PANISSE-PASSIS – figure
sous PANISSE-PASSIS dans Valettte † MAULDE (de) – éteinte en 1922. – confusion du
Valette avec une famille subsistante homonyme de
†MARSAULT de PARSAY D’argent à trois lions de Maulde La Clavière non noble.
sable, armés et lampassés de gueules : Poitou, Limousin ;
anobli en 1654, maintenue en 1715. Eteinte en 1972. [SS MAULEON de BRUYERES (de), branche de la famille
– Second Ordre] de MAULEON-NARBONNE

MARSEUL (de) D’azur à trois pertuisanes d’argent, MAURICE et – de SAINT-GERMAIN Ecartelé au I,


emmanchées d’or, posées deux et un : Normandie ; d’azur à deux étoiles à six raies d’argent rangées en
Anoblissement en 1592 [PPC – GAF n°22754] fasce ; au II, échiqueté de gueules et d’or ; au III d’or à
la tête de More de sable tortillée d’argent ; au IV
MARTEL de SAINT-ANTOINE et - de GAILLON) d’argent aux serres d’aigle tenant une clef en fasce le
((de)) – Normandie, Canada [WNOR] tout de sable Provence, Genève ; filiation 1566,
Postérité de Jean-Baptiste MARTEL, CSR à Tours en anoblissement par le roi de Prusse en 1708, baron de
1765, mort en charge en 1767. l’Empire Français en 1810-1813. [Diesbach - SS]

27
Figure dans « Un Juge d’Armes au Jockey-Club. La
†MAUSSABRE de PUY-BARDEAU D’azur au lambel famille noble s’est éteinte au XIXe siècle et les porteurs
d’or posé en chef : Blésois ; extraction 1526, maintenue du nom actuel sont roturiers.
en 1667-1708-1715, preuves pour les écoles royales
militaires en 1783 et 1784. ANF-1948 [TA] † MEYNARD (de) – famille noble éteinte en 1934.

MEGRET de BELLIGNY (de) D’argent à six billettes MEZIERES DE LEPERVANCHE (attestée 1492,
de sable accompagnées en chef d’un loup passant de maintenue 1670) D’or au lion de sable, couronné du
gueules et en pointe d’un croissant du même : Chartres ; même, armé et lampassé de gueules : Normandie,
maintenue de noblesse en 1768 enregistrées à la Cour des Canada ; maintenue noble en 1667 et 1670 ; Preuves pour
Saint-Cyr en 1686 et ERM en 1772. [NNF]Présents à la
Aides de Paris, preuves pour Saint-Cyr en 1768. Famille
Réunion
en cours d’extinction ? 2 naissances en France entre
1916-1940. Une personne dans l’annuaire en Gironde. MICHEL de GRILLEAU Nantes ; Jean (1710-1769) fut
[GAF n°23509 – NNF] reçu dans l’ordre de Saint-Michel le 13 décembre 1746 et
prouva sa noblesse par l’exercice depuis août 1746 d’une
†MENGAUD de LAHAGE (de) D’argent à une main charge anoblissante de secrétaire du roi près le parlement
dextre au naturel tenant trois fleurs de sinople : de Toulouse. Eteinte dans les mâles en 1995. Subsistance
Languedoc ; capitoul de Toulouse en 1667. Dispense du en ligne féminine après 2003 à prouver. [Inédit]
Marc d’Or en 1775. ANF-1939
† MILLEVILLE (de) Normandie ; extraction 1538 –
†MERLET D’azur au chevron d’or accompagné en chef famille éteinte.
de trois merlettes d’argent un, deux et en pointe d’une
hure de sanglier du même, au franc quartier des barons MONCEAU de BERGENDAL (du) Ecartelé aux I
titrés du Conseil d’Etat : Anjou ; baron de l’Empire en d’azur à l’épée d’or, au franc quartier aussi d’azur à une
1810, confirmé en 1867. ANF. épée d’or, aux II et III d’or à la bande de sable, chargée
de trois canaris d’or, posées dans le sens de la bande, au
MESGNIL d’ENGENTE (du) D’azur à trois fasces IV d’azur à l’épée d’or. Sur le tout de gueules à trois
d’argent : Champagne, Île Bourbon ; maintenue noble roses d’argent : Pays-Bas et Belgique ; comte d’Empire
par Caumartin en Champagne en 1668. [Compléments - en 1811. ANF-1975 [TA - WP]
JO]
† MONEYS d’ORDIERES (de) Ecartelé aux I et IV
MESLON (de) Ecartelé aux I et IV d’azur à trois fers de d’or au lion de gueules ; aux II et III d’azur à trois
pique d’or posés 1 et 2 ; aux II et III de sable à trois bandes d’argent : Guyenne, extraction 1550, maintenue
mains appaumées d’argent un et deux : Bordelais, en 1667 et 1715, page de la Grande Ecurie en 1782.
Guyenne ; maintenue noble en 1643, 1666, 1696 et 1712. ANF-1972 [TA]
[Compléments]
MONMERQUE DU BREUIL (anoblie 1695) D’azur au
MESMAY (de) D’azur à une fasce d’or chargée d’un mont d’argent mouvant de la pointe, surmonté d’un soleil
losange de gueules : Franche-Comté ; anobli par lettres d’or et accosté de deux étoiles d’argent ; Famille de
de Charles Quint en 1553. [PPC-TA] Non consensus, les secrétaire du Roi de la Grande Chancellerie le 2 août
porteurs du nom sont issus d’Etienne Demesmay (1765-), 1695 ; Présents au Québec sous le nom Montmarquette.
[NNF]
marchand de toiles à Lille.
MONTARD (de) Parti au I d’or à trois bandes de
MESNARD-MAYNARD (de) [TA] sous le nom gueules ; au II d’azur à deux pattes de griffon d’or
MAYNARD (de la Claye) (de) dans Valette. contournées Périgord ; reconnaissance de noblesse
effectuée le 2 novembre 1777 par la Cour des Aydes et
? MESNIEL de SOMMERY (du) D’argent à deux Finances de Bordeaux – ANF-2007[WP]
fasces de gueules surmontées d’un lion léopardé de sable
armé et lampassé d’or : Normandie, Principauté de † MONTHOLON (de) – Paris- éteinte en 1951.
Galles ; Extraction, reconnu noble en 1607, marquis de
Sommery en 1687, Honneurs de la Cour en 1785-1786. † MONTLONG (von) D’argent au chevron d’azur semé
Peut-être subsistante en Belgique avec Nathalie en 2004. d’étoiles d’argent accompagné de trois roses au naturel
[WNOR - SS] tigées de sinople : Lyonnais, Autriche ; fixée à Lyon dès
1669, échevin de Lyon en 1744-1745, vote noble à Lyon
MESNIL du BUISSON (du) De sable, à un lion coupé en 1789. Emigrés en Wurtemberg en 1793 puis passés en
d’or et d’argent, armé et lampassé de gueules : Autriche, Chr par diplôme impérial de 1876. Semble
Normandie ; ancienne extraction, maintenue noble en éteinte en 2001 avec Oscar (1912-2001) à Wien. [GAF
1666. [PPC] n°24160]

28
la licorne passante d’argent ; sur le tout d’azur au
MONTJOYE-FROBERG (de) Ecartelé aux I et IV, de chevron d’or accompagné, en chef de deux molettes et, en
gueules à la clé d’argent posée en pal ; aux II et III de ointe, d’un croissant le tout d’or. Anobli par lettres
gueules à la clé d’or en pal accostée à dextre de six patentes en 1605. Eteinte dans les mâles en 1991. (0).
billettes du même : Alsace, Allemagne, Autriche ; Comte [PPC]
français en 1736, reconnu dans l’Empire en 1745,
immatriculé en Bavière, Graf von Frohberg Montjoie en NEGRONI D’or à trois pals de sable. : Corse ;
1817. [SS] maintenue noble en 1778. Famille reconnue noble par
arrêt du 22 juin 1778 du conseil supérieur de l’île, sous le
MONTS de MAZIN (von) D’azur à trois monts d’or - double nom de Castagnola Negroni, avec possibilité pour
branche allemande de la famille MONTS de SAVASSE ses membres de ne porter que le nom de Negroni ou
(de). Negrone [PPC]

MORDANT de MASSIAC (de) : en voie d’extinction NEUCHEZE De gueules à neuf molettes d’éperon à cinq
mais compte encore des représentantes féminines. raies d’argent, posés, trois, trois et trois : Poitou ;
filiation 1320, maintenue noble en 1667. [PPC] figure
† MOREAU FAVERNAY (de) : éteinte. sous le nom NUCHEZE (de) dans le V07.

† MORAU du BREUIL de SAINT-GERMAIN : NEUFVILLE (de) D’or, fretté de gueules : Artois,


éteinte Hollande, Paris ; son ancienne noblesse française fut
reconnue en Angleterre et elle reçut un titre de baronet en
MOREL DE LA DURANTAYE (attestée 1400, 1711 mais éteint en 1735. Une autre branche est fixée en
maintenue 1668) D’argent au léopard de gueules : Allemagne, reconnue noble de race et admise dans la
Bretagne ? ; Présents au Québec. chevalerie allemande par décret impérial en 1753. Baron
du Saint-Empire en 1792. [PPC - SS]
† MOREL de FROMENTAL : éteinte en 1962.

† MORIN de BANNEVILLE D’or à trois fasces de NICOLAI de LACOSTE de LAVAL D’azur au lion
sinople : Normandie ; ancienne extraction 1447. ANF- d’or couronné de gueules, tenant dans sa patte une épée
1952. haute d’argent : Périgord, Limousin ; maintenue noble en
1740 par le conseil d’Etat. [PPC – TA - WP]
MOULINS d’AMIEU de BEAUFORT (de) = branche
de la famille de MOULINS de ROCHEFORT, reçue à NUGENT (de) D’hermines à deux fasces de gueules :
l’ANF en 1954. [JO] – Non consensuel : cf Dioudonnat et Beauce ; reconnu noble en Frnace en 1821, comte
A quel titre ? héréditaire en 1823. Eteinte dans les mâles mais
subsistante avec Patricia.
MOULINET d’HARDEMARE (du) D’argent à trois
fers de moulin de sable, deux et un : Normandie ; Anoblie OBERT de THIEUSIES Flandres ; anobli par Philippe
en 1653, maintenue en 1666. [TA – NNF - JO] II, roi d’Espagne en 1583, titre de chevalier héréditaire en
1636, admis aux Etats d’Artois en 1765. Subsistante en
MOURGUES (de), branche ainée de la famille de Belgique. [SS2]
MORGUES de SAINT-GERMAIN, Claude de Mourgues
(1594-1668) et son fils Joseph Scipion furent maintenus †ORCEAU de FONTETTE (d’) D’azur à la licorne
dans leur noblesse en 1668. Claude est le frère de Gabriel d’argent : Normandie ; anobli en 1718, secrétaire du roi
(1581-1634), ancêtre des porteurs du nom actuels. en la Grande Chancellerie en 1691 – 1703, marquis en
1766, dispense du Marc d’Or en 1780 et 1785. Reçue
MUFFAT de SAINT-AMOUR de CHANAZ Ecartelé : ANF à titre posthume en 1991.
aux I et IV d’azur au lion couronné d’or ; aux II et III de
gueules à trois têtes de loups d’argent, allumés du ORESTIS de CASTELNUOVO (de) – Comté de Nice,
champ : Faucigny ; Comte par le Roi de Sardaigne en extraction 1526, comte de Castelnuovo par lettres
1719. [PPC - SS] patentes de 1772. [TA]

