Vous êtes sur la page 1sur 12

Cours Lumière(s) Des Nations 4

Centre de formation de serviteurs de Dieu pour les pays francophones

Cours 16
LE FONDEMENT DE LA VIE CHRETIENNE :
ETRE CONDUIT PAR L’ESPRIT !

Claude PAYAN

1
Lumière(s) Des Nations 4

Cours 16
LE FONDEMENT DE LA VIE CHRETIENNE :
ETRE CONDUIT PAR L’ESPRIT !
Claude PAYAN

La vie chrétienne peut se résumer à deux choses : marcher dans l’Amour (qui
est la nature même de Dieu) et être conduit par l’Esprit.
« Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira
dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il
aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. » (Jean 16 : 13)
L’Amour consiste à faire la volonté de Dieu, ce qui ne peut se faire qu’en étant
conduit par l’Esprit.
Quand on est conduit par l’Esprit on est, certes, conduit dans des œuvres
d’Amour, mais toutes les œuvres d’Amour (qui sont en soi des actes d’Amour) que
nous pourrions accomplir ne sont pas obligatoirement dirigées par l’Esprit.
L’Amour ne peut donc bien se vivre que lorsque l’on se laisse diriger par le
Saint-Esprit.

Comprendre l’importance d’être conduit par l’Esprit

« Car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. »
(Romains 8 : 14)
La volonté de Dieu, si elle consiste d’une manière générale à répandre le
royaume de Dieu, bénir notre prochain et entrer dans les promesses qui nous sont
destinées, comporte de nombreuses nuances pour arriver à atteindre ces objectifs.
Le Seigneur ne va pas nous diriger toujours de la même façon, au même
endroit, selon les mêmes schémas.
Ce qui a marché hier ne remarchera pas obligatoirement demain. Ce qui a
marché avec telle personne ne marchera pas avec une autre. Ce qui va marcher
dans une région, une ville, un pays ne va pas marcher dans un autre.
Ce qui va être une tactique spirituelle particulière pour tel ministère, telle
église amènera d’autres à la catastrophe. Ce qui va former l’équilibre de tel couple va
détruire l’autre.
Lorsque les hébreux vainquirent Jéricho, ils prirent trop d’assurance en eux-
mêmes et pensèrent qu’ils allaient s’emparer de la ville d’Aïe sans problèmes. Ils

2
n’ont pas consulté Dieu pour recevoir Ses directives comme ils les avaient reçu pour
prendre Jéricho.
« Ils revinrent auprès de Josué, et lui dirent, il est inutile de faire marcher
tout le peuple ; deux ou trois mille hommes suffiront pour battre Aï ; ne donne
pas cette fatigue à tout le peuple, car ils sont en petit nombre. » (Josué 7 : 3)
Résultat : ils se firent tailler en pièce par les habitants d’Aïe.
« Trois mille hommes environ se mirent en marche, mais ils prirent la
fuite devant les gens d’Aï. Les gens d’Aï leur tuèrent environ trente–six
hommes ; ils les poursuivirent depuis la porte jusqu’à Schebarim, et les
battirent à la descente.» (Josué 7 : 4, 5)
Aï ça a fait mal ! Aïe !
Il y avait une tactique de la part de Dieu pour prendre Jéricho et une autre
pour prendre Aï. Après et à cause de leur défaite, les hébreux consultèrent Dieu qui
leur donna la tactique pour prendre Aï.
Quand le Saint-Esprit nous conduit, des victoires qui semblent humainement
impossibles à obtenir interviennent.
« Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment
au–delà de tout ce que nous demandons ou pensons. » (Ephésiens 3 : 20)
Sans les directions de l’Esprit c’est le contraire : Des victoires qui semblaient
évidentes se transforment en défaites.
Il ne suffit pas d’aller confiant dans le fait qu’une victoire semble humainement
assurée, il faut aller conduit par l’Esprit pour réussir.
Il ne suffit donc pas d’essayer de faire comme l’autre, Il faut recevoir ses
propres directions de la part du Saint-Esprit.
L’échec et la destruction de bien des projets d’églises viennent du fait qu’ayant
vu que tel projet marchait pour une autre église, on l’a introduit dans la sienne sans
consulter Dieu.
De même plusieurs serviteurs se sont contentés de refaire un autre qui avait
du succès, se détournant inconsciemment de leur propre appel et se privant ainsi de
la découverte de leur propre spécificité (que Dieu aurait voulu leur révéler).
Ce n’est pas parce que Yonghi Cho a organisé, sous la direction de Dieu, son
église en églises de maisons que nous devons organiser les nôtres de la même
façon. A moins que DIEU NOUS PARLE EGALEMENT dans ce sens.
Il ne sert à rien de se lever tous les jours à quatre heures du matin parce que
l’on a lu que le revivaliste untel le faisait et qu’il a écrit que c’était le secret de SON
SUCCES.
C’était SON secret à lui, mais ça va être ta mort A TOI ! Car si Dieu lui a dit de
le faire, Il lui a donné la grâce qui va avec. Si tu fais la même chose sans la grâce,
ton corps sera vite épuisé et bien vite tu ne serviras plus à grand-chose pour les
intérêts du royaume de Dieu.
Le jeûne, dirigé par l’Esprit, qui a permis au ministère d’untel de démarrer te
détruira toi et ton ministère.
Beaucoup de chrétiens ayant compris qu’un homme qui sème ce qu’il
récoltera sèment à tort et à travers croyant que cette parole s’accomplira pour eux.
Or, la loi de la semence c’est bien plus que semer. C’est semer sous la direction du
Saint-Esprit ! Selon les circonstances, nous devons nous remettre en question sur le
fait de ne pas assez donner ou au contraire de trop donner.
Le Saint-Esprit veut nous diriger dans toutes ces nuances. Nous dire : « Fais
ceci et pas cela, comme ceci et non comme cela, à tel moment et pas à tel autre, de

