Vous êtes sur la page 1sur 19

ASSOCIATION FRANÇAISE DES TUNNELS

ET DE L’ESPACE SOUTERRAIN

Organisation nationale adhérente à l’AITES


www.aftes.asso.fr

Recommandations
de l’AFTES

La conception,
le dimensionnement et
la réalisation de voussoirs
préfabriqués en béton
de fibres métalliques
GT38R1F1
298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:33 Page298

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1 M

La conception, le dimensionnement et
la réalisation de voussoirs préfabriqués
en béton de fibres métalliques
Texte présenté par Pascal GUEDON (Arcadis) animateur du Groupe de Travail
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Ce document a été réalisé avec la collaboration de :


Philippe AUTUORI (Bouygues) - Rémi BILLANGEON (Spie Batignolles) - Bruno DARDARD (SNCF Ingénierie) - Benoit de RIVAZ (Bekaert)
Gabriel DURAND (Argotech) - Lionel LINGER (Vinci) - Patrick PELTIER (Stradal) - François PETIT (Vinci) - Pierre ROSSI (IFSTTAR) - Bernard RUBY (RATP)
Jean-François TESSIER (SIAAP) - François TOUTLEMONDE (IFSTTAR) - Marc VANDEWALLE (Université Polytechnique de Catalogne)

Sont remerciés pour leurs apports de relecteurs :


Daniel BRUNET (Expert) - Michel DEFFAYET (CETU) - Sylvie GIULIANI-LEONARDI (Vinci) - Catherine LARIVE (CETU) - Jean LAUNAY (Vinci)
Michel PRÉ (Setec) - François RENAULT (Vinci) - Loïc THEVENOT (Eiffage) - Hubert TOURNERY (Egis Tunnels) - Jacques TRICLOT (Egis Tunnels)

L’A.F.T.E.S. recueillera avec intérêt toute suggestion relative à ce texte.

1 - Généralités 299- 3.3 - Critères performantiels de spécification du BRFM . . . . . . .305


3.3.1 - Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .305
2 - Conception des revêtements de tunnel en BRFM 299- 3.3.2 - Caractérisation mécanique du BRFM . . . . . . . . . . . . . . .306
2.1 - Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .299
4 - Contrôle et mise en œuvre 307-
2.2- Conception générale des revêtements en BRFM . . . . . . . . .299
2.3 - Dispositifs d’assemblage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .300 4.1 - Réception et stockage des fibres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .307
4.1.1 - Réception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .307
2.4 - Durabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .300
4.1.2 - Stockage des fibres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .307
2.4.1 - Cas où la fibre ne traverse pas une fissure
4.2 - Centrale à béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .308
débouchant en surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .301
4.2.1 - Dosage des constituants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .308
2.4.2 - Cas où la fibre est traversée par une fissure
4.2.2 - Dosage des fibres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .308
débouchant en surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .301
4.2.3 - Introduction et malaxage des fibres . . . . . . . . . . . . . . .308
2.4.3 - Cas particulier des structures mixtes dans lesquelles
4.2.4 - Mise en place du béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .309
les armatures de béton armé et les fibres métalliques
4.2.5 - Suivi et contrôle du matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .309
constituent les renforts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .301 4.2.6 - Essais de convenance du béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . .309
2.4.4 - Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .302
4.3 - Contrôles de production . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .310
2.5 - Comportement au feu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .302 4.3.1 - Plan de contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .310
4.3.2 - Critères de conformité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .310
3 - Dimensionnement des voussoirs en BRFM 302-
3.1 - Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .302 5 - Références 310-
3.2 - Démarche à suivre pour le dimensionnement . . . . . . . . . .302

298 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013


298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:33 Page299

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1

Préambule
Ce texte s’adresse en priorité aux différents acteurs de l’acte de construire (Maîtres d’ouvrage, Maîtres d’œuvre, Ingénieurs conseils, Entreprises) œuvrant dans
le domaine des ouvrages souterrains réalisés par creusement mécanisé à l’aide de tunneliers.
Il ne constitue pas un règlement, et ne doit pas être interprété ou utilisé comme tel, mais il a pour ambition d’attirer l’attention du lecteur sur les spécificités de
l’application du Béton Renforcé de Fibres Métalliques (BRFM) à la conception, au dimensionnement et à la réalisation d’anneaux de revêtement en voussoirs préfabriqués.
La présente version s’appuie sur la recommandation de l’AFTES actuellement en vigueur pour les voussoirs préfabriqués en béton armé, et, pour les spécificités
du béton de fibres, sur le Model Code 2010 de la fib*. Du fait d’un retour d’expérience grandissant, il n’est pas proposé d’exemple de dimensionnement ; ce
complément pourra être apporté dans une édition ultérieure.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

1 - Généralités-

Les fibres métalliques ont été utilisées depuis plusieurs années comme arma- caractérisation du BRFM et ont permis ainsi de mieux appréhender le compor-
tures dans les revêtements de tunnel en voussoirs préfabriqués un peu partout tement de ce matériau et de spécifier les performances minimales requises
dans le monde (États-Unis, Europe,…). Toutefois leur application et leur utili- pour chaque projet.
sation dans ce domaine se trouvaient bridées à cause du manque de cadre
réglementaire couvrant ce type de produit. Grâce à la parution de normes euro- L’objet de ce document est de fournir des recommandations pour la conception,
péennes spécifiques à l’emploi de fibres métalliques et l’existence de recom- le dimensionnement et la réalisation de voussoirs préfabriqués posés à l’arrière
mandations nationales (France, Italie, Japon,…), l’utilisation du béton de fibres d’un tunnelier, dans la continuité de la recommandation éditée pour les voussoirs
dans les structures est désormais possible. en béton armé.

De nombreux travaux de recherche et essais sur le comportement du béton De ce fait, il conviendra de se reporter utilement à cette précédente recom-
renforcé de fibres métalliques ont été réalisés ces dernières années dans dif- mandation, notamment pour les chapitres généraux traitant des fonctions du
férents pays (États-Unis, Canada, France, Belgique, Grande-Bretagne, Espagne, revêtement et de la description du concept des anneaux en voussoirs.
Italie, Suisse, Japon, Emirats…). Ils ont largement contribué à une meilleure

2 - Conception des revêtements de tunnel en BRFM-

– septembre 2011 - est celle la plus aboutie à l’édition de la présente recom-


2.1 - Introduction
mandation.
Comme indiqué précédemment, le document de référence est relatif à la
recommandation AFTES intitulée « La conception, le dimensionnement et l’exé-
2.2 - Conception générale des revêtements en BRFM
cution des revêtements en voussoirs préfabriqués en béton armé installés à
l’arrière d’un tunnelier » – Version 1 – 1997. L’expérience actuelle sur les voussoirs fibrés repose principalement sur un
concept de voussoirs pleins, combiné à une géométrie de voussoirs en forme
Les éléments de conception des voussoirs et de l’anneau, exposés dans cette de rectangles + trapèzes, de parallélogrammes + trapèzes ou de trapèzes.
recommandation, dans toute leur diversité, restent d’actualité.