NANTES d’AVIGNONET (de) Dauphiné : anobli par ORIOCOURT (d’) ou DORIOCOURT De gueules à
charge de Trésorier de France au bureau des finances de trois ou quatre pals de vair au chef d’or, paré d’un lion
Grenoble en 1677. Un seul représentant masculin en léopardé de gueules – Lorraine ; Extraction
2019. [Kerfranc/Keranplein] chevaleresque début XVe siècle, maintenue noble en
Champagne en 1666. Subsistante aux Etats-Unis sous le
†NAU de CHAMPLOUIS Ecartelé : aux I et IV, nom Doriocourt. [Inédit]
d’argent à la rose de gueules ; aux II et III de gueules à

29
ORNANT (d’) (olim DORNANT) De gueules à la tour chevron, accompagné en chef de deux éperons et en
d’or, donjonnée du même : Normandie ; anoblie en pointe d’une épée posée en pal, la pointe en haut, le tout
décembre 1653, confirmé en 1667, maintenue noble en d’or : Normandie, Bretagne ; noblesse d’extraction.
1667. Baron d’Empire (décret 1864, titre éteint). [TA - [PPC]
NNF]
PATRONNIER de GANDILLAC – extinction possible.
†PANTIN de LA GUÈRE D’argent à la croix de sable
cantonnée de quatre molettes à cinq rais de gueules : † PAVANS de CECCATY : éteinte.
Bretagne ; .Extraction, maintenue en 1669. Eteinte en
1972 (♂) PAVIN de COURTEVILLE : autre branche de la
famille PAVIN de LAFARGE mentionnée dans le
†PAPION du CHÂTEAU D’azur au chevron, Valette.
accompagné en chef de trois étoiles, une et deux, et en
pointe d’un croissant, le tout d’or : Touraine ; anobli par † PECQUEULT de LAVARANDE (de) – famille noble
lettres en octobre 1781. ANF-1937.[NNF] de Normandie ; anoblissement de 1638, confirmé en 1668
-1702 – éteinte au XXe siècle
PARADE (de) Ecartelé : aux I et IV de gueules au lion
d’or, au chef cousu d’azur chargé de trois molettes PELET-NARBONNE (von) Ecartelé aux I et IV, de
d’éperon d’or ; aux II et III d’argent à la bande de gueules à deux chaudières fascées d’or et de sable d’où
gueules chargée d’une rose d’argent accostée de deux sortent huit serpents de sinople quatre et quatre à
roses d’or. Descendance de Bernard, avocat puis senestre ; aux II et III de gueules plein : Languedoc ;
conseiller au parlement de Toulouse à partirr de 1688. extraction chevaleresque, maintenue noble en 1669, 10
(+en 1705). Son père Guillaume (1627-1682), était fois les honneurs de la Cour – subsistante en Allemagne
président à mortier au parlement de Toulouse. (Bavière).
Conseiller en 1655 et 1682, président au parlement de
Toulouse en 1671. [Roglo - GAF n°25612] PERIGORD de la GUINANDIE et de
Cette famille semble éteinte et le nom a été relevé par la VILLECHENON D'argent à trois pommes de pin de
famille Triniac. pourpre : Poitou ; Jean-Ambroise Périgord de la
Guinandie (1721-1800), écuyer, subdélégué de
†PARIS de PONTCEAUX (de) –Île de France, anoblie l’intendant du Poitou, secrétaire du Roi en 1757. Fils de
par charge d’Auditeur à la Chambre des Comptes de Jean (1682-1755). Petit-fils de Jean, sieur de Puyblanc de
Paris en 1599, échevin de Paris en 1616, marquis de Rochechouart, conseiller du roi, receveur des tailles. le
Pontceaux par lettres patentes en 1723. ANF-1956. [TA - nom a été relevé par la famille PINOT.
NNF]
† PERRAULT de LA MOTTE de MONTREVOST :
†PARTOUNEAUX (de) – Champagne ; comte en 1817. éteinte. Pas de jonction assurée avec la famille
ANF PERRAULT de JOTEMPS.

PASSERAT de LA CHAPELLE Valette donne une PERREE de LA VILLESTREUX De gueules au


20aine de représentant masculins actuels, mais la majorité chevron (croissant) d’or, accompagné en chef de deux
ne descendent pas du maréchal de camp de 1770, selon étoiles et en pointe d’une ancre, le tout du même :
Roglo seuls 3 représentants SA ° 1928,1932 et 1938 sont- Bretagne (Saint-Malo) ; anobli par charge de conseiller
ils toujours vivants ? [Le Bret] maître en la cour des comptes de Bretagne en 1768. [PPC
supp]
PASTOREL de BASTUGNES (de) – Languedoc ;
maintenu noble en 1715. (Pierre +2010 à Sainte-Foy-lès- PERRET d’ANGLOZ D’or à la bande de sable chargée
Lyon, semble subsister en ligne masculine avec Bernard de trois épées d’argent rangées en pal, la pointe en haut :
et féminine avec Agnès, – nom relevé par la famille Savoie ; déclaré d’ancienne noblesse par L.P du 1er avril
Costa) [GAF n°25750] 1626 et confirmé en 1627.[PPC]

PATARD de LA VIEUVILLE (olim PATARD de LA PERRIER de LA BATHIE D’azur à six coupeaux


MELLINIERE) – Bretagne ; anobli par charge de d’argent surmontés d’un étoile d’or : Savoie ; Inféodation
Conseiller Secrétaire du Roi, garde des Sceaux en de terre en 1775 par Victor-Amédée III, roi de Sardaigne,
chancellerie de Bretagne (1767). [JO] duc de Savoie – ANF-2014. [WP]

PATERNOSTRE De gueules à la fasce d’argent , PERRIEN de CRENAN (de) D’argent à cinq fusées de
accompagnée de six roses d’or, trois en chef rangées en gueules posées en bande – Bretagne ; ancienne
fasce et trois en pointe ; sur le tout de gueules au

30
extraction, maintenue noble en 1671. Eteinte dans les †POLI D’argent à trois violettes d’azur, tigées de sable ;
mâles (0). [PPC - TA] au chef d’azur chargé d’une molette à sept pointes d’or :
Corse, maintenue noble en 1775 par le Conseil Supérieur.
†PERRINEL-DUMAY (de) D’azur au vol d’argent, ANF-1933
accompagné en chef d’une étoile d’or, et en pointe d’un
croissant d’argent : île de France, Martinique ; anoblie †POMAIROLS (de) (de PUJOL) D’argent au pommier
par lettres en 1772 – ANF-1955 [TA] arraché de sinople, fruité de gueules, au lion brochant de
sable, lampassé de gueules : Rouergue ; extraction 1517,
PERRON du REVEL (du), olim Janon Ecartelé aux I et maintenue noble en 1699. ANF-1934
IV d’or au demi-vol de sable accompagné d’une étoile
d’azur en chef à dextre ; aux II et III de gueules à la PONS de L’OLIVERIE (de) Ecartelé : au I d’argent au
colonne d’argent, au chef chargé d’une colombe lion grimpant de gueules, armé, lampassé et couronné
essorante d’argent : Dauphiné ; secrétaire du roi, maison d’or ; au II d’argent au chevron de sable, accompagné de
et couronne de France près de la Chambre des Comptes trois fleurs de lys de gueules, posées deux en chef, une en
de Grenoble en 1681. ANF-1981. pointe ; au III écartelé : au 1 ) et 4) d’azur à trois pals
d’or qui est de Ravart ; au 2) et 3) parti et coupé d’azur
PETIT de MEURVILLE Bourgogne, Lyonnais ; et d’argent, à quatre fleurs de lys de l’une en l’autre qui
comparait avec la noblesse en 1789 à Dijon en se est Desmier, au IV d’argent au lion grimpant de sable,
qualifiant de baron de Meurville. François Ignace Nicolas orné lampassé et couronné de gueules ; sur le tout :
+1805 à Haiti. [Diou-1994] Parait se rattacher à la famille d’argent à la fasce coticée d’or et de gueules de six
PETIT de BRECEY, maintenue noble en 1669 et admises pièces qui est de Pons :Saintonge ; Jean-Hubert (1908-
aux Etats de Bourgogne en 1674. Cette dernière famille 1993), dernier mâle mais famille subsistante avec sa
portait D’azur au lion d’or, armé et lampassé de gueules. dernière représentante Dominique, née en 1954. (0).
Marie PETIT, chevalier de Bressey, Baron de Meurville
reçut une pension royale en qualité de Capitaine au PONSARDIN D’argent à la fasce d’azur chargée d’une
Régiment d’Enghien. [Etat nominatif des pensions sur le sardine d’or, accompagnée en chef d’une muraille
trésor royal - NNF] crénelée de sable et adextrée d’une tour carrée et en
pointe d’un pont de trois arches du mesme soutenu d’une
PICOLET d'HERMILLON D’azur au dauphin rivière de sinople : Champagne ; baron de l’Empire 1814,
d’argent, la tête vers le canton dextre de la pointe, baron héréditaire en 1814. [WP – GAF n°27206].
accompagné de trois étoiles d’or, deux en chef, une en Semble éteinte avec le premier titulaire en 1820
abîme, et d’un croissant du mesme en pointe : Savoie ;
Baron d’Hermillon, seigneur d’Hauteville, Rochefort. †PONTBRIAND (de) D’azur à un pont de trois arches
Claude (1746-1823), baron d’Hermillon le 14 mai 1785, d’argent maçonné de sable et posé sur une rivière aussi
avocat au Sénat de Savoie (1769-1792). Fils de Laurent d’argent : île de France et Bretagne ; ancienne extraction
(1721-1807), notaire à La Rochette. [Diou-1994] 1499, maintenue noble en 1634, preuves pour les écoles
royales militaires en 1781. Famille éteinte dans les mâles
PICOT de PECCADUC – branche autrichienne de la en 1962 et reçue posthume à l’ANF en 2010. [TA - ANF]
famille PICOT de VAULOGE probablement éteinte en
France, créé baron von HERZOGENBERG en 1811 et PONTHAUD (de) Gironné d’argent et de sable de sept
confirmé en 1862. pièces : Normandie ; anoblissement de janvier 1629,
maintenue en 1666. [TA – GAF n°27261 - NNF]. (note :
PIGAULT de BEAUPRÉ D’azur à la croix engrêlée et La famille actuelle descend de Mathurin P, ép. de Gillette
guivrée d’argent : Bretagne, Artois ; maintenue lors de la de La Faucherie † en 1715)
réformation de la noblesse par arrêt en 1670. Famille
établie en Belgique. [Le Bret – Notice Généalogique sur PONTVILLE (de) De gueules à trois fers de lance de
la famille Pigault de Beaupré, 1906] sable mornés d’argent : Normandie ; preuves pour Saint-
Cyr en 1686. Vote noble en 1789. Seigneur de
PINA de SAINT-DIDIER (de) – Dauphiné, anoblie par Druchamp. [PPC – NNF – GAF n°27288]
lettres en 1591, marquis de Saint-Didier par lettres
patentes de 1765. [TA] PORTES (de) : éteinte en ligne masculine mais peut-être
pas en ligne féminine.
†PIOU de SAINT-GILLES D’argent au pin de sinople
accosté de deux étoiles d’azur : Bretagne, Danemark. PORTIER de BELLAIR D’argent à la bande d’azur,
Cette famille semble s’être éteinte au Danemark en 1940 accompagnée de deux lions du même, armés et lampassés
en ligne masculine et totalement en 1962. [SS] de gueules : Savoie ; filiation milieu du XVe siècle.
[GAF n°27403 – ENFS v42]

