Vous êtes sur la page 1sur 49

Lvcky Lvks

LA BALLADE DES DALTON


et autres histoires


—9 S

4 ) "’Qà
» DARGAUD Coll^ioa^nv ée > c À
Lock? Lusse

LA BAllADC DBS BALTON


et entres histoires

LA BALLADE DES DALTON


Dessins de MORRIS - Scénario de GOSCINNY
UN AMOUR DE JOLLY JUMPER
Dessins de MORRIS - Scénario de GREG
GRABUGE À PANCAKE-VALLEY
Dessins et scénario de MORRIS
L'ÉCOLE DES SHÉRIFS
Dessins et scénario de MORRIS

DARGAUD EDITEUR
PARIS • BARCELONE • LAUSANNE • LONDRES . MILAN • MONTREAL • NEW YORK • STUTTGART
//Â\> IBS SAlOONS, LES P-ENTRE PAN< TA
U&fcJÆS PB FANJO, TELS TAMlèfcë W OOS VOULONS
[(& TROUBADOURS PE Japis
,

LES PANSEUSES /
Mutaient les exploits
bff yéZOS PB L'OUEST,
WUCF&ANT LE PATRIMOINE
tPlûîlB INTERNAT ON AL P UN
1
I

i&NZAU FLORlLèGE PANS UNE

Y A PANS UOUEST, PB HA RJ? S #7


II- !
*lbb hors-la-loi vaincus 'Vont
FA LAPIN S PéFBNSeUfZS PB LA VEUVE. PB
'
connaître IBS RIGUEURS PB LA
U ORPHELIN' 4M N’HESITENT PAS, AU PBF IL FRISON
PB LEUR 4 VtB ... “A LUTTER CONTRE
t ca Pt fia //uw/>i/pp: < fUK/nmz

Ah æu
CA / £'est pas Juste :

*L£5 A3£H1/VA0/^S VALTOK)


“ALORS COMMENCE UNE AVENTURE
CtlVKEZ MOI, MOI AUSS\ J’ Al éTÉ

pleine pb haine et pe passion
" SE RETROUVENT
EN FRISON •m PANS LA SA CA PB iUCRY LURB S'INTITULE
PfcOiT A UA
PRISOM /
^
OONPAMNJ^/ MOI AUSSI J'AI
*
'SURVEILLAS FAR LE VIGILANT
ET PROPIÔIEUX R AN TAN FLAN
4

‘|ïïî[ c ,

IA VtHteANCB VÎ& PAIX0W»

3
CxttANr je sortirai
P'^ l. JB PES<^NPRÀl
lucvx U KE\ f

C'ttT PAS POLllZ.


tolit pe S^rra /

Nous avons
CONPAMN^S
* 4 loo ans pe
TRAVAUX foncés /

A trois
REPAS PAR JOUR
yA NOL»S EN FArf
t?ES TAS /

^je" Ma PRESENTE
Amewstws
^ V\assiaurz5 ,
j’ai ua triste
pevoir pa vcÿjs anwonce-r le
notaire. vous p^cès ra votre onoue
ETES MESSIEURS HENRY PAuTON. VOICI SON PEENIE-R-
PAUTON *?
PoetEAn J'Ai PaKjs^ çwe ça voos
FERAIT

lOUAlS Moi
c'est Joe et
.

. LA4I
PLAISIR-.

V ^N t'A PEU CONnJlJ AAAlS


mort naturelle / Henry pauton vous avait
6?u’bSt-ce gjutu ressemblait
k A PAPA /
C'EST LINE CONSOLATION / FA rT SES HERITIERS. MAIS A LINE
PETITE CONPITION VOUS .

On nous ue citait souvent aw PEVBZ PEVENIR-


. bxempue. UwraUM&KlT PE-
LA VEWÉfcAWCé
voroe oncle-

4
£REF, HeNRY PAUTOKJ VEUT ^OPPRIMER- OOEU?OES CCYOTtS'?
...A NOMMé GUEL^U'UN CHARGE*
û?PE— MOUS SOPPRlMlEZ TOOS PAS PE PROELèME DONNEZ IBS
.
VB VéR IFlER LA &ÛNNE MARCHE P£S
LES MEMBRES PU JORY ET, LE N chs et préparez l'hEritage OPERATIONS £E N’EST QUE SUR- SON
JUGE GUI l'ONJT condamné. TéMOlôNAGE GUE JE POURRAI
Mous NE Povvm 62 TOUCHER OUI MAIS verre £ oncle MOL-ILAnTT VOUS eEMETTEE LA Somme très
L'HEritAGe ÉTR6 SÔR G^E S£5 PERNièRES IMPORTANTE GUE VOUS LAISSE
Æ ti'APRêS AVOlP- VOLONTéS SOIENT RESPECTéES ...
vorTRE ONCUE.
accompl
C£-rrE
FORMA L né. OK OK/ CyUI £=>1 LE
TYPE CHÀR£é PE
NOOS SURVEIL LER?

Ie SEUU HONNETE- HûMME- LüéfcY Luke./ U/c*Y


ET PI &NE V£ CONFIANCE 00
VOTEE ONCLE ait conjnju. lu v Uiœ / LiiCKŸ UIK& !
S'A&IT D'UN CBR TAlfJ. EUH..
LUCKY LUKE. Pu calme Joe /Joe, pu
CALME ALLONS». VU CALME.
.

piEN JE VOUS LAISSE LA LISTE NOUS ALLONS CAPTURER llÀ&Oï Ou AlS MAIS PéS GUE NOOS
DES PERSONNAGES POINT MOUS lUKE ET LE ronce 12- A NOOS ACCOM' AURONS L'WéRfTAGE,
PAONEfc PENDANT QUE NOUS PESCENPRONS
PEVE2 PiSPOSER. Si VOUS NE
îéü SSlSSEZ PAS TOOTE LA FORTONE LES TYPES EN QUESTION. S'IL REFUSE
N OU6> P£5C£NPEON/6
UàCKS UIK& !
1

PF HENR't PAUTON IRA^ AO Y DONNEE NOOS LUI PROPOSERONS ONE PART


OEOveES . ^ w PE L'HéRITAGE ^4 Hé .
Hé, ... _
£’E£T PAS JO STE. CeSt
NOTRE TONTON A NOUS S'iU
VEUT ON HéRlTAGE ,
IU
N'A QO'A SE FAIRE ^
PENPRE ON TONTON /
. ^ ^ LOI /

Si ON le pescenp, il ne "4JM tonneu Mais noos sommes


POURRA PAS TOOCOER SA PAT2T QUAT(Z& (
P' HéRTAOE . -

S'IL N’y A CîO'UKJ TONNEU, MOI JE


VEUY 00* ON LE TIRE AO SORT.

ON 50flTlRA PAIZ
Le MêAAE
44 Ki
Tl
T/JN/NE4-
StUL TUMNEU^
POü£ TOU 6 /

JUSTEMENT... JE VAIS TEYPUGUER .


SH
PAS LE TEMPS FAOT S'éVAPER.
VOOS AVE2 PLAN GU é VOS PIOCHES"?
^ 1

Alors, creosons on tonneu / ^


D
Tu CIO IS PAS OU'ON AURAIT VU P NOUS SOMMES
FAIRE J PLAN. J OE *1
SÛREMENT PE L'AUTRE
NO $W( CÔTé DE5 MURS. |U
&EN. IU CONTINUER X
M'V A Oo'A t< exptosw N'VA flU'A OREUSE£
oceusbR. tout oeorr. ^ VERS LE HAUT
JUSTEMENT J'ETAIS LE ^Sommes
Noos ^
Sortis
PREMIER. ET MAINTENANT VOUS
A la surface, Joe
MAIS lu FAIT
v NOIR.... ^
C'BST
SANS POUTE LA
NUIT...
Attenpet-,
J'A\ UNE ALLUMETTE

/Messieurs. saluons la nspARmON CePENPANT, ET PLUS LOlfJ...