La conception et le dimensionnement des revêtements en BRFM s’appuient


dans cette recommandation sur le Model Code 2010 (MC 2010)[5] pour les
structures en béton développé et mis au point par la fib (précédemment CEB-
FIP). Il s’agit d’un document pré-normatif servant de référence au niveau inter-
national pour les futurs règlements, sur lequel se sont appuyés notamment
les Eurocodes. Le MC 2010 s’intéresse également à des nouveaux dévelop-
pements sur les structures béton, le matériau béton ou toutes autres nouvelles
idées innovantes, parmi lesquelles le BRFM. La version 2010 du Model Code

* fib : fédération internationale du béton (International federation for structural concrete)

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013 299
298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:33 Page300

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1 M

Comme pour les voussoirs en béton armé, les mêmes précautions sont à appli- L’assemblage par visserie doit également être évalué en tenant compte des
quer pour les surfaces de contact en apportant un soin particulier à la dépouille efforts supportés en phase de montage et en service. Les efforts en service
(ou détalonnement) des angles des plans de contact des faces entre voussoirs sont normalement disponibles et ont par ailleurs permis de dimensionner ces
et entre anneaux. liaisons. Il est donc important de s’assurer de la tenue des zones d’assemblage
qui constituent des singularités (section béton entre le passage du boulon ou
La surface réelle de contact sera à prendre en compte pour les efforts à du tire-fond et l’intrados).
transmettre et pour les efforts localisés (patins des vérins de poussée du
tunnelier).
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Les dispositions concernant les garnitures d’étanchéité sont les mêmes que
pour les voussoirs en béton armé.

2.3 - Dispositifs d’assemblage


Une attention particulière doit être portée à la conception des dispositifs
d’assemblage, qui doit être évaluée en étroite relation avec les capacités
mécaniques du béton fibré. Dans le répertoire des dispositions usuelles, on trouve :
• des assemblages mécaniques par visserie (valables entre voussoirs et entre
anneaux)
- boulons courbes Là également, des essais peuvent être réalisés pour évaluer la tenue du mon-
- tire-fond inclinés tage.
• des assemblages par connecteurs ou douille + broche (entre anneaux) Usuellement, si ces sections sont réduites (voussoirs de petit diamètre), et
• des assemblages (positionnement) par barre de guidage (entre voussoirs) même avec un ferraillage traditionnel en béton armé, on procède à un tubage
métallique couplé à des « armatures en cravates » pour remonter les efforts
L’assemblage de positionnement par barre de guidage, en général un jonc dans le corps du voussoir. Une telle disposition reste faisable en voussoir fibré,
circulaire en matière plastique, ne nécessite pas de précaution particulière. les cravates étant solidaires du tubage, elles peuvent être correctement posi-
tionnées.
L’assemblage par réservation ou douille + broche peut induire des efforts radiaux
quand il y a emmanchement à force. (C’est par exemple le cas des connecteurs En cas de recours à des assemblages par visserie associés à des voussoirs
plastiques introduits directement dans une réservation béton). Il est habituelle- seulement renforcés de fibres métalliques, des essais spécifiques doivent être
ment fretté soit par le ferraillage des faces, soit avec une spire complémentaire. réalisés afin de s’assurer de la bonne tenue des zones d’assemblage ; on
Les efforts radiaux étant difficilement préférera, en général, les autres modes,
quantifiables, un essai est facilement réa- d’ailleurs de plus en plus pratiqués pour
lisable à partir d’une éprouvette prisma- des questions de sécurité (moins d’in-
tique représentative de l’épaisseur des tervention des opérateurs pour mettre
voussoirs et d’un montage à la presse des en place des éléments) et de producti-
broches pour vérifier la tenue du volume de vité au montage des anneaux.
béton. De même que pour les différents
essais évoqués dans cette recommanda-
2.4 - Durabilité
tion en appui de la justification d’une solu-
tion particulière, l’exploitation du résultat de Tout comme les armatures classiques,
cet essai s’inscrit dans la démarche géné- les fibres métalliques peuvent être
rale de « conception assistée par l’expéri- sujettes à la corrosion.
mentation » (design assisted by testing), Deux situations différentes sont à pren-
prévue notamment dans l’Eurocode 0 (NF dre en compte dans l'analyse de la cor-
EN 1990). La marge qu’il convient de pren- rosion des fibres métalliques, et de ses
dre sur le résultat expérimental dépend conséquences :
notamment du nombre d’essais, de la plus • le cas où les fibres ne traversent pas
ou moins grande ductilité du type de rup- une fissure débouchant en surface,
ture obtenu, et des enjeux de sécurité asso- • le cas où les fibres traversent une fis-
ciés à l’ouvrage. sure débouchant en surface.

300 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013


298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:33 Page301

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1

2.4.1 - Cas où la fibre ne traverse pas une fissure Cette conclusion peut s’expliquer par le fait que les produits de corrosion des
débouchant en surface fibres, traversées par les fissures, et situées à proximité de la surface de la
structure, ont tendance à colmater ces fissures ; lorsque les fissures sont fai-
Comme pour les armatures de béton armé, la protection des fibres métalliques blement ouvertes, un phénomène de cicatrisation peut apparaître.
vis-à-vis des phénomènes de corrosion dépend de la compacité de la matrice.
Plus la matrice est compacte, plus la diffusion des agents agressifs est difficile, En cas d’apparition de fissure ouverte, la partie d’ouvrage concernée devra
et donc plus la protection des fibres vis-à-vis d’attaques chimiques est faire l’objet d’une surveillance, voire d’une maintenance, en adéquation avec
efficace. le risque structurel qu’elle présente.
Or, une matrice fibrée est toujours moins compacte que la même matrice sans
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

fibres (mêmes constituants). 2.4.3 - Cas particulier des structures mixtes dans lesquelles
Ce problème, lié à la physique des empilements granulaires, peut être aisément les armatures de béton armé et les fibres métalliques
minimisé en optimisant la formulation de la matrice. Cette optimisation conduit constituent les renforts
à augmenter la quantité de pâte (ciment + additions minérales) ainsi que celle
d’éléments fins (sable) avec le pourcentage de fibres. Dans les BRFM clas- Ce qu’il est important de noter est, qu’en service, les fissures sont beaucoup
siques, en dessous d’un dosage de 100 kg/m3, les fibres ne sont pas en contact moins ouvertes et plus « tortueuses » dans une structure mixte que dans une
entre elles, ce qui limite la propagation de la corrosion, y compris celle liée structure en béton armé seul. Cette réalité a pour conséquence que les agents
aux courants vagabonds. Pour cette raison et en première approche, on pourra agressifs arrivent beaucoup plus difficilement au niveau des armatures dans
considérer que la « barrière » vis-à-vis des agents agressifs que constitue le une structure mixte.
béton d’enrobage peut rester identique en épaisseur, que l’on soit en présence Les mécanismes de cicatrisation et de colmatage des fissures, cités précé-
de béton ou de béton de fibres, pourvu que la résistance appropriée en fonction demment, sont plus aisés dans une structure mixte que dans une structure
de la classe d’exposition reste garantie. en béton armé seul.

De manière synthétique, la corrosion d’un BRFM non fissuré, conduit aux


constats suivants :
• existence d’une corrosion des fibres en surface de la structure, sans péné-
tration de cette corrosion vers l’intérieur (pas de contact entre fibres) ; pas
d’éclatement du béton, car le volume des produits de corrosion est très fai-
ble ; « colmatage » de la porosité de la matrice à la surface de la structure
par les produits de corrosion.
• pas de diminution des propriétés mécaniques du BRFM.

