Vous êtes sur la page 1sur 11

Vingtième Siècle, revue d'histoire

L'histoire de l'art et les cannibales


Laurence Bertrand-Dorléac

Abstract
Art history and cannibals, Laurence Bertrand Dorléac.
A borderline discipline by nature, surrounded by better established scientific fields, art history carved for itself in the past a pure
identity, without grasping the strength it could derive from its crossroads position. At a time in which nobody doubts any longer
the importance of the study of works of art for an understanding of the world, its members are more and more divided on the
behavior to adopt : a fearful withdrawal of the institution (an already long-tested tactic) or a permanent dialogue with the
audiences, mediators and neighboring disciplines which make up many of its actors. Between internalists, advocates of an
intransigent isolation and holders of an antiquarian tradition, and externalists, favorable to scientific opening up and debate,
there is now a war, intensified by the renewal of the status of culture in France.

Citer ce document / Cite this document :

Bertrand-Dorléac Laurence. L'histoire de l'art et les cannibales. In: Vingtième Siècle, revue d'histoire, n°45, janvier-mars 1995.
pp. 99-108;

doi : https://doi.org/10.3406/xxs.1995.3386

https://www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1995_num_45_1_3386

Fichier pdf généré le 27/03/2018


ENJEUX

L'HISTOIRE DE L'ART ET LES CANNIBALES

Laurence Bertrand Dorléac

Au moment où le grand public déjà longuement éprouvée) ou le


réclame l'accès au patrimoine dialogue permanent avec les publics, les
artistique, que vaut aujourd'hui médiateurs et les disciplines voisines qui
l'intransigeance aristocratique des milieux de forment une bonne part de ses acteurs.
l'histoire de l'art? Les historiens sont Entre les « internalistes », partisans d'un
concernés par le débat qui agite les isolement intransigeant et tenants d'une
rangs d'une discipline cousine, tradition antiquaire, et les «externalistes»,
opposant les tenants de l'isolement et du favorables à l'ouverture et au débat
repli sur les traditions antiquaires aux scientifique, c'est donc la guérilla, largement
défenseurs de l'ouverture au champ du attisée par le renouvellement du statut de
contemporain et au dialogue avec les la culture en France.
sciences humaines.
O LES REPUS DE L'EXCELLENCE
L'histoire de l'art serait-elle traversée
par le doute? Cette discipline qui Car à bien des égards, c'est de
avait superbement renoncé au l'extérieur de la discipline que les pressions les
monde et fondé son dédain sur l'aura de plus vives se font sentir, et du public tout
son objet est aujourd'hui accusée, jusque d'abord, nouveau, massif, exigeant. Le
dans ses rangs, d'avoir trop longtemps monde de l'art voit plus que jamais son
refusé l'ouverture, le débat, la critique, le objet privilégié sollicité, et s'il fut l'artisan
renouvellement. dans le passé d'une activité réservée aux
Frontalière par nature, encerclée par élites, ses plaisirs et ses modes de
des champs scientifiques mieux assis, elle distinction sociale se répartissent plus
négocia bon an mal an une identité vierge démocratiquement. Les symptômes et les outils de
de tout mélange, sans saisir à quel point l'engouement : lieux d'art, musées surtout
sa force pourrait lui venir de sa position qui se multiplient ou qui font peau neuve,
de carrefour, donc d'ouverture. Au expositions, catalogues, revues, critique,
moment où personne ne met plus en voyages culturels, objets manufacturés,
doute l'importance de l'étude des œuvres collections, tout témoigne à la fois d'un
d'art dans la compréhension du monde, volontarisme des pouvoirs publics ou des
ses membres se divisent de plus en plus médiateurs et de l'attitude nouvelle du
équitablement sur la conduite à suivre : «grand public». Consommateur et
le repli frileux de l'institution (tactique nouveau riche? Sans doute, mais avec cette