/PU PLUS NO&UE PES AUXILIAIRES TE
LA JUSTICE, PONT NOUS AVONS
TOUJOURS ADMIRÉ L’iNTELLIOrENeE
ET LE P^VOUEMENT. SALUONS LA
MEMOIRE PE RAN TAN PLAN VICTIME
PE SON SENS EXACERBÉ PU
PEVOIR !

**Çr*

h
E-H Joe / Nous sorm&$ AULPNS-NOUS TROUVER PE5
SUIVIS.
6 EST UE ARMES POUR CAPTURER. UUCKY UUKE ?
CHlEN PE UA PRISON
lu EST PEJÀ 5HR- NOTRE Je NE 5A JS PA5, MAIS lu FAUT
PISTE. ACCCMPUIR- UES PERNlÊRES VOUONTÊS
PE TONTON HENRY lu NOUS
REGARPE P’EN 0AS
ÊAN TAN PuAN ? lU - NOUS
/ AUCUN uanger-.c'^st AiPERA.'
UN IM&ÊCIUE, FAITES
S OCA\ME S'IU M'ETAIT
-JLc*' PAS UÀ .

La FOI EST ÜNB 61EN & KANPE CHOSE


CAR-. PL-US UO/N. SUÏL LA rZûCTTB !
MoUS AURIONS
BESOIN VS QUATRE
CEVOLVE-RS /
rV0U$
TOMBEZ
r C 'est exactement ce
SHÏU NOUS FAUT. HElN JOE ?
Marchand PE REVOL-VERS /<$Ul IEnI : JE VIENS
VEUT PES REVOLVERS 7 UES 0FAUX rc- n-ctc-c^vunc i/fcr> A RMES PE
LES BONS REVOLVERS /
&EANPE QUALITÉ. AVEC
E-UUES PERSONNE NE
PEUT RATEE
SA ClpLE
MÊME
PAS UN
v /* IM0ÉCILE /

lus Sont charges *? Ç a ne FAIT Pi EN pu tout... Et toi


PlUE / N'OUPUIE PAS OUE CE C'est opaque fois
SONT PE5 UA MÊME CHOSE JE VAIS .

Oui. Br ues (SRANPE ME RECYCLER VENPRE AUTRE


ceinturons .sont en OUAUTÉ CHOSE... PES CHEVAUX! PAR
A FArr pouze EXEMPUE ... ON NE PEUT
PAS VOUS TIRER AVEC PES

OUAIS/
ET MÊME PES
IMBÉCILES,..

Tiens voilA topiaS J'ai été


Wiuuis . pas l'Air Content propre ÛUAfS
PAC. QUATRE N A UN S'APPELLE JOE ET
6?Ul
ROUTE L'AUTRE ^iAvEE-EUU J’AI CRU
&ULCH / REMARQUER-
OU* ILS
AVAIENT
COAMAE
UN AIR-
PE
FAMILLE

U£6 .

PAUTOhi /
PanI TanJ PUAisI/TOI AUSSI ^
Ttl AS U'ÉVPUOSlOM
SiIRstéOA A -

Tu KJ 'AURAIS PAS VÜ u£S PAuTOkJ


PAR. HASARP *7

Que MB VÉ4JT ££
TYP£ Z lu A dNE-
vb noubu r-

’L& favTOH piSçhjr À Luc&Ltiœ ueuR-


lus- 5PWT UÀ U &6 PAUTONJ /
MomS AVOKJS 4JNJÉ SURPZ SB PZOJB T S. Il VONNB SON ACCORD POÜtL
COYOT&! ŸOUU- 'TOI KJOaS N’AULOMS CE PLAN PtABOLtQUE CePBNV,AMT LE BON
Ues MAlMS £Ki L'Allé, : .

PAS. PeSCeKJPee. vzorr NB PEUT ÊTRB OUTRAI é PAR.


Au CONTRAIRE NOU<> AVOKJS 64KJ^ L'HONNÊTE COWtOY RASSURE -TOI, PUBLIC
,

AFFAIR3 X -TB PROPOSEE. .


. BT SA COMPLICITÉ SJ AVBO VBS HORS- LA LC'
N'EST QUE Zl&E PE BON ALOI

Si TU REPOSES NCX4S TB
, Lë PR^MIëe. P£ UA L &5 FANTOME-S ! tes
VESCENVONS ,$\ '-TU acceptes, ë$T WKJ NOMMÉ
UlS>T£
TU AURAS TA PART VB u’H^R. MIM& U FÛO.lu A FAWTÔM&S^Ià SONT
bcutigmê X Srass City .

CtST O. K, BT MEME JE MAIS IU KJOtiS FAWPRAlT ZeVBUUS i


AlPfcRAl A S£JPPR!/V\&K_
VES CMBNAu*. ...
U6S COYÛTÊS ^Ul
COkJPAaakJE^VOTR£ /V\AIZ£HAK/D P£
ONGUê.
marchanjp
P£ Cf(’^VA^V /

Tu NOUS PIZBNVS POUR- VBS


ENFANTS, CcvJ- BOY ? "TbOT Cë-
£t VûluX
OlX AlP / quton T£ pemakjitç. c'&ct pe
KJOTRë CU EKJT 1
T£mOIC*J£R-.

AA\
*7 "r i h t
1

&fgs &

B
NJon/ C'bst une euancmissbrie
CCMM& U6 PRÉCISE MA MOPE-5TE Mais non. mais non
ENSEIGNE ET PERMETTEZ' MOI P'AVOlR NOS VÊTEMENTS ONT
L'AUCACE VF MOCS PIRE OiXF VOUS U NJ COYOTE EN EFFET BESOIN
5BM0UEZ AVOIR SIEN BESOIN PB MBS CONPAMNÉ PAC P'UN petit
HUMEUES TOWTONJ HENRY nettoya ob
SERVICES. Si VOUS BT...
VOUUEZ SIEN MB
CONFIER VOS
VÊTEMENTS.

POURQUOI O NJ NE B 'A r PARCE #UE NJ OS


PAS PESCENJPU VÊTEMENTS ONT VEAI-
TOUT PB SU 1TB <2 mbnjt bbSoinJ p'êttre
BUANCHIS ON UE PES-
-CENPRA PÊS QU'IU
NOUS UES AU PA — Fas ENCORE
VOUS FAUPRA
RENDUS, BT U AURA
I
lu

tgava'iuuE POUR NOUS 3UBUQUES


gratuitement / INSTANTS PB
PAT IBNJ CE
NOPUBS CUIBNJTS'

U V A P£f>
QMIV0446 ee£AM>&*JT
_
uA'?A 5 EM FA ce
' &PW...
P6M... TU ES
HAeiu.e--roi . cours
-APRÈS NOUS ON
UUI
VA CHERCHER- PE5
VÊTEMENTS PANS
CETTB BOUTIQUE

i)
t .

J 'Aimera o^n* Om a $E-N ? CÙ SONT


t?F MÊME V^fLIFtE-R- TiJ^ UE
FASSES MES QUATRE
^ MON CHINOIS
COü? P& TVm6 RAY^S ? ... TANT FlS
FtlA A AMEMTë l,A JF VAIS 6JIV/K.F CEUX-LÀ--
Pop^uation PU45>
QUESTION DE '

V^R-IFlER. / FILONS

on peut pas rester. J'EN AVAIS


Comme ça faut qu’on trouve ASSEZ PE COURlR-
pes vêtements f LES PORTES ON .

V FAIT T R. OP PE
MAUVAISES
RENCONTRES

J'AI U' IMPRESSION


QUE VOICI TES
PREMIER Ci-IENTS.