Toutes les études confirment ces constats. On peut ainsi citer une étude
expérimentale, assez complète, réalisée par l'ANDRA (Agence Nationale pour
les Déchets Radioactifs, (Dubois et Nouguier (1989) [21] qui constitue un exem- 2.4.4 - Conclusion
ple parmi de nombreux autres.
• Il n’y a pas de problèmes de corrosion mécaniquement préjudiciable au sein
2.4.2 - Cas où la fibre est traversée par une fissure des structures en BRFM sous réserve que la fissuration reste maîtrisée (aussi
débouchant en surface bien la fissuration éventuelle issue du fonctionnement en service, que celle
liée au processus de pose, qu’il convient évidemment de contrôler) ;
C'est un cas sensible au regard des conséquences mécaniques potentielles • Les structures mixtes, armatures plus fibres, sont moins sujettes à la cor-
relatives à la corrosion des fibres. rosion que les structures en béton armé seul.
En effet, la question qui se pose est de savoir si les fibres, traversant les
fissures, se corrodent de manière telle (les fissures accélérant notablement Vis-à-vis de ces constats, les dispositions de conception suivantes peuvent
les cinétiques de diffusion des ions chlorure) qu’elles perdent leur potentiel donc être recommandées en référence aux classes d’exposition définies dans
de renfort. la norme NF EN 1992-1-1 :
• dans les conditions les plus agressives, correspondant aux classes d’expo-
Une étude de la littérature à ce sujet indique que l’on peut raisonnablement sition XS3, XD3 et XA3, vérifier que les contraintes de traction à l’état limite
admettre que pour des ouvertures de fissure inférieures à 150 µm, les fibres de service (ELS) sous combinaison fréquente restent inférieures à la résis-
métalliques ne subissent pas de corrosion conduisant à la diminution des tance caractéristique en traction (fctk0.05 tel que définie à l’EC2), ce qui cor-
caractéristiques mécaniques des BRFM. Au stade actuel de la connaissance respond à la situation 2.4.1, et correspond effectivement à une condition
du matériau, il n’est pas prouvé que pour des ouvertures de fissure supérieures, réputée de non-fissuration en service.
cette corrosion mécaniquement préjudiciable survienne. • dans les autres cas correspondant aux situations 2.4.2 et 2.4.3, limiter l’ou-

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013 301
298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:33 Page302

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1 M

verture calculée des fissures wk à l’ELS sous combinaison fréquente à apportaient une amélioration par rapport au béton armé, qui, par un phéno-
0,15 mm (classes d’exposition XS1, XD1, XS2, XD2, XA1 et XA2) ou 0,2 mm mène de conductivité thermique des armatures, favorise un éclatement rapide
(classes d’exposition XC1, XC2, XC3 et XC4).Le calcul d’ouverture de fissure du béton exposé.
sera conduit suivant le §7.7.4.2 du document Model Code 2010. Sans éviter le phénomène d’écaillage, qui est non seulement induit par une
• dans tous les cas, en présence d’armatures, conserver sauf justification par- surpression locale de vapeur, mais par un état de compression biaxiale de la
ticulière des enrobages au moins égaux à la valeur cmin,dur de la norme NF paroi exposée [14], celui-ci est réduit par rapport à celui du béton armé.
EN 1992-1-1 (Eurocode 2) section 4 (enrobage minimum permettant d’as-
surer la durabilité). Comme pour les voussoirs traditionnels en béton armé, l’introduction de micro-
fibres de polypropylène dans la composition du BRFM en proportion suffisante
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Pour des environnements agressifs ou dans le cas où la corrosion des fibres réduit considérablement les risques d’écaillage, par un mécanisme détaillé
de surface est à éviter pour des raisons d’aspect esthétique, on notera qu’il par exemple en [15].
existe sur le marché des fibres métalliques galvanisées, voire inox, qui offrent
une très haute protection contre la corrosion. Il conviendra de prendre en Ainsi la combinaison de fibres métalliques avec des microfibres polypropy-
compte leurs propriétés mécaniques et physiques spécifiques pour la concep- lène est une solution adéquate pour un meilleur comportement au feu, même
tion et le dimensionnement du voussoir. Dans les cas courants, leur utilisation si elle nécessite une attention spécifique du point de vue du compromis
n’est pas nécessaire. entre rhéologie du matériau frais et prévention des risques d’instabilité
thermique (écaillage).
En l’absence de référentiel permettant de justifier une section en BRFM
2.5 - Comportement au feu
soumise aux hautes températures (courbes ISO ou HCM), des essais
Des essais de comportement au feu de voussoirs en BRFM ont été réalisés spécifiques devront appuyer la justification vis-à-vis de la stabilité
récemment en Europe (CTRL,…). Ils ont montré que les fibres métalliques attendue.

3 - Dimensionnement des voussoirs en BRFM-

de justification par le calcul dans la mesure où la limitation des fissures et


3.1 - Préambule
épaufrures constitue un bénéfice directement visible au stade du chantier.
On se reportera utilement à la précédente recommandation sur le dimension- La justification de l’efficacité des fibres vis-à-vis de la situation 2 est à conduire
nement des voussoirs en béton armé pour identifier de la façon la plus exhaus- sur la base d’essais représentatifs, compte tenu des dispositions de conception
tive possible l’ensemble des conditions de chargement susceptibles d’influer adoptées et des modalités de mise en place du BRFM qui conditionnent
sur le dimensionnement des voussoirs en BRFM. l’orientation des fibres.
L’efficacité du BRFM dans la situation 5 a notamment été étudiée dans le cadre
Le renforcement mécanique du béton des voussoirs par des armatures ou des du projet national BEFIM [4, 7, 8]. Si les caractéristiques du terrain et la concep-
fibres peut en effet répondre au besoin d’équilibrer des efforts de traction dans tion des voussoirs ainsi que la mise en place des anneaux ne permettent pas
six situations principales : d’éviter un écartement important des points où se concentrent les réactions
1. Flexion composée des voussoirs correspondant à une ovalisation de l’anneau d’appui résultantes par rapport à la poussée du tunnelier, les capacités de
par poussée du terrain et interaction sol-structure. reprise d’efforts de traction du BRFM risquent de ne pas suffire à assurer la
2. Efforts d’éclatement au niveau des zones de compression localisée : points sécurité souhaitable et la présence d’armatures de béton armé en périphérie
d’assemblage entre voussoirs, zones d’appui des patins du tunnelier, points des voussoirs sera nécessaire. Dans ce cas, les éléments de justification par
durs de contact, etc. une méthode de bielles-tirant sont notamment fournis en [4]. Des essais à
3. Flexion aux jeunes âges du béton lors du démoulage et du stockage. l’échelle 1 peuvent également être conduits pour vérifier le comportement adé-
4. Tractions induites par les chocs au cours du transport et de la manutention. quat sous ces sollicitations.
5. Risque de défaut d’appui, en l’absence de précautions particulières, lors de Les indications qui suivent sont donc principalement adaptées pour couvrir par
la poussée des vérins du tunnelier permettant la mise en place d’un voussoir, le calcul la justification du renforcement fibré ou mixte répondant aux situations
ce qui conduit à un fonctionnement en tirant d’une partie du voussoir entre 1 et 3.
les points où se concentrent les réactions d’appui.
6.Tractions induites par les mécanismes de retrait différentiel du béton, dans
3.2 - Démarche à suivre pour le dimensionnement
le cas de pièces de forte épaisseur.
des voussoirs en BRFM
L’efficacité du renfort fibré en alternative aux armatures de béton armé pour Lorsqu’un projet de voussoir est à considérer sous l’angle des BRFM, il faut,
répondre aux situations 4 et 6 est avérée, et ne nécessite généralement pas afin d’aboutir à une solution technique fiable, suivre une démarche rigoureuse.

