Vous êtes sur la page 1sur 10

Ce guide gratuit vous est offert via le blog www.gaouprod.com.

Vous pouvez librement l'imprimer et le faire suivre en version papier, dans le cadre de l'enseignement pédagogique par exemple.
Vous ne pouvez pas le reproduire, le rediffuser ou le redistribuer dans sa version numérique.
Si ce guide vous a été bénéfique, vous pouvez cependant le partager en indiquant le lien de téléchargement suivant :
www.david-fabre.com/creez-votre-studio-videoanimation-gratuit

Merci !

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


1 - Attention aux chocs !
Soyez très vigilant à ce que votre camera ne subisse pas de choc entre deux prises en stop motion. Il en résultera évidemment un
cadrage un peu bancal qui fera directement amateur.
Ne heurtez pas la camera, ne heurtez pas votre trépied, ne posez pas le trépied sur un plancher, délimitez une zone de sécurité
autour de l'appareil, un accident est si vite arrivé !
Dans l'idéal, déclenchez votre photo à distance pour éviter que l'appuie sur le bouton ne bouge légèrement l'appareil et modifie le
cadrage. Le mieux étant de connecter votre appareil à votre ordinateur, et de déclencher la prise via un logiciel dédié. Vous en
trouverez ici

2 - Attention aux fonctions automatiques de votre appareil !


Que ce soit la focale, la mise au point, la température de couleur, etc ... Ne mettez rien en automatique! De la même manière, ne
changez surtout pas les réglages de votre appareil au cours du tournage d'une même scène.
Imaginez, vous filmez un plan de quelques secondes pour une vidéo de fiction, un dialogue plein de suspens. Vous amusez vous à
trifouiller les réglages de votre caméra en pleine prise ? Dites vous que pour faire ces mêmes quelques secondes de film en stop motion,
ça vous prendra des heures, et de la même manière, vous ne devez rien toucher pendant « ce tournage ».
Vous risqueriez de voir votre scène changer complètement de couleur en cours de lecture .... ça fait désordre !

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


3 - N'utilisez pas la lumière du jour !
Un tournage en stop motion peut durer des heures, et même des jours pour une seule et même scène. Si vous éclairez cette scène
en lumière extérieure ( à la lumière du jour ), vous prenez le risque de voir les ombres se déplacer et la lumière varier pendant toute la
durée de votre prise.
Préférez un espace où vous maîtrisez totalement la lumière, et où vous êtes sûr que votre éclairage restera constant pendant toute
la durée du tournage.

4 - Ne changez pas l'éclairage !


Vous l'avez compris au dessus, la moindre modification de l'éclairage, que ce soit dans la variation de son intensité que dans sa
position, créera une rupture brutale dans votre scène.
Le stop motion est une technique qui la plupart du temps souffre d'un manque de fluidité ( c'est aussi ce qui fait son charme ), vous
devez donc prendre soin de rester fluide sur tout ce qui peut l'être.

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


5 - Prenez plus de photo que nécessaire !
Il vaut mieux plus que pas assez. Et si vous vous rendez compte une semaine après le tournage qu'il vous manque quelques images
intermédiaire pour fluidifier les mouvements, il sera très compliqué pour vous de rattraper le coup. Au pire, s'il y en a trop, vous pourrez
toujours en supprimer. Le contraire sera beaucoup plus difficile ...
Essayez aussi de prendre une photo du décor vide, sans aucun personnage. Cela pourra toujours vous aider en post production au
cas où.

6 - Prenez les plus grandes photos possible


Votre appareil photo vous permet plusieurs qualités de photo, de la définition la plus basse à la plus haute. Réglez toujours votre
appareil photo à la plus haute résolution. Cela vous permettra une plus large marge de manœuvre en post production.
Vous pourrez notamment zoomer dans vos photos sans perte de qualité, et donc dynamiser le montage en alternant plans larges et
plans rapprochés avec la même prise.

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


7 - Faites un storyboard !
Sur le tournage d'un film, vous pouvez facilement faire plusieurs prises en quelques minutes. Vous pouvez vous permettre de
recommencer plusieurs fois, tester différents angles de prise de vue. En stop motion, vous devez réfléchir à l'économie.
Vous ne pouvez pas vous permettre de commencer avec un cadrage, faire plusieurs heures d'animation pour les quelques
secondes à animer, puis vous dire « Tiens ! Et si on essayait un autre angle ». Et vous repartez pour quelques bonnes heures à refaire ce
que vous aviez déjà fait.
C'est pourquoi vous devez anticiper le cadrage et les plans avant même le tournage. Faites un storyboard, vous gagnerez du temps
puisque vous aurez testé vos plans « sur le papier » et pourrez déjà avoir un aperçu. Vous verrez à l'avance si ça marche !

8 - Utilisez la pelure d'oignon !


Rassurez vous, vous n'aurez pas à pleurer en épluchant un oignon ... En fait, la pelure d'oignon, ou « onion skill » est une fonction dont
dispose la plupart des logiciels dédiés au stop motion. Elle vous permet de voir sur votre écran non seulement la photo que vous allez
prendre, mais aussi, grâce à un système de calques, la ou les photos que vous avez pris précédemment.
Les unes superposées aux autres, vous voyez ainsi en un clin d’œil l'action que vous êtes en train de régler. Vous pouvez voir
l'intervalle de mouvement à appliquer en fonction des images précédentes, vous êtes ainsi beaucoup plus précis. Vous trouverez ici des
logiciels gratuits dédiés au stop motion (dont certains proposent cette fonction).