10
MAIS J OE SI NOUS ENTRONS
,

PANS UNE PRISON, ON NE NOUS


UAlSSERA PAS EESSoeTIR-

ON POURRAIT MAIS NOUS


-<
ESSAYER. P’E-NTR.ER- NE SAVONS
SANS ÊTRE V£|S, EN FAI R-E QUE
OREUSAN T UN TUNNEU PES tunneus
Pour. sortir.
PAS POUR. ENTRER

VOUS £tES BIEN THAPEUS \OUI MAlSJE^


Couwns directeur. pe la /N£ SUIS PLUS
PfUSON* pi recteur pe
"^PRISON... car il-
N'Y A PLUS PE
PRISON ... À

ET lu NV A PUUS PE
PRISON OA lu NV A
12.

PLUS PE PRISONNIERS /

Je n‘ai puis Qu'A prenpi £>OUS CE TAPIS uA C'EST UE PRISONNIER^


Tous ^va rés / Peoarpez ils ont ,

baoaoes et A partir, moi GUI ^TAlT CHAROE PE FAIRE UE


C&EUS^ PES TUNNELS PARTOUT... PARTOUT
Je les ooruotais pourtant. 0 MENAGE PANS MON ÊUREAU Gui U'A
CREulS^... UN HOMME QUI AvAlT
Ne SORTE2 PAS PAR UA Toute ma confiance /
PORTEV- A -T* IL ON TuNNEL
f

eh bien Je
VAIS VOUS
EXPLIQUER.
POURQUOI
VOUS SOR
PAR- CE

11
.

Apnèo L'exPi-icATtOfij... ^ Br QUELQUES IMITANT* PLUS TAIZD ENCORE


Voa6 AV£2-
CLAiaonj Jë
ce
50fLTir2.Ai PAft
TUNNJ^U- MERCI
Uückv
U4ke

C'e*t El /us c&busent et font exploses.


P&Ôt-E PE MABÆHAMp/ vr*Ai,
MAECHATvJP PE PYlUAMlTE Jamais movbn PAvoifc P£S QU'lU VOIT
UNE CONVERSATION UN CLIENT IL
BT DE. MAK^HAMP
PeU-Eè/ Avec LUI.
r

5e Mer A courir
DE DYWAMiTE ET PE EN HiJE-t-ANT /
PEDUE-5 / A56>£2 Pl^Orrë. lu FAUT CREU 6 EI2 .

Al-HAMBR UA Mècee et FAIRE

-iiaiAS
W\l*S.

'LE DéSEflT DE UA SO/F APRÈS LES PLAINES Z1WE


VOUS AV^-2 ZÉUSSI
f IU Kie RESTAIT PLUS lepéSEirr 6 en quoi"? '6>Oü6 CJN IMPITOYABLE OEL“
Rl&N PANS LES P^CCWBRES LE
PifcEcteurz s'est vouAtisë DE LA^OlF/ CA serait pire ÈîENP SON UNO MANTEAU VE CHAiEuR ET DE SEL
Si C'ETAIT ue ~CÙ LEE OISEAUX TOMBENT £ÔTI5 '
c'est au Tourz pe
p^seer pe
/ PLUME - PE ' SERPENT U A FAIM /
/
^ORCiER «NPiEN QUI HABtTE
le p^sert re ua
f
^ V
\ 60IF /

V A PLUS VEAU ?
C'e^t k Boiee- «u'iu
MOUè^r FAMT/3
Pensez A
Autre c+<o6£ Averedd,
chantez /
TAI^-TOf//

12
Que- percentvisa&e£> pai-es ? Mémçî
PE^£K.T P^-Ç. OtJ'ONi 5g M&T PAN£
f> (

5A BAIGNOIRE BTiLg P^£AN£g PAC-


,

Appeu //

6l VCü*> T MOI VOU6 Mo» 5 o£C»e£ Ma maoie e^t


PA6 eoiee
,

C^^eiLT PJI55ANTE 6l VOW^TWgfZ, MOI.


Pé uA AOif FAX^T é-rrLE VOLJ5 PA5 AVOIf^ P'EA(M
FOU PAN'* SA TÊTE EAU VENIR. 0&ÂOE
Poue. C&DIR.E QüE
À MAOfE
TfcO^V^E, PE
U&AU ICI... £H P»gN PONNE-NOtJE
X bcvre DAeoru?, nûl/s te
PeSCemprona EAjSMrre-
Ça me FAeAlT
f2.Al6ûNNApl^
MA 16 LA

V»£iaoe PÂi£ Avare. ceizmeam ^IMPPÊMEAJT FAIRE PE 0EAM* RÊVE -5.


50N SCMr?! MOI AVOlfc. Mi6 POtiPfcE PE Niou6 Avoue, tout ue temp^ pe tcatf&i ! zêvez i

OlAMPl6l\JOKJ5>
PAN6 EAU
PARLER. V*6A£E PXuE VÛÜUOtR-
£r£fZE Ffc.AîaiE UMOKJAPE,
com&uœz. i
/ QMEU EFFET VONT
uE^rZ. V05
FÀI£E I
0£ CO££M, 5ûCX <? ^
GHAMPIÔNON6 7

Morztàç £g oQtJü'r'-

13
4

’5t mantenamt Lapiez amp Ggntue/a&m voyez- ‘Acccmpuzzamt roue* nouz em coutume rayé
LE6 PAlTON Z'BNVOLEZ. PA Kl 6 PEZ fié VE Z AVIVEZ." NÜMétLOZ PB MÜZIC HALL L&Z P LU Z HllMiPEZ. ~

EVTfLAÎNéZ EM TRAÎNEAU AiNZI NCUZ


'VlMUZüE TOUT B6T P&RAMZ PAN*
l£ RÊVE IL6 FEfLONT PE LA PLUlë „ ^\vu LBZ VERJZONZ "...
PB 5£PTEM(}(ie..UME NEIGE P'HiVElZ

14
.

Æueu CcimAT/
Pouft* ue riETouiP- je me 6ui£>
Ne RESTONS PAS ici. A^tAM&à Avec’ puume
,

-pe- On ne sait puus


NOUS N'AVONS PUUS ^bp-pent, vi^cjx ntètze = lu comment S'habipuer-
RIEN X Y FAIRE .
M'A p^omi* que noua Ne
MANQUERIONS PAS PEA U
Qu AN P EST' CE
QU'ON MANCE 1

Fias TA/ep...
[ 0'EST UE CHIEN Oui T'a PARAÎT QUE UE PÛCTEUK- SmiTH
MORPU. PANCHO '?... est PANS UA EEeiON

PAS UE CHIEN CAfcAMPA . Le EU POCTOR f’MiTH .

PLUS OEANP PEA CJNQ. UA* PA A El, EST VPttë ce


II,

IU FAUT VITE RETIRER, AA MAlN MATIN EN PlRECTlON


QUAND ÛN Ull PRESENTE UN PUAT. PU NÛRP I

AlORS COMME ÇA VCtlS CONNAIE5E2


SAUF SA BOUT^lUUE PERSONNEUUE.
S-ENOR UA UE PÛCTÊNE. SMITH -2 CE UIQUIPE VERT. CE AT PE
PETITE APPlTi ON / U’A LCOOL PE CACTUS. C'EST MOI
Si TR^S BIEN (l EST UN QUI UE lü\ FOURNIS... UE DOCTEUR
Je m'en PEU CHARuATAN MAlS IU NE
occupe FAIT PE MAU A PERSONNE
CAN6 SES FLACONS IU N'Y
A QUE PE
U' EAU /

A UA TIENNE. E404 UAPE/


A u'etape Je t'en VER-
SERAI UNE BONNE
uampEe . Hic»...

15
ÇT votr MP Ffct/VEZ. PAS «VUE<UX TOMBEE JE fAE^P POJE C€ Cftil EST
C?UE-
VOL1*. MP 5EM0LeZ,
.

