Vous êtes sur la page 1sur 92

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/344473575

Techniques de prospection

Chapter · October 2020

CITATIONS READS

0 389

1 author:

Riadh Ahmadi
National Engineering School of Sfax (ENIS)
73 PUBLICATIONS   373 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Overpressure fluids and reservoirs characterizations View project

Hydrocarbon exploration by surface free and adsorbed gas detection. View project

All content following this page was uploaded by Riadh Ahmadi on 05 October 2020.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Techniques de prospection
Techniques de prospection
Objectif du cours
L’époque des découvertes accidentelle et hasardeuse est fini ! (rué vers l’or, pétrole du Texas)

Fini aussi l’époque des grandes découvertes (champ pétroliers et gisements)


Actuellement, pour entreprendre une prospection minière à but lucratif il faut investir $$$$
 Pour rationnaliser la prospection, sur la base des connaissances scientifiques et progrès
technologique actuels on a établis des méthodes

 Objectif : dépenser le minimum de coût et de temps pour converger vers la


concentration minière ou minérale explorée.
 On a recourt à des spécialiste d’exploration : par minerai !
INTRODUCTION
Objectif du cours
 Techniques et méthodes d’exploration minière
La prospection de quoi?:
La prospection:

La prospection est l’exploration méthodique et rationnelle d’un lieu dans


l’objectif de rechercher des minéraux, des minerais, ou des substances
utiles, en utilisant des méthodes de surface.

• Un minéral est le plus souvent un solide naturel homogène avec une


structure atomique ordonnée et une composition chimique définie

• Un minerai (du latin minera, mine) est une roche contenant des minéraux
utiles en proportion suffisamment intéressante pour justifier l'exploitation
Techniques de prospection
Plan du cours
INTRODUCTION
• Chapitre I : Notions et terminologies
• Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
• Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
• Chapitre IV : Concentration minière et démarche d’évaluation
INTRODUCTION
1) Substances utiles : Roches ou minéraux utilisés en raison de leurs propriétés
physiques (couleur, transparence,
dureté, etc ...) qu'ils présentent.

2) Substances minières : Terre ou roche d'où l'on tire les métaux, les minéraux, les
substances combustibles. L’adjectif « minière » est relatif au mot mine qui signifie le site
(de surface ou souterrain) où l’on exploite un gisement
de matières minérales ou fossiles.

Attention ! : Cette classification peut-être contrôler


administrativement (pour des objectifs économique ou politiques)
INTRODUCTION
Sable et gravier
Gypse et argiles

1) Substances utiles Pierre de construction

Marbre, P.M. & P. de décor

Sol et tout venant


2) Substances minières
Métaux (Fe, Ni, Pb, Zn, Au, …)

Minéraux (BaSO4, CaF2, NaCl…)

Pierres précieuses (Diamant, Rubis, …)

Ressources naturelles fluides Eau (Substance minière?)


Pétrole
Gaz naturel
INTRODUCTION
Les mines et l’industrie minière à travers le temps

2,5 M  6000 ans BP L’âge de la pierre

-5000 à -3000 ans BP L’âge du bronze

-2 500 à 2000 ans PB L’âge du fer

Temps
Matériaux de construction, ciment/porcelaine/briques/faïence/plâtre, produits de
charge, isolants, produits chimiques, abrasifs, engrais, métaux, minerais non
métalliques, minerais énergétiques, gemmes et pierres précieuse... (20ème siècle )
Chapitre I : Notions et terminologies

I.1) Notions fondamentales en prospection minière

1. Le minerai est définit comme étant un agrégat de minéraux naturels dans lequel un
ou plusieurs constituant de valeur peuvent être extrait. Si la substance utile qu’il
contient est un métal, on a un minerai métallique ; dans les autres cas, un minerai
non métallique.

2. Stériles ou résidus miniers sont les matériaux restant après l'extraction des
minerais des roches exploitées et dont la teneur en minéral exploité est nulle ou très
faible, et qui sont dès lors écartés sans être exploités.

3. Un gisement est une concentration minérale exploitable. La notion de gisement


repose sur une base économique et politique et elle s’applique aussi bien à des
substances minérales, qu’aux substances organiques (c’est le cas du charbon ou du
pétrole).
Chapitre I : Notions et terminologies
4. Notion du Clarke:

Le Clarke est la teneur moyenne d'un élément chimique dans la croûte terrestre.
Cette valeur s'exprime en g/t (grammes par tonne), en ppm (parties par million) ou
encore en % (pourcentage).

Ainsi, toute substance ayant


une : Teneur > Clarke
 Pourrait être intéressante
Chapitre I : Notions et terminologies
Pas exploitable

Une anomalie : Concentration minérale > Clarke


Un indice : est une indication de la présence de minéralisation. Il est sans valeur économique.

Probablement exploitable ?

