Vous êtes sur la page 1sur 4

Analyse de l'eau N° 348

CETAMA
DOSAGE SPECTROPHOTOMETRIQUE DE L'AZOTE AMMONIACAL Février 1976

OBJET ET DOMINE D'APPLICATION

Le présent document a pour objet la description d'une méthode de dosage de


l'azote "ammoniacal" dans les eaux douces ou salées.
La méthode est applicable à des teneurs comprises entre 0,005 et 1,5 mg
d'azote par litre.

PRINCIPE

Formation en milieu alcalin (10,4<pH <11,5) d'un complexe bleu d'indophé-


nol par réaction de l'ion ammonium avec le phénol et l'hypochlorite, en présence
de nitroprussiate catalyseur. Spectrophotométrie à la longueur d'onde de 630 nm.
Eventuellement extraction du complexe par l'alcool isoamylique et spectrophotométrie
à 650 nm.

APPAREILLAGE

Matériel courant de laboratoire. La verrerie utilisée ne doit pas


servir 6 d'autres analyses et doit être protégée des risques de pollution
(ammoniaque et sels d'ammonium). Il est recommandé de pratiquer, deux fois de
suite, le mode opératoire "à blanc" dons les tubes à essais employés pour les
dosages. Après une série d'analyses, ces tubes soigneusement rincés à l'eau (1)
seront conservés remplis d'eau (1) et bouchés, à l'obscurité.

Spectrophotomètre avec cuves de 0,5 - 1 - 5 cm de trajet optique.

REACTIFS

1 - Eau dont la teneur en ammoniaque est inférieure au dixième de la teneur de l'eau


à analyser, soit inférieure à 0,5 microgramme d'azote par litre à la limite
basse de dosage (eau millipore à 18 megohms par exemple).

Enployer cette eau aussi bien pour la préparation des réactifs que pour
l'exécution du mode opératoire.
2 - Solution alcaline chlorée :
Dissoudre 20 g de soude en pastilles et 380 g de citrate trisodique dans
800 ml d'eau (1). Faire bouillir doucement pendant 20 mn. Refroidir puis
ajouter 4 g d'acide dichlorocyanurique. Compléter le volume à 1000 ml avec

Î.18 COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE 1ère édition


- 2- N6 34S
de l'eau (1).
Conserver au réfrigérateur à une température de l'ordre de 4°C.

3 - Solution de phénol et de nitroprussiate :


Dissoudre 35 g de phénol et 0,4 g de nitroprussiate de sodium dans l'eau (1) et
compléter le volume à 1000 ml avec la même eau.
Au cours des manipulations, ne pas exposer la solution à une lumière vive.
Conserver en flacon de verre brun au réfrigérateur (4°C).

4 - Chlorure de sodium.
5 - Alcool isoamylique.
6 - Ethanol.
7 - Solutions de référence :
Dissoudre 3,821 g de chlorure d'ammonium dans de l'eau (1) et compléter le
volume à 1000 ml avec la même eau.
Préparer ensuite :
. Une solution de référence A, contenant 0,01 mg d'azote par millilitre, en
diluant la solution mère précédente avec de l'eau (1) dans le rapport 100.
. Une solution de référence B, contenant 0,001 mg d'azote par millilitre, en
diluant la solution A avec de l'eau (1) dans le rapport 10.

TRACE DE LA COURBE D'ETALONNAGE

Les points de la courbe d'étalonnage sont déterminés par le trajet optique


des cuves choisies pour le dosage, c'est-à-dire par la teneur en azote ammoniacal
prévue dans l'échantillon analysé. Selon les cas, préparer les solutions étalons
nécessaires en diluant un volume donné de solution de référence A ou B (7) à
100 ml avec de l'eau (1) suivant les indications du tableau ci-après :

•Cuves de 5 cm Cuves de 1 cm Cuves de 0,5 cm

Volume de B Azote : Volume de A Azote : Volume de A Azote :


pour 100 ml ng/1 pour 100 ml • mg/1 pour 100 ml rtg/1

1 ml 0,01 1 ml 0,1 6 ml 0,6


2 - 0,02 2- 0,2 8- 0,8
5- 0,05 4- 0,4 10 - 1,0
10 - 0,10 6 _ 0,6 12 - 1,2
15 - 0,15 8- 0,8 15 - 1,5
20 - 0,20 10 - 1,0
- 3- N° 348

Dans des tubes à essais, verser, soit 20 ml d'eau (1), soit 20 ml de l'une
des solutions étalons définies dans la colonne appropriée du tableau.

