Vous êtes sur la page 1sur 56

INSTITUT SUPERIEUR DE

GESTION SAINT MICHEL

Module: NOTIONS DE BASE SUR


LES RESEAUX

Chapitre 1:
Généralités sur les réseaux
informatiques

2014/2015 MARTIN FAYE 1


Introduction

• Définitions
• Objectifs

2014/2015 MARTIN FAYE 2


Définitions
 Un réseau est un ensemble d’objets interconnectés les uns avec les
autres.
 Il permet de faire circuler des éléments entre chacun de ces objets
selon des règles bien définies.
 Exemples:
• Réseau téléphonique : circulation de la voix entre plusieurs postes de téléphones,
• Réseau de neurones : ensemble de cellules interconnectées entre elles,
• Réseau de malfaiteurs : ensemble d’escrocs qui sont en contact les uns avec les
autres.

 Un réseau informatique est un système de communication qui relie


des ordinateurs et des équipements informatiques (NŒUD ) dans un
espace géographique défini et échangeant des informations sous
forme de données binaires.

2014/2015 MARTIN FAYE 3


Objectifs d’un réseau
informatique

1. Transmission de données (fichiers, messages, etc.)

2. Partage des données (logiciels ou bases de données)

3. Partage des équipements matériels (imprimantes, modem, télécopie,


etc.)
Les nœud communiquent entre eux en utilisant des règles appelées
protocoles

2014/2015 MARTIN FAYE 4


I- Descriptions des
matériels composant un
réseau informatique
• Equipements terminaux
• Les supports de transmission
• Equipements d’interconnexion

2014/2015 MARTIN FAYE 5


1- Les Terminaux

 Ensemble d’équipements permettant de


transmettre et/ou recevoir des données.
 Exemples

ORDINATEURS

SMARTPHONE

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 6


2- les Supports de Transmission
 Ensemble de câbles par lesquels passent les données
pendant la transmission.

 Il existe deux catégories de supports

1.Les médias filaires


2.Les médias sans file

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 7


Les supports de Transmission
Les médias filaires
1. Le câble coaxial
2. Paire torsadée
3. La fibre optique

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 8


les supports de transmission
le câble coaxial(1)

 Le principe est de faire circuler le signal électrique dans le fil de données


central. On se sert du maillage de masse, autrement appelé grille pour
avoir un signal de référence à 0v. On obtient le signal électrique en faisant
la différence de potentiels entre le fil de données et la masse.

2014/2015 MARTIN FAYE 9


le câble coaxial (2)
 Le nom scientifique donné au câble coaxial est le 10B2 ou 10B5
pour sa version encore plus ancienne.

• Le 10 indique le débit en Mbps (Méga bits par seconde)

• Le B indique la façon de coder les 0 et les 1, soit ici la bande de Base

• Le dernier chiffre indique la taille maximale en mètres du réseau, divisée par


100

Soit 200m pour le 10B2, et 500m pour le 10B5.

2014/2015 MARTIN FAYE 10


le câble coaxial (3)
 Pour mettre en place un réseau en câble coaxial, il faut
• Des câbles coaxiaux équipés de prises BNC

• Des tés BNC

• Des bouchons

Prise BNC Thé BNC Bouchons BNC

2014/2015 MARTIN FAYE 11


Les supports de transmission
la paire torsadée(1)

Le câble à paires torsadées est donc composé de huit fils, torsadés deux à
deux par paire. il n'y a besoin que de deux fils pour faire passer une
différence de potentiel.

2014/2015 MARTIN FAYE 12


La paire torsadée (2)
 Le nom scientifique donné à la paire torsadée est le 10BT ou
100BT ou 1000BT.
• Le 10, 100 ou 1000 indique le débit en Mbps (Méga bits par seconde)

• Le B indique la façon de coder les 0 et les 1, soit ici la bande de Base

• Le T indique torsadé, ou twisted en Anglais

On branche les machines avec le câble à paires torsadées à l’aide de la prise RJ45.

RJ45 Mâle RJ45 Femelle

2014/2015 MARTIN FAYE 13


La paire torsadée (3)
Blindé ou non blindé

Paire torsadée Paire


torsadée
blindée non blindée

2014/2015 MARTIN FAYE 14


Les Supports de transmission
la fibre optique(1)
 Une fibre optique est un câble en verre ou en plastique.qui
peuvent transporter de grandes quantités données sur de
longues distances, à la vitesse de la lumière.
Il existe 2 grands types de fibres:
 Multimode : dans lequel il existe différents modes de
propagation de la lumière au sein du cœur de la fibre.
 Monomode : dans lequel il existe un seul mode de propagation
de la lumière, le mode en ligne droite
 .