^vi«6 piplômE pe plusieurs c-eanpes re- UA S>\NTÉ


..<Ni AUSSI PlEN PCiCOP^eMM^S MES AMIS, SANS VOULOIR
lîcip uolales. J'ai qans mes Plaçons POüE ALITAWT VOUS \KIQU\&V£V- 1

pe qlioi vous ee-#^ rcMNpe. ASSE-Z MAL EN


\nOtiEujrz e.t F santé / PoikJT

&STCWAOS
'
DÉFICIENTS

Nlou/b M&
60MM&6- PA^>

v ic-t pouK-...,

U40£IIÏG £ 6OG0 NW
v

À ceT AN (AVAL. <?JI ^APPELLE


LÎi.ANT Tout ce la pctigjzAfT êtjze tiza& qü & Bon, puisqu'il Ne veurr pas m'écoutec-
vA'-jeweNT un zwien. il Me semple AVAIS VOUA M’Avez TEOUV/£ SLJfL VOTrLE-
érce lin eemacquaple chêmin. je Suis en effet LiNvEN-Teurz.
exemple Pu sens pe l'humouiz- Attenps Joe. Je Ne me sen*
FAfLFOlS TTLOP AuPAJiEuX FONT AIME pas TEë-6 bien peut- rrze
a FAifze pêe-uve la natuize. Te» v/A* TB TAlfc£, 06JI
... p'un
éuxtfc. l>u« GrUëZrr
Tctrr et tous Jet
elixitz que vouci je t

Ne ue vbmps
pas toc, ni
.if

même .# 50 ni .

même p zo Je ue
venps, voi4 au,£z
Eiee, f5 la
Bouteille- (

Prenons l’elivjê p a eofcp. er Foc cette eotrreiLLE, c'est quoi c est ch poison T
COMME- ELlXlfc? ,
" C'EST OA, PU
Æue^noN Bt
:AS
MÊME 5 Je NE Me
1

SENS PAA T(2£s


f -y

I
PA^>
PA^ A VENPCE
pansepeuv
Mon non / Ce n'est
un MÉPlCAMENT ce N’EST
C'EST ‘pANQEEEN*
Poison extrêmement Violent
Il V A PE QUOI SUPPRIMES- LNe
UN E^OiMENT
TR.1EL P'APACHEfî.
PE CAVALERIE Ou UN KZLANPAI5
Bi£N MOI-MÊME ...
PAN5 APotzce PE

Je te vois venie. Joe ceat une


,
Ol4A16 L'ip^e PE U4l PAlf^e BOIf2e Bcx 6 Tok/ Poi-sohi,
<fEe riAPOM^e que tu as la / ^ON FDI50N POuC ECONOMISEE. L^NE
pAlue er llü ponnee- une le^oj / CWAHt-ATAK/ /

Boiee mon...
QUAIS», CtiAlS /
MAIS PcXifZCjuOI ^
VCuS Avez VLI. LES
OAfZS*? C'EST LME
iree piAeoLiotie.
J'EN Al PES TAS
COMME ÇA f -

la

16
T .

t-zace a jn eu n r'ceiL- Tg4 s Bien J'opeie» mm ApiEuj,


PlACdBT PB iUUCY LUk'e, LE HOMME PE VA Pl^rACAÎTTE.
ZOCTBUC- *MITH COMFtZBNP
$fc|BN£€. HMM AN |T 0
VICTIME PE U’ I&NCÏZANCB INEPATB /
L*SE2- TAP'PBMBNT yJg'^VOMPflAi^ EM PEOf |TE£- &UCU OU>M
uA Situation... \X^x. ?00 <L £A£OWTE£ tfUEU- ûuw...
sJMr <3 uea Bpiaov^
Li^H epifiAkJt^ pt wa
/7; £ VIE ...

B0l6 OM
JE 6A 6 PIUI-E
<JKJÊ PALUE /

?A& LE5 B*PACBa Vlp&s LBA NATION* 5AN* BS CB fT (ON


‘Ain6 I PB TOUTE*
BT LS* <CMMBT* AZIPB* tu* Aonr venu* il* *ont là bt jamais laa
\'C>U* CC+iN A(*ABZ
Ce 5t LA FOULE ve ron 'PS CBTTB QuêTS INBAPéZèS MAI* INABNAérE
TOM û'<fON NO(U -Z
QUI ATT//2A/T ALOZe / Qu'on appela tUlge V£tZ*> l’OZf ...
LE* ?RD*>P£CTBUte> AJtPB*

TûM O'CGNNOn BAT LB JuTCY SUIVANT A I^FUE-XIOM FAITE,


O uONNJOfZ 0ü\ : E*T SUF- UA IL
PS 6 CBNPÎZB ...
COU INJE UAPA^ lu N'A JAMAIS
. CûVJ BOV VAS V UE
TECMV^ mN GÜAtmB p'Ofc &T POURTANT a MCuA \ 0 ULEZ-.
\
?W£M\B>li POU P- voie.
lu a cæbu^ aa colline pana tou a ( J T \Alf LE rrZBAMBP- 61 IA voie BAT
LiBfZe- ... .
IB* SBN* lu BAT PE\JBNU FOU lU
Tl GE- 6ME TCtl6 CEU4* £>4jI £'AFPtLOCHE-NT
Va tONETEMP* Qü'ON NE L’A PA6
VU Pgu4 T £TiZ£ ILBATMOPT.

GUEATlON. C'BAT
MOI UE CHEF CB*
MOI Qui y VAÏ 6 /

LàCW LU SB 5‘ELANCE PAN* LE NO i-A BALLE IZICCCHB QUELQUE PEU


tfiAN'6 LANP JUAQü 'AU ACMMBT A\ANT FAB&VEZ A PBAT/NATlON .
C'£6T VOLiA <$Ml
VB la cou ne voù
i il tiizb un Ave 2 tifcE ^mcl le
COUP PB FBÜ P&Ea* ! OAMOpJ VB MA
CAPABLE-? C'E6T
AAAuM VOM« MB L'AVER
6A N* VOUTE FAUAAé
30N TMB2--AVDI et n'bnJ
PLA 6
VW

^ -c"£

17
QUE 6 'iu B'EST
FAIT-IU? Il IU A PEUT ÊTZE tAl^ON

fait 6 C&MPCLB C'E$T


PB. JO& ...
EMBÊTANT: |U NE POüZ-E .

PA^ VENU2. AVEO NiûU^ Je n'ai vu


P£UZ TÉMOI6NEZ. r 5 c*jhb pane
pbiz. OUI .
PUISQUE UE-5
LA MINE ÔEUUÊMENT £EN£ PENSENT QUE Tb/A
ET JE n'AUZAi PA<3 LE
(CETTE CAZABiNE OUI O ‘CONNOP- EAT...E-5T
Flottait en u'auZ. et MO/rr
PlAI^IZ- PE UE PE££ENPl2E
TU2AIT toute ^euuE
MOI-MÊME.
(CE N'E^T PA 'b J
ELecazpe, Joe
V NATUfZEU /
Le voiu '

uE £ONT PE£ BÊTISE é O 'CONNOfZ- 5E. !u 5 VONT FAiltE UNE PPOmENAPE


CACHE PAM5 5AMINJE ON V VA / _ QU'IUô n'OU 0ME£ONT PA^ PE ^ITÔT
C'EbT MOI- MÊME QU' Al PO£E
Non Pa£ /woi. Je n'aime- pa^
ME BATTRE CONTRE PE 6 CHO*&£
QUE JE NE COMPZENP^ BA4>.

^ LAISSE TomPE/2- >


AvEf^EUU NotfZE HÊZO£
N'E5T QU'UN FOIE
JA UNE.
POU^6ENOUE (

AU MOlNô /

..."et pev/ent puue fbbt/ub bncozb UA POCALYPTlQpB


C'bST UE WA SONNET FOü QUI FAUT ! **
E/VéMOTiON£> PAJL MOATT* BT PAZ-
BA LIA PE-
Voyb 2, vov£2. Gbattuembaj CAZ. t oes 0autoas " f

VO/Cf QUE &OUPAIAJ LA BALLAPB PE$ AAUT0/J/


,
* VAUX PA/Z CO^lUB- BT PAB MlNB
.