99
LAURENCE BERTRAND DORLEAC

foi du charbonnier qui divise le milieu en pouvait en outre être nourri ou rectifié
suscitant l'agacement des plus élitistes, ou par quelques essais bien sentis ou une
des plus blasés. Devant ce curieux expérience suffisamment longue du
plébiscite, les nostalgiques dénoncent le milieu2. Il avait été précédé, il y a une
dévoiement culturel orchestré depuis les dizaine d'années, par le rapport alarmiste
années 1930 par l'État, les atteintes à la du professeur André Chastel au Premier
«haute culture», le caractère éphémère ministre, qui déplorait la précarité de cette
d'un engouement fondé sur la discipline en France3, sans que soient
schématisation de la «vérité des œuvres». Des encore forcément bien établies les causes
spécialistes du 19e siècle relativisent: les de l'indigence. Car les arguments, très
salons d'antan déplaçaient déjà quelques matérialistes, qui fondent généralement
milliers d'amateurs assidus et des hommes ce type de bilan, en désignant la pauvreté
politiques autrement plus au fait de la des moyens de l'institution, ne suffisent
cause artistique (Clemenceau en tête). Ce pas à justifier l'écart entre l'attente de plus
qu'on aurait pu considérer comme une en plus grande des publics (étudiants en
mode supplémentaire semble pourtant particulier), les moyens disponibles et
relever d'un comportement culturel inédit l'isolement d'un corps dont la prétention
et durable qui touche des amateurs de à l'excellence ferait volontiers oublier le
plus en plus nombreux, friands de passé: on sut parfois défendre avec
partager un patrimoine commun et des conviction la démocratisation du savoir et
connaissances nouvelles. En regard, les de la culture, sans doute avec moins
positions aristocratiques, résiduelles dans d'assiduité qu'ailleurs.
les milieux scientifiques dominants de Nous savons bien que les publics,
l'histoire de l'art, sembleront même triés sur le volet par la sélection
étonnamment restrictives. sociale, n'ont jamais été à la hauteur des
En 1991, Le Débat publiait une enquête exigences des «spécialistes». Si tous les
édifiante sur l'état de la discipline. Le milieux recèlent un peu de ce mépris pour
constat, pessimiste, pouvait sembler au le nouvel amateur vulgaire et finalement
profane d'autant plus étonnant qu'il venait si gênant, le monde de l'art bat les records
de ténors de l'histoire de l'art et plus d'intransigeance. Par l'un de ces curieux
largement du monde de l'art - l'expression retours de sort, cette fameuse
s'impose naturellement lorsqu'il s'agit de réconciliation de l'art et du public (comme au vieux
désigner un milieu formé d'universitaires temps), que l'on avait tellement espérée
et de chercheurs mais aussi de dans les années 1920 et 1930, de la droite
«connaisseurs», de conservateurs, de marchands, à la gauche, des modernistes aux
de journalistes et d'artistes1. Ce bilan noir traditionalistes, et qui devait rendre à l'art sa
fonction sociale en le sortant du salon
1. Voir «Autour du patrimoine-, Le Débat, 65, mai-août 1991-
Étaient questionnés : les enseignants : Jean-Paul Bouillon
(professeur, Université Biaise Pascal, Clermont-Ferrand), 2. Voir André Chastel, La création d'un Institut
Philippe Dagen (maître de conférences, Université Paris IV et international d'histoire de l'art. Rapport au Premier Ministre, Paris, La
chroniqueur au Monde), Hubert Damisch (directeur d'études à Documentation française, 1983; Yves Michaud, L'artiste et les
l'École des hautes études en sciences sociales), François Loyer commissaires, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon, 1989;
(professeur, Université de Strasbourg), Alain Mérot (professeur, Georges Didi-Hubermann, Devant l'image, Paris, Minuit, 1990;
Université Lille III, alors maître de conférences à l'Université Gérard Monnier, -Où en est l'histoire de l'art?-, Le Débat, 70,
Paris IV), Antoine Schnapper (professeur, Université Paris IV), mai-août 1992 ; • Mondes de l'art -, numéro dirigé par Pierre-
Pierre Vaisse (professeur, Université Paris X) ; les Michel Menger et Jacques Revel, Les Annales, novembre-
conservateurs Françoise Cachin (directrice des Musées de France, alors décembre 1993 ; Régis Michel, De la non-histoire de l'art, Paris,
directrice du Musée d'Orsay), Pierre Georgel (conservateur en La Documentation française, 2 vol., 1984; Catherine Millet,
:

chef du Patrimoine), Pierre Rosenberg (président du Comité Paul Ardenne, «Enseignement de l'histoire de l'art-, Artpress,
français d'histoire de l'art) ; la presse Stéphane Guégan 182, août 1994.
(rédacteur en chef adjoint de Beaux-Arts Magazine), Elisabeth Lebo- 3. Le projet de création d'un Institut international d'histoire
:

vici (journaliste à Libération, alors ex-rédactrice en chef de de l'art qu'il préconisait a finalement abouti ; Michel Laclotte
Arts Magazine et de A les aventures de l'art). en assure la direction.

