Vous êtes sur la page 1sur 57

LA BASE IMPOSABLE À L’IS

PLAN
Introduction

I. Les réintégrations :
1. Les charges d’exploitation ;
2. Les charges financières ;
3. Les charges non courantes ;
II. Les déductions :
1. Les produits d’exploitation ;
2. Les produits financiers ;
3. Les produits non courants
III. Le report déficitaire

Conclusion

1
La base imposable à l’IS

Résultat comptable = Produits - Charges

Résultat fiscal = Produits Imposables – Charges Déductibles

Résultat fiscal = Résultat comptable + Charges non déductibles - Produits Non Imposables

Résultat fiscal = Résultat comptable + Réintégrations – Déductions – Déficits Reportables

2
Les conditions de déductibilité d’une charge

Certaines conditions doivent être réunies pour d’une charge soit fiscalement déductible :

• Se rattacher à l’exploitation
• Se traduire par une diminution de l’actif net
• Etre comptabilisée
• Se rattacher à l’exercice
• Correspondre à une charge effective

3
Les Charges d’exploitation
Les charges d’exploitation sont des charges courantes et à caractère répétitif liées directement à
l’activité normale de l’entreprise :

 Les achats
 Les autres charges externes
• Les locations et charges locatives
• Les redevances de crédit-bail
• Entretiens et réparations
• Les primes d’assurance
• Les cadeaux publicitaires
• Les dons
 Les impôts et taxes
 Les charges de personnel
 Les dotations aux amortissements
 Les dotations aux provisions

4
Les achats
Sont admis fiscalement : (Art 10 du CGI)
• Les achats de marchandises destinées à la revente.
• Les achats consommés de matières et fournitures entrant dans la fabrication des produits finis.

Les achats sont comptabilisés au prix d’achat qui comprends les frais mis à la charge de l’acheteur.
Les charges incorporées directement dans le prix d’achat :
• Les emballages commerciaux non récupérables
• La TVA non récupérable
• Les droits de douanes
• Les frais de transit en cas d’importation
Achats livrés ou achats facturés ?

Le fait générateur : La réception / l’exécution


 Les charges à payer :  Les charges constatées d’avance :
Achats reçus non encore facturés Achats facturés non encore reçus

Aucun retraitement A réintégrer

5
Les locations et charges locatives
Sont admis fiscalement : (Art 10 du CGI)
• Les charges locatives afférentes au matériel, locaux et terrains liés à l’exploitation ;
• Les loyers des logements réservés au personnel de l’entreprise ;

Charges non déductibles :

L’acquisition du droit au bail Les avances et cautions


versées au propriétaire

Le droit au bail est Sont considérées comme


des immobilisations
considéré comme une
financières inscrites à
immobilisation incorporelle
à inscrire à l’actif du bilan. l’actif « Dépôts et
cautionnements versés ».

6
Les redevances de crédit-bail
Les paramètres définissant le contrat de Leasing sont :

• La valeur d’origine du bien objet du contrat : le prix qui aurait été payé pour l’acquisition du bien
• La durée du contrat : Variable selon la nature du bien
• Les redevances : Les loyers que le locataire verse tout au long de la durée du contrat
• La valeur résiduelle : le prix à payer dans le cas où le locataire opte pour l’achat du bien

Les redevances de crédit-bail sont des charges fiscalement déductibles. Cependant, une limitation à la
déductibilité fiscale est prévue pour les redevances de crédit-bail portant sur les voitures de transport de
personnes. (Art 10 du CGI)

En cas de la levée d’option d’achat, l’entreprise devient propriétaire du bien objet du contrat de leasing.
La valeur résiduelle payée ne peut être considérée comme une charge. Elle constitue le prix d’acquisition
qui doit être inscrit dans l’actif immobilisé.