Un gîte : Est une concentration de substances naturelles.


Un corps minéralisé : Concentration économiquement intéressante, mais dimension non
suffisante (< 1 km) ou non connue.

Certainement Exploitable

Un gisement : Concentration + Dimensions : Répondent au conditions d’exploitation économique.


Un champ : Assemblage de plusieurs gisements; de dimensions varient de 1 à 10 km.
Un district : Regroupe plusieurs champs ; ses dimensions varient de 10 à 100 km.
Une province métallifère : Est une vaste zone (au-delà de 100 km) à concentration élevée en
gîtes et gisements : elle peut prendre la forme d’une ceinture.
Chapitre I : Notions et terminologies

Prospection minière (métaux)


Indice  Découverte  Corps minéralisé  Province

Exemple de la prospection pétrolière


Indice  Prospect  Gisement  Champ (Concession)  Province
Chapitre I : Notions et terminologies
Chapitre I : Notions et terminologies

I.2) Classification des minerais

Les minerais économiques sont classés en groupes basés sur leurs domaine
d’utilisation industriel et commercial.

Il y a plusieurs classifications possibles.

 2 classements sont proposés:

 a) Classement en fonction des substances énergétiques

 b) Classement adopté par le MCG (Mineral Commodity Group)


I.2) Classification des minerais

a) Classification en fonction des substances énergétiques

Minerai

Non énergétiques Énergétiques

Minerais non Minerais métalliques Minerais des Combustibles


(dont on retire mécaniquement métaux fissiles fossiles
métalliques ou chimiquement un métal )
(ciment, céramique, verre et chaux…)

U, Th
Matériaux Gemmes Charbon,
de carrière (joaillerie) pétrole, gaz
naturel
Métaux d’alliages Métaux rares et précieux
Roches
Si. Mo. Co… Au. Ag. Ti. Zr. Pt. …
industrielles
Métaux de base
Cu, Zn, Fe, Al
I.2) Classification des minerais

b) Classement adopté par le MCG (Mineral Commodity Group)

Métaux précieux : Au, Ag, Pt, Pd


Métaux non ferreux : Cu, Pb, Zn, Sn
1 Métaux ferreux et ferro-alliage : Fe, Ni, Mn, Cr, Co, Mo, W, V, Nb
Métaux légers : Al, Mg, Ti
Métaux nucléaires : U, Zr, Hf, Be, Cs, Rb, Terres rares

2 Hydrocarbures minéraux : Charbon, pétrole, gaz

3 Isolants, réfractaires et abrasifs : Graphite, Amiante, Sillimanite, Vermiculite

Gemmes : Minéraux précieux (Diamant, Rubi, Saphir, Emeraude) et semi-


4
précieux (Améthyste, Opale, Quartz…)

Matériaux de construction : Agrégat pour BTP (Sable, Gravier, Granulats…),


5
Argiles à briques, Pierres dimension (Pierre marbrière, Marbre, Granite…)

Au-Or, Ag-Argent, Pt-Platine, Pd-Palladium, Cu-Cuivre, Pb-Plomb, Zn-Zinc, Sn-Étain, Fe-Fer, Ni-Nickel,
Mn-Manganèse, Cr-Chrome, Co-Cobalt, Mo-Molybdène, W-Tungstène, V-Vanadium, Nb-Niobium, Al-Aluminium,
Mg-Magnésium, Ti-Titane, U-Uranium, Zr-Zircon, Hf-Hafnium, Be-Bérylium, Cs-Césium, Rb-Rubidium.
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière

Règles générales

Avant d’entamer une prospection minière :

• L’explorateur, ou la compagnie minière, doit d’abord décider quel minerai il veut


chercher, où il veut le rechercher et comment faire pour trouver cette mine.

 Il est donc implicite que l’explorateur doit posséder de prime abord, la technologie,
les moyens financier et le savoir-faire pour démarrer son exploration.

• Cela suppose également, que les facteurs de risque socio-économiques et


politiques ont été préalablement considérer.
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière

Règles générales
L’approche du sujet ?

L’objectif : la découverte et la
quantification des gisements
miniers à valeur économique

Surfaces explorées L’exploitation $$$


Chapitre II : Les étapes de la prospection minière

Règles générales
Lors d’un cycle de prospection minière

- La surface concernée diminue;

- Les coûts sont de plus en plus élevés;

- Les risques deviennent de plus en plus faibles.

 Une bonne compréhension des éléments d’appréciation par le géologue

explorateur, de chaque phase, est nécessaire afin de passer d’une phase à l’autre.
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière

Règles générales

Il existe 5 phases de prospection

Étapes à suivre dont le but d'assurer une démarche

systématique et rationnelle de la prospection minière.