■100-
L'HISTOIRE DE L'ART

bourgeois, aurait pris tout à coup un pour un nigaud, qu'il aille au Musée ou
visage déplaisant, voire dangereux. C'est à l'Université. Cet impératif d'excellence
du moins ce qu'un certain nombre de imposé aux novices devrait au moins
tenants de la discipline ont prétendu assurer ceux-ci de leur apprentissage. La
depuis la mise en pratique de ces vieux réalité les a longtemps soumis, au
espoirs, dans les années 1950-1960, puis, contraire, à des parcours difficiles qui
assez bien accordés à l'air du temps, avec obligeaient les plus motivés à recourir à
une violence renouvelée, depuis le début d'autres disciplines; cela n'aurait pas été
des années 1980. L'État culturel Q99D, un mal, si les ponts avaient été mis en
l'essai de Marc Fumaroli (et son succès), place, ce qui demeura exception. Au plan
témoignait récemment encore du pédagogique, aujourd'hui encore, les
phénomène. séquelles de l'inertie ne manquent pas :
Les attendus de la critique sont connus, absence de manuels, d'ouvrages de
s'imposant de façon récurrente: ils synthèse et de figures tutélaires, déficit de
reposent essentiellement sur la crainte de voir la production scientifique. Une situation
disparaître l'aura des œuvres (et du cocasse si l'on considère la richesse du
monde de l'art) sous la pression de la patrimoine national, et qui laisse l'histoire
démocratisation. Or l'accélération de l'art française quasiment aux derniers
générale rend à des arguments rebattus leur rangs du monde de l'art international.
vraie portée, à laquelle l'amateur sera Ce n'est sans doute pas un hasard si
sensible en consignant une série d'images une historienne de l'art canadienne,
traumatisantes, toutes liées à une travaillant récemment sur les histoires
consommation hâtive et comme mécanique. Il générales (manuels) de la discipline à l'échelle
n'empêche, à l'ubris démocratique qui internationale, regroupait dans son
guette pourrait être renvoyée l'ubris corpus quelques vieux ouvrages français de
aristocratique qui a trop longtemps miné le René Huyghe, Germain Bazin ou
partage des plaisirs et des connaissances, Élie Faure, dont la diffusion n'est plus
sans forcément assurer l'intégrité de la florissante et qui n'ont jamais eu le statut de
culture. Au récent public (inculte), il serait véritables manuels comme on peut en
d'ailleurs honnête de pardonner plus publier dans les pays anglo-saxons1. Son
facilement qu'au vieux monde de l'art (avisé) contresens aura au moins l'intérêt de
qu'il ne sera pas difficile de prendre en mesurer les effets de cette carence en
flagrant délit de certitude - donc de outils pédagogiques2. Nous savons bien
somnolence -, le verbe plat et l'air blasé, les que ces sommes panoramiques étendent
jours de vernissage en particulier. À tout le regard, en comblant les lacunes d'un
prendre, le jeune public pourrait être savoir accumulé par fragments d'époque,
crédité de vertus profanes mais de mouvements, de monographies; elles
prometteuses, méritant bien des égards et d'autant se multiplient à l'envi dans les disciplines
plus que les vrais moyens d'accéder à la vivantes ou diminuent en qualité et quan-
connaissance ne lui sont pas toujours
concédés, loin s'en faut. 1. Carol Doyon, Les histoires générales de l'art. Quelle
Qu'on en appelle à plus de rigueur, à histoire/Laval, Éditions Trois, 1991. Elle étudie: Germain Bazin,
Histoire de l'art, de la préhistoire à nos jours, Paris, Garamond,
plus de concentration, à plus de temps 1953; Élie Faure, Histoire de l'art, Paris, Le Livre de poche,
passé à l'apprentissage de sujets difficiles, 1964 ; René Huyghe, Sens et destin de l'art, Paris, Flammarion,
à respecter davantage l'inquiétante étran- 1967.
2. Le Comité français d'histoire de l'art, de concert avec la
geté des œuvres, qui s'en plaindrait? Direction des Musées de France, ont récemment programmé
Encore faudrait-il en donner les moyens une série de manuels pédagogiques ; les éditions du Seuil et
Gallimard, des ouvrages généraux sur la période
et l'envie à ce public pris trop souvent contemporaine.

101
LAURENCE BERTRAND DORLEAC

tité, au gré des vicissitudes de celles-ci. des publics ou de l'artisan oublieux du


