Vous êtes sur la page 1sur 50

~ Raffinage-Pétrochimie-Chimie-Ingénierie

FORMAnoH INDUfllUE
IFP • TRAINING

FONCTIONNEMENT DES POMPES CENTRIFUGES

1 - DESCRIPTION DE LA POMPE CENTRIFUGE ET DE SON ENVIRONNEMENT 1

1 - Présentation extérieure 1
2 - La pompe 2
3 - L'acoouplement 4
4 - Machine d'entraînement 5
5 - Le châssis 5
6 - Accessoires et lignes procédé 6

Il - DESCRIPTION D'UNE POMPE CENTRIFUGE SIMPLE 9

1 - Constitution 9
2 - Circulation du liquide 10

III - FONCTIONNEMENT D'UNE POMPE CENTRIFUGE 11

1 Évolution de la pression et de la vitesse dans une pompe centrifuge 11


2 Hauteur d'élévation créée par une pompe centrifuge 12
3 Autres caractéristiques 14
4 Exemples de courbes constructeur 16
5 Variation des caractéristiques 18
6 Mise en place d'une pompe centrifuge sur un circuiL 21
7 Marche en série - Marche en paralléle 22
8 Démarrage 24
9 La cavitation 24

MT POM - 01619_EJ - Rév. 1 23/0212009


@ 2009 - iFP Training
~\tv..,~
, \Vt
cù \\t. ~~ r"t: t.. f""-'-r- ~ d~\"no':~'\.~~f
.
o \Y\I.Â~ \lt t~~
~tnv\"àt.-
Fr ~ hmV) Ln.- .

,~cLuc~ Q.x.G.~ ~ i
1

~à.uc:~ "\"\:lUl" ~~lo-fL.'~,:,La:VY\~t'-l. ek Lo Q.:~I\.~~


Cc:..\\Q. cI...cCL.:" bu:.~c:1 ~rt:\.~

~e:)(tR.\'\.t.a "\<"l\.L"( ~v\\:c.. Q'o.<:.u.~t.vvv àe. ~ .

• ek\'..:.\- <a""L_~~,
L ~v\L ~ d~vi,~~,h. ~ ~""

a eo..&t. o.c<..'" 1.::'~ l'Y\. '-"- \- ;

l Q".- ~~ CL~~"L (bn3~ i o.k)


1• DESCRIPTION DE LA POMPE CENTRIFUGE ET DE SON ENVIRONNEMENT

1. PRÉSENTATIONEXTÉRIEURE

La vue ci-llessous montre de manière schématique l'environnement d'une pompe centrifuge


monocellulaire installée en unité et entraînée par un moteur électrique.

Vanne de
sectionnement
aspiration
!
Depuis pipe rack
Vers pipe rack

""k=I Ligne de refoulement

Filtre

Contacteur
/ moteur

Ligne d'aspiration

<;;:>. _ b '';'0'<;;)': b ..
';'0 _'
co
':;:10.00 _
Cl
'°00
<>. ,c::-, ..,o.::~ ;x:...;
0.,0 'Od
0.
~

~gou;ea~ :ileu:e'~ '.


Pompe Accouplement Moteur Châssis
électrique

"
Groupede pompage

Environnement d'une pompe centrifuge en unité

Il s'agit d'une pompe de type "process" â aspiration axiale que l'on rencontre très souvent aussi bien
dans les unités et les pomperies des services mouvements.

Des dispositions comparables se trouvent aussi sur des pompes de produits chimiques ou des
pompes à eau.

@2009 - IFP Training


2

2- LA POMPE

Moteur

Proteclion de
l'accouplement
Pompe

Volute de corps
/ eldepompe

Bride
/d'asPiralion

Tuyaulerie extérieure
d'arrosage de la garniture

Support du corps
de palier

~ Evacuation
des égoulures

Présentation extérieure d'une pompe centrifuge moonoétagée

a • Description de la pompe représentée ci.dessus

La tubulure d'aspiration liée au corps de pompe est horizon laie et de méme axe que l'axe de rolation
de la pompe. La tubulure de refoulement est d'axe vertical et se trouve dans le même plan radial que
la volute qui recueille le liquide pompé à la sortie de la roue et le guide vers la tubulure de
refoulement.

@2009 - IFP Training


3

La pompe repose par l'intermédiaire de pattes d'appuis sur deux socles, eux-mémes solidaire du
châssis. Le plan de supportage sur les socles passe par l'axe de la pompe. Cette disposition penmet
de conserver à chaud, l'alignement obtenu à froid entre pompe et moteur électrique. La figure ci-aprés
montre l'avantage d'une telle solution dans le cas d'une pompe chaude. On considére que les socles
restent suffisamment froids pour que leur dilatation reste négligeable.

Plan de supportage passant


par l'axe de ia pompe

A froid A chaud A froid Achaud

0>0doncA'>A A= ete même si 0' > 0

b • Autres dispositions possibles

• Aspiration verticale, refoulement vertical

t I~

Cette disposition penmel de simplifier l'installation de la ligne d'aspiration lorsque celle-ci arrive d'en
haut (cas de pipe-rack, de ballons ou capacités situés en hauteur) .

• Axe de rotation vertical

Joint radial
Cette disposition penmet de simplifier
l'installation des lignes lorsque celles-ci
sont coaxiales.
Aspiration Refoulement
-+ -+-

@2009 - IFP Training


4

• Pompes multicellulaires

Les pompes multicellulaires ont des conduites disposées de façon spécifique à chaque application. On
trouve ainsi des pompes à aspiration et refoulement verticales ou horizontales avec diverses
dispositions.

3- L~CCOUPLEMENT
L'accouplement transmet le mouvement de rotation de l'arbre du moteur (ou turbine) à l'arbre de la
pompe. Il doit être suffisamment flexible pour tolérer:

une légére dilatation axiale de la pompe


- un faible désalignement de la pompe par rapport à la machine motrice

Par ailleurs, comme le montre le schéma ci-<lessous. Il peut être conçu avec une pièce d'espacement
ou pièce intennédiaire qui pennet le démontage aisé du palier et du rotor sans déplacer la machine
d'entraînement.

-+._. ~._-I--'
-- a ;0
,,;
~
c

De nombreux modèles d'accouplement sont montés sur les pompes.

@2009 - IFP Training


5

4- MACHINE D'ENTRAÎNEMENT
• Moteur électrique

Généralement du type "asynchrone", le moteur impose à la pompe sa vitesse de rotation et fournit


l'énergie nécessaire au pompage. La vitesse en opération est légérement inférieure à la vitesse de
rotation à puissance nulle du moteur ou v~esse de synchronisme qui vaut 3000 trlmin, 1500 trimin ou
1000 trimin.