Chapitre II : Les étapes de la prospection minière

Règles générales

Phase 1 + 2 Prospection régionale ou stratégique

Phase 3 Prospection détaillée ou tactique

Phase 4 + 5 Prospection ponctuelle


Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
I. La Prospection stratégique

L’objectif étant d’explorer une surface très large (permit d’exploration) avec un
minimum de frais, afin de percevoir le maximum d’anomalies minérales.

Ce stade renferme deux phases :


- La phase 1 : Approche du sujet
- La phase 2 : Prospection de reconnaissance
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
I. La Prospection stratégique
Coût : faible
La phase 1: Approche du sujet Risque: très élevé

 Études bibliographiques :

• Cartes topographiques, géologiques, gîtologiques, métallogéniques,


• Rapports de travaux miniers antérieurs et publications scientifiques;
• Images satellitaires et/ou aériennes…

Objectif : Sélection des sujets intéressants et classement des surfaces explorées en


zones à fort, moyen et bas potentiel ou potentiel nul (zones à rejeter).
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
I. La Prospection stratégique
Coût : faible
La phase 1: Approche du sujet Risque: très élevé

A la fin de la phase n°1, l'investisseur doit vérifier

- S'il y a une demande du minerai à un prix convenable,

- Si le climat d'investissement favorable,

- La durée et le coût de cet investissement.

Décision  une fois, ces vérifications sont faites, décider soit de rejeter

le projet, soit de continuer.


Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
I. La Prospection stratégique
Coût : moyen
La phase 2 : Prospection de reconnaissance Risque: très élevé

La prospection réelle de terrain des zones choisies.

En fonction du minerai et nature de terrain recherché en peut utiliser :

- La prospection au marteau

- La prospection géophysique aéroportée et de surface (Ex: sismique 2D)

- La prospection géochimique à large maille (irrégulière : stratégique)

- La prospection alluvionnaire à large maille (irrégulière : stratégique)

Objectif  Recenser les indices et les anomalies et les classer par ordre de priorité
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
II. La Prospection tactique
Coût : élevé
La phase 3 : Exploration détaillée Risque: élevé

Consiste à l’exploration détaillée d’une surface réduite, sélectionné d’après la


phase précédente, par les outils et méthodes adéquats en fonction du minerai.

- La prospection au marteau
- La prospection géophysique à haute résolution (Ex: sismique 3D)

- La prospection géochimique à petite maille équidistante Ex: maille


- La prospection alluvionnaire à petite maille équidistante carrée à 50 m

- Tranchées, sondages, carottages et forages sont possibles.

Objectif (1)  Converger vers le(s) gîte ou le(s) corps minéralisé


Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
II. La Prospection tactique
Coût : élevé
La phase 3 : Exploration détaillée Risque: élevé

A ce stade on fait des levés de cartes géologiques (prosp. au marteau) et cartes de

concentrations minérales (prosp. géochimique) avec des études de tectonique,

pétrologique, sédimentologique, minéralogiques,… de zones restreintes.

Objectif (2)  Caractériser géologiquement et géométriquement


le(s) gîte ou le(s) corps minéralisé
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
III. La Prospection ponctuelle
Évaluation détaillée du gîte afin de le classer en gisement ou réserve stratégique.
Dans le cas positif (gisement)  on passe à l’étude de faisabilité du projet finale.

Coût : très élevé


La phase 4 : Exploration ponctuelle Risque: moyen

Objectif : Déterminer les paramètres de d’évaluation du gîte ou corps minéralisé

• Teneur et tonnage
• Style et géométrie du gisement
• Réserves
• Impureté, stériles et polluants  Dévalorisante !
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
III. La Prospection ponctuelle
Coût : très élevé
La phase 5 : Étude de faisabilité et production Risque: faible

Type de gisement / Les réserves  Techniques et dimension de la production

Extraction du minerai Enrichissement Séparation chimique

$ $$ $$$$

Commercialisation
Exemples :
• Minerai de Phosphate (30%)  Laveries (40%)  Groupe chimique (TSP, DAP Ac.Ph)
Insolvable !! > 100 $/T TSP = 326 $/T DAP = 406 $/T

• Production brut (100  10%)  Pétrole brut (100%)  Raffinerie et pétrochimie : ……….
Insolvable !! > 85 $/bbl Produit divers : 80 $/bbl  200 $/bbl ….
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
III. La Prospection ponctuelle
Coût : très élevé
La phase 5 : Étude de faisabilité et production Risque: faible

Type de gisement / Les réserves  Techniques et dimension de la production

Étude de faisabilité finale par des experts indépendants qui déterminent la fiabilité des
informations recueillies dans les phases précédentes, en plus de l’évaluation techniques
et économiques du gisement.