31
POTIER de LA VARDE – branche de la famille QUEYLAR (de) - Famille de gentilhommes verriers
POTIER de LA HOUSSAYE reçue à l’ANF en 1943. avec qualifications nobles sans interruption au XVII° et
[JO] XVIII° siècles. Patronyme du Languedoc, seule province
où les gentilhommes verriers étaient systématiquement
† POULAIN du MAS et de LA FORESTRIE : famille nobles. ANF-2018
éteinte.
QUIQUERAN-BEAUJEU (de) Parti d’or et d’azur,
POURAILLY – Baron de l’Empire en 1808. Les émanché en fasce de l’un en l’autre : Provence, Comtat
représentants actuels de cette famille n’en descendent pas Venaissin ; lettres du Roi René de 1440. Subsiste en
mais sont issus de son frère aîné. France et en Amérique du Sud [ICC 1991 p889 – Diou-
1991]
POURQUERY de LA BIGOTIE D’azur au porc-épic
d’argent, armé et défendu du même ; au chef d’argent RADIGUÈS [SAINT GUEDAL] de
semé de trèfles de sable, chargé d’une aigle de même : CHENNEVIERES (de) D’azur au chevron d’or
Périgord ; anoblissement par lettres de 1654, révoqué en accompagné en chef de deux étoiles du même et en pointe
1664. Conseiller Secrétaire du Roi en 1701. [PPC – GAF d’un croissant d’argent : Maine, Limbourg, Belgique ;
n°27540-27541-27542] Extraction, lettres de relief de noblesse en 1651, preuves
(note : Décès en 2015 de la comtesse de Pourquery de la de noblesse d’ancienne extraction à la Cour des Aides de
Bigotie, née Françoise Teisseire. Mention de ses filles Paris en 1652. Naturalisée Belge en 1816. [SS]
Patricia, Sylvie, Sabine et Nathalie. Elle était veuve de
Pierre (1913-1992), dernier mâle du nom. † RAIBERTI – Comté de Nice, baron par lettres patentes
de 1822. Eteinte en ligne masculine en 1929 et en ligne
(LE) PREUD’HOMME d’HAILLY De sinople à féminine en 2009. [TA]
l’aigle d’or, becquée et membrée de gueules ; Artois,
Belgique ; famille ayant fait ses preuves pour l’admission † RAMPONT de SURVILLE – Lorraine, Martinique ;
aux Etats d’Artois en 1747. [NNF] anobli le 7 avril 1724 à Lunéville, procureur du roi, garde
des sceaux royaux. [WP] – Subsistance à prouver.
PREZ de LA MORLAIS (des) D’argent à huit losanges Semble éteinte depuis le XIXe siècle.
de gueules, posés quatre en chef et quatre en pointe, et au
croissant de sable en abîme : Bretagne ; noblesse ? RAVEZ : Subsistante en ligne naturelle reconnue. Le
d’extraction, maintenue noble en 1669, reconnu noble en principe de noblesse est contesté. Baron-pair en 1829
1746 et 1770. [PPC- TA] (Note : Au début des années pour la famille.
2000, les héritiers de Armand de la M., Jean-Michel et
Gaël de La M. ont remis les archives familiales aux † REDON (de) : éteinte
archives départementales du Morbihan).
REGIS de GATIMEL (de) – Provence
PROUST de LA GIRONIERE D’azur à la tête d’aigle Anobli par charge, conseiller secrétaire du Roi en 1632 et
arrachée d’or : Nantes ; Anoblissement par charge de 1652. Edouard ép. d’Angracie de ROVERIE de
Maire de Nantes (1693-1715), certificat de noblesse pour CABRIERES. [NG01 – BM2005]
le service militaire par Chérin en 1784. [Compléments]
(Note : Romain, né en 1974, Décès en 2014 de Matheus, REGNAULD de LANNOY de BISSY De gueules à la
fils d’Eric) fasce d’argent, accompagnée de deux losanges d’or, un
en chef et un en pointe : Savoie ; Entérinement par la
PUCH (de) (de MONTBRETON & de PAILLAS) De Chambre des Comptes de Turin en 1827, des lettres
gueules à trois fasces d’argent : Guyenne ; Preuves pour patentes accordées par le Roi de Sardaigne la même
les chevau-légers de la garde en 1756 et pour les ERM en année autorisant cette famille à unir à leur nom celui de
1772, pour les pages de la GE en 1726-1732. Famille Bissy et de se qualifier seigneur noble Camille Regnauld
subsistante bien qu’indiquée éteinte par Valette. de Lannoy, vassal de Bissy. Branche de la famille
[Christophe Morand du Puch] Regnauld de Bellescize. [Simon C. – Dioudonnat] (note :
décès en 2016 de François (Figaro). La famille porte un
QUENECH de QUIVILLIC (de) De sable à trois titre de Comte).
défenses de sanglier d’argent : Côte d’Armor ; Extraction
1426, maintenue noble en qualité de chevalier en 1670. †RÉGNY (de) Lyonnais, Belgique ; secrétaire du Roi en
[Noblesse Bretonne et NNF] la Chancellerie du Parlement de Bourgogne en 1771,
mort en 1776. Semble éteinte depuis 1956 en Belgique.
† QUESNOY (du) : éteinte – probable confusion Le nom est repris en Italie par la famille VINASSA.
homonymique. [Woelmont]

32
†REISET (de) : éteinte en 1968. Bretagne, reçues 19 fois aux honneurs de la Cour. Etablie
en Autriche depuis 1845. [SS]
REMY de COURNON D’azur, au chevron d’or,
surmonté d’un croissant du même, entre deux étoiles †ROMAIN de BEAURIEUX (de) Parti au I de gueules
d’argent, et accompagné en pointe d’un lion aussi à trois bandes d’or ; au II d’or aux trois dauphins
d’argent : Champagne, Lorraine. André REMY de d’azur : Laonnais ; anobli en 1818 et 1820, baron à titre
COURNON, sgr du fief et moulin de la Saulx personnel en 1825. Eteinte en 1954 avec Edmond (1861-
d’Ablainville, comparait avec la noblesse en 1789 dans le 1954). ANF-1933.
bailliage de La Marche. Seigneurs de la baronnie de
Bonnet par acquisition en 1727. Plusieurs officiers. La †ROSSIGNOL des DUNES - Agenais, Antilles,
famille descend de Pierre-Charles (1702-1774), Louisiane. Maintenue noble en 1666. Eteinte en 1952 en
contrôleur honoraire des payeurs des gages de la grande Louisiane. [SS]
chancellerie de France (charge anoblissante au 1 er degré),
écuyer. Fils de Claude (1658-1734), tanneur. [Diou-1994 ROUSSEAU de VILLEJOINT (aujourd’hui :
- Roglo] VILLEJOIN) D’azur à trois bandes d’or alias Ecartelé
aux I et IV d’azur à trois bandes d’or ; aux II et III de
RESSEGUIER (de) D’or à un pin de sinople terrassé de gueules au chamois passanat d’argent : Nivernais,
même ; au chef d’azur chargé de trois quintefeuilles Champagne, Saint-Domingue puis Nouvelle Orléans.
d’argent : Gascogne ; anoblissement par charge graduelle Famille issue d'Étienne Rousseau, écuyer du comte de
de conseiller au parlement de Toulouse (1597-1618) puis Saint-Aignan en Berry vers 1500, et confirmée dans sa
(1620-1644) – ANF-2016 [PPC - WP] noblesse en 1596 [Jacques Petit – GAF n°30146]

RICHAUD / RICHAUD (de) D’azur à une patte d’ours †ROUSSIN D’azur au globe d’argent monté sur un pied
d’or : Dauphiné ; Anobli par Louis XI en 1475, reconnu d’or ; au chef de sable soutenu d’une divise d’or, chargé
noble en 1554 par François de Lorraine, duc de Guise [Le d’une ancre et d’une épée posées en sautoir, le tout d’or :
Bret] Bourgogne ; baron en 1821. Eteinte en 2001. [PPC]

RIOLLET de MORTEUIL (de) De gueules au chevron ROUX (de) et – de PUIVERT D’azur à trois croix d’or
d’or, accompagné de trois étoiles du même, posées deux posées deux et un : Languedoc ; extraction
et un : Bourgogne ; Ancienne extraction (1461), chevaleresque, maintenue en 1666 sur preuves de 1372.
maintenue noble 1666, preuves pour les pages de la [PPC supp]
Grande Ecurie en 1684. ANF. Subsistante aujourd’hui en
Belgique. [PPC] ROUVROY (de) : éteinte dans les mâles en 1970.

ROBERT d’ESCRAGNOLLE-TAUNAY D’or au ROUXELIN de FORMIGNY de LA LONDE Parti :


sautoir de sinople, accompagné en chef d’un roc au I, d’or au sauvage de sable tenant une masse de
d’échiquier du même. : Provence ; maintenue noble en gueules (Rouxelin) ; d’azur chargé d’un lys au naturel à
1677, preuves pour les E.R.M en 1785, reçue aux Etats de trois tiges mouvant d’une terrasse de sinople au chien
Provence de 1787 à 1789. Subsistante au Brésil en 2009 braque couché d’argent accolé d’or brochant sur le tout
avec Alfredo-Henrique. (La Londe) : Normandie ; anobli par lettres en 1652,
révoquées en 1664 et rétablies par d’autres en 1665,
ROBERT du GARDIER olim ROBERT D’azur au confirmées en 1696. [TA - NG01 – SS – NNF sous
lion d’argent regardant un soleil mouvant de l’angle Rousselin] (note : décès en 2013 de François.)
dextre du chef : Dauphiné, Vivarais, Barrois ; Pierre-
Charles fut pourvu de la charge de Président-Trésorier de ? ROYE (de) De gueules à la bande d’argent : Picardie,
France au bureau des finances de Grenoble en 1766, en Belgique ; Extraction chevaleresque ; Eteinte en 1986 en
charge en 1789. (charge anoblissante au 1er degré). Belgique. Peut-être subsistante en Hollande et en
Autorisée par ordonnance en 1816 et 1841 à relever le Bavière.
nom de du Gardier. [Inédit – GAF n°29313]
† ROZEE d’INFREVILLE – éteinte en 1958.
ROCHAS d’AIGLUN (de) (olim de ROXAS) De
gueules à la rose d’or soutenue d’un croissant d’argent : † RUEL de SOUROUVRE de GUEFOSSE –
Dauphiné ; preuves pour Malte 1557-1579. Cette famille Normandie, Algérie [WNOR]. Eteinte avec Marthe
semble descendre de Jean de Rochas, député de la (1898-1987)
noblesse de Digne aux Etats de 1487. [Le Bret]
RUETTE d’AUTEUIL D'azur au chevron d'or
ROHAN (de) De gueules à 9 mascles d’or : Bretagne, accompagné de deux étoiles à cinq rais d'argent en chef
Autriche, Bohême ; issue des princes souverains de et d'une gerbe d'or en pointe : Île de France, Quebec ;