Ces moteurs sont protégés contre des surcharges ou des anomalies électriques par des
"discontacteurs thermiques'.

Ils ne peuvent donc pas durablement fonctionner à des vitesses trés différentes de leur wesse
normale de rotation (variation de quelques 10 à 30 trimin).

Certaines pompes sont parfois entraînées par des moteurs électriques à vitesse variable. On peut
alteindre ainsi 6000 trlmin voire plus .

• Turbine à vapeur

Les pompes centrifuges peuvent étre entraînées également par des turbines à vapeur. Dans ce cas, la
vitesse est régulée par un régulateur. Même si on peut modifier trés légêrement la vitesse on peut
considérer que celle-ci est constante. Elle est en général identique à celle des moteurs électriques.

Les pompes alimentaires, pompes de circulation, pompes de reprise de condensat ainsi que des
pompes d'huile de lubrification, sont des machines couramment entraînées par des turbines à vapeur.
La recherche de la sécurité de marche ou de la réduction du coût énergétique a souvent conduit à
avoir une fonction de pompage assurée par une pompe entrainée électriquement et son secours par
une turbine. Dans ce cas les 2 machines ont généralement la même vitesse.

• Turbine à gaz

Les pompes centrifuges entraînées par turbine à gaz sont surtout utilisées en production de pétrole
brut et de gaz naturel.
• Î\o~ cLo<>~Q: ?o,,", r fl..Çu.< i"~,,,oth~
5- LE CHASSIS
Pompe et moteur électrique (ou turbine à vapeur) sont installês sur un même châssis métallique afin
de conserver leur position relative.

L'alignement de la pompe et de la machine d'entraînement est réalisé lors du montage de l'ensemble


sur le châssis en utilisant des cales de réglage. Le châssis doit donc être rigide afin que l'alignement
puisse se conserver facilement malgré les efforts inévitables dus aux tuyauteries.

Dans le cas le plus fréquent des installations au sol, le châssis est fixé sur un massif en béton capable
d'amortir par effet de masse les vibrations du groupe. En effet, par son inertie, celte masse solidaire de
la pompe amortit des vibrations générées par le rotor.

Il est à noter que le problême des vibrations est tout à fait différent sur les structures mobiles (navires,
véhicules, plates-formes, ...) où l'on cherche en interposant des matériaux élastiques à ne pas
transmettre les vibrations à l'ensemble de la structure.

Le châssis est conçu pour faciliter l'évacuation des égouttures provenant de fuites diverses. Dans le
cas de pompage de produits lourds et visqueux il peut être équipé d'un système de réchauffage en
général à la vapeur.

@2009. IFP Training


r- U~ ~) Sl--:>u~
:.tSbo1r \1\\.\('
10
8~ ) U /~,

Cette pompe est composée d'éléments statiques et de piéces tournantes.

On distingue dans les éléments statiques:

le corps de pompe sur lequel se trouvent les tubulures et brides d'aspiration et de


refoulement, la volute et les pieds (ou pattes) de fixation sur le châssis
le corps de garniture (ou plateau de garnitures) fermant l'arriére du corps de pompe, est
traversé par l'arbre et reçoit le systéme d'étanchéité (tresses ou gamiture mécanique)
le corps de palier dans lequel sont montés des roulements ou des paliers à coussinet et qui
contient le système de lubrification. Le corps de palier possède souvent une béquille de
supportage.

Les parties tournantes ou rotor composé de l'arbre sur lequel sont montés les roulements, l'impulseur (ou
roue), le moyen d'accouplement et les piéces tournantes de la garniture.

2- CIRCULATION DU LIQUIDE
Le fluide pompé entre dans la pompe par la tubulure d'aspiration, et arrive à l'ouïe de la roue.

Il entre ensuite dans la roue ou impulseur, qui lui apporte de l'énergie de vitesse et de pression. Puis
il est guidé à l'intérieur de la roue par les flasques entres lesquels sont disposées des aubes.

À la sortie de l'impulseur, le liquide est collecté dans la volute intégrée au corps de pompe qui le dirige
vers la tubulure de refoulement. La volute de section croissante transforme une part de la vitesse
acquise dans la roue en pression.

La figure ci-dessous montre la circulation du liquide et les piéces hydrauliques d'une pompe centrifuge
simple.
Refoulemenl

Évent
Tubulure de refoulement
Volute

Bagues
d'étanchéité

Clavette

Aspiratio Roue

1
1 •

!Purge
( m
Volute !il
~
V'r c

Purge
=••~ Coupe selon le plan médian de la roue
~
c
Ùc ~ V: lÜ10 Il.: ru:.....: cc cl:.e ;" \'0
Coupe axiale fn= c.. -Ç.:~

01619,E,F @2009 - IFP Training


v;. : \J; b ta ê) e.,,-1.;JQ...
~ r _. Ui ~ ru..w.Qte.Wi.
.Q.,LS~ iQ'j' tTc ? -" J;- cR."'o ,.(, lie'" 5 -) J n~Veav. <i)b,-t,..; •.••
11

III. FONCTIONNEMENT D'UNE POMPE CENTRIFUGE

1. ÉVOLUTION DE LA PRESSION ET DE LA VITESSE DANS UNE POMPE


CENTRIFUGE
Le schéma ci-dessous montre l'évolution de la vitesse et de /a pression dans la pompe.

c Pression
Vitesse
,
Pression Vitesse

Tubulure de
refoulement .,"-.~
,
,:' ,

ÀP pompe
/
•••
\ 1 Àp volute

. ÀP roue

Tubulure
d'aspiration Chute de pression
• NPSH pompe 2 5
o
Volute Tubul. Roue
m
d'aspir.
Pompe "
~
o

On peut noter que:

la vitesse à l'entrée de la pompe est de l'ordre de 1 mis à 2 mIs, la vitesse à la sortie autour
de 3 à 7 mIs.

la vitesse en sortie de roue est de j'ordre de grandeur de la vitesse périphérique c'est-à-dire


entre 20 et 50 mIs.
la pression d'aspiration dépend de l'installation

la volute, comportant une section de passage croissante, penmet un ralentissement du


liquide et la transformation de l'énergie de vitesse en énergie de pression (ce gain de
pression constitue une part importante de la pression totale fournie par la pompe.
la mise en vitesse, les pertes de charge dans la tubulure d'aspiration et les chocs du liquide
contre les aubages occasionnent une chute de pression à l'entrée de la roue. Cette chute de
pression, exprimée en métre de liquide, est appelée le NPSH de la pompe ou NPSH requis.