Objectif : Convaincre les investisseurs et/ou les créanciers de mettre le gisement


en production.
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
Récapitulatif

Coût : faible
Prospection
stratégique

La phase 1: Approche du sujet Risque: très élevé

Coût : moyen
La phase 2 : Prospection de reconnaissance Risque: très élevé

Prospection Coût : élevé


La phase 3 : Exploration détaillée Risque: élevé
tactique

Coût : très élevé


Prospection

La phase 4 : Exploration ponctuelle


ponctuelle

Risque: moyen

Coût : très élevé


La phase 5 : Étude de faisabilité et production Risque: faible
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
Récapitulatif

Choix du minerai  Conjoncture socio-économique et politique (législation) favorable

La phase 1: Approche du sujet

? Positif Négatif Abandon du projet

La phase 2 : Pros. de reconnaissance

Anomalie Positif Négatif Abandon du projet

La phase 3 : Exploration détaillée

Gîte Positif Négatif Abandon du projet

La phase 4 : Exploration ponctuelle

Gisement Positif Négatif Abandon du projet

La phase 5 : Faisabilité et production


Abandon du projet
Réalisation du projet Positif Négatif Vente possible ?
Réserves stratégiques
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
Récapitulatif

Choix du minerai  Conjoncture socio-économique et politique (législation) favorable

Phase 1
?

Surfaces rejetées à
l’issue de la phase 1
Anomalie

Phase 2
Ph. 3
Gîte
Surfaces rejetées à
l’issue de la phase 2

Gisement
Ph. 3
Ph. 3
Chapitre II : Les étapes de la prospection minière
Récapitulatif

Choix du minerai  Conjoncture socio-économique et politique (législation) favorable

Phase 1
?

Surfaces rejetées à
l’issue de la phase 1
Anomalie

Phase 2
Ph. 3
Gîte
Surfaces rejetées à
l’issue de la phase 2

Gisement
Ph. 3 Ph. 4
Ph. 5
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
INTRODUCTION

Est-ce que les méthodes appliquées pour la recherche minière sont les même ?

Non !

Par exemple : un programme d'exploration de diamant est très différent d'un

programme d'exploration des pierres de construction, parce que la valeur du

minerai, la minéralisation et les techniques de prospection sont différentes.


Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.1) Sciences et discipline de base
Il s’agit principalement de procédures logiques qui impliquent plusieurs disciplines géologiques.
Celles-ci changent en fonction de la substance explorée.

1) Géologie de terrain : {Pétrographie, Stratigraphie}, Levé de logs, Cartographie,


Géologie structurale (coupes géologiques et cartes str.), …
2) Géophysique : Dans toutes ces formes et outils.
3) Télédétection et SIG : Générale et spécifiques.
 En fonction de la substance explorée on peut avoir recours à la:
4) Minéralogie : Science qui étudie les minéraux.
5) Gîtologie : Science qui étudie les processus physico-chimiques d’accumulation minérale à
caractère économique.
6) Métallogénie : Science qui décrit les gîtes minéraux et leur mécanisme de formation. Elle
fournit à l’explorateur minier des guides de prospection.
7) Gemmologie : Science qui étudie les processus de formations de gemmes et pierre
précieuses (filière de la Cristallographie).
8) Hydrologie-Hydrogéologie : Science qui étudie les eaux de surfaces / profondes
9) Géologie pétrolière-Géochimie organique, …
Géologie de terrain : Prospection au marteau
Géologie de terrain :

La prospection au marteau

La prospection au marteau est l’investigation des cibles sur le terrain souvent en


affleurement.

l’étude des macro-échantillons à l’aide de tests simples et envisageables.

Marteau Boussole Clisimètre Topofil


Acide + loupe
Géologie de terrain : Prospection au marteau
Géologie de terrain : Prospection au marteau
Géologie de terrain : Prospection au marteau
Géologie de terrain : Prospection au marteau
Géologie de terrain : Log lithost.
Prospection au marteau  Indices et anomalies

% du minerai
ZONES DE CONCENTRATION NATURELLE :

• Couches (niveaux stratigraphiques)

• Failles et fractures (veines !)… contact anormal

• Discordances et discontinuité sédimentaires

• Filons et coulée endogène

• Alluvions : réseau hydrographiques


Géologie de terrain : Log lithost.
Basique pour la prospection stratégique
Carte géologique
Détaillé et/ou adapté pour la
prospection tactique et ponctuelle

Carte structurale

Coupes géologiques
Outils géophysiques:
1) Sismique réflexion (Exploration profonde)
2) Sismique réfraction (Exploration de surface)
3) Gravimétrie (Anomalie gravimétrique, Bouguer)
4) Magnétométrie & Paléomagnétisme (Champ magnétique terrestre …)
5) Méthodes électriques (Résistivité, SEV, Tomographie …)
6) Radiométrie (Scintillomètres GR, Spectromètre)
7) Diagraphie …
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.1) Sciences et discipline de base
La prospection géophysique aéroportée
Cette méthode est appliquée en zones forestières à fort recouvrement et aux régions
difficilement accessibles.  Détermination des régions anomales par :

