Vous êtes sur la page 1sur 6

Cette exposition propose plusieurs modules permettant aux visiteurs de découvrir et

d’expérimenter, de « remonter » le fil et découvrir ce qui se cache derrière la prise, en


s’amusant en toute sécurité :
•Apprivoiser le courant électrique
•La pile, l’ampoule et le moteur : comment ça marche ?
•L’électricité au quotidien

Le thème abordé est repérable par la couleur des modules. Chacun d’eux propose
aux visiteurs de répondre à une question en tournant des manivelles, en manipulant des
câbles ou en actionnant des « objets ».
Les réponses sont écrites sur des petits panneaux situés sur le module

1/ Apprivoiser le courant électrique

Ca chauffe ! En actionnant
une génératrice, l'enfant Ca aimante ! En actionnant Ca électrolyse ! En
produit du courant électrique une génératrice, l'enfant actionnant une génératrice,
qui provoque l’échauffement alimente un électro-aimant l'enfant produit du courant
de deux fils. Il constate ainsi avec lequel il peut agir sur de électrique qui traverse un
l'effet calorifique du courant la limaille ou des petits objets bain électrolytique dans
et le rapport entre l'effort en fer. Il constate ainsi l'effet lequel deux électrodes sont
qu'il fournit et l'importance magnétique du courant, plongées. |Suivant le sens du
de l'effet produit. d'autant plus intense courant, celles-ci se couvrent
qu'il actionne rapidement la ou se découvrent de cuivre,
génératrice. mettant en évidence l'effet
chimique du courant
Apprivoiser le courant électrique électrique.

1
Le circuit doit être
conducteur ! Un circuit, Il faut relier l'appareil à la
constitué de piles et d'une pile ! Grâce à plusieurs fils
lampe, est à compléter avec Attention au court-circuit !
mis à sa disposition, l'enfant L'enfant est invité à
des tubes contenant divers peut connecter différents
matériaux isolants ou provoquer un court-circuit
appareils à une pile. Il aux bornes d'une pile et à en
conducteurs. L'enfant découvre ainsi les règles de
constate que tous les découvrir les conséquences.
branchement assurant le L'accent est mis sur les
éléments du circuit doivent fonctionnement correct d'un
être conducteurs pour que la dangers du court-circuit.
appareil.
lampe s'allume.

informations complémentaires .
Le courant électrique consiste en un déplacement global d'électrons,
particules quasi-ponctuelles tournant autour du noyau des atomes et
porteurs d'une charge électrique élémentaire négative. Sous ('action
d'une pile ou d'un quelconque générateur, les électrons circulent
dans le circuit.
• La tension (symbole U) d'une pile, exprimée en volts (symbole V), mesure
en quelque sorte la tendance plus ou moins grande de cette pile à faire
circuler du courant électrique entre ses bornes. Dans un niveau de définition
plus élaboré, la tension entre deux points d'un circuit apparaît comme une
différence d'état électrique entre ces deux points, qui génère une certaine
tendance pour les électrons à circuler entre ces points.
• Tout matériau dans lequel circule du courant électrique oppose
une certaine résistance (symbole R) au déplacement des électrons.
Celle-ci se mesure en ohms : elle est très faible pour les matériaux
conducteurs (métaux principalement...) et très grande pour les isolants.
• L'eau du robinet conduit le courant électrique car elle contient des sels
minéraux dissous. Dans une telle solution, ce sont des ions (atomes
ou groupes d'atomes ayant gagné ou perdu un ou plusieurs électrons)
qui, en se déplaçant, permettent la circulation du courant électrique.

2
2/ Comment ça marche ?

Pour faire fonctionner un circuit


électrique comprenant une
locomotive, une ampoule et une
sonnette, l'enfant a la possibilité
d'associer plusieurs
piles afin que leur tension
s'ajoute. Il découvre ainsi la règle
Qu'y a-t-il à l'intérieur d'une d'association des piles en série.
pile? Des électrodes
constituées de différents Quelle pile choisir ? Pour faire
métaux peuvent être fonctionner un petit manège,
plongées par couples dans un l'enfant doit choisir entre trois Pour en savoir plus
électrolyte, ce qui crée une piles différentes. Il découvre
certaine tension entre elles. ainsi la tension en tant que • Dans les premières ampoules
L'enfant découvre ainsi le caractéristique principale d'une conçues par Edison en 1879, le
principe de fonctionnement pile. vide devait être fait pour éviter la
de toute pile : deux métaux combustion du filament de carbone
différents en contact avec dans l'oxygène de l'air. Le filament
une solution électrolytique. de tungstène des ampoules
actuelles se trouve dans une
atmosphère de gaz inerte et a une
durée de vie beaucoup plus longue.
Il est porté à une température
supérieure à 2 500 °C. Il produit
une lumière blanche agréable.
• II existe actuellement des lampes
à halogène. Dans celles-ci, le gaz
qui remplit l'ampoule appartient à
la famille des halogènes (chlore,
brome, iode,
En agissant sur un bouton fluor). Dans les lampes à halogène,
l’enfant fait varier l’intensité dans le tungstène du filament qui se
En plaçant ses mains sur des un circuit comportant un sublime lentement se combine avec
plaques de cuivre et de zinc, filament, qui devient plus ou le gaz halogène pour donner un
l'enfant découvre qu'il peut moins lumineux alors qu’un composé qui se dépose sur le fil et
produire une infime tension thermomètre indique la redonne du tungstène. Le fil
électrique en jouant le rôle température. Mise en évidence du s'affine moins vite et fournit
d'électrolyte. phénomène de l’incandescence jusqu'à 8000 heures d'utilisation.