302 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013


298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page303

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1

Cette démarche se décline en étapes : À l’état limite de service, une ouverture de fissure ws est associée, et l’état
1. Définition des sollicitations dimensionnantes relatives au tunnel et aux vous- limite ultime correspond à une ouverture de fissure wu.
soirs considérés. Pour passer du comportement expérimental de la figure 1 à un comportement
2. Au regard de ces sollicitations définies dans l’étape 1, dimensionnement du simplifié de calcul, il est choisi de faire l’hypothèse que le comportement de
voussoir en BRFM en utilisant le Model Code 2010 portant sur les Bétons Fibrés. calcul est de type élastoplastique à adoucissement linéaire (la contrainte varie
3. Réalisation d’essais de convenance afin de vérifier que le BRFM proposé linéairement après la limite élastique).
répond aux caractéristiques mécaniques utilisées lors du dimensionnement.
4. Réalisation d’essais de contrôle en usine afin de suivre la qualité des BRFM
mis en œuvre lors de la fabrication des voussoirs.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Dans cette démarche, somme toute classique, seules les étapes 2, 3, et 4 sont
spécifiques aux BRFM. Elles vont donc faire l’objet, dans ce qui suit, de quelques
précisions.

Précisions pour l’étape 2 - Dimensionnement


Le Model Code 2010 comporte des justifications par le calcul vis-à-vis :
• de la résistance aux sollicitations normales,
• de la résistance aux sollicitations tangentes,
• de la diffusion des efforts concentrés,
et prévoit la possibilité d’une justification par l’expérimentation. Banc d’essai pour prisme (flexion 3 points).

Pour les vérifications par le calcul, la donnée mécanique principale pour le BRFM La courbe de calcul est obtenue à partir d’une courbe expérimentale carac-
est son comportement en traction post fissuration (c’est-à-dire après localisa- téristique correspondant à une probabilité de 95 % que la capacité résistante
tion de la fissuration ou, pour le dire autrement, après la limite élastique). soit supérieure à celle de la courbe caractéristique. Pour une évaluation suf-
Pour ce qui concerne les BRFM qui vont être utilisés dans les voussoirs de tun- fisamment précise de l’écart-type permettant cette détermination de la courbe
nel, ce comportement post-fissuration en traction est le plus souvent adoucis- caractéristique, 6 essais au moins sont nécessaires. La correspondance entre
sant (ou à écrouissage négatif) : on observe une diminution de la contrainte la courbe expérimentale et la courbe de calcul est une correspondance éner-
(après localisation de la fissuration) avec l’ouverture de fissure. Toutefois, ils gétique. Ainsi, pour un calcul à l’état limite de service, l’énergie non linéaire
peuvent, dans certains cas, présenter un comportement post-fissuration à sous la courbe de calcul est la même que celle sous la courbe expérimentale,
écrouissage positif. ceci pour une ouverture de fissure égale à ws. Il en est de même pour l’état
limite ultime avec wu comme ouverture de fissure (figure 2).
De façon pragmatique, en se basant sur les connaissances actuelles, il est La courbe de calcul intègre, par le biais du coefficient K, comme indiqué dans
nécessaire de faire des hypothèses concernant le comportement post-fissura- le code modèle, l’effet de la mise en œuvre du BRFM dans le voussoir (cf
tion à prendre en compte dans les calculs et de simplifier la loi post-fissuration §5.6.7. du MC 2010). Ce coefficient est appelé « facteur d’orientation ».
de calcul par rapport à la réalité expérimentale (afin de simplifier les calculs de Dans le cas d’une distribution isotrope des fibres identique dans l’élément de
dimensionnement). structure et dans le prisme de caractérisation, ce facteur vaut 1.0.
En cas d’effet défavorable, une valeur K > 1.0 devra être appliquée et vérifiée
Passage de la loi expérimentale à la loi de calcul de façon expérimentale.
Le comportement post-fissuration d’un BRFM « classique » se présente le plus En cas d’effet favorable, une valeur K < 1.0 pourra être appliquée si elle est
généralement comme indiqué dans la figure 1. vérifiée expérimentalement et reste sécuritaire pour l’ensemble des sollicita-
tions envisageables pour le voussoir.

Figure 1 Distribution des fibres dans la matrice.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013 303
298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page304

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1 M

Figure 2.

Précisions pour l’étape 3 – Essais de convenance


Cette étape consiste à vérifier que le BRFM proposé possède des caractéris-
tiques mécaniques au minimum équivalentes à celles qui ont été retenues
pour le dimensionnement, et plus particulièrement pour ce qui concerne le
comportement en traction (de façon similaire à ce qui est classiquement réalisé
pour le comportement en compression). On réalise pour ce faire des essais
de convenance.
Il reste à définir les ouvertures de fissure ws et wu pour déterminer les Le comportement mécanique post-fissuration en traction d’un BRFM dépend
contraintes de traction σs et σu à utiliser dans les calculs. Pour ce qui concerne de l’orientation préférentielle des fibres au sein de la structure, orientation liée
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

ws, les valeurs et vérifications de limitation d’ouverture des fissures ont été au type de structure et à la méthode de mise en œuvre.
indiquées en 2.4.4.
Les essais de convenance consistent donc à réaliser un voussoir prototype
Pour ce qui concerne wu, le problème est plus complexe et délicat. dans des conditions représentatives de fabrication et de cure, et à prélever
Dans le cas d’un problème de flexion, l’ouverture de fissure, correspondant dans cet élément des prismes qui seront testés en traction par flexion dans
au moment maximal de flexion, dépend de la hauteur de la section. des directions représentatives des sollicitations de traction attendues dans le
Or, on sait que les BRFM utilisés actuellement dans les voussoirs de tunnel voussoir. Ces essais permettront de vérifier que la loi de comportement qui
(qui comportent typiquement entre 30 et 60 kg de fibres /m3 dans un béton s’en déduit est bien compatible avec la loi utilisée pour le projet. Ils sont réalisés
de résistance caractéristique de l’ordre de 50 MPa) ont un comportement conformément à la norme EN 14651 (cf 3.3.2.2.). Dans la mesure où il est
post-fissuration en traction intéressant jusqu’à environ 3,5 mm d’ouverture nécessaire de déterminer une courbe moyenne et une courbe caractéristique,
des fissures. l’essai de 6 échantillons prélevés est nécessaire comme pour des éprouvettes
Il est choisi (en attendant les retours d’expérience) de faire les calculs avec moulées.
wu égale à 2,5 mm comme préconisé dans le Model Code 2010. Par comparaison avec les prismes coulés lors de la fabrication de l’élément
témoin, les prismes prélevés permettent également de déterminer le coefficient
K selon le § 5.6.7 du Model Code 2010. Ce coefficient pourra être utilisé pour
Ouverture ultime d’une fissure déterminer les valeurs à atteindre lors d’essais de contrôle sur des éprouvettes
dans un spécimen en béton
de fibres. (IFSTTAR)
coulées (voir étape 4).

Remarques :
1. Le coefficient K est largement dépendant du mode de coulage des voussoirs :
Les ouvertures de fissures ayant été défi- si celui-ci est modifié, même sans changement de la formule du BRFM, il
nies aux états limites de service et ultime, est nécessaire de refaire l’épreuve de convenance.
les valeurs de σs et σu se déduisent de la 2. Avec une expérience accrue concernant la fabrication de voussoirs en BRFM
courbe de comportement de calcul. et le développement d’outils numériques permettant de prévoir l’effet de la
Les vérifications à l’ELU tiennent compte mise en œuvre du matériau sur la répartition des fibres, il sera sans doute
d’un coefficient de sécurité matériau ɤF pris égal à 1,5 par référence au Model possible à l’avenir de réduire et simplifier l’épreuve de convenance. Au stade
Code 2010. actuel, cette dernière reste une étape cruciale pour vérifier la sécurité globale
Il conviendra également de démontrer la non-fragilité de la structure confor- des éléments lorsque celle-ci repose sur la capacité de reprise par le BRFM
mément au §7.7.2. du Model Code 2010. d’efforts de traction post-fissuration.
3. Théoriquement la loi de comportement en traction post-fissuration pourrait
être déterminée en traction directe sur prismes prélevés dans l’élément, au
lieu de résulter d’une analyse inverse d’essais de traction par flexion. Les
difficultés de ce type d’essais et la dispersion généralement constatée ne
militent pas pour cette alternative.
4. Au titre de la « conception assistée par l’expérimentation », détaillée au
§ 7.12 du Model Code 2010, il est envisageable de substituer aux essais
Exemple de de convenance sur prismes prélevés, des expérimentations à l’échelle 1
modélisation directement réalisées sur voussoirs prototypes, représentatives des sollici-
3D d’un
tations de projet dimensionnantes. Les marges à adopter dans cette
voussoir pour
vérification approche sont détaillées au § 7.12 du Model Code 2010. Compte tenu des
des moyens requis et d’un délai typique supplémentaire de plusieurs semaines
contraintes
engendrées au moment du démarrage de la production des voussoirs, cette approche
dans le BRFM. n’est à envisager que pour des projets d’importance.