- Magnétométrie
- Gravimétrie
- Radiométrie
SIG et télédétection:

1) Classification et organisation des informations disponibles en


base de donné. (SIG)

2) Acquisition et traitement de nouvelles images et scènes


satellitaires et/ou aéroportés. (Télédétection)

3) Superposition et interprétation des donnés  cartes, diagrammes,


courbes, … (SIG + Télédétection)

Le SIG est un outils qui facilite le travail et permet l’organisation et


l’interprétation de plusieurs types de donnés (cartes de tout genre,
images sat., donnés d’analyse et de mesure, donnés géophysiques,
…).
SIG et télédétection:
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.1) La prospection géochimique

Méthode applicable aux gisements faiblement enfouis ou affleurant

Analyser les divers éléments chimiques de :

- Roche en place

- Sédiments transportés

- Le sol

- Eau

Il est possible, ou même recommander, d’utiliser la batée pour l’analyse des sédiments
et sols si le minerai explorer est un métal dense.
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.1) La prospection géochimique
La dispersion
En surface, une concentration anormale se manifeste comme une auréole de dispersion

1. Dispersion primaire: Transformation de l’encaissant lors de la mise en place de la

minéralisation.

2. Dispersion secondaire: Transformation de la minéralisation à la surface.

 Détecter une minéralisation sous sol : Teneur élevée dans un sol témoigne de la

proximité du dépôt originel

La méthode géochimique est peu applicable aux gisements aveugles


Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.1) La prospection géochimique
La dispersion
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.1) La prospection géochimique
La dispersion

La dispersion se produit ou s’accélère selon le type de gisement :

• Gisement affleurant : très exposé aux agents d’érosion et de transport Dispertion


• Gisement enfui : relativement protégé par une couche peu épaisse de Iaire & IIère

sédiments.

• Gisement aveugle : situé en profondeur et préservé des phénomènes Dispertion


d’altération de surface et ne subi, donc, que la dispersion primaire. Iaire
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection • Dispersion chimique (Iaire) :

III.2.1) La prospection géochimique transformation chimique de l’encaissant


par diffusion d’éléments ou de minéraux
La dispersion
depuis le gîtes ou corps minéralisé

• Dispersion mécanique (IIère) : désagrégation et


transport, par les agents de l’érosion, de produits
relatifs au minerai ou à l’auréole de dispersion
chimique  transport vers l’aval.

Auréole de Dispersion
dispersion Faille mécanique
chimique primaire secondaire

Corps
minéralisé
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
La dispersion • Anomalie géochimique en sédiment :
minéraux ou éléments qui se concentrent
• Anomalie géochimique résiduelle :
dans un sol ou sédiments vierge suite à
minéraux ou éléments qui se concentrent
l’apport et cristallisation de minéraux solubles
sur place suite au lessivage et transport
par les eaux souterraine ou de ruissèlement
d’autres éléments ou minéraux solubles.
(concentration pédogénétique : latérite).
(Exemple : Bauxite, minerai d’Alluminum)

• Anomalie géochimique en sol :


minéraux ou éléments qui créent une
anomalie par dispersion mécanique
secondaire en aval (minerai à
concentration alluvionnaire)
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
Altération des minéralisations

FeS ou FeS2

Sulfure de fer

Oxydation

Hydratation FeO(OH)·nH2O

Hématite Composés amorphes

Fe2O3 (Limonite)

Goethite
α Fe+3O(OH)
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

Altération des minéralisations


FeS2
Les sulfures ferrifères (pyrite,
FeAsS
arsénopyrite, chalcopyrite) CuFeS2

oxydation et/ou hydroxylation

FeTiO3
l’ilménite, magnétite, hématite, goethite Fe₃O₄
Fe2O3
(plus ou moins riches en métaux de base) α Fe+3O(OH)

Quelle est la forme des structures minérales rencontrées dans les faciès altérés?
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.1) La prospection géochimique

Les réactifs de terrain

Les réactifs permettent une détermination


qualitative d’une substance.

C’est une réaction visible, sur une cassure propre


et fraîche.

NB : Respecter attentivement les normes de


manipulation et de conservation des substances
hasardeuses (dilution, si possible, très recommandée)
COSHH : Control Of
 Fiche COSHH pour chaque produit dangereux. Substances that are
Hazardous to Health
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
Les réactifs de terrain
Réactifs Solutions Colorations
1) Une solution ferricyanure de potassium
(K3Fe(CN)6) à 3%. Une coloration rouge sang
Zinc

Gertrude 2) Une solution d’acide oxalique à 3% dans apparaît au bout de quelques


lequel on dissous 0,5% de diéthylaniline secondes à quelques minutes.
(NB: cette solution est sensible à la lumière).