3
telle manière et pas de telle autre, marie-toi avec un tel et non avec un tel, parle à
celui-là et pas à l’autre de ce problème, etc ».
« Mais le consolateur, l’Esprit–Saint, que le Père enverra en mon nom,
vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. »
(Jean 14 : 26)
Ce n’est pas parce Jésus a guéri des aveugles, l’un en lui crachant dessus,
d’autres avec de la boue, qu’Il a voulu dire que tous les aveugles doivent être guéris
de cette manière.
Cela correspondait à une direction du Saint-Esprit DU MOMENT.
Ce qui fit le succès du ministère de Jésus est qu’Il ne faisait pas tout ce qui lui
passait par la tête sous prétexte que c’était bon, mais Il suivait les directives du Père.
«…le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au
Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. » (Jean 5 : 19)
Si le Fils de Dieu a agi selon ce principe d’humilité et de soumission dans
l’exercice de Son ministère, à plus forte raison devons nous mettre à l’écoute du
Saint-Esprit pour exercer le nôtre.
Nous sommes appelés à régulièrement…

Consulter Dieu

Ce qui fit le succès de David, homme selon le cœur de Dieu, est qu’il
consultait Dieu. Chaque fois qu’il a omis de le faire, il a eu de graves ennuis.
Plusieurs fois revient cette expression concernant David :
« David consulta l’Eternel… », « David consulta encore… ».
Et, EN RETOUR, Dieu lui répond ET LE DIRIGE. Exemple :
« Les Philistins arrivèrent, et se répandirent dans la vallée des Rephaïm.
David consulta Dieu, en disant : Monterai–je contre les Philistins, et les
livreras–tu entre mes mains ? Et l’Eternel lui dit : Monte, et je les livrerai entre
tes mains. » (1 Chroniques 14 : 10)
Il ne suffit pas à David de consulter Dieu pour une direction, il Le consulte
aussi POUR LA SUITE DE CETTE DIRECTION.
« David consulta encore Dieu. Et Dieu lui dit : Tu ne monteras pas après
eux ; détourne–toi d’eux, et tu arriveras sur eux vis–à–vis des mûriers. » (1
Chroniques 14 : 14)
Comme déjà mentionné dans le cours sur : « Avancer en pleine eau », on
peut échouer non parce que l’on ne fait pas le travail que l’on est supposé faire, mais
parce que l’on n’a pas reçu les directives au sujet de la manière de s’y prendre pour
le faire.
Jésus a dit que quelqu’un peut commencer à construire une tour sans arriver
au bout de sa construction :
« Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour
calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer. » (Luc 14 : 28)
Il nous faut recevoir la vision de la construction de la tour, mais il nous faut
aussi recevoir les plans pour sa construction. Sinon ma tour, prévue pour être la tour
Montparnasse, va devenir la tour de Pise.
Beaucoup de gens ont obéi à la vision de Dieu mais ils ont construit de toutes
les façons SAUF à la manière de Dieu.
Ce qui entraîne des conséquences destructrices et nous amène à douter que
l’on avait bien reçu la vision de Dieu.