304 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013


298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page305

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1

• la compacité de la matrice (le béton) caractérisée par la résistance en com-


pression du BRFM,
• Le pourcentage, la forme, les dimensions, ainsi que les caractéristiques
mécaniques des renforts (les fibres).

En conséquence, le processus de contrôle consistera à vérifier, lors du projet,


que :
Essai de flexion réalisé sur un voussoir prototype à l’échelle 1 • la résistance en compression du BRFM et son comportement en traction,
(Université de Rome)
• ses caractéristiques à l’état frais,
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

• la nature, la quantité de fibres, la procédure de malaxage,


• le protocole de mise en œuvre du BRFM dans les coffrages,
• et le processus de cure et mûrissement
soient identiques à ceux qui ont été retenus à l’issue des essais de conve-
nance.

Cela implique que, lors des essais de convenance, toutes ces informations
soient enregistrées.

Essai de pression localisée (simulant l’action des vérins de poussée du tunnelier)


sur un voussoir protype à l’échelle 1. (Université de Rome)
3.3 - Critères performantiels de spécification du BRFM

3.3.1 - Généralités

La performance du béton de fibres métalliques augmente avec :


• les performances de la matrice béton
• le dosage en fibres (jusqu’à une certaine limite)
• les performances intrinsèques des fibres dans la matrice (géométrie, l/D,
mode d’ancrage, …)
• l’orientation des fibres par rapport au processus de fissuration potentiel

Les fibres métalliques doivent être conformes à la Norme Européenne NF EN


14889-1.

Il est particulièrement important de respecter les tolérances sur la géométrie


ci-dessous :

Écart de la valeur
Écart de la valeur
moyenne par
Caractéristique Symbole par rapport
rapport à
à la valeur
la valeur
déclarée
déclarée

Longueur et longueur
développée
> 30 mm l, ld (si applicable) ± 10 % ±5%
≤ 30 mm ± 1,5 mm

Essai BEFIM avec réactions excentrées. (IFSTTAR)


Diamètre (équivalent)
> 0,30 mm d ± 10 % ±5%
≤ 0,30 mm ± 0,015 mm
Précisions pour l’étape 4 – Contrôle de fabrication
Les essais de contrôle en usine qui font partie du plan qualité de l’usine peuvent Rapport longueur/
λ ± 15 % ± 7,5 %
être très simplifiés. En effet, pour une géométrie de voussoir et une mise en diamètre

œuvre données, les performances mécaniques du BRFM dans la structure sont Tableau 1 - Tolérances sur la longueur et le diamètre de la fibre
totalement dépendantes de : selon EN 14889-1.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013 305
298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page306

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1 M

Recommandation minimale proposée : Ces propriétés pourront notamment couvrir :


Fil métallique tréfilé :
• résistance à la traction du fil d’acier : fy > 800 MPa mini (la résistance à la a- Les propriétés et performances de la matrice de base
traction du fil doit être cohérente avec celle de la matrice, fy ≥ 1,5 GPa pour • dosage en ciment, qualité de ciment
BHP), • rapport E/C
• tolérances dimensionnelles selon tableau ci-dessus, • granulométrie
• recherche d’un effet de réseau maximum (m/m³) en vérifiant que la mise en • type et dosage des adjuvants
œuvre choisie conduit à une bonne orientation des fibres au regard du fonc- • ouvrabilité du béton frais
tionnement mécanique, • résistance à la compression du béton durci
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

• Optimisation du système d’ancrage (crochets aux extrémités pour un • résistance à la flexion du béton durci
ancrage optimisé de la fibre dans la matrice béton ou autres systèmes).
b- Le type et le dosage en fibres
Le conditionnement des fibres doit tenir compte :
• de l’introduction des fibres par système de dosage automatique, c- Les propriétés du BRFM, a minima en compression et en traction (ou traction
• de la répartition des fibres dans le béton pour obtenir une distribution par- par flexion)
faitement homogène, L’identification expérimentale du comportement d’un BRFM est notamment
• de la suppression totale de l’apparition d’oursins pour les fibres ayant un dépendante :
l/D >65 (néfaste à la phase de mise en œuvre). • de la géométrie du corps d’épreuve (dimensions et formes),
• du diamètre du plus gros grain constitutif de la matrice (la longueur de la
Il est recommandé pour cela d’utiliser les fibres encollées ou tout autre système fibre doit être au moins égal à 2.5 fois le diamètre du plus gros granulat de
(démêlage,..) pouvant répondre aux exigences ci-dessus. la matrice),
• de la compacité de la matrice caractérisée par la résistance en compression
Aspect de surface : du BRFM.
Pour certains types d’ouvrages, l’utilisation de fibres galvanisées pourra retar-
der les risques de corrosion des fibres en surface. 3.3.2.2 - Description de l’essai à la base de la caractérisation
du BRFM en traction spécifique pour les voussoirs
Les fibres métalliques galvanisées seront produites à partir de fils d’acier gal- En cohérence avec la section 5.6 du Model Code 2010 et à défaut d’une pro-
vanisés à chaud. Les spécifications du revêtement de zinc doivent être cédure alternative dont l’exploitation aura été validée, les essais de prismes
conformes à la norme française A 91-131 et de classification type B dont le selon la norme EN 14 651 « Méthode d’essai du béton de fibres métalliques :
revêtement minimal de zinc est de 30 g/m². mesurage de la résistance à la traction par flexion (limite de proportionnalité
LOP résiduelle) » seront utilisés pour la caractérisation des BRFM.
Les fibres métalliques galvanisées doivent être protégées par un inhibiteur de
gazage, permettant ainsi de contrôler la réaction zinc/ciment, de prévenir ce Le comportement en traction du béton de fibres métalliques est évalué en
phénomène, et de garantir la bonne tenue de la galvanisation et de l’adhérence termes de valeurs de la résistance résiduelle à la traction par flexion, déter-
des fibres dans la matrice béton. Des essais de durabilité en brouillard salin minées à partir de la courbe charge-ouverture de la fissure ou de la courbe
selon la norme ASTM B117 ou NF X41-002 dans un laboratoire agréé devront charge-flèche, obtenue en appliquant une charge ponctuelle centrée sur un
être fournis afin de garantir l’absence de toute trace de corrosion après 1000 prisme entaillé simplement appuyé.
heures de stockage immergé en solution saline.
La valeur de l’ouverture de fissure considérée pour les vérifications à l’ELS est
La spécification éventuelle de fibres en acier inox doit s’appuyer sur une indiquée au 2.4.4 ci-avant.
connaissance précise de l’environnement agressif auquel le béton et les fibres
seront exposés. Le choix de la nuance d’inox et la prise en compte des pro- La valeur fR3 (CMOD = 2,5mm) est utilisée pour l’état limite ultime.
priétés physiques et mécaniques spécifiques des fibres doivent faire l’objet
d’une attention particulière. 3.3.2.3 - Tableau récapitulatif des essais de caractérisation,
de convenance et de contrôle
3.3.2 - Caractérisation mécanique du BRFM Les essais à réaliser sont regroupés et synthétisés dans le tableau 2. Il est à
signaler que les essais portent à la fois sur les matériaux constitutifs du béton,
3.3.2.1 - Objectif sur le béton frais et sur le béton durci.
Afin de pouvoir dimensionner un voussoir en béton de fibres métalliques, il
convient d’adopter une méthodologie expérimentale de référence pour la
caractérisation des performances. En plus des performances mécaniques,
diverses propriétés du BRFM pourront être spécifiées.