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 15


la fibre optique(2)

FO
monomode
FO multimode

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 16


Les supports de transmission
Les medias sans fil (wifi)
 Un réseau sans fil (en anglais : wireless network) est
un réseau informatique numérique qui connecte différents
postes ou systèmes entre eux par ondes radio.
 Il peut être associé à un réseau de télécommunications pour
réaliser des interconnexions à distance entre nœuds.
 Le rayonnement géographique des ondes est relativement
limité étant donné la faible puissance d’émission des solutions
matérielles actuelles.
 Pour cette raison, les réseaux sans fil se sont avant tout
développés comme réseaux internes, propres à un bâtiment,
soit comme réseau d’entreprise, soit comme réseau
domestique.
 La norme la plus utilisée est 802.11

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 17


Wifi (2)
 IL existe 2 mode d’installation de wifi

1. Mode ad hoc

2. Mode infrastructure

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 18


Wifi(3)

Mode ad hoc
Mode
infrastructure

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 19


3- Le Matériel de connexion et
matériels connectés
 c’est l’ensemble des équipements qui la possibilité de faire
dialoguer plusieurs sous réseaux initialement isolés, par
l’intermédiaire de périphériques spécifiques

Récepteur, concentrateur, commutateur , routeur, modem

 IL servent aussi à interconnecter


Les ordinateurs d’une organisation, d’un campus,
d’un établissement scolaire, d’une entreprise. Il est parfois
indispensable de les relie

2014/2015 MARTIN FAYE 20


Le concentrateur (hub)
Un concentrateur est un élément matériel permettant de
concentrer le trafic réseau provenant de plusieurs hôtes, de
régénérer le signal et le transmettre à tous les ports du hub.

Le concentrateur est ainsi une entité possédant un certain


nombre de ports (il possède autant de ports qu'il peut connecter de
machines entre elles, généralement 4, 8, 16 ou 32).

Hub

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 21


Le commutateur (switch)
 Un switch, également appelé commutateur réseau, est un boîtier doté de
quatre à plusieurs centaines de ports Ethernet, et qui sert à relier plusieurs
câbles ou fibres dans un réseau informatique.

 Il permet de créer des circuits virtuels, de recevoir des informations et des les
envoyer vers un destinataire précis sur le réseau en les aiguillant sur le port
adéquat. Les switchs ont plusieurs avantages : Il est manageable

 ils sécurisent les données transmises sur le réseau et peuvent être utilisés
pour augmenter le nombre d’ordinateurs connectés sur un réseau Ethernet.

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 22


Le Routeur
 Un routeur est un équipement réseau informatique assurant
le routage des paquets. Dans un réseau étendu ou réseau local

 Son rôle est de faire transiter des paquets d'une interface réseau vers une
autre, au mieux, selon un ensemble de règles.

 Il y a habituellement confusion entre routeur et relais1, car dans les


réseaux Ethernet les routeurs opèrent au niveau de la couche 3 du modèle OSI

Routeur
modem Routeur cisco
2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 23
II Les classes de réseaux

• Le réseau local (LAN)


• Le réseau métropolitain (MAN)
• Le réseau étendu (WAN)

2014/2015 MARTIN FAYE 24


1- Réseau local (LAN: Local
Area Networks)

 environ 60% des réseaux

 au niveau d’une salle, d’un immeuble ou s ‘étend à un ou plusieurs


bâtiments proches les uns des autres (campus, entreprise)

 Une centaine de machines environ

 se distingue selon : type de support, topologie, mécanisme de


contrôle d’accès,

 distance : 10 m à 1 km

2014/2015 MARTIN FAYE 25


2- Réseau urbain (MAN:
Métropolitain Area Networks)

 environ 22 % des réseaux

 peut regrouper un petit nombre de réseaux locaux (LANs) au niveau


d’une ville ou d’une région

 Des milliers de machines environ

 distance : 1 à +10 km environ

2014/2015 MARTIN FAYE 26


3-Réseau longue distance
(WAN: Wide Area Networks)

 environ 18 % des réseaux

 permet l’interconnexion de LANs et de MANs à l’échelle de la


planète, d’un pays ou d’une région

 l’infrastructure appartient le plus souvent à un opérateur de


télécommunications (terrestre ou spatiale à l’aide de satellites)

 exemple : Réseau Téléphonique Commuté (RTC)

2014/2015 MARTIN FAYE 27


Exemple de réseaux

2014/2015 MARTIN FAYE 28


III- Les architectures
physiques de réseaux

• La topologie en bus
• La topologie en anneau
• La topologie en étoile

2014/2015 MARTIN FAYE 29


La topologie réseau

 En réseau, la topologie est la manière selon laquelle on branche


les machines entre elles.
Il y a trois topologies principales:

 La topologie en bus

 La topologie en anneau

 La topologie en étoile

2014/2015 MARTIN FAYE 30


La topologie en bus: Définition

 Dans la topologie en bus, les machines sont branchées sur le


même câble.