1) Une solution d’acide acétique à 5% (ou Une coloration jaune vif


Plomb

Jérome acide chlorhydrique à 10%). apparaît en présence de


2) Une solution d'iodure de potassium à 5%. plomb.

1) 40 g de molybdate d'ammonium, 20 g de
pyrophosphate d'ammonium dans 10 cl d'eau Une coloration bleue apparaît
distillée. immédiatement.
Cuivre

Réactif de Les autres sulfures donnent


2) Ajouter la solution contenant 170 g de
sulfures des colorations bleu tardive
bioxyde de titane et 10 cl d'acide après plusieurs secondes
chlorhydrique concentré pour obtenir un (pyrite, galène, blende).
liquide ayant la viscosité d'une peinture.
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.1) La prospection géochimique

Les réactifs de terrain

Solutions mélangées Colorations

1) Solution A : 1 volume HCl concentré, 3


volumes H2SO4 concentré, 2 volumes H2O Cette réaction repose sur la précipitation
d'un sel double coloré en rouge orangé.
Antimoine

distillée.
On applique la solution A, puis après
2) Solution B : 10 g d'iodure de potassium, 2 g une minute la solution B.
d'acide ascorbique, 40 g de chlorure de cesium
(NB: As et Bi peuvent interférer en donnant
dissous dans 10 cl d'eau distillée. une coloration moins accentuée.)
Phosphate

1) Solution A : Acide nitrique dilué à 50%.


Nettoyer la roche avec la solution A.
Asperger avec la solution B. Si la roche
2) Solution B : 12,5 g de molybdate contient du phosphate une coloration
d'ammonium en poudre dans 100 cl d'eau. jaune vif apparaît.
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.2) La prospection alluvionnaire
a) Prospection à la batée

Cette méthode est utilisée dans des zones à grande surface où le réseau
hydrographique est actif.
L’objectif est de concentrer les éléments de densité supérieurs à celles des sédiments
stériles par centrifugation manuelle en utilisant la batée (gig ou pan).
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

a) Prospection à la batée Prélèvements et lavage des graviers


Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

a) Prospection à la batée Prélèvements et lavage des graviers


Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

a) Prospection à la batée Prélèvements et lavage des graviers


Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

a) Prospection à la batée Prélèvements et lavage des graviers


Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

a) Prospection à la batée Prélèvements et lavage des graviers

pans
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
Prélèvements et lavage des graviers
a) Prospection à la batée

Teneur en concentré
(ex: or ou autre minéral minier)

Teneur (%) = Volume du concentré x 100


Volume lavé 1 Carat = 0,2 g
Once (oz) !!! = 30,595 g ou 31,103 476 8 g

Teneur (g/m3) = Poids du concentré (g) x Volume d’un pan (m3)


Nombre de pans lavés

NB : Respecter l’unité de • l’Or en once ou en g,


commercialisation du minerai  • Diamants et pierres précieuses en Carat,
• Les minerais métalliques en Tonne.
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.2) La prospection alluvionnaire
Cette technique s’applique à l’exploration des métaux lourds :
1) Or (orpaillage)
a. Argent
b. Mercure
c. Minerai de Plomb

Il s’agit d’un moyen efficace pour découvrir des paillettes et des pépites en milieu aurifère, mais
cela ne sera pas un outil de production ou commercial à grande échelle.

La batée peut-être transporter partout (prospection au marteau). Le chercheur d’or se rendant


parfois dans des zones reculées, préfèrera d’abord utiliser la batée avant d’amener les grandes
pièces d’évaluation ou de production  calcul ou estimation de la concentration en or ct/m3.
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.2) La prospection alluvionnaire
Généralement, si les premiers essais à la batée sont positifs : découvert de plusieurs
échantillons de valeur/teneur intéressante, on amènera un équipement de production
plus important pour traiter de grandes quantités de sol et ainsi produire plus d’or.
L’Or est un des rares minerais qui peut se concentrer
par un processus de dispersion  peut, être donc,
explorée en roche mère et en alluvions!

Veine d’Or
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
Les boxworks
Se sont des formes et dessins caractéristiques qui se produisent au cours de
l’altération des minéraux. Cette altération se produit à la surface, suite à :
• L’oxydation
• Lessivage : disparition de certains éléments
• Rétention : fixation d’autres éléments
Les empruntes minérales observées dans ces faciès altérés sont des reliques, encore
appelé fantômes, des minéraux originels préexistant : On les nomme “boxworks”.
Ainsi, à travers ces formes, on peut reconnaitre le minéral sur le terrain en utilisant une
simple loupe.
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

Quelques exemples de boxworks

Blende Bornite
Chalcopyrite
(CuFeS2) (ZnS) (Cu5FeS4 )