@2009 - IFP Training


12

2- HAUTEUR D'ÉLÉVATION CRÉÉE PAR UNE POMPE CENTRIFUGE


a - Signification de la hauteur d'élévation

L'énergie que foumit la pompe au liquide se présente sous 2 formes:

de l'énergie de pression, correspondant à l'augmentation de pression dans la pompe

de l'énergie cinétique, correspondant à l'augmentation de vitesse du liquide entre


l'aspiration et le refoulement

L'énergie de la pompe foumit au fluide est appelée hauteur d'élévation et s'exprime, en mètres de
liquide, de la façon suivante:

ÔP x10,2
2 2
vref - vasp
Hélévation = d +
20
\ __ ~I __ ~I
1 \ \
v V V

énergie due à
énergie foumie par la différence d'énergie cinétique
l'accroissement de
pompe au liquide en entre le refoulement et l'aspiration
pression dans la
mètres
pompe

v : vitesse en mis
ÔP : pression en bar
d : densité du liquide

Dans de nombreux cas la différence d'énergie cinétique est négligeable au regard de l'augmentation
de pression.

La mesure des pressions doit se faire dans un même plan de référence. Si les manomètres ne sont
pas au même niveau il faut corriger la hauteur d'élévation de la différence de niveau.

@2009 - IFP Training


13

b. Variation de la hauteur d'élévation en fonction du débit: caractéristique de la pompe

La courbe représentant la variation de hauteur en fonction du déb~ s'appelle la caractéristique


"hauteur d'élévation" H(Q) de la pompe. Pour chaque pompe, une courbe est fournie par le
constructeur. Elle a été établie par un essai de la pompe sur un banc.

Hauteur H
d'élévation
totale
(m de liquide)

Qv
Q Débit volume (m3/h)

Courbe caractéristique hauteur d'élévation fonction du débit volume

Selon le type de la pompe, son rôle, ses spécifications, la courbe caractéristique peut prendre diverses
allures. Les formes de la roue, le nombre et l'inclinaison des aubages, la volute pennettent au
constructeur d'adapter la caractéristique aux exigences de l'utilisateur.

H H H

Q Q

Courbe en cloche Courbe plate Courbe tombante

Les courbes les plus courantes dans les pompes procédé sont de type "plate" ou 'en cloche".

@2009 - IFP Training


14

3- AUTRES CARACTÉRISTIQUES
a - Rendement et puissance

Le rendement de la pompe est le rapport entre la puissance hydraulique (reçue par le liquide) et la
puissance mécanique foumie à la pompe. Ce rendement varie en fonction du débit. Il est représenté
par une courbe foumie par le constructeur de la pompe. Le rendement permet de déterminer la
puissance sur l'arbre connaissant la puissance hydraulique.

Le meilleur rendement de la pompe détermine le débit nominal pour lequel correspond la hauteur
nominale et la puissance nominale.

Les rendements maxi sont de l'ordre de :


70 % pour les pompes procédé à 3000 tr/min
80 % pour les pompes procédé à 1500 tr/min
80 % pour les pompes de forte puissance
50 à 60 % pour les petites pompes

H
H

Hli _

1'] maxi

a nomlmal
La puissance sur l'arbre est une caractéristique de la pompe permettant de déterminer le moteur
d'entraînement. Cetie puissance se calcule à partir de la connaissance pour un débit donné de la
hauteur, du rendement et de la densité.

<Pen kW
Hen m
aen m3/h
_~ d: densité
- 51~ TI: rendement de la pompe

La puissance est proportionnelle à la densité du liquide véhiculé. Le constructeur trace éventuellement


la courbe de puissance pour de l'eau (d = 1) et la calcule pour une autre valeur.

@2009 - IFP Training


15

La puissance sur l'arbre est pour les pompes centrifuges pratiquement toujours croissante avec le
débit. Lorsque le débit est nul c'est.à-1lire lorsque la vanne de refoulement est fermée par exemple, la
puissance est comprise entre 40 et 60 % de la puissance nominale.

<l'a Q = 0 = 0,4 à 0,6 <l'nominale

Dans ce cas toute la puissance est dissipée sous forme de chaleur dans le liquide avec le risque de
vaporisation du liquide si celui.ci se trouve dans des conditions proches de sa température d'ébullition.

b • NPSH requis

Le oonstructeur de la machine doit également fournir la oourbe de NPSH en fonction du débit. Celle-ci
est généralement tracée entre 40 et 50 % et 100 à 110 % du débit nominal.

NPSH

---------~
,

L----------:O:'-N--- ...•OV

La valeur du NPSH au débit nominal est de l'ordre de :

3 à 4 m pour des pompes procédé à 3000 tr/min


2 à 2,5 m pour des pompes à 1500 tr/min
sans équipement spécifique pour diminuer le NPSH les pompes à haute vitesse ont des
NPSH pouvant atteindre 10 m.

D'une façon générale, plus la vitesse de rotation ou plus la vitesse d'entrée du liquide dans la roue est
élevée, plus le NPSH est grand.

@2009 - IFP Training


16

4- EXEMPLES DE COURBES CONSTRUCTEUR

fJJ ,..de....-J-

90

80

70

50

40

30

20

10

kw 50

40

30

20

10

20 40 60 80 100 120 140


Q (m3/h)
Caractéristique d'une pompe "Chimie" (3000 tr/min)

@2009 - IFP Training


18

5- VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES


Les pompes centrifuges doivent s'adapter aux conditions d'exploitation de l'installation. On utilise pour
cela généralement une vanne sur le circuit de refoulement. Cette solution par vanne peut s'avérer
onéreuse ou peu fiable. Il faut donc parfois adapter les pompes centrifuges à une nouvelle fonction de
pompage soit en modifiant le diamétre de leur roue, sort en modifiant la vitesse de rotation. Les
caractéristiques sont également liées à la viscosité du produit pompé.

a - Réduction du diamétre des roues (rognage)

Modifier le diamétre de roue revient à modifier la hauteur et le débrt de la pompe. Un rognage


(réduction du diamétrel, entraîne une réduction notable de la puissance. Cette solution est cependant
irréversible et demande donc une certaine prudence sur la valeur à rogner.

En premiére approximation la caractéristique de hauteur pour un diamétre D' déduite point par
point de la caractéristique pour le diamétre D par les formules suivantes:

Q' D' 2 H' D' 2


Q "[D 1 H "[D 1

En fait, la démarche habituelle est de déterminer le rognage à effectuer à partir d'un point de
fonctionnement désiré P', défini par une hauteur d'élévation H'p et un débit Q'p. La droite OP' coupe la
courbe de hauteur de la roue, foumie par le constructeur, en P.