S'attaquant aux vieilles lunes de l'histoire Petit Robert, ces «omissions» semblent
de l'art, l'observateur n'aura aucun mal à trahir, là encore, le résultat concret d'une
déplorer l'arrière-goût de poussière, le politique d'autarcie.
préjugé (Bazin ou Huyghe), ou le beau De ces carences si facilement alignées,
style (lyrique) à la française camouflant il serait évidemment injuste de rendre
mal l'absence de profondeur (Faure). exclusivement responsable la discipline:
Quantifiant les genres étudiés, il ne lui ceux qui s'attellent aujourd'hui à son
sera pas difficile de repérer les renouveau sont bel et bien confrontés à un
présupposés de ces auteurs obnubilés par « le chef- héritage en partie conforté par le haut.
d'œuvre » et délaissant tout le reste comme L'argument économique surtout fait
mineur. Soit en raison de leur nature, soit consensus au sein de la discipline universitaire,
en raison de leur mode de diffusion, même si les comportements divergent sur
l'histoire de l'art française a exclu très le terrain : les plus rétifs au changement
longtemps, systématiquement, les objets et les ressassent leurs difficultés matérielles tout en
pratiques artistiques qui venaient troubler restant malthusiens, tant du point de vue
ses lisses catégories: arts populaires, de la population étudiante que
artisanat, arts de l'intérieur, graphisme, professorale.
œuvres «trop» contemporaines; de la Le repli de la forteresse sur elle-même
même façon, tout ce qui permettait de serait-elle la conséquence de cette
comprendre les modes de déception matérielle toujours reconduite? Dans
fonctionnement du monde de l'art et ses relations bien des cas, elle semble plutôt venir
avec la société. Les ouvrages, datés, d'une solide tradition élitiste, renforcée
auraient-ils pu être renouvelés? Le par les difficultés économiques. À cet
manque de troupes et l'absence de traditions égard, l'absence de renouvellement du
critiques et pédagogiques menèrent au corps enseignant constitue un autre bon
contraire à l'indigence. indicateur des orientations passées de la
On ne saurait davantage imputer à la discipline. Là encore, le déficit n'est pas
sombre nature du public l'absence seulement imputable aux stratégies
d'autres outils élémentaires; il ne pourra déterminées en haut lieu mais doit être attribué
être tenu pour responsable de la pauvreté aux habitudes aristocratiques du milieu.
de la production scientifique générale des Une enquête récente menée par
spécialistes (professeurs compris). Les l'historien d'art et de l'architecture, Gérard Mon-
réticences de l'édition, le temps consacré nier2, chiffre la baisse du recrutement des
aux forts contingents d'étudiants, enseignants depuis 1975 3. Le corps,
argument des plus rétifs, ne suffisent plus découvre-t-on, est réduit et vieillissant,
aujourd'hui à justifier la reproduction de essentiellement parisien et masculin.
l'inertie. Au chapitre des incongruités édi- L'âge d'entrée dans la carrière plus avancé
toriales, enfin: c'est encore l'absence de qu'en d'autres disciplines pourra se
traditions pédagogiques qui pourra le justifier par un cursus très souvent complexi-
mieux expliquer la disparition des figures fié: jusqu'à récemment au moins, les
de l'histoire de l'art de la culture nationale, enseignants passaient par des disciplines
jusque dans les dictionnaires usuels. Les voisines avant de recevoir une formation
compulsant, qui ne serait pas surpris de en histoire de l'art, «perdant» ainsi quel-
n'y retrouver ni Francastel ni Panofsky,
ni même Focillon 1 ? Plutôt que l'indigence 2. Voir «Le débat du Débat-, Le Débat, 70, mai-août 1992,
p. 222-224.
3. Voir ■ Les enseignants d'histoire de l'art : étude
1. Voir pour exemple Petit Robert, 1980 (4e éd). démographique-, Histoire de l'art, 13-14, mai 1991, p. 110-114.

-102-
L'HISTOIRE DE L'ART

ques années 1 . Mais cet unique facteur ne périodes prioritaires, c'est toujours au
peut suffire à tout expliquer ni la relative nom de l'importance explicative du
difficulté d'accéder aux charges les plus présent ou du passé qu'ils défendront leurs
hautes. choix. Jamais ou rarement au nom
Ce qui nous renvoie au splendide d'emportements amoureux ou
isolement d'un corps qui, rechignant au esthétiques. Ne discutons pas ici leur sincérité,
renouvellement, renforça son anémie et mais observons simplement qu'il peut en
ses guerres picrocholines. Si chaque être autrement.
discipline a les siennes sans que sa machine, Chez de nombreux historiens d'art, la
suffisamment puissante, ne cesse de proximité des «connaisseurs», la
tourner, l'histoire de l'art en fut, elle, encore familiarité d'un objet réputé pour le plaisir
un peu plus affaiblie. Son internalisme à esthétique qu'il procure entament la possibilité
l'encontre du monde de l'art et des de travailler avec innocence. L'époque où
disciplines voisines, à l'encontre enfin de ses même Voltaire faisait des concessions au
propres objets d'étude, passera dans ces Prince est révolue (ou presque) : personne
conditions pour d'autant plus imprudent. n'osera gloser sur l'intérêt de tel eminent
spécialiste pour le Parti radical, et l'on
O LE CONNAISSEUR ET LE MONDE DE L'ART n'aura guère l'idée de venir lui proposer
un poste de conseiller politique ou
La grande question, qui divise ceux que d'hagiographe de figures en vue; en
l'art ou les arts intéressent, tourne autour revanche, il ne fera aucun doute qu'un
de sa définition. Une question qui ne observateur attentif de tel ou tel
pourra sans doute jamais être résolue mouvement de peinture française du 20e siècle
aussi nettement qu'en histoire, c'est-à-dire ne pourra l'étudier qu'en l'appréciant, au
fort simplement, en raison de la présence point d'en être le fervent «défenseur»,
importante, et à bien des égards voire de s'en faire l'expert attitré, le
enrichissante, des «connaisseurs», sortes de critique, le collectionneur, le conservateur,
pionniers de l'histoire de l'art, largement suivis qu'en établissant des relations durables
dans leurs manies par les spécialistes. avec les possesseurs de leurs œuvres
On se rappelle Paul Veyne qui, pour (publics ou privés, artistes,
camper l'historien, opposait son goût collectionneurs, conservateurs, galeristes), qu'en
exclusif de la vérité, sa nature de lecteur s 'assurant en bref un droit de regard sur
de faits divers, sa complaisance envers la son objet d'étude. Cela supposera au bout
banalité, à l'amateur d'art et au du compte un type d'activités, d'intérêts
collectionneur épris de rareté et de beauté. Pour et de motivations plus «larges» et parfois
ce dernier, van Meegeren ne vaudrait plus compromettantes que celles de
jamais Vermeer2 et nous ajoutons que l'historien. C'est du moins la tendance
c'est parce qu'il ne le vaudra jamais qu'il défendue par un certain nombre d'amateurs,
méritera toujours, aux yeux des moins, il est vrai, qu'en d'autres pays : en
connaisseurs, cent fois moins que Vermeer et cent France, le double statut de connaisseur-
fois moins que Rembrandt. Si l'on trouve historien a été régulièrement battu en
chez les historiens des préférences brèche par «les affaires».
solidement fondées (et bien déguisées) Si la coupure entre les connaisseurs et
envers les genres majeurs, les les universitaires s'est considérablement
personnalités centrales, les événements dateurs, les accentuée après la seconde guerre
mondiale, c'est que les années sombres ont
1. Age moyen d'un maître de conférences au 31 décembre agi dans le monde de l'art français comme
1989: 47,4 ans; d'un professeur: 54,1 ans.
2. Paul Veyne, Comment on écrit l'histoire, suivi de Foucault une fracture, liée au comportement
révolutionne l'histoire, Paris, Le Seuil, 1979. globalement cynique et collaborateur du