7
Les redevances de crédit-bail
Cas de contrat de leasing sur véhicule de transport de personnes
Selon l’article 10 du CGI : « La part de la redevances ou du montant de la location supportée par
l’utilisateur et correspondant à l’amortissement au taux de 20% par an sur la partie du prix du véhicule
excédant 300.000 Dhs n’est pas déductible pour la détermination du résultat fiscal de l’utilisateur »
Lorsque le véhicule de transport de personne fait l’objet d’un contrat de leasing, les redevances versées
qui dépassent 60 000 Dirhams ne sont pas déductibles.
Cette limitation s’applique également aux contrats de location dont la durée est supérieure à trois mois.

Ces limitations concernant les voitures de transport de personnes ne s’appliquent pas aux : (Art 10 CGI)

• Véhicules utilisés pour le transport public.


• Véhicules de transport collectif du personnel de l’entreprise ou de transport scolaire
• Véhicules appartenant aux entreprises qui exploitent une activités de location de voitures et
affectés conformément à leurs objet.
• Ambulances
• Véhicules loués pour une période n’excédant pas 3 mois non renouvelable.

8
Entretiens et réparations

Entretiens et
réparations

Les charges d’entretien et Les charges d’entretien et de


de réparation lorsqu’elles réparation ayant pour objectif
ont pour seul objectif de d’augmenter la valeur d’une
maintenir ou de remettre immobilisation ou de
en état de fonctionnement prolonger sa durée de vie.
l’outil productif.

Charges fiscalement Charges non déductibles


déductibles

Aucun retraitement A réintégrer

9
Les primes d’assurance

Assurance
Vie

Pour les contrats d’assurance Pour les contrats d’assurance


Les contrats d’assurance vie contractés sur la tête du vie contractés sur la tête du
souscrits par l’entreprise dirigeant au profit de la société dirigeant au profit du dirigeant
pour se prémunir contre les - Les Primes sont non - Les Primes sont déductibles
risques ( incendie, vol, déductibles. puisqu’elles sont considérées
accidents, phénomènes - Les indemnités encaissées comme un complément de
naturels…) sont imposables après salaire soumis à l’impôt sur le
déduction de l’ensemble des revenue.
primes versées.

Charges fiscalement Charges fiscalement


Charges non déductibles
déductibles déductibles

Aucun retraitement A réintégrer Aucun retraitement


10
Les cadeaux distribués aux clients

Les cadeaux distribués à la clientèle sont acceptés en déduction à deux conditions :

Ils doivent porter soit la


Le montant unitaire ne doit
raison sociale soit le nom
pas dépasser 100 Dh TTC.
ou le sigle de la société, soit
la marque des produits
qu’elle fabrique ou dont elle
fait commerce. (Art 10du
CGI)

En cas de non respect de ces deux conditions, le montant des cadeaux distribués est à réintégrer en
totalité.

Source : Art 10 du CGI 11


Les impôts et taxes
Pour être déductibles, les impôts doivent : (Art 10 du CGI, C)
 Etre mis à la charge de la société
 Etre mis au recouvrement au cours de l’exercice ou dûs à raison des faits survenus au cours
de l’exercice.
 Ne pas être exclus par une disposition expresse.

Déductibles Non déductibles

Sont admis fiscalement : Ne sont pas admis en déduction :


- La taxe professionnelle - L’IS, L’IR, la TVA
- La taxe spéciale sur les véhicules - La Cotisation minimale
inscrits au bilan - Les retenues à la source.
- Les droits de douane gravant les
marchandises, les matières et
fournitures.
- Les droit d’enregistrement et de
timbre.

Source : Art 10 du CGI, C 12


Les charges de personnel

Rémunération des
Rémunération du personnel Charges sociales
dirigeants

La rémunération du personnel Les charges sociales désignent les Sont admises fiscalement :
regroupe toutes les sommes versées cotisations aux organismes de sécurité - Les rémunérations accordées aux
aux salariés en contrepartie de leur sociale, de retraite (…) pour se couvrir gérants (En leur qualité de
travail et qui constitue le salaire Brut. contre les risque de maladie, salariés).
Sont déductibles à condition que : d’accidents de travail (…) - Les rémunérations accordées aux
- Le travail soit effectif. Seule admise fiscalement : administrateurs des SA,
- La rémunération ne soit pas - La part patronale. notamment : les Jetons de
excessive par rapport à la fonction présence, les tantièmes spéciaux
exercée. Ne sont pas fiscalement déductibles :
- Les rémunérations accordées aux
NB: les frais de formation sont associés gérants prenant la forme
également admis en déduction. d’une distribution de bénéfices.
- Les tantièmes ordinaux (qui sont
assimilés aux dividendes).