33
Branche naturelle de cette famille subsiste au Québec : remontant à 1538-1577. Subsistante aux Etats-Unis en
Charles d'Auteuil marié à Ste-Foy en 1750 était un fils SONIAT du FOSSAT. [YD - SS]
illégitime de Pierre Ruette de La Malotière.
SAUSSURE (de) Bandé, contre-bandé d’or et de sable
de huit pièces : Lorraine, Suisse ; anobli par lettres
† SAINT-DENIS (du BREUIL) (de) : famille éteinte. patentes du duc de Lorraine en 1503. [PPC]

SAINT-MARTIN-LACAZE (de) Guyenne [PPC supp] SEGOND von BANCHET (olim SEGOND de
BANCHET). la famille s’exila en Prusse après la
SALIVET de FOUCHECOURT (de) D’azur à trois révocation de l’édit de Nantes. Elle porte un titre de
besons d’argent surmontés d’un lambel à trois pendants Baron.
de gueules : Bourgogne ; anobli en janvier 1531 par
l’empereur Charles-Quint et confirmé par arrêt du conseil SEGUIN de LA SALLE
d’état en 1785– ANF-2012. [WP] issue de Georges François Seguin de La Salle, chevalier,
seigneur de la Mothe †1712. Titre de noblesse
† SALLES (des) olim DESALLES des ROSAIS : enregistrées le 8 novembre 1749 au Conseil Supérieur de
famille éteinte en 1961. la Martinique pour Guillaume Daniel de la Salle Seguin
de la Mothe, de Chartres. Bertrand (1902-1966) a eu
†SAMPIGNY (de) olim REHEZ de gueules au sautoir postérité de ses deux épouses. Jean-Louis S. de la S., né
d’argent : Lorraine ; extraction 1559, comte en 1717, en 1955, dirigeant d’entreprise.
naturalisé français en 1723. ANF-1962.
SENAILHAC (de) D’azur au chevron d’or accompagné
SANSON de SANSAL D'azur au lion d'or accompagné de trois étoiles du mesme : Périgord ; Filiation 1609,
de trois gerbes de blé du même ; anobli par charge de Raymond de Senailhac (1721-), conseiller honoraire à la
Secrétaire du Roi (1658-1664 puis 1680-1698). Cour des Aides de Guyenne (1751), comparait en 1789
[Compléments – Le Bret] avec la noblesse à Bordeaux. Fils de Jacques Sénailhac
(1702-1771), conseiller à la Cour des Aides de Guyenne,
† SARRAZIN (de) : probablement éteinte. sieur de la Mothe de Tresses. Petit-fils de Raymond
(1672-1750), sieur du Mas [Diou-1994- Roglo – GAF
SARREBOURSE de LA GUILLONNIERE et n°31697]
d’AUDEVILLE D’azur à la croix ancrée d’or : Berry,
Orléanais, Bretagne ; anoblie en 1410 par le duc de SENIGON de ROUSSET, de ROUMEFORT du
Berry, confirmée noble en 1518 et 1667. [WP – GAF CLUZEAU (de) Ecartelé aux I et IV, d’or à deux lions
n°31329 - SS] affrontés d’azur ; aux II et III d’or à troisbandes de
sinople. Substitution à la famille Rousset du Cluzeau en
SART(Z) de VIGNEULLES (du) D’azur à cinq 1712, ratifiée par L.P. anoblissantes en 1720. Vote noble
annelets d’argent posés deux, deux et un : Lorraine ; en 1789. [GAF n°31722 – NG01 - WP]. Le caractère
extraction chevaleresque XVe siècle. Etabli dans le pays anoblissant des L.P. n’est pas assuré.
de Trèves en 1658. De retour en France au XXè siècle.
[Compléments]
† SENNEVILLE (de) – éteinte, confusion avec
différentes familles subsistantes homonymes non noble
† SAULT de SAINT MONTAN (du) Ecartelé aux I et
IV de sable à deux têtes humaines d’argent ; aux II et III SERENE d’AQUERIA D’argent à la sirène de
d’argent à l’arbre de sinople posé sur une terrasse du carnation accostée de deux tours de gueules ouvertes,
mesme, au chef d’azur chargé de trois étoiles d’or : maçonnées et crénelées de sable. .Cette famille qui reçut
Vivarais ; « M. Dussault de Saint-Montant est en 1666 des lettres de naturalité et de reconnaissance de
condamné au paiement du droit de franc-fief des biens noblesse est toujours représentée au Danemark.
nobles dont il jouit , les titres de noblesse qu'il produit Naturalisée danoise depuis 1801. [SS]
n'étant pas suffisants pour l'exonérer de ce paiement. »
AD Hérault C1621. « condamné en 1698 par Lamoignon SERRET (de) – Belgique ; famille belge titrée baron de
mais son fils se pourvoit et est reconnu. Vote noble dans l’Empire en 1813.
le diocèse de Viviers en 1789. Eteinte vers 1912.
SEYSSEL d’AIX (von) – branche de la famille de
SAUNHAC du FOSSAT Coupé : en chef d’or au lion de SEYSSEL originaire de Savoie et établie en Bavière.
gueules, en pointe de gueules contourné d’argent :
Quercy, Rouergue, Louisiane ; maintenue noble par M.
SIBOUR (de) D’azur à trois bandes d’or accompagnées
de Bezons en 1671 et 1698-1699-1715 sur titres en chef d’une étoile du même et en pointe de trois besans
d’argent : Comtat Venaissin, Amérique ; filiation 1634.

34
Confirmé noble et anobli en tant que de besoin en 1770. noblesse en 1681, preuves pour Saint-Cyr en 1721, et les
Henri est décédé le 31 juillet 2017. [GAF n°31878 - SS] Ecoles Royales Militaires en 1774 et 1777, l’Enfant Jésus
en 1784. [NNF - Diou-1991]
SICARD DE CARUFEL (attestée 1530) De gueules au
paon d’or rouant, au chef cousu d’azur chargé de trois ? TAXIS du POËT (de) : Dauphiné, comparait avec la
étoiles d’argent : Languedoc, Castres ; Présents au noblesse en 1789 dans l’élection de Gap. Cyrus Taxis
Québec.
(1664-†avt 1736) fut conseiller du Roy, secrétaire de la
SIMONY (de) : éteinte en 1999 en ligne masculine. Chambre des Comptes de 1712 à 1719 [JO]
Subsistante en 2018 en ligne féminine.
TERRIS (de) D’or, à trois taupes se terrissant de sable,
† SOLLIERS (de) : éteinte, confusion avec une famille deux et un : Comtat Venaissin, filiation XVIe siècle,
subsistante homonyme non noble (Var, changement de anoblie au XVIIIe siècle (deux docteurs en médecine de
nom 1900).
l’université d’Avignon). [TA – Annuaire de la noblessse
1874 – GAF n°32573]
† SOUVILLE (de) D’argent au chevron de gueules
Seuls les docteurs en droit civil sont nobles.
accompagné en chef de deux losanges d’azur et en pointe
d’une aigle de sable essorante ; au chef d’azur à trois
étoiles d’or à cinq pointes : Languedoc ; capitoul de TEYRAS de GRANDVAL – Auvergne – éteinte dans
les mâles en 1967.
Toulouse en 1767 ; ANF-1995. [TA]
THAON de REVEL D’azur au bouc d’or, issant d’une
†? SPON (de) D’argent à la fasce de gueules,
mer d’argent flottée de sinople, regardant une étoile d’or
accompagnée en chef d’une étoile du même et en pointe
posée dans le canton dextre et tenant dans sa bouche un
de trois fèves d’argent rangées en bande : Alsace ;
serpent de sable écaillé d’argent tortillant en pal. Comté
dispense du Marc d’Or de Noblesse en 1776. Installée en
de Nice ; filiation 1454, marquis de Thaon par lettres
Angleterre depuis François-Nicolas, ancien président du
patentes de 1796, comtes de Revel par lettres patentes de
Conseil Souverain d'Alsace et son fils Edward. Le
1687. Subsistante dans le Piémont. [TA]
commandant de la Royale Navy, Francis Landon de
SPON (1890-1973) a-t-il eu une descendance de son
? THESUT (de) [JO]
épouse ?
THOINET de LA TURMELIÈRE D’azur au château
† SURY de BUSSY Suisse ; la branche de cette famille
d’or donjonné de deux pièces du même, girouetté et
possédant un principe de noblesse français : comte
maçonné de sable : Bretagne ; anoblissement par charge
héréditaire en 1819, confirmé en 1830 est éteinte.
de Conseiller Secrétaire du Roi en la chancellerie près la
Cour du Parlement de Bretagne (1772-1788) – ANF-
SUZZARELLI (de) D’argent à l’arbre mouvant de la
2010. [WP]
pointe, sur le tronc duquel grimpe un lion au naturel, le
sommet de l’arbre se perdant sous un chef d’azur, chargé
THOMAS de KERIDEC. [TA – NG-01] sous le nom
d’une aigle éployée, au vol abaissé, armée et posée sur
THOME de KERIDEC dans V07.
un tertre au naturel : Corse ; reconnu noble par arrêt du
Conseil Supérieur de Corse le 9 septembre 1789. [PPC –
THOMAS de LABARTHE (de) L'anoblissement de
NNF – Etat de la Noblesse Française subsistante vol 2 p
1627 ne devrait pas apparaître, en effet la maintenue de
187.]
1670 est une "maintenue de complaisance": anoblie par
LP de Louis XIII le 27 décembre 1627 pour la branche
TAFFART de SAINT-GERMAIN D’azur au chevron
aînée éteinte en 1685. La branche cadette, pour la
d’or sommé d’une étoile d’argent accompagné en chef de
maintenue de noblesse de 1670, s'est fait passer pour
deux roses tigées et feuillées d’or et en pointe d’un
descendante de l'anobli de 1627 alors qu'elle n'en descend
croissant aussi d’argent : Guyenne, Gascogne ;
pas. Sur foi de ce faux, elle a donc était maintenue.(cf
bourgeois de Bordeaux, comparait en 1789. Eteinte vers
"État de la Noblesse Française subsistante" vol 28 p280 et
1917. [GAF n°32322] ? famille noble : Arrêt du Grand
281 de Michel Authier et Alain Galbrun, qui montre que
Conseil portant dispense du Marc d’Or en 1777.
le père de Jean de THOMAS, le maintenu de 1670,
Antoine THOMAS, seigneur de Rocquecourbe est mort
TANDEAU de MARSAC D’argent à deux barres de
en 1612 et que c'est son fils, donc le frère de Jean, autre
sable : Marche ; trésorier général de France à Limoges en
Antoine THOMAS, aussi seigneur de Rocquecourbe qui
1743 (2 générations successives : Jean-Joseph (1703-
a été anobli en 1627, donc 15 ans après le décès de leur
1745), mort en charge, puis Grégoire Gabriel (1733-
père!. Même si cette maintenue a l'autorité de la chose
1820). [TA – NG01 – Compléments - WP]
jugée, et seuls l'intendant ou le conseil du roi, auraient pu
l'annuler si cette erreur avait été découverte, la date
TAURIAC (de) D’azur au taureau passant d’or :
officielle de l'entrée dans la noblesse de la branche
Guyenne ; maintenue noble en 1699, réhabilitée dans sa