Tétraédrite Molybdénite Galène

Cu6Cu4(Fe,Zn)2 (Sb,A4)S13 (Mo,Fe)S2 (PbS)


Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

Minerais de latérite : accumulation et


concentration minérale conduisant à un gite dû à
des processus pédogénétique suite à l’oxydation,
lessivage et rétention d’éléments ou de minéraux à
la surface du sol
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
Latérite
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection

Minerai latéritique

Minerai oxydé

En profondeur : roche mère à l’état réduit, minerai


elle-même, ou source de minéralisation de surface
Cuirasse ferrugineuse surmontant
une Grenaille ferrifère

Latérite : Sol rouge brique, produit d’altération


de la roche mère par oxydation/hydratation et
transformations minéralogiques. Il peut
renfermer beaucoup de minéraux utiles.

Saprolite : Sol autochtone, produit d’altération


de roche mère sur place et renferme et
présente les structures de la roche d'origine et
de nouvelles structures.

Harzburgite : Roche mère (roche ignée), Hz


est un type de péridotite composé d’Olivine et
orthopyroxène et de qq composé basaltiques.
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
Latérite
En fonction de la position
de la roche mère % à la
surface et % au niveau de
la nappe libre : on
distingue différentes zones
oxydation  entrainant la
concentration de plusieurs
types de minerais:

• Latéritique,
• Oxydé,
• Résiduel
• Primaire
Chapitre III : Outils et méthodes de prospection
III.2) Techniques de prospection
III.2.1) La prospection géochimique à large maille
Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

Les facteurs qui distinguent un gisement


économiquement viable sont :

1) La teneur

2) Le tonnage

3) Les ressources / réserves


Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

1) La teneur

La teneur est la proportion du minerai par rapport au stérile (la gangue).


Le rapport minerai/stérile est étroitement lié au rapport recettes/dépenses

Minerai

Minerai
Stérile
Stérile
Pour les mines exploitées à ciel ouvert le ratio couverture/minerai

est aussi important que celui du minerai/stérile

Couverture
Couverture
Minerai
Minerai
Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

Est-ce que les teneurs des minerais sont exprimées de la même manière?
La teneur d’un minerai est exprimée selon le degré de concentration
== > L’unités de mesure utilisée est celle dans lesquelles le minerai est vendu

Type de gisement Degré de concentration


Les gisements métalliques (ex : Pourcentage de métal utilisant le symbole chimique
zinc (Zn), fer (Fe), cuivre (Cu)) (ex : 12% Zn).
- Grammes par tonne (g/t Au) = ppm (parties par million).
Les métaux précieux (ex ; or - Grammes par m3 (g/m3) dans le cas d'or alluvionnaire
(Au) et argent (Ag)) - Onces impériales (oz) et le prix international est cité
en dollars par once (ex : 300 $/oz Au).

- Carats par tonne (ct/t)


Les diamants - Carats par m3 (ct/m3) dans le cas de diamants
alluvionnaires.

Parfois, le pourcentage des polluants est nécessaire (ex: cadmium dans les phosphates)

Est-ce que la teneur est suffisante pour exploiter un gisement?


Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

1) La teneur

• 1 once (oz) = 28,35 g

• L’once liquide impériale (lf oz) représente 1/160 de gallon impérial, soit exactement 28,4130625
ml ou environ 1,734 pouces cubes. Ce volume en eau a une masse d’environ 1,002 onces.

• L’once liquide américaine représente 1/128 de gallon américain, soit exactement


29,5735295625 ml ou environ 1,805 pouces cubes. Ce volume en eau a une masse d’environ
1,043 onces.

Le carat est une unité de masse utilisée pour les gemmes (à ne pas confondre avec le
carat des bijoutiers).

1 carat = 200 mg (soit 5 carats pour 1 gramme).


Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

2) Le tonnage

Le tonnage est la masse totale de minerais


+ stérile dans le gisement

Il est important de citer ce chiffre avec la teneur parce qu'un gisement peut avoir
des teneurs élevées mais ne pas pouvoir devenir une mine.

Il doit y avoir assez de minerais pour permettre à la mine de produire

suffisamment longtemps pour rembourser les investissements.

Frais des études Bénéfices

Équipements de production
et infrastructures
Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

3) Les ressources / réserves

Ressources / Réserves

Les ressources correspond à des gisements minéraux qui ont été découverts

effectivement mais dont on n'a pas prouvé qu'ils étaient économiquement viables

Les ressources minières Les ressources probables

(ressources d'extension connues) : (ressources d'extension inconnues) :

Le tonnage, la forme, les limites et les Le tonnage, la forme, les limites et les

teneurs/qualité sont connues par des levés teneurs/qualité sont connues par des levés

et une maille d’échantillonnage serrée et une maille d’échantillonnage large

Les ressources présumées ou inférées : la quantité et la teneur ou la qualité sont

estimées sur la base de preuves géologiques (échantillonnage restreints).


Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

3) Les ressources / réserves

Réserve probable
La marge d’erreur, la faisabilité technique, la

planification minière et les estimations des coûts

et revenus sont établies d’une façon préliminaire


Les réserves minières sont une portion des
ou conceptuelle.
ressources minières qui peuvent être exploitées

légalement et à profit. Réserve prouvée


 Les recettes dégagées doivent couvrir la totalité - Une réserve estimée avec faible marge d’erreur.

des coûts opératoires + bénéfice. - Répond aux exigences de la planification et de la

faisabilité de la production.
Chapitre IV : Concentrations minières et démarche d’évaluation

Méthode de Boîte de Mackelvey


3) Les ressources / réserves
pour le classement de projets

(-) Degré de faisabilité économique (+)


Identifiée Non-découvert
Prouvé Probable Possible Hypothétique Spéculative
Economique

Réserves
économique
Sub-

Ressources

(+) Degré d’assurance géologique (-)


Minerai de fer
Le minerai de fer est une roche contenant du fer, généralement sous la forme
d'oxydes, comme l'hématite.
Les minerais de fer ont une teneur en fer variable selon le minéral ferrifère ; sachant
également que l’isomorphisme, presque toujours présent dans les minéraux naturels,
réduit la teneur théorique.

Contenu théorique en Contenu théorique en


Formule
Minéral fer dans le minéral fer après calcination
chimique
(en %) (en %)
Hématite Fe2O3 69,96 69,96
Magnétite Fe3O4 72,4 72,4
Magnésioferrite MgO·Fe2O3 56-65 56-65
Goethite Fe2O3·H2O 62,9 70
Hydrogœthite 3Fe2O3·4H2O 60,9 70
Limonite 2Fe2O3·3H2O 60 70
Sidérite FeCO3 48,3 70
Pyrite FeS2 46,6 70
Pyrrhotite Fe1-xS 61,5 70
Ilménite FeTiO3 36,8 36,8
Contenu théorique en fer Contenu théorique en fer
Minéral Formule chimique
dans le minéral (en %) après calcination (en %)
Hématite Fe2O3 69,96 69,96
Magnétite Fe3O4 72,4 72,4
Magnésioferrite MgO·Fe2O3 56-65 56-65
Goethite Fe2O3·H2O 62,9 70
Hydrogœthite 3Fe2O3·4H2O 60,9 70
Limonite 2Fe2O3·3H2O 60 70
Sidérite FeCO3 48,3 70
Pyrite FeS2 46,6 70
Pyrrhotite Fe1-xS 61,5 70
Ilmenite FeTiO3 36,8 36,8
Les oxydes qui forment la gangue vont évidemment diminuer la teneur en fer des
minerais employés.

Par rapport à leur teneur en fer, les minerais sont classés en :

• Minerais pauvres : Fe <= 30 %


• Minerais moyens : Fe = 30 % - 50 %
• Minerais riches : Fe > 50 %
TD : Etude de cas
Exercice 1 Dans une province géologique, de forme carré, en identifie deux zone :
(1) des plaines côtières bien drainées à l’Ouest et (2) affleurements à reliefs élevés à l’Est.

Les reliefs sont principalement constitués de matériel endogène et métamorphique


affecté d’un réseau dense de fractures et failles cartographiques. Ils sont couverts par
une végétation assez dense et sont entourés, en périphérie, par des roches sédimentaires
détritiques qui s’étendent vers les plaines côtières en formant d’épaisses séries à faciès
continental.

1) Choisir 4 substances minières explorables dans cette région (2 dans chaque zone). Les
substances doivent être compatibles avec les spécificités géologiques de cette région.
(Justifier brièvement).

2) Etablir une stratégie de prospection d’une seule substance en indiquant les phases
nécessaires et les outils et méthodes utilisés dans chaque phase. (Pas besoin de trop
de détails, mais les méthodes et techniques utilisés, la démarche d’application, mots
techniques sont demandés).
TD : Etude de cas
Exercice 2 Dans une province géologique, décrite par la carte géologique ci-jointe, une société

minière se propose d’étudier l’exploitabilité de deux substances minières :

1) Pétrole

2) L’Or

Question : Établir une stratégie détaillée pour chaque minerai, en expliquant les outils et méthodes

utilisées pour la prospection de chaque substance et en indiquant sur la carte les lieux de

l’échantillonnage, points de mesures et analyses possibles.


TD : Etude de cas
Exercice 2 Question : Établir une stratégie détaillée pour chaque minerai, en expliquant les outils et méthodes utilisées pour la prospection

de chaque substance et en indiquant sur la carte les lieux de l’échantillonnage, points de mesures et analyses possibles.

View publication stats

Vous aimerez peut-être aussi