QUI JU$CiU‘AU>ni> AVAIT PE5 A'UEC>


E -L-..

OUI VEUT PÉPANOE/2. mon ZEPO 6 ÉTERNEL / O'eet péjà fait pepupb uonô-
Ah. ah...
TEMPf>. JE
£U(“6TOM O'OONNOE. PÉ^OuÉ .

POUE VOU6, ON NE TuE FA6 UN FANTÔME


r EUH... NÛU-6 OHEZCUONB Paz contre, je me pemanpe- ei je ne Four. EîfZE V£ 5 cbaipu iu était
UN NOMMÉ O 'CO NN 0/2- VA16 PA5 \CUE EAWENEC- AVEC moi
PE60ENPU . Tu PDUZCA6 EN
MON6IEUIZ UE FANTÔME ON
VAN5 UE5 M1NE6 PU PîABUE
T ÉMOIÔNEJZ COW- POV '

AlMEZAfT BIEN UE PEÔCENPT2E, AW_. Âh ...


1
.

6/Ça ne vcu6
PÉZANOE PA6 . .

18
Cwèzee SOEURS. CE N'EST PAS AVEC
pes cartes siseautEes oue vous
SEREZ APMlSES AU POKER. dTEC.NEU.
MÊME AVEC- UN CARRé PAS ENJ main
N'oueuiaz jamais que ue maun
PEUT SORTIR UNE QUINTE ROVAUE
PE ses manches iwf^rvaues

5am &ame % Je vouprais Chu r ! Chapeau,


TE PII2E PEUX MOT6 / AveREuu *

Chapeau (

AlNSi C£jE OHAGUE SEMAINE NOUS


AW-0N6 FAieE UN UOTO. CHAQUE- CARTE
VAUT &NQ POU'AfcS ET EUES SONT
VENDES AU Fe*NEF)CE PE6 OEUVRES
PE |A PAROISSE -WiSS WoeTVOESSPENNY
.

VOULEZ- VOUS DISTRIBUER LES


^ CARTES 2.

NiEVOUS PISPUTE'Z- UNE SEUUE 0AUUE


Tu es sien Sam Came. un pes coyotes PAS MES FRÈRES».
QÜ ONT CONPAMN^- HENJR.V PAUTONT JE PANS MON 0AR-IUUET
je suis prêt a me
VAIS TE PESCENPRE.,

Non Je vais
.

MOI'
UE PESCENPRE MOI'
T PRÉSENTER PEVANT
E ORAND CROUPIER
VA 16
A
ACCORPEZ-'MOI
,

FAVEUR- PE UE FAIRE
MAiS JE RECOMMENCERAI
AUTAMT PE FOIS ÇU'IE
FAUPZA, D'ACCORP*?

OR.
.
Ole,
VITE
MAIS FAIS

19
PT
N'aie point p'in< 5 ui£tupe monj rzèzs
,
ua Le etJivAMT ve la Liere est bup
&AUUE ër^rr pi nie . MiÊACUE ! &UÔMAhJ. COHPUCXeuZ PB LOCOrfiOTNZ

JB L'AUfLAl* FAfclB, MOM ZstéfZBNP.


I

Je 0£O<S Qui'lU-
APP(Z,OC*E- f

Vou6 ÊTES BlE^J PaP B^ÔMAN

OU! ,
MAIS LB- MOMENT
N’EST PAS AUX! PRESENTATIONS
J’essaie v A <Lzêre.(Z, cette
'

IrOCOtA OTIVE-.

B>on. ça va. T'as entenipa, waut 2 / Je me PUAiisjprzAi


A ia compagnie f

MAl 5 $UP / mon Panier. '

On VA 6E TUE 2 -
Mon faniez / Avec ues
OEUiFS /

Mon cazzb ve zoi5 /


PEf2-5oNNEN A VU MON
CA£££ PE &OlS 2 ç

AcJ CONTRAIRE /
CONTINUEE UE puus
vite possfue. faites
ce que je vous
N. Pi 6 .

20
21
oà E^T P-jr PuEMAN

OHWOt.JoE.
me jeT^ri
*?

lu
Horz.5
y
œ
’^TAiT UUl
A ESSAYE DE
i-A

loo^motive f
lui a vtïcsuv u
PE5CEM7W
P&6^-5
M
0OPZP.
: Cb pe^feizapo a
BT L'A ÏAuAblcé FA2.
A££ÈTEZ-LE.
PûKJ EH FlEN
EM KOLJTE /

CE^T UAl MATH (A*? £ONJE£ LE PEJ2--


Oh PI-SJOe/ C'E5T TCtiJCUfZ/S toi ET
Nl£(2- JUtLE JE VAI^> UE PE^ENlPIZE / UuiO:VUUKE QUI PEf?£ENPEZ t-&f>
TYPE5, NiOü5, ON FAIT CÇ_ la
Fl£-nPATiON /
Li

22
Wiuham a CAl^^ON . C Z& £?Ut f>& i2Arr Oentiu Ce
,

ue ve-wiç-n ^o&é-, o e^T notée 6e&A^T û&l'ON UE- Ve&C&JPB Tout-


P£(ZUièZ& CH MJ ce PB B.H't&W&I'C ~~ EN fAANIWUE

en tout £A* Je veuf»


p^-coN.^EtuuE fe ie pe^CENpüe
EM Vlt-Ue Je CONNAIS T^/WEUEW&EP
6HLIN<VE • t£l IU6> NE GUO0UENT

^CiEN POUC- VOtJf> MOtZT £l ON PUAI^ANTAIT AN PEA


.
Puy<î> AVE£ E4-UE UA VIE fECAîT
ue^> OEN6 6E TIENNENT T2ANŒUIUUE6
PUW'S OAlE POLJCl NAOl 5HECIF
ON NE PLAIDANTE PA6 AVE£ LA

23
é-COiXTt-7- ,
UAI^Ô&Z-MOI 5UIVRE
LE CCOCfc>É'«V\OÊT lu aUlTTEEA
.

5âe.EMeNT UA Vluug A UN moment


rOMM& >JE T£*E£AI RE CONNA.ÎTEE
50 N ET VOu£»

Je P EUX MOü£> PICJB 6JNi MOT ï Auûfc 5 ÔOvJ 80 V


. Z
C'EET VOUf> EVlTEfc pe
ŸOitfL
APCè^'
revEMie. vorfis pcorne cwemt
P0NE6 PAIZT
AAlPI
AVEC 60 M COC.pl LLAfU^
5E6 AFFA1IZE6 SONT
TCOP MAUVAISES
Sw ICI.

BT JOLUŸ JUMPBZ- MAQüiLLé 60C.T


PB UA V?LUE T/RAA/TuE CORBiuu RP
A\teC USJ FAUY Ce.OQUE.-MOR.T_..

Aux Bocubç fLOuces éclate


ÜNB FU5IUAPB NCCJZClB . . - Om PEVEAlT FAlCE ÇA ruuA .*OuvEA/T

5i Ma/iaam et Papa avaient pu ncu 6 voir


~
Vouf» vou^>
SOUVEN E“Z. OuANP
onI Etait petiteet
QU’ON AUAtT ATTAQUEE
BAM<3ôjE$
jSBgS^ AVE£ UEfv
^ ACEKTB^
t

24
Afeés, lu POKJN£ e^£PT«ON
PAN£ 50N £AN£fl Powri TOU6 LE*>
(^NJOJEepwr^ &T Onj PûuneA
L'APPEO^^li /WAI6 P06iC C£UA
lu FA^T ÊT£& CONiCcJee&NTT /

25
er MAitsrrfN/Ahrr. B~UH ... CCOI5*Tt4 QtiÉ TuN£
C.'&5 Qa’^T-C^ QU£ VOU6 AV&Z A
ue P£ CMtsJteXA Me- r^e^Aep^fZ. CCMM& ÇA ?
6A</»VA£E£ t

Av^fZ-Él-U, ONi A BONNÊ


HCtJP-Toi.