35
subsistante est donc 1670. Sinon maréchal de camp le 1er
mars 1780 pour la branche subsistante. ? TREILHARD : Limousin, Île de France ; Comte en
1808 (confirmé en 1856 et 1881). Quid de la postérité de
THOURY (de) D’azur à la rencontre de cerf d’argent Jean Treilhard (1899-1945) qui eut un fils de son mariage
surmonté d’un rais d’escarboucle fleurdelysé d’or, avec Guillemette MARTIN-LAVALLEE ? [WP, NG01]
accosté de deux fleurs de lus du même en pointe :
Nivernais ; Maintenue de noblesse en 1667 – ANF-2011 † TREMEREUC de LEHEN (de) : famille éteinte.
[PPC - WP]
TRENTINIAN (de) Ecartelé aux I et IV de gueules au
THURET De gueules à trois mufles de lion léopardés lion grimpant d’or, au chef cousu d’azur chargé de trois
d’or, deux en chef et un en pointe : Auvergne, Picardie, roues d’argent ; aux II et III d’azur à l’épée haute
Pays-Bas ; maintenue dans sa noblesse en 1642-1665- d’argent traversant un casque taré de profil d’or :
1667. [PPC] Languedoc et Bretagne ; agrégée à la noblesse, anoblie en
1814, trois générations de chevalier de Saint-Louis
THYSEBAERT (de) – Gand, Brabant ; Baron de (1724-1783-1814) [TA – NG01] => noblesse inachevée.
l’Empire en 1814. Famille de nationalité belge
subsistante. [SS] TROUILLIOUD de LANVERSIN D’azur au chevron
d’or accompagné en chef de deux étoiles d’argent et en
TISSOT (de) D’argent au chevron d’azur, accompagné pointe d’un croissant de même : Dauphiné ; anobli par
en chef de deux têtes de tigre de gueules et en pointe d’un charge de conseiller, secrétaire du Roi, maison et
rameau d’olivier de sinople en pal : Haute-Alsace ; couronne de France, greffier en chef de la chambre des
anobli par charge de conseiller secrétaire du Roi en la comptes de Dauphiné (1757-1779). [Compléments - JO]
chancellerie près le conseil supérieur d’Alsace qui reçut
des lettres d’honneurs en 1764. [PPC supp] TRUCHSESS de RHEINFELDEN Fascé d’argent et
d’azur de six pièces : Alsace ; baron de Truchsess,
TITELOUZE de GOURNAY (alias TETE LOUZE) comparait à Colmar, Haguenau et Selestat en 1789. [GAF
D’argent à l’aigle de sable soutenue d’un croissant versé n°33670 – JO]
du même rempli d’or : Artois ; Anobli par charge de
Conseiller Secrétaire du Roi (1750-1758) , maintenue TRUTIE de VAUCRESSON anobli par lettres patentes
noble en 1769. [Compléments - SS] de Louis XVI en 1781 ? ou descendante de Jean-Baptiste
(1713-1779), conseiller secrétaire du Roi. Une branche
TOUSSAINT – Lorraine (Dieuze) D’or coupé de sable, naturelle semble subsistante.
à l’aigle éployée de l’un en l’autre, couronnée de gueules
et allumées d’argent, l’écu bordé de gueules ; anobli par
TURPIN de MOREL de gueules à la fasce d’or
le duc de Lorraine en 1736, baron du Saint-Empire en
accompagnée de trois pommes de pin d’or rangées en
1745. Paul-Arthur, membre de la délégation américaine
chef : Normandie, Sénégal ; anobli en 1593, branche de la
auprès des organisations internationales à Vienne en
famille Turpin de Condé peut-être encore représentée en
1957.
ligne féminine avec Edmée-Paule, née en 1927.
TRAMBLY de LAISSARDIERE D’argent à un arbre
URSEL (d’) Coupé : au I, parti des comtes maires et
appelé tremble de sinople alias D’azur à un arbre d’or
d’argent à trois merlettes enfasce de gueules ; au II, de
accompagné de deux étoiles d’argent en chef :
gueules plein : Brabant ; Comte de l’Empire par lettres
Bourgogne ; anobli par charge de secrétaire du Roi près
patentes de 1810. – ANF-2017
le parlement de Dijon en 1721. [Compléments]
VAL de BEAULIEU (du) D’argent à la croix de
†TRANNOY (de) D’azur à la croix d’or chargée d’une
gueules chargée en abismes d’un lion d’or : Champagne,
branche de lys au naturel et cantonnée : aux I et IIe
Belgique ; Comte de l’Empire français en 1809, confirmé
cantons d’une épée d’argent montée d’or ; aux III et IVe
en 1820 par le Roi des Pays-Bas et en 1847 par le Roi des
cantons d’une gerbe aussi d’or : Artois, Belgique ; Baron
Belges. Subsiste en Angleterre [SS]
héréditaire en 1830. Eteinte dans les mâles en 1960. [SS]
†VAL de LA CROIX (du) – Normandie ; anoblie en
TREIL de PARDAILHAN (de) D’or à la treille de
1638, révoquée en 1664, rétablies en 1673. ? Eteinte avec
sable ; au chef de gueules chargé d’un lion issant et
Edouard (1875-1954). Le nom est repris par la famille
lampassé de gueules, montrant une partie de sa queue ;
VIALARET.
Anoblissement par charge de Conseiller Secrétaire du Roi
en 1750 en la chancellerie près la Cour de Montpellier.
VALLORI (de) / VALORI / VALORY Ecartelé aux I
Preuves pour Malte en 1788 (1762-1755-1786 d’après JJ.
et IV : de sable à l’aigle au vol éployée d’argent ; aux II
Lartigue).
et III : d’or au laurier arraché de sinople ; au chef de

36
gueules - Italie, Provence, Anjou, extraction la pointe, le tout lié d’un cordon d’or ; au chef cousu
chevaleresque 1376, maintenue 1614-1635 – Honneurs d’azur chargé d’une levrette passante d’argent :
de la Cour 1785-1786-1787- preuves pour les écoles Lorraine ; gentilhomme de Laveline 1476. [PPC – Etat de
royales militaires en 1752-1763 et 1764, page de la Petite la Noblesse Française subsistante vol 33 p 222]
Ecurie en 1730, 1765 et 1767, preuves pour Saint-Cyr en
1714, 1724 et 1736. Semble éteinte depuis 1972. [TA- †YVERSEN (d’) D’or au cerf ailé et elancé de gueules,
NG01] ramé de sable ; au chef d’azur, chargé d’un soleil
rayonnant d’or, accosté de deux croissants d’argent –
VAN CAPPEL de PREMONT D’azur à un pélican Guyenne ; extraction 1568, baron de l’Empire en 1814,
avec ses pattes dans son aire le tout d’argent : Flandres, barons d’Yversen par lettres patentes de 1817 – éteint en
Cambresis ; Extraction, admis aux Etats de la Noblesse 1904, admis à titre posthume à l’ANF en 1997 [TA-WP]
du Cambresis. [SS, JO]
WARSBERG (von) de sable au lion d’argent, armé,
VAUCLEROY (de) D’argent à l’anille de sable : lampassé et couronné d’or : Lorraine ; Extraction
Champagne ; Maintenue de noblesse en France en 1668 chevaleresque 1312. Subsistante en Autriche.
en Champagne. Admission dans la noblesse belge en
1925. Concession du titre personnel de baron en 2002 WAUBERT de PUISEAU D’azur à la herse d’or (et à
[WP – Noblesse de Belgique - NNF] deux épis d’orge du mesme passés en double sautoire
brochant sur le tout : Île de France, Normandie ;
? VAUJANY (de) – maintenue de noblesse par Anoblissement par charge de secrétaire du Roi mort en
l’intendant du Dauphiné du 24 juin 1699 sur titres de charge en 1765 – subsistante en Allemagne.
1472. [JO - NNF] branche roturière susbistante ??
WICQUET de RODELINGHEM (du) De sinople au
VERBIZIER (de) et – LATREYTE – autres branches chevron d’argent accompagné de trois rustres de même :
de la famille de VERBIGIER de SAINT-PAUL, reçue à Picardie ; famille maintenue noble en 1697, preuves pour
l’ANF en 1973. [JO] Saint-Cyr en 1741-1763 pour la branche de Lenclos et en
1724-1764 pour celle de Saint-Martin [JO – NNF]
† VILLARDS (de) : confusion de Valette avec une
famille subsistante homonyme non noble. ZELLER d’OOSTHOVE (van) D’argent à une étoile à
cinq rais de gueules, accompagnée de trois merlettes de
VILLEDON de NAIDE (de) D’argent à trois fasces sable : Limburg ; anobli par charge de conseiller
ondées de gueules : Poitou ; ancienne extraction, secrétaire du Roi près le parlement de Tournai en 1702.
maintenue de noblesse en 1667 et 1715 par l’intendant du [PPC]
Poitou – ANF-2010 [NG01 –Compléments - WP]
†ZYLOF de STEENBOURG De gueules au chevron
VILLELE (de) De gueules à la tour d’or maçonnée de d’or accompagné de trois pommes de pin du même :
sable, ouverte d’argent à la herse de sable, donjonnée de Flandres, comparution avec la noblesse en 1789 aux Etats
deux tourelles du même à côté l’une de l’autre : Généraux et trois qualifications nobles par génération.
Catalogne, Comtat Venaissin ; [PPC] A ne pas confondre ANF-2014.
avec une autre famille du même nom reçue à l’ANF en
1949.

VIMAL de MURS – autre branche descendante de


Michel VIMAL, secrétaire du Roi (1762-1783). Figure
sous VIMAL de SAINT-PAL dans V07.

VIPART (de) D’argent au lion de sable, armé et


lampassé de gueules. Famille maintenue en 1669 en
Normandie suite à un arrêt de la Cour des aides de Rouen
en 1602. Subsiste à la Guadeloupe. [NNF] [Inédit]

†VIVIEN de CHATEAUBRUN
Eteinte en Angleterre avec le décès du dernier marquis
Victor (né en Russie en 1896 † 1975 à Chelsea).

VOINNESSON (de) ou VOINESSON De gueules à


deux épées d’argent emmanchées d’or, passées en
sautoir, sur un râteau d’argent mis en pal, pendant vers

37
BOIS de LA SAUSSAYE (du) : famille noble éteinte en
1866, une famille homonyme subsiste à la Guadeloupe
sans principe de noblesse.
Erreurs du Valette
Familles subsistantes indiquées BOULY de LESDAIN : noblesse inachevée
comme nobles alors qu’elles ne le BOURLON de ROUVRE : noblesse inachevée
sont pas.
BRUGEROLLE de FRAISSINETTE : les membres de
ANDOQUE de SÉRIÈGE (d’) : Rouergue, Languedoc. cette famille descendent d’un frère de Pierre (1709-1779),
Ancienne famille bourgeoise connue dès le début du anobli par charge de secrétaire du Roi en 1740. [Kerfranc
XVIe siècle. Une branche obtint un jugement de / Keranplein]
maintenue de noblesse au XVIIIe siècle.
CHAPPOT de LA CHANONIE : La branche actuelle
BABIN de LIGNAC : Jacques Babin de Forgerie acheta est issue d’Henri Chappot, conseiller au Présidial de la
des lettres de noblesse en avril en 1697. Elles furent Rochelle et ne descend pas de Louis Chappot, seigneur de
enregistrées la même année à la Chambre des Comptes de la Brossardière, anobli en juin 1714. [Stan49]
Paris et à la Cour des Aides mais révoquées en 1715. Un
des petit-fils fut officier des gendarmes de la Garde du DARAN (de) : les représentants actuels de cette famille
Roi. Normalement les officiers de ce corps sont nobles ne descendent pas de Jacques Daran (1701-1784),
mais on attendra la présentation de la preuve de noblesse. médecin de Louis XV, anobli en 1755.