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


9 - Adaptez votre débit d'image !
Vous le savez, un film vidéo a un débit d'image de 25 images/secondes. Mais en animation, on s'économise un peu ... C'est un travail
de patience, et assez long à mettre en œuvre.
Imaginez prendre 25 photos en changeant à chaque fois un peu votre marionnette pour la faire bouger, et tout ça, pour une seule
seconde de film !
Pour aller un peu plus vite, on triche un peu. 12 images/secondes pourrons suffire pour beaucoup de projets. Les films Disney en
animation traditionnelle ont en moyenne un débit d'image de 12 à 24 im/secondes. 12 im/sec pour les scènes de dialogue ou comprenant
peu d'action, 24 im/sec pour les scènes d'actions ou nécessitant une plus grande fluidité. Les dessins animés type manga ont un débit de
4 à 12 im/sec (donc pas de la très grande qualité ...)

10 - Pour vos décors, soyez futés !


Pour faire les décors de vos scènes, il suffit pas de grand chose. Vous avez déjà tout le matériel chez vous ! Juste un peu de
débrouillardise, et un peu de sens du bricolage.
Pour faire une foret de sapin bluffante, il ne faut pas grand chose de plus que de la ficelle et du fil de fer ! Pour faire des faux rochers,
du simple papier peut suffire ! Un « papi bricolo » vous montre ici avec quoi il émerveille tous les jours les enfants colombiens via ses films
d'animations diffusés à la TV.

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


11 - Commencez par des petits projets !
Le stop motion, c'est très chronophage ! Commencez par vous amuser à animer avec des objets du quotidien.
Ne partez pas directement dans un film d'animation hollywoodien. C'est très bien d'avoir de l'ambition, à condition qu'elle ne s'épuise
pas, faute d'avoir voulu aller trop loin dès le début. Beaucoup de projets d'animation s'arrêtent peu après le tournage de la première
scène, par manque de motivation et de patience devant l'ampleur du travail.
Il vaut mieux plein de petits projets aboutis qu'un seul gros projet dont on ne verra jamais la fin. Commencer petit vous permettra de
vous confronter aux différents problèmes, de trouver des solutions qui vous permettrons de vous mesurer plus tard à des projets plus
grand.

12 - Faites « répéter » vos personnages !


Vous voulez faire faire des grands gestes à votre personnage principal, et voilà déjà 3 heures que vous prenez vos photos. L'action
est donc en cours de tournage, et tout d'un coup, votre personnage doit lever le bras. Manque de bol, le plafond de votre décor est
bien trop bas, et le petit lustre juste au dessus du personnage risque de gêner le mouvement ...
Vous pensez bien déplacer le lustre un peu sur la droite, comme si de rien n'était, histoire de permettre à votre personnage de lever le
bras sans décrocher le lustre du décor ... Sauf que depuis le début de la prise ( il y a 3 heures ), le lustre est là, bien au dessus ... Vraiment
pas de chance, toute une prise de ratée ( il y a toujours des choses que vous pourrez régler en post prod, à condition d'avoir les bons
outils ).
Vous auriez d'abord fait une mini-répétition avant le tournage, en le faisant bouger entre vos mains, en lui faisant faire dans le décor
les gestes que vous vouliez avoir à l'image, vous auriez vu dès le début que le lustre allait gêner. Ne négligez pas cette partie !

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


13 - Expérimentez les 12 règles des animateurs Disney !
Que ce soit sur la manière de donner une identité à vos personnages rien que par leurs mouvements, ou bien sur la façon de rendre
leurs gestes et déplacements le plus réaliste possible, vous devez essayer d'inclure dans vos projets les méthodes créées et éprouvées par
les plus grands si vous tenez à passer au niveau supérieur.
Pour un bon timing des actions et des expressions de vos personnages, pour régler des animations plus complexe, appropriez vous les
12 bases des « 9 vieux sages » de chez Disney.

14 - Regardez des films en stop motion !


Inspirez vous des meilleurs, c'est comme ça qu'on avance à grand pas ! Vous verrez que le stop motion est un vaste domaine.
Du plus simple au plus complexe : des chaises qui bougent toute seule dans une pièce, une foule de personnage en pâte à modeler,
des êtres humains qui semblent avancer en lévitation, le stop motion est déclinable de tellement de manière que votre imagination est
votre seule limite.
Intéressez vous au travail de Lotte Reiniger, Norman McLaren, Oscar Fishinger, Alexandre Alexeïeff et Claire Parker, etc ...

www.gaouprod.com rejoignons nous sur


15 - Soyez patient, et persévérant !
Sachez le avant de commencer : les résultats mettent un peu de temps avant d'arriver, tout n'est pas servi tout crû au premier essai. Il
faudra faire des tests pour vous rendre compte de plusieurs choses : les mouvements du personnage entre chaque prise doivent être
millimétrés si vous voulez qu'ils soit plus fluides, moins rapides, plus détaillés, plus réalistes.
Bref, pour avoir un résultat à la hauteur de vos espérances, il faudra travailler peut-être plusieurs heures sans voir de résultat. Vous
pourrez aussi être déçu des premier résultats. Dites vous que c'est normal, et que ça l'a été pour tous ceux qui aujourd'hui sont des
professionnels du stop motion.
L'animation est un jeu de patience, mais la patience paiera ! Lorsque vous verrez vos premiers objets commencer à prendre vie,
s'animer comme par magie, vous y prendrez vite goût.

Merci d'avoir téléchargé et lu ce guide ! D'autres bons plans arrivent très vite, sur www.gaouprod.com !

www.gaouprod.com rejoignons nous sur

Vous aimerez peut-être aussi