(XJAlP/ C'£6T TOI û&Ji VA5 PB-^C&JPfZS

beu £'&6r Av^réu- £tJi


5'v couu& Tti t' iNj^e/f»
AUf>5l CACTiJ DC 16 êTK.e
T^MOiM 3PANP Av^fcÊU- t^CENjPRA
L£ J£i££- /

tA ?/2£5TAT/OA/ P 'AVZflBLL- BïT


A 56^2 ZCNP&M&NT MENée-"...

26
LoCIO/ Uike veut ÉTÉ -
UE-
OHAMPioN PE^OuE- PE \JOU6
Wt&IULO/>AP(l&. MAIS IU EST U'W£ofZ-E
JE £APP£u-E à. TCO*> UE'*’ CONCUZZ&MTS
cujb- je ues atten/ps» 6e 6o\z
D\k£ i> i r> > /

VcoS SAVEZ 30 E
VOOS AOS$| VOO* OjlAlS .

AVEZ WN/E- PEÔUE AtTEnPS - MO/


P£ TÊTE ? _, J'Ai one
COU Z6£
F
A FAl£E

...M^i&A PO/eE
§ UN VEE42E

1 j'ESPEàE-E Qü'Vr A0/2A


5AU4T : Je
VOOFfcAJS ONE (2^0551
SFgLOAUE
^PITION
JE VAIS vcos
1 OUA/6, ££ JuŒ EST
UE PB-ZNI&Z- OPS>TA£UE
BNT(Z£- NOO *> ET {VH^fcfTAOE
PE TONTON /

^ et ?u\e>
APZ^S, JE POJfceAt
PES££NPrd£ UACKV
. Uinb !

JT’ La pauûmino Gazette, ESOOTEZUE J03E A ^TE



1

^PITl ON SPÉOIAUE / Too^ OES* ABATTU PEUPAMT UA EXCEPTION


PEsTAiuS 50(2 UE MBOtZTZE- 6AO <30 '/U OPP/ZAfT AOX 03NJ£UKf2ENTS
eu (20PEO. SON MEU/ZTRiER ON
OEZTAiN Aveizeuu S»/IAir h, a
eéussi a p/EPAeA'îTeE- /

27
PlÊïJsIV'És-NÜ^ l£Ul <3^ Air £t L,^cicy twk'ë p^it &aj teïmûi PA£FA( T NOü* M AVÔNJ4 Bë^ÛllsJ
TOtiT f»'t5T FA^£ cûWttÊ F(2£V*J *6<vjte. ( Pt toi. Cow-&ov,êtJ£
Je FtN^t- 2 — VAl'S TÉ- ...
) V

Ma.-t^ voüf- ATT^MnoMA ut j^iev a &i i&


t

T^rA p ëutéa&i vou^ été a a£C4$&$


rt5
Pt TtMTATlV/tf* ZATée* rt MÊ^flTf^.
U^c*.v Umê reu t £nj
t&aaoic-mec, ue^-
*-»ÉU£*r' U£6 J^JSL^
votîi^ vpdpiCT

r oOUPABi^/
V0£ VèTtMtNT'Ê»
5ûm*t peêT$ /
ÇA F£f2A
L f5. ^
LA COLM1 MOL& CONPAMN£ OJ^V UiK^/ A!ai6 Ujckyluks
EST PWi5> PAP/PE
X ZeiOiMlU&K- E-NJ PÊ160M ET X ES?èce pe- Gpvotf / £&JE 50/V OMBZe./
(ZE^TFt^ POUIZ P£ BONJ
C‘&-$T TOI QW' A£
'f /

TOUT MANJlôAWC^- '.

^t

"IS CEIME PAJE Pf& EN PëPfT PE* NANCEtN&A


NE V ET l&5 HéRDï PE CETTE EPP PANANTE SALUAPE
*
~-APtE5 AsJP GENTLEMEN ... “ 5 'EN ÉTONNEZ A T- ON ?
HONr&JïEZ VE*> PAL-TON f
C'eet PONC AU% &CNNZ* CEUVZEE "APzèA lbuz eecAPAPE
QUE €>EPA téVOUÀ L'H^tLiTAOE PAUTQN ... “ÏONT (UETOU&N& CA&5EIZ PE* CAIU^UX
EN PdlEONl ...

2 ()
, R

UN AMOUR DE JOLLY JUMPER

MOI V&RlFlER NOüVPLLP fO\&, MOI PlRP À LA


M/NS MOI CpaASMPNr SÔR CRiNiPRP UVlPP 0\S pïftp MALAV&
PlAGNOSTTe... é't^ - PANS SON VÊNT^É la 0ON PIPP,
pi" PUJS 0£J MO/Ns &OKI oeiu..^

^ AioRe>,
FbüRgooi
MAN G&-XM Flü&.
HOMMP MPP^ClNp
.

'
cmns sa i^t^? >]ou,y vioMPm? moi -Sdfc . Moi ffcs N
ip CHPVAL LP PUJ6 NORMAL- pp OOMPpT^Nf\ Ibl \0<R
^oaesr £Xp£FlioMeLlÇM&M PbeT^OK SHRlNKMPAP,
NORMAL. MPMP A I&IOOPK GÜlCh, ftxi
LA <20N6O. lAÏÏON C'PS T ,

SjJN SAC 7Â3AG S

LOI <SO£JCis/ V
N
VU\ A4 Al*APE
PANS SAIêT&Z
4JOH/ >

30
^ 30 N / PH &&U /
ON IRA LP VOIR, LP
psyCHI^IfcP PP ‘TfcfOGPR-
OÜICH / PPOf- Pîfep OO IL-
*

COMPX&HPfiA UJ/..

OdAiP,

31
LA NO iT^AAüSSAPE PLLP AüS£\,N 'AVAIT LP £AP^ PS r 6/N PP61 ...P'6N CÔTp. J >41 HAT^ ^JP 6P
PAS CRÛ 6TfL£ PP PORTER LF /HOINlPRe
CON lpspr, avais e'psr exprès; '106313 lp RPNPP TA PONNP HLW3LK
vlOU-V. ON VA -PS5AYPR pp ^/AlS PP l'Aaî^p.^^F^
^ NP FAS S'eNPRVÉR... _

ÀfëjBÿ.

\V&>

/ ^

PAWô T&M f-ÉTAr, IL NP PALIT PRPNPRêï


A6C6V PlS<?6/P NOTfe PP6X/P/V1P
-

^TAPP S&RA COU m^t TrAS 'TRoP


G> 'JW
FATf&ANfE..

• -

Tcj T& ^oov\ms


Pd Ranch Q& 3dOK IA &OÜRSE
MORGAN ? IL P-STSOR oo LA VIE, ,
NoTkP ROdJT^-
Voyage or, !

fcontentant
NOOS
P-N
p'cjne- >
.

SI /MPI P PRO/MPNAPÉ?
A6UOLIPP ' H6II S£j| \/lp: p '6N£
0ONN^ NUIT CHEZ- PQCK,
Tü A&ZIVPFAS PLC1S

X
, VET&NVü a -Tki&éeR >
ooiCH ...

32
IA V\E\UE PISÎ^- ? /MAIS f/4ô ^/MAKQOÉ.-.IU F^üT*
c'e&t veveno ie zmvtzMoos PJR£ ÇüE JOUUV 40A1PÉR
EE 'iÔ6is \,ES ouHaws prf p^s pRéoeeop^ on feo , poeç iu
.

inp/pns pe^iu^s,^ uà / N'A IE CoEU R /À RIEN...