4
On peut avoir saisi la direction générale mais ne pas consulter Dieu pour les
détails et faillir alors même que l’on est dans le plan de Dieu.

Comment s’y prendre ?

Par exemple, la première tentative du transport de l’arche par David,


démarche qui était dans le plan de Dieu, se solda par un cuisant échec (1 Samuel 6).
Uzza le paya de sa vie.
David n’a pas trop compris ce qui se passait et a abandonné momentanément
son projet, saisi par la crainte. Le temps passant, après réflexions (à travers
lesquelles Dieu a dû lui parler), il a remis en marche son projet mais, cette fois, en
organisant différemment le transport de l’arche.
« Et David se mit en route, et il fit monter l’arche de Dieu depuis la
maison d’Obed–Edom jusqu’à la cité de David, au milieu des réjouissances.
Quand ceux qui portaient l’arche de l’Eternel eurent fait six pas, on sacrifia un
bœuf et un veau gras. David dansait de toute sa force devant l’Eternel, et il était
ceint d’un éphod de lin. David et toute la maison d’Israël firent monter l’arche
de l’Eternel avec des cris de joie et au son des trompettes. » (2 Samuel 6 : 12)
Il a respecté certaines règles de révérence relatives à la présence de Dieu. Et
il a réussi ! En contraste avec la première fois où les choses avaient été faite « à la
bonne franquette », cette fois la marche des sacrificateurs était réglée, les sacrifices
étaient présents et la louange entourait le tout.
La vision était conduite par l’Esprit mais la manière de la mettre en action ne
l’était pas la première fois. Il a fallu revenir à la même vision mais en réajustant
certaines choses.
Plusieurs enseignements importants à tirer à la suite de ce dernier exemple :
- Le fait d’avoir échoué ne doit pas faire tout remettre en question !
- Il ne faut pas perdre la vision et ne hésiter à s’y reprendre !
- Il faut régler son pas avec celui du Saint-Esprit !
Quand Dieu nous parle, IL NE FAUT PAS FONCER N’IMPORTE COMMENT !
Moïse est envoyé par Dieu en Egypte pour libérer les hébreux. Or, sur le
chemin, fait étrange, il nous est dit que…
« Pendant le voyage, en un lieu où Moïse passa la nuit, l’Eternel l’attaqua
et voulut le faire mourir. » (Exode 4 : 24)
Comment ? Dieu envoie Moïse comme libérateur de Son peuple, puis est prêt
à le détruire avant même qu’Il ait commencé ? La Bible nous dit que c’est parce que
Moïse n’avait pas circoncis son fils. Erreur que répara vite sa femme et le voyage
reprit son cours normal.
On peut démarrer conduit par l’Esprit et déraper en cours de route, parce que
l’on ne continue pas à suivre les directions de l’Esprit.
Celles ci concernent tout autant la direction dans laquelle on va que les
REGLES à respecter sur le chemin.
La Bible dit de méditer jour et nuit sur la Parole de Dieu afin de réussir :
« Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite–le jour et
nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c‘est alors que tu
auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. » (Josué 1 :
8)
A travers la méditation de Sa parole et de Ses voies nous entendons Dieu
nous diriger par Son Esprit.