103-
LAURENCE BERTRAND DORLÉAC

milieu marchand alors florissant. Chacun Une partie au moins de l'université


s'accorde volontiers sur la nécessité d'un entra ainsi en guerre contre une histoire-
dialogue entre les universitaires et les catalogue majoritaire. À quelques
«connaisseurs», et pourquoi pas avec les exceptions près, l'histoire de l'art, faite au Musée
experts (ce sont parfois les mêmes) ; mais et à l'École du Louvre ou à la vieille
la nature de celui-ci n'est toujours pas Sorbonne, fut prise à partie par les défenseurs
bien établie, négociée au coup par coup d'une discipline qui se voulait moins
et soumise au facteur humain. S'agissant exclusivement érudite et positiviste en
du statut de l'expertise, les universitaires refusant de s'en tenir là où le travail devait
sont régulièrement rappelés à la débuter (à l'École des hautes études en
prudence. Ainsi, mettant en doute la bonne sciences sociales, à l'Université Paris I ou
foi d'un marchand secondé par des Paris X). Ceux qui accomplissaient un
historiens d'art qui attribuaient un peu trop travail de proximité avec les objets d'art,
vite à Velazquez un tableau chèrement souvent très contraignant (et jusqu'à
acquis, Philippe Dagen nous proposait récemment mal payé, dans les musées surtout),
encore récemment un cas d'école où la répondirent le plus souvent par une fin
bataille d'attribution ne tournait pas de non-recevoir ou l'aversion pour ces
seulement autour de problèmes historiques lieux de recherche où l'on pensait mais
et stylistiques mais croisait de près où l'on ne voyait pas. Cette situation
l'impératif financier1. dichotomique avait des inconvénients
Sans exagérer le phénomène, il existe majeurs: elle cantonnait les uns et les
et il existera toujours forcément, dans le autres à des tâches incomplètes en
monde de l'art, des passerelles entre empêchant les chercheurs d'accéder aux
l'objet d'étude et sa légitimation sociale. sources. L'historien d'art américain Meyer
D'une position largement dominante, les Shapiro trouva le mot juste en forçant le trait :
«connaisseurs» ont pourtant aux connaisseurs les munitions, le fusil
progressivement perdu de leur pouvoir, jusqu'à se aux historiens d'art. Une répartition des
voir contester leur objectivité, donc leur tâches humiliante et souvent fausse qui
compétence «scientifique». Outre la faisait du moins ressortir la dépendance
suspicion qui pesa sur leurs activités des deux parties.
financières, leur fonction, avant tout identifi-
ca trice, fut remise en cause par une O LE MUSÉE ET L'UNIVERSITÉ
histoire plus généraliste et critique, à Les choses changent depuis quelques
partir des années 1970-1980, dans la lignée temps et, les frustrations corporatives
des travaux de Pierre Francastel et de ses diminuant, les réactions de repli et
élèves, et de la meilleure connaissance de d'exclusion viennent avant tout des
certains textes fondateurs, ceux de personnalités les plus rétrogrades ou les
Erwin Panofsky en particulier2. moins assurées de leur sort, sous-
diplômées et procédant du même coup à
1. Voir Philippe Dagen, « Un Vélazquez incertain », Le Monde, une politique de surenchère corporatiste.
6 juillet 1994, p. 1 et 15. Si, du point de vue institutionnel, la
2. Voir en particulier trois volumes publiés par le CIEREC, création d'un ministère de la Culture
auxquels ont collaboré, entre autres, Jean-Paul Bouillon,
Bernard Ceysson, Jean Clair, Jean-Philippe Chimot, Jean Laude, autonome, dont les fonctions étaient
Mady Menier, Éric Michaud, Denis Milhau, Gérard Monnier, auparavant le fait d'un Secrétariat général (ou
Macelin Pleynet, François Moulignat, Fanette Roche-Pézard,
Louis Roux, José Vovelle, Françoise Will-Levaillant, Le retour d'une Direction) des Beaux- Arts, au
à l'ordre dans les arts plastiques et l'architecture, 1919-1S>45, ministère de l'Éducation nationale,
Saint-Étienne, CIEREC, 1975 ; Art et idéologies. L'art en Occident,
1945-1949, Saint-Étienne, CIEREC, 1978; L'art face à la crise. n'encourageait théoriquement pas les
L'art en Occident. 1929-1939, Saint-Étienne, CIEREC, 1980. passerelles, dans les faits, le volontarisme de