Dans ce cas, le rapport des diamétres est en premiére approximation égal à :

D' __ /oP'
D -Vop

Les formes recommandées pour le rognage de roues sont les suivantes:

@2009 • IFP Training


19

b • Modification de la vitesse de rotation

Un changement de la vitesse de rotation conduit à modifier la courbe caractéristique hauteur


d'élévation-débit de la pompe suivant les régies suivantes:

Courbe équirendement
D1

02 01

et

La variation de la vitesse permet de faire varier le débit sur une très large plage.
L'investissement et l'exploitation d'un système de variation de vitesse ne se justifie cependant
pas souvent sur un plan économique.

c. Modification en fonction de la viscosité

Les courbes données par le constructeur sent établies avec de l'eau, c'est-à-dire avec un liquide de
viscosité de 1 CSt. Elles restent valables pour des liquides dont la viscosité est inférieure à 10 ou
20 CSt.

Le graphique ci-desseus met en évidence la détérioration des caractéristiques de la pompe lorsque la


viscosité du fluide augmente.

Les coefficients correcteurs de débit (Ka), de rendement (K'l) et de hauteur (KH) permettent d'établir
les caractéristiques de la pompe pour une viscosité donnée. La correction la plus importante est celle
qui porte sur le rendement.

Pour le cas étudié: Q = 170 m3/h, H = 30 m et v = 200 CSt; la correction est de 0,65 sur le rendement
de la pompe. La perte de débit est de 5% (95% pour Ka) et la perte de H est de 8 % (KH = 92 %).

L'augmentation de la viscosité d'un liquide s'accompagne généralement d'une augmentation de sa


densité ce qui a pour conséquence d'augmenter la puissance sur l'arbre de la pompe et le
dédenchement de la protection thermique du moteur électrique.
, ~ n<. \~ù'< F tru:,p
QOJ.JJ _'.> ltn.o tL.•J \JÜ~ ::> 1.
1 -= . J--\ r- tu \l'flJU(. ~ tit~
a fl ~ 1- f<)1.\("""'" \\J rd.u..'~ => e.R.,.i~ Mo
@2009 - IFP Training 6..Volu.m~ ~
~ ~cb-t V1'~
20

- Extrait du .Standar1 of the Hydraulic Instilule-, New YorK, USA 1995-


1,0

0,9 ~
1-
!JI
l'- ..... KH
0,8 1 r--
1
0,60N
1
0,7 0,80N
1 l' 1,00N
~ 1
'" 1,0
~
1,20
~
t-
-- 1
b-, tr-
8 0,9 I
!!.l
c 0,8 1
.~ 1
~ ~
,3"" 0,7
- - :::--.. li'-..
1
KO
1 0,6
1 "-
0,5 1
1
'-
0,4 --
1
0,3 K~
152 228 350 610 915 1670 3190
76 114 190 304 456 760 1217 2280 - Viscosité du liquide -

Exemple:
pompe: 170 m3/h-30 m
liquide: 200 eSt
K~ = 0,64
KO = 0,94
KH = 0,92

200
150
100
80
60
40 420
30
25
20
'5
!
10 ~ 1 1 300
1,5 2 25 3 4,5 6 81 15 20 3 50 80
4 60 1
1 VI~coslté Engll, 1

20 30 40 50 60 80 100 150 200 300 400 500 600 800 1000 1500 2000
- Débit ON en m3/h -

Correction des caractéristiques d'une pompe centrifuge pour fluides visqueux

@2009 - IFP Training


ô? ~ S'?e cf
(l~4.1\0

/
J
/

/
/
/
21

6- MISE EN PLACE D'UNE POMPE CENTRIFUGE SUR UN CIRCUIT

P1
Vanne de régulation
du débit

La pompe doit fournir au fluide une énergie suffisante pour vaincre:

la variation de hauteur H2 - H1 = tlH


la variation de pression P2 - Pl = tlP
les pertes de charge dans la ligne tlPf

Les 2 premiers facteurs sont généralement constants, car liés au procédé et à l'installation.

Les pertes de charge sont proportionnelles au carré du débit et dépendent de la position de la


vanne de réglage.

On peut représenter l'énergie demandée par le circuit, aussi appelée résistance du circuit, par une
courbe ayant l'allure suivante:

1
1
,
hf à Q pour position
normale de vanne l
l

, ,
,, -
automatique

ôH +ôP (en ml

Q Qv

Caractéristique du circuit

@2009 - IFP Training


22

Lorsqu'on superpose la courbe caractéristique de la pompe sur ceile du circuit, on détermine un point
de fonctionnement qui correspond à un débit identique de la pompe et du circuit ainsi qu'à une
résistance de circuit égale à la hauteur foumie par la pompe. Le point de fonctionnement est donc
l'Intersection des caractéristiques du circuit et de la pompe.

H
Hauteur Position vanne automatique
d'élévation totalement fermée
Pomtde
fonctionnement
/

H
1

Qv
Qv Débil maxi dans l'instailation Débit volume
avec cette pcmpe

Lorsqu'on modifie la résistance du circuit, par exemple en fermant partiellement une vanne, le point de
fonctionnement se déplace, ce qui modifie le débit passant dans l'instailation. Aux positions limites on
trouve:

dans la position vanne totalement ouverte: débit maximum de l'instailation compte tenu
de la pompe instailée,

dans la position vanne totalement fermée: débit nul

7- MARCHE EN SÉRIE - MARCHE EN PARALLÈLE


Pour étudier le fonctionnement simultané de 2 pompes sur un même circuit, en série ou en parailéle,
on les remplace par une pompe dite équivalente dont la caractéristique est issue des
caractéristiques des 2 pompes de base.

a. Marche en série ";~

Cette disposition se rencontre notamment:

sur les pipelines où les stations de pompage sont réparties

sur le circuit de charge de colonne à distiiler composée généralement de 2 pompes en série

sur les instailations de pompage équipées d'une pompe "booster" servant à mettre sous
pression l'aspiration de la pompe principale

L'énergie fournie par 2 pompes en série est la somme de l'énergie fournie par chacune d'elle. Le débit
est le même pour les 2 pompes.

@2009 - IFP Training


23

La caractéristique de la pompe équivalente à 2 pompes en série est la suivante:

Pe B
H A 1 ~
-~:P2 •• lU U
Pl P2
Courbe caractéristique B
• U.
A ~
du circuit
Plou P2
Pe

.."
.\

PlOU P2 Pl + P2 Qv
seule

b. Marche en parallèle ~~Jl ~mLrk, c:.ru..lt, 0-:" .lo.- f-.ts &, eO.o,<1'
-l \:J'" t~"~"-'-'-' J
Cette disposition est trés courante car de nombreuses pompes sont doublées. Méme si en principe
elles ne fonctionnent pas simultanément, dans certaines phases d'exploitation cette marche en
paralléle est utilisée: inversion de pompe, besoin de débit important.

La différence de pression entre A et B est la méme pour les 2 pompes. Le débil total est la somme du
débit de chaque pompe.