/Juu tctfZ- PTa

...1ÜI^MPAIS ÜJSlEMENT A Pie. MON F ILS


^\PR£S Ï^OT", S ION ORE SI ON PEU
UOI CoNVO/fCU PMS.-'n^Mô/
1

V EXERCICE '^-
2É3 psf AO NP\A0A ffcXJR ApFvAlRB^ , AV£e ^'j0r-^Sr^- Cl Zl/^LAtX ? y
/MON ÛHPVAU Rpp Fl AG, El lON sJOUY
JdMPpR AdRAiT" ffci /M^ pONWËtf UN
COUP PE

^
^ REMARQUE ,JE
FAIRE ONE PARTÎT Ptl T&AVAl
AVEC MA JUMENT, IOUU3EUE
/MAIS EUE EST ON PEü

m s

'M& -V‘-

33
A /^CINS QUE OH / ftA\€> sl^
Cf?Ol6 CCMPREMPRE.
w MOI /.

j AWHEJHH
( ARJiHEÜHH/
K &GN/ VOLA
30NNÉ GH06^ P£
S_ RAlTê.

34
1

r
^ IL Y AVArT AUSSI OH/ ÇA PéPENP... eet en/\A\p_. on P^d7
LES £6k2H£S ET Lé CHAMP 40Lty xJ ÜMPER PÉCiPERA PEPO/S L' ECURIE ?
A SILLONNER , HAIS JE NE . uii./UPAip...
VOUDRAIS PAS ABO spR... ' AH, 0611 I IL EST
Juste EN FACE .

POURQUOI ?

INOUÏ /SENsATiàNNEL / OüAlP, IL A PARFOIS


L6/KJÉ #
Ton cheval est PONiÔ goORS..
EXTRAORDINAIRE /

TTT VrrHi 1
• il
1
1

J . ITllëtkH!

slE AIE P/S 04REOI6 QUE ÇA


Vêpenv au peu Ou passage...

A MAIS
POLIP LES BÛCHES,*
vJE vAiS T01ST
PE
MÊME 3ÂTER <

UJL6J3ELLE.--

H UllinilHH ,

m
35
v êipn/ h. feut pire Ai^ei
vJOUUV slÜMER.REP flAS. IU FAüPRa

BM &EH/OUI LüLü&ELLE N
P-ST IA '1ÜH&UT PE REP F LAS
Qü'ZST.OZ QUE CA A PE S,'

i DARGAUD ÉDITEUR PARIS


1980 By MORRIS

PlXAlNUTÉS pis pone sioui-y


FlüS TÂRP.. ,
oüMppR... ra sais
FbdR LE AÉPEClN
vJOUuy. ^ü/AfER DE T&G6ER SdLCH.
Ef MO\ CAMfEft
EN PÊmitiVE
I A HAlCiRE, e>üCk!
Comeut p
Fü Ig

EH &En/À MOH AVtS,1ü N EN h'aS PLUS


BEscah. farce Que ra as trouvé tout
SEUL À LA FotS lE
AOl\fPE 16N S/ASUE. Tic/
À. l'Âme, la cure JnI /_
Qu'il te falla\t \*
ET RBMÈPE.
Four T 'eh
Ici n'es Fias va

Y>ÜT MELAUeCLlÇüE
dicoï
PF
LUCKV LUKE 1
AU Z&OOU
PANfiAkTÉ VAU-gy
VCfoX&Z
QpïYMïl’&G
6<Z\ HtéH-r &r
toië Ç>\i*Ou&'C<&
ee v\zio& \ie&
V& 3XZ-~ uM
zvqd&^s ve?&‘
f2tfs£
e^Atusi
?A£,FANPl6

r^u* <*0i/r$ *ç
^
£5>

?£ MAJVA6 Ail-
ijfc^ fruoTreu*'
A ££$ HAN<2W£5.

IV VÜü£ UA.\£bF UM 6<?Jl£>N


?5 SU-CTt 5 t 5 VÛ»Ç...
\ qü& r&v-ïzz.Moos r£ ^
t-' S&IUI.C.I?. J

LAl TÊOJVé
A •.gNPtolT' bu
4X0U CH&VAL A £.T£ VOLè
11..VA UN AN...UE&2VÇrrB
£>JI A FAIT ÛCXJP A PU
P^£02e 2ié6<9UT£>N gM
MOMIAnT gH££i-LÉ~
ST'
w J'AI -fUIVl £A A
*>\<5'&
JÜ^ÇÜ'ifi»-— r— —/

\i^X eUAAM^ *.5 - 2 je


j^jp oy e^vm
ng ^££*5 PI^MUU^
Pan£ v\Asi£w£
<32£-A* PAÇ ^

37
PITIE '
JE N AlJAMAIS volé TON CHEVAL,
è TÎ2AM éEC J Al <9 Ac*ël PanTauOh
HiEC. :?OlGL EN JO/JANT AU ffrkEK-
4V&e 6A&V FACE .'...

CE5TMOI. BAB^ACE..
COMME Ti) VOIE
UN BEBE 2UPEM^NT
(

\ f*EN ftX2tAKrr.'..^rri

1 loV 91

;p

38
Qü&i Fou, car
ièTT2AN &&LU.
^'ATYAOuaS A
eASvFAea e/a$i
<5m£\V>& ff!

WAiN^^AViT. 01$. MCI

S* aVAi
.^a

où sa -ncouv^ von
-v.
eu ja
eoNàM&p
CA*:0£a 4$

'•

(fa N'as-T'
MOI OUIAl voua -ton
g^avA^.a^sAN&a^» ja
n^NAt^ sa pantAuon ru
viaux. eoskrv. *t205P£:.-
^auie p<pe mu m a lava r i n
aN as^AN^a V'UHB
3ouT&^e pa wm \scaHl.

$A ÇfAXACüZ &<crr vrpa~-


?
^ PlH&Z j£UN£ 40MM£
Ta joua uua ,MA££*a
1

FuNè&Ea
/ ou

VAViVlWfiH^f^e..CAKl$ AAOSi M^n^e ON


***«> A rizez v^bczv *r ngg*
///

39
i*SSS- Z i-eANDP&f2a OJ AS-TJ
2A£h& MON CHEVAL? vOii-A i.g PANTA-
LON Ç>U^- nj PORTAIS SN f=ASAN T _S

C'EST ^AUK £*T2AN£H&J£ ?us puiS-J^ FAiiæ


Roue VOUS ? ON SBAb
\ /
2ê 60 nna>SS ^2
VOUS CS
jA\ ACX£T£ ££: PAN'
^eoueiu ^n ewésiB,’
-TALON P'OCCASON Pantalon?.
IL VA S X MOIS.
?oue l^s soues^s plus
<CHSZ- VAN PlE£ MO P^ST^S NOUS avons
UN MOP^LS fs N
ls oeoOüE-'Moer Sois SuANC.

mas oui 'on la p^npu Paie


AVOie V^NPU PE. LAVlANP£ ^ANS
LlS^NCS-'.. CRIAIT UA VlANPJS
PS CMS VA i

40
.

L’ECOLE DES SHERIFS


f
P&AC CAT Tue GlALCU MtU-E C£TT&éC0{,£ ,
/PBlE PU E&NATpUZ- MAfcVÊV'
COUBuEmBhT CéuéB&e PQUfL Ho^^TAoueus &6>T pmios/g FAR- EAmubl ^iv'k&tteaæ*
50V /NCCMFAiLAPLS CHGPT&L AAIÔIBAJ 6nd£JF Pl&JG PS LA UG+iéE PB*> WVATT- EAZP
£T ^ON éCOLB PÉ 5HérilF*>...