Source : Art 10 du CGI, D 13


Les dotations aux amortissements
L’amortissement est la constatation comptable d’un amoindrissement de la valeur d’un élément d’actif
résultant de l’usage, du temps, du changement technique ou de toute autre cause.

La base amortissable Les taux d’amortissement

Eléments amortissables Taux


L’amortissement est calculé sur la valeur d’entrée ou le coût
Immeubles à usage d’habitation ou 4%
d’acquisition de l’immobilisation. En effet, le coût d’acquisition est
constitué de : commercial
• Le Prix d’acquisition déduction faite des différentes réductions. Immeubles industriels construits en dur 5%
• Les frais d’installations et de montage.
• Les frais de transport, assurance . Constructions légères 10%
• Les droits de douane pour les immobilisations importées
• La TVA non récupérable. Matériels, agencements et installations 10% à 15%
Sont exclus de la base d’amortissement : Gros matériel informatique 10% à 20%
• Les droits d’enregistrement et de mutation.
• Les honoraires et commissions. Matériel informatique, périphériques et 20% à 25%
• Les frais d’actes. programmes
Ces frais sont à inscrire en charges à répartir sur plusieurs Mobiliers et logiciels 20%
exercices.
Matériel roulant 20% à 25%
Outillage de faible valeur 30%
Source: Note circulaire n° 717 relative au CGI
Les dotations aux amortissements

 Les conditions de déductibilité :

Les dotations aux amortissements sont déductibles si les conditions suivantes sont réunies :
 Le bien à amortir doit appartenir à la société et figurer à l’actif immobilisé de son bilan.
 L’amortissement doit correspondre à la dépréciation effective et doit être pratiqué selon les taux usuels.
 L’amortissement doit correspondre à des immobilisations amortissables.
 L’amortissement doit être constaté régulièrement en comptabilité. L’annuité concernant un exercice
donné non constaté en comptabilité ne peut être déduite du résultat dudit exercice ni de celui des
exercices suivants.

 L’amortissement dégressif :

Le CGI autorise aux entreprise à pratiquer l’amortissement dégressif (Fiscal) et ce pour les biens
d’équipements qui se déprécient rapidement suite à une cadence d’usage importante ou à un progrès
technique rapide.
Les dotations déterminées selon le mode dégressif sont fiscalement déductibles.

Source : Art 10 du CGI 15


Les dotations aux amortissements
 Cas spécifique des voitures de transport de personnes:

Il existe une limitation fiscale sur la base amortissable et taux d’amortissement relatifs aux voitures de
transport de personnes. En effet :
 La base amortissable ne peut excéder le montant de 300 000 DH TTC par véhicule
 Le taux d’amortissement doit être égal à 20% par an.

Il faut alors comparer :

Le montant correspondant Le montant de


à l’amortissement pratiqué l’amortissement calculé au
par le propriétaire. taux de 20% appliqué à une
base de 300 000 DH (TTC),
soit 60 000 par an.

L’excédent est à réintégrer

Source : Art 10 du CGI 16


Les dotations aux amortissements
 Cas 1:
Une société a acquis, en Avril 2018, une voiture destinée au directeur commercial pour ses déplacements
professionnels. Le prix d’acquisition est de 480 000 TTC.