-104-
L'HISTOIRE DE L'ART

l'État depuis 1981 a donné de sérieux mouvement d'ouverture et de


coups de fouet au monde de l'art. La rapprochement avec l'université. Surtout pas les
circulation, la mobilité font des adeptes: il jeunes générations épargnées par un pesant
faudrait, dit-on plus fréquemment, qu'un héritage de sectarismes. Elles s'étonnent
conservateur puisse donner des cours à des ultimes réticences et franchiraient
l'Université et que les universitaires soient facilement les frontières entre les objets
davantage présents dans les musées. La culturels et les disciplines si les derniers
formation et le recrutement en partie piliers de l'autarcie ne les gardaient
universitaires de l'École du patrimoine ne jalousement.
semblent d'ailleurs pas devoir dissuader
les futurs conservateurs de passer une 0 LES CANNIBALES
thèse, au contraire. II en va des relations de l'histoire de
De fait, grâce à une génération de l'art avec les disciplines voisines comme
jeunes conservateurs (et à l'extension de du reste. Depuis toujours, les historiens
l'institution muséale), une collaboration d'art internalistes se plaignent d'être
étroite est de plus en plus souvent
encerclés, et mal encerclés, par les
réalisée, à l'occasion de l'élaboration des
différentes disciplines «fortes», accusées
expositions et de ces fameux catalogues
d'imprimer à l'objet d'art leurs méthodes
devenus depuis quelques années de
et manies, sans respecter son autonomie.
puissants instruments de travail pratiqués à la
L'histoire de l'art serait coincée entre le
fois par les spécialistes et le grand public.
champ littéraire et philosophique qui
Si l'édition française ne suivit que de loin
privilégierait le discours au détriment des
ce phénomène, compris très souvent
comme une simple mode (bien trop formes, et le champ historien et
sociologique qui n'utiliserait les œuvres qu'en
coûteuse en illustrations), les musées qui
enregistraient au premier chef la demande vertu de leur qualités illustratives; les
du public se mirent à multiplier ces opera internalistes auraient-ils donc raison de
magna. Or leur masse, leur contenu très revendiquer ainsi l'intégrité de leur objet
étendu, l'exigence nouvelle de diversité ou s'agirait-il d'un faux débat qui viserait
et de qualités critiques, associés à leur à occulter les insuffisances de pratiques
travail de gestion administrative de plus en tournant sur elles-mêmes?
plus complexe, ont obligé les Dans les faits, les disciplines
conservateurs rétifs à renoncer à ce qui faisait dans incriminées paraissent avoir péché davantage par
le passé leur image, drapés qu'ils étaient modestie que par sauvagerie. Elles ont
dans leur volonté d'autosuffisance. souvent tourné autour du processus
Même si d'aucuns regrettent artistique et de son noyau dur avec la
aujourd'hui le manque d'imagination des prudence et la déférence des nouveaux
programmes d'expositions, un peu trop arrivants. Elles ont, à bien des égards, mis
monographiques, respectant sagement les en valeur l'objet artistique, l'ouvrant sur
découpages chronologiques, de nouvelles perspectives. Ajoutons que
géographiques et thématiques, mélangeant ce travail fut généralement mené
parcimonieusement les genres et les modes fidèlement (ce fut rarement l'objet d'art «parmi
d'expression - peinture, photographie, tant d'autres»), au détriment parfois de
architecture, etc. -, procédant toujours leur confort, au sein de champs
par hiérarchie ; même si certains institutionnels qui considéraient l'objet d'art
reprocheront aux musées, derrière leur puissance comme secondaire.
et moyens nouveaux, leur mégalomanie, De cette ouverture, les internalistes
leur tendance à se substituer aux prirent ombrage et ne profitèrent que
créateurs, personne ne peut se plaindre de ce rarement; avec d'autant plus de virulence

