Vous êtes sur la page 1sur 2

« Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine de langue

fran-çaise » d’Abdellah Baïda présent à l'édition 2011 du Salon du livre


de Paris
Ajouter aux favoris

Le nouveau livre de l’écrivain marocain Abdellah Baïda « Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine
de langue française » (Ed. La Croisée des Chemins/Seguier, 2011), a été présent au stand Maroc de l'édition
2011 du Salon du livre de Paris (18-21 mars 2011).

e nouveau essai de l’auteur marocain Abdellah Baïda "Au Fil des


livres, Chroniques de littérature marocaine de langue française",
est un tour d’horizon épuisé et exhaustif de la littérature
marocaine d’expression française dont l'auteur nous propose les
contours et les cheminements des livres d'au-teurs tels que Driss
Chraïbi, Mohammed Khaïr-Eddine, Abdelkébir Khatibi, Abdelfattah
Kilito, Edmond Amran El Maleh, Samira El Ayachi et bien d’autres. En
sommes, une trentaine d’auteurs marocains d’expression française est
présen-tée par le bais d’une lecture qualifiée d’intimiste, voire profonde,
de l’auteur Abdellah Baïda, un grand connaisseur de la littérature
marocaine d’expression française de part ses relations personnelles et
littéraires avec les auteurs analysés dans son ouvrage. Il a côtoyé durant son parcours professionnel
l’ensemble des auteurs cités dans "Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine de langue française",
ce qui lui a rendu la tâche aisée vue la difficulté et la com-plexité de ce grand projet de lecture.

Pour ce faire, Abdellah Baïda adopte une approche non-académique et non-analytique, une lecture d'écrits qui
se veut libre, et ce afin de rendre compte des livres qui ont marqué ce début du XXIème siècle. Il avait pensé
intitu-ler ce livre «En lisant, en écrivant » car ce sont là deux actions simultanées qui étaient à l'origine de son
essai et qui disent tout son rapport avec la lecture mais il a fini par le nommer « Au fil des livres »; le premier
titre étant déjà hélas pris par Julien Gracq. Ce livre est pour lui une belle expérience de lecture car il ne s’est
imposé aucune contrainte académique, c'est donc l'expression d'un rapport passionnel avec la lecture au-delà
de tout utilitarisme. Et c'est justement cette passion qu’il souhaite partager avec le lecteur.

De même, Abdellah Baïda nous révèle que tous les livres auxquels il a con-sacré des chroniques lui ont
procuré du plaisir… Il évite de travailler sur des œuvres qui ne plaisent pas car il n’est pas masochiste ! Mais,
bien sûr, son degré de satisfaction est variable d'un texte à un autre. Par exemple, il aime beaucoup les récits
qui bousculent les normes et qui innovent aussi bien au niveau esthétique que sur le plan des thématiques
abordées : des exemples en appuis, la lecture de « Hawa » de Mohamed Leftah est un moment de bonheur,
comme l'est aussi le dernier roman de Laroui « Une année chez les Français » ou bien « Les enfants de Sidi
Moumen » de Mahi Binebine…

L'écriture de Kilito est aussi une invitation au voyage à travers les livres; Abdellah Baïda a parlé de son essai «
Les Arabes et l'art du récit » mais il l’a lu comme un roman ! Des écrivains jeunes ont également écrit des
œuvres qui méritent toute son attention…

Abdellah Baïda aimerait se faire connaitre d'abord comme lecteur et, de temps en temps, il écrit aussi bien
des essais que de la fiction. D’une ma-nière plus classique, il est chercheur en littératures et critique littéraire,
agrégé de lettres et titulaire d'un doctorat en littérature et culture maghré-bine francophones et comparées, et
actuellement professeur à l'Université Mohammed V de Rabat-Agdal. Il est membre du bureau de la CCLMC
(Coordination des chercheurs sur les littératures maghrébines et compa-rées) et président de la CMA
(Commission du monde arabe) au sein de la FIPF (Fédération internationale des professeurs de Français). Il a
publié plusieurs travaux portant sur divers aspects des littératures de langue française, notamment ''Les Voix''
de Khaïr-Eddine (éd. Bouregreg, 2007) comme il a ''dirigé'' l'ouvrage ''Mohamed Leftah ou le bonheur des
mots'' (éd. Tarik, 2009). Il a également publié plusieurs autres travaux et quelques textes de création littéraire
publiés à l'échelle nationale et internationale. Il anime régulièrement des rencontres avec des écrivains
francophones et publie dans la presse des chroniques portant sur les nou-veautés littéraires.

A la fin du livre, un index des auteurs évoqués où on trouve les noms sui-vants : Aabboubi Abdellatif ; Aït Belize
Issa; Ammi Mustapha Kébir; Azami Bouthaïna ; Bahéchar Souad ; Baudelaire Charles ; Bellefqih Anis-sa; Ben
Jelloun Tahar; Benchekroun Siham; Benchemsi Rajae; Bennani Abdelouahid ; Binebine Aziz ; Binebine Mahi ;
Blanchot Maurice ; Bouhlal Siham ; Bouignane El Mostafa ; Bouissef Rekab Driss; Bourkia Hassan; Butor
Michel; Chaoui Abdelkader; ; Chatt Abdelkader ; Choukri Moha-med; Chraïbi Driss ; Déjeux Jean ; Duras
Marguerite ; El Ayachi Samira; El Driss; El Ghormli Mohammed; El Khayat Rita; El Maleh Edmond Amran;
Elalamy Youssouf Amine; Errahoui Mohammed; FarèsNabile; Fellous Mohamed; Genet Jean ; Gide André ;
Guessous Maria ; Hafdi Ah-med; Hamdane Halima; Hmoudane Mohamed; Ikken Aïssa; Jay Salim; Khaïr-
Eddine Mohammed; Khaless Rachid; Khatibi Abdelkébir; Kilito Abdelfattah; Kundera Milan; Laâbi Abdellatif ;
Lachkar M’hamed; Lah-babi Mamoun; Laroui Fouad; Leftah Mohamed; Loakira Mohamed; Ma-dani Rachida;
Marzouki Ahmed; Mdidech Jaouad; Mernissi Fatéma; Mounir Omar; Ndiaye Marie ; Nedali Mohamed;
Nissaboury Mustapha; O.Rachid; Oulehri Touria; Peyrefitte Roger; Rivet ChrySultana; Sefrioui Ahmed; Serfaty
Abraham; Serhane Abdelhak; Steinbeck John; Taïa Ab-dellah; Trabelsi Bahaa; Valéry Paul)

« Certains livres évoqués ici sont écrits par des plumes reconnues et déjà maintes fois consacrées, d'autres
m'ont paru prometteurs et intéressants. (...) Quelques œuvres m'ont procuré du plaisir, m'ont inspiré des
idées, m'ont enchanté, m'ont incité à réagir, m'ont poussé à écrire et j'ai voulu les partager avec les lecteurs. »
Quatrième de couverture.

Le livre est disponible en librairies et sur le site des Editions Atlantica-Seguier : http://www.atlantica.fr/

Jeudi 24 Mars 2011


Abdelali Najah

Source :
http://www.emarrakech.info