306 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013


298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page307

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1

Types d’essais Les essais devront être conduits sur un nombre minimum d’éprouvettes et la
Caractérisation Convenance Contrôle
variation des résultats en termes de résistance résiduelle fR,j ne devra pas être
Granulats O O N
supérieure aux valeurs suivantes :
• Essais de caractérisation :
Adjuvants O O O
Matériaux 9 éprouvettes et variation de résistance résiduelle ≤ 20%
Ciments O O N
• Essais de convenance :
Fibres O O O
6 éprouvettes et variation de résistance résiduelle ≤ 25%
Dosages fibres O O O
• Essais de contrôle :
Béton Dosage eau N N N 6 éprouvettes et variation de résistance résiduelle ≤ 20%
frais
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Ouvrabilité (*) O O O
Densité O O O
Densité O O O
Béton
Résistance compression O O O Tableau 2 - Essais spécifiques de caractérisation,
durci
Essai de flexion EN 14 651 O O O de convenance et de contrôle
à réaliser sur le BRFM.
essais sur
O = Oui, N = Non prismes prélevés
sur voussoir
(*) à adapter en fonction de la consistance du BRFM adoptée. prototype

4 - Contrôle et mise en œuvre -

Les principaux documents de référence à respecter pour le contrôle et la mise • sur un échantillon prélevé dans la livraison, un contrôle visuel et dimensionnel
en œuvre du BRFM sont les suivants : simplifié permettant de confirmer le type de fibre (forme, longueur, diamètre /
• Fascicule 65 du CCTG et norme NF EN 13 670 (exécution des ouvrages en ou forme de la section, traitement anti-corrosion éventuel),
béton) • dans le cas de conditionnement assurant un pré-dosage des fibres, un
• Norme EN206-1: Béton (spécifications, performances, production et confor- contrôle échantillonné de la conformité de ce pré-dosage.
mité)
• Norme EN13369 : Règles communes pour les produits préfabriqués en Dans le cas de fibres dont la conformité n’aurait pas été évaluée ou établie
béton avant la livraison, le fabricant de voussoirs devra prévoir un plan de contrôle,
• Norme EN14650: Produits préfabriqués en béton – Règles générales pour le éventuellement sous-traité à une tierce partie compétente, permettant de
contrôle de la production en usine de béton de fibres métalliques démontrer la conformité aux spécifications techniques requises.
Les dispositions spécifiques au cas des voussoirs en BRFM sont rappelées
ci-après. Ces dispositions devront s’appuyer sur la norme EN 14889-1 - Fibres métal-
liques - Définition, spécifications et conformité.

4.1 - Réception et stockage des fibres


4.1.2 - Stockage des fibres
4.1.1 - Réception
Les fibres étant livrées en sacs ou en « big-bags », le stockage devra :
Les fibres seront réceptionnées avec vérification de leur correspondance au • assurer leur préservation en accord avec les spécifications du fournisseur
type et aux exigences spécifiés à la commande. (en particulier pour les fibres non protégées contre la corrosion et pour les
fibres avec traitement de préparation, par exemple fibres assemblées en
Le plan de contrôle du fabricant de voussoirs devra préciser les opérations de plaquettes),
réception, comprenant (dans le cas de fibres d’une provenance reconnue par • permettre une utilisation respectant l’ordre des lots réceptionnés pour garan-
l’utilisateur et chez un fournisseur présentant des garanties de suivi interne tir une bonne traçabilité,
de la qualité) : • si le conditionnement est spécifique et adapté à l’entité de dosage pour une
• un contrôle, avant acceptation, du bordereau de livraison et/ou de l’étiquette gâchée définie, les conditions de stockage devront absolument préserver
sur le colisage, montrant la conformité à la commande (objectif, s’assurer l’intégrité des conditionnements. Tout conditionnement abîmé ou douteux
de la conformité de la fourniture à la commande ainsi que de la bonne origine) devra être écarté, puis éventuellement remis en conformité après recondi-
– fréquence : à chaque livraison, tionnement et contrôle.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013 307
298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page308

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1 M

4.2 - Centrale à béton de –5% en valeur


- 80% au moins supérieur ou égal au nominal objectif
4.2.1 - Dosage des constituants • contrôler, à intervalles réguliers, la précision de dosage de l’équipement -
lors de l’installation, de la réinstallation ou après une réparation majeure -
La centrale à béton et ses équipements, en particulier de dosage, devront répon- à échéance d’un an (maximum)
dre aux exigences spécifiées dans l’un des documents cités en introduction à En cas de doute :
ce chapitre, en tenant compte des priorités de référentiel stipulées au CCTP. • opérer un contrôle visuel une fois par jour pour vérifier le fonctionnement
correct des étapes de dosage et de transfert vers le malaxeur.
On retiendra donc les dispositions relatives :
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

• au stockage et au dosage des constituants du béton (tolérances exprimées Dans le cas d’une centrale à béton opérant régulièrement avec plusieurs
dans le Fascicule 65 du CCTG), modèles de fibres, le fabricant de voussoirs devra prendre des dispositions
• à la conduite de la centrale à béton (automatismes et asservissements), assurant le passage d’un modèle à l’autre sans risque d’erreur et sans risque
• au programme de contrôle du matériel (EN206-1 : Tableau 23 ; EN13369 : de pollution entre les modèles (utilisation de bols différents ou procédure de
Annexe D1). vidange et nettoyage au changement de modèle, vérification des organes de
Le document : transfert vers le malaxeur).
PR NF EN 14650 “Produits préfabriqués en béton - Règles générales pour le
contrôle de la production en usine de béton de fibres métalliques” introduit les 4.2.3 - Introduction et malaxage des fibres
dispositions spécifiques aux fibres, en cohérence avec les dispositions de
l’EN206-1 et de l’EN13369 (auxquels il fait renvoi pour les constituants autres Le choix du malaxeur et les modalités d’introduction des fibres vont condi-
que les fibres). tionner l’homogénéité du mélange et la bonne répartition des fibres. On rappelle
qu’une partie de l’eau est mobilisée par les fibres (métalliques et polypropylène
4.2.2 - Dosage des fibres le cas échéant), ce qui influe fortement sur l’ouvrabilité du béton fibré.

Les fibres seront de préférence dosées avec un équipement spécifique, rac- L’équipement de malaxage devra pouvoir disposer d’un fort pouvoir de cisail-
cordé en automatisme et asservissement au dispositif de contrôle commande lement du béton frais.
de la centrale à béton. Une attention particulière sera portée aux malaxeurs à arbre horizontal, vis-
à-vis de la qualité du mélange obtenu avec les fibres.

La forme des pales ne devra pas conduire à créer des accumulations de fibres.