BASIRE (de) : les porteurs du nom contemporains DESPREZ de GÉSINCOURT d’argent au chevron
appartiennent à une branche non anoblie de cette famille. d’azur accompagné de deux roses de gueules en chef et
d’un lion de sable en pointe : Lorraine ; anoblie par
BEAUSSE (de) : les porteurs du nom ne descendent pas charge de trésorier de France au bureau des finances de
de Jean de Beausse +1741, conseiller auditeur en la Metz en 1698.  charge de noblesse graduelle donc non
Chambre des Comptes. [Kerfranc] noble

BEAUSSIER de CHÂTEAUVERT (de) : trois DUCUP de SAINT-PAUL : d’azur à la bande d’or


chevaliers de Saint-Louis mais l’édit de 1750 n’était pas accompagnée de deux étoiles d’argent. anobli en 1639
rétroactif donc le premier (1721) ne peut pas être pris en (décharge de franc-fief). La descendance actuelle est celle
compte… Louis (1660-1731) en 1721 (trop tôt) - André de Victor-Paul Baillot-Ducup de Saint-Paul (1841-1909),
(1698-1774) en 1764 - Louis-André +1789 en 1760. Son fils illégitime autorisé à reprendre le nom de son père
fils Louis-André (1763-1803) ne parait pas avoir reçu la naturel (décret de 1865), sans pour autant être reconnu ni
croix avant 1789. Famille non noble. pouvoir évidemment prétendre à la noblesse.

BERTRAND-PIBRAC (de) Les représentants actuels de ESTÈVE de BOSCHE (d’) : Ecartelé aux I et IV
cette famille descendent-ils d'Egide de Bertrand-Pibrac, ° d’argent à trois chênes de sinople et une salamandre ;
v 1693, + Paris 14 juillet 1771 (cf le Mercure de France), aux II et III d’azur au croissant d’argent surmonté d’un
premier chirurgien de la reine d'Espagne et directeur de cœur. Citoyen noble de Perpignan. Les dernières
l'Académie Royale de chirurgie à Paris, anobli en 1752? recherches généalogiques montrent qu’ils descendent
Ils semblent plutôt decendre de Bertrand de Bertrand- d’un frère de l’anobli. (François Xavier 1739-1822).
Pibrac, ° v 1707 + le 9 novembre 1779 - Saint Frajou
(Haute-Garonne), ancien subdélégué de l'intendance FAUCONPRET (de) : noblesse inachevée
d'Auch. [Kerfranc]
FONTAINE de REBESCQ – ANF-1965 AQT : « en
BETHERY de LA BROSSE : noblesse inachevée. charge anoblissante 1789 , n’acheva pas sa prise de
qualité » TA/VN – NG01 : « Trésorier Général de France
BLANDIN de CHALAIN : Quel est le principe de à Lille en 1756, (…) admis aux Etats d’Artois en 1769 »
noblesse de cette famille ? Anoblissement en 1628 par le Acte recognitif ANF : « lettres d’admission aux
roi d'Espagne ? mais les lettres n'ont pas été enregistrées. assemblées de la noblesse » adressée en 1769, à «
En 1713, son descendant se vit interdire de porter la Monsieur le lieutenant-général de la Gouvernance du
qualification de Messire vu qu'il n'était pas noble [PPC] souverain bailliage de Lille ». « Vu la présente requête,
alors d'où vient cette noblesse ? pièces jointes, conclusion du procureur du Roy, tout
considéré. Nous ordonnons que les suppliants seront
convoqués aux assemblées de la noblesse de cette
province et jouiront des privilèges y attachés.» Cet acte

38
est aux archives municipales de Lille – Registres aux
mandements et ordonnances de la gouvernance. Registre LE FEBVRE d’ARGENCE : aucune descendance
côté Prince de 1763 à 1771… (cf Généalogies Lillois de actuelle ne provient d’un des deux secrétaires du Roi que
Denis du Péage) Il est probable que cette famille n'aurait compta cette famille avec François (1646-1724) ou son
pas bénéficié de cette maintenue de noblesse si un ancêtre fils Urbain-François-Joseph, anobli en tant que besoin en
n'avait pas été alors trésorier de France à Lille à partir de 1773. [Kerfranc]
1756. A noter que trois membres de cette famille ont
porté la charge de trésorier, mais jamais deux générations LE GRAS de VAUBERCEY – famille homonyme non
consécutives comme il était requis pour valoir noble en cours d’extinction.
anoblissement par charge au bureau des finances de Lille.
Cette unique preuve est-elle suffisante aux yeux de l'ANF LEOTARD (de) : rattachement non prouvé des
aujourd'hui ? descendants actuels mais possible à la souche noble.

GEOUFFRE de LAPRADELLE : noblesse inachevée ? LESCAUDEY de MANEVILLE : principe de noblesse


preuves pour l'Ordre de saint-Lazare et du Mont Carmel douteux : conseiller secrétaire du Roi en 1735 –
en 1685. Confirmé dans l'ouvrage d'Henry-Melchior de uniquement relevé par Magny ??
Langle et de Jean-Louis de Kerstrat, Les ordres de Saint-
Lazare de Jérusalem et de Notre Dame du Mont-Carmel, LETARD de LA BOURALIERE : Augustin, né en
p 155 : "Guillaume de Geouffre de la Pradelle de 1838 est légitimé par le mariage des parents en 1850.
Leyrat"(…) "en raison de sa noble extraction"... fils de Cette famille ne peut plus être reçue à l’ANF.
Géraud et d'Anne d'Ambert, reçu chevalier de Justice
c’est à dire qu'il dût prouver quatre races de noblesse, LE VAVASSEUR – subsistance à prouver.
puis trois degrés tant paternels que maternels.
LOBIT (de) Il semblerait que la descendance de
GRANDIN de l’EPREVIER : noblesse inachevée Christophe Étienne de Lobit de Monval (1722-1784),
maréchal de camp en 1783, soit éteinte, la famille de
GRIVEL Famille de Jean-Baptiste (1788-1869), amiral, Lobit subsistante descend d'un de ses lointains cousins.
devenu Baron Grivel en 1846. Postérité éteinte en ligne [Kerfranc]
masculine chez ses petits-enfants. [Kerfranc]
MARIE d’AVIGNEAU : confusion de Valette avec une
GUILLET de LA BROSSE : noblesse inachevée famille subsistante homonyme non noble.

HAUTEVILLE (d’) : famille normande éteinte en ligne MILLEVILLE (de) : les porteurs actuels du nom
féminine en 1935. Les porteurs du nom actuels ne sont descendent du frère du secrétaire du Roi (1743-1746).
pas de la même souche et n’appartiennent pas à la
noblesse. MONSEIGNAT (de) : noblesse inachevée

JORDAN – Dauphiné, Lyonnais ; Les porteurs du nom MOREAU de BONREPOS : noblesse inachevée
actuels sont issus d’une branche non anoblie de la famille
Jordan. Il subsiste une descendance naturelle d’Antoine NICOLAS de LAMBALLERIE : famille éteinte de
Henri (1725-1794), échevin de Lyon en 1778-1779 et souche différente (Michel Nicolas (1634-1674),
aucune descendance masculine de Camille (1771-1821), marchand tanneur) que la famille NICOLAS de
anobli en 1814. [Kerfranc]
LISLEFERME, issue d’un maire de La Rochelle en 1519,
aujourd’hui connue sous le nom de LISLEFERME.
LA FARE : le dernier marquis Jacques est décédé en
1957. La famille actuelle descend d’une branche de la
NOËL du PAYRAT : noblesse inachevée
famille Ruffo Bonneval de la Fare.
NOIROT de TOURNAY (de) : famille reçue à l’ANF
LAPEYRIERE (de) : confusion avec une famille
mais issue de Nicolas Noirot (1691-1751),
subsistante homonyme non noble. La famille noble,
manouvrier ??? L’ANF a apparemment accepté une
anoblie en 1815, est éteinte.
décharge de franc-fief de 1694 pour une famille qui
dérogeat par la suite.
LAPORTERIE (de) : les descendants actuels de cette
famille ne semblent pas descendre de François (1709-
PASSERAT de LA CHAPELLE la descendance de
1788), maréchal de camp en 1762 mais d'un Simon de
Louis François (1726-1796), maréchal de camp en 1770
Laporterie né vers 1708, Conseiller du Roi et Lieutenant
est elle toujours subsistante? Les nombreux représentants
Particulier du Sénéchal de Saint Sever (Landes)
actuels de cette famille semblent descendre de son frère
Antoine Honoré (1724-1792). [Kerfranc]
LEFEBVRE de LABOULAYE : noblesse inachevée

39
PAULO (de) : la famille subsistante ne descend pas du VIGNAUD de VILLEFORT (du) – éteinte confusion
capitoul de Toulouse en 1512 mais de son frère. avec une famille subsistante homonyme non noble.
(changement de nom 1907-1913-1922). Postérité
PAULZE d’IVOY de LA POYPE : noblesse inachevée légitimée par le mariage de ses parents.

PERIER (de) : les porteurs actuels du nom sont issus


d'une branche cadette non anoblie de la famille Périer (Le
Havre), dont la branche ainée Périer de Salvert, éteinte en
1904, a bien été anoblie en 1726 au Havre (avec un bref
passage par Toulon à la fin du 18e siècle).

PEREZ Titre éteint avec le premier titulaire Joseph,


baron Perez en 1813. Une autre famille Perez, originaire
du Gers est restée non noble. [Kerfranc]

PERRIN de BRICHAMBEAU : éteinte, confusion avec


une famille subsistante homonyme non noble (Sedan)

POMYERS (de) : Bordeaux, conseiller au Parlement de


Guyenne 1519 (Valette 4) : généalogie Drigon de Magny
– confusion avec la famille Josset de Pomyers non noble

PREZ-CRASSIER (de) : filiation naturelle 1839 non


légitimée. La descendance naturelle semble en voie
d'extinction.

PREZ de GESINCOURT (des) – Lorraine ; trésorier au


bureau des finances de Metz en 1698 mais une seule
génération n’est pas suffisante pour acquérir la noblesse
héréditaire.

PRUDHOMME de LA BOUSSINIERE : noblesse


inachevée.

RAULIN de GUEUTTEVILLE de REALCAMP (de) :


confusion avec une famille subsistante homonyme non
noble – changement de de nom 1905.

REMUSAT (de) : les deux branches anoblies l’une sous


l’Empire, l’autre sous la Restauration sont éteintes
aujourd’hui. Il reste une branche subsistante non noble.

ROBIN de LA COTARDIERE : noblesse inachevée.

ROSTAN d’ANCEZUNE : branche subsistante non


issue de l’hypothétique anobli.

ROYER de LA BASTIE – secrétaire du Roi en 1771 ?


noblesse inachevée ?