105-
LAURENCE BERTRAND DORLÉAC

qu'ils estimaient que leurs objets dans le secondaire; une atteinte


privilégiés intéressaient de plus en plus supplémentaire aux prétentions isolationnistes et
fréquemment d'autres champs de recherche une orientation qui ne satisfait pas
que le leur. Ils jugèrent alors souvent davantage tous ceux qui, dans le champ des
préférable d'éviter tout dialogue: en vérité, sciences humaines, répugnent à une
ils se mirent à calquer leur attitude sur le approche historique du monde de l'art.
tempérament ombrageux des L'expression même retenue par le
collectionneurs, comme si les objets d'art étaient ministère afin de désigner le nouvel
leurs. Je ne puis revenir ici sur le détail enseignement dans le secondaire, «Histoire des
des procès qui furent déclarés tour à tour arts », devient objet de querelle ; pour les
aux philosophes, aux ethnologues, aux uns, témoignage de l'ouverture, pour les
sociologues et aux historiens. autres, refusant le pluriel, outrage à la
Comme souvent les frontaliers, les inter- discipline, auquel vient enfin s'ajouter un
nalistes optèrent pour l'attitude la plus découpage chronologique imposé par les
banale en temps de crise: le recours à historiens généralistes, qui ferait la part
une identité vierge de tout mélange, trop belle à la période contemporaine.
excluant au nom du refrain bien connu Est-il besoin de rappeler qu'en la matière
du milieu: «Ceci n'est pas de l'histoire de le temps présent demeure une forme de
l'art»!, feignant une belle unité de vue et provocation à l'encontre de l'institution.
de canons, qui n'avait en fait que peu de Nous connaissons les difficultés à
densité. Le milieu, c'était leur drame, passer d'un champ à l'autre, d'une «spécialité»
demeurait «hétéroclite», comme le public. à l'autre, sans se voir suspecter
Or, nous le savons, c'est aux marches que d'inconstance, au moins pour un temps. Les
se trouve le maximum de bigarrure. En internalistes de l'histoire de l'art n'échappent
l'occurrence, il n'était pas rare, d'autant pas à la règle en lui imprimant un
qu'il n'existe pas d'agrégation d'histoire protectionnisme de mauvais aloi lorsqu'on
de l'art, de voir ses spécialistes formés par fait le bilan des apports « extérieurs » venus
d'autres disciplines : littérature, philosophie, la nourrir depuis ses débuts. Seule,
histoire ou ethnologie. Chacun véhiculant comptant sur ses seules forces, l'histoire
au long de sa carrière des antécédents de l'art érudite aurait-elle renoncé à ses
composites, les internalistes redoublèrent maigres projets du siècle dernier? Elle
donc de zèle purificateur, d'où leur formait alors environ un dixième de la
combat pour mettre sur pied une production historique générale et ne brillait
agrégation spécifique qui bouclerait pas par son audace. Un peu moins de
définitivement les frontières. Au lieu de travailler 200 ouvrages se concentraient sur le
à la mise en valeur de cette diversité, ils territoire national, les neuf dixièmes sur les
choisirent de se plaindre de sièges monuments religieux du Moyen Age,
successifs. Après avoir guerroyé contre la oscillant très gratuitement entre la
sociologie, la littérature, la sémantique, description méticuleuse et le jargon lyrique ou
c'est aujourd'hui surtout l'histoire pseudo-technique. Nous sommes loin de
«politique», «sociale» et «culturelle» qui sont tout cela, il est vrai, et la connaissance
accusées de «déqualifier» les œuvres en s'est étendue à la période moderne. Elle
mélangeant Manet et Détaille, le génie et n'a pourtant qu'à peine effleuré le 20e
les batailles. Est-ce si simple? L'offensive siècle et intégré à contrecœur chaque
répond, il est vrai, à la place grandissante proposition hostile aux traditions antiquaires.
des historiens, y compris sur le terrain En matière d'innovation, un projet aussi
pédagogique: les professeurs d'histoire raisonnable et positiviste que celui de
seraient chargés d'enseigner la matière Panofsky ne fut toléré que très récem-