5
L’aide du Saint-Esprit pour déplacer les obstacles

Nous devons être conduits par l’Esprit car nous avons besoin de LA
PUISSANCE DE L’ESPRIT pour résoudre les situations.
« …son Esprit nous remplit de force (PUISSANCE selon les
traductions)... » (2 Timothée 1 : 7)
Une fois partis dans la bonne direction, nous allons nous rendre compte que
les obstacles ne manquent pas sur le chemin. Et il va nous falloir la direction et la
puissance de Dieu pour les surmonter, pour résoudre chaque situation QUI VEUT
FAIRE CAPOTER LE PLAN DE DIEU.
Lorsque les hébreux ont franchi la mer rouge, ils auraient pu se dire : « Les
problèmes sont terminés, maintenant tout va baigner ». Ils arrivent au désert,
assoiffés, à Mara où l’eau était amère, imbuvable (Exode 23).
Premier problème ! Premiers murmures et remise en question : « C’est ça le
plan de Dieu ? » (Exode 16, 2, 3)
Ensuite dans ce désert il semble qu’il n’y a pas de nourriture. Pas de
nourriture ? Deuxièmes murmures et remise en question de tout.
Plus loin, on penserait qu’ils ont compris la leçon, eh bien non, manque d’eau,
« re-re-murmures » et disputes, si bien que le lieu est appelé Meriba (querelle) car
les hébreux avaient cherché querelle et provoqué le Seigneur (version Second 2002)
(Exode 17 : 7).
Hé Oui ! Ce n’est pas parce que l’on est dans le plan de Dieu que tout va aller
tout seul. Il y a des obstacles, il y a des déceptions, des complications sur le chemin.
C’est pourquoi le Saint-Esprit nous a été donné à la fois pour nous fortifier,
comme guide, instructeur, avocat, et consolateur (ce sont quelques uns des
définitions du mot grec : « Paraclet »).
On a besoin d’être fortifié sur le chemin et on a besoin de directions et
sagesse de Dieu pour sortir de certaines situations.
Avouons que nous avons tous expérimenté le fait de s’engager dans ce que
nous savions être le plan de Dieu pour nous faire prospérer et épanouir, pour nous
retrouver face au manque, à l’épreuve, à des situations qui semblaient correspondre
au contraire.
On se lance dans le ministère, dans telle ou telle entreprise, on est sûr que
c’est de Dieu et tout se met à « foirer » : Il n’est pas pourvu pour que l’on puisse aller
plus loin !
C’est dans cette situation que s’est retrouvé le peuple Hébreux à plusieurs
reprises.
Est-ce la preuve que nous n’étions pas dans le plan de Dieu ?
Selon les cas oui ! Et selon les cas, c’est la preuve que nous avions besoin de
recevoir la sagesse et directives de Dieu pour transformer ces mauvaises situations.
Le problème du peuple fut qu’il choisit de murmurer au lieu de chercher Dieu
pour recevoir Ses directive pour régler ces problèmes.
Car si Dieu les a conduits par Son Esprit à sortir d’Egypte c’est bien pour
aussi les conduire par Son Esprit à surmonter chaque problème. Logique !
Comment imaginer d’un Père qu’Il envoie volontairement Ses enfants « au
suicide » ? Qu’Il les conduise vers des obstacles sans avoir prévu la solution !
Lorsque Dieu fut ENFIN consulté PAR UN HOMME DE L’ESPRIT, Moïse, les
solutions ne tardèrent pas à arriver (Ce qui fait la différence dans une église entre
ceux de la chair et ceux de l’Esprit est que ceux de la chair murmurent tandis que
ceux de l’Esprit consultent Dieu !).

6
Moïse reçut d’assainir MIRACULEUSEMENT les eaux de Meriba :
« Moïse cria à l’Eternel, et l’Eternel lui indiqua un bois, qu’il jeta dans
l’eau. Et l’eau devint douce. » (Exode 15 : 25)
Plus tard de faire venir la manne puis les cailles (Exode 16).
Plus tard encore de régler « le problème Meriba » en frappant un rocher pour
en faire jaillir de l’eau (Exode 17 : 1 à 7).
Face aux représentants de la loi qui lui réclamaient les impôts, Jésus n’avait
pas de quoi payer. Mais, sous l’inspiration du Saint-Esprit, Il a dit à Pierre :
« Mais, pour ne pas les scandaliser, va à la mer, jette l'hameçon, et tire le
premier poisson qui viendra ; ouvre-lui la bouche, et tu trouveras un statère.
Prends-le, et donne-le leur pour moi et pour toi. » (Matthieu 17 : 27)
Chacune de ces situations n’a pas été résolue parce que Dieu a été « pris de
cours ». Non ! Chaque solution était prévue et attendait d’être REVELEE PAR LE
SAINT ESPRIT. Et le Saint-Esprit attend la révélation des hommes de l’Esprit.
Dieu a prévu, SOUS LES DIRECTIVES DE SON ESPRIT, d’aplanir Sa voie
sous nos pas :
« Eternel ! Conduis–moi dans ta justice, à cause de mes ennemis,
Aplanis ta voie sous mes pas. » (Psaumes 5 : 8)
De nous faire parvenir là où nous ne pouvons humainement parvenir :
« Conduis–moi sur le rocher que je ne puis atteindre ! » (Psaumes 61: 2))