... PA& uA Té PP PÛ$ A MCÜAAAH


$£S N£AFi> PAC\&1 ÉT AM 60BZIE- Té
ue-CEAirAirzE . .

aaaaahh,

A POH '... On PlOAiT QÜ&- ÇA I M'ONT ENCORE AgATTO UH& VACME- f ...
U*>
tÜNTTUE i>& CAUAfr f ... CEET LA £«"< AOJOOfc-P'HOl / A C£TT£
AUUiOe, CAN5 3Z# JOUlLO. J & NAOIAAI
l

00 'A ME- IZ&CVCt-^e- ,


FAUTE PB
&êT£6> A V —\ vewpize- ...oôe 5e
FA»5&-T-ie\-~ \ . CS ICI, A LA FIN 2

Al- Je TlfZ^ 2. ou 3 pe M 'ONT bUE5E>^ TOUE


Cg6T uA ntOMOTlÛN 27 / ON MANQUA P£ Me6 in^tgoctêoi^ /... le
5HgG,iF5 £T £&6 7 MAuAPfiOiT5 5ûNT
M£5 £ OACTCUOHe^ 2
EEUL VAUlPe ÆP'IU NO^* Z£*X&
lea eeule oo*on ait ?lx c-ecÆpteri- / CEET ... MA16 AO FAIT. OÜ
ATTeNP5>, £5T-ie7 Thomson, où
Je ft£6A(U>£ s. Ére5>'voo5?

no
te »/ J ü (Ï\L
If r •*
Yl r
r
S
r y |
3 J## r

L jjp ^ »8 'il (
léCI E4t ma pgMi^SiûN /... FR£ajé2.-uA
BT \t>lA /... C'E5T IA CATA^TeCPHE :
vite qué je Fuisse EenteeR. la /Win Mai$ enfin Thoa\5>on
Avant au on me ia tizoue- / Piu6 DiN£TeUOTEuF5 ET UE OOUVEJUVEMEMT
EE VENEZ QUOI ... M& PEMANPE UEf> ? 5H^£JF3
VOU* N'ÉTE5 ^Éj POU B- CAN16 UN MOl£> /_ Qui VA A53Q(2E£
MEME FA6 BKCGZ£ /){ f f
ble^e /

fc, , , ,
-Jp

Oü£L-QU£>6 HBUfZS* £1 QUË.UJXJ &6


Pi2MJ£6> PB MllB-S PLU* TA2P...
JE NE CONNAV6 QU'UN
QU' fU\65^ S'EN OO^iPEfZ. A UOC-S, ÛUD 8oV Tu
lU FAUT UJl ENVOYEE UN
A*> BAPFDZ-T^ CB
Que sJe t'avai-é pemanp£ 2

UE6 TABAO^ PE LA VILLE


TROUVES- TON M«&ANJOE
F0U12.
*F#OAU / r

Ecoute ça Jour , Je U 'Al donnée


on me peaaanpe pe ET UA MONNAIE 2 Au tEu^qraphi^te
FOGME12. DES *Hf&.iFf> lu y A PU COU^HlEC. '

A P6AP uATTLE (SuuX /


lU PAISAÎT QU'IL Ni
1

va
QUE MOI Qui
puisse v

Tu PEU* V A£EJVE£ ... A CffEVAL


OûmmE P'HAEiTUPE (E-'E^T VISAI ÇA TOUT PE
JE CCVWWENCE
OUI,
MÊME / A
.

6AU0PER. TOUT LE
A ENAvotiZ. plein le6 paturons moi,
PE LA MARCHE
TEMPS ,
COMME ÇA JE FiNlEAl
far. attraper. de$ varices /

VÏ<S-

42
TiEkJ 6, Z&l'&jfL ! ^ Vacxs Uakb ? Samuel-
VoilA PE U'Aï2£EnJT: VA
5 v\^etteatz.* /... /Merci
pInIER-EN VIUUE ET KJE p 'avoir e^FbKJPo A mon appel. /
2P-KJ TRP PA-6,
tazp
TROP y
y

VCOWAEMT 5'E6T PA»5Êp ^ VOTTZP


vovace ? ^/£Ær - -

. ET CE fONT P££>
INCAPAPUE5 . . . VOILA
TûLTTP u'Ul^TOIEE .

et ou sont-
ELUE5, V05

ET... Ça *E UpLA6/ Je 5A15 JOHM tOKJOHORAi JE 5A16/ ... MAI6 JE


f
PA^ TOUJOURS 5Af5 AU65I QUE £l VCti* REMETTEZ. LE-S> PlEPé* l
N
AlNiôl Z PAN6 CE PUREAU JE VCU6 FAl£ ARRÊTER- Vou£ :

PLACEZ VOE VAO<E$ PAKJé» LA UOKfE PETlfR PE MEE HOMMES


POUR EMPECHER- UEUR EMTRAÎMEM EMT / ...

___Q

43
M/ms /?/... Vo* hû/vwe£> tieç-njt
V£C-5 U'Éé>T FT MON/ COR-£AU
A ^NJ MIUP ^ U'<X4ê6>T '

Ju*T£AA&MT /

u
^AWJT CoME-v&n.r?/

Ça VA LA 5*NT^ *2
^J txcuï&ZQü£ VO
I
g. û£C>i6
moi. mAi£>
66
I
neuAA vire vieMe
A P^OOl&f*-
M'Alpee.
Je M'AI Qüe FAJILE
pe Te^> excu^e^
Me MAPCFtëZ- 5tiP- jæ gganp Mieoie. /
“7
^lET !

V / A»
a_ /

^ % •/
ni "u*
^ 2^
rl i __
Om 6 'APPLIQUA ...
WAlNT&NANT on Z&ux+MZNCÇ- U'eNTEAlNeAA&MT
£T ON N’AWtèTEEA QI࣠OJANP
PAWAlT£MeMT
AJ POINT/

...BT PP JCtlQ BN JCU12. IL Y A Ou PflCOflé5...


... BT L& MO(LAL HBVI&UT...
Ça fait vpuy. JOUZh «U'iu4
N'ONT PLU*? ElëN ABATTU COMM&
VA£We6 /...

46
47
PcBV Ce FUT UNE BA3AIZS.E M&MORAFlÆ à lA Suite- P& AQUBL-LE .
le. sauoon FUT RECONSTRUIT et "Tout ... Grâce à Ujcry Luke- ---
PLUS -JAMAIS PERSONNE N'OSA SB MOQUER- PE UUAi PEE "7*
PA* lÀ.HANk'.. la
SHéZlF... C'EST US]
PB5 "7*

Pesr&zAPO' ru
T£Ou\/B£aS
IB Π?06
Et&hneu

... ENTHèHENT PE PuAlN PlEP PANS LA iàOENDE w


Ve UCuEST AMÉRICAIN/ . . TÏZAÎNJOM6 ŸAS VANS PAVAIS ! ff t*M A POOfl UONESOME COWBOV J“
AND A UONCr WA* FROM HOME ...

IH
L’homme qui tire plus vite que son ombre.

DANS LA MEME COLLECTION


DEJA PARUS :

LA DILIGENCE L'HERITAGE DE LE MAGOT DES DALTON


LE PIED TENDRE RAN-TAN-PLAN LA BALLADE DES DALTON
DALTON CITY LE CAVALIER BLANC LE BANDIT MANCHOT
JESSE JAMES LA GUERISON DES SARAH BERNHARDT
WESTERN CIRCUS DALTON LA CORDE DU PENDU
CANYON APACHE L'EMPEREUR SMITH DAISY TOWN
MA DALTON LE FIL QUI CHANTE FINGERS
CHASSEUR DE PRIMES LES 7 HISTOIRES DE LE DAILY STAR
LE GRAND DUC LUCKY LUKE LA FIANCEE DE LUCKY LUKE
LA BALLADE DES DALTON ET AUTRES HISTOIRES

9 782205 032628

t S B N 2-205-03262-3

Vous aimerez peut-être aussi