2014/2015 MARTIN FAYE 31


Topologie en bus:
Caractéristiques
 sur un bus, une seule machine peut parler à la fois vu qu'il n'y a
qu'un seul câble. En gros, on écoute si une machine parle, et si
personne ne parle, on parle !.

 On ne peut pas brancher une infinité de machines sur un bus car


nous n’avons qu’un seul câble. On considère qu’au-delà de 50
machines, la probabilité de parler en même temps qu’une autre
machine est plus forte de celle de parler seul.

 La taille du réseau est limitée pour limiter le risque que plusieurs


machines parlent en même temps

2014/2015 MARTIN FAYE 32


Topologie en anneau:
definition(1)

 Dans la topologie en anneau, toutes les machines sont branchées à


un même câble, mais celui-ci est bouclé sur lui-même en cercle.

2014/2015 MARTIN FAYE 33


Topologie en anneau:(2)
Caractéristiques

 Le mode de communication sur un anneau est assez différent. Il y a


un "jeton" qui tourne en permanence sur l'anneau et que les
machines peuvent prendre pour envoyer un message.

 On ne peut pas brancher une infinité de machines sur un anneau


car il n’y a qu’un seul jeton

 Pour la même raison que pour le bus, la taille du réseau est limitée.
Plus l'anneau est grand et plus le jeton met du temps à le parcourir.

2014/2015 MARTIN FAYE 34


Topologie en étoile: Définition(1)

 Dans la topologie en étoile, toutes les machines sont branchées à


une machine centrale, qui sait envoyer les informations à une
machine en particulier.

2014/2015 MARTIN FAYE 35


Topologie en étoile:
Caractéristiques(2)
 En étoile, toutes les communications passent par le point central.
On lui envoie l'information avec le nom du destinataire, et le point central
aiguille l'information vers la bonne machine.

 On peut brancher autant de machines que la capacité du point central à


traiter un grand nombre de machines . Aujourd'hui, les Switchs sont
capables de traiter plusieurs milliers de machines.

 On peut faire un réseau de taille illimitée. Mais dans ce cas, il faut relier
plusieurs points centraux entre eux. Ainsi, il se transmettent l'information
jusqu'à l'acheminer au destinataire.

2014/2015 MARTIN FAYE 36


II
La Normalisation

• Modèle OSI, rôle et principes


• Communication entre machines
• Modèle TCP/IP

2014/2015 MARTIN FAYE 37


rôle et principes

2014/2015 MARTIN FAYE 38


principes

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 39


Modèle OSI, rôle et principes
Modèle OSI (Open System Interconnexion) en 7 couches

2014/2015 MARTIN FAYE 40


Modèle OSI, rôle et principes
 Le modèle OSI regroupe les entités en 7 couches. Chaque couche
correspond à un niveau logique de fonctions

• Couches basses (1-4) relatives au transfert de l’information;


• Couches hautes (5-7) relatives au traitement réparti de l’information

 Définition d’une couche


• une couche n peut être considérée comme la résolution d’une famille de
problèmes de niveau n et a trois fonctions:

• Utiliser si nécessaire les services de la couche n-1


• Résoudre une famille de problèmes de niveau n en établissant un dialogue avec la
couche n d’en face: la couche homologue
• Rendre un service à la couche n+1, la résolution du problème de niveau n

2014/2015 MARTIN FAYE 41


Modèle OSI, rôle et
principes

2014/2015 MARTIN FAYE 42


Modèle OSI, rôle et principes
 Couche 1: Couche physique
• Transmission des bits de façon brute sur un canal de communication
• Garantir la parfaite transmission des données (un bit 1 envoyé doit bien être reçu
comme un bit valant 1)
• Normaliser
• Les caractéristiques électriques (un bit 1 doit être représenter par une tension de 5V, par exemple)
• Les caractéristiques mécaniques (formes des connecteurs, de la topologie…)
• Les caractéristiques fonctionnelles des circuits de données
• Les procédures d’établissements, de maintien et de libération du circuit de données
L’unité d’information de cette couche est le bit. Le matériel est le hub ou le concentrateur