3
L'enfant fait fonctionner L’enfant met un aimant en
un moteur simplifié aux rotation en faisant passer A l’aide d’une manivelle, une
éléments bien apparents. du courant dans les trois bobine se met à tourner dans
Il constate que le moteur bobines disposées autour l’entrefer d’un aimant. L’enfant
tourne d'autant plus vite de l’aimant. peut observer qu’une tension et
que les aimants (stator) Il découvre ainsi un autre une intensité sont ainsi
sont proches de la bobine type de moteur électrique. produites.
(rotor).
La rotation de l'aimant dans la
bobine met en évidence l'induction
électromagnétique : un levier
permet de modifier la position d'un
aimant autour d'une bobine
tournante ou d'une bobine autour
d'un aimant tournant. L'enfant
constate ainsi que c'est l'interaction
entre les deux éléments qui crée le
courant électrique.

Informations complémentaires
«Tout mouvement d'électrons engendre un champ magnétique. Ainsi, lorsque du courant circule dans
un fil, il crée autour de lui un champ magnétique. C'est notamment le cas d'une bobine de fil parcourue
par du courant.
Les champs magnétiques formés par chaque spire se conjuguent pour constituer autour de la bobine
un champ magnétique semblable à celui créé par un aimant de même forme.

• Un électro-aimant est constitué d'une bobine dans laquelle se trouve un noyau de fer : celui-ci
s'aimante sous l'action du champ magnétique de la bobine. Lorsque le courant est coupé, le fer perd
instantanément son aimantation.

• Dans un moteur électrique, un ou plusieurs électro-aimants (constituant le rotor) tournent sous


l'action d'aimants (ou d'électro-aimants) fixes (constituant le stator). Un dispositif particulier permet
d'inverser le sens du courant dans le rotor, afin que ce dernier soit entraîné toujours dans le même sens.

• II existe différents types de moteurs, fonctionnant en courant continu ou alternatif.


4
3 / L ’ é le c tr ic ité a u q u o t id ie n

L'enfant découvre d'une façon


humoristique ce qui existe derrière
une prise électrique, c'est-à-dire
d'où vient le courant électrique. Le
jeu consiste à tirer sur un câble et à
ramener une succession de câbles,
transformateurs et pylônes jusqu'à
la centrale produisant le courant.
Les enfants complètent un L'enfant actionne une petite
circuit électrique de très basse génératrice qui lui permet de
tension en formant une chaîne. ressentir une petite décharge. Il
Ils allument ainsi une série constate ainsi la sensibilité du
d'ampoules. corps humain à l'électricité et
prend conscience du danger
qu'elle peut représenter à forte
dose.

informations complémentaires
«La distribution d'électricité vers des usagers à partir d'une station centrale fut inaugurée par l'Américain
Thomas Edison en 1882 à New York.
Il s'agissait alors de courant continu, produit par des dynamos entraînées par des machines à vapeur.

5
4/ Retour sur l’exposition : Critiques et commentaires
• Bien que cette exposition soit conçue pour un public jeune, il s’avère qu’elle propose
plusieurs thèmes hors du programme de l’école élémentaire.

• Tous les modules qui concernent l’électromagnétisme et le fonctionnement des moteurs ne


sont pas accessibles car trop éloignés des capacités de conceptualisation de nos élèves.

• Certains modules présentant des circuits électriques utilisent des « artifices » qui éloignent
l’enfant « chercheur et expérimentateur » de la réalité des phénomènes qu’on veut montrer.

• Chaque module propose une étiquette sur laquelle est posée une question. Par l’utilisation de
ce « module expérimental » l’élève est censé trouver la réponse ou un élément de réponse.
Or, cette réponse apparaît à la lecture de l’étiquette.
Cette étiquette sera-t-elle lue ? L’élève sera sans doute plus attiré par l’objet ludique que
représente le module que par l’objet de l’expérience.

• La conception de cette exposition basée sur l’utilisation de ces modules semble « légère »
quant à sa démarche didactique. Elle ne présente pas de « panneaux » explicatifs ou
questionneurs qui pourraient renvoyer l’élève aux différents modules en suivant une logique
de réflexion qui n’apparaît pas. (Bien que les modules soient regroupés, par thèmes et par
couleur).

A partir de ces quelques remarques, comment peut-on organiser sa visite de classe pour que
celle-ci puisse devenir un véritable support, une véritable aide à la démarche technologique
qu’on veut explorer avec les élèves ?

Suggestions
Il semble indispensable de laisser la classe, dans un premier temps,
« explorer » les modules afin de satisfaire leur envie de jouer.

Dans un second temps, on peut proposer une exploration guidée à l’aide d’un
questionnaire qui permettra aux élèves d’être dans un véritable « état de chercheurs ». Cette
exploration pourra se faire par petits groupes en prévoyant des moments de regroupement
pour synthétiser ce qu’on a vu.