Vous êtes sur la page 1sur 13

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

UNIVERSITE DE JIJEL

FACULTE DES SCIENCES

MODULE BIOCHIMIE ALIMENTAIRE

Thème:

Travail établi par : proposé par:

Abdellah Fahima Mr : Alaib

Benamieur Djamila

Benfridja Ahlem

Zigha Sarah

ANNEE UNIVERSITAIRE 2008/2009

1
Sommaire :

Introduction …………………………………………………………..2

I- Historique ...………………………………………………………….3

II- Définition ……………………………………………………………3

III- Structure chimique..………………………………………………...4

IV- Sources .…………………………………………………………….5

V- Besoins………………………………………………………………6

VI- caractères ...………………………………………………………...6

VII- Rôle biologique…………………………………………………....7

VIII- Métabolisme : …………………………………………………....7

• Carboxylation des protéines de la


coagulation……………8

IX- Carence ou hypovitaminose :……………………………………….9

1. causes
2. symptômes

X- Excès ou hypervitaminose………………………………………….10

Conclusion……………………………………………………………..11

2
Introduction :

Une vitamine est une substance organique nécessaire (en dose allant du microgramme
à plusieurs milligrammes par jour) au métabolisme des animaux et donc de l'homme.
Les vitamine sont des indispensables complètements des échanges vitaux .c'est une
molécule organique un coenzyme (molécule qui participe au site actif d'une enzyme)
qui renferme un ou plusieurs radicaux indispensables à la synthèse d'une enzyme ou
d'une hormone.

L’organisme n’étant pas capable de des synthétiser ou en quantité insuffisante, elles


doivent être apportées régulièrement et en quantité suffisante par l’alimentation. Chez
l’être humain seules trois vitamines sont synthétisées par des bactéries intestinales :
les vitamines K, B12, H. Un apport insuffisant ou une absence de vitamine
provoquent respectivement une hypovitaminose ou une avitamine qui sont la cause de
diverses maladies (scorbut, béribéri, rachitisme, etc.), un apport excessif de vitamines
liposolubles (A et D essentiellement) provoque une hypervitaminose, très toxique
pour l’organisme.

Ces vitamines ont été découvertes par le biochimiste polonais Kazimierz Funk qui, le
premier, isola la vitamine B1 dans l’enveloppe de riz en 1912. Le terme « vitamine »
vient du latin « vita » qui signifie vie et du suffixe amine qui est le nom d’un radical
en chimie (attention : toutes les vitamines ne possèdent pas pour autant le radical
amine).

3
I- Historique :

Dans les années 20, au Danemark, un biochimiste, Carl Peter Hendrik Dam,
s'intéresse aux conséquences de divers régimes alimentaires sur le taux de cholestérol
des poulets.

En 1929, il constate qu'une alimentation carencée en lipides entraîne parfois des


hémorragies chez ces volatiles. Les saignements peuvent être prévenus en donnant
certains aliments, en particulier de la luzerne et du plancton. Ainsi il apparaît qu'un
principe de l'alimentation possède une influence sur les phénomènes de coagulation.

En 1935, Dam la baptise du nom de Koagulation vitamine, ou plus simplement


"vitamine K".

En 1939, Dam parvient à isoler la vitamine dans sa forme pure, grâce à l'aide de
chimistes suisses et à déterminer sa structure. Peu après Dam réalise une synthèse de
la vitamine K en même temps que Doisy un biochimiste américain.

Dam et Doisy partagent le prix noble 1943 de physiologie et médecine pour leurs
découvertes sur la vitamine K, facteur de coagulation.

Dès 1936, Dam avait montré qu'en absence de vitamine K, l'activité de la thrombine,
une substance du sang, diminuait.

Sous l'influence de plusieurs facteurs, la prothrombine peut donner naissance à une


autre substance, la thrombine, qui fait coaguler le sang. Ce n'est qu'au milieu des
années 50 qu'on découvre que certains de ces facteurs sont liés à la vitamine K.

II- Définition :

La vitamine k est une vitamine liposoluble (soluble dans le gras). Son nom vient de
l'allemand Koagulation, une allusion au rôle qu'elle joue dans la coagulation
sanguine.

4
Le terme de vitamine K ou vitamine anti-hémorragique caractérise un groupe de
substances de la famille des quinones :

- La phylloquinone, qui possède une chaîne latérale à 20 atomes de carbone avec une
seule double liaison, est aussi appelée "vitamine K1". On la trouve seulement dans les
plantes. Elle est soluble dans les graisses (et insoluble dans l'eau) et se présente sous
la forme d'une huile de couleur jaune.

- Les ménaquinone, possèdent une chaîne latérale de 20 à 60 atomes de carbone, dont


plusieurs des liaisons sont insaturées. On les appelle "vitamines K2". Elles sont
synthétisées par des micro-organismes, y compris des bactéries de l'intestin de
l'homme et d'autres espèces animales. Elles sont, comme la vitamine K1, solubles
dans les graisses.

