Vous êtes sur la page 1sur 3

Ecole supérieur des sciences appliqueés

Examen de Normalisation :

Résumé de l’article « INTRODUCTION- LA NORMALISATION :


ENJEUX INDUSTRIELS ET SCIENTIFIQ »

Professeur: Abdelkader teffahi

Etudiant: sefta mohamed abdeslem

Date: 16/06/2021
La normalisation fait aujourd'hui l'objet de nouveaux débats et questionnements, aussi bien
parmi les industriels que chez les scientifiques, pour s'interroger tout autant sur la nature des
normes elles-mêmes que sur leurs fonctions, leur impact et leurs conditions de mise en œuvre.
Ainsi, les formes et les effets de la normalisation dans l'industrie sont multiples et variés.

Le souci de comprendre le système de normalisation comme partie prenante des formes


instituées de l'organisation de l'industrie impose au préalable de procéder à une mise en ordre
et à une clarification des définitions et des concepts utilisés.

On se souviendra que l'un des points d'origine du système de normalisation se trouve dans
l'engagement de marchés publics - dont l'importance fut initialement la plus notable dans le
secteur de l'armement - imposant non seulement des critères de qualification des produits
mais aussi des règles relatives aux techniques de production, de réception des pièces, etc.
C'est dans cet espace intermédiaire que s'installèrent les grands organismes de normalisation
de rang national - l'Association Française de Normalisation (AFNOR), le British Standard
Institut (BSI)... - et international - l'International Standard Organisation (ISO) - délégués par
la communauté industrielle dans une tâche d' autorégulation réputée volontaire et soumise à
l'arbitrage des professionnels

Cette caractéristique est particulièrement bien illustrée par l'article : « The Production of
Management Standards », dans lequel Kristina Tamm Hallström montre qu'au cours des
quinze dernières années, la gestion de la qualité s'est imposée en tant que domaine-clé pour la
normalisation internationale. En se fondant sur les travaux du Comité technique plus
particulièrement chargé au sein de Y International Standardisation Organisation de réfléchir
au management de la qualité, elle établit que dans ce domaine le travail de standardisation
tend à devenir auto-reproductif en « poussant » à la production de normes.

Foray démontre que la présentation d'une stylisation particulière du changement technique,


composée de deux formes d'apprentissage introduit une analyse originale des problèmes posés
par la tension entre ces deux pôles. Selon l'auteur, il est impossible d'affecter une fois pour
toutes des valeurs économiques déterminées à la diversité et à la standardisation, dans la
mesure où celles-ci changent au fur et à mesure de l'évolution de la technologie. De là la
nécessité d'inventer des politiques flexibles, capables d'ajuster les modes de coordination à la
logique des enchaînements temporels qui caractérisent le cycle de vie d'une technologie
L'exception juridique reconnue à la notion d'origine dans le cas de l'agro-alimentaire n'est pas
unique en son genre : il est en effet intéressant de remarquer qu'une situation analogue
caractérise les métiers de la construction étudiés par

Eric Henry. Ces métiers peuvent-ils rester à l'écart du mouvement général de la recherche de
la performance et de la qualité ? À quelles conditions la définition et l'adoption de règles
communes pour la gestion de la qualité peuvent-elles s'imposer comme un enjeu pour les
entreprises compte tenu des spécificités du processus de production dans ce secteur et de la
singularité des relations qu'y entretiennent les principaux acteurs économiques

Concernés ?

L'auteur montre qu'en dépit des difficultés rencontrées, les initiatives originales prises depuis
1990 de façon décentralisée ou sectorielle par les professionnels français de la construction
sont porteuses de propositions novatrices en matière de normalisation, valables, au-delà du
secteur lui-même, pour l'ensemble des activités économiques, d'une part, et pour les activités
de production par projet, d'autre part.
Ainsi, la première partie, La normalisation : de quoi parle-t-on ?, rassemble les contributions
qui s'efforcent de clarifier les définitions et les concepts pour délimiter la question de la
normalisation.

Enfin, la dernière partie rassemble autour des enjeux de la normalisation les contributions qui
développent des réflexions plus générales, ou plus globalisantes, quant aux interprétations
possibles des implications et des perspectives analytiques engendrées par la normalisation
dans l'organisation de l'industrie