SAILLY (de) : confusion probable de Valette avec une


famille subsistante non noble orignaire de l’Artois.

SAINT-ANDRE (de) : confusion possible avec


différentes familles subsistantes homonymes.

SEGOGNE (de) : noblesse inachevée

40
Familles reçues à l’ANF mais doute
Familles exclues de l’A.N.F.
ABAQUESNE de PARFOURU : Anobli par lettres en
BECQUET de MEGILLE – ANF-1949 mars 1715, conseiller maître en la Cour des Comptes de
Rouen en 1764. ANF-1934. En fait, acheteur de lettres de
BLIC (de) – ANF-1939 noblesse suite à l’édit de décembre 1711, révoquées en
1715. Son fils fut reçu conseiller à la cour des aides de
BRO de COMERES – ANF-1948. Normandie et non à la chambre des comptes en 1764 et
résigna en 1787. (cf d'Arundel de Condé ("Les anoblis
CABROL de MOUTÉ (de) - ANF-1951 par charge en Haute-Normandie", 2006 p227-228), pour
qui il s'agit d'un 1er degré de noblesse graduelle).
CANONGETTES de CANONCAUDE (de) d’argent à
trois pals de gueules ; au chef d’azur chargé d’une BERTHELIER : Cette famille descend de Jean-Baptiste,
croissette d’argent : Ecosse, Languedoc, Beauvaisis ; trésorier au bureau des finances de Châlons au XVIIIe
Vote noble à Beauvais et Carcassonne. ANF-1956. En siècle, qui fut dispensé d’un degré de service pour
voie d’aggrégation à la noblesse au XVIIIe siècle. acquérir la noblesse. Confirmé dans sa noblesse en 1732.
Son petit-fils Nicolas Jean-Baptiste Benjamin (1727-
CASSAN-FLOYRAC (de) : Rouergeue, Languedoc ; en 1814), officier au Régiment de Montmorin, épousa le 28
charge anoblissante graduelle à la chambre des comptes novembre 1764 à Chaumont, Marie-Elisabeth Chaux dont
de Montpellier. ANF-1937 il divorça en vertu d’un acte du 22 août 1793 puis le 9
février 1809 à Châteauvillain, Marie Fouchard.
CHEYNET de BEAUPRÉ : ANF-1989. Reçu sur base Reconnaissance de leur fils Jean-François-Benjamin
d’une ordonnance de 1768 signées des élus de la Bresse Berthelier, né le 17 ventôse an VIII et de leur fille Roze,
portant enregistrement des lettres de confirmation de née le 10 prairial an 12. Jean-François-Benjamin semble
noblesse de mars 1768. La famille porte un titre de être l’ancêtre des porteurs du nom actuels. Comment
Comte. Elle a été invitée à démissionner de l’ANF en cette famille a-t-elle pu être reçue à l'ANF en 1998 qui
2011 : « les actes produits n’étaient pas conformes aux n'admet que les naissances dans le cadre du mariage
actes originaux. » religieux ?

DESCUBES du CHATENET : Limousin – ANF-1947. CHASSAIGNE : Les représentants actuels à l’ANF


depuis 1973 ne descendent pas en ligne directe masculine
JACQUELOT de CHANTEMERLE de VILLETTE : de Joseph Chassaine (1727-1811), secrétaire du Roi
ANF-1935 (1753-1775) mais en ligne féminine (Anne (1819-1897)
ép. en 1845 de Jean-Baptiste Chassaigne. [Kerfranc]
Du MESNIL de MARICOURT : Normandie ; ANF-
1938. COURTOIS / COURTOIS d’ARCOLLIERES /
COURTOIS de LANGLADE (de) – ANF-1956 (cf : le
THIBON de COURTRY : ANF-1955. Famille issue Cahier Noir) – absente du V07. Le rameau de Langlade
d’une branche bâtarde. s’est éteint en 1931.

VIGNON – ANF-1998. GUILLAUME de SAUVILLE de LA PRESLE –


ANF-1979 (cf la deuxième édition d’un juge d’arme au
Jockey Club) – présente dans V07

Familles refusées à l’ANF MENCHE de LOISNE – ANF-1938.


Famille anoblie en septembre 1697. En réalité, cette
BAUDESSON de CHANVILLE [Le Cahier Noir] famille descend d'Eloi-François MENCHE, sieur de
Saint-Michel, qui fut l'un des acheteurs de lettres de
COLONNA di GIOVELLINA noblesse (une des cinq cents lettres de l’édit de mars
Dossier retiré in-extremis en 1971 1697), enregistrées à la Cour des Aides de Paris le 20
janvier 1698 [« Calpin du greffe de la Cour des Aydes »].
FAJET de CASTELJAU (de) Pour que ces lettres soient valables, il fallait qu'elles
Refusée aux écoles militaires en 1784 et à l’ANF en soient exemptées de la révocation de l'édit d'août 1715, ce
1964. qui ne semble pas avoir été le cas. – présente dans V07

GISCARD d’ESTAING SURREL de SAINT-JULIEN – ANF-1989.


Acte Recognitif ANF : Admission de Jacques Clair
Stanislas de Surrel de Saint-Julien comme cadet-

41
gentilhomme au régiment La Couronne Infanterie en blason à l'Armorial général de 1696. Le chef du premier
1778, sur présentation d'un certificat de noblesse du 13 rameau, Jean-Louis de Firmas, Sgr de Périès, né en 1750,
mai 1776 signé de l'Intendant du Languedoc de Saint- ancien officier d'infanterie, prit part en 1789 aux
Priest et du comte de Périgord, commandant militaire de assemblées de la noblesse tenues à Nîmes. Mais on
la province de Languedoc (Archives de l'Armée de Terre, trouve qu'au cours de cette même année il signa une lettre
à Vincennes) et Registre de contrôle du régiment La adressée au Roi par les membres du Tiers-État des États
Couronne (Archives de l'Armée de Terre Yb 410, p. 94). du Languedoc possesseurs de biens nobles. En outre,
Ce type de certificat était souvent un certificat de cette famille a été condamnée comme usurpatrice de
complaisance. noblesse par l'intendant du Languedoc Bazin de Bezons.
Quel est le principe de noblesse de cette famille ?
Familles présentes dans le Valette mais doute
LOUVART de PONTLEVOYE : maintenue de
BARTHOMIVAT de NEUFVILLE : famille dont on a noblesse 1766 introuvable ? principe de noblesse
voulu faire un rameau de la famille de Bathomivat de la douteux.
Besse mais dans la base Roglo on lit que la minute de
l'acte de mariage d'Antoine Barthomivat avec Gervaise MAURIN de BRIGNAC : chambre des comptes de
Bottes a été maquillée dans le registre qui est parvenu Montpellier 1747 – maintenue en 1770 ? principe de
jusqu’à nous, dans le but de rattacher Antoine aux noblesse douteux.
Barthomivat de La Besse (famille noble) :
Le prénom de son père, Blaise, a été transformé en VAN ROBAIS : Les lettres de 1665 (AN, Z1A 154),
Claude... mais l’encre, plus noire, permet de constater la sont en fait des libéralités fiscales en vue d'installer une
transformation du B en C, et du IS en UD. manufacture à Abbeville, rien concernant la noblesse des
La feuille a été déchirée dans le coin où devait apparaître van Robais, pas de qualificatifs nobiliaires, pas de vote en
le patronyme de la mère (c’est la seule feuille à présenter 1789.
une déchirure dans un registre qui par ailleurs est dans un
excellent état de conservation, avec une reliure ancienne). VERCHERE des BAYONS (de) : secrétaire du Roi en
Le prénom de la mère, Anne, a été de même 1714 ? – pas de secrétaire du Roi dans la généalogie
grossièrement surchargé en Marguerite, mais reste donnée par Charles Arminjon dans H&G n°185-186.
lisible…
Autant d'éléments plus que troublants ! Je crains VITTON de PEYRUIS (de) : secrétaire du Roi non daté
effectivement une fausse noblesse... Patrice de selon Magny ou 1750 en Provence. Principe douteux.
Clinchamps dans son Dictionnaire et Armorial dit que la
branche issue d'Antoine Barthomivat a été maintenue Familles en attente de clarification
dans sa noblesse le 15 janvier 1667 et qu'elle s'est
perpétuée jusqu'à nos jours sous le nom de Barthomivat ARTENSEC (de) ou ARTENSET (d’) D’azur à une
de Neufville. Mais quelle est sa source ? Chaix d'Est fasce d’arc, bordée de gueules, au chef cousu de gueules
Ange affirme quant à lui que la famille Barthomivat de chargé d’un croissant d’argent accosté de deux étoiles
Neufville n'a jamais bénéficié de maintenue de noblesse d’or : Périgord ; Anoblissement par lettres patentes de
dans sa région... [WP : Gilbert Dréant] Louis XIV en 1655, confirmé en février 1675. [SS]. Le
nom est encore porté aujourd’hui.
CARSALDE du PONT (de) : François, maire de Sainte-
Foy d'Aurignac, condamné en 1699 puis anobli BALLAND, BALLAND de LA BRETENIERE
(confirmé) par arrêt du 23 décembre 1707 par l'intendant Franche-Comté. Famille originaire de Lons-le-Saunier,
de Montauban. La descendance de cette famille vient de anoblie au XVIe s., établie à Genève au XVIIIe s.
son frère Pierre (1680-1746) qui n'a bénéficié d'aucune Propriétaire du château de Gruyères jusqu’en 1938.
maintenue. On trouve toutefois François, né en 1959. Bourgeois de Genève (1818).
Egalement cité dans le faire-part de décès de Chantal.
Alors doit-on considérer la subsistance de cette famille et BOUCHER de LATOUR du ROC (de) D’argent à
sa noblesse ? deux lions rampants de gueules, au chef d’azur chargé
d’un croissant accosté de deux étoiles le tout d’or :
FIRMAS de PERIES (de) : A la page 151 du tome 18 Périgord ; Extraction, maintenue noble en 1641, 1666,
de CEA, il est écrit : On ne voit pas que les représentants 1667 et 1749. Semble éteinte dans les mâles depuis 1977
de la famille de Firmas aient habituellement porté aux et probablement éteinte également en ligne féminine.
XVIe et XVIIe siècles la qualification d'écuyer qui était
seule significative de noblesse en Languedoc. On ne voit CHANCEL de LA GRANGE De gueules à un chêne
pas non plus qu'ils aient fait reconnaître leur noblesse par arraché d’or soutenu d’un croissant d’argent au chef
jugement lors des diverses recherches ordonnées par cousu d’azur chargé de trois étoiles d’argent : Périgord,
Louis XIV, ni même qu'ils aient fait enregistrer leur