La caractéristique de la pompe équivalente à 2 pompes en paralléle est établie de la façon suivante.

Pl

H
fA g P2
lB
B
~

A
~~ • U. ~
~ P
•••.••••e ::::/J Pe
••..' 1-
•• <'.. .. ..
/J.
<
Wi
~
c
Pl P2 Pl + P2 av

L'exploitation de 2 pompes en paralléle est assez délicate et peut conduire à des incidents notamment
dus à l'absence de débit dans l'une d'elles. Cette disposition exige des pompes dont les
caractéristiques sont voisines mais aussi des circuits identiques entre les points A et B. Le risque est
qu'une pompe foumisse plus d'énergie que l'autre, ce qui empéche cette demiére de débiter. La régie
de base pour éviter tout incident est de ne pas faire toumer les 2 pompes si 1 seule est suffisante.

@2009 - IFP Training


24

8• DÉMARRAGE

Le démarrage peut se faire localement par un opérateur ou de façon automatique. Des problèmes
peuvent être générés au démarrage liés soit à un aspect électrique soit à un aspect hydraulique.

a • Aspect électrique

L'intensité du courant de démarrage d'un moteur électrique est de 5 à 7 fois l'intensité du courant
nominal du moteur. On a donc intérêt lorsque cela est possible pour les gros moteurs à démarrer le
plus rapidement, c'est-à-dire vanne de refoulement fermée pour les pompes centrifuges et vanne de
refoulement ouverte pour les pompes hélicocentrifuge, afin d'éviter des chutes de tension et le
dédenchement d'autres installations électriques sur les réseaux.

b - Aspect hydraulique

Démarrer vanne ouverte peut occasionner des coups de bélier préjudiciables à l'installation.

Par contre démarrer vanne fermée peut rendre difficile la manoeuvre de la vanne (cas de forte
pression différentielle sur une face de l'opercule).

On démarre alors la pompe avec la vanne de refoulement fermée ou trés légérement décollée.

9. LA CAVITATION
a • Cavitation réelle

La cavitation est un phénoméne qui résulte de la formation de bulles de gaz (vaporisation) puis de
leur implosion (condensation) au sein du liquide pompé. Elle s'accompagne d'un bruit trés
caractéristique (bruit de bétonniére), crée des vibrations à trés haute fréquence et entraîne
l'arrachement de particules de métal de la surface de l'impulseur.

• Conditions de cavitation

La vaporisation se produit si la pression dans le liquide est inférieure à sa tension de vapeur. L'entrée
de l'impulseur est l'endroit où la pression est la plus faible donc où le risque de vaporisation est le plus
grand P-our~viter la vaporisation du liquide il faut qU&:

Paspiration- NPSH > Tv


;\l ~ 1. \ \

(Valeurs exprimées en unités homogéne par exemple en méfre ou en bar absolu).

'ùn. ~G< .•." ~ ,.c 6UJw:l ài~~.


-f

s; Pa~\- N?S+i .( Tv
-;:,.)Û).vJ';r.;.,
-,
@2009 - IFP Training
25

Zone de condensation
(destruction de la surface
de l'aube)

Zone de vaporisation

Pa
NPSH Pas de risque de vaporisation
«
o
:;
TV ~
o

Tout ce qui tend à diminuer la pression d'aspiration ou à augmenter la température, rapproche le


liquide de ses conditions de vaporisation. C'est le cas d'une baisse de niveau dans le ballon
d'aspiration ou de l'augmentation de pertes de charge dans la ligne d'aspiration (vanne partiellement
fermée, filtre encrassé). C'est aussi le cas d'un réchauffement (par le soleil généralement) de la ligne
d'aspiration.

L'augmentation du NPSH rapproche également la pompe de la cavitation ce qui arrive en augmentant


le débit de la pompe ou en augmentant le jeu aux bagues d'usure .

• Effet de cavitation

sur le débit

La formation des bulles de vapeur occasionne une diminution de la section de passage du


liquide à l'entrée de la roue et par conséquent du débit.

La caractéristique d'une pompe qui cavite décroche brutalement de la caractéristique initiale


de la pompe. Le point de fonctionnement s'établrt alors à un déM plus faible que s'il n'y
avait pas cavrtation

Caractéristique H - Q
sans cavitation

\
\ \
\ 1

~ Caractéristique H - Q

---- -~~
NPS\1 ~ ~ ~ ~ avec cavitation

@2009 - IFP Training


26

sur la roue

Les bulles sont entraînées par le liquide mais la pression augmentant, elles ne peuvent plus
exister car la pression est alors supérieure à la tension de vapeur. Il y a alors implosion de
ces bulles. Cette implosion est particulièrement destructrice et arrive à arracher des
particules de matière de l'impulseur.

sur le niveau vibratoire

Le mauvais remplissage des canaux par le liquide crée des balourds, dits hydrauliques, qui
gènèrent des vibrations et des efforts sur les paliers.

• Remèdes contre la cavitation

Pour èviter la cavitation il faut que la pression à l'aspiration soit la plus élevèe possible d'où la
disposition de ballon4en hauteur, que les pertes soient les plus faibles à l'aspiration (d'où le diamètre
plus important de cette ligne) et que la roue ait par conception le plus petit NPSH possible.

Ce demier aspect conduit à concevoir des roues spècifiques par:

leur forme appropriée


la prèsence d'une vis de gavage en extrémité de roue
une conception de roue à double ouïe
une vitesse faible (ce qui impose souvent d'avoir plusieurs roues afin d'obtenir des
performances identiques)

b • Cavitation apparente

On appelle "cavitation apparente" un dégazage de l'air ou du gaz dissout dans le liquide. Ce dègazage
se produit dès que la pression baisse. C'est le cas à l'entrèe de la roue.

Les effets de cette cavitation apparente ressemblent à ceux de la cavitation dite réelle vu
précédemment, c'est-à-dire diminution du dèbit et bruit caractéristique mais en différe en particulier
par le risque augmenté de désamorçage de la pompe et par un effet un peu moins destructeur du
phénomène.

La cavitation apparente est particulièrement sensible sur les pompes à eau recirculée (tour de
réfrigération) et sur toutes les pompes qui aspirent des liquides en contact avec de l'air.

P < Patm

Aspiration en puits Aspiration dans un bassin

01619.U @2009 - IFP Training


27

Tout liquide, en contact avec un gaz, dissout une certaine quantité de ce gaz. Par exemple un métre
cube d'essence à 20.C peut contenir jusqu'à 220 litres d'air (pris à 20.C et 1 atm).

Lorsqu'un métre cube d'eau passe de 1 atmosphére à 20.C à un vide de 0.2 atmosphére. 80 litres
d'air (à 0.2 atm) peuvent être libérés.