 Couche 2: Couche liaison de données


Cette couche est divisée en deux sous-couches appelées différemment suivant si on se
situe dans le monde des LAN ou le monde des WAN

2014/2015 MARTIN FAYE 43


Modèle OSI, rôle et principes
 En environnement LAN:
• La sous-couche MAC (Medium Access Control) s’occupe de:
• Gérer les problèmes d’accès au support physique,
• Détecter les erreurs de transmission,
• Identifier une machine sur le réseau
• La sous-couche LLC (Layer Link Control) s’occupe de:
• Corriger éventuellement les erreurs détectées par la couche MAC
• Identifier la couche utilisatrice

 En environnement WAN:
• La sous-couche Enveloppe délimite les trames et détecte les erreurs sur les trames.
• La sous-couche Protocole atténue les défauts de la couche 1 et corrige les erreurs

L’unité d’information de la couche liaison de données est la trame. Le matériel de la


couche est le switch ou commutateur.

2014/2015 MARTIN FAYE 44


Modèle OSI, rôle et principes
 Couche 3: Couche réseau
• Gérer le sous-réseaux, i.e. le routage des paquets sur ce sous-réseau et
l’interconnexion des différents sous-réseaux entre eux.
• Déterminer le mécanisme de routage et de calcul des tables de routage (tables
statiques ou dynamiques…)
• La couche réseau contrôle également engorgement du sous-réseau
L’unité d’information de cette couche est le paquet. Le matériel est le routeur

 Couche 4: Couche Transport


• Responsable du bon acheminement des messages complets au destinataire
• Le réassemblage du message à la réception des morceaux
• Responsable de l’optimisation des ressources du réseau
• Responsable du type de service à fournir à la couche session et aux utilisateurs
réseau: service en mode connecté ou non, diffusion du message à plusieurs
destinataires à la fois…
• Responsable de l’établissement et du relâchement des connexions sur le réseau
L’unité d’information de la couche transport est le message

2014/2015 M. André Bernard Simel YOUM 45


Modèle OSI, rôle et principes
 Couche 5: Couche session
• Organise et synchronise les échanges entre tâches distantes.
• Réalise le lien entre les adresses logiques et les adresses physiques des tâches
réparties
• Elle établit également une liaison entre deux programmes d’application
• Permet aussi d’insérer des points de reprise dans le flot de données de manière à
pouvoir reprendre le dialogue après une panne

 Couche 6: Couche présentation


• Responsable de la syntaxe et de la sémantique des données transmises: c’est elle qui
traite l’information de manière à la rendre compatible entre tâches communicantes
• Convertir les données, les reformater, les crypter et les compresser.
 Couche 7: Couche application
• Point de contact entre l’utilisateur et le réseau
• Apporter à l’utilisateur les services de base offerts par le réseau
• Exemple de transfert de fichier, la messagerie…

2014/2015 MARTIN FAYE 46


Communication entre machines
 L’adresse MAC
• Identifiant particulier à la couche 2 qui permet de distinguer les machines entre elles.
• L’adresse d’une carte réseau
• Elle est unique au monde pour chaque carte
• Elle est codée sur 6 octets (soit 48 bits)
• Grâce à elle, je suis capable d’envoyer des informations à la carte réseau d’une
machine

 Un protocole: Ethernet
• Le protocole est le langage de communication commun des machines communicantes
pour se comprendre
• Ethernet n’est pas le seul protocole de couche 2, mais il est de très loin le plus utilisé
aujourd’hui.

2014/2015 MARTIN FAYE 47


Communication entre machines
 Format d’une trame Ethernet
• Le format de la trame complète est le suivant:

• Adresse MAC DST: Adresse MAC de la machine réceptrice


• Adresse MAC SRC: Adresse MAC de la machine émettrice
• Protocole de couche 3: Protocole utilisé en couche 3, codé sur 2 octets
• Données à envoyer: L’information à envoyer
• CRC: Valeur mathématique qui est représentative des données envoyées. Il permet de
détecter les erreurs de transmission. Il est codé sur 4 octets
• Les adresses MAC, le protocole de couche 3 et le CRC constituent l’en-tête Ethernet,
codé sur 18 octets

2014/2015 MARTIN FAYE 48


2 Communication entre
machines
 Récapitulons pour un échange de données entre deux machines A et B

• Une application sur la machine A veut envoyer des données à une autre application
sur la machine B.
• Le message parcourt les couches du modèle OSI de haut en bas.
• La couche 3 indique à la couche 2 quel protocole a été utilisé.
• La couche 2 peut alors former la trame et l’envoyer sur le réseau.
• La machine B reçoit la trame et regarde l’adresse MAC de destination.
• C’est elle, elle lit donc la suite de la trame.
• Grâce à l’information sur le protocole de couche 3 utilisé, elle peut envoyer les
données correctement à la couche 3.
• Le message remonte les couches du modèle OSI et arrive à l’application sur la
machine B.