La dotation aux amortissements comptabilisée au 31.12.2018


480 000 * 20% * 9/12 = 72 000
La dotation fiscalement déductible :
300 000 * 20% * 9/12 = 45 000
Le montant à réintégrer : 72 000 – 45 000 = 27 000

17
Les dotations aux provisions

La provision est constatée en vertu du principe de prudence qui stipule que les produits ne sont
comptabilisés que lorsqu’ils sont certains, alors que les charges sont comptabilisées dès qu’elles sont
probables.
On distingue trois catégories de provisions:

Provisions pour Provisions pour R&C Provisions réglementées


dépréciation

Elles sont inscrites à l’actif du bilan Ce sont des provisions inscrites au Provisions inscrites au passif en tant
et constatent la perte probable et Passif et sont destinées à couvrir que capitaux propres et assimilés.
réversible de la valeur. des risques et charges que des Leur objectif est de permettre à
Exemples: événements survenus rendent l’entreprise de disposer des
- Les provisions pour probables. ressources pour financer ses
dépréciation des Exemples: projets.
immobilisations (Terrains, fond - Provisions pour litiges Exemples :
commercial, titres de - Provisions pour propre assureur - Provisions pour investissement
participation) - Provision pour amendes, - Provision pour constitution des
- Provision pour dépréciation des doubles droits et pénalités gisements
stocks / Créances / TVP - Provision pour acquisition et
construction de logements.
Les dotations aux provisions
 Les conditions de déductibilité :

Conditions de fond Conditions de forme

La provision doit :
- Couvrir une perte ou à une charge déductible. La provision doit :
Exemple : Provision pour amendes et pénalités - Etre constatée dans les écritures comptables de l’exercice.
- Etre nettement précisée quant à sa nature et évaluée de - Figurer sur le tableau des provisions annexé à la
manière fiable quant à son montant. déclaration du résultat fiscal.
Exemple: Provision pour dépréciation des créances et des
titres qui doivent être individualisées
- Etre probable et non seulement éventuelle.
- La charge doit résulter des faits survenus pendant l’exercice.

Remarque : Les provisions pour dépréciation des créances


ne sont déductibles que lorsqu’un recours judiciaire est
introduit dans un délai de 12 mois suivant la constatation
de la provision.

19
Les dotations aux provisions
 Les provisions non déductibles :
Ne sont pas déductibles :
 Les provisions pour propre assureur.
 Les provisions pour garanties données aux clients.
 Les provisions pour pénalités et amendes pour infractions aux dispositions légales et réglementaires.
 Les provisions pour investissement
 Les provisions pour construction de logements
 Les provisions pour reconstruction des gisements.

20
Règlement des dépenses en espèces

Selon la loi de finance 2019, ne sont déductibles que dans la limite de 5 000 DH TTC par jour et
par fournisseur (50 000 DH par fournisseur et par mois), les dépenses dont le règlement n’est pas
justifié par un moyen bancaire.

Ainsi, dans le cas où la charge est payée en espèce et que son montant dépasse 5 000 DH TTC par
jour ou 50 000 TTC par mois, la différence est à réintégrer.

Si la TVA est récupérable, la réintégration doit porter sur le montant de charge excédant
5000/1,2 = 4 166,67 DH.

21
Les charges financières
Ce sont des charges liées aux modalités de financement de l’entreprise, à la gestion de ses moyens de
financement et à ses opérations de change

On distingue quatre catégories :

 Les charges d’intérêts ;


 Les pertes de change;
 Les dotations financières;
 Les autres charges financières.

22
Les charges d’intérêts
Ce sont des intérêts versés aux organismes financiers et des intérêts versés aux associés en
rémunérations des sommes qu’ils mettent à la disposition de la société.

Les intérêts des emprunts et dettes Les intérêts sur comptes d’associés

Ce sont des intérêts versés aux associés qui ont mis à la


Ce sont des intérêts versés aux banques et aux disposition de la société des sommes d’argent.
établissements de crédits. Ils sont déductibles • Ces intérêts ne sont déductibles qu’à condition que
si l’emprunt est contracté pour les besoins de le capital social soit libéré et dans les limites
l’entreprise. prévues par le CGI dans l’article 10 : Le montant
des avances ne peut excéder le montant du capital
social;
• Le taux des intérêts déductibles ne peut excéder le
taux fixé annuellement par arrêté du ministre des
finances.

23
Cas :
Soit une société anonyme au capital de 500.000 DH qui a bénéficié en 2019 d’une avance sur compte
courant de 350.000 DH. Cette somme a été rémunérée au taux de 8,5%. Sachant que le taux maximum des
intérêts déductibles en 2019 est de 2,19%, Calculer le montant des intérêts déductibles.