La révélation du Saint-Esprit vis à vis de certains réajustements

Il y a tant de choses que le Saint-Esprit sait et que nous ne savons pas :


« Conduis–moi dans ta vérité, et instruis–moi ; Car tu es le Dieu de mon
salut, Tu es toujours mon espérance. » (Psaumes 25 : 5)
Pour Aï, il y a eu deux raisons pour l’échec de la première tentée de percée
des hébreux. De n’avoir pas reçu le plan de bataille de Dieu et le fait qu’il y avait un
interdit à ôter avant de faire quoi que ce soit.
« C’est pourquoi les enfants d’Israël ne pourront pas subsister devant
leurs ennemis ; ils tourneront le dos devant leurs ennemis, car ils sont tombés
en interdit. Je ne serai plus avec vous, si vous n’exterminez l’interdit du milieu
de vous. » (Josué 7 : 12)
Si les hébreux avaient consulté Dieu au lieu de râler, l’un et l’autre leur aurait
été montré.
Comme les hébreux, nous consultons souvent Dieu après l’échec, là où le
consulter avant nous aurait permis d’éviter l’échec.
Nous devons être conduits par l’Esprit car nous avons besoin de LA
REVELATION DU SAINT-ESPRIT pour savoir COMMENT RETOURNER LES
SITUATIONS.
« Du temps de David, il y eut une famine qui dura trois ans. David
chercha la face de l’Eternel, et l’Eternel dit : C’est à cause de Saül. » (2 Samuel
21 : 1)
Humainement parlant David ne comprenait pas pourquoi cette famine surgit
soudain. Elle était la conséquence d’antécédents spirituels qu’il ne pouvait deviner. Il
fallait que cela lui soit révélé.
Beaucoup de situations ne se résoudront pas que nous ne recevions une
révélation du Saint-Esprit concernant la cause, et ce qui doit être fait pour l’annuler.

7
« Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis–moi sur la voie
de l’éternité ! » (Psaumes 139 : 24)
Nous devons être conduits par l’Esprit car nous avons besoin de la direction
du Saint-Esprit. Entre autre, pour recevoir…