2014/2015 MARTIN FAYE 49


3 Modèle TCP/IP
Architectures des protocoles TCP/IP (Transport Control Protocol/Internet Protocol)

2014/2015 MARTIN FAYE 50


Modèle TCP/IP
 La couche de liens(materielle) est l’interface avec le réseau et est constituée d’un
driver du système d’exploitation et d’une carte d’interface de l’ordinateur avec le
réseau
 La couche réseau ou couche IP (Internet Protocol) gère la circulation des paquets à
travers le réseau en assurant leur routage. Elle comprend aussi les protocoles ICMP
(Internet Control Message Protocol) et IGMP (Internet Group Management Protocol)
 La couche transport assure tout d'abord une communication de bout en bout en
faisant abstraction des machines intermédiaires entre l'émetteur et le destinataire.
Elle s'occupe de réguler le flux de données et assure un transport fiable (données
transmises sans erreur et reçues dans l'ordre de leur émission) dans le cas de TCP
(Transmission Control Protocol) ou non fiable dans le cas de UDP (User Datagram
Protocol). Pour UDP, il n'est pas garanti qu'un paquet (appelé dans ce cas
datagramme) arrive à bon port, c'est à la couche application de s'en assurer.
 La couche application est celle des programmes utilisateurs comme telnet
(connexion à un ordinateur distant), FTP (File Transfert Protocol), SMTP (Simple Mail
Transfert Protocol), etc…

2014/2015 MARTIN FAYE 51


Modèle TCP/IP
historique
 TCP/IP désigne communément une architecture réseau, mais cet acronyme
désigne en fait deux protocoles étroitement liés : un protocole de transport TCP
(Transmission Control Protocol) qu'on utilise "par-dessus" un protocole réseau
IP (Internet Protocol).

 Le modèle TCP/IP est en fait une architecture réseau à quatre couches, dans
laquelle les protocoles TCP et IP jouent un rôle prédominant et en constituent
l'implémentation la plus courante.
 Ce modèle s'est progressivement imposé comme modèle de référence dans
un réseau informatique en lieu et place du modèle OSI. Cela tient tout
simplement à son histoire,

2014/2015 MARTIN FAYE 52


Modèle TCP/IP
historique
 En effet, contrairement au modèle OSI, le modèle TCP/IP est né d'une
implémentation ; la normalisation est venue ensuite.

 L'origine de TCP/IP remonte au réseau ARPANET. ARPANET était un


réseau de télécommunication conçu par l'ARPA (Advanced Research Projects
Agency), l'agence de recherche du ministère américain de la défense (le
DoD : Département of Defense).

 Contrairement au réseau téléphonique habituellement utilisé pour les


télécommunications considéré trop vulnérable

 Il a alors été convenu qu'ARPANET utiliserait la technologie de commutation


par paquet (mode datagramme), une technologie émergeante et prometteuse.

2014/2015 MARTIN FAYE 53


Modèle TCP/IP
historique
 C'est donc dans cet objectif et ce choix technique que les protocoles TCP et IP furent
inventés en 1974. L'ARPA signa alors plusieurs contrats avec les constructeurs (BBN :
Bolt, Beranek and Newman principalement) et l'université de Berkeley qui
développait un Unix pour imposer ce standard, ce qui fut fait.

2014/2015 MARTIN FAYE 54


Comparaison entre ISO
ET TCP/IP

2014/2015 Module I2, 1ère année SMP/SMC 55


Cette représentation est plus fidèle aux concepts d'IP.
Rappelons que ce « modèle » est antérieur au modèle OSI et
tenter de les faire correspondre peut induire en erreur.

En effet, TCP introduit une notion de session, or TCP est au


niveau TRANSPORT sur un modèle calqué sur l'OSI.

Cette antériorité au modèle OSI explique aussi certaines


incohérences comme l'implémentation d'un protocole de
routage au-dessus d'UDP

2007/2008 Module I2, 1ère année SMP/SMC 56