42
Martinique ; maintenue noble en 1668. Semble subsister HERVÉ-GRUYER famille issue d’Amand Constant
sous le nom de Lagrange-Chancel. [SS] Marie Fidèle Charles Hervé créé chevalier héréditaire par
lettres patentes du 31 mai 1817. Hervé-Gruyer par suite
CRUSSOL (olim COURSEULES) des EPESSES (de) de l’adoption d’Alfred Hervé par le baron Charles-
– Auvergne (Saint-Flour) Maximilien Gruyer.
Cette famille a connu un procès retentissant avec la
famille de Crussol d'Uzès. Le nom semble avoir été repris HUE de LA COLOMBE
par la famille Thierry (cf Dioudonnat) et ne figure dans [Compléments]
aucun nobiliaire ou autre livre. La dernière du nom
semble être Renée, décédée en 1967. LAPLENIE – Périgord
??
DES NOYELLES de FLEURIMONT
Il est possible que les Fleurimont du Michigan soient des LASALLE : capitoul de Toulouse 1700 ?? – famille
Noyelle de Fleurimont; la trace de cette famille a été inconnue
suivie jusqu'à Détroit à la fin du 19e siècle. [Yves Drolet]
LE MERLE de BEAUFOND De gueules à cinq
DU BREUIL de SACONAY Ecartelé aux I et IV, d’or quintefeuilles d’argent et un merle d’argent tenant dans
au griffon d’azur ; aux II et III fascé d’or et de gueules de son bec un rameau de laurier de sinople posé sur un
six pièces, à l’aigle d’azur sur le tout couronné d’argent : rocher de trois coupeaux d’argent posés en abîme. :
Bresse, Bugey ; Comparait avec la noblesse en 1789. Normandie, Martinique, Bretagne ; François occupa la
Preuves de chanoinesse pour Neuville. charge de procureur du Roi au Conseil Supérieur de la
Martinique et prit la qualification d’écuyer à la fin du
DUCHON D’azur à un chevron d’or, accompagné en XVIIe siècle. (noblesse graduelle). Chevalier de l’Empire
pointe d’un croissant de gueules :Bourbonnais, en 1810. Noblesse à titre personnel ? [SS]
Dauphiné ; Les représentants actuels ne semblent pas
descendre de Pierre, origine de la noblesse de cette LE MONNIER de GOUVILLE ? [JO]
famille. Chambre des Comptes de Grenoble 1671-1684 et
1684-1704. LENCHANTIN de GUBERNATIS ? noblesse niçoise
[JO)
GALLAIS de CHATEAUCROC – Bretagne
[Compléments] LONGUET de LA GIRAUDIERE
[Compléments]
GIRAUD du POYET
[Compléments] MALBEC (de) D’or à trois têtes de griffon d’argent :
Périgord ; maintenue noble en 1666.
GIVRY (de) – Périgord Subsistance à confirmer.
? famille LE SUEUR de G ou CLEMENT de G. ?
MOREAU de BELLAING
GOUGET de CASTERAS Dans la généalogie donnée par Lainé, on affirme que
[Compléments] Jacques Juvénal Joseph M. de B. (1777-1844) fut reçu
élève au collège des quatres nations, dit Mazarin sur
GRENIER de LATOUR Parti, au 1, de gueules à trois brevet délivré par le duc de Nivernois du 30 septembre
grenades versées d'or, ouvertes du champ, posées 2 et 1 ; 1789 et preuves de noblesse faites devant d'Hozier.
au 2, d'azur au croissant d'argent Auvergne ; famille de Quelqu'un possède-t-il le livre de Benoit de Fauconpret
gentilshommes verriers – même souche que la famille "Les pensionnaires du collège Mazarin ou des quatres
Grannier de Casssagnac. nations (1688-1794) et pourrait confirmer l'admission ou
non de cette personne ?
GRIGNET de SAINT-LOUP
[Compléments] ? PHIQUEPAL d’ARUSMONT D’azur à une croix
d’argent cantonnée de quatre trèfles de même – Guyenne
HENRŸ d’AULNOIS d'azur à l'épée haute d'argent [JO]
posée en barre, accompagnée de deux quinte-feuilles du
même : Trois-Evêchés (Verdun, Metz) ; anoblie par POUGNET de BOIS-VERT
charge de Conseiller secrétaire du roi, audiencier en la Jean Pougnet, écuyer, sr de Bois- Vert, conseiller du roi,
chancellerie du parlement de Metz en 1752 et décédé en élu en l'élection, échevin , maire et capitaine en 1656 de
charge en 1759. Niort. Il fut maintenu noble en 1667.
(Noblesse ou branche naturelle ?)
UHALT (d’) ? [JO]

43
VIGIER de LA TOUR
dans un article de Woelmont de Brumagne : "Vigier de la
Tour, originaire de la Haute auvergne, filiation 1583. La
branche subsistante, passée en 1861 aux iles Seychelles,
et de là à l'île Maurice, n'a pas de principe de noblesse" or
on trouve également dans le Nouveau Nobiliaire de
France : VIGIER, sgr de Saint-Benoît, de la Tour (de)
(Quercy): Famille maintenue noble lors de la recherche
de noblesse par arrêt du conseil d'Etat le 12 mars 1674 et
dans la généralité de Montauban par l'intendant Le
Pelletier de la Houssaye le 10 juin 1698, par l'intendant
Le Gendre le 22 juillet 1700. S'agit-il de la même
famille ? Woelmont s'est-il trompé ? Une généalogie de
cette famille figure dans le nobiliaire universel de Magny
et est donc à prendre avec des pincettes. Cette famille est
toujours représentée en 2017 à l'ïle Maurice.

44
Familles éteintes ou sans représentants mâles NOMPÈRE de CHAMPAGNY de CADORE (de)
Eteinte en 2010 (♂)
ACRES de l’AIGLES (des) : éteinte en ligne masculine
légitime avec Victor (né en 1926) PINTEVILLE de CERNON
Extraction. Eteinte en 1969 (♂) avec Bernard (1895-
AIGOIN de REY – Thérèse à Biarritz en 2017 1969)

†ANGOT des ROTOURS - Normandie ? ROGER de SIVRY – Suisse, Bretagne


Famille éteinte dans les mâles en 1941. Baron de l’Empire en 1810. Eteinte en 1942.

BARRAL d’ARÈNES (de) – Languedoc ROUAULT (de) - Bretagne


Ancienne extraction 1460. Eteinte le 31 octobre 1950. Ancienne extraction 1420, comte en 1861
ANF-2007. Eteinte en 1991 (♀)

BIZIEN du LÉZARD (de) - Bretagne SAINT-MAURIS d’AUGERANS (de)


Ancienne extraction, maintenue 1669. Anoblie en 1537 - Eteinte en 1956 (♂)
Eteinte en 1945.
SEMALLÉ (de) - Normandie
BROSARD de SAINT-MARTIN au BOSC – Haute Ancienne extraction 1437 – ANF-1935
Normandie – absente PPC Eteinte en 2012.

BUREAU des NOUELLLES – Bretagne – absent PPC SURIAN de BRAS (de) - Provence
Anoblissement par lettres patentes en 1777, échevin de
CABRIERES (de) – Rouergue – absent PPC Marseille. Eteinte en 2010 (♀)

CHAMBRAY (de) – Normandie – absent PPC TALLEYRAND-PÉRIGORD (de)


Eteinte en 1968 (♂) et 2003 (♀)
CHEVERRY (de) – Languedoc – absent PPC
ZORN de BULACH - Alsace
CLÉRON d’HAUSSONVILLE (de) Ancienne extraction 1393, baron 1773
Extraction chevaleresque (1397), Honneurs de la Cour, Eteinte en 1967 (♀).
Comte en 1810, ANF-1951. Eteinte en 1972.

COSTE (de) – Languedoc


Secrétaire du Roi en 1711 – Eteinte au XXè siècle. Familles éteintes en ligne masculine

COTIGNON (de) – Nivernais Albon (d’), Angély (d’), Audibert de Lussan (d’), Barbier
Extraction 1599 – Eteinte en 1964. d’Aucourt, Buirette de Verrrières, Busnel (de), Carbonnel
de Canisy (de), Carré de Busserolles, Cazenove de
COUE de LUSIGNAN – absent PPC Pradines (de), Clarmogan (de), Combas, Compaing de La
Tour Girard, Demarçay, Duclos de Bouillas (*), Emé de
DU FAY DU CARSIX Marcieu (*), Fayolle (de), Gaultier de Brullon, Haincque
Extraction chevaleresque, maintenue en 1667 – Eteinte en de Saint-Sénoch (*), Hay des Nétumières (*), Hugonneau
1948 (♂) (d’), Lafaye de Micheaux (de), La Tousche d’Avrigy
(de), Le Duchat d’Aubigny (*) ; Le Gras de Vaubercey,
FABRE de MAZAN (de) - Provence Léon des Ormeaux, Loyré d’Arbouville (*), Lyée de
Ancienne extraction 1470, maintenue 1668 et 1708. Belleau (de), Mallevoüe (de), Mareschal de Luciane (de)
Eteinte en 2001. (*), Michel de Grilleau, Molette (de), Mouxy de Loche,
Nompère de Champagny (de) (*), Oberkampf (*),
FITZ-JAMES (de) Pastoureau de La Braudière (*), Petit de Beauverger,
Maison ducale éteinte en 1967 (♂) Pocquet de La Mardelle, des Roys d’Eschandelys (*),
Sémallé (de) (*), Sonier de Lubac, Souhy (de) (*),
LA TREMOILLE Supervielle (de) (*), Tascher de la Pagerie, Thiollas (de),
Eteinte en 1933 (♂) et 1996 (♀) Turgy (de)

MORÉ de PONTGIBAUD (de) - Languedoc


Extraction 1529, maintenue 1717. Eteinte en 2013 (♀) Familles éteintes

45
Barbier de Reulle, du Bois-Jagu de La Villerabel, Busseul
(de) (*), Cadeau d’Acy, Campredon (de) (*), Camus de
Pontcarré et de La Guibourgère (*), Cellery d’Allens (de)
(*), Chabrol-Tournoèlle (de) (*), Chazeaux de Montjuvin
(de), Colleville (de), Collin de La Contrie, Compigny des
Bordes (de), Cordier de Montreuil, Couppel du Lude (*),
Courthille de Saint-Avit (de) (*), Crochard (de), Croze
(de), du Crozet, Cuers de Cogolin (de), Davilliers (*),
Dormy (de) (*), Doudinot de La Boissière, Dufourcq
(de), Dupuy-Montbrun, Dursus de Carnanville et de
Courcy, Faverot de Kerbrech, Fournier de Pellan, Frohard
de Lamette (*),Gervain (de), Gilles de Fontenailles,
Grandin de Mansigny et – de Raimbouville (*), Gréaulme
(de), Gros de Perrodil (*), Guéau de Reversaux de
Rouvray (*), Guérin d’Agon de Lacontrie (*), Guyot
d’Amfreville (*), Hélie (d’), Hély d’Oissel, Imbert de
Corneillan (d’), Imbleval (d’) (*), Ivoley (d’), Marché
(de), Masson de Saint-Félix (*), Massougnes (de), Mery
de la Canorgue, Normand de La Tranchade (*),
Nouaillan, Ordener, Perry (de), Peytes de Montcabrier
(de), Picard du Chambon (*), Piscatory de Vaufreland
(*), Quelenec (de), Rabuan de La Hamonnaye, Rado de
Saint-Guédas, Renaud d’Avène des Meloizes-Fresnoy
(*), Reynes (de), Ricouart d’Hérouville (*), Royou (de),
Santeul (de), Sarcilly (de), Soussay (de), Thomas de La
Plesse, Tuault de La Bouverie, Vacher de Saint-Géran
(de) (*), Vassoigne (de)(*), Vinols de Montfleury (de)
(*), Vassinhac d’Imecourt (de) (*)

(*) familles reçues à l’ANF

Provisions d'Alexandre-Michel Damiens


d'Hébécourt, trésorier de France à Amiens.
Versailles, 15 juin 1736

46