On voit dans le cas d'une aspiration en puits que la dépression qui existe à l'aspiration de la pompe
occasionne un dégazage de l'eau. Compte tenu d'une pression inférieure à la pression atmosphérique
le volume occupé par l'air peut prendre jusqu'à 10 ou 20 %. La pompe peut alors désamorcer. On peut
aussi remarquer qu'une fuite d'air même minime Ooint de tuyauterie, gamitures d'étanchéité •...) prend
une grande place dans la pompe: si la pression à l'aspiration de la pompe est de 0.2 bar, l'air introduit
se dilate 5 fois. Une entrée d'un litre d'air donne 5 litres à l'entrée de la pompe (et même plus à l'entrée
de l'impulseur).

Dans le cas d'aspiration dans un bassin, le dêgazage est dO au NPSH. La pompe dans ce cas cavite
avec bruit mais conserve en général une bonne fiabilité.


@2009 - IFP Training
~
FOIUUJlON INDUaTRIE
IFP • TRAINING Raffinage-Pétrochimie-Chimie-Ingéniene

TECHNOLOGIE DES POMPES CENTRIFUGES

1 - DIFFÉRENTS TYPES DE ROUE 1

1 - Fonmesde roues liées aux performances 1


2 - Fonmesdes roues liées au produit pompé .4

Il - PRINCIPAUX TYPES DE POMPES CENTRIFUGES 6

1 Pompes process à aspiration axiale 6


2 Pompes process à tubulures verticales et paralléles dites "Top Top" 7
3 Pompes "in-Iine" 7
4 Pompes multicellulaires horizontales 8
5 Pompes verticales 9

III - EFFORTS DUS À L'HYDRAULIQUE DANS LES POMPES 10

1 - Poussée axiale 10
2 - Force radiale 13

IV - CIRCU ITS AUXiLIAIRES 15

1 Les circuits de purge et d'évent... 15


2 Les circuits de refroidissernent... 15
3 Arrosage de la garniture (flushing) et Quench 17
4 Exemples d'auxiliaires 58

PLANCHES

MT POM - 04362_AJ - Rév. 0 17/09/2007


@ 2007 ENSPM FonmationIndustrie - IFP Training
1- DIFFÉRENTS TYPES DE ROUE

1- FORMES DES ROUES LIEES AUX PERFORMANCES

La hauteur d'élévation d'une pompe est fonction de la vitesse périphérique de la roue (tlp), donc
de sa vitesse de rolation (N) et de son diamètre (0),

nND
tlp = 60 N en Umin

tlp en mis 0 en m

On peut estimer que pour une pompe centrifuge courante (écoulement radial), l'ordre de grandeur de
la hauteur d'élèvation pour un débit infèrieur au débit nominal est:
2
He", D,OSt}p

Application: Estimation de la hauteur foumie par une roue de diamètre 285 mm toumant à
3000 Umin.

tlp=
He ••

La vitesse périphérique est limitée pour des raisons de résistance mécanique de la roue aux valeurs
ci-dessous:

roue en fonte", 40 mis


roue en acier", 60 mis

La vitesse des moteurs électriques élant fixée par la fréquence du courant et le nombre de pôles (au
glissement prés) à 3000, 1500 ou 1000 tr/min, la hauteur d'élévation maximum d'une pompe
centrifuge est donc facile à estimer.

Les nonmes de construction des pompes "chimie" (ISO 2858) donnent d'ailleurs les hauteurs
d'élévation en fonction des slandards dimensionnels dont le diamètre de la roue.

Pour obtenir des hauteurs supérieures à 100 m sur des pompes tournant à 3000 tr/min il est
indispensable d'utiliser des pompes mulücellulaires. C'est également le cas pour des hauteurs
supérieures à 30 m avec des pompes à 1500 tr/min.

Les problèmes de cavitation conduisent à rechercher un NPSH aussi faible que possible. Ceci
conduit à concevoir des roues spécifiques par:

- leur forme

- la présence d'une hélice de gavage en extrémité de roue

- une conception de roue à double ouïe

- une vitesse faible (ce qui impose souvent d'avoir plusieurs roues afin d'obtenir les
perfonmancessouhaitées).

@2007 ENSPM FonmationIndustrie - IFP Training


2

Dans le cas de liquides chargés et afin de réduire l'usure de la roue et de la volute, il y a intérêt à
faire toumer la pompe à une vitesse réduite (1500 ou 1000 tr/min). La consêquence en est une
hauteur d'élévation faible et un débit rédu~ par rapport à une machine identique toumant à 3000 tr/min.
Dans une installation donnée, une pompe toumant à 1500 tr/min donne environ 4 fois moins de
hauteur et 2 fois moins de débit qu'à 3000 tr/min.

Le débit d'une pompe est trés lié à la section de l'ouie d'aspiration, à la largeur de sortie de la roue et
à l'inclinaison des aubages (angle de sortie). Mais l'accroissement de la capacité du débit nominal des
pompes se fait avec réduction de la capacité de hauteur. Ainsi une pompe à hélice à grand débit
(•• 20 000 m3/h) ne peut élever le liquide qu'au 1/10 de ia hauteur calculée pour une pompe centrifuge.

Le schéma ci-dessous classe par ordre les formes de roue, gros débit et faible hauteur à droite, petit
débft et grande hauteur à gauche.

Roue radiale Roue semi-radiale Roue axiale


ou ou ou
centrifuge hélicocentrifuge hélice

'-:======D=êb=it =0========::::>
u

~ H_a_ut_eu_r[S]_\o > ~

H e 0,05 v2 pH", 0,005 v2p

Les roues doubles permettent:

des débits importants


de diminuer le NPSHR,pour le même débit, par rapport à une roue simple entrée

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


3

Elles offrenl de plus un équilibre axial naturel.

t tt

"
~
~
Simple entrée Double entrée ou à 2 ouïes C

2- FORMES DES ROUES LIÉES AU PRODUIT POMPÉ


La diversité des produits el des solutions choisies donne un nombre trés importanl de forme de roue el
de corps de pompe.

Quelques exemples sont donnés ci.<fessous.

t t t

Roue fenmée Roue semi-ouverte Roue ouverte


C

~
~ IZl
A_da_p_la_li_on_a_u_X_li_qU_id_e_s_ch_a_rg_é_s
__ >~

@ 2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


4

La roue la plus répandue, préconisée par les normes API, est la roue fermée équipée de bague de dos
et de trous d'équilibrage.

Roue fermée avec bague de dos et trous d'équilibrage

Celte solution permet, en


supprimant les bagues d'usure,
d'améliorer la durée de vie de la
pompe lorsque celle-ci véhicule des
particules abrasives.