-106-
L'HISTOIRE DE L'ART

ment. Et comment expliquer le statut catalogue. Le travail de fourmi n'est jamais


d'exil d'un Pierre Francastel en France? achevé mais il est bien entamé pour les
Certes, ce fut un patron qui ne vola pas périodes anciennes. La pratique de
sa réputation de maître sans méthode l'inventaire sera désormais largement
définitive et sans école. Proche de facilitée par l'outil informatique qui pourra
Lucien Febvre qui l'invita à rejoindre le aussi bien servir aux internalistes à
groupe des Annales en 1950 1, son histoire intensifier leur politique, qu'aux externalistes
de l'art «sociologique»2 avait surtout de invités à laisser à la machine le soin de
quoi rebuter les antiquaires, tant du point consigner méticuleusement. La question
de vue de la science que du statut de la des nouveaux objets n'en sera pas réglée
discipline. Elle avait (et conserve) des pour autant.
vertus pour ceux qui voulaient bien S 'agissant du 20e siècle, encore en
s'abstraire du tunnel de la pure érudition, ou, friche, d'autant plus étranger aux
pour reprendre sa métaphore, d'une internalistes qu'il remet violemment en cause leurs
histoire de l'art-herbier, tout juste bonne à catégories, comment faire tenir dans un
inventorier les œuvres en vertu d'uniques herbier tout ce qui ne relève pas de
caractères descriptifs et passant donc à pratiques à usage interne ou de «genres
côté de leur fonction sociale. majeurs»: histoire politique et
Du point de vue institutionnel, sa institutionnelle de l'art et des artistes, sociologie et
conception pluridisciplinaire, son économie du monde de l'art; objets et
ouverture aux apports les plus récents des techniques modernes, photographie,
disciplines voisines le rendaient également cinéma, design; œuvres «inclassables»,
dangereux. Il sut convaincre d'excellents que faire de la Fontaine de Marcel Du-
sujets qui lui empruntèrent son champ, des assiettes de Picasso, du saut
anticonformisme, sans que ceux-ci, faute de dans le vide de Klein, des compressions
troupes, puissent modifier pour autant le vieil de César, des vitraux de Soulages à
édifice puissamment défendu. Le Conque, de l'art moderne non occidental?
mouvement concerté des Annales, qui fut suivi Comment y faire entrer sans débat des
de l'engouement du grand public que l'on règles d'usage inédites? Reverra-t-on
sait pour l'histoire, n'a finalement touché sinon, comme dans les années 1970,
l'histoire de l'art que par ricochet. De ce d'excellents étudiants quitter la France
point de vue, la production du Centre parce que leurs objets d'étude ne sont pas
interdisciplinaire de Saint-Étienne (CIE- encore reconnus par l'institution?
REC), que rejoignirent des universitaires Les hiérarchies mentales qui fondaient
de Paris I, illustre richement, à la fin des jusque-là le discours majoritaire sur l'art
années 1970, ce dont les historiens d'art sont depuis longtemps déjà remises en
sont capables lorsqu'ils sortent des question non seulement par les insoumis
sentiers battus. L'art, devenu objet de de la discipline, mais par les mouvements
civilisation (disait Francastel), objet culturel, du temps. Que des spécialistes de toutes
dirions-nous aujourd'hui, invite à sortir du matières s'y soient d'ores et déjà attaqués
démontre simplement que les sciences
humaines sont prêtes au renouvellement.
1. Il travailla à la VIe section de l'École pratique des hautes
études jusqu'à sa mort, en 1969. Voir La sociologie de l'art et Que l'histoire ne soit pas en reste et
sa vocation interdisciplinaire, Francastel et après, préfacé par qu'elle renoue avec le projet de Michelet
Jacques Le Goff, Paris, Denoël/Gonthier, 1976.
2. L'expression, je le rappelle, fut choisie pour désigner son qui voyait l'art comme un élément
enseignement, malgré les contresens qui pouvaient en découler. d'observation indispensable: c'est pour
En fait, Francastel voulait insister sur la nature de l'œuvre d'art,
non seulement production imaginaire mais objet de civilisation elle l'occasion de réintégrer un objet de
aux formes concrètes et spécifiques. mémoire de choix, au moment où les

107-
LAURENCE BERTRAND DORLEAC

acquis de l'histoire des mentalités servent relle de l'art en assurant à terme la petite
la cause de «l'histoire culturelle», révolution qui s'imposait.
aujourd'hui en vogue.
Que l'art, après s'être desséché au
catalogue des antiquaires ne soit pas à présent Membre du comité de rédaction de Vingtième siècle.
broyé par une lecture historique Revue d'histoire, Laurence Bertrand Dorléac est maître
positiviste et réductrice, mais suscite encore le de conférences à l'Université Lille III et enseigne à
doute et le débat: ce doit être l'horizon l'Institut d'études politiques de Paris. Docteur en
d'attente des historiens d'art prêts au histoire de l'art et en histoire, elle a soutenu une thèse à
dialogue, sans renoncer à la difficulté de leur l'Institut d'études politiques de Paris sur 'Culture et
société, l'exemple des arts plastiques à Paris, entre
objet. Ce fut le sens du projet de 1940 et 1944», etpublié récemment!,' art de la défaite
Pierre Francastel et de ses émules (que (Paris, Le Seuil, 1994). Elle prépare une histoire du
l'on devrait relire de plus près) qui monde de l'art en France au 20e siècle, à paraître
posaient les jalons d'une histoire au Seuil.

-108-