Les plans de bataille de Dieu

Pour vaincre Jéricho, Le Seigneur dirigea les hébreux dans un étrange plan
de bataille : Ils durent en faire une fois le tour pendant sept jours, et sept fois le
dernier jour puis sonner des trompettes et pousser des cris (Josué 6 : 15).
Pour prendre Aï, Dieu leur donna un autre plan de combat. A Gédéon Dieu dit
de choisir une petite quantité d’hommes selon certain critères. Sur Ses directives…
« Gédéon fit descendre le peuple vers l’eau, et l’Eternel dit à Gédéon :
Tous ceux qui laperont l’eau avec la langue comme lape le chien, tu les
sépareras de tous ceux qui se mettront à genoux pour boire. » (Juges 7 : 5)
Puis ces hommes utilisèrent des cruches et des torches, durent sonner de la
trompette et pousser des cris :
« Les trois corps sonnèrent de la trompette, et brisèrent les cruches ; ils
saisirent de la main gauche les flambeaux et de la main droite les trompettes
pour sonner, et ils s’écrièrent : Epée pour l’Eternel et pour Gédéon ! » (Juges 7
: 20)
Leur plan pouvait tout à fait « foirer », mais c’était le plan de Dieu, donc il
réussit.
Les plans de bataille de Dieu sont parfois tout sauf des plans de batailles
crédibles pour un stratège militaire. On le voit dans l’épisode du combat de Josaphat
contre les Moabites et les Amonites :
« Après cela, les fils de Moab et les fils d’Ammon, et avec eux des
Maonites, marchèrent contre Josaphat pour lui faire la guerre…. Dans sa
frayeur, Josaphat se disposa à chercher l’Eternel, et il publia un jeûne pour
tout Juda. » (2 Chronique 20 : 1, 2, 3)
Après avoir consulté Dieu et reçu Ses directives, Josaphat…
« …nomma des chantres qui, revêtus d’ornements sacrés, et marchant
devant l’armée, célébraient l’Eternel et disaient : Louez l’Eternel ! Car sa
miséricorde dure à toujours ! » (2 Chronique 20 : 21, 22)
Le point majeur du plan de bataille était de faire passer les chantres devant
l’armée et de louer Dieu. Essayez de proposer ce plan à n’importe quel général de
n’importe quel pays, vous allez vous faire enfermer. Pourtant :
« Au moment où l’on commençait les chants et les louanges, l’Eternel
plaça une embuscade contre les fils d’Ammon et de Moab et ceux de la
montagne de Séir, qui étaient venus contre Juda. Et ils furent battus. » (V 22)
Qu’est-ce qui fait la différence entre la folie tout court et la folie qui
« marche » ? C’est que DIEU A PARLE !
Parfois la direction de l’Esprit correspond à la logique humaine, d’autres fois
absolument pas. Entendre et suivre Dieu n’est donc pas une question d’être toujours
fou ou toujours sage mais d’AVOIR ENTENDU DIEU NOUS DIRIGER.
Dans ce cas notre folie sera sagesse alors que notre sagesse, si elle est selon
ce monde qui ne consulte pas Dieu, sera folie :
« Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. » (1 Corinthiens
3 : 19)

8
Quoi de plus sage que d’être conduit par Dieu même dans des choses folles.
Quoi de plus fou qu’évoluer sans Ses directives dans des choses sages.
Certain chrétiens croient que parce qu’ils font des actes de folie qu’ils
appellent « des actes de foi », cela est automatiquement la direction de Dieu.
Loin de là ! La foi n’est pas de la foi parce qu’elle correspond a un acte fou,
mais parce qu’elle est bâtie SUR UNE PAROLE de Dieu !
« Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la parole
du Christ. » (Romains 10 : 17)
S’il n’y a pas de Parole précise de Dieu, il n’y a pas de foi. Ce que l’on appelle
alors des actes de foi c’est de la parodie de foi.
Non, Dieu ne t’a pas dirigé à faire ce chèque « par la foi ». Non Dieu ne t’a
pas dirigé à te marier par la foi (pensant qu’il arrangera tout après). Etc.
Dieu ne va endosser la responsabilité d’aucun acte de foi qu’Il n’a pas inspiré,
d’aucun combat qu’Il n’a pas dirigé en tant que général en chef et STRATEGE.
« Eternel ! enseigne–moi ta voie, Conduis–moi dans le sentier de la
droiture, à cause de mes ennemis. » (Psaumes 27 : 11)
Monter sur la montagne pour lier les démons sur la ville ne vous apportera
que des ennuis si vous n’avez pas reçu un ordre précis de la part de Dieu de le faire.
Vous allez placer les gens que vous prenez avec vous dans les pires ennuis si
vous n’amenez pas ceux que Dieu vous a montrés d’amener et si vous ne laissez
pas ceux que Dieu vous demande de ne pas prendre.
Nous devons être conduits par l’Esprit car nous avons besoin de recevoir SES
ORDRES DE MISSION

Ordre de Mission

C’était le plan de Dieu que les hébreux entrent en Canaan. Maintenant pour y
entrer, il y avait un temps. Il fallait recevoir un ordre de mission qui correspondent au
temps et plans de Dieu.
Sans cet ordre de mission, malgré que Canaan soit le plan de Dieu pour eux,
les hébreux seraient montés sans Dieu.
On peut faire des choses pour Dieu sans Dieu, sans Son timing et Ses
directives.
Quand le temps vint d’envahir Canaan, le peuple se laissa décourager par le
rapport de dix espions craintifs. On peut sortir du plan de Dieu par nos mauvais
choix, ou parce que l’on choisit d’écouter les mauvaises personnes !
Voulant par la suite « rattraper le coup », il s’élancent à l’assaut de Canaan
alors que ce n’est plus le temps. Ils ont tout fait faux. Lorsque l’ordre de mission a été
donné ils n’y ont pas obéi. Et lorsqu’ils se sont décidés, ils l’ont fait sans ordre de
mission (Nombres 14).
On peut être appelé à une mission, maintenant il va falloir recevoir un ordre de
mission pour y entrer : Un « c’est le moment d’aller à tel endroit pour faire telle
chose ».
Dans Actes 13 : 2, on voit Paul et Barnabas recevoir un ordre de mission :
« Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils
jeûnaient, le Saint–Esprit dit : Mettez–moi à part Barnabas et Saul pour l’oeuvre
à laquelle je les ai appelés. »
Le Messie, n’a pleinement prêché Son message que lorsque le temps fut venu
pour Lui de le faire, à trente ans.