Roue semi.ouverte avec ailettes de dos

Les canaux sont trés larges et de


section constante ou divergente. Il
peut alors passer dans la pompe de
grosses particules. Le faible nombre
d'ailettes permet également de
pomper des produ~s contenant des
fibres.

Roue à canaux

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


5

Cette roue est conçue pour éviter


que les particules solides ou
fibreuses ne la traversent. Le produit
véhiculé est mis en rotation dans
l'espace important situé entre le
corps de pompe et la roue.

Impulseur Vortex

@2007 ENSPM Fonnation Industrie - IFP Training


6

Il • PRINCIPAUX TYPES DE POMPES CENTRIFUGES

1- POMPES PROCESS À ASPIRATION AXIALE

- Elevation - - Vue de gauche -


Refoulement Tubulure de
refoulement

Aspiration Niveau de la fixation


sur le sccle

Volute Socle

Pompe de procédé A.A. - Norme API

- Élévation - - Vue de gauche -

Refoulement t Tubulure de
refoulement t
Axe de rotation
Aspiration
_._.~-

Chassis Patte d'appui

Pompe de procédé A.A .• Normalisation chimie

@ 2007 ENSPM Formation Industrie. IFP Training


7

2- POMPES PROCESS À TUBULURES VERTICALES ET PARALLÈLES DITES "TOP


TOP"

- Élévation - - Vue de gauche -


Joint radial
Tubulure
de refoulement t Tubulure
d'aspiration

Socle

Risque de vaporisation
au point haut
Refoulement Refoulement

Ligne
d'aspiration
Aspiration

Aspiration par une ligne au sol


- a • Disposition normale - - b • Variante -

3- POMPES "IN-UNE"

Joint Moteur
Joint radial axial électrique

Aspiration Refoulement Aspiration


••••• ~
••••••
Démulti-
plicateur

Pompes

Différents types de pompes "in fine"

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


8

Supports

Possibilité d'installation d'une pompe "in line" à joint radial

4- POMPES MULTICELLULAIRES HORIZONTALES

Refoulement Aspiration

t !
Palier Palier
Plan de
supportage

Pompe multicellullaire à joint radial

Canal de liaison

Joint axial
horizontal
••••• ••••• :'i
Aspiration :;
Refoulement :;
Aspiration Refoulement

Pompe multicellulaire à joint axial

@2007 ENS PM Formation Industrie - IFP Training


9

5- POMPES VERTICALES

Tubulure Moteur électrique


de refoulement

..,!:spiration

: !:
..
: 1:,
: !: Barrel extérieur
Arbre de la pompe : 1:
H : j: ou
J..t~ Cuve de charge
: i:
~.;.~
~.i" Niveau réel
, -'.\
': l'~ d'aspiration
1
1èreroue
Corps de pompe - Ouïe d'aspiration

"'=:;
~
Pompe verticale "de pied" Pompe verticale à barrel extérieur c>

(ou à cuvelage)

Hauteur de charge
nécessaire à l'aspiration
Niveau bas
Niveau d'aspiration
. .
::>.' • ~. : • ;,
. .
.?:. '?' .
.~. : .~ .?:. Hauteur - -'
de charge'.
c:: : . o .. ci'
. . 0
0 .' :.•.
:j: .?.'
' .
',',':
. c;

0 '. "'.'••

o
".
.....
• ..•
"=:l.• o .. p.....
0
' .. 0
i::?...
. 0
o;;:r.C> •• p....
,
i
'.

. •..
...'
neccessalre',
.....
.. ' i::?"
:s 0;.... p.'" ,.'l
":liI 0
.....
0
:0.o' "'.... 0_. g
:.- '0-: .. c:' .:.- '0-: '.c:'
T "::

alasplratlon o. A '1' ' ..


•••• -

.D ....~0 fA c-:, ... ~ a ÇA.... :...J:....Niveau d'aspiration _ . ~ ô . 0' ( ~

Intérêt des pompes verticales à barrel extérieur

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


10

III • EFFORTS DUS À L'HYDRAULIQUE DANS LES POMPES

1- POUSSÉE AXIALE
La roue représentée ci-dessous est soumise aux pressions suivantes:

pression de refoulement Pr au dos de la roue


pression d'aspiration sur l'ouïe de la roue Pa
pression Pr sur l'avant de la roue à l'extérieur de l'ouïe

Les forces créées sur les surfaces extérieures à 81 s'équilibrent (même surface, même pression) donc
la résultante des forces dues aux pressions est égale à :

RA = (81 - 82) P, - 81 Pa

RA = 81 (Pr-Pal - 82 P,

Application

Pr=6 bar

(Diamètres en mm)

0
'"'"tSl
0
'"
~
tSl
t.
Pa = 0,2 bar
._. ..•.
0

tSl
"';;
~
a

Calculer RA dans le cas ci-dessus.

RA =

Il est pratiquement toujours prévu un systéme qui diminue la poussée axiale. Ce systéme dit
d'équilibrage est intégré à la roue dans les pompes monocellulaires (ailettes de dos ou chambre) ou
associés à la pompe dans le cas des multicellulaires.

@2007 EN8PM Fonnation Industrie - IFP Training


11

• Ailettes de dos

La pression au dos de la roue est réduite au moyen d'ailettes.

Application

En reprenant les valeurs du cas précédent et pour une


pression moyenne de dos de : P = 4,5 bars
Ailelles

Ailettes de dos

Que devient cette poussée axiale si la pression de dos moyenne est égale à 5 bars?

La présence de ces ailettes absorbe de l'énergie d'où diminution du rendement pour un gain
appréciable de la force axiale.

• Chambre d'équilibrage (bagues de dos)

Dans ce cas on réduit la pression de dos en


plaçant une chambre sur le dos de
l'impulseur à une pression proche de la
pression d'aspiration.

Une bague de dos et des trous d'équilibrage


sont alors prévus. Par ce moyen on Trous
maintient dans le dos de la roue une d'equil
pression proche de la pression d'aspiration
et on limite le débit de recyclage par les
bagues de dos.

Reductionde la pressionde dos par des


trousd'equilibrageet baguesde dos

Application

La pression Pd2 est légérement plus élevée que Pa par exemple dans ce cas Pd2 = 0,6 bar

Que devient cette poussée axiale si la pression dans la chambre d'équilibrage?

La circulation du liquide crée une fuite inteme d'où la diminution du rendemenf.

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


12

• Piston d'équilibrage pour pompes mullicellulaires

On soumet un piston ou tambour à la pression de refoulement sur une face, à la pression d'aspiration
sur l'autre. La résultante des forces sur le piston est en opposition avec la résultante de la roue et à
peu prés de méme valeur pour un diamétre identique à celui des bagues d'usure.