1- Si le capital est entièrement libéré :


Montant des intérêts autorisés = 350.000*2,19% = 7.665 DH.
Les intérêts comptabilisés= 350.000DH *8,5% =29.750 DH.
Montant des intérêts à réintégrer = 29.750 – 7.665 = 22.085.

2- Si le capital n’est pas entièrement libéré


Dans ce cas le montant des intérêts comptabilisés est à réintégrer. Soit un montant de 29.750 DH.

24
Les pertes de change

Ce sont des pertes constatées lors de l’encaissement des créances ou lors du paiement de dettes libellées
en devises. Ces pertes sont fiscalement déductibles.

Pour les créances et les dettes libellées en monnaies étrangères et inscrites au bilan, elles doivent être
évaluées à la fin de chaque exercice. Lorsque cette évaluation se traduit par la constatation d’un ECA , ce
dernier est considéré comme une perte latente déductible du point de vue fiscal.

25
Les dotations financières

il s'agit des dotations aux amortissements et aux provisions qui porte sur des éléments à caractère
financier. Elles constituent des charges fiscales déductibles dans les mêmes conditions que les dotations
d'exploitation. Elles regroupent :

 Les dotations aux amortissements des primes de remboursement des obligations;


 Les dotations aux provisions pour dépréciation des immobilisations financières
 Les dotations aux provisions pour dépréciation des titres et valeurs de placement;
 Les dotations aux provisions pour risques et charges financiers.

26
Les autres charges financières

Les autres charges financières fiscalement déductibles :

• Charges nettes sur cession des titres et valeurs de placement: Elles constituent des moins-values
réalisées à l'occasion de la vente des desdits titres;
• Escompte accordé par l'entreprise : Ce sont des réductions à caractère financier accordées par
l'entreprise aux clients qui paient avant l'échéance habituelle.

27
Les charges non courantes
Ce sont des charges à caractère exceptionnel ou irrégulier par rapport à l’activité de l’entreprise.

 Pénalités sur marchés


Pénalités permettant d’assurer l’exécution du marché dans des délais contraints. Le non respect des délais
d’exécution, sur lesquels s’est contractuellement engagés les parties, peut entraîner la mise en œuvre de
pénalités de retard. Elles sont fiscalement déductibles

 Les pertes résultant de vols, d’incendies


Elles sont fiscalement déductibles à conditions qu’elles soient justifiées.

 Pénalités et amendes fiscales ou pénales


Sont exclues de la déduction, les majorations, les pénalités et amendes fiscales mises à la charges de
l’entreprise suite à des infractions aux dispositions légales.

29
Les charges non courantes
 Les Rappels d’impôts

 Si le rappel porte sur un impôt déductible, le rappel d’impôt est déductible.


 Si le rappel porte sur un impôt non déductible, le rappel d’impôt est non déductible

 Les Dons
Ils sont fiscalement déductibles lorsqu’ils sont octroyés aux organismes autorisés à les recevoir par le CGI.

 Les dotations non courantes


On distingue :
 Les dotations aux amortissements dégressifs. Elles sont déductibles
 Les dotations aux provisions réglementées. Elles ne sont pas déductibles

30
Les produits d’exploitation
 Le chiffre d’affaires
le chiffre d'affaire comprend au sens de l'article 9 du CGI les recettes et les créances acquise se
rapportant au produit livré au service rendu et aux travaux immobiliers réalisé au cours de
l'exercice.

La déductibilité du produit est tributaire de la livraison.

31
Les produits financiers

On distingue :

 Les revenus du portefeuille des titres des sociétés résultant de


participation au capital d'autres sociétés ou de placements financiers;
 Les intérêts et les produits assimilés;

33
Les revenus du portefeuille des titres des sociétés

Ils concernent :

 Les revenus à caractère variable provenant des participations notamment les


dividendes.
 Les dividendes et les autres revenus de participation étant une distribution
d'un bénéfice ayant déjà subi l’impôt au niveau de la société distributrice, ils
se trouvent exonérés de l'impôt chez la société bénéficiaire.