- La ménadione, ou "vitamine K3", est une forme synthétique de la vitamine K qui ne


possède pas de chaîne latérale. Elle est donc soluble dans l'eau, à l'inverse des
précédentes. Elle est convertie en vitamine K2 dans le corps et possède une activité
biologique 2 à 3 fois supérieure aux vitamines K1 et K2.

Il ressort sur les trois formes de vitamine K que la vitamine K1 est apportée par
l'alimentation, la vitamine K2 synthétisée par les bactéries intestinales et la vitamine
K3 prise sous la forme de médicaments.

III- Structure :

Structure chimique de la vitamine K1 (phylloquinone)

5
Structure chimique de la vitamine K2 (ménaquinone)

Structure chimique de la vitamine K 3 (ménadione)

IV- Source :

Vitamine K1 : les légumes verte (particulièrement les plus foncés), les algues et, à
moindre degré, huile de soya et de canola ainsi que la mélasse.

La phylloquinone se présente sous l’aspect d’une huile jaune d’or.

Vitamine K2 les bactéries qui colonisent normalement un colon sain sont capables de
synthétiser la K2, on en trouve également dans le miso (soya fermenté), le foie, le lait,
le fromage, le yaourt, les huiles de poisson.

Légumes frais (K1) Produits d’origine animale (K2)


Chou frisé 724 Foie de porc 400-800
Epinard 415 Foie de bœuf 100 -200
Chou de Bruxelles 177 Viande de bœuf, porc, mouton 100-200
Brocoli 147 Œuf 20
Laitue 120 Lait de femme 20
Lait de vache 2

V- Besoins :

6
Ils sont difficiles à établir car ils varient avec l'âge, la taille, le sexe, l'activité
musculaire. Ils augmentent durant la croissance, pendant les maladies et les états
fébriles, et en ce qui concerne les femmes, pendant la grossesse et l'allaitement

Vitamine K AS

Bébés 0-6 mois 2 μg


Bébés 7-12 mois 2.5 μg
Bébés 1-3 ans 30 μg
Enfant 4-8 ans 55 μg
Garçons 9-13 ans 60 μg
Filles 9-13 ans 60 μg
Garçon 14-18 ans 75 μg
Filles 14-18 ans 75 μg
Hommes 19-50 ans 120 μg
Femmes 19-50 ans 90 μg
Hommes 50 ans et + 120 μg
Femmes 50 ans et+ 90 μg
Femmes en ceintes 90 μg
Femmes qui allaient 90 μg

VI- caractères :

• la vitamine K est insoluble dans l’eau, peu soluble dans l’alcool et


facilement soluble dans l’éther, le chloroforme, ainsi que dans les graisses et
dans les huiles.
• Elle est liposoluble (se dissout dans les graisses), sensible à la lumière et à
la congélation, mais résiste à la chaleur.
• Elle est lentement dégradée par l’oxygène de l’air et plus rapidement par la
lumière.
• Cette vitamine est absorbée au niveau de l’intestin grêle grâce aux sels
biliaires, puis est stockée dans le foie pour être par la suite redistribuée dans les
muscles, les os et la peau.
• De hautes doses de vitamine E pourrait contrer l’effet de la vitamine K.
• Lorsque le médecin prescrit un traitement à base de vitamine K, il s’agit en
fait de vitamine K1, qui est la forme la plus utilisée.

7
• La vitamine K3, d’origine synthétique, peut être toxique au niveau
hépatique à forte doses, surtout chez le nouveau né .c’est la raison pour laquelle
elle est maintenant interdit en Amérique du nord.

VII -Rôle biologique :

-La vitamine K est connue principalement pour sont rôle dans la coagulation. Elle
participe aussi à la minéralisation des os.

-Elle est essentielle à la synthèse par le foie de plusieurs facteurs indispensables à la


coagulation ,en particulier de la prothrombine(facteur II) ,mais aussi de la
procuratorienne(facteur VII),du facteur antihémophilique B (facteur IX) , du facteur
de Stuart(facteur X)et des protéines C et S .

-La prothrombine est un pro ferment qui, en présence de calcium et d’une enzyme, la
thromboplastine, donne naissance à la thrombine, une enzyme qui provoque la
coagulation da fibrinogène et sa transformation en fibrine, la quelle constitues
l’élément solide du caillot qui arrête définitivement l’hémorragie.

-La vitamine K agit comme intermédiaire dans la chaîne de transport des électrons.

-Elle contribue à la phosphorylation oxydative dans toutes les cellules.

-La vitamine K est nécessaire à la synthèse de certain acide aminés qui interviennent
dans la fixation du calcium dans les os .elle permet donc une meilleure minéralisation
osseuse.

-Elle aide aussi les os à retenir le calcium tout en empêchant de se déposer dans des
vaisseaux sanguins.