La taille du malaxeur et sa puissance seront suffisants pour assurer correc-


tement les gâchées nominales. On conviendra également des tailles minimales
des gâchées partielles (en principe limitées à 50 % du volume nominal). Cette
capacité de fonctionnement sera à démontrer au cours de l’épreuve de conve-
nance du béton.
Le plan qualité devra préciser les conditions d’introduction et de malaxage
Doseur pour fibres Système de séparation des fibres
des fibres :
Cet équipement spécifique opèrera par dosage pondéral des fibres. • position dans le cycle général d’introduction des constituants du béton
• vitesse ou durée d’introduction des fibres
Toutes dispositions seront prises pour réaliser un suivi du stock de fibres • durée minimale de malaxage après la fin de l’introduction des fibres (que
disponible dans le doseur, assurer un rechargement hors cycle de dosage auto- ce soit à sec ou humide)
matique et ne pas avoir à interrompre de tels cycles pour assurer une gâchée. • durée maximale de malaxage (si besoin et en cas de risque avéré de
Par analogie aux dispositions usuelles sur le dosage des constituants du ségrégation)
béton, il conviendra d’adopter les points suivants et de les préciser au plan
de contrôle : L’efficacité du cycle de fonctionnement sera à démontrer au cours de l’épreuve
• assurer une précision de dosage1 donnant une répartition des résultats de convenance du béton.
mesurés de la quantité pondérale de fibres dans la fourchette : Nota : dans les expériences récentes de production, avec des bétons fermes,
- maximum de 20% de résultats sous le nominal objectif avec une limite les fibres sont introduites avec les granulats (le système d’alimentation en

1 - La norme NF EN 14650 recommande au chapitre 3.3 une tolérance de dosage de +/- 5% de la quantité requise pour toutes les quantités de béton supérieures ou égales à 1 m3.
Le document « Quality Assurance Guidelines for the use of Steel Fibres Reinforced Concrete (SFRC) » [6] recommande en 6.6 une tolérance de 3% sur les dosages de fibres et renvoie à l’EN206-1 pour les autres
composants.
Mais on considère aussi qu’il convient de garantir un minimum de dosage d’où la spécification de positionnement de la dispersion.

308 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013


298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page309

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1

fibres les déversant soit sur le tapis peseur, soit dans la trémie bascule des 4.2.5 - Suivi et contrôle du matériel
granulats) – On retrouve d’ailleurs cette recommandation dans le document
« Quality Assurance Guidelines for the use of Steel Fibres Reinforced Concrete En complément des dispositions de contrôle des équipements de dosage,
(SFRC) » [6] au chapitre 6.7. le malaxeur et, si besoin, les équipements de transfert du béton (convoyeurs
Sur des bétons plus plastiques ou fluides et/ou pour de forts dosages, les fibres aériens, tapis, bennes) devront être particulièrement suivis en tenant
peuvent être introduites après homogénéisation du mélange (avec eau et compte de l’impact potentiel de l’usage des fibres sur l’usure des blindages
adjuvants). et des pales ou sur les perturbations que peuvent provoquer des accumu-
lations de fibres aux articulations des pièces mobiles (portes, joints de
4.2.4 - Mise en place du béton portes,…).
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Le choix des modalités de transport et mise en place du béton doit tenir compte La fréquence des opérations de nettoyage doit aussi être adaptée en consé-
des fibres. On choisira donc de préférence un procédé limitant les risques de quence (point important).
ségrégation, de défaut d’enrobage et le cheminement du béton de fibres dans
le coffrage et on évitera l’empilage de procédés pour aller du malaxeur au 4.2.6 - Essais de convenance du béton
coffrage des voussoirs.
Conformément au tableau du § 3.3.2.3 l’épreuve de convenance du béton
comprend, outre les dispositions permettant l’évaluation du béton traditionnel
(se reporter à la norme EN206-1 et au fascicule 65), des dispositions complé-
mentaires liées à l’incorporation des fibres, et la réalisation d’un prototype
permettant la prise en compte quantitative du facteur K lié à l’orientation des
fibres (§3.2 étape 3 ci-avant).
Les dispositions complémentaires relatives aux fibres comprennent :
• le mesurage de la consistance du béton 2
• le mesurage de la teneur en fibres du béton frais
Tunnel des Blagis - Mise en œuvre du BRFM dans les moules • le mesurage de la teneur en fibres du béton durci 3
• l’évaluation de la répartition spatiale des fibres 4
La rupture d’alimentation de matériau frais au sein d’un même élément sera • la réalisation de corps d’épreuve en accord avec les essais convenus au
évitée, de même que l’alimentation par plusieurs flux concourants non rema- chapitre 3 « Dimensionnement des voussoirs en BRFM ».
niés. L’utilisation éventuelle de vibreurs internes ou externes doit faire l’objet Le mesurage de la teneur en fibre du béton frais et du béton durci fait l’objet
d’une étude particulière compte tenu de son incidence importante sur la répar- de la norme :
tition et l’orientation des fibres. NF EN 14721 +A1 “Produits préfabriqués en béton - Méthode d'essai du béton
de fibres métalliques - Mesurage de la teneur en fibres du béton frais ou durci.”
Dans le cadre de l’épreuve de convenance, c’est le béton mis en œuvre dans Conformément au paragraphe 3.2 précisant la démarche à suivre pour le
le moule et ayant suivi le cheminement prévu pour la production qui sera dimensionnement des voussoirs en BRFM, les essais de convenance seront
évalué. réalisés suivant la norme : NF EN 14651 +A1 “Produits préfabriqués en béton
- Méthode d'essai du béton de fibres métalliques - Mesurage de la résistance à
la traction par flexion.”

Le programme de l’épreuve de convenance fixera le nombre d’essais spéci-


fiques aux fibres, en relation avec les objectifs et en fonction du nombre de
gâchées types et/ou de produits finis types prévus.
L’ensemble des dispositions de fabrication du BRFM et de mise en œuvre y
compris cure et mûrissement, fait l’objet d’une procédure d’exécution validée
par le maître d’œuvre à l’issue de l’épreuve de convenance attestant l’obtention
des propriétés spécifiées et/ou nécessaires à la justification mécanique des
Tunnel des Blagis - Essai par rupture 3 points d’une poutre constituée
à partir du sciage d’un voussoir d’essai éléments. Cette étape constitue un point d’arrêt.

2 - La consistance fera appel à un essai répertorié dans l’EN206-1 ; l’affaissement est le plus pratique et courant en usine de préfabrication ; l’essai Vébé est, par ailleurs, spécifié dans la norme sur le béton de référence
pour l’essai des fibres (prEN14845-1). Des bétons auto-plaçants peuvent également être envisagés sous réserve qu’ils répondent aux mêmes exigences de performance que les bétons traditionnels.
Le document « Quality Assurance Guidelines for the use of Steel Fibres Reinforced Concrete (SFRC) » recommande au chapitre 3.3 un essai au cône d’Abrams si le béton « sans fibres » a un affaissement inférieur
à 15 cm, un essai à la table d’étalement s’il est supérieur à 15 cm (béton plus fluide), voire un essai Vébé s’il est très « sec ».
3 - Ces essais sont réalisés sur un prélèvement effectué dans un voussoir.
4 - Cet essai est utile à titre indicatif dans l’évaluation du béton, il n’est pas obligatoire et n’a pas lieu d’être repris dans le contrôle sauf si la procédure de coulage des voussoirs est modifiée.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013 309
298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page310

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1 M

4.3 - Contrôles de production Caractérisation (épreuve d’étude) :