Ligne d'équilibrage

.-vers aspiration

._._._----- . ~
Poussée roue x nbrede roues Poussée piston

Compensation de la poussée sur


les roues par un piston d'équilibrage

Disque d'équilibrage

Ce systéme ne permet pas d'avoir un positionnement de l'arbre, un roulement spécifique doit assurer
le rôle de la butée pour encaisser la force axiale résiduelle.

• Plateau d'équilibrage (ou disque) pour pompes multicellulaires

Un disque fixé sur l'arbre tourne en appui sur un contre-disque fixé sur le corps de la pompe. Cet
équipement positionne le rotor par rapport au stator.

La pression de refoulement écarte les 2


disques, ce qui crée une fuite et une baisse de
pression. Les disques de rapprochent et se
stabilisent à quelques dixiémes de mm
d'écartement.

Le rotor doit rester libre de se déplacer


~ axialement d'où l'absence de butée et
:; l'utilisation de roulements à rouleaux
~
c cylindriques ou de paliers lisses.
Poussée roue Poussée piston

Compensation et positionnement axial


par disque d'équilibrage

Piston d'équilibrage

Le laminage constant du liquide entre les plateaux crée une usure qui devient dangereuse si le
déplacement occasionné par l'usure entraînait un frottement des roues dans les volutes. Afin de
supprimer ce risque de telles pompes sont souvent équipées en bout d'arbre et d'un repére d'usure.

Ce systéme qui permet des efforts axiaux importants est surtout utilisé sur des pompes multicellulaires
horizontales ( petites et moyennes pompes alimentaires).

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


13

2- FORCE RADIALE

En fonctionnement au rendement maximum la roue et la volute sont étudiées par le constructeur pour
que les forces de pression agissant radialement sur la roue donnent une résultante nulle. Dans ce cas,
la pression est la même sur toute la périphérie de la roue.

c
Flexion

À faible débit la pression de refoulement est plus élevée qu'au débit nominal et la répartition de la
pression est croissante de A à C. On a donc une résultante à l'opposé des fortes pressions
(direction 1). Inversement à fort débit la résultante est orientée vers 2.

La force radiale peut être estimée par la fonnule suivante:

P = 0,36 x 10-3 x H x D2 x e2 x d [1 - (~)Q


nom
2]

P = poussée radiale en daN


H = hauteur d'élévation en m
D2 = diamètre extérieur en mm
e2 = largeur de la roue en mm
Q = débit rèel
d = densité du liquide

@2007 ENSPM Fonnation Industrie - IFP Training


14

Fradiale

Variation de la force radiale en fonction du débit

Pour diminuer celle force radiale les oonstructeurs oonçoivent des volutes doubles (volute séparée par
une lame ou des diffuseurs).

Diffuseur

Roue

Volute
double

@2007 ENSPM Fonmation Industrie - IFP Training


15

IV - CIRCUITS AUXILIAIRES
les pompes centrifuges peuvent être équipées d'un certain nombre de circuits auxiliaires,

1- LES CIRCUITS DE PURGE ET D'EVENT


Afin de remplir la pompe de produit avant le démarrage, il est prévu une ou plusieurs lignes d'évent
allant à l'égout pour la plupart des liquides, à la torche pour les GPl, retournant dans le récipient
d'aspiration par une ligne d'équilibre pour les pompes de tour sous vide ou les pompes GPL.

Pour vider la pompe, notamment en vue de travaux, des purges sont rnontées au point bas et sont
généralement reliées à l'égout ou à la torche (GPl). Des lignes allant vers des colonnes d'abattage ou
des stockages peuvent aussi équiper certaines pompes "chimie".

Raccordement au réservoir
t (cas de pompe sous vide)
: ou vers torche (pompe de gaz liquéfié)
o ~

Vers égout {purge ~u corps depompe


d'eau huileuse ~écuperallon des egouttures
Event du corps de pompe

2- LES CIRCUITS DE REFROIDISSEMENT


la température du produit pompé conditionne la température du corps de garniture, du corps de
palier et du socle de la pompe.

le maintien de températures trop élevées peut entraîner des détériorations:

de la garniture en vaporisant le produit se trouvant sur les faces de friction ou en


détériorant les joints toriques;

des roulements en maintenant l'huile à une température trop élevée:

de la garniture et des roulements par les vibrations qu'entraînerait un délignage de


l'accouplement causé par une dilatation trop importante du socle.

Pour ces différentes raisons on est obligé de refroidir ces parties de la pompe généralement avec de
l'eau.

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


16

Refroidissement du palier Refroidissement des socles

U
N

Refroidissement du corps de garniture

@2007 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


17

3- ARROSAGE DE LA GARNITURE (FLUSHING) ET QUENCH


Comme nous l'avons vu lors de l'étude des gamitures, il est trés courant de trouver un piquage pris sur
le refoulement pour arroser la gamiture avec le liquide pompé.

Dans certains cas la circulation est assurée par une tuyauterie reliée â l'aspiration de la pompe.

iture
de la gam
ArfOsage
priseau t (flUShing)
refoulernen
conttÔleUr
de débit

Limiteur de débit et cyclone sur flushing Refroidissement et limiteur de débit sur nushing

Réglage vapeur
quench

Quench :

La pression de la vapeur de quench entre le grain


et la bague de laminage pernnet de réduire une
fuite importante de la gamiture. Elle permet en
outre une dilution du produit ce qui diminue les
risques d'inflammation et d'explosion.

a
E
~
a

@2007 ENSPM Fornnation Industrie - IFP Training


18

4- EXEMPLES D'AUXILIAIRES
a - Exemples d'auxiliaires sur une pompe chaude

CD Arrosage garniture (flushing) @ Purge corps de pompe


CD Réfrigération chambre garniture CD Évent corps de pompe
CD Réfrigération corps de palier CD Égouttures
CIl Réfrigération socle @ Entrée eau réfrigérant

e]) Quench vapeur ou eau @ Sortie eau réfrigérant

Auxiliaires sur une pompe chaude

___ ContrOieur de débit

Blide d'aspiration

~ Arrosage de la garniture

Refroidissement
du corps
de palier
Refroidissement
du corps
de garniture

Document Guinard

Auxiliaires de refroidissement et d'arrosage de la garniture

@2007 ENSPM Fonnation Industrie - IFP Training


19

b • Exemples d'auxiliaire sur une pompe chaude

"
Alimentation "Ouench"
eau ou en vapeur
Alimentation "Ouench"

1
en eau ou en vapeur
Sortie réfrigération de la
chambre à gamiture

___ Entrée réfrigération de la


chambre à gamiture

1 Arrosage gamiture
simple ou tresse

Ëvent du corps Purge du corps Purge du corps

@2007 ENS PM Formation Industrie. IFP Training

Vous aimerez peut-être aussi