VIII- Métabolisme :

L’absorption des vitamines K est voisine de celle des autres vitamines liposolubles.
Elle est déprimée par un excès d’acides gras polyinsaturés.

Dans le plasma, la vitamine est transportée par les β lipoprotéines.

Les vitamines synthétiques hydrosolubles se déversent dans le sang porte et passent


directement dans le foie.

8
Dans le plasma la concentration est très faible : 0,16µg /L.

La vitamine ce concentre dans le foie (qui est donc une bonne source de la vitamine).

La vitamine exerce son action biologique sur la synthèse hépatique des protéines de la
coagulation.

• Carboxylation des protéines de la coagulation :

La vitamine K est. nécessaire à la carboxylation post-traductionnelle, sous l'influence


d'une carboxylase, des résidus glutamate de certaines protéines pour les transformer
en gamma-carboxyglutamate, Gla.

Les résidus glutamate ainsi carboxylés sont des diacides de type [R-C-(COOH) 2] qui
fixent chacun un ion Ca2+ ce qui les rend fonctionnels, capables d'interagir notamment
avec les phospholipides.

Cette carboxylation s'effectue en présence d'oxygène, de dioxyde de carbone et de


vitamine K réduite (KH2). La vitamine K réduite est oxydée au cours de la réaction et
sa régénération par une époxide-réductase et une NADPH-quinone-réductase, appelée
aussi diaphorase, est nécessaire à la poursuite de la réaction. La réduction fait
intervenir des groupes "thiol". Les antivitamines K (AVK) inhibent la régénération de
la vitamine K réduite.

9
Site d'action de la vitamine K et de ses antagonistes

Les protéines ainsi carboxylées interviennent dans la coagulation et dans la


minéralisation osseuse.

Interviennent comme facteurs pro coagulants :

Le facteur II = prothrombine

Le facteur X = facteur Stuart

Le facteur VII = proconvertine

Le facteur IX = antihémophilique B

Interviennent comme facteurs anticoagulants :

La protéine C

La protéine S

L'ostéocalcine, intervient dans la minéralisation osseuse en se fixant sur le calcium de


l'hydroxyapatite. Elle n'est pas d'origine hépatique mais osseuse.

IX- Carence ou hypovitaminose :

1-Causes :

• la carence fréquente chez les nouveaux nés, car leurs intestins ne


possèdent pas les bactéries qui synthétisent la vitamine K.
• la carence est rare chez les adultes mais peut apparaître en cas :

-Des problèmes de malabsorption plutôt qu’a trip faible apports alimentaire

-Des maladies de l’appareil digestive : maladies intestinal (diarrhées chronique,


chirurgie de l’estomac ou de tube digestif, maladie de crohne, maladie coeliaque).

-Des maladies du foie ou du pancréas ou encor la mucoviscidose.

10
-Des traitement prolongé avec les antibiotiques (parce qu’il détruisent la flore
intestinal), les médicaments comme le cholestipol (traitement de
l’hypercholestérolémie), l’orlista (traitement de l’obésité).

-Certains anticonvulsivants (comme la phénytoine, la carbamazepine et le


phénobarbital).

2- symptômes :

• la carence s’exprime essentiellement par des signes biologiques lies à


la coagulation spontanées surviennent, parfois clairement visibles (saignement
au niveau de la peau et du nez par exemple) ou par fois discrète (saignement
au niveau du tube digestif).lorsque le saignement est chronique une anémie
apparaît alors (baisse du taux d’hémoglobine dans le sang).
• Hypoprothrombinémie : baisse du taux sanguin de la prothrombine.
• Ostéoporose.

X- Excès ou hypervitaminose :

La vitamine k est peu toxique. Seule la vitamine K1 peut provoquer des effets
secondaires en cas de surdosage par vois parentérale (bouffées de chaleurs, douleur
thoracique et gène respiratoire).cependant, la vitamine de synthèse K3 est
potentiellement toxique à forte dose chez les nouveau né car elle peut créer des
caillots dans de sang et divers troubles hépatiques.

11
IX -Conclusion :

Enfin, on peu dire que grâce à ces propriétés coagulants, la vitamine K est souvent
utilisée dans la médecine notamment chez les nouveaux-nés, qui à la naissance, ne
disposent pas de suffisamment de vitamine K .aussi la vitamine K est utilisée
rarement dans le coté cosmétique car elle a des effets indésirables graves de nature
allergique. Donc on peu dire que le corps à besoin de vitamine K comme toutes les
vitamines pour rester en bonne santé et un régime alimentaire varie généralement
vous donne toutes les vitamines dont vous aurez besoin, et comme vous le savez qu’il
veut mieux prévenir que guérir.

12
Bibliographie :
Vitamines : mécanisme d’action chimique
-Michel Vilkas (1994)
Biochimie des aliments : diététique du sujet bien portant
-Marline Frénot – Elisabeth Vierling
Vitamines
-
Biochimie de harper

Internet

13