La courbe caractéristique (correspondant à une probabilité de 95 % d’être
4.3.1 - Plan de contrôle dépassée) issue des essais de caractérisation (sur prismes moulés) et affectée
du coefficient K doit être en tout point supérieure à la courbe caractéristique
Le plan de contrôle devra détailler les éléments déjà spécifiés précédemment : de comportement utilisée pour le projet, affectée d’une affinité de 1,05.
• réception des fibres
• contrôle du matériel Convenance :
Il sera complété des dispositions sur le contrôle du procédé avec : La courbe caractéristique (correspondant à une probabilité de 95 % d’être
• mélange du béton dépassée) issue des essais sur prismes moulés et affectée du coefficient K
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

- contrôle visuel doit être en tout point supérieure à la courbe caractéristique de comportement
- évaluation d’un mélange correct utilisée pour le projet.
- une fois par jour (et surveillance permanente au poste de coulage –
absence de « pelotes » …) NOTA : Les étapes de caractérisation et de convenance pourront être regrou-
• consistance du béton pées en une seule avec réalisation à la fois d’éprouvettes découpées et mou-
- cf convenance (même essai) lées pour déterminer le coefficient K. Toutefois, ces deux étapes peuvent rester
- une fois par jour indispensables dans le cas où l’on a à préciser des propriétés spécifiques qui
• mise en place du béton ne dépendraient pas directement du dosage en fibres et de leur effet (résis-
- contrôle visuel tance à l’environnement (par exemple, attaques chimiques liées au terrain,
- évaluation d’un compactage correct résistance en compression au jeune âge,…).
- une fois par jour
• résistance Au titre de la « conception assistée par l’expérimentation », détaillée au § 7.12
- éprouvette de compression du Model Code 2010, il est envisageable d’ajouter aux essais de convenance
- vérification résistance à 28 jours (d’autres échéances et des échéances sur prismes, des expérimentations à l’échelle 1 directement réalisées sur vous-
intermédiaires peuvent être prévues) soirs prototypes, représentatives des sollicitations de projet dimensionnantes.
- adopter les fréquences et leur modulation au tableau 13 de l’EN206-1 Les marges à adopter dans cette approche sont détaillées au § 7.12 du Model
pour un béton avec certification du contrôle de la production (minimum 1 Code 2010. Compte tenu des moyens requis, cette approche n’est à envisager
fois/semaine) que pour des projets d’importance, nouveaux produits ou par des soucis d’op-
• résistance structurelle timisation de la solution.
- éprouvette d’évaluation du béton fibré sur prismes entaillés prélevés
dans la pièce (selon la grande dimension du voussoir) Contrôle :
• teneur en fibres du béton frais La courbe moyenne issue des essais sur prismes moulés et affectée du
- adopter les fréquences et leur modulation au tableau 13 de l’EN206-1 coefficient K doit être supérieure à la courbe de comportement utilisée pour
pour un béton avec certification du contrôle de la production (minimum 1 le projet.
fois / mois) – l’échantillon étant 1 prélèvement En outre, chaque courbe individuelle issue des essais sur prismes moulés et
affectée du coefficient K doit être en tout point supérieure à la courbe de com-
4.3.2 - Critères de conformité portement utilisée pour le projet, affectée d’une affinité de 0,95.
Le coefficient K (qui relie éprouvettes moulées et prismes prélevés dans l’élé-
En complément des conditions habituelles d’acceptation des épreuves d’étude, de ment représentatif) doit être déterminé à partir de suffisamment de prélève-
convenance et de contrôle relatives à la résistance à la compression, à la consis- ments pour que l’effet statistique au sein du voussoir soit pris en compte (6
tance et à la densité du béton, les critères suivants sont à appliquer pour juger de prismes minimum dans les zones dont le fonctionnement en tirant ou élément
la conformité des épreuves vis-à-vis de la capacité du BRFM en traction. fléchi est critique).

5 - Références -

[1] Règles et recommandations AFREM (1995) [4] Ouvrage issu du Projet National BEFIM « Le développement industriel des
[2] Bétons renforcés de fibres métalliques : du matériau à la structure (ERLPC bétons de fibres métalliques », Presses de l’ENPC, collection de l’IREX
OA 20, éditions LCPC – 1996) (2002)
[3] Ouvrage « Les bétons de fibres métalliques », P. ROSSI, Presses de l’ENPC [5] Model Code 2010 edited by the fib
(1998) [6] Quality assurance guidelines for the use of Steel Fibres Reinforced Concrete

310 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013


298_311Reco fr_Mise en page 1 06/09/13 15:34 Page311

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT38R1F1

– project funded by the European Community under the Industrial and Mate- [12] Experimental investigation on the mechanical behaviour of the fiber-rein-
rials Technologies Programme (Brite – EuRam III) forced high performance concrete tunnel segment, Composite Structures
[7] Justification du renforcement des voussoirs préfabriqués des tunnels : 93 (2011) 1284-1289 – Y. DING, H. LIU, F. PACHECO-TORGAL, S. JALALI
expérimentation sur voussoirs en béton armé et béton de fibres, TOUTLE- [13] Performance-based design of self-compacting fibre reinforced concrete,
MONDE F., QUIERTANT M., DUBROCA S., PETIT F. (2000) Tunnels et Ouvrages DUP Science, Delft, The Netherlands (2004) - S. GRÜNEWALD
Souterrains, n°162, pp. 333 – 341, décembre. [14] « The “Chunnel” Fire. II. Analysis of Concrete Damage », J. Eng. Mech.
[8] Finite Element Modeling of FRC/UHPFRC in Support of Innovative Structural 125, 283 (1999) - F-J. ULM, P. ACKER, M. LEVY,
Applications – L.G. SORELLI (Department of Civil Engineering, University of [15] Etude du comportement sous très hautes températures des bétons fibrés
Brescia, Italy) – F. TOUTLEMONDE (IFSTTAR, Paris, France) - 3rd Interna- à ultra-hautes performances : application au BCV, thèse de l’université de
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

tional conference on Construction Materials : Performance, innovations and Grenoble, 2011 - L. MISSEMER
structural implications, CONMAT’05, Vancouver (Canada), 22-24 aug. 2005, [16] 6th RILEM symposium on fibre reinforced concrete, Varenna, 2004
Proc. ed. by N. Banthia et al., theme 1, chapter 5 Fibre Reinforced Concrete,
10 pp, abstract p. 83. [17] RILEM TC 162 TDF Test and design methods for steel fiber reinforced
[9] Contribution à la connaissance et à la maîtrise de quelques non-linéarités concrete, design method, final recommendation, Materials and Structures,
du comportement mécanique des bétons et de leur effet sur le fonction- vol. 36, 2003, pp. 560-567
nement des structures, assorties de quelques réflexions méthodologiques, [18] RILEM TC 162 TDF Test and design methods for steel fiber reinforced
F. TOUTLEMONDE (2004) - Etudes et Recherches des Laboratoires des concrete, bending test, final recommendation, Materials and Structures,
Ponts et Chaussées, OA42, Paris. vol. 35, 2002, pp. 579-582
[10] The design and use of steel fiber reinforced concrete segments – M. R. [19] Fiber reinforced concrete for tunnel linings, AITES, 32nd ITA General
KING (Halcrow Group Ltd) assembly and world tunnel congress, 2006 – G. PLIZZARI, G. TIBERTI
[11] Combining fiber-reinforced concrete with traditional reinforcement in tun- [20] Congrès BEFIB’2000 (Lyon)
nel linings, Engineering Structures 31 (2009) 1600-1606 – B. CHIAIA, A.P. [21] Durabilité du béton fibré utilisé pour la fabrication de conteneurs
FANTILI, P. VALLINI nucléaires, 1989 – F. DUBOIS & H. NOUGUIER (ANDRA) t

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°238 - Juillet/Août 2013 311
Notes :
www.aftes.asso.fr

Tous droits de reproduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit, sont expressément réservés .

Vous aimerez peut-être aussi