9
De même, cherchons à entendre l’Esprit de Dieu pour savoir quand aller
comme ne pas aller, de peur comme les hébreux d’aller sans Dieu.
On a pensé parfois, qu’en tant que chrétiens, qu’il fallait témoigner sans arrêt.
Résultat, beaucoup de gens sont saturés de tous ces chrétiens qui parlent, sans
sagesse, à tort et à travers. Cela n’a pas aidé l’Evangile à évoluer mais l’a parfois
rendu repoussant.
Certes, nous sommes ici-bas pour témoigner de notre foi. Maintenant, ce
témoignage se fait sous plusieurs formes et ne peut pas se passer de la sagesse et
la directive de Dieu.
Celui-ci nous conduira à parler selon les situations et les personnes, comme à
ne pas parler mais témoigner par notre comportement. A dire certaines choses à
certains moment et non à d’autres, à certaines personnes et pas à d’autres.
Etre conduits par l’Esprit nous amène à faire et dire des choses en prenant en
considération le contexte, le temps et les formes.

Les formes

Les formes classiques d’évangélisation auxquelles nous étions habituées ne


semblent plus porter beaucoup de fruits.
Si d’une manière général nous sommes tous appelés à prier pour les
malades, chasser les démons, il faut certainement faire attention à la manière dont
on s’y prend, quand et comment on le fait.
Il y a des gens qui vont avoir plus de résultat car plus d’onction, que d’autres
également selon le cas, la situation.
Je crois qu’une bonne partie de ce que l’on appelle le combat spirituel a jeté
beaucoup de personnes dans plus de problèmes que de solutions, car c’est loin
d’avoir toujours été conduit et avec la sagesse de l’Esprit.
De même pour l’évangélisation : On met parfois en route toutes sortes de
programmes d’évangélisation, très bons en soi. Pourtant, à la fin on se retrouve sans
âmes converties (ou si Dieu) endettés, et épuisés.
Puis on ressentira un jour de faire des choses plus simples et qui portent
soudain bien plus de fruits.
Ma femme a senti dans son cœur de s’inscrire pou un stage ANPE, dans le
but d’apprendre des ficelles dans le domaine artistique, POUR ETRE EN CONTACT
AVEC DES INVONCERTIS et ne pas rester coincée dans l’église. Elle s’est
retrouvée à avoir contact avec une quinzaine d’artistes de tous bords, des gens
souvent blessés, voire détruits par la vie.
Au bout de quelques temps, plusieurs ont défilé à la maison pour boire le thé
et recevoir notre témoignage et tous sont venus ensemble chez nous pour une
soirée spéciale.
Nous n’avions jamais côtoyé de près autant d’inconvertis, ni donné autant de
témoignages depuis un moment. Julia a capté un ordre de mission qui correspondait
à autre chose que ce dont nous sommes habitués.
Un de mes amis, évangéliste, a plus de résultats en étant un homme d’affaires
que lorsqu’il était à plein temps dans le ministère. L’ordre de mission pour un
temps était : retourne aux affaires plutôt qu’en Afrique.
Ce qui ne rend pas pour autant cette situation statique, car la direction de
l’Esprit n’est pas statique. Demain Dieu dira peut-être à cet ami : « Va en Afrique et
laisses tes affaires ».