34
Les intérêts et les produits assimilés

Ils s’entendent de tous les revenus de placement à caractère fixe tels que :
les intérêts de prêt accordés par la société; la rémunération des comptes
bancaires; les intérêts des obligations; des bons de trésor; des bons de caisse;
les revenus provenant des organismes de placement collectif en valeurs
mobilières.

Les intérêts et produits assimilés sont soumis à une retenue à la source de 20 %


au titre de l'impôt sur la société. Cette retenue n'étant pas libératoire de l’IS,
lesdits intérêts sont à déclarer pour leur montant global et la retenue à la
source est imputée sur l’IS en tant que crédit d'impôt afin d'éviter la double
taxation.

35
Les produits non courantes
Ce sont des produits à caractère exceptionnel ou irrégulier par rapport à l’activité de l’entreprise.

 Les subventions d’équilibre


Ce sont des subventions accordées à l’entreprise pour lui permettre d’absorber les pertes subies. C’est un
produit imposable.
 Les reprises sur subventions d’investissement:
Les subventions d’investissement sont accordées aux entreprises qui investissent pour les aider à acquérir
des immobilisations. Ces subventions sont inscrites au passif du bilan pour leur montant global et sont par
la suite reprises en passant par un compte de produits non courants. Elles constituent des produits
imposables.
 Les pénalités reçues sur marchés :
Pénalités reçues en cas de non respect des délais d’exécution sur lesquels s’est contractuellement engagés
les parties. Elles constituent des produits imposables.
 Les dégrèvements d’impôts :
C’est une réduction d’impôt accordée par l’administration fiscale. Le dégrèvement est imposable lorsqu’il
porte sur un impôt déductible.

38
Les produits non courantes
 Les indemnités d’assurance
Assurance
Vie

Pour les contrats d’assurance


Les contrats d’assurance Pour les contrats d’assurance
vie contractés sur la tête du
souscrits par l’entreprise vie contractés sur la tête du
dirigeant au profit de la société
pour se prémunir contre les dirigeant au profit du dirigeant
- Les Primes sont non
risques ( incendie, vol, - Les indemnités sont
déductibles.
accidents, phénomènes encaissées par les ayants
- Les indemnités encaissées
naturels…) droits.
sont imposables après
déduction de l’ensemble des
primes versées.

Produits imposables

Aucun retraitement

39
Le déficit fiscal

 Aux terme de l’article 12 du CGI le déficit d’un exercice comptable constitue une charge
déductible.

 Il faut distinguer entre les déficits liés aux amortissements qui sont reportables indéfiniment
et les amortissements hors amortissements reportables à quatre exercice.

40
LA LIQUIDATION DE L’IS
PLAN
Introduction

I. Le barème de l’IS
II. La cotisation minimale (CM)
1. La base de calcul de la CM
2. Les taux de la CM
3. Le minimum de la CM
4. L’exoneration de la CM
III. La retenue à la source en matière d’IS
IV. Le paiement d’IS
1. Les acomptes prévisionnels
2. La régularisation de l’IS

Conclusion

42
Le barème d’IS

le taux de l’IS a connu de nombreux remaniements qui ont donné lieu à l'instauration par la loi
de finances pour l'année 2019 d'un barème progressif à trois taux: 10 % 17,5% et 31 %.

Mais parallèlement au barème progressif, d'autres taux spécifiques sont prévus par l'article 19
du CGI.

43
Le barème d’IS

La progressivité de l'impôt permet d'alléger la charge fiscale supportée par l'entreprise. En


effet, c'est dans un barème proportionnel le résultat fiscal est taxé globalement au taux
correspondant à la tranche dans laquelle se situe ledit résultat, dans le barème progressif il est
imposé en distinguant les différentes tranches qui le composent et en appliquant à chaque
tranche le taux qui lui correspond.

44
Le barème d’IS

 Exemple :

Supposons qu’on a un résultat fiscal est de 500.000 DH.