Classer les tubes à essais dans l'ordre croissant des teneurs en azote
et opérer successivement de la façon suivante, sur chacun de ces tubes, en commen-
çant par le point zéro, sans attendre entre les ajouts :

. Ajouter 1 ml de solution de phénol (3). Agiter.


. Ajouter 1 ml de solution alcaline (2). Agiter.
. Placer le tube 6 l'obscurité.

Laisser reposer pendant six heures au moins puis mesurer les densités
optiques par rapport au point zéro de la gamme à la longueur d'onde de 630 nm, en
cuves de 5 cm, 1 cm ou 0,5 cm selon le cas. A l'obscurité, la coloration est stable
pendant plus de 24 heures.

Tracer la courbe d'étalonnage donnant la densité optique en fonction de la


teneur en azote.

MODE OPERATOIRE

Verser 20 rnl d'échantillon dans un tube à essais.

Ajouter 1 ml de solution de phénol (3). Agiter puis, sans attendre, ajouter


1 ml de solution alcaline (2). Agiter et placer le tube au repos à l'obscurité pendant
six heures au moins.

Préparer un essai à blanc de la façon suivante :

. Verser 1 ml de solution de phénol (3) dans un tube à essais.


. Placer le tube 6 l'obscurité pendant six heures au moins.
. Ajouter 20 ml d'eau (1) au moment de la mesure.

Mesurer la densité optique de l'échantillon par rapport à l'essai à blanc


et reporter le résultat sur la courbe d'étalonnage pour obtenir la teneur en azote.

CARACTERISTIQUES DE LA METHODE

Sensibilité

Dans les conditions opératoires, en cuve de 1 cm, une teneur en azote


de 1 mg/1 correspond à une variation de densité optique de 1 300 (1rs 20 000).

Limite de détection

En général, elle correspond à une teneur en azote de 1 à 2


-4- N° 348

Reproductibilité des résultats

Le coefficient de variation est voisin de 2% pour les teneurs en azote


supérieures 6 50 ja,g/l. Il est voisin de 10% pour une teneur en azote de l'ordre de
10

Eléments gênants

Les éléments normalement présents dans les eaux douces naturelles et dans
l'eau de mer ne gênent pas. Le chlorure de mercure ( I I ) employé pour la conservation
des échantillons ne gêne pas à la concentration préconisée : 40 mg/1.

L'ion sulfure devient gênant à partir de 2 mg/1.

VARIANTE DE LA METHODE

Une fois la réaction terminée, il est possible d'extraire le complexe bleu


1
d indophénol par l'alcool isoamylique en présence de chlorure de sodium.

Mode opératoire

Six heures au moins après l'addition des réactifs (3) et (2), ajouter 2 g
de chlorure de sodium (4) et agiter.

Après dissolution, ajouter 5 ml d'alcool isoamylique (5) et agiter pendant


2 mn. Décanter puis recueillir la phase organique dans un tube jaugé de 20 mi.

Répéter cette extraction deux fois et joindre les extraits au précédent.

Ajuster le volume à 20 ml avec de l'éthanol (6) et mesurer la densité


optique à la longueur d'onde de 650 nm.

Utilité

Bien que la sensibilité soit améliorée pour une reproductibilité à peu près
identique, cette variante n'est vraiment intéressante que pour l'analyse d'échantillons
troubles ou colorés si la coloration n'est pas extraite.

Vous aimerez peut-être aussi