10
Les temps changent. Ce qu’Il nous a demandé de faire hier n’est pas obligé
d’être ce qu’Il nous demande de faire aujourd’hui.
En fait, l’idée n’est pas de chercher des méthodes nouvelles, ce qui
reproduirait rapidement le même schéma stérile que l’on veut fuir en le faisant, mais
d’être plus à l’écoute du Saint-Esprit pour ce qu’Il veut pour ces temps.
« Ainsi parle l’Eternel, ton rédempteur, le Saint d’Israël : Moi, l’Eternel,
ton Dieu, je t’instruis pour ton bien, Je te conduis dans la voie que tu dois
suivre.. » (Esaïe 48 : 17)
Pour libérer Sa présence le Saint-Esprit conduit régulièrement à faire des
actes, actes de foi, actes prophétiques. Ceux-ci eurent une part à jouer avec la
victoire contre Aï dont nous avons déjà parlé. Dieu dit à Josué :
« Brandis vers Aï le javelot que tu as à la main, car je te le livre. Josué
brandit vers la ville le javelot qu’il avait à la main. » (Josué 8 : 18)
Pour aider les hébreux à recevoir la guérison des morsures des serpents…
« Moïse fit donc un serpent d‘airain, et il le mit sur une perche ; et il
arriva que quand le serpent avait mordu un homme, il regardait le serpent
d‘airain, et il était guéri. » (Nombres 21 : 9)
Les actes dits « prophétiques » non inspirés ne servent pas à grand-chose.

Ce qui est bon pour un n’est pas bon pour l’autre

La meilleure façon de commettre des injustices est de généraliser. De vouloir


juger tous les gens avec la même mesure, sans se mettre à l’écoute du Saint-Esprit
pour chacun d’eux.
Dans une situation il faudra être doux, dans une autre situation il faudra être
ferme. Avec telle personne il faudra insister et s’y reprendre à cinquante fois, avec
telle autre il ne servira à rien d’insister.
Avec un tel il faudra être direct, avec un autre être plus patient avant de l’être.
Dans une situation la dernière chose qu’une personne devrait faire c’est divorcer,
dans une autre c’est la meilleure chose qu’elle puisse faire (désolé pour les
légalistes).
Il faudra libérer l’un et ne pas approuver la démarche de l’autre pour ce qui
peut, vu de l’extérieur, paraître être la même situation.
Même LA VERITE, sans la direction du Saint-Esprit, produit des ravages.
Dieu connaît chacun, Il connaît ce qui est dans les cœurs, Il connaît le passé
de chacun, les circonstances atténuantes des uns comme la fausseté des autres, Il
connaît le futur, ce qu’il adviendra si l’on fait tel ou tel choix.
Celui qui juge sans discernement et direction de l’Esprit ne prend pas tous ces
facteurs en considération et est donc obligé de commettre des injustices.
Prenant en considération un ensemble de facteurs, le Saint-Esprit va nous
diriger à être plus ferme avec l’un, plus compréhensible avec l’autre.
Déjà dans l’ancien Testament le sacrificateur ne devait pas juger à
l’aveuglette :
« Il peut avoir de la compréhension pour les ignorants et les égarés,
puisque la faiblesse est aussi son partage. » (Hébreux 5 : 2)
A plus forte raison sous le Nouveau Testament ne devons-nous pas juger à
l’aveuglette ! Mais l’Esprit peut nous diriger. L’homme conduit par l’Esprit ne semble
pas agir toujours logiquement :

11
« Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où
il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit. » (Jean 3
: 8)
Il n’est pas censé produire un mouvement qui se répète toujours. Il produit un
mouvement qui varie en fonction de plusieurs facteurs que Dieu connaît (et pas les
hommes) et lui permet de connaître ou de discerner.
« En lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. » (Actes 17 : 28)
Ce cours a pour but de nous stimuler à rechercher aujourd’hui plus que jamais
a être conduit par l’Esprit, être des hommes et des femmes de l’Esprit car :
- Ce sont eux qui vont pouvoir être conduits dans les choses à venir ;
- Ce sont eux qui vont comprendre les changements de saisons et la volonté
de Dieu ;
- Ce sont ces personnes que Dieu va utiliser dans le réveil qui vient ;
- Ce sont eux qui vont pouvoir vraiment venir en aide les autres ;
- Ce sont là les vrais adorateurs cherchés par le Père (que nous voulons
être):
« Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs
adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le
Père demande. » (Jean 4 : 23)

12

Vous aimerez peut-être aussi