Alors dans le cas d’un barème progressif, seul le montant qui excède 300.000 DH sera taxé à
17,5%.

Aux 300.000 DH, on appliquera le taux de 10%. Soit un impôt total de :

300.000 *10%+200.000*17,5%= 65.000 DH.

45
Les barèmes spécifiques

 Barème progressif plafonné à 17,5% :

 Les sociétés exportatrices ;


 Les entreprises hôtelières pour le CA réalisé en devise;
 Les sociétés sportives;
 Les établissements privés d’enseignement;
 Les promoteurs immobiliers réalisant des opérations de construction de résidences
universitaires et ce pour une période de cinq ans.
 Les exploitations agricoles imposables pour les cinq premières exercice.
 Les entreprises artisanales dont la production résulte d’un travail essentiellement manuel.

46
Les barèmes spécifiques
 Taux de 37% :

Taux fixé pour les établissements de crédit, Bank Al Maghrib, la Caisse de Dépôt et de Gestion
(CDG), les sociétés d’assurance et de réassurance, et les sociétés de crédit-bail.

 Taux de 10% :

Pour les sièges régionaux ou internationaux ayant le statut de Casablanca Finance City (CFC) et les
bureaux de représentation des sociétés non résidentes ayant ce statut

47
Les barèmes spécifiques
 Taux de 8,75% :

Il s’applique aux :

 Entreprises qui exercent leurs activités dans les zones franches d’exportation, et ce
durant les 20 exercices consécutifs après une période d’exonération totale de 5 ans.
 Sociétés de services ayant le statut de CFC pendant une durée de 5 ans.

48
La cotisation minimale
 Définition :

Le barème de l’IS appliqué au résultat fiscal détermine le montant de l’impôt dû. Cet impôt ne
peut être inférieur à la CM.

 Base de calcul de la CM :

CM= Taux *(CA HT +Produits financiers imposables +subventions et dons reçus)

49
La cotisation minimale
 Taux de la CM :

 0,75%: Taux normal


 0,25% : Gaz et produits pétrolier, médicaments, beurre, sucre, huile et la
farine, l’eau et l’électricité.
 6% : Ce taux concerne les professions libérales.

50
La cotisation minimale
 Le minimum de la CM :

Le minimum de la CM est fixé à 3000 DH pour les sociétés imposables à l’IS.

51
La cotisation minimale
 Cas :
Soit une société qui a réalisé au cours de l’exercice 2019 les opérations suivantes :

• Ventes de PF
• Transport sur vente
• Redevance pour brevet
• Autres produits accessoires
• Intérêts nets reçus
• Dividendes
• Produits de cession d’immobilisation
• Dons reçus

Déterminons la base de la cotisation minimale

52
Le paiement de l’IS

Exercice Déficitaire Exercice Bénéficiaire

L’impôt dû correspond à la Maximum entre l’IS théorique et


cotisation minimale la CM

Le calcul de l’impôt dû au titre d’un exercice ne peut s’effectuer qu’à la fin de celui-ci; C’est ainsi que le
paiement dudit impôt se fait au cours même de l’exercice d’imposition à travers des acomptes prévisionnels.

A partir du 1er Janvier 2017, les déclarations et les télépaiements doivent être effectués par voie
électronique.

56
Les acomptes prévisionnels

 Base de calcul des acomptes :


L’IS est acquitté au cours de l’exercice sous forme de 4 acomptes calculés sur la base de l’IS dû du dernier
exercice clos, appelé exercice de référence.
Chaque acompte correspond à 25% de l’impôt de l’exercice de référence.

 Dates de versement des acomptes :

Les acomptes prévisionnels sont payés aux dates suivantes :


 Premier acompte : Au plus tard le 31 Mars
 Deuxième acompte : Au plus tard le 30 Juin
 Troisième acompte : Au plus tard le 30 Septembre
 Quatrième acompte : Au plus tard le 31 Décembre

57
La régularisation de l’IS
L’article 17 du CGI stipule que l’IS doit être déclaré et payé dans les trois mois qui suivent la date de clôture
dudit exercice.

