Vous êtes sur la page 1sur 4

La privatisation de líOFIDA explique le rÈfus de la RDC de prendre part aux accords de libre-Èchange en Afrique du Sud mais pose un problËme de lecture de la nouvelle constitution en RDC.

Athanase Matenda Kyelu
Athanase
Matenda
Kyelu
de la nouvelle constitution en RDC. Athanase Matenda Kyelu Antipas Nyamwisi La privatisation de la gestion

Antipas

Nyamwisi

La privatisation de la gestion de líOFIDA par un groupe amÈricain ÑCustoms and Tax Consultancyì en abregÈ CTC explique en partie le comportement du gouvernement congolais aux assises de Johanesbourg sur la signature du contrat de libre-Èchange entre les pays de líAfrique australe rassemblÈs au sein du SDAC. La signature du contrat entre la RDC et le groupe CTC est valable pour cinq. Donc indirectement, la RDC ne prendra

pas part au projet du FTA au moins pour les cinq annÈes prochaines. Cela contredit les propos du ministre Antipas Nyamwisi qui prÈtendait que la RDC va demander un moratoire, alors que son collËgue des Finances , le ministre Matenda avait dÈj‡ signÈ en Juin 2008 au nom de la RÈpublique un contrat avec des privÈs.

La question que líon a le devoir de se poser est le caractËre urgent de la signature de ce contrat avec ces privÈs. Je pense pour ma part que líurgence en RDC se situe dans la gestion du portefeuille de líEtat. Ce sont ces entreprises publiques qui devraient díurgence subir des reformes de fond. Soit líon privatise le capital, en prenant soins de prendre des mesures de protections en vue díÈviter des OPA, soit líon privatise la gestion de ces entreprises comme cíest le cas avec líOFIDA.

Il me semble que le ministre des finances devrait plutÙt prÈsenter un projet de reforme de la politique fiscale en RDC en vue díune part de maximiser les recettes et de baisser les depenses de líEtat.(cfr. Annexe 2). Cíest ‡ ce niveau ou se situe les prioritÈs.

Privatiser la gestion de líOFIDA pose problËme si líon se place du point de vue de la nomenclature des impÙts en RDC. (cfr Annexe 1).

Líon peut classer les impÙts selon líeffet sur les contribuables, on parle alors de :

1. ImpÙt direct

2. ImpÙt indirect

Líon peut classer les impÙts sous líangle administratif, on parle alors de :

1. ImpÙt sur la consommation

2. ImpÙt sur la propriÈtÈ

3. ImpÙts rÈels

4. Douanes

5. ImpÙts sur les mouvements des capitaux

Líon peut classer enfin les impÙts sur base de la souverainetÈ, on parle alors de :

1. ImpÙts exclusif du gouvernement central

2. Le ressources partagÈes entre les provinces et le gouvernement central

3. ImpÙts exclusif des provinces et entitÈs dÈcentralisÈes

Le problËme se pose notamment lorsque líon se situe au niveau du classement des impÙts sur base de la souverainÈtÈ.

La nouvelle constitution de la RDC stipule en son:

Article 3: Les provinces jouissent de la libre administration et de líautonomie de gestion de leurs ressources Èconomiques, humaines, financiËres et techniques. Art 171: Les finances du pouvoir central et celles des provinces sont distinctes Art 175: La part des recettes ‡ caractËre national allouÈes aux provinces est Ètablies · 40%. Elle est retenue ‡ la source.

Sur le plan de líinterpretation de la constitution, la question · poser est celle de savoir la part des provinces dans les ressources de líEtat lorsque la gestion de ces ressources vient díÍtre privatisÈe par le ministre du gouvernement central.

Comment le groupe Customs and Tax Consultancy va redistribuer les ressources de líEtat , sur le strict respect de la constitution alors quíil níexiste pas díÈclairage sur la nature du contrat que le gouvernement central a signÈ avec ce groupe privÈ.

Jíestime important pour ma part que les dÈputÈs , les partis díopposition et le public (Art. 162 de la constitution) exigent un eclairage de la cour constitutionnelle sur la lÈgalitÈ de la convention signÈe entre le ministre des finances et le groupe CTC.

Je me pose aussi la question en terme de co˚t marginal et bÈnÈfice marginal de ce genre de convention. Combien cela co˚te · la RDC de signer une convention avec le CTC et combien la RDC bÈnÈficie de líexpertise díune structure privÈe tel que le CTC.

