Vous êtes sur la page 1sur 2

La quintessence de la rose

La rose mystique se découvre au centre de la croix, c’est donc ce premier theme qu’il faut
explorer : sens de la rose au centre de la croix.

On rappelle que depuis le premier degré, nous avons rencontré les 4 éléments air feu terre et
eau principes des anciens, ces quatre éléments sont dominés par un 5eme la quintessence
représenté par la rose chez les anciens (approfondir)

Au 18eme, la rose apparaît posée au centre de la croix verticale éclairés par une lumière vive
et éclatante

Nous devons rappeler que le christ que nous honorons au chapitre, et dont tout le rituel
évoque la présence n’est ni le jésus de l’histoire (dont nous savons peu de choses) ni le
personnage monopolisé et cristallisé d’une religion qui en a fait un facteur de division et
d’intolérance.

Ce christ c’est celui qui a mythique ment personnifié et accompli l’archétype de la démarche
de ceux qui modestement et imparfaitement tentent de régénérer l’humanité déchue et tentent,
au delà de leur misère de leur conditions et des obstacles nés d’un environnement hostile le
paradis perdu et l’image divine de l’Adam primordial.

Ce christ figure bien la pierre vivante, mais ce n’est qu’à titre d’exemple pour nous tous,

Alors, l’analogie devient évidente entre la pierre et le christ, le christ et l’or, entre l’or et la
rose.

Ici, la rose mystique représente symboliquement l’or caché des alchimistes, ou le soleil
intérieur qui brûle en nous, qu’il nous appartient de reconnaître et de faire prévaloir afin
d’accomplir notre vocation qui est d’incarner l’esprit et de spiritualiser la matière.

De la connaissance de l’acacia à la quintessence de la rose

Celui qui vient demander l’initiation au 4eme n’est plus un ignorant complet comme le
profane totalement aveugle et boiteux, sa vue demeure obscurcie (le voile) et il reste enchaîné
par une corde symbole de son asservissement à ses passions ses ambitions, ses préjugés.

Cet enténèbrement (on peut rappeler un penseur Juif nommé Abraham Aboulafia, il expose
que dans son exigence, l’ame est l’objet d’un « verrouillage » et qu’il est nécéssaire de
« desceller l’ame des nœuds qui la lient »), va faire l’objet de la part du maitre secret d’une
progression dans la voie de la connaissance (du 4em au 14em il apprendra à eppeler les
différents noms de dieu ) et au 9e 10 e et 11 il travallera à sa propre épuration.

Rappelons nous le poème de jung les 7 sermons aux morts où il nous décrit « les morts qui
reviennent de jerusalem), c’est en vrai de la véritable ignorance dont il nous parle celle qui
nous conduit à avoir oublié notre origine divine et l’étincelle de divinité qui dort en nous et
qu’il convient de réveiller..
C’est de cette mort là (dont parle jung) que l’initiation veut et peut nous guérir

Au 3eme degré, la prise de conscience de la perte de la parole s’accompagne de tristesse mais


de résolutions..

Au 12 eme on entend le genie parler en soi, voix intérieure , supérieure qui dépasse notre
conscience ordinaire , expression d’un degré de conscience assoupi,

L’origine de cette voix supérieure est révélée dans la 10 eme voûte du 13 eme mais il nous est
clairement indiqué que la compréhension de dieu et meme sa simple évocation sont des voies
dangereuses parce que voies vaniteuses autant que vaines.

Cela conduit à changer de cap sans changer d’objectif,

Les 15 emes 16 eme et 17 eme degrés conduisent le chevalier d’orient et d’occident « dans
cette contrée misérable où l’erreur a détruit la vérité où toutes les notions de juste sont
éteintes, où l’homme dépérit sous le souffle de l’égoïsme et de l’ambition, accablé,
découragé, haletant »

Il est alors prêt à recevoir les deux messages clefs du 18eme :

La parole n’est ni à dire, ni meme à comprendre, elle est à incarner

Vous aimerez peut-être aussi