La déclaration de l’IS doit tenir compte des acomptes prévisionnels versés au cours de l’exercice
d’imposition, Ainsi la régularisation peut se traduire de :

Complément d’impôt à Crédit d’impôt ou Excédent


verser au Trésor d’IS

Si : Si :
L’IS dû > Acomptes prévisionnels L’IS dû < Acomptes prévisionnels
versés versés
Ce reliquat doit être payé dans le L’excédent d’IS est imputé sur les
délai de la déclaration prévu acomptes prévisionnels des
exercices suivants

58
La dispense de paiement
Lorsque la société prévoit qu’un ou plusieurs acomptes versés seront supérieurs à l’IS à payer, elle peut
remettre à la DGI une demande de dispense de verser de nouveaux acomptes prévisionnels, et ce 15 jours
avant l’exigibilité du prochain acompte prévisionnel. (Article 170 du CGI)

La marge tolérée est de 10%.

Si :
L’IS dû >= de plus de 10% aux acomptes prévisionnels versés, la société sera soumise aux amendes et
majorations aux acomptes prévisionnels non versés aux échéanciers prévues. (Article 208 du CGI)

59
Article 208 : Sanctions pour paiement tardif des impôts,
droits et taxes

Une pénalité de 10% et une majoration de 5% pour le premier mois de retard et de 0,50% par mois ou
fraction de mois supplémentaire est applicable au montant :
 Des versements effectués spontanément, en totalité ou en partie, en dehors du délai prescrit, pour
la période écoulée entre la date d’exigibilité de l’impôt et celle du paiement ;
 Des impositions émises par voie de rôle ou d’ordre de recettes pour la période écoulée entre la date
d’exigibilité de l’impôt et celle du paiement ;
 Des impositions émises par voie de rôle ou d’état de produit, pour la période écoulée entre la date
d’exigibilité de l’impôt et celle de l’émission du rôle ou de l’état de produit.
Toutefois, la pénalité de 10% précitée est :
• Ramenée à 5%, si le paiement des droits dus est effectué dans un délai de retard ne dépassant pas
trente (30) jours ;
• Portée à 20%, en cas de défaut de versement ou de versement hors délai du montant de la taxe sur
la valeur ajoutée due ou des droits retenus à la source, visés aux articles 110, 111, 116, 117 et 156 à
160 bis916 ci-dessus.

60
CAS 1 :

Le montant de l’impôt dû par une société au titre de l’exercice clos le 31.12.2019 s’élève à 100 000 DH. Au
cours de l’exercice 2019, la société a versé des acomptes prévisionnels pour un montant total de 180 000
DH.
Le montant des acomptes dépasse celui de l’IS dû:
180 000 – 100 000 = 80 000 DH
La société doit imputer cet excédent d’IS sur les acomptes à verser au cours de l’exercice 2020, calculés sur la
base de l’IS dû de l’exercice 2019.
100 000 / 4 = 25 000 DH
Dates Montant Acompte Excédent à imputer Acompte à verser Reste à imputer
31/03/2020 25 000 25 000 0 55 000
30/06/2019 25 000 25 000 0 30 000
30/09/2020 25 000 25 000 0 5 000
31/12/2020 25 000 5 000 20 000 0

1
CAS 2 :

Le montant de l’impôt dû par une société au titre de l’exercice clos le 31.12.2019 s’élève à 100 000 DH. Au
cours de l’exercice 2019, la société a versé des acomptes prévisionnels pour un montant total de 60 000 DH.

Le montant des acomptes est inférieur à celui de l’IS dû:


100 000 – 60 000 = 40 000 DH (Reliquat à verser au Trésor)
La société doit verser le reliquat au Trésor avant le 3ème mois suivant la date de clôture.
Montant des acomptes prévisionnels à verser au cours de 2020 : 100 000 /4 = 25 000 DH

Dates Montant Acompte Excédent à imputer Acompte à verser


31/03/2020 25 000 0 25 000
30/06/2019 25 000 0 25 000
30/09/2020 25 000 0 25 000
31/12/2020 25 000 0 25 000

62