Il est important quíun dÈbat de fond ait lieu dans la mesure ou líargent engagÈ par le ministre des finances vient des contribuables congolais.

Le peuple a le droit de savoir.

Guy Kapayo

Germany

Annexe 1.

Classement desimpÙts

Sorted'impÙts Selonleureffetsur Sousl'angle lecontribuable administratif ImpÙts de souverainÈtÈ Exclusif
Sorted'impÙts
Selonleureffetsur
Sousl'angle
lecontribuable
administratif
ImpÙts de souverainÈtÈ
Exclusif pourlecentre
Exclusifpourles provinces
Exclusif pourlescommunes
ImpÙts directs
ImpÙtsindirects
ImpÙt surlaconsommation
ImpÙtsur lapropriÈtÈ
ImpÙtsrÈels
Douanes
ImpÙtsurlecommerce
Taxes ‡l'entrÈe
ImpÙtssur les mvtdescapitaux
ImpÙtsurlechiffred'affaire
ImpÙtfoncier
Taxes‡ lasortie
SourcespartagÈes
ImpÙt surlerevenu
Les impÙtssurlechiffred'affaires(ICA)
ImpÙtsurles revenus dessociÈtÈs
Taxessurletabac
lecarburant, l'alcool, labiËre
les spiritueux
ImpÙtsurlerevenudespersonnes
Exclusives del'Etatcentral
ImpÙts surlesrevenusdesentreprises
ImpÙts surlaconsommation
Ceuxquitouchent
Ceuxqui touchentune
ImpÙts surlafortune
ImpÙtssurlesassurances
lescontribuables
matiËreimposable
Douanesetcontributions
nommementet sontassis
quelquesoitlecontribuable
suruneassiËteconstante
suruneassiËtteirrÈguliËre
ImpÙtssurlesrevenusdespersonnnes
TaxesurlavaleurajoutÈe
Exclusives des provinces
TaxessurlesvÈhicules
ImpÙtssurla superficiedes propriÈtÈs
ImpÙtssurles revenusdessociÈtÈs
Exclusivesdescommunes
ImpÙtssurlasuperficie
desconcessionsminiËres et
d'hydrocarburesetimpÙtcommercial

Annexe 2.

La politique fiscale du gouvernement Objectifs et instruments. Politique fiscale (Gouvernemt central) (Provinces)
La politique fiscale du gouvernement
Objectifs et instruments.
Politique fiscale
(Gouvernemt central)
(Provinces)
(EntitÈs publiques dÈcentralisÈes: Territoires)
DÈpenses pubiques
Recettes publiques
de l'Etat
de l'Etat
(Goverment spending)
Variation des dÈpenses
publiques
en volume
Variation de la
structure
des dÈpenses
publiques
Recettes
fiscales
de l'Etat
Politique d'Endettement
Gestion des Fonds publics de
l'Etat
(Change fixe)
DÈpenses
DÈpenses
Variation
du produit total
des impÙts.
Variation de la
structure
des recettes
fiscales.
Variation du
volume du crÈdit
de
de
Variation de la
structure de la dette publique
(Debt management)
Variation du volume
des Fonds publics
‡ la banque centrale
Transformation
Transfers
ImpÙts sur les revenus
des personnes physiques
et morales(Entreprises)
(ImpÙts directs)
ImpÙts sur les bÈnÈfices
des sociÈtÈs
et la taxe sur la valeur ajoutÈe.
(ImpÙts indirects)
Banques d'Affaires
Organismes
publics et Institutions
INNS etc.
Entreprises privÈes
Banques commerciales
Public/Population
DÈpenses
DÈpenses du
personnel
(Fonctionnaires de l'Etat)
DÈpenses
Subventions
Caisses d'Epargne
d'Investissements
sociales
de l'Etat
accordÈes aux
Entreprises publiques
Modification
Modification de
du taux
l'assiette fiscale
Concession/Suppression
des retenus
sur la dette imposable
CrÈdit direct
auprÈs des banques
Modification
RÈduction ou augmentation
du budget de transfers
d'Imposition
Emission /Retrait
de bon de trÈsor
de la banque centrale
Constitution /liquidation
d'un fond public
(Change fixe)
du timing,allongement,
avancement.